Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sociologie du soi

 | 
Johann Michel

Première partie. De l'herméneutique à la sociologie du soi

Chapitre II. Socialisations, subjectivations et mises en intrigue de soi

Full text

1Les principes directeurs que l’on peut tirer de la philosophie de Paul Ricœur pour l’édification d’une sociologie herméneutique peuvent s’appliquer à de nombreux domaines, notamment à la sociologie de l’action et des institutions. Dans ce programme qui reste largement à explorer, nous intéresse plus particulièrement, dans le cadre du présent travail, le transfert d’une herméneutique philosophique du soi à une sociologie herméneutique du soi. C’est dire que les dialectiques de la compréhension et de l’explication, de l’appartenance et de la distanciation, du soupçon et de l’attestation, constituent le soubassement et l’horizon philosophiques de notre enquête sociologique.

  • 1 Ricœur P., « Existence et herméneutique », Le conflit des interprétations, Paris, Le Seuil, 1969, (...)

2Parler d’herméneutique du soi revient à faire le deuil de l’imaginaire philosophique du sujet compris comme substance et comme auto-fondation. C’est ainsi supposer que le sujet n’est pas d’emblée et ne sera jamais le « maître du sens ». L’abandon d’une anthropologie de facture subjectiviste ne se traduit pas toutefois dans le renoncement à penser un sujet comme procès, comme pratiques de soi, comme interprétation de soi. La voie courte d’une anthropologie philosophique qui fait du sujet un rapport d’immédiateté fondationnel de soi à soi laisse place à une voie anthropologique plus longue qui puise sa réflexion dans les « médiations », pour autant « que l’existence ne vient à la parole, au sens et à la réflexion qu’en procédant à une exégèse continuelle de toutes les significations qui viennent au monde de la culture1 ». Faire le deuil du sujet comme substance extra-mondaine ouvre déjà l’herméneutique philosophique du soi vers une sociologie herméneutique du soi. Un pas supplémentaire est franchi lorsque l’on considère que les cadres d’interprétation et d’auto-interprétation sont médiatisés socialement et culturellement, c’est-à-dire selon les configurations anonymes et collectives de significations qui dépassent le huis clos que le sujet formerait avec lui-même. Penser le sujet comme subjectivation et comme être socialisé constitue les deux conditions essentielles qui rendent possible la construction d’une sociologie herméneutique du soi. De ces deux conditions de possibilité découle un intérêt décisif pour l’analyse des dispositifs et des procédures par lesquels se fabrique quelque chose comme un soi.

Herméneutique du soi et technologies de soi

  • 2 Foucault M., L’herméneutique du sujet, Paris, Gallimard, 2001, p. 171. Nous avons proposé une conf (...)
  • 3 Dans d’autres travaux publiés, Foucault analyse cependant d’autres catégories de technologies de s (...)

3La sociologie herméneutique du soi peut rencontrer favorablement les travaux menés par Michel Foucault sur le souci de soi et les technologies de soi, définies comme « l’art, la procédure réfléchie d’existence, la technique de vie2 ». Mais alors que M. Foucault, dans L’herméneutique du sujet, se focalise sur les pratiques de soi de philosophes (principalement de cultures hellénistique et romaine), notre enquête privilégie le souci de soi d’individus ordinaires qui ne sont pas des professionnels de l’interprétation et de la fabrication de soi. Ce ne sont pas les modes de subjectivations philosophiques qui nous intéressent ici mais les subjectivations d’individus ordinaires qui ne disposent pas nécessairement de « technologies » philosophiques ou religieuses (ascèse, méditation, purification…) pour « se faire un soi », pour « négocier » des ruptures biographiques, pour résister aux processus d’assujettissement et de domination3.

4L’usage que nous faisons du concept de technologies de soi est d’autant plus décalé et « indigène » qu’il est pensé originairement dans le corpus foucaldien comme des procédures d’existence destinées à transformer le sujet, pour qu’il devienne autre que lui-même, conditions d’accès à la vérité sur le monde et sur le soi. Ces technologies sont moins envisagées comme analyse de subjectivités particulières que comme institutions discursives du dire vrai. Ce n’est pas tellement les dispositifs d’interprétations et d’auto-interprétations de soi en eux-mêmes qui intéressent le Foucault « généalogiste » mais plutôt l’histoire des pratiques discursives (la philosophie, la psychiatrie, l’économie, le droit pénal, la psychanalyse, la pastorale chrétienne…) incarnées dans des institutions et des techniques qui prétendent dire et faire dire la vérité du sujet et ce qu’il doit en coûter au sujet pour accéder à la vérité. Ce ne sont pas ces discours institués sur la vérité du sujet qui retiennent ici notre attention mais précisément la mobilisation de technologies de soi « quelconques » déconnectées du projet de dire ultimement le « vrai ».

  • 4 Sur la dialectique entre subjectivation et socialisation, voir Gaulejac V. de, Qui est « je » ?, P (...)

5S’intéresser aux subjectivations ne revient aucunement à laisser de côté les dispositifs de socialisation qui orientent les conduites des individus, sans les enfermer cependant dans des dispositions figées4. La fabrique de soi prend toujours racine dans du déjà là, dans les processus d’intériorisation de normes et de rôles, dans les positions occupées par chacun dans l’espace social. S’il est impossible d’analyser les subjectivations sans étudier en même temps les habitus qui président à leur construction, il nous semble en revanche nécessaire de les considérer, non comme des « habitus fermés », mais comme des « habitus ouverts », c’est-à-dire des dispositions sociales incorporées et reconfigurées par l’interprétation et la réflexion, par les négociations et les interactions, par les extériorisations différenciées selon les situations de vie. D’un côté, le sujet, loin d’être dans un état d’apesanteur, est produit par une histoire familiale et sociale de laquelle il a contracté des conduites et des rôles types. De l’autre, le sujet n’est jamais une copie conforme de son milieu d’appartenance parce que ses expériences et ses appartenances sont multiples, parce qu’il dispose de facultés de distanciation de soi à soi, de distance aux rôles sociaux, parce qu’il peut contracter de nouvelles dispositions (suite à une ascension ou à une descension sociale) qui entrent en conflit avec les dispositions et les identifications acquises dans son milieu d’origine.

  • 5 Les mises en récit de soi peuvent s’apparenter également à des arts de faire (au sens de Certeau M (...)

6Parmi les technologies de soi, notre étude accorde une attention toute particulière à celles qui se concentrent sur les mises en récit de soi, à savoir les dispositifs de retour réfléchi sur soi à la faveur de configurations narratives de son existence passée5. Les mises en récit de soi sont toujours plus qu’un simple agencement d’événements, plus qu’une mise en ordre chronologique d’événements. Les récits de vie sont imprégnés de tentatives d’explication (les événements sont reliés par des rapports de cause à effet), de justifications, de jugements sur soi-même ou sur les autres. Un récit de vie recèle toute une part de mise en scène théâtrale et morale de soi-même, comme le souligne Luc Boltanski :

  • 6 Boltanski L., L’amour et la justice comme compétences, Paris, Métailié, 1991, p. 129.

« Demander à quelqu’un de livrer sa biographie consiste bien, non seulement à lui demander un rapport sur sa vie, mais aussi, plus précisément, à le soumettre à une épreuve de justice. Car se mettre en position autobiographique, c’est s’engager à juger sa vie dans son ensemble, c’est-à-dire à adopter, par une espèce d’expérience mentale, la position d’un jugement dernier. La situation dans laquelle une autobiographie est livrée apparaît bien ainsi comme une situation de justification6. »

7L’étude des mises en intrigue de soi, autrement dit des identités narratives, dépasse le cadre d’une biographie strictement individuelle dès lors que le passé raconté porte sur des événements intersubjectivement construits, sur du soi en interaction sociale. Les récits de vie portent sur un soi sans cesse traversé par des autres. Rien de fixe et d’immuable dans ces constructions narratives : les mises en récit de soi ne cessent de se construire et de se défaire au fil de l’existence, sous la pression de nouveaux événements biographiques, sous le coup de nouveaux arrangements narratifs, sous le signe de nouvelles projections de soi. Rien de substantialiste dans ces dispositifs réfléchis de construction de soi :

  • 7 Ricœur P., Temps et récit, t. 3, Paris, Le Seuil, 1985, p. 446.

« De même qu’il est possible de composer plusieurs intrigues au sujet des mêmes incidents (lesquels, du même coup, ne méritent plus d’être appelés les mêmes événements), de même il est toujours possible de tramer sur sa propre vie des intrigues différentes, voire opposées7. »

  • 8 Bourdieu P., Raisons pratiques, Paris, Le Seuil, 1994, p. 81-82. En mettant le doigt sur les illus (...)
  • 9 Bertaux D., L’enquête et ses méthodes : le récit de vie, Paris, Armand Colin, 2005.
  • 10 Delory-Momberger C., Le sens de l’histoire. Moments d’une biographie, Paris, Economica, 2001, p. 1 (...)

8S’engager dans l’analyse de mises en intrigue de soi ne préjuge en rien de la vérité dévoilée sur l’histoire de vie du narrateur. Ce parti pris méthodologique permet d’éviter de tomber dans le piège de l’illusion biographique, illusion selon laquelle la vie « constitue un ensemble cohérent et orienté, qui peut et doit être orienté comme expression unitaire d’une “intention” subjective et objective, d’un projet8 ». Il est souvent périlleux pour le chercheur de démasquer ces illusions, faute de pouvoir objectiver l’expérience effective du narrateur et les causes profondes de la compréhension de soi. Le problème de la vérité de soi mis entre parenthèses, comme épochè méthodologique, il ne reste au chercheur qu’à analyser le sens subjectif que le narrateur donne à son histoire de vie, sans supposer de coïncidence entre l’histoire vécue, la mise en mémoire, et les mises en récit qu’il peut en faire à l’adresse de narrataires (l’exposition narrative d’une même histoire vécue pouvant varier au cours de l’existence). D’où la différence fondamentale que fait Daniel Bertaux entre histoire de vie et récit de vie9, entre l’expérience réellement vécue par un individu et le récit qu’il peut en faire. À maints égards, ces mises en récit sont des fictions sur soi-même, quand bien même chercheraient-elles à objectiver le plus fidèlement possible un passé sur soi qui n’est plus. C’est en ce sens que Christine Delory-Momberger affirme, avec une tonalité heideggerienne, que « l’histoire de vie n’est pas l’histoire de la vie, mais la fiction par laquelle le sujet se produit comme projet de lui-même10 ». Même illusoires ou déformées, les identités narratives ainsi construites n’en demeurent pas moins des subjectivations sociales, des modes de construction et d’interprétation de soi que l’on peut soumettre à l’investigation scientifique.

9Le parti pris d’une neutralisation méthodologique de l’explication des ressorts derniers de la compréhension de soi ne revient pas à épouser un tournant phénoménologique purement descriptif. Si l’on se refuse à réduire mécaniquement la compréhension de soi à des déterminants sociaux objectifs, il nous semble en revanche impossible de faire l’impasse sur une analyse des facteurs susceptibles d’orienter les dispositifs de subjectivation. Parler d’« habitus ouvert » suppose précisément de mobiliser des modes d’explication « souples » pour analyser des subjectivations qui se construisent en fonction d’une histoire familiale, d’un milieu social, d’une trajectoire professionnelle. Rappelons ainsi que l’explication, loin de s’opposer au paradigme d’une sociologie herméneutique, en est au contraire le prolongement nécessaire. Parler d’explication « souple » de trajectoires biographiques mises en récit à l’opposé d’une sociologie explicative qui prétend énoncer une vérité close et définitive sur le sujet, renvoie à un paradigme herméneutique où le pluralisme et le conflit des interprétations sont érigés en horizon régulateur méthodologique.

10Dans la mesure où toute mise en récit de soi comporte une part d’autoréflexion interprétative, fût-elle partielle ou déformée, le chercheur opère déjà sur une précompréhension du narrateur de son existence. La compréhension du chercheur est une interprétation de second degré qui ne se confond pas avec celle du narrateur dès lors que :

  • 11 Leclerc-Olive M., Le dire de l’événement (biographique), Lille, Presses universitaires du Septentr (...)

« L’intelligibilité d’une biographie ne s’impose pas d’emblée. Des questions restent. Partant de là, d’autres interprétations admissibles peuvent se construire, qui s’appuieront plus sur la dimension évocative du discours. Entre le niveau informatif manifeste, niveau maximal de la volonté de dire, et le niveau minimal des oublis et des lapsus, il y a tous les niveaux intermédiaires d’une pensée qui se cherche, d’une autoréflexion inachevée11. »

Événement biographique et « négociation » de soi

  • 12 Leclerc-Olive M., op. cit., p. 34.
  • 13 Voir Romano C., L’événement et le monde, Paris, PUF, 1999 et L’aventure temporelle, Paris, PUF, 20 (...)
  • 14 Grossetti M., Sociologie de l’imprévisible. Dynamiques de l’activité et des formes sociales, Paris (...)

11Les mises en intrigue de soi peuvent être confrontées à des expériences-limites ou à des événements biographiques. Une occurrence, en tant que quelque chose arrive, devient un événement biographique, lorsqu’elle affecte fondamentalement et durablement le sens qu’un individu donne à son existence, lorsqu’elle modifie l’intrigue globale d’une vie passée, d’une existence présente et projetée. À la différence d’une simple occurrence, un événement biographique « peut ne prendre sens que dans un regard d’après-coup, par rapport à l’ensemble d’un parcours ou à un événement ultérieur12 ». D’où l’importance de distinguer, comme le propose Claude Romano13, le fait d’un événement. Alors qu’un fait est caractérisé par sa reproductibilité et par sa prévisibilité, un événement instaure une rupture dans l’ordre de nos attentes. Encore faut-il distinguer avec le sociologue Michel Grossetti des événements avec une part relativement faible d’imprévisibilité et un degré relativement élevé d’irréversibilité (comme l’entrée sur le marché du travail pour des élèves en fin de cycle), par opposition à des événements relativement imprévisibles et fortement irréversibles (par exemple un sujet affecté soudainement par une maladie incurable). M. Grossetti réserve le terme de bifurcations, c’est-à-dire le sens le plus fort que l’on puisse donner à la notion d’événement biographique, à cette dernière catégorie d’événements14.

  • 15 Sur la conception impersonnelle de l’événement, telle qu’elle est par exemple théorisée par le phi (...)

12Le critère de l’imprévisibilité mérite lui-même commentaire. Un sujet peut s’attendre avec une relative prévisibilité à ce qu’une série d’événements futurs survienne dans un temps relativement déterminé (attendre un enfant, entrer sur le marché du travail, engager une séparation…). Mais quand bien même la prévisibilité de l’événement serait-elle effectivement confirmée dans les faits, cela n’empêche pas le sujet d’être profondément affecté par le surgissement d’un tel événement. La naissance d’un enfant (a fortiori pour le premier) pour les parents, bien que relativement prévisible depuis que l’on sait que la mère est enceinte, demeure généralement un événement biographique en tant qu’il bouleverse l’expérience acquise, l’inscription dans les générations, la relation de couple… Un événement, bien que fortement prévisible, peut générer une rupture forte d’intelligibilité. C’est donc moins le critère de la non-reproductibilité et de l’imprévisibilité qui permet de distinguer le fait d’un événement que l’existence ou non d’une épochè du sens déjà là, d’une mise en suspens des univers de signification. Certes, comme le montre C. Romano, un événement peut être décrit comme une chose physique, comme quelque chose qui arrive dans le monde15. En d’autres termes, un événement est aussi un fait, mais un événement est toujours plus qu’un fait dès lors qu’il n’est pas seulement explicable à partir de ses antécédents, mais bouleverse le sens du monde et le sens de soi.

  • 16 Sur la critique de la conception impersonnelle de l’événement, voir Ricœur P., Soi-même comme un a (...)
  • 17 Romano C., L’aventure temporelle, op. cit., p. 36. C’est la raison pour laquelle l’événement, au s (...)

13Pour s’apparenter à un événement biographique, un événement doit faire mention à la fois d’une « mienneté » (d’une référence à un soi) et d’une opération narrative. S’il y a quelque chose qui arrive dans le monde, cet événement ne peut être dit biographique que si le sujet, à défaut d’en être l’auteur (« faire arriver quelque chose »), peut au moins s’auto-désigner sur le mode d’un être-affecté (lorsque « quelque chose lui arrive »). À défaut pour le sujet de pouvoir se faire l’acteur souverain des événements de son existence, au moins peut-il s’en faire le « co-auteur », du point de vue du sens de sa vie. À une sémantique analytique d’un événement impersonnel sans agent, il faut donc ajouter, avec Paul Ricœur et Claude Romano, une phénoménologie herméneutique de l’homme agissant et souffrant, capable d’auto-désignation et d’attestation16. Qui dit référence à la mienneté ou à l’ipséité ne signifie pas qu’une identité préalable de soi à soi-même serait chaque fois postulée comme une substance que l’événement viendrait affecter comme un simple accident. La référence à la mienneté implique qu’un événement biographique n’a certes de pertinence qu’au regard de l’horizon de sens d’un soi qui préexiste, mais précisément en tant que cet événement modifie en profondeur l’ipséité elle-même. Il n’y a pas d’événement biographique si l’on part du principe substantialiste selon lequel, nonobstant l’événement, l’être demeure fondamentalement identique à lui-même. Il n’y a d’événement que pour une anthropologie du devenir. Comme le souligne C. Romano, l’événement est générateur du processus même de subjectivation : quand il survient, l’événement « fait que je ne serai plus jamais le même17 ». C’est l’événement, en ce sens fort, qui nous subjective, qui assure le processus de fabrication et de transformation du soi, qui nous constitue – pour reprendre le concept central de Romano –, comme advenant. Mais prendre conscience que je ne serai plus jamais le même doit tout de même supposer, à défaut d’une pure substance, une instance réflexive précisément capable d’en prendre conscience, capable d’une reprise de sens en dépit de la distorsion événementielle du sens déjà là, capable de pouvoir attester que quelque chose de fondamental n’est plus comme avant. Finalement, il n’y aurait plus d’événements biographiques pour un être qui ne se vivrait plus que comme un flux – héraclitéen ou humien – ininterrompu d’événements. Une anthropologie du devenir ne peut donc faire l’économie d’une philosophie de la conscience, au moins sous sa modalité réflexive.

  • 18 Bessin M., « Le trouble de l’événement : la place des émotions dans les bifurcations », in Bessin (...)

14La subjectivation par l’événement n’est pas seulement d’ordre réflexif. Ce qui permet justement de distinguer un simple accident d’un authentique événement biographique concerne en même temps le registre des émotions et des affectations. « L’épreuve subjective » de l’événement, selon l’heureuse expression de Marc Bessin18, ne peut faire l’impasse sur le trouble des sens (registre des émotions et des passions) toujours corrélé à un bouleversement du sens (registre réflexif de la signification). Il ne saurait y avoir d’événement biographique sans un être qui n’éprouverait pas au plus profond de son corps propre des formes graduées de « dérèglements des sens ». Si le sujet comme être de routine peut être « sans haines, ni passions », comme l’idéal-type du bureaucrate wébérien, il n’en va pas de même de l’advenant.

15Une phénoménologie herméneutique de l’événement doit requérir corrélativement une théorie narrative qui conforte l’importance de la fonction réflexive de la conscience. Romano nous met déjà sur la voie d’un tel couplage lorsqu’il montre que c’est toujours de manière rétrospective qu’un événement advient. Paradoxalement, le sens d’un événement ne s’accomplit jamais entièrement dans le présent :

  • 19 Romano C., L’aventure temporelle, op. cit., p. 79.

« Même l’événement le plus frappant et le plus saisissant au moment où il se produit comme fait ne se déclare comme tel – comme événement – que quand il est déjà passé, à la lumière de son propre futur, c’est-à-dire à la lumière des possibles qu’il apporte avec soi et qu’il possibilise en survenant19. »

16L’événement modifie le jeu sur les temps et le rapport au temps : son temps est le futur antérieur. Si les événements n’acquièrent leur sens que rétrospectivement, c’est pris dans une intrigue que ce sens peut se fabriquer. La théorie narrative de l’événement, telle qu’elle est conceptualisée par Ricœur, doit prendre le relais d’une pure phénoménologie herméneutique. Car parler d’un événement biographique comme événement marquant, comme bifurcation de l’existence, comme « renversement de fortune » au sens d’Aristote, comme bouleversement des attentes suppose, d’une part, de pouvoir le comparer avec d’autres événements et avec le cours régulier et routinier des choses de la vie, d’autre part, de pouvoir le replacer dans une intrigue globale ou partielle de l’existence. Un événement biographique par définition ne peut avoir de sens par rapport à lui-même.

  • 20 Sur la notion de turning points comme événements « qui « réorientent notre route » par opposition (...)

17Un tel événement est toujours soumis à des registres pluriels d’interprétation : considéré parfois comme futile au moment où il est vécu, un même événement pourra être interprété comme décisif quelques années plus tard selon des effets non attendus qu’il aura pu provoquer. Il faut au moins « deux points dans le temps » pour qu’il y ait événement, bifurcation, turning point20. Un événement biographique n’est point réductible à un « événement bref et nerveux » qui survient à un instant t de l’existence. Un événement biographique peut être lui-même composé d’un complexe d’événements (qui est déjà une intrigue en puissance) d’une durée indéterminée. Le vécu d’une guerre, d’une mutation professionnelle, d’une rupture amoureuse, pour ne citer que ces exemples, ne s’éprouvent pas comme événements biographiques dans le seul instant où ils se présentent pour la première fois au sujet. C’est le plus souvent dans la durée que ces événements acquièrent une densité biographique. Mais cette durée n’est rien sans la capacité pour le sujet de tisser une intrigue, c’est-à-dire d’agencer et de réagencer le sens des événements entre eux, bref, de raconter une histoire.

  • 21 Goffman E., Les rites d’interaction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1974, p. 6-10.

18Du fait du travail d’interprétation sans cesse revu et corrigé, du fait de l’apparition de nouveaux événements, il est difficile de qualifier un événement biographique en soi (à la différence de certaines conceptualisations du turning point qui supposent l’existence de bifurcations en soi) ; il l’est toujours pour soi et pour les autres à des moments donnés de l’existence. C’est presque un truisme que d’affirmer qu’un même événement n’aura pas le même impact sur la biographie de deux individus ayant une trajectoire, des cadres sociaux et cognitifs différents. Certes, on peut conjecturer que le fait de « perdre la face » dans une interaction professionnelle, fût-il douloureusement vécu en situation, n’aura pas la même incidence biographique que la perte d’un proche, qu’un deuil ou que la première expérience de paternité. La vie quotidienne est ponctuée d’une multitude de petits événements dont on peut douter a priori qu’ils se transforment en événements biographiques. Mais cet a priori doit toujours être manié avec précaution tant certains « incidents » survenus dans des interactions quotidiennes (pour reprendre ici les catégories de Goffman) peuvent, sous certaines conditions, s’interpréter ultérieurement comme des « fatalités21 », c’est-à-dire des événements où se joue et se rejoue l’existence, où se transforment nos schèmes de perception et de classification du monde et de nous-mêmes.

  • 22 Castel R., La montée des incertitudes. Travail, protection, statut des individus, Paris, Le Seuil, (...)

19Ce serait également un contresens de considérer le sens d’un événement biographique comme réductible à un événement « privatif », personnel ou familial. S’il est toujours relatif à l’univers de sens d’un soi, d’une ipséité, le sens d’un événement biographique peut être de nature éminemment collective et politique. Comme l’attestent les exemples déjà mentionnés, le vécu d’une guerre, l’engagement dans un mouvement révolutionnaire peuvent se traduire en autant d’événements biographiques que l’épreuve d’une maladie chronique ou la mort d’un proche. La rupture dans l’ordre général du sens qu’un événement peut provoquer sur un sujet ne se limite aucunement au monde ambiant du corps propre et de l’univers des proches. La possibilité d’un événement biographique s’étend aussi loin que les horizons de sens du souci de soi, des autres et du monde. Certains événements biographiques sont d’autant moins « privatifs » qu’ils sont directement ou indirectement indexés aux grandes transformations économiques et sociales. Une société relativement stable (comme pouvait l’être sous maints aspects la société industrielle, sans parler des sociétés agraires), dans laquelle les parcours sociaux, professionnels et familiaux sont relativement prévisibles, connaît proportionnellement moins de ruptures biographiques (mobilité professionnelle, suicides au travail…) qu’une société davantage précarisée et insécurisée socialement qui fait du mouvement permanent, de la flexibilité, de la performance individuelle ses horizons d’accomplissement. La « montée des incertitudes », pour paraphraser Robert Castel22, redéfinit entièrement le travail, la protection sociale et le statut même des individus et génère d’autant plus de ruptures d’intelligibilité du monde et de soi.

  • 23 Strauss A., La trame de la négociation, Paris, L’Harmattan, 1991.

20Un événement biographique peut donner lieu à un travail biographique (« recoller les morceaux d’une vie », « putting life back together »), au sens d’Anselm Strauss23, c’est-à-dire une re-négociation du sens de l’existence qui passe par de nouvelles mises en récit de soi. Le travail biographique est donc indissociable d’un travail narratif sur soi : là où l’événement biographique crée de la discontinuité, parfois radicale (comme dans les cas de sujets atteints de maladies chroniques analysés par A. Strauss), entre un avant et un après soi, le travail narratif, comme technologie particulière de soi, lorsqu’il peut se mettre en œuvre, contribue à recréer de la continuité biographique. Encore faut-il préciser que recréer de la continuité de soi est une tâche, rarement une donnée. Le travail biographique, comme parfois le travail de deuil, est rarement définitivement achevé. À cela s’ajoute le fait que les ressources, narratives et réflexives, pour entamer ce travail biographique sont inégalement partagées entre les individus qui ne disposent pas, du fait de leur socialisation respective et des épreuves subjectives endurées antérieurement, des mêmes registres cognitifs pour faire face aux événements. Nous ne sommes pas également dotés pour affronter des ruptures d’intelligibilité du monde et de nous-mêmes, même si la reprise réflexive d’un sens perdu et la donation d’un sens nouveau n’impliquent pas elles-mêmes pour le sujet de pouvoir tenir et se maintenir face à des événements traumatiques. Primo Levi en témoigne admirablement dans Si c’est un homme : les sujets les mieux disposés réflexivement pour opérer un travail biographique face à l’inouï, à l’événement comme catastrophe n’étaient pas nécessairement les plus aptes à survivre dans le Lager, la mobilisation et l’échange de savoirs pratiques, les ruses, les coups bas étant souvent plus utiles pour affronter la sélection impitoyable des camps de concentration.

21Bouleversé par une rupture biographique, le sujet peine à agencer dans une nouvelle intrigue le surgissement d’un événement dont le caractère discordant modifie l’intrigue antérieure du soi, surtout lorsque celle-ci est vécue sur un mode naturalisé. Comme le montre dans le même sens M. Pollak :

  • 24 Pollak M., L’expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Mé (...)

« L’identité ne devient une préoccupation et, indirectement, un objet d’analyse que là où elle ne va plus de soi, lorsque le sens commun n’est plus donné d’avance et que les acteurs en place n’arrivent plus à s’accorder sur la signification de la situation et des rôles qu’ils sont censés y tenir24. »

  • 25 Sur les limites du récit de soi à la lumière de la psychanalyse, voir les analyses de Porée J., «  (...)
  • 26 Sur ce point, voir notre contribution, « Narrativité, narration, narratologie », Revue européenne (...)

22D’où l’existence de configurations narratives décousues, inachevées, déconstruites dans lesquelles l’événement parvient difficilement à s’agencer avec le récit de vie pris comme un tout ordonné, compris comme « synthèse de l’hétérogène » (buts, motifs, hasards…). C’est la raison pour laquelle il convient de ne pas préjuger du caractère « bien construit » des mises en intrigue de soi, selon les règles narratives héritées du schème aristotélicien. C’est sans doute la faiblesse de la conceptualisation ricœurienne de l’identité narrative qui renvoie à une « expérience pré-narrative » tout ce qui relève de bribes de récits, de récits décousus, déchronologisés, sans fin ou même sans commencement daté25. Il y a encore, comme cas-limite, de la narrativité dans le fait d’être empêché de raconter et de se raconter. La vie quotidienne est tissée de micro-intrigues qui ne rentreront jamais dans le cadre de ces intrigues « bien faites ». Lesquelles intrigues conservent des attaches trop particulières avec les genres canoniques du récit (en particulier la tragédie) propres à la tradition littéraire occidentale. Le modèle de mise en intrigue (le muthos) privilégié par Ricœur n’est qu’une forme particulière de narrativité et non un schème universalisable. Sous peine de passer à côté de modes de narrativité alternatifs, il est nécessaire de refuser toute coupure ontologique entre « expérience pré-narrative » et « expérience narrative »26. Les narrations orales, les narrations discontinues, les bribes de récit, les narrations empêchées sont autant d’expressions d’une narrativité fondamentale qui doivent pouvoir faire l’objet d’une investigation en philosophie et en sciences sociales. Les narrations empêchées, comme cas-limites de la narrativité (la mise en récit en tant qu’elle ne peut pas), permettent justement de penser un événement biographique dont la charge affective et traumatique refuse au sujet jusqu’à la capacité de dire l’événement. Bien que l’on s’attache dans notre travail aux événements dicibles et potentiellement narrativisés, il n’est pas question de nier qu’il existe bel et bien des événements biographiques qui laissent précisément le sujet sans voix et sans récit. Parce que, dans le modèle narratif de Ricœur, le principe de concordance finit toujours par l’emporter sur la discordance radicale de l’événement (à la faveur justement de la mise en intrigue comme « synthèse de l’hétérogène »), parce qu’il en va de la possibilité même de faire advenir une identité narrative, l’événement biographique radicalement dissonant ne peut être pris véritablement en compte. En cela, cette théorie s’avère plus prescriptive que descriptive, notamment lorsque Ricœur s’inquiète, avec Benjamin, de ce que deviendrait une culture sans la possibilité de raconter. Les limites ici de la narration sont aussi celles de l’herméneutique lorsque notamment l’investissement pulsionnel, autrement appelé énergétique, échappe à toute reprise du sens, déborde toute réflexivité du sujet (à l’exemple des « affects purs », comme « l’angoisse sans objet » analysée par Freud). L’angoisse des sans voix et des sans récits est le plus grand défi jeté à toute théorie narrative et herméneutique de l’événement qui se veut englobante.

  • 27 P. Berger et T. Luckmann (La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens, 1994, p. 214-21 (...)

23Sans qu’il s’agisse nécessairement d’une alternation27, c’est-à-dire d’une reconfiguration radicale des rôles et des identifications passés, il peut se produire des ruptures biographiques partielles qui obligent le sujet à se comprendre autrement, à recoller autrement ses morceaux de biographie. Bien que toujours subjectivement vécu, parfois dans la solitude, un événement biographique, s’il implique une modification (totale ou partielle) du sens de l’expérience acquise, doit s’adosser à un ensemble de médiations sociales bien mises en évidence par Berger et Luckmann : d’une part, des typifications relevant de « l’autrui généralisé » qui permettent d’assurer une transition biographique entre les systèmes d’identifications antérieurs désormais en crise et les nouvelles identifications en voie de contraction, d’autre part, la rencontre « d’autres significatifs » qui contribuent à incarner et à confirmer le nouveau filtre de la réalité subjective, enfin une « structure de plausibilité » qui permet de tester, de mettre à l’épreuve dans un groupe donné les transformations opérées par l’individu. Cette précision est capitale pour comprendre qu’un événement biographique, quoique toujours relatif à un sujet en particulier, est toujours déjà inscrit socialement. C’est parce que les registres intentionnels, fixés au cours des socialisations successives, deviennent inopérationnels, dans un contexte donné, que le sujet éprouve précisément une rupture d’intelligibilité, une crise du sens face à quelque chose qui arrive et qui lui arrive. La phénoménologie herméneutique de l’événement, sous peine de virer au solipsisme, doit non seulement se coupler avec une théorie narrative, mais également s’articuler avec les prérequis des sciences sociales : l’advenant, fût-il solitaire, est toujours peuplé d’autres que soi, habitant un monde de la vie qui est un monde social et culturel dont les configurations de sens anonymes le précédent déjà toujours.

  • 28 Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti montrent bien en quoi et pourquoi les sciences soci (...)

24Penser à nouveau l’événement biographique doit permettre ainsi de conjurer trois écueils : d’une part, un écueil structuraliste qui ferait de l’événement un simple changement d’état dans un système ou un simple écart dans une configuration28, d’autre part, un écueil substantialiste qui ferait de l’événement un simple accident qui n’affecterait pas fondamentalement une substance toujours identique à elle-même, enfin, un écueil subjectiviste qui ferait de l’événement biographique un événement a-socialisé. L’événement biographique doit donc se penser dans un cadre à la fois phénoménologique (référence à la mienneté), herméneutique (registre pluriel et contextuel d’interprétation du soi), narrativiste (opérations de configuration de l’événement dans une intrigue), et sociologique (cadres sociaux de la mise en intrigue de soi, médiations sociales de l’alternation, horizons socio-culturels de l’interprétation du soi…).

La guerre d’Algérie comme événement biographique non vécu

  • 29 Dans une perspective lacanienne, voir les travaux de F. Davoine et J.-M. Gaudillière (Histoire et (...)
  • 30 Cité dans Gaulejac V. de, La famille en héritage. Roman familial et trajectoire sociale, Paris, De (...)

25Parmi la classe des événements biographiques, certains d’entre eux n’ont pas été directement vécus par un sujet, alors même qu’ils sont susceptibles d’affecter durablement et fondamentalement la cohérence du sens de son expérience. On peut les appeler des événements biographiques non vécus. Pour comprendre ce phénomène en apparence paradoxal – phénomène sur lequel la psychanalyse, par d’autres moyens d’investigation29, a depuis longtemps travaillé –, il est essentiel d’introduire une donnée intergénérationnelle. Ainsi des événements traumatiques directement vécus par des parents, et non vécus par les enfants, sont-ils susceptibles d’affecter le sens de l’existence de ces derniers. On ne considère pas ici les événements biographiques non vécus qui produiraient des effets de sens (et de symptômes) inconscients ou préconscients sur le sujet : un événement impossible à raconter, dissimulé parfois sur plusieurs générations, en raison de sa charge dissonante de faits inavouables, est susceptible d’agir inconsciemment sur les générations suivantes, comme si « un étranger était enkysté dans l’appareil psychique ». C’est le cas des fameux « secrets de famille » analysés par la psychanalyse ou la sociologie clinique. C’est ainsi que, pour comprendre les phénomènes de transmission inconsciente, Vincent de Gaulejac reprend au psychanalyste Abraham la définition du « fantôme » comme « travail dans l’inconscient du secret inavouable d’un autre (inceste, crime, bâtardise)30 ». Sans nier aucunement la part de signifiance et de symptômes produite par la construction d’un tel « roman familial » sur le devenir-sujet de l’individu, on reconnaît pour notre part notre incompétence (n’étant pas clinicien) à prétendre déchiffrer de tels effets de sens. Nous sommes donc tenus de rester à la « surface du sens » pour désigner la catégorie d’événements biographiques non vécus susceptibles d’une reprise explicite du sens par le sujet (sans pouvoir décoder un sens latent inconscient à partir d’une interprétation du sens manifeste qui serait de notre fait).

  • 31 Cette objection importante m’a été adressée par Michèle Leclerc-Olive.

26Parler d’événement biographique non vécu pourrait paradoxalement reconduire à une conception impersonnelle de l’événement31. Si l’événement est non vécu par un individu, n’est-ce pas la mienneté qui est perdue de vue ? Comment puis-je devenir un advenant si je n’ai pas vécu directement un événement ? Il est indéniable que la mienneté n’est pas impliquée au moment où l’événement survient. Mais dans la mesure où l’importance et le sens d’un événement peuvent excéder ses conditions initiales de production et développer ainsi des conséquences décisives sur celles et ceux qui ne l’ont pas directement vécu, il peut précisément devenir un événement biographique (bien que non vécu par les individus au moment de son surgissement initial). C’est pourquoi un événement biographique non vécu est à la fois un événement impersonnel (du point de vue de sa production originaire) et un événement personnel (du point de vue de ses effets de sens présumés sur l’intrigue de soi).

  • 32 Tassin É., « Événements versus bifurcations. Digressions philosophiques sur les raisons des miracl (...)

27Par définition, un événement biographique non vécu ne peut relever de la catégorie d’événements dont je peux être l’agent initial (au sens de « faire arriver quelque chose ») ou le patient originaire (« quelque chose m’arrive »). C’est pourquoi un événement biographique non vécu ne peut s’apparenter à l’événement au sens arendtien d’un commencement nouveau dans le monde, donnant naissance à un être nouveau qui coïncide subjectivement avec son initiative : se faire sujet agissant en faisant advenir du nouveau dans l’histoire. Un événement biographique non vécu s’adresse d’abord au sujet comme patient second ou dérivé (comme sens transmis, comme héritage d’un sens) et parfois comme agent second ou dérivé lorsque le sujet est capable d’une reprise ou d’une appropriation du sens de l’événement initial, en dépit de son caractère dissonant. Si commencement il y a, il ne peut être dans l’histoire, mais dans un récit. Une théorie narrative de l’événement biographique non vécu permet de conjurer l’aporie mise à jour par Étienne Tassin entre, d’un côté, l’événement pensé comme avènement « dans ce qui arrive d’un sens compris, désiré » qui conduit, au nom d’une philosophie du destin, à rater l’événement comme rupture inattendue de l’ordre du sens, d’un autre côté, l’événement comme accident qui est en lui-même « insignifiant quelles que soient les conséquences qu’il entraîne32 ». Un événement biographique non vécu demeure inattendu, bien qu’étant paradoxalement déjà passé, débordant toute expectative, sans être pour autant un accident si et seulement s’il peut être l’objet d’une reprise réflexive et narrative. Le sens de l’événement n’est pas déjà donné comme une destinée, mais se construit a posteriori dans une intrigue, fût-elle inachevée et décousue.

28Un tel phénomène est possible parce que, comme le souligne Étienne Tassin, le sens d’un événement est toujours « en excès des éléments dont il procède » :

  • 33 Ibid., p. 101.

« La cristallisation de ces éléments qui donne naissance à un événement est comparable à la naissance d’un être qui, par sa venue à l’existence, éclaire d’un nouveau jour ses géniteurs et leur histoire. On veut le déduire de ses parents alors que c’est lui, le nouveau-né, “l’heureux événement”, qui leur donne une nouvelle vie et rend raison de ce qu’ils firent et furent33. »

29Dans le cas des événements biographiques non vécus, le sujet ne saurait être contemporain des horizons premiers de sens de l’événement qui appartiennent par définition à ses prédécesseurs. Un tel événement ne saurait modifier radicalement l’ordre général du sens de son intrigue personnelle parce qu’il se produit aujourd’hui. Cet événement ne signe « un avant » et « un après » dans son histoire de vie, le subjective autrement que si et seulement s’il découvre ici et maintenant (ou bien s’il prend conscience progressivement, ou bien si on lui raconte que…) l’existence d’un événement arrivé à d’autres que lui-même (qu’il ne connaissait pas auparavant, dont il ne soupçonnait pas l’importance…) et dont la reprise de sens bouleverse ses horizons d’attente et d’identification. La reprise de sens, quand elle peut s’opérer, devient du même coup un nouvel événement directement vécu par le sujet. C’est l’événement de l’événement ou le sens dérivé de l’événement originaire qui est susceptible d’affecter la biographie du sujet. La naissance d’un « enfant illégitime », pour prendre un autre exemple, est d’abord un événement biographique qui affecte le « couple illégitime » : cet événement (un enfant issu d’un couple adultérin) ne devient un événement biographique non vécu pour l’enfant que si la transmission de cet événement est susceptible d’une reprise de sens qui donne du même coup un sens nouveau à l’événement initial et reconfigure l’ensemble du sens de sa filiation, de sa future paternité…

  • 34 Bloch M., « Mémoire autobiographique et mémoire historique du passé éloigné », Enquêtes : anthropo (...)
  • 35 Lemee-Gonçalves C., « Réappropriation culturelle dans le monde yiddish », Ethnologie française, do (...)
  • 36 Bloch M., op. cit., p. 75.

30La notion d’événement biographique non vécu peut être replacée dans le cadre de la distinction opérée par Maurice Bloch entre mémoire autobiographique et mémoire historico-sémantique34. La première fait référence aux souvenirs d’événements directement vécus par le sujet, la seconde aux souvenirs d’événements et de faits vécus par d’autres et rapportés par un tiers. L’enjeu de la transmission intergénérationnelle concerne précisément l’intégration de segments de la mémoire historico-sémantique dans la mémoire autobiographique. Le problème de l’articulation entre ces deux modalités de la mémoire se pose tout particulièrement pour des individus appartenant à des groupes qui ont eu à subir des entreprises d’anéantissement35. Insistons par ailleurs avec Maurice Bloch sur deux caractéristiques de la mémoire autobiographique qui la rapprochent paradoxalement de la mémoire historico-sémantique. D’une part, il arrive parfois que, au moment de l’opération de remémoration, celui qui parle ne se souvienne pas des événements eux-mêmes, mais du dernier récit qu’il en a fait. D’autre part, les travaux portant sur la mémoire autobiographique soulignent que lorsque les sujets parlent d’événements dont ils ont été eux-mêmes témoins, « ils se souviennent de ces événements comme s’ils avaient été extérieurs à eux-mêmes36 ».

  • 37 Marianne Hirsch parle de post-mémoire pour rendre compte du dispositif de transmission (sans souve (...)

31S’il revient à des démarches psychiatriques ou psychologiques le soin d’analyser et, le cas échéant, de soigner, les symptômes ressortissant à des traumatismes intergénérationnels, il peut revenir au chercheur en sciences sociales de comprendre, avec ses instruments propres, la manière dont les individus intègrent et s’approprient, quand ils le peuvent, de tels événements dans l’intrigue de leur existence actuelle. Si le chercheur en sciences sociales est impuissant face à des événements traumatiques qui ne se traduisent pas dans un registre discursif37 (comme dans le cas de certaines psychoses), en revanche, il peut étudier, dans d’autres cas plus favorables, les dispositifs de transmissions narratives intergénérationnelles. C’est précisément parce qu’un individu n’a pas directement vécu un événement traumatique qu’il peut se l’approprier réflexivement à la faveur de récits, lorsqu’ils existent, pour reconfigurer l’intrigue de son expérience. Ainsi, notre matériau d’enquête concerne non pas directement le vécu de ceux qui ont été directement en prise avec de tels événements (mémoire autobiographique), mais des récits transmis à travers les générations (mémoire historico-sémantique), c’est-à-dire les récits de récits d’événements traumatiques.

  • 38 L’expression « guerre d’Algérie », qui appartient au vocabulaire français, apparaît à partir de 19 (...)

32Parmi ces événements biographiques, ce sont la guerre d’Algérie, la migration, et l’acculturation en France de familles algériennes38 qui sont au centre de notre étude. Précisons que ces événements – la guerre, la migration et l’acculturation – ne se recoupent pas de la même manière pour toutes les populations concernées. Pour la majorité des populations de pied-noirs et de harkis, l’exil hors de la terre d’Algérie est une conséquence directe de la guerre. Pour les populations algériennes immigrées en France avant la guerre et restées en métropole durant le conflit, la migration a des causes à dominante économique. La fin de la guerre et l’Indépendance auront cependant des effets décisifs sur cette population souvent sommée de choisir entre le retour au pays ou l’installation définitive en France.

  • 39 Nous avons déjà travaillé sur la mémoire de la guerre d’Algérie dans notre précédent ouvrage (Gouv (...)
  • 40 Cette hypothèse liminaire ne revient aucunement à postuler que la guerre d’Algérie et ses conséque (...)

33Notre objectif consiste, d’une part, à comprendre la manière dont la guerre d’Algérie, la migration et l’héritage culturel algérien sont transmis de ceux qui les ont directement vécus à leurs enfants, d’autre part, à analyser l’impact éventuel du sens de ces phénomènes sur l’intrigue existentielle de ces derniers39. Dans quelle mesure peut-on faire l’hypothèse selon laquelle la guerre d’Algérie, la migration et l’acculturation des parents relèvent d’événements biographiques non vécus pour les enfants40 ? Quelles sont les technologies de soi mobilisées parmi les membres de « la deuxième génération » pour intégrer de tels événements dans leur intrigue personnelle, sociale, familiale ? Dans quelle mesure un ensemble de significations sociales et culturelles importé par les parents constitue-t-il un héritage pour « la deuxième génération » ? Quelles sont les technologies de soi utilisées par cette génération pour négocier un tel héritage, pour gérer une pluralité d’univers de signification ?

  • 41 Brouard S. et Tiberj V., Français comme les autres ? Enquête sur les citoyens d’origine maghrébine(...)

34Soulignons que l’expression de « deuxième génération » ne va pas de soi. Cette expression est contestée par certains spécialistes, pour autant qu’elle charrie la représentation selon laquelle des individus nés en France sont encore assimilés à des formes de migrants, des « Français pas comme les autres41 ». À cela s’ajoute le fait que les membres que l’on assimile à une même supposée génération ont des âges et des expériences qui peuvent être très différents. Gérard Noiriel montre que l’expression « deuxième génération » s’est surtout imposée dans le lexique politique et médiatique, initialement en dehors du monde de la recherche, au cours des années 1980, pour désigner les enfants de Maghrébins assimilés aux « Beurs ». Mais l’intérêt juridique et politique pour les enfants d’immigrés ou d’étrangers est bien antérieur :

  • 42 Noiriel G., Le creuset français, Histoire de l’immigration (XIXe-XXe siècles), Paris, Le Seuil, 20 (...)

« Il suffit de consulter les écrits juridiques du XIXe siècle sur le droit de nationalité pour s’apercevoir que, déjà dans les polémiques qui ont entouré la rédaction du Code civil, la question des enfants d’étrangers a été abordée et parfois explicitement nommée sous le vocable de “deuxième génération”42. »

35G. Noiriel ne renonce pas pour autant à faire de la « deuxième génération » une catégorie sociologique, au-delà de ses usages juridiques, politiques et médiatiques. L’historien caractérise ainsi les membres de cette génération comme des individus soumis à des pressions contradictoires de socialisation, entre, d’un côté, le milieu social et culturel des parents, parfois repliés dans l’entre soi de la communauté immigrante, de l’autre, les normes dominantes de la société d’accueil des parents. Si nous ne renonçons pas à l’emploi de cette expression, du fait de son usage scientifique relativement maîtrisé aujourd’hui, nous préférerons toutefois utiliser l’expression, peut-être plus neutre, de « descendants de migrants ».

  • 43 Halbwachs M., La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 129.
  • 44 Les spécialistes de politiques publiques parlent de coalition de cause pour désigner le regroupeme (...)
  • 45 Stora B., La gangrène et l’oubli, Paris, La Découverte, 2006, p. 256-265.
  • 46 Sur la construction d’une mémoire collective des pieds-noirs, voir les travaux d’E. Savarese, nota (...)
  • 47 Claire Mauss-Copeaux a réalisé un travail d’enquête qualitative remarquable sur ce groupe-mémoire, (...)

36La transmission d’une mémoire individuelle et familiale peut s’inscrire elle-même dans une mémoire collective plus vaste, une mémoire villageoise, une mémoire clanique, une mémoire nationale : « Entre l’individu et la nation, précise M. Halbwachs, il y a bien d’autres groupes plus restreints que celle-ci, qui eux aussi, ont leur mémoire et dont les transformations réagissent bien plus directement sur la vie et la pensée de leurs membres43. » Des groupes peuvent se constituer pour défendre la cause d’une mémoire particulière dans un champ de luttes symboliques qui les opposent à d’autres groupes-mémoire. L’appartenance d’un individu ou d’une famille à un groupe-mémoire plus englobant peut influer sur la manière dont les événements vont être transmis de générations en générations. Un groupe-mémoire se transforme en une « coalition de cause44 » lorsque des individus se regroupent sous une forme le plus souvent associative autour de la défense particulière d’une mémoire collective. Généralement, les membres de ces groupes-mémoire se posent comme étant des victimes et demandent une reconnaissance spécifique aussi bien matérielle (indemnisations, restitutions de biens spoliés) que symbolique (constructions de lieux de mémoire, lois dites mémorielles, commémorations…). Dans le cas de la mémoire de la guerre d’Algérie, on peut distinguer avec Benjamin Stora45 quatre groupes-mémoire qui se sont constitués, généralement sous une forme associative, en coalitions de cause mémorielle, depuis l’indépendance : les pieds-noirs46, les anciens soldats français envoyés en Algérie entre 1955 et 196247, les harkis (forces supplétives de l’armée française), et les travailleurs immigrés algériens.

  • 48 Certains Algériens, devenus harkis par la suite, ont pu immigrer en France, avant la guerre, pour (...)

37Notre enquête porte précisément sur des individus, nés en France ou ayant vécu l’essentiel de leur vie en France depuis leur enfance, issus de populations qui rassemblent des descendants de harkis, et des descendants de travailleurs immigrés algériens en France48. Ces deux catégories de populations ont la particularité commune d’avoir connu, pour des raisons et dans des situations différentes, la guerre (en métropole ou sur le territoire algérien) et la migration en France.

  • 49 Halbwachs M., op. cit., p. 94-95.

38Le fait qu’il existe en France des coalitions de cause mémorielle instituées ne signifie nullement que tous les descendants de harkis et de travailleurs algériens partagent les mêmes représentations que les coalitions de cause auxquelles ils sont censés appartenir. Il y aurait assurément un biais essentialiste à faire des représentations mémorielles des descendants de migrants une duplication des discours parfois réifiés portés par les associations mémorielles. C’est plutôt au sein des familles, en plus des autres vecteurs mémoriels (école, livres, articles de presse, documentaires télévisuels, internet…), que se joue la structuration la plus forte et la plus durable des dispositifs de transmission mémorielle, même s’il n’y a jamais de reproduction mécanique d’une mémoire collective sur une mémoire individuelle. Nous partageons ainsi, avec Maurice Halbwachs, l’idée « que chaque mémoire individuelle est un point de vue sur la mémoire collective, que ce point de vue change suivant la place que j’y occupe, et que cette place elle-même change suivant les relations que j’entretiens avec d’autres milieux49 ». C’est dire que l’hypothèse même d’une mémoire familiale comme sujet collectif est une idée-limite, sauf à parler de cadres familiaux de constructions des mémoires individuelles. Ce n’est pas la mémoire familiale en elle-même qui est l’objet de notre analyse, mais des mémoires individuelles structurées par des cadres familiaux de transmission de souvenirs et de pratiques.

Le récit de vie comme technique d’enquête et comme technologie de soi

  • 50 Sur l’histoire de la sociologie des récits de vie depuis les travaux fondateurs de l’école de Chic (...)

39Les techniques d’enquête qualitative issues de la sociologie des récits de vie nous sont apparues les mieux appropriées pour étudier des trajectoires biographiques, sachant que ce ne sont jamais les histoires de vie en elles-mêmes qui nous sont données à interpréter, mais toujours des histoires de vie médiatisées par le récit qu’en fait un narrateur. L’originalité de notre démarche, au regard de la tradition sociologique50, relève de la double attention que nous accordons aux récits de vie : méthodologique et onto-anthropologique. Dans l’espoir d’obtenir une connaissance plus fine et plus approfondie d’une réalité sociale ou de trajectoires biographiques, le récit de vie, sous la forme d’entretiens narratifs, est généralement mobilisé en sociologie comme technique d’enquête, comme recueil de données, alternatifs aux méthodes quantitatives et statistiques.

  • 51 On peut citer notamment : Lepoutre D. (Cannoodt I. [coll.]), Souvenirs de familles immigrées, Pari (...)
  • 52 Nous reconnaissons une dette particulière à l’égard du travail d’analyse d’entretiens mené par M. (...)

40Si nous nous reconnaissons dans cette tradition sociologique méthodologique, nous accordons également aux récits de vie une dimension onto-anthropologique comprise comme technologies de soi, comme dispositifs de constructions narratives de soi. Le récit de vie, comme technique méthodologique, s’enrichit ontologiquement du récit de vie, comme mode de subjectivation, à travers les mises en intrigue de soi. Considérer le récit de vie comme technologie de soi nous permettra notamment de montrer que l’héritage de la « terre » et de la guerre d’Algérie, à travers les descendants de migrants, ne saurait se penser sous la seule catégorie du subir. Se concentrer sur les mises en intrigue témoigne de la part active constitutive du travail, des efforts d’appropriation, de traduction, de transformation de cet héritage. Ce n’est pas le recours à des récits de vie pour comprendre la mémoire familiale de la guerre d’Algérie et de la migration qui constitue en soi l’apport de notre travail51 mais l’inscription de ces récits de vie dans le cadre d’une interprétation narrative du soi. En cela, notre recherche, bien que mobilisant des techniques d’enquêtes sociologiques, demeure bel et bien d’inspiration philosophique en son amont et en son aval. En ce sens nous importe moins la dimension statistiquement représentative de notre échantillon de population que la variété et les écarts significatifs des récits de trajectoires biographiques52.

  • 53 Pour des questions de protection de la vie personnelle, seuls les prénoms de nos narrateurs sont m (...)
  • 54 Comme on le verra dans le détail au cours de notre analyse, la logique de discrimination sociale e (...)

41Notre matériau est constitué de neuf entretiens narratifs (entretiens semi-directifs), réalisés entre 2006 et 2009, répartis de la façon suivante : cinq entretiens avec des descendants de travailleurs algériens immigrés en France, quatre entretiens avec des descendants de harkis53. Recueillir des entretiens de ce type est une tâche particulièrement délicate puisqu’il s’agit de sélectionner des narrateurs potentiels en fonction d’une « origine ». Sans relancer ici le débat sur les « statistiques ethniques » (il n’est d’ailleurs pas question ici d’origine ethnique, encore moins de statistiques), insistons sur la violence symbolique que peut générer une enquête comme la nôtre qui objective un segment de l’identité d’un individu selon une catégorie sociale qui peut être subjectivement vécue par les intéressés comme une honte, une tare, un stigmate. L’« origine », que nous posons ici comme problème scientifique, peut être perçue subjectivement par nos interlocuteurs comme préjugé et comme discrimination qui pèsent sur ceux qui sont soupçonnés précisément d’avoir une « origine » (sous-entendue non française). D’aucuns manifestent parfois une certaine lassitude, voire de la colère, de ne pas être considérés pour ce qu’ils font ou ce qu’ils sont devenus, mais d’être perçus systématiquement par le monde social dominant en fonction des mêmes schèmes : « jeunes issus de l’immigration », « jeunes issus des banlieues ou des quartiers populaires » et plus récemment, « jeunes issus de la diversité ». À cela s’ajoutent et se mêlent le plus souvent des dispositifs d’objectivation raciale où la représentation de la couleur de peau et du nom de famille ramène l’individu à un éternel étranger dans son propre pays de naissance54. Ce sempiternel qualificatif de la jeunesse d’origine immigrée recèle indéniablement une violence sociale d’infantilisation à l’encontre d’adultes, qui ont parfois dépassé la cinquantaine, qui n’ont vécu qu’en France depuis leur enfance, et qui n’ont parfois comme origine immigrée que le faciès que le monde social leur renvoie. Il n’est donc pas anodin que nous ayons été confrontés à des hésitations et à des refus massifs de la part d’individus dont le travail biographique consiste précisément à gommer cette « origine » ou à refuser cette assignation identitaire. À plusieurs reprises, des personnes rencontrées nous ont déclaré n’avoir rien à nous dire parce qu’elles ne connaissent rien de leur histoire familiale, d’autres estiment qu’elles n’ont rien à voir avec cette histoire. Ces refus et ces hésitations doivent faire partie intégrante des résultats de notre travail.

  • 55 À la différence de Vincent de Gaulejac et de son équipe de recherche de Paris VII, notre projet ne (...)

42Il nous a fallu souvent mettre en place des entretiens préalables pour instaurer une relation de confiance et conjurer les craintes qu’avaient nos interlocuteurs de se retrouver en face d’un juge plutôt que d’un chercheur. Au problème de l’objectivation d’un individu par son « origine » familiale s’ajoute le fait que la guerre d’Algérie représente encore pour de nombreux individus et de nombreuses familles un véritable traumatisme : parler de ces événements, parfois refoulés, à un étranger, fût-il chercheur, a nécessité pour certains de nos narrateurs un véritable effort d’abnégation. On ne se confie pas facilement à une personne souvent inconnue sur une histoire aussi douloureuse, qui ravive les plaies de l’histoire personnelle et familiale. Dans certains cas, les entretiens ont pu avoir, à notre corps défendant55, des effets cathartiques sur nos interlocuteurs.

  • 56 Beaud S., « L’usage de l’entretien en sciences sociales », Politix, vol. 9, 35, 1996, p. 242.
  • 57 Zonabend F., La mémoire longue, Paris, Éditions de Jean-Michel Place, 1999.
  • 58 Fabbiano G., « De l’indigène post-colonial aux générations post-algériennes. Processus d’identifica (...)

43Notre travail de terrain a souvent nécessité de recourir à des tiers ou à des intermédiaires pour prendre les premiers contacts avec nos futurs narrateurs. Ces tiers peuvent prendre la figure de connaissances personnelles, liées à des réseaux d’amis ou à des réseaux professionnels. Le risque de puiser dans les seules ressources des adhérents d’associations (par exemple de harkis) aurait été d’avoir seulement affaire à des porte-parole de discours officiels sur la guerre d’Algérie. C’est le comportement type que l’on rencontre également, comme le montre S. Beaud, « chez les porte-parole autorisés comme les militants politiques ou syndicaux qui – effet d’acculturation lié aux différents mécanismes d’apprentissage des activités militantes ou à leur pente sociale ascendante – ont tendance à développer des discours dans un langage d’emprunt, qui puise dans le registre des lectures syndicales, propos qui fonctionnent comme autant de discours écrans des pratiques sociales concrètes56 ». Cette tendance ne se retrouve pas cependant dans tous les milieux associatifs, notamment dans les toutes petites structures qui ne rassemblent parfois que quelques membres. Ainsi, une de nos narratrices, Zahra, bien que responsable d’une très petite association de harkis à Angers, ne s’inscrit pas dans la tendance des « porte-parole autorisés » décrite par S. Beaud. Il nous a semblé néanmoins essentiel, sur les pas de Françoise Zonabend57 et de Giulia Fabbiano58, de recueillir des récits de vie d’anonymes tenus à l’écart des discours et des représentations véhiculés par les coalitions de cause mémorielle.

  • 59 Beaud S., « L’usage de l’entretien en sciences sociales », op. cit., p. 238.

44Nos principales zones géographiques d’enquêtes sont la Seine-Maritime (notamment la région du Havre où résident des populations d’« origine » immigrée algérienne) et le Maine-et-Loire (notamment la région de Saumur dans laquelle vit un nombre relativement important de familles de harkis). Trois entretiens (Belinda, Ourdia, Anissa) se sont déroulés à notre domicile, un seul dans un lieu tiers (un café) mais choisi par notre narrateur (Mohamed), le reste des entretiens s’est passé au domicile de nos narrateurs (Louis, Ahmed, Youssef, Dalila, Zahra). Le choix du lieu de rencontre qui leur a été proposé n’est pas anodin : les effets immédiats de sens, les impositions spontanées de catégories n’ont pas le même impact dans chacun des cas. Dans le dernier cas de figure, c’est le chercheur qui entre dans l’univers familier de signification du narrateur. Dans le premier cas de figure, c’est le narrateur qui pénètre dans l’univers familier du chercheur59.

La construction de cas typiques-singuliers

  • 60 Voir Passeron J.-C. et Revel J. (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005.

45Dresser des portraits ou construire des trajectoires biographiques mises en récit ne revient pas à considérer chaque récit de vie comme purement singulier. Si nous visons bien une « connaissance par cas60 », les « cas » en question ne sont pas considérés comme des « cas-limites » ou des « cas litigieux », des singularités irréductibles qui font obstacle à l’application d’une règle ou d’une régularité. Comme nous l’apprend notamment la sociologie phénoménologique, la réalité sociale est constituée de rôles sociaux, de comportements types, d’identifications types qui renvoient aux habitus « ouverts » qui pèsent sur toute identité personnelle. De même qu’il y a des actions typiques dans des situations typiques, de même il y a des trajectoires biographiques typiques, des technologies de soi typiques lorsque des individus sont confrontés à des événements biographiques typiques dans des situations typiques. De même que l’on rapporte, dans la connaissance ordinaire comme dans la connaissance savante, des actions typiques à des motifs types, à des classes générales de motifs (il a blessé par vengeance, par jalousie…), de même chaque récit de vie doit pouvoir être rapporté à un ensemble de trajectoires typiques. Ainsi les descendants d’immigrés algériens en France ont pu connaître des modes de socialisation proches (sans être équivalents), des modes de transmission comparables, des expériences et des trajectoires semblables (sans être les mêmes), des dispositifs d’objectivation et de discrimination sociales et raciales récurrents…

46Dans la mesure où il n’est pas dans notre ambition (sous peine, en outre, de commettre des inductions abusives), de monter en généralité et d’établir nous-mêmes la typicalité des trajectoires biographiques à partir de l’étude de quelques cas, il est indispensable de nous appuyer sur des études générales (histoire et sociologie de l’immigration algérienne en France, sociologie et histoire des harkis…). Ainsi le plaidoyer pour l’entretien narratif dans lequel nous nous reconnaissons ne revient aucunement à couper les ponts avec les résultats obtenus par des méthodes quantitatives en sciences sociales, seules à même de produire des généralisations et d’objectiver la part de schèmes, de traits communs, d’airs de famille qu’il peut y avoir dans tout portrait. « La connaissance par cas » à laquelle nous aspirons tente ainsi d’échapper à l’alternative du mouvement épistémologique « ascendant » (production de généralités à partir de l’addition ou de la comparaison de cas particuliers) et du mouvement épistémologique « descendant » (subsomption d’un cas sous une règle ou une régularité, celles-ci étant déjà données), parent du jugement déterminant (au sens kantien du terme) et de la démarche hypothético-déductive. Les « cas » que nous objectivons ne s’apparentent aucunement aux « cas » construits dans le cadre de la psychanalyse freudienne. Types inconnus au départ, les « cas » en psychanalyse sont à la fois des « cas singuliers » et des « cas princeps » :

  • 61 Ibid., p. 29.

« En matière d’explication psychogénétique des névroses, le cas fait preuve à l’exacte mesure de ce que la cure en approfondit […], la force de la preuve croîtra à mesure que se présenteront d’autres cas, analogues ou parents par plusieurs de leurs traits ou symptômes61. »

  • 62 Schütz A., Le chercheur et le quotidien, op. cit., p. 43.
  • 63 Delory-Momberger C., Les histoires de vie, Paris, Economica, 2004, p. 218.
  • 64 Passeron J.-C. et Revel J., op. cit., p. 17.

47Dans la mesure où chaque cas biographique comporte nécessairement des expériences et des événements que d’autres n’ont pas vécus, dès lors que le sens subjectif et la mise en récit d’une histoire de vie ne sont pas superposables d’un individu à l’autre, il n’est pas question de réduire chaque trajectoire à sa part objective de typicalité. Comme le souligne Alfred Schütz : « La signification subjective qu’une action a pour un acteur est unique et individuelle parce qu’elle s’origine dans la situation biographique unique et individuelle de l’acteur62. » Si les trajectoires biographiques n’étaient que typiques, nul besoin de recourir à une sociologie des récits de vie. Or, le chercheur en sciences sociales n’a jamais affaire à des types purs, sauf à passer à côté de la densité et de la complexité des trajectoires de vie et des interactions sociales, sauf à objectiver la réalité sociale sous le seul point de vue d’un ordre réglé de rôles et d’interactions types désincarnés. S’inspirant des thèses de F. Ferrarotti, Christine Delory-Momberger s’élève ainsi contre la réduction sociologique qui « consiste à se servir de l’histoire de vie comme illustration ou validation a posteriori d’un modèle d’interprétation, auquel elle rapporte la dimension de l’événementiel et du concret63 ». Ainsi, les « cas » que nous construisons, s’ils ne sont pas de « pures » singularités, ne sont pas non plus « des exemplaires quelconques au sein d’une série monotone », de simples illustrations de types anonymes, encore moins « des exemples arbitrairement choisis pour illustrer une proposition universellement valide64 ».

  • 65 Bessin M., Bidart C. et Grossetti M., « L’enquête sur les bifurcations », op. cit., p. 29.

48L’avertissement de Ferrarotti et de Delory-Momberger ne doit pas reconduire toutefois au travers inverse qui occulte la part de typicalité que comporte toute histoire de vie. Chaque récit de vie se présente ainsi comme un composé de trajectoires typiques et d’expériences singulières, c’est-à-dire un agencement typique-singulier qui interroge « la dynamique réciproque entre l’action des déterminismes sociaux, familiaux, psychiques et le travail des individus sur leur propre histoire, réflexivité qui devient elle-même un des traits saillants de l’institution biographique65 ». C’est pourquoi dans chaque portrait figurent des schèmes généraux dans lesquels on peut placer un ensemble de trajectoires typiques et des éléments originaux, des touches propres qui font de chaque portrait un produit reconnaissable entre tous.

  • 66 Ibid., p. 32-33.
  • 67 Ferrarotti F., Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales, P (...)
  • 68 Bovet A. et Gonzalez P., « La raison ordinaire peut-elle avoir raison de la sociologie ? », inFarr (...)
  • 69 Sacks H., « On the Analysability of Stories by Children », in Gumperz J. J. et Hymes D. (dir.), Di (...)

49Le travail d’interprétation du chercheur se justifie ici d’autant plus qu’il doit notamment expliciter et rapporter des énoncés narratifs à des catégories d’analyse plus générales qui renvoient elles-mêmes à des dispositifs sociaux, à des trajectoires et à des technologies de soi typiques. Au regard de la typologie des postures méthodologiques élaborée par Marc Bessin, Michel Grossetti et Claire Bidart66, notre approche relève d’une posture à dominante « subjectivante », par opposition à une posture « objectivante » pour laquelle l’analyste s’autorise à écrire l’histoire de vie de ses narrateurs selon ses propres critères de temporalité et de bifurcations. C’est dire que nous nous efforçons de comprendre le sens que nos narrateurs donnent aux événements de leur vie, sans nous prononcer sur la réalité des événements ou sur leur véracité (ce qui revient à confirmer la distinction entre histoire de vie et récit de vie). C’est d’abord et avant tout aux narrateurs de dire le sens des événements, de configurer, fût-ce de manière inachevée, leur expérience de vie. Il ne s’agit pas pour autant de proposer un simple compte rendu de discours où tout serait déjà dit dans une narration première qui se réfléchirait simplement dans le miroir non-déformant de l’analyste. Parce qu’il y a du non-dit, de l’implicite, des points aveugles dans les récits de vie, il est nécessaire de procéder à des reconstructions, des interprétations, à des explications « souples » de trajectoires biographiques, sans épouser pour autant la posture du sociologue-roi, avatar du philosophe du même nom. Dans le paradigme herméneutique, les interprétations scientifiques prétendent d’autant moins à une connaissance ultime des narrateurs qu’elles sont pragmatiquement relatives aux situations d’entretien narratif. Loin d’être la simple mise en intrigue factuelle d’une histoire de vie écrite à la première personne du singulier, le récit de vie est toujours le produit d’une interaction ici et maintenant entre un narrateur et un narrataire, comme le souligne F. Ferrarotti : « Chaque récit d’un acte ou d’une vie est à son tour un acte, la totalisation synthétique d’expériences vécues et d’une interaction sociale67. » C’est dans le même sens que Philippe Gonzalez et Alain Bovet68 (en s’inspirant des travaux de Sacks69) parlent du narrataire comme d’un « co-producteur de sens » du récit, a fortiori, lorsqu’il s’agit de « récits sollicités » par opposition aux « récits spontanés » (selon la distinction établie par Sacks). Dans les cas les plus probables des entretiens narratifs à visée scientifique, c’est le chercheur qui sollicite un interlocuteur pour qu’il raconte un récit ou son récit de vie. Il y a une injonction à raconter qui peut être éventuellement suivie d’un refus. Par sa seule présence, par les représentations sociales que le narrateur lui attribue, par les questions qu’il pose, par les techniques de relance (pour combler un vide, pour réorienter l’entretien…), par ses réactions et ses silences, le narrataire professionnel, quand bien même voudrait-il s’effacer pour laisser être la parole de son narrateur, participe directement et indirectement à la construction du récit de ce dernier. Le récit de vie que récolte l’herméneute professionnel n’est donc pas seulement le récit d’un autre qui serait entièrement étranger à lui-même dès lors qu’il n’est jamais, en situation d’entretien, un observateur extra-mondain mais un co-auteur des sens du récit. L’herméneutique n’est donc pas ici appliquée à des textes rendus autonomes et fixes, mais appliquée à des récits de vie construits dans l’événement d’une interaction entre un narrataire et un narrateur.

  • 70 C’est le sens même des démarches longitudinales en sciences sociales : le chercheur procède à des (...)

50Dans un autre contexte d’interlocution, en présence d’un autre narrataire, à un autre moment de son existence, le narrateur produira des discours sensiblement ou même radicalement différents pour parler de lui-même, d’un même fait ou d’un même événement70. Si nous projetions de reproduire le même entretien avec le même narrateur dix années après le premier, il y a fort à parier que les éléments retenus, les éléments interprétés de la guerre d’Algérie ne seraient plus tout à fait les mêmes. Ce sont les horizons de sens, les positions sociales du présent et les interactions en situation qui fixent pour une large part la teneur des identités narratives. Et il nous semble vain de vouloir chercher à totaliser la somme des différentes mises en récit de soi au cours d’une existence dans une sorte de super-intrigue qui ferait resurgir le spectre hégélien de la totalisation de soi-même. D’où le caractère pragmatiquement limité d’une sociologie herméneutique, impuissante à placer, dans des catégories réifiées et définitives, des identités personnelles ontologiquement en devenir.

  • 71 Chaque entretien débute systématiquement par une même question : « Quelle est la place de la guerr (...)

51Toutes les citations en italique dans le texte renvoient aux énoncés de nos narrateurs. Tout en mobilisant un réseau conceptuel approprié à chaque cas, le corps principal du texte accorde une large place à la parole vive des narrateurs. Nous réservons ainsi aux notes de bas de page, outre leur fonction traditionnelle, une fonction de discussion de modèles d’analyses sociologiques et de définitions conceptuelles. Les deux corps du texte, bien qu’ayant leur logique propre, s’interpellent mutuellement et continument. Dans le dessein de ne pas surcharger l’analyse de chaque trajectoire biographique, les réseaux conceptuels et les modèles d’analyse seront introduits progressivement au fur et à mesure du déploiement de notre étude. Chaque analyse de récit de vie ne suit pas nécessairement l’ordre thématique de l’entretien, en raison de redondances dans le discours, en raison d’allers et retours d’une période à l’autre, d’un sujet à l’autre. Autant de phénomènes de discours liés au caractère semi-directif de l’entretien qui laisse une liberté de parole aux narrateurs. À partir de la retranscription du matériau brut de l’entretien, nous avons donc procédé à une reconstruction interprétative de chaque récit de vie, mais sans jamais chercher à gommer tel énoncé, ou à « lisser » les portraits71.

Notes

1 Ricœur P., « Existence et herméneutique », Le conflit des interprétations, Paris, Le Seuil, 1969, p. 26.

2 Foucault M., L’herméneutique du sujet, Paris, Gallimard, 2001, p. 171. Nous avons proposé une confrontation des anthropologies herméneutiques de Ricœur et Foucault dans « L’animal herméneutique », inFiasse G. (dir.), Paul Ricœur. De l’homme faillible à l’homme capable, Paris, PUF, 2008, p. 63-93. Voir également Castonguay S., « Michel Foucault et Paul Ricœur, vers un dialogue possible », Études ricœuriennes/Ricœur Studies, vol. 1, 1, 2010, p. 68-86.

3 Dans d’autres travaux publiés, Foucault analyse cependant d’autres catégories de technologies de soi, notamment celles relatives à la sexualité et à l’usage des plaisirs (voir Histoire de la sexualité, III : Le souci de soi, Paris, Gallimard, 1984).

4 Sur la dialectique entre subjectivation et socialisation, voir Gaulejac V. de, Qui est « je » ?, Paris, Le Seuil, 2009 ; Martuccelli D., Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard, 2002 ; Kaufmann J.-C., L’invention de soi, Paris, Armand Colin, 2004.

5 Les mises en récit de soi peuvent s’apparenter également à des arts de faire (au sens de Certeau M. de, L’invention du quotidien, t. 1 : Arts de faire, Gallimard, 1990) et à des ethnométhodes (au sens de Garfinkel H., Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, 2007). Les mises en récit de soi sont ouvertes à l’investigation ethnométhodologique dès lors qu’elles rendent compte de rôles, d’attitudes et d’identifications typiques. C’est le cas par exemple lorsque Garfinkel analyse des segments de récits de vie du « cas Agnès » (ibid., p. 203-295).

6 Boltanski L., L’amour et la justice comme compétences, Paris, Métailié, 1991, p. 129.

7 Ricœur P., Temps et récit, t. 3, Paris, Le Seuil, 1985, p. 446.

8 Bourdieu P., Raisons pratiques, Paris, Le Seuil, 1994, p. 81-82. En mettant le doigt sur les illusions biographiques, il s’agit en même temps de dénoncer, au cours d’un conflit épistémologique interne aux sciences sociales, la position de plus en plus prépondérante occupée par la sociologie des récits de vie. Toutefois, dans La misère du monde (Paris, Le Seuil, 1993), ouvrage que Pierre Bourdieu a coordonné, une place centrale est accordée aux entretiens narratifs.

9 Bertaux D., L’enquête et ses méthodes : le récit de vie, Paris, Armand Colin, 2005.

10 Delory-Momberger C., Le sens de l’histoire. Moments d’une biographie, Paris, Economica, 2001, p. 13-14.

11 Leclerc-Olive M., Le dire de l’événement (biographique), Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1998, p. 76. Pour expliciter l’écart entre l’interprétation du narrateur de son histoire de vie et l’interprétation qu’en fait le chercheur, Christine Delory-Momberger parle d’hétérobiographie. Elle insiste sur l’impact de la biographie du chercheur sur l’interprétation de la biographie de ses narrateurs : « Dans la situation hétérobiographique, je ne suis pas dans un rapport d’immédiateté et de transparence avec l’univers qu’autrui me transmettrait et qui prendrait pour moi la dimension objective d’un document : ma lecture s’inscrit dans un jeu d’interrelations qui fait du récit d’autrui, non pas un objet unanimement décodable, mais un en-jeu entre autrui et moi, et entre moi et moi-même. Je ne peux construire à mon tour le récit que j’entends ou que je lis qu’en le rapportant à mes propres construits biographiques et en le faisant entrer, en le com-prenant dans des rapports de résonance et d’intelligibilité. » (Delory-Momberger C., op. cit., p. 17.)

12 Leclerc-Olive M., op. cit., p. 34.

13 Voir Romano C., L’événement et le monde, Paris, PUF, 1999 et L’aventure temporelle, Paris, PUF, 2010.

14 Grossetti M., Sociologie de l’imprévisible. Dynamiques de l’activité et des formes sociales, Paris, PUF, 2004.

15 Sur la conception impersonnelle de l’événement, telle qu’elle est par exemple théorisée par le philosophe D. Davidson, voir Essays on Actions and Events, Oxford, Clarenton Press, 1980. Voir également Ogien R., « Plaidoyer pour l’événement quelconque », L’événement en perspective, Paris, Édition de l’EHESS, 1991, p. 203-227.

16 Sur la critique de la conception impersonnelle de l’événement, voir Ricœur P., Soi-même comme un autre, op. cit., p. 93-108. Voir également la contribution de Borisenkova A., « Narrative Refiguration of Social Events : Paul Ricoeur’s Contribution to Rethinking the Social », Études ricœuriennes/Ricœur Studies, vol. 1, déc. 2010, p. 87-98.

17 Romano C., L’aventure temporelle, op. cit., p. 36. C’est la raison pour laquelle l’événement, au sens de Romano, ne peut être par définition qu’un événement biographique.

18 Bessin M., « Le trouble de l’événement : la place des émotions dans les bifurcations », in Bessin M., Bidart C. et Grossetti M. (dir.), Bifurcations, les sciences sociales face à l’événement Paris, La Découverte, 2010, p. 320.

19 Romano C., L’aventure temporelle, op. cit., p. 79.

20 Sur la notion de turning points comme événements « qui « réorientent notre route » par opposition aux cycles réguliers de la vie, voir notamment Hughes E. C., « Cycles, Turning point and Career », The sociological Eye, Chicago, Aldine, 1971, p. 124-131 ; Abbot A., « From cause to events », Sociological Methods and Research, 20, p. 428-455.

21 Goffman E., Les rites d’interaction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1974, p. 6-10.

22 Castel R., La montée des incertitudes. Travail, protection, statut des individus, Paris, Le Seuil, 2009.

23 Strauss A., La trame de la négociation, Paris, L’Harmattan, 1991.

24 Pollak M., L’expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Métailié, 2000, p. 10.

25 Sur les limites du récit de soi à la lumière de la psychanalyse, voir les analyses de Porée J., « La philosophie au miroir de la psychanalyse », Laval théologique et philosophique, vol. 65, no 3, 2009, p. 405-429.

26 Sur ce point, voir notre contribution, « Narrativité, narration, narratologie », Revue européenne des sciences sociales, tome XLI, no 125, 2003, p. 125-142.

27 P. Berger et T. Luckmann (La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens, 1994, p. 214-218) parlent d’alternation notamment dans le cas typique de la conversion religieuse : un changement radical de réalité sociale oblige l’individu à une transformation complète de son identité narrative. Les sociologues comparent l’alternation à une nouvelle socialisation primaire dans la mesure où les individus « doivent redistribuer de façon radicale les accents de réalité et dès lors reproduire à un degré considérable d’identification fortement affective au personnel de socialisation qui était caractéristique de l’enfance » (ibid., p. 214).

28 Marc Bessin, Claire Bidart et Michel Grossetti montrent bien en quoi et pourquoi les sciences sociales (structuralistes ou pas), pour se constituer comme sciences, se sont longtemps méfiées de l’événement assimilé à l’irrégularité, la contingence, la discontinuité. Ce modèle positiviste tend à minorer, voire à gommer, l’effet dissonant de l’événement, au profit d’une attention aux régularités, aux cycles de la vie individuelle et collective, voir Bessin M., Bidart C. et Grossetti M., « L’enquête sur les bifurcations », in Bessin M., Bidart C. et Grossetti M. (dir.), Bifurcations…, op. cit., p. 8-17.

29 Dans une perspective lacanienne, voir les travaux de F. Davoine et J.-M. Gaudillière (Histoire et trauma, Paris, Stock, 2006) sur les obstacles à la mise en récit des traumas de guerre.

30 Cité dans Gaulejac V. de, La famille en héritage. Roman familial et trajectoire sociale, Paris, Desclée de Brouwer, 1999, p. 129.

31 Cette objection importante m’a été adressée par Michèle Leclerc-Olive.

32 Tassin É., « Événements versus bifurcations. Digressions philosophiques sur les raisons des miracles », in Bessin M., Bidart C. et Grossetti M. (dir.), Bifurcations…, op. cit., p. 92.

33 Ibid., p. 101.

34 Bloch M., « Mémoire autobiographique et mémoire historique du passé éloigné », Enquêtes : anthropologie, histoire, sociologie, no 1, 1995, p. 43-50.

35 Lemee-Gonçalves C., « Réappropriation culturelle dans le monde yiddish », Ethnologie française, dossier « Mémoires partagées, mémoires en conflits », n° 3, juillet 2007, p. 493-499.

36 Bloch M., op. cit., p. 75.

37 Marianne Hirsch parle de post-mémoire pour rendre compte du dispositif de transmission (sans souvenir) de traumatisme de guerre chez ceux qui ne l’ont pas vécu directement : « La post-mémoire est séparée de la mémoire par une distance de génération, et de l’histoire par un rapport d’émotions personnelles. La post-mémoire est une forme très puissante et très particulière de mémoire, précisément parce que son rapport aux objets et aux sources n’est pas médiatisé par des souvenirs, mais par un investissement imaginaire et par la création. » (Hirsch M., Family Fames. Photography, Narrative, and Postmemory, Cambridge, Harvard University Press, 1997, p. 22.)

38 L’expression « guerre d’Algérie », qui appartient au vocabulaire français, apparaît à partir de 1955 dans la presse française (lorsque le gouvernement décide d’envoyer en Algérie les rappelés) pour désigner le combat contre les « rebelles » et les « terroristes ». À partir des accords d’Évian, le terme de « guerre » disparaît dans le discours politique au profit de l’expression « opérations de maintien de la paix en Afrique du Nord ». Il faudra attendre juin 1999 pour que le terme de « guerre d’Algérie » soit reconnu par l’Assemblée nationale. Du côté algérien, les expressions privilégiées sont « guerre de libération nationale », « guerre d’indépendance », « révolution algérienne ».

39 Nous avons déjà travaillé sur la mémoire de la guerre d’Algérie dans notre précédent ouvrage (Gouverner les mémoires. Les politiques mémorielles en France, Paris, PUF, 2010). Mais il s’agissait alors de l’analyser à l’échelle de la mémoire officielle (lois, discours…) produite par des acteurs publics. Le présent ouvrage se fixe pour objectif de changer d’échelle : la mémoire de la guerre d’Algérie est étudiée à l’échelle microsociologique des individus, au ras des mémoires individuelles et familiales.

40 Cette hypothèse liminaire ne revient aucunement à postuler que la guerre d’Algérie et ses conséquences seraient les seuls événements biographiques pertinents pour rendre compte de la trajectoire biographique de nos narrateurs. Ces événements, aussi centraux soient-ils, n’épuisent en rien leur intrigue personnelle.

41 Brouard S. et Tiberj V., Français comme les autres ? Enquête sur les citoyens d’origine maghrébine, africaine et turque, Paris, Presses de Sciences Po, 2005. S. Brouard et V. Tiberj préfèrent l’expression « nouveaux Français » (à celle de « deuxième génération »). Cette expression n’est pas entièrement satisfaisante dès lors qu’elle peut laisser suggérer que l’on est en présence de Français nouvellement naturalisés.

42 Noiriel G., Le creuset français, Histoire de l’immigration (XIXe-XXe siècles), Paris, Le Seuil, 2006, p. 21.

43 Halbwachs M., La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 129.

44 Les spécialistes de politiques publiques parlent de coalition de cause pour désigner le regroupement d’individus qui partagent un ensemble de croyances et de perceptions du monde et agissent de concert pour traduire cette croyance en politique publique (Sabatier P. et Jenkins-Smith H., Policy Change and learning : An Advocacy Coalition Approach, Boulder [Colo], Westview Press, 1993). Lorsque des groupes-mémoire s’emploient à construire des problèmes publics mémoriels, à faire pression sur les pouvoirs publics pour les traduire en programmes publics mémoriels, on peut les qualifier de coalitions de cause mémorielle.

45 Stora B., La gangrène et l’oubli, Paris, La Découverte, 2006, p. 256-265.

46 Sur la construction d’une mémoire collective des pieds-noirs, voir les travaux d’E. Savarese, notamment Algérie. La guerre des mémoires, Paris, Éditions Non Lieu, 2007.

47 Claire Mauss-Copeaux a réalisé un travail d’enquête qualitative remarquable sur ce groupe-mémoire, voir Appelés en Algérie. La parole confisquée, Paris, Hachette, 2002.

48 Certains Algériens, devenus harkis par la suite, ont pu immigrer en France, avant la guerre, pour des raisons à dominantes économiques, bien que les raisons d’une migration soient toujours multiples.

49 Halbwachs M., op. cit., p. 94-95.

50 Sur l’histoire de la sociologie des récits de vie depuis les travaux fondateurs de l’école de Chicago, voir Delory-Momberger C., Les histoires de vie, op. cit., p. 171-268.

51 On peut citer notamment : Lepoutre D. (Cannoodt I. [coll.]), Souvenirs de familles immigrées, Paris, Odile Jacob, 2005 ; Muller L., Le silence des harkis, Paris, L’Harmattan, 1999. Nous partageons notamment avec David Lepoutre la thèse centrale selon laquelle la transmission de la mémoire familiale doit se penser dans les termes d’une dynamique d’appropriation.

52 Nous reconnaissons une dette particulière à l’égard du travail d’analyse d’entretiens mené par M. Pollak (L’expérience concentrationnaire, op. cit.) et à l’égard du travail réalisé par un non-sociologue de métier, Patrick Rotman, dans le documentaire La guerre sans nom (1991). Bien que traitant d’objets différents du nôtre, les dispositifs d’entretiens mis en œuvre dans chacun de ces cas représentent un véritable modèle en ce qu’ils parviennent à produire une libération exemplaire de la parole des narrateurs (avec d’autres instruments que la cure analytique), à surmonter certains obstacles sociaux et psychologiques propres aux situations d’entretien, a fortiori, lorsqu’il s’agit de raconter des événements traumatiques.

53 Pour des questions de protection de la vie personnelle, seuls les prénoms de nos narrateurs sont mentionnés dans notre texte.

54 Comme on le verra dans le détail au cours de notre analyse, la logique de discrimination sociale et raciale héritée de la colonisation a des effets directs sur la logique de la transmission mémorielle de la guerre d’Algérie et de la « culture » algérienne à travers les générations.

55 À la différence de Vincent de Gaulejac et de son équipe de recherche de Paris VII, notre projet ne s’inscrit pas ouvertement dans le cadre d’une sociologie clinique. Ce qui ne nous empêchera pas, le cas échéant, de mobiliser certains concepts forgés par ce courant sociologique pour analyser des segments de récits de vie.

56 Beaud S., « L’usage de l’entretien en sciences sociales », Politix, vol. 9, 35, 1996, p. 242.

57 Zonabend F., La mémoire longue, Paris, Éditions de Jean-Michel Place, 1999.

58 Fabbiano G., « De l’indigène post-colonial aux générations post-algériennes. Processus d’identification et de différentiation des descendants de harkis et d’immigrés », Migrations/société, vol. 19, 133, p. 95-110.

59 Beaud S., « L’usage de l’entretien en sciences sociales », op. cit., p. 238.

60 Voir Passeron J.-C. et Revel J. (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005.

61 Ibid., p. 29.

62 Schütz A., Le chercheur et le quotidien, op. cit., p. 43.

63 Delory-Momberger C., Les histoires de vie, Paris, Economica, 2004, p. 218.

64 Passeron J.-C. et Revel J., op. cit., p. 17.

65 Bessin M., Bidart C. et Grossetti M., « L’enquête sur les bifurcations », op. cit., p. 29.

66 Ibid., p. 32-33.

67 Ferrarotti F., Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales, Paris, Méridiens, 1983, p. 53.

68 Bovet A. et Gonzalez P., « La raison ordinaire peut-elle avoir raison de la sociologie ? », inFarrugia F. (dir.), L’interprétation sociologique. Les auteurs, les théories, les débats, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 151-166.

69 Sacks H., « On the Analysability of Stories by Children », in Gumperz J. J. et Hymes D. (dir.), Directions in sociolinguistics: the ethnography of communication, New York, Rinehart & Winston, 1972, p. 325-345.

70 C’est le sens même des démarches longitudinales en sciences sociales : le chercheur procède à des entretiens répétés avec un même interlocuteur au cours de phases différentes de son parcours de vie (option méthodologique que nous n’avons pas retenue dans le cadre du présent travail).

71 Chaque entretien débute systématiquement par une même question : « Quelle est la place de la guerre d’Algérie dans votre histoire de vie personnelle et familiale ? » Chaque trajectoire est étudiée à partir de trois matériaux distincts, selon une méthode que Christine Delory-Momberger qualifie de narrative-biographique : le premier matériau est constitué par l’entretien narratif dont le but est de recueillir la présentation de soi du sujet et qui permet d’accéder aux structures de signification mises en œuvre dans le processus narratif ; le deuxième est le recensement, aussi factuel et exhaustif que possible, des données biographiques concernant le sujet interviewé, dont la lecture offrira un accès aux structures objectives de l’expérience vécue ; le troisième enfin est la constitution, en fonction du champ de l’étude, d’une information complète et précise sur le contexte dans lequel s’inscrivent les parcours biographiques des personnes interviewées (Delory-Momberger C., Les histoires de vie, op. cit., p. 231-232).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540