Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie du soi

 | 
Johann Michel

Préface

Vincent de Gaulejac

Texte intégral

1Entre philosophie et sciences sociales, l’ouvrage de Johann Michel explore les différents processus qui conduisent à la construction du sujet. Dans la continuité des travaux de Paul Ricœur, il développe une pratique narrative qui analyse « les mises en intrigue de soi ». La notion de sujet n’est pas ici pensée comme une entité abstraite, asociale ou a-historique, mais comme un être socialisé, dont il faut penser la fabrication : comprendre l’ensemble des processus, sociaux, psychiques et biologiques à l’œuvre dans la production d’un individu. Celui-ci ne peut se réduire à un corps mammifère socialement programmé. Il s’autoproduit, il contribue à sa propre fabrication.

2L’ouvrage se propose, à partir de l’analyse empirique de récits de vie, d’explorer les mises en intrigue de soi, les « technologies particulières d’interprétation de soi ». Il se compose de différents chapitres qui exposent le « roman vrai » de trajectoires biographiques. Entre fiction et réalité, récit et histoire, objectivité et subjectivité, la démarche adoptée met en évidence la nécessaire complémentarité entre la sociologie de soi et la sociologie clinique. La méthode des récits de vie confronte le chercheur à une double exigence : une compréhension fine et approfondie de la façon dont le chercheur s’investit et est investi dans son objet de recherche ; une analyse des effets de cette posture et de la méthode sur les interlocuteurs.

  • 1 Foucault M., La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 87.

3Proposer à un sujet de raconter son histoire n’est pas une demande anodine. Elle concerne ce qu’il y a de plus intime dans la constitution de l’identité. Comment celle-ci s’est constituée au fil du temps, par quelles expériences le sujet a cherché à advenir face aux contradictions multiples auxquelles il a été confronté. Johann Michel évoque la violence symbolique que peut générer cette rencontre entre un chercheur et un sujet, lorsqu’il s’agit de parler de soi. Ne sommes-nous pas ici dans le risque de la procédure de l’aveu que dénonçait en son temps Michel Foucault dans La volonté de savoir1 ? L’enquête recentre le sujet sur son histoire dans ce qu’elle a de plus personnel, dans des résonances intrapsychiques profondes, en particulier lorsqu’elle réveille des blessures et des traumatismes liés à la guerre d’Algérie et à l’émigration. Le récit peut avoir des effets contradictoires. Douloureux et inhibant pour certains, salvateur et cathartique pour d’autres. Le nombre important de refus auquel il a été confronté, démontre, s’il en était besoin, combien l’histoire est chargée d’affects. Le clinicien sait que ces enjeux de transfert et de contre-transfert sont intenses, et combien leur analyse est nécessaire pour les affronter en connaissance de cause plutôt « qu’à son corps défendant ».

  • 2 Sartre J.-P., Saint Genet comédien et martyr, Paris, Gallimard, 1952, p. 63.
  • 3 Gaulejac V. de, Qui est « je » ?, Paris, Le Seuil, 2009.

4La compréhension savante qui prétend analyser en surplomb les rapports entre l’être de l’homme et l’être de la société, oublie trop souvent que le chercheur est lui-même situé socialement et historiquement, dans un contexte qui surdétermine sa vision du monde. Pour autant, il ne s’agit pas d’opposer l’objectivation à la subjectivation, l’explication à la compréhension, le point de vue distancié au point de vue impliqué. Le chercheur est toujours objet et sujet de sa recherche. On se souvient de la fameuse proposition de Sartre : « Nous ne sommes pas des mottes de terre glaise et l’important n’est pas ce que l’on fait de nous mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu’on fait de nous2. » D’où une proposition hypothétique qui caractérise une démarche dialectique, pas très éloignée de la sociologie du soi : « L’individu est le produit d’une histoire dont il cherche à devenir le sujet ». Mais quelle est la part de pouvoir qu’un sujet peut avoir pour déterminer le cours de son existence ? Comment éviter le piège de « l’illusion biographique », dénoncé par P. Bourdieu, qui consiste à penser que l’on peut maîtriser le sens de sa vie ? Et que signifie ce désir, cette aspiration du sujet en quête de sens, qui semble animé par une volonté farouche d’advenir comme être singulier, affirmant un « JE » qui lui confère une identité propre (de Gaulejac, 2009)3 ?

  • 4 Durkheim É., Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1894.
  • 5 Bourdieu P., Chanboredon J.-C. et Passeron J.-C., Le métier de sociologue, Paris, Mouton/Bordas, 1 (...)
  • 6 [sociologieclinique-iisc.com].

5Bon nombre de sociologues sont réticents à s’engager du côté de la clinique. Ils la perçoivent comme étant contradictoire avec la posture sociologique, du moins celle défendue par Durkheim. L’une de ces règles affirme4 : « Il faut analyser les phénomènes sociaux comme des choses. » Une autre : « Toute explication psychique des phénomènes sociaux est fausse. » La contradiction est forte entre le projet d’intégrer la subjectivité dans l’analyse des phénomènes sociaux, le constat que les affects, les émotions et les sentiments sont des éléments essentiels dans la vie sociale et les histoires de vie, tout en refusant les référents théoriques et méthodologiques qui permettent de rentrer dans le « for intérieur » de chaque individu, jusque dans les sphères les plus intimes de l’être de l’homme. La démarche clinique permet d’approcher le vécu, de considérer que c’est une bénédiction, et non une malédiction, « d’avoir affaire à un objet qui parle », selon l’expression de J.-C. Passeron et P. Bourdieu5. Comme si la scientificité et le souci d’objectivité devaient se payer au prix de la réification du sujet humain. Le sociologue clinicien n’est pas effrayé à l’idée de rencontrer « un sujet qui parle ». D’où l’intérêt de la méthode biographique et des « groupes d’implication et de recherche » dans lesquels nous proposons aux participants de travailler sur « leur » « roman familial et trajectoire sociale6 ».

6La démarche des récits de vie permet de concilier le souci d’objectivation – en tant que l’histoire doit être resituée dans un contexte sociohistorique – et la prise en compte de la subjectivité – en tant que tout récit est singulier, rétrospectif, affectif et émotionnel. Le récit de vie est un « roman vrai » pour reprendre l’expression de Paul Veynes à propos de l’Histoire. Il doit donc être l’objet d’une écoute complexe qui combine différentes lectures entre l’écoute réflexive centrée sur la compréhension, l’écoute sensible centrée sur la personne et l’écoute sociologique centrée sur la contextualisation sociohistorique. Dans cette perspective, le récit favorise l’inscription du sujet dans l’historicité.

  • 7 Lejeune, P., Les brouillons de soi, Paris, Le Seuil, 1998, p. 11.
  • 8 Bourdieu P., « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 62-63, 19 (...)

7Si le récit s’affirme comme étant vrai pour son auteur, il peut être très éloigné de la réalité vécue de ce qui s’est « réellement passé ». Philippe Lejeune a clairement énoncé cette ambiguïté, lorsqu’il écrit : « Un autobiographe, ce n’est pas quelqu’un qui affirme la vérité de lui-même, mais quelqu’un qui dit qu’il la dit7. » Le piège est de tomber alors dans « l’illusion biographique8 » (Bourdieu, 1986), en prenant le récit pour la réalité, en attendant qu’il fasse sens « en lui-même ». Une histoire n’a pas d’autre sens que celui qu’on lui donne. C’est dire qu’il est l’objet de multiples interprétations possibles. D’où l’importance des discussions dites « théoriques » sur le système d’interprétation, explicite ou implicite, à l’œuvre. Le sens est toujours une construction. Le récit de vie est un outil de changement pour une personne, un groupe, une collectivité dans la mesure où ils rentrent dans un processus de construction de sens sur un rapport réflexif à l’histoire.

8La réflexivité est alors en éveil dans le souci de comprendre ce qui est arrivé en resituant le récit dans son contexte. Du sens émerge dans ce travail de remémoration accompagnée, dans l’exploration de l’histoire, du déroulement de l’existence. Il décentre le sujet de lui-même en focalisant l’attention sur son parcours, son itinéraire, sa ligne de vie, sa trajectoire, autant d’images qui situent le présent dans un continuum entre le passé et l’avenir, confrontant le sujet à son historicité. Les hommes ont besoin de construire une représentation cohérente de leur être et de leur devenir, de percevoir l’historicité de leur existence. L’historicité désigne la capacité d’un individu ou d’un groupe, d’intégrer son histoire, de la situer dans l’Histoire. L’homme est histoire, tout à la fois produit et producteur d’un continuum d’événements qui ponctuent son existence.

  • 9 Lyotard J.-F., La phénoménologie, Paris, PUF, coll. « Que-sais-je ? », 1961.

« Il y a histoire parce que les hommes sont ensemble, non pas comme des subjectivités moléculaires et closes qui s’additionnent, mais au contraire comme des êtres projetés vers autrui comme vers l’instrument de leur propre vérité. Il y a donc un sens de l’histoire qui est le sens que les hommes en vivant donnent à leur histoire9. » (Lyotard, 1961, p. 100.)

Notes

1 Foucault M., La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 87.

2 Sartre J.-P., Saint Genet comédien et martyr, Paris, Gallimard, 1952, p. 63.

3 Gaulejac V. de, Qui est « je » ?, Paris, Le Seuil, 2009.

4 Durkheim É., Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1894.

5 Bourdieu P., Chanboredon J.-C. et Passeron J.-C., Le métier de sociologue, Paris, Mouton/Bordas, 1969.

6 [sociologieclinique-iisc.com].

7 Lejeune, P., Les brouillons de soi, Paris, Le Seuil, 1998, p. 11.

8 Bourdieu P., « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 62-63, 1986.

9 Lyotard J.-F., La phénoménologie, Paris, PUF, coll. « Que-sais-je ? », 1961.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540