Version classiqueVersion mobile

Étrangers dans la cité romaine

 | 
Rita Compatangelo-Soussignan
, 
Christian-Georges Schwentzel

Première partie. Incolae et étrangers domiciliés dans le monde romain : aspects normatifs

Des communautés distinctes sur le même territoire : quelle fut la réalité des incolae ?

Ella Hermon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 I. Digeste, L, 16, 239, 2 : incola est qui aliqua regione domicilium suum contulit.
    II. Code justin (...)

1Les textes juridiques tardifs ont configuré l’institution d’incolatus en lui fixant trois traits distinctifs, fruit d’une longue évolution historique : la condition d’étranger, le lieu de résidence – domicilium par opposition à celui de municeps originaire – et deux catégories distinctes – intra et extra murani –, chacune entraînant des exigences diverses par rapport à la communauté civique. Il s’agit de munera communautaires et de taxes sur les terres occupées, devenues publiques1.

  • 2 L’attestation la plus précoce date du iie siècle av. J.-C. grâce à l’institution archaïque d’Aeser (...)
  • 3 L’adtributio ne dépasse pas l’époque augustéenne et la contributio est attestée entre César et Ves (...)
  • 4 Laffi, 1966, p. 74-77 (incolae), 89 (adtributio), 165 (contributio : mesure exceptionnelle en cas (...)

2La durée historique de l’institution se situe, cependant, dans la phase de conquête et d’organisation du monde romain entre le iie av. J.-C. et le iie apr. J.-C.2. Elle est contemporaine de bien d’autres formes d’organisation administrative de communautés et de territoires : adtributio et contributio3 avec lesquelles on a tendance à la confondre. En fonction du droit strict, U. Laffi4 a établi des distinctions précises entre les trois institutions : si la contributio accomplit la fusion de communautés autonomes en une communauté unique incluant territoire et population, l’adtributio se définit comme une unité ethnique située comme un appendice rattaché à une communauté civique par l’imposition de taxes et de munera. Les incolae sont des résidents sur le territoire communal et peuvent avoir une organisation de type corporatif.

3L’objectif de cette communication est de mettre en évidence les glissements sémantiques entre ces trois institutions comme conséquence de la coexistence des communautés distinctes sur le même site dans l’Italie du iie av.-iie apr. J.-C. et souligner la situation ambiguë de l’institution d’incolatus définie explicitement ou implicitement.

  • 5 Bertrand, 1991, p. 127-13 5, sur la polysémie du mot eparcheia dans le monde hellénistique et roma (...)
  • 6 Laffi, 1966, p. 80 suppose en effet l’élargissement du territoire de la colonie de Volubilis au mo (...)

4En effet, on a déjà souligné que l’institution d’adtributio s’avère plus souple5 et des formes plus diversifiées et des glissements vers l’institution de l’incolatus sont possibles dans la pratique. Ce qui distingue avant tout l’institution de l’incolatus par rapport à l’adtributio est son caractère fictif qui s’applique au rattachement de communautés et de territoires indigènes, qui ont perdu leur indépendance, à un centre civique par la fiction du ius incolatus. C’est d’ailleurs la situation dominante engendrée par la conquête à laquelle se rattachent la plupart des témoignages provenant des provinces romaines entre le ier et iie siècles apr. J.-C. Les étrangers domiciliés sont, au moment de la création de la nouvelle res publica, les indigènes, habitants de la communauté locale déchue de ses droits ou des tribus rattachées par l’élargissement du territoire de la nouvelle res publica, éventualité envisagée par U. Laffi dans le cas de Volubilis en Afrique6.

5Le cadre géographique et chronologique qui m’a été imparti pour cette communication – Rome et l’Italie entre le ive et le ier siècles av. J.-C. –, le berceau même de l’institution d’incolatus, revêt aussi bien des antécédents que des formes précoces. Nous les considérons brièvement en prenant en compte la genèse de la condition des incolae intra et extra murani.

  • 7 Tite-Live, 39, 4-6 ; 41, 8, 9 ; 41, 9, 9.
  • 8 Humbert, 1978, p. 12 sq.
  • 9 Dans la Rome archaïque les municipes sine suffragio sont considérés comme des citoyens de second o (...)
  • 10 Humbert, 1978, p. 345 sq.

6Les définitions juridiques d’étranger domicilié renvoient au phénomène d’immigration, qui est individuel aussi bien que collectif, et caractérisent surtout la condition des incolae intra murani. Le cas des Latins immigrés, expulsés à trois reprises de Rome, en 187, 177, 174, malgré le ius migrationis du droit latin, en est un célèbre7. La légalité de l’acte est discutée8, mais, dans les faits, les immigrants latins étaient en condition d’incolae considérés comme ayant usurpé les droits politiques de la civitas optimo iure, notamment le ius suffragium9. La discussion autour de l’origine du municipium sine suffragium souligne en réalité l’ambiguïté de l’institution de l’incolatus en rapport avec l’exercice des droits publics10.

  • 11 Hermon, 2004b.
  • 12 Hygin l’Arpenteur, 166, 3-8 Th = Clavel-Lévêque et alii, 1996, p. 146 : Si uero municipium in colo (...)

7Les exemples historiques situent l’origine de l’institution d’incolae extra murani en deux temps : le premier se situe au iie siècle lors de l’essor de la colonisation latine au moment de la conquête de l’Italie où la condition d’incolae n’était pas un choix délibéré de domicile, mais tout simplement l’intégration des indigènes dans la pertica coloniale en condition de dépendance, situation compatible avec l’institution de l’adtributio. Un deuxième moment fort est celui de la colonisation militaire, à la fin de la République, qui a lieu en même temps que la municipalisation de l’Italie alors que la citoyenneté romaine n’est plus un critère discriminatoire. Il s’agirait d’un processus à double sens mais présentant les traits de la contributio avec la fusion des communautés autonomes des citoyens romains : d’une part, la création des municipes et le passage des colonies au droit du municipe, phénomène illustré notamment par les Libri Coloniarum11, et, de l’autre, le passage des municipes au droit de la colonie, situation envisagée surtout par les Gromatici Veteres12. Les conséquences sociales et politiques de cette fusion peuvent durer, tout au plus, l’espace de quelques générations, mais les traces sur le territoire peuvent y perdurer. En tout cas, ces deux moments de la colonisation en Italie posent différemment la question de la coexistence de communautés distinctes sur un même territoire et celle se rapportant aux incolae extra murani.

  • 13 Laffi, 1966, p. 111 sq., et bibliographie.
  • 14 Brunt, 1971, p. 294 sq.

8Avant d’entrer au cœur du problème, il convient d’élucider la question de la notion des communautés distinctes sur un même territoire. En effet, la conquête a entraîné, non seulement des châtiments, mais a fait également place aux « communautés doubles ». Cette terminologie est trop générique pour décrire la multitude de situations territoriales et institutionnelles issues de la dispersion sur le site des agglomérations avec changement de statut ou de leur dédoublement avec délimitation de territoires. Ce terme a eu longtemps la faveur des chercheurs pour être contesté ensuite, notamment en raison de l’ambiguïté qui résulte de la répartition géographique des communautés juridiquement distinctes sur le même site13. Son abandon n’élimine ni le problème, ni une variété de situations issues de la colonisation à répétition sur les mêmes sites. C’est le sens que nous donnons aux communautés distinctes sur le même territoire, car la colonisation militaire découpe des blocs du territoire, laissant ainsi des traces sur le paysage, quelle que soit la durée de la res publica de la communauté de vétérans14. Elle pose, entre autres, la question de l’identification des incolae.

  • 15 Nous utilisons généralement l’édition française des Gromatici Veteres : Clavel-Lévêque et alii (éd (...)

9La situation issue des deux moments de colonisation identifiés plus haut engendre en fait la polysémie du concept d’incolae en produisant des glissements sémantiques vers l’une ou l’autre forme d’organisation du territoire bien identifiées : adtributio et contributio. Nous considérerons donc les cas de l’incolatus résultant de la colonisation entre le iiie et le ier siècle av. J.-C. qui rendent compte de la polysémie de l’institution. Du coup, nous tenterons de cerner quelques formes paradigmatiques de la réalité des incolae sur le terrain révélées par les Gromatici15.

La colonisation latine et le problème indigène

  • 16 Hermon, 2001, p. 207 sq.
  • 17 Denys d’Halicarnasse, 17-18, 5, cf. Torelli, 1991, p. 18-26.
  • 18 Tarpin, 2002, p. 224, n. 46.

10L’implantation de colonies à forte population et à vocation économique semble être le trait distinctif de la colonisation latine depuis la dissolution de la ligue latine en 33816. Ses effectifs en constante progression, de 2 500 à 6 000 hommes, ne sont guère crédibles sans l’éventualité de l’intégration des anciens habitants. Le nombre, d’ailleurs peu plausible, de 20 000 hommes rapporté par Denys d’Halicarnasse pour Venusia, colonie latine fondée en 291 av. J.-C., suscite l’intérêt par les possibilités d’intégration des communautés indigènes environnantes, au point de suggérer à M. Torelli une combinaison intéressante de l’adtributio, la contributio et l’incolatus, à la fois17. L’éventualité d’un exode massif de populations contemporain de la fondation de la colonie pourrait s’appuyer sur la disparition, attestée au tournant des ive et iiie siècles, d’une partie des habitats préromains et la diminution des autres. Cette région frontalière entre Samnium, Daunia et Lucania où les Dauni ont été récemment soumis aux Samnites la désigne plutôt comme zone constante de confrontation interethnique. En revanche, des vestiges archéologiques laissent supposer l’existence d’un réseau des vici et des pagi compris dans le territoire de la colonie de Venusia. Cette colonie latine fortement peuplée, selon les dires de Denys d’Halicarnasse, était sans doute dominée par l’élément indigène et les structures préromaines. Les quelques objets cultuels attribués aux premiers temps de la colonie et propres à la zone d’Apulia et de Lucania témoignent d’une forte présence indigène sur le territoire de la colonie. Cette expérience coloniale particulière, consacrée par le nom de la divinité Vénus, la plus vénérée par Rome à ce moment, et par sa population majoritairement indigène, offre un exemple des possibilités d’intégration du droit latin sans un apport massif de l’élément latin mais par une réorganisation administrative des communautés indigènes. L’institution de l’incolatus gagne ainsi en intérêt par rapport à une réalité de plus en plus envisagée par les chercheurs qui ne croient plus aux destructions massives et à l’élimination de populations conquises. Tout au contraire, leur intégration dans une colonie de droit latin semble être un privilège, si l’on prend en compte la première attestation de l’institution dans le cas de la colonie latine d’Aesernia, dont les incolae samnites, vraisemblablement les habitants d’un pagus, ont conservé leurs institutions18.

11En effet, les Samniti incolae apparaissent sur l’inscription archaïque provenant de la colonie latine de 263 av. J.-C. d’Aesernia. Un siècle plus tard, ces incolae ont gardé leur communauté ethnique et son organisation collégiale, d’ailleurs propre au pagi. Ils en font état dans leur dédicace d’une statue à Vénus :

Samnites / inquolae / V(eneri) d(ono) d(ederunt) / mag. / C. Pomponius V. f. / C. Percennius L. f. / C. L. Streius L. f. / C. Marius No. f.

  • 19 Sur l’existence des pagi samnites autour d’Aesernia, Salmon, 1967, p. 273.

12Il s’agirait là d’une unité ethnique à base territoriale, mais incluse dans le territoire colonial. Cette physionomie spécifique des premiers incolae que l’on voulait garder par rapport aux autres incolae d’Isernia se doublerait d’une réalité territoriale et communautaire conservant des résidus de l’organisation samnite du centre indigène d’Aesernia19. Ces incolae restaient encore en dehors de la terre concédée aux colons, tout en faisant partie du territoire colonial, et constituaient des communautés homogènes et distinctes. Cette forme d’intégration des communautés rurales indigènes en situation d’infériorité par rapport au corps civique, par le biais de la fiction de l’étranger domicilié, deviendra un moyen d’organisation du monde romain au même titre que l’adtributio.

  • 20 Chastagnol, 1990.

13Il est ainsi fort probable que l’institution d’incolatus extra muros – ces pérégrins d’origine locale exclus du corps civique et considérés comme des étrangers – est née avec la colonisation latine en Italie au moment de la déduction de ces colonies qui incorporaient ainsi dans leur territoire des communautés rurales entières déchues de leur droit, mais qui avaient souvent le privilège de conserver leurs institutions à défaut du droit latin. D’ailleurs le droit latin n’établit pas une barrière infranchissable entre les colons, citoyens de droit latin, et la condition de pérégrins des incolae20. Cette éventualité ne va pas à l’encontre de la constitution du corpus civique de la colonie qui incorporait par le biais du droit latin une population mixte. Les exemples sont nombreux pour témoigner que parmi les nouveaux citoyens latins il y avait bien des indigènes qui recevaient des terres. C’était déjà le principe des priscae coloniae latinae, repris par la colonisation latine en 338.

  • 21 L’exemple d’une inscription africaine de Sicca Veneria, colonie augustéenne en Afrique proconsulai (...)
  • 22 ILS 6753 = Inscr. Ital, XI. Regio XI, fasc. 1, Roma, 1932, n. 6. (Augusta Praetoria). Les Salassi (...)

14Qu’est-ce qui distingue les incolae des autres indigènes intégrés dans le corps civique ? Nul doute que le privilège de l’ancienneté leur offrait plus de chance de franchir les barrières qui les séparaient du corps civique colonial, mais l’appellation ethnique, nous renvoie, semble-t-il, une fois de plus à l’intégration d’une communauté indigène dans la pertica coloniale et elle aurait gardé la même physionomie plus tard. Néanmoins, pouvoir garder l’identité ethnique et l’association collégiale dans une communauté rurale constitue également un privilège. L’inscription d’Aesernia en témoigne. Son territoire serait devenu public et sa jouissance en aurait été laissée aux anciens propriétaires. L’hypothèse de G. Poma21 sur l’attribution de ce statut avec l’acte de la fondation peut se justifier parfaitement. Il s’agirait ainsi des communautés rurales à caractère ethnique intégrées dès la fondation coloniale. Cette possibilité jette une nouvelle lumière sur la conservation des noms ethniques par les plus anciens témoignages sur l’institution retrouvés dans les colonies22.

  • 23 Frontin, De limitibus, Th. 13, 88, fig. 28 = Behrends et alii, 1998, p. 44  : Hi ad incolis uariis (...)
  • 24 Frontin, De agrorum qualitate, Th. 2, 10-11, Behrends et alii, 1998, p. 6 : Ager est arcifinius qu (...)

15Quelle fut la réalité de ces premiers incolae qui seraient malgré tout des privilégiés ? Le cumul de données disparates provenant du Corpus agrimensorum Romanorum suggère que ces terres ont échappé à la centuriation romaine et les divisions de leurs terres, suivant le plus souvent les reliefs du paysage, furent conservées. Nous appuyons cette suggestion sur le type de limites utilisé par les incolae et dont font état les controverses agraires23. La nature de ces limites qui suivent les découpages naturels les rapproche, de plus, de la catégorie des terres arcifinales ab arcendi hostibus (Frontin, De agrorum qualitate, 2, 12 Th.24).

  • 25 Hermon, 2001.

16L’hypothèse précédemment émise par moi-même25 sur l’équivalence limitée entre ager occupatorius et ager arcifinalis comme première définition de l’ager publicus se trouve ainsi renforcée. Les terres de ces communautés rurales intégrées aux colonies latines lors de leur fondation auraient pu constituer l’une de ces formes spécifiques de l’ager arcifinalis.

  • 26 Tite-Live, 10, 21, 7 ; 27, 38, 34, 3  ; Denys d’Halicarnasse, 1, 9.
  • 27 AE 1989, 150 ; Coarelli, 1989, p. 32 sq.
  • 28 Tite-Live, 10, 21, 7-9 : itaque placuit ut duae coloniae circa Vescinum et Falernum agrum deduceru (...)
  • 29 Cicéron, ad. Att, 15, 1, I : in Vescino ; Cicéron, ad Att., 16, 10, 1-2 : uerti igitur me a Mintur (...)
  • 30 Doté d’un théâtre au milieu du ier siècle av. J.-C., sa richesse est surprenante pour un simple pa (...)
  • 31 Clavel-Lévêque et alii, 1993, p. 258. Je dois cette suggestion à J. Peyras qui m’a fait l’amitié d (...)
  • 32 Cicéron, de Leg. Agr., II, 66 : Albanus ager est, Setinus, Privernas, Fundanus, Vescinus, Falernus (...)

17En revanche, les colonies romaines de cette première phase de la colonisation de l’Italie ne favorisent pas l’essor de l’institution de l’incolatus par l’incorporation de communautés rurales. Minturnae, colonie romaine en 296, a cohabité avec la population indigène qui avait reçu en 315 la civitas sine suffragio26. Le Mons Vescinus représenté comme un élément du paysage de la vignette de Minturnae (Fig. 1) a été identifié au pagus du même nom signalé par une inscription récemment découverte. Cette découverte a permis de localiser Vescia, l’antique cité aurunque disparue, à Saint-Lorenzo27. Plusieurs éléments du paysage, mons Vescinus à Minturnae, saltus Vescinus à Sinuessa28, ager Vescinus entre Minurnae et Arpinum29 et aquae Vescinae, les eaux thermales encore prisées par les Sévères30, désignent le territoire de la cité disparue comme un ager publicus indépendant de la colonie de Minturnae et plutôt ouvert à l’occupation que laissé aux anciens propriétaires. Ce pagus civium Romanorum aurait pris le nom local en gérant ces terres assignées et non centuriées d’une manière autonome, tout en conservant son autonomie par rapport à la colonie romaine de Minturnae31. Milieu naturel privilégié et convoité, ce rare ager publicus de l’époque32 fait logiquement partie des projets de distribution de terres aux vétérans par Rullus en 63, sur l’entrefaite entre Sylla et César.

  • 33 Selon une hypothèse récente de Capogrossi Colognesi, 2002, p. 77-93, les pagi en Campanie n’auraie (...)

18De cette première phase de la colonisation de l’Italie, on retiendra que la colonisation latine aurait intégré des communautés indigènes en leur laissant le privilège de garder leur organisation corporative (pagus samnite à Aesernia) et l’exploitation des terres incluses dans ce territoire sous forme d’ager arcifinalis, tandis que bien des territoires équivalents ont été laissés à la libre occupation (ager occupatorius) par la conquête, sans être intégrés par les colonies romaines et sans préserver une organisation corporative antérieure. Des pagi civium Romanorum ont pu se former indépendamment à côté des colonies romaines en Campanie33, comme ce fut le cas du pagus Vescinus dans le voisinage de Minturnae.

Figure 1 – Minturnae, communautés distinctes sur le même territoire (assignatio et mos arcifinium)
Hygin l’Arpenteur, Constitutio Limitum, M. Clavel-Lévêque et alii (éd.), fig. 89, p. 50.

Figure 1 – Minturnae, communautés distinctes sur le même territoire (assignatio et mos arcifinium)Hygin l’Arpenteur, Constitutio Limitum, M. Clavel-Lévêque et alii (éd.), fig. 89, p. 50.

Ideoque multis regionibus antiquate mensurae actus in diuersum nouis limitibus inciditur : nam tetrantum ueterum lapides adhuc parent, sicut in Campania minturnensium ; quorum noua adsignatio trans fluuium Lirem finitibus continetur ; citra Lirem postea adsignatum per professiones ueterum possessorum, ubi iam oportunarum finium commutatione relictis primae adsignationis terminis more arcifinio possidetur (fig. 89).

19« C’est pour cette raison qu’en de nombreuses régions le tracé de l’ancien mesurage est recoupé selon une autre logique par les nouveaux limites : de fait, les pierres des anciens carrefours apparaissent encore, comme en Campanie, sur le territoire de Minturnes : la nouvelle assignation, au-delà du Liris, est contenue par des limites ; en deçà du Liris, on a assigné par la suite d’après les déclarations des anciens possesseurs, là où, après un changement des fines, on a laissé celles de la première assignation et commencé à posséder désormais à la manière des terres arcifinales (fig. 89 Th.) ».

20Liber coloniarum I : Minturnas, muro ducta colonia, deducta a Gaio Caesare, iter poulo non debetur, ager eius pro parte in iugeribus est adsignatus  ; ceterum in absoluto est relictum (235, 12-4 L).

Les guerres civiles, la colonisation militaire et la municipalisation de l’Italie

21La deuxième phase de l’évolution de l’institution est marquée par la colonisation de vétérans à la suite de la guerre sociale. Elle redonna la fonction d’antan à la colonisation romaine qui n’était pas celle d’intégrer les communautés rurales à la colonie. En effet, les colonies de vétérans sont un foyer de municipalisation pour des communautés distinctes qui partagent le même territoire. La municipalisation, tout en harmonisant les institutions des deux communautés et le statut des personnes, ne fusionne pas le territoire de la même manière : des colonies sont versés au droit des municipes et vice-versa, plutôt dans une forme de contributio. Ainsi, dans une Italie de citoyens romains l’institution d’incolae apparaît à première vue obsolète. Cependant cette colonisation, qui déferle sur l’Italie par vagues successives et rapprochées dans le temps, présente des effets contradictoires : ferment de municipalisation à long terme, elle multiplie les communautés distinctes qui se partagent le territoire durant les guerres civiles en créant ainsi les conditions qui favorisent un glissement sémantique de l’institution d’incolae. En effet, son caractère fictif d’étranger domicilié s’adapte à la situation de la coexistence des communautés distinctes qui se partagent le territoire dont l’une seulement bénéficie d’un statut reconnu. On pourrait ainsi parler des incolae d’un type nouveau en Italie, issu d’une certaine inégalité des droits et des devoirs des communautés distinctes des citoyens romains qui se partagent le même territoire.

22Le Corpus Agrimensorum Romanorum, cette littérature éminemment technique est d’ailleurs le document le plus vivant des conséquences à long terme des guerres civiles républicaines et nous pourrons envisager trois cas : colonisation à répétition sur les mêmes sites sans deductio officielle ; à plus long terme des colonies versées au droit des municipes et vice-versa, phénomène largement illustré par les Libri coloniarum et, en dernier lieu, les préfectures.

  • 34 Frontin, 7, 49 Th. (=Behrends et alii, 1998, p. 24) fait état en effet d’une telle situation pour (...)
  • 35 Keppie, 1983, p. 58, 102-103.
  • 36 Tarpin, 2002, p. 216 sq.
  • 37 Gabba, 1973, p. 172-173 et par Brunt, 1971, p. 300-311, notamment le cas de Praeneste, Hermon, 200 (...)
  • 38 Sur les graffiti de Pompéi on a trouvé les mentions des coloni, coloni et incolae (CIL X, 852 ; IV (...)

23Dès la première guerre civile entre Sylla et Marius on peut identifier les deux premiers cas, car certaines colonies réputées syllaniennes gardent le profil de communautés distinctes en connaissant l’existence conjointe des municipes et de colonies34 ; d’autres conservent durant plusieurs générations non seulement le souvenir de leur origine – veteres et novi35 –, mais aussi, nous semble-t-il, leur réalité territoriale. Ce type de situation peut être illustré en rapprochant les veteri possessores d’Hygin et les terres laissées in professionem qui apparaissent sur la vignette de Minturnae (fig. 1)36, car les veteri et novi possessores illustrent une situation de fait connue par plusieurs colonies réputées syllaniennes. Nous retrouvons ainsi à Arretium les Arretini ueteres, les Arretini Fidentiores (syllaniens) et les Arretini Iulienses ; à Clusium réputée colonie syllanienne les Clusini novi et les Clusini Veteres37. On constate qu’une double réalité persiste souvent pour plusieurs générations : celle de la rupture matérielle par l’implantation de la colonie et celle de la continuité des structures sociales et économiques. Ainsi, le pagus Felix Suburbanus à Pompéi pourrait bien être la communauté de colons qui, tout en étant séparée des incolae, n’oppressait pas la relance des structures sociales antérieures et l’essor économique de la communauté dédoublée38.

  • 39 Hermon, 2004b.

24Nous avons suivi ce processus dans les Libri Coloniarum au moment de la colonisation effectuée entre Sylla et César (tableau 1), en valorisant la mention de la servitude de l’iter populo debetur et non debetur en rapport avec des voies vicinales qui séparent des communautés distinctes se partageant le territoire, dans une situation d’instabilité où l’implantation d’une colonie de vétérans n’a pas été généralement menée conjointement avec l’acte officiel de la deductio et la lex colonica39.

25Pour Sylla, nous avons identifié deux cas ponctués chacun par un type de servitude de passage de l’iter qui recompose ainsi le modèle urbain urbsiter-ager. Il est accompagné en Italie centro-méridionale d’un lexique propre à la fondation (muro ducta/um, circum ducta  ; est munita/um). À défaut de la création de nouvelles res publicae en Campanie (Capoue, Calatia, Nola), des zones tampons, au moyen de la servitude iter populo debetur, séparaient des communautés distinctes et rivales. Dans l’ager Romanus Antiquus, la création de municipes ex novo se produit souvent avec la colonisation militaire de Sylla – c’est le cas de Crustumerium et Bobillae –, avec le régime de l’occupatio et la servitude de l’iter populo non debetur.

  • 40 Keppie, 1983, p. 16 sq.

26L’activité de César, en vertu de sa fameuse lex agraria de 59 semble être concentrée entre le Samnium et la Campanie. Bovianum, centre de transhumance et site stratégique entre la Campanie et le Samnium, a intégré l’ancienne communauté indigène de Pietrabbondante au municipe qui englobait désormais la colonia Iulia à l’époque césarienne et triumvirale40. Elle expliquerait la servitude iter populo debetur de 10 ped., vraisemblablement sur les voies vicinales de ces tratturi qui séparaient la communauté indigène de celle des vétérans. Se trouvant sur le même réseau de transhumance et de communication dans le Samnium, Aufidena, Aesernia et probablement Larinus partagent la même servitude de passage et la mention de la lex Iulia. L’origine ethnique des incolae à Aesernia au iie siècle av. J.-C., envisagée dans la perspective de la longue durée, nous ramène à la colonie césarienne. Elle éclaire d’un jour nouveau l’imposition d’une servitude de passage iter populo debetur dont la fonction serait celle de séparer des communautés distinctes. Les incolae du iie siècle et les pagi indigènes attestés dans le territoire de ce centre urbain n’auraient pas perdu leur identité au ier av. J.-C., tout en étant des citoyens romains de plein droit, mais dont la dépendance aurait pu se manifester par des charges municipales.

  • 41 Guidobaldi, 1989, p. 53-60 opte pour une adsignatio nova augustéenne et identifie le Caius Caesar, (...)
  • 42 Valère Maxime, 8, 2, 3 et 2, 10, 6, Plutarque, Marius, 37-40.
  • 43 Paci, 1996-1997, p. 144.
  • 44 Le bornage des communautés distinctes sur le même territoire : Hygin L’arpenteur, Th. 162, fig. 13 (...)

27La vignette de Minturnae figurant sur le manuscrit moyenâgeux d’Hygin l’Arpenteur peut bien se prêter à illustrer la rupture matérielle entraînée par la coexistence de communautés distinctes. Nous connaissons concrètement ce mos arcifinius pour les terres assignées per professionem, des veteres possessores laissés sur leurs terres comme des vrais incolae lors de nouvelles assignations. Par ailleurs, l’attribution de ces dernières est contestée, de même que la fondation de la colonie par César41. Néanmoins, l’histoire de Minurnae est un exemple de cette vague colonisatrice des guerres civiles et elle ne se réduit pas à ce condensé de données graphiques difficiles à dater. En effet, l’épisode du refuge de Marius poursuivi par les sicarii de Sylla à Minturnae est fameux42 et il suggère fortement que les confiscations ont été suivies, vraisemblablement, par l’installation de vétérans syllaniens. D’autre part, l’ager Vescinus, voisin de Minturnae, qui a été inclus dans les projets d’assignation de Rullus, aurait pu bien l’être dans la lex Iulia agraria de 59 qui avait fait la synthèse des projets agraires entre 63 et 59. D’ailleurs le théâtre datant du milieu du ier siècle av. J.-C. et localisé dans le pagus Vescinus (supra) suggère la présence des colons, tout comme l’amphithéâtre découvert dans le municipe de Suasa amputé d’une partie de son territoire en faveur de Pisaurum à l’époque triumvirale43. Les situations pouvaient être multiples, mais inscrites sur le sol par des bornages bien identifiés tels que reproduits par des vignettes gromatiques44.

Tableau 1 – Les opérations agraires entre Sylla et César dans les Libri coloniarum

Tableau 1 – Les opérations agraires entre Sylla et César dans les Libri coloniarum
  • 45 Chouquer et Favory, 2001, p. 350.
  • 46 Supra n. 12.
  • 47 Compatangelo, 2002, p. 68 ; Siculus Flaccus, 162 La.
  • 48 Hygin l’Arpenteur, Th. 167, fig. 136. A 154, Clavel-Lévêque et alii, 1996, p. 152.

28Ainsi, la colonisation des vétérans dans une Italie désormais romaine rend ambiguë la notion d’incolae, tributaire de la nature des communautés distinctes qui coexistent sur un même territoire. Les nouveaux municipes sur l’ager Romanus créés ou renouvelés à la suite de la colonisation militaire de Sylla auraient connu le régime arcifinal45. L’utilisation de la terminologie de la fondation pour les notices des Libri Coloniarum nous a mis en présence du cas où, à moyen terme, la colonie est versée dans le droit de municipe46. Elle justifie les cadastres superposés signalés par Hygin à Nola, dont l’un a été identifié comme syllano-césaréen47. Une des vignettes qui accompagne les manuscrits d’Hygin l’Arpenteur illustre cet état de chose, sans doute fréquent à l’époque triumvirale, et plusieurs autres identifient génériquement la colonia Iulia comme paradigme de cette variété de situations48. Cette situation complexe explique l’évolution du droit et la multiplication de controverses sur les territoires pris aux peuples et aux cités voisins et soumis aux distributions de terres coloniales.

  • 49 Laffi, 1966, p. 153-155, 213-216 ; Castillo Pasqual, 1996, p. 159 sq. ; Chouquer et Favory, 2001, (...)

29Les préfectures dites gromatiques49 revêtent tout le paradoxe du nouveau type d’incolae. Elles sont définies clairement par Siculus Flaccus dans un long passage faisant état de l’historique de l’institution qui justifie la juridiction des magistrats coloniaux sur ces terres et, du moins, sur les citoyens de la colonie qui les occupent :

  • 50 Siculus Flaccus, 124-5, 252-257 Th = Clavel-Lêveque et alii, 1993, p. 78-81  ; Frontin, De arte me (...)

« Nous avons en outre trouvé ce cas : la terre contenue dans le territoire du lieu où avaient été déduits des soldats vétérans était insuffisante pour le nombre de soldats vétérans, des terres prises sur des territoires voisins ont été divisées et assignées (sumptos agros ex uicinis territoriis diuisisse et assignasse) ; et on avait fait des plans cadastraux spécifiques (formae) pour ces terres prises aux peuples voisins. C’est-à-dire que chaque région a été divisée avec ses propres limites et que tous les limites n’ont pas été menés à partir d’un point unique, mais que, comme on l’a dit plus haut, chaque région a son propre plan cadastral (forma) ; Et chacune de ces régions est appelée préfecture (praefectura), soit parce qu’elles ont confié (praefe<ce>runt)à diverses personnes la division de chaque région, soit à la suite de ce que, dans les régions éloignées, ce sont les magistrats des colonies qui exercent habituellement le pouvoir de juridiction. Et cependant tous ceux qu’ils ont reçus comme citoyens de ces colonies seront dits de la pertica : donc préfecture se dit de la partie du territoire auquel on aura pris de la terre, et pertica, au même titre que colonie, se dit de l’endroit où on aura été déduit comme citoyen : acceperunt eius perticae appellabuntur  : ergo praefectura illa dicitur, pertica illa tamquam colonia, ubi cuius deductus fuerit50. »

  • 51 Humbert, 1978 ; Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, 5, 457-8 ; Berger, 1916, c. 1249 (...)

30Ces agri sumpti ex vicino territorio soumis aux distributions et à la centuriation, tout en faisant partie du territoire de la communauté d’origine, créent une situation paradoxale aussi bien pour les colons que pour les indigènes qui occupent toujours ce territoire. Qui des deux tombe dans la condition des étrangers domiciliés ? Selon le droit strict, les colons établis sur les terres d’une autre cité sont considérés comme des incolae51. Mais les situations sont ambiguës vu, d’une part, les exigences des colonies et les privilèges de certaines d’entre elles et, de l’autre, la non-occupation effective par les colons de ces agri dati et adsignati pris chez le voisin.

31Ces questions ont fait l’objet de controverses agraires sur les privilèges de cités dont font état les Gromatici Veteres et leurs commentateurs tardifs. Dans ces circonstances, la position défendue par Siculus Flaccus apparaît à première vue contradictoire par rapport à sa description de l’institution :

  • 52 P. 310 Th. : Praeterea cum auctores assignationis diuisionisque, non sufficientibus agris coloniar (...)

« En outre, lorsque les auteurs de l’assignation et de la division, en cas d’insuffisance des terres d’une colonie, ont pris des terres aux territoires voisins, ils les ont bien assignées à de futurs citoyens de la colonie, mais le pouvoir de juridiction sur ces terres assignées est resté à ceux sur le territoire desquels elles avaient été prises. Il faudra observer ce cas avec attention et respecter les lois52. »

  • 53 Nous suivons ici la reconstitution des textes présentée par Chouquer et Favory, 2001, p. 358 sq. : (...)

32Ce fait est d’ailleurs sujet de controverses alimenté par des compilateurs du Haut-Empire. Ainsi pour Agennius Urbicus53 :

  • 54 Ab eo (praefecturae) enim statu lis incipit, [ut] de proprietate agatur, non de loco : p. 40, 2 Th (...)

« La propriété de ces préfectures concerne de façon évidente les colons, mais pas ceux dont les frontières ont été amoindries54. »

33Plus explicite encore un texte d’Hygin qui pourrait illustrer, entre autres, la situation des enclaves de Caudini, Liguri Baebini et Corneliani dans la pertica de Beneventum, colonie triumvirale :

  • 55 Hoc quoque aspiciendum erit, quod aliquibus locis inueni, ut cum ex alieno territorio sumpsisse[t] (...)

« Il faudra aussi envisager ce fait que j’ai trouvé pour d’autres lieux, à savoir que, comme on avait pris des terres que l’on assignait à un territoire étranger, on donnait naturellement la propriété (proprietas) à celui à qui on assignait mais en n’enlevant pas le droit au territoire à l’intérieur duquel on assignait. Il y a aussi certains édits du divin Auguste par lesquels il signifie que, chaque fois qu’il a enlevé des terres à des territoires étrangers (Th. 83), et les a assignées à des vétérans, rien d’autre ne concerne la juridiction de la colonie que ce qui a été donné et assigné aux vétérans. Ainsi tout ce qui aura été centurié ne s’ajoute pas toujours à la colonie, mais seulement ce qui aura été donné et assigné55. »

  • 56 Castillo Pasqual, 1996, p. 8-17 ; Selon Chouquer et Favory, 2001, p. 21-29 sq. Pseudo-Aggenius est (...)

34En fait, ces Gromatici d’époque flavio-antonine56 ont fait ainsi état de l’ambiguïté de l’institution même de préfectures lorsque la révision des assiettes fiscales des cités a mis à grand jour les irrégularités des droits de propriété et les devoirs de leurs habitants. Ce territoire à défaut d’être ex hostibus captus soumis au régime de l’occupatio est sumptus ex vicino territorio en tombant dans la condition de préfecture, il est un appendice au territoire insuffisant de la pertica coloniale pour satisfaire les besoins d’assignations aux vétérans.

Conclusion

35On pourrait conclure que l’évolution de la notion des incolae en Italie n’a pas une trajectoire indépendante. Elle se transforme parallèlement à d’autres formes d’organisation de communautés et de terres – adtributio et contributio – dans la période d’apogée de l’organisation du monde romain qui va du iie siècle av. J.-C. jusqu’au iie siècle apr. J.-C. Ses glissements sémantiques pour la période examinée soulignent son identité qui découle de la capacité de la fiction du ius incolatus de fixer la condition des étrangers aux hommes et aux terres, soit en fonction des critères juridico-politiques, soit géographiques et techniques des terres qu’ils occupent. Ainsi par l’entremise de cette fiction, la terminologie utilisée permet de distinguer deux phases de l’évolution de l’institution mentionnées plus haut : de l’appellation ethnique (Aeserni incolae) pour les peuples conquis d’une terre devenue ager ex hostibus captus à l’identification de la cité (Tuderini, Faenensis incolae) en possession du droit de propriété de l’ager sumptus ex vicino territorio.

Bibliographie

Bibliographie

Amodio, G., « Sui vici e le circoscrizioni elettorali di Pompei », Athenaeum, 85, 1996, p. 477-478.

Behrends, O. et alii (éd.), Frontin, L’œuvre gromatique, Luxembourg, 1998.

Behrends, O. et alii (éd.), Hygin, L’œuvre gromatique, Luxembourg, 2000.

Berger, A., s.v. « Incola », RE, IX.2, Stuttgart, 1916, col. 1249-56.

Bertrand, J.-M., « À propos d’une inscription de Kymé », dans Hermon, E. (éd.), Gouvernants et Gouvernés dans l’Empire Romain (iiie av.-ier apr. J.-C.), Québec-Trois Rivières, 1991, p. 1 27-13 5.

Brunt, p., Italian manpower, Oxford, 1971.

Campbell, B., The Writings of the Roman Land Surveyors. Introduction, text, translation and commentary, London, 2000.

Castillo Pasqual, M. J., Espacio en orden : el modelo gromático-romano de ordenación del territorio, Universidad de la Rioja, 1996.

Chastagnol, A., « À propos du droit latin provincial », Iura, 38, 1987 [1990], p. 1‑24.

Chouquer, G., Favory, F. L’arpentage romain, Paris, 2001.

Clavel-Lévêque, M. et alii, (éd), Siculus Flaccus, Les conditions des Terres, Naples, 1993.

Clavel-Lévêque, M. et alii, (éd.), Hygin l’Arpenteur, L’établissement des limites, Naples, 1996

Coarelli, F. (a cura di), Minturnae, Roma, 1989, p. 29-33.

Coarelli, F., « Vescia : una proposta di localizazione », dans Coarelli, F. (a cura di), Minturnae, Roma, 1989, p. 29-33.

Compatangelo-Soussignan, R., « I catasti della Campania settentrionale : problemi di metodo e di datazione », dans Franciosi, G. (a cura di), Ager Campanus, Naples, 2002, p. 67-75.

Gabba, E., Esercito e società nella tarda repubblica romana, Firenze, 1973.

Gianpaolo, D., « Benevento », dans La romanisation dans le Samnium au iie et au ier siècles av. J.-C., Naples, 1991, p. 123-131.

Guadagno, G., « Pagi e uici della Campana », dans Calbi, A., Donati, A., Poma, G., (éd.), Epigrafia del villagio, Epigrafia e antichità 12, Faenza, 1993, p. 4 07-444.

Guidobaldi, M. P., Pesado, F., « La Colonia Civium Romanorum », dans Coarelli, F., (a cura di), Minturnae, Roma, 1989, p. 3 5-66.

Hermon, E., Habiter et partager les terres avant les Gracques, CEFR 286, Rome, 2001.

Hermon, E., « Les Gromatici entre fictions et faits », Histoire, espaces et marges de l’Antiquité, Hommages à M. Clavel-Lévêque, I, Besançon, 2003, p. 133 -160 (=Hermon 2003a).

Hermon, E., « La lex Cornelia agraria dans le Liber Coloniarum I », dans Actes du Colloque international, Autour des Libri coloniarum. Colonies et Colonisation dans le Liber coloniarum I, Besançon 16-18, 2003, à paraître (=Hermon 2003b).

Hermon, E., « L’intervento e la legislazione agraria di Silla in Italia nella tradizione agraria e nella memoria degli archivi », Index, à paraître (=Hermon 2004a).

Hermon, E., « Intra et extra muros : Concept de la Cité et de son ager. Pour une relecture des Libri coloniarum », Caesarodunum, XV, 2006, sous presse (=Hermon 2004b).

Humbert, M., Municipium et civitas sine suffragio, l’organisation de la conquête jusqu’à la guerre sociale, CEFR 36, Rome-Paris, 1978.

Keppie, L., Colonisation and Veteran settlement in Italy (47-14 B.C.), Rome, 1983.

Lachmann, K. (éd.), Gromatici Veteres, ex recensione Caroli Lachmann, I, Berlioni, 1848.

Laffi, U., Adtributio e contributio, Pisa, 1966.

Le Roux, P., « La question de colonies latines sous l’Empire », Ktèma, 17, 1992, p. 183-200.

Lo Cascio, E., « Pompei dalla città sannitica alla colonia sillana : le vicende istituzionali », dans Les Élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron, Cébeillac Gervasoni, M. (éd.), Centre Jean Bérard, École française de Rome, Naples-Rome, 1996, p. 111 -123.

Mrozek, S., « Quelques observations sur les incolae en Italie », Epigraphica, XLVI, 1984, p. 17-21.

Paci, G., « Terre dei Pisaurensi nella valle del Cesano », Picus, 16-17, 1996-1997, p. 115-148.

Poma, G., « Incolae : alcune asservazioni », RSAnt., 28, 1998, p. 135-147.

Salvatore, M. (a cura di), Il museo archeologico Nazionale di Venosa, Matera, 1991.

Savino, E., « Note su Pompei Colonia sillana : popolazione, strutture agrarie, ordinamento istituzionale », Athenaeum, LXXXVI, 1998, p. 439-461.

Tarpin, M., « Vici » et « pagi » dans l’Occident romain, BEFAR 299, Rome, 2002.

Thulin, C. (éd.), Corpus agrimensorum Romanorum recensuit, I, 1, Opuscula agrimensorun veterum, Leipzig 1913.

Torelli, M., « La fondazione di Venosa nel quadro della romanizzazione dell’Italia meridionale », dans Salvatore, M., (a cura di), Il museo archeologico Nazionale di Venosa, Matera, 1991, p. 18-26.

Notes

1 I. Digeste, L, 16, 239, 2 : incola est qui aliqua regione domicilium suum contulit.
II. Code justinien, 10, 40,7 : Ciues quidem origo manumissio adlectio adoptio, incolas uero, sicut et diuus Hadrianus edicto suo manifestissime declarauit, domicilium facit.
III. Pomponius, Lib. sg. enchiridii, Dig., L, 16, 239 : qui aliqua regione domicilium suum contulit quem Graeci paroikon appellant. Nec tantum hi, qui in oppido morant, incolae sunt, sed etiam qui alicuius oppidi finibus ita agrum haberet, ut in eum se quasi in aliquam sedem recipiant.

2 L’attestation la plus précoce date du iie siècle av. J.-C. grâce à l’institution archaïque d’Aesernia, colonie latine, fondée en 263. Leur mention dans les inscriptions se raréfie à partir du iie siècle de notre ère, Mzozek, 1984, p. 17-21.

3 L’adtributio ne dépasse pas l’époque augustéenne et la contributio est attestée entre César et Vespasien, Laffi, 1966, p. 92, 112, 161.

4 Laffi, 1966, p. 74-77 (incolae), 89 (adtributio), 165 (contributio : mesure exceptionnelle en cas de crise démographique et financière avec l’intervention de l’État) ; adtributio et contributio ne sont pas à confondre avec les préfectures gromatiques, p. 96.

5 Bertrand, 1991, p. 127-13 5, sur la polysémie du mot eparcheia dans le monde hellénistique et romain.

6 Laffi, 1966, p. 80 suppose en effet l’élargissement du territoire de la colonie de Volubilis au moment de la création du municipe avec l’intégration en condition de dépendance des tribus périphériques par la fiction du ius incolatus.

7 Tite-Live, 39, 4-6 ; 41, 8, 9 ; 41, 9, 9.

8 Humbert, 1978, p. 12 sq.

9 Dans la Rome archaïque les municipes sine suffragio sont considérés comme des citoyens de second ordre ; voir à propos des Tables Cérites la discussion d’Humbert, 1978, p. 11 0 sq., et bibliographie.

10 Humbert, 1978, p. 345 sq.

11 Hermon, 2004b.

12 Hygin l’Arpenteur, 166, 3-8 Th = Clavel-Lévêque et alii, 1996, p. 146 : Si uero municipium in coloniae ius transferetur, conditionem regionis excutiemus et secundum suam postulationem adsignabimus. On désigne généralement les coloniae Iuliae, fig. 135. A152, p. 148.

13 Laffi, 1966, p. 111 sq., et bibliographie.

14 Brunt, 1971, p. 294 sq.

15 Nous utilisons généralement l’édition française des Gromatici Veteres : Clavel-Lévêque et alii (éd.), 1993 (Siculus Flaccus) ; Clavel-Lévêque et alii (éd.), 1996 (Hygin l’Arpenteur) ; Behrends et alii (éd.), 1998 (Frontin) ; Behrends et alii (éd.), 2000 (Hygin) ; et celle anglaise de Campbell, 2000 (Ca) en donnant, dans la mesure du possible, les références aux anciennes éditions usuelles pour ces textes : Lachmann, 1848 (La) ; Thulin, 1913 (Th.). Ces éditions canoniques seront également confrontées compte tenu des nombreuses incertitudes relatives à la transmission de la tradition gromatique.

16 Hermon, 2001, p. 207 sq.

17 Denys d’Halicarnasse, 17-18, 5, cf. Torelli, 1991, p. 18-26.

18 Tarpin, 2002, p. 224, n. 46.

19 Sur l’existence des pagi samnites autour d’Aesernia, Salmon, 1967, p. 273.

20 Chastagnol, 1990.

21 L’exemple d’une inscription africaine de Sicca Veneria, colonie augustéenne en Afrique proconsulaire, rapporté par Poma, 1998, p. 139, pourrait offrir une analogie de situation avec les colonies latines médio-républicaines en Italie.

22 ILS 6753 = Inscr. Ital, XI. Regio XI, fasc. 1, Roma, 1932, n. 6. (Augusta Praetoria). Les Salassi incolae d’Aoste, colonie romaine du col St. Bernard, auraient subi le même sort. Ils ont offert à Auguste une dédicace en 23 av. J.-C. : incolae cum initio se in coloniam cont (ulerunt) qui célébrait leur soumission, malgré la campagne réputée brutale et dévastatrice ayant éliminé la plupart d’entre eux, deux ans plus tôt (cf. Strabon 4, 6, 7).

23 Frontin, De limitibus, Th. 13, 88, fig. 28 = Behrends et alii, 1998, p. 44  : Hi ad incolis uariis ac dissimilibus uocabulis a caeli regione aut a loci natura sunt cognominati.

24 Frontin, De agrorum qualitate, Th. 2, 10-11, Behrends et alii, 1998, p. 6 : Ager est arcifinius qui nulla mensura continetur. Finitur secundum antiquam obseruationem fluminibus, fossis, montibus, uiis, arboribus ante missis, aquarum diuergiis si qua ante loca a possessore potuerunt obtineri.

25 Hermon, 2001.

26 Tite-Live, 10, 21, 7 ; 27, 38, 34, 3  ; Denys d’Halicarnasse, 1, 9.

27 AE 1989, 150 ; Coarelli, 1989, p. 32 sq.

28 Tite-Live, 10, 21, 7-9 : itaque placuit ut duae coloniae circa Vescinum et Falernum agrum deducerunt, una ad ostium Liris fluvii, quae Minurnae appellata, altera in saltu Vescino, Falernum contingente agrum, ubi Sinope dicitur Graeca urbs fuisse, Sinuessa deinde ab colonis Romanis appellata.

29 Cicéron, ad. Att, 15, 1, I : in Vescino ; Cicéron, ad Att., 16, 10, 1-2 : uerti igitur me a Minturnis Arpinum versus. Coarelli, 1989, 30n.

30 Doté d’un théâtre au milieu du ier siècle av. J.-C., sa richesse est surprenante pour un simple pagus fossilisé « rétrocédé à ses anciens habitants », selon Tarpin, 2002, p. 216 sq.

31 Clavel-Lévêque et alii, 1993, p. 258. Je dois cette suggestion à J. Peyras qui m’a fait l’amitié de lire cet essai.

32 Cicéron, de Leg. Agr., II, 66 : Albanus ager est, Setinus, Privernas, Fundanus, Vescinus, Falernus, Literninus, Cumanus.

33 Selon une hypothèse récente de Capogrossi Colognesi, 2002, p. 77-93, les pagi en Campanie n’auraient pas précédé la conquête.

34 Frontin, 7, 49 Th. (=Behrends et alii, 1998, p. 24) fait état en effet d’une telle situation pour Interamna Praetuttiorum : Sicut ut in Piceno feretur Interamnatium Praetuttianorum quandam oppidi partem Asculanorum fine circumdari. « Par exemple, on rapporte dans le Picenum qu’une certaine partie de l’oppidum des Interamnates Praetuttiani était entourée par la frontière des Asculiens ». Il s’agit d’une situation de l’époque triumvirale après Philippi (42), Brunt, 1971, p. 308, Keppie, 1983, p. 103, n. 13, Campbell, 2000, p. 323, n. 18, mais Florus, 2, 9, 27 inclut Interamnium parmi les splendidissima municipia dont les terres furent confisquées par Sylla. Elle est connue d’ailleurs par Tite-Live, 22, 9, 5 ; Pline l’Ancien, NH, 67. Il s’agit, selon Frontin, d’un ancien conciliabulum porté au droit de municipe (7, 50 : hoc conciliabulum fuisse fertur et postea in municipii ius relatum), explication qui pourrait provenir d’un commentateur tardif, cf. Behrends et alii, 1998, p. 25-27 et n. 33 et 34.

35 Keppie, 1983, p. 58, 102-103.

36 Tarpin, 2002, p. 216 sq.

37 Gabba, 1973, p. 172-173 et par Brunt, 1971, p. 300-311, notamment le cas de Praeneste, Hermon, 2004b, n. 36-42.

38 Sur les graffiti de Pompéi on a trouvé les mentions des coloni, coloni et incolae (CIL X, 852 ; IV, 9918) et l’on pense que les premiers colons furent regroupés par Sylla dans le PAGUS FELIX SUBURBANUS. D’ailleurs les colons et les anciens habitants de Pompéi ne votaient pas ensemble, (Amodio, 1996, p. 477 sq.), ce qui pourrait témoigner d’une forme de déplacement du centre civique – dans le même sens, Lo Cascio, 1996, p. 117 sq. et Savino, 1998, p. 457 sq. –, on pourrait ainsi apporter un élément de réponse à l’interrogation de Tarpin, 2002, p. 230, n. 65 qui se demande pourquoi il aurait fallu une structure propre pour accueillir des colons, qui devenaient en fait les maîtres des institutions impériales.

39 Hermon, 2004b.

40 Keppie, 1983, p. 16 sq.

41 Guidobaldi, 1989, p. 53-60 opte pour une adsignatio nova augustéenne et identifie le Caius Caesar, deductor de la colonie, signalé par le Liber coloniarum (fig. 1) avec Caligula, contre Keppie, 1983, p. 141 sq. qui l’identifie à Jules César. À défaut d’arguments chronologiques irréfutables, il faut s’en tenir aux données factuelles sûres, celles des deux phases de colonisation, adsignatio in professione succédant (postea) à l’adsignatio nova. Le premier acte comporte l’augmentation du territoire de la cité, le second peut ratifier la situation issue de plusieurs redistributions de terres.

42 Valère Maxime, 8, 2, 3 et 2, 10, 6, Plutarque, Marius, 37-40.

43 Paci, 1996-1997, p. 144.

44 Le bornage des communautés distinctes sur le même territoire : Hygin L’arpenteur, Th. 162, fig. 131. A 147 ; 132a P101r ; Clavel-Lévêque et alii, 1996, p. 132-133.

45 Chouquer et Favory, 2001, p. 350.

46 Supra n. 12.

47 Compatangelo, 2002, p. 68 ; Siculus Flaccus, 162 La.

48 Hygin l’Arpenteur, Th. 167, fig. 136. A 154, Clavel-Lévêque et alii, 1996, p. 152.

49 Laffi, 1966, p. 153-155, 213-216 ; Castillo Pasqual, 1996, p. 159 sq. ; Chouquer et Favory, 2001, p. 133.

50 Siculus Flaccus, 124-5, 252-257 Th = Clavel-Lêveque et alii, 1993, p. 78-81  ; Frontin, De arte mensoria, Th 15, 104, fig. 32 = Behrends et alii, 1998, p. 52.

51 Humbert, 1978 ; Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, 5, 457-8 ; Berger, 1916, c. 1249-56.

52 P. 310 Th. : Praeterea cum auctores assignationis diuisionisque, non sufficientibus agris coloniarum, quos ex uicinis territoriis sumpsissent, et assignauerunt quidem futuris ciuibus coloniarum, sed iuris dictio eis agris qui assignati sunt penes eos remansit ex quorum territorio sumpti erant ; p. 311 Th. : Quod ipsud diligenter intuendum erit et leges respiciendae = Clavel-Lévêque et alii, 1993, p. 101.

53 Nous suivons ici la reconstitution des textes présentée par Chouquer et Favory, 2001, p. 358 sq. : texte de Pseudo Agennius, source inconnue d’époque de Domitien qui le distingue de celui d’Agennius Urbicus, son compilateur du Haut-Empire.

54 Ab eo (praefecturae) enim statu lis incipit, [ut] de proprietate agatur, non de loco : p. 40, 2 Th., trad. Marchand, Chouquer et Favory, 2001, p. 359.

55 Hoc quoque aspiciendum erit, quod aliquibus locis inueni, ut cum ex alieno territorio sumpsisse[t] agros quos adsignaret, proprietatem [quidem] daret scilicet cui adsignabat, sed territorio, intra quod adsignabat, ius non auferret. Sunt quoque quaedam diui August edicta, quibus significa[n]t, quotiens ex alienis territoriis agros sumpsisset et adsignasset ueteranis, nihil aliud ad coloniae iuris dictionem [pertine]at quam quod ueternanis datum adsignatumque sit. ita non semper quidquid centuriatum erit ad coloniam accedit, sed id tantum quod datum adsignatum fuerit. S unt nihilo minus quaedam municipia, quibus extra muram nulla sit iuris dictio, Hygin, 84-87 = Behrends et alii, 2000, p. 59-60.

56 Castillo Pasqual, 1996, p. 8-17 ; Selon Chouquer et Favory, 2001, p. 21-29 sq. Pseudo-Aggenius est compilé plus tard par Agennius Urbicus dont le texte est intercalé au premier.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Minturnae, communautés distinctes sur le même territoire (assignatio et mos arcifinium)Hygin l’Arpenteur, Constitutio Limitum, M. Clavel-Lévêque et alii (éd.), fig. 89, p. 50.
Légende Ideoque multis regionibus antiquate mensurae actus in diuersum nouis limitibus inciditur : nam tetrantum ueterum lapides adhuc parent, sicut in Campania minturnensium ; quorum noua adsignatio trans fluuium Lirem finitibus continetur ; citra Lirem postea adsignatum per professiones ueterum possessorum, ubi iam oportunarum finium commutatione relictis primae adsignationis terminis more arcifinio possidetur (fig. 89).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6724/img-1.png
Fichier image/png, 654k
Titre Tableau 1 – Les opérations agraires entre Sylla et César dans les Libri coloniarum
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6724/img-2.png
Fichier image/png, 108k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6724/img-3.png
Fichier image/png, 149k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search