Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Boys don't cry!

 | 
Delphine Dulong
, 
Erik Neveu
, 
Christine Guionnet

Les auteurs

Texte intégral

1Alexis Annes, Ph. D., est enseignant chercheur en sociologie à l’École d’ingénieurs de Purpan (INP-EI Purpan), université de Toulouse. Ses travaux de recherche questionnent l’évolution des mondes agricoles et des cultures rurales sous l’angle des Gender and Sexuality Studies, dans les sociétés postindustrielles, particulièrement la France et les États-Unis.

2Romain Carnac est doctorant à l’École pratique des hautes études, rattaché au Groupe sociétés, religions, laïcités du CNRS et moniteur d’enseignement en science politique à l’université de Rennes 1. Il prépare, depuis 2010, sous la direction de Philippe Portier et Jean Baudouin, une thèse de science politique intitulée : « La critique de la modernité démo-libérale dans les réactions religieuses et séculières au courant de pensée du genre ». L’auteur poursuit par ailleurs des recherches sur la pensée politique de Jean-Jacques Rousseau.

3Béatrice Damian-Gaillard est maître(sse) de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’IUT de Lannion-université de Rennes 1 et chercheuse au Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE – UMR 6051). Ses recherches portent sur le journalisme, l’organisation du travail journalistique, la socio-économie des médias en lien avec la question du genre et des rapports sociaux de sexe.

4Delphine Dulong est maîtresse de conférences en science politique à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et directrice du Centre de recherches politiques de la Sorbonne/Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP – UMR 8209). Elle travaille sur les institutions politiques. Elle est co-auteure avec C. Achin et alii de Sexes, genre et politique (Paris, Economica, 2007), et a récemment publié La construction du champ politique (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010).

5Francis Dupuis-Déri est professeur en science politique et responsable du Groupe interdisciplinaire de recherche sur l’antiféminisme (GIRAF) de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) de l’université du Québec à Montréal (UQAM). Il a codirigé l’ouvrage Le mouvement masculiniste au Québec : l’antiféminisme démasqué (2008) et signé plusieurs textes sur l’antiféminisme et le féminisme, dont les articles « Le “masculinisme” : Une histoire politique du mot (en anglais et en français) » (Recherches féministes, 2009), et « Les hommes proféministes : Compagnons de route ou faux amis ? » (Recherches féministes, 2008).

6Ludovic Gaussot est maître de conférences en sociologie à l’université de Poitiers et membre du Groupe de recherches et d’études sociologiques du centre ouest (GRESCO – EA 3815). Il conduit ses recherches, d’une part, sur l’analyse sociologique de la genèse des problématiques de sexe dans les sciences sociales, d’autre part, sur le genre de l’alcool et de l’alcoolisme.

7Patrick Guiol est chercheur au CNRS en science du politique, directeur honoraire du Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE – UMR 6051), université Rennes 1, IEP de Rennes. D’abord spécialisé sur les acteurs et thèmes progressistes du gaullisme historique, l’auteur s’est intéressé ensuite aux idéologies du management et aux formes de démocratie économique. Il travaille actuellement sur le lien entre la nature du pouvoir dans l’entreprise et la santé des salariés.

8Christine Guionnet est maître(sse) de conférences en science politique à l’université Rennes 1 et chercheuse au Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE – UMR 6051). Auteure de travaux sur la socio-histoire, la construction sociale du politique, le genre, la parité et la méthodologie des sciences sociales, elle a notamment publié, avec Érik Neveu, un manuel de sociologie du genre chez Colin (Féminins/Masculins, 2e éd., 2009).

9Aurélie Hess-miglioretti est ingénieur d’études CNRS en production, analyse et traitements de bases de données au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR 6258).

10Nadine Lefaucheur, sociologue, est membre associé du Centre de recherche sur les pouvoirs locaux dans la Caraïbe (CRPLC – UMR 8053/CNRS/université des Antilles et de la Guyane). Elle a publié, en 1975, avec Georges Falconnet, La fabrication des mâles (Le Seuil). Chargée de recherche au CNRS, elle a travaillé particulièrement sur les représentations savantes et la gestion socio-historique des situations familiales considérées comme « anormales » : enfants abandonnés, accouchement dit sous X, mères célibataires, familles dites monoparentales. Elle a coordonné récemment l’enquête « Genre et violence à la Martinique ».

11Eric Mankowski est professeur de psychologie sociale et communautaire à l’université de Portland (USA). Ses travaux, fondés sur des techniques d’enquêtes qualitatives et quantitatives, portent principalement sur la relation entre l’individu, le groupe et le fonctionnement communautaire en particulier dans le domaine de la santé mentale.

12Kenneth Maton enseigne la psychologie communautaire et les politiques publiques à l’université du Maryland (USA). Ses recherches portent notamment sur les conditions de réussite des minorités étudiantes et l’empowerment des milieux communautaires.

13Pascale Mériot est maîtresse de conférences à la faculté des sciences économiques de Rennes 1 et chercheuse au Centre interdisciplinaire d’analyse des processus humains et sociaux (CIAPHS – université de Rennes 2 – EA 2241). Elle travaille à la fois sur les indicateurs de richesse, la relation formation-emploi et les liens entre la santé et le travail.

14Michael Messner est professeur de sociologie et de gender studies à l’université de Californie de Sud (Dornsife College, Los Angeles) après une carrière dans diverses universités de cet Etat. Sa contribution scientifique est particulièrement reconnue sur deux terrains : la question du sport comme espace d’activation et de modelage des identités de genre, la prise en compte du masculin comme objet de recherche à part entière pour les études de genre. Ce parti-pris a contribué à la fin d’un implicite qui faisait du féminin le genre problématique, contribuant par là une vision normâle du masculin. Dernier livre publié : King of the Wild Suburb : A Memoir of Fathers, Sons and Guns, Austin, TX, Plain View Press, 2011.

15Stéphanie Mulot, anthropologue et sociologue, est maîtresse de conférences à l’université Toulouse 2-Le Mirail et membre du Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST – UMR 5193). Elle mène ses recherches sur le genre, la santé et les mémoires dans les sociétés antillaises de Guadeloupe et Martinique. Suite à sa thèse revisitant la matrifocalité en Guadeloupe (EHESS, 2000), elle a publié des articles sur la trace des masques, les représentations de la mémoire de l’esclavage, le mythe du viol fondateur, la masculinité, la réflexivité de la recherche face au VIH/sida, les maladies chroniques… Elle vient de soutenir son habilitation à diriger des recherches sur le thème « Mémoires, genre, santé : analyser la dynamique des relations sociales aux Antilles ».

16Jorge Muñoz est maître de conférences en sociologie à l’université de Bretagne occidentale de Brest. Il est actuellement directeur du laboratoire Atelier de recherche sociologique (ARS – EA 3149). Il développe une série de travaux permettant d’alimenter une réflexion sur la modernisation des services publics. Il s’agit à partir d’une approche privilégiant l’analyse pragmatique de l’activité de travail de rendre compte de mécanismes de l’action publique. Au croisement d’une sociologie du travail, du droit et de l’organisation, ses travaux empiriques visent à mieux cerner les modalités de ces transformations. Enfin, ses travaux ont également été orientés vers l’analyse des effets de ces politiques sur la santé des salariés. Dans cette perspective, une série de travaux tant quantitatifs que qualitatifs a été réalisée sur des terrains aussi variés que l’hôpital, l’industrie ou encore les coopératives ont été effectuées.

17Érik Neveu est professeur de science politique à l’IEP de Rennes et chercheur au Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE – UMR 6051). Il travaille sur les questions du genre depuis une douzaine d’années et a publié sur ces enjeux Féminins/masculins (2e éd., 2009, Colin) en collaboration avec Christine Guionnet. Il travaille actuellement sur les renouvellements littéraires de la pratique journalistique aux États-Unis, et sur les trajectoires des anciens militants « soixante-huitards », terrain où ressort encore l’importance de la dimension genrée des rapports sociaux.

18Caroline New a enseigné la sociologie à la Bath Spa University pendant quinze ans. Longtemps membre actif de l’International Association for Critical Realism, elle est aujourd’hui en semi-retraite mais poursuit une vie d’universitaire à mi-temps et demeure fortement engagée dans les « Gender politics ». Elle est l’auteure d’une dizaine de papiers sur les questions de genre dont « Sex and Gender : A Critical Realist Approach » in New Formations 56, 2005, p. 54-70. On mentionnera aussi, « Man Bad, Woman Good ? Essentialisms and Ecofeminisms », New Left Review, 1996, et « Realism, Deconstruction and the Feminist Standpoint », Journal for the Theory of Social Behaviour, 1998.

19Nicolas Palierne est doctorant et réalise son terrain de thèse auprès d’un centre de soins de suite et de réadaptation en addictologie dans le Poitou-Charentes, ainsi qu’une enquête sur les styles éducatifs familiaux et la consommation d’alcool des étudiants de Poitiers, avec Ludovic Gaussot et Loïc Le Minor. Il vient de terminer une enquête en tant qu’IGE sur les politiques d’éducation à la santé dans les collectivités territoriales du Poitou-Charentes. Thème de recherche : addictions et genre, politiques publiques de santé, alcoolisation.

20Anne Verjus est chercheure CNRS, membre du laboratoire Triangle de l’université de Lyon (UMR 5206). Elle a récemment publié Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire (avec D. Davidson, aux Éditions Champ Vallon, 2011), et Le Bon mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire (Fayard, 2010). Elle a également publié un rapport sur la parentalité (avec M. Boisson, CNAF, 2004) et depuis quelques années, étudie les associations masculinistes et les représentations de la paternité à l’époque contemporaine.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access