Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Boys don't cry!

 | 
Delphine Dulong
, 
Erik Neveu
, 
Christine Guionnet

Troisième partie. Injonctions et prix à payer pour des masculinités plurielles

De singulières disparités de consommations sanitaires. Hommes et femmes face au pouvoir dans l’entreprise

Patrick Guiol, Aurélie Hess-Miglioretti, Pascale Mériot et Jorge Muñoz

Texte intégral

1Le monde du travail a longtemps été un univers masculin où l’homme régnait en maître, à telle enseigne que les études de genre ont interrogé plus souvent les difficultés des femmes au travail que celles des hommes. D’une certaine manière, le présent chapitre prend le contre-pied de cette inclinaison sans toutefois déroger complètement à la règle, car s’il débusque un aléa de la condition masculine au travail, ses auteurs l’ont découvert incidemment, presque par hasard. Visant initialement un tout autre objectif, ils se sont simplement rendus à l’évidence d’un constat trop significatif pour passer inaperçu.

  • 1 Cf. P. Guiol et J. Muñoz, Management des entreprises et santé des salariés, Rennes, Presses univer (...)
  • 2 Une enquête épidémiologique récente a établi un constat du même ordre sur le rôle du lien social à (...)
  • 3 Ces indicateurs ainsi que les arrêts pour MP ou AT présentaient l’avantage d’être déjà collectés p (...)

2À l’origine, la problématique de l’enquête était centrée sur une unique interrogation : « Le type de pouvoir managérial exercé dans l’entreprise a-t-il un impact sur la santé des salariés ? » Avant de soulever un écart de genre, la réponse à cette question a suscité un programme de recherche en plusieurs étapes. L’étude s’est déroulée tout d’abord, auprès d’un panel de médecins généralistes et de médecins du travail où une première série d’enquêtes a conclu à la réalité d’un « effet santé » du mode de gestion des ressources humaines. La comparaison de deux univers relationnels opposés (« directif » et « autoritaire » versus « ouvert au dialogue », privilégiant l’animation et la concertation, tendanciellement « participatif ») mobilisa plus d’une centaine d’entreprises en région Bretagne. Ainsi, a-t-il été montré que le type de pouvoir subi intervient bel et bien sur l’état de santé des salariés ainsi que sur l’instrumentalisation de la santé comme artifice de médiation sociale1. Preuve en est que dans les entreprises « coopératives », une reconnaissance plus réelle des travailleurs se solde par un moindre recours de leur part auprès du médecin du travail pour en obtenir l’arbitrage de problèmes extra-sanitaires2. Ces déterminants psychosociaux de la santé qui sont apparentés aux méfaits du stress ou de la souffrance psychique au travail seront vérifiés, dans une seconde étape, par l’exploitation d’une base de données fournie par la caisse régionale d’assurance maladie. L’analyse statistique de deux années de consommations sanitaires relatives au panel des 30 255 salariés issus des entreprises sélectionnées objective l’opinion des professionnels de la santé et en confirme le verdict. Fondé dans un premier temps sur les indicateurs classiques de la médecine du travail déjà accessibles par entreprise, accidents du travail et maladies professionnelles (AT et MP)3, ces consommations sanitaires ont été réévaluées, ensuite, à partir d’indicateurs spécifiques originaux, définis, pour l’occasion, de manière plus complexe. Parmi eux : le volume de six types de médicaments prescrits susceptibles de traduire une souffrance psychique au travail. Ces familles de médicaments ont pour objet de soigner les douleurs (AINS et antalgiques), la dépression (antidépresseurs), le stress, l’anxiété (anxiolytiques), les troubles psychiatriques (psychotropes) et les insomnies (hypnotiques). À cela s’ajoutent les consultations de médecins (généralistes, rhumatologues), les séances de kinésithérapie, ainsi que les accidents du travail donnant lieu à des arrêts et les arrêts maladie. Sur cette base, et dans la mesure où nous connaissions, cette fois, le sexe de chaque assuré social, il fut possible d’introduire un questionnement sur les effets du genre. Le résultat est éloquent. Tant sur les consommations de médicaments que sur les arrêts de travail ou les consultations, de nettes disparités apparaissent entre les hommes et les femmes, révélatrices de malaises identitaires genrés. Dans l’absolu, une consommation sanitaire globale distinctement plus marquée chez les femmes s’observe quel que soit le type de gouvernance d’entreprise ; mais simultanément, se révèle une sensibilité bien plus forte des hommes à ce paramètre puisqu’en coût sanitaire global moyen on note 20 % d’écart chez ces derniers (au profit du « participatif ») contre 5 % seulement chez les femmes.

  • 4 Précisons d’emblée que l’explication de ce coût singulier dépasse les connaissances acquises en ma (...)

3Ce contraste dans la sensibilité des hommes et des femmes au type de pouvoir rencontré nous semble mettre au jour un coût de la masculinité très spécifique. Celui-ci se manifestant plus particulièrement dans les accidents du travail4, nous focaliserons notre analyse sur ces derniers. L’examen des accidents du travail indique notamment que prendre des risques et ne pas prêter trop d’attention aux souffrances constituent une part inhérente de l’identité masculine conquérante, non vulnérable. Mais nous verrons dans un second temps que la vulnérabilité masculine s’affiche par contre plus fortement que celle des femmes lorsque les hommes se sentent bousculés dans leur affirmation identitaire, fragilisés par un management autoritaire. Les enjeux identitaires de la reconnaissance au travail paraissent plus importants pour eux, là où les femmes trouvent plus aisément d’autres sources de valorisation. En ce sens, la prise de risque dans l’activité professionnelle ne constitue pas uniquement une manifestation d’un rapport masculin au travail destiné à se montrer « à la hauteur » des normes traditionnelles de la virilité ; elle est également une conséquence importante de la gestion différentielle que les hommes et les femmes ont de leur malaise identitaire. Dans les lignes qui suivent, nous essaierons de montrer combien les coûts de la masculinité apparaissent au travail comme exacerbés – ou minorés – par la nature des rapports hiérarchiques ; phénomène bien plus apparent chez les hommes que chez les femmes. Au total, si la prise de risque constitue un coût masculin bien connu, un second type de coût très masculin (au sens où les hommes y sont plus vulnérables que les femmes, en moyenne) ressort de notre étude : le coût de la mal-reconnaissance au travail et de ses conséquences sanitaires.

  • 5 Pour la présentation de cette méthode, voir J. Vallin, S. D’Zousa et A. Palloni, Mesure et analyse (...)
  • 6 Pour plus de précisions sur la méthodologie qui a présidé à l’élaboration de l’échantillon, on se (...)
  • 7 S’agissant de l’approche objective, celle-ci concerne à la fois l’application des règles juridique (...)
  • 8 Parmi les critères retenus, on citera ceux relatifs à une écoute et une attention de l’employeur e (...)

Méthodologie de l’enquête
La méthode des cas-témoins utilisée pour la constitution des échantillons est un classique des enquêtes d’épidémiologie5. Elle consiste à définir deux catégories de population opposées par la variable que l’on souhaite isoler, toutes choses égales par ailleurs. Ici, il s’agit d’entreprises qui divergent par leur mode de management. En revanche, celles-ci s’avèrent similaires au regard des autres paramètres. Pour y parvenir, on a retenu à l’intérieur de chaque branche d’activité des secteurs de production semblables, des tailles d’établissement ou des effectifs de salariés proches, des natures d’implantation géographique (rural/urbain) identiques, de sorte que la méthode tend à comparer ce qui est comparable ; du moins, veille-t-elle à écarter les biais ou à les réduire, autant que possible.
Afin de distinguer ces deux types de management, une palette de critères objectifs et subjectifs fut mobilisée6. Ceux-ci font notamment référence aux différentes formes de la participation, soit la participation aux décisions avec la présence d’une plus ou moins grande pratique du dialogue social, la participation aux résultats financiers et la consultation-information des salariés7. Mais, outre ces critères objectifs (une trentaine au total), la différentiation des entreprises selon le type de management a également été étayée par le recours à des arguments plus subjectifs (une douzaine). Il s’agit d’une approche « réputationnelle » qui consiste à recueillir des avis d’experts du terrain (délégués syndicaux et inspecteurs du travail) sur l’attitude de l’employeur vis-à-vis de ses salariés. Au final, une dernière question ouverte est posée au délégué syndical afin de lui permettre de décrire en toute liberté l’organisation du dialogue dans son entreprise et le climat social qui y règne8. À l’issue de cette première étape, 242 entreprises ont été présélectionnées. À partir de cette population mère, nous avons extrait l’échantillon final en respectant un assortiment par paires ou lots d’entreprises similaires, de même secteur d’activité et de tailles équivalentes. Les cas équivoques ont été éliminés, ainsi que de nombreuses entreprises qui, bien qu’avantageusement typées, n’avaient pas d’alter ego dans le mode de management opposé. Tendre vers une symétrie aussi parfaite que possible était la condition à respecter pour valider une analyse comparative fondée sur l’isolement d’une variable. Au total, 53 entreprises à gestion dite « autoritaire » (groupe A) et 56 entreprises à gestion dite « participative » (groupe B) ont été retenues.

Graphique 1. – Répartition de l’effectif de l’échantillon.

  • 9 À savoir : la consommation et le coût des médicaments retenus : les anti-inflammatoires non stéroï (...)
  • 10 Cf. E. Dorlin (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses (...)
  • 11 L. Davoine, D. Méda, « Place et sens du travail en Europe : une singularité française ? », Documen (...)
  • 12 Cf. P. Guiol et J. Muñoz, Management des entreprises et santé des salariés, op. cit., p. 202-208.

Pour ces 109 entreprises, la CRAM a transmis, sous une forme garantissant un total respect de l’anonymat, un volumineux ensemble d’informations relatives à la consommation sanitaire de leurs 30 255 salariés. Autant de données évoquées en introduction qui permettront cette approche doublement comparative9. Précisons par ailleurs que ces données portent sur une période rigoureusement identique pour chacune de ces 109 entreprises, comprise entre le 1er juin 2005 et le 30 juin 2007, soit 25 mois. Quant à l’effectif global des salariés, leur répartition selon le genre et le mode de management s’y fait de manière quasi équivalente entre les entreprises au management « autoritaire » et celles au management « participatif ». Les hommes sont plus nombreux (environ 58 %) que les femmes comme au niveau national avec néanmoins une légère surreprésentation des hommes.
Soulignons tout de même que, pour des raisons de confidentialité, la CRAM ne nous a pas communiqué d’informations sur le statut du salarié, son salaire et le poste occupé. Encore moins sur des données qui sont hors de sa portée comme les données sociodémographiques. Autant de restrictions qui constituent une limite non négligeable à l’analyse. Car, d’une part, le genre est différemment construit selon la classe et la « race »10 ; d’autre part, le rapport au travail, s’il reste différencié selon le sexe, varie également selon la CSP. Comme le rappellent Lucie Davoine et Dominique Méda,
« le fait d’avoir des enfants (surtout pour les femmes), d’être profession intermédiaire, employé ou ouvrier augmente la probabilité d’accorder moins d’importance relative à son travail qu’à d’autres domaines de la vie. On constate donc un double effet à l’œuvre dans la relativisation de la place accordée au travail au regard d’autres activités ou dans la concurrence subie par le travail : d’une part, l’existence d’une charge de famille ou d’une famille constituée comme pôle d’intérêt, d’investissement et de charges, principalement pour les femmes, d’autre part, la CSP11 ».
En l’absence d’informations sur ces variables, notre analyse ne peut qu’être partielle, c’est-à-dire focalisée sur les seules variables connues (le type de management et le sexe). Néanmoins, la majeure partie de l’échantillon est constituée de catégories ouvrières et employées, catégories qui, selon les médecins du travail, sont plus réactives au type de GRH que les cadres12.

Le risque au travail : des injonctions et des coûts très masculins

4Principale leçon de cette étude, la distinction hommes/femmes ressort très clairement quant à la consommation de soins et consultations sanitaires.

Des hommes en apparence moins vulnérables

5Au premier abord, une consommation sanitaire globale sensiblement plus marquée chez les femmes semble confirmer les traditionnelles conclusions des études de genre sur leurs difficultés rencontrées au travail. Le constat est d’autant plus remarquable que la comparaison s’établit sur des chiffres excluant les coûts spécifiquement féminins. Ainsi, les consommations sanitaires dues aux grossesses et aux accouchements ne sont pas comptabilisées ici, de même, qu’y sont neutralisés les arrêts pour enfants malades. La précision a son importance même si ces spécificités ne concernent pas toutes les femmes, car cette précaution revient, aussi, à écarter partiellement les effets de classes d’âge.

Graphique 2. – Pourcentage des salariés consommant des biens et services médicaux suivant le sexe.

  • 13 Pour plus de précisions, voir le tableau 5 en annexe.
  • 14 Sauf pour ce qui concerne les psychotropes, lesquels sont davantage l’apanage d’une consommation m (...)
  • 15 D’après Eurostat, notamment : pour 100 000 hommes ayant un emploi, 5 300 connaissent un accident d (...)

6Le graphique 2 montre que la distinction selon le sexe est significative pour tous les types de consultations, tous les types de médicaments, et tous les arrêts de travail13. Dans tous les cas, sauf un, cette distinction s’affiche dans le même sens : celui d’une consommation de biens et services sanitaires plus importante chez les femmes indépendamment de la nature des relations de travail. Elles consultent davantage que les hommes quelle que soit la spécialité observée ; elles consomment toujours plus de médicaments que leurs confrères14 ou encore elles sont proportionnellement plus nombreuses à connaître un arrêt de travail, exprimant, ainsi, différemment leur souffrance au travail comme dans la vie en général. On y reviendra plus loin. Cependant, et c’est là que réside l’exception : les accidents du travail concernent davantage les hommes. Sur ce point, l’examen corrobore les observations faites dans d’autres études15.

  • 16 CREDOC, Les opinions des femmes et des hommes sont-elles semblables ou différentes ?, Claire Piau (...)
  • 17 Cet écart calculé sur la base des absences de consultations médicales et de consultations dentaire (...)
  • 18 Voir aussi, « L’alcool, symbole de virilité ? », dans Sciences Humaines, no 138, mai 2003. Dossier (...)
  • 19 Professeurs à l’ASU, université d’État d’Arizona.

7S’agissant du constat principal, plusieurs explications peuvent être avancées. La première tient au fait que les femmes accordent généralement une plus grande attention à leur santé comme l’indique une enquête d’opinion du CREDOC16 ou encore une étude récente sur le non-recours aux soins de la part des actifs précaires17 ; laquelle montre que, pour toutes les catégories de salariés, précaires ou non précaires, jeunes en insertion ou chômeurs, bénéficiaires de CMU, travailleurs à temps partiel ou en emploi non stable, voire travailleurs à emploi stable à temps plein, bref pour tous les cas de figure, actifs non précaires compris, les hommes sont proportionnellement bien plus nombreux que les femmes à ne pas recourir aux soins. On sait en outre que, confrontés à des difficultés, hommes et femmes développent des pathologies différentes. Si l’on note un taux élevé de dépression chez les femmes, les hommes présentent quant à eux un taux élevé d’abus d’alcool et de toxicomanie18, pathologies qui, selon l’étude des chercheuses américaines J. Kronenfeld et L. Rohlfsen19, peuvent s’analyser comme des formes « d’automédication » susceptibles d’expliquer la moindre instrumentalisation des biens et services sanitaires par les hommes. Là encore, on retrouve un distinguo assez classique : les femmes intériorisent plus leur souffrance et sont donc plus malades, là où les hommes censurant l’expression de leur vulnérabilité prennent plus de risques.

  • 20 Ce que M. Haicault (« La gestion de la vie ordinaire en deux », Sociologie du travail, vol. 26, no(...)
  • 21 Voir O. Thevenon, « L’augmentation de l’activité des femmes en Europe : progrès de la conciliation (...)

8Mais le rapport sexuellement différencié à la santé n’explique pas à lui seul l’écart observé, ici, entre hommes et femmes. La surmédicalisation relative de la population salariée féminine est également imputable à l’effet de saturation dû à la « double journée de travail », domestique et professionnelle, qui incombe le plus souvent, et de loin, aux femmes20. En effet, non seulement la division sexuelle des tâches pèse sur leur rapport à la vie professionnelle – dans le sens d’un moindre investissement dès qu’elles ont des enfants – mais elle fait peser sur elles une charge plus lourde en vertu d’une responsabilité de tous les instants vis-à-vis de la vie familiale. Le sentiment d’avoir à « assurer » coûte que coûte tant au foyer qu’au travail, les pousse à médicaliser au besoin leur capacité à faire face sur tous les fronts. On observe ainsi une certaine « polarisation de comportements21 » via ces assistances médicales dans la mesure où les femmes tendent à compenser les coûts d’un tel investissement.

La culture du risque au masculin : une exposition importante, mais des accidents vite surmontés

  • 22 S. Hamon-Cholet, « Accidents et accidentés du travail : un nouvel outil statistique, l’enquête con (...)

9Alors que du point de vue des consommations de médicaments et de soins les hommes paraissent moins vulnérables que les femmes, ils sont par contre proportionnellement plus nombreux que les femmes à rencontrer des arrêts en raison d’accidents du travail (AT) : 12 % des hommes connaissent ce type d’arrêt sur la période considérée contre 10 % seulement des femmes. Au premier abord, ce deuxième constat n’est pas très surprenant, les hommes étant réputés adopter davantage de comportements à risques et occuper traditionnellement des postes plus dangereux comme le montre, notamment, Sylvie Hamon-Cholet dans une étude où 78,7 % des accidentés du travail avec arrêt sont des hommes22. Mais ce constat général doit cependant être affiné comme les lignes suivantes vont le montrer. Car si les femmes sont moins exposées au risque que les hommes, elles y sont plus vulnérables ; les hommes, eux, sont davantage vulnérables au type de pouvoir subi, la fréquence des accidents de travail augmentant notablement dans leurs rangs à mesure qu’ils se sentent déconsidérés.

Graphique 3. – Caractéristiques des accidents du travail suivant le sexe.

10Au-delà du constat général qui montre que les accidents du travail – sans autre distinction – concernent davantage les hommes, une approche qualitative plus fine invite à moduler l’interprétation. Les écarts constatés entre hommes et femmes sur ce point varient selon le critère retenu : le nombre d’arrêts pour accidents du travail, le nombre cumulé de jours d’arrêt, ou encore la durée moyenne d’un arrêt. Le graphique 3, qui concerne les salariés ayant eu un arrêt consécutif à un accident du travail, montre ainsi que :

  • les hommes ont une probabilité plus grande que les femmes de subir un arrêt de travail pour accident (12 % des hommes contre 10 % des femmes). Mais, parmi ces victimes d’accidents du travail, le nombre d’arrêts par individu est plus élevé chez les femmes. En effet, leur groupe présente un taux de récidive significativement plus important, de 8 % supérieur au groupe des hommes ;
  • l’analyse du nombre de jours d’arrêts cumulés sur la période est également intéressante : le pourcentage de jours cumulés d’arrêts pour la tranche de moins de 10 jours est nettement plus élevé pour les hommes et à l’inverse, au-delà de 10 jours, ce sont les femmes qui connaissent un nombre cumulé de jours plus important. Ce fait se traduit également au niveau de la moyenne comme l’indique le tableau no 5 en annexe : le nombre moyen de jours sur la période est plus important pour ces dernières (101 jours en moyenne pour les femmes contre 57 pour les hommes, soit presque le double) ;
  • concernant enfin la durée moyenne des arrêts par salarié, les résultats apparaissent, là encore, significativement variables selon le sexe. Les hommes ont beaucoup plus d’arrêts courts (moins de 10 jours) que les femmes. La durée moyenne d’un arrêt est en effet plus élevée chez les femmes soit, sur la période, une durée moyenne de 66 jours contre 41 jours chez leurs confrères (tableau 1). On peut en déduire que prendre des risques et en assumer les conséquences n’est pas constitutif de leur identité de genre, ni pour elles (elles souffrent davantage du traumatisme qu’elles ont connu) ni pour leur entourage (qui l’enjoint moins à reprendre rapidement le travail pour gagner de l’argent et pour ne pas trop pénaliser l’employeur).

*** significatif à 1 %, ** significatif à 5 %, * significatif à 10 %.
Tableau 1. – Les accidents du travail donnant lieu à des arrêts selon le sexe.

  • 23 Voir J. Bué, « Hommes et femmes face aux pénibilités du travail », J. Bué, T. Coutrot et I. Puech (...)

11Au total, alors que les hommes sont les plus nombreux à connaître des arrêts pour accident du travail (AAT), une analyse plus fine des caractéristiques de ces arrêts révèle qu’en définitive, les femmes sont davantage victimes d’accidents à répétition, induisant des durées moyennes d’arrêts pour accidents du travail plus importantes. Ces résultats sont surprenants. Ils vont en effet à l’encontre du constat, maintes fois souligné, selon lequel les hommes adoptent plus de conduites à risques que les femmes. Mais on peut précisément invoquer la socialisation masculine au risque pour avancer l’hypothèse selon laquelle les femmes, moins expérimentées que les hommes dans la prise de risque, seraient du même coup plus vulnérables qu’eux quand elles y sont exposées. Moins bien anticipé, l’accident serait ainsi plus courant chez une femme qui exerce un métier à risque. Hypothèse d’autant plus probable que les femmes cumulent certaines conditions de travail désavantageuses : elles ont plus de contrôles horaires que les hommes, ont une autonomie réduite, ont moins de responsabilités hiérarchiques, un rythme de travail intense et monotone et connaissent aussi plus souvent le travail de nuit et les horaires décalés23. Ces conditions particulières de travail rendent dès lors plus difficile la construction d’un collectif de travail sur lequel s’appuyer. De sorte qu’en cumulant les handicaps, les femmes rencontreraient davantage de difficultés à se prémunir contre l’exercice d’une pression.

  • 24 La plupart des men’studies s’accordent à la caractériser par l’anti-féminité, l’homophobie, la res (...)
  • 25 Tel que l’exprime l’ouvrage classique de L. Boltanski, Prime éducation et morale de classe, Paris,(...)
  • 26 Cf. P. Bourdieu, La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998.

12Cette première explication n’interdit toutefois pas de raisonner à partir du groupe des hommes pour tenter de comprendre pourquoi ces derniers, bien que plus nombreux à avoir des AAT, s’arrêtent moins longtemps et moins souvent. Sans exclure l’explication précédente, on peut ajouter l’hypothèse que les hommes sont de leur côté plus prompts à rejeter des AAT et/ou à reprendre plus rapidement le travail que leurs consœurs. Dans cette perspective, la performance au travail serait privilégiée à leurs yeux aux dépens de leur santé pour des raisons à la fois sociales et économiques : pour limiter le manque à gagner, parce qu’ils subissent une pression plus grande de la part de l’employeur et/ou parce que les normes de la masculinité traditionnelle24 incitent les hommes – a fortiori s’ils sont ouvriers – à porter une moindre attention à leur souffrance physique de crainte d’être mal jugé par leurs collègues, de « passer pour une gonzesse » – expression bien plus usitée que celle de « poule mouillée », mais combien plus signifiante par sa connotation sexiste notamment en ce qu’elle illustre bien, en la circonstance, le mécanisme d’une construction identitaire masculine par opposition à la féminité25. Si, comme le dit Bourdieu, être un homme c’est ne pas être une femme26, on peut alors ici, sans trop extrapoler, penser que les écarts ci-dessus observés ne sont que la traduction statistique de l’injonction faite aux « mâles » de se montrer dur au mal.

13Comme on va le voir dans les lignes qui suivent, l’intérêt de cette piste augmente avec le constat que les hommes ont davantage d’accidents, et plus graves lorsqu’ils évoluent dans un environnement social difficile résultant d’une gouvernance autoritaire.

Une vulnérabilité masculine particulière à la reconnaissance au travail

14Si les consommations sanitaires masculines reflètent déjà, par leurs taux d’accidents du travail, une situation objective autant qu’un coût lié au désir de se conformer au modèle de la virilité traditionnelle – c’est-à-dire qu’être un homme impose de ne pas hésiter à prendre des risques et donc invite à s’exposer davantage dans son travail – cette inclination se décline avec d’autant plus de force que le travailleur se heurte aux multiples formes de dénigrement ou de mépris véhiculées par la direction.

Une vulnérabilité masculine articulièrement dépendante du type de management

Graphique 4. – Pourcentage de salariés victimes d’accident du travail suivant le mode gestion des ressources humaines.

  • 27 A. R. Hochschild et A. Machlung, The Second Shift: Working Parents and the Revolution at Home, New (...)
  • 28 Cf. C. Guionnet, É. Neveu, Féminins/Masculins – Sociologie du genre, Paris, Colin, 2004, p. 157 ; (...)

15Des études comme celles conduites par Hochschild et Machlung27 ont montré que dans certains milieux populaires, la femme tient à ses prérogatives traditionnelles comme source privilégiée de valorisation. Elle y tient d’autant plus que sa situation professionnelle n’est pas enviable, trouvant refuge dans ce que ces auteurs nomment une « idéologie du genre », phénomène qui est particulièrement observable à propos des épouses « transitionnelles ». Barbara Ellen Smith, de son côté, rappelle que si les femmes blanches peuvent expérimenter la famille comme une institution oppressive, beaucoup de femmes noires aux États-Unis estiment que la famille est la moins opprimante des institutions car elles peuvent y faire l’expérience de la dignité, de l’estime de soi et de la solidarité qui ne sont pas éprouvés à l’extérieur28. Les conséquences de cette « idéologie du genre » vaudraient-elles pour les hommes en sens inverse ? Leur conformation au modèle dominant générerait-elle, chez eux, des alternatives ambiguës susceptibles d’éclairer cette asymétrie des écarts observés avec les femmes ? En d’autres termes, plus la norme serait machiste, moins les hommes bénéficieraient pour satisfaire leur besoin de reconnaissance sociale d’une solution de repli domestique, et plus ils investiraient la sphère professionnelle. Mais ils seraient du même coup plus exposés que les femmes à la domination vécue au travail. Les résultats que nous avons obtenus semblent en tout cas valider cette hypothèse. S’ils consomment moins souvent que les femmes des biens et services sanitaires, les hommes semblent, en revanche, nettement plus réactifs que leurs consœurs aux effets du type de pouvoir subi puisque, à dangerosité d’activité égale, leur probabilité d’avoir un accident de travail est proportionnellement bien plus forte lorsqu’ils travaillent dans une entreprise à management autoritaire. Par-delà les différences observées entre les sexes, ce qui interpelle le plus et suscite l’interrogation dans cette enquête est surtout l’écart constaté au sein même du groupe des hommes quand on introduit le paramètre « type de pouvoir subi ». Plus que pour les femmes, l’aggravation de la domination pèse sur eux quant à la probabilité d’avoir un accident du travail. Cet écart est particulièrement visible au graphique 4.

  • 29 Le même type de constat a été établi récemment par Mathieu Detchessahar et son équipe de recherche (...)

16Les arrêts pour accident du travail y sont significativement plus importants dans le groupe A (autoritaire) que dans le groupe des entreprises pour lesquelles le mode de gestion est à tendance participative ou, du moins, plus ouverte au dialogue social29 : près de 13 % de l’effectif salarié du groupe A connaît un accident du travail, contre 9 % dans le groupe B, soit un écart de 3 points entre les deux groupes.

17En second lieu, cette différence varie plus ou moins selon le sexe des victimes d’accidents du travail : alors que 11 % des femmes des entreprises « autoritaires » connaissent au moins un accident du travail avec arrêt sur la période considérée, ce pourcentage descend à 9 % dans les entreprises « participatives », soit une différence de 2 points entre ces deux groupes de femmes. Pour les hommes, la différence est de même nature, à ceci près qu’elle est trois fois plus importante puisqu’elle s’élève à 6 points entre les deux groupes d’hommes (graphique 4).

  • 30 Précisons que les caractéristiques de l’échantillon constitué par couples d’entreprises similaires (...)
  • 31 Lors d’une précédente enquête comparative conduite selon une méthodologie similaire, il est apparu (...)

18Si la probabilité d’avoir un accident du travail est plus grande dans les entreprises au management autoritaire, que ce soit pour les hommes ou pour les femmes, cette probabilité se révèle donc plus forte encore pour les hommes30 (le type de management se manifestant chez les femmes par d’autres variations, notamment dans les représentations qu’elles se font des rôles féminins et masculins31).

Tableau 2. – Acceptation du congé parental masculin suivant le mode de gestion d’entreprise.

  • 32 D. Le Breton, 1991, La passion du risque, Paris, Éd. Métailié, 1991, 191 p.

19Quant aux caractéristiques propres des accidents du travail, la seule différence qui apparaît vraiment significative est le nombre moyen d’accidents du travail chez les hommes : il se montre bien plus élevé dans les entreprises à management autoritaire. La corrélation entre un contexte hiérarchique et la fréquence, voire la gravité, des accidents du travail pour les hommes pose question. Un tel écart par rapport aux femmes suggère une spécificité masculine qui dépasse la simple explication par le fait que les entreprises à direction ouverte au dialogue social affichent de meilleures conditions de travail généralement dues au fait que leurs directions accordent une plus grande place et une plus grande attention aux mesures d’hygiène et de sécurité. Si le management agit objectivement sur le risque par des mesures matérielles de prévention, il n’en reste pas moins que les hommes sont plus sensibles au type de pouvoir perçu que les femmes. Aussi, sans aller vers une interprétation mettant au centre cette conduite inspirée de l’ordalie décrite par D. Le Breton32, il nous semble que la situation des hommes et des femmes face aux risques dévoile plutôt les effets « sélectifs » des conditions de travail auxquelles les individus sont soumis : d’un côté, un processus mettant les femmes face à des épreuves spécifiques et, de l’autre, les hommes soumis à des contraintes propres.

L’injonction à la virilité confrontée au déni de reconnaissance

  • 33 Comme le rappelle notamment Connel à propos des hommes, le genre n’est en effet pas seulement « re (...)

20Au regard de nos résultats, tout porte à penser que, du côté de la masculinité, la pression d’un idéal de référence traditionnel peut conduire le privilège masculin à devenir un piège imposant à chaque homme le devoir d’affirmer en toute circonstance sa virilité. Non seulement l’univers du travail n’y échappe pas mais il l’exacerbe. On sait, en effet, combien la « réussite sociale » importe tout autant que le risque dans la construction de l’identité masculine. En attestent les projections des parents envers leurs garçons (Baudelot et Establet, 1992) ou encore les encouragements – qui s’analysent comme autant d’injonctions – de tout le corps social en direction des hommes qui occupent des métiers réputés traditionnellement féminins à faire preuve d’ambition (Christine Williams, 1995). Si cette pression sociale les aide certainement à « faire carrière », elle les rend aussi plus vulnérables au contexte relationnel au travail, exposant davantage les hommes aux déconvenues et les fragilisant plus que les femmes en cas de problèmes professionnels. D’autant que, si une femme ne « fait pas carrière », elle n’en demeurera pas moins femme ; alors que si un homme ne fait pas carrière – ou du moins ne s’épanouit pas dans son métier et/ou n’est pas reconnu comme tel à son niveau de compétence – son identité de genre est en jeu33.

21Or c’est précisément ce que met en cause l’organisation de type autoritaire et hiérarchisée d’une entreprise où la direction demeure obstinément fermée à tout dialogue. Dans un tel cas de figure, les hommes se retrouvent en effet dans la situation décrite par Caroline New de « l’oppresseur opprimé ». Plus précisément, si le travail dans ce type d’entreprise continue de conférer aux hommes le statut de breadwinner en raison des écarts de salaires qui persistent entre hommes et femmes, il n’est en revanche plus un espace de reconnaissance où se consolide leur identité de genre et où s’affirme leur position dominante. L’actualité de ces dernières années montrant que la négation de soi peut conduire, dans les cas extrêmes, au suicide.

  • 34 Voir P. Roche, Une santé d’Acier, Paris, Éditions du CNRS, 1987, 178 p.
  • 35 P. Molinier, « Psychodynamique du travail et précarisation. La construction défensive de la virili (...)
  • 36 S. Beaud, M. Pialou, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard, 1999, 468 p. ; S. Faludi, St (...)

22Certes, de nombreux secteurs ou branches professionnelles demeurent des espaces d’activités « masculins » où l’expression de la virilité, du courage et de la prise de risque est plus qu’ailleurs reconnue et valorisée sous la forme notamment d’« idéologies défensives » élaborées par les salariés eux-mêmes afin de domestiquer la souffrance et la peur. Manière pour eux, de pouvoir continuer leur travail d’où ils tirent leur subsistance. Tel est le cas, par exemple, des travailleurs de la sidérurgie étudiés par P. Roche34. Dans le but de se gratifier du risque régnant à l’intérieur de ces usines, les hommes en poste aux fours se dénomment entre eux les « chevaliers du feu », développant conjointement tout un discours sur leur position, les qualités requises et les aptitudes nécessaires pour faire ce métier. La culture ouvrière, et plus largement celle des métiers à risque (comme, par exemple les pilotes de chasse), sont ainsi pleines de légendes, d’anecdotes héroïques, qui mettent en valeur les conduites dangereuses. Mais comme le note Christophe Dejours à propos de ces idéologies défensives, « le déni de perception de la souffrance, centré sur le système de la virilité, est un processus fragile qui, pour demeurer efficace, doit nécessairement être soutenu par l’ensemble des ouvriers sans exception35 ». Or les nouveaux modes de production tendent précisément à remettre en cause la mobilisation de ces ressources et stratégies collectives. Les évolutions contemporaines de l’organisation du travail fondées sur l’individualisation croissante des objectifs désagrègent les anciennes solidarités ouvrières, desservent les pratiques collectives de lutte et réduisent d’autant les occasions d’estime de soi et de valorisation au regard des autres. Comme l’ont montré notamment les travaux sur le monde ouvrier, non seulement les solidarités collectives tendent à se dissoudre36, mais la notion de « métier » et de « qualité » du travail tend à disparaître dans son acception traditionnelle au profit du « juste à temps » – avec un quiproquo patent entre le décideur et l’exécutant sur la notion de qualité, le premier visant davantage le minimum rentable et, le second, le travail bien fait – ; cela, au moment même où l’évolution technologique prive les anciens d’une source de valorisation : la transmission de leur savoir-faire aux plus jeunes.

  • 37 Il n’est pas anodin de constater qu’un célèbre patron paternaliste comme Serge Dassault, fort peu (...)

23Ce contexte d’effritement des solidarités collectives, attesté et renforcé par l’affaiblissement conjoint de l’engagement syndical et de l’activité associative qui palliaient jadis au déficit de considération à l’usine, met donc à mal les idéologies défensives masculines élaborées au travail, rendant ainsi les hommes plus vulnérables à la souffrance qu’ils peuvent y rencontrer37. Si l’on ajoute à cela un mode de management fonctionnant au déni d’estime et au rejet d’écoute, on comprendra sans peine que, pour les hommes travaillant dans une telle configuration professionnelle, l’injonction de conformité au cahier des charges de la masculinité soit particulièrement problématique. Privés des possibilités d’atténuer stress et angoisse – faute de pouvoir recourir à des idéologies défensives ou, à l’instar des femmes, à leur verbalisation –, alors même qu’ils investissent davantage qu’elles l’univers du travail pour y produire leur identité de genre, les hommes ne peuvent en effet que subir violemment des relations hiérarchiques autoritaires qui démentent au quotidien leur statut de dominants.

Le « boulot » comme affirmation identitaire « à tout prix »

  • 38 P. Guiol, J. Muñoz, Management des entreprises et santé des salariés, op. cit, p. 210-215.
  • 39 P. Bourdieu, La domination masculine, op. cit., p. 57.
  • 40 Ibid., p. 76.
  • 41 Un certain nombre de travaux montrent que les hommes qui adoptent le plus fortement les normes de (...)
  • 42 Selon Henri Laborit, l’inhibition sociale des conduites agressives qui caractérise notre civilisat (...)
  • 43 L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) a établi que des consommations occasionnell (...)

24Le fait est que « le manque de reconnaissance » constitue la principale cause de souffrance au travail invoquée par les salariés (tous genres confondus) tant auprès des médecins généralistes (49,5 % au premier rang des plaintes formulées par leurs patients) que des médecins du travail (54,3 % au premier rang des plaintes)38. Aussi, n’est-il pas surprenant que chez les salariés du sexe masculin l’investissement de soi dans la vie professionnelle, confronté à la dissolution des mécanismes sociaux de reconnaissance, engendre un sentiment de dévalorisation, au point qu’ils en arrivent à se sentir « étranger » à leur propre travail alors même qu’en tant qu’hommes ils n’ont pas le sentiment de jouir d’un autre espace de reconnaissance et d’estime de soi. Or, comme le note Bourdieu, le devoir de « virilité entendue comme […] l’aptitude […] à l’exercice de la violence est avant tout une charge39 », celle d’être toujours à la recherche d’accroître son honneur dans la sphère publique. Au « principe d’une immense vulnérabilité », la virilité deviendrait par conséquent ici un idéal impossible à atteindre. En d’autres termes, les salariés de sexe masculin seraient placés en situation de doublebind dans ces entreprises « autoritaires » où, plus qu’ailleurs, l’expérience masculine de la domination et ses contradictions pourrait se décrire comme « une sorte d’effort désespéré, et assez pathétique […] que tout homme doit faire pour être à la hauteur de son idée enfantine de l’homme40 ». La violence subie au travail provoquerait à son tour de la violence en réponse, comme souvent en pareille circonstance41. La crainte de perdre la face, l’injonction latente au courage de se battre, conduirait les salariés à répliquer aux outrages par la violence. Celle-ci étant avant tout exercée pour et devant les autres hommes, selon Bourdieu. Mais, parce qu’elle est socialement difficile à exercer en direction d’un employeur qui dispose de leur emploi, la violence se retournerait en fait contre eux-mêmes42. Ici, peut se développer tout le cortège des conduites à risque, depuis la consommation excessive de tabac et d’alcool pour « oublier », jusqu’aux défoulements dans des défis ou des brutalités qui provoquent la peur pour éprouver à travers son dépassement la réalité de sa virilité, sans oublier la composante des violences conjugales. Mais ce type d’adaptation pourrait tout aussi bien conduire les hommes à relâcher leur vigilance face au danger – directement ou indirectement, suite à la consommation d’alcool ou de traitements à base de neuroleptiques ou autres médicaments psychotropes43 ; il pourrait les conduire également à prendre volontairement plus de risque pour réaffirmer leur appartenance au genre masculin.

  • 44 A. R. Hochschild, « Emotion work, Feeling rules and social structure », American Journal of Sociol (...)

25Cette analyse tend à remettre en question celle de Hochschild44 à propos de ce qu’il appelle le « travail émotionnel ». Selon cet auteur, le travail émotionnel pénaliserait en effet davantage les femmes que les hommes car celles-ci sont plus disposées et habituées à exprimer leurs émotions positives, alors qu’elles doivent a contrario davantage censurer les émotions négatives (agressivité, colère) qui constituent pourtant autant de soupapes salvatrices. Dans le cas présent, celui d’un contexte professionnel dévalorisant, la spécificité du travail émotionnel des hommes pourrait également se retourner contre eux comme par un effet de boomerang : déjà habitués à taire leurs émotions positives les voilà enjoints, dans le face-à-face essentiel, quotidien, avec une hiérarchie ou un patron « autoritaire », à contenir leurs contrariétés ou leur exaspération, condamnés à ne pas exprimer « agressivité », « colère » ou « violence » pourtant généralement mieux admises à leur endroit. Notre enquête apporte en tout cas la preuve que tous les salariés de sexe masculin confrontés au manque de reconnaissance dans une entreprise à management « autoritaire » prennent plus de risques que leurs homologues des autres entreprises. A contrario, un management ouvert aux pratiques participatives, donc à une reconnaissance institutionnalisée du « partenaire », se solde pour les hommes bien plus que pour leurs consœurs par une baisse sensible des pathologies et, principalement, des accidents du travail. Et ce, au-delà même de ce qui est proportionnel à l’amélioration des conditions matérielles de travail prouvant là, une fois encore, que les deux sexes ont des façons distinctes d’investir le travail, en fonction d’identités spécifiques héritées de processus de socialisation profondément ancrés. On a là, en effet, une structure en chiasme : alors que l’espace domestique, à la fois astreignant et valorisant pour les femmes, semble jouer un rôle modérateur dans l’identification féminine au travail ; l’espace professionnel, davantage investi par les hommes, est pour eux à la fois une des principales sources de reconnaissance sociale de leur identité de genre mais les expose aussi davantage à la souffrance quand cette reconnaissance fait défaut, exacerbant en ce cas certains comportements à risque typiquement masculins.

En guise de conclusion : un coût financier masculin supérieur

  • 45 Management des entreprises et santé des salariés, op. cit., p. 247-249. Une récente enquête condui (...)

26Ces « coûts de la masculinité » au travail représentent en réalité un coût financier pour la société tout entière. D’après nos estimations, le surcoût, au niveau national, du management « autoritaire » s’élèverait à 1 milliard 367 millions d’euros, soit quelque 17 % du déficit de la sécurité sociale pour l’année incriminée (2007)45. Or, à elles seules, les indemnisations d’accidents du travail recouvrent environ le cinquième des dépenses sanitaires retenues par l’enquête.

Tableau 3. – Répartition du coût total des consommations de santé selon le type de management.

27La répartition de ces dernières selon le type de management en modifie sensiblement la structure : les indemnisations au titre des accidents du travail représentent presque 24 % du total pour le management autoritaire contre 18 % pour le management participatif, établissant ainsi le plus grand écart entre contexte de gouvernance devant les indemnisations d’arrêt pour maladie. Quant au ratio au registre des accidents du travail, il s’établit (tableau 3, colonne de droite) à 60 % contre 40 %.

28Cette différence dans la structure du coût total par types de consommation médicale explique l’évolution des coûts lorsque l’on modifie le type de management. Comme il a été dit, la réduction des dépenses de santé au travail est d’environ 1,4 milliard d’euros dans l’hypothèse d’un passage intégral d’une situation de management autoritaire à un management participatif. Or, la ventilation de ces dépenses sanitaires indique que cette diminution est fortement indexée aux accidents du travail dans lesquels les hommes tiennent une place singulière.

Tableau 4. – Les gains en millions d’euros d’un management participatif en lieu et place d’un management autoritaire.

29À cet égard, le tableau 4 est instructif : on y voit combien le différentiel de coûts sanitaires entre un management « participatif » et un management « autoritaire » relève principalement (à 80 %) des accidents du travail. Sachant que sur ce terrain les hommes présentent la plus grande flexibilité, c’est de leur côté que se dessinent les plus fortes perspectives d’économies, dans le cadre d’une modulation par le paramètre managérial.

  • 46 Cf. P. Guiol, A. Hess, P. Mériot et J. Muñoz, Santé des salariés et types de management de l’entre (...)
  • 47 Société de BTP qui se distingue, par ailleurs, par l’un des plus forts taux d’actionnariat salarié (...)

30Comme on l’a signalé, l’explication tient pour partie à une politique de mesures matérielles d’hygiène et de sécurité qui se révèle plus volontariste du côté des directions d’entreprise ouvertes au dialogue social. Un montant supérieur de dépenses dévolues à l’hygiène et la prévention, une formation aux risques plus poussée pour les personnels, doublée d’une plus grande fréquence des réunions du CHSCT et d’une écoute plus attentive portée à ses remarques ou aux recommandations de la médecine du travail, tel est le constat que nous a suggéré l’examen comparatif des bilans sociaux46. Mais l’explication peut, aussi, être d’ordre psychologique, à l’exemple notoire des techniciens d’EDF qui, en décembre 1999, ont réparé dans l’urgence les dégâts de deux ouragans consécutifs. Ils ont réalisé ce tour de force alors même que les normes de sécurité ne pouvaient faire l’objet d’un respect excessif. Mais sous les projecteurs des médias, ils ont eu le sentiment d’œuvrer sous le regard approbateur et admiratif de la nation tout entière. Et de même pour l’exemple tout aussi positif des travailleurs d’Eiffage47, qui ont été sollicités par voie de consultation interne pour approuver l’engagement de leur société dans le défi que représentait l’imposant et hasardeux contrat de construction du Pont de Millau. Dans un cas comme dans l’autre, pas d’accident mortel ni grave à déplorer au sein de cette population masculine, suggérant ainsi une vigilance accrue et une meilleure maîtrise de soi chez des travailleurs valorisés et reconnus.

Annexes

Annexe

*** significatif à 1 %, ** significatif à 5 %, * significatif à 10 %.
Tableau 5. – Les consommations sanitaires suivant le sexe.

Notes

1 Cf. P. Guiol et J. Muñoz, Management des entreprises et santé des salariés, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 304 p.

2 Une enquête épidémiologique récente a établi un constat du même ordre sur le rôle du lien social à propos des déterminants contextuels des variations spatiales de morbidité cardiovasculaire. Parmi les facteurs explicatifs d’une morbidité plus élevée que la moyenne se conjuguent des variables connues comme l’indice de masse corporelle (surpoids), le niveau socio-économique (richesse) et le degré d’instruction des individus et des zones d’habitation, mais une autre variable tout à fait prédictive est apparue : le fort niveau d’instabilité résidentielle du quartier. Et ce, quelle que soit la richesse moyenne de la population concernée. Ainsi, observe-t-on là encore le rôle bénéfique pour la santé d’une cohésion sociale qui a le temps de se stabiliser à travers un bon réseau de voisinage. Cf. B. Chaix, P. Chauvin, J. Merlo et N. Danchin, « Déterminants contextuels des variations spatiales de morbidité cardiovasculaire : de l’analyse de données secondaires à la mise en place de la cohorte RECORD », colloque Santé-environnement, Santé-travail, ANR, 9-11 décembre 2009, p. 47-48. Résumé consultable sur : [http://www.agence-nationale-recherche.fr/documents/uploaded/2009/SEST2005/24chaix.pdf].

3 Ces indicateurs ainsi que les arrêts pour MP ou AT présentaient l’avantage d’être déjà collectés par entreprises. Ils nous ont permis de valider « l’effet management » selon le distinguo « autoritaire »/« participatif » sans, toutefois, disposer, à ce niveau, d’une ventilation par sexe.

4 Précisons d’emblée que l’explication de ce coût singulier dépasse les connaissances acquises en matière de répartition sexuée des tâches dangereuses ; elle se rapporte bien aux conséquences induites dans les conditions de travail par les dissemblances (culturelles, autant que matérielles) résultant du type de management.

5 Pour la présentation de cette méthode, voir J. Vallin, S. D’Zousa et A. Palloni, Mesure et analyse de la mortalité, Nouvelles Approches, Cahier de l’INED, no 119, 1998, 558 p.

6 Pour plus de précisions sur la méthodologie qui a présidé à l’élaboration de l’échantillon, on se reportera à l’ouvrage : P. Guiol et J. Muñoz, Management des entreprises et santé des salariés, op. cit., p. 257-273.

7 S’agissant de l’approche objective, celle-ci concerne à la fois l’application des règles juridiques (comité d’entreprise, délégué du personnel, réunions CHSCT…), ainsi que l’existence de pratiques participatives, aussi bien financières que gestionnaires, dépassant les obligations légales, avec la présence d’instances de concertation, d’espaces de dialogue, de systèmes d’information descendante ou ascendante.

8 Parmi les critères retenus, on citera ceux relatifs à une écoute et une attention de l’employeur envers eux ; une attitude répressive de sa part ; un manque de considération notoire envers les salariés ou, au contraire, l’expression d’une considération et d’un respect avérés envers eux. Est également répertoriée la qualité des réunions (CE, CHSCT) : sont-elles socialement satisfaisantes ? De même, observe-t-on un dialogue possible des travailleurs avec la hiérarchie et la direction ? Y a-t-il, au contraire, une atmosphère délétère avec la hiérarchie ? Une palette de questions vise ce type d’informations. Enfin, sont testées les qualités d’ouverture de l’entreprise à l’extérieur. Il s’agissait de rechercher le point de vue subjectif sur la direction (traditionnelle ou familiale), sur les techniques de management, ou encore le climat social. Pour plus de détails, voir l’ouvrage de P. Guiol et J. Muñoz, Management des entreprises et santé des salariés, op. cit.

9 À savoir : la consommation et le coût des médicaments retenus : les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les antalgiques, les antidépresseurs, les anxiolytiques, les psychotropes et les hypnotiques ; le nombre et le coût des consultations chez les médecins généralistes et rhumatologues ; le nombre et le coût des séances de kinésithérapie ; le nombre et les indemnités d’arrêts de travail pour cause de maladies et d’accidents du travail.

10 Cf. E. Dorlin (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

11 L. Davoine, D. Méda, « Place et sens du travail en Europe : une singularité française ? », Document travail no 96-2, Centre d’étude de l’emploi, 2008.

12 Cf. P. Guiol et J. Muñoz, Management des entreprises et santé des salariés, op. cit., p. 202-208.

13 Pour plus de précisions, voir le tableau 5 en annexe.

14 Sauf pour ce qui concerne les psychotropes, lesquels sont davantage l’apanage d’une consommation masculine. Toutefois, l’observation mérite d’être relativisée tant ce type de consommation se singularise par son caractère marginal ; seuls 2 % des individus de l’échantillon sont concernés.

15 D’après Eurostat, notamment : pour 100 000 hommes ayant un emploi, 5 300 connaissent un accident du travail conduisant à un arrêt de plus de 4 jours. Pour 100 000 femmes, seules 1 900 ont un accident du travail conduisant à un arrêt de plus de 4 jours.

16 CREDOC, Les opinions des femmes et des hommes sont-elles semblables ou différentes ?, Claire Piau et Régis Bigot, Cahier de recherche, no 195, janvier 2004. Cf. chapitre 3, « Les femmes sont plus attentives à leur santé », p. 46-55.

17 Cet écart calculé sur la base des absences de consultations médicales et de consultations dentaires au cours des 2 ans est de l’ordre de 9 points pour les consultations médicales et de 11 points pour les consultations dentaires. Cet écart tend à se réduire à mesure que la précarité diminue pour se stabiliser à 5 et 6 points chez les actifs non précaires. C. Sas, C. Chauveaud, A. Rode et P. Warin, « Le non-recours aux soins des actifs précaires », Colloque Santé-environnement, Santé-travail, ANR, 9-11 décembre 2009, Paris, p. 67. Résumé consultable sur : [http://www.agence-nationale-recherche.fr/documents/uploaded/2009/SEST2005/32sass.pdf].

18 Voir aussi, « L’alcool, symbole de virilité ? », dans Sciences Humaines, no 138, mai 2003. Dossier : Les troubles du moi, Dépression, phobies, anxiété. Et, « Hommes et alcool : résultats d’une étude qualitative sur les représentations et attitudes des hommes face à l’alcool », à consulter sur le site Internet du ministère de la Santé (rubrique Dossiers) : [http://www.sante.gouv.fr].

19 Professeurs à l’ASU, université d’État d’Arizona.

20 Ce que M. Haicault (« La gestion de la vie ordinaire en deux », Sociologie du travail, vol. 26, no 3, 1984, p. 268-277) préfère qualifier de « charge mentale » dans son enquête sur les femmes OS de l’électronique où elle montre que les enjeux familiaux et domestiques (alimentaires, vestimentaires, administratifs, scolaires, sanitaires, ludiques, etc.) sont présents même durant les heures de travail, et qu’il ne s’agit donc pas de simple addition de responsabilités successives.

21 Voir O. Thevenon, « L’augmentation de l’activité des femmes en Europe : progrès de la conciliation ou polarisation des comportements ? », Population, no 64, 2009, p. 263-303.

22 S. Hamon-Cholet, « Accidents et accidentés du travail : un nouvel outil statistique, l’enquête conditions de travail de 1998 », Travail et emploi, no 88, p. 9-25.

23 Voir J. Bué, « Hommes et femmes face aux pénibilités du travail », J. Bué, T. Coutrot et I. Puech (dir.), Conditions de travail : les enseignements de vingt ans d’enquêtes, Toulouse, Éd. Octares, 2004, p. 77-88.

24 La plupart des men’studies s’accordent à la caractériser par l’anti-féminité, l’homophobie, la restriction des émotions autres que la colère, la focalisation sur le succès, le pouvoir, la réalisation, la dureté et l’agressivité (cf. Brannon, 1976 ; O’Neil et alii, 1986 ; Kimmel, 1994).

25 Tel que l’exprime l’ouvrage classique de L. Boltanski, Prime éducation et morale de classe, Paris, EHESS, 1984, 152 p.

26 Cf. P. Bourdieu, La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998.

27 A. R. Hochschild et A. Machlung, The Second Shift: Working Parents and the Revolution at Home, New York, Viking, 1989.

28 Cf. C. Guionnet, É. Neveu, Féminins/Masculins – Sociologie du genre, Paris, Colin, 2004, p. 157 ; et Gender and Society, no 96.

29 Le même type de constat a été établi récemment par Mathieu Detchessahar et son équipe de recherche du projet SORG à Nantes. Cf. M. Detchessahar, G. Minguet et L. Pihel, colloque Santé-environnement, Santé-travail, ANR, Paris, 9-11 décembre 2009, p. 79-81. Résumé consultable sur : [http://www.agence-nationale-recherche.fr/documents/uploaded/2009/SEST2005/37detchessahar.pdf].

30 Précisons que les caractéristiques de l’échantillon constitué par couples d’entreprises similaires selon l’activité et la taille et simplement opposées par leur gestion des ressources humaines, minimisent les risques de biais par les statuts des personnels ou leurs niveaux de rémunérations.

31 Lors d’une précédente enquête comparative conduite selon une méthodologie similaire, il est apparu que les femmes exerçant dans les entreprises participatives sont nettement plus enclines que les hommes à militer en faveur du congé parental masculin tandis que celles qui évoluent dans un milieu patriarcal fermé au dialogue social, se sont montrées davantage attachées à leurs prérogatives féminines traditionnelles. Elles y sont plus de deux fois plus nombreuses à rejeter la perspective d’abandonner au mari ou au compagnon la responsabilité de s’occuper de l’enfant à domicile et, plus étonnant encore, proportionnellement, un peu moins nombreuses que leurs collègues masculins à en accepter l’éventualité (Cf. P. Guiol, J. Le Goff et P. Portier, Management des entreprises et comportements sociopolitiques, Rapport pour le ministère de la Recherche et de la Technologie, no MRT/88 VO654, Rennes, juin 1994, 142 p.).

32 D. Le Breton, 1991, La passion du risque, Paris, Éd. Métailié, 1991, 191 p.

33 Comme le rappelle notamment Connel à propos des hommes, le genre n’est en effet pas seulement « reçu » par les instances de socialisation ou des discours ; il est produit activement, à la fois individuellement et collectivement, via la mobilisation des ressources et stratégies disponibles dans le cadre des interactions quotidiennes. « Des bodybuilder dans la salle de gym aux managers dans leurs salles de réunion en passant par les garçons dans la cour de récréation de l’école primaire, un nombre important de personnes travaille dur à produire des masculinités et les faire reconnaître par les autres » (Connel, 2000, p. 178).

34 Voir P. Roche, Une santé d’Acier, Paris, Éditions du CNRS, 1987, 178 p.

35 P. Molinier, « Psychodynamique du travail et précarisation. La construction défensive de la virilité », B. Appay, A. Thebaud-Mony (dir.), Précarisation sociale, travail et santé, Paris, IRESCO, 1997, 287 p.

36 S. Beaud, M. Pialou, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard, 1999, 468 p. ; S. Faludi, Stiffed. The Betrayal of Modern Man, Londres, Vintage, 2000, 676 p.

37 Il n’est pas anodin de constater qu’un célèbre patron paternaliste comme Serge Dassault, fort peu enclin au partage du pouvoir tout en se présentant volontiers, sur le plan financier, comme un participationniste (avec sa fameuse distribution des bénéfices en trois tiers) insiste énormément sur le rôle de la « considération » à observer envers le personnel. D’autant plus, qu’il ne se cache pas, par ailleurs, d’être un pourfendeur des syndicats.

38 P. Guiol, J. Muñoz, Management des entreprises et santé des salariés, op. cit, p. 210-215.

39 P. Bourdieu, La domination masculine, op. cit., p. 57.

40 Ibid., p. 76.

41 Un certain nombre de travaux montrent que les hommes qui adoptent le plus fortement les normes de la masculinité traditionnelle ou ceux qui, à l’inverse, sont le plus en conflit avec ces normes, voient leur bien-être diminuer et leurs problèmes de comportement augmenter. Pour une revue de littérature sur ces travaux voir J. M. O’Neil, Summarizing 25 years of research on men’s gender role conflict using the Gender Role Conflict Scale : New-research paradigms, université du Connecticut, The Counseling Psychologist, may 2008.

42 Selon Henri Laborit, l’inhibition sociale des conduites agressives qui caractérise notre civilisation contribuerait, en milieu hiérarchisé, à la pérennisation d’une irritabilité permanente communément observée dans la vie quotidienne et conduirait, dans les situations de cul-de-sac, à une violence retournée contre soi (dépression et autres pathologies, suicide, etc.). Cf. H. Laborit, La nouvelle grille, Paris, Robert Laffont, 1974. Ainsi que : Éloge de la fuite, Paris, Robert Laffont, 1976 ; et L’inhibition de l’action. Paris, Masson & Cie, 1979.

43 L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) a établi que des consommations occasionnelles ou répétées d’alcool, de cannabis ou de médicaments peuvent mettre en danger la santé et la sécurité des salariés, et notamment être à l’origine d’accidents du travail. Voir le site : [http://www.inrs.fr/dossiers/addictions.html]. Également, E. Durand, Médicaments antidépresseurs et travail : un état des lieux, colloque d’Angers Conduites addictives et milieu de travail, les 25-26 septembre 2008. Et du même auteur, trois articles parus dans les Documents pour le médecin du travail : TC 111, TC 116, TM 2, ainsi que le TC 121. Consultables : [www.dmt-prevention.fr].

44 A. R. Hochschild, « Emotion work, Feeling rules and social structure », American Journal of Sociology, 85 (3), 1979, p. 551-575.

45 Management des entreprises et santé des salariés, op. cit., p. 247-249. Une récente enquête conduite par l’université de Bourgogne dans le cadre du programme ANR Santé-environnement, Santé-travail, s’est attachée aux coûts induits du stress au travail en termes de manque à gagner pour l’activité économique. Coûts à ajouter aux coûts purement médicaux remboursés par l’assurance maladie auxquels nous nous sommes limités. Cf. H. Sultan-Taïeb et alii, « Évaluation du coût du stress professionnel en France et perspectives pour une comparaison entre pays européens », colloque ANR cité, Paris, 9-11 décembre 2009, p. 77-78. Résumé consultable sur : [http://www. agence-nationalerecherche.fr/documents/uploaded/2009/SEST2005/36sultan.pdf].

46 Cf. P. Guiol, A. Hess, P. Mériot et J. Muñoz, Santé des salariés et types de management de l’entreprise, rapport à la MSHB, 30 novembre 2009.

47 Société de BTP qui se distingue, par ailleurs, par l’un des plus forts taux d’actionnariat salarié de France. Près de 30 % du capital.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Répartition de l’effectif de l’échantillon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/67158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Graphique 2. – Pourcentage des salariés consommant des biens et services médicaux suivant le sexe.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/67158/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Graphique 3. – Caractéristiques des accidents du travail suivant le sexe.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/67158/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende *** significatif à 1 %, ** significatif à 5 %, * significatif à 10 %.Tableau 1. – Les accidents du travail donnant lieu à des arrêts selon le sexe.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/67158/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Graphique 4. – Pourcentage de salariés victimes d’accident du travail suivant le mode gestion des ressources humaines.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/67158/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Tableau 2. – Acceptation du congé parental masculin suivant le mode de gestion d’entreprise.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/67158/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Tableau 3. – Répartition du coût total des consommations de santé selon le type de management.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/67158/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Tableau 4. – Les gains en millions d’euros d’un management participatif en lieu et place d’un management autoritaire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/67158/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende *** significatif à 1 %, ** significatif à 5 %, * significatif à 10 %.Tableau 5. – Les consommations sanitaires suivant le sexe.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/67158/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

Auteurs

Chercheur au CNRS en science du politique, directeur honoraire du Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE – UMR 6051), université Rennes 1, IEP de Rennes. D’abord spécialisé sur les acteurs et thèmes progressistes du gaullisme historique, l’auteur s’est intéressé ensuite aux idéologies du management et aux formes de démocratie économique. Il travaille actuellement sur le lien entre la nature du pouvoir dans l’entreprise et la santé des salariés.
Ingénieur d’études CNRS en production, analyse et traitements de bases de données au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO – UMR 6258).
Maîtresse de conférences à la faculté des sciences économiques de Rennes 1 et chercheuse au Centre interdisciplinaire d’analyse des processus humains et sociaux (CIAPHS – université de Rennes 2 – EA 2241). Elle travaille à la fois sur les indicateurs de richesse, la relation formation-emploi et les liens entre la santé et le travail.
Maître de conférences en sociologie à l’université de Bretagne occidentale de Brest. Il est actuellement directeur du laboratoire Atelier de recherche sociologique (ARS – EA 3149). Il développe une série de travaux permettant d’alimenter une réflexion sur la modernisation des services publics. Il s’agit à partir d’une approche privilégiant l’analyse pragmatique de l’activité de travail de rendre compte de mécanismes de l’action publique. Au croisement d’une sociologie du travail, du droit et de l’organisation, ses travaux empiriques visent à mieux cerner les modalités de ces transformations. Enfin, ses travaux ont également été orientés vers l’analyse des effets de ces politiques sur la santé des salariés. Dans cette perspective, une série de travaux tant quantitatifs que qualitatifs a été réalisée sur des terrains aussi variés que l’hôpital, l’industrie ou encore les coopératives ont été effectuées.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access