Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Boys don't cry!

 | 
Delphine Dulong
, 
Erik Neveu
, 
Christine Guionnet

Troisième partie. Injonctions et prix à payer pour des masculinités plurielles

Privilèges et coûts de la masculinité en matière de consommation d’alcool

Ludovic Gaussot et Nicolas Palierne

Texte intégral

  • 1 C. Baudelaire, Les paradis artificiels, Union Générale d’Éditions, 1962, p. 40-41.

« Certaines boissons contiennent la faculté d’augmenter outre mesure la personnalité de l’être pensant, et de créer, pour ainsi dire, une troisième personne, opération mystique, où l’homme naturel et le vin, le dieu animal et le dieu végétal, jouent le rôle du Père et du Fils dans La Trinité ; ils engendrent un Saint-Esprit, qui est l’homme supérieur, lequel procède également des deux. […] Je montrerai les inconvénients du haschisch, dont le moindre, malgré les trésors de bienveillance inconnus qu’il fait germer en apparence dans le cœur, ou plutôt dans le cerveau de l’homme, dont le moindre défaut, dis-je, est d’être antisocial, tandis que le vin est profondément humain, et j’oserais presque dire homme d’action1. »

  • 2 F. Beck, S. Legleye, G. De Peretti, « L’alcool donne-t-il un genre ? », Travail, genre et sociétés (...)
  • 3 A.-S. Cousteaux, J.-L. Pan Ké Shon, « Le mal-être a-t-il un genre ? Suicide, risque suicidaire, dé (...)
  • 4 Peut-on cependant réduire sans discussion la « dépendance alcoolique » à une forme d’expression du (...)

1Le vin est homme écrivait Baudelaire dans ses Paradis artificiels. « Savoir boire est une technique nationale qui sert à qualifier le Français, à prouver à la fois son pouvoir de performance, son contrôle et sa sociabilité », ironisait Roland Barthes (1957), qualifiant par là les liens entre le boire et la virilité. « L’alcool donne-t-il un genre ? » s’interrogent aujourd’hui François Beck et alii2, comme si l’évolution des rapports sociaux de sexe et des normes de genre remettait en question cette forme de privilège. Pourtant, selon Cousteaux et Pan Ké Shon3, l’alcoolisme reste, avec le suicide, un mode d’expression du mal-être typiquement masculin4.

  • 5 Minimisant ou oubliant la dissymétrie des rapports de sexe, voire l’inversant, le risque de ce gen (...)

2Nous proposons ici d’interroger un éventuel coût spécifique des normes genrées de consommation d’alcool pour les hommes, normes qui, au premier abord, les avantagent pourtant. Il peut sembler étrange d’une manière générale de s’interroger sur les coûts de la masculinité, le risque étant d’oublier que la masculinité est le plus souvent synonyme de privilèges5, y compris plus particulièrement en matière de consommation alcoolique, puisque traditionnellement dans nos sociétés, ce sont les hommes qui bénéficient le plus de ce psychotrope légal, alors que les femmes en sont davantage tenues à distance. Et pourtant, il apparaît à l’examen que les deux, le privilège et le coût, sont loin d’être incompatibles, bien au contraire : les hommes consommant nettement plus que les femmes, en lien avec les définitions sociales de la masculinité et de la féminité, il apparaît logique, sinon juste, qu’ils paient le plus lourd tribut.

  • 6 S. Eriksen, « Alcohol as a gender symbol, Women the alcohol question in the turn-of-the century De (...)

3Si les valeurs attachées à l’alcoolisation ont évolué au cours du XXe siècle6, les normes de consommation avantagent néanmoins toujours nettement les hommes, surtout en contexte festif ou convivial. Autrement dit, à la masculinité est associé un modèle de consommation qui peut avoir perdu de son aspect agonistique propre au modèle traditionnel et en fait populaire du boire viril, mais qui apparaît bien plus tolérant voire prescriptif, hormis le domaine sensible de l’alcool au volant, que celui accordé aux femmes. Du point de vue de l’usage, il apparaît sans conteste que les hommes continuent d’être avantagés, au niveau des normes de consommation sinon à celui de leur effet sur la santé, encore discuté, même si on note un net infléchissement du modèle « viril » de consommation d’une part, des évolutions sensibles du côté des femmes et des pratiques adolescentes d’autre part.

  • 7 L. Gaussot, Modération et sobriété, Études sur les usages sociaux de l’alcool, Paris, L’Harmattan, (...)

4Tout en mettant en évidence cette dissymétrie persistante des normes de consommation de l’alcool, qui en font un produit encore nettement genré, il sera possible d’interroger les coûts différentiels de ce déséquilibre entre les hommes et les femmes : les « usages à risque », « mésusages » ou conséquences parfois non voulues ont un coût (économique, social, sanitaire, humain), très difficile à chiffrer surtout au regard des bénéfices notamment économiques sinon sanitaires de la production et de la consommation (modérée), qui alarme régulièrement les promoteurs de la santé publique ainsi que le législateur7. L’alcool représente toujours un problème de santé publique, et constitue un facteur-clef dans la compréhension et l’anticipation des problèmes sanitaires et sociaux.

  • 8 J. Maisondieu, Les femmes, les hommes, l’alcool, Paris, Payot, 2004.

5Il s’agit donc d’étudier tant les privilèges masculins « historiques » en matière de consommation d’alcool que leurs « retombées » en termes de morbidité et de mortalité notamment. Dans une première partie il s’agira de voir si le boire alcoolisé confirme toujours « l’«  homme dans son identité de genre, au contraire de « la » femme. Dans une deuxième partie, il s’agira d’estimer le coût de cette masculinité du boire à partir de l’analyse secondaire des statistiques épidémiologiques et sanitaires disponibles. Nous y évoquerons aussi ce coût dans une deuxième direction : le coût humain subjectif de l’abstinence, pour ceux qui « décident » de s’en sortir par cette voie. Ce détour par l’abstinence nous permettra également de déconstruire le couple « privilège/coût » masculin : les conséquences néfastes de la plus ou moins longue fréquentation de l’alcool par les hommes ne doivent pas se concevoir comme une forme de « condamnation » (morale ou somatique) de leurs usages démesurés des plaisirs. Les alcoolisations des hommes doivent en effet se concevoir au sein de pratiques de sociabilités masculines contraignantes ; il est nécessaire de ne pas diluer les effets pharmacologiques du psychotrope alcool sous les seuls traits du plaisir8. La clinique nous invite en effet à concevoir la consommation d’alcool chez les hommes comme une forme d’automédication masquée, puisque le psychotrope utilisé est disponible sans ordonnance et est socialement valorisé. Là où les femmes ont majoritairement recours aux médicaments psychotropes pour réduire leur souffrance psychologique, il convient sans doute de penser une partie des excès de la consommation masculine comme une forme d’automédication. Le « privilège » des hommes n’est peut-être pas aussi univoque, dès lors que l’on cesse de penser l’alcool sous le simple registre du plaisir.

Approche historique et sociale des consommations genrées de l’alcool

Un privilège masculin et une mise à distance des femmes

  • 9 V. Nahoum-Grappe, « Le boire et l’ivresse dans la pensée sociale sous l’Ancien régime en France (X (...)
  • 10 V. Nahoum-Grappe, « Histoire et anthropologie du Boire en France du XVIe au XVIIIe siècle », C. Le (...)
  • 11 V. Nahoum-Grappe, « Le boire et l’ivresse dans la pensée sociale sous l’Ancien régime en France (X (...)
  • 12 A. Duchesne, « Genèse et spécificités des comportements féminins en matière d’alcoolisation dans l (...)
  • 13 Yvonne Verdier (Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, (...)
  • 14 V. Nahoum-Grappe, « Histoire et anthropologie du Boire en France du XVIe au XVIIIe siècle », op. c (...)
  • 15 D. Nourrisson, Le buveur du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1990, p. 154.

6Boire de l’alcool est une pratique dont les modes et la signification dépendent du genre du buveur. Traditionnellement, le boire alcoolisé tend à (r)assurer les hommes dans leur identité de genre, tant qu’ils prouvent qu’ils « tiennent » l’alcool. Les femmes se conforment à la féminité lorsqu’elles « se retiennent » de consommer de l’alcool. Si l’écart dans les pratiques de consommation tend à se réduire et si les modèles identitaires se transforment, on observe néanmoins une certaine inertie de ces phénomènes pour une partie de la population, où les modèles traditionnels restent dominants. Ces oppositions identitaires entre le masculin et le féminin dans le rapport à l’alcool semblent anciennes. Durant la période du XVIe et du XVIIIe siècle, Véronique Nahoum-Grappe9 nous montre l’existence d’une dissymétrie du boire qui s’opère entre les valeurs masculines et les valeurs féminines. Les breuvages alcoolisés étaient autrefois considérés comme des boissons fortes que seuls les « vrais » hommes étaient capables de boire et de supporter. La fragilité supposée des femmes les tenait ainsi à l’écart de l’alcool. Cette mise à distance des femmes par le jeu des contraires se légitimait à travers le discours des autorités médicales, notamment la « théorie des humeurs ». De l’Antiquité jusqu’à l’apparition de la médecine moderne, les vertus du vin sont liées à « l’échauffement » et à « l’animation », qui caractérisent et renforcent la virilité. Aussi les qualités du vin ne pouvaient se réaliser pleinement dans le corps féminin : « Les femmes, chaudes et humides, doivent rester à l’eau sauf en cas de couches ou de maladies10. » Cette dissymétrie s’explique également en référence à l’honneur masculin et féminin, en lien avec les comportements alimentaires et la sexualité : l’honneur masculin doit toujours se démontrer et se prouve dans les valeurs de lutte et de compétition. L’honneur féminin se définit quant à lui en fonction de la « virginité » et de la beauté. La beauté féminine est liée à une certaine distance et à une immobilité qui s’oppose alors à l’investissement corporel de l’ivresse11. La mise à distance des femmes se justifiait par « une double peur masculine devant le couple femme-vin : peur de l’action de la femme sur le vin, […] peur de l’action du vin sur la femme »12. Aux yeux des hommes, les femmes ne pouvaient pas s’approcher des caves à vin lorsqu’elles avaient leurs règles13 sans risquer d’altérer la boisson ; de même le vin ne pouvait être consommé par les femmes sans déchaîner chez elles une sexualité luxurieuse fantasmée. Bien que le féminin apparaisse contraire aux valeurs accordées au vin, les identités de genre ne semblent pourtant pas imposer une séparation nette et radicale entre les modes et les espaces de consommation dans les siècles qui précèdent les grands bouleversements de l’industrialisation. Les espaces de consommation semblent plus mixtes sous l’Ancien Régime14, et jusqu’au milieu du XIXe siècle au moins, la consommation féminine ne se « déguise » pas15.

  • 16 A.-M. Sohn, « Sois-un Homme ! », La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Le Seuil (...)
  • 17 S. Eriksen, « Alcohol as a gender symbol… », op. cit.
  • 18 P. Ancel, L. Gaussot, Alcool et alcoolisme : pratiques et représentations, Paris, L’Harmattan, 199 (...)

7L’administration civile du XIXe siècle, sensible à l’accroissement des formes de misère qui entourent les phénomènes d’urbanisation rapide et sans précédent, se focalise dans le milieu du siècle sur les formes d’ivresses les plus visibles et les plus bruyantes. Un jugement moral naît ainsi et stigmatise toute une classe sociale : la classe ouvrière masculine des faubourgs. Au côté du portrait stigmatisé de l’ouvrier alcoolique, une autre figure émerge au XIXe siècle : celle de la « femme de l’alcoolique ». Sur fond de domination masculine où l’on réclame des femmes docilité et dévotion, se construit un idéal de la femme vertueuse, gardienne du foyer et garante de la morale. Les cabarets deviennent essentiellement des espaces de sociabilité masculine et les femmes se voient repoussées vers l’espace domes16. Les consommations plus discrètes et plus faibles des femmes dans leur foyer répondent aux alcoolisations publiques des hommes, plus importantes et plus visibles. Dès lors s’avance un dualisme qui oppose la « naturelle » sobriété des femmes à l’alcoolisation acquise des hommes. Les valeurs liées à la féminité et à la masculinité trouvent alors un lieu d’expression dans le rapport que chacun et chacune a avec l’alcool. L’intérêt des travaux de Sidsel Eriksen17 est de nous offrir une analyse qui tienne compte de la variabilité du genre selon le contexte sociohistorique en l’articulant au mode et au lieu de consommation. Les valeurs féminines et masculines traditionnelles semblent ainsi se cristalliser autour de la consommation d’alcool à la fin du XIXe siècle. La pression sociale du boire ne concernerait majoritairement que l’un des deux sexes (tableau 1) : si le boire offre aux hommes une confiance et une estime sociale, du moins à ceux qui prouvent leur résistance, ce trait de caractère n’est pas exigé des femmes, dont le boire ne démontre pas la force morale, mais au contraire la perd. Si boire accentue l’identité masculine et virilise celui qui boit18, il semblerait alors que, pour cette raison même, le boire dénie l’identité féminine de la buveuse.

Rôle féminin traditionnel

Rôle masculin traditionnel

Sobriété

Forte : pure, honorable et féminine

Faible : impuissant et impotent

Alcoolisation

Faible : licencieuse et lubrique

Fort : robuste et viril

  • 19 S. Eriksen, « Alcohol as a gender symbol… », op. cit.

Tableau 1. – L’alcool comme produit genré vers 190019.

  • 20 L. Nadeau, Vivre avec l’alcool. La consommation, les effets, les abus, Montréal, De L’Homme, 1990, (...)

8La « vraie femme » est sobre, ou, quand elle ne l’est pas, reste néanmoins dans un espace féminin, celui du foyer (tableau 2). Ce type d’opposition, entre le dedans et le dehors, l’inné et l’acquis, le privé et le public, la séparation sexuelle des espaces, recouvrent les relations dominants/dominés. À travers ce tableau, on peut observer également que les femmes perdent leur féminité dès qu’elles entrent dans la sphère publique. Militante dans les mouvements de tempérance, la femme sobre dérange néanmoins les rapports sociaux de sexe dès que son action déborde le cadre de l’univers domestique : le militantisme antialcoolique renforce les résistances des hommes quand il touche à ce qui constitue leur identité masculine. « Les femmes s’étaient donné la responsabilité d’empêcher les hommes de boire pendant que les hommes tenaient à prouver leur virilité en refusant de se soumettre aux demandes des femmes20. »

Sphère privée

Sphère publique

Sobriété

Esprit de sacrifice : sobre, pure, maîtresse d’elle-même, forte, « vraie femme »

Rebelle : militante, perd de sa féminité, assurée, autoritaire

Alcoolisation

Résignée : Délicate, vulnérable, faible, pathétique, docile, féminine

Transgressive : Masculine/licencieuse/faussement émancipée

  • 21 S. Eriksen, « Alcohol as a gender symbol… », op. cit.

Tableau 2 – Alcool et construction de la féminité vers 190021.

9Les identités traditionnelles de genre maintiennent un rapport dissymétrique à l’alcool. Le modèle traditionnel de la masculinité s’exprimerait « dans » le boire, celui de la féminité s’affirmerait quant à lui « hors » du boire.

Alcool et rapports sociaux de sexe

  • 22 A. Coppel, « Drogues, genre et prévention », La santé de l’homme, no 372, juillet-août 2004, p. 38 (...)
  • 23 J.-M. Berthelot, S. Clément, M. Drulhe, J. Forne, M. Membrado, Les alcoolismes féminins, Rapport p (...)

10La question de la consommation de psychotropes semble indissociable des rapports sociaux de sexe. D’une part, parce que les rapports sociaux de sexe modèlent les croyances et les comportements de consommation des hommes et des femmes. Mais aussi, parce que les modes de consommation des femmes peuvent être le lieu d’une critique de ces rapports et de la domination masculine. Il semble de manière récurrente que la question des consommations féminines se soit posée aux périodes où les rapports hommes/femmes se transformaient. Anne Coppel22 nous décrit la figure de la morphinée comme le reflet de l’incapacité à satisfaire une demande d’autonomie chez ces femmes, et la figure de la garçonne, qui au contraire revendique une égalité entre les sexes en utilisant les psychotropes comme un outil d’émancipation. L’équipe de recherche de Toulouse23 appréhenda les alcoolismes féminins à travers les « conflits de rôles », en articulant la position (défaut ou excès) face à l’engagement dans la modernité, « dans sa dimension de processus d’autonomisation des femmes » et l’intensité investie dans cet engagement. Les grandes transformations qui interviennent dans les identités de genre touchent ainsi différemment l’ensemble des femmes, en fonction de leurs capacités à y faire face, qui dépendent alors en partie de leur âge, de leur niveau de diplôme, de leur lieu d’habitat, de leur profession et des relations qu’elles entretiennent avec leur entourage proche. Mais les transformations liées à la modernité ne touchent pas seulement les femmes : elles touchent aussi les hommes. Sidsel Eriksen nous fournit à nouveau la répartition idéal-typique des valeurs accordées au boire selon le genre à la fin du XXe siècle.

Nouveau rôle féminin

Nouveau rôle masculin

Sobriété

Faible : esprit de sacrifice, dévotion, tradition

Fort : maîtrise de soi et conscience professionnelle

Alcoolisation

Forte : indépendance, assurance et confiance en soi

Faible : mollesse, impuissance et impotence

  • 24 S. Eriksen, « Alcohol as a gender symbol… », op. cit.

Tableau 3. – L’alcool comme nouveau symbole du genre en 200024.

  • 25 A. Meidani, L. Dany, D. Welzer-Lang, « Manière de boire et rapports sociaux de genre chez les jeun (...)
  • 26 S. Eriksen, « Alcohol as a gender symbol… », op. cit.
  • 27 Pour une analyse plus détaillée et plus nuancée, du moins au sein de la « jeunesse », voir P. Dure (...)
  • 28 M. Gref et alii, « Genre masculin et dépendances : données de base et recommandations », Lausanne, (...)
  • 29 C. Guionnet, É. Neveu, Féminins/Masculins. Sociologie du genre, Paris, Colin, 2009.
  • 30 L. Gaussot, N. Palierne, « Stéréotypes de genre et expérience de l’alcoolisme. Une vengeance des s (...)
  • 31 L. Nadeau, « Rôles traditionnels, conditions de vie et dépendances. Une analyse des causes sociale (...)

11On peut alors observer une inversion des valeurs positives selon le genre au sujet de la consommation d’alcool depuis le XIXe siècle. La seconde moitié du XXe siècle bouleverse les rapports sociaux de sexe et somme chacun et chacune de prendre ses distances avec les traditions ; les consommations féminines seraient alors perçues sous un angle positif, attachées à un signe d’émancipation, et les hommes, dont la masculinité passerait avant tout dorénavant par le contrôle de soi, n’auraient plus à prouver leur virilité à travers l’épreuve du boire démesuré. Au-delà d’un schéma simpliste où est décrit un alignement du comportement des femmes sur celui des hommes, le rapprochement dans la consommation modérée d’alcool ne dilue pas les différences de genre et il convient de souligner les déplacements inversés qui s’y expriment. « Ainsi demeure une asymétrie entre hommes et femmes, qui souligne les contours d’un dimorphisme moral, et renforce l’idée d’une consommation d’alcool propre à chaque sexe25. » Il convient toutefois de nuancer le schéma proposé par Eriksen26 : ces nouvelles identités de genre se diffusent en effet inégalement dans l’ensemble de la population. Les valeurs de virilité ont une réception différente en fonction du groupe social d’appartenance et le genre des individus, et peuvent être alors perçues plus ou moins positivement ou négativement selon les cas27. Les groupes sociaux qui favorisent une intégration très forte de l’image traditionnelle de la virilité peuvent alors entraîner, pour les individus qui les composent, des conséquences négatives sur leur santé28, dans leurs comportements sociaux ou dans leurs relations à l’autre sexe (quand il s’agit de dépasser ses limites dans le refus de percevoir les signaux de bien-être ou de mal-être, et de ne pas exprimer ses peurs et ses sentiments d’insécurités). La persistance des modèles traditionnels peut aussi s’expliquer par le maintien d’un modèle hégémonique masculin29 dans la majorité des rapports sociaux. Le poids des modèles traditionnels se fait également ressentir pour les femmes : les femmes qui boivent continuent d’être jugées plus négativement30, en référence aux valeurs morales du portrait idéalisé de la « vraie femme » construit au XIXe siècle. Néanmoins le modèle féminin traditionnel peut jouer « un rôle très important par le fait que normalement la stigmatisation sociale protège les femmes de l’alcoolisme31 ».

  • 32 P. Jamoulle, Des hommes sur le fil. La construction de l’identité masculine en milieux précaires, (...)
  • 33 Voir notamment J.-P. Roussaux, B. Faoro-Kreit, D. Hers, L’alcoolique en famille. Dimensions famili (...)
  • 34 P. Carrer, L’envers du décor. Ethnopsychiatrie en Bretagne et autres terres celtes, Spézet, Coop B (...)
  • 35 La fixation à la mère aurait alors favorisé le recours à l’alcool-remède à défaut d’autres mécanis (...)

12Les modes de consommation d’alcool nous apparaissent bien comme un objet à la fois produit et producteur d’identités de genre. Réaffirmer le lien étroit entre alcool et genre ne doit pas cependant nous conduire à concevoir ce lien comme déconnecté de l’ensemble des autres rapports sociaux. À ne considérer que la masculinité, la virilité dans les conduites de mise en danger de soi, ne risque-t-on pas de stigmatiser l’identité de genre, en la réduisant éventuellement à une instabilité intrapsychique, alors que son investissement dans ces pratiques ne s’éclaire qu’au regard des dimensions sociales et économiques dans lesquelles elle s’inscrit32 ? Les cliniciens nous rappellent ainsi la nécessité de ne pas se limiter à l’histoire personnelle de celui ou celle qui ne maîtrise plus sa consommation d’alcool, mais de comprendre aussi ce qui se joue dans l’alcoolo-dépendance à l’échelle de la famille33, des relations de filiation ou de couples, tel que nous le propose l’approche systémique. La dimension familiale est également abordée par l’ethnopsychiatrie de Philippe Carrer34, qui interprète la prévalence de l’alcoolisme en Bretagne comme la résultante de trois facteurs associés : un dysfonctionnement familial, une acculturation brutale et pathogène, un malaise économique et social permanent. Sa thèse du matriarcat psychologique postule un affaiblissement de la figure paternelle au sein d’une « société imagoïque maternelle », caractéristique des sociétés celtes selon l’auteur, où le mari est davantage considéré comme un autre enfant plutôt que comme un père. La dévalorisation de la figure paternelle bretonne s’est ainsi renforcée par l’acculturation imposée par l’État français et par les difficultés socio-économiques en Bretagne35.

  • 36 À partir des résultats du Baromètre santé 2005, les résultats du baromètre 2010 n’étant pas encore (...)
  • 37 Nous renvoyons à l’ouvrage de J. Freyssinet-Dominjon, A.-C. Wagner, L’alcool en fête. Manières de (...)

13Au-delà de ces évolutions, on peut néanmoins encore noter en France une forte prévalence masculine dans tous les types de rapport avec l’alcool, surtout pour l’ivresse36. Les écarts de genre quant au cumul d’au moins six verres au cours de la même occasion semblent moins accentués chez les 20-25 ans que chez les plus âgés ; on retrouve ici l’importance de l’âge et de la situation scolaire et professionnelle, les élèves et les étudiants se caractérisant par une fréquence d’ivresse plus élevée37.

  • 38 F. Beck, S. Legleye, « Alcool : une baisse sensible des niveaux de consommation », F. Beck, P. Gui (...)
  • 39 F. Beck, S. Legleye, G. de Peretti, « L’alcool donne-t-il un genre ? », op. cit., p. 150.

14Les écarts de genre diffèrent également selon le niveau de diplôme : ils diminuent en effet avec l’élévation du diplôme, pour ce qui est de l’usage quotidien et de l’usage à risque chronique ou de dépendance. Aussi, cette tendance à l’uniformisation a-t-elle un sens inversé pour les hommes et les femmes : la consommation quotidienne devient plus rare avec l’élévation du diplôme parmi les hommes, mais plus fréquente parmi les femmes38. Toutefois, il faut nuancer cette tendance en précisant les âges concernés et en indiquant un effet de génération : chez les hommes, plus le niveau d’éducation est bas, plus la consommation mensuelle déclarée est importante (en termes de fréquence). Cette différence disparaîtrait pour la consommation quotidienne sauf chez les 51-69 ans. Chez les femmes, hormis chez les 18-35 ans, ce sont plutôt les plus diplômées qui consomment le plus. Ce qui pourrait corroborer l’hypothèse « émancipatrice » du niveau d’éducation, assurant une certaine liberté économique et sociale du moins pour les générations nées entre 1950 à 1970 (il n’y aurait pas de différences entre les hommes et les femmes pour les générations suivantes)39.

Parmi les hommes (en %)

Parmi les femmes (en %)

Sex-Ratio

Usage quotidien

20,3

7,3

2,78

Au moins une ivresse au cours de l’année écoulée

21,6

7,5

2,88

Risque d’usage problématique (test Deta)

13,8

5,0

2,76

Consommation supérieure aux recommandations (21 verres/14verres hebdomadaires) (Audit-C)

53,5

21,2

2,52

Cumul d’au moins six verres au cours d’une même occasion, au moins une fois dans le mois écoulé

22,3

5,9

3,78

Cumul d’au moins six verres au cours d’une même occasion, au moins une fois dans le mois écoulé chez les 20-25 ans

34,7

10,4

3,34

Avoir été ivre au moins une fois dans sa vie

67,0

35,3

1,90

Tableau 4 – Répartition des modes de consommation de boissons alcoolisées chez les hommes et les femmes (Baromètre santé 2005).

  • 40 Ibid., p. 151.
  • 41 L. Gaussot, N. Palierne, « Stéréotypes de genre et expérience de l’alcoolisme. Une vengeance des s (...)

15Si le fait d’être marié ne semble pas avoir des effets différents chez les hommes et les femmes, il n’en est pas de même pour la parenté : parmi les hommes ce sont les pères qui consomment le plus, alors que ce sont les mères qui consomment le moins chez les femmes. L’explication avancée par Beck et alii40 est un effet d’opportunité : les pères effectuent moins de tâches domestiques que les autres hommes, à l’inverse des mères qui auraient moins d’occasions de boire. Il conviendrait sans doute d’envisager ces différences au regard des normes de régulation et de contrôle qui s’exercent dans la sphère familiale, sous le poids des modèles hégémoniques41. Bien que les taux de consommation soient plus élevés chez les divorcés, le lien est complexe puisqu’il est difficile d’établir de manière univoque lequel est effet de l’autre.

  • 42 F. Beck, S. Legleye, « Alcool : une baisse sensible des niveaux de consommation », op. cit., p. 13 (...)

16Enfin, il nous faut revenir sur les rapports de genre en lien avec les professions et catégories socioprofessionnelles parmi les actifs occupés : tout comme pour le niveau de diplôme, on observe une réduction des écarts de genre avec des directions inversées pour les hommes et les femmes quant à l’usage à risque de l’alcool. Il en est de même pour l’ivresse au cours de l’année mais pas pour les ivresses régulières. En prenant en compte l’importance du capital socio-économique et celle du capital symbolique, les conclusions des auteurs du Baromètre santé (BS) 2005 semblent confirmer le modèle défini par Eriksen : la mixité et les contraintes professionnelles et sociales des métiers les plus favorisés ou diplômés joueraient de façon différentielle sur les hommes et les femmes. Une attention plus soutenue au corps et à la santé, des contraintes d’étiquette sociale et de performance professionnelle peuvent expliquer une certaine modération masculine, encouragée par la mixité. Tandis que l’environnement majoritairement masculin des professions favorisées ou très diplômées peut pousser les femmes à masculiniser leurs comportements42. En comparant le BS 2000 et le BS 2005, on constate un prolongement de la tendance à la baisse observée dans les consommations de boissons alcoolisées en France depuis le début des années 1960. Cette évolution ne se révèle cependant pas uniforme, et il existe des écarts persistants entre les différents groupes sociaux. Les femmes semblent notamment avoir davantage été touchées par la diminution générale de la consommation que les hommes (35 % de diminution contre 27 %).

17Il semblerait donc qu’au-delà des transformations dans le rapport genré au boire, les consommations masculines restent encore aujourd’hui davantage objet de tolérance : c’est ce que nous nous proposons d’analyser maintenant dans les chiffres de la morbidité et de la surmortalité différentielle liée à l’alcool.

Des risques et des coûts différenciés selon le genre et la catégorie sociale43

Penser les coûts économiques et sanitaires

  • 44 P. Kopp, P. Fenoglio, « Coûts et bénéfices économiques des drogues », Focus, OFDT, 2004.
  • 45 Inserm, Alcool. Effets sur la santé, Les Éditions Inserm, 2001.
  • 46 En effet, si les psychoses alcooliques sont entièrement liées à une consommation excessive d’alcoo (...)

18L’estimation du coût de la masculinité en matière de consommation d’alcool soulève un ensemble de difficultés. D’abord la limite entre alcoolisation, consommation à risque et dépendance alcoolique reste indécise tant aux niveaux collectifs qu’individuels. D’autre part, le coût de l’alcool devrait se calculer en tenant compte des bénéfices de la production, de la commercialisation, des recettes fiscales44. De plus, la mortalité évitable peut figurer dans la colonne coûts et « recettes » : coût en terme de perte de production, de cotisations, éventuellement de dépenses de soin ; « recette » en terme de retraites non versées, de soins médicaux non prodigués… Les différents calculs économiques des auteurs cités suggèrent malgré tout que le coût net supporté par la collectivité et imputable à l’alcool est positif. Du point de vue des effets sanitaires positifs, le fameux « french paradox », c’est-à-dire le facteur de préservation de certaines maladies cardiovasculaires dû à une consommation très modérée, ne donne toujours pas lieu à un consensus au regard des effets négatifs en termes de cancers ; l’OMS retient que l’état des recherches ne permet pas de préconiser une consommation modérée45. Le coût économique et sanitaire de l’alcool (comme facteur direct ou indirect de nombreuses pathologies) ne peut faire l’objet que d’estimations discutées. La mesure de la mortalité peut alors aller du simple au double. L’association de l’alcool et du tabac est source de nombreuses pathologies dont il est difficile de dégager l’étiologie précise. Les déclarations de consommation, l’enregistrement des causes de morbidité et de mortalité, sont sujettes à un certain nombre de biais qui vont dans le sens d’une sous-évaluation46. Il faudrait rappeler que les chiffres de la mortalité ont par ailleurs toujours un effet rétrospectif en ce qu’ils mesurent toujours davantage les conséquences des conditions et modes de vie des décennies antérieures. Enfin, on peut ajouter qu’il est extrêmement difficile d’évaluer à partir de données statistiques basées sur le sexe, la relation entre un type de consommation, ses conséquences (directes ou indirectes) et le genre. Ces difficultés expliquent la faiblesse des estimations, qui permettent néanmoins de dégager des grandes tendances.

  • 47 Inserm, Alcool. Dommages sociaux, abus et dépendance, Les Éditions Inserm, 2003 ; P. Kopp, P. Feno (...)
  • 48 M. Reynaud, A. F. Gaudin-Colombel, C. Le Pen, « Two methods of estimating health costs linked to a (...)
  • 49 P. Kopp, P. Fenoglio, « Le coût social des drogues licites (alcool et tabac) et illicites en Franc (...)
  • 50 Inserm, Alcool. Dommages sociaux, abus et dépendance, op. cit.
  • 51 P. Kopp, P. Fenoglio, « Coûts et bénéfices économiques des drogues », op. cit.

19Plusieurs études ont été consacrées en France à l’estimation du coût de l’alcoolisme47. Reynaud et alii48 évaluent les coûts sanitaires de l’alcoolisme à 2,5 milliards d’euros. Kopp et Fenoglio49 dépassent le cadre restreint de l’analyse du recours aux soins et intègrent les pertes de revenus et de production, les dépenses induites par la criminalité et les accidents de la route, ainsi que les pertes de prélèvements obligatoires du fait de la consommation « excessive » d’alcool. Le montant total des pertes imputables à l’alcool est ainsi estimé à 17,6 milliards d’euros. Les dépenses de santé représentent 15 % de ce total, loin derrière les pertes de revenus et de production (50 %) et les dépenses qu’occasionnent les accidents de la route pour les assurances (20 %)50. Une nouvelle estimation corrigée de la part des mêmes auteurs porte le coût à 37 milliards d’euros, considérée elle-même comme sous-estimée car ne prenant pas en compte les crimes et violences associés à la consommation51.

  • 52 En effet, à poids et consommation égaux, le taux d’alcoolémie d’une femme est 1,2 fois supérieur. (...)

20Mais les hommes et les femmes apparaissent très inégaux devant le risque, la prise de risque et les pathologies liées à l’alcool. Si biologiquement les hommes ont une constitution qui les privilégie52, argument souvent avancé pour justifier le privilège masculin, les inégalités sociales de santé font nettement pencher la balance en leur défaveur.

  • 53 OFDT, Drogues, Chiffres clés, 2009, 6 p.
  • 54 Version courte du test Audit (Alcohol use disorder identification test), mis au point par l’Organi (...)
  • 55 P. Mäkelä, « Drinking patterns and their gender differences in Europe », Alcohol 8 Alcoholism, 41, (...)

21L’OFDT53 nous offre une synthèse qui permet de mettre en évidence ces inégalités. En 2005, on comptait environ 3,7 millions de « consommateurs à risque » (sur le plan de la santé, qu’ils soient dépendants ou non) de 18 à 75 ans (suivant un calcul dérivé du test Audit-C54). Les hommes restent largement majoritaires parmi ces consommateurs, représentant environ 3,1 millions de « consommateurs à risque », soit près de 84 % de cette population. Chez eux enfin, cette consommation à risque chronique croît avec l’âge, tandis que le risque ponctuel, d’abord élevé puisqu’il concerne près d’un homme sur deux jusqu’à la tranche d’âge des 35-45 ans, tend ensuite à décroître ; alors que pour les femmes, le risque ponctuel, qui ne concerne pas une femme sur trois chez les 18-24 ans, décroît bien plus fortement pour ne plus concerner qu’une femme sur dix-sept chez les 65-74 ans, sans pour autant que le risque chronique, très faible chez elles, n’augmente sensiblement. Notons cependant que pour les hommes et les femmes, l’indice de la prévalence du risque chronique observé chez les 18-24 ans tend à diminuer chez les 25-34 ans, pour remonter par la suite avec l’âge. Le calcul des ratio montre que, concernant le risque ponctuel, l’écart est le plus faible chez les jeunes, à l’image de la situation européenne55, et plus du double au-delà de la classe des 25-34 ans, tandis que le risque chronique est autour de 6 fois plus important pour les hommes, à part pour les 35-44 ans qui voient cet écart se réduire à 3,6 et les 65-74 ans qui au contraire le voient monter à 8,9.

  • 56 Les ratios sont calculés par les auteurs de l’article.
  • 57 DREES, « Prévalence de l’usage à risque ou nocif de l’alcool », in L’état de santé de la populatio (...)

Tableau 5. – Prévalence des profils d’alcoolisation à risque selon le Baromètre santé 2005 (%)56. Champ : Population générale, France métropolitaine.
Sources : Baromètre santé 2005, INPES, DREES57.

  • 58 L. Com-Ruelle, P. Dourgnon, F. Jusot, P. Lengagne, « Les problèmes d’alcool en France : quelles so (...)
  • 59 P. Aïach, « Femmes et hommes face à la mort et à la maladie, des différences paradoxales », P. Aïa (...)
  • 60 OFDT, Drogues, Chiffres clés, op. cit.

22Selon l’INPES, d’après le test Deta, 9,4 % de la population, soit 13,8 % des hommes et 5,0 % des femmes de 12 à 75 ans, présenteraient des signes d’usage potentiellement problématique. Entre 25 et 64 ans, près d’un homme sur deux serait consommateur à risque, contre une femme sur dix pour le risque ponctuel58. On retrouve des écarts importants concernant le recours aux soins, malgré le fait que celui-ci soit, comme la « morbidité ressentie », très genré59. En 2005, environ 90 000 personnes sont venues consulter les structures spécialisées pour les personnes en difficulté avec l’alcool. L’âge moyen est d’environ 43 ans. Trois personnes sur quatre sont de sexe masculin60.

Repenser le « privilège » masculin : ce que nous en disent les abstinents

  • 61 C. Demogeot, « L’alcoolisme féminin », D. Barrucand, Alcoologie, Paris, Éd. Rion Laboratoires Cerm (...)

23La prévalence des hommes en matière de consommation de boissons éthyliques se résume-t-elle dès lors au maintien d’un privilège les distinguant des femmes, toujours plus sujettes aux jugements moraux quand sont mis en jeu les usages sociaux du plaisir ? Ne peut-on voir également dans le boire une norme qui s’exercerait principalement sur les hommes, toujours soumis à « prouver » leur masculinité à travers un ensemble d’invitations contraignantes ? Cette norme du boire, symbole de la communion et du lien social, se rend davantage visible lorsqu’elle se retourne contre la personne qui « choisit » de rester ou de devenir abstinente. L’homme qui ne boit plus s’écarte de la communauté des buveurs, qui eux « boivent comme tout le monde », sinon comme des hommes ! Une femme abstinente ne tend finalement qu’à retrouver un comportement conforme au modèle d’alcoolisation de son genre. Son refus de boire n’apparaît pas étrange, alors que la répétition du refus suscitera à l’égard de l’homme abstinent le soupçon (du moins chez ceux qui ne connaissent pas son histoire). Tant que l’abstinence n’est pas affichée ou assumée comme telle, le risque de discrédit est plus fort chez les hommes. À la non-consommation « invisible » des femmes s’oppose le refus « visible » des hommes. Dans l’abstinence, les femmes confortent les rapports sociaux de sexe tandis que les hommes les troublent. Néanmoins, si l’abstinence est affichée, on tend à retrouver alors un déséquilibre au « profit » des hommes. Puisque se dire abstinent, c’est aussi dire avoir été ou être alcoolique, on retrouve sans surprise le discrédit plus grand chez les femmes. La réprobation morale et la honte, qui touchent de manière plus prononcée les femmes alcooliques, pèsent toujours sur elles-mêmes une fois abstinentes. Cet écart des hommes et des femmes dans l’abstinence est également souligné par Demogeot61 :

« on notera la plus grande difficulté qui entoure les projets thérapeutiques chez les femmes alcooliques et notamment la difficulté à “négocier” un passé d’alcoolisme extrêmement culpabilisant. […] Quand l’homme alcoolique peut bénéficier d’une certaine valorisation personnelle dans son abstinence réussie, pour la femme alcoolique, l’abstinence, et donc, d’une certaine façon, la maîtrise retrouvée vis-à-vis de l’alcool n’est que la “moindre des choses” et ne peut être objet de valorisation ».

24La focalisation sur les aspects négatifs des alcoolisations passées, qui participe au travail de construction et de maintien de l’abstinence, peut également participer à mettre en évidence les usages de l’alcool en tant que produit psychotrope. Ce travail de réinterprétation du sens des alcoolisations tend dès lors à déconstruire la « normalité » muette du boire masculin.

  • 62 J. Maisondieu, Les femmes, les hommes, l’alcool, Paris, Payot, 2004, p. 114.

« Sans la prise en compte de l’apparition d’un alcoolisme au féminin, qui n’est plus l’exception confirmant la règle, ce piège n’est pas désamorçable. L’association du mythe collectif d’un lien entre puissance virile et capacité de boire de l’alcool et d’une notion de dépendance assez totalitaire pour interdire de comprendre que l’alcool est recherché pour ses effets psychotropes, n’autorise en effet aucune remise en question sérieuse des vieilles habitudes de pensée. Non seulement cette association facilite la négation de la dimension toxicomaniaque de l’alcoolisme masculin, mais en plus elle interdit de questionner la mainmise des hommes sur l’alcool62. »

  • 63 C. Guionnet, É. Neveu, Féminins/Masculins. Sociologie du genre, op. cit.
  • 64 V. Nahoum-Grappe, Le féminin, Paris, Hachette, 1996, p. 103.
  • 65 C. Dejours, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Le Seuil, 2009, p (...)

25Contrairement aux hommes, les femmes ne peuvent pas puiser dans la tradition pour justifier leur recours à l’alcool. Appréhender le boire sous l’angle du genre permet de déconstruire les justifications « traditionnelles », « culturelles » du boire masculin qui souvent se bouclent par des explications tautologiques : « Les hommes boivent parce ce sont des hommes. » Nous pouvons sans doute voir dans l’usage genré du boire masculin, du moins dans certains « mésusages », une manière masquée sous le voile de la normalité d’utiliser les propriétés psychotropes et anxiolytiques de ce produit culturel. La « rétention émotionnelle » et la restriction du répertoire expressif, des possibilités d’extérioriser émotions, tensions et souffrances63 chez les hommes participeraient au recours à l’alcool : comme support pour pouvoir exprimer ses émotions (« L’alcoolisme caractéristique des hommes, si important en France, est lié à cette impossibilité d’exprimer une émotion à jeun »64 ; ou à l’inverse pour ne pas avoir à tenir un discours sur ses affects (« L’usage très répandu de l’alcool, qui est un puissant sédatif de la peur, mais qui n’est pas identifié comme tel et apporte une protection contre la peur tout en respectant l’interdit de parler d’elle65 »). Les femmes quant à elles montreraient plus de la facilité à connaître une médicalisation de leurs souffrances (recours aux médicaments psychotropes) et à se reconnaître dans la psychologisation de leurs troubles.

  • 66 C. Guionnet, É. Neveu, Féminins/Masculins. Sociologie du genre, op. cit., p. 381.

26Mais on ne peut durablement décrire et analyser les différenciations et inégalités selon le genre indépendamment des autres variables sociologiques, notamment la catégorie sociale. « Les coûts de la masculinité » ne sont pas comparables, selon les caractéristiques identitaires et positionnelles des personnes66.

Mortalité alcoolique, genre et catégories sociales

  • 67 Inserm, Alcool. Effets sur la santé, op. cit.

27Du côté de la mortalité, bien que les estimations, on l’a vu, restent variables et aléatoires, l’implication différenciée de l’alcool selon le sexe apparaît néanmoins systématiquement. Ce sont plus particulièrement les indicateurs de mortalité prématurée (décès survenus avant 65 ans) et de mortalité « évitable » (dues aux comportements individuels) qui sont défavorables aux hommes – les seconds expliquant une bonne part des premiers. Le taux de décès prématurés des hommes standardisé sur la structure d’âge est ainsi 2,2 fois supérieur à celui des femmes, tandis que le taux de décès correspondant à la sélection « mortalité évitable » est multiplié par quatre chez les hommes comparativement aux femmes. Ainsi, entre 45 et 64 ans, la mortalité due à une imprégnation chronique d’alcool représente 20 % à 25 % des décès masculins en France67.

  • 68 OFDT, Drogues, Chiffres clés, op. cit.

28Comme dans la synthèse de l’OFDT68, les estimations sont de 35 000 à 45 000 décès par an liés à l’alcool, très majoritairement des hommes (80 %). D’abord par cancer, ensuite par cirrhose, enfin par psychose et dépendance alcoolique. Le nombre global de décès liés à la consommation d’alcool est, en lien avec la baisse de la consommation, en diminution. Mais si la mortalité alcoolique décroît depuis 50 ans, plus chez les hommes que les femmes, la surmortalité masculine liée à l’alcool en France reste 30 % supérieure à la moyenne européenne. Sont également comprises dans ce décompte les morts violentes par accident de la route, dont le nombre a été estimé en 2002-2003 à 2 200 sur une base annuelle de 6 000 accidents mortels (soit, pour un conducteur avec une alcoolémie non nulle, un risque multiplié par 8,5 d’être responsable d’un accident mortel de la circulation). Ainsi la consommation excessive d’alcool reste à l’origine de 14 % des décès masculins (1 homme sur 7) et de 3 % des décès féminins, ce qui en fait la deuxième cause de mortalité évitable. Avec une certaine stabilité, les hommes meurent entre 4 et 5 fois plus que les femmes d’une « consommation éthylique chronique ».

29En 2005, sur les 90 000 personnes qui sont venues consulter les structures spécialisées pour les personnes en difficulté avec l’alcool, dont trois personnes sur quatre sont de sexe masculin, un peu plus du tiers appartiennent à la catégorie sociale des ouvriers et un peu moins d’un tiers à celle des employés. On compte 5 à 6 % de personnes classées dans chacune des catégories suivantes : commerçants et artisans, cadres et professions libérales, professions intermédiaires. Il est cependant difficile d’interpréter ces chiffres lorsqu’on sait l’inégalité très forte en matière de recours aux soins.

30Mais ce n’est pas tant au point de vue du recours aux soins que les écarts selon l’origine se font le plus sentir chez les hommes, c’est surtout du point de vue de la « mortalité alcoolique ». Mais justement, au regard des taux de mortalité différenciés selon l’origine sociale, le constat est que le recours aux soins est faible côté ouvriers. Cela confirme la « lecture » socialement différenciée des « nécessités » d’avoir recours aux soins, puisque malgré la gravité plus importante des situations (objectivable quant à la mortalité) elles ne semblent pas toutes entraîner une consultation selon la catégorie sociale. Si le recours aux soins n’était pas socialement « déterminé », alors les ouvriers devraient consulter bien davantage que les autres catégories sociales puisqu’ils semblent davantage présenter des problèmes de santé (en dépit des auto-déclarations), au point d’en mourir.

  • 69 A. Chenu, « Sexe et mortalité en France, 1906-1980 », Revue française de sociologie, 29, 2, 1988, (...)
  • 70 Ibid.

31Cet écart explique une part de l’inégalité en matière d’espérance de vie, comme le montrait il y a 20 ans l’analyse aujourd’hui encore pertinente d’Alain Chenu69. Les variations de la mortalité résultent certes de l’exposition aux risques professionnels, de la compétence médicale, du pouvoir d’achat en matière d’hygiène et de soins, mais aussi des « consommations autodestructrices » (alcool, tabac)70. Chenu montrait déjà comment, chez les hommes, ces inégalités se renforçaient mutuellement des cadres supérieurs aux ouvriers en particulier non qualifiés. Chez les femmes, au contraire, les différences sont peu nettes, les cadres supérieures, qui sont les plus consommatrices de produits psychotropes, ayant alors une mortalité toutes causes confondues légèrement supérieure à celle des employées.

  • 71 Les ratios sont calculés par les auteurs de l’article.
  • 72 Cité par A. Chenu, « Sexe et mortalité en France, 1906-1980 », op. cit. ; M. Drulhe, S. Clément, « (...)

Tableau 6. – Mortalité par cirrhose ou alcoolisme, selon le sexe et la catégorie socioprofessionnelle (quotients annuels moyens de mortalité entre 45 et 54 ans, période d’observation 1975-1980, pour 100 000)71.
Source : Desplanques, 198572.

  • 73 A. Chenu, ibid., p. 310.

32Chenu mettait ainsi en évidence que « les profils de différenciation de la mortalité selon les causes de décès les plus étroitement associées à la consommation d’alcool (alcoolisme, cirrhose du foie) et de tabac sont assez différents des profils de différenciation des pratiques de consommation de ces deux produits73 ». Il notait déjà que chez les femmes ce sont les cadres supérieures qui consomment le plus d’alcool et de tabac, et qui apparaissaient ainsi pour lui comme les homologues des ouvriers de sexe masculins : mais les taux de mortalité ne suivent pas du tout la même courbe. Du fait de la complexité des liens entre consommation et mortalité, entre lesquels interviennent notamment l’écoute du corps et le recours aux soins, les conséquences de l’alcoolisation ne sont pas égales, ni parmi les hommes ni parmi les femmes, selon leur origine. Ainsi la mortalité alcoolique des ouvrières non qualifiées est six fois celle des cadres, rétablissant les inégalités selon l’origine, quand celle des ouvriers qualifiés est 9 fois celle des cadres.

  • 74 P. Surault, L’inégalité devant la mort. Analyse socio-économique de ses déterminants (préface d’A. (...)

33S’appuyant sur les travaux de Pierre Surault74 et de Christophe Dejours, Alain Chenu avançait plusieurs facteurs qui renvoient tant à la position de classe, à l’activité professionnelle qu’à des caractéristiques de genre, expliquant la surmortalité alcoolique des ouvriers : prise de risque notamment sous la forme de consommation à dose toxique d’alcool et de tabac, mais aussi négligence de symptômes qui conduiraient d’autres personnes à consulter un médecin, faible écoute du corps, (« il ne faut pas s’écouter »), recours à des stimulants non pharmaceutiques qui peuvent permettre à court terme de « tenir ».

  • 75 A. Chenu, « Sexe et mortalité en France, 1906-1980 », op. cit., p. 318.

« Une certaine identité masculine, celle qui correspond au mythe du sexe fort, est ainsi susceptible de fonctionner comme un piège : le décalage entre l’image plus ou moins surhumaine du rôle à tenir et celle des moyens réels, trop humains, dont on dispose trouve une résolution provisoire dans des consommations qui ont à terme des effets destructeurs, mais qui peuvent constituer une réponse immédiatement opérante au défi que posent des conditions d’existence difficiles75. »

34La conclusion de Chenu reposait essentiellement sur les caractéristiques de genre des consommateurs : l’identité virile telle qu’elle était à l’œuvre de manière dominante dans la société française du XIXe siècle aux années 1970 appelait le dépassement de soi-même dans la domination industrialiste de la nature et le respect d’un code chevaleresque de l’honneur d’origine plus ancienne ; l’identité féminine restait, jusqu’à la fin du baby-boom, marquée par l’exaltation de l’envahissante fonction maternelle et l’enfermement dans la sphère domestique. Il était possible alors de présenter la consommation alcoolique ouvrière comme mode privilégié (car évitait l’aveu d’incapacité partielle qu’implique le recours aux médecins ou médicaments) mais coûteux (en termes d’espérance de vie) de gestion de l’écart entre expérience de l’exploitation et de la domination et idéal de la toute-puissance virile.

  • 76 M. Drulhe, S. Clément, « Pour une sociologie de l’alcoolisme et des alcooliques », op. cit.

35Cette analyse est reprise par Drulhe et Clément76, lesquels renvoient plus explicitement peut-être à Bourdieu : si le mode de vie des classes populaires, placé sous le signe du présent et de la nécessité, utilise les boissons alcoolisées pour « tenir le coup » ou pour « égayer la vie », le mode de vie des classes aisées est marqué par la distance à la nécessité et par un usage « désintéressé » du temps et des biens :

  • 77 P. Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Les Éditions de Minuit, 1979.

« Le goût des professions libérales ou des cadres supérieurs constitue négativement le goût populaire comme goût du lourd, du gras, du grossier, en s’orientant vers le léger, le fin, le raffiné : l’abolition des freins économiques s’accompagne du renforcement des censures sociales qui interdisent la grossièreté et la grosseur au profit de la distinction et de la minceur. Le goût des nourritures rares et aristocratiques incline à une cuisine de tradition, riche en produits chers ou rares77. »

  • 78 P. Aïach, « Femmes et hommes face à la mort et à la maladie, des différences paradoxales », op. ci (...)
  • 79 P. Aïach, D. Fassin, « L’origine et les fondements des inégalités sociales de santé », La revue du (...)

36Pierre Aïach78, s’appuyant sur Belotti et aussi sur les analyses de Bourdieu sur la dimension symbolique de la domination masculine, insiste pareillement sur la question du rapport au corps, à la médecine et à la santé pour expliquer cette prévalence à la fois masculine et populaire : « le privilège masculin est aussi un piège ». De sorte que les inégalités sociales de santé, chez les hommes, ne seraient peut-être pas tant, ou pas seulement, le résultat de différences naturelles certes ni non plus comportementales (face au risque), mais bien la traduction dans les corps des inégalités sociales structurelles79.

  • 80 P. Aïach, « Femmes et hommes face à la mort et à la maladie, des différences paradoxales », op. ci (...)
  • 81 E. Michel, E. Jougla, F. Hatton, « Mourir avant de vieillir », INSEE Première, 429, 1996 ; INSERM,(...)

37Les enquêtes plus récentes tendent à confirmer le maintien voire l’accroissement de cet écart majeur entre les ouvriers et les cadres supérieurs. Les écarts de mortalité les plus nets entre les catégories sociales concernent les cancers des voies aéro-digestives supérieures (bouche, pharynx, larynx, œsophage) auxquels la consommation d’alcool est souvent liée, et l’alcoolisme proprement dit, le cancer étant la première cause des écarts de mortalité entre catégories sociales et entre les sexes tandis que l’alcoolisme, qui contribue moins à la mortalité générale, connaît encore de plus forts écarts80. L’alcool demeure l’un des déterminants majeurs des maladies et décès évitables, et il creuse son sillon dans les inégalités de santé. Même si elle a fortement baissé depuis les années 1960, d’environ 40 %, parallèlement à la consommation, la mortalité liée à « l’imprégnation éthylique chronique » agit encore comme un discriminant social en tuant 10 fois plus d’ouvriers et d’employés que de cadres supérieurs et professions libérales (alors que le rapport est de 3 concernant la mortalité toutes causes)81.

  • 82 E. Jougla, S. Rican, F. Pequignot, A. Le Toullec, « Disparités sociales de mortalité : inégalités (...)
  • 83 C. Monteil, I. Robert-Bobée, « Les différences sociales de mortalité : en augmentation chez les ho (...)

38Le rapport de 1 à 10 est encore aujourd’hui avancé couramment. Les plus fortes disparités sociales de mortalité sont observées en France pour les causes liées à l’alcool. Quelles que soient les causes de décès, on constate une augmentation dans le temps du niveau de la surmortalité du groupe « ouvriers-employés » par rapport au groupe « cadres supérieurs-professions libérales82 ». Les explications avancées sont à peu près les mêmes que celles que reprenaient Chenu pour expliquer l’écart le plus important dans l’espérance de vie entre les hommes ouvriers et cadres supérieurs (7 ans) : conditions de travail, mode de vie dont attention portée à la santé, recours aux soins plus tardif, consommation d’alcool dont forte consommation (5 verres de vin ou plus par jour), tabac83.

Conclusion

  • 84 HCSP, Les inégalités sociales de santé : sortir de la fatalité, 2009.
  • 85 T. Valkonen, « Les inégalités sociales devant la mort », G. Caselli et alii (dir.), Démographie : (...)
  • 86 K. Bloomfield et alii, « Social inequalities in alcohol consumption and alcohol-related problems i (...)
  • 87 T. Valkonen, op. cit.
  • 88 P. Aïach, « Le cancer au cœur des inégalités sociales de santé : quelles politiques imaginer ? », (...)

39Les chiffres de la consommation et de la mortalité montrent que le lien qui associe l’alcool aux hommes persiste au-delà des transformations observées. Si les hommes continuent de tirer davantage de bénéfices en usant de ce produit « culturel », force est de constater néanmoins que ce « privilège » se paie d’un véritable coût sanitaire et aussi humain. Ce coût différentiel est encore difficile à estimer du point de vue des catégories sociales. Comme le déplore notamment le Haut Conseil de la santé publique84, les données sur la mortalité prématurée et l’espérance de vie sont disponibles, mais encore très insuffisamment par PCS85. C’est pourquoi, pour évaluer le lien entre la mortalité alcoolique et les catégories sociales, les données sont souvent lacunaires. Pourtant les comparaisons internationales suggèrent qu’il y a un fort « gradient social » ancien et persistant concernant en particulier la mortalité alcoolique, notamment en France86. Il y aurait un travail statistique original à faire pour affiner les données, ainsi que cela se fait dans les pays nordiques87, mais l’appariement des données INSERM sur les causes de décès avec celle de l’INED (à partir de l’échantillon démographique permanent, EDP) sur les catégories sociales nécessiterait des démarches longues et complexes auprès de la CNIL. L’INVS a commencé à mettre en place un dispositif d’analyse appelé programme COSMOP pour la surveillance de la mortalité par profession, qui devrait permettre d’avancer dans la connaissance plus précise des « risques liés au travail » trop peu pris en compte88. La connaissance du coût de la masculinité dans le boire alcoolisé ne pourra que bénéficier de ce meilleur éclairage sur les effets de l’appartenance sociale, des conditions de travail et aussi du rapport au corps, au soin et à la médicalisation.

Notes

1 C. Baudelaire, Les paradis artificiels, Union Générale d’Éditions, 1962, p. 40-41.

2 F. Beck, S. Legleye, G. De Peretti, « L’alcool donne-t-il un genre ? », Travail, genre et sociétés, 15, 2006, p. 141-160.

3 A.-S. Cousteaux, J.-L. Pan Ké Shon, « Le mal-être a-t-il un genre ? Suicide, risque suicidaire, dépression et dépendance alcoolique », Revue française de sociologie, 49, 1, 2008, p. 53-92.

4 Peut-on cependant réduire sans discussion la « dépendance alcoolique » à une forme d’expression du mal-être, comme le font les auteurs ? Peut-on par ailleurs écarter la variable catégorie sociale ?

5 Minimisant ou oubliant la dissymétrie des rapports de sexe, voire l’inversant, le risque de ce genre d’analyse est d’aboutir à l’idée que le dominant est aussi assujetti que le dominé, voire souffre autant de la domination qui le domine, ou de mettre l’accent sur les « bénéfices secondaires » de la soumission ou de l’oblation féminine voire d’expliquer la « domination » par le consentement des dominés.

6 S. Eriksen, « Alcohol as a gender symbol, Women the alcohol question in the turn-of-the century Denmark », Scandinavian Journal of History, no 24, 1999, p. 45-73.

7 L. Gaussot, Modération et sobriété, Études sur les usages sociaux de l’alcool, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2004.

8 J. Maisondieu, Les femmes, les hommes, l’alcool, Paris, Payot, 2004.

9 V. Nahoum-Grappe, « Le boire et l’ivresse dans la pensée sociale sous l’Ancien régime en France (XVIe-XVIIIe siècles) », T. Fillaut, V. Nahoum-Grappe, M. Tsikounas (dir.), Histoire et alcool, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 15-99.

10 V. Nahoum-Grappe, « Histoire et anthropologie du Boire en France du XVIe au XVIIIe siècle », C. Levot-Ifrah, M. Mathelin, V. Nahoum-Grappe, De l’ivresse à l’alcoolisme. Études ethnopsychatriques, Paris, Dunod/Bordas, 1989, p. 112.

11 V. Nahoum-Grappe, « Le boire et l’ivresse dans la pensée sociale sous l’Ancien régime en France (XVIe-XVIIIe siècles) », op. cit.

12 A. Duchesne, « Genèse et spécificités des comportements féminins en matière d’alcoolisation dans la France d’Ancien Régime », Les Cahiers de l’IREB, no 11, 1993, p. 125-127.

13 Yvonne Verdier (Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard, 1979) rapporte le même phénomène à une époque plus récente.

14 V. Nahoum-Grappe, « Histoire et anthropologie du Boire en France du XVIe au XVIIIe siècle », op. cit.

15 D. Nourrisson, Le buveur du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1990, p. 154.

16 A.-M. Sohn, « Sois-un Homme ! », La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 2009.

17 S. Eriksen, « Alcohol as a gender symbol… », op. cit.

18 P. Ancel, L. Gaussot, Alcool et alcoolisme : pratiques et représentations, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 68.

19 S. Eriksen, « Alcohol as a gender symbol… », op. cit.

20 L. Nadeau, Vivre avec l’alcool. La consommation, les effets, les abus, Montréal, De L’Homme, 1990, p. 117.

21 S. Eriksen, « Alcohol as a gender symbol… », op. cit.

22 A. Coppel, « Drogues, genre et prévention », La santé de l’homme, no 372, juillet-août 2004, p. 38-40.

23 J.-M. Berthelot, S. Clément, M. Drulhe, J. Forne, M. Membrado, Les alcoolismes féminins, Rapport pour le Haut Comité d’Étude et d’Information sur l’Alcoolisme, Cahiers du CeRs, Toulouse II, no 1, 1984.

24 S. Eriksen, « Alcohol as a gender symbol… », op. cit.

25 A. Meidani, L. Dany, D. Welzer-Lang, « Manière de boire et rapports sociaux de genre chez les jeunes (18-25 ans) », Les Cahiers de l’IREB, no 17, 2005, p. 67-70 (p. 69).

26 S. Eriksen, « Alcohol as a gender symbol… », op. cit.

27 Pour une analyse plus détaillée et plus nuancée, du moins au sein de la « jeunesse », voir P. Duret, Les jeunes et l’identité masculine, Paris, PUF, 1999.

28 M. Gref et alii, « Genre masculin et dépendances : données de base et recommandations », Lausanne, ISPA, 2006.

29 C. Guionnet, É. Neveu, Féminins/Masculins. Sociologie du genre, Paris, Colin, 2009.

30 L. Gaussot, N. Palierne, « Stéréotypes de genre et expérience de l’alcoolisme. Une vengeance des stéréotypes ? », J.-C. Bourdin, F. Chauvaud, L. Gaussot, P. Keller (dir.), Faire justice soi-même. Études sur la vengeance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 79-98.

31 L. Nadeau, « Rôles traditionnels, conditions de vie et dépendances. Une analyse des causes sociales des consommations abusives et des dépendances d’un point de vue féministe », ISPA, Femmes, hommes, dépendances, Actes du 8e colloque de l’ISPA, 7-8 mai 1992, Lausanne, 1992, p. 47-55 (p. 52).

32 P. Jamoulle, Des hommes sur le fil. La construction de l’identité masculine en milieux précaires, Paris, La Découverte, 2005.

33 Voir notamment J.-P. Roussaux, B. Faoro-Kreit, D. Hers, L’alcoolique en famille. Dimensions familiales des alcoolismes et implications thérapeutiques, Bruxelles, De Boeck & Larcier, 1996.

34 P. Carrer, L’envers du décor. Ethnopsychiatrie en Bretagne et autres terres celtes, Spézet, Coop Breizh, 1999.

35 La fixation à la mère aurait alors favorisé le recours à l’alcool-remède à défaut d’autres mécanismes sociaux de défense, soit pour réanimer l’image paternelle défaillante (virilité factice), soit pour lutter contre l’image angoissante de la « mauvaise mère », là où l’ivresse permet un certain plaisir fusionnel, celui d’un retour symbolique au sein naturel de la « bonne mère ».

36 À partir des résultats du Baromètre santé 2005, les résultats du baromètre 2010 n’étant pas encore disponibles au moment de la rédaction de ce texte.

37 Nous renvoyons à l’ouvrage de J. Freyssinet-Dominjon, A.-C. Wagner, L’alcool en fête. Manières de boire de la nouvelle jeunesse étudiante, Paris, L’Harmattan, 2003.

38 F. Beck, S. Legleye, « Alcool : une baisse sensible des niveaux de consommation », F. Beck, P. Guilbert, A. Gautier (dir.), Baromètre santé 2005. Attitudes et comportements de santé, Saint-Denis, INPES, 2007, p. 134.

39 F. Beck, S. Legleye, G. de Peretti, « L’alcool donne-t-il un genre ? », op. cit., p. 150.

40 Ibid., p. 151.

41 L. Gaussot, N. Palierne, « Stéréotypes de genre et expérience de l’alcoolisme. Une vengeance des stéréotypes ? », op. cit.

42 F. Beck, S. Legleye, « Alcool : une baisse sensible des niveaux de consommation », op. cit., p. 135.

43 Si cette étude se concentre sur la situation française, les questions soulevées concernent la plupart des pays consommateurs. La Suisse a ainsi institué une Journée nationale sur les problèmes liés à l’alcool. Le thème de 2009 était « Univers masculin et alcool », dédiant cette journée au plus important groupe de consommateurs d’alcool à risque. Après s’être intéressé en 2002 aux femmes concernées ou proches, il s’agit de porter cette année-là l’attention sur les hommes, qui représentent environ officiellement deux tiers des personnes dépendantes en Suisse.

44 P. Kopp, P. Fenoglio, « Coûts et bénéfices économiques des drogues », Focus, OFDT, 2004.

45 Inserm, Alcool. Effets sur la santé, Les Éditions Inserm, 2001.

46 En effet, si les psychoses alcooliques sont entièrement liées à une consommation excessive d’alcool, une petite part des cirrhoses n’est pas d’origine alcoolique mais virale. Par ailleurs, les cancers des voies aéro-digestives supérieures (VADS) sont dans la plupart des cas conjointement liés à la consommation d’alcool et de tabac. Ainsi, il n’est pas possible dans ce cas d’attribuer une part des décès à la seule consommation d’alcool. Enfin, au-delà de ces décès entièrement ou presque entièrement attribuables à l’alcool, il existe de nombreuses autres causes de décès pour lesquels la consommation d’alcool intervient comme un facteur de risque plus ou moins important. Il y aurait donc une sous-estimation des décès liés à une consommation excessive d’alcool (DREES, 2007).

47 Inserm, Alcool. Dommages sociaux, abus et dépendance, Les Éditions Inserm, 2003 ; P. Kopp, P. Fenoglio, « Le coût social des drogues licites (alcool et tabac) et illicites en France », OFDT, 2000 ; P. Kopp, P. Fenoglio, « Coûts et bénéfices économiques des drogues », Focus, Ofdt, 2004.

48 M. Reynaud, A. F. Gaudin-Colombel, C. Le Pen, « Two methods of estimating health costs linked to alcoholism in France (with a note on social costs) », Alcohol 2 Alcoholism, 36, 2001, p. 89-95.

49 P. Kopp, P. Fenoglio, « Le coût social des drogues licites (alcool et tabac) et illicites en France », op. cit.

50 Inserm, Alcool. Dommages sociaux, abus et dépendance, op. cit.

51 P. Kopp, P. Fenoglio, « Coûts et bénéfices économiques des drogues », op. cit.

52 En effet, à poids et consommation égaux, le taux d’alcoolémie d’une femme est 1,2 fois supérieur. Les explications sont multiples : enzyme responsable de l’élimination de l’alcool moins efficace ; masse adipeuse plus importante (cette dernière, moins vascularisée, favorisant la concentration de l’alcool dans les organes) ; cycles hormonaux ; contraceptifs…

53 OFDT, Drogues, Chiffres clés, 2009, 6 p.

54 Version courte du test Audit (Alcohol use disorder identification test), mis au point par l’Organisation mondiale de la santé pour repérer (à l’aide de trois questions portant sur la fréquence d’usage et la quantité d’alcool consommée sur les douze derniers mois) les consommateurs d’alcool mettant leur santé en danger.

55 P. Mäkelä, « Drinking patterns and their gender differences in Europe », Alcohol 8 Alcoholism, 41, 2006, p. 8-18.

56 Les ratios sont calculés par les auteurs de l’article.

57 DREES, « Prévalence de l’usage à risque ou nocif de l’alcool », in L’état de santé de la population en France – Indicateurs associés à la loi relative à la politique de santé publique, 2008, [http://www.sante.gouv.fr/drees/santepop2007/objectifs/03-obj-02.pdf] ; DREES, « L’état de santé de la population en France. Données du rapport 2007 de suivi des objectifs de la loi de santé publique », Études et résultats, 623, 2008.

58 L. Com-Ruelle, P. Dourgnon, F. Jusot, P. Lengagne, « Les problèmes d’alcool en France : quelles sont les populations à risque ? », Questions d’économie de la santé, IRDES, no 129, 2008, 6 p.

59 P. Aïach, « Femmes et hommes face à la mort et à la maladie, des différences paradoxales », P. Aïach, D. Cèbe, G. Cresson, C. Philippe, Femmes et hommes dans le champ de la santé. Approches sociologiques, Paris, ENSP, 2001, p. 117-147.

60 OFDT, Drogues, Chiffres clés, op. cit.

61 C. Demogeot, « L’alcoolisme féminin », D. Barrucand, Alcoologie, Paris, Éd. Rion Laboratoires Cerm, 1988, p. 175.

62 J. Maisondieu, Les femmes, les hommes, l’alcool, Paris, Payot, 2004, p. 114.

63 C. Guionnet, É. Neveu, Féminins/Masculins. Sociologie du genre, op. cit.

64 V. Nahoum-Grappe, Le féminin, Paris, Hachette, 1996, p. 103.

65 C. Dejours, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Le Seuil, 2009, p. 119.

66 C. Guionnet, É. Neveu, Féminins/Masculins. Sociologie du genre, op. cit., p. 381.

67 Inserm, Alcool. Effets sur la santé, op. cit.

68 OFDT, Drogues, Chiffres clés, op. cit.

69 A. Chenu, « Sexe et mortalité en France, 1906-1980 », Revue française de sociologie, 29, 2, 1988, p. 293-324.

70 Ibid.

71 Les ratios sont calculés par les auteurs de l’article.

72 Cité par A. Chenu, « Sexe et mortalité en France, 1906-1980 », op. cit. ; M. Drulhe, S. Clément, « Pour une sociologie de l’alcoolisme et des alcooliques », A. D’Houtaud et M. Taléghani (dir.), Sciences sociales et alcool, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1995, p. 93-164.

73 A. Chenu, ibid., p. 310.

74 P. Surault, L’inégalité devant la mort. Analyse socio-économique de ses déterminants (préface d’A. Sauvy), Paris, Economica, 1979.

75 A. Chenu, « Sexe et mortalité en France, 1906-1980 », op. cit., p. 318.

76 M. Drulhe, S. Clément, « Pour une sociologie de l’alcoolisme et des alcooliques », op. cit.

77 P. Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Les Éditions de Minuit, 1979.

78 P. Aïach, « Femmes et hommes face à la mort et à la maladie, des différences paradoxales », op. cit.

79 P. Aïach, D. Fassin, « L’origine et les fondements des inégalités sociales de santé », La revue du praticien, 2004, p. 2221-2227.

80 P. Aïach, « Femmes et hommes face à la mort et à la maladie, des différences paradoxales », op. cit.

81 E. Michel, E. Jougla, F. Hatton, « Mourir avant de vieillir », INSEE Première, 429, 1996 ; INSERM, Alcool. Effets sur la santé, op. cit. ; DREES, « La mortalité liée à l’imprégnation éthylique en France en 1998 », Études et résultats, 153, 2002.

82 E. Jougla, S. Rican, F. Pequignot, A. Le Toullec, « Disparités sociales de mortalité : inégalités sociales de santé », La revue du praticien, 54, 20, 2004, p. 2228-2232.

83 C. Monteil, I. Robert-Bobée, « Les différences sociales de mortalité : en augmentation chez les hommes, stables chez les femmes », INSEE Première, 1025, 2005.

84 HCSP, Les inégalités sociales de santé : sortir de la fatalité, 2009.

85 T. Valkonen, « Les inégalités sociales devant la mort », G. Caselli et alii (dir.), Démographie : analyse et synthèse, Éd. de l’INED, 2002, p. 319-350.

86 K. Bloomfield et alii, « Social inequalities in alcohol consumption and alcohol-related problems in the study countries of the EU concerted action », Alcohol 8 Alcoholism, 41, 1, p. 26-36.

87 T. Valkonen, op. cit.

88 P. Aïach, « Le cancer au cœur des inégalités sociales de santé : quelles politiques imaginer ? », C. Niewiadomski, P. Aïach (dir.), Lutter contre les inégalités sociales de santé, Rennes, Presses de l’EHESP, 2008, p. 173-193. J. Brassart, C. Niewiadomski, « Culture populaire et cancers des voies aéro-digestives supérieures dans le Valenciennois », C. Niewiadomski, P. Aïach, Lutter contre les inégalités sociales de santé, Rennes, Presses de l’EHESP, 2008, p. 195-221.

Table des illustrations

Légende Tableau 5. – Prévalence des profils d’alcoolisation à risque selon le Baromètre santé 2005 (%)56. Champ : Population générale, France métropolitaine.Sources : Baromètre santé 2005, INPES, DREES57.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/67155/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Tableau 6. – Mortalité par cirrhose ou alcoolisme, selon le sexe et la catégorie socioprofessionnelle (quotients annuels moyens de mortalité entre 45 et 54 ans, période d’observation 1975-1980, pour 100 000)71.Source : Desplanques, 198572.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/67155/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

Auteurs

Maître de conférences en sociologie à l’université de Poitiers et membre du Groupe de recherches et d’études sociologiques du centre ouest (GRESCO – EA 3815). Il conduit ses recherches, d’une part, sur l’analyse sociologique de la genèse des problématiques de sexe dans les sciences sociales, d’autre part, sur le genre de l’alcool et de l’alcoolisme.
Doctorant et réalise son terrain de thèse auprès d’un centre de soins de suite et de réadaptation en addictologie dans le Poitou-Charentes, ainsi qu’une enquête sur les styles éducatifs familiaux et la consommation d’alcool des étudiants de Poitiers, avec Ludovic Gaussot et Loïc Le Minor. Il vient de terminer une enquête en tant qu’IGE sur les politiques d’éducation à la santé dans les collectivités territoriales du Poitou-Charentes. Thème de recherche : addictions et genre, politiques publiques de santé, alcoolisation.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access