Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Boys don't cry!

 | 
Delphine Dulong
, 
Erik Neveu
, 
Christine Guionnet

Première partie. Les discours de la plainte : enjeux et ambivalences

Gérer les « coûts de la masculinité » ? Inflations mythiques, enjeux pratiques

Erik Neveu

Texte intégral

  • 1 Mettant en scène une succession de « crises », l’historien André Rauch (Crise de l’identité mascul (...)

1Pour reprendre une observation par Delphine Dulong et Frédérique Matonti lors de la sélection des contributions à ces journées, le penchant premier des contributeurs – le mien inclus – avait été de tirer les propositions vers une thématique de la crise de la masculinité, plus large que celle des « coûts ». Le problème soulevé par cette catégorie de la « crise » tient à ce que, souvent interprétée de manière extensive, elle conduit à des considérations très globalisantes. Elle menace de devenir dans les men’s studies l’équivalent de la baisse tendancielle du taux de profit ou de la paupérisation des travailleurs dans la vieille marxologie1, l’histoire du masculin comme statut de pouvoir devenant celle d’une érosion dont seule la lenteur concurrencerait l’inexorabilité. Sur ce point, la contribution de Francis Dupuy-Déri à ce volume fait mouche quand il liste avec une malice salutaire les innombrables occurrences, dans le temps et l’espace, où la masculinité est dépeinte comme en crise aiguë, sans que les rapports sociaux de genre échappent pour autant à la domination masculine. Et ses mises en garde sur le risque de cotiser à une rhétorique de la déploration, de s’embarquer dans des catégories d’analyse superficielles ou masculinistes, en entrant dans cette problématique sans en questionner l’implicite ou la sociologiser méritent d’être entendues.

2Le parti pris de ce texte qui se définit plus comme un cadrage général de débats et recherches en cours que comme une étude de cas est double. Il veut contribuer, comme l’a fait en introduction Christine Guionnet, à expliciter la question des coûts, d’une « économie morale » des rapports de genre, en partant de la constitution (ou non) de cet enjeu en problème public ; il cherche à identifier les groupes et espaces sociaux qui soient plus explicitement travaillés par une redéfinition des dividendes et coûts de la masculinité, de la domination masculine. L’itinéraire en ce sens procède de quatre étapes.

3La première, plus théorique, se confronte aux risques et raisons d’un usage de la catégorie des « coûts », tente d’en expliciter le sens et les rendements analytiques.

4Une seconde partie se fixe sur une série de discussions autour du pacte conjugal et sexuel. Elle utilise la presse masculine pour saisir un discours sur la bonne conjugalité, se fixe sur des mouvements associatifs d’hommes aux USA pour observer des espaces de réflexivité organisée sur la masculinité. Dans les deux cas, la question des « coûts » apparaît comme relevant des catégories de pensée utilisées par des hommes, dans les deux cas elle est associée, comme désir ou contrainte subie, à une remise en cause des modèles jusque-là hégémoniques de masculinité.

5Le cas des mouvements d’hommes aux USA introduisait déjà une thématique de l’intersectionnalité (quelles coordonnées de génération, trajectoires, professions, ethnicité, etc., enclenchent la machine à penser des « coûts » ?). Celle-ci s’affirme plus nettement encore dans un troisième développement centré sur la situation particulière de groupes populaires confrontés au double-bind de voir leur masculinité stigmatisée constituer un coût substantiel, et de n’avoir parfois que celle-ci comme ressource ou point d’appui de l’estime de soi. Cette prise en compte des combinatoires genre-classe-trajectoires permet aussi de voir que si des masculinités et des modalités de la domination masculine sont aujourd’hui mises en question dans l’espace public, pareil débat n’est pas lisible dans les seuls termes d’une lutte idéologique dont les protagonistes puissent s’identifier en termes de genre, d’engagements féministes, d’interpellation de l’hétéronormativité. Ces débats ont une dimension proprement sociale, la disqualification de masculinités intolérables peut aussi s’inscrire dans une façon de parler des classes dangereuses qui contourne précisément le lexique des classes.

6Un dernier développement se fixe sur le cas français dans une comparaison indirecte avec l’Amérique du Nord. Il soutient, contre les invocations d’un masculinisme croque-mitaine qu’à l’heure actuelle de tels discours sur les « coûts » ou « crises » de la masculinité ont du mal à accéder au statut de problème public.

Une notion inconvenante ou inutile ?

Quia nomineor Leo ?

  • 2 Cf. A. Guillemin, « Aristocrates, propriétaires et diplômés. La lutte pour le pouvoir local dans l (...)
  • 3 Cf. E. Phellipeau, L’invention de l’homme politique moderne, Paris, Belin, 2002.

7Le fameux passage des « Souvenirs » de Tocqueville où celui-ci raconte comment, en 1848, à la tête des paysans (et sans les paysannes !) de son village, ayant massivement en main le bulletin qui portait son nom, il dirige les électeurs vers le bureau de vote distant d’une lieue peut suggérer la facilité d’une élection, acquise sur le mode de l’évidence au châtelain local du seul fait qu’il est châtelain, « parce que je m’appelle Lion » selon la formule latine reprise par La Fontaine. C’est oublier son échec retentissant en 1837 où les paysans – qu’il qualifiait alors d’« hommes grossiers » – lui refusent leurs suffrages. Il lui faudra attendre 1839 pour être élu avec 56 % des voix et s’établir dans un fief électoral qu’il renforce jusqu’à avoir 88 % des voix en 1849. Comment s’opère ce changement ? Au prix d’investissements et d’efforts. Tocqueville réside plus assidûment dans la Manche. Il fait de son domaine un centre d’innovation agronomique. Dans une très classique division genrée des tâches, Mme de Tocqueville s’investit dans des œuvres caritatives2. On pourrait semblablement citer les investissements de toute nature que doit consentir quelques décennies plus tard le Baron de Mackau3 pour établir un long règne électoral dans l’Orne. Le recours aux exempla aurait encore pu mettre en scène le mandarin universitaire – dédiant un temps considérable aux commissions, jurys, recommandations et lectures de manuscrits qui sont à la fois les lieux et vecteurs de son influence et ceux de l’érosion de son temps créatif, le parrain maffieux amené à investir temps et argent dans la gestion paternaliste de la « famille » ou l’amical mais ferme rappel à l’ordre vers les familles voisines qui empiètent sur son espace. Il aurait encore pu évoquer l’officier capable de susciter l’obéissance ou la ferveur de sa troupe en se mettant au premier rang au moment du danger.

  • 4 Working Construction. Why Working Class Men Put Themselves – and the labour Movement – in Harm’s Wa (...)

8Quel est le point commun ? Un constat banal et souvent occulté : les rapports de domination ne se reproduisent pas qu’automatiquement, ils ont un « coût » pour les dominants eux-mêmes. Coût en temps, en argent, en travail émotionnel, en risque physique éventuellement… coût que la formule de Marx « être dominé par sa domination » exprime d’une façon forte pour souligner combien la maintenance de certains rapports de domination peut devenir contraignante. En entrouvrant une fenêtre sur un autre terrain, l’auto-ethnographie développée par Kris Paap4 vaut d’être citée. S’y investissant initialement par attrait du métier, avant d’en faire une thèse, elle embauche comme charpentier dans le bâtiment dans le Midwest. Elle met en évidence le ce qui va de soi de rapports machistes – et racistes – dans le travail. Femme sur des chantiers d’hommes, elle y fait face à toutes les combinaisons de la condescendance, du paternalisme, de la réduction à un statut sexuel – surnom de « gros nichons » – par des hommes dont la façade identitaire est d’être « porcs » (pigness), fiers de ce statut. Elle souligne combien la valeur professionnelle se réduit à la virilité : qui n’est pas mâle et blanc supporte une présomption d’incompétence. L’excellence s’évalue en qualités viriles (être costaud, risque-tout, insensible aux blessures et à la souffrance). Le langage qui définit les opérations, rythmes et accomplissements du métier est totalement sexualisé, machiste. Paap éclaire cette masculinisation-sexuation du travail en en soulignant les gratifications pour les travailleurs, la sensation « physiologique » de puissance et d’accomplissement, qu’elle admet percevoir elle-même en pensant dans des catégories masculines ses propres sensations au travail. Or dans cette analyse critique de rapports de pouvoir genrés au travail, Paap consacre un plein chapitre aux « coûts » de ce modèle professionnel. Elle montre que la norme de virilité risque-tout à pour double effet un taux d’accidents et de décès records, qu’elle vide de tout contenu des pans entiers des conventions collectives (sur la sécurité, la prévention) en transformant leur application en attestation de pusillanimité. Si la Pigness, conclut-elle, comporte ses gratifications identitaires, elle a aussi le coût non négligeable d’engendrer des accidents, d’anticiper sur les pressions patronales à la productivité, de défaire des solidarités. Sur les chantiers du bâtiment comme sur tous les terrains où s’exerce la domination masculine, avec ses ridicules, souvent sa brutalité et ses humiliations, il n’est pas vrai qu’il lui suffise d’énoncer « parce que je m’appelle Lion » pour arriver à ses fins. Il existe un travail, des coûts de la domination.

Cachez ces coûts que je ne saurais voir !

9On soulignera bientôt que le surgissement dans l’espace public de discours où des groupes d’hommes dressent un bilan alarmiste des coûts de leur identité masculine correspond massivement à des situations de remise en question d’avancées des femmes. Une objection bien prévisible en découle : entrer dans une problématisation qu’affectionnent les groupes antiféministes n’est ce pas imprudence ou complicité ?

  • 5 Christopher Browning, David Goldhagen, Jacques Semelin pour ne citer qu’eux.
  • 6 E. Walsh, R. Warland et C. Smith, « Backyards, NIMBY and Incinerators Sitings », Social Problems, (...)

10Une première réponse consiste à rappeler l’irrecevabilité de tout argument consistant à interdire telle question ou tel objet parce qu’il nuit à la Cause, à la Théorie, va conforter des forces malfaisantes. Cela exprime un refus de la discussion, substitue l’argument d’autorité ou le politiquement correct au travail scientifique. Pendant près de quarante ans les historiens français qui ont abordé l’Épuration d’un point de vue non hagiographique ont été accusés de se mettre en nauséabonde compagnie pour salir la Résistance. L’entreprise consistant à se demander ce que pouvaient être les scrupules ou débats moraux des bourreaux génocidaires qui ont massacré des dizaines de milliers de Juifs par balles dans des tueries en Pologne, à la machette au Rwanda n’a pas manqué de sembler choquante eu égard à l’horreur de leurs crimes. Or les chercheurs5 qui ont posé ces questions ont produit une intelligibilité inédite de crimes de masse. Doit-on considérer la domination masculine comme plus taboue que les génocides ? Les adversaires de ces questionnements ont une position de repli. Nous ne préjugeons pas diront-ils/elles de votre bonne foi, mais vous apporterez des arguments aux masculinistes les plus virulents. La chose est possible : aucun chercheur de sciences sociales ne sait les usages qui adviendront de ses travaux, qu’ils portent sur la « fracture sociale » ou « les coûts de la masculinité ». Les entreprises qui implantent aujourd’hui aux USA des incinérateurs d’ordures ménagères utilisent les acquis de la sociologie des mouvements sociaux pour sélectionner des sites où ils espèrent que la mobilisation sera moins élevée6. Faut-il en conclure qu’il est urgent d’imposer un moratoire sur les recherches sur l’action collective ?

  • 7 Cf. C. New, « Oppressed and Oppressors, The Systematic Mistreatment of Men », Sociology, vol. 35 ( (...)
  • 8 Le sens de cette permanence peut-être un point de discussion avec Francis Dupuy-Déri. Relever cent (...)
  • 9 Dans ce texte, virilité et viril désignent le sous-ensemble des attributs de la masculinité qui re (...)
  • 10 Divers débats ou paniques morales sur la bonne fabrication du masculin ont existé antérieurement, (...)
  • 11 L’accès des premières femmes à certains métiers suscitait plutôt une rhétorique des dommages pour (...)

11Les faits sont têtus. Même si les formes modernes de la guerre frappent au premier chef les civils, dont les femmes, dans les conflits armés, les combattants et les morts ont le plus souvent été masculins. Les métiers dangereux et physiquement épuisants sont souvent masculins. Des prédispositions génétiques n’expliquent pas seules le différentiel de six ans d’espérance de vie entre hommes et femmes en France, pas plus que le fait que la population carcérale soit à 95 % masculine7. Des discours sur les coûts et crises de la masculinité peuvent relever d’une rhétorique cynique, traduire la plainte ou la jérémiade d’hommes qui supportent mal de voir des privilèges leur échapper. Admettre cela n’interdit ni de soutenir que ces discours interprètent aussi des changements objectivables, ni de voir en eux un fait social. Celui-ci a sans doute une relative permanence8. Mais ne faut-il pas beaucoup d’indifférence aux faits pour occulter une série de singularités contemporaines ? Comment expliquer le succès inédit de magazines masculins, qui a surpris les professionnels de la presse eux-mêmes, s’il n’existait quelque chose de l’ordre d’une demande de ré-explicitation des repères du masculin, d’une incertitude sur la relation aux femmes, d’un questionnement sur le bon (des) équilibre entre contraintes et gratifications du statut d’homme ? Le fait encore que le débat public sur les bonnes et les mauvaises masculinités ne se polarise plus uniquement sur le « pas assez » de virilité9 que symboliseraient homosexuels ou intellectuels « crânes d’œufs », mais sur le « trop » de virilité associée au « beauf », à des formes de jactance sexuelle ou de brutalité volontiers associées au populaire, est un autre fait pour partie inédit. Une part de ce qui était hier dividende, droit à exprimer sans vergogne ni tact une domination, est aujourd’hui redéfinie comme abus, exercice illégitime de la masculinité. Comment encore rendre compte du fait, à peu près sans précédent historique, qu’émergent aux USA, avec des effectifs conséquents, des associations masculines dédiées à une réflexion collective sur les bonnes façons d’être homme, la pratique légitime de la virilité10 ? Et, il est sans grands antécédents aussi11, de voir des hommes se mobiliser pour des droits qui leur seraient déniés au profit des femmes (garde d’enfant dans les divorces, prise en compte des enfants dans le seul calcul des retraites féminines).

12Enfin et surtout, s’emparer sociologiquement d’un débat n’implique pas d’adopter les cadrages de ses entrepreneurs. Considérer comme un fait social la mise en discussion de coûts de la masculinité n’est pas ressusciter « le fardeau de l’homme blanc », ni inviter à compatir aux souffrances des dominants, ni suggérer que les « coûts » de ce rapport de pouvoir soient moins considérables et déplaisants pour les dominées. C’est introduire dans l’analyse d’un rapport social de domination des questions supplémentaires. Comment les dominants perçoivent-ils subjectivement leur position ? Comment s’emploient-ils à la préserver, la légitimer, à transformer la possession d’un privilège en motif d’apitoiement ? Quels intersectionnalités chez les hommes seraient particulièrement sensibles à des changements objectifs des rapports de genre, à des visions fantasmées de ceux-ci, au point d’entrer dans une modalité réflexive et mobilisé de définition et de défense de leur masculinité ? Quelles évolutions dans les rapports de genre sont retraduites en changements décrits comme insupportables ? Quelles stratégies adoptent divers groupes masculins pour faire face aux évolutions des privilèges et coûts de leur rapport aux femmes ? Le discours des « coûts de la masculinité » vient-il seulement des hommes, serait-il sans échos de voix et collectifs féminins ?

Quels coûts singuliers de la masculinité ?

  • 12 Cf. supra p. 12.
  • 13 Les textes de référence sont à trouver dans: T. Carrigan, B. Connel, J. Lee, « Toward a new sociol (...)
  • 14 Voir l’excellente mise au point sur ce sujet de G. Dulac, « Masculinité et intimité », Sociologie (...)
  • 15 Cf. M. Kaufman, Cracking the Armour. Power, Pain and the Lives of Men, Viking Press, 1993.

13Il faut comme le souligne Christine Guionnet12, partir, avec Connel, de la question des masculinités hégémoniques13 – idéal-type stylisant les attributs et comportements propres a un ou des modèles dominants du masculin dans une société donnée. Cette masculinité hégémonique organise un rapport de domination sur les femmes. Elle implique aussi de la part des hommes qui en sont bénéficiaires un ensemble de comportements et de dispositions. Très inégalement incorporées ou négociées selon les sous-univers sociaux, elles induisent potentiellement des contraintes qu’on peut associer à trois registres de comportements. Les premiers on trait à la rétention affective et émotionnelle14, à la peur de perdre la face ou de se défaire de ses masques sociaux genrés. Les seconds tiennent à l’investissement dans toutes les formes de compétition que sont les jeux sociaux « sérieux » qui donnent accès à la réussite, la visibilité, l’estime des pairs, aux ressources matérielles et hochets symboliques qui accompagnent les réussites sociales. L’asymétrie entre les femmes « objets sexuels » et les hommes « success objects » sert souvent à condenser ce volet. Les derniers sont associables à une valorisation des conduites à risque, de formes d’agressivité qui manifestent la libido dominandi, le rêve de ne jamais plier, de ne jamais concéder trop aux univers connotés au féminin que sont la porosité affective, le care15.

  • 16 A. Régnier-Loilier, « L’arrivée d’un enfant modifie-t-elle la répartition des tâches domestiques a (...)

14La problématique des « coûts » peut à partir de là suggérer deux pistes. Elle peut, chez un observateur extérieur, fonctionner comme un outil analytique pour peser l’objectivité d’un rapport de domination. On recensera alors, d’une part, l’immense stock de privilèges et rentes de situations des masculinités que la critique féministe a explicité. Du « double standard » dans la sexualité, au « plafond de verre » dans le travail, en passant par l’asymétrie, rappelée par une enquête récente de l’INED16 dans la prise en charge des tâches domestiques et de l’éducation des enfants, lister les privilèges masculins revient à reconstituer la table des matières d’un manuel sur les rapports de genre. On mettra en rapport avec ces privilèges les coûts évoqués plus haut, qu’on peut ici décrire comme objectifs (être « rappelé » vingt mois en Algérie en 1956) ou objectivables (avoir une espérance de vie inférieure). En usant d’une formule téméraire, le solde bénéfices-coûts exprime le rapport de domination exercé ici. Mais qu’il s’agisse d’un solde implique des investissements qui ne se réduisent pas à énoncer, même en rugissant, Quia nominor Leo !

  • 17 Dans un livre dont on rappellera le titre avec un clin d’œil : Why Men Rebel ?, Princeton, Princet (...)

15En empruntant librement aux analyses de Ted Gurr sur la frustration relative17, une autre piste peut s’ouvrir. La frustration, qu’il définit comme solde entre des attentes (de ressources matérielles, de statut, de reconnaissance…) et ce qui est effectivement détenu en un temps X, serait le carburant des mobilisations. L’un des intérêts de son analyse est d’insister sur le fait que cette « frustration » est toujours relationnelle et contextuelle : elle dépend de perceptions du juste et du dû, variables avec le temps. Un coût inchangé peut être perçu comme insupportable si les bénéfices qui l’accompagnent chutent. Sans décliner en valeur absolue des privilèges se dévaluent lorsqu’ils deviennent accessibles à de nouveaux acteurs. Des postes ou des fonctions se démonétisent au fil du temps. Sans que cela implique adhésion à tout son modèle, Gurr suggère ici un autre usage analytique des « coûts » : ils constituent un langage, une catégorie plastique dans laquelle individus ou groupes peuvent procéder à une évaluation subjective des rendements, de la reconnaissance liée à une position sociale. Une problématique des « coûts » (qui concrètement passe par un lexique bien plus large et moins savant) sera facilement mobilisée par les groupes qui s’estiment les perdants de certaines évolutions sociales. Et ce processus mêlera des évolutions objectives et des « coûts » fantasmés ou imaginés. La question des « coûts » de la masculinité à toutes chances d’émerger comme problème public, quand des groupes d’hommes estiment que les privilèges qu’ils tirent des rapports de genre vont déclinants… des gains croissants étant rarement posés par leurs bénéficiaires comme un problème.

  • 18 S. Bordo, The Male Body. À New Look at in Public and in private, Farrar, Strauss and Giroux, New Y (...)

16Ainsi dans la vision d’un jeu à somme nulle, toute avancée des droits et de l’autonomie des femmes peut être ressentie par des hommes attachés à leurs privilèges comme une perte de pouvoir. Certains attributs associés au masculin peuvent perdre du rendement : la force physique est moins essentielle sur le marché de l’emploi à dominante tertiaire. La mise en scène, récente, du corps masculin comme sujet à des processus précoces de décrépitude affectant jusqu’à sa vitalité sexuelle18, toutes choses jusque-là imputés aux seuls corps féminins, illustrerait une autre dévaluation symbolique. En témoigne la montée d’un marché – et des publicités – pour des produits de beauté masculins destinés à prévenir rides et pattes d’oie, l’apparition de l’impuissance – élégamment recodée en dysfonctionnement érectile – au nombre des pathologies ordinaires du corps masculin. Le simple fait qu’en beaucoup d’espaces sociaux la domination masculine ne puisse s’exprimer qu’en « mettant les formes », en réfrénant les expressions ostentatoires d’un machisme qui suscite jusque chez beaucoup d’hommes le malaise, en le civilisant, constitue une autre tendance lourde. Le tableau peut être complété d’une remarque qui mériterait de plus longs développements : pour beaucoup d’hommes un élément identitaire puissant et gratifiant, lié au monde public-civique qu’ils habitaient, venait du sentiment de prendre part à des projets qui les transcendaient : dans le travail, l’engagement politique ou syndical qu’ils monopolisaient largement. Ni l’évolution de la gestion de la force de travail, ni l’état du champ politique et syndical – au moins dans les pays du Nord – ne vont dans le sens d’une préservation de ces gratifications.

17À l’indispensable condition de souligner que ces évolutions n’ont pas mis fin à des rapports de genre marqués par une domination masculine, ni aux multiples avantages et rentes de situation dont bénéficient massivement les hommes, on peut argumenter sur le fait que dans de nombreux pays l’équilibre des forces entre hommes et femmes a érodé une part des ressources masculines. On rappellera les progrès de la scolarisation féminine, ses effets sur l’entrée de femmes dans une série de marchés de travail et de responsabilités qui leur était naguère closes. L’autonomie financière gagnée par beaucoup d’entre elles, le recul d’inégalités juridiques entre hommes et femmes, combiné à l’accessibilité de la contraception, l’évolution des représentations de la sexualité ont porté une dynamique émancipatrice. Comme le souligne Irène Théry, malgré des contrecourants portés par des religions, l’idée même d’une supériorité naturelle des hommes, voulue par Dieu ou fondée en nature, est largement discréditée.

18Une réflexion complète autour des « coûts » ne devrait ne pas négliger des processus d’abaissement des coûts de la masculinité : la probabilité pour un jeune européen de mourir à la guerre est infiniment moindre qu’elle ne l’était en 1915, 1940 ou à l’âge des conflits coloniaux. La diffusion de la contraception a aussi bénéficié aux hommes, rendant les relations sexuelles plus faciles. Mais même en prenant compte de ces processus, on peut soutenir, avec attention empirique aux multiples espaces de résistance et de backlash, que depuis cinquante ans un ensemble de dividendes de la masculinité en termes d’automaticité, de naturalité ou de monopole de l’accès à des ressources de pouvoir se sont érodés.

Manières de « faire genre »

  • 19 C. West et D. Zimmerman, Gender and Society, vol. 1 (2), 1987, p. 127-151.

19Ne pas substantialiser ces coûts, objectifs ou imaginés, signifie en chercher la genèse dans les innombrables interdépendances où s’opère le « doing gender »19. À ce titre la question des « coûts de la féminité » se pose et se recompose elle aussi en permanence. Lorsque des événements objectifs ou des croyances affectant les rapports de genre font basculer des masculinités d’un ce qui va de soi plutôt confortable à un statut de privilège contesté ou d’ingrédient identitaire perçu comme stigmatisé, des groupes d’hommes vont entrer dans un rapport plus réflexif, plus verbalisé à leur masculinité. Un travail politique fonctionne alors dont l’enjeu pratique est d’agir sur les rapports de genre.

  • 20 Voir le livre assez impressioniste de G. Cross, Men to Boys: the Making of Modern Immaturity, Colu (...)
  • 21 « Imaginaire masculin et identité sexuelle Le jeu de rôle et ses pratiquants », Sociétés contempor (...)

20Ce nouveau niveau d’analyse suggère trois stratégies : l’une conflictuelle, de réaction, consiste à reconstituer le statu quo ante, associant à un féminisme diabolisé ou à une menace sur l’harmonie domestique et sociale tout affaiblissement de la domination masculine. C’est la position des masculinistes, qu’on trouve traitée dans ce volume par Francis Dupuy-Déri et Anne Verjus. On en trouvera ici une autre modalité – pratique, peu théorisée par les intéressés – dans l’évocation des comportements de certains jeunes de milieux populaires confrontés à des situations de relégation sociale. D’autres démarches peuvent relever de la défection : elles consisteraient à se soustraire à certaines modalités des rapports de genre jugées contraignantes ou plus coûteuses que gratifiantes. On croise ici la thématique, rarement théorisée de façon sociologiquement convaincante20, qui dépeint une partie des hommes comme refusant les charges du statut adulte, prolongeant au maximum une jeunesse à la « Tanguy », ou s’établissant dans un hédonisme immature qui refuse les contraintes de la conjugalité stable, de la paternité, préférerait mêmes les plaisirs de la Playstation à ceux de la couette. Si, du fait même du peu de travaux empiriques qui traitent de ce scénario, celui-ci sera dans cette contribution plus mentionné qu’exploré, on citera cependant le subtil travail de Wenceslas Lizé21 sur les jeunes participants d’un club de jeux de rôles. L’étude met en lumière le double porte-à-faux genré de ces très jeunes hommes. Lycéens ou étudiants ils n’appartiennent pas ou plus aux univers populaires des masculinités viriles, mais lycéens scientifiques aux performances moyennes, ils n’ont pas accès aux formes de prestige masculin des lycéens brillants, des vainqueurs de la compétition scolaire ayant accès aux filières sélectives postbac. L’homosociabilité du club de jeux est pour eux à la fois l’espace où ils vivent dans le jeu un imaginaire masculin de compétition, de conquête et de combats, mais aussi une bulle qui les déconnecte largement des jeux de séduction et de la mixité, des interactions amoureuses. Le surinvestissement du jeu – analysé comme conséquence et non cause d’un relatif désinvestissement scolaire – donnerait ici un exemple pratique et sociologiquement lisible de ces refuges dans une immaturité qui prend ici la forme d’un obstacle à la conjugalité.

21Une ultime stratégie, la plus largement traitée ici, réside dans la gamme variée des logiques de réforme. Les hommes font ici leur loi subjective de la contrainte objective d’une mutation des rapports de genre. Ils rompent avec les formes instituées de la masculinité hégémonique, sans que cela soit pour autant synonyme de bouleversement.

Recompositions de la conjugalité. Réduire les coûts sans bouleverser les règles du jeu ?

22Un nombre croissant d’hommes considèrent qu’ils perdent, soit sur le mode d’un déficit de réalisation d’eux-mêmes, soit plus cyniquement en occasions de nouer des relations sexuelles ou affectives avec des femmes, en s’enfermant dans des modes traditionnels de masculinité. Le phénomène affecte, selon les pays, des groupes sociaux divers. Le dénominateur commun des situations qu’on recensera ici pourrait bien être son ambiguïté. De plus en plus d’hommes, dans de plus en plus de milieux, en viennent à la conscience réflexive des coûts des masculinités qu’ils ont incorporées. Mais leurs entreprises de réforme visent presque toujours soit à consentir aux femmes dont ils ont besoin des concessions mineures, soit à combiner « le meilleur des deux mondes », considérant qu’il est possible de réduire les coûts ou contraintes de la masculinité, sans remise en cause symétrique de ses bénéfices, du rapport de pouvoir qui la fonde.

Entre mobilisation et thérapie, remodeler sa masculinité

23Les États-Unis ont vu se développer depuis les années 1990 deux grands mouvements d’hommes se donnant des lieux non mixtes pour penser leur masculinité, en élaborer une recomposition.

  • 22 M. Schwalbe, The Men’s Movement, Gender, Politics and American Culture. Unlocking the Iron Cage, O (...)
  • 23 Schwalbe évalue à un tiers des participants de son groupe de telles expériences.

24Le premier de ces mouvements a émergé dans les années 1980 : celui des hommes mythopoétiques22, inspiré par les textes de Robert Bly. Il regroupe essentiellement des hommes blancs, de classe moyenne, hétérosexuels, âgés de 35 à 60 ans, ayant souvent eu des trajectoires ascendantes à partir de familles populaires, d’expériences de pères peu présents, peu expansifs, violents ou abusifs23. Ces hommes ont été confrontés à l’expérience, subie ou choisie, de prendre leurs distances avec les modèles de virilité de leurs familles d’origine. Ils rejettent la masculinité de leurs pères, spécialement ce qu’ils y associent de rétention émotionnelle, de brutalité, d’absence de l’espace conjugal. Ils sont ouvertement sceptiques quand à l’exaltation de la concurrence, de l’agressivité, au refus d’exprimer les affects, associés à la masculinité hégémonique. Ils ont souvent été en contact avec des femmes féministes sur lesquelles ils ne tiennent pas un discours hostile. Ils cherchent dans le mouvement mythopoïétique un espace de sociabilité où faire l’expérience d’une communitas masculine rarement rencontrée dans la vie professionnelle, où débattre de leur condition d’hommes, exprimer des affects et des doutes qui n’ont pas leur place dans l’univers professionnel. L’idéologie du mouvement est assez confuse : mélange syncrétique de psychanalyse jungienne, d’emprunts aux religions et philosophies asiatiques, de culte viril via des rituels célébrant le corps masculin, la parole désinhibée. Beaucoup des participants aux réunions du mouvement y soulagent une tension. Ils peuvent enfin exprimer des facettes de leurs personnalités refoulées car socialement associées au féminin : attention aux autres, expression des affects et émotions refus de la compétition à outrance. Mais ce que leur offre le mouvement est aussi la possibilité symétrique d’affirmer, sans tomber dans un machisme qu’ils ont récusé, des dispositions et des symboliques plus traditionnellement viriles associées aux figures du guerrier, du roi, de la « life giving force », registres qu’ils n’ont guère de place pour exprimer dans les métiers propres aux classes moyennes, les univers dotés en capital culturel.

  • 24 Comme en témoigne un participant, travailleur social confronté aux femmes victimes de violences co (...)
  • 25 On peut élargir la réflexion à ce qu’Annie Ernault exprime d’une souffrance des « boursiers » pris (...)

25Peut-être peut-on discerner ici le lien entre problématiques des coûts et de la crise de la masculinité. L’impact du mouvement tient aux double-binds vécus par ces hommes : ayant côtoyé des féministes pour des raisons générationnelles, ils en approuvent en principe beaucoup de revendications. Ils ont simultanément le sentiment qu’un des effets du féminisme peut être de produire une dévaluation généralisée du masculin24. Une autre tension naît de la disqualification des modèles hégémoniques virils de masculinité qui leur sont devenus inaccessibles, parce qu’ils sont ceux de mondes sociaux dont ces hommes sont sortis, parce qu’ils ont été disqualifiés tant par la reconstruction rétrospective de leur roman familial que par la socialisation scolaire25 et qu’ils seraient déplacés et impraticables dans les mondes professionnels où leur réussite relative les a propulsés. Mais simultanément ces hommes ont l’impression d’être pris dans la « cage d’acier » d’un monde de relations professionnelles ou privées rationnel, calculateur, fondé sur la compétition qui inhibe conjointement les expressions d’une virilité qui étaient celle de leurs pères de classes populaires et celles d’affects, d’émotions, d’orientation vers les relations coopératives propre au care qu’ils ne récusent pas. Sur ce dernier point, le mouvement porte une dimension de remise en cause des stéréotypes d’une virilité agressive et taiseuse dont ses protagonistes jugent les coûts désormais insupportables.

  • 26 Schwalbe souligne la répugnance à faire glisser les discussions sur un terrain politique, perçu co (...)

26Mais le mouvement repose aussi sur le registre d’un individualisme thérapeutique qui dissout la question du genre comme rapport social de pouvoir dans la croyance qu’un travail sur soi-même et sa psyché fera naître l’harmonie, les femmes trouvant leur compte au commerce d’hommes plus doux, plus attentionnés. Or les archétypes jungiens qui forment une composante centrale du discours du mouvement sont sans équivoque : exercer le pouvoir, fut-ce avec douceur et attention, est par essence un trait du masculin, non l’expression d’un rapport de force genré. Pour répugner aux formes agressives du machisme, le mouvement demeure androcentrique. Comme le note Schwalbe, la solidarité émotionnelle d’une communitas masculine y est plus valorisée qu’une solidarité politique entre hommes et femmes sur des objectifs concrets de changement social26. Si la stratégie des hommes mythopoétiques relève de l’option que nous avons désignée comme « réforme », une recomposition profonde des rapports de genre n’est pas dans l’horizon de son pensable. Le mouvement revendique d’intégrer à une nouvelle définition d’un masculin épanoui des qualités tenues jusque-là pour féminines, mais il ne sollicite dans ce nouveau jeu de définition que ce que beaucoup d’auteurs anglophones désignent comme « le meilleur des deux mondes » féminin et masculin, pas une redéfinition de l’accès aux ressources et charges.

  • 27 Sur les Promise Keepers: B. Donovan, « Political consequences of private authority. Promise Keeper (...)
  • 28 From Panthers to Promise Keepers: Rethinking the Men’s Movement, Rowman and Littlefield, 2004.

27La décennie 1990 a vu émerger un autre mouvement, d’inspiration plus conservatrice et religieuse : celui des gardiens de la promesse (promise keepers27) qui va connaître pendant une dizaine d’années un succès significatif puisque cinq millions d’hommes américains seraient passés par le mouvement en une décennie, avec des moments de mobilisation comme une marche rassemblant de 600 à 800 000 hommes à Washington en 1997. Comme le mouvement mythopoétique, celui des gardiens de la promesse comporte une dimension de production de sociabilité masculine, de rituels déclencheurs d’émotion (rassemblement dans des stades). Judith Newton parle ici de l’invention d’une male romance, d’offre d’un espace sécurisé d’expression des affects28. Les Promise Keepers sont un mouvement dont il ne faudrait exagérer ni la cohérence idéologique, ni l’unité de vue aux divers échelons hiérarchiques. C’est un mouvement d’hommes, de blancs, de classes moyennes avec une forte présence de « professionals » dans l’enquête que mène Mélanie Heath en Californie. Le paradoxe du mouvement est de combiner des prises de position fortement conservatrices et des ambivalences qui le rapprochent du mouvement mythopoétique. Comme le montre John Bartkowski tant idéologiquement que pratiquement, le mouvement « tire des bords » – en fonction de ses porte-parole et des usages qu’en font ses adhérents – entre un pôle Ancien Testament, de réaffirmation de la légitimité du patriarcat et un pôle d’égalitarisme expressif où les hommes sont invités à être au contact de leurs émotions, attentifs à celles-ci, où les responsabilités du foyer peuvent être partagées entre mari et femme sans ruiner la masculinité du premier, où les postures racistes sont aussi dénoncées.

  • 29 Cité par Faludi, p. 229.

28Les Promise Keepers peuvent être qualifiés de conservateurs puisque leur fondateur, Bill McCartney est engagé dans les mouvements « pro-life » et antihomosexuels et que le dessein central qu’il affiche est de réaffirmer la primauté masculine dans les foyers. L’adjectif réactionnaire n’est pas déplacé puisque le mouvement entend, réaffirmer la légitimité du patriarcat et inviter les hommes à reprendre des responsabilités qu’ils auraient laissées à leurs épouses, faisant peser sur elles une charge excessive. Un prédicateur du mouvement, Tony Evans, invite ainsi les maris à dire : « Chérie, j’ai fait une grosse bêtise. Je t’ai donné mon rôle. J’ai renoncé à diriger cette famille et je t’ai forcé à prendre ma place. Maintenant je dois reprendre ce rôle » ; et il ajoute : « Ne vous méprenez pas sur ce que je dis là. Je ne vous suggère pas de demander à reprendre votre rôle. Je vous presse de vous en ré-emparer29. » D’une façon essentialiste, les hommes sont vus comme dotés par Dieu de capacités naturelles de leadership. Dans le même temps, le mouvement n’est pas réductible à une entreprise de restauration patriarcale. Il insiste aussi sur les devoirs envers les épouses, l’obligation de respecter les promesses du lien matrimonial chrétien (fidélité, attention). Il souligne que les hommes et époux ne doivent pas refouler leurs capacités d’empathie, leurs émotions, qu’ils doivent être dédiés à leurs enfants. C’est encore l’asymétrie des engagements en temps et en affects dans la vie professionnelle et la vie familiale, les coûts affectifs et privés de la course à la réussite qui y sont mis en cause tant comme une concession à Mammon contre le dessein divin, que comme atteinte à l’harmonie familiale. Ce que montrent les travaux ethnographiques c’est que la réalité du mouvement n’est pas réductible à l’affirmation agressive d’un phallogo-centrisme. Plus qu’à régenter leurs épouses, beaucoup de participants cherchent dans le mouvement un lieu d’homosociabilité où parler de leurs statuts d’hommes, de pères et d’époux, évoquer l’intime et le conjugal sans la crainte d’être ridicule, dire combien leur coûte la rétention du verbe et des émotions. On retrouve aussi dans beaucoup de ces échanges le thème lancinant d’un rapport raté au père, absent ou mutique… ce qui invite à faire des topoï sur le Christ père dispensateur d’amour une lecture autre que théologique.

  • 30 Même si, outre la différence d’ancrage religieux, les deux mouvements divergent probablement en te (...)
  • 31 Il faudrait, là aussi, des données sociologiques plus fines pour comprendre les causes de cette pe (...)

29En dépit de la distance idéologique, les traits communs avec le mouvement des hommes mythopoétiques sont visibles. Il s’agit de deux mouvements d’hommes blancs, hétérosexuels, de classes moyennes30. Au sein des deux des hommes jugent à la fois que les modèles classiques de masculinité – ceux de leurs pères – se paient d’un prix élevé de rétention émotionnelle et d’incommunication ; ils mettent en doute le surinvestissement dans la vie professionnelle31 et ses effets sur la vie familiale et affective. Mais le schème du meilleur des deux mondes est aussi fédérateur. L’idée centrale demeure qu’un patriarcat redéfini, paradoxalement féminisé – plus affectueux, moins inhibé émotionnellement, voire plus sensible à ses responsabilités – porte la promesse d’une vie meilleure pour hommes et femmes sans qu’il y ait à poser la question de rapports de force, de répartition de ressources, de dénaturalisation des genres.

Face à l’émancipation féminine, gérer la vie de garçon

30Il n’est pas besoin que des hommes participent à des mouvements centrés sur la gestion des identités de genre pour que soit identifiable une composante réflexive de gestion de la masculinité. Toute une série de changements déjà mentionnés ont abouti à une recomposition obligée des rapports de genre. Elle pousse ou contraint les hommes, spécialement les plus jeunes, à une posture plus réflexive quant à leur masculinité, à la perception de « coûts » et d’avantages dans des comportements.

  • 32 C. Wolf, « Les nouvelles représentations de la masculinité : le cas de la nouvelle presse pour hom (...)
  • 33 « Chaos to control. Men’s Magazines and the mastering of intimacy », Men and Masculinities, vol. 8 (...)
  • 34 Célébrant sans complexes des styles de vie suggérés comme masculin-populaires, via l’évocation val (...)

31L’émergence depuis deux décennies d’une presse masculine a suscité un nombre croissant d’analyses32. Nous en retiendrons une composante : le fait que les stratégies masculines de quête de partenaires affectifs et sexuels y soient décrites comme exigeant un travail de plus en plus réfléchi, une forme – décrite comme potentiellement contraignante et donc « coûteuse » – de canalisation-civilisation de la masculinité. Une des analyses les plus stimulantes est proposée par Anna Rogers33, à partir des magazines FHM et Loaded34 en Grande-Bretagne. Elle identifie au cœur du discours de conseil sur le sexe une contradiction. D’un côté, la sexualité est décrite comme une chose qui va de soi : il est normal de désirer des rapports sexuels, il est facile d’en obtenir, facile pour un homme de satisfaire une femme. Ce discours est parasité par un autre, contradictoire qui suggère la difficulté croissante pour les hommes d’évoluer dans un univers de liberté sexuelle. Quelles sont ces difficultés ? Les exigences des femmes pour l’essentiel : parce que leur réactivité sexuelle n’est pas si prévisible qu’il y paraît, les performances de leurs partenaires ne sont pas toujours appréciées. Plus classiquement, les femmes sont dépeintes comme désireuses d’arrimer au sexe une dimension affective qui menace d’être envahissante. Les relations sexuelles apparaissent alors comme quelque chose qui peut tout autant engendrer pour l’homme humiliations et pièges que plaisir et épanouissement. Dans un marché sexuel libéré des tabous et des pudeurs, qui promettait d’être ludique pour les lads, la masculinité juvénile s’accompagne paradoxalement de contraintes inédites.

32Le sexe se voit redéfini comme quelque chose qui demande anticipation, pilotage, rationalité pour être efficace et maîtrisé. Rogers identifie dans ces revues un discours de management de la sexualité. Le sexe devient pensé comme un travail, maillé de règles et de conseils : fordisation-taylorisation de la sexualité comme quelque chose qui peut sans cesse être amélioré, doit l’être via une décomposition en une série d’actes adéquatement enchaînés pour produire l’orgasme, scientifisation du sexe comme quelque chose sur lequel on gagne à écouter des paroles d’experts en fonctionnement anatomique ou hormonal. Mais à côté d’une pratique rationnelle du bon sexe, les magazines aident à répondre à la demande féminine plus forte d’association sexualité-intimité. Comment y faire face sans être piégé ? La réponse est à nouveau assez paradoxale. Elle consiste à valoriser au masculin l’intimité, en y suggérant, outre sa valeur affective, un potentiel aphrodisiaque prometteur d’expérimentations inédites et de disponibilité de la part d’une compagne sécurisée amoureusement. L’intimité apparaît comme le compromis à consentir pour regagner sexuellement ce que coûte la prise en compte des demandes de femmes plus autonomes, le fardeau d’une civilisation de la sexualité masculine par le « travail sexuel ». Le propos s’inscrit dans un discours sur la rationalisation de l’hédonisme : ce n’est pas en se laissant aller à leurs seules impulsions que les lads maximiseront leurs plaisirs.

  • 35 « The feminisation of love », Signs, vol. 11 (4), 1986, p. 692.
  • 36 Ibid., p. 692.
  • 37 Bonni souligne combien les revues pour hommes (ici Men’s Health) introduisent une thématique du co (...)
  • 38 Ce qu’exprime, sur un mode caricatural le rédacteur de l’édition anglaise de GQ : « On dit sans ce (...)
  • 39 Christel Wolf (« Les nouvelles représentations de la masculinité : le cas de la nouvelle presse po (...)

33Il est intéressant de rapprocher ce discours des analyses développées par Francesca Cancian autour d’une « féminisation de l’amour35 ». Cancian suggérait là que les définitions sociales dominantes de l’amour (aux USA) donnaient une place croissante à une composante émotionnelle, une expression des affects au regard des aspects physiques (sexe) et instrumentaux (s’aider, partager des activités). Sans que cela ne préjuge des comportements réels au sein des couples, la composante féminine de valorisation de la confidence, de l’intimité émotionnelle, devenait le repère normatif d’un amour accompli, de sorte que « la manière de rendre des relations plus aimantes serait pour les hommes de devenir plus proche des femmes36 ». Si ce programme semble repris par les revues masculines étudiées par Rogers, on peut aussi penser que c’est au prix d’une inversion, d’un recodage masculin, machiste même, d’une intimité moins pensée comme le principe organisateur d’une relation affective que comme la caution à verser pour accéder à un plus de lien sexuel. Les métaphores et les représentations du sexe et de l’intimité comme des choses objets d’un « travail », d’une gestion poussent la vie intime dans la cage d’acier des actions rationnelles en finalité, d’un monde organisé, calculateur ; soucieux de maîtriser les émotions, toutes choses connotées au masculin. Si les coûts d’une masculinité, prise dans des configurations inédites de rapports de genre, font ici l’objet d’une réflexivité élaborée, voire sont perçus comme anxiogènes37, le discours des revues propose une gestion de ces tensions qui vise moins à modifier les rapports de genre comme rapports de pouvoir38, qu’à adapter la masculinité hégémonique à une nouvelle configuration de ressources et de représentations des liens de sexe et affects au sein des générations nouvelles39.

  • 40 Les gars du coin : enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2005.
  • 41 La thèse de Mathieu Grossetête sur la sociologie des accidents de voiture conforte cette idée d’un (...)

34Un autre exemple de ces contraintes de renégociation de la masculinité, de ce que les modèles anciens de masculinité deviennent de plus en plus coûteux, voire intenables à assumer peut être trouvé dans l’enquête de Nicolas Rehany40 sur les jeunes de milieu populaire d’un village bourguignon. Le bourg sur lequel travaille Renahy a été le siège d’une activité industrielle métallurgique qui organisait largement la vie sociale du site : les hommes travaillaient à l’usine et étaient les pourvoyeurs de ressources, leurs épouses étant femmes au foyer une fois devenues mères. L’usine structurait une sociabilité paternaliste en parrainant les activités sportives, en garantissant aussi une reproduction sociale par l’embauche des fils sur recommandation des pères. Ce que saisit Rehany c’est la dislocation de ce modèle. L’emploi industriel se contracte, de nouvelles entreprises font primer des critères de formation scolaire sur le « capital d’autochtonie » propre aux réseaux familiaux. Les garçons ont donc plus de mal à trouver un emploi qui leur donne à la fois un revenu, une identité professionnelle et la possibilité de fonder une famille. Ils sont aussi (et les filles également) influencés et séduits par ce qu’ils imaginent d’une sociabilité étudiante qu’ils associent au temps libre, à des rencontres, à une disponibilité de relations avec les filles, où la procréation n’est pas à l’ordre du jour. La sociologie de la réussite scolaire étant ce qu’elle est, les filles réussissent comparativement mieux à l’école, les plus brillantes d’entre elles quittent le village pour la ville universitaire ou des emplois plus éloignés. Les jeunes hommes de milieu ouvrier vivent alors une expérience pas très éloignée de celle des jeunes paysans des années 1960. Les bases sociales de la masculinité de leurs pères ont disparu ; sous l’effet de l’école et des modes valorisées par les médias. Les fils ne veulent d’ailleurs pas la copier. Simultanément ils peinent à trouver des emplois stables, n’ont généralement pas de capital scolaire et font face à un marché matrimonial rétracté par la mobilité différentielle des filles. Même s’il n’utilise pas ce lexique, Rehany illustre là des situations de masculinités à hauts coûts et gratifications déclinantes. Le seul moyen de reconstituer un espace de sociabilité valorisante devient alors celui de la bande masculine autour du foot, de la boisson, des joints et de la musique. Or ce type de sociabilité attire peu les filles et accentue le risque d’assignation à la solitude. Il se double souvent de comportements autodestructeurs, dans le rapport à la conduite automobile en particulier41 ? Dans le même temps, les filles qui restent sur le marché matrimonial local sont souvent, elles, toujours attachées à un modèle hérité des parents où « l’ouvrière est avant tout la femme de l’ouvrier ». Elles attendent donc de la relation de couple une installation rapide dans la maternité, la vie autour d’une maison… options qui exigent des garçons un travail régulier, l’abandon de la vie de garçon pour investir les activités d’époux et de père… toutes choses auxquelles ils sont mollement disposés dans les premiers temps d’une relation de couple.

35Sans occulter le fait que les « filles du coin » font aussi face à des difficultés inédites, on retrouve ici le sens d’un questionnement sur le coût de la masculinité. Pour ces jeunes hommes le modèle incarné par le père n’est ni accessible, ni vraiment désirable. Leurs ressources (scolaires, relationnelles) sont rarement de nature à leur donner les clés d’un emploi qui conditionne pourtant les projets conjugaux. Un effet de ces dynamiques est une perte d’estime de soi, l’impossibilité d’habiter une identité masculine fière. La base de repli possible est une forme inédite de bohème populaire, associant la bande masculine à des emprunts à une sociabilité étudiante imaginée… choix dont les gratifications chaleureuses se paient d’un lourd coût de comportements autodestructeurs et de coupure au marché matrimonial. Et lorsque ces jeunes hommes entrent un couple la combinaison de leur instabilité matérielle et des écarts de dispositions avec les attentes des filles restées sur place engendre le développement, inédit dans cet univers, d’une forte divortialité.

36Les situations survolées ici sont diverses sociologiquement. Elles peuvent cependant suggérer des traits fédérateurs. L’un tient à des difficultés de transmission intergénérationnelle de modèles de masculinité. Pour un nombre croissant d’hommes la définition de leur masculinité n’est pas un enjeu en quelque sorte extérieur qu’un observateur ratiocineur introduirait dans un vécu allant de soi. Elle est objet d’une réflexion et d’une gestion volontariste, souvent inconfortable. Cet inconfort se pense souvent en termes de coûts (rétention émotionnelle, disponibilité dévorée par l’espace du travail et du « public », besoin de prendre en compte un plus d’autonomie féminine), de besoin d’inventer d’autres façons d’être masculin. La limite de ces processus tient à ce que, même les entreprises masculines qui revendiquent le plus un recadrage des rapports de genre et le scénario que nous avons étiqueté « réforme » fonctionnent asymétriquement. Elles reposent sur l’idée qu’on peut alléger les coûts de la masculinité sans beaucoup de changements pratiques dans l’ensemble des partages de tâches et de pouvoirs qui structurent la conjugalité, sans mettre en cause les processus macro-sociaux qui reproduisent les inégalités hommes-femmes. On reste dans un schème où l’on pourrait faire bouger des « rôles », sortes de mauvaises habitudes sexuées, sans toucher à un rapport de genre-pouvoir, aux déterminants sociaux de ce pouvoir.

Les masculinités populaires et le coût du double-bind

  • 42 « There is no masculinity crisis », Genders, no 35, 2002.

37Le travail de Renahy, les revues britanniques pour hommes le suggéraient déjà : les mondes populaires sont ceux où une problématique des coûts de la masculinité peut avoir une pertinence importante, au point que James Heartfield ait pu soutenir qu’il n’existait pas de « crise de la masculinité » mais une crise spécifique des masculinités populaires42.

  • 43 Qu’on peut faire remonter à Richard Hoggart (1970) et à son analyse du monde ouvrier anglais des a (...)
  • 44 Voir les contributions d’Annie Collovald (Le populisme du FN. Un dangereux contresens, Éd. du Croq (...)
  • 45 L’auto-ethnographie que Michael Lewis développe à partir de son expérience de trader et de financi (...)

38Un ensemble de travaux ethnographiques43 a mis en évidence l’importance d’identités de genre fortement contrastées, assez traditionalistes dans leurs contenus au sein du monde ouvrier. Côté masculin, on y trouve l’importance donnée à la force et/ou à la résistance physique, à la capacité à se confronter à des travaux durs, au point d’honneur viril, au statut valorisant de breadwinner et à une forme corrélative d’autorité sur la famille, de supériorité masculine qui s’exprime sans complexe. Ces composantes objectives d’une identité ouvrière ont aussi été magnifiées par le mouvement ouvrier organisé, produisant ce qui a été décrit comme une identité fière du groupe. Or un double processus affecte ces modèles de masculinité. D’un côté, la cotation d’un ensemble de qualités et compétences viriles se déprécie sur de nombreux marchés du travail, et avec elle l’estime de soi des travailleurs. De l’autre, monte un coût subjectif des masculinités populaires devenues objets de stigmatisation. On voit au passage l’intérêt de penser les « coûts » comme un solde entre des gratifications et des contraintes ou stigmatisations. La variation des coûts résulte bien de deux dynamiques. Elle enclenche elle-même souvent un processus de report de ces coûts sur les femmes, sur le mode du ressentiment, de l’humiliation rageuse ou de la restauration d’une tradition mythifiée, puisqu’une des sombres gratifications de la masculinité peut-être, même pour le plus dominé des hommes, de se constituer en supérieur à tout ou partie des femmes. La dimension relationnelle des coûts peut aussi dissiper une équivoque. Le danger est en effet en valorisant analytiquement les mondes populaires, de les dévaloriser symboliquement en ajoutant à la panoplie des stigmates dont les affuble un racisme social anobli en critique du « populisme »44, l’accusation d’être les conservatoires du machisme le plus décomplexé. Une telle accusation serait aveugle au fait que des évolutions dans le sens d’une réduction d’asymétrie des engagements domestiques s’observent aussi dans de nouvelles générations ouvrières. Elle serait plus encore inattentive à l’expression – parfois d’une sidérante crudité45 – d’une revendication arrogante de suprématie masculine dans des milieux « supérieurs ».

Quand la virilité est une ressource unique… et invendable

  • 46 « La communauté ouvrière et le conflit subculturel », Réseaux, no 80, 1996, p. 71-79.
  • 47 Malgré une meilleure réussite différentielle, les jeunes filles de milieux populaires subissent au (...)
  • 48 On les pousse vers des emplois où des « coûts de la masculinité » sont maximaux si l’on pense au r (...)

39Toute une série de facteurs a contribué depuis bientôt un demi-siècle à ronger les bases des rapports de genre propres aux milieux ouvriers et populaires. Phil Cohen46 a montré comment, dès les années 1960, la révolution des grands ensembles détruisait certaines bases écologiques de la sociabilité et de l’identité ouvrière. C’est plus encore la transformation des processus de travail et la délocalisation d’une part importante des activités de production qui a réduit l’emploi ouvrier, rendu moins essentielles des qualités proprement physiques dans le travail. C’est encore le développement de la scolarisation qui a rendu impossible la reproduction intergénérationnelle des identités de genre. La dislocation graduelle des discours politiques faisant de la classe ouvrière une force porteuse d’avenir a disqualifié des mythologies qui soutenaient son estime de soi. Le mot d’ouvrier lui-même tend à voir ses usages se rétracter, sa définition implicite prendre la charge négative d’emploi occupé par qui ne peut faire mieux. La recomposition du paysage de l’emploi autour des services a enfin contribué à redéfinir les qualités valorisées par le marché de l’emploi, tant à partir de l’exigence de compétences scolairement attestées que de savoir-faire relationnels, d’une dimension de travail émotionnel associé au féminin. Ces processus sont au principe d’une première contradiction entre les formes traditionnelles des masculinités ouvrières et l’offre d’emploi. Si la recomposition du marché de l’emploi frappe tous les jeunes de milieu populaire, elle affecte les garçons de façon doublement spécifique. Ils forment les gros bataillons de la relégation scolaire47. Ils sont, tant objectivement que par leurs représentations de ce qu’est un travail masculin, en plus fort décalage avec les impératifs des emplois de service. Dotés de peu de capitaux scolaires et de réseaux sociaux pour accéder au marché de l’emploi, beaucoup de jeunes hommes de milieu populaire sont amenés à considérer que le cœur de leurs ressources et le support d’une possible dignité tiennent à l’affirmation d’une identité virile agressive. Sans possibilité d’une projection optimiste dans l’avenir, l’horizon temporel s’aplatit sur le présent, incite à chercher hors du travail l’accès aux biens et à la considération. Or cette virilité-dernière ressource fonctionne simultanément comme ce qui les rend peu désirables dans beaucoup d’emplois48, les stigmatise comme menaçants ou asociaux.

  • 49 « The trouble with Men? Young people, gender transformations and the crisis of masculinity », Inte (...)
  • 50 « La pacification des moeurs et ses limites. Violence chômage et crise de la masculinité », Esprit (...)
  • 51 Des hommes sur le fil. La construction de l’identité masculine en milieux précaires, Paris, La Déc (...)

40Linda Mc Dowell49 illustre la tension entre virilité agressive et « employabilité » dans le cadre britannique, montrant le fort échec scolaire des garçons de milieu populaire, la recomposition d’une culture masculine de la rue autour du boire, du foot, d’un style vestimentaire tantôt agressif (piercings, coiffures, tatouages), tantôt dévalorisé parce que marquant une élégance proprement populaire (Survêtements, chaussures de sport, détournement d’articles de « marques » comme les Lacoste en France, les Burberrys par les « chavs » britanniques). Le dénominateur commun de ces styles est de fonctionner comme obstacles à l’embauche et/ou à la stabilisation dans des emplois dont les exigences (ponctualité, déférence, postures à tenir devant clients et usagers) sont perçues comme d’autant plus attentatoires à une dignité virile qu’elles s’accompagnent de peu de prestige et de salaires bas. Hugues Lagrange50 associe la hausse constatée des violences contre les personnes depuis trente ans à une « crise de la masculinité » et de son rapport à l’emploi. La violence, la prédation sur les biens et les femmes devenant un moyen d’affirmer d’imposer un respect-crainte, de chercher une estime de soi. Les travaux de Pascale Jamoulle51 sur les cités wallonnes dévastées par la crise industrielle vont dans le même sens. Elle décrit de jeunes hommes sans espoir d’insertion professionnelle, se sentant stigmatisés, pour qui une virilité agressive et souvent autodestructrice est à la fois un moyen de préserver l’honneur et une ressource dans le monde de l’économie souterraine et délinquante. S’il apporte à certains des ressources financières, un prestige temporaire, cette virilité ne connaissant que les rapports de force, son investissement dans des activités illégales se paie aussi très cher. Les coûts se nomment ici prison, conduites à risque, rapports non coopératifs de la part des services sociaux, enfermement dans une sociabilité masculine de bande. Ils sont aussi incapacité pratique et psychique à assumer des engagements de couple viables, retrait et perte de confiance corrélative des partenaires féminines.

  • 52 Stiffed. The Betrayal of modern man, Vintage, spécialement le chapitre 2, 2000.
  • 53 Faludi rapporte le cas d’un ouvrier qui, des semaines durant, ira sur le chantier naval, passant u (...)

41Il serait erroné de cantonner aux jeunes hommes ce double processus d’anéantissement des ressources « viriles » comme sésame vers l’emploi, et de réduction à l’inutilité et à l’indignité sociale et conjugale. Ce sont dans de nombreux pays occidentaux plus de 40 % des quinquagénaires que le marché de l’emploi centrifuge. Le tableau que Susan Faludi dresse, de l’anéantissement professionnel et moral de nombreux ouvriers d’un chantier naval californien52 après sa faillite est très parlant. À l’expérience de voir soudain ses compétences professionnelles dépourvues de toute valeur sur un marché où les chantiers navals ont disparu, s’ajoute la perte des gratifications du rapport paternel que pouvait représenter la transmission des savoirs aux plus jeunes. Pour ces hommes dont le cœur identitaire tenait à une sociabilité masculine dans le travail et à un statut de chef de famille dans la vie domestique, le plus grand séisme tient au rétrécissement de leur monde sur un espace conjugal désormais marqué par la dépendance économique à l’égard du conjoint. Il s’accompagne souvent d’une agressivité inédite contre celle-ci, du sentiment de perdre avec un travail, son identité, son honneur viril53.

  • 54 Voir F. de Singly, « Les habits neufs de la domination masculine », Esprit, no 196, 1993, p. 54-64

42Les mauvaises virilités que stigmatisent volontiers les productions culturelles, le discours des éditorialistes sont largement des virilités identifiables à des espaces populaires54. On y mettra la figure et le corps du « beauf », trop rond, trop gros, trop gras, trop agressif, vulgaire tant par sa configuration anatomique que par son machisme insoucieux des formes et des bienséances. Relèvent encore de cette palette le dérisoire autoritarisme du chétif Bidochon, symbole du petit peuple des pavillons de banlieues, la caricature du chasseur en plouc dont la virilité se résume à un fusil dont il fait usage sans discernement. Y figure aussi le « trop » de muscles et de testostérone des culturistes et adeptes des sports si physiques qu’ils déforment, quand la légitimité de genre et la norme esthétique sont désormais à des activités physiques qui entretiennent et tonifient, rendent svelte et ferme, non bosselé d’une alarmante musculature. La constitution graduelle de l’obésité en problème de santé publique n’est pas étrangère à cet espace de stigmatisation puisque les perceptions sociales – et les statistiques – quant à l’identité des habitués du fast-food, surconsommateurs de bières, sodas, charcuteries et pizzas surgelées ne ciblent pas au premier chef classes supérieures ou gros détenteurs de capitaux culturels.

Le surcoût raciste

  • 55 Les féministes et le garçon arabe, Paris, L’Aube, 2004.

43Si le cadre d’analyse présenté à l’instant s’applique à beaucoup de jeunes de milieu populaires « issus de l’immigration », s’y ajoute pour eux – singulièrement s’ils sont musulmans et/ou arabes – une stigmatisation spécifique de leur mauvaise masculinité. Comme le suggèrent Nacira Guenif-Souilamas et Éric Macé, le « garçon arabe » a trois fois mauvais genre55. Il serait agressivement misogyne dans un monde qui affirme l’égalité des hommes et des femmes, arrimé à une vision religieuse patriarcale et obscurantiste dans une société qui se veut laïque. Enfin en prônant un pouvoir des grands frères sur les filles, des règles propres aux minorités visibles n’est-il pas communautariste dans un monde qui célèbre l’individualisme ? Le jeune arabe, le jeune musulman apparaissent potentiellement comme des êtres pré-civilisés, les buttes-témoins d’une masculinité antérieure aux Lumières, à la République, au féminisme. Instrumentalisé politiquement tantôt pour faire face à des explosions sociales (pendant l’hiver 2005-2006), tantôt à des fins électorales (le débat sur l’identité nationale de l’hiver 2009-2010), une vulgate islamophobe tend à faire de l’identité masculine de ces jeunes et de leurs pères un épouvantail.

  • 56 Stolen Honour. Stigmatizig Muslim Men in Berlin, Stanford University Press, 2008.

44Faisant une ethnographie des familles d’origine turques établies à Berlin, Katherine Pratt Ewing explore cette machine à stigmatiser56. Elle procède par mythologisation d’une essence du « musulman », qui confond souvent des comportements propres à la vie du bled ou du village avec des prescriptions religieuses. Elle réduit les rapports de genre à ce qui est observable dans l’espace public, faute d’une connaissance de l’intimité des migrants. Elle repose sur un ethnocentrisme naïf où le projet des pères – et mères – de peser sur l’avenir et les mœurs de leurs enfants serait un fantasme oppressif importé d’Orient, non un souci partagé par les « nationaux ». Une version XXIe siècle du fardeau de l’homme blanc – désormais plus laïc que missionnaire, plus armé de certitude diplômée que de la chicotte – se reconstitue via le devoir de celui-ci de voler au secours des femmes de couleur opprimées, dépourvues de réflexivité et de tout mécanisme de défense, pour les faire bénéficier de l’émancipation qu’il aurait déjà garantie à ses compagnes. Pratt Ewing montre combien cette situation pèse sur les jeunes issus de l’immigration turque, soit qu’ils se trouvent stigmatisés et barrés sur le marché de l’emploi, soit pour ceux qui réussissent scolairement et ont des perspectives d’ascension sociale qu’ils soient poussés à se démarquer publiquement des identités stigmatisées, tantôt en se revendiquant comme riches d’une complexité « multiculturelle », tantôt en s’associant à la dénonciation des migrants qui ne savent pas s’intégrer.

  • 57 Cf. Masculinities, Londres, Polity, 1995, chapitre 4, « Live fast, Die young ».

45Souligner la puissance des dynamiques de stigmatisation qui font peser une hypothèque sur l’estime de soi chez les « garçons arabes » n’implique aucun angélisme. Des rapports oppressifs entre garçons et filles, hommes et femmes dans les familles immigrées sont aussi observables. Ils peuvent trouver dans la référence, dévote ou instrumentalisée, à l’Islam des justifications et des types de prescription spécifiques. Mais dans son principe, la crispation machiste, n’est pas ici de nature différente de celle que Pascale Jamoulle observe en Wallonie, Linda Mc Dowell à Londres, Robert Connel à Camberra57.

  • 58 Cf. l’article précité de W. LiSe (2004).

46Il est sociologiquement douteux qu’une cartographie pertinente des espaces où la combinaison des changements objectifs et des perceptions subjectives met à l’ordre du jour les « coûts de la masculinité » s’arrête aux mondes sociaux et stratégies repérées ici58. Des découvertes restent à faire pour des études de genre qui cessent de considérer le féminin comme le genre problématique, le masculin comme un monolithe dont le caractère oppressif suffit à faire sens.

Une panique morale qui ne prend pas

  • 59 The War Against Boys. How Misguided Feminism is Harming our Young Men, Touchstone/Simmons and Schu (...)
  • 60 New York, Random House, 2008.

47Comme le montre la contribution de Francis Dupuy-Déri, la présentation paradoxale des hommes comme un groupe désormais opprimé du fait des conquêtes, idéologies et mobilisations du féminisme a pris en Amérique du Nord une réelle ampleur. Son analyse des mouvements masculinistes au Québec en donne une illustration forte. On se souviendra du massacre de l’École polytechnique de Montréal en 1989 où quatorze étudiantes furent assassinées sélectivement par un homme disant sa haine du féminisme. Aux États-Unis, des ouvrages de déploration et d’alarme sur le « male bashing » figurent désormais en permanence dans les succès de librairie, une partie d’entre eux étant d’ailleurs rédigée par des femmes. Un exemple, sur le versant académique, en est fourni par le livre de Christina Hoff-Sommers, The war against boys59 qui impute au féminisme – Carol Gilligan et Nancy Chodorow sont de ses cibles – les difficultés scolaires des garçons, une perte d’estime de soi des jeunes hommes, le masculin se trouvant désormais associé à des images de violence, d’agressivité. Dans un registre plus grand public, on peut mentionner le Save the males60 de Kathleen Parker qui, tout en affirmant vouloir préserver les droits et acquis des femmes, dresse au fil des chapitres un tableau alarmiste des effets du féministement correct qui stigmatiserait les mâles, inhiberait les garçons dans leur développement et leur estime de soi, diviniserait le féminin. En France, par contre, l’érosion relative de la domination masculine, par les effets combinés des mobilisations de femmes et des changements sociaux qui les ont accompagnés, n’a pas à ce jour provoqué une contre mobilisation significative d’hommes, ni l’installation dans l’espace public d’un discours masculiniste disposant d’un fort impact et de relais institutionnels puissants.

  • 61 Paris, Denoël, coll. « Indigne » (sic), 2006.

48On trouve bien des discours publics masculinistes comme l’opuscule d’Éric Zemmour, modestement intitulé Le premier sexe61. Celui-ci y fustige une socialisation qui apprendrait aux garçons la honte du masculin.

« La machine est rodée. Implacable. D’abord on ne lui parle que de grands principes, d’universel, d’humanité : il n’y a plus d’hommes, il n’y a plus de femmes, rien que des êtres humains égaux, identiques, indifférenciés, interchangeables. […] Avec une bonne volonté confondante, suspecte, malsaine, les hommes font tout ce qu’ils peuvent pour réaliser ce programme ambitieux : devenir une femme comme les autres… la femme n’est plus un sexe mais un idéal » (p. 10-11).

  • 62 Pour illustration, La confusion des sexes, Paris, Flammarion, 2007.

49L’alliance des créateurs de mode et artistes homosexuels et des femmes féministes, « pour la plupart célibataires ou divorcées » (p. 24) aboutirait à une célébration de l’androgynie et du féminin, à la dépréciation des qualités viriles de prédateur et de conquérant, d’une sexualité masculine qui dissocie naturellement sexe et attachements. Forcés ou complaisants, les hommes auraient « déposé leur phallus », renoncé à la « pulsion de mort » qui fait partie de leur identité depuis « des milliers d’années ». La contribution de psychanalystes à ces entreprises de restauration de l’ordre public genré vaut d’être soulignée. On en trouve la trace dans toute une littérature utilitaire, de conseil à destination des parents, comme ceux du pédiatre, Aldo Naouri, de formation psychanalytique. Les livres de Michel Schneider en sont une illustration62 où se vitupère ce que serait le règne montant du féminisme et de l’androgynie, la fixation répressive contre cette « modalité du désir masculin » qu’est la prostitution, les méfaits de la féminisation des noms et patronymes, la phobie d’un harcèlement pourtant bien moins déplaisant que l’absence de toute avance sexuelle. Tout en concédant la survie de la domination masculine, l’auteur souligne : « Femmes ne revendiquez pas le pouvoir, vous l’avez ! Le vrai, celui des mères sur leurs enfants, celui, indirect, des femmes dans les couples. » Schneider invente même au nombre des méfaits de cette confusion des sexes une perte d’appétit des jeunes pour le sexe, dont toutes les enquêtes sur les pratiques sexuelles des Français montrent qu’elle est pure fantasmagorie.

  • 63 [http://www.sos-divorce.org/]. Voir aussi le site de SOS Papa, [http://www.sospapa.net/] et le sit (...)
  • 64 Respectivement sous les traits d’Élisabeth Badinter (Fausse Route, Odile Jacob, 2003) et de Marcel (...)

50Des micromobilisations s’observent, comme celle – analysée par Anne Verjus dans cet ouvrage – d’associations de pères divorcés, réclamant une réforme des droits de garde et combattant la « désinformation féministe63 », sur un ton tantôt véhément, tantôt se revendiquant d’une stricte égalité des sexes. Bref, des discours « masculinistes » existent en France. Ils suggèrent que la masculinité s’accompagne d’un moins de droits, d’un incessant plus de contraintes à réprimer ses désirs et sa « nature » masculine faite de goût de l’affrontement, de pulsions conquérantes. Ces propos trouvent des résonances dans des argumentaires tenus par des femmes. Des prises de positions se réclamant d’un féminisme raisonnable, répugnant à toute guerre des sexes, et d’autres se revendiquant de l’avant-gardisme chic et choc64 peuvent converger dans la disqualification du féminisme mobilisé, la production d’une pétition – en 2003 – où la prostitution apparaît comme une liberté des femmes.

  • 65 19 décembre 2009, voir l’article d’Anne Verjus.

51Cette offensive – davantage par son aile féminine – a pu contribuer à une ringardisation d’un féminisme caricaturé. Comme des tabous se sont levés sur l’expression publique de points de vue racistes, on peut soutenir que des modalités agressives, décomplexées d’un discours de restauration de ce qui seraient les droits des hommes et les abus du féminisme ont désormais accès à l’espace public. Mais les revendications des groupes d’hommes se constituant en victimes des femmes et du féminisme ne sont pas aujourd’hui constituées en problèmes publics. Leur présence et leur légitimité sont encore faibles. Lorsque le magazine du Monde65 consacre un reportage aux masculinistes québécois, le texte suggère une forme d’exotisme, d’extrémisme de ces mouvements.

  • 66 « Movements, Coutermovements, and the Structure of Political Opportunities Londres », American Jou (...)

52Comment éclairer cette situation ? Les fragments de réponse qu’on listera ici se donnent plus comme des hypothèses non hiérarchisées que comme une explication satisfaisante. Une première réponse tient à l’asymétrie des statuts du féminisme et des « gender studies » entre France et monde anglophone. Le féminisme, en Amérique du Nord spécialement, est plus fortement organisé, structuré par des associations importantes. Les travaux de sciences sociales sur le genre sont plus présents dans le monde académique, sa production de livres, ils donnent parfois lieu à des modules de cours obligatoires. Les politiques d’affirmative action ou de quotas – quels qu’en soient les impacts – s’y affichent plus nettement, comme le montre le rappel obligé de l’attention prêté aux candidatures féminines dans tout processus d’embauche universitaire. Un effet paradoxal de cette plus grande institutionnalisation est – selon une dynamique bien éclairée par David Meyer et Susan Staggenborg66 – est d’en faire la cible de contre-mobilsiations, de constituer une figure de l’ennemi.

  • 67 J. Saltzman Chafetz et A. G. Dworkin soulignent le rôle stratégique joué par les groupes religieux (...)
  • 68 Cf. J. Mansbridge, Why We Lost the ERA?, Chicago, Chicago University Press, 1986.
  • 69 M. Ozouf, Les mots des femmes. Essai sur la singularité française, Paris, Fayard, 1995.

53À la différence des États-Unis, les mouvements masculinistes ne bénéficient pas en France de l’appui d’un puissant réseau conservateur d’associations, de groupes religieux67 ou de think-tanks. Sur un autre plan, la thématique de l’éradication des malfaisants acquis de Mai-68 s’est plus centrée sur les enjeux d’éducation, ou l’influence persistante d’une extrême gauche que sur la remise en cause globale des acquis en matière de mœurs ou de droits des femmes. La situation est autre aux USA où la droite néo-conservatrice a repris, le slogan « the personnal is political », faisant campagne pour une contre-révolution sexuelle. Cette asymétrie conduit à prêter attention à un fait de morphologie sociale. Il tient à l’importance de l’insertion des femmes sur le marché du travail, supérieur à ce qu’il est aux USA. Or l’un des succès tactiques des mouvements anti-égalitaires a été, comme le montre Jane Mansbridge68 sur l’échec de l’ERA aux États-Unis, de mobiliser les femmes au foyer en construisant l’idée de l’égalité de droit comme synonyme d’une fin des garanties matérielles (pensions alimentaires, garde des enfants) et du respect associé à la fonction de mère et d’épouse au foyer. Notons aussi qu’une part des mouvements qui pourraient être les relais d’une vision régressive des rapports de genre – comme certains courants « islamistes » – étant stigmatisés par un discours sur l’identité nationale ou le péril arabo-musulman, le volet genré de leur discours s’en trouve disqualifié. Présentés, de façon intéressée, comme le rempart contre l’oppression des femmes que certains voudraient voiler ou revêtir de burquas, les grands principes républicains se trouvent de ce fait malaisément mobilisables pour servir simultanément à la revendication trop explicite d’une préséance masculine. Dans une logique voisine, la disqualification sociale de masculinités populaires comme brutales, vulgaires ou plus de saison rend difficile d’en solliciter les valeurs pour rétablir un patriarcat d’antan. Avec plus de scepticisme on pourra corréler la difficulté d’un discours masculiniste à tonalité de guerre des sexes aux analyses de Mona Ozouf69 sur les singularités du féminisme français, l’héritage culturel de la « galanterie » française, comme freins aux visions des rapports hommes-femmes sur le mode d’une guerre frontale.

  • 70 Féminins/Masculins. Sociologie du genre, Paris, Colin, 2009, p. 360-365.

54Ce survol aura-t-il montré que la problématique des « coûts » – qui était à la fois un titrage et un nom de code pour notre colloque – n’est ni politiquement inconvenante, ni scientifiquement stérile ? Soumis à l’instabilité que Bauman associe à une société « liquide », beaucoup d’hommes se trouvent dans des situations qui affectent et dénaturalisent les rapports de genre dont ils profitaient. Ils sont contraints de repenser explicitement les relations de genre, et donc des privilèges (rarement saisis spontanément en ces termes) et des contraintes, de les repenser non comme exercice de pure intellection mais pour les réaménager pratiquement. Cette observation vaut au féminin, les femmes étant pareillement confrontés à des cadres sociaux « liquides », aux bouleversements des rapports de genre. Nous avons esquissé, avec Christine Guionnet70, une tentative de penser les coûts et difficultés d’occupation des positions que Nathalie Heinich associe à la « Quarte », femmes matériellement et professionnellement autonomes, et conduisant une vie sexuelle, amoureuse et/ou familiale.

  • 71 Sur cet aspect de la prostitution comme reconstitution d’une enclave où les rapports de domination (...)
  • 72 The Second Shift, New York, Viking Press, 1989.

55Symétriser une analyse parallèle des évolutions, formes et soldes des « coûts » de la masculinité et de la féminité ne conduit pas à célébrer une spectaculaire avancée des relations de genre vers plus d’égalité. Les tactiques masculines peuvent consister à réaffirmer des droits sur les femmes, sur « ses » femmes : ici en s’érigeant en geôlier de la moralité de ses sœurs, filles ou voisines, là par le rappel à l’ordre genré que peut être, via la mondialisation d’un marché de la prostitution71, le redéploiement dans l’espace public de la rue ou du web du spectacle des corps à louer. Elles peuvent jouer en aménagements rusés du pacte conjugal qui instrumentalisent et piratent des demandes féminines (l’intimité recodée en Sésame d’accès à mieux et plus de sexe). Elles peuvent encore, comme le montrent les petits récits de vie collectés par Arlie Hochschild et Anne Machung72, opposer la force d’inertie de l’acquiescement purement verbal à tout ce qui remettrait en cause les rapports de pouvoir dans les couples. Même les démarches qui peuvent sembler promouvoir des masculinités plus empathiques, moins compétitives, récusant des registres de domination trop explicites demeurent dans un schème du « meilleur des deux mondes ». Il s’agit d’emprunter au féminin ce qui est perçu comme sa supériorité affective et communicationnelle, de lâcher du masculin les composantes les plus périlleuses et les plus contraignantes de la virilité. Mais la rupture ne signifie ni révocation des autres composantes du cahier des charges de la masculinité, ni remise en cause des fondements matériels de la domination masculine. L’effet défavorable de ces stratégies sur les « coûts de la féminité », sur les possibilités d’incarner et d’inventer des figures de la Quarte, est évident.

  • 73 Cf. D. Becker, The Myth of Empowerment. Women and the Therapeutic Culture in America, New York, Ne (...)

56Les pratiques masculines inventoriées ici réactualisent en partie le paradoxe du « Guépard » où beaucoup doit changer pour que rien, ou peu, ne change. Ce paradoxe d’une évolution des rapports de genre qui ne semble plus depuis un quart de siècle au diapason de l’ampleur d’autres changements sociaux invite à chercher des explications. Une part tient peut être en France à la situation du féminisme. Ses composantes militantes mobilisées ont perdu de leur force. La version médiatiquement et socialement dominante est celle d’un combat désormais gagné, d’inégalités résiduelles qui ne manqueront pas de se dissiper à la double condition de se défaire des stéréotypes intériorisés de rôles de sexe, d’oser jouer la carte de l’empowerment féminin, en maximisant ses ressources – du diplôme à la cosmétique – en osant s’exprimer, en désinhibant ses ambitions. Ce discours n’est ni réaliste, ni générateur de rapports de force73. La pertinence des remarques de Michael Messner dans le texte traduit dans ce volume s’illustre ici. Pour changer masculinités, féminités et leurs coûts il ne suffit ni qu’un homme n’ait plus honte d’être publiquement tendre avec ses enfants, ni qu’une femme ose ambitionner de devenir polytechnicienne. Il faut opposer une pensée du genre à une pensée des rôles, réintégrer dans le pensable et l’action les fondements matériels des inégalités et des rôles, le pouvoir, les enjeux liés aux politiques publiques d’emploi, de scolarisation, de transports, de formation, d’égalité…

Notes

1 Mettant en scène une succession de « crises », l’historien André Rauch (Crise de l’identité masculine 1789-1914, Pluriel-Hachette, 2000) illustre ces tendances qui font de la crise de la masculinité un processus ininterrompu… posture d’analyse qui relève du « même pas faux », la bonne question sociologique étant d’expliquer sur chaque séquence temporelle les lieux où la domination masculine est ébranlée, les causes et issues de ces phénomènes.

2 Cf. A. Guillemin, « Aristocrates, propriétaires et diplômés. La lutte pour le pouvoir local dans le département de la Manche. 1835-1875 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 42, 1982, p. 33-60.

3 Cf. E. Phellipeau, L’invention de l’homme politique moderne, Paris, Belin, 2002.

4 Working Construction. Why Working Class Men Put Themselves – and the labour Movement – in Harm’s Way?, ILR, Press & Cornell University Press, 2006.

5 Christopher Browning, David Goldhagen, Jacques Semelin pour ne citer qu’eux.

6 E. Walsh, R. Warland et C. Smith, « Backyards, NIMBY and Incinerators Sitings », Social Problems, vol. 40 (1), 1993, p. 25-38.

7 Cf. C. New, « Oppressed and Oppressors, The Systematic Mistreatment of Men », Sociology, vol. 35 (3), 2001, p. 765-767.

8 Le sens de cette permanence peut-être un point de discussion avec Francis Dupuy-Déri. Relever cent occurrences d’un discours sur la « crise de la masculinité » en autant d’espacetemps peut prouver la vacuité de la notion, où inviter à regarder au cas par cas la variété de changements sociaux qui déséquilibrent et recomposent des modalités de la domination masculine.

9 Dans ce texte, virilité et viril désignent le sous-ensemble des attributs de la masculinité qui renvoie aux signifiés de force, d’agressivité, de courage physique, à un univers de la performativité corporelle. Virilité ne recouvre pas l’ensemble des attributs sollicitables pour constituer les masculinités (autorité, goût de la compétition, rétention émotionnelle).

10 Divers débats ou paniques morales sur la bonne fabrication du masculin ont existé antérieurement, mais ils ciblaient davantage la socialisation des jeunes garçons, à protéger d’influences dévirilisantes (cf. l’émergence du scoutisme au XIXe siècle), non la constitution d’espaces de discussion et de réforme thérapeutique entre adultes.

11 L’accès des premières femmes à certains métiers suscitait plutôt une rhétorique des dommages pour elles – et non pour les hommes – de ces changements « contre nature », comme l’illustre une fameuse caricature « Belle époque » d’une femme chauve parce que devenue professeur d’université.

12 Cf. supra p. 12.

13 Les textes de référence sont à trouver dans: T. Carrigan, B. Connel, J. Lee, « Toward a new sociology of masculinity », Theory and Society, vol. 14, 1985, p. 551-604; R. W. Connell, « The big picture: masculinities in recent world history », Theory and Society, vol. 22, 1993, p. 597-623 ; M. Donaldson, « What is Hegemonic Masculinity? », Theory and Society, 22 (1993), p. 643-657 ; R. W. Connel, Masculinities, Polity Press, Londres, 1995 ; D. Z. Demetriou, « Connell’s concept of hegemonic masculinity: a critique », Theory and Society, 30, 2001, p. 337-361.

14 Voir l’excellente mise au point sur ce sujet de G. Dulac, « Masculinité et intimité », Sociologie et Sociétés, vol. 30 (2), 2003, p. 9-31.

15 Cf. M. Kaufman, Cracking the Armour. Power, Pain and the Lives of Men, Viking Press, 1993.

16 A. Régnier-Loilier, « L’arrivée d’un enfant modifie-t-elle la répartition des tâches domestiques au sein du couple ? », Population et Sociétés, no 461, 2009.

17 Dans un livre dont on rappellera le titre avec un clin d’œil : Why Men Rebel ?, Princeton, Princeton University Press, 1970.

18 S. Bordo, The Male Body. À New Look at in Public and in private, Farrar, Strauss and Giroux, New York, 1999.

19 C. West et D. Zimmerman, Gender and Society, vol. 1 (2), 1987, p. 127-151.

20 Voir le livre assez impressioniste de G. Cross, Men to Boys: the Making of Modern Immaturity, Columbia University Press, 2008. Sur ce même registre divers travaux de sociologie de la famille mettent en avant une baisse mesurable de la moyenne du nombre d’années que les hommes passent avec les enfants qu’ils ont procréés. Si le constat est fondé, il néglige le fait que via des familles recomposées, ces hommes puissent participer à l’éducation d’enfants nés d’autres pères.

21 « Imaginaire masculin et identité sexuelle Le jeu de rôle et ses pratiquants », Sociétés contemporaines, 2004, no 55, p. 43-67.

22 M. Schwalbe, The Men’s Movement, Gender, Politics and American Culture. Unlocking the Iron Cage, Oxford University Press, 1996; Voir aussi Abby L. Ferber, « Racial Warrior and Week-end Warriors The construction of masculinity in Mythopoetic and white suprematist discourse », Men and Masculinities, vol. 3 (1), 2000, p. 30-56.

23 Schwalbe évalue à un tiers des participants de son groupe de telles expériences.

24 Comme en témoigne un participant, travailleur social confronté aux femmes victimes de violences conjugales. La répétition des cas et discours autour du masculin comme sexe violent lui apparaît comme déstabilisante.

25 On peut élargir la réflexion à ce qu’Annie Ernault exprime d’une souffrance des « boursiers » pris entre la honte pour les modèles culturels, genrés, sociaux des parents et des sentiments tout aussi puissants de fidélité, d’affection (Cf. Les armoires vides, Paris, Gallimard, 1984).

26 Schwalbe souligne la répugnance à faire glisser les discussions sur un terrain politique, perçu comme menaçant de casser par le dissensus de la construction d’une communauté masculine. Il relève encore le froid que suscite l’intervention d’un homme qui exprime sa gratitude aux femmes de lui avoir appris à renoncer aux attraits du pouvoir.

27 Sur les Promise Keepers: B. Donovan, « Political consequences of private authority. Promise Keepers and the transformation of hegemonic masculinity », Theory and Society, 1998, vol. 27, p. 817-843 ; S. Faludi, Stiffed, Vintage, chapitre 3, 2000 ; M. Heath, « Soft Boiled masculinities. Renegociating Gender and racial ideologies in the promise keepers movement », Gender and Society, vol. 17 (3), 2003, p. 423-444; John Bartkowski, The promise keepers Servants, soldiers and godly men, Rutgers University Press, 2004.

28 From Panthers to Promise Keepers: Rethinking the Men’s Movement, Rowman and Littlefield, 2004.

29 Cité par Faludi, p. 229.

30 Même si, outre la différence d’ancrage religieux, les deux mouvements divergent probablement en termes de bases sociales, les Promise Keepers étant plus dans des emplois liés aux entreprises et au pôle économique, moins dans de grandes villes, les hommes mythopoétiques plus dotés en capital culturel et investis dans des professions intellectuelles ou du « social ». Mais le caractère partiel des enquêtes invite à la plus grande prudence.

31 Il faudrait, là aussi, des données sociologiques plus fines pour comprendre les causes de cette perception. Elles peuvent, de façon non exclusive et non limitative, tenir aux modes de gestion des salariés analysés par Boltanski et Chiapello (Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999) avec leur capacité à vampiriser les énergies au travail, à de faibles espoirs de plus de réussite qui incitent à modérer ses investissements au travail, à des effets de cycle de vie et de désillusion pour des hommes plus avancés dans leur carrière…

32 C. Wolf, « Les nouvelles représentations de la masculinité : le cas de la nouvelle presse pour hommes », Sociétés, no 69 (3), 2000 ; P. Jackson, M. Stevenson et K. Brooks, Making Sense of Men’s Magazines, Londres, Polity, 2001 ; F. Boni, « Framing media masculinities. Men’s lifestyles magazines and the biopolitics of the male body », European Journal of Communication, 2002, vol. 17 (4), p. 465-478.

33 « Chaos to control. Men’s Magazines and the mastering of intimacy », Men and Masculinities, vol. 8 (2), 2005, p. 175-194.

34 Célébrant sans complexes des styles de vie suggérés comme masculin-populaires, via l’évocation valorisante du boire ensemble, de la drague et du sexe, de la sociabilité autour du football, « Loaded » aura été une manière d’organe central du « Laddism » (Ladd : gars, copain, fêtard), comme valorisation d’une sociabilité virile à connotations machistes.

35 « The feminisation of love », Signs, vol. 11 (4), 1986, p. 692.

36 Ibid., p. 692.

37 Bonni souligne combien les revues pour hommes (ici Men’s Health) introduisent une thématique du corps masculin comme fragile, sujet aux pannes, au vieillissement, exigeant un travail inédit de prévention et d’entretien. 45 % des contenus rédactionnels portent sur la forme, la santé, les régimes à suivre et près de 30 % des publicités ont trait à des produits de beauté ou des machines d’exercice physique.

38 Ce qu’exprime, sur un mode caricatural le rédacteur de l’édition anglaise de GQ : « On dit sans cesse aux garçons à l’école que les filles sont plus malines qu’eux… On croirait qu’il leur faut demander la permission de penser d’une certaine façon, de se comporter d’une certaine façon. Ils ont besoin d’une sorte de validation quant à la façon dont ils ressentent vraiment les choses, même s’ils n’ont pas d’opinion. C’est comme si rien ne se passait : toute leur vie est dominée par le sport, l’alcool et le sexe, et c’est pour cela à mon sens que des magazines comme Loaded et FHM ont rencontré un tel succès. C’est parce qu’ils font appel aux instincts absolument basiques de la plupart des hommes, mais en les glorifiant de sorte que les gars se disent c’est OK. Ce n’est pas qu’ils aient été auparavant si embarrassés que cela, disons un peu conscient d’être rustauds, mais maintenant, la presse célèbre cela, et ils se disent du coup nous avons le feu vert pour agir ainsi. C’est OK, c’est légitime », in P. Jackson, M. Stevenson et K. Brooks, Making Sense of Men’s Magazines, op. cit., p. 70.

39 Christel Wolf (« Les nouvelles représentations de la masculinité : le cas de la nouvelle presse pour hommes », Sociétés, no 69 [3], 2000) identifie dans la presse masculine un lieu où devient lisible « l’épuisement d’un imaginaire de la masculinité » fait de rejet du féminin et d’affirmation d’une virilité phallique, dure au profit de modèles plus androgynes, voire de la valorisation d’une esthétique homosexuelle.

40 Les gars du coin : enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2005.

41 La thèse de Mathieu Grossetête sur la sociologie des accidents de voiture conforte cette idée d’un rapport suicidaire et autodestructeur à la conduite automobile chez une partie des jeunes de milieux populaires vivant fortement des expériences de relégation et d’isolement social (La sécurité routière au radar des inégalités sociales, IEP, Toulouse, 2008).

42 « There is no masculinity crisis », Genders, no 35, 2002.

43 Qu’on peut faire remonter à Richard Hoggart (1970) et à son analyse du monde ouvrier anglais des années 1920 et 1930, mais illustré plus récemment par les travaux d’Olivier Schwartz (Le monde privé des ouvriers, Presses universitaires de France, 1989).

44 Voir les contributions d’Annie Collovald (Le populisme du FN. Un dangereux contresens, Éd. du Croquant, Bellecombe en Bauges, 2004) et de Christophe Traïni (Vote en PACA. Les élections de 2002 en Provence-Alpes - Côte d’Azur, Karthala, Paris, 2004) qui viennent opportunément rappeler en matière de vote que le premier vote ouvrier est l’abstention, et que s’il existe un vote FN dans les milieux populaires, ce choix électoral est aussi le fait de groupes privilégiés.

45 L’auto-ethnographie que Michael Lewis développe à partir de son expérience de trader et de financier de haut vol à la banque d’affaires Salomon Brothers à New York et Londres au milieu des années 1980 en donne un exemple (Liar’s Poker, New York, Norton, 1980).

46 « La communauté ouvrière et le conflit subculturel », Réseaux, no 80, 1996, p. 71-79.

47 Malgré une meilleure réussite différentielle, les jeunes filles de milieux populaires subissent aussi ces processus de relégation et d’auto-élimination : L. Archer, S. Hollongworth et A. Halsall, « University’s not for me – I’m a Nike Person. Urban, Working-Class Young People’s Negociations of Style, Identity and Educational Engagement », Sociology, vol. 41 (7), 2007, p. 219-237.

48 On les pousse vers des emplois où des « coûts de la masculinité » sont maximaux si l’on pense au recrutement des forces militaires et milices privées pour l’Irak ou l’Afghanistan dans des milieux populaires, singulièrement afro-américains, aux États-Unis.

49 « The trouble with Men? Young people, gender transformations and the crisis of masculinity », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 24 (1), 2000.

50 « La pacification des moeurs et ses limites. Violence chômage et crise de la masculinité », Esprit, 12, 1998, p 48-75.

51 Des hommes sur le fil. La construction de l’identité masculine en milieux précaires, Paris, La Découverte, 2005.

52 Stiffed. The Betrayal of modern man, Vintage, spécialement le chapitre 2, 2000.

53 Faludi rapporte le cas d’un ouvrier qui, des semaines durant, ira sur le chantier naval, passant une large part de la journée dans sa voiture en faisant croire que son emploi demeurait, ou d’un militant syndical condamné à de la prison et souhaitant y rester parce qu’encadrant ses codétenus, il y retrouve une dignité perdue.

54 Voir F. de Singly, « Les habits neufs de la domination masculine », Esprit, no 196, 1993, p. 54-64.

55 Les féministes et le garçon arabe, Paris, L’Aube, 2004.

56 Stolen Honour. Stigmatizig Muslim Men in Berlin, Stanford University Press, 2008.

57 Cf. Masculinities, Londres, Polity, 1995, chapitre 4, « Live fast, Die young ».

58 Cf. l’article précité de W. LiSe (2004).

59 The War Against Boys. How Misguided Feminism is Harming our Young Men, Touchstone/Simmons and Schuster, 2000.

60 New York, Random House, 2008.

61 Paris, Denoël, coll. « Indigne » (sic), 2006.

62 Pour illustration, La confusion des sexes, Paris, Flammarion, 2007.

63 [http://www.sos-divorce.org/]. Voir aussi le site de SOS Papa, [http://www.sospapa.net/] et le site [http://soshommesbattus.over-blog.com/].

64 Respectivement sous les traits d’Élisabeth Badinter (Fausse Route, Odile Jacob, 2003) et de Marcela Iacub (Qu’avez-vous fait de la révolution sexuelle, Flammarion, 2002).

65 19 décembre 2009, voir l’article d’Anne Verjus.

66 « Movements, Coutermovements, and the Structure of Political Opportunities Londres », American Journal of Sociology, vol. 101, 1996 (6), p. 1628-1660.

67 J. Saltzman Chafetz et A. G. Dworkin soulignent le rôle stratégique joué par les groupes religieux dans les mobilisations anti-féministes. (« In the face of Threat. Organized antifeminism in comparative perspective », Gender and Society, vol. 1 [1], 1987, p. 33-60.)

68 Cf. J. Mansbridge, Why We Lost the ERA?, Chicago, Chicago University Press, 1986.

69 M. Ozouf, Les mots des femmes. Essai sur la singularité française, Paris, Fayard, 1995.

70 Féminins/Masculins. Sociologie du genre, Paris, Colin, 2009, p. 360-365.

71 Sur cet aspect de la prostitution comme reconstitution d’une enclave où les rapports de domination et de réification les plus nets peuvent s’institutionnaliser, cf. E. Bernstein, « The meaning of the purchase : Desire, demand and the commerce of sex », Ethnography, vol. 2 (3), 2000, p. 389-420.

72 The Second Shift, New York, Viking Press, 1989.

73 Cf. D. Becker, The Myth of Empowerment. Women and the Therapeutic Culture in America, New York, New York University Press, 2005.

Auteur

Professeur de science politique à l’IEP de Rennes et chercheur au Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE – UMR 6051). Il travaille sur les questions du genre depuis une douzaine d’années et a publié sur ces enjeux Féminins/masculins (2e éd., 2009, Colin) en collaboration avec Christine Guionnet. Il travaille actuellement sur les renouvellements littéraires de la pratique journalistique aux États-Unis, et sur les trajectoires des anciens militants « soixante-huitards », terrain où ressort encore l’importance de la dimension genrée des rapports sociaux.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access