Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Boys don't cry!

 | 
Delphine Dulong
, 
Erik Neveu
, 
Christine Guionnet

Première partie. Les discours de la plainte : enjeux et ambivalences

Prince charmant. Représentations des ressources et des coûts des masculinités dans les romans sentimentaux des collections Harlequin

Béatrice Damian-Gaillard

Texte intégral

  • 1 S. Pétillon analyse cette scène générique, dans son article : « Les mauvais genres à l’épreuve de (...)
  • 2 B. Péquinot, La relation amoureuse. Analyser sociologique du roman sentimental moderne, Paris, L’H (...)
  • 3 Pour une étude des mécanismes croisés de qualification des textes et des publics, voir P. Parmenti (...)
  • 4 Tel que définit par P. Bourdieu : l’ensemble des ressources (économiques, culturelles, sociales, s (...)
  • 5 O. Donnat, Les pratiques culturelles de Français. Enquête 1997, Paris, La Documentation française, (...)
  • 6 S. Olivier, « Les prémices d’une histoire d’amour ou comment écrire un roman sentimental », Mauvai (...)
  • 7 Cette écriture se caractérise par le point de vue adopté – principalement celui de l’héroïne, même (...)
  • 8 I. Charpentier, « Prévenir le péril en la demeure. Les lectures féminines “lascives” : de l’encadr (...)

1Objets littéraires déclassés, méprisés, les romans sentimentaux se fondent principalement sur une intrigue structurée autour de la relation entre un homme et une femme, dont l’enjeu est le jeu des passions, des sentiments et la quête, sans cesse retardée par des obstacles, de l’amour et du bonheur, réalisés par la fusion de deux entités en une1. Analyser cette littérature permet donc tout d’abord de saisir, dans une société donnée, l’état de représentations collectives et historicisées, de conventions censées orienter les conduites amoureuses et sexuelles. Comme le note en effet B. Péquinot, « le roman sentimental nous offre d’une certaine manière une sorte de concentré de la vie sociale, et de ses représentations collectives des classes sociales, des professions, des rapports hommes-femmes, des adultes et des enfants, du travail et du non-travail, etc.2 ». Ces romans nous permettent plus précisément ensuite d’approcher les normes sociales véhiculées sur l’amour en direction de certaines femmes : les lectrices souvent stigmatisées de ces romans3, qui appartiennent aux catégories sociales les moins cultivées – au sens de la culture légitime, celle reconnue comme constituante d’un capital4 – pas ou peu diplômées, insérées dans des foyers d’agriculteurs, d’ouvriers ou d’employés, de retraités5. Mais ce matériau est d’autant plus intéressant à analyser que, reposant sur un « procédé de focalisation interne6 », il véhicule des normes pratiques autant que psychiques. Littérature réflexive, centrée dans son écriture sur l’intériorité des actants7 – leurs ressentis, leurs émotions, leurs pensées –, les romans Harlequin ne décrivent pas seulement des comportements associés aux rencontres amoureuses hétéronormées, mais font inlassablement le minutieux récit des sentiments éprouvés par les protagonistes de ces rencontres. C’est donc toute l’économie psychique des rituels de séduction qui y est explicitée de sorte que l’on peut considérer que « ces lectures romanesques, silencieuses, intimes et secrètes […] constituent l’une des modalités de construction du “for intérieur féminin”8 ».

  • 9 Sur l’articulation entre littérature féminine populaire et légitimation de la domination masculine (...)
  • 10 Référence à l’ouvrage de D. Kennedy, Sexy dressing. Violences sexuelles et érotisation de la domin (...)
  • 11 Lorsque sont abordées les expériences sexuelles antérieures du héros, elles sont souvent réduites (...)

2Vu sous cet angle, l’étude du contenu de cette littérature est alors d’autant plus instructive que la mise en scène de cette économie psychique du « bon » rapport amoureux se fait au détriment des conditions sociales de sa réussite – en l’occurrence : l’asymétrie de pouvoir entre les deux partenaires9. Certes, ces conditions ne sont pas totalement éludées, comme on le verra dans les lignes qui suivent. Mais à la différence du « ressenti », elles sont exposées sur le mode implicite du cela-va-de-soi. En d’autres termes, la rencontre amoureuse est ici présentée comme un processus avant tout psychique, dont la réussite repose sur le cheminement intérieur de deux individus dont les attributs sociaux ne sont exposés que pour mieux planter le décor de leur relation. Le récit, en effet, ne s’encombre pas de tels « détails » – ses protagonistes, en particulier de sexe masculin, sont d’ailleurs la plupart du temps orphelins. Tout se passe donc comme s’ils ne constituaient pas le cœur du problème. Bien plus : l’asymétrie des ressources entre l’homme et la femme y apparaît comme une condition naturelle du choc amoureux, un élément clé au principe même du désir. Ce qui fait problème – i. e. qui est problématisé –, est bien plutôt le for intérieur des actants, ou pour le dire plus précisément le processus d’ajustement réciproque des deux partenaires aux attentes de l’autre. On y découvre ainsi comment, par un mécanisme invariant d’érotisation de la domination masculine10, une femme accepte avec bonheur de se soumettre au désir d’un homme, les romans Harlequin s’attachant toujours « à enchanter le sexe » (« to keep sex pretty ») entre les deux protagonistes, en liant systématiquement acte physique et sentiment amoureux dans la rencontre mise en scène. Mais si la femme livre son corps à l’homme, ce dernier abandonne en échange – et de manière inédite11 – son cœur. Aussi, pour qui veut bien y prêter attention, découvre-t-on également à quelles conditions l’homme conquiert le cœur et le corps de sa partenaire. La légitimation de la domination masculine ne passe effectivement pas que par son érotisation. Elle suppose simultanément que le protagoniste de sexe masculin soit en mesure de tenir le rôle et le rang du Prince charmant. Les romans Harlequin n’apparaissent alors pas seulement comme des guides de conduites psychiques pour les femmes des classes populaires en même temps qu’un instrument de légitimation de leur double domination : c’est aussi un matériau qui livre les attentes de ces mêmes femmes envers les hommes – leur plastique, leurs émotions, leur virilité, etc. –, autant de normes véhiculées sur le « bon » amant qui pèsent sur le choix de leur(s) partenaire(s), et donc potentiellement sur le comportement de ces derniers. Par conséquent, elles peuvent se comprendre comme des contraintes pour les hommes. C’est dans cette perspective que s’inscrit en tout cas cette contribution.

  • 12 Dans la même perspective, voir l’article de P. Schmoll, « La rencontre amoureuse : entre permanenc (...)
  • 13 Les romans Harlequin se déclinent aujourd’hui entre, d’un côté, des livres de poche (les collectio (...)

3Au rebours des recherches existantes qui ont pour la grande majorité concentré leur attention sur les figures féminines, on s’intéressera ici principalement aux représentations idéalisées des masculinités développées dans les romans des collections Harlequin, en les considérant comme autant de prescriptions indirectes faites aux hommes. Notre regard sera donc doublement singulier ici. D’une part, en ce qu’il portera sur les investissements et les ressources, tant physiques (corporelles, gestuelles) que sociales (positions à atteindre dans la hiérarchie sociale), considérées comme nécessaires pour endosser un rôle masculin dans les rituels de séduction préconisés dans ces histoires12. D’autre part, nous n’appréhenderons pas ces romans comme un tout uniformisé et uniformisant, sous prétexte qu’ils sont soumis à une production industrielle en séries, à une standardisation des structures narratives en lien avec une consommation de masse. Il s’agira au contraire de tenir compte des stratégies marketing mises en œuvre par l’éditeur, qui consistent en des ajustements du modèle narratif générique et donnent lieu à des offres éditoriales différenciées13. Enfin, notre analyse se distingue des précédentes en ce qu’elle récuse une vision unilatérale de la domination masculine où les figures respectivement dominatrice et victimaire du masculin et du féminin semblent exclusives l’une de l’autre. C’est, du reste, l’un des nombreux intérêts qu’offre l’étude de ces romans Harlequin que de montrer que la domination masculine, qui se joue et se rejoue dans la rencontre amoureuse, qui en est l’un des principaux enjeux, est le produit d’une relation sociale complexe où le dominé est loin d’être passif et n’en supporte pas seul les coûts.

  • 14 Dans un souci de vraisemblance avec les réalités des relations entre hommes et femmes, nous avons (...)

4Pour avancer dans notre réflexion, nous avons réalisé une étude de contenu comparative – quantitative et qualitative – d’un corpus de romans appartenant aux différentes collections mises sur le marché. Nous avons analysé les séries Azur, Horizon, Blanche, Passions, Audace, Prélud’s, sur la base de 12 volumes par collection (12 histoires d’amour inédites par collection), volumes choisis de façon aléatoire, et publiés entre 2006 et 200914. Dans la première partie de cet article, nous nous attacherons à définir les profils-types de héros (physiques et sociaux) selon les collections. Puis, nous nous intéresserons aux comportements masculins attendus dans la rencontre amoureuse. Nous verrons enfin en quoi les romans Harlequin, tout en interrogeant les formes de socialisation aux identités masculines (et féminines), imposent, en la naturalisant, une définition masculine unique de la séduction, marquée socialement et politiquement.

La panoplie du séducteur

5Séduire est une activité symbolique qui se déroule dans un échange interpersonnel entre deux personnes, socialisées à un ensemble de règles de comportements, de croyances, d’interprétations de signes propres à la société dans laquelle ils évoluent. En effet,

  • 15 G. Boëtsch, D. Guilhem, « Rituels de séduction », Hermès, 43, 2005, p. 181.

« étant un mode spécifique de communication, la séduction a besoin de passer par un rituel, qui construit à la fois l’acte de parole et l’attitude gestuelle prise dans le sens d’un positionnement particulier du corps. Ces codes doivent être partagés par les deux individus pour pouvoir être perçus, lus et déchiffrés. Ainsi, un rire ou un regard partagé établissent une communication en apparence ludique et spontanée. Mais le fondement de celle-ci relève davantage de la création d’un personnage fictif. Tout dans ce jeu est en réalité construit, le vêtement, l’intonation de la voix, la posture choisie révèlent la mise en scène d’une stratégie pour plaire15 ».

  • 16 Concept emprunté à P. Bourdieu, dans La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998, p. 63.

6C’est donc une cartographie des compétences, des ressources, des qualités attachées aux figures du mâle séduisant et séducteur dans les romans Harlequin que nous esquisserons dans cette première partie. Elle se compose de caractéristiques physiques (âge, couleurs des yeux et des cheveux), et sociales (situation matrimoniale ; parentalité – parents, fratrie, enfant – ; nationalité ; catégorie socioprofessionnelle) des héros. Ces caractéristiques dessinent les contours d’un habitus de la séduction au masculin, au sens où elles traduisent des dispositions d’esprit, des manières d’être, d’agir mises en action au travers de postures, de mouvements, de rapports au langage, à autrui… Cet idéal construit la « masculinité comme noblesse16 », dans la mesure où les héros sentimentaux, êtres de fantasme, sont par définition des êtres d’exception.

Une plastique exigeante et des assignations sociales à la hauteur du fantasme

7Tout d’abord, nous remarquons des constantes dans les caractéristiques physiques des héros : musclés, grands (plus grands que l’héroïne), des traits acérés, anguleux, signes de pouvoir, de maîtrise et de confiance en soi. Les variations se font davantage sur les couleurs des attributs physiques et les caractéristiques sociales. Être Prince Charmant nécessite non seulement d’accéder à des positions sociales plus élevées que celles de leur amoureuse, mais inscrites dans les classes sociales supérieures : chefs d’entreprise de 10 salariés et plus, cadres ou membres de professions intellectuelles supérieures, quelquefois commerçants ou assimilés, rarement employés. À l’occasion, il peut même être un grand dirigeant économique ou politique (sénateur, scheik, prince). Par ailleurs, l’on ne devient pas le protagoniste principal d’une histoire d’amour à n’importe quel âge. Pour les hommes, l’amour ne se rencontre pas après 40 ans, et pas avant 26 et 35 ans. On le voit, il existe des diktats concernant la beauté des héros des romans sentimentaux Harlequin, fondés en partie sur l’impératif de jeunesse, avec des seuils « plus élevés » que leurs partenaires féminines. De plus, les héros ne peuvent être que très rarement roux, mais potentiellement châtains ou blonds. Ils n’ont que peu souvent les yeux ambres (réservés la plupart du temps aux princes d’orient). L’image de la virilité s’accorde davantage avec les cheveux bruns, les yeux noirs (de braise), ou gris/bleus (regard glacial et indéchiffrable). Que ceux qui ne correspondent pas à ces attentes (synthétisées dans le tableau 1) n’entretiennent pas d’illusion sur leurs ressources et leurs opportunités amoureuses.

Collections

Âges

Couleurs des yeux et cheveux

Catégories socioprofessionnelles

AZUR

31-40 ans

Brun aux yeux noirs

Chef d’entreprise de 10 salariés et +/Cadre et professions intellectuelles supérieures

AUDACE

26-35 ans

Brun aux yeux de couleurs variables

Cadre et professions intellectuelles supérieures/commerçant et assimilé/Chef d’entreprise de 10 salariés et +

HORIZON

31-40 ans

Brun aux yeux gris

Chef d’entreprise de 10 salariés et +/Cadre et professions intellectuelles supérieures à égalité avec employé

PRELUD’

31-35 ans

Brun aux yeux noirs

Cadre et professions intellectuelles supérieures/Employé/Chef d’entreprise de 10 salariés et +

PASSION

26-30 ans

Brun aux yeux noirs

Chef d’entreprise de 10 salariés et +/Cadre et professions intellectuelles supérieures/Agriculteur (propriétaire d’un ranch)

BLANCHE

31-40 ans

Brun aux yeux gris

Cadre et professions intellectuelles supérieures

  • 17 Lorsque plusieurs réponses sont données, elles apparaissent par ordre décroissant des pourcentages

Tableau 1 – Les 6 collections du point de vue du protagoniste masculin17.

  • 18 Cf. R.-W. Connell, J.-W. Messerschmidt, « Hegemonic masculinity. Rethinking the concept », Gender (...)

8Enfin, l’ethos du Prince charmant correspond en tout point à l’idéal de la masculinité hégémonique18. Leurs gestes sont vifs, leurs déplacements furtifs, leurs paroles parfois coupantes, leurs pensées souvent impénétrables. Ces êtres mystérieux sont décidés, rencontrent peu d’hésitations, balbutient rarement. Leur voix, forcément sensuelle, peut être forte, grave, ferme, rassurante, sarcastique, glaciale ou suave selon les situations.

« Peut-être se montrait-il parfois brutal, d’une certaine manière, par son côté direct. Mais il était surtout honnête » (Azur, no 2907, juillet 2009).
« Car Adam Cazell était un prédateur. Un prédateur fort séduisant, certes, dont le caractère menaçant était tempéré par un physique avantageux. […] Mais sa carrure anguleuse, la barbe qui ombrait son visage et la beauté anguleuse de ses traits envoyaient un message de virilité presque agressive. […] Tout en lui indiquait le chasseur, prêt à bondir » (Azur, no 2894, juin 2009).
« Sa voix était exactement telle qu’elle se la rappelait : profonde, légèrement rauque, et sexy » (Passions, no 156, août 2009).
« Le regard sombre de son interlocuteur demeura indéchiffrable » (Prélud’, no 145, mai 2009).
« Jackson la considérait d’un air narquois, presque condescendant » (Blanche, no 947, août 2009).
« Il mena la danse avec des gestes assurés » (Audace, no 160, août 2009).

  • 19 À l’exception de la collection Audace dans laquelle le héros est non-orphelin, la collection Passi (...)
  • 20 Il est intéressant de noter que, si les auteurs des romans sentimentaux développent une conception (...)

9Cette assurance a pour contrepartie la pauvreté de leur vie affective. S’il est un expert de la séduction et occupe une position sociale enviable, l’amant Harlequin en paie en effet le prix fort dans ses relations sociales, en particulier avec les femmes. Coupé de ses émotions (autres que la colère), il est aussi très souvent isolé : il est souvent orphelin, sans fratrie et sans enfants19. Surtout, il ne connaît guère l’amour dont il a d’ailleurs une vision totalement désenchantée. Rares sont en effet les histoires dans lesquelles les relations entre les sexes seraient en quelque sorte inversées, où le héros serait en attente d’un engagement amoureux exclusif et permanent alors que l’héroïne fuirait toute connexion affective forte, en dehors du cadre familial. Et plus la liste de ses conquêtes amoureuses est longue, plus son cynisme envers les femmes est profond. Il les voit généralement comme des êtres cupides, les envisage au mieux comme des objets de désir avec lesquels assouvir ses pulsions sexuelles, au point qu’il n’est pas rare qu’au début de l’intrigue soit établi entre les héros un contrat marchand par lequel l’héroïne reçoit de l’argent en échange de ses prestations sexuelles20.

« Oui, il était riche désormais, et ce qu’il avait, il l’avait acquis à la force des poignets, sans le soutien de son milieu » (Passions, no 171, novembre 2009).
« Le poids de la succession était retombé sur les épaules de Tariq. Et, pour assurer la survie de ce lignage régnant depuis des siècles, il lui incombait désormais de se marier et de produire à son tour des héritiers. Si seulement Sharif s’était marié et avait conçu un fils… Si seulement Sharif avait vécu. Tariq sentit des larmes lui brûler les yeux » (Azur, no 2907, juillet 2009).
« Sa position dans les hautes sphères de l’État ainsi que sa vocation professionnelle avaient découragé des relations trop proches et donc potentiellement dangereuses. Il n’avait jamais donné libre cours aux élans de son cœur » (Blanche, no 926, mars 2009).
« Les femmes qui rêvaient de consoler un jeune père divorcé ne manquaient pas, et il devenait très habile dans l’art de les maintenir à distance » (Prélud’, no 142, mai 2009).
« Franco observa Stacey Reeves, à l’autre bout de la salle du casino. Elle correspondait parfaitement au prototype décrit par son père. Il l’aurait, peu importait le prix. Avec les femmes, il y avait toujours un prix. La question était : le vaudrait-elle ? Sans aucun doute » (Passions, no 80, avril 2008).
« – Je suppose que Cameron vous a informé que cette offre n’était valable qu’à une seule condition ?
– Il m’a dit que c’était personnel. Je dois dire qu’il est resté assez vague. Il me faut plus de détails.
– Deux nuits et un week-end avec vous. –
Quelle impudence !, s’exclama-t-elle. […]
– Un investissement de vingt-trois millions de dollars alors que personne n’y miserait un seul centime donne droit à un petit… bonus, vous ne trouvez pas ? » (Azur, HS no 2585, mai 2006).

Configurations de couple et masculinités

  • 21 Les tendances identifiées nécessiteraient d’être confrontées à un corpus plus étendu. Cependant, l (...)

10Les ressources investies et les coûts supportés par les héros ne sont toutefois pas exactement les mêmes selon les configurations relationnelles, c’est-à-dire selon les relations instituées entre les deux protagonistes de la quête amoureuse. Les histoires d’amour Harlequin se déclinent en plusieurs univers fictionnels, ancrés dans des collections. Dans le cadre de notre analyse exploratoire21, il nous a donc semblé nécessaire de comparer les propriétés du héros et de l’héroïne selon collections pour pouvoir en distinguer les similitudes et les contrastes.

  • 22 Lorsque plusieurs réponses sont données, elles le sont par ordre décroissant en %.

Femme AZUR
21-30 ans (50 % 21-25 ans)
Blonde aux yeux verts
Cadre et professions intellectuelles supérieures/Professions intermédiaires/Employée22
Célibataire
Orpheline des deux parents
Sans frère ni sœur
Autant vierge que non vierge
Sans enfant (avec enfant : 33 %)
Europe/Océanie

Homme AZUR
31-40 ans
Brun aux yeux noirs
Chef d’entreprise de 10 salariés et +/Cadre et professions intellectuelles supérieures
Célibataire
Orphelin de père
Avec des frères et sœurs
50 % avec enfant (% le plus fort)/
41 % sans enfant à charge
Europe/Océanie

Femme AUDACE
26-30 ans (41,6 % non mentionné)
Brune aux yeux bleus
Cadre et professions intellectuelles supérieures/Employée/Cumul
Célibataire
Orpheline de mère ou des deux parents
Sans frère et sœur
Vierge ( % le plus fort)
100 % sans enfant
100 % Amérique du Nord

Homme AUDACE
26-35 ans (41,6 % non mentionné)
Brun aux yeux de couleurs variables (égalité, 16 %, bleus, verts, gris, ambres), 25 % non mentionnée (% le plus fort)
Cadre et professions intellectuelles supérieures/Commerçants et assimilés/Chef d’entreprise de 10 salariés et + Célibataire
Non-orphelin (25 % de père ou de mère)
Sans frère et sœur
100 % sans enfant à charge
100 % Amérique du Nord

Femme HORIZON
26-30 ans
Brune aux yeux bleus
Cadre et professions intellectuelles supérieures/Cumul
Célibataire
Orpheline de père
Avec des frères et sœurs
Vierge (33 % de non mentionné, % le plus fort)
Sans enfant (avec enfant : 33 %)
Amérique du Nord

Homme HORIZON
31-40 ans
Brun aux yeux gris
Chef d’entreprise de 10 salariés et +/Cadre et professions intellectuelles supérieures à égalité avec Employé (16 %)
Célibataire (mais aussi le plus fort % de divorcé : 25 %, à égalité avec Blanche)
Orphelin des deux parents
Sans frère et sœur
Sans enfant
Amérique du Nord

Femme PRELUD’
21-30 ans (seule collection avec 16,6 % 36-40 ans)
Blonde ou brune aux yeux bleus
Cadre et professions intellectuelles
supérieures/Employée/Cumul
Célibataire (25 % de divorcées et de mariées, % les plus hauts)
Non-orpheline
Avec des frères et sœurs
Non vierge ( % le plusfort)
33 % sans enfant, 33 % avec enfant, 25 %enceinte
100 % Amérique du Nord

Homme PRELUD’
31-35 ans
Brun aux yeux noirs
Cadre et professions intellectuelles
supérieures/Employé/Chef d’entreprise de 10 salariés et +
Célibataire (25 % mariés, % le plus fort)
Orphelin des deux parents à égalité avec Non-orphelin (33 %)
Sans frères et sœurs
À égalité (33 %) : sans enfant, avec enfant et partenaire enceinte
100 % Amérique du Nord

Femme PASSION
26-30 ans
Blonde aux yeux bleus
Cadre et professions intellectuelles
supérieures/Professions intermédiaires/Sans profession (seule collection)
Célibataire (16,6 % veuves, taux le plus fort)
Orpheline des deux parents
(25 % de père, 25 % de mère, collection la plus « orpheline »)
Sans frère ni sœur
Vierge (à égalité avec Horizon)
Sans enfant
Amérique du Nord

Homme PASSION
26-30 ans (à égalité avec âge non mentionné 41 %)
Brun aux yeux noirs
Chef d’entreprise de 10 salariés et +/Cadre et professions intellectuelles supérieures/Agriculteur (ranch)
Célibataire (mais 25 % veufs, le plus fort %)
Orphelin des deux parents
Avec des frères et sœurs
Sans enfant (50 %) quasi à égalité avec enfant à charge (41 %)
100 % Amérique du Nord

Femme BLANCHE
21-35 ans
Brune aux yeux bleus
Cadre et professions intellectuelles supérieures/Professions intermédiaires
Célibataire
Orpheline des deux parents
Avec des frères et sœurs
Vierge
Sans enfant
Europe/Amérique du Nord/Océanie

Homme BLANCHE
31-40 ans
Brun aux yeux gris (16 % couleur non mentionnée ou ambre)
Cadre et professions intellectuelles supérieures
Célibataire (mais aussi le plus fort % de divorcé : 25 %, à égalité avec Horizon)
Orphelin des deux parents
Sans frères et sœurs
Sans enfant
Europe/Amérique du Nord à égalité avec Océanie

  • 23 Sur la base de 12 numéros par collection pour les deux sexes, numéros choisis de manière aléatoire (...)

Tableau 2 – Profils-types des femmes et des hommes selon les collections23.

  • 24 Notre contribution, sur ce point, est proche dans la démarche mise en œuvre par F. Helgorsky, qui (...)

11Comme on peut le constater, les masculinités se construisent en relation avec les féminités constituées, de même qu’elles s’ancrent dans les démarches marketing sous-tendant les positionnements réciproques des collections Harlequin24. Trois configurations de couple significatives du point de vue de la construction croisée des identités genrées se dégagent ainsi de l’analyse exploratoire. Une configuration dans laquelle les figures masculines évoluent dans une relation de couple très inégalitaire (Azur, Blanche, Passion). Une configuration caractérisée par des figures masculines qui se meuvent dans un univers que nous qualifions de « l’entre-deux » (Horizon, Prelud’), et celles dont les figures masculines se performent au sein d’une relation de couple égalitaire (Audace).

  • 25 Sur l’histoire de cette notion, son utilisation dans les recherches consacrées aux relations entre (...)
  • 26 Consulté en décembre 2009.
  • 27 A. Giddens, La transformation de l’intimité. Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modern (...)

12La position sociale, l’âge des protagonistes et leur « capital » en matière d’expérience sexuelle sont les principaux marqueurs mobilisés pour différencier d’une part l’homme de la femme, d’autre part, les types de couples. Ainsi, selon les collections, l’âge et la position sociale des protagonistes varient ; par contre les écarts entre les deux sexes persistent sans pour autant rester les mêmes, sauf dans le domaine de l’expérience sexuelle. Ces différentes configurations de couples reposent en effet sur une graduation de l’asymétrie entre les deux partenaires et, corrélativement, sur un principe implicite de hiérarchisation symbolique des masculinités entre elles selon leur degré de virilité. Le mâle dominant parmi les dominants (Azur) est celui qui incarne la puissance non seulement physique mais également économique et sociale. Il approche l’idéal, voire caricature la masculinité hégémonique25 : l’homme fort, sans égal, imposant, autoritaire mais protecteur, irrésistible car charismatique, irradiant un magnétisme que nul ne peut combattre… Les masculinités des collections Horizon et Prélud’ se développent dans un univers fictionnel, centré autour de la famille. Selon le site des éditions Hachette26, la collection Horizon, apparue en 1979, incite les lecteurs à « découvrir des histoires d’amour tendres et optimistes où des hommes et des femmes vont créer la famille de leurs rêves ». Nous sommes donc face ici à une vision de l’amour romanesque plus « sage », plus « traditionnel ». Quant au séducteur de la collection Audace, il incarne le fantasme de l’amant idéal selon une conception du couple moderne occidental, fondée sur l’échange et la complicité notamment sexuelle, apparue selon A. Giddens avec l’essor de l’amour romantique, une « démocratisation massive du domaine interpersonnel » et l’émergence d’une représentation réflexive de soi en lien avec une redéfinition de la place de l’intimité (dont la sexualité) dans son projet de vie27. Mais plus important est de souligner que cette hiérarchie dans les masculinités contient l’axiome suivant : plus le héros a les marqueurs de la virilité et occupe une position dominante dans la relation amoureuse, plus les exigences sont nombreuses et le prix à payer élevé.

  • 28 Seule collection de notre corpus à mettre en scène des protagonistes féminins de cette tranche d’â (...)

Les mâles des collections Azur, Blanche, Passion
La figure du mâle dominant est plus forte dans la collection-phare et la plus ancienne des éditions Harlequin : la collection Azur. Non seulement, l’homme est l’aîné de la femme, mais il y est majoritairement homme d’affaires, dirigeant de grandes entreprises, de multinationales. Sa réussite professionnelle, sa position dominante s’accompagnent le plus souvent de la perte du père (orphelin de père à 50 %), comme si cette figure masculine ne pouvait s’épanouir à l’ombre d’une autorité paternelle. Par contre, il est entouré dans 74 % des histoires d’une fratrie, dont il est souvent l’élément central, et il a un ou des enfant(s) à charge dans 50 % des cas. Cette figure du Prince charmant est celle qui cristallise les critiques les plus virulentes adressées à la littérature sentimentale. Un héros arrogant, symbole de la puissance virile, du fait de ses revenus (milliardaire), de ses atouts physiques (cliché du beau ténébreux aux cheveux [83 %], et aux yeux noirs [41 %] ou bleus [33 %]), entre en conflit avec une héroïne plus jeune, plus inexpérimentée, à l’image stéréotypée de la blonde (50 %), aux yeux verts (50 %) plutôt que bleus (16 %). Les figures masculines de la collection Blanche évoluent dans un univers professionnel qui semble, a priori, reproduire les ségrégations genrées horizontale et verticale de l’hôpital ou de la clinique. Les hommes sont chefs de service, de clinique ou médecins (91 %). Toutefois, leur réussite sociale se construit au prix fort de l’absence d’enracinement familial : ils sont célibataires (66 %), ou divorcés (25 %), ou veufs (8 %), sans parents (41 %), sans fratrie (66 %), sans enfant (58 %). Ils sont les plus âgés, toutes collections confondues, puisqu’ils sont 41 % à avoir entre 31 ans et 35 ans, et 25 % entre 36 et 40. Ils peuvent être bruns (58 %) ou châtains (25 %), aux yeux gris (33 %) ou verts (16 % à égalité avec la catégorie « couleur non mentionnée »). Quant aux figures masculines de la collection Passions, elles pourraient être qualifiées de « figures masculines à coûts relationnels modérés ». Si les héros se retrouvent à 58 % dans un rapport social supérieur à la femme, à 25 % dans un rapport égalitaire, et à 16 % dans un rapport inférieur, les relations tendent vers l’égalité en termes d’appartenance socioprofessionnelle. Seuls aux postes chefs d’entreprise de 10 salariés et plus (33 %), ils sont à égalité avec leurs compagnes dans les fonctions de cadres ou inscrits dans les professions intellectuelles supérieures (33 %), et à 16 % propriétaires de ranch. Mais ils sont également 8 % à être commerçants ou employés (contre 33 % de femmes employées). Nous retrouvons des écarts d’âge entre les figures masculines et féminines, mais atténués puisque c’est la collection où l’on rencontre le plus de héros âgés de 26 à 30 ans contre 41 % entre 31 et 35 ans. Ils sont aussi les protagonistes les plus souvent veufs (25 %).
Les hommes sûrs des collections Horizon, Prelud’
Si les héros de la collection Horizon occupent à 50 % une position dominante par rapport à leur partenaire, ils sont aussi les plus nombreux, en comparaison aux mâles des autres collections, à occuper une position relative inférieure (25 %). Cela s’explique essentiellement par la distribution des appartenances socioprofessionnelles : 33 % des figures masculines sont chefs d’entreprise de 10 salariés et plus, 16 % sont cadres ou dans les professions intellectuelles supérieures. La nouveauté réside dans le fait que 16 % ont le statut d’employés et 8 % celui de commerçants. Mais le fait saillant de cette figure masculine réside dans son ancrage familial défavorable par rapport à la figure féminine. Il est plus souvent sans parents (41 % contre 25 %), sans fratrie (83 % contre 33 %), et sans enfant (66 % contre 58 %). Par contre, ce Prince charmant ne joue pas sur la différence d’âge pour construire son ascendant sur sa promise. Il a entre 31 et 40 ans, elle a entre 26 et 30 ans à 58 %, entre 31 et 35 ans à 16 %, et seulement entre 21 et 25 ans à 25 %. L’amoureux Prelud’ ne s’effraie pas de l’égalité entre hommes et femmes sans l’atteindre toutefois. Si, dans 66 % des histoires, le héros est âgé de 31 à 35 ans, il lui arrive parfois de s’éprendre d’une héroïne âgée de 36 à 40 ans (16 %)28. Les deux figures partagent également des appartenances socioprofessionnelles proches : 50 % des hommes sont cadres ou exercent une profession intellectuelle supérieure (contre 33 % des femmes), 25 % sont employés (contre 33 % des femmes). Toutefois, 16 % des figures masculines sont chefs d’entreprise de 10 salariés et plus. S’ils sont célibataires à 50 % (contre 41 %), 16 % divorcés (contre 25 % de divorcées), ils sont aussi mariés dans 25 % des récits avec leur partenaire dès le début de l’intrigue. Quant aux relations familiales, il est à noter que, l’héroïne a plus de chance d’être entourée de parents (8 % sans père, 25 % sans mère, 25 % orpheline des deux ; 83 % avec une fratrie) que son prétendant (8 % sans père, 16 sans mère, 33 % orpheline des deux ; 25 % avec une fratrie).
L’amant de la collection Audace
Les couples dépeints dans cette série sont ceux qui tendent le plus à l’égalité dans un couple hétérosexuel, malgré quelques persistances de différences en termes d’âge et d’appartenances socioprofessionnelles. L’homme est âgé de 26 à 35 ans (33 % ont 26-30 ans, 16 % 31-35 ans), liés à des compagnes entre 26 et 30 ans (50 %), ou à l’âge non spécifié (41,6 %). Il est d’abord cadre ou exerce une profession intellectuelle supérieure (50 % contre 22 % pour son alter ego féminin), puis commerçants ou assimilés (25 %), et enfin, dans seulement 16 % des cas chef d’entreprise de 10 salariés et plus. Les histoires d’amour Audace incarnent des univers fantasmés, en apesanteur sociale, dans le sens où les rôles secondaires sont réduits au minimum, de même que les appartenances sociales des protagonistes sont réduites au minimum. Toutefois, si la quête amoureuse emprunte des détours érotiques, sous la forme de défis entre deux adultes consentants, le mâle garde une forme de suprématie sexuelle, dans la mesure où il est souvent l’initiateur à l’éveil à la sensualité. En effet, les figures féminines, bien qu’elles fassent preuve d’initiative dans la séduction de leur partenaire, d’émancipation dans leurs échanges sexuels, sont encore vierges à 83 %. C’est le plus haut pourcentage toutes collections confondues…

Plaisirs et déplaisirs des Princes charmants

  • 29 Nous estimons avoir lu ou feuilleté entre 800 à 1 000 romans. Mais pour cette contribution, nous a (...)
  • 30 Pour plus d’informations sur le développement international du groupe, voir le site [http://eharle (...)
  • 31 À titre d’exemple, l’éditeur, avant de lancer une nouvelle collection, mobilise notamment des test (...)

13Pour affiner l’analyse des rapports genrés dans les collections Harlequin, nous avons également procédé à une étude exploratoire qualitative29 qui se focalise, en premier lieu, sur la figure de l’amant telle qu’elle est représentée dans les scènes sexuelles, puis, en second lieu, sur les ambivalences de la relation amoureuse. Selon les collections, ces scènes ou ces formes de réflexivité n’occupent pas la même surface rédactionnelle et n’empruntent pas les mêmes registres d’écriture. De même, les états d’âme du héros sont plus ou moins admis selon les collections en lien avec les formats des ouvrages, et la logique de segmentation du marché et de positionnements éditoriaux différenciés vis-à-vis des lectrices (logique de gamme des collections). En effet, les éditions Harlequin prennent un très grand soin dans la mise en place des dispositifs d’accompagnement du processus de rédaction, notamment par la mise à disposition des auteurs réels ou potentiels des « writing guidelines », référents écrits qui définissent les orientations et les principes d’écriture, avec une adaptation de ces recommandations selon la collection d’ancrage de l’ouvrage. Ces orientations dessinent une idéologie occidentale et contemporaine de l’histoire d’amour moderne, en phase avec les pays dans lesquels le groupe vend ses produits30. Cette idéologie puise allègrement dans le vivier de nos archétypes culturels partagés, ce qui facilite les processus de standardisation, rend la lecture de ces romans accessible au plus grand nombre, et favorise l’internationalisation de leur diffusion. Cette démarche oriente les politiques de développement des offres éditoriales avec la préoccupation constante d’un ajustement des produits aux évolutions des attentes supposées des consommatrices, voire d’anticiper leurs goûts en termes de situations, de caractères, de modes de narration31

De l’art d’aimer ou les figures de l’amant dans les collections

  • 32 Si l’article déjà cité de S. Olivier (p. 16-18) démontre comment ces scènes sont retravaillées lor (...)

14La place octroyée aux scènes et aux performances sensuelles du héros oscille entre, d’une part, les baisers échangés entre les partenaires de la série Horizon, les ébats rapidement et pudiquement évoqués – série Blanche –, les étreintes plus ou moins passionnées dans les histoires Azur, Prélud’, Passions, et d’autre part, les jeux érotiques et ludiques dans la collection Audace. Cette graduation des modes de traitement éditorial des rapports sexuels s’appuie sur un langage plus ou moins métaphorique ou cru, et s’accompagne d’une palette de pratiques plus ou moins étendue, la plupart du temps, sans être nommées en tant que telles (cunnilingus, fellation, masturbation, sodomie, etc.)32.

« Il approfondit le baiser comme si c’était la chose la plus naturelle. Des vagues de plaisir, des bouffées de désir l’assaillirent. Il ne voulait qu’une chose, la posséder ; mais son instinct lui hurlait d’arrêter… » (Horizon, no 2211, avril 2009).
« Et avant qu’elle ne comprenne ce qui se passait, il se rapprocha d’elle, l’enlaça et chercha ses lèvres. Pressée contre les siennes, sa bouche était brûlante, exigeante » (Horizon, no 2214, avril 2009).
« En un clin d’œil, il combla la distance qui les séparait. Il lui effleura les lèvres de manière presque imperceptible, puis plus fermement. Avec avidité » (Blanche, no 947, août 2009).
« Alors il rit. Là, contre la porte. Tous deux étaient prêts. Plus que prêts. Ils s’unirent avec une fougue désespérée. Ghaleb ferma les yeux, étourdi par les sensations d’une force inouïe qui l’assaillaient. Il sentit les ongles de Viv s’enfoncer dans ses épaules quand elle cria contre sa tempe et laissa lui aussi échapper la longue plainte qui monta de sa gorge » (Blanche, no 926, août 2009).

15Les volumes de la collection Horizon célèbrent la famille. Ceux de la série Blanche s’inscrivent dans l’univers très hiérarchisé de l’hôpital. Dans le premier cas, l’acte charnel est rarement consommé avant les aveux amoureux ; dans le second cas, ces descriptions restent très évasives. Seul le baiser a le droit de cité, mais sous une forme très suggestive. Toutefois, comme dans la majorité des autres collections, ce baiser reste à l’initiative du héros, dont les modes d’action marquent la puissance, la volonté de domination ou de possession, et l’ardeur.

16Les amants des collections Azur, Prélud’ et Passions sont beaucoup moins sages que les précédents. Les scènes sensuelles occupent un espace plus important en termes de pages et dans la construction de l’intrigue. Elles arrivent généralement plus tôt dans l’histoire, quand ce n’est pas dès les premières pages. Dans les collections Prélud’, et Passions, les dialogues sensuels, les descriptions corporelles s’étoffent au même titre que le contenu et la description des joutes sexuelles (préliminaires, lieux, positions, etc.). Des références explicites, bien que métaphoriques, aux cunnilingus et à la fellation apparaissent. Si elles sont encore rarement à l’origine de l’acte sexuel, les partenaires féminines prennent plus d’initiatives. Mais, corrélativement, l’amant y apparaît davantage comme un prédateur à la fois conquérant et expert, toujours assuré dans ses gestes et maître du désir qu’il attise progressivement jusqu’à devenir intolérable.

« Mais avant qu’elle puisse faire volte-face, les mains d’Adam s’abattirent sur ses épaules et l’immobilisèrent dans une étreinte d’acier. Son regard plongea dans le sien, brûlant, animal. Vous pensez que le sexe va tout résoudre, c’est ça ? Que vous m’oublierez une fois que nous aurons fait l’amour ? Son ton était dur, presque cruel. […] Comme au ralenti, il leva la main et lui enveloppa la joue. Son pouce caressa sa pommette, ses doigts suivirent le contour de sa mâchoire. Ses yeux, pendant ce temps, ne l’avaient pas quittée. Ils semblaient fouiller les siens à la recherche de son âme. […] Ses lèvres conquirent enfin les siennes. […] À son grand soulagement, il se redressa et prit position au-dessus d’elle. Son sexe dressé s’immisça doucement en elle, mais hésita en sentant l’infime résistance qui attestait de sa virginité… » (Azur, no 2894, juin 2009).
« Ces mots espiègles énoncés d’une voix sensuelle se révélèrent presque aussi délicieux que la bouche qui la cajolait. […] Les abdominaux plats et fermes, le relief plein de promesses, entre ses cuisses, les frissons de désir contagieux… […] La bouche divine passa sur le sein gauche, chaude, gourmande, experte. Dani en perdit le souffle. Mais pas l’appétit. […] Une langue chaude et sûre s’invita au cœur de sa féminité avec juste ce qu’il fallait d’audace pour qu’elle retienne son souffle. Lentement, avec un instinct parfait, elle décrit de petits cercles, pressa, puis disparut, remplacée par un souffle léger. Autant de ruses pour aiguiser son désir, sûrement, d’autant qu’Alex semblait sincèrement se régaler de ce qu’il était en train de faire » (Prélud’, no 145, mai 2009).
« Elle ne pouvait plus attendre, il fallait qu’elle le touche à son tour. Elle glissa les doigts sous la ceinture de son short et prit son sexe brûlant dans sa main. […] Il la rattrapa dans la cuisine, l’emprisonnant entre son corps et plan de travail. Elle sentait son sexe dressé contre ses fesses et se recula instinctivement vers lui » (Passions, no 171, novembre 2009).

17En lisant les romans de la collection Audace, nous entrevoyons des jeux érotiques déployés au sein d’un couple plus égalitaire, soucieux de développer une relation sensuelle. Les personnages incarnent l’émancipation sexuelle, désinhibée, et pratiquée entre deux partenaires respectueux, car attentifs au plaisir de l’autre. Ce modèle conçoit un couple où la domination masculine est de l’ordre du fantasme partagé, et non un rapport social de sexe entre un homme potentiellement violent et une femme potentiellement victime. Et si les scènes sensuelles se répètent tout au long du récit, elles varient sur les scénarios et les lieux (du domicile aux lieux publics). Le langage est également plus cru, les dialogues plus épicés. L’héroïne prend fréquemment l’initiative avec son amant, qui souvent est une connaissance de longue date (ami personnel ou d’un membre de la famille…). Ils multiplient ensemble les expériences et rôles sensuels, empruntant des situations classiques dans la littérature érotique (le ou la voyeur(se), l’inconnu(e) masqué(e), les lieux publics et la peur d’être surpris(e) en plein ébats…).

« Le souffle court, Maddy se laissa aller à son excitation et ses mains tâtonnèrent pour défaire la braguette de Max. Elle en défit la fermeture Éclair et y glissa sa main pour s’emparer de son membre dur comme un roque. C’était encore plus grisant que dans ses fantasmes, pensa-t-elle. Max retroussa sa jupe en même temps et frôla le satin trempé de sa culotte » (Audace, no 160, août 2009).
« Elle loucha du côté de sa braguette et crut distinguer un renflement suspect. Mais comment s’en assurer, avec la serviette déployée sur ses cuisses.
– Est-ce que tu bandes ?
Est-ce l’effet de son imagination ? Il lui sembla voir le linge bouger légèrement. En tout cas, si ce n’était pas une érection, cela y ressemblait fort.
– Et tes bourses sont-elles gonflées ?
– Petite diablesse !
– Sale dragueur ! » (Audace, no 154, mai 2009).

Découvrir son âme sans perdre son statut

  • 33 M. Coquillat, « L’amour en mille recettes. Romans roses pour femmes modernes », Le Monde diplomati (...)
  • 34 Y. Reuter, « Le roman sentimental : système de personnages et circulation sociale de la thématique (...)

18S’il doit être capable d’initier son amante aux plaisirs de la chair, le héros doit également être en mesure de vivre une initiation à l’amour, hautement risquée pour lui. Car les coûts de la quête amoureuse, contrairement à ce qu’affirme M. Coquillat, ne sont pas qu’à la charge de l’héroïne33. Certes, l’héroïne vit une initiation à la féminité qui suscite chez elle toute une série de peurs qu’elle doit réussir à contrôler (manque de confiance en soi, peur de la passion, de la sexualité, de ne pas être aimée…). Mais comme le note Y. Reuter34, l’initiation racontée dans les romans sentimentaux n’est pas seulement celle de l’héroïne : dans sa confrontation à la femme et à l’amour, le héros se socialise à de nouvelles formes d’expression de ses sentiments. L’un et l’autre des protagonistes renoncent ainsi à une part de lui-même pour entrer dans le couple : la femme cesse de refouler sa féminité, sa peur de l’homme (elle accepte sa virilité), sa sexualité ; l’homme s’ouvre aux sentiments et se résout à la monogamie. Pour devenir Un, ils empruntent des chemins opposés : elle part de l’intériorité vers l’extériorité ; il part de l’extériorité vers l’intériorité.

  • 35 Ibid., p. 214.

« La femme doit se découvrir, être découverte. […] Symétriquement, l’homme doit, lui, se retrouver. Il s’est déjà réalisé, mais il a connu des échecs, ce qui explique ces marques, cicatrices, blessures, rides. Ayant vécu, il connaît les femmes et la société, mais de son expérience malheureuse lui restent la froideur, le cynisme, l’apparence blasée, dont il doit se débarrasser pour s’accepter. Il lui faut “se découvrir” de ce dont il est recouvert35. »

19Dans ce jeu d’initiation croisée, le récit offre une vision plus complexe de la domination masculine où le héros doit lui aussi s’émanciper de toutes les entraves qui empêchent sa réalisation dans l’amour. Renoncer à la polygamie ne suffit pas, il est contraint d’abolir certaines barrières émotionnelles, en acceptant de ressentir et d’exprimer ses émotions, ses sentiments, de partager ses pensées les plus intimes avec l’être aimée… autant de prescriptions contraires à son habitus. Car il est habitué à maîtriser ses émotions dans toutes les situations, à contrôler ses réactions, et parfois à imposer ses volontés aux autres.

  • 36 Emprunt à J. Butler, Trouble dans le genre, pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découver (...)
  • 37 Voir l’ouvrage de N. Heinich, Les ambivalences de l’émancipation féminine, Paris, Albin Michel, 20 (...)

20Déconcerté, il vit d’abord l’irruption de l’amour comme un désordre qu’il tente de canaliser, en le réduisant à une simple attirance sensuelle, en l’ignorant, ou en le combattant agressivement (et par la même occasion, celle qui en est l’objet). Mais il arrive aux héros d’exprimer des faiblesses, des doutes, des fêlures, parfois même un manque de confiance en soi dans son rapport aux femmes. Aussi, l’amour est-il également envisagé par la figure masculine comme une menace parce qu’un trouble dans le genre36 : en découvrant ses émotions, le héros renonce à certains attributs de sa puissance, à quelques privilèges attachés à son statut d’homme. Et le trouble est d’autant plus fort que le héros est alors soumis à une injonction paradoxale : pas question en effet de renoncer complètement à sa puissance, sans laquelle il perdrait son pouvoir de séduction vis-à-vis de sa partenaire. Il doit donc sortir de son autarcie émotionnelle, de sa position insulaire, tout en continuant à inspirer la force, le respect. Aux ambivalences de l’émancipation féminine37 correspondraient ainsi celles de l’émancipation masculine.

« Pour la première fois, Patrick perdit sa belle assurance. Il semblait penaud en expliquant » (Prélud’, no 142, mai 2009).
« Il essaya de reprendre son souffle tout en se demandant ce qui lui arrivait, et pourquoi il réagissait de cette façon devant cette femme » (Passions, no 156, août 2009).
« Enfermé dans sa chambre, Tariq se sentait la proie de sentiments contradictoires. Colère, douleur, incompréhension, regrets… […] Tariq sentit un espoir naître en lui. Un espoir auquel il avait peur de s’accrocher » (Azur, no 2907, juillet 2009).
« Cette honnêteté désarmante le touchait plus qu’il ne l’aurait imaginé. Mais il n’envisageait pas de la suivre sur ce terrain-là. Il n’avait pas coutume de se dévoiler, et n’envisageait pas de changer » (Horizon, no 2214, avril 2009).
« Si méfiant un instant plus tôt, il abandonnait toute prudence et se livrait, entièrement, passionnément… » (Prélud’, no 142, mai 2009).
« Il rit, et une fois encore, il s’émerveilla de cette complicité qu’il découvrait avec elle dans l’humour. Et d’autant plus que, eu égard à son rang, il devait constamment se surveiller » (Blanche, no 926, mars 2009).

En guise de conclusion : Pour séduire, mieux vaut être blanc, aisé, cultivé, que…

21Notre étude montre que les collections Harlequin dessinent des identités masculines à définition variable en termes de caractéristiques physiques, sociales, mais aussi de d’expression des sentiments, de relations instaurée avec la partenaire. Ces variations dépeignent également des économies différenciées de ressources et de coûts masculins. Certes, ces variations éditoriales sont pensées dans le cadre de politiques commerciales de positionnement sur des marchés de clientèles. Mais elles dénotent également des variations idéologiques, révélatrices des évolutions sociales et des reconfigurations réelles ou supposées par les producteurs des identités genrées, des relations amoureuses entre les hommes et les femmes, des profils des Princes charmants. À ce titre, analyser ces romans nous donne, sous une forme stéréotypée, des indications sur l’état des représentations collectives relatives à nos vies amoureuses : l’idéologie amoureuse contemporaine d’un point de vue féminin, basée sur les normes du couple blanc hétérosexuel, monogame, même si pas forcément endogame.

  • 38 F. de Singly, « Les habits neufs de la domination masculine », Esprit, no 196, novembre 1993, p. 5 (...)
  • 39 F. Boni, « Framing media masculinities. Men’s lifestyle magazines and the Biopolitics of the Male (...)

22La littérature sentimentale propose ainsi tout d’abord une représentation de la séduction et de ses acteurs qui exclue la mixité ethnique. Nous n’avons en effet rencontré qu’une seule héroïne afro-américaine (et aucun héros), dans un unique roman qui inscrit explicitement la romance dans des appartenances sociales inégalitaires (il est riche, elle ne l’est pas), doublées d’appartenances ethniques hétérogènes (et pour l’une d’entre elles discriminée). Cette littérature propose ensuite une vision de la masculinité, certes plurielle, mais qui exclut néanmoins toute une série d’hommes : les ventrus, les mous, les indécis, assimilés aux faibles, perdants… On est loin en effet ici de la dévaluation de la virilité repérée notamment par F. de Singly chez les hommes des classes moyennes et supérieures « les plus concernés par les luttes autour de la question des sexes38 ». Aussi, les coûts les plus élevés ne sont-ils sans doute pas ceux que décrivent minutieusement les romans Harlequin et que supportent leurs héros, mais ceux supportés par tous les absents de ces histoires d’amour – au mieux dépeints sous de tels traits physiques et sociaux qu’ils ne servent que de faire-valoir à la perfection du héros. Une des voies possibles d’approfondissement de cette recherche exploratoire pourrait être à cet égard de confronter ces textes à des lectures masculines, pour observer les réactions, les interprétations face à ces formes d’expression du masculin, de représentations imaginaires de ses ressources et de ses coûts, en fonction des appartenances sociales, ethniques, voire politique, à l’instar de l’étude que Frederico Boni a consacrée à l’analyse des représentations du corps masculin dans les « men’s lifestyle magazines39 ».

Notes

1 S. Pétillon analyse cette scène générique, dans son article : « Les mauvais genres à l’épreuve de l’analyse textuelle des discours de la production écrite », Mauvais genres, Item no 4, [http://www.revuerectoverso.com/spip.php?article154], p. 15-16.

2 B. Péquinot, La relation amoureuse. Analyser sociologique du roman sentimental moderne, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1991, p. 191.

3 Pour une étude des mécanismes croisés de qualification des textes et des publics, voir P. Parmentier, « À mauvais genres, mauvais lecteurs ? », in Les mauvais genres, Actes du colloque organisé au Centre culturel canadien de Paris, 23, 24 et 25 novembre, Liège, Éditions du CLPCF, 1989, p. 25-36.

4 Tel que définit par P. Bourdieu : l’ensemble des ressources (économiques, culturelles, sociales, symboliques) accumulé par un individu et qui, si elles sont mobilisées dans certaines situations sociales, deviennent des atouts dans la construction de positions, ou au contraire, des handicaps si elles viennent à manquer.

5 O. Donnat, Les pratiques culturelles de Français. Enquête 1997, Paris, La Documentation française, Département des études et de la prospective, ministère de la Culture et de la Communication, 1998.

6 S. Olivier, « Les prémices d’une histoire d’amour ou comment écrire un roman sentimental », Mauvais genres, Item no 4, consulté en décembre 2009, [http://www.revuerectoverso.com/spip.php?article145], p. 13.

7 Cette écriture se caractérise par le point de vue adopté – principalement celui de l’héroïne, même si, depuis les années 1980, certaines collections donnent une place grandissante à celui du héros, l’importance donnée aux dialogues en comparaison avec celle de la description des lieux ou aux actions, etc.

8 I. Charpentier, « Prévenir le péril en la demeure. Les lectures féminines “lascives” : de l’encadrement médical du for intérieur au contrôle social (XVIIe-XVIIIe siècles) », CURAPP, Le for intérieur, Paris, Presses universitaires de France, 1995, p. 308.

9 Sur l’articulation entre littérature féminine populaire et légitimation de la domination masculine, voir J.-A. Radway, Reading the romance. Women, patriarchy and popular literature, Londres, Verso, 1984 ; et du même auteur « Lectures à “l’eau de rose”. Femmes, patriarcat et littérature populaire », Politix, vol. 13, no 51, 2000, traduit par Brigitte Le Grignou, p. 163-177.

10 Référence à l’ouvrage de D. Kennedy, Sexy dressing. Violences sexuelles et érotisation de la domination, Paris, Flammarion, coll. « Champs essais », 2008. Souvent dénoncé par les critiques féministes comme légitimation du viol, ce travail d’érotisation peut aussi se comprendre comme un moyen de légitimer le désir féminin selon A. Houel. Car « la violence de l’homme est là reconnue, voire désirée, comme contenue par la tendresse : l’aspect paradoxal de ce fantasme […] reflète avec toute l’ambivalence qui traverse l’héroïne face à son propre désir. […] Un désir féminin non admis, indicible peut-être : le fantasme de viol, dont le baiser pris de force est une des figures, autoriserait alors la femme de se poser comme extérieur, à n’avoir pas à assumer ce désir », in A. Houel, « Les chemins de la passion », Les mauvais genres, Actes du colloque organisé au Centre culturel canadien de Paris, 23, 24 et 25 novembre, Éditions du CLPCF, 1989, p. 138.

11 Lorsque sont abordées les expériences sexuelles antérieures du héros, elles sont souvent réduites à une gymnastique sans âme, à un relâchement de tensions sexuelles, à un exutoire aux pulsions de la libido.

12 Dans la même perspective, voir l’article de P. Schmoll, « La rencontre amoureuse : entre permanences et mutations », A. Touati (dir.), Femmes/Hommes. L’invention des possibles, Sciences de l’Homme et Sociétés, 2005, p. 137-147. L’auteur reprend la notion foucaldienne de dispositif pour étudier les transformations de la relation amoureuse et, notamment, les rôles joués par les productions imaginaires dans la construction de nos dispositions et, les contraintes qu’elles font peser sur les hommes : « Pour être un “homme”, de nos jours, il faut assumer des contraintes énormes, travailler pour gagner de l’argent, se battre pour un statut social, assumer ses responsabilités familiales » (p. 143).

13 Les romans Harlequin se déclinent aujourd’hui entre, d’un côté, des livres de poche (les collections mensuelles, les hors-séries) et, de l’autre côté, l’édition de romans fictions de grands formats édités tous les deux mois. Il existe également des sagas, imprimées soit en livres de poche, soit en livres grands formats (dont la plupart deviennent ensuite des livres de poche). Les volumes des collections mensuelles mobilisent une grande quantité d’auteurs, souvent d’anciens lecteurs, et leur travail d’écriture s’élabore à partir de formats d’écriture différenciés (writing guidelines), qui encadrent le travail des auteurs, en définissant des règles précises (spécificités des situations sociales, caractéristiques des personnages, place octroyée à la sexualité dans l’histoire, longueur des manuscrits, rapport au lecteur recherché…).

14 Dans un souci de vraisemblance avec les réalités des relations entre hommes et femmes, nous avons volontairement écarté de notre corpus les séries thématiques (princes du désert, par exemple), les collections Historiques et Black rose : pour la première, parce qu’elle s’inscrivait dans une période historique éloignée ; pour la seconde, parce que l’intrigue mêle histoire d’amour et récit fantastique (extra-terrestre, magiciens…).

15 G. Boëtsch, D. Guilhem, « Rituels de séduction », Hermès, 43, 2005, p. 181.

16 Concept emprunté à P. Bourdieu, dans La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998, p. 63.

17 Lorsque plusieurs réponses sont données, elles apparaissent par ordre décroissant des pourcentages.

18 Cf. R.-W. Connell, J.-W. Messerschmidt, « Hegemonic masculinity. Rethinking the concept », Gender and Society, vol. 19, no 6, décembre 2005, p. 829-859. Voir aussi l’article de Mankowski dans ce livre.

19 À l’exception de la collection Audace dans laquelle le héros est non-orphelin, la collection Passions dans laquelle il a des frères et sœurs, et la collection Prélud’ où il est à 50 % avec enfant ou avec une compagne enceinte.

20 Il est intéressant de noter que, si les auteurs des romans sentimentaux développent une conception hétérosexuelle et monogame de la relation amoureuse, ils n’éludent pas totalement la question du lien entre sexualité des femmes et leur dépendance socio-économique vis-à-vis des hommes. Voir sur ce sujet P. Tabet, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, 2004. Toutefois, la dimension sociopolitique de ce type d’échanges est là aussi occultée par la focalisation du récit sur les seuls facteurs psychologiques qui conduisent l’homme à utiliser sa puissance économique pour « se payer » une femme. Les raisons invoquées sont en effet le plus souvent liées à son histoire personnelle : il peut être motivé par la vengeance envers l’héroïne elle-même (elle l’a éconduit des années auparavant, ou envers un membre de sa famille [son père a poussé le père du héros au suicide]) ; ou encore, par un souci de revanche sur ses contemporains (il est méprisé par son entourage en raison de ses origines modestes, voire misérables), et/ou sur les femmes (les arrivistes, ou les bourgeoises l’ayant humilié avant qu’il ne soit riche…).

21 Les tendances identifiées nécessiteraient d’être confrontées à un corpus plus étendu. Cependant, les modalités de production de cette littérature se fondent sur la récurrence de traits identitaires des héros et héroïnes, ce qui limite les variations et les évolutions au sein de chaque collection (et pas forcément entre elles) sur une même période et entre des périodes différentes. Nous avons validé cette hypothèse par une étude préalable, non présentée ici, et qui a porté sur 100 numéros de la collection Azur. Cette étude quantitative concernait deux périodes : 1989-1990 et 2004-2006. Pour chaque période, nous avions choisi de façon aléatoire 50 histoires d’amour.

22 Lorsque plusieurs réponses sont données, elles le sont par ordre décroissant en %.

23 Sur la base de 12 numéros par collection pour les deux sexes, numéros choisis de manière aléatoire, hors séries thématiques, publiés entre 2006 et 2009.

24 Notre contribution, sur ce point, est proche dans la démarche mise en œuvre par F. Helgorsky, qui consistait à évaluer les éléments de différenciation (structuraux, idéologiques et thématiques) des collections publiées par les éditions Harlequin, sauf que cette étude consistait en « une analyse multidimensionnelle de l’intertexte » (« Harlequin : unité dans la diversité et vice-versa… », Pratiques, no 54, juin 1987, p. 7). Cette étude ne portait pas spécifiquement sur les figures masculines mais révélait, d’une part, des évolutions concernant l’âge des protagonistes, leurs appartenances professionnelles, leurs rôles et leurs attributs genrés selon les collections (et leur date de lancement) ; d’autre part, l’apparition de séries « d’un érotisme de plus en plus précis » et « dans les séries récentes un déplacement de plus en plus fréquent de la focalisation interne sur l’Homme ».

25 Sur l’histoire de cette notion, son utilisation dans les recherches consacrées aux relations entre identités masculines et hiérarchie sociale, les critiques qu’elle a suscitées et ses redéfinitions, voir notamment l’article déjà cité de R.-W. Connell et J.-W. Messerschmidt.

26 Consulté en décembre 2009.

27 A. Giddens, La transformation de l’intimité. Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes, Paris, La Rouergue, coll. « Essai », 2004. Il importe de noter à cet égard que si le roman sentimental raconte des situations amoureuses de l’ordre de l’exceptionnel ou de l’impossible (tant du point de vue des qualités physiques et sociales des protagonistes, que des lieux, des actions mises en œuvres, etc.), il n’évacue pas pour autant la question de la vraisemblance. Comme le note en effet P. Parmentier, « les variétés du vraisemblable ne se distribuent pas réellement par rapport à un monde réel, hors-texte absolu et indépendant, mais par rapport à une image de ce qui est réel, à une croyance répandue dans un milieu, une culture, une époque » (« À mauvais genres, mauvais lecteurs ? », art. cit., p. 29).

28 Seule collection de notre corpus à mettre en scène des protagonistes féminins de cette tranche d’âge.

29 Nous estimons avoir lu ou feuilleté entre 800 à 1 000 romans. Mais pour cette contribution, nous avons plus précisément choisi de manière aléatoire deux volumes par collection sur l’année 2009. Nous avons ensuite pour chacun d’eux souligné les sentiments, les émotions, les actions, les descriptions physiques attribués au héros, en différenciant la source de l’expression (instance énonciative selon qu’il s’agit du point de vue masculin ou féminin).

30 Pour plus d’informations sur le développement international du groupe, voir le site [http://eharlequin.com/articlepage.html?articleId=36&chapter=0] consulté en décembre 2009.

31 À titre d’exemple, l’éditeur, avant de lancer une nouvelle collection, mobilise notamment des tests effectués après de « focus groups ».

32 Si l’article déjà cité de S. Olivier (p. 16-18) démontre comment ces scènes sont retravaillées lors de leur traduction afin de s’adapter aux normes culturelles des lecteurs concernés, aucune analyse, à notre connaissance, n’a porté sur ces représentations de sexualités différenciées. Nous ne pouvons qu’avancer l’hypothèse d’une segmentation secondaire des publics selon des critères démographiques, peut-être selon des valeurs morales.

33 M. Coquillat, « L’amour en mille recettes. Romans roses pour femmes modernes », Le Monde diplomatique, septembre 1998, consulté sur CDrom le 7 décembre 2009, p. 1-5.

34 Y. Reuter, « Le roman sentimental : système de personnages et circulation sociale de la thématique amoureuse », Le roman sentimental, Actes du colloque des 14, 15 et 16 mars, Centre de recherche sur les littératures populaires, 1989, p. 209-223.

35 Ibid., p. 214.

36 Emprunt à J. Butler, Trouble dans le genre, pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte, 2005.

37 Voir l’ouvrage de N. Heinich, Les ambivalences de l’émancipation féminine, Paris, Albin Michel, 2003.

38 F. de Singly, « Les habits neufs de la domination masculine », Esprit, no 196, novembre 1993, p. 54-64, (p. 59). L’auteur y défend la thèse selon laquelle, loin d’être le signe d’une disparition de la domination masculine, la neutralisation sexuelle, c’est-à-dire l’adoption par certains hommes de comportements ou d’attributs jusqu’alors construits socialement comme féminins, est révélatrice d’une lutte sociale dont l’objectif est l’imposition d’une nouvelle définition de la masculinité fondée sur une dévaluation de la virilité, telle qu’elle a été construite dans les milieux populaires, dans le plus grand intérêt des hommes des classes moyennes et supérieures.

39 F. Boni, « Framing media masculinities. Men’s lifestyle magazines and the Biopolitics of the Male Body », European Journal of Communication, vol. 17 (4), 2002, p. 465-478. L’intérêt de cette recherche est de coupler une analyse des images du corps masculin telles qu’elles sont données à voir dans l’édition italienne du journal Men’s Health’s avec une analyse de réception des formes de réappropriations par leurs lecteurs (focus group interview).

Auteur

Maître(sse) de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’IUT de Lannion-université de Rennes 1 et chercheuse au Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE – UMR 6051). Ses recherches portent sur le journalisme, l’organisation du travail journalistique, la socio-économie des médias en lien avec la question du genre et des rapports sociaux de sexe.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access