Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Boys don't cry!

 | 
Delphine Dulong
, 
Erik Neveu
, 
Christine Guionnet

Première partie. Les discours de la plainte : enjeux et ambivalences

Le discours des « coûts » et de la « crise » de la masculinité et le contre-mouvement masculiniste

Francis Dupuis-Déri

Texte intégral

Je tiens à remercier Mélissa Blais, Fanny Bugnon et Érik Neveu, pour avoir accepté de lire et commenter des versions préliminaires de ce texte. Ce chapitre reprend certains éléments de l’introduction du livre Le mouvement masculiniste au Québec : l’antiféminisme démasqué (Montréal, Remue-Ménage, 2008 – codirigé par M. Blais), de mes articles « Féminisme au masculin et contre-attaque “masculiniste” au Québec » (Mouvements, 31, 2004) et « L’internationale masculiniste : pistes de réflexion » (Chronique féministe, no 106, 2010). Il s’inspire surtout du texte de la communication présentée en janvier 2010 au colloque « Les coûts de la masculinité » (Institut d’études politiques de Rennes). Un autre texte tiré de cette communication sera publié dans le dossier sur l’antiféminisme, préparé conjointement par les revues Les cahiers du genre et Recherches féministes, et discutera de manière plus détaillée de l’histoire du discours de la crise de la masculinité et du rapport contradictoire entre l’égalité des sexes et l’identité masculine. Je termine également la rédaction d’un livre qui portera sur la signification politique du discours de la crise de la masculinité, où plusieurs des éléments présentés ici seront développés plus avant.

  • 2 Dans H. Dagenais et A.-M. Devreux, « Les hommes, les rapports sociaux de sexe et le féminisme : De (...)

« [L]es hommes ont pour spécificité par rapport aux femmes d’être majoritairement en position supérieure. […] Mais ils ne sont pas seulement dans cette position parce que les femmes sont au-dessous […].
Ils y sont parce que les rapports de sexe les y mettent, parce qu’ils sont produits pour y être, et parce qu’ils luttent pour s’y maintenir. »
Anne-Marie Devreux2

1Dans tous systèmes inégalitaires, certains coûts sont associés aux dominants qui évoquent même parfois avec solennité le « fardeau » qu’ils portent en tant qu’êtres supérieurs, protecteurs et pourvoyeurs de biens, services et bons conseils. Dans le système capitaliste, par exemple, le plus riche des hommes peut considérer comme un coût psychologique la responsabilité qui lui incombe de gérer sa fortune, ses domestiques et ses employés, ou encore la peur constante d’être volé ou la tristesse de savoir que toute personne entre en relation avec lui de manière intéressée. Bref, un riche peut être malheureux et vivre certains problèmes déterminés par son statut supérieur et sa fortune. De même, quelques avantages peuvent encourager les personnes dominées à penser que leur situation est enviable, et quelles sont bien dans leur statut de subalterne. Ces avantages et ces désavantages peuvent être appréhendés et représentés en termes psychologiques, sociologiques, anthropologiques, voire artistiques.

  • 3 L. Thiers-Vidal, De « L’ennemi principal » aux principaux ennemis : Position vécue, subjectivité e (...)
  • 4 D. Schrock, M. Schwalbe, « Men, masculinity, and manhood acts », Annual Review of Sociology, 2009, (...)

2Dans le cadre du patriarcat, quelques coûts peuvent être associés à la masculinité : dans tous les pays (sauf en Chine), le taux de suicide des hommes est plus élevé que celui des femmes, les hommes sont plus nombreux derrière les barreaux de prison et les hommes homosexuels sont stigmatisés parfois violement – surtout par d’autres hommes – pour leurs désirs érotiques et romantiques. Or il y a un risque politique mais également analytique à penser saisir la logique des coûts de la masculinité comme s’ils relevaient de l’identité masculine en soi et pour soi, et non des rapports de sexe entre les hommes et les femmes. Léo Thiers-Vidal explique que la notion de « rôle de sexe » (comme celle d’« identité masculine »), si elle est pensée indépendamment des rapports de sexe, « n’est pas défendable sociologiquement, puisqu’elle implique soit une vision passive des agents de socialisation (reproduction automatique) » qui laisse croire que l’identité masculine domine les sujets et s’impose à eux (tout comme l’identité féminine s’impose aux femmes), « soit une vision volontariste » qui postule que les individus reproduisent leur identité sexuelle pour leur propre bonheur psychologique3. Appréhendés dans le cadre des rapports sociaux de sexe qui leur donne sens, les rôles de sexe ou les identités sexuelles sont avant tout déterminés par des positions politiques inégalitaires. Douglas Schrock et Michael Schwalbe ont démontré que la masculinité est une identité politique plutôt que psychologique, et c’est « ce que les hommes font, individuellement et collectivement, pour que les femmes en tant que groupe soient subordonnées aux hommes en tant que groupe et que certains hommes soient subordonnés à d’autres ». Il faut donc « voir le genre non pas comme un attribut aux individus mais comme le nom donné aux pratiques culturelles qui constituent les femmes et les hommes comme différents et qui avantagent les hommes aux dépens des femmes4 ». Évidemment, cela ne veut pas dire que tous les hommes (identité biologique des êtres humains ayant un pénis) dominent des femmes. Cela veut dire plutôt que l’identité masculine est un construit sociopolitique : être un « vrai » homme en société, c’est être ou se représenter comme actif, indépendant et en contrôle (surtout face aux femmes), courageux, voire téméraire. Les « coûts » de la masculinité ne prennent sens que s’ils sont resitués dans le cadre du système patriarcal où l’identité masculine est celle des dominants.

3Du point de vue de la science politique qui place la question du pouvoir au cœur de la réflexion et de l’analyse, une attention constante devrait être portée aux rapports de force qui constituent le système inégalitaire au sein duquel s’expriment ces coûts et ces avantages. Dans le patriarcat, les institutions, les postes de décision et les ressources sont le plus souvent contrôlés en majorité ou même exclusivement par des hommes. Cela se constate en Occident dans les domaines politiques, militaires, économiques, médiatiques et culturels, religieux, sportifs, scientifiques et universitaires. En général, les hommes ont plus d’argent et de prestige professionnel que les femmes avec qui ils sont en relation. La violence conjugale s’exprime le plus souvent contre les femmes, et plus brutalement. Les femmes sont aussi socialisées et encouragées de manière plus ou moins coercitive à être les auxiliaires des hommes, dans les milieux de travail salarié, en termes de tâches domestiques et parentales, de services sexuels et de réconfort émotif et psychologique. Au regard des « avantages » et des « coûts », être un homme face aux femmes est donc en général un avantage, et être une femme face aux hommes est généralement un coût (et entraîne parfois des coups).

  • 5 Selon des données de la coalition pour le contrôle des armes (voir le document : [http://www.preve (...)
  • 6 C. Monnet cité dans L. Thiers-Vidal, De « L’ennemi principal » aux principaux ennemis…, op. cit., (...)

4Cette inégalité systémique en faveur des hommes doit être prise en compte lorsque l’on pose la question des « coûts » de la masculinité. On peut ainsi se demander s’il n’est pas problématique de discuter sans considération pour les rapports sociaux de sexe le fait statistique que les hommes sont plus souvent que les femmes victimes d’accidents automobiles, ou commettent plus souvent que les femmes un suicide avec une arme à feu, ou se voient moins souvent que les femmes accorder la garde des enfants, ou expriment moins que les femmes de l’empathie. Tous ces « coûts » peuvent sans doute s’expliquer par la domination que les hommes exercent sur les femmes. Les hommes, en effet, sont plus souvent propriétaires d’une automobile que les femmes, et ce sont les hommes en général qui conduisent la voiture quand ils s’y retrouvent avec une femme. Or être propriétaire et conduire une voiture est un marqueur de privilège et de pouvoir, en plus d’accroître sa capacité de déplacement dans des sociétés où l’urbanisme donne priorité aux voitures. Les hommes possèdent plus souvent que les femmes des armes à feu. Au Canada, les hommes possèdent 86 % des armes à feu privées du pays (ainsi que celles de l’armée, par ailleurs). Il s’agit à la fois d’un marqueur de pouvoir, et d’un pouvoir réel. Par ailleurs, en trente ans, 40 % des femmes tuées par leur époux l’ont été au moyen d’une arme à feu5. Si les hommes ont moins souvent la garde des enfants que les femmes en situation de séparation ou de divorce, c’est avant tout qu’ils se contentent le plus souvent de visites occasionnelles, préférant que la mère soit la principale responsable des enfants, comme dans les couples hétérosexuels d’ailleurs où les femmes effectuent le plus de tâches domestiques et parentales. Quant à l’idée largement répandue que les hommes sont des handicapés émotionnels, c’est qu’« [e]xprimer ses émotions tend fortement à réduire sa position de pouvoir, le pouvoir ayant de forts liens avec la non-expression de la vulnérabilité6 » et de l’empathie envers les personnes que l’on domine. Sans oublier, évidemment, que les hommes sont souvent très fiers d’exprimer certaines émotions, comme la colère, qui leur permet de réaffirmer parfois brutalement leur autorité.

  • 7 Les réflexions féministes au sujet du développement de la connaissance sont multiples. Voir, entre (...)

5À noter enfin qu’en termes d’expression des émotions, le discours de la « crise de la masculinité » révèle clairement – comme je vais le démontrer ici – qu’un dominant peut se lamenter pour attirer la pitié, mobiliser des ressources à son avantage et discréditer les responsables de ses prétendus malheurs, soit les femmes émancipées et les féministes. Cela soulève la question à savoir si une discussion sur les « coûts » de la masculinité, même si elle relève de l’analyse savante, peut être récupérée et instrumentalisée à des fins politiques pour miner la légitimité du féminisme, aussi bien dans le milieu universitaire qu’à l’extérieur des murs de l’académie, en présentant les hommes comme perdants et les femmes comme gagnantes ? Dit autrement : dans un système inégalitaire comme le patriarcat, est-il possible de discourir de manière neutre des « coûts » de la masculinité, sans risque de faire le jeu de l’antiféminisme ? Ces questions politiques font écho aux interpellations des féministes qui ont depuis longtemps questionné la prétention à la neutralité des sciences sociales quand le discours savant discute d’enjeux qui touchent les rapports sociaux entre les sexes, ce qui inclut évidemment le questionnement des « coûts » de la masculinité7.

  • 8 V. Poyetton, « Les hommes vont mal. Ah bon ? », Le Courrier, 18 mars 2005, [http://www.lecourrier. (...)

6Ainsi, la sociologue Pascale Molinier constate que la souffrance des hommes dominants est un sujet de discussion et de préoccupation publiques : « “[L] e stress des cadres” a fait couler plus d’encre ces dernières années que celui des caissières d’hypermarché. En pointant la vulnérabilité des hommes ne risque-t-on pas d’avaliser l’idée, bien commode pour le maintien de l’ordre social, que les femmes sont formidables dans l’adversité8 ? » Sans présumer des intentions des collègues universitaires qui se penchent sur les « coûts » de la masculinité, je considère avec Léo Thiers-Vidal qu’être un homme et porter le regard sur des hommes qui auraient des problèmes en tant qu’hommes

  • 9 L. Thiers-Vidal, De « L’ennemi principal » aux principaux ennemis…, op. cit., p. 110-111.

« ne permet pas de faire cette rupture éthique et épistémologique consistant pour les oppresseurs à considérer les intérêts des opprimées de façon prioritaire par rapport à leurs propres enjeux et correspond au niveau théorique à une fuite devant les enjeux de pouvoir […]. Il est bien plus agréable et facile de s’intéresser à soi, son épanouissement, voire sa propre douleur, que de considérer l’étendue de sa responsabilité individuelle et collective dans l’oppression des femmes9 ».

7Cela dit, je me propose ici non pas de discuter des intentions conscientes ou non des hommes qui étudient les « coûts » de la masculinité, mais plutôt de certains effets politiques afférents au discours sur la souffrance et les malheurs des hommes. Plus spécifiquement, j’évalue comment le discours de la « crise de la masculinité » peut être mobilisé dans une perspective antiféministe, et donc jouer contre l’avancée des femmes vers la liberté et l’égalité face aux hommes.

8Une attention plus grande sera alors portée au déploiement de ce discours aujourd’hui, en France et tout particulièrement au Québec, où il a une forte résonance. La force de ce discours au Québec peut s’expliquer par l’influence du féminisme dans cette province canadienne, qui compte au sein de l’État provincial québécois un ministère de la Condition féminine, un secrétariat de la Condition féminine et un Conseil du statut de la femme, et dans la société civile une Fédération des femmes du Québec, plus d’une centaine de maisons d’hébergement pour femmes violentées et plus d’une centaine de centres de femmes, des instituts de recherches et d’études féministes, sans compter les coalitions et les groupes féministes qui se mobilisent sur divers enjeux de manière plus ou moins ponctuelle, y compris la Coalition antimasculiniste (2004-2005). C’est aussi au Québec qu’a été lancée à la fin des années 1990 la Marche mondiale des femmes. Certes, la société québécoise est encore bien loin d’être marquée par l’égalité entre les hommes et les femmes, même si cette égalité est présentée dans les discours publics des politiciens et de plusieurs intellectuels comme une valeur fondamentale au Québec. À cela, l’historienne féministe québécoise Micheline Dumont répond, avec ironie :

  • 10 M. Dumont, « Le foulard et l’égalité », Le Devoir (Montréal), 22 février 2010, p. A7.

« Je suis très contente de l’apprendre. On peut donc s’attendre à ce que, désormais, tout le monde se mobilise pour enrayer la violence conjugale, pour améliorer le salaire des milliers de femmes qui travaillent au salaire minimum et dans des conditions précaires ; que l’on va cesser de ne parler que des 66 % de jeunes femmes qui étudient la médecine et que les médecins vont cesser de se lamenter sur la féminisation de leur profession. Savez-vous quelle est la profession où se retrouve le plus grand nombre de femmes ? Le secrétariat ! Il y a plus de 100 000 secrétaires au Québec10. »

9Malgré cet appel à la lucidité sociopolitique, plusieurs au Québec, et sans doute en France, se bercent de l’illusion de l’« égalité-déjà-là » entre les sexes et de la « liberté-déjà-là » pour les femmes, quand on ne prétend pas que le « féminisme-est-allé-trop-loin ». Des hommes cherchent à protéger leur pouvoir et leurs privilèges masculins et prétendent que les hommes souffrent aujourd’hui d’un manque de modèles masculins, et qu’ils sont dominés – eux – par les femmes émancipées et les féministes qui contrôlent les institutions, de l’État à la famille, en passant par l’école, le marché de l’emploi et les arts et la culture. À les entendre, être un homme au Québec serait un « coût », soit d’être dominé par les femmes et le féminin. Le discours de la « crise de la masculinité » prétend qu’être un homme se réduit à souffrir de coûts tels que le manque de repères identitaires, les difficultés scolaires, le taux de suicide, la perte de la garde des enfants.

10Ce qui se dit au Québec peut aussi se dire en France, même chez des hommes proféministes. En entrevue dans le journal Rue89 pour la journée de la Saint-Valentin en 2010, Cyril Barde, chercheur de l’École nationale supérieure de Lyon, se fait poser la question : « Vous pensez qu’il y a une crise de la masculinité ? » Sa réponse :

« Dans un sens, oui. Comment en effet expliquer l’échec scolaire masculin tendanciellement plus important que celui des filles ? Comment expliquer que la majorité des comportements à risque soit le fait de garçons et de jeunes hommes, sinon en y décelant les grippages, les accrocs d’un processus de construction si violent qu’il peut aller jusqu’à l’autodestruction ? »

11On voit bien ici comment le discours au sujet d’une crise prétendue de la masculinité intègre le discours sur les « coûts » de la masculinité, une identité associée non pas à des avantages, des privilèges et du pouvoir, mais à des problèmes et à « la majorité des comportements à risque ». Une question suivante ouvre potentiellement sur les inégalités entre les sexes et la domination masculine : « Mais cette crise de la masculinité serait soluble dans le féminisme et non créée par la libération de la femme ? » La réponse rabat toute la réflexion sur la prétendue souffrance masculine : « En fait, les hommes sont autant sujets qu’objets de la domination dont ils sont les relais. » Voilà les hommes non plus dominants, mais dominés eux aussi et simples « relais » de la domination des femmes. Cyril Barde poursuit :

« La fameuse “crise du masculin” est en réalité le moment du dévoilement des injonctions contradictoires à l’œuvre dans le processus de construction de l’identité masculine. […] Pour libérer les femmes de la domination masculine, il faut libérer les hommes de ces mêmes structures qu’ils s’imposent également à eux-mêmes. »

  • 11 Camille, « L’homme est-il l’avenir de la femme ? », Rue89, 14 février 2011, [http://www.rue89.com/r (...)

12En conclusion, pourquoi ne pas décocher une critique aux féministes, sous prétexte de leur faire la leçon : « Le féminisme traditionnel a atteint là un point de blocage, un effet de seuil qu’il ne pourra dépasser sans s’engager dans cette compréhension d’une masculinité complexe, prise au piège invisible de sa propre puissance11. » Pour que le féminisme avance, on prétend que les féministes devraient répondre par l’empathie et la sollicitude aux hommes dominés par la masculinité. Cette volonté de mise au pas du féminisme n’est pas propre à Cyril Barde, puisque cette imprécation à l’attention des féministes est couramment exprimée dans les médias et dans la section « Commentaires » des textes publiés sur Internet, lorsqu’il est question du féminisme et des rapports entre les hommes et les femmes. Indépendamment de l’intention des producteurs et des diffuseurs d’un tel discours de la « crise de la masculinité », il a des effets antiféministes, puisqu’il délégitime le féminisme et appelle à considérer les hommes – plutôt que les femmes – comme victimes du patriarcat et de la masculinité.

13Ce discours fait l’impasse sur les rapports de force entre le féminisme et l’antiféminisme et entre les femmes et les hommes. Prétendre qu’il y a une « crise de la masculinité » permet de voiler la domination masculine dont les hommes ne sont pas tant « le relais », l’« objet » ou les victimes « prises au piège », mais qu’ils exercent réellement sur les femmes, et dont ils tirent profit individuellement et collectivement. Avant d’aborder la situation contemporaine en France et au Québec, il convient toutefois de rappeler brièvement que ce discours de la « crise de la masculinité » a une très longue histoire, puisqu’il s’agit d’une stratégie rhétorique utilisée dès que quelques femmes menacent de remettre en cause l’ordre patriarcal.

Discours de crise de la masculinité

  • 12 M. Hazan, « Y a-t-il une condition masculine ? Le masculin aujourd’hui : crise ou continuité ? », (...)
  • 13 J. Charbit, « La crise de la masculinité » en Afrique du sud : Discours public et panique morale a (...)
  • 14 Pour la Grande-Bretagne, voir B. J. Baines (ed.), Three Pamphlets on the Jacobean Antifeminist Con (...)
  • 15 C. Corgnet, « Une masculinité en crise à la fin du XVIIe siècle ? La critique de l’efféminé chez L (...)
  • 16 A. Sinfield, dans N. A. Jayasena, Contested Masculinities : Crises in Colonial Male Identity in th (...)
  • 17 E.-M. Lampron, « Liberté, masculinité, fraternité », M. Blais, F. Dupuis-Déri (dir.), Le mouvement (...)
  • 18 J. LYON, « Kleist’s Prinz Friedrich von Homburg and the crisis of masculinity », The Germanic Revi (...)
  • 19 Pour les États-Unis: M. S. Kimmel, « “Born to run”: Nineteenth-century fantasies of masculine retr (...)
  • 20 L. Symes, « The new Masculinism », Harper’s Magazine, juin 1930; Suzik, « “Building better men”: t (...)
  • 21 A. Mitscherlich, Vers la société sans pères, Paris, Gallimard, 1981 (1963) ; K. Bednarik, La crise (...)
  • 22 L. V. Kosygina, « Doing gender in research: Reflection of experience in field », The Qualitative R (...)
  • 23 M. Dorais, L’homme désemparé : Les crises masculines – les comprendre pour s’en déprendre, Montréa (...)
  • 24 Voir la section « The crisis of masculinity », B. Alpern Engel, Women in Russia – 1700-2000, Cambr (...)
  • 25 Pour l’Afrique: J. Charbit, « La crise de la masculinité » en Afrique du sud…, op. cit.; N. VONARX (...)
  • 26 L. Zulueta, « Feminism blamed for “erosion of manhood” », [www.newsino.inquirer.net/], consulté le (...)
  • 27 J. A. Allen, « Men Interminably in Crisis? Historians on Masculinity, Sexual Boundaries, and Manho (...)

14L’idée qu’il est difficile d’être un homme, même dans des sociétés patriarcales, n’a rien de bien nouveau ni d’exceptionnel. En fait, cette idée relève aujourd’hui d’une « sorte de lieu commun » en Occident12, mais aussi ailleurs, comme en Afrique du Sud13. Il est étonnant, pour qui se plonge dans l’histoire de la modernité occidentale, de découvrir qu’un tel discours de crise de la masculinité existait bien avant les frondes du mouvement féministe des années 1960-1970, et même avant le mouvement suffragiste du début du XXe siècle. Déjà lors de la Renaissance en France, l’homme se dit menacé de castration, alors que la cour du roi serait pervertie par l’influence des « précieuses ». En Angleterre, c’est la cour de Jacques 1er qui serait infestée de « femmes-hommes » et d’« hommes-femmes »14. D’autres crises de la masculinité frappent en France au XVIIe siècle15, en Angleterre au XVIIIe siècle16, lors de la Révolution française aussi bien chez les monarchistes que chez les républicains et jusque dans les colonies françaises17, en Allemagne au début du Xe siècle18, aux États-Unis, en France, en Allemagne et dans les colonies de l’empire britannique à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle19, encore aux États-Unis dans les années 193020, en Allemagne de l’Ouest dans les années 196021, en URSS dès la fin des années 1960 et dans les années 1970, entre autre parmi les hommes immigrants22, au Québec dans les années 1970 et 198023, puis un peu partout en Occident depuis les années 1990, y compris en Russie postsoviétique24. Hors de l’Occident, la masculinité serait aussi en crise en Afrique, en Amérique latine, en Asie et Moyen-Orient25. En fait, le cardinal allemand Paul Josef Cordes a déclaré aux Philippines en 2009 que « la masculinité et plus spécifiquement la paternité sont en crise » partout dans le monde à cause du « féminisme radical »26. Ces crises ne relèvent pas toutes de la même logique, mais cette récurrence étonnante pousse à demander, à la suite de l’historienne Judith A. Allen, si « les hommes ne sont pas interminablement en crise27 » ?

15À constater la récurrence avec laquelle resurgit le discours de la crise de la masculinité depuis des siècles, alors que la domination de la classe des hommes est solidement institutionnalisée et protégée par les lois, force est d’admettre que ce discours n’est pas la conséquence d’une crise réelle. Le recours au discours de la crise de la masculinité semble être une constante lorsque des hommes se sentent menacés par l’avancée ou la menace d’avancée de quelques femmes qui désirent s’émanciper, ou qu’ils cherchent un bouc émissaire qui serait responsable de problèmes provoqués par une défaite militaire, une crise économique ou d’autres bouleversements sociopolitiques, économiques et culturels. Il n’est donc pas surprenant que des hommes reprennent aujourd’hui cette rhétorique de la crise de la masculinité, puisqu’il y a eu plusieurs bouleversements socio-économiques depuis les années 1970, en particulier sur le marché de l’emploi, et parce que les femmes ont effectué, depuis les années 1960, d’importantes avancées en termes de droits, de liberté et d’égalité, même si l’émancipation des femmes et l’égalité entre les sexes sont loin d’être atteintes en Occident, et ailleurs.

16Cela dit, la notion de crise de la masculinité soulève plusieurs problèmes conceptuels et analytiques pour des spécialistes de la masculinité comme Stephen M. Whitehead, qui constate qu’il s’agit d’un concept flou et mal défini, associé à d’autres thèmes tout aussi incertains, comme la « psyché mâle », « l’identité masculine innée », la « nature masculine » et les « vrais hommes ». Selon Arthur Brittan, la

  • 28 A. Brittan, Masculinity and Power, Oxford, Basil Blackwell, 1989, p. 186.

« notion d’une crise générale de la masculinité implique l’effondrement de “l’hétérosexualisme” et le déclin des pouvoirs et de l’autorité des hommes dans la sphère publique. Cela n’est pas en train de se produire. Très certainement, la “légitimité” de la domination masculine est questionnée de plus en plus par des femmes et quelques hommes, mais cela n’a pas mené à la déstabilisation du mode dominant28 ».

  • 29 Ibid., p. 184.

17Il propose donc de ne plus parler de « crise de la masculinité », mais plutôt d’une « crise de légitimité » de la domination masculine, qui reste effective dans les sociétés occidentales d’aujourd’hui malgré certaines contestations29.

  • 30 J. A. Allen, « Men interminably in crisis? Historians on masculinity, sexual boundaries, and manho (...)
  • 31 N. A. Jayasena, Contested Masculinities, op. cit.
  • 32 R. J. Corber, Homosexuality in Cold War America: Resistance and the Crisis of Masculinity, Durham- (...)
  • 33 S. Lelièvre, « Les cinémas africains à l’AEGIS 2005 », [http://www.africultures.com/php/index.php? (...)

18L’historienne Judith A. Allen, qui a analysé quelques études historiques sur la crise de la masculinité, y décèle deux problèmes méthodologiques récurrents. Premièrement, les chercheurs se limitent trop souvent à l’analyse de textes d’époque, souvent des œuvres de fiction, au risque d’assumer qu’un discours de crise ou une représentation d’une crise équivaut à une crise réelle des rapports sociaux de genre30. Ainsi, la crise de la masculinité qui traverse l’empire britannique est perçue à travers des romans comme Dracula, de Bram Stoker, Lord Jim, de Joseph Conrad, et Burmese Days, de George Orwell31. La crise de la masculinité qui frapperait les États-Unis durant la guerre froide est interprétée à travers des romans de James Baldwin, Gore Vidal et Tennessee Williams32. La crise de la masculinité postcoloniale en Afrique s’exprimerait dans des films, comme dans la scène de la disparition magique des pénis dans Quartier Mozart, réalisé par Jean-Pierre Bekolo en 199233. Or si les représentations culturelles et artistiques d’un phénomène comme une crise peuvent évidemment être interrogées et analysées, il ne faut pas conclure qu’elles sont les reflets réels des rapports sociaux et des conditions matérielles d’existence. Pour le dire plus crûment : des œuvres littéraires du passé peuvent représenter une panique individuelle ou collective face à l’invasion prétendue de la société de l’époque par des femmes, des homosexuels, des Juifs ou des extra-terrestres, sans qu’il n’y ait jamais eu réellement de pareil « invasion », ni même qu’il y ait eu une véritable menace. Deuxième problème d’ordre méthodologique, qui est d’ailleurs lié au premier, les études sur la crise de la masculinité ne proposent pas d’indicateurs objectifs pour déterminer si une société est (trop) féminisée et si les hommes sont (réellement) en crise. Allen conclut qu’il est préférable de parler de discours de crise plutôt que de crise réelle.

  • 34 M. Raboy, B. Dagenais, « Introduction: Media and the politics of crisis », M. Raboy, B. Dagenais ( (...)
  • 35 D. Bidney, Theoretical Anthropology, New York, Schocken Books, 1953, p. 345-365 (reprise de D. Bid (...)
  • 36 V. Poyetton, « Les hommes vont mal. Ah bon? », op. cit.

19Deux spécialistes des médias, Marc Raboy et Bernard Dagenais ont bien expliqué comment un discours de crise a des effets politiques réels, puisque « l’identification d’une certaine situation comme une “crise” est en soi un acte idéologique et politique34 ». L’anthropologue David Bidney, qui parle de « syndrome de la crise perpétuelle », propose la même analyse et rappelle que les élites (on pourrait dire aussi les classes dominantes comme la classe masculine) utilisent le discours de crise « comme moyen de se maintenir au pouvoir et d’écraser toute opposition, sous le prétexte de quelque urgence nationale », la crise provoquant un « état d’urgence »35. D’ailleurs, la sociologue Anne-Marie Devreux souligne que le discours de la « crise de la masculinité » est « [u]n discours de dominants » et elle « constate qu’un état de crise surgit à chaque fois qu’une domination est remise en question36 ». Cet acte de discours identifie l’existence d’une menace (ici les femmes et les féministes, ou le « féminin ») à l’ordre des choses, et qui appelle à l’action et à la mobilisation sociale et qui délégitime du même souffle celles qui pourraient représenter une menace (les femmes et les féministes ou le « féminin ») et qui seraient responsables de cette crise.

  • 37 S. Hilgartner, C. L. Bosk, « The Rise and Fall of Social Problems: a Public Arenas Model », Americ (...)
  • 38 M. Raboy, B. Dagenais, « Introduction: Media and the politics of crisis », op. cit., p. 4.

20Le discours de la crise s’inscrit dans le processus plus général d’identification d’un problème public. Dans les sociétés, des problèmes sociaux très importants peuvent être ignorés, alors que de faux problèmes ou des problèmes mineurs peuvent se voir accorder la priorité. Pour leur part, les médias sont friands des crises bien plus que de la normalité, et ils ont même tendance à chercher des crises là où il n’y en a pas. Conséquemment, il y a des luttes sociales pour que tel ou tel enjeu soit considéré comme un problème social d’importance, et les autorités appelées à intervenir37. Pour les acteurs sociaux qui cherchent l’attention des médias, évoquer une crise peut alors être une façon d’accéder à des tribunes publiques pour se faire voir et entendre, et donc pour accroître leur capacité à mobiliser des ressources38.

  • 39 C. Guionnet, N. Neveu, Féminins/masculins : Sociologie du genre, op. cit., p. 188.
  • 40 V. Poyetton, « Les hommes vont mal. Ah bon ? », op. cit.

21Comme les discours du passé, le discours contemporain de la « crise de la masculinité » est l’occasion de critiquer les féministes et de mobiliser des ressources pour les hommes tout en justifiant la (ré)affirmation d’une masculinité conventionnelle. Les politologues Christine Guionnet et Érik Neveu précisent d’ailleurs, au sujet de ce discours de crise, qu’il s’agit avant tout d’une rhétorique qui vise « l’accentuation des différences39 » entre les sexes et qui se déploie pour freiner l’avancée des femmes vers l’égalité avec les hommes. En cela, ce discours de « crise de la masculinité » relève d’une rhétorique antiféministe. Anne-Marie Devreux explique pour sa part que « [c]e n’est pas un phénomène secondaire. Cette “crise de la masculinité” est […] une lutte ouverte des hommes contre les femmes et contre les féministes40 ».

  • 41 Processus que constate Joël Charbit dans son étude sur le discours de « La crise de la masculinité (...)

22Déclarer qu’il y a « crise de la masculinité » ou que « les hommes sont en désarroi », c’est agir sur les rapports entre les genres par la mise en motion de tout un ensemble de forces et d’acteurs qui s’agitent comme s’il y avait crise réelle, et c’est donc provoquer les effets d’une crise réelle : début de débats, création de groupes et développement de ressources pour hommes, activisme de type mouvement social, lancement de projets de recherche et d’études, colloques, prises de position des autorités publiques, etc.41.

Le féminisme responsable de la crise de la masculinité

  • 42 Premiers mots de la préface d’Yvon Dallaire, « Pour une réelle égalité et équité entre les hommes (...)
  • 43 On retrouve l’expression dans la première phrase du livre de A. Ledoux, De l’homme en crise à L’ho (...)
  • 44 Premier mot du livre de M. Dorais, L’homme désemparé : Les crises masculines – les comprendre pour (...)
  • 45 A. Ledoux, De l’homme en crise à L’homme nouveau, op. cit., p. 13.
  • 46 J. Lundsay, G. Rondeau, J.-Y. Desgagnés, « Bilan et perspectives du mouvement social des hommes au (...)

23Les ouvrages qui font la promotion du discours de la crise de la masculinité s’ouvrent généralement par une référence au « mouvement féministe42 » ou à l’« émancipation féminine43 », en bref à un mouvement social ayant provoqué chez les hommes « désemparés44 » une « crise existentielle45 ». Le féminisme serait la cause de la crise de la masculinité. Ainsi, trois universitaires spécialistes de la « condition masculine » au Québec expliquent que parmi les trois causes possibles aux problèmes masculins d’aujourd’hui, à savoir la « révolte des jeunes » des années 1960, le mouvement gai et le mouvement féministe, c’est ce dernier qui aurait provoqué la « crise de la masculinité », ce qui aurait poussé les hommes à se mobiliser collectivement, c’est-à-dire à « se rencontrer pour parler et réfléchir sur leur condition d’homme » et « pour répondre à la crise de la masculinité », en bref pour fonder le « mouvement social des hommes46 ».

24S’il est tout à fait logique, d’un point de vue politique, de penser que le féminisme menace les hommes en tant que sujets dominants dans le cadre des rapports sociaux de genre, il est tout aussi logique de penser que les hommes – et certaines femmes antiféministes – sauront développer des arguments rhétoriques pour miner la crédibilité des féministes. À ce jeu de discours, il peut être politiquement efficace de grossir jusqu’à l’absurde la menace que constitue le féminisme, pour mieux le discréditer et pour favoriser une mobilisation pour le contrer. La même logique, évidemment, peut être à l’œuvre dans les discours homophobes ou racistes. Quelques immigrants débarquent au pays, et voilà qu’il s’agit d’une « invasion » qui « menace » notre culture, nos valeurs et nos emplois, au risque même d’entraîner notre « disparition ».

  • 47 En France, É. Zemmour, Le premier sexe, 2006 ; au Québec, Guy Corneau et Yvon Dallaire.
  • 48 En France, M. Schneider, Big Mother : Psychopathologie de la vie politique, 2005.
  • 49 En France, A. Soral, proche du front national et auteur de Vers la féminisation ? Pour comprendre (...)
  • 50 Comme le chef du parti travailliste en Australie, Mark Latham, alors qu’il était candidat pour dev (...)
  • 51 Dans son dernier livre au titre évocateur, D. Welzer-lang affirme que « nos modèles masculins sont (...)
  • 52 D. Bombardier, La déroute des sexes, Paris, Le Seuil, 1993 ; Françoise Hurstel, « Peut-on parler d (...)
  • 53 É. Badinter, Fausse route, Paris, Odile Jacob, 2003.
  • 54 S. Faludi, Stiffed: The Betrayal of the American Man, New York, Harper Collins, 2000.
  • 55 R. F. Levant, « Men and masculinité », J. Worell (ed.), Encyclopedia of Women and Gender: Sex Simi (...)
  • 56 L. Payne, Crisis in Masculinity, Wheaton (Ill.), Crossway Books, 1993.
  • 57 G. Corneau, Père manquant, fils manqué, Montréal, De L’Homme, 1989 ; Y. Dallaire, Homme et fier de (...)
  • 58 J. Lundsay, G. Rondeau, J.-Y. Desgagnés, « Bilan et perspectives du mouvement social des hommes au (...)
  • 59 Comme l’analyse W. F. Pinar, The Gender of Radical Politics and Violence in America, New York, Pet (...)

25Cette idée que le féminisme menace les hommes et que ces derniers sont aux prises avec une crise identitaire est (re)produite et portée par des intellectuels ayant une grande visibilité médiatique47, ainsi que par des fonctionnaires48, des acteurs politiques de l’extrême droite49 ou de forces progressistes50, des hommes qui se prétendent proféministes51 et même par des femmes52 postféministes53 ou féministes54. Deux encyclopédies consacrées aux femmes et publiées dans la sphère anglo-saxone dans les années 2000 offrent plusieurs pages sur la « crise de la masculinité »55. Enfin, ce discours peut reposer sur des considérations anthropologiques, sociologiques, théologiques56 ou psychanalytiques de tendance jungienne57, être porté par des spécialistes de l’intervention psychosociale auprès des hommes58 et amalgamé à des idées racistes et homophobes59. Il y a bien évidemment des différences d’intention, d’insistance et de positionnement idéologique entre toutes ces voix qui constituent malgré ces distinctions un mouvement de discours si fort qu’il donne à croire qu’il y a réellement une crise de la masculinité et que le féminisme est réellement responsable de cet état de fait.

  • 60 C. Castelain Meunier, Les métamorphoses du masculin, Paris, Presses universitaires de France, 2005 (...)
  • 61 Propos du psychologue Guy Corneau, en entrevue à la radio de Radio-Canada, à l’émission de Marie-F (...)
  • 62 Y. Dallaire, Homme et fier de l’être, op. cit., p. 29. Sur le même sujet, voir A. Gélinas, L’Équit (...)
  • 63 D. Bombardier, La déroute des sexes, op. cit., p. 100.
  • 64 J. Arènes, Lettre ouverte aux femmes de ces hommes (pas encore) parfaits…, Paris, Fleurus, 2005, p (...)
  • 65 A. Ledoux, De l’homme en crise à L’homme nouveau, op. cit., p. 19 et p. 91.
  • 66 M. Fontaine, « C’est le moment ou jamais pour les Québécois de procéder à un sérieux examen de con (...)
  • 67 « Hommes en désarroi » est le titre d’un des chapitres du livre de Denise Bombardier, La déroute d (...)
  • 68 D. Bombardier, La déroute des sexes, op. cit., p. 84.
  • 69 Selon J.-C. Boucher, de L’après-rupture (Martine Valo, « Antiféminisme : Le massacre qui a traumat (...)
  • 70 Y. Dallaire, Homme et fier de l’être, op. cit., p. 19.
  • 71 H. Lebel, « Misandrie institutionalisée », Indymedia-Nantes, [http:nantes.indymedia.org/article.ph (...)
  • 72 H. Lebel, « Le réveil du lion », Centre des médias alternatifs du Québec, repris sur le site de L’ (...)
  • 73 H. Lebel, « Misandrie institutionalisée », op. cit.

26Les ouvrages qui portent le discours de la crise de la masculinité affirment que les hommes « ont reçu le féminisme de plein fouet »60 et qu’ils voient « les femmes en train d’envahir le monde61 », ne laissant aux hommes que les poubelles, soit le seul « territoire qui ne soit pas envahi par les femmes » dans la société contemporaine62. Alors que « l’ordre masculin est à jamais renversé63 » et qu’advient la « fin du patriarcat64 », les hommes en « crise65 » et « désemparés66 » souffrent d’un « désarroi67 » et d’une « anxiété particulière68 », car ils « n’ont plus aucun privilège69 ». L’homme est donc un sujet politique opprimé et discriminé, puisque le féminisme est une « nouvelle dictature70 » comparable au « stalinisme » et au « national-socialisme allemand71 », et diffuserait une « propagande fémisexiste72 ». Les bureaucrates qui s’assurent que les pères paient la pension alimentaire à la mère ayant la garde des enfants auraient un rôle qui « s’apparente à celui joué par les gardiens des camps de concentration nazi » et la prochaine étape de la « dictature féminazie » « sera peut-être la construction de chambres à gaz73 » pour y exterminer les hommes.

  • 74 Selon le site Internet de F4J [http//:www.fathers-4-justice.ca/fr/mtl/affaireCamille.html], consul (...)
  • 75 Selon un texte publié sur le site Internet de ce groupe, le 20 janvier 2011, intitulé « La misandr (...)

27Par leur ton radical, ces dernières déclarations semblent le fait d’un homme hargneux, extrémiste et sans doute isolé. En fait, leur auteur a été vice-président de la Coalition pour la défense des droits des hommes du Québec et délégué à ce titre pour présenter un mémoire devant la Commission permanente des affaires sociales dans le cadre de la Consultation générale sur le document intitulé Vers un nouveau contrat social pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Cet homme est l’un des signataires du Manifeste hoministe : Charte pour un mouvement des hommes, rédigé en 2006 par Yvon Dallaire, John Goetelen et Patrick Guillot. La branche montréalaise du groupe Fathers-4-Justice (F4J) a lancé sur son site Internet un appel de solidarité envers cet homme, alors qu’il était en prison pour ne pas avoir respecté des conditions imposées par la cour au sujet de son ex-conjointe et mère de ses enfants74. Il serait aujourd’hui collaborateur du réseau d’aide pour hommes divorcés et séparés L’après-rupture, de la ville de Québec75.

  • 76 V. CESPEDES, L’homme expliqué aux femmes, Paris, Flammarion, 2010, p. 27 sq.
  • 77 Sur l’utilisation en France du mythe antiféministe du « féminisme américain », voir J. Ekiel, « An (...)
  • 78 A. Touraine, Le monde des femmes, Paris, Fayard, 2006, p. 202.
  • 79 Ibid., p. 321.
  • 80 Ibid., p. 325.
  • 81 Ibid., p. 333.
  • 82 Ibid., p. 332.
  • 83 Ibid., p. 331 et p. 219.

28Même des hommes qui se disent plutôt favorables au féminisme constatent une crise de la masculinité, à tout le moins dans le domaine amoureux et sexuel76. Pour sa part, le très sérieux sociologue Alain Touraine, qui a consacré sa vie à l’étude des mouvements sociaux progressistes (mais sans prendre au sérieux le féminisme), lance en 2006 un livre intitulé Le monde des femmes. Il y fait preuve – enfin – d’un intérêt sociologique pour les femmes, qu’il se propose d’« écouter » « au lieu de parler en leur nom ». Il développe une réflexion inspirée d’une soixantaine d’entretiens et de plusieurs discussions de groupes de femmes, ce qui lui permettrait de conclure que « les femmes créent une nouvelle culture » ou plus précisément procèdent à « un renversement culturel ». Il semble accueillir cet événement avec une certaine sympathie, se permettant malgré tout d’épingler au passage quelques féministes radicales (surtout aux États-Unis, évidemment77…) « qui luttent […] pour détruire les hommes78 » ! En conclusion, il déclare tout de même que la France est « une société des femmes ». Alain Touraine avait déjà lancé une telle affirmation dans Un nouveau paradigme : Pour comprendre le monde aujourd’hui (2005), y expliquant que « nous n’avançons pas vers une société d’égalité entre hommes et femmes ; […] nous sommes déjà entrés dans une culture (et donc dans une vie sociale) orientée (et par conséquent dominée) par les femmes79 » (je souligne). Ce sociologue constate une prétendue « victoire du féminisme80 » et dit se situer dans une époque « post-féministe81 » où l’homme en France « devient plus fragile, moins intégré, contrepartie du succès des femmes dans la recomposition du monde. L’homme est davantage secoué d’éclats de violence82 » (contre qui ?) et il « est également fragilisé parce qu’il n’a plus l’appui des institutions que les femmes dirigent maintenant83 ».

  • 84 S. Dauphin, J. Praud, « Les mouvements féministes et la représentation politique des femmes », M. (...)
  • 85 M. Maruani (dir.), Femmes, genre et sociétés : L’état des savoirs, op. cit., p. 456.
  • 86 A. Touraine, Le monde des femmes, op. cit., p. 224 (souligné dans le texte).

29Au moment où le sociologue Alain Touraine présente son « monde des femmes », le revenu des femmes en France n’équivaut qu’à 63 % de celui des hommes et le pays ne compte que 12 % de femmes à l’Assemblée nationale. Dans le domaine de l’économie, il n’y a que 13,5 % de femmes à la tête d’entreprises et que 10,5 % de femmes siégeant sur les conseils d’administration des entreprises les plus importantes, mais 97 % des secrétaires sont des femmes. On ne compte que 20 % de femmes au sein du personnel des études et de la recherche, soit un milieu que connaît bien l’universitaire Alain Touraine84. Enfin, les femmes consacrent en moyenne 4 fois plus de temps que les hommes à s’occuper des enfants, 3 fois plus de temps aux tâches domestiques, et jouissent en moyenne de 3 heures et demie de moins de temps libre par semaine que les hommes85. Dans un tel contexte, il est pour le moins étonnant qu’Alain Touraine affirme que les femmes dominent la société, contrôlent les institutions et qu’elles « ont plus de capacité que les hommes pour se comporter en sujet86 ».

  • 87 L’identification de la masculinité à l’agressivité sature le discours sur la crise des hommes, qui (...)
  • 88 É. Badinter, Fausse route, op. cit., p. 184 ; A. Gélinas, L’équité salariale et autres dérives et (...)
  • 89 É. Zemmour, Le premier sexe, Paris, Denoël, 2006, p. 18-19.

30En fait, ces statistiques pourtant parlantes peuvent être ignorées si l’on adhère à la thèse selon laquelle l’homme se « démasculinise87 », voire est « castré88 », un qualificatif péjoratif qui sature le discours sur la crise de la masculinité. À cette thèse s’amalgame l’idée que les hommes sont « féminisés89 », ce qui permet de prétendre que les hommes qui occupent les postes de pouvoir sont intoxiqués par des valeurs féminines et participent de fait à la domination du féminin sur le masculin. C’est ce que déclare au Québec l’éditorialiste Mario Roy, dans l’influent journal La Presse :

  • 90 M. Roy, « Les masculinistes… et les autres », Journal La Presse, 11 mai 2008.

« [L]es valeurs dites féminines (intériorité, prudence, empathie, conservation, pacifisme) constituent aujourd’hui les étalons de mesure à partir desquels tout est jugé. Ce n’est pas un mal en soi. Ce qui fait problème, c’est que ces mots ont enfoui dans le non-dit et le non respectable les actions associées aux valeurs dites masculines : lutter, risquer, jouer, produire, bâtir90. »

  • 91 M. Schneider, Big mother : Psychopatholoie de la vie politique, Paris, Odile Jacob, 2005, p. 19 et (...)

31Ces propos trouvent échos en France chez des auteurs à succès comme Éric Zemmour et Michel Schneider, ce dernier expliquant que « [m]ême les hommes politiques, si l’on peut dire, ont eu à cœur d’épouser les vertus cardinales prêtées aux femmes : tolérance, bonté, douceur, compassion, et puise leur inspiration dans un État de maternage ». Les hommes contrôlent peut-être l’appareil de l’État, mais ils y sont sous l’emprise des valeurs maternelles et ils ne font que servir « Big mother, la mère-État91 ».

  • 92 [http://www.uomini3000.it/68.htm] (merci à Marcos Ancelovici pour cette référence, consultée le 18 (...)
  • 93 Notes personnelles colligées lors des audiences, 4-5-6 juin 2008.
  • 94 Entrevue dans le film documentaire La domination masculine, 2009.

32Puisque les femmes dominent la société et ses institutions directement ou par le biais des hommes féminisés (Nicolas Sarkozy en France ? Silvio Berlusconi en Italie ? Vladimir Poutine en Russie ? Stephen Harper au Canada ?) qui occupent les postes de pouvoir, les hommes sont sommés de résister et de se mobiliser pour contre-attaquer. Le Manifesto Masculinista, écrit en 2002 en espagnol et diffusé sur un site Internet italien, en appelle à « l’émancipation de l’homme de la domination féminine92 ». Devant un juge à Montréal, lors d’un procès qu’il a intenté contre des féministes, un membre de Fathers-4-Justice explique : « [S]i j’étais en Irak, je perdrais pas mon temps avec les paperasseries légales, je prendrais une mitraillette et je leur ferais sauter la tête », en référence aux juges du tribunal de la famille et aux féministes93. Ce militant masculiniste considère que « le Québec, c’est l’opposé du taliban, le taliban, c’était l’oppression contre les femmes, le Québec, c’est l’oppression contre les hommes, c’est la vérité94 ». Le mouvement masculiniste constitue d’ailleurs, dans plusieurs pays occidentaux, un véritable contre-mouvement qui place au centre de son discours l’idée d’une crise de la masculinité.

Le masculinisme comme contre-mouvement antiféministe

  • 95 L. Mathieu, Comment lutter ? Sociologie et mouvements sociaux, Paris, Textuel, 2004, p. 17-25 ; G.(...)
  • 96 Au sujet de l’aspect transnational du phénomène, voir H. Palma, « La percée de la mouvance masculi (...)

33Même si plusieurs hésitent à le considérer comme un véritable mouvement social, préférant n’y voir que quelques énergumènes isolés en manque d’attention qui s’épanchent sur Internet, le masculinisme a bien les sept éléments nécessaires pour constituer un mouvement social (ou participer d’un mouvement social plus vaste, l’antiféminisme, qui compte aussi d’autres axes de mobilisation)95, soit (1) des militants ou militantes qui forment (2) des organisations (comités et associations pour les droits des hommes ou des pères, journaux et sites Internet, etc.) et qui affirment (3) représenter une identité collective (les hommes ou les pères) et porter (4) une cause commune, la défense de l’identité masculine, des droits et des intérêts des hommes ou des pères. Ces militantes ou militants s’engagent également en politique sur (5) le mode du conflit, s’opposant à des adversaires – les féministes et les femmes émancipées – et adoptant (6) une posture extra-institutionnelle, protestataire, voire perturbatrice, les masculinistes ayant depuis une vingtaine d’années développé un large répertoire d’actions collectives, allant du lobbying à la pose de bombe, en passant par la manifestation et le déroulement de bannière. Leur objectif est (7) d’influer sur les rapports sociaux, soit pour changer le système social ou pour le préserver devant ce qui le menace. Il est possible de retrouver ces sept éléments dans le masculinisme, qui constitue par le fait même un mouvement social dans certains pays, et qui se déploie même sur la scène internationale96.

34Cela dit, la logique du masculinisme peut aussi être saisie en mobilisant les théories des « contre-mouvements », un concept développé par plusieurs spécialistes des mouvements sociaux qui ont d’ailleurs souvent choisi comme étude de cas l’antiféminisme, ou à tout le moins certaines de ses émanations, comme le mouvement contre le droit à l’avortement aux États-Unis. Isabelle Sommier, qui signe l’entrée sur les « contre-mouvements » dans le Dictionnaire des mouvements sociaux (2009 : 159), indique que cette notion est pertinente dans la mesure où elle

  • 97 I. Sommier, « Contre-mouvements », O. Fillieule, L. Mathieu, C. Péchu (dir.), Dictionnaire des mou (...)

« enrichit considérablement la compréhension des dynamiques de mobilisation, en suivant le rôle des élites, l’échange des coups entre adversaires, leurs relations parfois ambivalentes, la capacité d’innovation tactique et les processus d’influence réciproque, etc. Elle donne souvent lieu à des analyses plus complexes qui réintroduisent les valeurs et les idéologies, souvent occultées en sociologie de l’action collective, et nouent ensemble différents espaces en interaction : l’espace des mouvements sociaux bien sûr, mais aussi le champ politique et les champs religieux pour rendre compte, entre autres, du succès des groupes conservateurs états-uniens97 ».

  • 98 A. Touraine, Production de la société, Paris, Le Seuil, 1973, p. 360-376 ; T. L. Mottl, « The anal (...)

35Pour des théoriciens spécialistes des mouvements sociaux et qui adoptent une perspective normative (comme Alain Touraine), un « mouvement social » est nécessairement porteur d’un projet d’émancipation, alors que les « contremouvements » sont identifiés aux forces dominantes et oppressives d’une société. Touraine parlera ainsi du mouvement des ouvriers (émancipateur et légitime) opposé au contre-mouvement du patronat (dominateur et illégitime)98. En adoptant cette approche, il serait possible de parler du masculinisme comme d’un « contre-mouvement » puisqu’il est conservateur et réactionnaire et qu’il s’oppose au mouvement progressiste féministe qui vise l’émancipation des femmes.

  • 99 M. N. Zald, B. Usee, « Movement and Countermovement interaction: Mobilization, tactics, and State (...)
  • 100 D. S. Meyer, S. Staggenborg, « Movements, Countermovements, and the Structure of political opportu (...)
  • 101 T. L. Mottl, « The Analysis of Countermovements », op. cit. C’est Mélissa Blais qui a proposé la n (...)

36D’autres théoriciens ont insisté sur l’importance de ne pas définir un contremouvement en fonction de son alignement politique, mais plutôt en fonction des rapports mécaniques qu’entretiennent dans leur dynamique conflictuelle un premier mouvement originel (ex. le féminisme) et un second mouvement réactif, désigné comme un contre-mouvement (ex. le masculinisme). Dans cette perspective, un contre-mouvement est simplement un mouvement qui se forme et agit en réaction et en opposition à un mouvement précédent, c’est-à-dire « contre » le mouvement initial99. Un contre-mouvement peut alors être progressiste ou réactionnaire, de droite ou de gauche100. Les théories mécanistes sur les contre-mouvements sont éclairantes dans la mesure où elles insistent sur les dynamiques d’imitation entre mouvements. Cela dit, certains proposent une approche « mixte » sur les « contre-mouvements », qui permettrait d’en saisir à la fois la logique mécanique et politique, ou idéologique101. Je pense pour ma part qu’il est utile d’introduire un nouveau concept, soit celui de « paramouvements », pour désigner les contre-mouvements comme le masculinisme qui sont conservateurs et même réactionnaires, c’est-à-dire dont l’objectif politique et idéologique est de résister aux demandes de transformation sociale portées par un mouvement social, voire procéder à un retour en arrière en termes de pratiques et de normes sociales.

Contre-mouvement ou paramouvement ?

  • 102 C. Delphy, « Retrouver l’élan du féminisme », Le Monde diplomatique, mai 2004, p. 24-25.

37Malgré le discours largement répandu de « l’égalité-déjà-là102 » et celui plus agressif du « féminisme-qui-est-allé-trop-loin », force est de constater que le patriarcat – soit la domination, l’oppression et l’exploitation de la classe des femmes par la classe des hommes – est encore bien vivant. Il semble alors légitime d’identifier le masculinisme comme un mouvement qui se mobilise non seulement contre le mouvement féministe, mais aussi pour la défense d’un système sociopolitique inégalitaire, soit le patriarcat.

  • 103 T. Gurr, Why Men Rebel, Princeton, Princeton University Press, 1970.
  • 104 M.-J. Béchard, « La relation entre les hommes et le féminisme : Une question de rapports de pouvoi (...)

38Ce n’est donc pas l’égalité entre les hommes et les femmes qui provoque la réaction masculiniste, puisque l’égalité n’est pas atteinte, ni le manque de modèles conventionnels du masculin, dont la culture et les représentations sociales sont saturées. C’est plutôt la menace que représente le féminisme, ainsi que la perception que les hommes puissent être privés par les femmes et les féministes de certains de leurs privilèges masculins. Dans Why Men Rebel, un ouvrage qui a fait marque en science politique, Ted Gurr explique que les groupes ne se révoltent pas nécessairement parce qu’ils vivent dans la misère, mais en raison d’une « privation relative », c’est-à-dire par frustration de ne pas avoir ce à quoi ils pensent avoir droit en termes de biens matériels, de statut et de privilèges. Cette frustration qu’on peut retrouver dans les classes sociales aisées, voire privilégiées, peut mener à du ressentiment et à une révolte, alors que des groupes dont les conditions de vie sont autrement plus misérables ne se révoltent pas nécessairement103. Le contre-mouvement masculiniste qui porte le discours de la crise de la masculinité semble répondre à cette logique, soit d’une mobilisation et d’une révolte de « jeunes hommes en colère » qui se perçoivent privés de ce dont ils croient avoir droit, alors que leur condition matérielle reste privilégiée face aux femmes. Marie-Josée Béchard constate d’ailleurs au sujet du Québec que les militants des groupes de pères appartiennent généralement à une des catégories sociales privilégiées, puisqu’il s’agit d’hommes hétérosexuels à la peau blanche, de la classe moyenne aisée104.

  • 105 Cette réflexion s’inspire de discussions avec Marcos Ancelovici et Mélissa Blais.

39Le mouvement masculiniste mobilisé au nom de la crise de la masculinité agit pour (ré) affirmer la valeur de la masculinité conventionnelle et la valeur du patriarcat. On pourrait parler d’un « paramouvement » pour désigner le masculinisme105, mobilisé en tant que contre-mouvement social s’opposant au féminisme dans des axes d’actions et de discours qui poussent la logique du rapport de force patriarcal au-delà de ce qu’oseraient dire ou faire contre les féminismes les hommes qui occupent aujourd’hui des positions officielles.

  • 106 X. Renou, La privatisation de la violence : Mercenaires et sociétés militaires privées au service (...)

40Le concept de paramouvement s’inspire de la notion de forces paramilitaires, malheureusement faiblement conceptualisée. « Para » vient du mot « parallèle », désignant ici des forces armées qui oeuvrent en parallèle des forces militaires officielles. Xavier Renou, qui a signé l’un des rares ouvrages traitant des forces paramilitaires, les définies comme des forces armées officieuses qui se forment et se mettent au service d’une catégorie sociale spécifique, comme le patronat ou les grands propriétaires terriens. Elles viennent alors accroître les forces de sécurité des élites en leur servant de forces auxiliaires qui peuvent effectuer des actions en marge des chaînes de commandement officiel, et même des lois. Les forces paramilitaires sont à distinguer des mercenaires, dans la mesure où elles s’engagent dans les conflits sociaux avant tout par conviction idéologique, au nom de valeurs et de traditions menacées par des mouvements sociaux contestataires. Les forces paramilitaires sont même souvent porteuses d’une définition plus radicale des valeurs et du projet social associés aux classes dominantes106. En cela, on peut dire que les paramilitaires sont des « ultras », pour reprendre l’étiquette qui désignaient des monarchistes français du XIXe siècle qui se mobilisaient pour la restauration de la monarchie absolue alors que le roi lui-même se contentait de la monarchie parlementaire. On disait de ces ultras qu’ils étaient plus monarchistes que le roi.

  • 107 T. Fetner, The Christian Antigay Movement vs. the Lesbien ans Gay Movement, New York, New York Uni (...)

41Plusieurs ont noté que l’analyse purement mécanique des interactions entre mouvements et contre-mouvements sociaux minimise la centralité de la lutte politique, qui consiste pour le contre-mouvement à préserver l’ordre social conventionnel107. Identifier le masculinisme comme un « paramouvement » (plutôt que simplement comme un contre-mouvement) permet de mettre en lumière sa volonté de se porter à la défense d’un système (le patriarcat) et d’une classe (les hommes) en menant des actions et portant des discours qui dépassent en radicalité ce que les membres des institutions officielles oseraient exprimer publiquement. Les militants masculinistes se mobilisent, comme les membres des troupes paramilitaires, par conviction idéologique et ils portent le discours alarmiste de la crise de la masculinité pour justifier leurs actions. Ces paramilitants masculinistes sont donc bel et bien des ultras, à la fois dans leurs propos sexistes et dans la définition qu’ils proposent de la menace féministe, associée à un totalitarisme semblable au nazisme, d’où l’expression de « féminazisme » et leurs déclarations exacerbées.

  • 108 T. Taylor, « Australian Terrorism : Traditions of violence and the Family Court Bombings », Austra (...)
  • 109 BBC, « Fathers’group clash with police », 18 juin 2004; B. Rouse, S. Marsden, « Fathers 4 Justice (...)

42Les forces paramilitaires, de par leur position d’ultra, peuvent même en venir à faire pression sur les élites dont elles prétendent défendre les intérêts, ou entrer en conflit avec elles lorsqu’elles sont jugées trop complaisantes envers les forces émancipatrices. C’est le cas de ces masculinistes qui ont attaqué à la bombe des tribunaux de la famille en Australie108, perturbé une séance parlementaire à la Chambre des communes en Grande-Bretagne et occupé le toit de la résidence d’une ministre anglaise109, intenté au Québec des poursuites judiciaires et des recours collectifs contre la magistrature et des ministres accusés de servir les intérêts des femmes et des féministes, et déposé des demandes d’injonction et des mises en demeure pour faire cesser des campagnes de sensibilisation et de prévention au sujet de la violence conjugale et pour exiger l’arrêt des consultations publiques de la Commission des relations avec les citoyens au sujet du document Pour que l’égalité de droit devienne une égalité de fait – Vers un deuxième plan d’action gouvernemental pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Ce paramouvement constitué d’ultras a pour objectif de freiner et de faire reculer le mouvement féministe. Alors que les forces politiques officielles, comme les partis d’allégeances conservatrices, coupent dans les subventions aux groupes de défense des droits des femmes (comme au Canada), les masculinistes vont plus loin, affirmant que les groupes de femmes reçoivent trop de fonds publics et qu’il faut en priorité financer des réseaux d’aide pour hommes.

  • 110 É. St-Pierre, « Lorsque des actions masculinistes ciblent des féministes », M. Blais, F. Dupuis-Dé (...)
  • 111 M. Blais, « Marc Lépine : héros ou martyr ? Le masculinisme et la tuerie de l’école polytechnique  (...)

43Rappelons que certains militants vont même jusqu’à cibler directement des groupes de femmes en les intimidant et en les menaçant physiquement ou par téléphone et courriel110. Au Québec, des masculinistes célèbrent l’action antiféministe la plus spectaculaire et la plus radicale réalisée le 6 décembre 1989, par un homme qui a assassiné 14 femmes à l’École polytechnique de Montréal. Armé d’un fusil semi-automatique, le tueur a parcouru l’école, pour ensuite entrer dans une classe où il a ordonné aux hommes de sortir. Avant de tirer sur les femmes restées avec lui, il a déclaré haïr les féministes. Il a reproduit sa manœuvre dans une deuxième classe avant de s’enlever la vie. L’homme, âgé de 25 ans, a laissé derrière lui une lettre dans laquelle il expliquait ses motivations antiféministes et où il identifiait 19 femmes qu’il affirmait avoir désiré tuer, soit des féministes et les « premières » femmes occupant des fonctions associées jusqu’alors aux hommes ; policière, commentatrice sportive. Il est maintenant présenté par certains masculinistes comme un « héro », un site internet est dédié à sa mémoire et plusieurs ont juré d’achever son œuvre111.

44Cela dit, les ultras posent des gestes d’une telle radicalité que les élites ne peuvent se permettre de les endosser publiquement de crainte de perdre leur légitimité face à une part trop importante de la population. Entre ici en ligne de compte des considérations étrangères aux militants masculinistes : les politiciens au pouvoir, même masculins et conservateurs, cherchent à plaire, pour des raisons électoralistes, à divers secteurs de l’opinion publique, dont les femmes et certaines féministes. Malgré la posture radicale qui positionne certains masculinistes comme des extrémistes, leur idéologie prend racine dans l’antiféminisme et le sexisme ordinaire, et dans une conception conventionnelle de l’ordre naturel de la division des sexes. Ce qui explique que si plusieurs cherchent à se distancier de ces ultras, les présentant comme des acteurs extrémistes et isolés, on déclare du même souffle comprendre leur frustration, leur désespoir.

Les axes du discours masculiniste

  • 112 G. Corneau, Père manquant, fils manqué, op. cit. ; M. Turenne, « Pitié pour les garçons : Une géné (...)
  • 113 J.-S. Marsan, E. Gril, Les Québécois ne veulent plus draguer et encore moins séduire, op. cit., p. (...)
  • 114 Y. Dallaire, Moi aussi… Moi… plus : 1001 différences homme-femme, Québec, Option Santé, 2002, p. 1 (...)
  • 115 À surveiller, à ce sujet, les travaux en cours de Mélissa Blais. Voir aussi L. Brossard, « Le disc (...)

45À en croire le discours masculiniste, tous les hommes seraient depuis au moins vingt ou trente ans en crise d’identité, parce que les femmes en général et les féministes en particulier dominent la société. Les symptômes de cette crise de la masculinité seraient à trouver dans le taux de suicide élevé des hommes, les problèmes scolaires des garçons et l’absence du père du domicile familiale d’où il aurait été chassé par la mère et par le juge du tribunal de la famille. Parfois, ce sont les « garçons » plutôt que les hommes qui sont en crise, surtout en raison de l’absence du père chassé, dit-on, par une mère dominatrice et castratice112. À noter qu’au sujet de ces trois phénomènes, les féministes ne s’opposent pas aux données statistiques avancées par les masculinistes : l’analyse différenciée selon les sexes révèle sans l’ombre d’un doute que les hommes sont tendanciellement désavantagés face aux femmes en matière de réussite scolaire, de suicide et d’octroi de la garde des enfants. Cela dit, ce que les masculinistes présentent comme des coûts du féminisme que subissent les hommes peut s’expliquer par la prévalence d’une identité masculine conventionnelle, c’est-à-dire qui valorise – selon des masculinistes qui portent le discours de la crise de la masculinité – l’agressivité (force physique et violence)113 et la compétitivité114. En ce sens, l’identité masculine conventionnelle n’est pas tant perçue, chez les masculinistes en particulier et plusieurs intervenants sociaux, comme un coût, que comme une richesse menacée qu’il convient de (re)valoriser. Un quatrième axe de discours, moins étudié115, est celui de la violence. Les masculinistes affirment d’une part que les hommes sont eux aussi victimes de violence conjugale, tout en répétant que l’agressivité est une caractéristique naturelle de la masculinité.

Les garçons et l’école

  • 116 M. A. Chouinard, « La Mixité nuit-elle aux garçons ? », Courrier international, no 674, 2-8 octobr (...)

46Dans le cas du Québec, les statistiques indiquent que les garçons ont un taux global de réussite à l’école moins élevé que les filles, ce qui n’empêche pas, évidemment, que plusieurs garçons réussissent très bien et que des filles échouent. Les masculinistes expliquent ce taux de réussite plus faible pour les garçons en affirmant que le modèle pédagogique adopterait une approche féminine mal adaptée à l’identité masculine. Être un garçon à l’école au Québec a donc un « coût », alors que les filles sont avantagées. La solution est d’adopter des mesures pour valoriser l’identité masculine conventionnelle à l’école, ce qui aurait pour effet d’accroître d’autant les résultats scolaires des garçons. Ainsi, la direction d’une école secondaire a organisé en 2003 une journée pour « gars » seulement, à laquelle étaient invités le ministre de l’Éducation, très heureux de cette initiative, ainsi qu’un contracteur avec sa pelle mécanique, des policiers et des soldats de l’armée canadienne accompagnés d’un char d’assaut et d’un hélicoptère de combat116. De plus, un journal québécois annonçait à la fin de l’année 2010 que

  • 117 S. Ménard, « Offrir aux gars des livres de gars », Journal de Montréal, 30 janvier 2011.

« [l]a lutte au décrochage scolaire passera en deuxième vitesse en 2011, alors que les programmes […] faisant la promotion des métiers traditionnels devraient se multiplier. On risque même de voir se propager les initiatives offrant aux gars des livres axés sur le sport ou les voitures, pour les intéresser davantage à la lecture117 ».

  • 118 J.-C. St-Amant, Les garçons à l’école, Montréal, Sisyphe, 2007.
  • 119 S. Ménard, « Plus rare que jamais : Le déclin du nombre de profs masculins se poursuit tandis que (...)

47Malheureusement, plusieurs études démontrent que c’est précisément lorsque les garçons – et les filles – s’identifient le plus à des modèles genrés conventionnels que les risques d’échec et de décrochage scolaire sont les plus élevés, le garçon turbulent ou désirant briller dans le sport ayant tendanciellement moins de chance de succès à l’école que le garçon studieux, mais qui se fait accuser d’être « efféminé » par ses camarades118. Mais plutôt que de considérer que l’identité masculine conventionnelle représente un « coût » dans le système d’éducation, il faut surtout rappeler que ces garçons sont entre eux en processus d’apprentissage de leurs stratégies et tactiques de dominants. Une fois adultes, ils entreront sur un marché de l’emploi où ils ont plus de chance que les femmes d’obtenir un emploi mieux rémunéré. Dans tous les cas, le ministère de l’Éducation du Québec, alarmé par les discours paniqués au sujet des difficultés scolaires des garçons, a lancé à répétition depuis quelques années plusieurs plans de lutte contre le décrochage, démontrant la volonté politique de mobiliser des ressources pour contrer un problème qui touche surtout les garçons. Et les propositions avancées pour attirer plus d’hommes dans le métier d’enseignant réaffirment des conceptions conventionnelles de la division sexuelle du travail : une augmentation de 20 % du salaire et l’attribution de plus de pouvoir aux enseignants119.

Les hommes et le suicide

  • 120 Y. Dallaire, « L’homme “agit” ses émotions », M. Proulx (dir.), La planète des hommes, Montréal, B (...)

48Les masculinistes récupèrent à leurs fins politiques les statistiques sur les hommes, qui indiquent qu’environ trois fois plus d’hommes que de femmes s’ôtent la vie au Québec. Le psychologue et sexologue québécois Yvon Dallaire est tout à fait explicite lorsqu’il affirme que « l’absence de modèles masculins forts en est certainement l’une des causes120 » et

  • 121 Y. Dallaire, Homme et fier de l’être, op. cit., p. 147-148.

qu’« une perte interpersonnelle constitue une cause toujours potentielle de suicide. La fonction biologique de l’homme étant d’être au service de ceux qu’il aime, d’être utile et performant, la perte de cet être aimé ou de ses êtres aimés (enfants) lui enlève souvent sa principale raison de vivre. L’homme préfère mourir plutôt que de vivre inutilement121 ».

  • 122 Texte intitulé « Suicide » diffusé sur le site identifié à l’organisation Fathers-4-Justice Québec (...)
  • 123 Texte intitulé « Suicide » diffusé sur le site identifié à l’organisation Fathers-4-Justice Québec (...)
  • 124 « Consultation générale sur le document intitulé Vers un nouveau contrat social pour l’égalité ent (...)
  • 125 Synthèse des travaux de la délégation aux droits des femmes, mercredi 18 janvier 2006, site Intern (...)

49Selon Dallaire, donc, les hommes se suicident parce qu’une femme les a quittés, une thèse soutenue par les groupes militants des pères séparés et divorcés. Profitant de « la semaine du suicide » au Québec, le groupe Fathers-4-Justice (F4J) Québec a diffusé sur son site Internet un texte qui dénonce le « féminisme extrémiste122 » et précise que « [l] es pères en situation de séparation forment près des trois-quarts des suicides123 », alors que le président de la Coalition pour la défense des droits des hommes du Québec, Georges Dupuy, affirme qu’« il y en a la moitié [des hommes] qui se suicident pour des raisons de rupture conjugale ». En commission parlementaire sur la réforme du Conseil du statut de la femme du Québec, Georges Dupuy prend « ces chiffres en compte » pour affirmer qu’« on ne peut pas dire qu’il y a plus de femmes tuées que d’hommes dans les conflits conjugaux, simplement les méthodes sont un peu différentes ». Ainsi, les hommes ne choisissent pas le suicide, ce sont des femmes qui les y poussent et qui sont donc responsables de leur mort. Entre une femme assassinée par son conjoint et un homme qui se suicide après divorce : « Y a-t-il une tellement grande différence ? Un mort, c’est un mort124. » En France, le sénateur Alain Gournac réagit à l’audience de SOS Papa devant la Commission aux droits des femmes en déclarant que « certains pères [vont] jusqu’à se suicider de désespoir en raison de la souffrance due à la séparation d’avec leurs enfants, la justice privilégiant souvent le choix de la mère pour la garde des enfants125 ». Le discours sur le divorce et la garde des enfants est donc amalgamé au discours sur le suicide, puisque c’est le divorce et la perte des enfants qui entraîneraient le suicide des hommes. Or les hommes ont un taux de suicide plus élevé que les femmes dans tous les pays (sauf la Chine), quelqu’y soit l’importance du féminisme, et la différence entre le taux masculin et féminin est relativement stable au Québec depuis 1950, soit bien avant l’émergence du féminisme des années 1960-1970. Enfin, les taux de tentatives de suicides sont à peu près identiques pour les hommes et les femmes. Si les hommes complètent plus souvent leur suicide que les femmes, c’est qu’ils préfèrent utiliser des armes à feu associées encore aujourd’hui à l’identité masculine, les femmes se tournant vers des moyens moins drastiques. Comme toujours, ce n’est pas la féminisation de la société ou le féminisme qui constituent un facteur de risque pour les hommes, mais la masculinité conventionnelle, qui n’est pas tant un « coût » qu’une identité de dominants qui contrôlent et veulent contrôler à la fois les armes et la violence. Dans tous les cas, ce discours paniqué sur les suicides des hommes a sonné l’alarme au gouvernement du Québec, plus spécifiquement dans le domaine de la santé publique, où depuis plusieurs années des campagnes de prévention du suicide ont été lancées, ce qui profite surtout aux hommes. En fait, le protocole d’intervention de Suicide Action Montréal, un organisme qui offre des formations en prévention auprès des intervenantes et intervenants dans les différents services d’aide (toxicomanie, itinérance, violence, etc.), comporte un volet consacré à l’intervention auprès des hommes, mais aucun pour les femmes.

Les pères et les enfants

  • 126 C. Bertoia, J. Drakich, « The Fathers’rights movement », Journal of Family Issues, vol. 14, no 4, (...)
  • 127 Pour les données de Statistique Canada, voir L. Moisan, « Femmes, à vos tableaux ! », La vie en ro (...)
  • 128 C. Guionnet, É. Neveu, Féminins/Masculins : Sociologie du genre, op. cit., p. 154-161.
  • 129 M.-È. Surprenant, L’égalité entre les sexes chez les jeunes femmes et les hommes au sein du couple (...)
  • 130 Voir le numéro spécial intitulé « La garde partagée en question », dans la Revue québécoise de psy (...)

50Du côté de la garde des enfants, le mouvement masculiniste porte un discours alarmiste et sans nuance, qui laisse penser que les pères sont systématiquement dépossédés de leurs enfants, aussi bien par les mères que par les tribunaux de la famille. En réalité, selon le juge Pierre Dalphond, de la cour d’appel du Québec, plus de 80 % des cas de garde d’enfant en situation de séparation ou de divorce se règlent à l’amiable entre les parents. Et contrairement aux masculinistes qui laissent entendre que les pères d’aujourd’hui veulent tous s’occuper de manière responsable de leurs enfants, la très grande majorité des pères en situation de séparation décide de ne pas demander la garde principale des enfants. Ils sont bien contents, en fait, que ce soit la mère qui assume la part la plus importante des responsabilités et des tâches parentales, ce qu’elle faisait d’ailleurs déjà avant la séparation dans la majorité des couples. Lorsqu’il n’y a pas d’entente à l’amiable et qu’un conflit nécessite l’intervention d’un juge, ce qui représente l’exception, les juges ont alors tendance à accorder la garde à la mère, surtout quand les enfants sont plus jeunes. Or ce choix est surtout déterminé par une conception conventionnelle des identités de genre, les juges plutôt conservateurs ayant tendance à présumer que les enfants sont mieux avec leur mère et que le père aura avantage à ne pas avoir la garde des enfants pour se trouver rapidement une nouvelle conjointe et fonder une nouvelle famille. Comme l’indique une étude fondée sur des entrevues auprès de membres de groupes pour la défense des droits des pères séparés et divorcés, « les pères veulent jouer un rôle dans la vie de leurs enfants ; mais pour la plupart, ce rôle n’est qu’une simple poursuite de leur rôle prédivorce, soit le père traditionnel qui exerce son pouvoir et son contrôle126 » sur les enfants, mais aussi sur la mère… Dans tous les cas, tout ce tumulte au sujet des pères prétendument spoliés de façon systématique détourne l’attention des attitudes générales des hommes face à leur rôle de père : les études récentes127 sur le sujet démontrent les unes après les autres la prévalence d’une déresponsabilisation des hommes en général face aux taches domestiques, l’homme laissant le plus souvent à la mère le travail le moins prestigieux (comme le ménage et le lavage)128, l’écart se creusant plus encore après la naissance d’un premier enfant129. Dans tous les cas, le discours paniqué des pères quant à leur difficulté d’obtenir la garde des enfants a poussé le champ de la psychologie à développer un tout nouveau paradigme justifiant la garde partagée pour le bien de l’enfant, ce que les féministes revendiquaient déjà dans les années 1970-1980, mais en exigeant que ce ne soit pas seulement le temps qui soit partagé également, mais aussi la responsabilité et les tâches130

Les hommes et la violence

  • 131 Institut national de santé publique du Québec, [http://www.inspq.qc.ca/violenceconjugale/statistiq (...)
  • 132 Institut national de santé publique du Québec, [http://www.inspq.qc.ca/violenceconjugale/statistiq (...)
  • 133 C. Drouin, « Élaboration d’un guide d’intervention préventive de l’homicide conjugal en maison d’h (...)

51Le mouvement masculiniste s’exprime sur la question de la violence en suivant deux axes de discours en apparence contradictoires : (1) les hommes aussi sont la cible de violence conjugale ; (2) les hommes sont naturellement plus agressifs que les femmes. En mobilisant la méthode du Tactic conflic scale, les masculinistes tentent de démontrer qu’il y a une symétrie entre les hommes et les femmes en termes de prévalence de violence conjugale, oubliant de rappeler que pour ce qui est des corps qui arrivent à la morgue, il y a chaque année beaucoup plus de femmes que d’hommes victimes d’un conjoint ou d’un ex-conjoint. En 2008, au Canada, 62 personnes ont été victimes d’homicide conjugal, soit 45 femmes et 17 hommes (environ 3 femmes/1 homme)131. Entre 1975 et 2004, la moyenne annuelle au Québec de victimes d’homicides conjugaux est de 17 femmes et de 3 hommes, soit un ratio de plus de 5 femmes/1 homme132. En 2004 au Québec 23 homicides conjugaux, 22 perpétrés par des hommes, un seul par une femme (22 femmes/1 homme)133. Cela tend à démontrer que la violence masculine est si non plus commune, du moins plus brutale que la violence féminine…

  • 134 M. Dufresne, « Masculinisme et criminalité sexiste », Recherches féministes/Nouvelles questions fé (...)

52Cela dit, le discours de la symétrie de la violence conjugale permet au mouvement masculiniste de critiquer le protocole de financement public des maisons d’hébergement pour femmes violentées, et de déplorer le manque de ressources pour les hommes en difficulté. Ayant constaté que des activistes du mouvement masculiniste ont été accusés et parfois condamnés pour diverses formes de violence conjugale, Martin Dufresne avance même l’hypothèse que ce mouvement agit de fait comme un lobby pour défendre les hommes violents à l’égard des femmes134.

  • 135 É. Zemmour, Le premier sexe, op. cit., p. 32-33.

53Par ailleurs, le discours de la crise de la masculinité véhicule la prétention des hommes à disposer d’une agressivité naturelle, que le féminisme tendrait à limiter, d’où l’idée de « castration ». Cette idée récurrente se retrouve, par exemple, chez Éric Zemmour, pour qui « la virilité va de pair avec la violence, […] l’homme est un prédateur sexuel, un conquérant135 ». Le discours masculiniste, qui se lamente d’une part que les hommes sont trop aisément identifiés comme violents à l’égard des femmes, continue malgré cela à valoriser une masculinité associée à la force, l’agressivité et la violence, ce qui offre des avantages évidents aux hommes dans leurs rapports sociaux et politiques avec les femmes, à qui on réservera la douceur et l’empathie…

  • 136 J. Lundsay, G. Rondeau, J.-Y. Desgagnés, « Bilan et perspectives du mouvement social des hommes au (...)
  • 137 L. Walker, « Negociating the Boundaries of Masculinity in Post-Apartheid South-Africa », G. Reid, (...)
  • 138 J. Charbit, « La crise de la masculinité » en Afrique du sud…, op. cit., p. 68.

54Il est intéressant de noter que des spécialistes de la « condition masculine » au Québec notent que se sont, entre autres variables, « les demandes féministes pour mettre fin aux violences et abus dont les femmes sont victimes par des hommes », qui ont provoqué chez les hommes une volonté de former un mouvement social d’hommes136. De même, dans son étude du discours de la « crise de la masculinité » en Afrique du Sud, Joël Charbit considère comme hypothèse explicative que « ce n’est pas […] la psyché masculine qui est en crise, mais la légitimation de la domination masculine dans les centres constitutifs de l’ordre de genre. Le rejet [par les hommes], largement documenté137, de relations égalitaires entre hommes et femmes » implique une réaction masculine de défense face à « la remise en question d’un ordre sociétal. Dans ce cadre théorique, la violence sexuelle à l’encontre des femmes, mais également des minorités sexuelles constituent des formes de résistance à un transfert de pouvoir138 » et au projet égalitaire des féministes.

Conclusion

  • 139 L. Thiers-Vidal, De « L’ennemi principal » aux principaux ennemis…, op. cit., p. 345.
  • 140 Ibid., p. 333.

55Malgré l’identification de certains coûts associés à la masculinité, le sociologue Léo Thiers-Vidal a noté que les hommes qu’il a interviewés en France au sujet de leur identité masculine considèrent que « la chance d’être un homme est vécue avant tout comme la chance de ne pas être une femme139 », soit d’échapper aux problèmes – discrimination, etc. – que les femmes doivent affronter parce qu’elles sont femmes140. Cette conviction qu’il est mieux d’être un homme qu’une femme n’empêche pas des hommes de présenter la masculinité comme un « coût » en soit, et de parler d’une « crise de la masculinité » dans une société où les femmes seraient dominantes. Réfléchir aux « coûts » qui seraient associés à l’identité masculine comme si le dominant était aliéné et opprimé par le système de domination, c’est prendre le risque de réduire la réflexion au champ de la sociopsychologie, et donc de l’identité en soi et pour soi. Or l’enjeu central de cette prétendue « crise de la masculinité » n’est pas tant la sauvegarde d’une identité psychosociale masculine que la préservation de l’identité politique des hommes, qui se définissent comme hommes dans des rapports de force et pouvoir, c’est-à-dire des rapports de domination qu’ils exercent individuellement et collectivement sur les femmes. L’enjeu est donc politique (égalité) plutôt que psychologique (identité).

Notes

2 Dans H. Dagenais et A.-M. Devreux, « Les hommes, les rapports sociaux de sexe et le féminisme : Des avancées sous le signe de l’ambiguïté », numéro conjoint de Nouvelles questions féministes, vol. 19, no 2-3-4, p. 1-22 et de Recherches féministes, vol. 11, no 2, 1998, p. 1-2.

3 L. Thiers-Vidal, De « L’ennemi principal » aux principaux ennemis : Position vécue, subjectivité et conscience masculines de domination, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 107.

4 D. Schrock, M. Schwalbe, « Men, masculinity, and manhood acts », Annual Review of Sociology, 2009, p. 278.

5 Selon des données de la coalition pour le contrôle des armes (voir le document : [http://www.prevention-violence.ca/French/PDFsFrench/laviolenceconjugaleetlesarmesfeulegales.pdf], consulté le 10 janvier 2010).

6 C. Monnet cité dans L. Thiers-Vidal, De « L’ennemi principal » aux principaux ennemis…, op. cit., p. 108.

7 Les réflexions féministes au sujet du développement de la connaissance sont multiples. Voir, entre autres, S. Harding (ed.), The Feminist Standpoint Theory Reader : Intellectual & Political Controversies, New York-Londres, Routledge, 2004 ; C. Guillaumin, « Femmes et théories de la société : remarques sur les effets théoriques de la colère des opprimées », C. Guillaumin (dir.), Sexe, race et pratique du pouvoir : l’idée de nature, Paris, Côté-Femmes, 1992, p. 219-239. Au début du XXe siècle, l’essai Une chambre à soi, de Virginia Wolff, soulevait déjà plusieurs questions à ce sujet.

8 V. Poyetton, « Les hommes vont mal. Ah bon ? », Le Courrier, 18 mars 2005, [http://www.lecourrier.ch/modules.php?op=modload&name=NewsPaper&file=article&sid=39337], consulté le 18 décembre 2009.

9 L. Thiers-Vidal, De « L’ennemi principal » aux principaux ennemis…, op. cit., p. 110-111.

10 M. Dumont, « Le foulard et l’égalité », Le Devoir (Montréal), 22 février 2010, p. A7.

11 Camille, « L’homme est-il l’avenir de la femme ? », Rue89, 14 février 2011, [http://www.rue89.com/rue69/2011/02/13/lhomme-est-il-lavenir-du-feminisme-190450].

12 M. Hazan, « Y a-t-il une condition masculine ? Le masculin aujourd’hui : crise ou continuité ? », Dialogue, no 183, 2009, p. 82. Un ouvrage collectif sur la condition masculine s’ouvre ainsi en introduction sur plusieurs pages consacrées à discuter de la « crise de la masculinité ». J. Kegan Gardiner (ed.), Masculinity Studies & Feminist Theory: New Direction, New York, Columbia University Press, 2002. Voir aussi, entre autres : C. Guionnet, N. Neveu, Féminins/masculins : Sociologie du genre, Paris, Colin, 2004, p. 220 sq. ; C. Castelain Meunier, Les métamorphoses du masculin, Paris, Presses universitaires de France, 2005, p. 1 et p. 22 ; I. Löwy, L’emprise du genre : Masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute, 2006, p. 34 ; la revue de gauche française Mouvements a consacré en 2004 un dossier sur le thème « Les hommes en crise : le masculin en questions ».

13 J. Charbit, « La crise de la masculinité » en Afrique du sud : Discours public et panique morale autour des hommes dans la nouvelle démocratie, mémoire de master 2, science politique, université de Bordeaux, 2009, p. 33.

14 Pour la Grande-Bretagne, voir B. J. Baines (ed.), Three Pamphlets on the Jacobean Antifeminist Controversy, Delmar (New York), Scholars’Facsimilies & Reprints, 1978 ; pour la France, voir K. P. Long (ed.), High Anxiety : Masculinity in Crisis in Early Modern France, Kirksville (Missouri), Truman State University Press, 2002 et E. Badinter, XY : De l’identité masculine, Paris, Odile Jacob, 1992, p. 25-27.

15 C. Corgnet, « Une masculinité en crise à la fin du XVIIe siècle ? La critique de l’efféminé chez La Bruyère », Genre & Histoire, no 2, 2008.

16 A. Sinfield, dans N. A. Jayasena, Contested Masculinities : Crises in Colonial Male Identity in the 20th Century, thèse de doctorat, département d’anglais, University of California-Riverside, 2003.

17 E.-M. Lampron, « Liberté, masculinité, fraternité », M. Blais, F. Dupuis-Déri (dir.), Le mouvement masculiniste au Québec : L’antiféminisme démasqué, Montréal, Remue-Ménage, 2008 ; A. Rauch, Crise de l’identité masculine 1789-1914, Paris, Hachette, 2000 ; C. E. Harrison, « La crise de l’homme blanc : Ethnographie française et masculinité dans les mers du Sud à l’époque révolutionnaire », R. Revenin (dir.), Hommes et masculinité de 1789 à nos jours, Paris, Autrement, 2007, p. 238-250.

18 J. LYON, « Kleist’s Prinz Friedrich von Homburg and the crisis of masculinity », The Germanic Review, 2008.

19 Pour les États-Unis: M. S. Kimmel, « “Born to run”: Nineteenth-century fantasies of masculine retreat and re-creation (or the historical rust on Iron John) », S. M. Whitehead (ed.), Men and Masculinities: Critical Concepts in Sociology, I (« Politics and power »), Londres-New York, Routledge, 2006 (1995). Pour la France : A. Maugue, L’identité masculine en crise au tournant du siècle, Paris, Payot, 2001 ; G. L. Mosse, L’image de l’homme : L’invention de la virilité moderne, Paris, Abbeville, 1997. Pour l’Allemagne : J. Le Rider, Le Cas Otto Weininger : racines de l’antiféminisme et de l’antisémitisme, Paris, Presses universitaires de France, 1982 ; S. Colvin, P. Davies (eds), Masculinity and German Culture, Rochester, Camden House, 2008. Pour l’empire britannique : N. A. Jayasena, Contested Masculinities…, op. cit.

20 L. Symes, « The new Masculinism », Harper’s Magazine, juin 1930; Suzik, « “Building better men”: the CCC boy and the changing social ideal of manliness », Men and Masculinities, 1999, vol. 2 (2), p. 152-179.

21 A. Mitscherlich, Vers la société sans pères, Paris, Gallimard, 1981 (1963) ; K. Bednarik, La crise de l’homme, Paris, Albin Michel, 1969.

22 L. V. Kosygina, « Doing gender in research: Reflection of experience in field », The Qualitative Report, vol. 10, no 1, 2005, p. 87-95.

23 M. Dorais, L’homme désemparé : Les crises masculines – les comprendre pour s’en déprendre, Montréal, VLB, 1988 ; J.-S. Marsan, E. GRIL, Les Québécois ne veulent plus draguer et encore moins séduire, Montréal, De L’Homme, 2009, p. 75.

24 Voir la section « The crisis of masculinity », B. Alpern Engel, Women in Russia – 1700-2000, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 264 sq.

25 Pour l’Afrique: J. Charbit, « La crise de la masculinité » en Afrique du sud…, op. cit.; N. VONARX, Formation sur la masculinité, du Projet d’appui à la lutte contre le SIDA en Afrique de l’Ouest, Saint-Foy (Québec), Le Centre de coopération internationale, 2005, p. 4 ; D. L. Perry, « Wolof women, economic liberalization, and the crisis of masculinity in rural Senegal », Ethnology, juin 2005 ; H. Maupeu, « Lucy Kibaki, débat domestique et autorité politique », Politique africaine, no 95, 2004, p. 116; R. Morrell, « Men, Movements, and Gender Transformation in South Africa », L. Ouzgane, R. Morrell (eds), African Masculinities: Men in Africa from the Late Nineteenth Century to the Present, New York-Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005 ; K. Willemse, « The Darfur war, masculinity in crisis and the contingency of Sudanese citizenship », lors d’un colloque organisé par European Citizen Action Service à Leipzig, les 4-7 juin 2009. Pour l’Amérique latine : J. Olavarrira, « Los estudios sobre masculinidades en América Latina : Un punto de vista », Anuario Social y Politico de América Latina y el Caribe, no 6, Caracas, FLASC/UNESCO/Nueva Sociedad, 2003, p. 91-98 (merci à Marcos Ancelovici pour cette référence). Pour l’Asie: M. Haque, « Retrenched Men Workers in Bangladesh: A Crisis of Masculinities? », Gender, Technology and Development, vol. 9, no 2, 2005, p. 185-208 ; X. Zhong, Masculinity Besieged ? Issues of Modernity and Male Subjectivity in Chineses Literature of the Late Twentieth Century, Durham, Duke University Press, 2000; « Japan’s “masculinity crisis” », 27 juillet 2009, [http://www.tricycle.com/blog/?p=1328] consulté le 18 décembre 2009. Pour le Moyen-Orient: M. Moallem, « Ethnicité et rapports de sexes: Le fondamentalisme islamique en Iran », Sociologie et sociétés, vol. 24, no 2, 1992, p. 67-69 ; A. Sa’ar, T. Yahia-Younis, « Masculinity in Crisis: The Case of Palestinians in Israel », British Journal of Middle Eastern Studies, vol. 35, no 3, 2008, p. 305-323 ; E. Greenberg, « “The King of the Streets” : Hip Hop and the Reclaiming of Masculinity in Jerusalem’s Shu’afat Refugee Camp », Middle East Journal of Culture and Communication, vol. 2, no 2, 2009, p. 231-250.

26 L. Zulueta, « Feminism blamed for “erosion of manhood” », [www.newsino.inquirer.net/], consulté le 24 janvier 2009.

27 J. A. Allen, « Men Interminably in Crisis? Historians on Masculinity, Sexual Boundaries, and Manhood », Radical History Review, no 82, 2002, p. 191-207.

28 A. Brittan, Masculinity and Power, Oxford, Basil Blackwell, 1989, p. 186.

29 Ibid., p. 184.

30 J. A. Allen, « Men interminably in crisis? Historians on masculinity, sexual boundaries, and manhood », op. cit., p. 202.

31 N. A. Jayasena, Contested Masculinities, op. cit.

32 R. J. Corber, Homosexuality in Cold War America: Resistance and the Crisis of Masculinity, Durham-Londres, Duke University Press, 1997.

33 S. Lelièvre, « Les cinémas africains à l’AEGIS 2005 », [http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=4154], consulté le 18 décembre 2009.

34 M. Raboy, B. Dagenais, « Introduction: Media and the politics of crisis », M. Raboy, B. Dagenais (eds), Media, Crisis and Democracy: Mass Communication and Disruption of Social Order, Londres, Sage, 1992, p. 3.

35 D. Bidney, Theoretical Anthropology, New York, Schocken Books, 1953, p. 345-365 (reprise de D. Bidney, « On the Concept of cultural crisis », American Anthropologist, no XLVIII, 1946, p. 534-552).

36 V. Poyetton, « Les hommes vont mal. Ah bon? », op. cit.

37 S. Hilgartner, C. L. Bosk, « The Rise and Fall of Social Problems: a Public Arenas Model », American Journal of Sociology, 1998, vol. 94, no 1.

38 M. Raboy, B. Dagenais, « Introduction: Media and the politics of crisis », op. cit., p. 4.

39 C. Guionnet, N. Neveu, Féminins/masculins : Sociologie du genre, op. cit., p. 188.

40 V. Poyetton, « Les hommes vont mal. Ah bon ? », op. cit.

41 Processus que constate Joël Charbit dans son étude sur le discours de « La crise de la masculinité » en Afrique du sud…, op. cit., p. 35.

42 Premiers mots de la préface d’Yvon Dallaire, « Pour une réelle égalité et équité entre les hommes et les femmes », A. Ledoux, De l’homme en crise à L’homme nouveau : Essai sur la condition masculine, Québec, Option Santé, 2009, p. 13. Janel Daniel discute de « l’avènement du mouvement des femmes » dès la deuxième phrase de la préface qu’il signe pour le livre de Y. Dallaire, Homme et fier de l’être, Sainte-Foy, Option Santé, 2001, p. 13, dont la première phrase évoque le processus qui a vu « les femmes s’émanciper » (p. 17).

43 On retrouve l’expression dans la première phrase du livre de A. Ledoux, De l’homme en crise à L’homme nouveau, op. cit., p. 13. Voir aussi la première phrase du livre de P. Guillot, La cause des hommes : Pour la paix des sexes, Québec, Option Santé, 2004, p. 13 ; la première phrase de D. Bombardier, La déroute des sexes, Paris, Le Seuil, 1993, p. 7 ; et la cinquième phrase du livre de R. Horrocks, Masculinity in Crisis, New York, St. Martin’s Press, 1994, p. 1.

44 Premier mot du livre de M. Dorais, L’homme désemparé : Les crises masculines – les comprendre pour s’en déprendre, Montréal, VLB, 1988, p. 13 ; il fait référence au féministe dès la page suivante.

45 A. Ledoux, De l’homme en crise à L’homme nouveau, op. cit., p. 13.

46 J. Lundsay, G. Rondeau, J.-Y. Desgagnés, « Bilan et perspectives du mouvement social des hommes au Québec entre 1975 et 2010 », J.-M. Deslauriers, G. Tremblay, S. Genest Dufault, D. Blanchette, J.-Y. Desgagnés (dir.), Regards sur les hommes et les masculinités : Comprendre et intervenir, Québec, Presses de l’université Laval, 2010, p. 14-15.

47 En France, É. Zemmour, Le premier sexe, 2006 ; au Québec, Guy Corneau et Yvon Dallaire.

48 En France, M. Schneider, Big Mother : Psychopathologie de la vie politique, 2005.

49 En France, A. Soral, proche du front national et auteur de Vers la féminisation ? Pour comprendre L’arrivée des femmes au pouvoir, Paris, Blanche, 2007.

50 Comme le chef du parti travailliste en Australie, Mark Latham, alors qu’il était candidat pour devenir Premier ministre (E. Tinkler, « No longer tough : Aussie men face masculinity crisis says prime ministerial aspirant », Associated Press, 18 février 2004, [http://www.encyclopedia.com/doc/1P1-91208651.html] consulté le 18 décembre 2009) ; voir nos commentaires au sujet d’Alain Touraine, plus loin dans le texte.

51 Dans son dernier livre au titre évocateur, D. Welzer-lang affirme que « nos modèles masculins sont en crise » et s’inquiète de voir se « raviver une guerre des sexes » (Nous, les mecs : Essai sur le trouble actuel des hommes, Paris, Payot, 2009, p. 65 et p. 28). Voir aussi les travaux récents de G. Dulac.

52 D. Bombardier, La déroute des sexes, Paris, Le Seuil, 1993 ; Françoise Hurstel, « Peut-on parler d’une crise de la masculinité ? Hommes-femmes-pouvoir », La Pensée, no 339, 2004, p. 5-17.

53 É. Badinter, Fausse route, Paris, Odile Jacob, 2003.

54 S. Faludi, Stiffed: The Betrayal of the American Man, New York, Harper Collins, 2000.

55 R. F. Levant, « Men and masculinité », J. Worell (ed.), Encyclopedia of Women and Gender: Sex Similarities and Differences and the Impact of Society on Gender, New York, Academic Press, 2001, p. 718-721; D. Morgan, « The Crisis in Masculinity », K. Davis, M. Evans, J. Lorber (eds), Handbook of Gender and Women’s studies, Londres, Sage, 2006.

56 L. Payne, Crisis in Masculinity, Wheaton (Ill.), Crossway Books, 1993.

57 G. Corneau, Père manquant, fils manqué, Montréal, De L’Homme, 1989 ; Y. Dallaire, Homme et fier de l’être, Sainte-Foy, Option Santé, 2001 ; R. Horrocks, Masculinity in Crisis, New York, St. Martin Press, 1994.

58 J. Lundsay, G. Rondeau, J.-Y. Desgagnés, « Bilan et perspectives du mouvement social des hommes au Québec entre 1975 et 2010 », op. cit., p. 15.

59 Comme l’analyse W. F. Pinar, The Gender of Radical Politics and Violence in America, New York, Peter Lang, 2001.

60 C. Castelain Meunier, Les métamorphoses du masculin, Paris, Presses universitaires de France, 2005, p. 135.

61 Propos du psychologue Guy Corneau, en entrevue à la radio de Radio-Canada, à l’émission de Marie-France Bazzo, Indicatif présent, le 8 mars 2005, Journée internationale des femmes (cité dans M. Harzan, « Y a-t-il une condition masculine ? Le masculin aujourd’hui : crise ou continuité ? », Dialogue, no 183, 2009, p. 183).

62 Y. Dallaire, Homme et fier de l’être, op. cit., p. 29. Sur le même sujet, voir A. Gélinas, L’Équité salariale et autres dérives et dommages collatéraux du féminisme au Québec, Montréal, Varia, 2002, p. 150 et J. Gray, Mars et Vénus : Les chemins de l’harmonie – mieux comprendre et accepter l’autre, Paris, J’ai Lu, 1998, p. 151.

63 D. Bombardier, La déroute des sexes, op. cit., p. 100.

64 J. Arènes, Lettre ouverte aux femmes de ces hommes (pas encore) parfaits…, Paris, Fleurus, 2005, p. 12 ; É. Badinter, Fausse route, op. cit., p. 11.

65 A. Ledoux, De l’homme en crise à L’homme nouveau, op. cit., p. 19 et p. 91.

66 M. Fontaine, « C’est le moment ou jamais pour les Québécois de procéder à un sérieux examen de conscience », La Presse (Montréal), 9 décembre 1989, p. B1.

67 « Hommes en désarroi » est le titre d’un des chapitres du livre de Denise Bombardier, La déroute des sexes, op. cit., ainsi que de son documentaire diffusé en 2005 sur les ondes de la télévision publique Radio-Canada. Voir aussi J.-P. Trottier, Le grand mensonge du féminisme, Montréal, Michel Brûlé, 2007, p. 226.

68 D. Bombardier, La déroute des sexes, op. cit., p. 84.

69 Selon J.-C. Boucher, de L’après-rupture (Martine Valo, « Antiféminisme : Le massacre qui a traumatisé le Québec », Le Monde magazine, 12 décembre 2009, p. 50).

70 Y. Dallaire, Homme et fier de l’être, op. cit., p. 19.

71 H. Lebel, « Misandrie institutionalisée », Indymedia-Nantes, [http:nantes.indymedia.org/article.php3?id_article=2946] consulté en décembre 2011.

72 H. Lebel, « Le réveil du lion », Centre des médias alternatifs du Québec, repris sur le site de L’après-rupture [http://www.lapresrupture.qu.ca/HermilLebel.html#rawr], consulté en décembre 2011.

73 H. Lebel, « Misandrie institutionalisée », op. cit.

74 Selon le site Internet de F4J [http//:www.fathers-4-justice.ca/fr/mtl/affaireCamille.html], consulté en mai 2006.

75 Selon un texte publié sur le site Internet de ce groupe, le 20 janvier 2011, intitulé « La misandrie à l’Assemblée nationale », [http://www.lapresrupture.qc.ca/limreh.html].

76 V. CESPEDES, L’homme expliqué aux femmes, Paris, Flammarion, 2010, p. 27 sq.

77 Sur l’utilisation en France du mythe antiféministe du « féminisme américain », voir J. Ekiel, « Anti-féminisme et anti-américanisme : un mariage politiquement réussi », Nouvelles questions féministes, vol. 17, no 1, 1996, p. 59-76.

78 A. Touraine, Le monde des femmes, Paris, Fayard, 2006, p. 202.

79 Ibid., p. 321.

80 Ibid., p. 325.

81 Ibid., p. 333.

82 Ibid., p. 332.

83 Ibid., p. 331 et p. 219.

84 S. Dauphin, J. Praud, « Les mouvements féministes et la représentation politique des femmes », M. Tremblay (dir.), Femmes et parlements : Un regard international, Montréal, Remue-Ménage, 2005, p. 582 ; M. Maruani (dir.), Femmes, genre et sociétés : L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2005, p. 453-454.

85 M. Maruani (dir.), Femmes, genre et sociétés : L’état des savoirs, op. cit., p. 456.

86 A. Touraine, Le monde des femmes, op. cit., p. 224 (souligné dans le texte).

87 L’identification de la masculinité à l’agressivité sature le discours sur la crise des hommes, qui seraient empêchés de développer et d’exprimer leur agressivité (voir, parmi tant d’autres sources : M. Turenne, « Pitié pour les garçons : Une génération castrée », L’Actualité, février 1992, p. 24-32 ; J.-S. Marsan, E. Gril, Les Québécois ne veulent plus draguer et encore moins séduire, Montréal, De L’Homme, 2009, p. 55 ; G. Corneau, Père manquant fils manqué : que sont les hommes devenus ?, Montréal, De L’Homme, 1989, p. 115-116 ; J. Arènes, Lettre ouverte aux femmes de ces hommes [pas encore] parfaits…, Paris, Fleurus, 2005, p. 136-138 ; P. Guillot, La cause des hommes : Pour la paix des sexes, Québec, Option Santé, 2004, p. 17 sq. ; et tous les livres de Yvon Dallaire). Serge Ferrand, réalisateur du documentaire La machine à broyer les hommes et auteur du livre Papa, à quoi sers-tu ?, donne la parole à un homme qui explique qu’il « y a une agressivité saine, une agressivité phallique » (Papa, à quoi sers-tu ? On a tous besoin d’un père, Québec, Option Santé, 2003, p. 31).

88 É. Badinter, Fausse route, op. cit., p. 184 ; A. Gélinas, L’équité salariale et autres dérives et dommages collatéraux du féminisme au Québec, Montréal, Varia, p. 16 ; A. Ledoux, De l’homme en crise à L’homme nouveau…, p. 51 ; M. Turenne, « Pitié pour les garçons : Une génération castrée », op. cit. Il est même possible de parler de triple castration : J.-P. Trottier, Le grand mensonge du féminisme : ou le silence sur la triple castration de l’homme québécois, op. cit.

89 É. Zemmour, Le premier sexe, Paris, Denoël, 2006, p. 18-19.

90 M. Roy, « Les masculinistes… et les autres », Journal La Presse, 11 mai 2008.

91 M. Schneider, Big mother : Psychopatholoie de la vie politique, Paris, Odile Jacob, 2005, p. 19 et p. 20.

92 [http://www.uomini3000.it/68.htm] (merci à Marcos Ancelovici pour cette référence, consultée le 18 décembre 2009).

93 Notes personnelles colligées lors des audiences, 4-5-6 juin 2008.

94 Entrevue dans le film documentaire La domination masculine, 2009.

95 L. Mathieu, Comment lutter ? Sociologie et mouvements sociaux, Paris, Textuel, 2004, p. 17-25 ; G. Rocher, Introduction à la sociologie générale, Montréal, Hurtubise HMH, 1997 (3e éd.), p. 505-512 ; D. A. Snow, S. A. Soule, H. Kriesi, « Mapping the terrain », D. A. Snow, S. A. Soule, H. Kriesi (eds), The Blackwell Companion to Social Movements, Oxford, Blackwell Publishing, 2007, p. 6.

96 Au sujet de l’aspect transnational du phénomène, voir H. Palma, « La percée de la mouvance masculiniste en Occident », 2008, [http://sisyphe.org/spip.php?article2941] et F. Dupuis-Déri, « L’international masculiniste : pistes de réflexion », op. cit.

97 I. Sommier, « Contre-mouvements », O. Fillieule, L. Mathieu, C. Péchu (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de science po, 2009, p. 159.

98 A. Touraine, Production de la société, Paris, Le Seuil, 1973, p. 360-376 ; T. L. Mottl, « The analysis of Countermovement », Social Problems, vol. 27, 1980, p. 620-635.

99 M. N. Zald, B. Usee, « Movement and Countermovement interaction: Mobilization, tactics, and State involvement », J. D. Mccarthy, M. N. Zald (eds), Social Movement in an Organizational Society, Transaction Books, 1987, p. 247-272.

100 D. S. Meyer, S. Staggenborg, « Movements, Countermovements, and the Structure of political opportunity », American Journal of Sociology, vol. 101, no 6, 1996, p. 1628-1660.

101 T. L. Mottl, « The Analysis of Countermovements », op. cit. C’est Mélissa Blais qui a proposé la notion d’approche « mixte ».

102 C. Delphy, « Retrouver l’élan du féminisme », Le Monde diplomatique, mai 2004, p. 24-25.

103 T. Gurr, Why Men Rebel, Princeton, Princeton University Press, 1970.

104 M.-J. Béchard, « La relation entre les hommes et le féminisme : Une question de rapports de pouvoir », M. Nengeh Mensah (dir.), Dialogues sur la troisième vague féministe, Montréal, Remue-Ménage, 2005, p. 174-192.

105 Cette réflexion s’inspire de discussions avec Marcos Ancelovici et Mélissa Blais.

106 X. Renou, La privatisation de la violence : Mercenaires et sociétés militaires privées au service du marché, Marseille, Agone, 2005, p. 56-61 (la réflexion sur les ultras est un ajout).

107 T. Fetner, The Christian Antigay Movement vs. the Lesbien ans Gay Movement, New York, New York University, thèse de doctorat (département de sociologie), septembre 2001. Voir aussi: T. L. Mottl, « The Analysis of Countermovements », op. cit.; J. Girgen, Constructing Animal Rights Activism as a Social Threat: Claims-Marking in the New York Times and in Congressional Hearing, Floride, Florida State University, thèse de doctorat (criminologie), printemps 2008.

108 T. Taylor, « Australian Terrorism : Traditions of violence and the Family Court Bombings », Australian Journal of Law and Society, vol. 8, no 1, 1992.

109 BBC, « Fathers’group clash with police », 18 juin 2004; B. Rouse, S. Marsden, « Fathers 4 Justice stage rooftop protest at Harman’s home », The Independent, 9 juin 2008.

110 É. St-Pierre, « Lorsque des actions masculinistes ciblent des féministes », M. Blais, F. Dupuis-Déri (dir.), Le mouvement masculiniste au Québec : L’antiféminisme démasqué, op. cit., p. 211-226.

111 M. Blais, « Marc Lépine : héros ou martyr ? Le masculinisme et la tuerie de l’école polytechnique », M. Blais, F. Dupuis-Déri (dir.), Le mouvement masculiniste au Québec, op. cit., p. 73-92.

112 G. Corneau, Père manquant, fils manqué, op. cit. ; M. Turenne, « Pitié pour les garçons : Une génération castrée », op. cit. ; D. Bombardier, La déroute des sexes, op. cit., p. 94 ; William Pollack, Real Boys : Rescuing Our Sons From the Myths of Boyhood.

113 J.-S. Marsan, E. Gril, Les Québécois ne veulent plus draguer et encore moins séduire, op. cit., p. 77-79 ; Serge Ferrand précise qu’il « y a une agressivité saine, une agressivité phallique » (Serge Ferrand, Papa, à quoi sers-tu ? On a tous besoin d’un père, op. cit., p. 31). Voir aussi G. Corneau, Père manquant fils manqué, op. cit., p. 115-116 ; É. Zemmour, Le premier sexe, op. cit., p. 32-33.

114 Y. Dallaire, Moi aussi… Moi… plus : 1001 différences homme-femme, Québec, Option Santé, 2002, p. 15-16 ; A. Soral, Vers la féminisation ? Pour comprendre l’arrivée des femmes au pouvoir, op. cit., p. 32-33.

115 À surveiller, à ce sujet, les travaux en cours de Mélissa Blais. Voir aussi L. Brossard, « Le discours masculiniste sur les violences faites aux femmes : Une entreprise de banalisation de la domination masculine », M. Blais, F. Dupuis-Déri (dir.), Le mouvement masculiniste au Québec : L’antiféminisme démasqué, op. cit., p. 93-110 ; N. Brodeur, « Le discours des défenseurs des droits des hommes sur la violence conjugale : Une analyse critique », Service social, vol. 50, 2003 ; P. Romito, Un silence de mortes : La violence masculine occultée, Paris, Syllepse, 2006.

116 M. A. Chouinard, « La Mixité nuit-elle aux garçons ? », Courrier international, no 674, 2-8 octobre 2003, p. 19.

117 S. Ménard, « Offrir aux gars des livres de gars », Journal de Montréal, 30 janvier 2011.

118 J.-C. St-Amant, Les garçons à l’école, Montréal, Sisyphe, 2007.

119 S. Ménard, « Plus rare que jamais : Le déclin du nombre de profs masculins se poursuit tandis que le décrochage des gars inquiètent », Le Journal de Montréal, 25 avril 2011, p. 3.

120 Y. Dallaire, « L’homme “agit” ses émotions », M. Proulx (dir.), La planète des hommes, Montréal, Bayard Canada/Société Radio-Canada, 2005, p. 146.

121 Y. Dallaire, Homme et fier de l’être, op. cit., p. 147-148.

122 Texte intitulé « Suicide » diffusé sur le site identifié à l’organisation Fathers-4-Justice Québec [http://fathers-4-justice.ca/portail/index.php?option=com_content&task=view&id=45&Itemid=75], consulté en août 2007.

123 Texte intitulé « Suicide » diffusé sur le site identifié à l’organisation Fathers-4-Justice Québec [http://fathers-4-justice.ca/portail/index.php?option=com_content&task=view&id=45&Itemid=75], consulté en août 2007. De plus, selon le site « Fathers 4 Justice – Québec » (source consultée le 14 avril 2006 : [http://fathers-4-justice.ca/fr/montreal.html]) : « [d] es milliers d’hommes se donnent la mort […] pour se soustraire aux conditions psychologiques et financières inhumaines imposées quotidiennement par la persécution systémique des tribunaux de la famille ».

124 « Consultation générale sur le document intitulé Vers un nouveau contrat social pour l’égalité entre les femmes et les hommes », Journal des débats, Commission permanente des affaires sociales, Québec, mercredi 28 septembre 2005, vol. 38, no 155. À noter que cet argumentaire était déjà présenté dans son livre Coupable d’être un homme : « Violence conjugale » et délire institutionnel, Montréal, VLB, 2000, p. 106-111. Au sujet de Georges Dupuy, voir aussi le chapitre de Louise Brossard sur la violence, et celui de Karine Foucault sur l’influence du discours masculiniste, dans M. Blais et F. Dupuis-Déri (dir.), Le mouvement masculiniste au Québec, op. cit.

125 Synthèse des travaux de la délégation aux droits des femmes, mercredi 18 janvier 2006, site Internet du Sénat français – consulté le 14 avril 2006.

126 C. Bertoia, J. Drakich, « The Fathers’rights movement », Journal of Family Issues, vol. 14, no 4, décembre 1993, p. 613.

127 Pour les données de Statistique Canada, voir L. Moisan, « Femmes, à vos tableaux ! », La vie en rose, numéro hors série, 2005, p. 58-61. Pour une synthèse des études, voir C. Guionnet, É. Neveu, Féminins/Masculins : Sociologie du genre, op. cit., chap. IV, « Genres, vie domestique, sociabilités », p. 153-184. Voir aussi I. Puech, « Le non-partage du travail domestique », M. Maruani (dir.), Femmes, genre et sociétés : L’État des savoirs, Paris, La Découverte, 2005, p. 176-183.

128 C. Guionnet, É. Neveu, Féminins/Masculins : Sociologie du genre, op. cit., p. 154-161.

129 M.-È. Surprenant, L’égalité entre les sexes chez les jeunes femmes et les hommes au sein du couple et de la famille au Québec : Des représentations aux pratiques, Montréal, mémoire de maîtrise, département de sociologie, UQAM, 2005.

130 Voir le numéro spécial intitulé « La garde partagée en question », dans la Revue québécoise de psychologie, vol. 27, no 1, 2006 (en particulier D. Côté, « D’une pratique contre-culturelle à l’idéal-type : La garde partagée comme phénomène social », et l’introduction de M. Gagnon qui discute de l’influence au Québec de groupes militants comme Fathers-4-Justice dans l’avancement de l’idée que la garde partagée est nécessairement souhaitable).

131 Institut national de santé publique du Québec, [http://www.inspq.qc.ca/violenceconjugale/statistiques/statshomicide.asp?id=32].

132 Institut national de santé publique du Québec, [http://www.inspq.qc.ca/violenceconjugale/statistiques/statshomicide.asp?id=32].

133 C. Drouin, « Élaboration d’un guide d’intervention préventive de l’homicide conjugal en maison d’hébergement », S. Arcand et alii (dir.), Violences faites aux femmes, Québec, Presses de l’université du Québec, 2008, p. 477-493.

134 M. Dufresne, « Masculinisme et criminalité sexiste », Recherches féministes/Nouvelles questions féministes, vol. 11, no 2/vol. 19, no 2-3-4, 1998.

135 É. Zemmour, Le premier sexe, op. cit., p. 32-33.

136 J. Lundsay, G. Rondeau, J.-Y. Desgagnés, « Bilan et perspectives du mouvement social des hommes au Québec entre 1975 et 2010 », op. cit., p. 14-15.

137 L. Walker, « Negociating the Boundaries of Masculinity in Post-Apartheid South-Africa », G. Reid, L. Walker (dir.), Men Behaving Differently: South African Men Since 1994, Cape Town, Double Stoey Books, 2005, p. 161-182.

138 J. Charbit, « La crise de la masculinité » en Afrique du sud…, op. cit., p. 68.

139 L. Thiers-Vidal, De « L’ennemi principal » aux principaux ennemis…, op. cit., p. 345.

140 Ibid., p. 333.

Auteur

Professeur en science politique et responsable du Groupe interdisciplinaire de recherche sur l’antiféminisme (GIRAF) de l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) de l’université du Québec à Montréal (UQAM). Il a codirigé l’ouvrage Le mouvement masculiniste au Québec : l’antiféminisme démasqué (2008) et signé plusieurs textes sur l’antiféminisme et le féminisme, dont les articles « Le “masculinisme” : Une histoire politique du mot (en anglais et en français) » (Recherches féministes, 2009), et « Les hommes proféministes : Compagnons de route ou faux amis ? » (Recherches féministes, 2008).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access