Version classiqueVersion mobile

Histoires de la souffrance sociale

 | 
Chauvaud Frédéric

Troisième partie. Trajectoires et mécanismes

Une mise en souffrance : l’attente du collectionneur

Jean-Jacques Lucas

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Jean-Paul Sartre, La Nausée, Gallimard, 1938, coll. « Folio », n° 46, 1974, p. 96 et 97.

« La bonne allume les lampes : il est à peine deux heures, mais le ciel est tout noir, elle n’y voit plus assez pour coudre. Douce lumière ; les gens sont dans les maisons, ils ont allumé aussi, sans doute. Ils lisent, ils regardent le ciel par la fenêtre. Pour eux… c’est autre chose. Ils ont vieilli autrement. Ils vivent au milieu des legs, des cadeaux et chacun de leurs meubles est un souvenir. Pendulettes, médailles, portraits, coquillages, presse-papiers, paravents, châles. Ils ont des armoires pleines de bouteilles, d’étoffes, de vieux vêtements, de journaux ; ils ont tout gardé. Le passé, c’est un luxe de propriétaire. Où donc conserverai-je le mien ? On ne met pas son passé dans sa poche ; il faut avoir une maison pour l’y ranger. Je ne possède que mon corps ; un homme tout seul, avec son seul corps, ne peut pas arrêter les souvenirs ; ils lui passent au travers. Je ne devrais pas me plaindre : je n’ai voulu qu’être libre1. »

  • 2 Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, Seuil, 1999, tome 4, p. 458 et 4 (...)

1La « passion individuelle de la propriété privée » selon la formule d’Alain Corbin trouve un de ces phénomènes ultimes dans la pratique de la collection, activité archétypale des élites locales2. Faire collection d’œuvres d’art et d’archéologie, c’est convoiter, choisir, collecter, assembler, et donner forme à la fois par ce regroupement et par le discours. Les collectionneurs entretiennent une sociabilité et ils se parlent par le truchement de leurs objets.

2La correspondance privée est une source privilégiée pour les révéler dans le cas d’une transaction ou d’une trouvaille. La frontière des conventions sociales est alors perméable. On accueille dans le cercle limité par l’activité collectionneuse ceux qui seraient exclus de son univers. Maîtres et valets se rejoignent dans ce monde de chasseurs, les uns rabattant pour les autres ou participant au discours sur l’objet. La collection est le lieu de drames personnels où s’exerce la frustration, la dépossession de soi, le déclassement, le renvoi à sa condition première. Elle reste une activité aristocratique et bourgeoise, siège de la distinction par les œuvres d’art ou d’archéologie.

3Collectionner est une posture de goût, produit d’une éducation et indicateur social. Aux marges des groupes concernés, on peut rencontrer des personnages pourvoyeurs de ceux auxquels la fortune a souri et qui visent à se hisser par cette proximité jusqu’à ce territoire. La quête de la reconnaissance passe par la possession des objets, la réception de cette situation et la fonction qui l’accompagne : collectionner. Elle entraîne le dessaisissement quand la fortune vient à tourner. Collectionner résonne enfin comme la vaine attente du statut de l’homme de qualité, lorsqu’elle ne suffit pas à « savonner le vilain ».

Georges Turpin, le modeste obligé

  • 3 Inventaire sommaire des Archives départementales des Deux-Sèvres rédigé par M. Maurice Béguin, arc (...)

4Le nom de Georges Turpin a connu à Parthenay (Deux-Sèvres) une fortune posthume par l’érection d’un musée municipal devant accueillir ses collections et procurer à cette sous-préfecture sa fabrique d’histoire. La famille avait déposé auprès des archives départementales des Deux-Sèvres sa collection de documents originaux3. Le solde décrit par Georges Picard était destiné à alimenter le projet local :

  • 4 Donation par Mlle Turpin à la Ville de Parthenay par devant Maître Félix Baufine, notaire à Parthen (...)

« C’est cette collection où il y a de tout, toutes sortes de choses curieuses et rares : livres, faïences, étains, armes, monnaies, coiffures et effets militaires, pièces d’ameublement, rouets, lampes antiques, silex taillés, timbres-poste, affiches politiques, assignats, autographes, vieux instruments de musique, costumes, moulages, poteries, échantillons de toiles de Jouy, estampes, portraits, gravures la plupart encadrées, etc. C’est cette collection précieuse, dont la valeur est impossible à évaluer que Mademoiselle Turpin, aujourd’hui, céderait à la Ville de Parthenay, afin que les travaux et recherches de son père regretté ne soient pas dispersés, et par suite comme anéantis4. »

5Le conseiller municipal Picard cerne la modestie de Georges Turpin :

  • 5 Ibidem.

« Ce don nous donnera l’occasion de perpétuer aussi le souvenir de l’homme simple qui a pu, grâce à son labeur, rassembler en notre ville cette collection, pour Parthenay inestimable, qui va devenir notre musée […]. La reconnaissance des Parthenaisiens ira sans cesse grandissant envers le chercheur qui passa sa vie, de grenier en grenier, aimant avant tout à rassembler chez lui, dans sa demeure obscure où il vécut heureux, les liasses de documents, les meubles antiques, les ustensiles négligés recouverts de vert-de-gris, tout ce qui parlait à ses rêves de la splendeur du passé5. »

  • 6 Ibid.
  • 7 Lettre de Georges Turpin à Monsieur Delaunay – Parthenay, 9 mars 1919. Ibid., n° 74.

6La municipalité de Parthenay enregistre le 2 juillet 1934 la donation par Louise Turpin des collections de son père en échange d’une rente viagère annuelle de 500 francs6.Le parthenaisien Georges-Hilaire Turpin (1857-1928) a exercé sa vie durant la profession de ferblantier. Il avait réduit son activité professionnelle au début du siècle et ralenti sa quête avec la guerre : « Je n’ai pas beaucoup augmenté mes collections depuis la guerre, si ce n’est un bon lot de médailles, quelques faïences, quelques livres lors de la vente de vieux papiers et pas mal de documents, affiches et paperasses sur la guerre7. »

7Au cœur de sa prospérité, Georges Turpin manifestait une déférence à l’encontre de collectionneurs avec lesquels il correspondait. Il signale ou procure des pièces d’armement au collectionneur vendéen Raoul de Rochebrune (1850-1924) et révèle les limites de ses possibilités économiques. Ainsi vit-il la pratique de la collection par la sollicitation :

  • 8 Lettre n° 3 du 9 février 1896 – Georges Turpin à Raoul de Rochebrune. Musée départemental Dobrée, (...)

« J’ai reçu également la petite brochure de la Court d’Aron, elle m’intéresse ; je l’ai déjà lue dans la Revue du Bas-Poitou que je ne reçois pas, mais qu’un ami, M. Jounault céramiste me communique. Soyez persuadé que si je vais à Fontenay, je me ferais très grand plaisir d’aller vous voir ; je suis très curieux, et je ne m’ennuie pas à voir les collections surtout comme la vôtre que je connais de réputation. D’ailleurs je suis collectionneur c’est tout vous dire et il n’y a guère de choses que je ne collectionne pas. Je ramasse tout ce qui est curieux. Faïences, armes, bibelots, vêtements, numismatique, timbres, autographes, affiches, gravures, estampes, caricatures, livres… Pourvu que cela me coûte peu. Les objets de prix je les exclus et pour cause, cela entraînerait à des dépenses, au-delà de mes moyens8. »

  • 9 Lettre n° 24 du 23 mars 1896. Ibidem.

8Outre la récupération plus que l’achat d’objets, il dépend de la proximité d’autres mieux lotis que lui pour satisfaire sa curiosité : « Ces renseignements sont pris dans le Dictionnaire Larousse que je ne possède pas malheureusement mais qui est à ma disposition pour le consulter9. »

9En des termes proches de simplicité quémandeuse, Georges Turpin décline ou sollicite les offres de ses correspondants, comme auprès de Mgr X. Barbier de Montault en 1898 :

  • 10 Lettre de Georges Turpin à Mgr X. Barbier de Montault ( ?) – 11 février 1898. Archives municipales (...)

« J’ai reçu ces jours-ci votre circulaire m’annonçant la publication de la Revue d’Archéologie poitevine et malgré l’intérêt que je porte aux publications je regrette de ne pouvoir m’y abonner. Je me suis depuis longtemps privé de ces abonnements aux différentes revues de ce genre, car quoique le prix n’en est pas très élevé, pour moi simple ouvrier, cela fait des sommes que mes moyens ne me permettent pas. J’ai déjà bien des difficultés pour arriver à faire mes affaires et élever ma famille. Vous voudrez bien excuser ces petits détails mais ils étaient nécessaires10. »

  • 11 Lettre n° 1 du 1er février 1896 – Georges Turpin à Raoul de Rochebrune – Musée Dobrée – Nantes – F (...)
  • 12 Lettre n° 2 du 6 février 1896. Ibidem.

10Le ferblantier de Parthenay reste à la périphérie des collectionneurs patriciens. Sa déférence lui suffit pour rester en relation avec un univers social qui ne fut jamais le sien. Il y gagne une dignité qui le fait se hisser par l’objet à la considération de ceux qui le reçoivent dans ce champ-là comme ses pairs. Georges Turpin voit comme eux les belles pièces, mais son regard sert plus à pourvoir qu’à posséder : « Je n’ai pas voulu dépasser ce prix mes moyens ne me permettant pas d’acheter tout ce qui m’est présenté cela m’entraînerait trop loin11. » Ainsi il explique n’avoir pu dépasser la somme de 50 francs pour une petite pièce d’artillerie en bronze qu’il soumet à Raoul de Rochebrune et finit par acheter pour ce dernier moyennant la somme de 115 francs12.

  • 13 Georges Turpin expose des pièces de ses collections en 1896 à Niort.
  • 14 La correspondance et les papiers Turpin conservés aux Archives municipales de Parthenay mettent en (...)
  • 15 « Les riches collections de MM. Turpin de Parthenay, Gandriau de Fontenay-le-Comte, Puichaud de Mo (...)

11Georges Turpin, reconnu localement comme un collectionneur actif, se tient à la remorque de confrères d’une tout autre provenance13. L’humilité de son extraction ne l’empêche pas de correspondre avec les collectionneurs lettrés14. Il n’hésite pas à souligner les frontières de sa sphère sociale à propos des publications qu’il convoite, mais ne peut acheter les objets qu’il identifie d’un œil expert et doit laisser passer. Il tire un profit symbolique de cette relation et entre dans un monde qu’un ferblantier n’aurait pu pénétrer. Ce qui lui vaut d’être porté, le temps de deux expositions à Niort en 1896 et à Saint-Maixent en 1902, au rang des collectionneurs confirmés15.

  • 16 Lettre de Georges Turpin à Monsieur Chappée – 10 septembre 1898. Archives municipales de Parthenay (...)
  • 17 Lettre de X. Barbier de Montault à Georges Turpin – avril 1900 ( ?). Archives municipales de Parth (...)

12Cette fraternité ponctuelle évite à Georges Turpin de paraître un intrus. Il peut avoir l’illusion d’être à la hauteur de ces maîtres. La connivence établie neutralise temporairement l’écart social. Il les reçoit : « J’avais chez nous il y a quelques jours M. le Docteur Dubreuil-Chambardel de Tours qui en visitant mes collections m’a fait savoir que vous étiez collectionneur de sceaux16 », ou est leur hôte : « Malheureusement, ma santé m’empêche d’aller vous voir. Venez donc – votre visite m’avait été annoncée il y a longtemps et apportez-moi quelques curiosités que je puisse publier pour faire valoir votre collection […]. Je vous remercie du service que vous rendez ainsi à la science et à l’histoire locale17. » La politesse le dispute à l’adoubement mais il ne saurait être question de proximité en dehors de l’activité savante.

L’arrache cœur

13À l’opposé de Turpin, la situation du collectionneur installé, celui qui peut distraire une partie de son revenu pour son activité esthétique, en fait l’objet de sollicitations. Il vient au secours de proches par l’achat d’objets supposés l’intéresser et surtout ne pas sortir du champ social des détenteurs contraints de s’en séparer. Cette demande d’aide, humiliante et entraînant le dépouillement de biens, donc le déclassement du propriétaire, marque des naufrages par pièces interposées. Dans la correspondance de Raoul de Rochebrune, deux appels désespérés supplient la charité par un objet transactionnel :

  • 18 Lettre du baron de Bernon à Raoul de Rochebrune, 16 novembre 1915. Musée Dobrée – Nantes – Fonds R (...)

« Mon cher Raoul, j’ai besoin d’argent, je ne peux pas arriver à vendre mon beau manuscrit faute de savoir à qui l’offrir. Vous qui êtes en relation avec tous ces savants collectionneurs, rendez nous donc le service de le placer, vous nous obligerez. Nous désirons Trois mille cinq cent francs du livre, et nous serons heureux de vous laisser tout le surplus de ce que vous pourrez en trouver pour votre peine […] Baron de Bernon18. »

14L’urgence crue le dispute à la déploration, surtout quand la pièce proposée par Marie de l’Isle entre en écho avec la souffrance portée :

  • 19 Lettre de Marie de L’Isle, née du Boischevalier, datée de La Giraudière à La Haye-Fouassière – Loi (...)

« Une amie vendéenne, comme moi, m’a dit que vous aimiez à posséder des objets anciens surtout des souvenirs de votre pays. J’ai chez moi la croix processionnelle de l’ancienne abbaye de Bois-Grolland, le Christ […] qui est sur cette croix est en buis, d’un très beau travail m’ont assuré deux antiquaires parisiens que l’on [a] vu et estimé à 300 [sic] au moins. Quand ces messieurs l’ont vu je ne comptais certainement pas m’en défaire, mais depuis 2 ans, les récoltes ont manquées complètement cette année. Une grave opération de l’appendicite faite à mon fils aîné, il y a quelques mois, 40 jours de clinique coûtent chers. Une grave maladie de mon plus jeune fils, m’oblige à me défaire de cette croix. Elle est authentique, car mon grand-père, possédait aussi, de la même abbaye un rosaire en ivoire, d’un travail admirable […]. Comment mon grand-père avait-il ces objets je n’avais que 5 ans à sa mort, j’ai perdu ma mère très jeune à 17 ans, je ne me souviens plus très bien de ce qu’elle m’a dit à ce sujet. Mais mon grand-père, ainsi que toute la famille très légitimiste, religieuse et de sentiments très délicats a eu ces objets d’une façon très légitime. Mon mari est aveugle et j’ai un fils aux colonies depuis 10 ans, je ne l’ai pas vu. Vous voyez, Monsieur, que les épreuves ne me manquent pas. Aussi, si ma croix peut vous convenir, vous me rendrez très bien service, car je ne puis me décider à la céder à un marchand. Chez vous elle serait presque à l’abbaye19 […]. »

15Les supplications restent à la même altitude sociale. L’objet du sauvetage n’est pas précipité par-dessus bord, maintient le lien et perpétue la cohésion du groupe en ne laissant pas distraire ses emblèmes. On ne saurait demander secours en dehors des siens. La transaction n’engendre pas le déshonneur de la vulnérabilité dévoilée, vécue comme celle de son milieu. La croix passe entre des mains du même groupe social, mains d’amateur entre lesquelles la pièce échappe à la concupiscence des marchands et à une coupable spéculation. Les pièces cessibles s’apparentent à des sémiophores selon la terminologie de K. Pomian. Les objets circulent dans un monde de propriétaires. La détresse de Marie de l’Isle qui, pour se décharger métaphoriquement de sa croix, cherche à vendre à un élu cette croix processionnelle, sorte de mise en abîme de son propre calvaire, met en jeu le collectionneur susceptible de venir discrètement au secours de son infortune.

16Les collectionneurs vivent aussi de ces petits renoncements qui les font s’écarter malgré eux du sillage. L’un des nombreux correspondants de Raoul de Rochebrune, Charles Buttin, marque le pas à plusieurs reprises quand le marché lui échappe :

  • 20 Carte postale de Charles Buttin à Raoul de Rochebrune, 3 villa Mozart, Paris, 28 avril 1913. Musée (...)

« Comme je ne puis m’empêcher de collectionner (manie inguérissable chez ceux qui en sont atteints) je me rabats sur les armes orientales qui restent bien aux prix doux. De cette façon je puis de temps à autre donner satisfaction à ma manie. Lorsque vous voudrez vous défaire de vos pièces orientales, je suis votre homme. Pour les autres, hélas, je dois me contenter de désirer les voir entrer chez mon ami Pauilhac20. »

  • 21 Lettre de Georges Pauilhac à Raoul de Rochebrune, Toulouse, 30 juin 1905. Musée Dobrée – Nantes – (...)

17Ce même Pauilhac, quelques années auparavant se plaignait de ne pouvoir satisfaire son goût pour l’arme ancienne : « Malheureusement il faut être riche pour faire de l’archéologie, çà rapporte peu, surtout celle qui vous intéresse21. » Le contexte de la guerre déplace les lignes du marché des objets d’art et d’archéologie et le prospère Charles Buttin se résigne à abandonner son territoire de chalandise à de nouveaux élus :

  • 22 Lettre de Charles Buttin à Raoul de Rochebrune, 3 villa Mozart, Paris, 23 février 1915. Musée Dobr (...)

« Ne viendrez-vous pas à Paris ce printemps ? Le moment serait bien choisi pour bibeloter, car partout les marchands témoignent un vif désir de vendre à n’importe quel prix et avouent ne pas avoir de clients. Pauilhac est lieutenant d’artillerie ; Reubell s’est consacré uniquement à soulager les misères de nos soldats ; Riggs, dont la collection vient d’être splendidement installée à New York, n’achète plus […]. Dean qui a fini d’installer la collection Riggs va venir à Paris bientôt pour profiter d’un moment unique où tout le monde veut vendre et où il n’y a personne pour acheter. Pour moi, je ne finis par ne plus acheter que de l’oriental ; mes moyens ne permettent pas de continuer à acheter de l’européen, aux prix que l’on demande aujourd’hui, et, tout collectionneur ayant besoin de donner de temps en temps satisfaction à sa manie, je satisfais la mienne de ce côté22. »

18Les collectionneurs parisiens, naguère prospères, subissent pendant la guerre le déclassement de leur position. Ils sont relégués à celui d’observateurs où devront chasser sur des terres moins giboyeuses. Leur œuvre risque de perdre en pertinence et leur projet esthétique altéré. Du moins en portera-t-il la trace par les lacunes ou par des pièces dévalorisantes. L’acheteur américain est le bouc émissaire de cette relégation.

  • 23 Ibidem, Paris, 7 mars 1916.

« Viendrez-vous bientôt à Paris ? […] Ne tardez pas trop car Bashford Dean doit venir au printemps et il fera sûrement monter les prix ; l’Amérique a tout gagné avec cette pauvre Europe dont les ressources s’épuisent que rien ne lui coûtera et que les musées américains comme leurs collections particulières vont nous enlever à tout prix nos objets les plus précieux […]. Mais quand on a la manie de collectionner il faut bien de temps en temps donner un aliment à cette manie et se rabattre sur ce qui est à sa portée23. »

  • 24 Ibid.

19Charles Buttin, à la situation encore assise, se voit dériver du marché des armes médiévales, parce que le contexte de la guerre affirme la puissance des acheteurs américains. Il désigne une autre catégorie de pièces inférieures, les armes orientales. La forme de sa collection traduit ces vicissitudes et les aléas du marché guillochent son goût. Le divertissement de Charles Buttin apparaît d’autant plus singulier que la guerre le contraint à modifier les contours de sa collection d’armes quand six de ses sept fils sont au front24.

Viaud-Bruant démasqué par sa collection

  • 25 Il s’agit pour la Société des artistes français d’œuvres d’E. Laurent, O. Guillonnet, Foreau, Muen (...)

20Jean Viaud dit Gabriel Viaud-Bruant (1865-1948), horticulteur poitevin, collectionneur d’art moderne et polygraphe dans chacun de ces domaines, participe à l’exposition de Poitiers de 1922. Il figure à la catégorie Art ancien, pour des œuvres datant du dernier tiers du xixe siècle et du début du xxe siècle. Il a apporté ou inscrit à son nom trente-sept toiles distribuées en cinq catégories et installées dans la chapelle désaffectée de l’ancien palais épiscopal. Sa propriété de ces œuvres reste encore à valider. Douze sont inscrites sous l’appellation Société des artistes français, onze au titre de la Société nationale des Beaux-Arts, six à celui des Indépendants, quatre à celui du Salon d’Automne. Quatre peintres sont catalogués » École de 183025 ».

  • 26 L’Avenir de la Vienne, dimanche 14 mai 1922 (n° 113), mercredi 17 mai 1922 (n° 115), jeudi 25 mai (...)

21Il a déjà publié en 1922 cinq versions de son ouvrage Peintres et Jardiniers (dont trois en 1909, 1913, 1916) lorsqu’il dispose des colonnes du quotidien l’Avenir de la Vienne pour six rendez-vous entre mai et juillet 192226. Il y diffuse ses considérations esthétiques et manifeste la réserve du public poitevin face à ses choix et goûts picturaux. Dans son plaidoyer pro domo, Viaud-Bruant trace la distance qu’établirent les organisateurs avec ses premières propositions :

  • 27 L’Avenir de la Vienne, vendredi 9 juin 1922, n° 132.

« J’avais envoyé des œuvres de René Ménard (l’automne qui est au Musée du Luxembourg), une étude d’Ernest Laurent, un admirable Roll, et une indigène de Thahiti [sic] par Gauguin. Ces œuvres ont paru subversives. J’ai préféré en rire que me fâcher. Mais le public poitevin a été privé du spectacle d’œuvres d’artistes qui font courir tout Paris quand on les expose. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut voir et étudier des Gauguin27. »

22Viaud-Bruant disqualifié par ceux qui l’ont sollicité, des notables poitevins, de vieille lignée pour partie d’entre eux, reçoit dans le journal de la droite poitevine, Le Courrier de la Vienne, numéro 146 du 21 juin 1922, un envoi plus modulé mais soulignant la distance établie. Le chroniqueur Jacques Regard prend prudemment ses marques :

« En entrant dans l’ancienne chapelle, bon nombre se scandalisent. Non pas communément de voir un chœur d’église devenu un musée. Non ; leur scandale n’est pas religieux. Il n’est pas non plus d’ordre moral malgré une nudité ou deux. Il vient de l’esthétique, de la facture des tableaux ici exposés. Ces petites toiles proviennent de la collection de M. Viaud-Bruant, lequel aime visiter les quatre salons annuels. Le dessin simplifié, les tons francs, bref, la manière impressionniste, déroute encore plus d’un Poitevin. »

23Ces prises de position viennent dans le prolongement d’une critique de Viaud-Bruant le mois précédent :

  • 28 Ibidem, 17 mai 1922, n° 115.

« Je dois avouer hélas ! Que beaucoup des peintures qui remplissent nos salles ne sont pas de grandes œuvres d’art. Trop d’exactitude froide dans le dessin et de recherche infinie du détail, trop d’anecdotes puériles, trop de photographies, en couleur, trop de sujets de pendule, trop de confiseries. La nature est trahie dans ces œuvres gelées, congelées même dans ces peintures immobiles et sans vie28. »

24La réticence du public poitevin ressentie par Viaud-Bruant le contraint à se justifier par l’ancienneté de son appartenance à leur cité :

  • 29 Ibid., 25 mai 1922, n° 122.

« J’habite Poitiers depuis bientôt 35 ans et j’aime énormément ma ville d’adoption. À ce double titre je crois avoir le droit de dire aux Poitevins ce que je pense d’eux sans parti pris dans le meilleur esprit de franchise. Les Poitevins aiment tous la musique, ils ne manquent jamais un concert artistique, ils discernent très finement les nuances de la musique même celles d’avant-garde. Les Poitevins sont donc doués au point de vue tempérament artistique. Phénomène curieux ils “pigent” beaucoup moins la peinture que la musique29. »

  • 30 Huysmans qui avait commencé l’installation d’un ermitage à Ligugé en 1899, se montre caustique dan (...)

25Sans atteindre à l’acrimonie de Huysmans dans L’Oblat, la mise à disposition de ses tableaux sur la scène poitevine ne suffit pas pour faire admettre ses goûts picturaux somme toute largement admis par ailleurs en 192230. Il est ce horsain qui, malgré son mariage en 1891 avec une Poitevine, n’appartient pas tout à fait à la scène locale. Ses goûts picturaux entrent en contradiction avec le projet de l’exposition tendant plus vers la prééminence des artistes et des sources archéologiques poitevines.

26La mise en scène de soi aspirant à une notabilité instituante entre en conflit avec les tenants de la norme. L’attente porte sur une production et une construction régionales comme le montre le succès de l’Orientine, association poitevine de poètes et de peintres active durant l’entre-deux-guerres. Viaud-Bruant cherche à gagner une identité, voire un statut, malgré sa prospérité commerciale. Mais il appartient à la bourgeoisie des petits entrepreneurs, horticulteur à mi-chemin entre le rus et l’hortus, et non à la bourgeoisie de robe, voire à la petite noblesse. Son otium ne saurait s’apparenter à la pratique des assis. La propriété des tableaux ne suffi t donc pas à affirmer sa position dans la société poitevine qui le laisse, à ses dires, à bonne distance.

  • 31 Robert Castel, Claudine Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Hachette L (...)
  • 32 Ibidem, p. 35.
  • 33 Dominique Pety, « Le personnage du collectionneur au xixe siècle : de l’excentrique à l’amateur di (...)

27La correspondance qu’entretient Turpin avec Rochebrune peut lui donner l’illusion de profiter des privilèges des maîtres. Mais sa propriété des pièces se réduit le plus souvent à de la récupération et rarement à l’achat par ailleurs modeste. Malgré une reconnaissance d’expert attestée par la qualité de ses épistoliers ou sa participation à deux expositions, Turpin s’arrête toujours à l’orée de ce monde de propriétaires. Il tient de l’anti-forme du collectionneur. Son impossible constitution d’un patrimoine l’écarte, outre son socio-type, du monde des propriétaires et donc de sa capacité d’existence31. Sa possible souffrance reste pudiquement retenue. Il ne peut prétendre atteindre l’ampleur de Rochebrune mais entretient des rapports de reconnaissance avec Barbier de Montault. En revanche, l’aisance d’entrepreneur n’autorise pas Viaud-Bruant à accéder au statut des notables poitevins de vieille souche. Les objets d’art et d’archéologie collectionnés, donc représentés par l’auteur de leur assemblage, sont le support de ces individualités pour reprendre les propos de Robert Castel : « L’individu est celui qui est propriétaire, et le non-propriétaire n’est pas un individu32. » Aussi l’affirmation de soi dans la société par la sur-propriété qu’est la collection disqualifie de facto ceux qui subissent un revers les éloignant de leur otium, ou tous autres croisant au large de ces rivages33. Certes, Marie de l’Isle n’est pas collectionneuse, mais quand elle est réduite à céder une partie de son patrimoine, une partie de soi, elle choisit son sauveteur, cautérisant sa souffrance et freinant sa lente perte d’existence sociale. L’institution de l’individu moderne au cours du xixe siècle est manifeste dans l’activité collectionneuse et savante au point de contribuer à rendre visible et puissant l’inventeur de ses mondes passés et présents. Vae victis, aux anonymes, démunis et dépossédés.

Notes

1 Jean-Paul Sartre, La Nausée, Gallimard, 1938, coll. « Folio », n° 46, 1974, p. 96 et 97.

2 Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, Seuil, 1999, tome 4, p. 458 et 459.

3 Inventaire sommaire des Archives départementales des Deux-Sèvres rédigé par M. Maurice Béguin, archiviste. Série F (Fonds divers) 1F à 11F, Niort, Imprimerie Nicolas, 1933, p. 83 à 106.

4 Donation par Mlle Turpin à la Ville de Parthenay par devant Maître Félix Baufine, notaire à Parthenay (Deux-Sèvres). Archives départementales des Deux-Sèvres, 4 O 183.

5 Ibidem.

6 Ibid.

7 Lettre de Georges Turpin à Monsieur Delaunay – Parthenay, 9 mars 1919. Ibid., n° 74.

8 Lettre n° 3 du 9 février 1896 – Georges Turpin à Raoul de Rochebrune. Musée départemental Dobrée, Conseil général de Loire-Atlantique – Nantes. Fonds Raoul de Rochebrune, boîte A, correspondance concernant les armes (1879-1923) de 1 à 17/31.

9 Lettre n° 24 du 23 mars 1896. Ibidem.

10 Lettre de Georges Turpin à Mgr X. Barbier de Montault ( ?) – 11 février 1898. Archives municipales de Parthenay – Fonds Musée, registre de copies de lettres Turpin, lettre n° 179.

11 Lettre n° 1 du 1er février 1896 – Georges Turpin à Raoul de Rochebrune – Musée Dobrée – Nantes – Fonds Raoul de Rochebrune, boîte A, correspondance concernant les armes (1879-1923) de 1 à 17/31.

12 Lettre n° 2 du 6 février 1896. Ibidem.

13 Georges Turpin expose des pièces de ses collections en 1896 à Niort.

14 La correspondance et les papiers Turpin conservés aux Archives municipales de Parthenay mettent en évidence, au travers de l’état de ses recettes, les activités de plus en plus réduites et donc les revenus de Georges Turpin au cours des années vingt.

15 « Les riches collections de MM. Turpin de Parthenay, Gandriau de Fontenay-le-Comte, Puichaud de Moncoutant, Paul Frappier, de Cuvilier, de Monterban, de Niort et la collection encore bien modeste de la Société du Costume poitevin, ont réuni, dans notre exposition, les spécimens les plus variés de la bijouterie régionale », dans Henri Gélin, L’Ethnographie poitevine et charentaise à l’exposition de Niort – 1896, Impr. Saint-Martin, Ligugé, 1896, p. 42 et 43 – VIII – Les bijoux. Au sujet de l’exposition de Saint-Maixent, voir : Saint-Maixent – Exposition rétrospective du mobilier et du costume poitevin. 20 sept. 1902. Catalogue des objets exposés, Émile Payet Imprimeur-éditeur, Saint-Maixent, 1902, 79 p. Il figure parmi les organisateurs de la manifestation : « Comité de patronage – Georges Gandriau, collectionneur à Fontenay-le-Comte… Turpin, collectionneur à Parthenay, etc. », p. 5.

16 Lettre de Georges Turpin à Monsieur Chappée – 10 septembre 1898. Archives municipales de Parthenay – Fonds Musée, registre de copies de lettres Turpin, lettre n° 201.

17 Lettre de X. Barbier de Montault à Georges Turpin – avril 1900 ( ?). Archives municipales de Parthenay – Fonds Poignat, correspondance Turpin (non inventoriée).

18 Lettre du baron de Bernon à Raoul de Rochebrune, 16 novembre 1915. Musée Dobrée – Nantes – Fonds Raoul de Rochebrune, boîte B, correspondance au sujet de livres et de gravures, 4 lettres du baron de Bernon. Lettre 3c.

19 Lettre de Marie de L’Isle, née du Boischevalier, datée de La Giraudière à La Haye-Fouassière – Loire-Inférieure, le 11 novembre 1913, à Raoul de Rochebrune. Ibidem, boîte B, correspondances diverses (orthographe conservée).

20 Carte postale de Charles Buttin à Raoul de Rochebrune, 3 villa Mozart, Paris, 28 avril 1913. Musée Dobrée – Nantes – Fonds Raoul de Rochebrune, boîte A’, 37 lettres de Charles Buttin.

21 Lettre de Georges Pauilhac à Raoul de Rochebrune, Toulouse, 30 juin 1905. Musée Dobrée – Nantes – Ibidem, boîte A’, 6 lettres de Georges Pauilhac, 1905-1906.

22 Lettre de Charles Buttin à Raoul de Rochebrune, 3 villa Mozart, Paris, 23 février 1915. Musée Dobrée – Nantes – Fonds Raoul de Rochebrune, boite A’, 37 lettres de Charles Buttin.

23 Ibidem, Paris, 7 mars 1916.

24 Ibid.

25 Il s’agit pour la Société des artistes français d’œuvres d’E. Laurent, O. Guillonnet, Foreau, Muenier, L. Sarluis, H. Rousseau, Saint-Germier, Camus, Damart, Dupont, Cornillac et W. Laparra. Au titre de la Société nationale des Beaux-Arts, Lebourg, Chabas, Roll, R. Ménard, Flandrin, Friescke, Guillaumin, Lepère, Le Sidaner, M. Denis, Marzocchi de Bellucci. Sous l’appellation de la Société des artistes indépendants, il y a Lebasque, Jaulmes, G. Dulac, Ottmann, O Friloz, J. Zingg.À l’appellation Salon d’automne correspondent de Waroquier, Valtat, Sola, H. Ramay. Enfin à la rubrique « École 1830 », on lit Monticelli, Fantin-Latour, Diaz, Degas. Catalogue de l’exposition artistique et archéologique – Poitiers, 1922, L. Roy éditeur, Tours, 1922, 60 p.

26 L’Avenir de la Vienne, dimanche 14 mai 1922 (n° 113), mercredi 17 mai 1922 (n° 115), jeudi 25 mai 1922 (n° 122), jeudi 1er juin 1922 (n° 127), mardi 6 au mercredi 8 juin 1922 (n° 131), vendredi 9 juin 1922 (n° 132), mercredi 12 juillet 1922 (n° 160).

27 L’Avenir de la Vienne, vendredi 9 juin 1922, n° 132.

28 Ibidem, 17 mai 1922, n° 115.

29 Ibid., 25 mai 1922, n° 122.

30 Huysmans qui avait commencé l’installation d’un ermitage à Ligugé en 1899, se montre caustique dans son portrait des Poitevins : « Excepté deux personnes, nul, je le répète, n’est à fréquenter dans ce trou ; les paysans sont cupides et retors et quant aux gourdes armoriées, aux noblaillons qui croupissent dans les châteaux des alentours, ils sont certainement au point de vue intellectuel, encore inférieurs aux rustres ; on se salue, lorsqu’on se rencontre et c’est tout. » J.-K. Huysmans, L’Oblat, Christian Pirot, 1992, p. 41.

31 Robert Castel, Claudine Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Hachette Littérature, 2005, 208 p.

32 Ibidem, p. 35.

33 Dominique Pety, « Le personnage du collectionneur au xixe siècle : de l’excentrique à l’amateur distingué », dans Romantisme, 2001, n° 112, SEDES, p. 71 à 81.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search