Version classiqueVersion mobile

Histoires de la souffrance sociale

 | 
Chauvaud Frédéric

Troisième partie. Trajectoires et mécanismes

Souffrance sociale et système des émotions

L’exemplarité des parcours individuels en France au xixe siècle

Frédéric Chauvaud

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier, Giovanna Procacci, Gouverner la misère. La question sociale en France, 1789-1 (...)
  • 2 Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au xixe siècle, Paris-Turhn (...)
  • 3 Voir les remarques de Roger Price, A Social History of Nineteenth-Century France, New York, Holmes (...)
  • 4 La présente contribution, en fonction de l’espace dévolu, se contente de suggérer un certain nombr (...)
  • 5 Voir notamment Alain Faure et Jacques Rancière, textes rassemblés par, La parole ouvrière 1830-185 (...)

1L’histoire de la souffrance sociale ne s’inscrit pas seulement dans le sillage d’une histoire des politiques sociales, des mouvements d’assistance ou de l’essor du courant philanthropique1. Elle prend place aussi dans la mouvance des recherches qui ont privilégié le « redéploiement des sensibilités » et le réaménagement d’une « culture des sentiments2 », tout en s’attachant à « l’expérience douloureuse » que les hommes et les femmes du xixe siècle, pouvaient avoir « du monde social3 ». Il importe en effet de suivre le lent travail des émotions, le désespoir de tel journalier qui depuis une quinzaine d’années a la sensation d’être entré en hébétude, ou de tel magistrat qui, se croyant trahi dans son honneur, tente de se donner la mort, ou encore de tel personnage qui, issu de l’univers des tâcherons, ne parvient pas à évoquer son origine familiale sans éprouver un sentiment de gêne, vif et pénible, qui n’est pas autre chose qu’une manifestation de la honte sociale4. Vécue sur le mode de l’individu, cette dernière est amplifiée par les représentations collectives d’un groupe ou d’une société. Bien souvent, elle est l’un des ressorts de la souffrance. Dans un monde où l’horizon s’élargit et où l’ascension sociale devient imaginable, la « douleur des douleurs5 », semble être devenue de plus en plus insupportable. De la sorte, les parcours individuels ne se réduisent pas à l’histoire des individus et peuvent être exemplifiés afin de mieux comprendre les travers d’une époque et les aspirations des hommes et des femmes du passé.

Le système des émotions

2L’histoire de la souffrance sociale appartient à l’histoire de la « vie affective ». Tenue à l’écart des grandes fresques de l’histoire institutionnelle, éloignée des bouleversements de la vie politique et du tapage public, elle appartient aux crises quotidiennes et convulsives des individus. Pour autant, ces derniers ne peuvent être dissociés des univers sociaux et culturels auxquels ils appartiennent. Si on se donne plus volontiers la mort dans le monde du négoce, de la petite boutique ou du salariat agricole, la souffrance, qui peut conduire au suicide, relève d’impressions intimes, d’un travail que l’individu fait sur lui-même et d’un sentiment de perte.

  • 6 Se reporter aussi aux travaux de Jules Soury car ils sont le reflet de cette époque et sa théorie d (...)
  • 7 A. Dechambre, L. Lereboullet, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, Asselin e (...)
  • 8 Jeanne Bouvier, Mes mémoires, Paris, La Découverte/Maspéro, 1983, p. 50-58.
  • 9 Archives départementales de la Vienne, M4 300, 1873.
  • 10 Alain Corbin, « Coulisses », dans Histoire de la vie privée, Paris, Seuil, Tome IV, Michelle Perro (...)
  • 11 Archives départementales de la Vienne, 2 U 1510-1832.

3Les trajectoires sociales permettent de mieux comprendre les drames privés, qui dépassent largement le cadre de l’individu, et la manière dont se constitue un système d’émotions6. Autour des années 1880, pour les autorités médicales les plus prestigieuses, le « sens émotif » correspond à une sorte de creuset de la sensibilité morale « où se forment et d’où émanent toutes nos émotions7 ». Les « malheurs familiaux » aiguisent les troubles du « sens émotif ». Une journalière de 19 ans, née à Strasbourg de parents cordonniers, condamnée pour « vol domestique », illustre parfaitement l’une de ses existences malheureuses. À 13 ans relate-t-elle : « Ma mère voulait toujour me faire aprendre l’état de blangiseuse et repaseuse, avent elle me disait quil falait savoir coudre, pour compensé elle ma mis chez une lingère que ma mère croyer que je pouvait rester tranquilement. » Et puis brutalement, c’est l’enchaînement du malheur. En 1840, sa mère, poitrinaire meurt. Deux ans plus tard, le père a, semble-t-il, contracté la même maladie. Ici, la parole de la souffrance souligne nombre d’aspects dont un nous importe. Il montre que l’étude de la souffrance sociale passe par une combinaison des « expressions affectives » et des « pratiques sociales » qui viennent se greffer sur elles. De la sorte, les itinéraires personnels peuvent être « exemplifiés » et restituent dans leur intensité la douleur sociale. L’histoire d’un « état » – on « est » en souffrance – offre un autre intérêt ; elle permet, par le biais de l’histoire des sensibilités, de fondre l’histoire sociale et l’histoire des représentations. Jeanne Bouvier, dans ses « mémoires », relate l’histoire de la débâcle de sa famille. L’« invasion du phylloxera » a, en effet, provoqué à la fois la ruine du père, tonnelier, et la métamorphose de l’enfant en jeune ouvrière de 11 ans. Mais le désastre social n’est pas désincarné et ne peut, à la manière d’une chronique sèche et distanciée, être isolé des émotions. Le récit vécu, même s’il est reconstruit par les souvenirs, ne ressemble pas aux textes des enquêteurs sociaux. Le sentiment de dignité apparaît à l’évidence omniprésent, alors qu’il est occulté de la plupart des études historiques. Lorsque la famille de Jeanne Bouvier déménage, emporte quelques meubles, elle ne peut empêcher au bout de quelques temps, ni la misère de la rattraper, ni la saisie des biens restants : « À la vue d’un huissier, rapporte Jeanne Bouvier, je me crus déshonorée pour toujours, et il me semblait que les habitants du pays me montraient du doigt. Je fus complètement bouleversée, comme si nous avions été des criminels… » Dans l’instant, le sentiment qui sature l’univers mental de la gamine est celui de la « honte ». Plutôt que de retourner à la fabrique et se « résigner à vivre dans une telle détresse », elle souhaite se noyer. Mais comme elle ne dispose pas d’un tablier propre, elle ne passe pas immédiatement à l’acte. Elle ne veut pas que l’on puisse ajouter à la honte, le mépris social. Lorsque l’on découvrira son cadavre, songe-t-elle, il importe que l’on ne puisse dire que ses effets étaient sales. Sa mère refuse de lui en donner un propre et ainsi l’empêche, sans le savoir, de se suicider8. D’autres situations montrent bien que le désespoir personnel s’inscrit dans un contexte social. Par exemple, le 6 février 1873, dans le département de la Vienne, un procès-verbal de gendarmerie note de manière lapidaire : « Suicide dans un puits du Sieur A., âgé de 38 ans, fermier au village La Roche. Le 31 janvier dernier, jour où le sieur A. témoignant devant le juge d’instruction au tribunal de Montmorillon sur une demande en séparation introduite en justice par époux A. cet homme était en proie au plus violent désespoir9. » Toutefois, le passage à l’acte relève de logiques toujours complexes qui ne peuvent être réduites à une explication unique. Dans les sociétés d’interconnaissance – communautés de village ou de quartier – dans lesquelles tout le monde connaît tout le monde, les déchirements familiaux et les mésaventures conjugales ne peuvent être dissimulés. Au cabaret ou dans la rue, au lavoir ou au marché…, la vie privée10 est placée sous le regard social, aussi les frontières entre l’espace public et la sphère privée sont extrêmement poreuses. Séparé de sa femme, un mari écrit à sa fille : « Je ne sai quel marche prendre Je nose plus sortir de ches moi raporte a la honte Du monde11. » Ici des dissensions personnelles conduisent au rétrécissement de l’univers social puis à une forme d’ostracisme. La douleur presque palpable est placée sous le regard des autres.

  • 12 Lucien Febvre, « La Sensibilité et l’Histoire. Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? (...)
  • 13 Archives départementales des Yvelines et de l’ancien département de Seine-et-Oise, 1862.

4Toutefois, il existe plusieurs « systèmes d’émotions12 », tantôt cloisonnés, tantôt imbriqués. Ils dépendent des personnalités, des univers sociaux, de l’âge et de bien d’autres facteurs encore… Que penser en effet des sentiments d’un journalier sexagénaire déambulant dans les campagnes et qui confie à qui veut bien lui prêter une oreille attentive qu’il ignore où demeurent ses enfants : « Ils ne veulent pas me voir, parce que je ne travaille plus, si j’avais quelques années de plus je les ferais payer13. » Que penser également des confidences discrètes d’un vieillard persuadé que sa famille qui vient tout juste d’accéder à l’indépendance, ne lui viendra pas en aide car il est devenu une charge pour elle, aussi décide-t-il de se pendre dans une grange ? Les tragédies personnelles relèvent toujours, à des degrés divers, de déterminations sociales.

  • 14 Archives départementales de la Vienne, 2 U 1617-2318.

5Des émotions plus vivement ressenties ébranlent donc les impulsions du Moi et bouleversent l’ordonnancement des sentiments. Certains récits sont bouleversants lorsque, déclinés sur le mode distant, ils relatent d’horribles massacres à l’instar d’une confession chuchotée en 1853, par un jeune homme, après son arrestation aux Rochers, écart poitevin appartenant à la commune de Beaumont qui vient de commettre l’irréparable. S’ils dévoilent des haines familiales, ils sont aussi le révélateur, au-delà du Code civil, de la manière dont les héritages sont réalisés, et de la façon dont est vécu la transmission des biens patrimoniaux : « C’est le partage que ma mère avait entre nous qui m’a porté à faire le mal. Elle avait toujours été injuste à mon égard, j’avais remarqué qu’elle favorisait en tout mon frère à mon préjudice. Indépendamment du partage qu’elle avait fait, et par lequel elle lui avait donné une maison qui valait quatre fois plus celle qu’elle me donnait à moi-même, elle avait voulu lui reconnaître une obligation de cinq cents francs14… » Le sentiment d’injustice, réel ou imaginaire, relève bien de la souffrance sociale.

  • 15 Voir Josette Pontet (dir.), À la recherche de la considération sociale, Maison des Sciences de l’H (...)

6La conscience de soi et l’intériorisation de la souffrance vont de pair. L’un comme l’autre ont épousé leur temps, même s’ils n’ont ni la même intensité ni la même acuité. Dans le basculement de la société française, autour des années 1870-1880, les catégories de ceux qui souffrent, et les modalités de la souffrance ont changé. Les frontières infranchissables entre groupes sont devenues perméables. Les barrières sociales héritées de l’Ancien Régime semblent inébranlables dans la première moitié du xixe siècle. De même lorsque surgit et s’impose la France des « capacités », d’autres séparations mentales et sociales sont dressées. Pour ne prendre qu’un exemple, qui accompagne les combats en faveur de la reconnaissance et de la considération sociales15, celui des officiers de santé souvent raillés et méprisés par les docteurs en médecine, parfois même confondus avec les empiriques, sont déclarés officiellement en extinction en 1892. Désormais il n’y a aura plus qu’un seul corps. Pour autant ceux qui sont titulaires du titre pourront continuer à exercer. Pour certains, les dispositions du législateur n’ont fait qu’envenimer une situation qu’ils vivaient douloureusement. De la sorte, l’existence n’est plus que sarcasmes et quolibets de la part de « messieurs les docteurs », se lamentent quelques officiers de santé. Et lorsque les praticiens sont appelés comme expert judiciaire près des tribunaux, il leur faut attendre un avis de la Cour de cassation pour que leur propos soit bien considéré comme une opération d’expertise et non comme un simple témoignage. Rares sont les individus placés dans cette situation qui ne la ressentent pas comme particulièrement humiliante.

Au cœur de l’identité souffrante

7Les individus n’expriment pas seulement une souffrance personnelle, ils sont les porte-parole d’une douleur collective. L’histoire de ceux qui souffrent, car ils se battent contre eux-mêmes, leur milieu, leur destinée familiale, la place sociale qui leur est faite ou encore les rets de la fatalité est indissolublement liée à une vision du monde. Que cette dernière s’effrite ou s’écroule, qu’il se produise un choc, comme une prise de conscience, et la douleur s’impose. Un accident, un renvoi, une mauvaise récolte, la mort d’un parent qui entraînent le déclassement sont autant de micro-événements qui affectent la vie de chacun.

  • 16 Alphonse Rabbe, Album d’un pessimiste, Paris, (1835), José Corti, 1991, 240 p.
  • 17 Ibidem, p. 53.

8La souffrance sociale peut conduire à la prostration, au renoncement de certaines choses, à la gêne persistante… Tout le monde, certes, ne réagit pas de la même manière, ni ne s’exprime pareillement. La façon de se débattre entre ses désirs et la réalité tangible, entre ce que l’on est devenu par rapport à ce que l’on rêvait, diffère selon les individus et les groupes. Sans chercher à établir un diagnostic précis, Alphonse Rabbe propose à ses lecteurs une plongée au cœur de l’identité souffrante. N’est-ce-pas dans le naufrage successif de ses projets qu’il élabore, dès la Restauration, une philosophie du désespoir16 ? Tandis que ses ambitions de devenir peintre, musicien, acteur s’évanouissent inexorablement, il dénonce la curée sociale, le mouvement qui entraîne toute la société vers l’appropriation de biens au détriment du plus grand nombre. Il dénonce l’éducation, le travail masquant la conduite égotiste, l’« opinion des sots ». L’ensemble « prépare évidemment des victimes au malheur : rien de plus fréquent que de voir des revers de fortune, des froissements inattendus déjouer des plans trop prématurés en même temps que trop absolus17… » La conscience de son talent se heurte à une société qui apparaît bloquée et qui semble s’ingénier à limiter les aspirations personnelles et la mobilité collective.

  • 18 Archives nationales, BB/20/267-1864.

9Dans les sociétés et les associations dites « traditionnelles », comme les sociétés villageoises ou les compagnons du tour de France, la place et les rôles des individus sont distribués de façon presque intangible. Dans les campagnes de Seine-et-Oise ou du Poitou, celui qui n’a pu conserver sa place de premier charretier et celui qui a dû vendre les terres paternelles deviennent des parias, des « mercenaires », pour reprendre une expression usuelle dans la seconde moitié du xixe siècle. Mais, même si tel ou tel est « descendu très bas », il possède la possibilité de « grignoter sur le malheur » et de reconquérir une position sociale18.

  • 19 Husson Chamfleury, Les souffrances du professeur Delteil, Paris, Michel Lévy frères, 1857 (1855), (...)

10Quelques récits romanesques illustrent la souffrance sociale ordinaire, telle qu’on pouvait en rendre compte au milieu du xixe siècle. Dans un roman méconnu, publié au début du Second Empire, Champfleury, usuellement présenté comme l’initiateur du réalisme français, exerce sa faculté de discernement, tout en laissant le soin à d’autres de vérifier ses intuitions pertinentes. Il observe les tourments d’un professeur19. L’intrigue a pour cadre le collège Tassin. Le personnage principal est désigné par la critique positive comme « un pauvre diable de savant incompris ». Avec cette simple formule se nouent deux aspects essentiels de la souffrance sociale : le premier étant le regard que l’on porte sur soi, le second étant le regard que les autres portent sur vous. Dans le récit imaginé par Champfleury, un professeur, M. Delteil, soucieux de composer un dictionnaire grec, est l’objet, chaque jour, d’un « nouveau tourment » inventé par ses élèves. Il est également l’objet de brimades de la part du principal : « Un de ces petits des postes de clocher qui se plaise à humilier de leur supériorité tout individu trop digne pour ramper devant eux ou trop faible pour oser résister à leur tyrannie. » À cela s’ajoutent les ravages provoqués par un sentiment amoureux qu’il ne peut déclarer et qu’il est obligé de refouler. Aussi, lorsque l’autorité est bafouée et ne parvient pas à s’affermir, lorsque le statut social que l’on occupe ne correspond pas à ses aspirations ou autorise à chaque instant mille rebuffades, lorsque dans ses relations de voisinage, d’amitié… l’image que l’on a de soi est brisée puis mal reconstruite à maintes reprises, se dessine la gamme des souffrances sociales, amplifiées par les conditions de vie concrètes.

  • 20 Archives départementales des Yvelines, URA 410.

11Il existe aussi « un genre autobiographique » fait de récits minuscules de la souffrance. La correspondance qu’un paysan-charpentier-dessinateur entretient avec son frère est exemplaire puisqu’elle renseigne sur sa situation et ses aspirations sociales. Son cahier se présente comme une longue litanie plaintive. Un peu à la manière du livre de Job, la fatalité sociale semble s’acharner sur lui et il conte par le menu ses états d’âme et le récit de ses tourments. Un extrait illustre la tonalité d’ensemble : « Créé par les effets de la nature […] je fus maudit par le créateur et par la voie de celle qui, repentie, se reprochait la faiblesse du péché originel, c’est sur moi que retomba le fléau de la malheureuse destinée que j’ai ressenti20. » La douleur personnelle est presque toujours située dans un environnement social.

  • 21 Gazette des tribunaux, 16 et 17 septembre 1839.
  • 22 Léon Cladel, voir notamment Mes Paysans : le Bouscassié (1869), et surtout Les Va-nu-pieds (1874), (...)
  • 23 Archives départementales des Yvelines et de l’ancien département de Seine-et-Oise, U cour d’assise (...)

12Stigmates et mépris sociaux l’illustrent plus particulièrement. Des injures comme « fainéant », « mendiant », « propre à rien » sont douloureusement reçues. Les débats de tel tribunal correctionnel montrent que de semblables épithètes cinglent plus fortement encore que ne l’aurait fait un coup donné21. L’injure est une façon de creuser la distance sociale. Mais le mépris qui provoque une vive douleur emprunte d’autres chemins et s’adresse à de multiples catégories. La condition des ouvriers, la misère des bonnes, les difficultés des compagnons, la situation des domestiques, le destin des vagabonds, le statut des concierges… sont tous, à un titre ou à un autre, l’objet d’une stigmatisation sociale qui renseigne sur la dénomination de ceux qui souffrent et sur les figures du mépris. Léon Cladel, l’un des porte-parole du roman rustique, décrit l’homme des campagnes comme un « rustre » ou un « quadripède ambulant sur deux pieds22 ». L’humiliation est bien une composante de la souffrance. Employé à la tâche, un journalier rapporte les propos d’un architecte qui n’a pas cherché à les dissimuler : « Ces gens ne comprennent pas le mot enfoncer, il aurait fallu dire : cogner23. » Dans le même registre, les « Messieurs » se promènent et n’ont que commisération et morgue pour les paysans… En 1906, Pierre Lelong publie Au pays des grenouilles bleues, qui comporte plusieurs chansons. L’une d’entre elles illustre l’écart entre la ville et la campagne et le malaise pouvant glisser jusqu’à la souffrance :

  • 24 Pierre Lelong, Au pays des grenouilles bleues, Bibliothèque de la société des amis de l’Yvelines, (...)

« Croquants, dites-vous, que signifie ce mot ?
C’est vrai nous cultivons la terre,
Nous portons la blouse et vous des paletots… »
Il faut alors prendre l’offensive :
« Ne vous fâchez pas Messieurs les Parisiens,
[…] Mais nous pouvons vous appeler badauds
Puisque nous autres paysans
Vous nous appelez des croquants24 ! »

  • 25 Voir en particulier Henri Vonoven, La Belle Affaire, Paris, Gallimard, 1925, 230 p.
  • 26 Dans un registre proche, cf. Dr Jean Voituriez, L’expression des émotions et la physionomie, Paris (...)
  • 27 Gazette des tribunaux, 5 juillet 1884.

13La stigmatisation de la paysannerie, des provinciaux, des ouvriers, des femmes… dessine les contours sociaux d’un groupe qui est dévalorisé, raillé et exclu. De la sorte, les observations des enquêteurs sociaux, des autorités ou des voyageurs renseignent sur l’identité souffrante. Dans cette perspective, les comptes-rendus de procès qui relèvent aussi du « discours descriptif » sont un moyen privilégié pour saisir, à la manière d’un instantané, la souffrance. Les chroniqueurs judiciaires ou les tribunaliers25 proposent à leurs lecteurs des portraits qui relèvent de la physiognomonie des audiences26. De la sorte, ils se montrent sensibles aux signes de la douleur : « L’accusé est de petite taille, grêle, les épaules tombantes ; son visage, encadré d’une barbe clairsemée, ravagé par les souffrances physiques et morales, provoque plutôt la pitié que la répulsion27. »

Les parcours de la souffrance

  • 28 Voir Jacques-Guy Petit (dir.), Intégration et exclusion sociale d’hier à aujourd’hui, Paris, Anthr (...)
  • 29 Voir Vincent de Gaulejac, en coll. avec I. Taboada-Léonetti, La lutte des places, Paris, Desclée d (...)
  • 30 Voir notamment le travail d’Arlette Farge et Jean-François La, La fracture sociale, Paris, Desclée (...)

14Les itinéraires individuels sont en grande partie des parcours sociaux. Pour autant, même en tenant compte du poids de la reproduction sociale et des stratégies familiales, il n’existe pas de déterminisme simpliste et automatique28. Certains individus sont devenus ce qu’ils n’auraient jamais dû devenir, d’autres, dont la destinée semblait toute tracée, ont connu un tout autre avenir. Certaines trajectoires peuvent être vécues comme des réussites personnelles et sociales, mais aussi comme des reniements, voire des trahisons. Que l’on songe par exemple à tel ouvrier devenu contremaître ou à tel autre devenu patron. De tels mouvements engendrent des troubles et des conflits étudiés en particulier par les sociologues29, mais délaissés par les historiens. Il est vrai que, à de rares exceptions près, les recherches prosopographiques ne se sont intéressées qu’aux élites, aux ministres, aux parlementaires, aux membres des professions libérales… ou aux militants, catégories définies en fonction d’un statut et d’un devenir. Il importe pourtant de déplacer le regard de la recherche et de s’attacher aussi aux humbles, aux anonymes et à ceux qui ont connu l’échec30. Que sont devenus par exemple ceux qui se sont présentés à tel concours, ceux qui ont postulé à tel emploi, ceux encore qui ont été licenciés ou qui, placés comme domestiques n’ont pas voulu garder leur « place » ?

  • 31 Voir notamment, pour une perspective synthétique et large, Pierre Cornu, « Pour une archéologie so (...)
  • 32 Gazette des tribunaux, 1835.
  • 33 Gazette des tribunaux, 1er janvier 1864.
  • 34 Voir notamment Guy Haudebourg, Mendiants et vagabonds en Bretagne au xixe siècle, Rennes, PUR, 199 (...)

15Les migrations saisonnières ou définitives renseignent aussi sur la souffrance lorsque le réseau dans lequel on est inséré ne correspond pas aux attentes31. Au dépaysement, peut s’ajouter la roublardise de personnes du pays. Certains apprennent un peu tard, qu’ils payent leur place dans un garni à un tarif très élevé32. Les premières réactions se situent entre le dépit, la surprise et la colère, mais cela peut aller plus loin. C’est ainsi qu’en 1864, deux jeunes Normands se retrouvent à Paris, s’emploient comme épicier et caressent l’idée d’entreprendre à grande échelle le commerce du sucre et de la cannelle. Après plusieurs mois, l’un d’eux s’empare des effets de l’autre. Tous les espoirs d’ascension sociale se trouvent alors soudainement brisés. Un chroniqueur note qu’« un jeune normand ne perd pas impunément son premier patelot, sa première montre, ses premières bottines vernies et 60 francs sur sa première fortune ». Vivant une véritable détresse, il ne peut faire appel à quiconque, il ne connaît personne dans la capitale et ne veut pas solliciter sa famille, ce qui serait déchoir encore un peu plus… l’effondrement social précède le drame individuel. Après quelques vaines recherches, il tombe malade, entre à l’hôpital et y meure33. Tous ceux qui sont victimes d’escroquerie, de fraude, d’abus de confiance, en fonction de leur statut social, de leur position, partagent une même souffrance même si elle ne conduit pas à la mort. Il faudrait aussi s’attacher au monde de l’errance et du vagabondage souvent vécu sur le mode du rejet et de l’engourdissement34.

  • 35 Voir par exemples les travaux en cours à l’université de Poitiers sur les violences sexuelles vues (...)

16Les filles de ferme, domestiques ou tâcheronnes sont souvent, en fonction de leur sexe et de leur position sociale, des victimes. Toutes jeunes, elles sont placées comme gardiennes d’oie ou de petits animaux ; à douze ans, on leur confie des animaux de taille plus respectable, des moutons notamment. Enfants, jeunes filles ou femmes, il n’est pas rare qu’elles soient alors l’objet de violences sexuelles. Au cours du xixe siècle, au moins jusqu’en 1864, ces affaires connaissent un important essor dont les facteurs sont multiples. Contentons-nous de signaler que le viol ou l’attentat à la pudeur s’exercent contre les plus démunies, celles qui, pour des raisons diverses, sont laissées à l’écart du contrôle social, ou sous la dépendance d’un maître qui abuse d’elles en toute impunité35.

  • 36 Voir Didier Nourrisson, Le buveur du xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1990, 383 p.
  • 37 Archives départementales de la Vienne, 2U 1163-1864.
  • 38 Aude Fauvel, « Punition, dégénérescence ou malheur ? La folie d’André Gill (1840-1885) », dans Rev (...)

17Dans un autre registre, l’histoire de l’alcoolisme36 s’est déployée dans de multiples directions, celles des pratiques de consommations, de la dénivellation géographique ou sociale des usages, des sociabilités d’estaminet, de la construction des figures du dipsomane ou de l’ivrogne, des campagnes antialcooliques et de la constitution des ligues, de la morale aussi ; et bien d’autres aspects encore… mais la quasi totalité des travaux disponibles ont délaissé l’étude de la réaction des proches, épouses et enfants notamment. Les archives judiciaires et les récits de vie contiennent nombre de témoignages fugaces qu’il convient de saisir. À la suite de telle ou telle affaire, une gamine relate les frasques éthyliques d’un père, elle fait part avec un mélange de naïveté et de lucidité de ses réactions. Dans un premier temps, dit-elle, lorsque son père était en « ribote » elle trouvait cela drôle ; il était amusant, qu’il s’endorme n’importe où dans un fossé, le long d’un mur, derrière une haie. Puis l’âge venant, la perception de son père, aiguillonnée par de multiples remarques moqueuses de camarades, a changé. Elle commence à éprouver un sentiment de honte et de culpabilité, il lui semble appartenir à une famille « tout bizarre ». Plus tard encore, à la honte s’est ajoutée la peur lorsque les coups ont commencé à venir ; ils se sont abattus sur sa mère, sur sa sœur et sur elle. Et puis l’enfer familial est devenu un espace de la souffrance sociale. Son père, entendait-elle, n’était qu’un « propre à boire », un travailleur de la terre qui n’a pas su garder sa position et qui a entraîné dans sa chute l’ensemble de sa famille. La déclaration de la jeune fille retrace une généalogie, mais au moment où son témoignage est recueilli par un juge de paix et consigné par un greffier, il lui faut subir une nouvelle fois l’épreuve de la souffrance37. Avouer devant des étrangers ce qu’elle n’a pu confier jusqu’à présent, construire un récit structuré qui relate la déchéance paternelle et le stigmate social38.

  • 39 Voir notamment Valérie Piette, Domestiques et servantes. Des vies sous condition. Essai sur le tra (...)
  • 40 André Theuriet, Le Fils Maugars (1879), repris dans Gens de Charentes et de Poitou, textes réunis (...)
  • 41 Archives départementales des Deux-Sèvres, 2 U 1520-1840.

18Sans doute faudrait-il multiplier les exemples qui tous relèvent d’une histoire de la singularité. Les hommes et les femmes du passé sont des êtres concrets qui peuvent avoir une conscience plus ou moins aiguë de leur trajectoire39. L’identité souffrance réside dans ce passé que l’on préférerait occulter. Celui qui ne possédant aucune terre est parvenu à devenir métayer puis propriétaire d’une exploitation de plusieurs dizaines d’hectares peut, en son for intérieur, se sentir fière d’une ascension sociale qui l’a propulsé à une place enviée, mais en même temps, il peut éprouver un sentiment de honte à l’égard de ses origines modestes. Dans un roman rural, un passage met en scène la confrontation d’un père et d’un fils. Le premier, parti de rien, ne possédant guère plus que « quelques liards », s’est fait une place dans la société poitevine, il demeure à Poitiers, rencontre les magistrats et les préfets, côtoie les premières personnalités de la ville, même si la distance sociale est parfois ostensiblement marquée. Lorsqu’un différend essentiel l’oppose à son fils, un des premiers arguments qu’il utilise est de lui demander « s’il a honte de son père40 ». À la ville, les tensions sont parfois plus fortes encore. L’univers boutiquier l’illustre. Sorte de creuset social, il autorise les déclassements comme les promotions. À Niort ou à Châtellerault, la petite bourgeoisie boutiquière s’attache à marquer la distance, mais en même temps, elle est sans cesse confrontée au regard social de ceux qui peuvent se prévaloir d’une certaine légitimité sociale41. Dans cette confrontation qui emboîte les perceptions de soi et les représentations collectives, ce qui est en jeu c’est la dignité individuelle et sociale. Chaque fois qu’elle se trouve bafouée, contestée ou raillée la souffrance est là.

  • 42 Arthur Schopenhauer, Pensées et fragments, Paris Alcan, (1880), rééd. Paris, Rivages, 1990, 230 p.

19La souffrance sociale peut être lue comme un déplacement des seuils de résignation. Elle peut aussi n’être perçue qu’à travers le prisme de l’économie ou par le truchement de la répression. Composer une histoire des souffrances sociales ne revient ni à dresser le portrait d’une société de « coupables » et de victimes ni à s’attacher au seul dénuement matériel des plus misérables. Cela consiste plutôt à poursuivre une forme entrevue ressemblant à la « misère morale » et qui attire, par la puissance de sa détresse, l’attention. Paradoxalement, la souffrance sociale produite par le statut personnel jugé infamant, par le rôle que l’on ne parvient pas à tenir, par les aspirations qui se délitent, par les ambitions contrariées menant parfois au bord de la folie, par les drames et les frustrations de la vie intime, par le ressentiment « rentré » à l’égard de son voisinage nécessite, pour en rendre compte, de s’attacher au « système des émotions ». C’est vers 1880 que Jean Bourdeau introduisit les « pensées et fragments » de Schopenhauer, dont le succès de librairie fut foudroyant, laissant exsangue l’étal des libraires42. Une des premières maximes de l’ouvrage affirme que « le malheur général est la règle ». Ne faut-il pas alors convenir que l’ordre du monde est fondé sur la souffrance qui traverse les catégories sociales, se moque des familles les plus unies, se raille des personnalités les plus fortes ? Un tel discours, repris et amplifié culmine au début de la IIIe République. Assurément, il traduit un véritable désarroi social qui ne concerne pas que les seuls tourments individuels et qui ne peut être mis sur le seul compte d’un nervorisme fin-de-siècle.

Notes

1 Voir en particulier, Giovanna Procacci, Gouverner la misère. La question sociale en France, 1789-1848, Paris, Seuil, 1993, 375 p. ; Catherine Duprat, Pour l’amour de l’humanité, Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des Lumières à la monarchie de Juillet, Paris, CTHS, 1993, t. I.

2 Frédéric Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au xixe siècle, Paris-Turhnout, Brepols, 1991, p. 233-255 et Les criminels du Poitou au xixe siècle. Les monstres, les désespéré(e)s et les voleurs, La Crèche, Geste Éditions, 1999, « Le désordre des émotions », p. 220-324.

3 Voir les remarques de Roger Price, A Social History of Nineteenth-Century France, New York, Holmes and Meir, 1987, p. 197-258.

4 La présente contribution, en fonction de l’espace dévolu, se contente de suggérer un certain nombre de pistes, sans aucunement avoir la prétention de proposer un panorama complet.

5 Voir notamment Alain Faure et Jacques Rancière, textes rassemblés par, La parole ouvrière 1830-1851, Paris, UGE, 1976, 447 p.

6 Se reporter aussi aux travaux de Jules Soury car ils sont le reflet de cette époque et sa théorie des émotions (1897), voir en particulier, Le système nerveux central, Paris, G. Carré et C. Naud, 1899, 1866 p.

7 A. Dechambre, L. Lereboullet, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, Asselin et Houzeau-G. Masson, 1887, t. XXXIV, p. 44.

8 Jeanne Bouvier, Mes mémoires, Paris, La Découverte/Maspéro, 1983, p. 50-58.

9 Archives départementales de la Vienne, M4 300, 1873.

10 Alain Corbin, « Coulisses », dans Histoire de la vie privée, Paris, Seuil, Tome IV, Michelle Perrot (dir.), p. 413-611.

11 Archives départementales de la Vienne, 2 U 1510-1832.

12 Lucien Febvre, « La Sensibilité et l’Histoire. Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? », dans Annales d’Histoire Sociale, III, repris dans Combats pour l’Histoire (1953), Paris, Armand Colin, 1992, p. 221-238.

13 Archives départementales des Yvelines et de l’ancien département de Seine-et-Oise, 1862.

14 Archives départementales de la Vienne, 2 U 1617-2318.

15 Voir Josette Pontet (dir.), À la recherche de la considération sociale, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Talence, 1999, 229 p.

16 Alphonse Rabbe, Album d’un pessimiste, Paris, (1835), José Corti, 1991, 240 p.

17 Ibidem, p. 53.

18 Archives nationales, BB/20/267-1864.

19 Husson Chamfleury, Les souffrances du professeur Delteil, Paris, Michel Lévy frères, 1857 (1855), 247 p.

20 Archives départementales des Yvelines, URA 410.

21 Gazette des tribunaux, 16 et 17 septembre 1839.

22 Léon Cladel, voir notamment Mes Paysans : le Bouscassié (1869), et surtout Les Va-nu-pieds (1874), notamment la première édition illustrée, Paris, Richard Lesclide, 240 p.

23 Archives départementales des Yvelines et de l’ancien département de Seine-et-Oise, U cour d’assises, 1868.

24 Pierre Lelong, Au pays des grenouilles bleues, Bibliothèque de la société des amis de l’Yvelines, 1906, p. 248-249.

25 Voir en particulier Henri Vonoven, La Belle Affaire, Paris, Gallimard, 1925, 230 p.

26 Dans un registre proche, cf. Dr Jean Voituriez, L’expression des émotions et la physionomie, Paris, 1908, 247 p.

27 Gazette des tribunaux, 5 juillet 1884.

28 Voir Jacques-Guy Petit (dir.), Intégration et exclusion sociale d’hier à aujourd’hui, Paris, Anthropos, 1999, 162 p.

29 Voir Vincent de Gaulejac, en coll. avec I. Taboada-Léonetti, La lutte des places, Paris, Desclée de Brouwer, 1996 ; ou encore, Le Coût de l’excellence, avec la coll. de N. Aubert, Paris, Seuil, 1991 (rééd. 1994).

30 Voir notamment le travail d’Arlette Farge et Jean-François La, La fracture sociale, Paris, Desclée de Brouwer, 2000, 174 p. qui suivent l’itinéraire singulier de Robert Lefort.

31 Voir notamment, pour une perspective synthétique et large, Pierre Cornu, « Pour une archéologie sociale des sentiers migratoires. Retour historien sur la question de la mobilité spatiale dans la France du xixe siècle », dans Jean-Luc Mayaud et Lutz Raphael, Histoire de l’Europe rurale contemporaine. Du village à l’État, Paris, Armand Colin, 2006, p. 72-97.

32 Gazette des tribunaux, 1835.

33 Gazette des tribunaux, 1er janvier 1864.

34 Voir notamment Guy Haudebourg, Mendiants et vagabonds en Bretagne au xixe siècle, Rennes, PUR, 1998, 434 p., Jean-François Wagniart, Le vagabond à la fi n du xixe siècle, Paris, Belin, 1999, 352 p. ; José Cubero, Histoire du vagabondage du Moyen Âge à nos jours, Paris, Imago, 1998, 294 p.

35 Voir par exemples les travaux en cours à l’université de Poitiers sur les violences sexuelles vues à travers le regard des victimes.

36 Voir Didier Nourrisson, Le buveur du xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1990, 383 p.

37 Archives départementales de la Vienne, 2U 1163-1864.

38 Aude Fauvel, « Punition, dégénérescence ou malheur ? La folie d’André Gill (1840-1885) », dans Revue d’histoire du xixe siècle, n° 26-27, 2003, p. 277-304.

39 Voir notamment Valérie Piette, Domestiques et servantes. Des vies sous condition. Essai sur le travail domestique en Belgique au xixe siècle, Bruxelles, 2000, Académie royale de Belgique, Classe des Lettres, 521 p.

40 André Theuriet, Le Fils Maugars (1879), repris dans Gens de Charentes et de Poitou, textes réunis et présentés par Jean-Pierre Bouchon et Alain Quella-Villeger, Paris, Omnibus, 1995, p. 151.

41 Archives départementales des Deux-Sèvres, 2 U 1520-1840.

42 Arthur Schopenhauer, Pensées et fragments, Paris Alcan, (1880), rééd. Paris, Rivages, 1990, 230 p.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search