Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de la souffrance sociale

 | 
Chauvaud Frédéric

Deuxième partie. Figures et expressions

Les mousses ou « garçons » et la souffrance sociale (xviie-xixe siècles)

Thierry Sauzeau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Au temps de la marine à voiles, la navigation nécessitait un savoir-faire que seul un apprentissage empirique dispensait. La formation était exigeante (endurance, force physique), polyvalente (marines de pêche, de commerce et de guerre) et éprouvante (éloignement, absence). Pour protéger leur activité, les « gens de mer » étaient les réservistes de la flotte de guerre, dans le cadre du système des classes. En échange, ils bénéficiaient d’un embryon de Sécurité Sociale avec la caisse des Invalides. Alimentée par des cotisations, elle off rait aux inscrits l’accès aux soins gratuits et à une pension. Avant l’invention de la plaisance, vers 1860, l’univers de la navigation restait un monde à part. La forte mortalité professionnelle raccourcissait l’espérance de vie maritime d’une dizaine d’années. Entre guerre et paix, croissance et crises, la population maritime restait pourtant sujette à une forte mobilité sociale.

2Nulle « vocation » chez les jeunes qui partaient s’embarquer mais un ensemble de choix – effectués en famille. Il pouvait être question de défendre une réputation, une position chèrement et patiemment acquise à l’auberge, sur le quai et à bord, au fil des enrôlements d’un père ou d’un frère. Il s’agissait souvent de convertir une bouche à nourrir en soutien de famille quand la modestie du capital familial interdisait d’envisager d’autres solutions. Nécessité faisant loi, le mousse était une victime toute désignée de la souffrance sociale. Celle-ci était cependant très variable suivant l’origine sociale, le contexte, les activités (cabotage, petite ou grande pêche, long-cours, traite négrière, service de l’État) et l’époque.

3Pour tous, la souffrance sociale naissait de la déchirure vécue par la cellule familiale, privée d’un enfant, parfois pour de longs mois. Il y avait aussi ce drame personnel vécu par l’enfant qui s’embarquait, exposé aux règles très strictes de la vie à bord. L’adieu à l’enfance et la construction de l’adulte se jouaient en quelques mois, de la terre à la mer, du quai au pont d’un navire. En cas d’abandon de la navigation, d’autres mécanismes pouvaient s’enclencher. Le retour à la terre était au moins vécu comme un échec économique, au pire comme une humiliation sociale.

Embarquer, entre rupture et déchirure

  • 1 Grande Ordonnance de la Marine, Livre II, Titre VII – « Des matelots », BNF-Gallica.
  • 2 Georges Guillet, Le dictionnaire du gentilhomme, Paris, 1678, BNF-Gallica, Notice n° FRBNF30558978

4Rédigée pour « affermir par de bonnes lois […] une jurisprudence auparavant flottante & incertaine », la grande ordonnance de la Marine de 1681 a servi de référence jusqu’au xixe siècle. Fait remarquable, elle ne contient aucun article consacré aux mousses1. Le terme était pourtant en usage au xviie siècle : « Mousse : ou page ou garçon, est un jeune matelot qui sert de valet aux gens de l’Équipage2. » Assimilé au matelot, dès l’embarquement, le mousse basculait donc dans le monde adulte.

Lorsqu’une mère perd un enfant…

  • 3 C’est le cas du récit de Pierre Plucket, Mémoires de Plucket, dernier corsaire dunkerquois (1759-1 (...)
  • 4 Dans le sillage de Mon frère Yves de Pierre Loti, le mousse de la grande pêche est le héros de Alf (...)
  • 5 Une histoire basée sur la méthode reconstitution des carrières de gens de mer dans Thierry Sauzeau(...)
  • 6 Arch. nat., Marine, DD2 757.

5Quelques autobiographies, œuvres de vieillards se penchant avec nostalgie sur leurs jeunes années3 et beaucoup de romans4 évoquent l’entrée de l’enfant chez les mousses. Ces représentations narratives peuvent être confrontées aux itinéraires professionnels, ces tranches de vie reconstituées grâce aux sources de l’inscription maritime5. Il s’agit alors de vérifier l’assertion du rapport anonyme reçu par le Commandant du port de Rochefort en 1783 : « L’opinion des mamans de nos provinces qu’un enfant qui s’embarque est un enfant perdu6. »

  • 7 Texte reproduit dans René Memain, Matelot et soldats des vaisseaux du Roi, levées d’hommes du dépa (...)
  • 8 Ordonnance de 1689, Livre VIII, Titre Ier, « De l’Enrollement, levée, distribution, payement et ré (...)
  • 9 L’Ordonnance de 1681 disposait que les capitaines devaient « prendre les garçons dont ils auront b (...)

6Le mousse était un rouage essentiel du mécanisme de renouvellement des générations de matelots. Datant de 1689, l’Ordonnance « pour les armées navales et les arcenaux de la marine7 » organisait le service militaire des gens de mer, en les séparant en 3 ou 4 classes, appelées au service à tour de rôle. Les capitaines jouissaient d’une exemption « en prenant à leur bord, à chaque voyage qu’ils feront en mer : sçavoir, ceux dont l’équipage sera moindre de dix hommes, un jeune garçon au-dessous de dix-huit ans ; ceux dont l’équipage sera de dix hommes, deux, et ainsi de suite à proportion8 ». La monarchie absolue avait échoué dans sa tentative de faire admettre les enfants trouvés à bord des navires9. À la veille de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, c’est par la contrainte qu’elle organisa le recrutement de mousses.

  • 10 Ordonnance du 4 juillet 1784, SHD-Marine de Rochefort, 2P.5 « Ordonnance du Roi, Concernant la com (...)
  • 11 Alfred Giron, op. cit., p. 9.
  • 12 Alexandre Lamothe, op. cit., p. 22.

7À partir du règne de Louis XIV, le travail des enfants fut encouragé par une véritable politique de l’offre de formation. La demande, elle, n’avait pas besoin d’être stimulée. Tirant le bilan de la guerre d’Indépendance américaine, Louis XVI proclamait que la « proportion du nombre des Mousses, déterminée au dixième, n’est pas trop grande pour fournir aux gens de mer les moyens de faire subsister leurs enfants10 ». À la fin de xixe siècle, les représentations littéraires ne faisaient que reprendre – en le romançant – ce poncif du discours officiel. Dans L’Odyssée d’un petit mousse, Paul Gallais, aîné des 4 orphelins d’un père Terre-neuvas annonçait à sa mère : « Nous grandissons, mes frères et moi, mais en appétit surtout et votre gain ne grandit pas11. » Dans le registre du garçon turbulent dont on ne sait que faire, l’Avignonnais Espérit Cabassu, fils aîné d’un pêcheur fluvial, voyait son père s’exclamer : « Encore un de casé, travaillons pour les autres qui n’ont ni son âge, ni sa force, ni son courage12. » La souffrance sociale des parents était perceptible dans les discussions et les hésitations qui précédaient la décision d’envoyer un fils naviguer comme mousse.

  • 13 Ce terme classique de la société d’Ancien Régime – voir Vauban dans son « Projet de Dixme Royale » (...)
  • 14 Thierry Sauzeau, op. cit., p. 69.
  • 15 Dans l’ordonnance de 1681, concernant les « enfans enfermez dans les hôpitaux » il était précisé : (...)
  • 16 Alfred Giron, op. cit., p. 10.
  • 17 Alexandre Lamothe, op. cit., p. 13. Par « invalides », on entend chez les gens de mer la pension d (...)

8Tous les récits mettent en lumière la fragilité de familles dont la seule richesse consistait en un savoir-faire, quelques filets ou une barque. Lorsque ces « manouvriers13 » de la mer ne pouvaient plus assurer la subsistance de leurs enfants, il était inévitable que l’aîné parte naviguer. La reconstitution des familles d’inscrits maritimes enseigne que ces foyers naisseurs de mousses comptaient plus de garçons que de filles. Fils de marins, 60 % des mousses étaient fils uniques ou aînés d’une fratrie14. C’est dans ces milieux qu’on rencontrait les plus jeunes – dès 7 ou 8 ans15 – mais la plupart s’engageait dans la tranche d’âge 12-16 ans. La rupture était un peu atténuée par l’existence de liens entre la famille et le milieu professionnel. Pierre Gallais évoquait un père qui « n’avait pas l’âge que j’ai lorsqu’il partit mousse ». Pour convaincre sa mère qui rétorquait qu’il n’avait « pas de protection », il répondit avoir parlé au « capitaine et armateur de l’Alexandre, il m’a dit de venir le trouver demain à St-Malo, avec votre consentement écrit16 ». Quant à Espérit Cabassu, la décision était emportée par son oncle Mathieu, quartier maître sur Le Terrible, quoique les parents aient « objecté l’éloignement des enfants, les dangers des naufrages, les épidémies » et la misère du marin à l’âge des « invalides17 ». La souffrance sociale des marins était à la mesure d’un rêve brisé : soustraire leurs enfants à un métier dont ils connaissaient les dangers.

  • 18 Les fils de terriens étaient 25 % aux Sables d’Olonne selon Hervé Retureau, Les gens de mer du pay (...)
  • 19 René Caillé, Société mauzéenne d’histoire locale éd., Mauzé-sur-le-Mignon, 1974, 16 p.

9Cette souffrance était plus sensible chez les terriens. Les milieux non maritimes retardaient au maximum l’entrée de leurs fils aux mousses, attendant d’avoir épuisé toutes les autres possibilités. Puînés et cadets représentaient un peu plus de la moitié des jeunes issus de la terre. Ces milieux fournissaient les mousses les plus âgés, jusqu’à 18 ou 20 ans. Absente des discours officiels et des romans, la figure du jeune terrien devenu mousse était pourtant décisive pour le renouvellement des classes de la Marine18. René Caillé, enfant de Mauzé-sur-le-Mignon fut de ceux là. Orphelin de père à 9 ans, il grandit dans le cabaret de l’oncle qui l’avait recueilli. Les histoires de soldats et de migrants qui fréquentaient ce lieu ont pu jouer un rôle dans son départ comme mousse, en 1816, à l’âge de 17 ans19. Son histoire illustre à l’extrême ces destins d’exclus qui grossissaient les rangs de la « mouscaille ». Chez le laboureur Pierre Camus, de Saujon, l’aîné Thomas restait aider son père, mais le suivant Pierre, s’inscrivait comme mousse en 1778 et servait d’exemple aux cadets, Jacques et Thomas (II). Sur la côte, on demandait souvent à la mer d’absorber ces bras dont les vignes ou les marais n’avaient que faire.

10Du xviie au xixe siècle, l’envoi d’un fils aux mousses était facteur de souffrance sociale pour la famille qui exposait publiquement sa gêne et sa dépendance. Ce traumatisme était aggravé par la rudesse de la vie à bord, qu’on n’avait pas su éviter à son garçon.

…c’est que la mer lui prend

  • 20 La formation s’apparentait à un empirisme brutal, où le redoublement d’attention passait par le re (...)

11Fils de capitaine, de matelot ou de paysan, chaque mousse traversait différemment l’épreuve de l’intégration à bord. La souffrance physique et morale saisissait l’enfant isolé, dans la promiscuité d’un espace réduit, régi par des règles viriles. À bord, la sécurité collective tenait à la vigilance de chacun. Le petit mousse n’était donc nullement favorisé. Chaque erreur était durement châtiée, au prétexte qu’elle pouvait mettre des vies en danger20.

  • 21 AN fond Marine G.77, f°50, cité par Alain Cabantous, « Apprendre la mer… », op. cit., p. 417.
  • 22 SHM Rochefort, Registre des mousses (1760-1766), 10P3.1, f°171, n° 25.
  • 23 Par ailleurs, Alain Cabantous, Dix mille marins face à l’océan, Les populations maritimes de Dunke (...)

12L’envoi d’un aîné aux mousses n’était cependant pas réservé aux humbles. Nombre de fils de capitaines passaient mousses et parmi eux, beaucoup de fils uniques (9 %) et d’aînés (35 %). Les maîtres avaient coutume de choisir « leurs fils, parenté ou ainsi, qu’ils embarquent malgré le peu d’expérience de leur âge21 ». André Husseau22 (Saujon, né en 1752 – naviguant de 1763 à 1804), fils d’un capitaine de navire, était mousse à 11 ans. Peut-être son père considérait-il que la meilleure des formations était celle qui, dès l’enfance, proposait un apprentissage sur le tas23 ? Cela trahissait un passage de témoin, la transmission d’un héritage fait de fidélités, de responsabilités, de participations aux bénéfices aussi. Derrière une apparente communauté de comportement, les familles maritimes vivaient différemment le drame : nécessité économique des humbles, affirmation sociale des élites.

  • 24 Alfred Giron, op. cit., p. 27.
  • 25 Thierry Sauzeau, « Les derniers morutiers d’Aunis et Saintonge (1762-1792) », dans Premières journ (...)

13Enfant de matelot, le mousse n’était pas désavantagé. Mousse sur « l’Alexandre », Pierre Gallais ne se targuait-il pas d’avoir « été élevé au milieu des récits de mon père et de ses amis sur les îles en approchant de Terre Neuve24 » ? Le mousse de la grande pêche (Terre-Neuve, Islande), grand classique des représentations du xixe siècle, n’avait pas le monopole de la souffrance sociale. Au sein des équipages morutiers charentais de la fin du xviiie siècle, la solidarité géographique était telle que l’enfant n’était jamais isolé, parrainé et encadré par un proche ou un voisin25. Les romanciers ont d’ailleurs abondamment exploité le filon. Le parrainage de l’oncle Mathieu est l’élément fondateur des « exploits » d’Espérit Cabassu. La bienveillance du capitaine malouin Desbarres, ancien employeur de son père, est le point de départ de « l’odyssée » de Pierre Gallais.

  • 26 Alexandre Lamothe, op. cit., p. 12.
  • 27 Voir l’étude remarquable de Murielle Bouyer, Les gens de mer de la rivière de Loire : étude d’un b (...)
  • 28 En dépit de traditions de solidarité, 30 % des gens de Seudre enrôlés à Bordeaux fin xviiie siècle (...)
  • 29 Thierry Sauzeau, « Du voyage de formation à la formation au voyage. L’apprentissage des marins cha (...)

14Peu représenté, mais rendu plus aigu par un évident manque de familiarité avec le métier, le drame vécu par les fils d’artisans ou de paysans était plus vif encore. Tentant de dissuader son fils d’embarquer sur « le Terrible », le pêcheur Cabassu ne se rappelait-il pas « avoir vu le fils du boulanger revenir d’Aigues-Mortes où il était embarqué sur l’Anna, jaune comme un coing, avec les fièvres26 » ? Sur les flottes de pêche des Sables d’Olonne ou de Boulogne, à bord des flottilles caboteuses de St-Valéry sur Somme ou de la Seudre, la mobilité sociale restait faible. Les rares enfants de terriens admis à bord bénéficiaient souvent d’un parrainage. À l’échelle de ces entreprises, artisanales, ont traitait les hommes avec une relative humanité, quoique l’activité fût très pénible. La situation était toute autre sur les flottes du long-cours. Le capitalisme était à l’origine d’un intense appel de main-d’œuvre27 facteur d’une forte mobilité sociale. Les déclassés de l’économie rurale affluaient sur des quais où ils n’étaient pas connus. Tous couraient le risque de l’isolement à bord. Au xviiie siècle, dans un contexte où les solidarités restaient fortes, ce phénomène frappait un bon tiers des Saintongeais28. Après 1815, un quart de siècle de guerre ayant fait voler en éclats les solidarités traditionnelles, les jeunes Charentais qui tentaient l’aventure du long cours le faisaient systématiquement seuls29.

15À part le traumatisme vécu par tous, la marginalisation dont faisait l’objet l’embarqué de dernière minute, étranger et inconnu, était une vraie source de souffrance sociale. Un mécanisme d’intégration/exclusion s’enclenchait avec la mise sous voile du navire. À l’autre extrémité de l’apprentissage, la décision d’abandonner pouvait aussi être douloureuse.

Débarquer, entre humiliation et reconversion

16Autour du mousse de la marine à voiles, la souffrance sociale était ressentie avec plus ou moins d’intensité, suivant les origines sociales, le contexte économique, le type d’activité. Au fil des voyages, il fallait tisser du lien social pour gagner sa place parmi les gens de mer.

L’enfance de la navigation

  • 30 Alors que les minutes des notaires nous livrent de nombreuses polices d’apprentissage pour des cha (...)
  • 31 Alexandre Lamothe, op. cit., p. 22.

17L’examen des navigations des mousses de la Seudre, donne une bonne idée des chemins suivis en quête d’intégration sociale. On était mousse durant 5 ans ½, le temps d’effectuer 3 voyages en moyenne. Globalement, l’enfant restait à terre une vingtaine de mois, entre chaque contrat. On débutait traditionnellement au cabotage ou à la petite pêche pour ne pas rompre brutalement avec la terre et la famille. On embarquait parfois avec un parent comme Jean et Jacques Chevroux, fils de Jean, maître de barque, qui firent leurs premiers essais avec leur père à bord de la barque « Les Deux Sœurs » du Chapus. Chaque famille pouvait négocier avec un maître ou patron un contrat d’apprentissage informel30. Christian Fournier, maître de « la Françoise » du Gua, accueillait ainsi à son bord les deux frères Bouyer, fils d’un laboureur de Saujon, en 1813 et 1819. Cette même étape initiatique figurait à la formation du jeune Cabassu qui « n’avait jamais vu la mer. Craignant pour lui une transition trop brusque, son oncle proposa de lui faire faire un apprentissage de quelques mois chez son grand-père maternel, patron d’un bateau pêcheur au Grau-du-Roi31 ».

18Les grandes navigations n’étaient pas absentes de la formation du mousse puisque 1 à 2 voyages leur étaient consacrés. Elles intervenaient généralement pour confirmer des dispositions testées avec succès au cabotage ou à la petite pêche. Le long cours en droiture vers Saint Domingue et les Isles à sucre dominait l’ensemble au xviiie siècle. Cette rupture avec l’enfance, était parfois encadrée ou atténuée par des solidarités. Originaire de Chaillevette, le capitaine Jean Daniel Conte embarquait en 1769 deux mousses natifs de son village d’origine, Henry Goguet et Jean Suidre, sur « l’Impératrice Reine » de Bordeaux.

19Le maintien des liens de proximité était une constante des embarquements des mousses. L’armement de la Seudre accueillait la totalité des enrôlements aux petites navigations, avec ses barques montées par un maître, son matelot et un apprenti, était une pièce maîtresse de cette stratégie. Bien que plus flous à mettre en évidence, le lien n’était pas toujours rompu avec l’embarquement au long cours. Ainsi dans 35 % des cas, le capitaine au long cours qui enrôlait un mousse de la Seudre était l’homonyme de l’un des parents.

20La souffrance sociale des familles et des jeunes mousses était finalement encadrée par des stratégies collectives. Elle restait plus aiguë chez ceux qui n’avaient accès au tissu social des gens de mer, ni par le biais des affaires, ni par le voisinage, ni par la parenté. On investissait donc collectivement pour la réussite des jeunes générations, ce qui n’était pas sans poser le problème de l’échec et de sa résonance sociale.

Échec individuel et souffrance sociale

21Face au défi physique et moral que représentait le métier de marin au temps de la marine à voiles, nombre de candidats préféraient la fuite. Dans les registres matricules de la Seudre, 38 % des mousses ne poursuivaient pas leur expérience au-delà de l’apprentissage : 41 % des fils de terriens mais seulement 28 % des fils de marins. L’image de ces jeunes, déçus, meurtris ou victimes de la navigation était très liée à leurs origines.

  • 32 Selon Jacques Captier, Étude historique et économique sur l’inscription maritime, thèse de droit, (...)

22Les causes étaient multiples mais les « interruptions volontaires de carrière » arrivaient en tête avec 55 % des ruptures. Il s’agit de situations claires, la Marine reconnaissant le droit de ses apprentis à sortir des Classes32 pour raisons de santé, d’incompatibilité, d’installation dans les terres ou de reconversion. Venaient ensuite 30 % de sorties énigmatiques, l’administration admettant avoir perdu la trace du mousse. On laissait en sommeil les états de service, dans l’attente d’hypothétiques nouvelles. Les décès attestés représentaient enfin 15 % des ruptures.

  • 33 SHM Rochefort, Registre des mousses (1760-1766), 10P3.1, f°24, n° 72.
  • 34 SHM Rochefort, Registre des mousses (an XIII-1815), 10P3.19, f°39, n° 223.

23Échaudé par une première expérience, le mousse qui quittait volontairement le navire était à 80 % fils de terrien. Pierre Beau33 né à Mirambeau, inscrit à Marennes en 1760 à l’âge avancé de 22 ans fut aussitôt levé au service. L’administrateur notait finalement « s’est fait jardinier », dès son retour, traumatisé par la guerre sur mer. Mettre unilatéralement fin à une expérience pour laquelle on n’avait bénéficié d’aucun appui n’était un crève-cœur ni pour le mousse, ni pour sa famille. La plupart du temps, c’était plutôt la jeunesse et la faible constitution qui conjuguaient leurs effets à celui du mal de mer pour pousser l’enfant hors du navire. Si Louis Frédéric Boisson34, inscrit à Arvert à l’âge de 11 ans en 1816 renonçait l’année suivante, c’était bien parce qu’il était « malade à la mer ». Dans ces cas là, le retour à la terre était d’autant plus douloureux qu’on avait fait jouer les solidarités. Le soulagement du mousse pouvait être de courte durée sous le regard de voisins et d’amis qui s’étaient portés garants de sa détermination à réussir.

  • 35 SHM Rochefort, Registre des mousses (1766-1787), 10P3.3, f°297, n° 16.

24C’est peut-être pour éviter de porter cette tache que des désertions survenaient. Le mousse, enfant ou adolescent paraissait peu enclin à tenter l’aventure outre mer. Le portrait robot de ceux qui faussaient compagnie à l’équipage durant une escale confirme pourtant l’idée d’une fuite face à l’insupportable. Âgés de 20 ans en moyenne, les déserteurs avaient en commun leur expérience significative et surtout, leurs origines maritimes. Georges Boulineau35 (Arvert, 1762 – 1776 à 1781), fils d’un capitaine de navire, désertait à son 3e voyage aux Isles, au Cap Français, en pleine guerre américaine. Comme lui, les deux tiers des déserteurs étaient fils de marins et on pouvait les suspecter d’avoir planifié leur fuite pour échapper à la pression sociale qui les condamnait à réussir.

  • 36 SHM Rochefort, Registre des mousses (1766-1787), 10P3.3, f°99, n° 17.
  • 37 SHM Rochefort, Registre des mousses (an IX-an XIII), 10P3.16, f°2, n° 10.

25La désertion jetait sans doute l’opprobre sur la famille maritime qui avait investi et fait jouer ses relations pour le succès de sa relève. Le décès d’un enfant était autrement porteur de souffrance. La moitié des décès survenaient en mer et la fréquence des noyades disait mieux qu’un long discours le caractère fatal de la moindre maladresse durant l’apprentissage. Le poids de la maladie (25 %) illustrait la misère sanitaire à terre comme en mer. Les quelques mentions de mort violente sont à associer à des campagnes au service. François Surreau36 (aîné) du Gua, décédait en décembre 1778 au début de la guerre d’Indépendance américaine tandis que Pierre Aubrard37 de Marennes, mousse au service comme apprenti canonnier, mourait en 1810 à Rochefort, illustrant le caractère mortifère de l’artillerie moderne, pour ses propres servants.

  • 38 SHM Rochefort, Registre des mousses (1766-1787), 10P3.3, f°15, n° 41.
  • 39 SHM Rochefort, Registre des mousses (an XIII-1815), 10P3.19, f°19, n° 113.

26La cohorte des sortants était marquée aux deux extrémités par les abandons volontaires. Précoces – 12 % de sorties avant le 10e mois d’essai – ils traduisaient un essai non transformé. Tardifs – 35 % de sorties après plus de 70 mois de carrière – ils étaient l’expression de la lassitude d’évoluer dans un monde fermé à toute intégration. Cette donnée s’impose un peu plus à l’examen des activités professionnelles des inscrits. Globalement, leur histoire était celle d’une rupture non consommée avec la terre. L’échec était lisible dans l’importance du temps passé à terre (50 %) qui conduisait à ne pas effectuer plus de 2 voyages – au lieu de 3 en moyenne – durant l’apprentissage. La structure même des navigations révélait de graves difficultés d’intégration. L’immense majorité des activités restaient cantonnées aux petites navigations. Léonard Moreau38 (Marennes, 1754 – 1770 à 1772), après 2 campagnes sur la barque la « Marie Anne », avec Martin et Lafargue, s’embarquait à La Rochelle sur « La Cigogne » du capitaine Delage et perdait la vie au cours de ce 1er voyage de long cours, à la traite. Fils d’un charpentier de grosses œuvres, Pierre Gestin39 (Saujon, 1795 – 1808 à 1812) quittait le métier après avoir navigué sur 3 barques différentes (Les Deux Sœurs, l’Union et la Marie Marguerite) sous 3 maîtres différents (Lortie, Bourseau et Jourdain). Les échecs s’expliquaient largement par l’incapacité à franchir le pallier des barques du Quartier, qui devaient servir d’école de voile et de « tremplin » vers le long cours. Incapables, faute de confiance en soi ou de soutien communautaire, d’investir les quais de la ville voisine, on capitulait et on préférait quitter un métier qui n’offrait plus de chance de promotion.

27Pour le mousse, l’échec revêtait tout un ensemble de significations. Seul l’exclu de la société rurale embarqué hors réseau de solidarité n’en portait pas les stigmates. Pour les autres, le lâche soulagement individuel n’effaçait pas la désillusion d’une parenté qui s’était plus ou moins exposée pour faire admettre l’enfant à bord.

28Au temps de la marine à voiles, l’enfant qui devenait mousse à bord d’un navire était souvent victime d’une « double peine » sociale. Comme le « Petit Poucet » des contes de Perrault, il était d’abord victime de la misère qui le précipitait hors de son univers familial et social. Il était ensuite confronté à la promiscuité du navire, un monde d’hommes où l’apprentissage s’apparentait à un empirisme brutal. Dans ce monde de l’oralité nul contrat d’apprentissage notarié pour les mousses – les sources manquent pour redonner corps aux sentiments. Les clichés littéraires et la rareté des procédures judiciaires – soulignent la valeur des archives militaires du système des classes pour cerner une réalité méconnue. Le profil du mousse (origine sociale, rang de naissance, âge, premier embarquement, fréquence d’activité) restitue la rupture que signifiait l’embarquement en bas âge.

29La souffrance sociale des mousses n’était pas uniquement le produit de la rupture familiale. Le passage du quai, de la grève ou de la chaloupe au pont d’un navire signifiait souvent une rupture avec la société rurale ou urbaine d’origine. Faute d’avoir pu lui trouver une place dans les champs, à l’atelier ou à la boutique, on se déterminait à « placer » un fils sur mer.

30Pour les fils de terriens, cette déchirure était fondatrice. Au bout de la souffrance sociale, il y avait l’espoir d’intégrer un univers inconnu et de s’y bâtir une réputation en même temps qu’un avenir. Au pire, l’échec de la greffe signifiait un retour à la terre, une réintégration peu redoutable. En revanche, l’embarquement des fils de marin était un passage de témoin, l’entrée dans un univers reconnu à défaut d’être connu. L’échec était bien plus porteur de souffrance sociale. La famille de l’enfant mousse qui avait investi et parié sur sa réussite avait sans doute du mal à « encaisser ». Le mousse lui même devait assumer son échec aux yeux de ses proches et de la société terrienne où il lui fallait gagner une place loin d’être évidente. Une fois sa peur domestiquée, le petit paysan ou le fils d’artisan avait tout à gagner à devenir mousse alors que le fils de marin avait beaucoup à perdre.

31Au temps de la marine à voiles, les métiers de la navigation constituaient bien une société à part. La capillarité avec les groupes sociaux du littoral et de l’intérieur était forte mais l’appui de réseaux de solidarité était nécessaire pour intégrer un mousse. Les ponts entre terre et mer étaient suspendus à un tissu social qui atténuait le saut dans l’inconnu, donc la souffrance sociale des familles et des jeunes qui optaient pour la navigation. En revanche, l’échec et le retour à la terre étaient d’autant plus lourd à assumer qu’on avait sollicité la solidarité des gens de mer.

Notes

1 Grande Ordonnance de la Marine, Livre II, Titre VII – « Des matelots », BNF-Gallica.

2 Georges Guillet, Le dictionnaire du gentilhomme, Paris, 1678, BNF-Gallica, Notice n° FRBNF30558978.

3 C’est le cas du récit de Pierre Plucket, Mémoires de Plucket, dernier corsaire dunkerquois (1759-1845), Dunkerque, Westhoek éditions, 1979, rédigé en 1843, à l’âge vénérable de 86 ans.

4 Dans le sillage de Mon frère Yves de Pierre Loti, le mousse de la grande pêche est le héros de Alfred Giron, De Cancale à Terre-Neuve : l’odyssée d’un petit mousse, Limoges, E. Ardant, 1887, 191 p., in-8°, BNF-Gallica, Notice n° FRBNF30512840 ; dans un genre différent, un petit provençal embarqué sur les navires de l’État dans Alexandre Lamothe, Espérit Cabassu : exploits d’un mousse au Tonkin, Paris, H. Gautier, 1886, 383 p., in-8°, BNF-Gallica, Notice n° FRBNF30729568.

5 Une histoire basée sur la méthode reconstitution des carrières de gens de mer dans Thierry Sauzeau, Les marins de la Seudre, du sel charentais au sucre antillais (xviiie-xixe siècle), La Crèche, Geste Éditions, 2005.

6 Arch. nat., Marine, DD2 757.

7 Texte reproduit dans René Memain, Matelot et soldats des vaisseaux du Roi, levées d’hommes du département de Rochefort (1661-1690), Paris, Hachette, 1937, 225 p.

8 Ordonnance de 1689, Livre VIII, Titre Ier, « De l’Enrollement, levée, distribution, payement et récompense des Officiers Mariniers, Matelots et autres gens servans sur les vaisseaux de sa majesté », article XXXI.

9 L’Ordonnance de 1681 disposait que les capitaines devaient « prendre les garçons dont ils auront besoin pour servir de Mousses dans leurs vaisseaux (parmi les) enfans enfermez dans les Hôpitaux ». Livre II, Titre Ier, « Capitaine, maîtres et patrons », article VI.

10 Ordonnance du 4 juillet 1784, SHD-Marine de Rochefort, 2P.5 « Ordonnance du Roi, Concernant la composition des Équipages des Navires Marchands ».

11 Alfred Giron, op. cit., p. 9.

12 Alexandre Lamothe, op. cit., p. 22.

13 Ce terme classique de la société d’Ancien Régime – voir Vauban dans son « Projet de Dixme Royale » (1707) – évoque bien la condition des foyers économiquement dépendants, dont la subsistance tenait à la pluriactivité. L’historiographie a appliqué avec succès ce concept aux gens des côtes. Gérard Le Bouedec et al., Entre terre et mer, sociétés littorales et pluriactivités (xve-xxe siècle), Colloque UBS-Lorient, 17-19 oct. 2002, Rennes, PUR, 2004, rassemble les exemples s’appuyant sur l’exploitation de la terre et de l’estran (pour la femme et les enfants) et de la mer (pour l’homme et les « garçons » en âge de naviguer).

14 Thierry Sauzeau, op. cit., p. 69.

15 Dans l’ordonnance de 1681, concernant les « enfans enfermez dans les hôpitaux » il était précisé : « Quoique l’âge de ces jeunes enfans ne soient pas marqué par cet Article, pour pouvoir être pris pour Mousses, il faut néanmoins dire qu’ils doivent avoir au moins sept ans. »

16 Alfred Giron, op. cit., p. 10.

17 Alexandre Lamothe, op. cit., p. 13. Par « invalides », on entend chez les gens de mer la pension de retraite perçue par les marins.

18 Les fils de terriens étaient 25 % aux Sables d’Olonne selon Hervé Retureau, Les gens de mer du pays d’Olonne au xviiie siècle, MM-Nantes, 1996, 50 % en Seudre selon nos propres travaux, et jusqu’à 80 % à Marseille selon Sébastien Perez, Le monde de la mer à Marseille sous la Révolution, MM. U-Provence, 1970.

19 René Caillé, Société mauzéenne d’histoire locale éd., Mauzé-sur-le-Mignon, 1974, 16 p.

20 La formation s’apparentait à un empirisme brutal, où le redoublement d’attention passait par le redoublement des coups, selon la formule de Alain Cabantous, « Apprendre la mer… », op. cit., p. 421.

21 AN fond Marine G.77, f°50, cité par Alain Cabantous, « Apprendre la mer… », op. cit., p. 417.

22 SHM Rochefort, Registre des mousses (1760-1766), 10P3.1, f°171, n° 25.

23 Par ailleurs, Alain Cabantous, Dix mille marins face à l’océan, Les populations maritimes de Dunkerque au Havre (vers 1660-1794), Étude sociale, Paris, Publisud, partie II, chapitre 5, « Recrutement, formation et contraintes », indique que cette forte reproduction chez les capitaines était le fruit d’un réflexe défensif face aux jeunes bourgeois, poussés par leur famille à intégrer les états majors du commerce.

24 Alfred Giron, op. cit., p. 27.

25 Thierry Sauzeau, « Les derniers morutiers d’Aunis et Saintonge (1762-1792) », dans Premières journées d’histoire de la Grande Pêche, Commission française d’histoire maritime, délégation Normandie, Granville, 24-25 sept. 1999, Société d’archéologie de la Manche éd., 2003, p. 63 à 81.

26 Alexandre Lamothe, op. cit., p. 12.

27 Voir l’étude remarquable de Murielle Bouyer, Les gens de mer de la rivière de Loire : étude d’un bassin de main d’œuvre du commerce nantais au xviiie siècle, Thèse de doctorat d’histoire, Nantes, 2004.

28 En dépit de traditions de solidarité, 30 % des gens de Seudre enrôlés à Bordeaux fin xviiie siècle se retrouvaient isolés à bord : 56 % d’entre eux étaient fils de terriens. Thierry Sauzeau, Les marins de la Seudre…, op. cit., p. 35.

29 Thierry Sauzeau, « Du voyage de formation à la formation au voyage. L’apprentissage des marins charentais (1750-1850) », dans 130e congrès du CTHS, avril 2005, La Rochelle, à paraître.

30 Alors que les minutes des notaires nous livrent de nombreuses polices d’apprentissage pour des charpentiers notamment, aucun document de ce type n’unissait le mousse et son maître ou son capitaine. Les conventions verbales et l’oralité étaient les vecteurs des affaires proprement maritimes suivant Alain Cabantous, Dix mille marins…, op. cit.

31 Alexandre Lamothe, op. cit., p. 22.

32 Selon Jacques Captier, Étude historique et économique sur l’inscription maritime, thèse de droit, Paris, 1907, op. cit., p. 188 et 212, l’Ordonnance de Maurepas (10 janv. 1730) rénovées par la Réforme de Castries (31 oct. 1784) donnait aux mousses la possibilité de refuser le classement « aux gens de mer » à l’issue de leur apprentissage.

33 SHM Rochefort, Registre des mousses (1760-1766), 10P3.1, f°24, n° 72.

34 SHM Rochefort, Registre des mousses (an XIII-1815), 10P3.19, f°39, n° 223.

35 SHM Rochefort, Registre des mousses (1766-1787), 10P3.3, f°297, n° 16.

36 SHM Rochefort, Registre des mousses (1766-1787), 10P3.3, f°99, n° 17.

37 SHM Rochefort, Registre des mousses (an IX-an XIII), 10P3.16, f°2, n° 10.

38 SHM Rochefort, Registre des mousses (1766-1787), 10P3.3, f°15, n° 41.

39 SHM Rochefort, Registre des mousses (an XIII-1815), 10P3.19, f°19, n° 113.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540