Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de la souffrance sociale

 | 
Chauvaud Frédéric

Première partie. Stigmates et figurations

Stigmatisations et souffrances sociales des condamnés à la relégation (1945-1970)

Jean-Claude Vimont

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

« Ces hommes qu’on raie de l’humanité »
Albert Camus, 1938

1Albert Camus titre ainsi un reportage sur l’ultime transport de relégués acheminés depuis la « ville blanche » vers la Guyane, dans le numéro du 1erdécembre 1938 d’Alger Républicain. L’expression est à la mesure de la stigmatisation dont ont été toujours victimes les relégués, ces « voleurs de poules » multirécidivistes, petits délinquants habitués des tribunaux correctionnels, depuis la création de la peine complémentaire perpétuelle de la relégation en 1885 jusqu’à sa suppression en 1970. Nous allons tenter de montrer que l’appréciation de l’écrivain n’a en rien perdu de sa pertinence bien des années après avoir été publiée.

  • 1 Cette honte familiale perdure bien après les années 1970 au sein des proches qui, sollicités lors (...)

2« Tomber à la relègue », « monter au chapeau » est une flétrissure personnelle très difficilement vécue par ceux qui en sont atteints. Ils invoquent la malchance, « la poisse » qui caractérise leur existence depuis leur plus tendre enfance, l’injustice d’une sanction disproportionnée au regard de l’insignifiance du dernier délit commis : une infraction à l’interdiction de séjour, une escroquerie de faible envergure, le vol d’une bicyclette ou le pillage d’un tronc d’église. La relégation signifie aussi une déchéance personnelle, car elle mène dans des centres pénitentiaires où végètent des clochards alcooliques, des handicapés physiques et mentaux, les derniers des vagabonds ruraux et tous ceux qui sont tombés dans la « débine » pour des vols de petite envergure. Cette mise à l’écart effraie d’autant plus qu’elle semble définitive, tant sont rares les exemples de relégués qui parviennent à se réinsérer dans la société. Enfin, la relégation est une peine honteuse qui provoque la rupture des liens familiaux, l’isolement et l’impossibilité de revenir dans la région ou la cité d’origine1. « Pas de chance » s’était tatoué sur le front un relégué qui séjourna dans les prisons de Rouen et de Clermont-Ferrand, comme pour mieux signifier le marquage social négatif dont il était victime et son pessimisme quant à une possible réintégration dans l’univers des hommes libres.

  • 2 Alexis Danan, Cayenne, Paris, Fayard, 1934, p. 184-192.
  • 3 Pierre Malo, Je sors du bagne, Paris, éd. de l’Élan, 1948, p. 72 et 202.
  • 4 Jean-Charles Willoquet, Tout ça pour être libre, Paris, Robert Laffont, 1981, p. 87.
  • 5 René La Canne, Je tire ma révérence, Paris, La Table ronde, 1977, p. 322. Il y explique l’astuce j (...)

3La stigmatisation est concomitante de la promulgation de la loi de 1885. Les premiers pas de la criminologie, qu’elle soit française ou italienne, attribuent bien des traits négatifs et spécifiques à ces récidivistes impénitents, plus ou moins dangereux et contre lesquels la société estime avoir le droit de se protéger par des mesures de sûreté. Dans les premières années du vingtième siècle, les magistrats n’hésitent pas à prononcer cette peine d’élimination, de débarras. Plus tard, les visiteurs du camp de Saint-Jean-du-Maroni, journalistes dénonciateurs des excès du bagne guyanais comme Albert Londres et Alexis Danan, réformateurs comme le major Péan de l’Armée du Salut, ont des mots très durs à leur égard : « Vrais ennemis de l’ordre social » à la « déchéance définitive », comme atteints d’une « gangrène » très rarement curable2. Les forçats eux-mêmes n’ont que mépris pour ces « demi-sels ». Après l’Occupation, lorsque les condamnés pour faits de collaboration les côtoient à Saint-Martin-de-Ré, les portraits ne sont guère plus flatteurs. Pierre Malo évoque les visages « marqués par le vice et la misère » de « répugnants individus3 ». Les mémoires d’anciens gangsters sont à l’unisson. Jean-Charles Willoquet écrit : « En promenade, j’explique au relégué que sa combine est aussi pourrie que lui4. » La relégation est une malédiction que les voyous chevronnés tentent d’éviter par tous les moyens, à l’instar d’un René Girier5.

4Il convient de s’interroger sur la persistance du caractère infamant d’une peine qui fut grandement modifiée en juillet 1942. La loi modifie le mode d’exécution de la peine. Elle est désormais subie en métropole. Elle demeure perpétuelle, mais à l’issue de trois années, une libération conditionnelle peut être accordée si le détenu se procure un certificat de travail et d’hébergement, hors des zones où il est interdit de séjour. Les réformateurs pénitentiaires de 1945 conservent cette mesure de sûreté et mettent en place un réseau carcéral spécifique aux relégués, avec l’espoir d’en acheminer le plus grand nombre vers la liberté. Pierre Cannat est la cheville ouvrière d’un dispositif expérimental qui devient l’un des terrains d’élection et d’application des théories de la Défense sociale nouvelle. Au premier janvier 1954, les relégués détenus sont au nombre de 1647, soit 7 % des prisonniers de métropole. Ce dispositif a fonctionné jusqu’en 1970. Les relégués demeurent trois années dans un centre pénitentiaire d’épreuve, à Mauzac ou à Saint-Martin-de-Ré, sont ensuite envoyés pour un stage de six mois dans un centre de triage et d’observation, à Lille, à Rouen, à Besançonou à Saint-Étienne. Ils y subissent trois mois d’encellulement, puis bénéficient de sorties-promenades, avant d’effectuer trois mois en semi-liberté. Une équipe d’observateurs composée d’un éducateur, d’un psychiatre, d’une assistante sociale, d’un membre de l’administration pénitentiaire chef du centre et d’un magistrat décide de leur avenir : libération conditionnelle, classement parmi les asociaux ou les antisociaux. Les asociaux qui n’ont pas été proposés à la libération conditionnelle sont conduits dans les centres de semi-liberté, à Bordeaux, à Clermont-Ferrand ou à Saint-Sulpice-la-Pointe, pour un stage minimum d’une année avant de nouvelles tentatives de libération conditionnelle. Les antisociaux sont incarcérés pendant plusieurs années dans les petites prisons de Lure et de Gannat, avant un transfert dans les centres de semi-liberté. S’ils échouent lors de la phase de libération conditionnelle, à cause de retours répétés en état d’ivresse, à cause de nouveaux délits ou après l’échec d’une évasion, ils retournent pour trois années dans les centres d’épreuve, fréquemment après un stage disciplinaire dans une maison centrale, et recommencent tout le circuit. La relégation change donc de sens après 1945. Elle devient une sentence indéterminée dont la longueur est, apparemment, de la responsabilité du relégué lui-même, de son comportement et de sa capacité à se réinsérer.

5Les dossiers conservés au centre de triage de Rouen, au centre d’hébergement de l’Armée du Salut de Radepont, dans l’Eure, au centre de semi-liberté de Clermont-Ferrand révèlent les difficultés rencontrées par les relégués dans ce qui s’apparente à une véritable course d’obstacles. Près des trois quarts ne parviennent pas à se réinsérer, ce dont conviennent les spécialistes pénitentiaires de la question, et végètent dans l’univers de la relégation pendant de longues années, avec de brèves fenêtres où ils entrevoient la liberté. La phrase de Camus conserve donc sa pertinence, même si, apparemment, la responsabilité des relégués eux-mêmes semble engagée. Il convient en premier lieu de s’interroger sur l’accumulation de souffrances générée par ces échecs successifs et sur les comportements qu’ils induisent. Ces échecs renforcent l’ostracisme initial.

6Les condamnés à la relégation sont des hommes jeunes. Sur une cohorte de 579 relégués, présents à Clermont-Ferrand, centre de semi-liberté, à Rouen, centre de triage et d’observation, et à Radepont, centre de relèvement par le travail dépendant de l’Armée du Salut, entre 1950 et 1970 et dont nous connaissons la date de la condamnation à la relégation, 30 % ont été condamnés avant trente ans, 40 % entre 30 et 39 ans et 30 % à 40 ans et plus. Ces proportions ne varient pas d’un établissement à l’autre. Conduits à Mauzac ou à Saint-Martin-de-Ré après leur condamnation, ils peuvent espérer une libération conditionnelle après trois années, s’ils se comportent bien, ce qui est le cas de la presque totalité, et s’ils se procurent un certificat d’hébergement et un certificat de travail. En sus du travail forcé dans les différents ateliers proposés, c’est leur occupation principale, aidés en cela par les assistants sociaux de l’Armée du Salut. La tâche est ardue. Leur réputation n’incite guère les employeurs à les embaucher. Par ailleurs, ils sont interdits de séjour, « tricards », dans leur région d’origine et dans plusieurs métropoles. Lorsque les effectifs ont fortement cru dans ces centres d’épreuve, des libérations conditionnelles directes ont eu lieu. Les centres d’hébergement de l’Armée du Salut, en particulier celui de Radepont, offrent des passerelles vers la liberté. Mais les réformateurs pénitentiaires préfèrent les faire transiter par les centres de triage et d’observation, ce qui allonge le temps de relégation et ajoute des obstacles.

7Bien des espoirs ont été déçus, comme le montrent les estimations du temps passé en relégation figurant dans les « casiers pénitentiaires » conservés. Il ne s’agit que d’estimations, car les évasions sont beaucoup plus nombreuses que les admissions à la libération conditionnelle, elles-mêmes fréquemment révoquées. Pour une faible proportion de cas, les condamnés aux travaux forcés pour vol qualifié, le temps de peine en maison centrale est compris dans cette durée. Au centre d’observation de Rouen, qui reçoit deux fois par an des convois en provenance des centres d’épreuve, le temps en relégation se répartit ainsi pour une cohorte de 100 stagiaires des lettres A et B de l’alphabet : 8 sont relégués depuis moins de 5 ans, 52 ont subi entre 5 et 9 ans de relégation, 25 de 10 à 14 ans, 12 de 15 à 19 ans, 2 de 20 à 24 ans et 1 près de 28 ans. À Radepont, qui reçoit directement des relégués des centres d’épreuve, du centre de triage de Rouen ou encore des centres de semi-liberté, les proportions ne sont pas très éloignées. Sur une cohorte de 228 relégués dont les dossiers permettent de mesurer ces temps de relégation, 12 % ont moins de cinq ans, 35,5 % ont entre 5 à 9 ans, 31 % ont entre 10 à 14 ans, 13,6 % ont entre 15 et 19 ans, 5,7 % ont entre 20 et 24 ans et 1,7 % (4 relégués) en sont à plus de 25 ans. Au centre Pélissier de Clermont-Ferrand, arrivent tous ceux qui ont échoué dans les centres d’observation et les antisociaux qui sont passés par les prisons de Lure et de Gannat. Sur 200 relégués, 6,5 % ont subi moins de 5 années, 43,5 % entre 5 et 9 ans, 24,5 % entre 10 et 14 ans, 20,5 % entre 15 et 19 ans, 4,5 % entre 20 et 24 années et un relégué 27 ans.

  • 6 Archives départementales de Seine-Maritime, Dossiers individuels du centre de triage, 3735W2.

8Seule une minorité (moins de 10 %) parvient à quitter rapidement le réseau carcéral de la relégation. Pour 70 % d’entre eux, la relégation signifie entre 5 années et 14 années d’emprisonnement. Restent ceux qui ne parviennent que difficilement à s’en sortir (20 %) et accumulent encore plus d’années de prison et de camps, sans oublier les années effectuées antérieurement au prononcé de la relégation, parfois dès leur prime jeunesse. Ces vies derrière les barreaux ou les fils barbelés des camps du sud, à l’ombre des murs de maisons d’arrêt ou de maisons centrales, ponctuées d’échecs successifs, s’achèvent par des transferts en hôpital ou dans des hospices de vieillards. Citons Albert A. Sa première condamnation à dix-sept ans l’oblige à accomplir son service militaire dans les Bat’ d’Af’. En 1951, il est condamné à deux années de prison et à la relégation pour des vols. Il a déjà passé onze années en prison à la suite de six condamnations. Étiqueté antisocial violent et bagarreur, proclamant sa haine envers le personnel pénitentiaire, il séjourne deux fois à Saint-Martin-de-Ré, dans le centre de triage de Saint-Étienne d’où il est renvoyé vers la prison de Lure pour un coup de couteau à un codétenu. Il récidive dans cette prison et part pour un stage disciplinaire de trois années dans la prison cellulaire de Beaune. Un nouvel essai est tenté au centre de triage de Rouen d’où il s’évade en 1964. Il est encore à Saint-Martin-de-Ré en septembre 1966, soit un total de près de vingt-six années d’incarcération6.

9Nous pourrions multiplier les exemples d’échecs successifs qui interrogent le système mis en place par l’administration pénitentiaire, sa rigueur et sa violence. Les relégués n’acceptent pas la sanction perpétuelle qui les frappe et profitent des occasions fournies, les sorties-promenades, les phases de semi-liberté pour échapper à la discipline carcérale, s’enivrer, revenir en retard au centre, fuguer quelques jours, s’évader, commettre de menus larcins pour survivre. Observés et classés dans les centres de triage, ils ne sont pas assurés d’obtenir une libération par la commission de classement. Repris, ils sont conduits dans les prisons d’antisociaux ou effectuent une nouvelle épreuve de trois années à Ré ou à Mauzac. La libération conditionnelle est dure à supporter, avec les contrôles périodiques du comité d’assistance aux libérés, l’éloignement de la région d’origine, les emplois peu qualifiés et mal payés. Les écarts ne sont pas tolérés et les statistiques annuelles de révocations de libération conditionnelle concernent presque exclusivement les relégués. L’insignifiance des délits commis par les relégués en fuite confirme l’implacable rigueur d’un dispositif qui demeure avant tout une mesure de sûreté. La défense de la société et les garanties qu’elle exige priment sur les accompagnements à la réinsertion. Le qualificatif de « conditionnel » dans l’expression « libération conditionnelle » est omniprésent dans le système mis en place.

10En relation avec un système qui place l’observation et le classement au cœur du dispositif, l’étiquetage « antisocial » ou « asocial » génère une souffrance supplémentaire, car au-delà des actes, des délits, c’est la personnalité qui est cernée, confrontée à des profils-types. Les asociaux sont dits sans volonté, abouliques, sans grande dangerosité mais exigeant une assistance, une tutelle car incapables d’initiatives. Les antisociaux sont réputés récidivistes dangereux en lutte contre le système social, engagés dans la carrière du crime. Ce ne sont bien souvent que des protestataires, des meneurs qui s’insurgent contre le monde carcéral et que l’on isole dans des prisons pour assurer la discipline dans les centres de relégués. L’étiquetage est synonyme de rabaissement, de déchéance ou d’emprisonnement prolongé, ce qui est vécu comme une injustice supplémentaire. Plus de 50 % des relégués ne sont pas proposés à la libération conditionnelle à l’issue des stages dans les centres de triage et d’observation. Ce qui ne devait qu’être un sas vers la liberté est vécu comme un piège insupportable et injuste.

  • 7 Revue pénitentiaire et de droit pénal, 1953, p. 365.
  • 8 Revue pénitentiaire et de droit pénal, Docteur Fully, Problèmes posés par les délinquants alcooliq (...)

11La souffrance suscitée par cette réforme aux principes généreux se manifeste par différents biais. Presque tous les relégués ont tenté, un jour ou l’autre, de fuguer, de s’enfuir, d’échapper à cette spirale qui les engloutit. Ils profitent des sorties-promenades, des phases de semi-liberté. Et sont presque toujours repris. C’est la cause essentielle des longs parcours au sein des centres de relégués. Beaucoup récriminent, protestent, pétitionnent, écrivent, au point que les observateurs ont fait de « la récrimination » l’un des traits caractéristiques du « relégué-type ». Protestations le plus souvent individuelles, sauf en 1954 où les relégués de Fontevrault entreprirent un mouvement collectif contre le régime imposé qui ne différait guère de celui des condamnés de la maison centrale. L’alcool est une autre manifestation de ce mal de vivre. L’alcoolisme des relégués est l’un des stéréotypes communément véhiculé à leur égard, mais il s’agit d’un travers qui concerne près de la moitié des hôtes des centres. En 1953, le docteur Pierre Giscard estimait que sur une cohorte de 56 relégués présents dans le centre qu’il animait à Clermont-Ferrand, 37 étaient alcooliques, soit 66 %7. Nos estimations sur les centres de Rouen, de Radepont et de Clermont mettent en valeur environ 45 % de relégués qui sont signalés comme alcooliques. Il n’est pas évident de distinguer l’alcoolisme comme cause de la récidive de l’alcoolisme conséquence du système de la relégation. C’est ce second aspect qu’il convient de voir en premier lieu. L’univers pénitentiaire n’a pas toujours été irréprochable sur cette question, tant du côté des détenus que du côté des gardiens. Avant le code de procédure pénale de 1958, du vin était distribué dans les prisons. Le code le prohibe et n’autorise que cinquante centilitres de bière ou de cidre par jour. Une circulaire du Bureau de l’application des peines du ministère de la justice en 1959 tolère des attributions exceptionnelles de vin à la suite d’une corvée ou à titre de récompense. N’y avait-il pas risque du maintien d’une « imprégnation alcoolique8 », s’interrogeait le docteur Fully en 1966 ? Un pensionnaire du centre Pélissier illustre parfaitement la difficulté des relégués à résister à la tentation de l’enivrement. Ses mésaventures sont présentées dans la Revue pénitentiaire et de droit pénal en 1953 :

« Placé en semi-liberté à Loos, il eut une conduite parfaite pendant plusieurs mois. Au cours d’un changement d’emploi il négligea d’aller se présenter à l’assistante sociale qui devait le conduire à sa nouvelle place. À partir de ce moment-là il erra comme un vagabond et s’adonna à nouveau à la boisson. Envoyé au Centre Pélissier, il se conduisit très bien au début. Toutefois, ayant bénéficié de permissions de sorties individuelles, il rentra au Centre dans un état d’ébriété ou de demi-ébriété à deux reprises. Placé quelques mois après en semi-liberté il donna entière satisfaction dans son travail pendant quelques mois. Mais un jour après avoir bu deux litres de vin, il insulta son patron qui le mit à la porte. Les surveillants du Centre le cherchèrent vainement pendant trois heures et finirent par le trouver dans une cave du local où il travaillait. Quelques mois après, il fut placé à nouveau en semi-liberté. Ne recevant pas depuis un certain temps de nouvelles de sa fille, il se mit à boire. Il rentra avec trois jours de retard au Centre Pélissier. La direction de l’Administration pénitentiaire et la Commission du Centre voulurent bien considérer ce retard comme une sorte de fugue involontaire et non comme une évasion proprement dite. Mais le tribunal correctionnel lui avait infligé une peine de 45 jours de prison, qu’il purgea à la maison d’arrêt et à cause de cette condamnation, il a dû renoncer à tout espoir de libération conditionnelle pour une période de trois ans. »

  • 9 Revue pénitentiaire et de droit pénal, 1966, p. 423.

12Ces hommes ont été condamnés, ont parfois subi de longs séjours à l’ombre des hauts murs ou derrière des fils barbelés. Ils n’y ont pas toujours perdu le goût de l’alcool sachant user des tolérances en vigueur. Ils piaffent d’impatience en attendant de quitter l’univers carcéral, ses interdits et ses contraintes. S’évader dans l’ivresse à l’occasion d’une sortie promenade ou après la première paie n’est-il pas un comportement compréhensible ? N’exige-t-on pas une force de caractère peu commune pour résister aux tentations jusqu’à l’octroi de la libération conditionnelle ? Un membre de la Société des prisons constatait en 1966 : « Le sevrage est associé à la détention ; pour eux, quand ils sont libérés, la liberté est aussi celle de boire9. » Les relégués en libération conditionnelle se retrouvent, fréquentent les mêmes lieux, les mêmes débits de boisson et s’associent parfois pour de menus délits. Éviter les pièges de l’alcool n’est pas évident dans la société des années 1950. Une grande tolérance accompagne sa consommation. Le docteur Pierre Giscard dénonçait les fermiers auvergnats qui offraient chaque jour à leurs ouvriers agricoles deux litres de vin. Le préjugé d’un accroissement de la force de travail par la consommation de vin provoquait des ravages.

13L’alcoolisme est la plaie des centres. Il est à l’origine de querelles, de bagarres entre relégués échauffés, d’agressions de gardiens, de disputes avec les employeurs et de licenciements. Les retours du travail en semi-liberté, après quelques haltes dans des bistrots, sont parfois épiques. Un relégué du centre Giscard reconnaissait que sa consommation quotidienne de vin, de cinq à six litres, résultait des livraisons de charbon qu’il effectuait chez les clients de son patron. Il ne comptait pas les tournées d’apéritif avec ce dernier. Un autre ne comprenait pas son renvoi après une discussion assez vive avec son employeur : « J’ai même pris une camionnette pour faire constater au chef que je n’étais pas ivre. Je n’avais pas bu plus d’un litre et demi et j’en ai bu davantage d’autres fois. Si on ne peut pas boire en travaillant, je ne me sens pas la force de travailler avec un demi-litre. Il vaut mieux ne pas me sortir. » Le surveillant-chef doit se poster à l’entrée du centre et noter l’état de pensionnaires qui nient toute ivresse. Les échecs répétés d’expériences en semi-liberté, – en 1953 un alcoolique de Pelissier a été réintégré à six reprises – conduisent à des séjours disciplinaires en maisons centrales lorsque les cures antialcooliques sont sans effet.

  • 10 Revue pénitentiaire et de droit pénal, 1950, p. 35.

14Les emprisonnements de longue durée et à répétition découragent certains relégués qui, aux yeux des observateurs, semblent avoir « abandonné la partie » et se complaire dans l’univers carcéral. Les expérimentateurs du centre de triage de Lille, principalement le psychiatre Vullien10, furent les premiers à noter « l’empreinte pénitentiaire » qui pèse sur la personnalité de relégués. Qualifiés de « piliers de prison », de « semi-fonctionnaires pénitentiaires », ils semblent ne trouver un équilibre que sous la tutelle de la pénitentiaire et craindre la liberté. On peut même lire dans un dossier de Clermont-Ferrand : « Voué à mourir en prison. » C’est l’échec total d’un système qui « produit » des « relégués-types » incapables de s’extraire de cet univers délétère, psychologiquement usés et vieillis avant l’âge.

15Une relégation qui s’éternise, des hommes abattus ou révoltés qui ne voient comme seule issues que la fuite et l’ivresse et en prime, des observations, des classements en catégories, des étiquetages méprisants, asociaux, abouliques, clochards alcooliques, antisociaux, débiles, pervers, dégénérés, « relégués types », tout concourt à la marginalisation de ces laissés-pour-compte. La violence des appréciations contenues dans les dossiers montre la piètre estime dans laquelle les relégués sont tenus par les éducateurs, psychiatres, pénitentiaires et magistrats. Il n’est pas dans notre propos ici d’analyser ces discours, mais on peut s’interroger sur le degré d’intériorisation par les relégués eux-mêmes de ces images négatives. Dans quelle mesure ont-ils connaissance de ces avis, conservés dans les dossiers ? Quelques dossiers nous montrent la volonté de quelques détenus d’échapper à « ce monde de la relègue », d’être mis à l’écart de leurs compagnons qu’ils n’hésitent pas à dénigrer. Si la relégation « réformée » provoque un tel lot de souffrances, elle vient se greffer sur des vies chaotiques où les sanctions, les stigmatisations, les malheurs provoqués par les guerres ont caractérisé leur quotidien.

16Dans les autobiographies que les éducateurs des centres d’observation suscitent, à l’occasion d’échanges dont la teneur est retranscrite dans les « casiers pénitentiaires » qui suivent les détenus de centres en centres, les relégués expriment le sentiment d’avoir mené une existence marquée par la malchance, la fatalité et d’avoir été les victimes des événements du xxe siècle. Une proportion notable d’entre eux a emprunté la « filière » décrite par le docteur Vullien et illustrée par les autobiographies d’Auguste Le Breton, Roger Girier et Jean Genêt. Ils ont connu une enfance miséreuse, fréquemment dans un foyer désuni, puis ont été placés à l’Assistance publique. Orphelinats, placements dans des fermes, fugues et premiers larcins. C’est alors la comparution devant un tribunal pour enfants, l’envoi en patronage ou dans une maison de correction, l’un de ces bagnes d’enfants que l’on dénonce à la fin des années 1930. Les premières peines des prisons les obligent à accomplir leurs obligations militaires au sein des Bat’ d’Af’ d’Afrique du Nord. Au retour, ils connaissent à nouveau la prison, parfois la maison centrale et finissent par être sanctionnés de la relégation. Tous les relégués n’accomplissent pas l’ensemble des étapes de ce parcours. Mais les dossiers étudiés nous permettent d’affirmer qu’au moins 15 % d’entre eux sont d’anciens pupilles de l’Assistance publique et que près d’un quart ont connu les établissements de correction réservés aux mineurs.

17Ces chemins de vie abominables mènent plusieurs d’entre eux dans l’univers des exclus des villes et des campagnes. C’est le monde de la « cloche », de la « zone », à la périphérie de villes en pleine reconstruction. Ils exercent de petits métiers sur les marchés, aux Halles de la capitale, sont chiffonniers, hommes de peine. Ils habitent des logis sordides, sont parfois squatters. À la campagne, ils vivent à la lisière du village dans des baraques faites de bric et de broc, braconniers quelque peu chapardeurs, ouvriers agricoles saisonniers. Les psychiatres soulignent la faiblesse de leur quotient intellectuel, les présentent comme des arriérés ou des débiles. Ils sont presque tous illettrés, n’ayant que très épisodiquement fréquenté l’école, mis très jeune à la tâche. Handicapés, estropiés, ils ne sont pas épargnés par la tuberculose – le sanatorium pénitentiaire de Liancourt compta de tout temps une notable proportion de relégués – et par les maladies provoquées par les excès d’alcool. Autres exclus d’une France qui se relève des destructions de la guerre, les Tsiganes, plus ou moins sédentarisés, et que les observateurs n’hésitent pas à qualifier de « délinquants ethniques ». Il n’est pas évident d’indiquer la proportion de relégués issus de ce monde de la grande pauvreté, mais les enquêtes des assistantes sociales dans les milieux d’origine abondent de détails sordides sur les ascendants et les familles.

18Les guerres, les lendemains de guerres ont bousculé les destinées de ces hommes. Les responsables de l’organisation de la relégation ont occulté cette dimension qui transparaît dans plus de la moitié des dossiers au profit des analyses approximatives des personnalités. Ces hommes sont issus de familles qui ont subi les conséquences de la Première Guerre mondiale. Ils désertent l’école pour aider leur mère affublée d’une prolifique descendance parce que le père est au front. Son absence est également celle d’une autorité, l’occasion de fuguer et de commettre de premiers délits. La mort du père fait d’eux des pupilles de la nation. Les blessures ou le gazage de l’ascendant survivant, sombrant dans l’alcoolisme, frappant épouse et enfants, ruinent le ménage et conduisent à l’Assistance publique. Adolescents ou jeunes adultes, ils subissent la guerre en 1939-1940, l’Occupation et les désordres des lendemains de la Libération. Leurs foyers ne résistent pas toujours à leur éloignement dans les camps de prisonniers ou dans les usines du Reich, à la suite des réquisitions pour le STO. Une économie parallèle incite à la délinquance : trafics de titres d’alimentation, marché noir, abattage clandestin, escroqueries diverses. C’est aussi l’heure des engagements : Brigades internationales, LVF, maquis de la Résistance. Le retour à une vie normale n’est pas simple d’autant plus que la répression s’est montrée particulièrement sévère en ces années. Certains ont connu la grande misère et la mortalité des maisons centrales de l’Occupation ; centrales où les ateliers ne fonctionnaient qu’épisodiquement et où il était difficile de cantiner pour améliorer l’ordinaire. À l’issue des peines subies, quelques-uns ont été internés par décision préfectorale, puis transférés dans les camps de concentration nazis d’où ils ne revinrent qu’en avril ou mai 1945, dépourvus de tout titre de reconnaissance, car affublés de triangles noirs ou verts. Les drames de ce tournant du siècle ont grandement contribué à les conduire à la relégation, comme plus tard, pour quelques éléments, le traumatisme de la guerre d’Indochine.

19Ces quelques lignes ne parviennent pas à exprimer l’ampleur des souffrances endurées. Seuls des récits de vie y parviendraient. Mais ces vies ont été broyées par une peine, la relégation, qui ajoute la stigmatisation à la douleur. On demeure effaré par l’écart entre la faible gravité des délits commis et la rigueur de la mesure de sûreté. Même surprise à propos de la distorsion entre les principes d’une philosophie pénale de la réinsertion et sa mise en pratique qui ne génère que de l’exclusion. La relégation ne pouvait être réformée. Elle cessa d’être appliquée automatiquement par les magistrats en 1954, tomba en désuétude ensuite et fut abolie en 1970. Demeura jusqu’à cette date un « stock » de près d’un millier d’hommes, dont on ne savait que faire si ce n’est de les maintenir dans un circuit carcéral dont les autorités n’espéraient plus grand-chose. La défense sociale initiale, celle de l’élimination et du débarras, l’avait emporté sur les théories généreuses de 1945. À l’heure où notre société envisage à nouveau des mesures de sûreté perpétuelles pour certaines catégories de délinquants, la souffrance endurée par les derniers relégués et l’échec de leur prise en charge ne peuvent que nous inciter à la méfiance.

Notes

1 Cette honte familiale perdure bien après les années 1970 au sein des proches qui, sollicités lors d’enquêtes orales, ont bien du mal à avouer la nature de la sanction de leur frère ou de leur père et refusent de s’exprimer. Comme si un opprobre sans commune mesure avec les faits délictueux accomplis s’étendait sur toute la parenté.

2 Alexis Danan, Cayenne, Paris, Fayard, 1934, p. 184-192.

3 Pierre Malo, Je sors du bagne, Paris, éd. de l’Élan, 1948, p. 72 et 202.

4 Jean-Charles Willoquet, Tout ça pour être libre, Paris, Robert Laffont, 1981, p. 87.

5 René La Canne, Je tire ma révérence, Paris, La Table ronde, 1977, p. 322. Il y explique l’astuce juridique qui sema quelques troubles dans les milieux de la magistrature au milieu des années cinquante : « Si on m’octroie la liberté conditionnelle juste avant le commencement de ma peine de relégation, cette dernière tombera d’elle-même et je serai libre. » Il obtint son transfert de la maison centrale de Fontevrault vers la prison-école d’Écrouves, d’où il fut mis en libération conditionnelle.

6 Archives départementales de Seine-Maritime, Dossiers individuels du centre de triage, 3735W2.

7 Revue pénitentiaire et de droit pénal, 1953, p. 365.

8 Revue pénitentiaire et de droit pénal, Docteur Fully, Problèmes posés par les délinquants alcooliques en prison, 1966, Tome 3, p. 410-422.

9 Revue pénitentiaire et de droit pénal, 1966, p. 423.

10 Revue pénitentiaire et de droit pénal, 1950, p. 35.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6694/img-1.png
Fichier image/png, 75k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540