Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Quatrième partie. Les représentations et leurs enjeux

Les Petites Italies (et les autres…)

Éléments de réflexion sur la notion d’ethnoterritoire

Stéphane Dufoix et Valérie Foucher

Texte intégral

1Les organisateurs de ce colloque ont eu la gentillesse de nous proposer d’y intervenir tout en sachant pertinemment que nous n’étions ni l’un ni l’autre des spécialistes de l’Italie en général et des quartiers Italiens en particulier. Il semble même que leur idée était de nous confier en quelque sorte le rôle du « candide » susceptible d’offrir un regard extérieur sur la question considérée. Nous avons pris cette invitation au sérieux et tenté, à partir de nos expériences de sociologues travaillant sur la ville ainsi que sur l’expérience spatiale des migrants, de réfléchir à la signification de la formule « petite Italie ». Bien entendu, nous n’avons aucune prétention à dresser un bilan de la recherche sur l’étude des quartiers ethniques ou sur celle des « petites Italies ». Cet article ne vise ni à répertorier les connaissances empiriques, ni à élaborer une analyse critique des acquis méthodologiques et/ou théoriques sur ce thème. Nous aimerions simplement, dans un premier temps, revenir sur quelques-unes des difficultés soulevées par les usages de l’expression « petite Italie » puis, dans un second temps, face à la difficulté d’utiliser « petite Italie » comme concept, proposer, à titre exploratoire et à partir de l’expérience Italienne, une typologie, non pas des quartiers ethniques mais de ce que nous appellerons territoires ethniques ou ethnoterritoires.

Un nom propre ou un concept ?

  • 1 R. Harney et J. V. Scarpaci (eds.), Little Italies in North America, Toronto, The Multicultural Hi (...)

2L’expression « Little Italy », ainsi que son équivalent français « petite Italie », connaît depuis quelques décennies un succès qui ne se dément pas, comme le montre d’ailleurs le titre de cet ouvrage et l’intitulé du colloque dont il est issu1. Elle est centrale dans une réflexion sur l’émigration Italienne et sur la présence Italienne à l’étranger car elle permet de désigner et de nommer un ensemble de phénomènes composites mais objectivement importants, à savoir, pour aller vite : la concentration spatiale, le lien communautaire, l’ancrage urbain, l’homogénéité culturelle, etc. Ces phénomènes existent, qu’on les décrive par l’intermédiaire de la formule « petite Italie » ou non. Cependant, l’usage de cette dernière n’est pas anodin. Nous aimerions dans les paragraphes qui suivent mettre en évidence le polymorphisme de cette expression et tenter de porter un regard distancié sur les usages savants du terme, ainsi que sur ses implications théoriques et idéologiques.

3Quand on utilise la formule « petite Italie », s’agit-il d’un terme historique précis utilisé dans des circonstances particulières pour décrire un phénomène spécifique ou bien a-t-on affaire à une véritable construction conceptuelle de la part du chercheur qui cherche à établir un lien raisonné entre des expériences y compris même si elles ne sont pas historiquement dénommées petite Italie ? Dans le premier cas – terme historique – on a affaire à un nom propre, dans le second cas, on a affaire à un concept. Jusqu’à une période récente, « petite Italie » était plus utilisé pour désigner une situation particulière qu’en tant que concept.

  • 2 Nous préférons ici l’expression « tradition sociologique de Chicago » pour éviter la formule « Éco (...)
  • 3 E. Burgess, « Residential Segregation in American Cities », Annals of the American Academy of Poli (...)

4Pour Ernest Burgess, et pour la « tradition sociologique de Chicago » en général2, « Little Italy » est une variation particulière d’un phénomène plus général lié à la ségrégation résidentielle. Ernest Burgess écrit ainsi que la séparation entre Noirs et Blancs a toujours été traitée comme un phénomène unique, alors qu’il existe bien d’autres formes de ségrégation dans les villes : « c’est le cas des colonies d’immigrants, celles que l’on appelle Ghettos, Petites Siciles, Chinatowns ou encore Black Belts. » ces colonies se constituent dans une « zone de transition », également décrite comme un « port de première entrée ». C’est ici que l’on trouve les espaces de première installation, « comme Little Italy, le Ghetto et la Black Belt, dont les membres les plus entreprenants tentent de s’échapper3 ».

  • 4 Cf. D. Gabaccia, « A Global Geography of “Little Italy”. Italian Neighbourhoods in Comparative Per (...)
  • 5 J. Riis, How the Other Half Lives. Studies Among the Tenements of New York, New York, Charles Scri (...)
  • 6 H. Fry, Little Italy, a Tragedy in One Act, New York, R. H. Russell, 1902. La pièce avait été joué (...)

5Il existe bien un usage historique du terme dont il s’agit de pouvoir retracer la généalogie et de comprendre la signification. Cependant, comme c’est le cas pour n’importe quelle recherche de sémantique historique, il est difficile de dater précisément la première occurrence de « Petite Italie ». Donna Gabaccia4 date la première occurrence de 1890, dans l’ouvrage publié par le journaliste Jacob Riis, How the Other Half Lives5, bien avant la publication de la pièce d’Horace Fry, Little Italy, en 19026 et du livre d’Anna Christian Ruddy, The heart of the Stranger : a Story of Little Italy,

  • 7 .A. C. Ruddy, Heart of the Stranger : A Story of Little Italy, New York, Revell, 1908. L’ouvrage fu (...)
  • 8 « Shot Down By His Wife », The New York times, 21 octobre 1886, p. 8.
  • 9 W. E. S. Fales, « About “Little Italy”. “Mulberry Bend” as Seen by Daylight and Gaslight », The Lo (...)
  • 10 « Low Life. Scenes and incidents in Little Italy, Alias “The Bend”, on Mulberry Street », The Nati (...)
  • 11 Le terme « dago » a grossièrement en anglais le sens associé en français au mot « métèque ». « Dag (...)
  • 12 V. Roseboro, « The Italians of New York », The Cosmopolitan : A monthly Illustrated Magazine, 4 ja (...)
  • 13 Illustrated New York. The Metropolis of to-day, New York, international Publishing co., 1888, p. 4 (...)

6 publié en 19087. Nous partageons avec Donna Gabaccia deux éléments fondamentaux de l’apparition de « Little Italy » : le lieu (New York) et l’époque (le milieu des années 1880). La première occurrence que nous avons pu trouver est dans un article du New York Times daté du 21 octobre 1886 à propos d’une scène de ménage meurtrière qui s’est déroulée dans « “Little Italy”, là où réside la colonie Italienne (the Italian Colony dwelling in “Little Italy”), un territoire qui s’étend de la 110e à la 112e rue et de la 1re à la 2e avenue8 ». La Little Italy en question est alors celle de Harlem. Dans sa communication au présent colloque, Donna Gabaccia émettait justement l’hypothèse selon laquelle l’expression « Little Italy » n’aurait longtemps été utilisée que pour désigner la concentration des Italiens à Harlem. C’est effectivement ce qui semble ressortir de la lecture de l’ouvrage de Jacob Riis qui opère une distinction entre la colonie de Harlem et celle de Mulberry Street. Pourtant, l’usage de « Little Italy » pour décrire Mulberry Street est tout à fait contemporain de l’apparition de la formule. Un article du Los Angeles Times du 18 juillet 1887 intitulé « about Little Italy » ne concerne même que ce quartier-là9. L’auteur y insiste en particulier sur son caractère mal famé. Il écrit ainsi que « Mulberry Bend », ou « Little Italy » comme on l’appelle parfois, n’est pas un quartier agréable de jour » avant d’ajouter que, la nuit venue, le quartier ressemble à l’enfer de Dante où l’on croiserait les mêmes personnes que la journée, désormais plus bruyantes et plus saoules. Cette assimilation de « Little Italy » à un quartier non fréquentable apparaît de manière exemplaire – si l’on peut évoquer les choses ainsi – dans un article de juillet 1881 de la National Police Gazette, qui est en fait, à n’en pas douter, une reprise presque intégrale de l’article précité du Los Angeles Times10. « Little Italy » y est utilisé conjointement avec d’autres appellations – « The Bend », « Mulberry street », « dago-town »11– pour décrire « la manière dont les sujets du roi Umberto empoisonnent l’air de New York ». Quelques mois plus tard, en janvier 1888, Viola Roseboro assimile elle aussi « Mulberry Bend » et « Little Italy » dans l’article de The Cosmopolitan qu’elle consacre aux Italiens de New York12. Cependant, aux antipodes des articles du Los Angeles Times et de la National Police Gazette, elle se donne précisément pour but de décortiquer les lieux communs les plus courants sur cette population, généralement considérée comme « vivant à New York, mais n’étant pas de New York ». Elle dresse le portrait d’une population courtoise et désireuse de s’insérer aux États-Unis. En tout état de cause, l’existence d’un quartier ainsi appelé – ainsi que d’autres quartiers ethniques – semble désormais faire partie de l’identité urbaine de New York. En 1888, le Illustrated New York indique ainsi que la ville « comporte plusieurs districts connus sous le nom de quartier “huppé” (tony) ou “chic” (swell), de petites “Italie”, “Allemagne”, “Chine”, “Afrique”, “Judée”…13 ».

7L’expression ne reste pas très longtemps confinée à New York. D’une part, elle « migre » vers d’autres villes aux alentours du milieu des années 1890. Ainsi, en décembre 1894, le Los Angeles Times évoque la fête de Noël dans la « Little Italy » de kansas city. De même, on commence à parler de Little Italy de manière plus générale, comme le montre cet extrait du livre de Josiah Strong, The Coming Kingdom :

  • 14 J. Strong, The New Era or the Coming Kingdom, New York, The Baker & Taylor Co., 1893, p. 190.

Celles de nos villes qui comptent suffisamment d’étrangers pour qu’ils puissent se rassembler entre eux comprennent ici une petite Allemagne, là une petite Italie, là-bas une petite Irlande, et ainsi de suite, qui socialement, forment une sorte de patchwork dépareillé (crazy-quilt patchwork), mais dont les pièces ne seraient pas cousues ensemble. De la sorte, les influences qui, en d’autres occasions, se répandent partout, éprouvent la plus grande difficulté, voire l’impossibilité, d’atteindre et de transformer ces éléments aussi étranges que divers14.

  • 15 J. Rainhorn, « “Petites Italies”, le mot et la chose », in Petites Italies dans l’Europe du Nord-O (...)

8À la fin du xixe siècle, l’appellation est donc courante aux États-Unis : elle ne « migrera » à nouveau, vers l’Europe, que bien plus tard15.

  • 16 W. Chambers, « Geographic Areas of Cities », Economic Geography, n° 7, (2), avril 1931, p. 177-188 (...)
  • 17 .R. Harney, « Italophobia : English speaking Malady », Studi Emigrazione, n° 22, (77 ), mars 1985, (...)

9Arrivé à ce point de la démonstration, il faut rappeler que l’acte de nomination est un acte de pouvoir. Nommer, c’est assigner une place. Comme il l’a été rappelé plusieurs fois durant ce colloque, l’origine du terme ne se trouve pas dans une auto-désignation des Italiens vivant à l’étranger. Le nom vient donc de l’extérieur en s’appuyant sur l’existence de dénominations antérieures telle que « Little Germany ». D’autre part, ces constructions sémantiques contiennent un caractère péjoratif affirmé et désignent des lieux de pauvreté et d’insalubrité. Il y a une forte dérision dans ces appellations, comme le note par exemple le géographe William Chambers en 1931 : « Dans les grandes villes américaines, les populations du bidonville cosmopolite ont tendance à se scinder en communautés raciales assez compactes que l’on connaît sous les noms moqueurs de Petite Italie, Petite Russie, Petite Pologne, Ghetto, Chinatown et Black Belt16. » cette indication tendrait à confirmer l’hypothèse, suggérée par robert Harney et reprise par Donna Gabaccia, du rôle tenu par l’italophobie dans la constitution linguistique des Little Italies 117. Cela signifie que, à un certain moment, dire ou écrire « Little Italy » plutôt que « les Italiens de Mulberry Street » par exemple, consiste évidemment à confiner ces populations dans leur italianité, c’est-à-dire à un peuple ou à une race occupant une place inférieure. La formule n’a pas pour seule conséquence de localiser les Italiens, mais bel et bien de les territorialiser en donnant une valence négative à leur marquage dans l’espace de la ville.

  • 18 Cette idée s’appuie sur le travail du philosophe John Austin sur les « énoncés performatifs » mais (...)
  • 19 G. Simmel, Le conflit (1903), Paris, Circé, 1995.

10Pourtant, si le nom est donné de l’extérieur, il ne compte pas nécessairement que des aspects négatifs. Il peut être récupéré par les Italiens eux-mêmes et le stigmate se voir retourné. Il existe au moins deux opportunités d’appropriation. La première est liée à ce que l’on pourrait appeler la dimension « formative » des noms : loin de se contenter de désigner un ensemble, ils contribuent à le créer comme ensemble18. Comme l’avait montré Georg Simmel il y a un siècle, il existe une fonction socialisante du conflit et de la frontière : délimiter une frontière revient à tracer les contours d’une totalité qui tend à gommer les différences internes et à construire l’extérieur comme autre19. Roderick Mckenzie insistait déjà en 1921 sur l’importance de la ségrégation et de la dénomination dans le renforcement d’une conscience de soi pour ces populations :

  • 20 R. McKenzie, « The Neighborhood : a Study of local Life in the City of Columbus, Ohio », The Ameri (...)

La ségrégation des populations urbaines sur des critères raciaux, économiques, sociaux et professionnels tend à conférer à diverses petites zones locales au moins un aspect extérieur qui permet de tracer entre elles des frontières plus ou moins précises. Au cours du temps, ces différentes zones acquièrent une sorte d’homogénéité et une continuité historique qui développe un sens rudimentaire de conscience de soi. Cette conscience de soi se renforce habituellement si la zone reçoit un nom rappelant ce qui retient particulièrement l’attention : c’est le cas, par exemple, pour Nigertown, Flytown, Little Italy, etc.20

11Vu du côté Italien de la frontière, « Little Italy » n’est plus péjoratif.

  • 21 Voir dans ce volume S. Luconi, « Little Italies or little Villages ? The spatial Dimension of Camp (...)

12La seconde opportunité d’appropriation est en lien avec l’identification nationale. Dans un contexte d’unification politique récente, la désignation extérieure comme « petite Italie » peut alors prendre une résonance particulière pour les Italiens, la référence à l’État pouvant procurer une solidarité capable de dépasser le phénomène de campanilismo. Stefano Luconi a fort pertinemment souligné que l’identification à l’Italie ne s’était pas réalisée immédiatement après l’unification21. Le fait qu’il s’agisse d’une construction s’inscrivant dans une temporalité longue ne signifie pas nécessairement que cette désignation en tant que « petite Italie » n’a pu jouer un rôle dans le sentiment d’une origine commune non seulement locale mais nationale.

13Finalement, l’expression « Little Italy » – mais c’est aussi le cas de toutes les désignations construites sur ce type – est tiraillée entre deux extrêmes. D’un côté le terme évoque des idées d’opposition, de répulsion, d’éloignement, de pollution et de l’autre, des idées d’affinité, d’attraction, de coexistence. L’adjectif « petit » lui-même contient cette double consonance péjorative et affective.

  • 22 Sur l’impératif de vigilance et les risques associés à l’usage d’une notion comme « quartier ethni (...)

14Ainsi, l’expérience historique de la notion « Little Italy » fait partie intégrante de l’histoire ethnique de l’Amérique du Nord, mais son usage s’inscrit aussi dans l’importation à usage conceptuel de cette notion courante au sein d’un langage scientifique. Or, l’usage à vocation conceptuelle de « petite Italie » n’est pas sans connaître certains risques22. On peut en dénombrer au moins quatre :

15Le premier danger consiste en un usage métaphorique élargi de l’expression, usage dans lequel « petite Italie » perd son aspect urbain. Si le terme de petite Italie a pu être utilisé pour désigner une inscription spatiale continue en ville, il en est aussi venu à embrasser l’ensemble des liens symboliques, économiques, sociaux, culturels construit à l’intérieur d’une ville ou d’une région par une communauté même si cette dernière est dispersée spatialement. « Petite Italie » vient alors désigner toute communauté Italienne indépendamment du marquage continu et homogène de l’espace.

  • 23 Dans son article sur la constitution des « Petites Italies » de Chicago, Rudolph Vecoli montre que (...)
  • 24 Cf. D. Gabaccia, Italy’s Many Diasporas, Londres, UCL Press, 2000, notamment p. 75.

16Dans le cas des trois dangers suivants, l’usage de l’expression concerne bien l’inscription urbaine mais tend à simplifier la réalité. Dans un premier cas, avec un usage trop restreint, on risque de réduire la réalité Italienne urbaine à un seul quartier par ville, ce qui est notamment remis en cause par Rudolph Vecoli pour Chicago et Donna Gabaccia pour New York23, etc. Dans un deuxième cas, un usage trop large tend à considérer que tous les quartiers Italiens sont des « petites Italies » et sont donc passibles de la même interprétation toutes choses égales par ailleurs alors que, dans ce colloque, l’analyse de Fernando Devoto sur Buenos aires a montré toute l’importance des structurations sociales et historiques, des représentations et de l’imaginaire pour la compréhension de ces phénomènes. Enfin, dernier cas, l’insistance sur « Little Italy » peut laisser imaginer que l’immigration urbaine était le mode d’installation majoritaire des Italiens à l’étranger. Or, on ne peut oublier la dimension rurale et paysanne des expériences Italiennes en Amérique du Nord24.

17L’appui sur un terme historiquement utilisé pose finalement plus de problèmes qu’il n’en résout. Par conséquent, si on veut essayer de se faire une idée des modes d’inscriptions spatiales urbains, il peut être utile de contourner « petite Italie » pour esquisser une typologie – encore grossière – des formes des modes d’inscriptions spatiales.

Essai de typologie des ethnoterritoires

18Pour tenter de répondre à cette question, il semble possible, au regard de l’évolution des expériences Italiennes et autres à l’étranger de proposer à titre exploratoire une typologie, non pas des quartiers ethniques mais de ce que nous appellerons des territoires ethniques ou ethnoterritoires. Trois types non exhaustifs peuvent être mis en évidence : l’enclave immigrée, le voisinage ethnique (neighborhood) et le lieu mémoriel et touristique.

  • 25 R. Park, « The City as A social Laboratory », in T. V. Smith et L. D. White (eds), An Experiment i (...)
  • 26 R. Park, Human Communities. The City and Human Ecology, New York, Free Press, 1952, p. 196.

19La notion d’« enclave immigrée » est très proche de la notion d’« aire naturelle » forgée et utilisée par les sociologues de l’université de Chicago à partir du début des années 1920 pour penser conceptuellement la question des concentrations urbaines minoritaires. Pour robert Park, « un secteur de la ville est appelé “aire naturelle” parce qu’il naît sans dessein préalable et remplit une fonction […] : c’est une aire naturelle, parce qu’elle a une histoire naturelle. […] La ville est, de fait, une constellation d’aires naturelles […]25 ». Il ajoute quelques années plus tard que les aires naturelles sont les « résultats de force constamment à l’œuvre pour produire une distribution ordonnée des populations et des fonctions dans le complexe urbain », mais aussi « la manifestation de tendances que la ville traduit dans son plan et qu’elle cherche à contrôler et à corriger26 ». C’est dans ce cadre conceptuel, fortement corrélé à une approche racialiste, qu’apparaît la mention des « petites Italies » ou, comme c’est souvent le cas sous la plume de robert Park, des « petites Siciles » :

  • 27 R. Park, « The Urban Community as a spatial Pattern and a moral Order », in R. Park et R. Burgess, (...)

La croissance d’une communauté a pour conséquences la sélection et la ségrégation sociales, donc la création de groupes sociaux naturels, d’une part, d’aires sociales naturelles, d’autre part. Nous avons pris conscience de ce processus de ségrégation à propos des immigrants et plus particulièrement à propos de ce qu’on appelle les « races historiques », c’est-à-dire des populations qui portent les traits distinctifs de leur race, qu’il s’agisse d’immigrants ou non. Les Chinatown, les Little Sicily et autres ghettos, familiers aux spécialistes de la vie urbaine, sont des types particuliers d’une espèce plus générale d’aire naturelle que les conditions et les tendances de la vie urbaine produisent inévitablement27.

  • 28 L. Wirth, Le Ghetto, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1980 (1re éd. américaine, 1928)
  • 29 « On l’a vu, les filtrages et les tris qui affectent en permanence la population d’une ville ont p (...)
  • 30 « Toute grande ville a ses colonies raciales, comme Chinatown à San Francisco et New York, Little (...)
  • 31 R. McKenzie, « The Ecological Approach to the Study of human Community », in R. Park, E. Burgess e (...)
  • 32 R. McKenzie, « Le voisinage », art. cit., p. 236.
  • 33 R. Park, « La ville », art. cit., citation p. 127.

20On voit ainsi clairement que la notion d’« aire naturelle » se confond plus ou moins avec d’autres, comme celle de « ghetto », dont Louis Wirth avait montré la capacité à s’extraire du seul cas juif28, de « quartier » ou de « voisinage29 », ou encore de « colonie raciale30 ». Cependant, dans tous les cas, la concentration dans une zone urbaine d’une population homogène sur le plan ethnique, national ou linguistique, est considérée à la fois comme une production inévitable et comme une évidence, qui fonctionnent ainsi comme deux dimensions de la naturalité du phénomène. Comme l’écrit Roderick Mckenzie, « tout le monde sait comment se forment des colonies raciales et linguistiques dans nos grandes villes31 ». De même, « aussi loin que l’on remonte, la société humaine paraît avoir été composée d’une quantité de groupes comportant un petit nombre de gens se connaissant bien et plus ou moins nettement attachés à des lieux déterminés32 ». Nous retrouvons sans surprise les mêmes réflexions chez robert Park : « il est inévitable que des individus à la recherche des mêmes émotions, qu’il s’agisse d’une course de chevaux ou d’un grand opéra, se retrouvent de temps à autre dans les mêmes lieux. De sorte que, dans l’organisation spontanée de la vie urbaine, la population tend par elle-même à la ségrégation, non seulement en fonction de ses intérêts, mais aussi en fonction de ses goûts et de ses tempéraments33. »

  • 34 W. I. Thomas et F. Znaniecki, The Polish Peasant in Europe and America, Boston, Gorham Press, 1918 (...)

21Il semble que les premières zones urbaines peuplées d’Italiens correspondent à ce schéma dans lequel l’inscription spatiale des immigrants repose sur la solidité des chaînes migratoires et sur un regroupement de type communautaire. Il s’agit bel et bien d’une « enclave » car cette implantation peut être pensée de l’extérieur comme constituant un tout étranger alors que, de l’intérieur, elle est pensée comme une sorte d’île sur le sol de laquelle il est possible de reconstituer un univers symbolique familier. Cette enclave fonctionne à la fois comme une contrainte, c’est-à-dire comme un lieu d’arrivée obligatoire pour commencer une nouvelle vie mais aussi comme une chance puisqu’il permet la préservation de l’entre-soi. Déjà, dans Le Paysan polonais, William Thomas et Florian Znaniecki écrivaient qu’il était plus commode pour le nouvel arrivant de s’insérer dans un quartier immigré en raison des facilités de logement, de travail, de culture et de liens familiaux34.

  • 35 D. Massey, « ethnic Residential Segregation : a theorical Synthesis and empirical Review », Sociol (...)
  • 36 Sur ces questions, cf. D. W. S. Wong, « Spatial Indices of Segregation », Urban Studies, n° 30, (3 (...)

22Cependant, le modèle pensé par Park et ses disciples n’envisage pas seulement le ghetto ou la colonie raciale comme une forme naturelle de solidarité s’inscrivant dans la ville. Il en fait aussi la première étape incontournable de l’adaptation des groupes nouvellement arrivés à leur environnement, leur intégration et celle des générations suivantes devant mener vers des quartiers résidentiels périphériques. En effet, l’installation des immigrés dans les villes nord-américaines correspond à une première étape dans un cycle de relations ethniques – ou raciales – devant mener à l’étape finale qui est l’assimilation au sein de la société américaine. Ce processus présente la particularité non seulement de correspondre à une assimilation sociale mais aussi, pour reprendre l’expression de Douglas Massey, à une « assimilation spatiale35 ». L’intégration dans la société d’accueil correspond alors à une dilution résidentielle dans l’espace. C’est précisément pour mesurer à la fois la ségrégation et les avancées de l’assimilation qu’ont été inventé autant d’indices de mesure de la concentration spatiale et de dissimilarité résidentielle36.

23Le type d’installation correspondant à ce que nous avons mis sous l’étiquette « enclave immigrée » ne suffit pas à épuiser la question du territoire ethnique. Deux autres formes sont intéressantes. Sans contredire totalement le modèle général des sociologues de Chicago approfondi notamment par Douglas Massey, elles offrent des différences notables : soit elles impliquent encore un voisinage ethnique, soit elles n’en impliquent plus ou presque plus, le caractère ethnique relevant alors de l’organisation de ce que l’on pourrait appeler « une persistance rétinienne ».

  • 37 Cf. R. D. Alba, J. R. Logan et K. Crowder, « White ethnic Neighborhoods and Assimilation : the Gre (...)

24Ce que nous appelons le voisinage ethnique concerne des concentrations spatiales ethniques dans les banlieues. Ainsi, des recherches récentes, comme celles de richard alba et de John Logan, remettent en cause une partie des postulats sociologiques de la tradition de Chicago. Travaillant sur la région de New York, ils confirment la progressive disparition des concentrations résidentielles Italiennes en centre-ville, y compris au cours des années 1980 la forte diminution du quartier de Bensonhurst à Brooklyn37. Mais ils montrent par ailleurs que cette déliquescence du centre va de pair avec l’apparition de concentrations ethniques dans la banlieue new-yorkaise. Ainsi, contrairement aux affirmations théoriques des sociologues de l’université de Chicago, la concentration résidentielle peut ne pas être une contrainte mais un choix effectué par des individus en ascension sociale.

  • 38 L. Wei, « Anatomy of a New ethnic Settlement : the Chinese Ethnoburb in Los Angeles », Urban Studi (...)
  • 39 T. Fournel, « De Chinatown à la banlieue hongkonguisée. La métamorphose de la communauté chinoise (...)

25Ces concentrations Italiennes en banlieue sont des ethnoburbs, expression qui apparaît au milieu des années 1990 sous la plume de la géographe américaine Wei Li, c’est-à-dire des concentrations spatiales ethniques généralement non majoritaires dans des banlieues résidentielles38. Pour sa part, elle décrit à partir de l’exemple des chinois de Los Angeles des concentrations résidentielles et professionnelles suburbaines dans laquelle on constate la présence d’un groupe ethnique même non dominant. En résumé, à Los Angeles, on assiste bien à une migration du centre-ville vers la banlieue des chinois en situation de mobilité sociale ascendante, mais leur installation en banlieue ne fonctionne pas comme une dilution dans l’espace social. De plus, depuis les années 1980, certains de ces lieux sont devenus un lieu de primo-migration pour de riches chinois en provenance de Hong-Kong. Le phénomène de l’ethnoburb ne se limite pas à Los Angeles puisque l’on constate par exemple le même phénomène à Vancouver39.

  • 40 N. L. Green, « Le quartier ethnique en formation et transformation : histoire, historiographies », (...)
  • 41 J. Conforti, « Ghettos as Tourism Attractions », Annals of Tourism Research, n° 23, (4), 1996, p. (...)
  • 42 Voir supra F. Devoto, « Les pouvoirs et les espaces. Réflexions autour de deux quartiers italiens (...)
  • 43 M. Halter, « Immigrants, Tourism, and the Marketing of Metropolitan Boston », papier préparé pour (...)

26Enfin, comme le rappelait récemment Nancy Green à propos des « quartiers ethniques » en général, se pencher sur l’inscription urbaine de certaines populations implique de prendre en compte l’historicité de cette inscription, c’est-à-dire ses transformations et/ou sa disparition40. Si les ethnoterritoires peuvent disparaître comme lieux de vie, ils peuvent aussi renaître et fonctionner comme des lieux mémoriels et/ou touristiques, comme des sortes de lieux-label dotés d’un nom en grande partie déconnectés de leur réalité socio-démographique41. On voit ainsi aller de pair la fierté ethnique des descendants d’émigrants et le multiculturalisme affiché des municipalités nord américaines. Comme l’a montré Fernando Devoto, il est important de comprendre pourquoi certains quartiers sont considérés comme étant distinctivement « Italiens » alors que d’autres ne le sont pas, mais il faut aussi prendre en compte le fait qu’il existe désormais une tendance à la mise en avant d’une ethnicité largement inventée à des fins touristiques et ou mémorielles42. Un des exemples les plus curieux et significatif est celui de la ville de Frankenmuth, dans l’état de Michigan, où, à la fin des années 1950, les dirigeants de l’hôtel Fischer décidèrent de préserver leur clientèle menacée par la construction d’une autoroute en donnant à l’hôtel un look bavarois et entraînant toute la ville dans la réinvention d’un héritage bavarois totalement fictif. Cette ville attire aujourd’hui trois millions de visiteurs par an43.

27On peut également constater cette forme de patrimonialisation de la présence étrangère dans les zones urbaines au travers de la politique engagée par certaines associations ethniques pour préserver les quartiers dans lesquels leurs ascendants ont vécu. Depuis le début des années 1910, la « Little Italy » de Manhattan s’est vue occupée par de plus en plus de chinois. Mais la Little Italy restoration association (Lira), regroupant notamment des marchands et des restaurateurs, décida d’entreprendre un certain nombre d’actions (piétonisation de Mulberry Street les dimanches mais surtout maintien de la fête de San Gennaro et affichage de drapeaux vert/ blanc/rouge vantant « New York’s Historic Little Italy ») pour revendiquer la préservation de l’identité Italienne du quartier. On parle aussi d’un accord informel entre Italiens et chinois afin que Mulberry Street soit épargnée par les enseignes, inscriptions et publicités asiatiques. Cette tendance n’est pas limitée à New York. À Baltimore, des bannières proclament : « Welcome to Baltimore’s Famous Little Italy » alors que la population Italienne ou d’origine Italienne a largement disparu de ce quartier de la ville, phénomène sans doute accentué par le fait que le quartier Italien se trouvait dans la zone de la ville devenue depuis le centre touristique. À Boston, l’emplacement connu sous le nom de Little Italy dans le North end est désormais célébré par l’intermédiaire de la vente d’un T-shirt portant le slogan Little Italy Forever. À l’inverse, l’existence à Chicago d’une douzaine d’emplacements différents a peut-être empêché la création d’un « ghetto » et donc limité l’usage de la formule « petite Italie ». La situation est identique à Washington. A contrario, de nombreux Italiens vivent à East Boston, mais personne ne connaît cet endroit sous le nom de Little Italy.

  • 44 Ibid., p. 6-7.
  • 45 Pour 19 dollars, le client a droit à une présentation de l’histoire culinaire du Jewish Lower East (...)
  • 46 I. Taylor, « European Ethnoscapes and urban Redevelopment. The return of Little Italy in 21e Centu (...)

28Cette entreprise de préservation rencontre par ailleurs la volonté des municipalités nord-américaines défendant le caractère multiethnique de leurs villes. Ainsi, à Boston, récemment décrit par Marilyn Halter, les quartiers ethniques deviennent l’objet d’une fierté municipale alors qu’ils étaient souvent décrits auparavant comme des lieux de perdition44. Il existe à New York un Multi-Ethnic Eating tour45 et le site de la ville offre, dans la catégorie Walking Around New York, une grande liste de « ethnic neighborhoods ». À Philadelphie, l’office du tourisme propose des circuits touristiques spécifiques selon l’identité ethnique que l’on a sélectionnée en appuyant sur un bouton. Un cas extrême est celui d’un quartier de Manchester, Ancoats, pour lequel il existe depuis la fin des années 1990 un projet de création d’une Petite Italie sur le modèle des Urban Villages devenus à la mode en Grande-Bretagne depuis le début des années 199046.

  • 47 A. Raulin, L’ethnique est quotidien. Diasporas, marchés et cultures métropolitaines, Paris, L’Harm (...)
  • 48 Sur ces transformations du rapport à l’origine, on renverra en français à deux ouvrages : P. Pouti (...)

29Le double langage que nous avions mis en évidence au début de cet article – répulsion d’un côté, communautarisation de l’autre – a visiblement changé au profit de l’insistance sur le multiculturalisme d’un côté et sur la fierté ethnique de l’autre. De la sorte, ceux qui viennent visiter ces « persistances rétiniennes » y cherchent soit un certain exotisme soit une plongée dans un lieu de mémoire. Anne Raulin montre que ces lieux, « mise en scène de l’altérité culturelle » ne sont pas anecdotiques et simplement touristiques. Ils sont fréquentés par un large public et arrivent à séduire à la fois les « ethniques » qui y voient un « retour au source », un « comme chez soi » ou « comme autrefois », mais aussi tous les autres, touristes comme « autochtones », qui recherchent un ailleurs, un dépaysement, une ouverture sur le monde47. Ces transformations du rapport à l’origine et à l’inscription ethnique urbaine correspondent évidemment à un contexte historique et intellectuel particulier, celui du développement, aux États-Unis puis dans d’autres pays anglo-saxons, du multiculturalisme, auquel coïncide, parallèlement, un changement assez radical d’optique dans la manière dont les chercheurs envisagent l’importance de la culture d’origine au sein du pays d’accueil. L’insistance sur le caractère inévitable de l’assimilation, c’est-à-dire de la disparition progressive des traces de l’origine ethnique et culturelle au sein des populations migrantes ainsi que parmi leurs descendants, cède progressivement du terrain à l’observation de ce que l’on se met à appeler l’« ethnicité », à savoir la persistance, la réactivation, voire l’invention d’appartenances ethnoculturelles non exclusives d’une allégeance sincère au pays dans lequel on vit. L’émergence de ce nouveau paradigme, qui ne remplace pas l’ancien mais s’y surajoute à partir du milieu des années 1960, rend désormais visibles des phénomènes culturels qui n’étaient souvent considérés que comme transitoires, mais aussi et surtout permet de penser des mécanismes de réactivation de l’appartenance et de l’inscription dans la ville48.

  • 49 E. Hughes, « Qu’y a-t-il dans un nom ? » (1952), in E. Hughes, Le regard sociologique. Essais choi (...)

30En conclusion, nous souhaiterions d’abord insister sur l’importance de s’intéresser aux « petites Italies » comme signe plutôt que comme concept. Prendre la formule « petite Italie » au pied de la lettre risque de ne conduire qu’à un faux sentiment d’homogénéisation de situations locales très différentes et qu’à la constatation de la dissolution de lieux occultant entre autres les mécanismes de préservation et de réinvention de la mémoire pour lesquels le nom est capital car il sert de fil rouge. Il faut rappeler qu’il n’est aucun des termes employés « ethnicité », « assimilation », « intégration », « communauté », « quartier » qui ne soit pas l’objet d’affrontements car leur emploi met en jeu des conceptions globales de la société et de la politique ainsi que des systèmes de valeur. S’ouvre ainsi aux chercheurs un vaste chantier qui ne peut faire l’économie d’un réexamen critique du vocabulaire et des notions, en ne les considérant pas simplement comme des agents descripteurs, mais aussi comme des agents constructeurs et prescripteurs. Le sociologue américain Everett Hugues, en conclusion d’un article consacré à la question des noms, écrivait : « il existe en effet une magie des noms. En tant que chercheurs en sciences sociales et en tant que citoyens, il nous appartient de comprendre quand et comment fonctionne cette magie49. »

Notes

1 R. Harney et J. V. Scarpaci (eds.), Little Italies in North America, Toronto, The Multicultural History Society of Ontario, 1981. Pour le cas français, cf. en particulier, Petites Italies dans l’Europe du Nord-Ouest. Appartenances territoriales et identités collectives à l’ère de la migration italienne de masse (milieu du xixe siècle/fin du xxe), actes de la journée d’étude du 19 mai 2004 organisée par le CEDEI et l’université de Valenciennes, publiés par Judith Rainhorn, CEDEI/Presses universitaires de Valenciennes (recherches valenciennoises, n° 19), 2005, 210 p.

2 Nous préférons ici l’expression « tradition sociologique de Chicago » pour éviter la formule « École de Chicago » qui est ambiguë. Son ambiguïté tient à sa tendance homogénéisante mais aussi à l’oubli du fait que ces sociologues ne se considéraient pas comme membre d’une école portant ce nom. cf. J M. Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago 1892-1961, Paris, Seuil, 2001.

3 E. Burgess, « Residential Segregation in American Cities », Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. 140, novembre 1928, p. 105-115, p. 105-106. Du même auteur, cf. également « The Growth of the city : an Introduction to a Research Project », in R. Park, E. Burgess et R. McKenzie (eds.), The city, Chicago, University of Chicago Press, 1925, chapitre traduit en français sous le titre « La croissance de la ville. Introduction à un projet de recherche », in Y. Grafmeyer et I. Joseph, l’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, p. 131-147.

4 Cf. D. Gabaccia, « A Global Geography of “Little Italy”. Italian Neighbourhoods in Comparative Perpespective », art. cit., p. 13, note 55.

5 J. Riis, How the Other Half Lives. Studies Among the Tenements of New York, New York, Charles Scribner’s Sons, 1890, en particulier les chapitres 3 et 5.

6 H. Fry, Little Italy, a Tragedy in One Act, New York, R. H. Russell, 1902. La pièce avait été jouée auparavant.

7 .A. C. Ruddy, Heart of the Stranger : A Story of Little Italy, New York, Revell, 1908. L’ouvrage fut publié sous le pseudonyme de Christian McLeod.

8 « Shot Down By His Wife », The New York times, 21 octobre 1886, p. 8.

9 W. E. S. Fales, « About “Little Italy”. “Mulberry Bend” as Seen by Daylight and Gaslight », The Los Angeles Times, 18 juillet 1887, p. 12.

10 « Low Life. Scenes and incidents in Little Italy, Alias “The Bend”, on Mulberry Street », The National Police Gazette, 23 juillet 1887, p. 7.

11 Le terme « dago » a grossièrement en anglais le sens associé en français au mot « métèque ». « Dagotown » signifie donc « la ville des métèques ».

12 V. Roseboro, « The Italians of New York », The Cosmopolitan : A monthly Illustrated Magazine, 4 janvier 1888, p. 396-406.

13 Illustrated New York. The Metropolis of to-day, New York, international Publishing co., 1888, p. 45.

14 J. Strong, The New Era or the Coming Kingdom, New York, The Baker & Taylor Co., 1893, p. 190.

15 J. Rainhorn, « “Petites Italies”, le mot et la chose », in Petites Italies dans l’Europe du Nord-Ouest, op. cit., en particulier p. 10.

16 W. Chambers, « Geographic Areas of Cities », Economic Geography, n° 7, (2), avril 1931, p. 177-188, p. 182.

17 .R. Harney, « Italophobia : English speaking Malady », Studi Emigrazione, n° 22, (77 ), mars 1985, p. 6-43.

18 Cette idée s’appuie sur le travail du philosophe John Austin sur les « énoncés performatifs » mais là où les exemples de John Austin insistent sur des phrases qui font ce qu’elles disent faire, nous mettons plutôt en évidence ici des noms qui créent ce qu’ils prétendent décrire. J. L. Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil, 1910 (1re éd. anglaise 1962).

19 G. Simmel, Le conflit (1903), Paris, Circé, 1995.

20 R. McKenzie, « The Neighborhood : a Study of local Life in the City of Columbus, Ohio », The American Journal of Sociology, n° 27, (2), septembre 1921, p. 145-168, traduit en français sous le titre « Le voisinage. Une étude de la vie locale à Columbus, Ohio », in Y. Grafmeyer et I. Joseph, l’École de Chicago, op. cit., p. 213-254, p. 243.

21 Voir dans ce volume S. Luconi, « Little Italies or little Villages ? The spatial Dimension of Campanilism ».

22 Sur l’impératif de vigilance et les risques associés à l’usage d’une notion comme « quartier ethnique », on peut renvoyer à N. L. Green, « Le quartier ethnique en formation et transformation : histoire, historiographies », in Lucette Valensi à l’œuvre : une histoire anthropologique de l’Islam méditerranéen, sous la direction de F. Pouillon et alii, Paris, Éditions Bouchène, 2001, p. 175-193.

23 Dans son article sur la constitution des « Petites Italies » de Chicago, Rudolph Vecoli montre que l’on peut dénombrer jusqu’à 16 emplacements ou établissements italiens différents, chacun disposant de sa propre histoire. R. J. Vecoli, « The formation of Chicago’s “Little Italies” », Journal of American Ethnic History, 2 (2), printemps 1983, p. 5-20. D. Gabaccia en signale 60 pour New York in « a Global Geography of “Little Italy”. Italian Neighbourhoods in Comparative Perpespective », art. cit., p. 7.

24 Cf. D. Gabaccia, Italy’s Many Diasporas, Londres, UCL Press, 2000, notamment p. 75.

25 R. Park, « The City as A social Laboratory », in T. V. Smith et L. D. White (eds), An Experiment in social Science Research, Chicago, University of Chicago Press, 1929, traduit en français sous le titre « La ville comme laboratoire social », in Y. Grafmeyer et I. Joseph (dir.), l’École de Chicago, op. cit., p. 161-182, p. 114.

26 R. Park, Human Communities. The City and Human Ecology, New York, Free Press, 1952, p. 196.

27 R. Park, « The Urban Community as a spatial Pattern and a moral Order », in R. Park et R. Burgess, The Urban Community, Chicago, Chicago University Press, 1926, traduit en français sous le titre « La communauté urbaine : un modèle spatial et un ordre moral », in Y. Grafmeyer et I. Joseph (eds), l’École de Chicago, op. cit., p. 197-211, citation p. 202-203.

28 L. Wirth, Le Ghetto, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1980 (1re éd. américaine, 1928).

29 « On l’a vu, les filtrages et les tris qui affectent en permanence la population d’une ville ont pour effet général la production d’une mosaïque d’aires locales qui se distinguent les unes des autres par des particularités culturelles, raciales ou linguistiques. Dans le langage courant, ces aires sont habituellement appelées “localités”, “quartiers”, “colonies”, “voisinage”. » R. Mc Kenzie, « Le voisinage », art. cit., p. 235.

30 « Toute grande ville a ses colonies raciales, comme Chinatown à San Francisco et New York, Little Sicily à Chicago et d’autres types de colonies moins prononcés. » R. Park, « The City : Suggestion for the investigation of Human Behavior in the urban Environment », in R. Park, E. Burgess et R. McKenzie (eds), The City, op. cit., traduit en français sous le titre « La ville. Propositions de recherche sur le comportement humain en milieu urbain », in Y. Grafmeyer et I. Joseph (dir.), l’École de Chicago, op. cit., p. 83-130, citation p. 88.

31 R. McKenzie, « The Ecological Approach to the Study of human Community », in R. Park, E. Burgess et R. Mckenzie (eds), The City, op. cit., traduit en français sous le titre « L’approche écologique dans l’étude de la communauté humaine », in Y. Grafmeyer et I. Joseph, l’École de Chicago, op. cit., p. 149-166, citation p. 165.

32 R. McKenzie, « Le voisinage », art. cit., p. 236.

33 R. Park, « La ville », art. cit., citation p. 127.

34 W. I. Thomas et F. Znaniecki, The Polish Peasant in Europe and America, Boston, Gorham Press, 1918-1920, 5 volumes.

35 D. Massey, « ethnic Residential Segregation : a theorical Synthesis and empirical Review », Sociology and Social Research, n° 69, 1985, p. 315-350.

36 Sur ces questions, cf. D. W. S. Wong, « Spatial Indices of Segregation », Urban Studies, n° 30, (3), 1993, p. 559-572, ainsi que C. Rhein, « La ségrégation et ses mesures », in J. Brun et C. Rhein (dir.), La Ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 121-161.

37 Cf. R. D. Alba, J. R. Logan et K. Crowder, « White ethnic Neighborhoods and Assimilation : the Greater New York Region, 1980-1990 », Social Forces, n° 75, (3), mars 1997, p. 883-912, ainsi que J. R. Logan, W. Zhang et R. D. Alba, « Immigrant Enclaves and ethnic Communities in New York and Los Angeles », American Sociological Review, n° 67, (2), avril 2002, p. 299-322.

38 L. Wei, « Anatomy of a New ethnic Settlement : the Chinese Ethnoburb in Los Angeles », Urban Studies, n° 35, (3), 1998, p. 479-501.

39 T. Fournel, « De Chinatown à la banlieue hongkonguisée. La métamorphose de la communauté chinoise de Vancouver (canada) », Géographie et cultures, n° 45, 2003, p. 73-89.

40 N. L. Green, « Le quartier ethnique en formation et transformation : histoire, historiographies », art. cit., en particulier p. 184-186.

41 J. Conforti, « Ghettos as Tourism Attractions », Annals of Tourism Research, n° 23, (4), 1996, p. 830-842.

42 Voir supra F. Devoto, « Les pouvoirs et les espaces. Réflexions autour de deux quartiers italiens à Buenos Aires dans la seconde moitié du xixe siècle ».

43 M. Halter, « Immigrants, Tourism, and the Marketing of Metropolitan Boston », papier préparé pour le Workshop « New Immigrants in Urban New England », Center for the Study of Race and Ethnicity, Brown University, Providence, Rhode Island, 25 avril 2003, 14 p. Ce texte est consultable sur Internet à l’adresse suivante : http ://www.brown.edu/Departments/Sociology/faculty/silver/immigneng/program.html.

44 Ibid., p. 6-7.

45 Pour 19 dollars, le client a droit à une présentation de l’histoire culinaire du Jewish Lower East Side, de Chinatown et de Little Italy. Cf. le site Internet du Gotham Center for New York History : http ://www.gothamcenter.org/

46 I. Taylor, « European Ethnoscapes and urban Redevelopment. The return of Little Italy in 21e Century Manchester », city, n° 4, (1), 2000, p. 27-42.

47 A. Raulin, L’ethnique est quotidien. Diasporas, marchés et cultures métropolitaines, Paris, L’Harmattan, 2000, notamment p. 19 et 93.

48 Sur ces transformations du rapport à l’origine, on renverra en français à deux ouvrages : P. Poutignat et J. Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995. M. Martiniello, L’ethnicité dans les sciences sociales contemporaines, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1995. Deux universitaires américains, Nathan Glazer et Daniel P. Moynihan ont joué un rôle important dans ce changement de regard. N. Glazer et D. P. Moynihan, Beyond the Melting-Pot : the Negroes, Puerto Ricans, Jews, Italians and Irish of New York City, Cambridge, MIT Press, 1963. cf. également N. Glazer et D. P. Moynihan (eds), Ethnicity, Theory and Experience, Cambridge, Harvard University Press, 1975.

49 E. Hughes, « Qu’y a-t-il dans un nom ? » (1952), in E. Hughes, Le regard sociologique. Essais choisis, textes rassemblés et présentés par J. M. Chapoulie, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996, p. 237-250, citation p. 250.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540