Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Quatrième partie. Les représentations et leurs enjeux

L’Italy

Définitions et images des « Little Italies » entre littérature et histoire

Emilio Franzina
Traduction de Antonio Bechelloni

Texte intégral

1L’Italy : au premier abord, le « l’ » (italien ou français), suivi d’un mot anglais peut désorienter. Mais cela rend bien compte d’un concept historiographique récemment controversé, « l’Italie américaine », qui, à échelle réduite, est né, a vécu et a connu ses moments de gloire au nouveau Monde en tant que produit de l’immigration de masse, originaire surtout du sud de la péninsule.

  • 1 D. Gabaccia, « Global Geography of “Little Italy” : Italian Neighbourhoods in Comparative Perspect (...)

2Avec de nombreuses expressions équivalentes employées pour désigner des milieux structurellement comparables, de Chinatown à Little Odessa, de Kleine Deutschland jusqu’à Pequeňa Habana, l’expression Little Italy, répandue dans toute l’Amérique du nord à la fin du xixe siècle, débarque en Europe1 où elle est employée y compris en dehors du pays auquel elle se référait. Il est admis qu’elle désigne, à l’origine, un segment du paysage urbain et migratoire d’outre atlantique destiné à connaître une importante série de modifications au fil du temps.

  • 2 W. H. McNeill, Mythistory and Other Essays, Chicago, University of Chicago Press, 1986, et J. Mali(...)
  • 3 S. Luconi, « Italian-American Historiography and the Search for a Usable Past », in Y. Kalogeras, (...)
  • 4 J. Krase, « Italian and Italian American spaces », in M. J. Bona et A. J. Tamburri (dir.), Italian (...)

3Ces dernières se manifestent aussi bien sur le plan descriptif, comme conséquence d’évolutions matérielles (territoriales et environnementales, mais pas uniquement) que sur le plan conceptuel. Ici, les historiens se taillent inévitablement la part du lion, notamment au cours de la seconde moitié du xxe siècle, à travers leurs recherches mais aussi comme créateurs d’images « mytho-historiques2 », dont le succès est d’autant plus grand qu’elles émanent de groupes de chercheurs où une connotation ethnique est prédominante3. Depuis au moins trente ans, en outre, un processus prévisible de muséification de l’objet (tout comme d’exploitation économique extérieure) s’est développé de façon contradictoire4 et, le plus souvent, assez voyante. La moindre enquête, aussi rudimentaire et sommaire soit-elle, à la portée de tout internaute pourvu d’un bon moteur de recherche, confirme l’irréversibilité des changements à l’origine des websites « officiels » de telle ou telle Little Italy, notamment dans les pays de langue et culture anglo-saxonnes et même ailleurs, avec des imitations et des adaptations en tout genre. Celles-ci semblent plus fréquentes dans les pays francophones (France, Belgique et Québec notamment), sans exclure, comme nous le verrons, les pays hispanophones et lusophones, avec des résultats souvent propres à créer des confusions.

4Même en y incluant les nombreux produits dérivés de nature commerciale dans le domaine de la restauration, ce qui survit aujourd’hui de l’archipel des quartiers ethniques ou des enclaves urbaines d’ascendance italienne éclos entre le xixe et le xxe siècles en Amérique du nord (et dans une moindre mesure en Australie), ne représente pas grand-chose. Cela traduit néanmoins le renversement (du négatif au positif) des valeurs et des jugements attachés jadis à l’expression, dans son usage le plus courant.

  • 5 Les processus de transformation, cependant, ont accompagné l’existence (et l’évolution jusqu’à leu (...)
  • 6 Voir le guide rédigé par Jim Molis et Charles Kelly pour l’ensemble des États-Unis. J. Molis, C. K (...)
  • 7 R. Freeman, « The Development and Maintenance of New York City’s Italian America Neighborhoods », (...)

5Au sein du nombre très limité de Little Italies qui gardent l’empreinte originaire des structures remontant parfois à plus de cent ans, pour l’essentiel aux États-Unis, tout a été transformé5. Cependant – et au-delà de la situation archétypale de New York, où existe significativement une Little Italy Neighbors Association (LINA) rassemblant des résidents des rues comprises entre la Bowery et les Houston ou Lafayette Streets –, on pourrait facilement, à partir de l’onomastique ou de la toponymie, dresser une liste conséquente de villes plus ou moins grandes où le phénomène semble subsister voire se reproduire, en dehors même de la diffusion proverbiale des pizzerias et restaurants « italiens ». En d’autres termes, en dehors de chaînes commerciales – œnologiques et/ou gastronomiques – se réclamant avec désinvolture de je ne sais quelle Little Italy comme Maggiani’s (présente d’Atlanta à Philadelphie et à Las Vegas) ou bien d’une véritable nuée d’établissements tournant autour de prétendus délices de la cuisine italienne, et qui semblent avoir oublié la célèbre réplique de Mario Puzo qualifiant la Little Italy de New York de « cuisine de l’enfer6 », il faut prendre acte de la survie, en ce début du xxie siècle, d’un certain nombre de Petites Italies « historiques ». De Baltimore à Chicago, en passant par le Canada tant anglophone que francophone avec celles de Montréal, de Preston Street à Ottawa ou, la plus grande entre toutes, du Ward à Toronto, survivent, modernisés autant qu’il l’a fallu, plusieurs segments urbains d’une « vieille Amérique » très neuve, aussi orgueilleuse de nos jours de son legs péninsulaire qu’elle en a eu honte dans le passé ou qu’elle l’a eu en suspicion – pour employer un euphémisme7.

  • 8 R. Krase, « Bensonhurst, Brooklyn : Italian American victimizers and victims », in Voices in Itali (...)
  • 9 R. A. Orsi, The Madonna of 115th Street. Faith and Community in Italian Harlem, 1880-1950, new Hav (...)

6North End à boston et North Beach à San Francisco tout comme Federal Hill à Providence, The Hill à saint Louis, South Philly à Philadelphie, etc. continuent d’évoquer des atmosphères et de prolonger des rites qui ne sont pas seulement affaire de tourisme interne convenu. Les fêtes religieuses des saints patrons catholiques ponctuent encore à Wilmington (St Antoine de Padoue) comme à Cleveland (notre Dame de l’assomption, le saint rosaire) ou à new york (st Janvier, Ste Rosalie, etc.8) un calendrier apparemment mineur d’événements « communautaires » dans lesquels la reconnaissance de soi sur une base locale se réalise sous la forme antique de la « kermesse », empruntant parfois encore aujourd’hui les formes étudiées il y a vingt ans pour Harlem par Bob Orsi dans un livre précieux sur la Madone (du Carmel) de la 115e rue9. Même si, bien entendu, les innovations ne sont jamais absentes : ainsi à San Diego, en octobre, on remarque une Little Italy Precious Festa très californienne…

  • 10 P. Gobetti, « Little Italiy », La Rivoluzione Liberale, 6 septembre 2005, et in Id., Scritti polit (...)
  • 11 Faisant allusion à Paris, Marseille et Lyon (Danjou avait une mère italienne) ; cf. G. Traglia, It (...)

7On retrouve le même phénomène presque inchangé et associé à d’autres emblèmes festifs ethniques (de Urussanga à Bento Gonçalves, les fêtes des vendanges et du vin, par exemple) dans nombre de pays d’Amérique latine. Ici, à la suite de bon nombre de malentendus et plus que dans ce qui survit des quartiers (barrios et bairros) autrefois célèbres de Buenos aires ou de São Paulo (de la Boca à Bexiga entre réminiscences salésiennes et cultes archaïques), l’expression Petite Italie connaît un engouement massif dans les zones d’ancienne « colonisation » rurale italienne (Rosario et la Pampa « gringa », Colonia Caroja et la province de Cordoba, Mendoza et la région viticole aux pieds des Andes, Caxia do Sul et « Serra gaucha »…), même si elle ne semble pas toujours très pertinente, notamment dans le rio Grande do Sul ou dans l’État de santa Catarina. Dans le vieux continent lui-même, l’emploi de cette expression n’a fini par se frayer un chemin et s’imposer un peu partout (parfois ici aussi avec une légitimité toute relative) que depuis la seconde guerre mondiale. Cependant, à l’exception de quelques pays comme le Royaume-Uni, où l’homogénéité linguistique et l’ancienneté du peuplement italien à Saffron Hill avaient conduit dès 1925 Piero Gobetti à intituler Little Italy un article très perspicace de La Rivoluzione liberale sur la « colonie italienne » de Londres10, c’est en France que l’expression semble avoir connu son plus important succès. Empruntée telle quelle aux États-Unis, elle semblait convenir de façon assez convaincante à un contexte migratoire européen quand celui-ci ne différait pas trop du contexte nord-américain du point de vue culturel et territorial : dans les années 1930, Henri Danjou évoquait « des villes restées italiennes au sein de villes françaises11 ».

  • 12 S. Luconi, « Italians’Global Migration : A Diaspora ? » in Studi Emigrazione, XLIII, juin 2006, n. (...)
  • 13 Pour m’acquitter d’une dette à l’égard de mon « pays », je me limiterai à signaler le cas, récemme (...)

8De nos jours, toutefois, l’exagération est fréquente, et on ne compte plus les emplois expéditifs et simplistes de l’expression, se multipliant même en absence des moindres conditions requises sur les plans urbanistique et communautaire, telles qu’elles ont été tout d’abord inventoriées par les sociologues du début du xxe siècle puis élaborées par les historiens qui ont pris leur relève. Tant et si bien que l’expression ne renvoie désormais plus qu’à la présence pure et simple, dans une localité quelconque du globe, de groupes, plus ou moins importants, d’Italiens ou de descendants d’Italiens all’estero, sur la lancée de modes et de phénomènes transnationaux de fabrication récente (tourisme des affects, contrecoup de supposées « diasporicités », reconnaissances posthumes, etc.12). Ou alors l’expression vise quelques héritages migratoires immatériels, peut-être intéressants en eux-mêmes mais dépourvus de la moindre attache ou connexion historique avec l’univers bien plus complexe et structuré des Petites Italies ayant réellement existé13.

  • 14 Je pense au cas de Storyville à la Nouvelle-Orléans, peut-être le plus célèbre Red-Light District (...)
  • 15 Même s’il commence à y avoir des travaux sur la seconde guerre mondiale et son contexte, le cas le (...)

9Il n’y a pas lieu pour se lancer ici dans une énième radiographie de la structure de ces dernières ou de leurs évolutions : cela reviendrait à réécrire leur histoire au cœur de tant de villes et de tant de métropoles du nouveau Monde. Mais il n’est pas inutile de partir de quelques-unes de leurs caractéristiques les mieux attestées : ni simples ghettos, ni slums, et pas non plus favelas au rabais ou villas miserias, les Petites Italies furent les lieux de passage provisoire, des « sas » dans le parcours difficile d’adaptation suivi par les émigrés, des têtes de pont ou terminus de chaînes migratoires complexes, des lieux d’initiatives polyvalentes liées à la première socialisation ainsi que le théâtre d’un foisonnement journalistique et littéraire souvent de qualité, véhiculé par les langues et les dialectes d’origine en dépit de leur lent et progressif retrait face à la langue apprise dans le pays d’accueil. Il faut évoquer ces traits, car de nos jours, il ne manque certainement pas d’exemples d’enclaves urbaines constituées « à l’étranger » et marquées parfois par une fermeture étanche par rapport au monde extérieur et par une grande cohésion linguistique et culturelle interne, qui vivent leur vie sans le moindre contact avec le monde au sein duquel elles se situent, et ne ressemblent donc absolument pas aux Little Italies nous intéressant ici. Il suffit, à ce propos, d’évoquer avec malice ou, si l’on préfère, avec méchanceté les quartiers « chauds » de tant de métropoles14, les bidonvilles provisoires des réfugiés et des sans-abri pendant ou au lendemain des guerres15, les nombreuses Little Americas, enfin, que la politique étrangère des États-Unis au cours des soixante dernières années a engendrées et réparties aux différents coins de la planète, adossées aux bases et aux avant-postes militaires de l’Empire.

  • 16 G. Parise, « Gli americani a Vicenza », in Idem, Opere, éd. B. Callegher et M. Portello, Milan, Mo (...)

10Personne, à ma connaissance, ne s’est encore intéressé à celles-ci, du moins sous l’angle des rapports avec les populations autochtones et les sociétés de leur accueil forcé (pour des raisons personnelles, je ne peux penser qu’aux pages aigres-douces consacrées, à la fin des années 1950, à Gli americani a Vicenza par Goffredo Parise, qui a livré quelques années plus tard une série d’impressions de voyage, dans le style du genre, autour de quelques Little Italies d’Amérique saisies au moment de leur déclin définitif16).

  • 17 J. Rainhorn, Paris, New York : des migrants italiens – années 1880-années 1930, Paris, CNRS, 2005 (...)
  • 18 K. Conzen, « Immigrants, immigrant neighbourhoods and ethnic identity : historical issues », Journ (...)

11Pourtant, une comparaison entre les Petites Italies et ces réalités éloignées et spécifiques liées à une forme tout à fait spécifique de transfert à l’étranger de groupes importants d’individus et de familles, à ne pas confondre avec une véritable migration, pourrait nous aider à mieux comprendre quelques différences fondamentales. Pour l’approfondissement de nos connaissances, serait également précieux tout effort allant dans le sens d’analyses croisées des modalités de fonctionnement et des spécificités d’espaces devenus, loin des pays ou des villages d’origine, l’habitat principal et parfois destiné à durer dans le temps de nombre de néo-résidents, hommes, femmes et enfants, émigrés depuis l’Italie pour des raisons économiques et installés par hasard, par nécessité ou par libre choix dans un ailleurs urbain plus ou moins moderne. Malheureusement l’historiographie dans ce domaine accuse un retard : à l’exception des travaux de Judith Rainhorn et, avant elle, de Samuel baily17, elle n’a que rarement essayé d’aborder d’une façon systématique et par une approche comparative la question dans tous ses tenants et aboutissants. C’est pourquoi il nous est difficile de poursuivre ici cet état de la question un peu fragmentaire dans la direction qui serait peut-être la plus appropriée pour faire progresser, de façon générale, nos connaissances des processus d’intégration et de formation de nouvelles cultures identitaires, déclenchés par l’immigration de masse18.

  • 19 E. Franzina, « « Piccole patrie, piccole Italie ». La costruzione dell’identità nazionale degli em (...)
  • 20 Sur la Boca, cf. désormais, dans le livre/chantier de V. Blengino, La Babele nella « Pampa ». L’em (...)
  • 21 A. M. Fortier, Migrant Belongings : Memory, Space, Identity, Oxford, Berg, 2000.
  • 22 H. Nelli, The Business of Crime : Italians and the Syndicate of Crime in the United States, Chicag (...)

12Je renonce donc à creuser dans cette direction, au risque de répéter des choses déjà dites par d’autres, et parfois par moi-même19, pour ébaucher en revanche une comparaison entre les États-Unis et le Canada d’un côté, et l’Amérique urbaine du sud de l’autre (depuis la Boca du Riachuelo déjà mentionnée et les autres quartiers italiens de Buenos Aires jusqu’au Brás et aux autres quartiers similaires de São Paulo20). Au chapitre des ressemblances entre ces expériences variées de Little Italies anglo-saxonnes et de patrias chicas latino-américaines, le discours tourne presque toujours autour des formes de l’habitat ainsi que des questions anthropologiques, culturelles et identitaires, puissamment nourries par la presse ethnique, par les dynamiques économiques internes et par celles d’une socialisation21 de communautés perméables « ontologiquement » aux infiltrations de criminels et de malfrats. C’est le phénomène qui a laissé le plus de traces, non seulement dans les lieux communs et les préjugés véhiculés par l’opinion publique bourgeoise tant américaine, xénophobe, qu’italienne, adepte de l’autodénigrement, mais aussi dans la production littéraire dont nous parlerons plus loin. au-delà, les approfondissements particuliers de la part des observateurs et des historiens sont restés absents sur ce point (un seul exemple : quel fut le poids du blanchissement de l’argent sale accumulé grâce à des pratiques criminelles dans l’expansion, à Little Italy, du secteur, stratégique même du point de vue symbolique, de la restauration « ethnique »22 ?).

  • 23 R. F. Harney, « Italophobia : English speaking malady », Studi Emigrazione, année XXII, n° 77, 198 (...)
  • 24 Parmi les variétés de l’associationnisme ethnique, toujours en raison de leur lien étroit avec l’e (...)

13Quoi qu’il en soit, les Little Italies auxquelles nous faisons allusion diffèrent beaucoup les unes des autres. Les unes surgissent dans des contextes où la composante migratoire italienne est minoritaire, logée à la même enseigne que les autres minorités urbaines. Dans d’autres contextes, comme ce fut le cas durant des décennies à buenos aires et são Paulo, elles parviennent à constituer, en plusieurs concentrations, la majorité de la population globale, dépassant dès lors le phénomène de l’enclave ethnique. Il reste que, pendant le grand demi-siècle de la « marée migratoire » (1880-1930), la vie au sein de ces petites Italies a présenté des ressemblances intéressantes, imputables au préjugé hostile des autochtones (la xénophobie anti-italienne étudiée par robert Harney23, puis par Donna Gabaccia), mais aussi à la structuration de cette vie autour de l’emploi de la langue italienne, progressivement altérée en des formes curieuses d’italglish, de cocoliche, etc., mais véritable liant, cinquante ans durant, d’une « autre Italie » développée loin du pays d’origine24.

  • 25 E. Franzina, Dall’Arcadia in America. Attività letteraria ed emigrazione transoceanica in Italia ( (...)

14En apparence semblables les uns aux autres, et répondant aux mêmes logiques de nécessité et de marché immobilier, les Tenements nord-américains, les conventillos argentins et les cortiços brésiliens pouvaient abriter des réalités très différentes dont ont partiellement rendu compte les analyses journalistiques ou les inventions littéraires italo-latino-américaines, signées Folco Testena (Comunardo Braccialarghe) ou Nella Pasini, l’un comme l’autre fascinés par le modèle romanesque des « bas-fonds » ou des « mystères » à la Eugène sue. Une distinction apparaît, au sein des romans « coloniaux » en langue italienne traitant des communautés de migrants péninsulaires, entre les récits axés sur les quartiers ethniques urbains de l’Amérique anglophone et ceux où l’action se situe dans les barrios ou les bairros de l’Amérique hispano-portugaise. sans parler de ceux, beaucoup moins nombreux qui se sont efforcés de décrire (avant les mémoires et d’autobiographies) les conditions de vie et de travail des Italiens installés, au début, comme pionniers, agriculteurs, petits commerçants, etc., dans des contextes ruraux sud-américains destinés à prendre avec le temps les aspects d’une ville25.

  • 26 M. S. Garroni, « Little Italies », in A. De Clementi, E. Franzina, P. Bevilacqua (dir.), Storia de (...)
  • 27 Sur les émigrés face à la Première guerre mondiale, je mène depuis des années une recherche dont j (...)
  • 28 T. Kessner, The Golden Door. Italian and Jewish Immigrant Mobility in New York City, 1880-1915, Ne (...)
  • 29 S. Luconi, Little Italies e New Deal. La coalizione roosveltiana e il voto italo-americano a Filad (...)

15Nous ne savons pas encore grand-chose, comme l’a montré Maria Susanna Garroni26, sur les Little Italies nord-américaines elles-mêmes en tant que lieux privilégiés « des appartenances multiples, caractéristiques de la modernité » (mis à rude épreuve par les guerres mondiales27), ou en tant que plaques tournantes de la « formation de cultures politiques », nées parfois en Italie avant l’émigration, avant d’être « filtrées par le rapport avec la société d’accueil » (selon ce qu’ont suggéré pour New York, Thomas Kessner et surtout Donna Gabaccia28), puis entièrement dominées par elle, y compris dans les retombées électorales, à partir des années 1930 et 194029.

  • 30 Un tournant d’une importance capitale dans le domaine des études qui nous intéressent ici a été, à (...)
  • 31 F. Durante, Figli di due mondi. Fante, Di Donato § C. : narratori italo-americani degli anni Trent (...)

16De tout cela, les reconstructions a posteriori des historiens traitent depuis à peu près vingt-cinq ans en ce qui concerne les États-Unis sur lesquels nous allons dorénavant concentrer notre attention30. Sur ce terrain, ils ont été précédés par les nombreuses recherches « de terrain » qui se sont succédé depuis la fin du xixe siècle. à côté des enquêtes des sociologues de l’École de Chicago se retrouvent dans l’espace des recensements nord-américains contemporains, des rapports des Consuls du royaume d’Italie, des matériaux réunis par la Commission Dillingham (1911), des enquêtes de journalistes et de travailleurs sociaux actifs de deux côtés de l’atlantique, bref des travaux plus proches de leur objet et qui ont connu en un sens leur point d’orgue en 1943 avec le livre-symbole de William Foote Whyte (Street Corner society. The social Structure of an Italian Slum). Paru en italien douze ans après (avec son titre modifié en Little Italy. Uno slum italo-americano), l’ouvrage est presque contemporain des écrits romanesques « italo-américains » de Jo Pagano, Pietro Di Donato, John Fante, Guido D’Agostino, Michael Di Capite ou d’une œuvre autobiographique comme Mount Allegro de Jerre Mangione – ce sont là les tours que joue parfois le destin31. En Italie même, le filon qui avait introduit dans les lettres italiennes les Little Italies en leur assurant une longue et féconde vie sur fond d’anti-américanisme et de propagande nationaliste orchestrés par le fascisme (dont est emblématique, dans la cinématographie d’un régime déclinant, le film de Carmine Gallone, Harlem, tourné en 1939) s’achève sans doute avec Gente lontana (1938) de Corrado Altavilla, son dernier épigone.

  • 32 Hyphenated, pour les américains (NDT). Cf. M. Marazzi, Misteri di Little Italy. Storie e testi del (...)

17Comme différents observateurs l’ont fait remarquer, cette période terminale représenta, à beaucoup d’égards, « la transition d’une culture ethnique de première génération – très marquée par l’origine italienne – à une autre plus métissée, “à trait d’union”32 ». On peut y lire aussi la transition laborieuse vers une nouvelle phase, marquée par une crise définitive de la presse ethnique et la production littéraire autochtone en langue italienne, et par les premières tentatives d’analyse historique côtoyant de plus en plus souvent les études de type sociologique sinon des Petites Italies, du moins de la « présence italienne » aux États-Unis.

  • 33 M. Marazzi, Little America. Gli Stati Uniti e gli scrittori italiani del Novecento, Milan, Marcos (...)
  • 34 E. Franzina, « Scritture autobiografiche e grande storia », in N. Ceramella et G. Massara (dir.), (...)
  • 35 M. Marazzi, Misteri di Little Italy, op. cit., ainsi que Voices of Italian America. A History of E (...)

18Avant les années 1940 – de toute évidence déjà marquées par la « mémoire » (mais désormais aussi par la guerre) –, on vit les chemins de la recherche « scientifique » croiser ceux de l’imagination des romanciers ou du souvenir des protagonistes. Des contributions de premier ordre et un peu à contre-courant dues (à la moitié des années 1920) à la plume d’Ezio Taddei et de Mario Soldati en sont des exemples. C’était parfois arrivé dès les origines de la question33. Les tableaux pleins de vie de Charles Loring Brace, puis ceux très célèbres (et encore « en usage » du fait de leurs photographies) de Jacob Riis, tout comme les scénarios d’Horace b. Fry et d’Anne Christian Ruddy (sous le pseudonyme de Christian McLeod), peuvent de façon légitime être comparés aux « impressions », en général dégoûtées ou désespérées, des visiteurs italiens du New York de la fin du xixe siècle et de sa Little Italy naissante – d’Egisto Rossi à Giuseppe Giacosa en passant par Pompeo Coppini34 – et aux chorégraphies romanesques d’une série d’auteurs récemment exhumés par Martino Marazzi et Francesco Durante35.

19La « Babel de sons » et d’odeurs (celle de l’ail l’emportant sur toutes les autres) permet au début de la décennie 1870 à Loring Brace d’introduire une métonymie classique, destinée à durer jusqu’au jour où le groupe italien incarné ici par ses enfants/esclaves – les « petits esclaves de la harpe » d’après l’heureuse définition de John Zucchi – se mue en communauté ethnique structurée. Elle revient souvent dans les pièces de bravoure du genre et même dans les reportages du meilleur journalisme italien.

  • 36 Cf. S. Lupo, « Cose nostre : mafia siciliana e mafia americana » in P. Bevilacqua, A. De Clementi, (...)

20Au début du xxe siècle, ceux-ci peignent les persistances, à Little Italy, d’« un passé non dépourvu de tragédie » (Di Robilant) avant de laisser le champ libre aux récriminations sur la mafia ou aux descriptions d’une criminalité organisée semblant plonger inévitablement ses racines dans le microcosme des Little Italies36. Il s’agit de ce journalisme dans lequel Amy Bernardy, censeur mesuré, mais imperturbable et passionnée, des tares et des vices de ses compatriotes immigrés du sud au nord du continent se taille une place de premier ordre avant d’assembler ses étapes successives en plusieurs livres (America vissuta – 1911 – Italia randagia attraverso gli Stati Uniti – 1913 – Paese che vai – 1923 – Passione italiana sotto cieli stranieri – 1931). Elle a inventé et créé des images des « petites Italies », souvent imprécises mais destinées à gagner la faveur du public et à durer dans le temps. Selon elle, bien que rachetés par un taux croissant de patriotisme et par une capacité de travail objective et impressionnante, les problèmes de retard culturel, d’ignorance, de misère, d’insuffisances de l’hygiène matérielle et mentale, de délinquance etc., collent à l’essence de l’italianité dans tous les espaces urbains de l’Amérique des immigrés, de New York à la Nouvelle Orléans. Non seulement la « traditionnelle Main noire », mais aussi l’ensemble du dirty trade maffieux qui en a pris la place tout en en élargissant les frontières ont élu domicile à Little Italy et sont « le monopole d’une poignée de gens, que l’on ne décriera jamais assez, qui, hélas, quoique la racaille n’ait pas de patrie, est italienne ». Tout en s’estimant tenue d’établir – entièrement à l’avantage des américains – des distinctions de fond entre « Italiens et Italiens » (voire entre « voyous » immigrés et « voyous » autochtones), A. Bernardy « n’a aucun doute sur la légitimité des réactions de ces derniers car dans leur réprobation il existe un fond de triste vérité. Et le mépris – ajoute-t-elle pour le sud en évoquant la présence problématique des Italiens à la nouvelle Orléans – qui aux yeux d’un trop grand nombre de gens associe l’Italien au nègre, s’il est inadmissible dans les plantations où l’Italien donne de très bons résultats, n’est hélas pas dépourvu de quelque fondement dans les villes… »

21Il était difficile de se soustraire à l’emprise des deux rhétoriques opposées, évoquées en 1927 par Silvio d’Amico, sur les Italiens concentrés en Amérique. Et celui-ci, au retour du Congrès Eucharistique de Chicago, l’année précédente, avait fini par en adopter lui aussi une synthèse assez répandue :

  • 37 S. D’Amico, Scoperta dell’America cattolica, Florence, Bemporad, 1926, p. 165-166.

D’un côté, la rhétorique secrète et on va dire défaitiste, de ceux qui les peignent comme une immense foule de péquenauds, rebuts de leur pays, arrivés ici en désordre, ignorés par leur gouvernement et dépourvus de la moindre instruction, disséminés dans des quartiers dépassant en saleté la plus sale des villes italiennes, pour servir de barbier aux Chinois et de cireur de chaussures aux nègres… de l’autre, la rhétorique de ceux qui glorifient les Italiens tous travailleurs, tous sobres, tous économes, tous soucieux du sort de la patrie, partis volontaires en Europe se battre dans la Grande guerre, et créateurs d’œuvres formidables… La vérité est que, à côté de nombreux et misérables rebuts échoués ici des bas-fonds de la politique d’Italie, comme de toute l’Europe, il y a parmi les nôtres une grande masse de travailleurs humbles mais honnêtes, sobres et tenaces, et parfois techniciens de valeur37

22Quelques années plus tard est dressé le diagnostic de Mario Soldati dans America primo amore (1935), contemporain du roman écrit en anglais par Garibaldi Marto Lapolla, The Grand Gennaro, et qu’auraient pu rejoindre tant Giuseppe Prezzolini que Emilio Cecchi. Mais son analyse, insistant sur le maintien par les immigrés italiens des traditions propres à leurs régions d’origine au moment de leur départ, tout en n’étant pas dépourvue de réalisme en ce qui concerne les premières générations, apparaît comme partielle et ne décrit que quelques aspects d’une Petite Italie en voie de changement rapide ne serait-ce que grâce à la maturité politique atteinte après l’élection de Fiorello La Guardia comme maire de New York et suite à l’infiltration (rampante, mais bien acceptée d’après ce que l’on croit comprendre) du fascisme d’exportation dans les affaires italo-américaines. C’est pourquoi cette analyse doit être complétée d’un côté par ce que pensent d’autres observateurs contemporains de Soldati, et de l’autre, c’est là le principal, par ce que disaient et écrivaient, depuis longtemps, tant d’interprètes et de chantres populaires de Little Italy.

23Parmi les premiers, on trouve en 1929 une pétillante Irene di Robilant, qui partage avec Soldati le jugement porté sur « les gens assis entre deux chaises » qui ont comme survécu à eux-mêmes aux États-Unis. Entre l’Italoaméricain transformé et la nouvelle génération, reste le caractéristique « Italien en Amérique », souvent exilé, naufragé. Celui-là, même s’il a du succès, est inassimilable car il ne s’est pas contenté de naître en Italie, il a aussi reçu en héritage « des traditions dont le souvenir le hante avec une nostalgie poignante… »

  • 38 I. Di Robilant, Vita americana (Stati Uniti del Nord-America), Turin, Fratelli bocca, 1929, p. 424

En dehors du côté sentimental et des quelques profils très intéressants qui se détachent de la toile de fond désormais évanescente des « Petites Italies », les Italiens, comme les slaves, ne présentent pas d’aspects d’un grand intérêt dans le cadre général de la vie américaine. Il est trop tard pour en repérer les côtés tragico-comiques et pittoresques, et il est encore trop tôt pour en écrire l’histoire38.

24Un fait échappait à Di Robilant, comme d’ailleurs à Prezzolini : le « tragico-comique » de la vie culturelle de base et, le plus souvent, les formes de la socialisation ludique ou récréative des Little Italies américaines avaient partie liée avec l’intense activité « paralittéraire » développée sur place, entre les années 1880 et les années 1930, par des groupes d’artistes et d’écrivains (journalistes, auteurs de pièces de théâtre, romanciers, etc.) auxquels il faudrait prêter un peu d’attention.

  • 39 B. Deschamps, « La letteratura d’appendice nei periodici italo-americani (1910-1935) », in S. Mart (...)
  • 40 On a fait remarquer avec pertinence qu’en s’appuyant sur son œuvre, « il ne serait pas trop diffic (...)
  • 41 M. Fiaschetti, Gioco duro, M. Marazzi éd., Cava de’ Tirreni, Avagliano, 2003.
  • 42 M. Marazzi, « Little Italy – Crespi § C. La voce e gli scritti del popolo migrante », Alias, 15 av (...)
  • 43 Je me permets, ici aussi, de renvoyer à ma préface à G. Muscio, Piccole Italie, grandi schermi. Sc (...)

25Après les études déjà mentionnées de Marazzi et de Durante, il n’y a pas lieu de passer en revue les productions rattachées aux éditeurs ethniques et à la presse en langue italienne39. Mais nous voudrions faire remarquer à quel point, à Little Italy, ils devaient leur succès au fait de traiter en quelque sorte « en direct » les traits saillants de cette dernière à l’époque. Le précurseur et le chef d’école reconnu de cette littérature « coloniale » et d’évasion (des aventures glauques, d’amour et de jalousie, beaucoup d’éléments morbides – au sujet de délinquants, de prostituées, de pauvres bougres objets de toutes les vexations) fut le lucquois Bernardino Ciambelli40. Ces contes et romans éclairaient le quotidien de l’existence à Little Italy. Ils en reflétaient les misères, mais aussi l’extrême vitalité sur fond d’intrigues romanesques noires et policières très captivantes et destinées à aboutir, le temps venu, au véritable roman policier d’action, comme dans le cas de Michele Fiaschetti, qui succéda de façon significative à Joe Petrosino à la tête de l’Italian Squad de New York41. Cette littérature de « second rayon », de bas-fonds justement, et à l’origine, avec Ciambelli puis Menotti Pellegrini et Adolfo Valeri, axée sur les « mystères » de tel ou tel coin de la Petite Italie la plus célèbre d’Amérique était néanmoins l’expression d’une société toute entière « en déplacement », en voie de transformation, mais aussi en lutte pour s’affirmer à l’étranger. souvent accueilli significativement en annexe de la presse en langue italienne d’Amérique, ce genre dut son succès à une poignée d’auteurs, plus connus certes à New York (Ettore Moffa/Italo Stanco, Riccardo Cordiferro, Pasquale Seneca, Ernesto Valentini, etc.), mais présents également ailleurs, grâce à l’ubiquité d’écrivains et d’écritures (Paolo Pallavicini, Eugenio Camillo Branchi, Gian Paulo Brenna…) ou sous l’impulsion de quelques individus au sujet desquels, comme toujours, nous n’avons à notre disposition que très peu d’éléments d’information (qu’il nous suffise d’évoquer ici l’exemple californien pendant longtemps ignoré ou refoulé de Cesare Crespi42). De la littérature, le regard peut passer au théâtre, aux chansons et au cinéma muet, toutes formes d’expression dans lesquelles Little Italy se refléta aussi. Telle en tout cas est l’impression que l’on retire des études – attentives aux contenus mais aussi aux aspects commerciaux et aux publics de consommateurs/immigrés et de consommateurs italo-américains – d’Anna Maria Martellone et Antonio Lezza, Emelise Aleandri et Joseph Sciorra, Paquito Del bosco et Simona Frasca, Giorgio Bertellini e Giuliano Moscio, etc.43. sur la base de tout cela, on se doute que les nombreux discours tenus ou à tenir autour des « Petites Italies », en particulier américaines, nécessitent beaucoup de prudence et exigent comme préalable la conscience de la complexité remarquable d’un monde, et pas seulement d’un « sous-monde » qui, entre la fin du xixe siècle et celle des années 1930, connut à coup sûr son apogée et sa plus grande autonomie culturelle, en équilibre entre l’ancienne patrie et la nouvelle, mais fidèle à la langue d’origine, pour métissée qu’elle ait pu être. Pour s’en convaincre, il suffirait de jeter un coup d’œil à l’état civil de ses protagonistes et de ses interprètes, presque toujours nés en Italie et y ayant grandi jusqu’à leur prime jeunesse, mais ayant ensuite vécu et étant décédés à new york ou aux États-Unis : bernardino Ciambelli (Lucques 1862 New York 1931), Paolo Pallavicini (Venise 1886 – San Francisco 1938), Italo Stanco – Ettore a. Moffa (Riccia, Campobasso, 1886 – New York 1954), Eugenio Camillo Branchi (Gènes 1883 – Santiago du Chili 1962), Riccardo Cordiferro – Alessandro Sisca (San Pietro in Guarano, Cosenza, 1875 – New York 1940), Farfarierllo – Eduardo Migliacci (Cava dei Tirreni 1882 – New York 1946), Pasquale seneca (Pontelandolfo, bénévent, 1890 – Philadelphie 1952), etc.

  • 44 E. Franzina, « La stampa italiana dopo il 1945. Introduzione », in Archivio storico dell’emigrazio (...)

26Entre-temps, les nouveaux américains d’origine italienne devenaient adultes au sein même des vieilles Little Italies à leur tour en déclin ou en voie de transformation, comme on peut le constater pendant la seconde guerre mondiale et tout de suite après, entre comités de mamans de soldats américains engagés sur le front de Cassino et le long de la ligne Gothique et groupes d’expéditeurs de lettres anticommunistes envoyées depuis l’Amérique à la famille restée « au pays » dans les mois précédant la bataille électorale de 1948, dans un va-et-vient de syndicalistes et de notables italo-américains et dans le chamboulement inattendu des rôles, des noms et des figures de part et d’autre de l’océan. Les signes de la nouvelle période s’annonçant alors se frayent un chemin avec la stupeur d’une « épouse de guerre » comme Marcella Olschki arrivée de Florence à New York en 1946 ou les visions d’enfance d’un futur cinéaste comme Vincent Schiavelli avec son « Bruculino » une dizaine d’années plus tard, les deux décrivant la Little Italy, comme j’ai eu l’occasion de le remarquer44. Dans cette nouvelle période, la contamination des noms et des rôles connaît des modifications et se complique en un enchevêtrement désormais quelque peu inextricable. En un sens, la même chose se produit en Italie, où Goffredo Parise, en dépit du nombre très réduit d’Italiens présents parmi les premiers 5 000 militaires américains en poste à la Caserne Ederle à Vicence au mois d’août 1955, dont qui plus est on ignore de quelle région des États-Unis ils venaient, note avec amusement un certain nombre de noms qui ne trompent pas, comme Genius Scattoli, Billy Panorama, Peter Carlotto.

27Mais, vers le milieu des années 1950, il apparut que le microcosme italo-américain évoqué par Irene di Robilant en 1929 n’était plus envisagé de la même manière. Le moment d’« en écrire l’histoire » avait enfin sonné. Était-ce l’heure des historiens ? Ce n’est pas si sûr. Ces derniers doivent peut-être s’interroger sur le fait que, auprès du grand public au moins, les évocations du cinéma et de la télévision à partir d’un scénario littéraire – de Coppola à Scorsese (ou au dernier arrivé, Crialese) – ont rendu compte d’une Little Italy qui se passe parfois de leurs travaux et de leurs meilleures analyses.

28Ne serait-ce que par esprit de caste et par solidarité corporative, néanmoins, sans rien enlever à l’activité littéraire et artistique intense des quelques-uns de leurs habitants (et aux facteurs complexes qui viennent d’être évoqués) dans la construction d’une réalité complexe comme celle des Little Italies, je dois dire que l’on ne peut qu’être satisfaits de constater l’usage qui est fait aujourd’hui de l’Histoire dans les récits contemporains, au-delà des ressources trop valorisées de la mémoire privée.

  • 45 M. G. Mazzucco, Vita, Milan, Rizzoli, 2003, p. 397-398, et E. Gianini Belotti, Pane amaro. Un immi (...)

29L’Italy (pas seulement new-yorkaise) qui montre son nez dans les romans qui empruntent le plus à la recherche historique, par exemple ceux de Melania Mazzucco ou d’Elena Gianini Belotti45, partie visible d’un iceberg d’écritures plus importantes en Italie qu’on ne le pense en général, semble en effet assez convaincante. à en juger par les dates d’édition de ces ouvrages, on peut comprendre que cette perception de l’Italy s’alimente, plus qu’aux « tristes » souvenirs migratoires familiaux, aux faits divers qui ont conduit tant de gens à percevoir, par une forme de transposition négative, les quartiers d’immigration de San Salvario à Turin ou de Via Anelli à Padoue, comme une déplorable copie du mode d’installation autrefois glorieusement expérimenté par les braves Italiens émigrés en Amérique, dans le cœur vibrant de la modernité.

Notes

1 D. Gabaccia, « Global Geography of “Little Italy” : Italian Neighbourhoods in Comparative Perspectives », Modern Italy, n° spécial sous la dir. de N. De Maria Harney et L. Baldassar, Italian Diasporas Share the Neighbourhood, vol. 11, n° 1, février 2006, p. 9-24.

2 W. H. McNeill, Mythistory and Other Essays, Chicago, University of Chicago Press, 1986, et J. Mali, Mythistory : the making of a modern historiography, Chicago, 2003.

3 S. Luconi, « Italian-American Historiography and the Search for a Usable Past », in Y. Kalogeras, E. Arapoglou et L. Manney (dir.), Transcultural Localisms. Responding to Ethnicity in a Globalized World, Heidelberg, 2006, p. 221-237.

4 J. Krase, « Italian and Italian American spaces », in M. J. Bona et A. J. Tamburri (dir.), Italian/American Images in the Media, Staten Island New York (AIHA), 1996, p. 242-265 ; Idem, « The Spatial Semeiotics of Little Italies and Italian Americans », in M. Aste et alii (dir.), Industry, Technology, Labor and the Italian American Communities, ibidem 1997, p. 98-127.

5 Les processus de transformation, cependant, ont accompagné l’existence (et l’évolution jusqu’à leur premier déclin) de nombre de regroupements ethniques, cela bien avant aujourd’hui. Cf. D. Gabaccia, « Little Italy’s decline : immigrant renters and investors in a changing city », in D. Ward et O. Zunz (dir.), The Landscape of Modernity : Essays on New York City 1900-1940, New York, Russel Sage, 1992.

6 Voir le guide rédigé par Jim Molis et Charles Kelly pour l’ensemble des États-Unis. J. Molis, C. Kelley, Your guide to the Italian Restaurants of America’s Little Italy Neighborhoods, New York, Green Line Publishing Inc., 2004 ; sur la place centrale occupée par la nourriture et les habitudes culinaires dans la culture italo-américaine en dehors des circuits commerciaux, cf. tout de même S. Cinotto, Una Famiglia che mangia insieme : cibo ed etnicità nella comunità italo americana di New York, 1920-1940, Turin, Otto, 2001.

7 R. Freeman, « The Development and Maintenance of New York City’s Italian America Neighborhoods », in J. Krase et W. Engelman (dir.), The Melting Pot and Beyond : Italian American in the Year 2000, Staten Island, New York (AIHA), 1987, p. 223-235.

8 R. Krase, « Bensonhurst, Brooklyn : Italian American victimizers and victims », in Voices in Italian Americana, 5e année, n° 2, p. 43-53.

9 R. A. Orsi, The Madonna of 115th Street. Faith and Community in Italian Harlem, 1880-1950, new Haven, Yale University Press, 1985.

10 P. Gobetti, « Little Italiy », La Rivoluzione Liberale, 6 septembre 2005, et in Id., Scritti politici, Turin, Einaudi, 1997, p. 882-885 ; cf. aussi E. Vial, « Document : la Little Italy londonienne vue par Piero Gobetti », in J. Rainhorn (dir.), Petites Italies dans l’Europe du Nord-Ouest, appartenances territoriales et identité collective à l’ère de la migration italienne de masse (début du xixe siècle-fin du xxe siècle), Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2005, p. 69-74.

11 Faisant allusion à Paris, Marseille et Lyon (Danjou avait une mère italienne) ; cf. G. Traglia, Italiani nel Boulevard, Milan, Ceschina, 1937.

12 S. Luconi, « Italians’Global Migration : A Diaspora ? » in Studi Emigrazione, XLIII, juin 2006, n. 162, p. 467-482 ; L. Baldassar, Visits Home. Migration Experiences between Italy and Australia, Melbourne, Melbourne University Press, 2001, ainsi que « Tornare al paese : territorio e identità nel processo migratorio », Altreitalie XII, 2001, n° 23, p. 9-38.

13 Pour m’acquitter d’une dette à l’égard de mon « pays », je me limiterai à signaler le cas, récemment « redécouvert » par la presse provinciale de ma région, de la Piccola Schio de Grigny sur les Italiens des Tretti (Schio justement), Arsiero, Posina, etc., installés en France à partir de 1900. Les titres des journaux qui depuis 2002 l’ont évoquée, avec autant d’emphase déplacée que de modestie dans la connaissance réelle du sujet, sont éloquents : « Quando a Parigi si parlava scledense » (Giornale di Vicenza, 2 avril 2002) ; « Una delegazione del quartiere parigino in arrivo per i primi contatti » (Ibidem, 5 novembre 2002) ; « Il ritorno dei “colonizzatori” – Tornati (non da emigrati) a Grigny nella “petite Schio” vicina a Parigi », ibidem, 11 avril 2003 ; « Da Grigny alla scoperta delle origini. Delegazione francese ospite in città », ibidem, 1er septembre 2006.

14 Je pense au cas de Storyville à la Nouvelle-Orléans, peut-être le plus célèbre Red-Light District d’Amérique sur lequel on peut maintenant lire, en italien, les pages intelligentes de Paolo Cola, « New Orléans : la culla del jazz tra storia e mitologia », in Storia Urbana XXIX, janvier/mars 2006, n° 110, p. 112-121.

15 Même s’il commence à y avoir des travaux sur la seconde guerre mondiale et son contexte, le cas le mieux étudié en Italie est celui de la Grande Guerre ; cf. D. Leoni et C. Zadra (dir.), Le città di legno. Profughi trentini in Austria 1915-1918, Trento, TN, 1995 ; P. Malni, Fuggiaschi. Il campo profughi di Wagna, San Canzian d’Isonzo, Consorzio culturale del Monfalconese, 1998 ; D. Ceschin, Gli esuli di Caporetto. I profughi italiani durante la grande guerra, Roma-Bari, Laterza 2005, p. 115-219.

16 G. Parise, « Gli americani a Vicenza », in Idem, Opere, éd. B. Callegher et M. Portello, Milan, Mondadori, 2 vol., I, p. 1281-1317 ; sur les Little Italies d’Amérique, cf. idem, « odore d’America », in Opere, op. cit., II, p. 997-1054.

17 J. Rainhorn, Paris, New York : des migrants italiens – années 1880-années 1930, Paris, CNRS, 2005 ainsi que, Petites Italies dans l’Europe…, op. cit. ; Samuel L. Baily, Immigrants in the Lands of Promise, Ithaca, Cornell University Press, 1999.

18 K. Conzen, « Immigrants, immigrant neighbourhoods and ethnic identity : historical issues », Journal of American History, vol. 66, 1979, p. 603-615.

19 E. Franzina, « « Piccole patrie, piccole Italie ». La costruzione dell’identità nazionale degli emigrati italiani in America Latina (1848-1924) », in Memoria e ricerca, n° spécial dir. par M. Martini, Migrazioni : comunità e nazione, IV, décembre 1996, n° 8, p. 13-32 et in J. Del Bo, L. Horn Iotti, M. P. Pinheiro Machado (dir.), Anais do Simposio Internacional sobre Imigraçao Italiana e Forum de Estudos Italo-Brasileiros, Caxias do Sul 1999, p. 13-43.

20 Sur la Boca, cf. désormais, dans le livre/chantier de V. Blengino, La Babele nella « Pampa ». L’emigrante italiano nell’immaginario argentino, Reggio Emilia, Diabasis 2005, p. 164-185, le chapitre consacré aux vies multiples du « quartier génois » de Buenos aires qui bénéficie, en argentine, d’une production historiographique très importante. Pour São Paulo et pour le Brésil en général, je me permets de renvoyer à mes propres travaux, à commencer par Gli italiani al nuovo mondo. Storia dell’emigrazione italiana in America, 1492-1942, Milano, Mondadori 1995, p. 471-479 et par mes travaux « régionaux » sur la Vénétie, réunis in E. Franzina, La storia altrove. Casi nazionali e casi regionali nelle moderne migrazioni di massa, Vérone, Cierre edizioni, 1998, p. 293-360.

21 A. M. Fortier, Migrant Belongings : Memory, Space, Identity, Oxford, Berg, 2000.

22 H. Nelli, The Business of Crime : Italians and the Syndicate of Crime in the United States, Chicago, Chicago University Press, 1976.

23 R. F. Harney, « Italophobia : English speaking malady », Studi Emigrazione, année XXII, n° 77, 1985, p. 6-43.

24 Parmi les variétés de l’associationnisme ethnique, toujours en raison de leur lien étroit avec l’emploi de l’italien, cf. J. Krase, « Seeing Ethnic succession in Little Italy : Change despite Resistance », in n. De Maria Harney et L. Baldassar (dir.), Italian Diasporas, op. cit., p. 86-87 ; sur celles liées à la foi religieuse et aux pratiques cultuelles de l’Église catholique, cf. E. Franzina, « Little Italies : presenza missionaria della Chiesa italiana nelle “piccole città” degli emigrati », in M. Naro (dir.), Dialogo con le città. Formazione ecclesiale e impegno sociale, San Cataldo (Caltanissetta), 1998, p. 83-93.

25 E. Franzina, Dall’Arcadia in America. Attività letteraria ed emigrazione transoceanica in Italia (1850-1940), Turin, Fondazione Giovanni agnelli, 1996, passim.

26 M. S. Garroni, « Little Italies », in A. De Clementi, E. Franzina, P. Bevilacqua (dir.), Storia dell’emigrazione italiana. Gli arrivi, Rome, Donzelli, 2002, p. 220-233.

27 Sur les émigrés face à la Première guerre mondiale, je mène depuis des années une recherche dont j’ai anticipé quelques résultats, pour l’Amérique latine, et auxquels je renvoie : E. Franzina, « Il primo conflitto mondiale e gli Italiani d’Argentina », Estudios migratorios latino-americanos, année XV, n° 44, avril 2000, p. 57-85 ; Idem, « Un fronte d’oltreoceano : italiani del Brasile et italobrasiliani durante il primo conflitto mondiale (1914-1918) », in V. Corà et P. Pozzato (dir.), 1916 – La strafexpedition, Udine, Gaspari, 2003, p. 226-248 ainsi que 359-368 et « Italiani del Brasile ed italobrasiliani durante il primo conflitto mondiale (1914-1918) », in Historia Debates e Tendencias, brésil, Universidade de Passo Fundo, Rio Grande do Sul, n° spécial, Brasil-Italia Travessias, vol. V, juillet 2004, p. 225-267 ; cf. aussi C. Douki, « Les émigrés face à la mobilisation militaire de l’Italie », in 14-18 Aujourd’hui, n° 5, mai 2002, p. 59-180.

28 T. Kessner, The Golden Door. Italian and Jewish Immigrant Mobility in New York City, 1880-1915, New York, Oxford UP, 1977 ; D. Gabaccia, From Sicily to Elizabeth Street : Housing and Social Change among Italian Immigrants 1880-1930, Albany, state University of New York Press, 1984.

29 S. Luconi, Little Italies e New Deal. La coalizione roosveltiana e il voto italo-americano a Filadelfia e Pittsburg, Milano, Franco Angeli, 2002 ; sur les obstacles opposés par les Italiens à l’intégration par le truchement d’une participation aux luttes politiques locales entre la fin du xixe siècle et les années 1930 (et sur la « préhistoire » de leur effort de « rapprochement »), cf. au moins A. M. Martellone, « Italian Immigrants, Party Machines, Ethnic brokers in City Politics, from 1880s to 1930s », in W. Hölbling et R. Wagenleitner (dir.), The European Emigrant Experience in the USA, Tübingen, Gunter Narr, 1992, p. 171-188 ; cf. enfin S. Bugiardini, « “Stretti fra gli irlandesi e la non partecipazione”… Gli italo-americani di New York City e l’accesso in politica », in Storia e problemi contemporanei, année XIX, n° 42, mai-août 2006, p. 115-136.

30 Un tournant d’une importance capitale dans le domaine des études qui nous intéressent ici a été, à mon avis, la publication simultanée – une fois n’est pas coutume – et bilingue, en 1981, d’un recueil d’essais réunis par R. Harney et V. Scarpaci, Little Italies in North America, Toronto, Multicultural History society of Ontario, 1981 pour l’édition en langue anglaise et « Little Italies negli Stati Uniti fra Ottocento e Novecento », n° spécial de la revue Storia Urbana pour l’édition italienne.

31 F. Durante, Figli di due mondi. Fante, Di Donato § C. : narratori italo-americani degli anni Trenta e Quaranta, Salerno, Avagliano, 2002.

32 Hyphenated, pour les américains (NDT). Cf. M. Marazzi, Misteri di Little Italy. Storie e testi della letteratura italoamericana, Milan, Franco Angeli, 2001, p. 38.

33 M. Marazzi, Little America. Gli Stati Uniti e gli scrittori italiani del Novecento, Milan, Marcos y Marcos, 1997.

34 E. Franzina, « Scritture autobiografiche e grande storia », in N. Ceramella et G. Massara (dir.), Merica. Forme della cultura, Isernia, Cosmo Jannone, 2004, p. 41-52.

35 M. Marazzi, Misteri di Little Italy, op. cit., ainsi que Voices of Italian America. A History of Early Italian America Literature with a Critical Anthology, Fairleigh, Dickinson University Press, 2004 ; F. Durante, Italoamericana. Storia e letteratura degli italiani negli Stati Uniti, Milan, Mondadori 2001-2005, 2 vol., vol. I (1776-1880) et II (1880-1943).

36 Cf. S. Lupo, « Cose nostre : mafia siciliana e mafia americana » in P. Bevilacqua, A. De Clementi, E. Franzina (dir.), Storia dell’emigrazione. Arrivi, op. cit., p. 245-270.

37 S. D’Amico, Scoperta dell’America cattolica, Florence, Bemporad, 1926, p. 165-166.

38 I. Di Robilant, Vita americana (Stati Uniti del Nord-America), Turin, Fratelli bocca, 1929, p. 424.

39 B. Deschamps, « La letteratura d’appendice nei periodici italo-americani (1910-1935) », in S. Martelli (dir.), Il sogno italo-americano. Realtà e immaginario dell’emigrazione negli Stai Uniti, Naples, Cuen, 1998, p. 270-294.

40 On a fait remarquer avec pertinence qu’en s’appuyant sur son œuvre, « il ne serait pas trop difficile de cartographier fidèlement la colonie italienne entre un siècle et l’autre ». F. Durante, Italoamericana, cit. II, p. 148 ; au sujet de Ciambelli, cf. F. Bernabei, « Little Italy’s Eugene Sue : the Novels of Bernardino Ciambelli », in W. Boelhower et R. Pallone (dir.), Adjusting sites. New Essays in Italian American Studies, Stony brook New York, Forum Italicum, 1999, p. 2-56.

41 M. Fiaschetti, Gioco duro, M. Marazzi éd., Cava de’ Tirreni, Avagliano, 2003.

42 M. Marazzi, « Little Italy – Crespi § C. La voce e gli scritti del popolo migrante », Alias, 15 avril 2006, n° 15.

43 Je me permets, ici aussi, de renvoyer à ma préface à G. Muscio, Piccole Italie, grandi schermi. Scambi cinematografici tra Italia e Stati Uniti 1895-1945, Rome, Bulzoni, 2004, p. I-VI.

44 E. Franzina, « La stampa italiana dopo il 1945. Introduzione », in Archivio storico dell’emigrazione italiana, I, 2005, p. 10-12.

45 M. G. Mazzucco, Vita, Milan, Rizzoli, 2003, p. 397-398, et E. Gianini Belotti, Pane amaro. Un immigrato italiano in America, Milan, Rizzoli, 2006, p. 387.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540