Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Quatrième partie. Les représentations et leurs enjeux

Monuments aux migrants en Australie et en Italie : histoires concurrentes et mutations identitaires1

Loretta Baldassar
Traduction de Antonio Bechelloni

Texte intégral

  • 1 Cet article est une version abrégée de : « Migration monuments in Italy and Australia : Contesting (...)

1Les discours concurrents qui marquent les identités et les appartenances de quartier, au registre local et national sont, dans certains contextes, gravés dans le paysage en tant que monuments publics. Une analyse de ces monuments permet d’examiner de quelle façon le fait de vivre et de travailler dans des sociétés multiethniques infléchit les variantes locales de l’« italianité ». Les monuments sont un exemple de la façon dont les Italiens affirment leur identité et leur pouvoir en laissant une empreinte locale qui signale la présence italienne, et qui envoie des messages relatifs à l’importance des communautés italiennes dans un quartier donné. J’essaierai de cerner quelques-unes des dynamiques intra-communautaires (entre Italiens eux-mêmes) à l’œuvre dans la production de monuments aux migrants en Australie et en Italie.

2La grande variété des expériences migratoires donne lieu à des systèmes de discours identitaires concurrents et en conflit les uns avec les autres. Ils comprennent les discours, souvent feutrés, des migrants eux-mêmes, ceux en général beaucoup plus audibles de l’opinion dominante de la société d’accueil, les discours de la diaspora et ceux – pour la plupart laissés de côté – des non-migrants ou de ceux qui sont restés dans le pays d’origine. Aucun de ces discours n’est homogène, tant ils sont tributaires du genre, de la classe, de la tranche d’âge, de la génération, de la région, du contexte socio-historique, etc. Ces discours concurrents portent finalement sur tous les aspects du processus migratoire, y compris la production de monuments publics. L’« histoire » de ces monuments – les divers processus les ayant façonnés – nous informe sur la formation des Italiens en Australie et des Italo-Australiens en Italie. La meilleure façon d’appréhender ces monuments consiste peut-être à les voir comme des manifestations d’une lutte entre des notions concurrentes de l’italianité, de l’identité migrante, de l’identité Australienne et, plus en général, de l’identité et de l’appartenance dans les deux pays.

3Les monuments sont le produit d’un contexte historique, au même titre que les appréciations, souvent changeantes, que l’on en donne au fil du temps. Ils sont aussi, inévitablement, le résultat de mémoires publiques conflictuelles et, par conséquent, ne peuvent jamais représenter toutes les personnes ou toutes les choses qu’ils sont censés symboliser. Généralement, un monument exprime les points de vue et les interprétations des plus puissants parmi les promoteurs de sa construction.

  • 2 P. A. Pickering, R. Westcott, « Monuments and commemorations : a consideration », Humanities Resea (...)

4Les monuments dont il sera question dans cette contribution tendent tous à refléter le discours hégémonique de la cohésion nationale et communautaire et ils coupent court ainsi aux effets déstabilisateurs des ambivalences culturelles et morales relatives à l’appartenance et à l’identité. Comme le font remarquer Pickering et Westcott : « Toute métanarration d’une expérience de groupe n’est autorisée qu’à condition que l’on efface artificiellement toute division radicale d’ordre social, politique ou culturel… En fait il est pratiquement impossible de penser à un monument qui ne soit pas attaquable car unilatéral sinon carrément partisan2. »

  • 3 J. Krase, « Seeing Ethnic Succession in Little Italy : Change despite Resistance », Modern Italy, (...)

5Dans cet article, les monuments sont étudiés comme « des textes permettant une lecture des significations diverses et contradictoires de l’italianité, dans une compétition symbolique qui reflète la bataille pour la domination des espaces ». L’approche théorique choisie ici s’inscrit dans le cadre des études iconographiques, définies comme l’analyse des images qui sont produites par la culture et « qui permet d’étudier les organisations sociales, le sens des objets culturels et les mécanismes psychologiques3 ». dans la lignée des travaux de Krase, eux-mêmes fondés sur la « théorie de structuration » de Giddens, j’utilise ici un cadre de lecture des monuments centré sur l’histoire locale, les idées et les ressources des dirigeants d’une région donnée afin de comprendre les influx politiques et sociaux qui les ont produits.

Monuments italo-Australiens

  • 4 E. Vasta, « Multiculturalism and Ethnic identity : the Relationship between Racism and Resistance  (...)

6La plupart des Italiens d’Australie quittèrent leur pays pour des raisons similaires et dans des circonstances analogues, quel qu’ait pu être leur lieu d’origine dans la Péninsule. L’immense majorité d’entre eux vint dans les années 1950 et 1960, grâce aux mêmes réseaux et chaînes migratoires, en quittant un milieu de paysans/ouvriers appauvris. Les allégeances de la première génération vont en grande partie au village, à la province et à la région alors que la seconde génération et les générations suivantes tendent à se concevoir comme « Italiens » ou bien Italo-Australiens, en nourrissant une « Italianità » qui n’a pas grand-chose en commun avec l’Italianité de leurs parents, marquée par le culte du saint patron et la maîtrise incertaine de la langue anglaise. Elle a plutôt partie liée avec les produits de consommation associés à l’Italie et au benessere4. En outre, les Italiens d’Australie, quelle que soit leur génération, ont été dans une certaine mesure « italianisés » par l’expérience migratoire ; celle-ci a fait d’eux des « Italiens d’Australie ». Ils deviennent une communauté qui peut être commémorée et devenir un sujet de monuments. La notion même d’Italiens d’Australie est aussi, en partie, le fruit de la construction du contexte sociopolitique de l’histoire Australienne de l’immigration, reposant sur des paradigmes assimilationnistes ou multiculturels, et toujours sur un ensemble d’idées sur la différence, l’identité Australienne, ou blanche, la « race ». Leurs monuments rendent compte de la « racialisation » des Italiens d’Australie de la part des personnes appartenant au groupe et des autres. Ils offrent aussi des éléments de comparaison avec d’autres groupes.

Les monuments comme lieux (cachés) de contestation dans le quartier

  • 5 E. Vasta, « Multiculturalism and ethnic identity... », op. cit., p. 221.

7Monuments et statues forment un décor populaire des foyers italo-Australiens. Il est fréquent, par exemple, de trouver des couples de lions gardant l’entrée des maisons italiennes (y compris en Italie et dans d’autres pays d’immigration). Ces statuettes sont d’évidents marqueurs d’ethnicité dans le paysage suburbain Australien – un marqueur que les Italiens comme les non Italiens reconnaissent en tant que tel. Ces icônes, comme d’autres signes stéréotypés d’« italianité », tels que les grosses limousines exhibées lors des mariages, sont devenues « l’objet de nombreuses railleries de la part des Italiens eux-mêmes5 », essentiellement des Italiens de la seconde génération et des générations suivantes. Après plusieurs années de recherches de terrain sur les Italiens d’Australie, j’ai réalisé que la plupart des migrants de la première génération ont tendance à exhiber avec orgueil ces statuettes, alors qu’il y a plus de chances que leurs enfants s en Australie « avouent », au milieu de rires et de « soupirs », que « oui, nous avons même les lions blancs à l’entrée de notre maison… ». Comme les Australiens de naissance, les Italiens – des professionnels appartenant aux classes moyennes arrivés pour la plupart en nombre beaucoup plus faible depuis 1970, à la différence du groupe venu après la guerre –, prennent vite leurs distances de ce qui leur apparaît comme la mentalité arriérée et primitive des migrants d’origine paysanne venus avant eux.

8Les opinions divergentes que les différentes catégories de migrants ont sur le type de monument, notamment public, qui s’impose, nous révèlent l’existence d’un ensemble de tensions cruciales derrière la construction de monuments. Tout comme les monuments dressés en Italie, les monuments publics italo-Australiens sont l’expression d’images concurrentes du migrant italien – notamment la success story « des haillons à la richesse » et son antithèse, la via crucis, la vie du migrant dont on dit qu’elle est aussi dure qu’un pain de sept croûtes. Ces expériences opposées et les tensions internes au groupe propres à la production des monuments italo-Australiens dont il est question ici sont résolues et oubliées chaque fois grâce à la transformation de l’immigré italien en pionnier australien.

9Un moyen sûr pour obtenir qu’un monument soit érigé consiste à en faire cadeau aux municipalités locales. C’est ce qui s’est passé dans les villes d’Innisfail dans le Queensland, de Cue (Australie occidentale) et à Armadale dans la ville de Perth. Les Italiens qui commanditèrent et érigèrent ces monuments se firent en partie un cadeau à eux-mêmes, en mettant en avant leur double identité en tant que membres à la fois de la communauté italienne et de la société Australienne. Une analyse du contexte, des ressources, et du leadership locaux permettent de comprendre les tensions internes à cette double appartenance, tensions qui sont occultées par les monuments eux-mêmes.

De la louve à la famille de colons : comment on transforme un immigré en pionnier

10Le monument d’Armadale dans les faubourgs de la métropole de Perth est le plus récent parmi ceux pris ici en considération. Il a été érigé en 2001, par la Southern Region Italo-Australian Community Foundation. La Fondation était chargée de superviser le projet censé, à l’origine, commémorer l’important peuplement italien de la région. Puisant dans des fonds de la communauté italienne, de la collectivité territoriale et grâce à une contribution de la Lottery Commission, ce monument est en mesure de réunir des ressources financières supplémentaires grâce à la vente de plaques achetées par des sponsors et placées à sa base. La Fondation espère pouvoir utiliser ces fonds pour venir en aide à des personnes âgées de la région d’origine italienne.

11Ce monument est le résultat de différents types de combats situés quelque part entre le politique et le local. Son histoire débute à la fin des années 1990 sous l’impulsion de trois immigrés de la première génération arrivés dans les années 1950. Leur idée initiale était d’ériger une grande statue de bronze représentant la célèbre louve allaitant Romulus et Remus et devant être posée sur un socle géant en marbre comportant à son tour une fontaine : à leurs yeux, la présence de l’eau était indispensable au projet. Pour mener à bien leur projet, les trois hommes se firent aider par leurs enfants. Ces « immigrés de seconde génération » trouvèrent l’idée de la louve « inacceptable (et)… bien trop italienne » pour qu’elle puisse avoir la moindre signification pour la plus vaste communauté d’Armadale et la société Australienne en général. L’un d’eux parla du projet comme d’une « monstruosité en marbre » et la décrivit comme très « italienne du sud », « excessive », un symbole outrancier d’« italianité ». Il expliqua qu’il lui fallut plusieurs mois de négociation « courtoise » pour changer le point de vue de son père. Le mot « courtois » revint à plusieurs reprises lors d’entrevues avec les participants au projet nés en Australie. Ils voulaient construire un monument « discret (qui) fût en syntonie » avec la communauté d’Armadale. Implicitement, ils trouvaient que la statue de la louve était trop agressive, antagoniste et disproportionnée en tant qu’image de l’italianité. Ils étaient en quête d’une représentation assez subtile pour exprimer une italianité acceptable pour un vaste public et pourvue d’un sens pour tous les immigrés et les pionniers. Finalement, ces enfants de la seconde génération, jouant les médiateurs culturels tout en prudence obséquieuse, s’emparèrent de l’initiative en collaboration avec les élus locaux et changèrent totalement le dessin pour le monument.

12Un autre facteur important dans le choix du rejet de l’idée de la louve fut le problème du financement. Bien que les trois immigrés de la première génération eussent déjà demandé des maquettes, consulté des maçons et des sculpteurs spécialistes du granit, l’énorme construction en marbre aurait coûté quelque 250 000 dollars Australiens. Cependant, on ne put jamais tester la capacité des hommes en question à trouver cet argent, à partir du moment où l’idée fut reprise par leurs enfants qui donnèrent vie à la Fondation laquelle mena finalement le projet à son terme. Cette Fondation réussit à obtenir une contribution étatique de la part du Federation Memorial Project Fund et le monument fut ainsi associé à une entreprise à caractère national qui n’avait jamais fait partie du projet originaire. Une fois identifié comme projet de la Federation, le Conseil local accepta de mettre à disposition le terrain et les infrastructures nécessaires pour mettre l’idée à exécution. Les trois hommes eurent besoin de la formation culturelle et des contacts de leurs enfants de la seconde génération pour réaliser leur projet, mais ceci eut comme résultat la transformation de leur projet initial en quelque chose d’entièrement différent.

  • 6 Cf. figure 1.

13Le monument qui fut finalement érigé représente un groupe familial : le père, la mère avec un bébé dans ses bras, la fille, et le fils en train de planter un olivier6. La famille n’a rien de spécialement italien, de telle sorte que, selon les membres de la Fondation, elle peut représenter les immigrés en général, bien que l’olivier sculpté et les buissons de plantes aromatiques (romarin, basilique et des herbes qui ne se trouvent qu’en Australie) qui l’entourent aient été choisis dans le but de suggérer leur ethnicité, quoique de façon plutôt australo-méditerranéenne. La seule idée qui a été préservée du projet initial est l’eau – le groupe est campé au bord d’un large plan d’eau représentant un fleuve ou un ruisseau. Le dessin proposé par les immigrés des années 1950 qui eurent les premiers l’idée du monument fut entièrement remplacé par les membres de la seconde génération. Ces enfants expliquèrent qu’ils avaient voulu protéger leurs parents de l’embarras que leur aurait certainement valu la construction de la statue de la louve. Le groupe des années 1950 avait prévu de demander à un artiste italien de créer le monument ; néanmoins la Fondation décida qu’il valait mieux faire recours à un artiste local, même s’il n’était pas italien. Ils insistèrent, cependant, sur le fait que l’artiste était lui aussi un immigré, originaire d’Angleterre. La statue est désignée par les résidents italiens du coin comme le monument italien, mais plus en général il est connu comme le monument aux pionniers. Très surpris d’apprendre l’existence d’un monument italien dans la région, le personnel du syndicat d’initiative, où j’étais venue chercher de la documentation, mit du temps à comprendre que je parlais de ce qu’ils appelaient le monument aux pionniers.

14La réalisation du monument d’Armadale est très clairement le théâtre de tensions entre générations ainsi qu’au sein de l’ensemble de la communauté. Finalement, les médiateurs culturels de la seconde génération imposèrent leur point de vue, affichant ainsi à la fois un pouvoir décisionnel plus important et un capital social et culturel supérieur. Le monument qui en est issu ne fait rien apparaître du processus, parfois tortueux, qui a conduit à son achèvement. Au contraire, il donne à voir un portrait en grande partie méconnaissable des immigrés italiens, minimise aisément leurs différences (diversité ethnique) et occulte les tensions intergénérationnelles relatives aux meilleures façons d’exprimer l’italianité.

Ériger un monument au succès : la transformation de l’immigré en citoyen

15Dans la ville rurale d’Innisfail il existe un monument qu’un groupe d’immigrés des années 1950 a réussi à créer. Érigé en 1959, – bien avant l’existence d’une seconde génération et ne portant donc aucune trace de l’influence de celle-ci – ce monument est un hommage à l’archétype de l’immigré à succès. Innisfail se trouve dans l’extrême nord du Queensland, le cœur sub-tropical de l’industrie de la canne à sucre, qui fut le principal champ d’activité de l’immense majorité des Italiens venus s’installer dans la région à partir des années 1890. Le monument qui mesure plus de quatre mètres de hauteur est à la fois imposant et impressionnant. Il campe une statue de taille plus que naturelle d’un coupeur de canne à sucre, un couteau en cuivre dans sa main droite et tenant de la main gauche un tabouret de canne. Il se dresse sur un socle de marbre carré, dont les faces antérieures et postérieures sont ornées de reliefs figurant des scènes de la vie quotidienne dans les champs de canne à sucre. Chaque côté porte une inscription en anglais et italien : « aux pionniers de l’industrie sucrière. Don de la Communauté italienne du district de Innisfail à l’occasion du premier centenaire de Queensland, 1859-1959. » Réalisé dans le prestigieux marbre de Carrare par le célèbre sculpteur Renato Beretta, le monument fut envoyé à grands frais par voie de mer en Australie. Lors de son inauguration ce qui frappa le plus le public fut la devise gravée sur le devant du piédestal : Ubi Bene Ibi Patria que l’on peut traduire par : « Là où tu possèdes ta terre, là est ta patrie. »

16Le monument est peut-être l’un des plus anciens monuments aux immigrés italiens existant en Australie et il fut créé dans une conjoncture de forte hostilité à l’égard des Italiens. C’est pourquoi tous les frais – le coût total fut de £ 5 000, somme alors considérable – furent pris en charge par des résidents italiens et notamment le Dr Rigano, notable italien local et médiateur culturel d’importance décisive, qui prit aussi la direction des opérations. De nos jours, quarante ans après son inauguration, cet impressionnant monument est compris généralement comme un hommage à la contribution des coupeurs de canne à sucre italiens locaux au développement de l’état. Et pourtant en 1959, on insista beaucoup sur le fait que le monument, pour reprendre l’expression de Rigano lui-même, était « une reconnaissance publique de la part de l’état de Queensland, de l’industrie sucrière et un hommage aux pionniers qui transformèrent les terres vierges de cette province par la colonisation ». Ce qui aurait le plus impressionné à l’époque le Ministère de l’agriculture du Queensland « était la décision de la communauté italienne de faire son geste en occasion du Centenaire en évitant toute tentation de glorifier ou commémorer le rôle joué par la communauté italienne dans le développement de l’industrie sucrière ». Apparemment le symbolisme associé au marbre italien lui échappait ou alors il l’occultait sciemment. Il est très improbable que, compte tenu des politiques assimilationnistes de l’époque, un monument aux seuls Italiens aurait été accepté.

  • 7 Evening Advocate, 7 sepembre 1959.

17Aujourd’hui comme à l’époque, on pense que le monument est dû à l’initiative de la « communauté italienne » locale, et pourtant les comptes rendus des réunions accompagnant la réalisation du projet font apparaître que le Dr Rigano était constamment consterné par l’absence d’intérêt de ses compatriotes pour l’idée. Il serait plus juste de dire que le monument exprime les idées du Dr Rigano quant à l’adoption d’une nouvelle patrie par les pionniers italiens. Un quotidien local7 présentait ses opinions de la manière suivante :

Maintenant, à la fin du premier centenaire du Queensland, les descendants de ces personnes et de leurs compagnons entendent témoigner une gratitude durable à ces pionniers qui, à force de sacrifices et d’épreuves, ouvrirent la route pour le progrès de la nation et leur propre bien être. Ils trouveront un miroir fidèle de leurs sentiments dominants dans cette devise latine gravée sur le front du piédestal – Ubi Bene Ibi Patria (là où tu possèdes ta terre, là est ta patrie).

  • 8 À la fin de la guerre, plus de 4 700 Italiens avaient fait l’expérience de l’internement, ce qui c (...)
  • 9 Cette mentalité avait beaucoup à voir avec le fait que les membres du RSL se sentaient menacés par (...)

18Une analyse de la presse et des discours officiels de l’époque fait apparaître un discours fort d’une « Australie blanche » unie, acceptant les immigrés italiens comme ses propres citoyens et une mentalité s’appuyant sur une distinction nette entre « nous » et « eux ». dans son discours, Rigano suggère que « le but de ce monument est de rappeler à ses donateurs que leur patrie est maintenant l’Australie, une terre d’origine saxonne ; de mettre un terme à toutes les divergences et les malentendus du passé ; de mieux promouvoir les rapports de plus en plus cordiaux entre toutes les composantes de la communauté d’Innisfail ». Pas le moindre signe de ces prétendus malentendus et divergences dans la presse, ni de façon plus durable et plus forte, dans le monument lui-même. L’insinuation plutôt voilée de Rigano visait sans doute l’internement de nombreux Italiens pendant la seconde guerre mondiale8 et le fait que, ensuite, le Returned services League (RSL) du Queensland proposa que 2 000 Italiens fussent expulsés9. La presse, au contraire, saisissant illustration de la manière dont l’histoire est construite par ceux qui l’écrivent, déclarait que « durant la seconde guerre mondiale des fils de colons italiens se sont battus aux côtés des Australiens contre l’agression ». Quant à l’opposition entre « nous » et « eux », elle est aussi gommée grâce à la référence au terme collectif « race blanche » : « Ils labourèrent le sol, en ne pensant qu’à l’avenir et ils offrirent ainsi une contribution majeure à la grande réussite de la race blanche aux Tropiques », remarque qui occulte astucieusement le fait que les Italiens étaient souvent considérés comme des non-blancs, des types non assimilables.

19À l’époque, la devise latine et l’insistance sur celle-ci eurent pour fonction de transformer les immigrés italiens en pionniers et colons, des citoyens assimilés dont l’Australie pouvait être fière. Le monument met efficacement un terme aux ambivalences morales et culturelles liées aux allégeances et appartenances des immigrés italiens à l’Australie. Comme le monument de Armadale, il est assez « de-ethnicisé » pour faire appel à une notion assimilationniste d’identité nationale. Mais la statue peut aussi être interprétée, notamment ces derniers temps, comme un moyen provocateur de rappeler à la communauté Australienne que ce furent surtout des immigrés italiens qui, en dépit d’une forte hostilité, fondèrent et établirent l’industrie sucrière qui fit la fortune d’Innisfail.

20La référence au lieu d’implantation contenue dans la devise Ubi Bene Ibi Patria s’oppose au désir ou à l’obligation que ressentaient les immigrés eux-mêmes de revenir dans leur patrie d’origine. L’émigration, pour la plupart des Italiens venus en Australie après la guerre, était censée à l’origine leur permettre de gagner de quoi retourner s’établir en Italie. Effectivement, l’attente du retour est une des composantes des monuments aux émigrants en Italie, décrits plus loin. Le monument d’Innisfail n’aurait pu être construit en Italie. Rien dans cette statue impressionnante n’évoque le retour ; c’est plutôt le contraire qui est vrai. À l’instar du monument de Armadale, la statue d’Innisfail symbolise la position sociale atteinte par l’immigré en tant qu’individu mais elle attribue aussi la réussite de l’état à l’immigré italien en tant que pionnier. Les Italiens d’Innisfail et Armadale émigrèrent de régions différentes comme le Piémont, la Sicile, la Vénétie, le Frioul et la Calabre. En Australie, leur revendication collective à occuper une place est une expression de campanilismo qui n’a rien à voir avec le campanilismo tel qu’il s’exprime dans les villes d’origine en Italie où les tensions entre villes sont bien réelles, sans parler des préjugés flagrants entre nord et sud. L’expérience partagée du développement des localités Australiennes constitue pour les immigrés un lien indépendant de leur lieu d’origine en Italie. L’identification avec une région devient encore moins importante pour les générations nées en Australie. Le message présent dans l’inscription latine révèle ce qui avait motivé leur départ : la possibilité de tenter sa chance en vue d’atteindre une position sociale avantageuse. L’image du coupeur de canne vigoureux comme celle de la famille plantant les oliviers souligne une revendication symbolique à mettre en valeur des racines bien méritées en Australie. Le succès justifie la trajectoire migratoire et le fait que les émigrés n’aient pu retourner en Italie.

La commémoration du chemin de croix : transformation de l’immigré en héros national

  • 10 J. Gentilli, Italian Roots in Australian Soil, Marangoroo, Italo-Australian Welfare Centre, 1983, (...)

21Le retour manqué en Italie ne fut pas toujours le résultat d’un choix. Le monument du mémorial de Cue, énorme bloc de pierre érigé en 1991, sert également de pierre tombale et il commémore les immigrés moins chanceux qui perdirent leurs vies dans la poursuite de leurs rêves. Cue est située à 650 km au nord-est de Perth, Australie occidentale. Au début du xxe siècle, nombre d’immigrés originaires de Lombardie travaillèrent dans les mines d’or de Murchison autour de Cue. Beaucoup perdirent leur vie dans les puits dangereux et l’une des mines fut connue comme il cimitero dei Bergamaschi10. Des dizaines d’Italiens reposent dans des tombes anonymes qui, jusqu’à une époque récente, étaient pratiquement tombées dans l’oubli. Aux yeux des Italiens, l’entretien des tombes est une responsabilité particulièrement importante qui incombe à sa famille. Un groupe de Lombards de Perth, dont quelques-uns descendant des mineurs, fut « horrifié et culpabilisé » par l’état des tombes et décida de remplir un devoir qui aurait dû l’être depuis longtemps. Ils érigèrent un monument au cimetière de Cue à la mémoire de ces mineurs italiens qui perdirent leurs vies dans la région.

22Les souscripteurs de l’initiative pensèrent que le monument était nécessaire pour être sûrs que l’Italie et l’Australie n’oublieraient pas, ou, mieux, qu’elles commenceraient à reconnaître cette histoire. Au début, le financement fut le fait des immigrés lombards de Perth qui commencèrent à réunir l’argent nécessaire en 1989. Ils finirent par obtenir le soutien, y compris financier, de la collectivité territoriale et de la compagnie minière locale. La personne en charge du projet était un immigrant lombard de Perth bien connu qui obtint le soutien des sections locale et italienne de l’association Lombardi nel Mondo. À l’instar des deux monuments précédents, le bloc de pierre du mémorial de Cue transforme les mineurs, d’immigrés saisonniers déterminés à rentrer en Italie, en pionniers Australiens – Aussie battlers : combattants Australiens – faisant don de leurs vies pour le développement de la nation Australienne. Par la même occasion, leur trajectoire migratoire est interprétée comme une action visant le bien à la fois de leur famille et de leur patrie.

23Alors que la presse Australienne s’intéressa à peine à l’événement, les participants y consacrèrent une longue vidéo, en langue italienne, destinée aux membres de l’association Lombardi nel Mondo en Italie. Le commentateur prend le temps de décrire dans les détails l’environnement pour les spectateurs ne connaissant pas les lieux. Le ton du commentaire est nationaliste et patriotique, semblable à la description d’un champ de bataille après les combats :

En ce moment nous assistons à un événement important, signe de l’affection et de l’admiration pour nos nombreux compatriotes qui furent les pionniers de ce bout de terre Australienne, chercheurs de minéraux précieux. En ce lieu, que la nature a si généreusement doté, se trouvent éparpillés ça et là nombre de restes glorieux des corps de nos compatriotes. Ces hommes consentirent au dur labeur et aux sacrifices inhumains qui caractérisent la vie des pionniers.

24La vidéo présente les immigrés décédés comme des héros de guerre et leur mort les transforme en de vrais et héroïques Australiens. La propension à oublier les émigrants du passé est maintes fois évoquée dans le commentaire, et les immigrants d’aujourd’hui finissent même par être inclus dans cette tendance à l’oubli : « Comme vous pouvez le constater, la couronne à la mémoire des mineurs italiens contient le rouge, blanc, vert de notre drapeau, dont nous sommes fiers à tout jamais et dont nous nous souvenons avec orgueil et affection, même quand on nous oublie souvent. »

25Le monument de Cue peut être interprété comme une expression de la situation désespérée de tous les émigrants à l’étranger. Devant ce « double manque de reconnaissance », ce sont les émigrants eux-mêmes qui se voient dans l’obligation de faire connaître leur histoire et leurs expériences à leurs paesani en Italie comme à leurs compatriotes Australiens. Le devoir éprouvé par les immigrés lombards de reconnaître leurs compatriotes qui périrent dans les mines d’or peut être interprété comme une manifestation du besoin d’être à leur tour reconnus. La vidéo traite autant des immigrés lombards à Perth que des chercheurs d’or décédés ; les premiers pensent que, au même titre que les mineurs, ils ont été « oubliés et abandonnés » par l’Italie. Le mémorial rend bien le pathos et la douleur des émigrés oubliés mais il n’arrive pas à rendre compte des nombreuses tensions existant entre les immigrés italiens en Australie et leurs compatriotes en Italie, tensions qui sont également occultées par les monuments consacrés à l’émigration en Italie.

Les monuments italiens à l’émigration

  • 11 L. Baldassar, Visits Home : Migration Experiences between Italy and Australia, Melbourne, Melbourn (...)

26Les monuments érigés en Italie semblent traiter l’expérience migratoire d’une façon très différente si on les compare aux représentations qu’on en donne en Australie. D’après ma recherche auprès des migrants et de leurs familles dans la Vénétie, en Lombardie, en Sicile et en Australie, les personnes ayant émigré ont tendance à analyser leur expérience migratoire en fonction de leur vie dans le pays de destination et à voir leurs attaches avec leurs villes natales à la lumière de leur migration. Les non-migrants ou ceux qui sont restés paesani, à leur tour, sont plus enclins à comprendre leur expérience migratoire dans le contexte de la vie en Italie, et ils sont, le plus souvent, peu familiers avec la vie à l’étranger. L’Italie méridionale semble avoir consacré relativement peu de monuments à l’émigration et la Sicile semble en être totalement dépourvue. L’anthropologue sicilien Antonio Battista soutient que c’est parce que « nous ne commémorons pas ce dont nous ne sommes pas fiers » : il suggère par là un sentiment de honte à l’égard de l’émigration, comme si les gens étaient forcés de partir en vidant ainsi les régions de départ11. Peut-être cela relève-t-il d’une sorte d’omertà, un sujet qui ne doit pas être abordé en public, y compris à travers les monuments publics.

  • 12 Ibidem.
  • 13 L. Sponza, Italian Immigrants in Nineteenth-century Britain : Realities and Images, Leicester, Lei (...)
  • 14 Il est aussi intéressant de remarquer que lors de mon récent voyage de recherche dans la Vénétie, (...)

27Les trois monuments à l’émigration que je vais examiner sont situés tous les trois dans le nord : deux en Lombardie et un dans la Vénétie. Mes considérations, par conséquent, porteront sur le contexte de l’émigration originaire de l’Italie du nord. Le nord de l’Italie, en fait, est couvert de monuments aux émigrants et à l’émigration et moi-même j’ai pris connaissance de leur existence à l’occasion d’un travail de terrain que j’ai mené dans les années 199012. Comme je l’ai fait remarquer plus haut, il existe de nombreuses images du migrant italien, concurrentes les unes avec les autres, et ces images diffèrent entre elles selon qu’il s’agisse de celui qui est parti ou de celui qui est resté et en fonction également des générations13. L’émigrant est, tout à la fois, quelqu’un qui supporte des sacrifices pénibles, un déserteur en fuite et un chercheur de fortune à succès. La ville est incapable de nourrir ses enfants et les abandonne, mais elle éprouve en même temps remords et indulgence. Certes, les perceptions de l’expérience migratoire changent avec le temps et des interprétations contradictoires peuvent être retenues simultanément. À l’époque de l’émigration de masse en direction de l’Australie, les émigrants ont pu être perçus comme les évadés heureux. Toutefois, de nos jours, étant donné la prospérité de l’Italie du nord, et le fait qu’elle est devenue une région d’immigration, la « chance » semble maintenant être du côté de ceux qui sont restés ou qui sont rentrés, surtout quand leur niveau de vie est comparé avec le niveau de vie des ceux qui se sont installés dans l’Amérique du sud. Un immigré en Australie originaire de la Vénétie se plaignit avec moi du fait dans ces termes : « Quand l’Italie allait mal, tout le monde voulait venir en Australie. Maintenant qu’elle s’en sort plutôt bien, j’y vais et ils me disent, “Mais pourquoi tu vas en Australie ?” L’Amérique est ici14. » Les émigrés permanents vivant à l’étranger ont pu vraiment justifier le fait qu’ils ne sont pas rentrés au pays par le fait d’avoir atteint une position sociale supérieure à celle qui était possible dans la ville d’origine. En fait, la décision de ne pas rentrer a presque toujours été prise dans la conviction que le pays d’accueil offrait un avenir meilleur, notamment aux enfants, que celui du pays de départ.

Un monument à ceux qui rentrent : arrimer l’émigrant à son ancrage local

28Dans la petite ville préalpine de Tarzo (province de Trévise) en Vénétie, on a construit en 1985 un monument aux émigrants saisonniers revenant au pays. Il s’agit d’une image évoquant un jeune émigrant saisonnier de sexe masculin rentrant à la maison où il est accueilli et embrassé par un enfant. La statue est une représentation en bronze d’un jeune homme, les bras ouverts, la tête penchée pour accueillir une petite fille courant, elle aussi les bras ouverts, à sa rencontre. La statue se prête à plusieurs lectures, mais la plupart des gens expliquent que l’émigrant de retour est un jeune père saluant sa fille. Cette interprétation suggère que la famille de l’émigrant vit en Italie et que le père travaille à l’étranger seulement de façon saisonnière, en rentrant à la maison à certains moments de l’année. Le jeune âge de l’enfant représentée et le fait qu’elle vit en Italie impliquent que l’émigrant travaille à l’étranger pour amasser l’argent nécessaire à assurer à sa famille un avenir moins incertain en Italie.

  • 15 L’émigration saisonnière à partir de la Vénétie existe encore de nos jours, bien que dans des prop (...)
  • 16 Pour une étude des facteurs façonnant l’émigration féminine, cf. U. Sharma, Women’s Work, Class an (...)

29La Vénétie et les régions avoisinantes ont une longue histoire d’émigration saisonnière vers les pays européens, notamment la Suisse voisine, l’Allemagne et la France15. L’émigration annuelle des hommes dans la force de l’âge faisait partie de cette stratégie économique familiale qui voyait les femmes et les enfants rester en Italie pour prendre soin de la maison et de la terre l’entourant. Dans ces familles dans lesquelles les femmes n’avaient ni compétences particulières ni instruction, il était plus logique, d’un point de vue économique, qu’elles restent à la maison16. En outre, à partir du moment où le but de l’émigration était de réunir assez d’argent pour atteindre une position socio-économique satisfaisante dans le pays de départ, cela n’avait pas beaucoup de sens que les femmes et les enfants émigrent. Ce monument aux retours saisonniers est en grande partie un produit de l’histoire locale. Il serait déplacé dans un pays d’accueil comme l’Australie, avec son histoire de peuplement italien. Le financement pour la construction du monument comprenait des fonds venait de la pro-loco (une sorte de syndicat d’initiative) locale et de l’association transnationale Trevisani nel mondo. L’idée du monument et le leadership qui a mené à bien l’entreprise étaient issus essentiellement d’émigrants influents revenus au pays.

30Le monument est associé à l’annuelle Festa dell’emigrante qui se tient le jour du Ferragosto (15 août) quand les émigrants saisonniers se retrouvent habituellement au pays. Lors de la fête, on donne aux émigrants un médaillon reproduisant un endroit significatif de la ville, symbole d’attachement au lieu. Celui que je préfère montre le clocher de l’église (un symbole de campanilismo) et une hirondelle le survolant, l’hirondelle étant un oiseau migrateur qui revient chaque année refaire son nid toujours au même endroit. Non seulement le monument célèbre le retour, mais il symbolise aussi l’espoir de la part de la population de la ville que les émigrants reviendront. La récompense de ceux qui reviennent effectivement est d’être accueillis les bras ouverts, et de se voir remettre un médaillon lors d’une fête organisée en leur honneur.

31Ce monument, avec son accent mis sur le retour au pays, rend effectivement invisibles ces émigrants qui s’installent définitivement à l’étranger. De plus, associé aux cérémonies de la fête et de la remise des médaillons, il réussit à transformer tout migrant de passage (qu’il soit saisonnier ou bien quelqu’un qui s’y installe définitivement mais venant de l’étranger) en habitant de la ville. Le monument est un symbole puissant de l’attente morale que les émigrants reviennent, et il concrétise l’attente de la part de la population de la ville que les émigrants feront effectivement retour.

Un monument à ceux qui sont partis : un oubli plein de remords

  • 17 Le professeur Evandro Carpeggiani en était le sculpteur. Le marbre et le bronze venaient de Vérone

32Dans la ville de Magnacavallo, province de Mantoue, Lombardie, à quelque 80 km de Tarzo, pour honorer les émigrés de la ville, on a construit en 1990 un monument d’un genre très différent. Il représente un groupe familial avec des visages attristés, obligé de partir pour des raisons de survie. Le monument se compose d’un bas-relief sculpté dans un bloc de marbre mesurant 3 mètres de hauteur17. La scène dépeint le départ d’une famille : une jeune mère avec un bébé dans ses bras, un jeune père et deux enfants en bas âge. Il est évident, par l’expression se lisant sur les visages en bronze, que personne n’est content de partir. Les personnages regardent vers le bas et quoique leur chargement matériel soit léger, le fardeau psychologique est lourd. Leur départ fut une nécessité, non un choix. Le contexte historique évoqué par le monument est la longue histoire de l’émigration en Amérique latine au début du xxe siècle qui réduisit presque de moitié la population locale. Loin de partir en quête de fortune, les figures gravées dans le bronze représentent des émigrants qui sont en passe de fuir pour pouvoir survivre. L’émigrant est représenté ici comme quelqu’un qui, éloigné de force de sa mère patrie, supporte des sacrifices pénibles et est malheureux. Ce départ, non voulu, contraste nettement avec la scène joyeuse des retrouvailles de Tarzo ; il y a l’idée implicite que le bonheur sera atteint au retour.

33Le monument de Magnacavallo occupe une position stratégique dans les tours de riconoscimento (reconnaissance), parrainés par le gouvernement régional lombard et organisés pour les migrants en visite appartenant à la seconde génération et aux générations successives, y compris ceux venant d’Australie. Appartenant moi-même à cette catégorie de visiteurs – je suis née en Australie d’immigrés italiens – j’ai eu des difficultés à me reconnaître dans un monument qui faisait abstraction, et implicitement la niait, de toute satisfaction possible dans une vie vécue loin de la mère patrie. Alors qu’à Magnacavallo on estime que le monument symbolise l’ensemble des émigrants, en fait il ne représente l’expérience migratoire que dans les termes dans lesquels elle est pensée par la plupart de ceux qui sont restés. Le financement fut offert par la collectivité territoriale et des sponsors locaux, tandis que le leadership revint essentiellement au maire de l’époque, qui évoqua ainsi la visite d’un groupe de migrants lombards de seconde génération venant d’Australie :

Je me rappelle bien de la visite des jeunes Italo-Australiens qui… visitèrent Magnacavallo pour voir le monument aux émigrés, et par conséquent votre monument… Je me rappelle de la cordialité chaleureuse de tous et notamment le regard de ceux qui observèrent attentivement le monument, construit et dédié à aux émigrants du monde entier. Je lus dans ces yeux fascinés, l’intérêt, les souvenirs, l’envie de connaître leurs racines, et je vis leurs parents, leurs grands parents. Ils regardèrent plusieurs photos et je n’oublierai jamais leur joie.

  • 18 L. Baldassar, R. Pesman, From Paesani to Global Italians :Veneto Migrants in Australia, Crawley, U (...)

34Le soutien apporté dans la ville au monument fut conséquent, dans la mesure où presque tous les résidents avaient des membres de la famille vivant à l’étranger. Les comptes rendus rédigés par le comité qui supervisa le développement du projet portent la trace d’un sentiment de culpabilité très fort de la part de la ville pour n’avoir pas su prendre soin de ces émigrants. Cette rhétorique du souci pour ceux qui sont partis se retrouve dans les initiatives prises par les gouvernements régionaux de l’Italie du nord, à partir des années 1980, dans le sens d’une reconnaissance des difficultés des Italiens à l’étranger, notamment de ceux de l’Amérique latine, où les niveaux de vie et de stabilité politique sont nettement inférieurs à ceux de l’Italie du nord18.

  • 19 Il semble qu’il y ait eu des projets pour la construction d’un monument-frère à São Paulo représen (...)

35Le maire de l’époque, épaulé par son frère émigré et installé au Brésil, réussit à promouvoir dans la ville une rencontre de retrouvailles dans le but de commémorer le premier anniversaire du monument et à laquelle les Brésiliens originaires de Mantoue furent priés d’assister. Afin de préparer cette importante rencontre, une délégation de 26 personnes de Mantoue visita São Paulo et à chacune d’entre elle on donna un médaillon qui avait été préparé pour marquer cet événement historique. Le médaillon rectifie les omissions symboliques du monument de Magnacavallo et complète l’histoire de l’expérience migratoire locale. Le médaillon brésilien contient un portrait – un bas-relief en bronze – de la même famille peinte sur le monument de Magnacavallo. Cependant, au lieu d’être saisis lors de leur départ, les membres de la famille labourent la terre au Brésil et les visages tristes du monument ont été remplacés par des expressions de joie19. Le médaillon reflète l’histoire locale de l’émigration lombarde au Brésil ayant abouti à de nombreuses installations permanentes. Le monument de Magnacavallo n’avait pas beaucoup de sens dans le contexte brésilien et il fallait que les Brésiliens originaires de Mantoue le dessinent à nouveau et le remodèlent pour qu’il reflète leur propre expérience migratoire.

  • 20 Pour un examen des liens transnationaux entre familles de migrants, y compris italiens, cf. L. Bal (...)

36De plusieurs manières, l’édification du monument de Magnacavallo représente une reconnaissance tardive du rôle important que l’émigration a joué dans la vie des habitants de la ville et dans leur région. Les activités de la rencontre qui accompagnèrent le premier anniversaire du monument mirent l’accent sur la redécouverte des racines et le renouement de liens. Et pourtant, dans le vécu de nombre de gens, les liens entre l’émigrant et la ville natale n’avaient jamais été perdus et le va-et-vient entre les deux lieux n’avait jamais cessé. C’est pourquoi un monument contemporain plus approprié célébrerait les liens entre les lieux, que ce soit sous forme de visites effectives, des contacts téléphoniques ou bien de la toute récente révolution dans les communications électroniques20.

Un monument transnational : du local au global

37Le troisième monument italien, également en Lombardie, dans la Valteline sur la frontière italo-suisse, n’est pas rattaché à un lieu précis, comme les autres. Érigé en 1994 par le célèbre sculpteur Mario Negri, originaire du lieu, c’est une structure en bronze stylisée représentant des personnes en mouvement, illustration du dicton bien connu : « Les montagnes restent mais les hommes bougent. » Il pourrait être défini comme un monument diasporique dans le sens où il est issu de l’histoire migratoire de la Valteline et de celle de tous les pays de destination dans lesquels les émigrants se sont installés. De tous les monuments examinés dans cette contribution c’est le seul qui soit vraiment transnational. Il a demandé des ressources financières venant des efforts de coopération entre communautés locales et communautés d’émigrants tout comme un leadership propre à des médiateurs culturels importants tant en Italie qu’à l’étranger. Le leadership pour la contribution Australienne est venu d’un Lombard bien connu, qui a décrit le projet dans ces termes :

Il s’agit d’un projet pour un monument aux émigrants… L’idée était de faire revenir tous les gens de la Valtellina à leur village natal… les gens de Tirano qui étaient partis en suisse, les gens de Grosio qui étaient partis aux États-Unis, les gens de Ponte qui étaient venus en Australie, et les gens au sud de Sondrio qui étaient partis à Rome. Nous avions pensé organiser une grande fête… avec le Ministère de l’Immigration d’Italie et un représentant pour chacun des pays d’accueil… nous aurions montré la vigueur et la force de la Valteline partout dans le monde… et l’importance de notre communauté outremer.

38Il fallut des décennies pour que le projet se concrétise, entravé comme il le fut par le besoin de coordination entre des parrainages venant de tant de pays ainsi que par le manque de soutien au niveau local en Italie. On mit en route le projet dans les années 1970, et à son inauguration en 1994, il y avait des représentants de tous les pays d’immigration. Quand j’ai demandé au coordinateur Australien pourquoi l’initiative n’avait pu trouver de soutien pendant aussi longtemps, il répliqua :

C’est une longue histoire. L’Italie n’était pas intéressée par les émigrants qui étaient allés trop loin, car des gens partis en argentine, au Brésil, au Canada et aux États-Unis, sont trop loin pour eux. Les seules personnes qui les intéressaient c’étaient les émigrants européens. Les émigrants européens sont encore des citoyens italiens et ils votent à chaque élection et leur voix est comptabilisée. Nous ne votons pas, nous sommes trop loin, nous ne sommes pas importants… Il y a une raison politique, nous sommes des émigrants et ceux qui vont en suisse sont aussi considérés comme des émigrants, mais ils ne sont pas des émigrants car ils vont en suisse le lundi et rentrent chez eux le vendredi soir et ils sont Italiens et ils suivent les élections.

  • 21 Procès-verbaux de la réunion du 30 juillet 1996, Comitato promotore del monumento agli emigranti V (...)

39Le monument de Tirano, bien que situé en Italie, est en grande partie dû à l’initiative d’émigrants vivant à l’étranger. Intégrant plusieurs significations, il est la preuve de la réussite sociale à l’étranger d’émigrés vivant loin, et une justification du fait qu’ils ne soient pas revenus. Il est en même temps le symbole de leur attachement persistant à leur patrie d’origine. Il entend aussi éduquer la population locale sur l’expérience migratoire elle-même ; le but explicite de la fête prévue était de montrer aux « habitants de la ville » ce que les émigrés accomplissaient à l’étranger, « de peur qu’ils n’oublient », ou plutôt, « de peur qu’ils ne l’ignorent ». Le comité organisateur prenait soin de mentionner dans ses comptes rendus21 que :

Le monument répond à une demande précise des émigrés d’Australie. Une demande qui n’a pu être exaucée avant que plus de 15 ans ne passent… Ils [les émigrés] firent valoir que le phénomène de l’émigration, un des plus importants et des plus significatifs dans l’histoire de l’économie de la vallée [Valteline], n’avait pas été étudié et que la contribution des émigrants au développement de la province était pratiquement ignorée.

  • 22 S. L. Thompson, Australia through Italian Eyes : A Study of Settlers Returning from Australia to I (...)

40Comme il était apparu dans nos observations concernant le mémorial de Cue, le combat pour la reconnaissance comporte deux facettes : les émigrés vivant à l’étranger sont rarement reconnus pour leur contribution à la société dans la société d’accueil. De la même manière, leur sacrifice est rarement apprécié par leurs concitoyens dans leur pays d’origine. Ce double manque de reconnaissance se reflète à la fois dans les combats autour de la citoyenneté et dans l’inquiétude quant aux allégeances du groupe ethnique. En Australie, en dépit de leur naturalisation, les immigrés italiens de la première génération ont généralement du mal à se faire accepter en tant qu’Australiens22 ; en même temps, ils ne sont plus considérés formellement comme Italiens dans leur lieu de naissance. D’après le coordinateur Australien, la reconnaissance de la part de l’Italie a été une bataille encore en cours :

Chaque fois que je vais en Italie, je me rends à Tirano, je dis, « je n’accepterai jamais de demander un permis de séjour temporaire pour pouvoir résider chez moi ». Je m’attendais à ce que la police vienne me chercher, car vous êtes tenu d’aller signaler votre présence. Je sais que c’était là une sorte de défi car ils savent qu’ils sont dans leur tort, et ils n’osent pas me toucher.

  • 23 Le fait que la plupart des émigrants avaient l’intention de revenir est bien étudié dans la littér (...)

41Les monuments aux émigrants en Italie sont tous caractérisés par une représentation des émigrants en termes de retour attendu au pays. Cette représentation reflète le point de vue des populations des villes de l’Italie du nord, notamment des émigrants étant effectivement revenus au pays. Le monument de Tarzo et les médaillons illustrent clairement le retour à la ville natale. Même le monument de Magnacavallo, qui met ostensiblement en scène le départ, témoigne implicitement, dans la tristesse qui se lit sur les visages de ceux qui partent, du désir de revenir. En fait, lors du départ, la plupart des émigrants avaient l’intention de revenir23. Le monument de Tirano semble vouloir rendre l’approche postmoderne de personnes dans un état de flux permanent, toujours en mouvement. La leçon morale implicite dans tous les monuments en Italie est que les émigrants reviendront.

42Par contraste, le médaillon brésilien, dessiné par des émigrés installés à l’étranger et partant imprégnés de leur point de vue sur l’expérience migratoire, ne parle pas ouvertement de retour. Le message central de cet artifact est le travail – c’est là l’expérience des émigrants qui s’exprime – même si le travail est peut-être censé conduire au bout du compte à un retour réussi. Le fait que la construction du monument de Magnacavallo a été l’occasion pour la frappe du médaillon brésilien – on s’est adressé au même artiste – illustre les liens persistants entre les pays de départ et les pays d’accueil.

Conclusion : le pouvoir des monuments

  • 24 J. Krase, « Italian American Urban Landscapes : Images of social and Cultural Capita », Italian Am (...)

43Avec son analyse des « marqueurs ethniques », auxquels appartiennent notamment les « monuments historiques occasionnels », J. Krase24, il n’est pas le seul, met en garde contre le risque de surestimer le pouvoir de citadins relativement dépourvus de pouvoir. Une analyse de ces monuments montre à la fois l’étendue et les limites du pouvoir qu’ont les différents types de migrants italiens d’influencer la construction de représentations d’eux-mêmes et de leurs histoires. Les monuments sont le produit des changements sociaux et politiques qui en sont à l’origine mais, en même temps, ils peuvent les rendre invisibles et les faire oublier. Un trait frappant de tous les monuments examinés ici, à l’exception du monument d’Innisfail, c’est qu’ils furent tous construits à une époque relativement récente, après 1980. Il faut ajouter qu’un nombre croissant de monuments « locaux » aux migrants est en passe d’être projeté et construit dans les deux pays. Cela m’amène à formuler l’hypothèse suivante : le nombre croissant de monuments produits est peut-être à relier à l’évidente disparition des quartiers ethniques italiens et à l’arrêt de l’émigration en Italie.

  • 25 L. Baldassar, « Italo-Australian Youth in Perth : Space Speaks and Clothes Communicate », in R. Bo (...)
  • 26 L. Baldassar, R. Pesman, From Paesani to Global Italians…, op. cit.

44Les quartiers ethniques italiens en Australie sont en train soit de « disparaître » soit de devenir des représentations, des icônes d’eux-mêmes. Disparaissent également leur habilité et tendance à « coloniser l’espace », jadis bien perceptibles dans les réseaux informels des jeunes de la seconde génération25. Au fur et à mesure que l’italianité des quartiers autrefois ghettoïsés par les Italiens pâlit, et que ce qui garde un aspect italien ce sont essentiellement des « parcs à thèmes », on fabrique de l’italianité et on la marque dans des espaces plus formalisés grâce à la production de monuments. À l’instar de ces « quartiers de parcs à thèmes », où les représentations de l’italianité sont compatibles avec l’absence d’Italiens réels, les monuments sont une représentation de l’italianité qui fait abstraction du vécu d’une vie italienne authentique. L’italianité ainsi représentée est prudemment confectionnée et façonnée de telle sorte qu’elle reflète le discours dominant sur la cohésion nationale et communautaire. Par ce biais, elle occulte les ambivalences morales et culturelles potentiellement déstabilisantes en matière de différences, appartenances et identités. Dans le cas des monuments Italo-Australiens, tout marqueur explicite d’ethnicité et de nationalisme propre à la patrie d’origine (tel qu’il est représenté par Romulus et Remus par exemple) est écrasé et en fait oublié grâce à la représentation des immigrés italiens en tant que pionniers Australiens. En outre, par cette transformation, les monuments suggèrent implicitement que tous les Italiens sont heureusement intégrés et insérés en ignorant de fait les préjugés et les antagonismes du passé – tel l’internement de masse des Italiens pendant la seconde guerre mondiale – tout comme les difficultés du présent (par exemple, l’absence d’une assistance aux personnes âgées culturellement appropriée26).

  • 27 L. Baldassar, Visits Home : Migration Experience between Italy and Australia, Melbourne, Universit (...)

45De même, l’arrêt de l’émigration italienne et le développement d’une conscience diasporique, et, notamment, le nombre croissant de migrants faisant retour à leur patrie de provenance, sont peut-être à relier à la production croissante de monuments aux migrants en Italie. Ma recherche précédente retrace le nombre croissant de voyages en Italie d’immigrés Italo-Australiens et de leurs enfants27. Ces voyages reflètent le bien-être croissant des immigrés italiens, leur meilleur accès aux loisirs et aux projets qui en relèvent tout comme la baisse des prix du transport aérien. Ils témoignent, en outre, de l’intérêt croissant des gouvernements régionaux italiens pour leurs communautés d’émigrés à l’étranger, un intérêt qui apparaît dans la multiplication des tours de reconnaissance ou d’étude sur base régionale. Pour ce qui est des monuments italiens aux migrants, la détresse des émigrants est reconnue à partir d’un point de vue propre à la ville de provenance, avec une insistance sur le rapatriement et le retour, en situant de fait l’identité des migrants dans le contexte de la ville d’origine et en occultant, par conséquent, toute notion de réussite sociale des émigrés à l’étranger et en se débarrassant de la sorte d’identités doubles potentiellement déstabilisantes.

Notes

1 Cet article est une version abrégée de : « Migration monuments in Italy and Australia : Contesting Histories and Transforming Identities », Modern Italy, vol. 11, 2006, p. 43-62, http ://www.tandf.co.uk. Reproduit avec la permission de l’éditeur.

2 P. A. Pickering, R. Westcott, « Monuments and commemorations : a consideration », Humanities Research, vol. 10, n° 2, p. 1-8.

3 J. Krase, « Seeing Ethnic Succession in Little Italy : Change despite Resistance », Modern Italy, vol. 11, n° 2, 2006, p. 79-95.

4 E. Vasta, « Multiculturalism and Ethnic identity : the Relationship between Racism and Resistance », Australia’s and New Zealand Journal of Sociology, vol. 29, 1993, n° 2, p. 221 ; E. Vasta et alii, « The Italo-australian Community on the Pacific rim », in A. Castles et alii (dir.), Australia’s Italians : Culture and Community in a Changing Society, North Sidney, Allen and Unwin, 1992, p. 221.

5 E. Vasta, « Multiculturalism and ethnic identity... », op. cit., p. 221.

6 Cf. figure 1.

7 Evening Advocate, 7 sepembre 1959.

8 À la fin de la guerre, plus de 4 700 Italiens avaient fait l’expérience de l’internement, ce qui correspondait à environ à 15 % des Italiens d’Australie, dont 1 009 étaient nés dans ce pays ou bien étaient devenus des sujets britanniques. L’état de Queensland interna une proportion d’Italiens supérieure à celle de tous les autres états. Cf. R. Bosworth et R. Ugolini (sous la direction de), War, Internment and Mass Migration : Tha Italo-Australian Experience, 1940-1990, Rome, Gruppo Editoriale Internazionale 1992.

9 Cette mentalité avait beaucoup à voir avec le fait que les membres du RSL se sentaient menacés par le succès considérable des Italiens dans l’industrie sucrière ; cf. Australia, House of Representatives, 1991, p. 4326.

10 J. Gentilli, Italian Roots in Australian Soil, Marangoroo, Italo-Australian Welfare Centre, 1983, p. 40.

11 L. Baldassar, Visits Home : Migration Experiences between Italy and Australia, Melbourne, Melbourne University Press 2001.

12 Ibidem.

13 L. Sponza, Italian Immigrants in Nineteenth-century Britain : Realities and Images, Leicester, Leicester University Press, 1988.

14 Il est aussi intéressant de remarquer que lors de mon récent voyage de recherche dans la Vénétie, en 2002, les gens se plaignaient du « troppo benessere », du « declino » et des aspects négatifs de la « vie facile ». En fait, quoique peu nombreux, ces Italiens qui ont émigré en Australie au cours des dix dernières années citent un meilleur niveau de vie comme étant la raison principale de leur décision d’émigrer.

15 L’émigration saisonnière à partir de la Vénétie existe encore de nos jours, bien que dans des proportions réduites, et concerne essentiellement les gelatai, ou vendeurs de glaces, se rendant en Allemagne.

16 Pour une étude des facteurs façonnant l’émigration féminine, cf. U. Sharma, Women’s Work, Class and the Urban Household : A study of Shimla, North India, Tavistock, London, 1986.

17 Le professeur Evandro Carpeggiani en était le sculpteur. Le marbre et le bronze venaient de Vérone.

18 L. Baldassar, R. Pesman, From Paesani to Global Italians :Veneto Migrants in Australia, Crawley, University of Western Australia Press, 2005.

19 Il semble qu’il y ait eu des projets pour la construction d’un monument-frère à São Paulo représentant cette famille heureuse, mais je ne suis pas en mesure de le confirmer.

20 Pour un examen des liens transnationaux entre familles de migrants, y compris italiens, cf. L. Baldassar, C. Baldock et R. Wilding, Families Caring across Borders : Migration, Ageing and Transnational Caregiving, London, Palgrave Macmillan, 2006.

21 Procès-verbaux de la réunion du 30 juillet 1996, Comitato promotore del monumento agli emigranti Valtellinesi e Valchiavennaschi nel mondo, Museo Etnografico Tirano.

22 S. L. Thompson, Australia through Italian Eyes : A Study of Settlers Returning from Australia to Italy, Melbourne, Oxford University Press, 1980.

23 Le fait que la plupart des émigrants avaient l’intention de revenir est bien étudié dans la littérature sur le sujet, tout comme le sont les taux élevés de rapatriement ; pour le contexte américain, cf. M. di Leonardo, The Varieties of Ethnic Experience, Ithaca New York, Cornell University Press, 1984 ; pour l’Australie, cf. C. A. Price, Southern Europeans in Australia, Melbourne, oxford University Press, 1963.

24 J. Krase, « Italian American Urban Landscapes : Images of social and Cultural Capita », Italian Americana, vol. 22, n° 1, p. 17-44.

25 L. Baldassar, « Italo-Australian Youth in Perth : Space Speaks and Clothes Communicate », in R. Bosworth et R. Ugolini (dir.), War, Internment and Mass Migration : The Italo-Australian Experience 1940-1990, Rome, Gruppo Editoriale Internazionale 1992, p. 207-224 ; Eadem, « Marias and Marriage : Ethnicity, Gender and Sexuality among Italo-Australian Youth in Perth », Australian and New Zealand Journal of Sociology, vol. 35, n° 1, p. 359-380.

26 L. Baldassar, R. Pesman, From Paesani to Global Italians…, op. cit.

27 L. Baldassar, Visits Home : Migration Experience between Italy and Australia, Melbourne, University Press, 2001.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6611/img-1.png
Fichier image/png, 560k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540