Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Quatrième partie. Les représentations et leurs enjeux

Communauté et famille dans les Little Italies nord-américaines : le regard du photographe

Paola Corti
Traduction de Antonio Bechelloni

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse des parcours des italiens aux États-Unis, cf. R. J. Vecoli, « Negli Stati Uniti  (...)
  • 2 S. Lupo, « Cose nostre : mafia siciliana e mafia americana », in P. Bevilacqua, A. De Clementi, E. (...)
  • 3 Pour un bilan historiographique sur cette question, cf. M. Sanfilippo, Problemi di storiografia de (...)
  • 4 Sur les Little Italies, outre R. Harney, V. J. Scapaci, Little Italies in North America, Toronto, (...)

1Les représentations visuelles des Little Italies nord-américaines, élaborées dans les premières années de l’émigration de masse, ont eu un rôle majeur dans la construction d’un idéal-type de la communauté et de la famille italiennes, qui a influencé pour longtemps non seulement l’imaginaire collectif international mais aussi les études et les recherches sur les comportements des italiens à l’étranger. Dans la plupart de ces images, tant les extérieurs (la vie sociale des quartiers) que les intérieurs (vus au prisme des aspects quotidiens de la vie domestique) semblent confirmer une continuité substantielle entre les comportements dans le pays d’accueil et ceux propres aux sociétés rurales d’origine. On sait que ce sont là des modèles ramenés à de plus justes proportions par les études récentes, depuis les révisions auxquelles ont été soumis les travaux des sociologues de l’école de Chicago jusqu’aux lectures dynamiques de l’ethnicité, en passant par les moins récents revivals ethniques. Ces études n’ont plus mis l’accent sur l’archaïsme, le ruralisme, des comportements, leur inévitable désagrégation et l’assimilation, mais plutôt sur les échanges et interactions qui ont toujours été présents dans les rapports des italiens avec les différents segments de la société d’accueil, tout comme avec les autres groupes immigrés1. De ce point de vue, les études sur les familles italiennes, à l’origine de la plupart des stéréotypes, sont tout particulièrement significatives. Même en ce qui concerne la « Famille » par excellence, celle des mafiosi, le modèle le plus répandu du fait de sa divulgation par le cinéma, il a été démontré à quel point l’on se laisse fourvoyer si on en fait remonter l’origine et la structure à l’archaïsme des comportements hérités de la société italienne traditionnelle2. Ainsi, la recherche historico-anthropologique (qui, depuis plus de vingt ans, a concentré son attention sur les comportements familiaux et les réseaux de parenté des migrants), tout comme les études locales, régionales et comparatistes, effectuées dans un grand nombre de lieux de départ et d’accueil, ont mis à jour des typologies d’agrégations domestiques aux multiples visages. Elles ont aussi souligné combien le recours aux réseaux familiaux élargis fut une riposte aux difficultés rencontrées dans l’insertion à l’étranger, et non un trait originel. En Sicile, en effet, où le phénomène mafieux était notoirement concentré, les familles étaient en général de type nucléaire3. Et les travaux les plus récents sur les Little Italies, enfin, ont montré la diversité professionnelle et la complexité de la stratification sociale des nouveaux arrivants. Ils ont souligné à quel point les rapports familiaux et sociaux de ces communautés furent le fruit d’une adaptation aux changements profonds connus par la société nord-américaine entre les premières années du xxe siècle (phase la plus critique de l’immigration italienne) et les décennies postérieures au premier conflit mondial. C’est alors que les flux migratoires furent marqués par une réduction de leur importance quantitative tout en connaissant une stabilisation ou de nombreux regroupements familiaux4.

  • 5 Sur la photographie et l’émigration, cf. les remarques de P. Ortoleva, « Una fonte difficile. La f (...)

2Il s’agit de processus que j’essaierai de cerner ici à partir de l’étude des nombreuses images photographiques des Little Italies nord-américaines produites depuis les premières années du xxe siècle jusqu’à la grande transformation des années 1930. Le choix géographique des États-Unis et celui chronologique de ces trente ans d’ascension et de déclin de la migration de masse visent surtout à mettre au centre de l’attention ce que nombre de chercheurs considèrent comme les uniques agrégations ethniques des italiens à l’étranger, ou en tout cas celles qui en sont devenues l’idéaltype. J’en cernerai les formes de représentation et les dynamiques pendant les années cruciales de l’émigration de masse, tant dans le regard de célèbres professionnels de l’objectif que dans les innombrables photos qui, aux États-Unis comme dans d’autres pays d’accueil, ont rempli les albums de famille des italiens de l’étranger et de ceux restés au pays5.

  • 6 Sur ces aspects, je me permets de renvoyer à P. Corti, L’emigrazione, Roma, Editori Riuniti, 1999, (...)
  • 7 S. Sontag, Sulla fotografia. Realtà e immagini della nostra società, Torino, Einaudi, 2004.
  • 8 G. De Luna, La passione e la ragione. Fonti e metodi dello storico contemporaneo, Firenze, La Nuov (...)
  • 9 G. D’Autillia, L’indizio e la prova. La storia nella fotografia, Firenze, La Nuova Italia, 2001, p (...)
  • 10 Pour ce choix méthodologique, cf. G. De Luna, G. D’Autilia, L. Criscenti (dir.), L’Italia del Nove (...)

3Comme je l’ai écrit plus haut, malgré des buts différents, les regards privé et public semblent avoir en commun l’exigence de donner à voir la persistance de certains modes de comportement. Dans les représentations de la société d’accueil, le relevé des continuités visait à conforter le projet politique consistant à en effacer les traces, alors que dans le regard des protagonistes eux-mêmes, il était censé, à travers un certain nombre de symboles visuels et des annotations écrites explicites, communiquer aux familles la fidélité aux modèles et aux comportements domestiques italiens6. Le propos du présent article est de montrer comment les photographies – malgré leur inévitable caractère répétitif, statique et cette fixité synchronique souvent montrée du doigt par Susan Sontag dans ses critiques de l’outil photographique7 – peuvent aussi être en mesure de révéler le caractère diachronique des processus en cours. Les historiens ont recours à la photographie comme source, comme « agent » et comme « outil » pour raconter l’histoire8, et ils le font dans la mesure où, en effet, le regard du photographe, intéressé comme il l’est à prendre note des « aspects répétitifs et insignifiants », peut devenir une bonne voie d’accès aux « transformations lentes9 ». autrement dit, ce regard s’avère d’un intérêt crucial pour l’analyse historique et c’est pourquoi il faut y avoir recours comme pivot autour duquel organiser sa recherche et pas seulement comme illustration du texte10. C’est là le parti pris méthodologique adopté par une histoire photographique récente de l’Italie républicaine qui a inspiré ma contribution. Il ne s’agit pas d’opposer la synchronie de l’image fixe à la diachronie du discours historien mais, comme on s’y essayera ici, de reconstituer en observant, c’est-à-dire en décomposant et faisant défiler les photos à l’intérieur d’un « discours » visuel.

Les Little Italies dans le regard photographique de la société d’accueil

  • 11 À ce sujet, cf. J. A. Rijs, How the Other Half Lives. Studies among the Tenements of New York (189 (...)

4On le sait, dans les premières années du xxe siècle, les images des Little Italies nord-américaines proviennent de l’objectif de photographes célèbres, comme Heine et Rjis, dont le rôle de témoins de la réalité sociale des États-Unis lors de leur mutation industrielle a été déterminant11. Grâce aux innombrables expositions faites durant ces vingt dernières années dans maints pays, il est tout aussi connu que leur regard est parvenu à attester, dans d’inoubliables séquences visuelles, de la codification des rites de passage des italiens dans leurs trajectoires nord-américaines. Ces regards ont même été quasiment les seuls à nous restituer l’aspect extérieur des Little Italies, de leurs bâtiments, de leurs rues, de leur vie sociale. Les photographies privées privilégiaient les portraits, les cérémonies et les rites de passage du cycle familial. En revanche, celles des professionnels et d’autres observateurs de la société d’accueil, avant même de s’intéresser aux intérieurs et aux unités familiales, ont restitué en une unique perception d’ensemble la dégradation d’un certain milieu urbain, contrebalancée par l’animation d’une vie sociale d’empreinte villageoise.

5Dans les images célèbres des italiens débarquant à Ellis Island, le passé paysan était saisi à travers l’altérité ethnique des visages et des vêtements, comme dans des portraits de famille destinés à devenir les images-symbole de cette immigration. Dans les photos des Petites Italies, ce même passé emprunte d’autres traits, soulignant, outre l’altérité, la persistance de certaines attitudes typiques de la vie paysanne. Ces images sont parfois le calque de représentations courantes dans les peintures de la même époque, où l’influence de peintres ayant, lors de leurs nombreux voyages en Italie, peint la vie villageoise et paysanne avec une perception de type folklorique, était privilégiée par rapport à l’observation de la réalité environnante. Les attitudes figées des visages se retrouvent dans les marchandises exposées (par exemple dans l’exhibition complaisante des différentes espèces de pain) tout comme dans la typologie des métiers artisanaux exercés tout au long des rues.

6La perception visuelle de la pauvreté et de l’altérité, dans un but de dénonciation sociale, ressort par ailleurs de la représentation des tranches de vie familiales, par le truchement de l’indigence des logements, de leur surpeuplement, de la saleté des enfants traînant dans les rues.

Ill. 1 La Little Italy de New York (début xxe siècle) (Source : Museum of the City of New York MCNY).

Ill. 1 La Little Italy de New York (début xxe siècle) (Source : Museum of the City of New York MCNY).

Ill. 2 Vendeuse de pain dans le quartier italien (Photo de J. Riis).

Ill. 2 Vendeuse de pain dans le quartier italien (Photo de J. Riis).

Ill. 3 : Rue d’un quartier italien (environ 1900) (Source : Library of Congress).

Ill. 3 : Rue d’un quartier italien (environ 1900) (Source : Library of Congress).
  • 12 Pour les descriptions d’Amy Bernardy, cf. M. Tirabassi, Ripensare la patria grande, Isernia, Cosmo (...)

7Même quand il se porte sur les groupes familiaux, le regard du photographe souligne la continuité avec le modèle rural d’origine. Dans ce cas, celle-ci renvoie aux traits propres à ce familismo amoral que Bainfield a relevé et systématisé cinquante ans plus tard dans son essai bien connu sur la société italienne méridionale. Cette perception s’appuie par exemple sur la cohabitation de plusieurs familles sous le même toit, ou sur les hommes accueillis seuls à table pour les repas, selon la coutume de cette singulière et tristement célèbre famille élargie propre au bordo, décrite et décriée par des observateurs et des chercheurs à l’époque et par de nombreux romans à succès, même récents12.

  • 13 Cf. entre autres, D. R. Gabaccia, « Immigrant Women ? Nowhere At Home ? », Journal of American Eth (...)

8Outre les symptômes de la désagrégation induite par l’émigration, de telles images donnaient à voir une famille dont l’unité était assurée par la structure hiérarchique rigide, liée à l’âge et au genre et que l’on pouvait voir à l’œuvre dans la pratique du travail à domicile. Dénonçant ouvertement le recours au travail des mineurs entraîné par une telle activité, le photographe apportait sa contribution à l’amalgame entre unité familiale et travail, suivant un modèle que même les études des sociologues et des historiens ont longtemps perçu comme le legs empêchant les femmes italiennes, toutes classes d’âge confondues, de travailler hors des murs domestiques13.

Ill. 4 : travail à domicile (début xxe siècle, photo de Lewis W. Heine).

Ill. 4 : travail à domicile (début xxe siècle, photo de Lewis W. Heine).

Ill. 5 : travail à domicile (1911, photo de Lewis W. Heine) (Source : Library of Congress).

Ill. 5 : travail à domicile (1911, photo de Lewis W. Heine) (Source : Library of Congress).
  • 14 P. Burke, Testimoni oculari. Il significato storico delle immagini, Roma, Carocci, 2002.

9En outre, dans quelques-unes de ces images très connues, l’imperméabilité à tout changement ne résulte pas seulement des attributs entourant les sujets privilégiés par le photographe. Elle est aussi perceptible à partir de ces détails en apparence insignifiants sur lesquels l’italien Morelli, à la fin du xixe siècle, avait fondé sa méthode d’attribution artistique des peintures14.

10À la perception de la différence sociale telle qu’elle se manifeste dans les vêtements et les poses des sujets représentés, le portrait de la famille royale italienne, visible sur les murs dans quelques photographies célèbres, ajoute celle d’une distance par rapport aux valeurs et aux institutions de la vie publique américaine.

11Ces aspects sont encore plus visibles dans les images montrant la structure organisationnelle du quartier ethnique et les formes de socialisation, où le regard du photographe saisissait non seulement la place centrale de l’Église, mais également les bâtiments appartenant aux patrons, témoins indiscutables du degré de pénétration des réseaux informels de relations familiales dans toute la vie sociale.

Ill. 6 : Le clocher de l’église de la madone de Pompei dans la Little Italy de New York (début xxe siècle) (Source : Centro Studi Emigrazione, CSER, Roma).

Ill. 6 : Le clocher de l’église de la madone de Pompei dans la Little Italy de New York (début xxe siècle) (Source : Centro Studi Emigrazione, CSER, Roma).

Ill. 7 : magasin d’un « padrone » banquier. 1921 (Source : Center for migration Studies, CMS, New York).

Ill. 7 : magasin d’un « padrone » banquier. 1921 (Source : Center for migration Studies, CMS, New York).

Ill. 8 : Drapeau américain au mur d’un tenement. (Début xxe) (Source : CSER, Roma).

Ill. 8 : Drapeau américain au mur d’un tenement. (Début xxe) (Source : CSER, Roma).
  • 15 Pour les images de la diversité et la construction des stéréotypes, cf. les remarques de P. Burke, (...)
  • 16 Sur la pratique des institutions, cf. M. Tirabassi, Il faro di Bacon Street. Social workers e immi (...)

12Sur le registre de la dénonciation ou du contrôle, de l’approche folklorique ou de la description « instructive » de réalités à la Dickens15, voilà des représentations allant dans le sens du projet d’assimilation poursuivi dans ces mêmes années par les législateurs et les organismes d’assistance16.

Ill. 9 : Assistante sociale avec une famille d’immigrés (années trente) (Source : Immigration History Research Center).

Ill. 9 : Assistante sociale avec une famille d’immigrés (années trente) (Source : Immigration History Research Center).

13Les photos où l’on voit un entretien entre la famille et l’assistante sociale, le drapeau américain au balcon du Tenement, les petites italiennes saluant ce même drapeau à l’école, sont autant de signes visuels du parcours irréversible vers la modernité qui, à l’époque, ne semblait pouvoir aboutir que grâce à une rupture avec un passé dont les Little Italies étaient justement l’expression, et à l’adoption des modèles familiaux, sociaux et citoyens propres à l’Amérique.

Continuité, échanges et mutations dans le regard photographique des familles italiennes

  • 17 Cf. notamment a. Gibelli, « “Fatemi un pò sapere” : scrittura e fotografia nella corrispondenza tr (...)
  • 18 M. R. Ostuni, « Belle foto ! » in C’era una volta la Merica. Immigrati piemontesi in Argentina, Cu (...)
  • 19 J. Pivato, « La famiglia smembrata nella letteratura e nella filmografia italo-canadese » Altreita (...)

14Parmi les images tirées des albums de famille et accompagnant la correspondance avec les parentèles restées en italie17, les portraits et les représentations de la convivialité privée, des rites de passage du cycle domestique, occupent une place prépondérante, on l’a vu. Souvent entremêlés, deux registres sémantiques essentiels pour la communication épistolaire des migrants l’emportent de loin sur les autres : les messages attestant la « fortune » ou en tout cas l’amélioration du statut économique18 et ceux mettant en valeur, de différentes manières, l’unité familiale. Celle-ci semble souvent affichée sur un mode ostentatoire, comme si l’on voulait renforcer de façon visuelle la continuité de rapports obligatoirement interrompus par le départ. il s’agit d’images qui sont autant de démentis à d’autres signes emblématiques de l’absence, venant d’Italie, comme par exemple le chapeau des hommes se trouvant à l’étranger, posé sur une chaise vide, et dont le Canadien Pivato illustre bien les implications symboliques19.

Ill. 10 : La famille de Angelo e Pia Salotti avec quelques invités. Massachussets (années trente) (Source : Fondazione Cresci, Lucca).

Ill. 10 : La famille de Angelo e Pia Salotti avec quelques invités. Massachussets (années trente) (Source : Fondazione Cresci, Lucca).

15Cette photographie est l’expression de ce code de communication, auquel une utilisation au deuxième degré de l’outil photographique confère un surplus d’efficacité. Elle a été prise dans les années 1930 et représente un groupe familial réuni dans un décor convivial, en présence d’invités. L’inclusion et l’affichage du portrait des grands-parents restés en Italie, d’après l’expédient typique de la photo dans la photo, offre un exemple vraiment efficace du propos visant à inclure dans le groupe la partie de la famille qui n’a pas émigré. D’ailleurs, même dans les cartes postales censées attester de l’opulence atteinte aux États-Unis, on peut relever de significatifs rappels nostalgiques de la continuité des coutumes domestiques.

Ill. 11 : Carte postale de vœux envoyée depuis les États-Units à une famille ligurienne (Fonte. Collezione privata).

Ill. 11 : Carte postale de vœux envoyée depuis les États-Units à une famille ligurienne (Fonte. Collezione privata).

16La carte postale reproduite ici renvoie à quelques coutumes de la vie domestique parmi les plus symboliques, celles liées à la table. Elle ne représente aucune réalité particulière, mais contient les différents codes de représentation auxquels nous venons de faire allusion. On y voit des fleurs, symboles de la nouveauté et de l’aisance, et surtout la dinde, le plat rituel consommé à Thanksgiving, moment de rassemblement familial pour les américains. Sous l’image, toutefois, on peut lire, écrit à la main, un rappel de la nostalgie éprouvée pour la « pauvre » soupe de chez soi.

  • 20 S. Cinotto, Una famiglia che mangia insieme. Cibo ed etnicità nella comunità italo-americana di Ne (...)

17Il faut maintenant se demander si les images examinées jusqu’ici se contentent de confirmer la continuité dans les comportements à laquelle beaucoup de travaux ont au contraire opposé des attestations de dynamisme et de changement. Comme l’a montré par exemple Simone Cinotto dans son étude sur la Little Italy d’East Harlem, c’est autour de la table, à laquelle renvoie la dernière image examinée, qu’a lieu entre 1920 et 1940 une redistribution du pouvoir au sein des familles italiennes ainsi qu’un réaménagement des rapports interethniques dans la communauté locale20. Et nous-mêmes, comme nous l’avons précisé d’emblée, pensons que les traces de ces modifications sont visibles y compris dans les images. À cet égard, les photographies de rites de passage familiaux sont très significatives, en dépit de l’ambivalence de leurs codes sémantiques. Il s’agit d’images de baptêmes, de communions et de mariages, échangés entre différentes branches d’une famille séparées par l’émigration. Mais il s’agit également d’images d’obsèques e de deuils qui donnaient lieu à des échanges épistolaires entre les familles séparées par la distance.

Ill. 12 : Obsèques de Scolastica Finocchioli, originaire de Norcia, (New York, années trente) (Source : musée régional « Pietro Conti », Gualdo tadino).

Ill. 12 : Obsèques de Scolastica Finocchioli, originaire de Norcia, (New York, années trente) (Source : musée régional « Pietro Conti », Gualdo tadino).
  • 21 D. R. Gabaccia, Italy’s many Diasporas, Seattle, University of Washington Press, 2000. L. Reeder, (...)

18Si, d’un côté, la circulation de telles images dans la correspondance épistolaire semble souligner la continuité des relations affectives et peut-être aussi le respect des pratiques cérémonielles traditionnelles, de l’autre elle montre aussi les traces de relations familiales d’un genre nouveau. Au même titre que les lettres, ces photos témoignent de l’existence, dès l’époque de la grande émigration, des relations familiales transnationales censées caractériser la phase la plus récente des migrations globales. D’après l’approche suggérée par Donna Gabaccia, cet élément de la dispersion territoriale et du maintien de la communication familiale constitue un des traits propres au trans-nationalisme. Il y a là, et Linda Reeder l’a également souligné, un comportement jouant un rôle majeur dans les transformations des rapports au sein des familles et entre les genres, comme des identités civiles mêmes des femmes restées en Italie21.

19D’ailleurs, en décortiquant les photos relatives aux rites de mariage, on peut relever d’autres discordances par rapport aux modèles soulignant les continuités.

Ill. 13 : mariage Brocato à New York (1910) (Source : CMS, New York).

Ill. 13 : mariage Brocato à New York (1910) (Source : CMS, New York).

20Dans cette photo prise à New York en 1910, par exemple, on remarque d’abord le niveau d’aisance atteint par la famille d’après un des modèles les plus fréquents dans la correspondance épistolaire, qui ne recule pas devant des montages plus ou moins complexes confiés à des entreprises spécialisées. Cette aisance, néanmoins, ne doit pas être rattachée aux vêtements des sujets photographiés, ni au carrosse inclus intentionnellement dans le groupe. Ce sont là des formes d’ostentation très typiques de l’auto-représentation photographique des mariages, même dans d’autres couches sociales. Ici, ce sont surtout les caractéristiques de l’immeuble présent à l’arrière-plan qui attestent l’aisance. Il s’agit, en effet, d’un bâtiment dont l’état est très éloigné de celui, misérable, dans lequel étaient à l’époque la plupart des maisons des Little Italies. Les messages de continuité, d’échange et de changement repérables dans l’image sont tout aussi significatifs. D’un côté, la participation collective traditionnelle aux rites villageois semble assurée par la présence des gens du quartier, attestée par les personnes entrevues devant les portes et derrière les fenêtres de l’immeuble. De l’autre, la présence à côté de la mariée de petites filles habillées en blanc semble attester des changements en cours. Le recours aux demoiselles d’honneur, conforme aux usages des rites de mariage des couches sociales supérieures dans les régions de départ et présent de façon plus large dans les sociétés urbaines d’arrivée, est assez répandu, aux États-Unis pendant les deux décennies qui suivent la grande Guerre.

Ill. 14 : Mariage aux États-Unis (années vingt) (Source : Fondazione Cresci, Lucca).

Ill. 14 : Mariage aux États-Unis (années vingt) (Source : Fondazione Cresci, Lucca).

Ill. 15 : Classe mixte avec enfants d’immigrés aux États-Unis (Source : Fondazione Cresci, Lucca).

Ill. 15 : Classe mixte avec enfants d’immigrés aux États-Unis (Source : Fondazione Cresci, Lucca).

Ill. 16 : intérieur d’une soierie. Paterson (Source : Fondazione Cresci, Lucca).

Ill. 16 : intérieur d’une soierie. Paterson (Source : Fondazione Cresci, Lucca).

Ill. 17 : immigrée originaire de Norcia au travail dans un bureau dans le New Jersey (Source : musée régional de l’émigration « Piero Conti », Gualdotadino).

Ill. 17 : immigrée originaire de Norcia au travail dans un bureau dans le New Jersey (Source : musée régional de l’émigration « Piero Conti », Gualdotadino).

21Les changements visibles dans les photos de mariage étaient en passe de se concrétiser au sein même des rapports familiaux dans les Little Italies, sous l’impact des contingences économiques, des transformations politiques, des réaménagements urbains, de la mobilité résidentielle et sociale, de la succession et des conflits entre générations.

  • 22 Sur le travail des femmes hors des murs domestiques, cf. entre autres G. Calvi, « Donne in fabbric (...)

22Les photos reproduites ici soulignent ces aspects. Elles concernent des écoles accueillant tant les filles que les garçons, ou des femmes au travail à l’usine ou au bureau. Ces témoignages renvoient visuellement aux études ayant mis en cause à la fois l’approche privilégiant le prétendu familismo originel des italiens et le rôle exclusivement domestique parmi eux du travail des femmes. Les transformations ont impliqué même ces dernières, c’est-à-dire les composantes des Little Italies censées être les plus pénalisées par les comportements paternalistes répandus dans les familles22.

  • 23 Cf. notamment, D. R. Gabaccia, F. Ottanelli (dir.), Italian Workers of the World. Labor Migration (...)

23D’ailleurs, une fois passée la phase la plus critique de l’immigration italienne aux États-Unis, après la Première guerre mondiale, il n’y a pas que les changements attestés par les images précédentes : la participation des femmes aux grèves, déjà commencée à partir de la première décennie du xxe siècle, tout comme leur engagement direct dans les organisations syndicales, sont encore plus significatifs23.

Ill. 18 : Luigi Antonini au 23e congrès de l’International Ladies Garment Worker’s Union, New Jersey 1937 (Source : CMS, New York).

Ill. 18 : Luigi Antonini au 23e congrès de l’International Ladies Garment Worker’s Union, New Jersey 1937 (Source : CMS, New York).

24On peut observer le résultat de ces comportements dans la photographie ci-dessus, prise deux décennies plus tard, et qui a été choisie pour clore d’une façon emblématique un texte appuyé sur le regard photographique et sur sa force d’explication et d’évocation, bien synthétisée par un écrivain sicilien célèbre :

  • 24 G. Bufalino, La luce e il lutto, Roma, Editori Riuniti/Sellerio, 1997, p. 111-112.

… Nous ne voulons pas dire qu’un simple daguerréotype est en mesure de suppléer ou de corriger ou de remplacer l’explication de l’historien. Nous savons tous qu’un visage a beau s’imprégner du quotidien qui l’entoure, il ne saura jamais exprimer autre chose que lui-même, à savoir un grain de vie pétrifiée. Il reste néanmoins vrai qu’il exprime ce grain de vie dans son intégrité originelle, avec les traits uniques du vécu : un hic et nunc qu’aucun archéologue de la modernité ne devrait oublier24.

Notes

1 Pour une synthèse des parcours des italiens aux États-Unis, cf. R. J. Vecoli, « Negli Stati Uniti » in P. Bevilacqua, A. De Clementi, E. Franzina (dir.), Storia dell’emigrazione italiana, vol 2. Arrivi, Roma, Donzelli, 2002, p. 55 sqq. Pour le débat sur l’ethnicité des italiens aux États-Unis, cf. notamment R. D. Alba, Italian Americans : Into the Twilight of Ethnicity, Engle Wood Cliffs, NJ, Prentice Hall, 1985. W. Sollors, Beyond Ethnicity Consent and Descent in American History, New York, Oxford University Press, 1986. Cf. la discussion entre Martellone, Pozzetta, Rotondaro, Altreitalie, n° 6, 1991. K. Conzen et alii, « The Invention of Ethnicity : a Perspective from the USA », Journal of American Ethnic History, n° 12, 1992 ainsi que le forum auquel a participé r. D. Alba, Altreitalie, n° 8, 1992. Cf. également, W. V. D’Antonio, « Verso il crepuscolo della nostra etnicità », Altreitalie, n° 11, 1991. F. Fasce, « Società, etnia e razza negli Stati Uniti del Novecento, una discussione aperta », Storia e memoria, IV, n° 2, 1995, p. 89-112. M. Tirabassi, « Oltre l’invenzione dell’etnicità », Altreitalie, n° 23, 2001.

2 S. Lupo, « Cose nostre : mafia siciliana e mafia americana », in P. Bevilacqua, A. De Clementi, E. Franzina (dir.), Storia dell’emigrazione, vol. II, op. cit., p. 245-270.

3 Pour un bilan historiographique sur cette question, cf. M. Sanfilippo, Problemi di storiografia dell’emigrazione italiana, Viterbo, Sette città, 2005. Sur les structures familiales, cf. les analyses de D. R. Gabaccia, From Sicily to Elisabeth Street. Housing and Social Change Among Italian Immigrants, 1880-1930, Albany, NY, State University of New York Press, 1984.

4 Sur les Little Italies, outre R. Harney, V. J. Scapaci, Little Italies in North America, Toronto, The Multicultural Society of Ontario, 1981, cf. le n° spécial de Storia urbana, « Little italies negli Stati Uniti tra Ottocento e Novecento », n° 16, 1981. R. Harney, Dalle frontiere alle Little Italies. Gli italiani in Canada 1800-1945, Roma, Bonacci, 1984. J. Krase, « America’s Little Italies : Past Present and Future », in D. Candeloro et alii, Italian Ethnics : their Languages, Literature and Lives, New York, Centre for migration Studies. M. Immerso, Newaeks Little Italies. The Vanished First Ward, New Brunswick, NJ, Rutgers University Press, 1999. Pour un bilan des études sur les Little Italies, cf. l’excellente synthèse de S. Garroni, « Little Italies », in P. Bevilacqua, A. De Clementi, E. Franzina (dir.), Storia dell’emigrazione, vol. II, op. cit., p. 207-233.

5 Sur la photographie et l’émigration, cf. les remarques de P. Ortoleva, « Una fonte difficile. La fotografia e la storia dell’emigrazione », Altreitalie, n° 5, avril 1991, p. 120-131.

6 Sur ces aspects, je me permets de renvoyer à P. Corti, L’emigrazione, Roma, Editori Riuniti, 1999, p. 18 notamment.

7 S. Sontag, Sulla fotografia. Realtà e immagini della nostra società, Torino, Einaudi, 2004.

8 G. De Luna, La passione e la ragione. Fonti e metodi dello storico contemporaneo, Firenze, La Nuova Italia, 2001, p. 194.

9 G. D’Autillia, L’indizio e la prova. La storia nella fotografia, Firenze, La Nuova Italia, 2001, p. 194.

10 Pour ce choix méthodologique, cf. G. De Luna, G. D’Autilia, L. Criscenti (dir.), L’Italia del Novecento. La fotografia e la storia, Torino, Einaudi, 2005, et en particulier la préface de G. De Luna. Cfr. inoltre, P. Corti, Percorsi familiari e grande emigrazione transoceanica nel primo trentennio del Novecento, in L’Italia del Novecento. Le fotografie e la storia, cit. vol. III, Torino, Einaudi, 2006, p. 255-283.

11 À ce sujet, cf. J. A. Rijs, How the Other Half Lives. Studies among the Tenements of New York (1890), New York, 1971.

12 Pour les descriptions d’Amy Bernardy, cf. M. Tirabassi, Ripensare la patria grande, Isernia, Cosmo Iannone, 2005. L’analyse historique de R. Harney, Dalle frontiere alle Little Italies, op. cit. est toujours valable. Cf. notamment les chapitres V, « Uomini senza donne » et VI, « Vita di gruppo e identità tecnica : il sistema del bordo », p. 147-196. Le roman le plus récent est dû à M. G. Mazzucco, Vita, Milano, Rizzoli, 2003.

13 Cf. entre autres, D. R. Gabaccia, « Immigrant Women ? Nowhere At Home ? », Journal of American Ethnic History, volume X, 1991, p. 61-87. Pour une synthèse du débat sur le travail des femmes hors des murs domestiques aux USA, cf. le débat entre V. Y. Maclaughlin et D. R. Gabaccia, Altreitalie, n° 9, janvier/juin 1993, p. 155-162.

14 P. Burke, Testimoni oculari. Il significato storico delle immagini, Roma, Carocci, 2002.

15 Pour les images de la diversité et la construction des stéréotypes, cf. les remarques de P. Burke, Testimoni oculari, op. cit., p. 143. Sur les photos de la misère prises par le célèbre J. A. Riis dans une Amérique dickensienne, cf. les remarques de S. Sontag, Sulla fotografia, op. cit., p. 22.

16 Sur la pratique des institutions, cf. M. Tirabassi, Il faro di Bacon Street. Social workers e immigrate negli Stati Uniti, Milano, Franco Angeli, 1990.

17 Cf. notamment a. Gibelli, « “Fatemi un pò sapere” : scrittura e fotografia nella corrispondenza tra gli emigrati liguri », in La via delle Americhe. L’emigrazione ligure tra evento e racconto, Genova, Sage, 1989, et plus récemment, R. Sotelo Vasquez, « Imágenes en la distancia : reflexiones sobre fotografia y emigración », in Estudios migratorios latinoamericanos, n° 51, août 2003, p. 488. A. Gibelli, « “Fatemi un pò sapere” : scrittura e fotografia nella corrispondenza tra gli emigrati », Storia e problemi contemporanei, n° 38, année XVIII, janvier-avril 2005, p. 131-147.

18 M. R. Ostuni, « Belle foto ! » in C’era una volta la Merica. Immigrati piemontesi in Argentina, Cuneo, L’arciere, 1990.

19 J. Pivato, « La famiglia smembrata nella letteratura e nella filmografia italo-canadese » Altreitalie, n° 14, janvier-décembre 1996, p. 19.

20 S. Cinotto, Una famiglia che mangia insieme. Cibo ed etnicità nella comunità italo-americana di New York, 1920-1940, Torino, Otto, 2001.

21 D. R. Gabaccia, Italy’s many Diasporas, Seattle, University of Washington Press, 2000. L. Reeder, Widows in White : Migration and Transformation of Rural Italian Women Sicily, 1880-1920, Toronto University Press, 2003. Pour la discussion autour du transnationalisme et son antériorité dans le temps par rapport à la mondialisation, cf. les travaux récents in M. Tirabassi, Itinera. Paradigmi delle migrazioni italiane, Torino, Fondazione Agnelli, 2005.

22 Sur le travail des femmes hors des murs domestiques, cf. entre autres G. Calvi, « Donne in fabbrica. Comunità femminile e socialità del lavoro in America (1900-1915) », Quaderni storici, n° 51, 1982. F. Ramella, « in fabbrica e in famiglia : le operaie italiane a Patterson, New Jersey », Quaderni Storici, n° 98, 1998. D. R. Gabaccia, From the Other Side :Women, Gender and Immigrant Life in the US 1820-1990, Bloomington, Indiana University Press, 1994. D. R. Gabaccia, F. Iacovetta (dir.), Women, Gender, and Transnational Lives. Italian Workers of the World, Toronto/Buffalo/ London, University of Toronto Press 2003.

23 Cf. notamment, D. R. Gabaccia, F. Ottanelli (dir.), Italian Workers of the World. Labor Migration and the Formation of Multiethnic States, Urbana-Chicago, University of Illinois Press, 2001.

24 G. Bufalino, La luce e il lutto, Roma, Editori Riuniti/Sellerio, 1997, p. 111-112.

Table des illustrations

Titre Ill. 1 La Little Italy de New York (début xxe siècle) (Source : Museum of the City of New York MCNY).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-1.png
Fichier image/, 772k
Titre Ill. 2 Vendeuse de pain dans le quartier italien (Photo de J. Riis).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-2.png
Fichier image/, 664k
Titre Ill. 3 : Rue d’un quartier italien (environ 1900) (Source : Library of Congress).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-3.png
Fichier image/, 1,0M
Titre Ill. 4 : travail à domicile (début xxe siècle, photo de Lewis W. Heine).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-4.png
Fichier image/, 783k
Titre Ill. 5 : travail à domicile (1911, photo de Lewis W. Heine) (Source : Library of Congress).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-5.png
Fichier image/, 772k
Titre Ill. 6 : Le clocher de l’église de la madone de Pompei dans la Little Italy de New York (début xxe siècle) (Source : Centro Studi Emigrazione, CSER, Roma).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-6.png
Fichier image/, 630k
Titre Ill. 7 : magasin d’un « padrone » banquier. 1921 (Source : Center for migration Studies, CMS, New York).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-7.png
Fichier image/, 528k
Titre Ill. 8 : Drapeau américain au mur d’un tenement. (Début xxe) (Source : CSER, Roma).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-8.png
Fichier image/, 683k
Titre Ill. 9 : Assistante sociale avec une famille d’immigrés (années trente) (Source : Immigration History Research Center).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-9.png
Fichier image/, 655k
Titre Ill. 10 : La famille de Angelo e Pia Salotti avec quelques invités. Massachussets (années trente) (Source : Fondazione Cresci, Lucca).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-10.png
Fichier image/, 679k
Titre Ill. 11 : Carte postale de vœux envoyée depuis les États-Units à une famille ligurienne (Fonte. Collezione privata).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-11.png
Fichier image/, 770k
Titre Ill. 12 : Obsèques de Scolastica Finocchioli, originaire de Norcia, (New York, années trente) (Source : musée régional « Pietro Conti », Gualdo tadino).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-12.png
Fichier image/, 962k
Titre Ill. 13 : mariage Brocato à New York (1910) (Source : CMS, New York).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-13.png
Fichier image/, 791k
Titre Ill. 14 : Mariage aux États-Unis (années vingt) (Source : Fondazione Cresci, Lucca).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-14.png
Fichier image/, 706k
Titre Ill. 15 : Classe mixte avec enfants d’immigrés aux États-Unis (Source : Fondazione Cresci, Lucca).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-15.png
Fichier image/, 378k
Titre Ill. 16 : intérieur d’une soierie. Paterson (Source : Fondazione Cresci, Lucca).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-16.png
Fichier image/, 422k
Titre Ill. 17 : immigrée originaire de Norcia au travail dans un bureau dans le New Jersey (Source : musée régional de l’émigration « Piero Conti », Gualdotadino).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-17.png
Fichier image/, 335k
Titre Ill. 18 : Luigi Antonini au 23e congrès de l’International Ladies Garment Worker’s Union, New Jersey 1937 (Source : CMS, New York).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6609/img-18.png
Fichier image/, 428k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540