Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Quatrième partie. Les représentations et leurs enjeux

Amy Bernardy et les Petites Italies

Maddalena Tirabassi
Traduction de Éric Vial

Texte intégral

  • 1 J. Krase, « America’s Little Italies : Past, Present and Future » in D. Candeloro, F. Gardaphe et (...)
  • 2 J. Krase en donne une lecture qui peut aider à comprendre la position complexe d’Amy Bernardy : ad (...)
  • 3 W. Boelhower, « introduction » à W. Boelhower et R. Pallone, Adjusting Sites. New Essays in Italia (...)

1« Little Italies never die », a écrit Jerome Krase, le spécialiste de sociologie urbaine qui leur a consacré des années de recherches et maintes publications1. La première question que je voudrais aborder porte sur les raisons pour lesquelles les little italies sont devenues une icône alors que les autres quartiers ethniques apparus aux États-Unis lors de la grande immigration ont eu une existence nettement plus brève. La seconde question, plus complexe, concerne leur interprétation. En effet, selon les cas, les quartiers ethniques peuvent être perçus de deux façons : comme lieux d’exclusion, de marginalisation, zones de pathologies sociales – ghettos, taudis – ou comme monuments à l’avenir et lieux de conservation culturelle2. Cette dichotomie est présente en permanence dans la production littéraire italo-américaine, même si souvent prévaut une lecture dominée par la nostalgie des origines et tenant, par le biais d’une vision liant l’espace et l’histoire, les little italies pour le foundational site, la scene of the beginning3.

  • 4 Parmi les études consacrées aux implantations italiennes antérieures à la grande émigration, voir (...)
  • 5 Comme le soutient de nouveau J. Krase, dans toute l’histoire des Italo-américains les communautés (...)

2Ghetto ou ressource culturelle, donc, avec un accent mis sur l’un ou sur l’autre de ces aspects en fonction des différents contextes géographiques, tout comme des périodes examinées, car les little italies italo-américaines ont une histoire située dans un temps long commençant dès avant la grande émigration, se développant dans les dernières décennies du xixe siècle et arrivant jusqu’à nos jours. Par ailleurs, leur analyse dépend du point de vue de l’observateur4. En d’autres termes, leur image change selon qu’en parlent leurs habitants ou des personnes extérieures, parmi lesquelles il faut encore distinguer entre italiens et américains5.

3C’est dans cette optique que s’inscrit la contribution fournie par les textes d’une italienne, Amy Allemand Bernardy, qui a placé au centre de ses propres recherches sociales les quartiers où ses compatriotes se sont installés, et à leur moment de plus grande expansion, la première décennie du xxe siècle. Ses observations, bien que profondément marquées par leur contexte politique et culturel, offrent un des premiers et des plus détaillés tableaux d’ensemble de l’univers italo-américain de ce début de siècle.

Amy Bernardy : nationalisme et émigration

  • 6 M. Tirabassi, Ripensare la patria grande. Amy Allemand Bernardy e l’emigrazione italiana, Cosmo Ia (...)
  • 7 B. Pisa, Nazione e politica nella « Società Dante Alighieri », Rome, Bonacci, 1995, p. 87-88, 274.
  • 8 L. Einaudi, Un principe mercante, Torino, Fratelli Bocca, 1900. G. Are, La scoperta dell’imperiali (...)

4Amy Allemand Bernardy est née en 1880 à Florence où son père, citoyen américain, était consul des États-Unis. Sa mère était d’origine savoyarde. Elle s’intéressa aux questions d’émigration dès ses années d’université, comme vice-présidente du comité universitaire de la société Dante Alighieri6. L’histoire complexe de cette dernière est par certains aspects parallèle au parcours politique d’Amy Bernardy, du nationalisme au fascisme7. Le souci de la Dante de porter son attention au-delà des frontières, partout où vivaient des italiens, n’était pas seulement une façon de faire récupérer par le pays les précieuses énergies de ceux qui avaient émigré ; elle devenait une possibilité de relier pays à pays pour promouvoir une nouvelle forme de colonies, conquises par le travail et non par les armes, qui auraient défini ce qui sera appelé « la plus grande Italie » selon une idée empruntée au Un principe mercante de Luigi Einaudi8.

  • 9 A. Bernardy, « L’emigrazione delle donne e dei fanciulli negli stati del Centro e dell'Ovest della (...)

5En 1903, Amy bernardy obtint un poste de lectrice d’italien au Smith College de Northampton, dans le Massachussetts, dont elle fut la responsable jusqu’en 1910. Dans les deux décennies suivantes, les États-Unis devinrent son pays d’adoption. 1908 fut pour elle une année décisive, car le Commissariat à l’émigration lui confia la mission d’étudier la situation matérielle et morale des femmes et des enfants italiens dans les villes industrielles de l’Est des États-Unis, mission à laquelle s’en ajouta une autre dans les états de l’ouest. Cette expérience, à laquelle elle consacra des dizaines de textes, fit d’elle la principale experte en matière de communautés italiennes dans le monde. Outre son soutien à l’apprentissage de la langue italienne, son travail comportait, entre autres, des inspections des lieux de travail et des logements9.

6Sur les potentialités des communautés italiennes dans le monde, Amy Bernardy se distingua en dépassant la vision purement économique qui les considérait comme des instruments de conquête pacifique de nouveaux marchés, vision dont elle saisit cependant la pleine portée, comme le prouvent ses observations sur les habitudes alimentaires de ses compatriotes :

  • 10 A. Bernardy, « il cuore delle Piccole Italie » in Passione italiana sotto cieli stranieri, op. cit(...)

grand intérêt et grande valeur aussi de la cuisine familiale comme lien et comme suggestion patriotique, se souvenir […] combien la tradition génoise des trenette au pesto et la cuisine à l’ail et à l’huile ont une valeur et une portée dépassant de loin leur fonction alimentaire immédiate ; combien d’autre part la mémoire de l’émigrant, en particulier dans le domaine gastronomique, a servi à diffuser le goût pour certains produits d’importation parmi les indigènes d’autres civilisations et a donc rendu, de manière directe ou indirecte, de grands services aux échanges et à aux exportations10.

  • 11 Ibidem, p. XXX. A. Bernardy, « Perché gli italiani si addensano nelle città americane » in F. Sher (...)
  • 12 A. Bernardy, Italia randagia, attraverso gli Stati Uniti, Turin, bocca, 1913, p. 134-135.

7Voyant dans les émigrés les porte-parole inconscients de leur propre pays, elle soutint des politiques d’émigration ne visant pas seulement à protéger des ressortissants, mais qui envisageaient aussi les effets sur l’image de l’Italie, faisant une lecture du phénomène migratoire en termes d’ » épine dans le flanc de l’italianité » et s’employant à une rédemption des migrants passant par leur protection par l’état italien afin qu’ils ne salissent pas l’Italie et son héritage. Une des idées la plus souvent mise en avant était le soutien aux implantations dans le sud et l’ouest des États-Unis car elles permettraient d’échapper à la congestion des villes américaines où « la flamme latine est vouée à s’éteindre11 ». Dans le même temps, Amy Bernardy se déclarait favorable à l’américanisation dans le domaine politique, la considérant comme nécessaire et providentielle car « la patrie est mieux défendue par le citizen que par le dago12 » :

  • 13 Ibid., p. 147.

Voilà : en Amérique le travailleur italien resté fidèle à sa langue ou à son dialecte et à ses habitudes, esclave de la tradition atavique et se souvenant des lois de sa patrie, mangeant peu et économisant beaucoup […] reste pour l’américain un « dago » et non un « citizen »… Et tant qu’il est un « dago », la chance américaine, qui est nationaliste et protège les « citizens », ne lui sourira pas. Transformez le « dago », apprenez-lui, comme l’ont fait l’irlandais, le suédois et l’allemand, à parler, s’habiller, manger, se laver à l’américaine, à lire et écrire en anglais, à connaître le thermomètre Fahrenheit et la machine électorale en « citizen » digne de ce nom, faites-en un américain, et il sera égal aux autres, les portes grandes ouvertes pour ceux-ci ne lui seront plus fermées. C’est la condition… il est inutile d’essayer d’italianiser une infinitésimale partie de cette gigantesque Amérique : il faut américaniser la Petite Italie. Ce qui, sans métaphore ni image, en termes simples et honnêtes, se réduit à ce dilemne que l’Amérique nous impose : l’Italien veut et doit émigrer. il émigre en Amérique. Vous voulez qu’il soit italien ? Il sera malheureux. Vous voulez qu’il soit heureux ? Il sera américain et pragmatique, car de toute façon les enfants, à travers l’École, tirent la petite Italie vers les routes de l’américanisation13

  • 14 S. Luconi, La « diplomazia parallela ». Il regime fascista e la mobilitazione degli italo-american (...)

8Cette prise de position très ferme était dictée par des considérations de type nationaliste… Quelques années plus tard, elles trouveraient une traduction cohérente dans la politique du fascisme, quand l’on poussa les italiens de l’étranger à acquérir la nationalité américaine pour pouvoir exercer des pressions sur le gouvernement dans ses rapports avec leur pays d’origine14.

Les Petites Italies

9Mais venons-en aux analyses d’Amy Bernardy sur les little italies. Du point de vue lexical, elle utilise de façon indifférente les mots Petite Italie, piccola Italia, colonie et quartier italien, avec une préférence pour piccola Italia. On retrouve cette expression en tête d’un chapitre de son livre publié en 1911, America vissuta et dans Passione italiana sotto i cieli stranieri (1931) avec « Le Cœur des piccole Italie ». Amy Bernardy force un peu le trait en faisant remonter l’expression à la « Petite Troie » d’Andromaque au livre iii de l’Enéide, exaltant la latinité originelle et l’ancienneté de la dérivation de l’expression actuelle, liée à l’habitude coloniale de renouveler, grâce aux noms de la mère patrie, « le sentiment millénaire, déjà millénaire au temps de Virgile ». En fervente nationaliste, elle observe avec amertume la fragmentation de la « grande patrie » sur des bases régionalistes ou campanilistes :

Dans l’ensemble, l’émigré italien, aussi bien du nord que du sud, s’est toujours mieux souvenu de la petite patrie que de la grande. N’ayant perçu de cette dernière que des éléments particuliers, famille, clocher, petit coin de terre, il a eu des nostalgies régionales et domestiques, et donc élégiaques, sentimentales et limitées ; aucune aspiration nationale d’ordre supérieur et collectif, sinon chez les très rares qui se distinguent de la masse. « Petite Venise », « Petite Naples », « Petite Palerme » ; parmi elles, on trouve la « Petite Naples » à Marseille comme à new York, tandis que les « Petite Palerme » sont très présentes dans les régions agricoles des États-Unis cultivées surtout par des siciliens. D’autres petites patries, dont la frioulane, sont diffusées à travers l’Amérique du sud et se retrouvent de façon plus inattendue, par exemple, en Australie.

10Son examen des petites Italies du North End de boston révèle d’abord la conscience de la stratification ethnique opérée dans le quartier :

Il y eut d’abord les irlandais. Se formèrent autour des rues chinoises, israélites, nègres, des groupes grecs et plus récemment des noyaux portugais et des communautés syriaques. Mais le centre passa aux italiens qui l’envahirent et s’y étendirent.

11Puis la perception de la dynamique et de la mobilité des italiens :

  • 15 A. Bernardy, America Vissuta, op. cit., p. 303-330. Sur les Little italies, cf. aussi Maria Susann (...)

Et aujourd’hui cela ne suffit plus, les groupes italiens envahissent le South End et les villages suburbains où l’immigré se transforme plus vite en citoyen et vit de façon un peu plus hygiénique. Les grands-mères sont les vestales des coutumes du pays natal, les petites-filles en sont les iconoclastes. Et les dernières arrivées se font, elles aussi, vestales de la tradition, ou iconoclastes selon leur âge et l’aspect du problème économique. Sinon que quand sur une immigrante, le fichu cède la place aux nippes ou aux plumes de la modiste, nous ne nous en apercevons pas, parce qu’une autre immigrante est arrivée15.

  • 16 W. Boelhower, « introduction », op. cit, p. VII.

12Mais qu’est-ce qui distingue les little italies selon Amy Bernardy ? Il ne s’agit pas tant des édifices, que les italiens y ont trouvés, mais d’un ensemble de suggestions qu’elle lit en menant une analyse sémiotique digne de la recherche actuelle. En avançant dans – pour citer William Boelhower – ces « archives de l’espace », dans lesquelles « tout parle : rues, bâtiments, étals du marché, enseignes des vitrines, vêtements des gens, couleur de leurs yeux et tout le reste16 », elle note aussi :

  • 17 A. A. Bernardy, America Vissuta, op. cit., p. 303-330.

Vous sentez tout de suite que vous êtes dans la colonie, du fait des allures, des accents, du ton général d’un milieu où les visages et les voix américaines sont des exceptions, de certains traits et de certaines attitudes de la race, pas encore oubliés, peut-être impossibles à oublier, se détachant sur le fond désespérément américain avec une évidence latine qui procure en même temps joie et peine, comme une harmonieuse phrase musicale tentant avec imprudence de s’élever au-dessus des discordances d’un accompagnement inadapté17.

13Bruits et physionomies alternent avec des signes tangibles susceptibles d’être saisis même par le biais de la photographie :

  • 18 Ibid.

La petite Italie a beaucoup d’attraits à offrir à l’explorateur qui, armé de sa curiosité, de son intelligence et pourquoi pas d’un Kodak, se propose d’observer les rues du North End et de jouir de cette acclimatation latine en terre américaine, dans sa curieuse suggestion artistique sans trop de finesses sociopsychologiques. Matériau inépuisable, en attendant, pour le Kodak intelligent… Dispersée de tous côtés à l’intérieur de ses limites, le long d’Hanover Street, autour de North Square, de Richmond à North Bonnet, la colonie a ses églises, ses banques, ses institutions charitables et même ses théâtres et, on le sait, ses trattorie18.

14Mais son attention revient sur les traits « raciaux » :

  • 19 Ibid.

Jusque dans la rue, les petites boutiques de fruits et légumes exposent leurs marchandises, un peu abîmées peut-être par le gel ou desséchées par l’air poussiéreux, et le prix indiqué en cents à l’américaine n’empêche pas tout autour de cancaner dans le dialecte d’Avellino ou de Termini Imerese. Même si les voix se taisaient, on ne pourrait pas se tromper : ils sont si méridionaux, ces yeux voilés et profonds, trop voilés et trop profonds ici, dans le pays des regards droits et des lèvres fines. Il est trop évident qu’ont été frappées au coin de Syracuse ou de Cosenza certaines têtes paraissant faites en bronze fin, rondes et enfoncées, et qui seulement maintenant, comparées avec la silhouette rude et anguleuse des têtes américaines, mélange hâtif de races, nous révèlent quelle quantité de traces le travail muet des siècles sur la souche autochtone leur a imprimée dans la mère-patrie. Les bijoux de famille brillent de façon trop authentique au cou de quelque jeune mariée des Abruzzes ou de Calabre, qui les ôtera hélas bientôt volontairement en hommage à la mode locale, ou pire les revendra à quelque brocanteur de North ou de Salem Street pour acheter du charbon et du pétrole américains. Le dimanche, à la sortie de la messe, c’est toute une Italie rurale qui avive les souvenirs et les regrets19

15Les restaurants, signe le plus tangible et le plus pérenne de la présence italienne à l’étranger, sont décrits dans leur état originel, où la culture italienne, en l’occurrence la « civilisation de l’alcoolisme libéral », semble primer sur la gastronomie :

  • 20 Ibid.

16Ou plutôt, si au lieu de vous préoccuper du salut de votre âme vous pensez à celui de la vile matière, vous pourrez, dans une petite salle rappelant n’importe quelle auberge de province en Italie, vous faire verser par un garçon de café plus ou moins national un Vermouth bien de chez nous, et manger à l’Italienne sans noter d’américanisations trop évidentes, en levant votre verre à la santé de tous les abstinents et à l’éternelle damnation de toutes les cuisinières de nouvelle Angleterre… Pourquoi ? Parce que l’Amérique est un pays ostensiblement abstinent, et la licence coûte bien plus que ne rapporte la modeste auberge. Sauf qu’expert en législation puritaine, donc en moyens de sauver les apparences, vous apportez au cuisinier, depuis la grosseria voisine ou toute autre institution adéquate, une bouteille en lui déclarant formellement en être propriétaire et, comme tel, en la débouchant de vos propres mains. Ainsi, de façon parfaite et heureuse, la conscience de l’hôte se trouve d’accord avec la lettre de la loi puritaine ; donc, en pardonnant chrétiennement aux législateurs comme indiqué ci-dessus, vous buvez enfin, à la plus grande gloire de l’Italie, dans les tasses à café que l’aubergiste fournit pour cela, la liqueur interdite que du fait du respect dû à la loi vous n’appellerez pas autrement que café. Mais… quel excellent café de Barletta ou de Castellina in Chianti on peut boire ainsi, même dans les plus modestes gargotes de la Petite Italie20 !

17De plus, Amy Bernardy se montre parfaitement consciente du phénomène aujourd’hui bien étudié, qui correspond à la cristallisation de la culture d’origine par les immigrés, lorsqu’elle note :

  • 21 A. Bernardy, « I l cuore delle Piccole Italie » in Passione italiana, op. cit., p. 177-178, 182-19 (...)

Je suis certaine que l’on trouverait des traces plus directes et plus évidentes de certaines coutumes et traditions folkloriques rurales, ou du moins que l’on aurait pu en trouver jusqu’à ces dernières années, au sein de la colonie que dans la mère-patrie, pour ce qui est de l’essence et du respect intime, comprenons-nous. Pour citer un exemple évident, on trouve encore certaines formes archaïques de dragées de Sulmona aux Cinque Punti de New York, alors qu’à Sulmona il n’y en a plus. C’est logique, car à New York le fabriquant s’est figé dans la confection des formes enseignées dans son enfance par un ancien du métier, et le centre de production étant individuel et réduit, au cœur d’un monde complètement étranger, il y perpétue les formes anciennes. À Sulmona au contraire, où les producteurs étaient au contact des nouveautés du jour et désiraient rivaliser avec elles, les choses changeaient. À Sulmona, on s’intéressait aux nouveautés, alors qu’à New York on était attiré justement par le caractère immuable du modèle, qui permettait à chacun de retrouver dans la « couronne » neuve l’image exacte de celle de son enfance21.

18Outre les magasins, les églises et les restaurants, elle cite comme marques du quartier ethnique les théâtres, ou étaient d’ailleurs surtout représentées des histoires de chevalerie françaises :

  • 22 A. Bernardy, America Vissuta cit., p. 303-330.

Et dans le théâtre vous verrez le peuple des immigrants applaudir… Et il n’y en aura pas un qui n’abandonnera pas sa pauvre âme d’exilé toute entière aux incantations des vieilles histoires, comme quand sur la mer étrusque ou sur celle de Sicile, il racontait des fables avec sa famille22.

  • 23 Ibid.

19Un autre marqueur des little italies est fourni par la langue, qu’elle rebaptise « la langue de l’iesse », « parce que le “sì” qui sonne dans notre beau pays est justement le premier mot éliminé du vocabulaire de la colonie par l’immigrant débarqué à Cialiston pour aller sciabolare à Ricciomondo, décharger u dorte int’u diccio sur les tracche de Portolante, ou simplement sciainare à Boston23 ».

20Amy Bernardy condamne les little italies pour de multiples raisons. Nous avons déjà fait allusion au régionalisme, bouillon de culture pour les boss et les « banquiers » italo-américains, les « banchisti », auxquels elle a consacré de nombreux articles de dénonciation dans la presse américaine :

  • 24 Ibid.

Le ‘pays’qui s’occupe de son argent est son confident, son conseiller juridique, son conseiller familial, le grand protecteur, son agent général. Quand u paesano prend la fuite ou fait faillite, sa victime pleure, tempête ou se résigne, selon son caractère, puis recommence à travailler et à économiser. ici dans le North End, si l’obsession coloniale continue d’emporter et de faire se ruer des flots humains, de cette âme italienne fluctuant, incertaine, entre le slum américain et le bordo italien, entre la misère et la corruption, entre le prêtre et l’anarchisant, entre les mains du boss et de l’intermédiaire, du politicien discrédité et du banquier malhonnête, de l’arnaqueur sans profession et du parasite sans pudeur, trop souvent misérable et consciente de sa misère mais incapable de s’en dégager, de cette âme italienne que ferons-nous24 ?

  • 25 F. Durante, Italoamericana. Storia e letteratura degli italiani negli Stati Uniti 1880-1943, Rome, (...)

21Même les écrivains qui ont situé leurs romans dans la little italies en ont dénoncé l’âme double. Dans la présentation d’un des romans les plus fameux parmi ceux dont le décor est le quartier italien de new York, I misteri di Mulberry Street, publié en 1893, Bernardino Ciambelli a écrit25 :

Montrer les plaies qui peuvent souiller une colonie, ce n’est pas l’insulter, mais l’inciter à faire en sorte qu’elles disparaissent, car même dans Mulberry Street, au milieu d’une population de braves et honnêtes travailleurs, d’épouses d’une grande dignité, de jeunes filles innocentes, nul ne peut nier que la graine du vice germe avec vigueur… le tripot à côté de la boutique.

  • 26 R. F. Harney, Dalla frontiera alle Little Italies. Gli italiani in Canada 1800-1945, Rome, Bonacci (...)

22En mélangeant boss et notables, « banquiers », prêtres et membres des professions libérales, notaires, pharmaciens, etc., Amy Bernardy s’est placée dans l’incapacité de saisir la stratification sociale interne des little italies, que ceux-ci représentaient souvent. Comme l’a noté Robert Harney, dans son étude fondatrice, dans de nombreux cas les habitants des quartiers italiens descendaient de l’émigration d’avant 1880, et non seulement ils représentaient une mobilité sociale à l’intérieur du groupe ethnique, mais ils incarnaient aussi la médiation avec le monde extérieur26. Dans le moyen terme, ils ont constitué la voie de sortie du ghetto pour l’ensemble de la communauté.

23En revanche, l’analyse que fait Amy Bernardy des conditions matérielles de la vie dans le quartier ethnique reste aujourd’hui encore une des plus fiables. Elle part de la description des habitations, les Tenements, ossature des little italies des villes de l’Est des États-Unis, considérés comme le pire point noir de l’émigration italienne :

  • 27 A. Bernardy, Italia randagia, op. cit., p. 206-208.

Trente-deux Tenements de vingt-huit appartements chacun, ou un peu plus ou un peu moins, forment un bloc, où pullule parfois la population de tout un village d’Italie, mille deux cents âmes et plus. À New York et à boston les animaux domestiques ne sont pas autorisés dans les Tenements, mais les chats sont nombreux et pitoyables dans les cours et les caves : boiteux, aveugles, sans queue, teigneux… La « physionomie du Tenement » marque même ces pauvres bêtes. En revanche, les rats, les souris ou les taupes sont un véritable fléau : je me souviens d’une maison dans laquelle ils étaient si gros et si familiers que les enfants les désignaient en les appelant « minou ». Et elle est terrible, chez les enfants, la physionomie du Tenement. Cette crasse que, sur un rejeton de paysans, à l’air libre, là où le soleil, brille, on tolère sans être absolument dégoûté, pourrit littéralement sur eux. La situation douloureuse ou pittoresque dans une cabane calabraise devient ici tragique et ignoble. Dans le Tenement, on cuisine sur un fourneau ou un poêle métallique, à charbon, ou à gaz, parfois même à pétrole. Quand il est éteint et reste chaud, on installe au-dessous les tout-petits, pour qu’ils ne pleurent pas de froid. S’ils lèvent le nez ou leurs petites mains, ils heurtent le fond27

24Dans les Tenements, il y a aussi les pensionnaires, ou bordanti dans l’argot des little italies :

  • 28 Ibid., p. 212-213.

Quant aux bordanti, ce qu’on peut en dire est certainement en dessous de la réalité. Ce sont, c’est vrai, une ressource économique, mais aussi l’élément principal de la congestion, de la saleté, de la dégénérescence de la famille émigrée. Nous autres qui avons vu « comment vit l’autre moitié » dans les grandes villes d’Amérique, nous connaissons tous ces antres de la douleur et de la misère, dans lesquels la violence ou la flatterie ont vite raison de n’importe quelle femme qui y habite et n’est pas une répugnante mégère, et où les femmes elles-mêmes avouent avec une naïveté cynique et résignée : « Que voulez-vous, Madame, ce sont des hommes, et on vit comme des bêtes. Même les petiotes n’y échappent pas… » Dans certains trous immondes, j’ai vu des jeunes mal nourries, fanées, épuisées par des maternités précoces, fréquentes et, pire, souvent étouffées avant d’arriver à terme28

25Et sur le travail à domicile :

  • 29 A. Bernardy, « L’emigrazione delle donne e dei fanciulli Nella North Atlantic Division », op. cit. (...)

Celui-ci était autrefois le monopole des familles israélites, mais avec l’augmentation de familles italiennes il est maintenant le triste apanage de nos femmes et vient aggraver le problème de la surpopulation, à la faveur, comme on pouvait s’y attendre, des habitudes de sédentarité et de réclusion de l’émigrée italienne ainsi que du nombre de ses enfants. Car sans le travail des enfants, qui enfilent, défilent, attachent, apportent, aident, portent et livrent des chargements de boîtes ou de vêtements entre la maison et la boutique, il serait souvent impossible à l’adulte d’effectuer la masse de travail qu’elle accomplit en un jour à très bas coût29

26Ces considérations l’amènent à écrire que :

  • 30 A. Bernardy, Passione Italiana, op. cit., p. 138.

Peut-être est-il nécessaire et bon que les Petites Italies disparaissent, parce qu’est terminée ou va se terminer leur fonction de cocon plus ou moins protecteur de l’immigré analphabète et incapable de supporter la solitude et de se défendre de façon individuelle dans un monde hostile. L’Italie est différente, le monde de l’après-guerre a changé : les Petites Italies aussi doivent se rénover. Elles ont trop renfermé de larmes, trop nourri et recouvert de plaies, trop donné de points de départ et de prétextes à des accusations justes et injustes. Et pourtant, pour qui les aura vécues et connues de près, non seulement du côté qu’en voyaient les américains, mais aussi dans leurs qualités les plus intimes et les plus méconnues, leur souvenir sera inévitablement teinté d’un peu de regret et de nostalgie30.

  • 31 J. Krase, J. Dickinson, « Italian American Urban Landscapes Images of Social and Cultural Capital  (...)

27À travers les textes d’Amy Bernardy, les premières décennies du xxe siècle peuvent être lues aussi comme celles de la marginalisation par la société environnante et du retranchement défensif de la part des immigrés italiens, et les little italies comme des symboles de marginalisation ou comme des enclaves où s’organise la conservation de la culture d’origine31.

Little Italies never die

  • 32 J. Krase, « Little Italies in New York City : A Semiotic Approach », Italian American Review, V, 1 (...)

28Les little italies ont survécu après leur abandon par la majorité des Italo-américains32. Les quartiers ethniques « euro-américains » nés de la grande émigration, German, Jewish et Polish Towns, ont disparu, tandis que les little italies ont survécu au melting pot, aux politiques de rénovation urbaine du New Deal, au déracinement d’après-guerre, à la gentryfication. Vues dans une perspective historique, elles peuvent apporter une contribution au débat sur les lieux de la marginalisation contemporaine dans les quartiers ethniques. L’articulation fondamentale peut être repérée dans la possibilité de mobilité tant endogène qu’exogène, dans la perméabilité. S’ils ont peut-être constitué des ghettos à l’origine, il s’agissait de toutes façons de ghettos aux portes ouvertes pour ceux qui avaient digéré la culture de la modernité, condition indispensable d’une intégration dans la société américaine. Société qui, avec ses discontinuités, a laissé dans le long terme des espaces de conservation culturelle aux groupes ethniques le désirant, et les italiens se sont distingués dans ce domaine.

29Une autre hypothèse peut être trouvée dans le continuel jeu de miroir que l’opinion publique américaine a toujours exercé sur la construction de l’identité italienne. Dans les années 1950, période où l’identité ethnique italienne aux États-Unis a peut-être connu son maximum, on a assisté à la naissance de l’intérêt du tourisme de masse américain pour l’Italie. À partir de là, s’est renforcée la tendance à chercher dans les little italies aussi un Italian way of life.

  • 33 J. Krase, « America’s Little Italies », op. cit., p. 180.

30Le déménagement des américains d’origine italienne vers les banlieues, grâce au bien-être enfin acquis dans l’après guerre, a vu la transformation mais non la disparition des little italies. Celles-ci devinrent la destination de leurs visites pour retrouver les restaurants, les boutiques, les églises. Dans les années 1960, le revival de l’ethnicité a fait le reste, déplaçant l’aiguille sur le compteur, de l’isolement défensif des premières années du siècle vers le bastion maintenant une ethnicité symbolique, volontaire, d’orientation désormais culturelle et dont les little italies constituent un des symboles. Reste à voir si elles sauront résister à la marchandisation, qui tend à transformer les quartiers ethniques en ethnic Disneylands33.

BOCCE
Bocce game, New York, ca. 1930. Foto credits : Center for Migration Studies of New York, Inc.

STRADA
Mulberry Street, New York, ca. 1905, Heart of Little Italy.
Fotocredits : Library of Congress – Photographer/R.W. Riis

INTERNO CASA
Tenement, New York 1910. Fotocredits : International Museum of Photography, Rochester, New York – Photographer/Lewis W. Hine

Notes

1 J. Krase, « America’s Little Italies : Past, Present and Future » in D. Candeloro, F. Gardaphe et P. Giordano (dir.), Italian Ethnics. Their Languages, Literature and Lives, Chicago, AIHA, 1990, p. 167-184, p. 179. J. Krase, « The Spatial Semiotics of Little Italies and Italian Americans » in M. Aste et alii (dir.), Industry, Technology, Labor and the Italian American Communities, Staten Island, New York, American Italian Historical Association (AIHA), 1997, p. 98-12 7. J. Krase, « Traces of Home », Places, VIII, 4, p. 46-55. J. Krase, « Italian and Italian American Spaces » in M. J. Bona et A. J. Tamburri (dir.), Through the Looking Glass : Italian and Italian/American Images in the Media., Staten Island, New York, AIHA, 1996, p. 241-265. J. Krase, The Present and future of little italies, 4/21/99, http ://academic.brooklyn.cuny.edu/soc/semiotics/v1n1/p5.html. J. Krase, « Lo spazio di Brooklyn » in Integrato Metropolitano : New York, Chicago, Torino tre volti dell’emigrazione italiana, Turin, Fondazione Giovanni Agnelli, 1982, p. 135-142.

2 J. Krase en donne une lecture qui peut aider à comprendre la position complexe d’Amy Bernardy : adoptant la thèse de J. Dickinson dans un essai au titre significatif, « Italian American Urban Landscapes Images of Social and Cultural Capital », il soutient que les habitants des slums peuvent être considérés comme des victimes mais aussi comme des représentants de la conservation culturelle.

3 W. Boelhower, « introduction » à W. Boelhower et R. Pallone, Adjusting Sites. New Essays in Italian American Studies, Stony Brook, Forum Italicum, p. vii. Un des plus intéressants romans contemporains dus à une italo-américaine, T. De Rosa, Paper Fish, situé dans un quartier italien de Chicago dans les années 1940, est suivi d’une postface d’E. Giunta, significativement intitulée « a Song from the Ghetto ».

4 Parmi les études consacrées aux implantations italiennes antérieures à la grande émigration, voir R. N. Juliani, Building Little Italy : Philadelphia’s Italians Before Migration. Pennsylvania, Penn State UP, 1998. R. Vecoli, Chicago’s Italians Prior to World War I : A Study of their Social and Economical Adjustment, Ph. D. Dissertation, University of Wisconsin, 1963. R. Vecoli, « The Formation of Chicago’s Little Italies », Journal of American Ethnic History, 2, printemps 1983, p. 5-20.

5 Comme le soutient de nouveau J. Krase, dans toute l’histoire des Italo-américains les communautés ont toujours été jugées de façon positive par ceux qui y vivaient et négative par les observateurs extérieurs : lieu ambivalent de ségrégation volontaire et involontaire. J. Krase, « America’s Little Italies », op. cit. p. 167-84. Cf. aussi L. Wirth, The Ghetto, Chicago, University of Chicago Press, 1928 (Le ghetto, Presses universitaires de Grenoble, 1980). H. Gans, The Urban Villagers, New York, The Free Press, 1962. W. F. Whyte, Street Corner Society, Chicago, University of Chicago, 1943.

6 M. Tirabassi, Ripensare la patria grande. Amy Allemand Bernardy e l’emigrazione italiana, Cosmo Iannone, 2005.

7 B. Pisa, Nazione e politica nella « Società Dante Alighieri », Rome, Bonacci, 1995, p. 87-88, 274.

8 L. Einaudi, Un principe mercante, Torino, Fratelli Bocca, 1900. G. Are, La scoperta dell’imperialismo. Il dibattito della cultura italiana del primo novecento, roma, 1985. Cf. également le chapitre « Il mito della Magna italia » in Z. Ciuffoletti et M. Degli Innocenti, L’emigrazione nella storia d’Italia 1868-1975, Florence, Vallecchi, 1978, p. 190-198. G. Prato, « Dal “Principe mercante” alla “grande italia transatlantica” 1900 », ibid., p. 309-319. P. Gribaudi, La più grande Italia. Notizie e letture sugli Italiani all’Estero e sulle colonie Italiane, Turin, SEI, 1913. Sur la società Dante, cf. B. Pisa, Nazione e politica, op. cit.

9 A. Bernardy, « L’emigrazione delle donne e dei fanciulli negli stati del Centro e dell'Ovest della Confederazione americana », Bollettino dell’emigrazione, 1, 1911, p. 4. A. Bernardy, « L’emigrazione delle donne e dei fanciulli nella North Atlantic Division, Stati Uniti d’America », Bollettino dell’emigrazione, 1, 1909, p. 1-139.

10 A. Bernardy, « il cuore delle Piccole Italie » in Passione italiana sotto cieli stranieri, op. cit., p. 177-178, 182-191.

11 Ibidem, p. XXX. A. Bernardy, « Perché gli italiani si addensano nelle città americane » in F. Sheridan, A. Bernardy, E. F. Meade et N. Colajanni (dir.), « Gli italiani negli Stati Uniti », Rome, Rivista Popolare, 1910, p. 33-40.

12 A. Bernardy, Italia randagia, attraverso gli Stati Uniti, Turin, bocca, 1913, p. 134-135.

13 Ibid., p. 147.

14 S. Luconi, La « diplomazia parallela ». Il regime fascista e la mobilitazione degli italo-americani, Milan, Angeli, 2000.

15 A. Bernardy, America Vissuta, op. cit., p. 303-330. Sur les Little italies, cf. aussi Maria Susanna Garroni, “ Little Italies ” in P. Bevilacqua, A. De Clementi et E. Franzina (dir.), Storia dell’emigrazione italiana. Arrivi, Rome, Donzelli, 2002, p. 207-233.

16 W. Boelhower, « introduction », op. cit, p. VII.

17 A. A. Bernardy, America Vissuta, op. cit., p. 303-330.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 A. Bernardy, « I l cuore delle Piccole Italie » in Passione italiana, op. cit., p. 177-178, 182-191.

22 A. Bernardy, America Vissuta cit., p. 303-330.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 F. Durante, Italoamericana. Storia e letteratura degli italiani negli Stati Uniti 1880-1943, Rome, Donzelli, 2005, p. 150.

26 R. F. Harney, Dalla frontiera alle Little Italies. Gli italiani in Canada 1800-1945, Rome, Bonacci, 1984, p. 197-208. R. F. Harney et J. V. Scarpaci (dir.), Little Italies in North America Toronto, The Multicultural History Society of Ontario, 1981.

27 A. Bernardy, Italia randagia, op. cit., p. 206-208.

28 Ibid., p. 212-213.

29 A. Bernardy, « L’emigrazione delle donne e dei fanciulli Nella North Atlantic Division », op. cit., p. 18-37. « L’emigrazione delle donne e dei fanciulli negli stati del Centro e dell’Ovest », op. cit., p. 4.

30 A. Bernardy, Passione Italiana, op. cit., p. 138.

31 J. Krase, J. Dickinson, « Italian American Urban Landscapes Images of Social and Cultural Capital », document en possession de l’auteur.

32 J. Krase, « Little Italies in New York City : A Semiotic Approach », Italian American Review, V, 1, printemps 1996, p. 103-116.

33 J. Krase, « America’s Little Italies », op. cit., p. 180.

Table des illustrations

Légende BOCCEBocce game, New York, ca. 1930. Foto credits : Center for Migration Studies of New York, Inc.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6607/img-1.png
Fichier image/png, 608k
Légende STRADAMulberry Street, New York, ca. 1905, Heart of Little Italy.Fotocredits : Library of Congress – Photographer/R.W. Riis
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6607/img-2.png
Fichier image/png, 791k
Légende INTERNO CASATenement, New York 1910. Fotocredits : International Museum of Photography, Rochester, New York – Photographer/Lewis W. Hine
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6607/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M

Auteur

Éric Vial (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540