Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Quatrième partie. Les représentations et leurs enjeux

De Petites Italies au service d’une plus grande Italie ?

Antonio Bechelloni

Texte intégral

Au lendemain de l’Unité, quelle place pour l’Italie dans le monde ?

1En 1859-1860, le processus d’unification et de libération de l’Italie avait été rapide et relativement peu coûteux en pertes de vie humaines, à tel point que même les acteurs les plus optimistes en avaient été surpris. Les difficultés, les déceptions, les hésitations sur les chemins à emprunter pour concrétiser cette Italie réelle, qui s’était si rapidement imposée à la place de l’Italie rêvée par les patriotes du Risorgimento, furent d’autant plus grandes au lendemain même de l’Unité. Il ne s’agissait pas seulement, selon la célèbre phrase, des « faire les Italiens » une fois « faite l’Italie ». Il s’agissait également de trouver pour l’Italie, dans le monde tel qu’il était, une position susceptible à la fois de répondre à la hauteur de ses ambitions et de ne pas l’exposer à une hostilité des grandes puissances à laquelle ses faibles moyens – réels ou supposés – empêchaient de faire face. Or, parmi ces ambitions, celle d’un rayonnement de la civilisation Italienne au-delà des limites étriquées de la botte fit vite son apparition. Ce n’était pas tellement le souvenir lointain de la Rome impériale qui jouait dans ce sens. Ni celle de l’emprise universelle de la Rome papale contre laquelle justement l’Italie nouvelle avait dû lutter pour s’imposer. C’était plutôt la volonté de renouer avec les fastes des marchands, des banquiers, des marins des glorieuses républiques médiévales que l’historiographie romantique chère aux patriotes du Risorgimento avait remis à l’honneur.

  • 1 Pour un inventaire récent relativement exhaustif de ces « colonies », cf. D. J. Grange, l’Italie e (...)
  • 2 L. Incisa Di Camerana, « La diplomazia », in P. Bevilacqua, A. De clementi et E. Franzina (dir.), (...)

2Ce passé glorieux dont l’Italie nouvelle se sentait l’héritière, non sans en avoir gommé les zones d’ombre et tout ce qui relevait d’un recours systématique à la ruse et à la force la plus brutale, avait laissé des traces vivantes ne serait-ce que dans les colonies (le terme avec toutes ses ambivalences, que nous examinerons, fait là sa première apparition) d’Italiens disséminées sur l’ensemble du pourtour méditerranéen : essentiellement de riches familles patriciennes de génois, de vénitiens, mais aussi, plus récemment, de toscans, dans les villes de l’empire ottoman, en Asie mineure, en Égypte et en Tunisie1. C’est sans doute en ayant à l’esprit ces « colonies » qu’avec deux circulaires adressées en 1861 et en 1862 aux « consuls généraux et aux consuls de S. M. à l’étranger », Bettino Ricasoli, le « baron de fer », ministre des Affaires étrangères du nouveau Royaume, manifesta sa volonté de situer le rapport de l’Italie avec les collectivités Italiennes à l’étranger à l’enseigne de « ces temps glorieux durant lesquels le drapeau Italien flottait partout comme symbole de civilisation, de dynamisme, de richesse2 ».

  • 3 D. J. Grange, op. Cit.

3Peu importe qu’en l’occurrence, il s’agissait là de communautés d’Italiens sur une partie desquelles le nouvel État aurait du mal à affirmer son emprise, tant leur catholicisme intraitable devait nourrir leur méfiance à son égard et les conduire à se tourner plutôt vers la France, jugée plus digne de confiance en tant que protectrice de l’Église de Rome3. Ce ne devait être là que le premier d’une longue série de malentendus. Très tôt, cependant, l’idée d’une plus grande Italie destinée à prendre corps en dehors des frontières nationales ne devait plus s’appuyer sur des sédiments humains d’une histoire déjà ancienne. L’émigration de simples paysans et travailleurs manuels, souvent dépourvus de la moindre qualification, était un phénomène tout récent qui n’avait pas pris l’ampleur qu’il devait connaître par la suite. Et pourtant, dès sa première apparition, il apparut comme un instrument possible d’une « expansion Italienne » susceptible de rivaliser avec celle des autres grandes puissances présentes en dehors de leurs frontières.

  • 4 Torino, Paravia.

4Cristoforo Negri, haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères d’abord du Royaume de Sardaigne (1849-1860) puis du Royaume d’Italie, fut le fondateur de la Società geografica italiana. En 1864, il réunit des articles publiés précédemment sous le titre La grandezza italiana. Studi confronti e desiderii4. Ce livre connut une fortune posthume remarquable même si il n’est pas certain que beaucoup de ceux qui le citèrent et qui gratifièrent l’auteur du titre d’ » apôtre de l’expansion Italienne » l’aient lu avec attention. Il doit sa fortune au fait qu’il marque l’apparition d’un topos destiné à une longue postérité : celui de la « colonie spontanée », censée élargir à l’échelle d’un grand espace presque continental les frontières du pays et de rendre possible le rayonnement de son économie ainsi que de sa langue, de sa culture et de sa civilisation. Ce livre formulait en effet pour la première fois cette idée tout en indiquant le lieu où cela pourrait se réaliser : l’estuaire du Plata, à cheval entre l’Argentine et l’Uruguay.

5On peut effectivement trouver dans le livre de c. Negri des passages où il laisse libre cours à son imagination :

  • 5 « L’emigrazione italiana al Plata », in c. Negri, op. cit., p. 171-190.

[…] le Plata est notre Australie : elle est encore mieux située que cette dernière et la quantité de terre exploitable est aussi importante… notre gouvernement se doit de prendre la mesure de l’admirable dynamisme de nos compatriotes. Il ne lui reste qu’à le diriger et aider. Dans le livre impénétrable du destin il est peut-être écrit qu’il existera un jour une Italie australe liée à nous, non pas parce que soumise à notre souveraineté mais parce que unie à nous par le lien, beaucoup plus solide, d’intérêts communs5.

6Nous avons donc là la formulation d’un vœu. Il devait souvent être interprété ensuite comme la constatation d’une réalité. C’était toutefois loin d’être le cas puisque dans son ouvrage, c. Negri se plaignait, tout en les constatant, de plusieurs choses :

  • 6 Ibidem.

a) Dans le quart de siècle qui vient de s’écouler presque 100 000 Italiens sont passés par le Plata et pourtant dans les différents ouvrages sur le pays écrits par des Anglais, des Français ou des Allemands, les Italiens ne sont mentionnés nulle part ; b) nous ne savons même pas combien d’Italiens résident dans le pays. D’après les lois locales, tout individu né dans le pays est considéré argentin et la plupart de ceux qui sont nés en Argentine de père Italien n’ont plus connaissance ni de l’Italie ni de la langue Italienne. Un nombre croissant d’Italiens arrivent dans le pays, mais leur dilution dans la population espagnole est tout aussi rapide ; c) les Anglais, les Américains, les espagnols, les Français, tout en étant beaucoup moins nombreux que les Italiens, laissent beaucoup plus d’empreintes que nos ressortissants ; d) en dépit du grand nombre d’Italiens présents dans le pays, aucun des nouveaux villages ou villes qui surgissent ne porte un nom Italien alors que les émigrants venant d’Angleterre, d’Allemagne, de France marquent leur attachement à la mère-patrie par les noms qu’ils confèrent aux villes nouvellement fondées aux États-Unis, en Australie, au Brésil, en Algérie6.

L’« autre colonie » aussi introuvable que l’« autre Italie »

7Ces réserves, rendant pour l’heure peu probable la concrétisation d’une « autre Italie » aux bords du Plata, ne devaient pas être prises en compte avant longtemps. Mais il faut les garder à l’esprit car des considérations du même ordre, sans aucune référence cette fois-ci au live de C Negri, devaient être faites, significativement, toujours en référence à l’Argentine, quand l’utopie de la plus grande Italie, via la multiplication des petites Italies calquées sur le modèle de la petite Italie argentine, fut battue définitivement en brèche. Entre-temps, au fil des discussions successives, dans diverses instances, autour du chemin à suivre pour affirmer la place du nouvel État dans le monde, le thème d’une plus grande Italie prenant corps aux quatre coins de la planète, grâce au mouvement spontané de ses ressortissants poussés à quitter le sol natal par le besoin comme par le courage et l’esprit d’initiative, connut une fortune récurrente. Le terme le plus couramment utilisé pour désigner ces communautés d’Italiens se frayant un chemin dans des terres très lointaines de la mère-patrie fut celui de « colonie spontanée ». L’adjectif suggérait l’idée d’un mouvement collectif se faisant de lui-même, sans recours ni aux armes tournées contre d’autres populations ni à l’intervention de l’État et flattait bien les convictions libre-échangistes des élites gouvernementales des premières décennies post-unitaires tout comme leur fidélité aux idéaux « risorgimentali ». Ces derniers, en effet, auraient été mis à mal si le nouvel État, créé à partir d’une libération contre une oppression étrangère, se faisait à son tour oppresseur d’autres populations en emboîtant le pas des autres puissances coloniales.

8Toutefois, au fur et à mesure que le mouvement migratoire prit son envol et que le partage du monde par les grandes puissances s’acheva, des doutes et des inquiétudes commencèrent à se frayer un chemin.

9Girolamo Boccardo, un économiste génois proche du milieu des compagnies maritimes de sa ville natale qui étaient en passe d’occuper une place croissante dans le transport des migrants à destination notamment de l’Amérique du Sud, définit ainsi dans son Dizionario universale di economia politica e commercio, (Milan, 1881), cette « colonie spontanée » :

[…] l’établissement d’une population dans un pays étranger, laquelle population garde néanmoins des liens d’amitié et de soumission avec le pays natal qui, par rapport à la colonie elle-même, se désigne sous le nom de métropole ou bien mère patrie. Elle se distingue de l’émigration qui consiste dans le simple fait du départ d’un ou plusieurs individus qui quittent leur pays avec l’intention de s’établir ailleurs. Elle se distingue également de la conquête qui est l’occupation violente du territoire d’une autre nation comportant l’assujettissement de ses habitants.

  • 7 Ce passage et celui qui précède sont cités par G. Dore, in « Tra i miti di una “più grande Italia” (...)

10Et d’ajouter aussitôt : « l’émigration et la conquête peuvent être des moyens de colonisation, elles ne sont pas en elles-mêmes des colonies7… » Cette précision ouvrait la porte à toutes les ambiguïtés. Tant et si bien que dans ce même texte, si l’auteur se lançait dans une diatribe contre l’idée d’aller gouverner et opprimer des contrées lointaines, c’était pour aussitôt donner les colonies anglaises comme exemple des colonies « spontanées », nées uniquement grâce à l’influence économique, morale et intellectuelle et dont le gouvernement n’aurait fait que constater après coup l’établissement. Mais la phrase pouvait donner lieu également à d’autres conclusions, comme tendrait à le prouver la réponse faite par le directeur de la Société de navigation Florio à une enquête parlementaire sur la marine marchande promue de 1882 à 1884. Les colonies, écrivait-il, sont

  • 8 Ibid., p. 156.

[…] le véritable secret des relations durables avec des pays lointains, sans les inconvénients de l’émigration et de la conquête : la première conduit, comme nous le voyons en Amérique, au mépris, la seconde à la haine. L’Italie, en s’appuyant sur la confiance universelle dans ses bonnes intentions, peut régler et diriger l’émigration dans le but de coloniser8.

11Nous sommes là au début des années 1880. La « gauche risorgimentale » a succédé depuis peu à la droite. Le libre-échangisme officiel commence à céder la place aux premières mesures protectionnistes. Tout au long de la décennie qui voit en même temps le premier grand essor des gros bataillons de l’émigration de masse, le discours officiel reste anticolonialiste, mais en même temps, après avoir cédé à la France sur la Tunisie au début de la décennie, l’Italie se lance presque à reculons, tout en le faisant quand même, dans les premières expéditions coloniales en Afrique orientale. Durant ces mêmes années, l’alternative émigration-conquête coloniale fait l’objet d’un âpre débat, comme on le voit lors du débat parlementaire qui suit l’occupation Italienne de Massaoua (Erythrée) en 1885. Parmi les députés, peu nombreux, qui s’expriment, un député méridional propose comme alternative à l’exode des paysans Italiens vers le Plata, la fondation de colonies Italiennes en Afrique, à l’exemple de ce que font déjà l’Angleterre, la France et l’Allemagne. En revanche, un autre député méridional fait remarquer qu’avec les principes dont s’est inspirée jusqu’alors la politique Italienne, il est inconvenant de mener une politique de conquêtes militaires en Afrique :

  • 9 Ibid., p. 163-164.

En Italie – fait-il valoir – nous avons eu la noble ambition d’être parmi les premiers initiateurs de certains principes philosophiques et humanitaires et de les appliquer non seulement dans notre législation intérieure, mais aussi dans nos relations extérieures. D’où l’abolition de la peine de mort (qui sera effectivement abolie par le nouveau code penal de 1889) et à l’étranger la tentative de remplacer la guerre par l’arbitrage, et le refus de tout recours à la violence9.

12On pourrait croire par la rareté des interventions favorables aux expéditions coloniales que celles-ci sont encore très minoritaires. Mais la réplique finale du juriste P. S. Mancini, ministre des Affaires Étrangères en exercice, témoigne d’un début de revirement de l’opinion, au moins dans les milieux gouvernementaux et parlementaires. Le ministre fait en effet état de l’existence, clairement définie, de deux opinions en matière d’expansion Italienne dans le monde. Il y a ceux qui pensent que la présence Italienne dans le monde ne peut être assurée que par le mouvement spontané des migrants auxquels l’État se doit tout au plus d’assurer son aide et sa protection, essentiellement afin de garder et/ou de consolider leurs liens avec l’Italie. Et il y a, au contraire, ceux qui estiment que l’émigration Italienne, au lieu de se disperser aux quatre coins du globe où ne l’attendent le plus souvent que déception et mort, doit se diriger vers des pays placés sous la souveraineté Italienne. Le ministre se range lui-même, et c’est là une grande première, dans le second groupe et ceci en dépit de sa déclaration de politique générale selon laquelle l’Italie continue de faire reposer sa politique étrangère sur le principe sacré du respect de toutes les nationalités. Les succès obtenus par les colonies Italiennes d’Amérique du Sud sont à leur tour invoqués, en s’appuyant à nouveau sur l’ambivalence du terme même de colonie, pour contrer les arguments de ceux qui s’opposent aux aventures coloniales en raison de leur stérilité sur le plan économique et des dépenses qu’elles entraînent.

13Dorénavant, il va exister deux visions antagonistes de l’expansionnisme Italien se nourrissant chacune des insuccès, réels ou supposés, de l’autre. La défaite cuisante de l’armée Italienne à Adoua, en Éthiopie, en 1896, fournira l’occasion d’un dernier baroud d’honneur aux tenants d’une perspective expansionniste fondée sur le développement spontané des communautés Italiennes au-delà de l’océan.

Sur les ruines de la politique africaine, l’éclosion de l’utopie du « Principe mercante » au tournant du siècle

  • 10 L. Einaudi, Un principe mercante, Torino, Fratelli Bocca editori, 1900.
  • 11 Cf. Par exemple L. Einaudi, « I fondatori della grande italia transatlantica », Riforma sociale, V (...)

14On doit à celui qui est alors un jeune économiste, Luigi Einaudi, futur premier président de la République Italienne née sur les ruines du fascisme, la formulation sans doute la plus cohérente – tout comme la plus flamboyante à défaut d’être réaliste – de la théorie d’une expansion Italienne à l’étranger liée à l’émigration. Elle serait fondée sur les vertus pacifiques du commerce et de centaines de milliers de décisions individuelles de recherche de fortune à l’étranger, en alternative à des entreprises de conquête coloniale coûteuses, en conflit avec le legs idéal du Risorgimento, et qui plus est perdantes. En amont de son Il Principe mercante10 – publié à l’aube du xxe siècle mais dont les thèses essentielles ont été exposées auparavant dans plusieurs articles11 – l’événement a été, dans l’immédiat, une section spéciale de l’exposition universelle de Turin de 1898 consacrée aux réalisations des Italiens à l’étranger.

15L’auteur s’appuie sur cette sorte de bilan-miroir – miroir à vrai dire forcément flatteur puisque précisément construit dans ce but et grâce aux contributions de ceux-là mêmes qu’il est destiné à refléter – pour dresser un tableau qui s’avère également être un plaidoyer fondé sur le télescopage habile entre des réalités et des extrapolations, plus au moins hardies, à partir de celles-ci. Qu’il s’agisse du domaine des associations, des réalisations économiques et de la place des Italiens dans les différentes sociétés d’accueil, c’est la totalité des pays de destination des migrants Italiens qui est passée en revue. Mais c’est pour concentrer aussitôt l’attention sur cette Argentine dont nous avons vu comment, dès le départ, elle occupe une place privilégiée dans le discours sur la « plus grande Italie ». Pourquoi un tel choix ?

16Ce dernier émerge au terme d’un survol sans complaisance de la réalité migratoire du monde contemporain et de la place qu’y occupe l’émigration Italienne. Celle-ci, dit en substance l’auteur, est, du point de vue du rôle qu’elle est susceptible de jouer quant à la place de l’Italie dans le monde, exposée à deux dangers. D’un côté, vue à moyen ou à long terme, « au sein d’une population à la forte identité, aux caractéristiques et à la langue radicalement différentes, notre émigration sera fatalement absorbée dans l’ethnie dominante » et il serait vain de se révolter contre cette perspective ; « au terme de deux ou trois générations, les Italiens seront devenus américains, allemands, anglais et très peu d’entre eux garderont le culte et l’amour de la patrie d’origine ». Or, poursuit-il, il est vrai que le commerce suit les traces de l’émigrant, mais uniquement de ceux qui, même après plusieurs générations, gardent des liens affectifs et d’intérêts (culturels) avec la terre… de leurs ancêtres. D’autre part, il semble, analyse-t-il pertinemment, qu’une

[…] division de travail s’est installée entre les différentes nations d’Europe pour ce qui est de la fourniture de la marchandise « migrante » […] Des pays, comme l’Italie, n’exportent que des bras, d’autres, comme la France, n’exportent que des capitaux. D’autres encore, comme l’Angleterre et l’Allemagne, exportent des hommes et des capitaux. Mais même quand ces dernières exportent des hommes ce ne sont pas les mêmes hommes qu’elles exportent. L’Italie exporte du travail unskilled : des terrassiers, des manœuvres, des paysans. L’Angleterre et l’Allemagne exportent du travail skilled : des contremaîtres, des colons, des planteurs, des ingénieurs, des capitaines d’industrie.

17La différence est capitale conclut-t-il : « c’est la différence qui existe entre ceux qui donnent des ordres et ceux qui obéissent, entre dominants et dominés. » Dans la construction des chemins de fer en Argentine, que voit-on ? Très brutalement, les capitalistes, les ingénieurs, les directeurs, les contremaîtres sont tous anglais, les manœuvres sont tous Italiens. Mais l’exemple argentin sert aussitôt de transition pour enchaîner sur un long développement qui constitue la partie principale de l’ouvrage et qui pose justement le cas argentin en contre-exemple positif destiné à réfuter la perspective du tableau noir de l’émigration Italienne dans le monde, dessiné jusqu’alors. Car en Argentine, comme ailleurs, les Italiens commenceraient leur trajectoire migratoire en tant que humbles cultivateurs, ou manœuvres, mais bientôt, ils ne s’arrêteraient pas là. Les témoignages d’une ascension sociale multiforme seraient innombrables, tout comme les empreintes laissées par « le génie Italien » dans le paysage social, économique, urbain du pays :

L’ Argentine – écrit-il alors avec des accents dithyrambiques – serait encore un désert, ses villes un mélange de paille et de boue sans le travail opiniâtre, sans l’audace colonisatrice, sans l’esprit d’entreprise des Italiens […] ceux qui ont créé le port de Buenos-Aires sont des Italiens, ceux qui ont colonisé des provinces entières grandes comme la France et l’Italie sont encore des Italiens ; ceux qui ont défriché l’immense province de Santa Fé d’où vient le blé qui inonde les marchés européens sont pour neuf dixièmes des Italiens ; ceux qui ont courageusement introduit la culture de la vigne sur les collines de la province de Mendoza sont des Italiens, tout comme un très grand nombre d’industriels argentins de même que sont Italiens les entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics de l’Amérique du Sud.

18Cette épopée collective se doit d’avoir ses héros, qui puissent être proposés comme exemples à imiter. Et l’auteur d’en choisir un – un industriel-marchand à la tête d’un réseau important de production et distribution de tissus de coton – dont il s’attache à présenter le parcours car, précise-t-il dans l’introduction à cette partie de l’ouvrage,

[…] il m’a paru important, en ce moment, triste en raison de fautes passées mais ouvert sur de nouvelles espérances, de proposer à l’Italie l’exemple d’un ses enfants en mesure de ressusciter dans la lointaine Amérique les fastes des princes-marchands génois, pisans, vénitiens d’autrefois et de se battre victorieusement avec les princes-marchands modernes d’Angleterre et d’Allemagne… de choisir, parmi les très nombreux « self made men » (issus de l’émigration), un qui fut presque l’incarnation vivante des qualités intellectuelles et d’organisation destinées à transformer la petite Italie actuelle en un future « plus grande Italie », dont le nom et la race glorieuse rayonne pacifiquement dans un continent plus vaste que l’empire romain antique.

19Enrico Dell’Acqua est-il donc le spécimen de l’émigration Italienne en Argentine, un idéal-type de l’émigration Italienne à promouvoir et… à espérer un peu partout dans le monde ? Le lecteur pourrait le croire, puisque Luigi Einaudi, en dépit des considérations désabusées que nous avons citées plus haut, n’hésite pas à expliciter le message qu’il croit avoir lu dans la contribution des Italiens d’Argentine à l’exposition turinoise de 1898 :

[…] voilà la preuve – écrit-il – qu’au-delà de l’Atlantique, une nouvelle Italie est en train de naître, un peuple est en passe de se former qui, tout en étant argentin, gardera les caractères fondamentaux du peuple Italien et prouvera au monde que l’idéal impérialiste n’est pas destiné à rester un idéal anglo-saxon. Mieux encore : nous sommes en train de montrer au monde que l’Italie est capable de créer un type de colonisation plus parfait et plus évolué que le type anglo-saxon car à la conquête pacifique du colon anglais… s’est toujours accompagnée la conquête militaire… alors que la colonisation Italienne a toujours été libre et indépendante.

20Et de terminer son plaidoyer en évoquant les foules de parias attendant, anxieux et démunis de tout, le départ des paquebots dans le port de Gênes, mais s’étant révélés par la suite en mesure de transformer la campagne et le peuple argentin.

« De l’émigration au nationalisme »

21Qu’adviendrait-il de cette belle construction si Enrico Dell’Acqua n’était pas entièrement représentatif de l’émigration Italienne en Argentine, si cette dernière à son tour, loin d’être la règle, était plutôt l’exception par rapport à un mouvement migratoire destiné à connaître, quantitativement, des pics inconnus jusqu’alors et présentant des traits tout comme des directions allant dans un tout autre sens ?

22Tout au long de la première décennie du xxe siècle on assiste en effet au développement parallèle d’un exode sans précédent, majoritairement en direction de la partie septentrionale du continent américain et d’une littérature se nourrissant des apports les plus divers mais presque tous convergents, dès lors qu’il s’agit de contester l’aptitude des « petites Italies » – le terme qui a fait son apparition, sous la plume d’observateurs et d’écrivains nord-américains lors de la décennie précédente, acquiert maintenant un droit de cité dans la littérature Italienne consacrée à l’émigration – à incarner la perspective d’une « plus grande Italie » capable de tenir son rang devant les grands impérialismes européens et extra-européens et tourner le dos au profil bas de la « petite Italie » d’antan.

  • 12 E. Corradini, Scritti e discorsi 1901-1914, Torino, Einaudi, 1980. Cette publication récente d’une (...)

23« De l’émigration au nationalisme », est le titre d’un des innombrables articles publié en 1916 par Enrico Corradini12, le chef de file du nationalisme Italien dont la doctrine, même quand ses outrances suscitent des réserves, exerce un pouvoir de séduction considérable sur un large secteur de l’intelligentsia Italienne de l’époque. Il n’est pas question d’évaluer ici le poids spécifique de la campagne nationaliste parmi les facteurs qui ont pu pousser le gouvernement Giolitti à reprendre, à quinze ans de distance de la défaite d’Adoua, la politique africaine ; on sait qu’elle s’est soldée en 1911 par la conquête Italienne de la Lybie aux dépens de l’empire ottoman à l’agonie. Il est en revanche certain que le large consensus par lequel la guerre de Libye est accueillie dans les milieux les plus divers ne peut se comprendre en dehors d’une conjoncture intellectuelle marquée par la forte empreinte nationaliste qui sera à son tour renforcée par la victoire remportée contre Istanbul. Or, parmi les thèmes et les arguments brassés par le nationalisme Italien, ceux qui tirent un bilan de l’émigration, telle qu’on peut l’appréhender au terme de presque cinquante ans de développement ininterrompu et d’une ampleur croissante, occupent une place stratégique.

[…] nous sommes un peuple d’émigrants – dit-il lors d’une de ces conférences qu’il affectionne tout particulièrement – >c’est-à-dire que pour avoir du pain et du travail nous sommes obligés de quitter la Patrie et de nous disperser de par le monde.

24Ou encore :

  • 13 Rapport présenté au 1er congrès nationaliste à Florence le 3 décembre 1910 ; publié pour la premiè (...)

Le cercle des nations conquérantes, cercle économique et moral, est serré autour de nous qui avons toujours baissé les bras, par utopisme philosophique, aveuglement populaire et lâcheté bourgeoise. Pouvons-nous briser se cercle ? Pour l’instant, nous passons à travers. Comment ? Par l’émigration13.

25Les arguments des tenants de l’émigration comme voie privilégiée de l’expansion Italienne sont retournés comme des gants. Est-ce un hasard si c’est justement l’Argentine qui occupe une place de choix dans ce travail de déconstruction ?

  • 14 Notamment par un certain Giuseppe Bevione (1879-1968).

En Argentine – emprunte-t-il à des articles récemment publiés14 – les Italiens ne comptent rien en tant que collectivité ; et, en tant qu’individus ils doivent dépenser leur énergie entourés par une hostilité sournoise, mais permanente… la fameuse fraternité italo-argentine n’existe pas. Il y a d’un côté, du nôtre, la soumission, la bonté, l’amour du travail, le respect de la loi, le respect pour les personnes et les choses du pays, un désir dévorant de faire fortune, entreprise dans laquelle hélas se perdent l’amour et le souvenir de la Patrie lointaine ; de l’autre côté, du côté argentin, il y a la condescendance, un sentiment instinctif et irrésistible de supériorité, pas toujours caché, l’injustice fréquente et l’hostilité réelle à l’égard de cet élément étranger plus nombreux, plus vital, plus fort, plus nécessaire aux destins de la République […] qu’est-ce que le travail Italien en Argentine ? – conclut-t-il cette tirade en détournant la célèbre phrase de l’abbé Siéyiès – Tout. Que représentent les Italiens ? Rien. Or c’est là exactement ce que le socialisme dit du prolétariat par rapport à la bourgeoisie.

  • 15 Milano, Fratelli Trèves editori, 1913.
  • 16 Milano, Fratelli Trèves Editori, 1911, pour la première édition. Il sera plusieurs fois réédité ju (...)

26Et Enrico Corradini d’enchaîner dès lors sur la partie la plus redoutable de sa machinerie idéologique : le détournement bien connu de la lutte de classes empruntée à Marx au profit de la guerre entre nations prolétaires – l’Italie, le Japon, demain l’Allemagne – et nations bourgeoises. Nous ne le suivrons évidemment pas par sur ce terrain. Nous voulons juste montrer à quel point le discours et la réflexion sur l’émigration, sur la typologie des rapports développés entre migrants Italiens et populations des pays d’accueil, ont joué un rôle décisif dans la naissance et surtout dans le succès d’opinion du nationalisme Italien. Pour ce dernier, en effet, l’émigration dans un pays non soumis à la souveraineté Italienne ne peut être qu’un signe de faiblesse et une perte nette pour le pays ; et ceci dans tous les cas de figure. Dans le cas, quantitativement le plus fréquent, où les Italiens seront cantonnés dans les métiers les plus humbles ils se trouveront exposés sans défense à l’exploitation des employeurs étrangers, doublée du mépris des travailleurs du cru. Là où, par leur capacité d’adaptation et par leur travail acharné, ils arriveront à gravir quelques échelons de la pyramide sociale, ils ne pourront le faire qu’au prix d’une dilution et d’une perte de leur identité Italienne tant et si bien que leurs succès mêmes ne pouvant se concrétiser que par un enracinement dans le pays d’accueil, finiront par contribuer à l’enrichissement et au renforcement de ce dernier. Renforçant par là même l’idée que, de toute manière, l’émigration est une perte nette de substance pour le pays qui n’est capable ni de l’orienter, ni d’en tirer profit. Dans ses écrits et surtout dans ses romans et pièces de théâtre, les personnages campés par Enrico Corradini sont d’ailleurs des personnages qui ont réussi dans leur expérience migratoire et qui sont l’incarnation même du succès. Tel est le cas du riche agriculteur carraro, présenté au début de la pièce Le vie dell’oceano15 au moment où il est en train de partager entre ses enfants, dont quelques-uns n’ont même pas de prénoms Italiens, le riche patrimoine immobilier accumulé tant à Buenos Aires que dans les campagnes argentines. Mais on le voit aussi dans le roman La patria lontana16 : Lorenzo Berenga, arrivé à douze ans en Amérique du Sud comme simple maçon, se trouve maintenant à la tête d’une grande entreprise immobilière ayant à son actif la construction « de plus de mille maisons et palais dans la capitale du Brésil ».

  • 17 R. Michels, L’imperialismo italiano, Milano, Società Editrice Libraria, 1914.

27Quelques mois après la fin de la guerre de Lybie, Roberto Michels, le célèbre sociologue allemand, Italien d’adoption, revient à son tour sur le thème de « la plus grande Italie ». À vrai dire, l’expression a disparu de son vocabulaire et la version Italienne de son livre, avec lequel il s‘est fixé comme but d’expliquer à une opinion publique allemande hostile les contraintes objectives ayant poussé l’Italie à entreprendre la conquête de la Lybie, a comme titre L’impérialisme italien17.

28Cet ouvrage présente un grand intérêt pour deux raisons essentielles. En premier lieu, l’auteur, tout en reprenant à son compte le noyau dur de l’argumentaire nationaliste, affiche une certaine distance à l’égard des partis pris nationalistes et affirme même avoir été frappé de tristesse lors de la déclaration Italienne de guerre à la Turquie : cet acte sonnait en effet le glas de l’idée qu’il avait eue jusqu’alors de sa patrie d’adoption considérée comme un pays qui, à la différence de tous les autres grands pays, avait su résister aux tentations impérialistes. Pour tenter de trouver une réponse à ce qui lui est d’abord apparu comme une anomalie, il se lance dans un examen relativement exhaustif des aspects les plus divers de l’émigration Italienne dans le monde. Le livre de Roberto Michels témoigne en effet d’une connaissance approfondie de la littérature existante tant Italienne que des différents pays d’accueil de l’émigration Italienne. Et c’est là la deuxième raison de son intérêt. Roberto Michels est bien conscient de la grande diversité des processus d’insertion des immigrés Italiens dans les différents pays d’accueil. Ainsi, il consacre un long développement aux communautés d’Italiens installées dans les principales villes nord-américaines, tout particulièrement à new York. Il constate leurs difficultés d’insertion dans la société américaine, leur attachement à la langue, aux mœurs, aux habitudes culinaires des régions et des villages d’origine, mais ne se fait pas d’illusions sur l’aboutissement final du processus. Son jugement sur l’ensemble de l’expérience migratoire est sans appel :

Mieux vaut le clamer haut et fort – écrit-il – depuis quarante ans, le peuple Italien a perdu des millions de ses ressortissants […] Perdu car les émigrants n’ont laissé aucune trace visible dans la vie des peuples parmi lesquels ils ont émigré… ils n’ont jamais laissé d’empreintes même quand ils pouvaient se considérer porteurs d’une civilisation supérieure […]. Même si la majorité des Italiens de la première génération reste Italienne la seconde, en raison du jus soli, est perdue d’une façon irréversible, et non seulement sur le plan juridique, mais également sur le plan psychologique… Georges Clemenceau, à l’occasion d’un voyage en Argentine fut obligé de constater que l’émigrant Italien « …s’argentine bien avant d’être argenté ». Ceci vaut pour toutes les classes sociales. Mais encore plus pour les émigrants qui font fortune. Il faut le savoir.

29Une seule réserve à ce tableau entièrement noir, si l’on adopte le point de vue nationaliste qui est désormais le sien :

  • 18 Ibidem.

[…] les foules misérables et illettrées du Mezzogiorno offrent une résistance plus durable à ce processus de dénationalisation. Auprès d’elles, en effet, se maintient avec opiniâtreté le souvenir instinctif de la patrie lointaine d’où la misère les chassa et qu’elles tentent de ressusciter au sein de regroupements solidaires consacrés à sa mémoire et à son nom… il n’y a rien de pire dans la perspective de la dénationalisation que l’enrichissement et l’achat de maisons et de terrains18.

30Nous en sommes là au renversement total de la perspective suggérée par Luigi Einaudi dans son Principe mercante. Le livre de Roberto Michels marque également l’enterrement définitif du discours sur « la plus grande Italie » par les voies pacifiques de l’émigration. Désormais, celle-ci, loin d’offrir à l’expansion Italienne les caractères exceptionnels propres à un pays qui, né de la libération du joug d’autrui, ne pouvait pas à son tour opprimer d’autres peuples sans se renier lui-même, sera invoquée comme une réalité en elle-même négative et légitimant une politique impérialiste destinée à y mettre un terme. Le terrain, ne serait-ce qu’au niveau du discours, est largement déblayé pour le traitement que le fascisme, devenu régime, réservera au thème de l’émigration, y compris dans l’instrumentalisation toute particulière à laquelle il soumettra ces « regroupements solidaires » d’Italiens évoqués par Roberto Michels comme exemples de résistance à la dénationalisation et de maintien opiniâtre du « souvenir instinctif de la patrie lointaine ».

Notes

1 Pour un inventaire récent relativement exhaustif de ces « colonies », cf. D. J. Grange, l’Italie et la Méditerranée (1896-1911), Rome, École française de Rome, 1994, notamment le chapitre consacré aux « colonies » Italiennes dans l’empire ottoman à la fin du xixe siècle.

2 L. Incisa Di Camerana, « La diplomazia », in P. Bevilacqua, A. De clementi et E. Franzina (dir.), Storia dell’emigrazione italian, Arrivi, Roma, Donzelli Editore, 2002, p. 464-465.

3 D. J. Grange, op. Cit.

4 Torino, Paravia.

5 « L’emigrazione italiana al Plata », in c. Negri, op. cit., p. 171-190.

6 Ibidem.

7 Ce passage et celui qui précède sont cités par G. Dore, in « Tra i miti di una “più grande Italia” la “più grande Italia” al Plata », La democrazia italiana e l’emigrazione in America, Brescia, Morcelliana, 1964, p. 148-149.

8 Ibid., p. 156.

9 Ibid., p. 163-164.

10 L. Einaudi, Un principe mercante, Torino, Fratelli Bocca editori, 1900.

11 Cf. Par exemple L. Einaudi, « I fondatori della grande italia transatlantica », Riforma sociale, VI, 1899, p. 592-598.

12 E. Corradini, Scritti e discorsi 1901-1914, Torino, Einaudi, 1980. Cette publication récente d’une partie de ses écrits constitue un échantillon représentatif de la place occupée par l’émigration dans le discours nationaliste.

13 Rapport présenté au 1er congrès nationaliste à Florence le 3 décembre 1910 ; publié pour la première fois in Il nazionalismo italiano. Atti del Congresso di Firenze, Firenze, A. Quattrini, 1911, sous le titre « Classi proletarie : socialismo, nazioni proletarie : nazionalismo ». À nouveau publié in E. Corradini, Scritti e discorsi, op. cit.

14 Notamment par un certain Giuseppe Bevione (1879-1968).

15 Milano, Fratelli Trèves editori, 1913.

16 Milano, Fratelli Trèves Editori, 1911, pour la première édition. Il sera plusieurs fois réédité jusqu’à la fin des années 1930.

17 R. Michels, L’imperialismo italiano, Milano, Società Editrice Libraria, 1914.

18 Ibidem.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540