Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Troisième partie. Identité nationale et métissages culturels

Une Petite Italie radiophonique au cœur du bassin minier de Pennsylvanie ?

L’expérience des Fiorani Radio Productions de Scranton1

Bénédicte Deschamps

Texte intégral

Une radio américaine plurielle : multiplicité de l’offre, redéfinition de l’espace

  • 1 La recherche pour cet article n’aurait pu être menée à bien sans le soutien financier du Balch Ins (...)
  • 2 Pour plus de détails sur l’histoire de la radio américaine, cf. E. Barnouw, A History of Broadcast (...)
  • 3 A. Goldfard Marquis, « Written in the Wind : The Impact of Radio during the 1930’s », Journal of C (...)
  • 4 J. S. Roucek, « Foreign Language Broadcasts and Listening », The Wisconsin Sociologist, vol. 4, n° (...)
  • 5 T. Grame, Ethnic Broadcasting in the United States, Washington, American Folklife Center, Library (...)
  • 6 D. W. Vaillant, « Sounds of whiteness : Local Radio, Racial Formation, and public culture in Chica (...)

1Dans les années 1920, lorsque naquit la radiodiffusion, il était difficile d’imaginer que cette dernière aurait un tel impact économique et culturel sur les sociétés occidentales2. Ce nouveau moyen de communication, qui connut son âge d’or lors de la décennie suivante, transforma la vie de millions de familles, notamment aux États-Unis, où quelque 70 % des foyers se trouvaient équipés d’un poste en 19353. L’essor de la radio américaine se caractérisa par la multiplication des stations, jusqu’à ce que le congrès créât en 1927 un organisme de régulation, la Federal Radio Commission, qui limita l’attribution des ondes aux stations dont les émissions étaient reconnues indispensables ou d’intérêt public. Malgré ces restrictions et en dépit de l’émergence de chaînes nationales aux multiples ramifications telles que CBS (Columbia Broadcasting System) ou NBC (National Broadcasting Company), le nombre de licences accordées aux émetteurs indépendants resta particulièrement élevé. La richesse de l’offre radiophonique aux États-Unis se trouvait en partie justifiée par l’ancrage très régional de ce moyen de communication. En effet, même si les réseaux de CBS et de NBC s’octroyaient une belle part du marché, la radio était par essence liée à une production et un auditorat locaux, et constituait ainsi un théâtre d’expression ouvert à ceux qui, pour des raisons diverses et notamment linguistiques, se trouvaient exclus des grands media nationaux. Selon le sociologue Joseph Roucek, « sur 915 stations de radio aux États-Unis en 1942, 205 diffusaient des émissions en 26 langues étrangères pour un public potentiel de 15 millions de personnes, dont 3 millions ne parlaient ni ne comprenaient l’anglais4 ». or, malgré l’importance de ce phénomène, encore peu d’ouvrages ont été publiés sur le sujet, même si Theodore Grame dans une étude déjà ancienne, et plus récemment Lizabeth Cohen dans ses travaux sur Chicago, ont tout deux mis en exergue à la fois l’active participation des immigrés au développement de la radio américaine et le rôle spécifique joué par les émissions destinées à un public dit « ethnique » dans l’évolution de la conscience identitaire de ce dernier5. en effet, la relative accessibilité des ondes à des stations dont le succès reposait sur le concept de proximité encouragea l’éclosion de radios communautaires, ethniques, ou spécialisées qui redéfinissaient la notion d’espace en plaçant leurs activités à la fois sur le terrain très concret de la géographie urbaine, et sur celui plus virtuel des affiliations régionales, religieuses, ou identitaires. Comme le rappelle Derek Vaillant, la radio offrit à ses auditeurs « de nouveaux moyens de se positionner mentalement et physiquement dans le quartier, la métropole et la nation elle-même6 ». Dans les agglomérations américaines où les règles économiques et sociales favorisaient la constitution de quartiers ethniques, la radio donna l’occasion aux populations immigrées de se forger un espace plus fluide, dans lequel elles pouvaient certes renforcer les liens qui unissaient ses membres mais aussi déplacer son territoire et même l’ouvrir aux autres acteurs de la société américaine.

Une radio italo-américaine dynamique, au cœur des régions

  • 7 J. Ferrand, « Foreign-Language Broadcasting in the United States (1945-1948) », Confidential draft (...)
  • 8 Cf. Federal Writers’ Project, Work Projects Administration Gli Italiani di New York, New York, Lab (...)
  • 9 L’émission d’Antonini portait le nom de la section italienne des couturiers de l’ILGWU : « La voix (...)
  • 10 À noter les efforts de Luigi Di Fant et de sa femme pour lancer des émissions italo-américaines à (...)
  • 11 Sur l’expérience des Fiorani, cf. S. Luconi, « Radio Broadcasting, Consumer Culture, and Ethnic Id (...)

2en 1948, Jacques Ferrand, alors membre d’une institution chargée d’observer les médias ethniques, affirmait que les Italo-américains, avec 294 heures hebdomadaires, diffusaient plus d’émissions qu’aucun autre groupe sur le territoire américain7. En effet, à la fin des années 1920, la radio avait prit une place importante dans la vie des immigrants originaires de la péninsule. À New York, la création de la station WOV en 1926, puis la naissance de WHOM, rachetée en 1946 par le magnat de la presse italo-américaine Generoso pope, permirent d’ouvrir les ondes à des programmes musicaux et politiques en langue italienne qui fidélisèrent un public de plus en plus enthousiaste8. Dans la lignée des « conversations au coin du feu » du président Franklin Delano Roosevelt, les responsables syndicaux et politiques italo-américains ne dédaignaient pas non plus les micros, comme en témoigne le succès remporté par l’émission que le syndicaliste italo-américain Luigi Antonini de l’International Ladies’Garment Workers Union lança en 1934 sur WEVD, ou bien encore celle que le maire de New York, Fiorello La Guardia, inaugura en 19429. À Chicago, Boston ou Philadelphie, les immigrants italiens se montraient ainsi d’autant plus enclins à s’octroyer une part de l’espace radiophonique qu’ils pensaient que la nationalité de Guglielmo marconi leur donnait un droit légitime à bénéficier de son invention. Si les émissions d’Antonini ou de La Guardia sont aujourd’hui devenues légendaires, elles ne sauraient toutefois éclipser le travail effectué par un certain nombre de petites stations d’autres régions des États-Unis10. Dans la plupart des villes qui accueillaient une large population italienne, les « nationality hours » – heures réservées sur les ondes à un public non anglophone – comptaient leur quota de variétés et d’informations en italien. En effet, la radio ethnique était essentiellement fondée sur les efforts des « time brokers », producteurs d’émissions clefs en mains qui achetaient auprès de stations existantes des plages horaires où ils diffusaient des programmes qui satisfaisaient les besoins d’un public régionalement très circonscrit. À cet égard, l’expérience de Rose et Angelo Fiorani à Scranton, en Pennsylvanie du nord, est très représentative de cette contribution ethnique locale à l’évolution de la radio américaine11.

Territorialité et ethnicité : la construction d’un espace radiophonique italien dans la région de l’Anthracite

  • 12 Sur la complexe personnalité de L. Caminita, anarchiste fondateur du Minatore et auteur de divers (...)
  • 13 Lettre circulaire de la « Minatore Publishing Company », 1933, archives des Fiorani Radio Producti (...)
  • 14 WSCR, Interview de Rose Florey Fiorani, Scranton, Rice communications Incorporated, 5 décembre 197 (...)
  • 15 Entretien de l’auteur de cet article avec Rose Gallagher, fille de Rose et Angelo Fiorani, philade (...)

3Quand Angelo Fiorani créa en avril 1933 l’Italian Reveries Broadcasting Company en collaboration avec Ludwig (ou Ludovico) caminita12, directeur du journal local Il Minatore, il n’avait ni bureaux ni employés13. Les textes des émissions qu’il essayait de vendre à la station locale WGBI étaient encore tapés dans la cuisine familiale sur une machine à écrire que sa femme Rose avait reçu en cadeau à la fin de ses études de commerce à Scranton14. À l’âge de dix ans, Angelo Fiorani avait été recruté dans les mines où travaillait son père et avait ensuite exercé différents métiers, notamment mécanicien et vendeur de voiture15. À quarante ans et sans emploi, à une époque où le chômage était devenu un problème national, il prit le risque de se lancer dans une entreprise qui lui permettait de conjuguer les compétences de sa femme et son talent de chanteur. Il espérait ainsi pouvoir sortir de ses difficultés financières en offrant aux Italo-américains de la région des émissions produites dans leur propre langue. Comme il l’expliquait :

  • 16 A. Fiorani, « Radio, an Advertising medium », Address for Kingstone College Career Forum, 30 avril (...)

Un soir, pendant que j’écoutais une radio locale, une idée me traversa l’esprit. Alors que toutes les émissions étaient en anglais, j’ai pensé qu’il y avait probablement dans cette région des milliers de familles non anglophones qui se trouvaient privées de cette forme de divertissement. Alors pourquoi pas une émission en langue étrangère16 ?

  • 17 Cf. Hard Coal, Hard Times, Ethnicity and Labor in the Anthracite Region, sous la dir. de D. L. Sal (...)
  • 18 E. G. Hartmann, « Some Statistics on the Immigrant Influx into Luzerne County, Pa (1870-1910) », p (...)
  • 19 Lettre de A. F. (au nom de l’Italian American Program) à Alfred S. moss, Radio Advertising Associa (...)
  • 20 Sur l’identification de la population locale à la production de l’anthracite, cf. notamment V. A. (...)
  • 21 Papier à lettre de l’Italo-Broadcasting company, AFRP, MSS 49, Series I, « General Papers », Box 1 (...)
  • 22 The Scrantonian, 14 mars 1982. « Nuova stazione radiofonica in Scranton », N. D., AFRP, MSS49, Ser (...)

4La radio était consubstantielle de la notion de territoire et les Fiorani l’avaient bien compris. Inspirés par Emilio Mesolella qui vendait depuis 1930 une « National Italian Hour » à deux stations de Wilkes Barre (ville voisine de Scranton), Angelo Fiorani avait pris la mesure du potentiel de la région dite « de l’anthracite », dont le bassin minier représentait la principale ressource économique17. Au début du siècle, la Wyoming Valley, les comtés de Lackawanna et de Luzerne avaient attiré dans les mines et l’industrie textile de nombreux immigrés essentiellement originaires d’Autriche, de Pologne, de Hongrie, d’Allemagne, d’Italie, de Lituanie et de Slovaquie. Rien que dans le comté de Luzerne, les Italiens constituaient le troisième groupe le plus important en 1910, et le deuxième en 192018. en 1937, surévaluant probablement les chiffres réels, Angelo Fiorani estimait même son vivier d’auditeurs italiens pour tout le bassin minier à quelque 400 000 personnes19. Les immigrés du nord-est de la Pennsylvanie s’identifiaient fortement à cette région de l’anthracite et le travail dans l’extraction du charbon était fondateur de leur identité, même si la grande dépression avait marqué le déclin de cette industrie20. Loin de se réclamer de « petites Italies », les Italiens de Scranton utilisaient alors pour se définir le terme de « colonie », dont Angelo Fiorani faisait pourtant un usage relativement modéré. Il lui préférait celui de « résidents italo-américains », ou de « population » qu’il employait systématiquement en association à une double référence ethnique et régionale. Il lui était vital de circonscrire un territoire où exercer son activité de « time-broker », territoire qui ne pouvait être limité à un quartier mais qui devait trouver ses marques dans une géographie industrielle plus large. Lorsque Angelo Fiorani mit un terme à son association avec Ludovico Caminita, ce n’est pas un hasard s’il rebaptisa son affaire « Italo-American Broadcasting Company » et choisit un papier à lettre dont l’en tête affichait l’ancrage local de sa société. Il y arborait entre autre un slogan dans lequel il se vantait de toucher les Italo-américains dans un rayon de 150 kilomètres autour de la « capitale mondiale de l’anthracite21 ». Lui-même jouissait d’une petite notoriété de ténor sous le nom symbolique de « Caruso de l’anthracite », et ses auditeurs étaient perçus comme une cible locale faisant partie de ce que les présentateurs des Fiorani appelaient « une population de caractère essentiellement cosmopolite » au sein de laquelle les « Italo-américains de la Pennsylvanie du nord-est » tenaient « une place prépondérante22 ».

Identité, radio et consommation : la mise en valeur d’un territoire commercial

  • 23 K. Lacey, « Radio in the Great Depression : Promotional Culture, Public Service, and Propaganda », (...)
  • 24 Sur l’importance des produits alimentaires italiens dans la culture italo-américaine, cf. S. Cinot (...)
  • 25 M. McAvory, note de terrain, 8 février 1940, Archives du Works Administration Project, 19381941, J (...)

5On imagine souvent que la raison d’être d’un journal ou d’une radio ethnique est de préserver l’héritage du pays d’origine. Or, s’il est vrai que la radio produite par les immigrés aux États-Unis s’appuyait indéniablement sur l’origine nationale de ses auditeurs pour se forger un marché, la défense des traditions et valeurs du pays natal ne saurait constituer la seule motivation des « time-brokers » italo-américains. En effet, la presse et la radio ethniques, à l’instar des autres médias américains, étaient et sont encore avant tout une entreprise commerciale. Ainsi, en se lançant dans la radio, les Fiorani se souciaient moins de protéger la culture italienne que de trouver un débouché économique pour leur famille. L’idée de démarrer une telle activité dans les années 1930 pouvait sembler osée, mais le paradoxe de cette période réside précisément dans la coexistence d’ » une iconographie du manque qui hante la mémoire populaire de la Dépression » et d’une « idéologie de la “culture de l’abondance” ou de la distribution de “plaisirs bon marché”23 ». La radio constitua donc à l’époque à la fois un objet de consommation et un support publicitaire pour des produits régionaux et nationaux qui donnaient l’illusion à leurs acquéreurs d’accéder à un luxe à portée de bourse. Les commerces ethniques, quant à eux, offraient à une clientèle par définition limitée un service exclusif reposant essentiellement sur des habitudes alimentaires importées du « vieux pays24 ». Cultivant un certain esprit de clocher, les immigrés italiens restaient très attachés aux boutiques dans lesquelles ils pouvaient se procurer l’huile, les pâtes ou les primeurs leur permettant de réaliser les plats de leur région d’origine. Dans les années 1920, dans la plupart des villes à forte immigration italienne, les commerçants italo-américains connurent donc un essor remarquable, absorbant jusque dans les années 1940, « la majeure partie du budget des foyers italo-américains25 ». Ce point était crucial et lorsqu’il cherchait des annonceurs, Angelo Fiorani n’hésitait pas à présenter son auditorat potentiel de la sorte :

  • 26 Lettre de A. F. (au nom de l’Italian American Program) à Alfred S. Moss, Radio Advertising Associa (...)

La population italo-américaine de Pennsylvanie du nord est une population fiable et de qualité, saine, active, combative et fortunée. C’est un marché où le commerce est bon et où la population italo-américaine gagne de l’argent et le dépense26.

  • 27 I. Simon-Barouh et P.-J. Simon (dir.), Les étrangers dans la ville. Regard des sciences sociales, (...)
  • 28 Cf. AFRP, Series III, « Advertising Accounts », Boxes 1-14.
  • 29 Lettre de R. Ferraro à A. Fiorani, 2 août 1947, p. 2, AFRP, Series V, « Fan Mail », Box 19, Fold 3

6Ida Simon-Barouh et pierre-Jean Simon rappellent que c’est justement « l’activité économique, plus que la permanence de pratiques culturelles qui garantit le fonctionnement communautaire, par une certaine façon d’investir l’espace, de créer un réseau de clientèle et d’alliance à l’intérieur et à l’extérieur du quartier27 ». C’est dans cette perspective que la radio des Fiorani joua le rôle de marqueur identitaire. En effet, les programmes radiophoniques étaient tous financés par des contrats avec des annonceurs dont les noms révélaient leur appartenance italienne, comme par exemple Spatola Importing Company (vins), La Pulita Chemical Company (lessive), Gioia Macaroni Products, (pâtes), Toscanelli Cigar Company (cigares) Contadina Tomato Paste (sauce tomate) ou Balbo Oil (huile d’olive). La publicité effectuée par les Fiorani concernait des produits principalement italiens, – d’importation ou de fabrication italo-américaine – qui allaient de l’épicerie à la droguerie en passant par la bijouterie et l’électroménager28. Cette variété semblait satisfaire les auditeurs qui déclaraient apprécier que l’Italian Program des Fiorani fît de « la réclame pour de bons aliments et de bons vêtements utilisés par de nombreuses personnes29 ». Bien que les émissions les plus prisées, notamment celles qui comprenaient des feuilletons radio, fussent le plus souvent commanditées par des compagnies nationales américaines ou italiennes, les Fiorani n’oubliaient jamais qu’ils devaient leur travail aux annonceurs locaux et aux petits commerçants, et multipliaient en conséquence les publicités en faveur des entreprises de Wilkes-Barre ou de Scranton. Dans les années 1930, la radio permit ainsi non seulement aux commerces de proximité italo-américains mais aussi à des entreprises aux ambitions nationales – gérées ou non par les Italo-américains – de rassembler une clientèle ciblée dont le campanilisme garantissait une certaine fidélité. Avec leurs émissions, Rose et Angelo Fiorani contribuèrent à la mise en valeur d’un territoire commercial inscrit dans une géographie économique existante, celle du bassin minier de Pennsylvanie du Nord et de ses travailleurs immigrés, en participant au développement de l’activité économique de ces derniers.

Investir l’espace public : mission avouée des Fiorani

  • 30 B. Lepetit, « Proposition et avertissement », in Les étrangers dans la ville. Minorités et espace (...)
  • 31 G. Isola, L’ha scritto la radio. Storia e testi della radio durante il fascismo (1924-1944), Milan (...)
  • 32 Lettre de Leah Antenori à R. Fiorani, 1er décembre 1935, ARFP, MSS 49, Series V, « Fan mail », Box (...)
  • 33 J. Santacaterina, « Amabile Santacaterina : Uno sguardo storico ad una pioniera delle radiotrasmis (...)
  • 34 Lettre de Rose Mannino à A. et R. Fiorani, 5 mai 1952, AFRP, Series V, « Fan mail », Box 19, Fold (...)

7La radio ethnique permettait aussi d’investir les lieux privés et publics de façon très physique grâce à ce que Bernard Lepetit appelle « l’usage déambulatoire de l’espace30 ». Gianni Isola souligne que, dans la première moitié du xxe siècle, la radio était rapidement devenue l’amie fidèle des « femmes au foyer et de certaines catégories professionnelles, la source d’une infinité de rendez-vous quotidiens, attendus, désirés et auxquels il était impossible de renoncer31 ». Or, les Italo-américains n’échappaient pas à la règle : ils étaient fascinés par le poste au point de changer leur emploi du temps ou l’organisation de leurs déplacements dans la ville. « Je veille à ne jamais manquer le programme [Gioia] » écrivait ainsi avec ferveur l’auditrice Leah Antenori à Angelo Fiorani en 1935, laissant entendre qu’elle aménageait sa journée en fonction des programmes de radio32. Selon le témoignage de John Nuti, boulanger de son état, il apparaît en effet que les Italo-américains éprouvaient pour la radio une passion de nature à engendrer les « déambulations quotidiennes » évoquées par Bernard Lepetit. Dans un article consacré à l’activité radiophonique d’amabile Santacaterina à chicago, Nuti explique ainsi que les femmes qui ne possédaient pas de postes de radio venaient à la boulangerie tous les matins à dix heures pour écouter les émissions de leur animatrice préférée car « elle leur offrait quelque chose dont [ils] pouv[aient] être fiers33 ». La radio, qui avait pénétré l’intimité des foyers américains et italiens, avait donc la faculté de rassembler concrètement les auditeurs. Même dans la sphère familiale, il n’était pas rare que les enfants nés au États-Unis de parents immigrés italiens se réunissent chez ces derniers dans le but d’écouter les chansons de Carlo Buti. Le courrier des auditeurs évoque ainsi souvent le pouvoir fédérateur des émissions des Fiorani qui, en « apportant une chaleur amicale tout droit dans le salon de papa et maman », favorisait les réunions familiales et contribuait à combler – même de façon éphémère – le fossé intergénérationnel34.

  • 35 T. Phillips, « Rose Fiorani Takes on Authority Chairmanship », The Scrantonian, 30 mai 1976.
  • 36 Lettre de Rose Ferraro à A. Fiorani, 2 août 1947, p. 2, AFRP, Series V, « Fan mail », Box 19, Fold (...)
  • 37 F. Monteleone, Storia della Radio e della Televisione in Italia, Marsilio, Venise, 2003, p. 41.

8Au-delà de la famille, la radio s’imposait comme le partenaire incontournable des institutions politiques et religieuses locales. Les catholiques trouvaient en Rose Fiorani une alliée d’autant plus fidèle que son oncle, monsignor Francis p. Valverde avait longtemps officié à la paroisse de St. Lucy à West Scranton, et que son frère Salvatore Florey – prêtre lui aussi – avait hérité de la même charge quelques années plus tard35. Le soutien des Fiorani à l’église ne prit pas immédiatement la forme d’émissions au contenu religieux, mais plutôt celle d’annonces gratuites pour des événements spécifiques. ce partenariat avec la radio influait incontestablement sur le succès des activités de la paroisse et nombreux étaient les catholiques italo-américains qui se montraient reconnaissants aux Fiorani de « l’aide apportée aux églises lorsqu’elles organis[aient] des pique-niques et des fêtes de quartier36 ». Selon Franco Monteleone, la consommation culturelle de masse de l’époque « était encore liée à des phénomènes de type interpersonnel comme par exemple le rapport entre le prêtre et sa paroisse37 ». Or les Fiorani entretenaient ce rapport de proximité en élargissant sans cesse leur champ d’action et ils se transformaient progressivement en prescripteurs d’activités culturelles et commerciales. La vie de la population d’origine italienne des comtés de Luzerne et de Lackawanna était donc en partie rythmée par les programmes des Fiorani qui donnaient le signal de certains rassemblements familiaux, religieux ou festifs.

  • 38 Sur Farfariello et son activité théâtrale, cf. G. Prezzolini, I Trapiantati, Milan, Longanesi, 196 (...)
  • 39 AFRP, MSS49, Series IV, « Programming », Box 17, Fold 9.
  • 40 Cf. notamment « The Troubles of Pascariello », programme du 7 août 1938, AFRP, MSS 49, Series IV, (...)
  • 41 Lettre de mena Blazitus à A. et R. Fiorani, 2 avril 1949, AFRP, MSS 49, Series V, « Fan mail », Bo (...)
  • 42 Lettre de p. Maisano à A. Fiorani, 23 février 1943, AFRP, MSS 49, Series V, « Fan mail », Box 19, (...)
  • 43 Lettre de R. Fiorani à Mlle Carpi, 27 mars 1943, AFRP, MSS 49, Series IV, « Programming » Box 17, (...)

9La radio s’affirmait alors à la fois comme un instrument de cohésion sociale et comme un outil efficace d’appropriation de l’espace. L’expression la plus visible de cette dernière était l’organisation d’événements divers : concerts, pièces de théâtre, ou projections cinématographiques. La musique, principale source d’inspiration de l’Italian American Program et des Italian American Musical Varieties diffusés sur WGBI et WBAX, était le plus souvent exécutée en direct par un orchestre et des artistes payés par les Fiorani. L’enregistrement des émissions donnait donc l’occasion aux habitants de la Wyoming Valley de réserver des places et d’assister à des spectacles auxquels étaient conviés des chanteurs de plus ou moins grande renommée tels que Dino Bolognese ou la soprano Italia Mariotti et parfois même des artistes de légende tels que l’humoriste Eduardo Migliaccio plus connu sous le nom de Farfariello38. Les feuilletons radiophoniques comme Cuore di Zingara (Cœur de bohémienne), ou Il sacrilegio (Le sacrilège) constituaient l’autre ingrédient fondamental des émissions des Fiorani39. Les drames narrant la vie des grands Italiens, les macchiette et les Italian Sketches aux personnages hauts en couleur (notamment pascariello) venaient compléter le programme varié de pièces que les « time-brokers » de Scranton concoctaient pour leur public italo-américain40. Dans les années 1940, l’engouement des auditeurs était si vif que les fans suppliaient les Fiorani de leur indiquer où trouver l’ouvrage dont étaient tirés les épisodes radiophoniques41. Dans le cas de certaines émissions à succès, comme le programme sponsorisé par la marque La Rosa, le public poussait même les responsables de la radio à organiser des tournées à Scranton, Pittston et Wilkes-Barre42. En effet, les auditeurs se rendaient volontiers à l’auditorium Saint John’s de Pittston, ou à celui du lycée technique de Scranton pour applaudir la prestation de la compagnie dramatique de Gino Caimi qui adaptait pour la radio les romans feuilletons de célèbres écrivains de la littérature populaire tels que Carolina Invernizio. Trouver des lieux publics susceptibles d’accueillir ces spectacles n’était pas toujours aisé. en 1943, à la suite de l’une des représentations de la compagnie de Caimi, par exemple, les enseignants du lycée technique de Scranton s’étaient plaints du désordre laissé par les acteurs dans les salles de classe. Indigné que l’on eût effacé du tableau noir le travail préparatoire des professeurs, le proviseur avait déclaré ne plus souhaiter de louer ses bâtiments aux Fiorani pour de futurs spectacles43.

  • 44 Anonyme, « Italian Day », Il Minatore, 20 juillet 1935.
  • 45 Souvenir Program for the Fifth Annual Celebration of Lackawanna County Italian Day, 28 juillet 193 (...)

10Investir l’espace public était pourtant une mission que s’était fixée le couple. Festivals et « open air radio shows » leur permettaient de prendre possession du territoire et d’inventer des traditions propres aux immigrés italiens. L’Italian Day, célébré tous les ans au Rocky Glen Park à partir de 1930, était l’un de ces événements d’importance comportant, certes, des risques financiers non négligeables mais que les Fiorani tenaient à organiser en collaboration avec les associations italo-américaines des villes avoisinantes. Objet de sérieux litiges entre le couple et différents leaders italo-américains locaux dont Emilio Mesollela – directeur de l’émission de radio connue sous le nom de Italian Hour à Wilkes-Barre – cette fête avait pour but de réunir sous une même bannière toutes les composantes des « colonies » italiennes de la région de l’anthracite44. Or, au-delà des rivalités professionnelles opposant les Fiorani à leur concurrent, le combat pour l’organisation de l’Italian Day montrait combien cet objectif – pourtant vital pour la prise en considération de la voix des immigrés italiens – était difficile à réaliser. À travers l’organisation de l’Italian Day, rebaptisé momentanément « Italian-American festival », les Fiorani témoignaient de leur désir à la fois d’afficher l’identité spécifique des Italiens de l’anthracite, et de donner à ces derniers la place qui leur revenait sur l’échiquier plus large de la communauté de la Wyoming Valley. De tels événements renforçaient le pouvoir des Fiorani en tant qu’agents publicitaires, offraient une tribune aux hommes politiques locaux et donnaient une visibilité à un groupe ethnique en quête de reconnaissance. Par ailleurs, en choisissant le Rocky Glenn Park et le Newton Lake Park – lieux de rassemblement très populaires chez les américains de la région – et en invitant des personnalités locales tels que le maire de Scranton Stanley J. Davis, en 1935, les Fiorani montraient combien ils avaient à cœur d’enraciner les Italiens dans leur environnement45.

Radio ethnique, fascisme et Petite Italie

11Bien que les Fiorani aient consacré une grande part de leur énergie à ancrer leurs activités dans la réalité sociale et économique de la Wyoming Valley, ils savaient que s’ils souhaitaient s’imposer non seulement en tant que « time brokers » dans la radio mais aussi en tant que membres de la communauté de Scranton, il était indispensable qu’ils pussent se réclamer d’un groupe spécifique, dont ils seraient la voix et sur lequel ils pourraient s’appuyer pour mériter leur place de notables dans la région de l’anthracite. Au début de leur entreprise, les Fiorani se servirent donc du concept d’italianité comme d’un atout marketing pour attirer un public qu’il fallait unir autour de valeurs communes, fussent-elles réinventées. Leurs émissions incitaient ainsi les immigrés italiens à surmonter toute forme de campanilisme et à s’identifier à une italianité « couleur anthracite ». On peut même dire que ce faisant, ils participaient à l’élaboration d’une conscience « ethnique » italo-américaine, qui favorisait l’interaction avec l’environnement américain.

  • 46 J. P. Diggins, Mussolini and Fascism : The View from America, Princeton, Princeton UP, 1972, P. V. (...)
  • 47 P. D’Agostino, « Craniums, Criminals, and the “Cursed Race” : Italian Anthropology in American Rac (...)
  • 48 P. V. Cannistraro, La Fabbrica del Consenso, Fascismo e Mass Media, Rome, Laterza, 1975. J. Sayre (...)

12Il est intéressant de noter toutefois que les Fiorani ne tardèrent pas à se prendre au jeu de l’Italianità et qu’ils contribuèrent à réveiller la fibre patriotique des Italiens de Pennsylvanie, se laissant de la sorte influencer par la propagande fasciste aux États-Unis. En cela, ils ne se distinguèrent pas de la majorité des Italo-américains de l’époque. Comme l’ont montré les historiens John Diggins, Philip Cannistraro et Stefano Luconi, nombreux furent les immigrés italiens qui soutinrent Benito Mussolini, moins par idéologie que parce qu’ils voyaient en ce dernier l’homme qui les aiderait à redorer leur blason aux États-Unis46. À quelques exceptions près, jusqu’à la fin des années 1930, l’opinion publique américaine resta effectivement acquise à la cause de celui qui semblait remettre l’Italie dans le droit chemin. Les immigrés italiens, victimes du racisme que les théories eugénistes sur l’infériorité raciale supposée des peuples d’Europe du Sud avaient largement contribué à entretenir, s’étaient donc trouvé un héros dont ils pouvaient être fiers47. L’artisan de la « nouvelle » Italie exerçait sur eux un pouvoir de séduction d’autant plus grand que le régime avait mis sur pied une savante stratégie de contrôle de la presse et de la radio italo-américaines, et qu’ils manipulaient – par la séduction, la corruption ou l’intimidation – les principales institutions italo-américaines48. Dans un contexte où les antifascistes constituaient encore une minorité à laquelle l’opinion prêtait une oreille distraite ou agacée, il n’est pas étonnant que les Fiorani se soient laissés impressionner par le discours philo-fasciste ambiant.

  • 49 Brouillon de lettre des Fiorani à G. Pope, 11 janvier 1937, AFRP, Series I, « General Papers », Bo (...)
  • 50 Lettre de A. Mauro à R. Fiorani, n. d., AFRP, Series I, « General Papers », Box 1, Fold 1.
  • 51 Lettre de F. Nicola à A. Fiorani, 3 janvier 1935, Series VIII, « Personal Papers », Box 23, Fold 1

13Certes, à la différence d’autres « time brokers », les Fiorani ne se lancèrent jamais dans la propagande fasciste, mais leur appréhension du monde environnant, le vocabulaire de leurs émissions et même les annonces publicitaires se trouvèrent graduellement affectés par la rhétorique nationaliste que les agents du régime distillaient au sein des populations italiennes d’outre-Atlantique. par exemple, alors qu’ils avaient toujours adopté pour leurs programmes des noms professant une double appartenance « italo » et « américaine », en juin 1937, ils choisirent de lancer sur les ondes de WBAX, à Wilkes Barre, la « Voix de l’Italie » ajoutant ainsi à leur palette d’émissions une nouvelle production à l’orientation nostalgique et patriotique. Par ailleurs, les informations qu’ils diffusaient à la radio provenaient du service de presse du quotidien new-yorkais Il Progresso Italo-Americano, journal de grande influence dont le propriétaire, Generoso Pope, se flattait d’entretenir d’excellents rapports avec Mussolini49. Les Fiorani sollicitaient pour leur programmation théâtrale la collaboration de journalistes appartenant à la rédaction du Corriere d’America – autre périodique du groupe de presse de pope – dont les adaptions avaient reçu l’aval de la très fasciste Ente Italiana Audizioni Radiofoniche (EIAR)50. En outre, les Fiorani organisaient à Scranton et dans la région la projection de films issus du catalogue de l’Istituto Luce de Rome, ce qui faisait sans doute le bonheur d’auditeurs tels que Felicità Nicola qui réclamait dès 1935 que « l’orchestre jouât au début ou à la fin (de l’émission) “Giovinezza”, c’est-à-dire l’hymne fasciste, avec l’hymne national italien51 ».

  • 52 Lettre de S. Piro (qui rédigeait les annonces publicitaires) à A. Fiorani, Series V, « Fan Mail », (...)
  • 53 Lettre de A. Fiorani à m. Mercolino, 17 août 1937, AFRP, MSS 49, Series VI, « Special Projects », (...)
  • 54 Souvenir Programme (sic), Second Annual Italian-American Festival, 6 septembre 1937. « Enter the I (...)
  • 55 « Opening », 14 août 1938, AFRP, MSS 49, Series IV, « Programming », Box 15, Fold 3.

14La stratégie d’intoxication culturelle et politique fasciste incluait également l’utilisation du commerce comme véhicule de propagande. Cette approche s’avérait particulièrement fructueuse, comme en témoigne le contenu très connoté de certaines publicités pour des produits pourtant aussi inoffensifs que l’huile d’olive. Après la triomphale traversée de l’atlantique en avion que le ministre de l’aviation Italo Balbo effectua en 1933 pour démontrer la supériorité technologique des fascistes, les annonces de Balbo Oil, sponsor des Fiorani sur WGBI, se mirent à vanter les mérites d’une huile « rendue désormais célèbre, comme le grand héros qui en porte le nom valeureux52 ». Sur la même station (rachetée en 1935 par CBS) l’émission des Fiorani était précédée par les discours du Révérend Charles Coughlin, connu pour ses diatribes fascistes et antisémites. La fin des années 1930 fut donc marquée par un éveil nationaliste qui souda une majorité d’Italo-Américains autour du fascisme. Mussolini avait réussi à convaincre un grand nombre d’immigrés italiens à la fois qu’ils appartenaient à une « race » supérieure et qu’ils étaient les émissaires du fascisme en terre étrangère, n’hésitant pas à jouer sur l’ambiguïté des termes « colonie italienne ». En cette période trouble, une semblable ambiguïté sous-tendait le positionnement identitaire des Fiorani. À l’occasion de l’Italian Day de 1937, Angelo Fiorani offrit ainsi la place d’honneur du festival non à un homme politique américain, mais au vice-consul italien Fortunato Tiscar car, écrivait-il, « il représente les Italiens de vingt-trois comtés et serait vraiment vexé si on ne lui demandait pas de représenter les nôtres ce jour-là53 ». Messe célébrée par le frère de Rose, Salvatore Florey, concours de beauté réservé aux « jeunes filles d’origine italienne et d’excellente réputation », repas italien et grand spectacle final signé par un artificier italien54, tout était mis en œuvre pour exalter une italianité de plus en plus inspirée par la propagande. Dans leurs émissions, les Fiorani recouraient en effet à un vocabulaire qui trahissait une parfaite assimilation de la terminologie fasciste. Pour inciter les auditeurs à participer à l’Italian Day d’août 1938, les Fiorani leur promettaient notamment « une journée de vraie joie, une journée de fraternisation, une journée de solidarité, une affirmation de ce patriotisme ardent et solide qui caractérise la race italienne » ! « Rocky Glen, le dimanche 21 août, concluaient-ils, sera une petite Italie55 ! » Il s’agit là de l’une des rares références des Fiorani à une « petite Italie », et il est significatif qu’elle apparaisse à une période où fascisme et identité nationale étaient perçus comme indissociables.

Radio cosmopolite, radio américaine

  • 56 Anonyme, « Mrs Fiorani Is Named as “Dedicated Woman of Achievement” By Amita », Pittston Gazette, (...)

15Pour de nombreux Italo-américains, l’entrée des États-Unis dans la Seconde guerre mondiale recentra le débat identitaire, et les força à quitter la confortable ambiguïté qu’ils cultivaient jusque-là. Par choix ou par obligation, l’élite italo-américaine se lança alors dans un soutien éperdu de l’effort de guerre américain, et les médias ethniques furent naturellement mis à contribution. Menacés de suppression par les plus conservateurs, les journaux et les radios en langue étrangère eurent à cœur de donner la preuve de leur loyauté envers les États-Unis, surtout quand – comme c’était le cas de la majorité des médias italophones – ils avaient attendu Pearl Harbor pour abandonner la cause fasciste. Rose et Angelo Fiorani se consacrèrent eux aussi entièrement à la défense des intérêts américains, continuant de fournir sous le contrôle de la Federal Communication Commission quelques dix heures de programmes hebdomadaires sur WGBI, WARM et WAZL. Mobiliser la population italienne de la région de l’anthracite pour qu’elle apportât soutien moral et financier aux troupes américaines était devenu leur priorité. Membre du Pennsylvania State War Bond Committee, Rose Fiorani reçut ainsi les honneurs du président Harry Truman pour son engagement au service du pays56. La notion de « petite Italie » en tant qu’entité politique ou culturelle distincte inféodée au pouvoir italien – qu’elle ait ou non correspondu à une quelconque réalité – n’était évidemment plus de mise pendant la guerre, pas plus qu’elle ne le devint dans les années qui suivirent. Ce fut donc au nom d’une américanité réaffirmée que les Italo-américains s’associèrent – comme le fit Rose Fiorani – aux opérations caritatives visant à reconstruire l’Italie à la fin du conflit. En effet, une fois éliminée toute trace d’ambiguïté quant à une éventuelle allégeance envers un gouvernement étranger, les médias ethniques se retrouvaient libres de revendiquer leur différence en tant que composante d’une Amérique plurielle. La station WSCR de Scranton que les Fiorani rejoignirent en 1947, accompagnait la présentation de ses programmes italiens et polonais par ces seuls mots :

  • 57 WSCR, *SCRanton’s « One Grand » Station (sic), brochure informative, p. 16, AFRP, « Fiorani Additi (...)

Le comté de Lackwanna est un melting-pot de nationalités. anglais, Gallois, Écossais et Irlandais, Italiens et Juifs, polonais, Russes, Ukrainiens, Slovaques et Lithuaniens vivent ensemble, travaillent ensemble, prient ensemble, en harmonie avec le mode de vie américain, dans cette riche région minière et industrielle57.

  • 58 G. Gerstle, « Liberty, Coercion, and the Making of Americans », Journal of American History, vol. (...)

16Dans ce contexte, les Fiorani pouvaient jouer la carte de l’ethnicité dans un esprit très similaire à celui qui avait présidé à la création de leur entreprise. Ainsi que le rappelle l’historien Gary Gerstle, « la programmation des radios ethniques ne peut être réduite à un simple effort de reproduction des traditions du Vieux monde dans le Nouveau monde58 ». Les Fiorani devaient tenir compte du milieu ambiant. À la fin des années 1940, ils s’appliquèrent notamment à élargir leurs propositions, et à ne pas se limiter à la langue italienne. La radio n’avait de frontière que celle des ondes et du choix de tourner le bouton du poste. Les programmes des Fiorani n’étaient pas interdits aux autres membres de la communauté de Scranton, et ils séduisirent de nombreux polonais, sensibles également aux émissions musicales italiennes, qui comportaient d’ailleurs leur lot de mazurkas… L’alliance avec la population polonaise était d’autant plus légitime que les Fiorani faisaient appel à certaines valeurs – telles que la religion et la famille –, qui pouvaient trouver un écho plus large que celui des immigrés italiens. Ils disaient souhaiter toucher un public aussi vaste que possible. Pour cela, ils étaient prêts à s’investir avec enthousiasme dans les activités sociales non italiennes de la vie de Scranton et à laisser à la langue américaine une part toujours plus importante dans leurs émissions. Leur objectif fut atteint en 1952, lorsqu’ils purent enfin acheter leur propre station, et créer WPTS (1952), une radio très américaine, conservatrice, religieuse et familiale, ouverte aux différentes composantes de la région de l’anthracite. L’italianité devint alors un accessoire dans une panoplie plus riche de programmes, apportant presque ainsi une touche d’exotisme à une station qui revendiquait un marché plus étendu que celui des auditeurs d’origine italienne.

Conclusion

17Au-delà de ce qui pourrait être décrit comme une histoire de réussite sociale typiquement américaine, le parcours des Fiorani montre que la radio ethnique, parmi d’autres institutions, a joué le rôle de marqueur identitaire pour les Italiens des années 1930 et 1940. Grâce notamment à la création de nouvelles traditions, elle a contribué à renforcer les liens entre les membres des « colonies » italiennes et a aidé ces immigrés à s’approprier un territoire d’abord circonscrit à l’intérieur d’une ville, puis élargi à une région. L’expérience de ces deux pionniers de la radio montre en outre comment ce médium a permis à la population italienne de la vallée du Wyoming de négocier avec son environnement américain, créant un territoire symbolique qui lui était propre mais dont les frontières étaient perméables et dans lequel étaient conviés d’autres auditeurs que les Italiens. Ainsi, Rose et Angelo Fiorani – à l’instar de nombreux immigrés – ont en fait utilisé l’ethnicité comme un moyen de rejoindre le « mainstream ». L’espace qu’ils ont investi grâce à leur différence est devenu leur en tant que membres à part entière de la communauté plus large des habitants de Pennsylvanie du Nord.

Notes

1 La recherche pour cet article n’aurait pu être menée à bien sans le soutien financier du Balch Institute (Balch Institute Resident Research Fellowship), à Philadelphie. C=et institut a été absorbé en 2002 par la Historical Society of Philadelphia qui détient désormais les archives de la famille Fiorani.

2 Pour plus de détails sur l’histoire de la radio américaine, cf. E. Barnouw, A History of Broadcasting in the United States, New York, oxford UP, 1966.

3 A. Goldfard Marquis, « Written in the Wind : The Impact of Radio during the 1930’s », Journal of Contemporary History, vol. 19, n° 3, juillet 1984, p. 405.

4 J. S. Roucek, « Foreign Language Broadcasts and Listening », The Wisconsin Sociologist, vol. 4, n° 2, été 1965, p. 2.

5 T. Grame, Ethnic Broadcasting in the United States, Washington, American Folklife Center, Library of Congress, 1980. L. Cohen, Making A New Deal, Industrial Workers in Chicago, 1919-1939, Cambridge, Cambridge Up, 1990.

6 D. W. Vaillant, « Sounds of whiteness : Local Radio, Racial Formation, and public culture in Chicago, 1921-1935 », American Quarterly, vol. 54, n° 1, mars 2002, p. 25.

7 J. Ferrand, « Foreign-Language Broadcasting in the United States (1945-1948) », Confidential draft, archives de l’American Council for Nationalities Service, 28/3, p. 4, Immigration History Research center, Université du Minnesota.

8 Cf. Federal Writers’ Project, Work Projects Administration Gli Italiani di New York, New York, Labor Press, 1939, p. 120-122. C. Newton, « Radio », in S. J. La Gumina, F. Cavaioli, S. Primeggia, J. A. Vacarelli (dir.), The Italian American Experience, An Encyclopedia, New York, Garland, 2000, p. 532-533.

9 L’émission d’Antonini portait le nom de la section italienne des couturiers de l’ILGWU : « La voix de la section 89 ». cf. E. Valentini, « La Voce della locale 89 », Giustizia, vol. XVII, n° 10, 1935. L. Felletti, « Il primo programma-radio di lingua italiana negli USA », Italiani nel Mondo, vol. XX, n° 18, 25 septembre 1964, p. 163. S. Luconi, G. Tintori, L’ombra lunga del fascio : canali di propaganda fascista per gli « italiani d’America », Milan, M & B Publishing, 2004, p. 106-107. Sur les efforts des syndicats, notamment de l’ILGWU, pour s’exprimer sur les ondes, cf. N. Godfried, « Struggling over Politics and Culture : Unorganized Labor and Radio Station WEVD during the 1930’s », Labor History, 2001. L’émission hebdomadaire de F. La Guardia était intitulée, « Mayor La Guardia calling Rome » ; cf. sur ce point, T. Kessner, Fiorello H. La Guardia and the Making of Modern New York, New York, McGraw-hill Publishing Company, 1989, p. 519.

10 À noter les efforts de Luigi Di Fant et de sa femme pour lancer des émissions italo-américaines à Boston (Massachusetts) et à providence (Rhode Island). Anonyme, « Radio News program Fills Vital Community Need », Italian Echo, 30 août 1935, p. 1.

11 Sur l’expérience des Fiorani, cf. S. Luconi, « Radio Broadcasting, Consumer Culture, and Ethnic Identity among Italian Americans in the Interwar Years », Italian Americana, vol. 21, n° 2, été 2002, p. 150-159.

12 Sur la complexe personnalité de L. Caminita, anarchiste fondateur du Minatore et auteur de divers essais et récits dont Nell’Isola delle Lagrime : Ellis Island (1924), cf. M. Marazzi, Misteri di Little Italy : Storie e testi della letteratura italo-americana, milan, F. Angeli, 2001, p. 29-35.

13 Lettre circulaire de la « Minatore Publishing Company », 1933, archives des Fiorani Radio Productions, (ci après AFRP), mSS49, Series I, « General Papers », Box 1, Fold 1 (Balch Institute, Philadelphie). Les rapports entre Caminita et Fiorani se détériorèrent rapidement et ce dernier prit le contrôle définitif de la compagnie en juin 1933, cf. la lettre de A. Fiorani à Amadeo Obici, 28 juin 1933, AFRP, id.

14 WSCR, Interview de Rose Florey Fiorani, Scranton, Rice communications Incorporated, 5 décembre 1975, p. 4.

15 Entretien de l’auteur de cet article avec Rose Gallagher, fille de Rose et Angelo Fiorani, philadelphie, 29 juillet 1999.

16 A. Fiorani, « Radio, an Advertising medium », Address for Kingstone College Career Forum, 30 avril 1948, AFRP, mSS49, Series I, « General Papers », Box 1, Fold 3.

17 Cf. Hard Coal, Hard Times, Ethnicity and Labor in the Anthracite Region, sous la dir. de D. L. Salay, Scranton, Anthracite Museum Press, 1984.

18 E. G. Hartmann, « Some Statistics on the Immigrant Influx into Luzerne County, Pa (1870-1910) », p. 1, in AAVV, Ethnic Heritage Studies : Papers of the Institute at King’s College, 1975, King’s College, Wilkes-Barre, Pennsylvania. n. d. E. G. Hartmann, The Ethnic History of the Wyoming Valley (Wilkes-Barre), Pa, An Overview, tapuscrit, sans éditeur, 1987, p. 15-16.

19 Lettre de A. F. (au nom de l’Italian American Program) à Alfred S. moss, Radio Advertising Associates, 19 mai 1937, AFRP, MSS49, Series I, « General Papers », Box 1, Fold 1, p. 1.

20 Sur l’identification de la population locale à la production de l’anthracite, cf. notamment V. A. Zehl, « Pennsylvania Anthracite Heritage Museum », Pennsylvania Heritage, hiver 1997, p. 15-19. Sur l’impact de la crise économique sur l’exploitation du charbon, cf. S. Spear, « The Wyoming Valley during the Great Depression », in The History of Northeastern Pennsylvania : The last 100 Years, Proceedings of the 1st Annual Conference, Nanticoke, Luzerne County Community College Educational Conference Center, 1989, p. 16-23.

21 Papier à lettre de l’Italo-Broadcasting company, AFRP, MSS 49, Series I, « General Papers », Box 1, Fold 6.

22 The Scrantonian, 14 mars 1982. « Nuova stazione radiofonica in Scranton », N. D., AFRP, MSS49, Series I, « General Papers », Box 1, Fold 4.

23 K. Lacey, « Radio in the Great Depression : Promotional Culture, Public Service, and Propaganda », in Radio Reader, Essays in the Cultural History of Radio, sous la dir. de M. Hilmes et J. Loviglio, Routledge, New York, 2002, p. 23.

24 Sur l’importance des produits alimentaires italiens dans la culture italo-américaine, cf. S. Cinotto, Una famiglia che mangia insieme : Cibo ed etnicità nella comunità italoamericana di New York, 1920-1940, Turin, Otto Editore, 2001.

25 M. McAvory, note de terrain, 8 février 1940, Archives du Works Administration Project, 19381941, Job n° 66, Italians in Philadelphia, Ethnic Survey, bobine 3, cité par S. Luconi in « “Buy Italian” Commercio, consumi e identità italo-americana tra le due guerre », Contemporanea, vol. 5, n° 3, juillet 2002, p. 465. Sur le même thème, mais à providence, cf. aussi S. Luconi, « Ethnic Shops versus Chain Stores : Retailing among Italian Americans in Providence in the Interwar Years », Rhode Island History, n° 62, 1, hiver/printemps 2004, p. 3-16.

26 Lettre de A. F. (au nom de l’Italian American Program) à Alfred S. Moss, Radio Advertising Associates, 19 mai 1937, op. cit., p. 2.

27 I. Simon-Barouh et P.-J. Simon (dir.), Les étrangers dans la ville. Regard des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1990, p. 297.

28 Cf. AFRP, Series III, « Advertising Accounts », Boxes 1-14.

29 Lettre de R. Ferraro à A. Fiorani, 2 août 1947, p. 2, AFRP, Series V, « Fan Mail », Box 19, Fold 3.

30 B. Lepetit, « Proposition et avertissement », in Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen-Age à l’époque moderne, sous la dir. de J. Bottin et D. Calabi, paris, Éditions de la MSH, 1999, p. 11-15.

31 G. Isola, L’ha scritto la radio. Storia e testi della radio durante il fascismo (1924-1944), Milan, Mondadori, 1998, p. XIII.

32 Lettre de Leah Antenori à R. Fiorani, 1er décembre 1935, ARFP, MSS 49, Series V, « Fan mail », Box 19, Fold 1.

33 J. Santacaterina, « Amabile Santacaterina : Uno sguardo storico ad una pioniera delle radiotrasmissioni etniche a Chicago », in La classe gli uomini e i partiti. Storia del movimento operaio e socialista in una provincia bianca : il Vicentino (1973-1948), vol. II, sous la dir. de E. Franzina, Vicenza, Odeonlibri, 1982, p. 1206. cf. aussi A. Peguri Santacaterina, Il Calicanto non cresce a Chicago, Vicenza, La Serenissima, 1992.

34 Lettre de Rose Mannino à A. et R. Fiorani, 5 mai 1952, AFRP, Series V, « Fan mail », Box 19, Fold 6.

35 T. Phillips, « Rose Fiorani Takes on Authority Chairmanship », The Scrantonian, 30 mai 1976.

36 Lettre de Rose Ferraro à A. Fiorani, 2 août 1947, p. 2, AFRP, Series V, « Fan mail », Box 19, Fold 3.

37 F. Monteleone, Storia della Radio e della Televisione in Italia, Marsilio, Venise, 2003, p. 41.

38 Sur Farfariello et son activité théâtrale, cf. G. Prezzolini, I Trapiantati, Milan, Longanesi, 1963, p. 77-79. D. P. Gumina, « Connazionali, Stentorello, and Farfariello : Italian Variety Theater in San Francisco », California Historical Quarterly, n° 54, printemps 1975, p. 29-36. e. F. Aleandri et M. Schwartz Seller, « Italian-American Theatre », in M. Schartz Seller (dir.), Ethnic Theatre in the United States, Wesport, Greenwood Press, 1983, p. 237-276.

39 AFRP, MSS49, Series IV, « Programming », Box 17, Fold 9.

40 Cf. notamment « The Troubles of Pascariello », programme du 7 août 1938, AFRP, MSS 49, Series IV, « Programming », Box 17, Fold 2. Pour une bonne synthèse des différentes formes théâtrales italo-américaines, cf. F. Durante, Italo-Americana, Storia e letteratura degli italiani negli Stati Uniti, 1880-1943, Milan, Mondadori, 2005, p. 323-341.

41 Lettre de mena Blazitus à A. et R. Fiorani, 2 avril 1949, AFRP, MSS 49, Series V, « Fan mail », Box 19, Fold 3.

42 Lettre de p. Maisano à A. Fiorani, 23 février 1943, AFRP, MSS 49, Series V, « Fan mail », Box 19, Fold 3.

43 Lettre de R. Fiorani à Mlle Carpi, 27 mars 1943, AFRP, MSS 49, Series IV, « Programming » Box 17, Fold 9.

44 Anonyme, « Italian Day », Il Minatore, 20 juillet 1935.

45 Souvenir Program for the Fifth Annual Celebration of Lackawanna County Italian Day, 28 juillet 1935. AFRP, MSS 49, Series VI, « Special Projects », Box 20, Fold 3.

46 J. P. Diggins, Mussolini and Fascism : The View from America, Princeton, Princeton UP, 1972, P. V. Cannistraro, Blackshirts in Little Italy : Italian Americans and Fascism, 1921-1929, Bordighera, West Lafayette, 1999. S. Luconi, La « diplomazia parallela » : Il regime fascista e la mobilitazione politica degli italo-americani, Milan, Angeli, 2000. M. Pretelli, « Il ruolo dei fasci nelle comunità italo-americane negli anni venti : un quadro sociale », in M. Pretelli e A. Ferro, Gli Italiani negli Stati Uniti del xx secolo, Roma, Centro studi emigrazione, 2005.

47 P. D’Agostino, « Craniums, Criminals, and the “Cursed Race” : Italian Anthropology in American Racial Thought », Comparative Studies in Society and History, vol. XLIV, n° 2, p. 319-343. G. A. Stella, E. Franzina, « Brutta Gente. Il razzismo anti-italiano », Storia dell’emigrazione italiana, vol. II, Arrivi, sous la dir. de P. Bevilacqua, A. De Clementi, E. Franzina, Rome, Donzelli, 2002, p. 283-312.

48 P. V. Cannistraro, La Fabbrica del Consenso, Fascismo e Mass Media, Rome, Laterza, 1975. J. Sayre Smith, « Broadcasting for Marginal Americans », Public Opinion Quarterly, vol. 6, n° 4, hiver 1942, p. 588-603. S. Luconi, « The Voice of the Motherland : pro-Fascist Broadcast for the Italian-American Communities in the United States », Journal of Radio Studies, vol. 8, n° 1, été 2001, p. 61-80.

49 Brouillon de lettre des Fiorani à G. Pope, 11 janvier 1937, AFRP, Series I, « General Papers », Box 1, Fold 1.

50 Lettre de A. Mauro à R. Fiorani, n. d., AFRP, Series I, « General Papers », Box 1, Fold 1.

51 Lettre de F. Nicola à A. Fiorani, 3 janvier 1935, Series VIII, « Personal Papers », Box 23, Fold 1.

52 Lettre de S. Piro (qui rédigeait les annonces publicitaires) à A. Fiorani, Series V, « Fan Mail », Box 19, Fold 1.

53 Lettre de A. Fiorani à m. Mercolino, 17 août 1937, AFRP, MSS 49, Series VI, « Special Projects », Box 20, Fold 5.

54 Souvenir Programme (sic), Second Annual Italian-American Festival, 6 septembre 1937. « Enter the Italian-American Beauty Context », tract promotionnel, AFRP, MSS 49, Series VI, « Special Projects », Box 20, Fold 5.

55 « Opening », 14 août 1938, AFRP, MSS 49, Series IV, « Programming », Box 15, Fold 3.

56 Anonyme, « Mrs Fiorani Is Named as “Dedicated Woman of Achievement” By Amita », Pittston Gazette, 31 mai 1962.

57 WSCR, *SCRanton’s « One Grand » Station (sic), brochure informative, p. 16, AFRP, « Fiorani Additions », M88-61, Box 1.

58 G. Gerstle, « Liberty, Coercion, and the Making of Americans », Journal of American History, vol. 84, n° 2, septembre 1997, p. 545.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540