Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Troisième partie. Identité nationale et métissages culturels

« Une école pour un quartier : Benjamin Franklin High School à East Harlem dans les années 1930 »

Nadia Venturini
Traduction de Éric Vial

Texte intégral

  • 1 G. Meyer, Vito Marcantonio, Radical Politician, Suny Press, 1989. A. Mann, La Guardia : a Fighter (...)

1Durant un siècle, East Harlem a été un laboratoire social et culturel très important pour comprendre les transformations ethniques et urbaines de New York. À une époque qui semble aujourd’hui très ancienne, ce quartier fut la Little Italy de la ville, avant d’être dépassée en notoriété par le Lower East Side qui connut un grand succès comme destination gastronomique et touristique, surtout après la Seconde guerre mondiale à l’heure où la Little Italy d’East Harlem vit partir ses italiens de première et de deuxième génération, en raison des tendances démographiques et économiques qui en drainèrent beaucoup vers d’autres Boroughs. Ma contribution tentera de reconstruire sa physionomie durant les années 1930, une époque importante pour la communauté italienne et pour toute la ville : il suffit de rappeler que celle-ci était dirigée par Fiorello La Guardia, qui avait effectué sa formation politique dans ce quartier, et que le congressman local, héritier des acquis politiques de Fiorello La Guardia, était le jeune avocat Vito Marcantonio, très bien enraciné dans le quartier et dans ses structures sociales1.

2Ce quartier occupait lui-même un immense espace dans ses limites géographiques : selon l’étude Harlem Housing, réalisée en 1939, East Harlem s’étendait de la 96e rue à Harlem River et à la 142e rue, de la East River jusqu’à l’est de la Cinquième avenue. Dans un espace comportant 271 pâtés de maisons, on estimait qu’habitaient 200 000 personnes réparties entre 70 000 Italo-américains, 30 000 Afro-américains et 18 000 Hispaniques.

  • 2 Cf. Harlem Housing, rédigé par le Citizens Housing and Planning Council of New York, en collaborat (...)
  • 3 Leonard Covello Papers (LCP), Historical Society of Pennsylvania, auparavant déposés au Balch Inst (...)
  • 4 LCP, b. 41, f. 4, L. Covello, « Curriculum Committee, Subcommittee on Cultural Problems, tentative (...)
  • 5 LCP, b. 79, f. 18, « Population trends, East Harlem 1930-1940 », s. d.

3Avec son voisin Harlem, le quartier était considéré comme le principal problème social à New York2. Outre le surpeuplement, de multiples facteurs y contribuaient : un taux de mortalité infantile de 77 ‰ en 1929-1933 contre 70 ‰ pour Manhattan et 55 ‰ pour l’ensemble de la ville, d’un taux de mortalité par tuberculose double de la moyenne de cette même ville3. Les jeunes en particulier, montraient les signes de tensions ethniques : de l’inadaptation, de l’absentéisme scolaire, etc. Cela préoccupait un éducateur comme Leonard Covello, qui considérait ces problèmes comme directement liés aux difficultés de la communauté : « pauvreté, chômage, dysfonctionnements sanitaires, analphabétisme, etc.4 ». Le quartier connaissait pourtant une baisse progressive de sa population, liée pour partie à la situation de délabrement de certains immeubles : entre 1930 et 1940, la diminution fut de 10,6 % mais, dans les Health areas situés les plus à l’est, elle atteint 15 à 22 %5.

  • 6 L. Covello, The Heart is the Teacher, New York, McGraw Hill, 1958, p. 1-45.

4Leonard Covello est certainement un des personnages les plus emblématiques du quartier à cette époque : né en Lucanie, il avait émigré à sept ans avec sa famille pour rejoindre son père dans la petite colonie Aviglianaise d’East Harlem, où il avait fréquenté l’école et le centre éducatif pour enfants de la missionnaire protestante Anna Ruddy6. Elle lui fit partager son fort sens de l’éthique, qui le fit militer, dès sa jeunesse, pour l’amélioration du quartier, puis devenir enseignant et s’engager dans des problématiques sociales et éducatives, alors d’avant-garde. Une partie de ma contribution concerne justement son action au moment où le quartier se transforme durant les décennies 1930 et 1940. Je m’intéresserai en particulier à ses projets d’éducation inter-culturelle et à ceux concernant les besoins en matière de logement ; en conclusion, je décrirai le premier ensemble d’habitations populaires bâti dans le quartier. Cette approche choisit de privilégier un cas concret, une action bien identifiée sur la transition ethnique d’une Little Italy. Si cette période chronologique est réduite, elle n’en offre pas moins des développements méconnus, dont l’analyse s’insère à bon droit dans la transformation culturelle et politique plus générale de l’Amérique du New Deal, bien illustrée ici par l’intérêt pour l’intégration des minorités ethniques et par l’engagement réformateur dans le secteur des habitations destinées aux classes les moins favorisées.

  • 7 J. Puckett, « Leonard Covello and the American Community School », article inédit, cité avec la pe (...)

5On peut considérer comme un résultat significatif de l’action de Leonard Covello dans ce quartier, la création de la High School : elle comblait dans le domaine de l’éducation et de la formation une lacune qui pesait sur les possibilités d’insertion de la population d’immigrés. La Benjamin Franklin High School, ou BFHS, fut inaugurée en 1934, après une campagne active dans le quartier, soutenue par ses plus illustres citoyens. Cependant à l’origine, elle fut hébergée dans des locaux de fortune, sur la 108e rue entre la seconde et la troisième avenue. Elle n’eut pas son propre bâtiment avant 1941, un grand édifice surgi entre le Franklin Delano Roosevelt Drive et Pleasant Avenue, à la hauteur de la 116e rue, où se trouve aujourd’hui le Manhattan Center for Science and Mathematics. Dès l’origine, elle fut conçue comme une école « généraliste » qui offrirait une « formation culturelle, industrielle et commerciale » aux garçons du quartier et chercherait à répondre aux besoins de la communauté, en tant qu’école « pour tous les enfants de toute la population7 ».

  • 8 LCP, b. 53, f. 2, L. Covello, « Summary of purpose by the principal », 1938 ; LCP, b. 75, f. 16, « (...)

6Un problème se posa tout de suite aux éducateurs, celui de la composition ethnique complexe de leur public. Les documents administratifs de la High School témoignent, au fil du temps, des transformations d’une population où l’on pouvait compter 34 nationalités et ethnies différentes ; en 1938-1939, East Harlem était décrit comme un quartier où vivaient 35 % de gens nés à l’étranger, 40 % de personnes issues de la deuxième génération et 15 % de Noirs, ce qui laissait « peu de place aux Américains blancs nés de parents américains, dont 14 000 Portoricains8 ».

  • 9 L. Covello, The Heart, op. cit., p. 182.

7Dès l’ouverture de la BFHS, Leonard Covello, son directeur, se montra sensible aux exigences multi-culturelles et lança un projet expérimental d’éducation inter-culturelle, en collaboration avec le Service Bureau for Human Relations de rachel Davis Dubois, importante éducatrice progressiste de l’entre-deux-guerres. Pour Leonardo Covello, la situation d’East Harlem nécessitait une approche multilatérale, pluri-institutionnelle, dont le catalyseur serait la Community School, l’école de la communauté. Selon ses propres termes, « ce que j’avais en tête était une High School de quartier, qui serait le centre éducatif, civique et social de la communauté. Nous voulions aller au-delà de l’école traditionnelle centrée sur les disciplines scolaires, et aussi de l’école dominante centrée sur l’enfant, pour développer la Community Centered School9 ».

  • 10 J. Puckett, op. cit., p. 23-31.

8En 1935, fut créé un Community Advisory Council, dont firent partie trente-et-une organisations de la communauté, et qui fit naître différents comités rassemblant des étudiants, des enseignants et des habitants : santé, citoyenneté et naturalisation, éducation des adultes, aide aux jeunes, coopération inter-raciale, logement. Ce dernier allait ensuite unir ses forces à celles de la Harlem Legislative Conference, créée en 1937 par Vito Marcantonio, pour constituer le East Harlem Housing Commmittee, qui, comme on le verra plus loin, eut davantage de succès que d’autres activités de la High School10. L’éducation interculturelle s’insérait dans le climat progressiste de la décennie 1930, dans lequel on réintroduisit dans les écoles l’étude des langues et cultures étrangères, après leur éradication par les mesures d’américanisation prises durant les années 1910 et 1920.

  • 11 N. Montalto, A History of the Intercultural Education Movement, 1924-1941, New York, Garland Publi (...)
  • 12 LCP, b. 75, f. 16, « What East Harlem Needs », s. d.

9La High School fut une des quinze sélectionnées dans l’aire métropolitaine new-yorkaise pour participer au projet de Rachel Dubois, sans doute, selon Nicholas Montalto, l’expérience la plus ambitieuse dans le domaine des études ethniques menée dans l’enseignement public durant cette décennie. D’autre part, l’expérience révéla une divergence d’intérêts potentielle entre ceux qui voulaient modifier l’attitude de la majorité et ceux qui entendaient surtout changer la perception qu’avaient d’eux-mêmes les élèves issus de minorités11. L’expérimentation, conduite au printemps 1935, se révéla décevante pour Leonardo Covello, car elle fut, selon lui, conduite sur un trop grand nombre d’élèves. Elle marqua cependant l’école, qui les années suivantes, promut d’autres projets portant sur la contribution de différents groupes ethniques à la vie américaine, avec activités sociales, enseignement de langues étrangères, festivals de folklore. Par ailleurs, outre l’anglais, l’école communiquait avec les familles dans différentes langues dont l’italien et l’espagnol. Dans ce qui était « un district aux groupes nationaux bien définis, conservant des identités distinctes », la tâche de la High School fut identifiée comme un outil capable de « modifier de vieux préjugés, en associant entre elles les communautés12 ».

10Quoi qu’il en soit, les enseignants rencontrèrent des obstacles considérables, comme le montre Leonardo Covello lui-même dans un ouvrage inédit où il s’exprime en des termes très actuels pour les communautés ethniques d’Amérique mais aussi d’Europe :

  • 13 LCP, b. 18, f. 10, L. Covello, « The Community Centered School », chapitre 3, s. d.

La façon de détruire l’isolement des communautés culturelles étrangères et de la communauté des migrants de première génération a été et continue d’être un des principaux problèmes de l’éducation. Au-delà des frontières naturelles et culturelles entourant East Harlem, il y a une « Muraille de Chine » qui fonctionne tant comme barrière que comme ligne de démarcation entre la communauté italienne et le territoire occupé par les Portoricains et les autres Hispaniques. La « Muraille de Chine » est le terme employé pour le solide mur construit le long de Park avenue pour soutenir les lignes de chemin de fer qui mènent à Grand Central Station. Construit en lourds blocs de granit, avec des passages en arc au croisement des rues, ce mur est un des symboles de la communauté et, comme ligne de démarcation, il a une influence repérable dans la communauté. Entre ce mur et Central Park, en particulier près de la 110e rue, se développent nombre des tensions caractéristiques de groupes communautaires non intégrés, dans leurs interactions réciproques13.

11On rappellera qu’aujourd’hui dans certaines villes italiennes, le « muro » est constitué par une gare, un parc ou un marché ; par malheur, certains voudraient élever de vrais murs, ou éloigner à jamais les étrangers, oubliant le temps où nous étions nous-mêmes les étrangers, en concurrence ou en collaboration avec d’autres.

  • 14 LCP, b. 52, f. 20, « Meeting of the racial committeee of the CAC », 30 mars 1938.

12Pour revenir à East Harlem qui offre tant de suggestions éclairant aussi la réalité contemporaine, les populations polyglottes du quartier se mélangeaient avec difficulté, ce qui n’empêcha pas les efforts en matière inter-culturelle de se poursuivre. Un nouveau projet fut lancé à l’automne 1938, après une rencontre entre le Committee on Racial Cooperation, des enseignants et des élèves, et avec l’avis de Rachel Dubois qui considérait comme important de souligner davantage les ressemblances que les différences entre les besoins des hommes, en repérant dans chaque groupe culturel ce qu’il pouvait avoir de précieux pour les autres. L’un des élèves avait demandé un cours sur la culture afro-américaine tout en suggérant qu’il ne soit pas empreint de piétisme, mais que l’on insiste sur le respect, la dignité et la compréhension14.

  • 15 LCP, b. 52, f.13, « Report on experiment on intercultural education », 1939.
  • 16 LCP, b. 52. f. 20. « Questionnaire », s. d.

13Le but de l’étude devait être de comprendre les rapports entre groupes ethniques à East Harlem, en choisissant les quatre les plus représentatifs à l’époque pour identifier les stéréotypes ou les adaptations réciproques, à partir de l’ensemble des sentiments et des émotions déterminant les comportements des jeunes15. Le questionnaire, qui avait des ambitions scientifiques, avait été mis au point à la High School. Après quatre mois de travail sur l’éducation interculturelle, avec la prise en compte de cette perspective dans les principales disciplines, il fut soumis une deuxième fois aux élèves pour mesurer la modification des attitudes. Le questionnaire comportait 108 questions sur les italiens, les Juifs, les Noirs et les Portoricains, et au terme du travail et de la recherche, un long rapport fut préparé, dans les règles d’une sociologie de pointe pour l’époque16.

  • 17 LCP, b. 52, f. 13, « Report… », doc. cit.

14Le rapport final dut admettre l’existence de profondes divisions dans la population d’East Harlem, confirmer des conflits entre certains groupes nationaux et mettre en particulier en évidence un conflit entre italiens et Portoricains. Les enfants portoricains avaient une piètre opinion d’eux-mêmes, méprisaient les valeurs hispaniques, manifestaient leur préférence pour une ambiance purement américaine. Là où ce phénomène était courant parmi les enfants d’émigrés de première génération, on constatait une corrélation avec l’intolérance entre groupes, due à ce que les italiens étaient convaincus « de leur propre supériorité17 ». Accordant une particulière attention à la « deuxième génération » en ce qui concerne les conflits entre races ou ethnies, le rapport rappelait que la distanciation par rapport aux pratiques familiales pouvait avoir des conséquences très variées, de l’assimilation et de la mobilité sociale à l’inadaptation juvénile. Leonardo Covello et ses collègues soulignaient même qu’une attitude d’exclusion à l’encontre des nouveaux arrivés pouvait être un effet secondaire de l’intégration des normes culturelles américaines, et que ce semblait être le cas entre italiens et Portoricains.

  • 18 Ibidem.
  • 19 Ibid.

15Il semblait aussi que dans une situation matérielle et psychologique où les italo-américains étaient en majorité, leurs normes de comportement pouvaient devenir un modèle pour leur génération, influençant les attitudes de l’ensemble des élèves. Aussi, une action éducative dans leur direction apparaissait comme un objectif central pour les projets futurs18. Par ailleurs, les conclusions proposaient des cours orientés en fonction de la situation locale, mais pas destinés à des groupes ethniques particuliers, car le travail pédagogique devait avoir des effets différents de ceux des programmes destinés à la communauté19.

  • 20 Ibid.

16En tous cas, les enseignants avaient dû admettre que malgré les efforts de l’école, la communauté d’East Harlem n’avait pas réagi de façon positive : « il y a peu d’interactions entre groupes dans le sens social le plus large. Ethnocentrisme, distances sociales, suspicion et préjugés sont caractéristiques du quartier. Dans ces conditions, une perception détaillée des autres groupes est impossible20. » Leonardo Covello et ses collaborateurs furent probablement bouleversés par le fait qu’en octobre 1938, au moment même où ils menaient dans l’enthousiasme leur deuxième expérience interculturelle, une dramatique émeute secoua East Harlem pendant trois jours, et amena l’arrestation de plus de cent jeunes, italiens et portoricains.

  • 21 LCP, b. 11, f. 17, L. Covello, « radio talk WOV », 30 octobre 1938 ainsi que « Letter to the stude (...)

17Même s’il ne s’agissait pas d’élèves de la High School, l’affaire frappa Leonardo Covello car elle mettait en cause ses projets d’enseignement et de communauté multi-ethniques. Aussi dans les jours suivants, prit-il plusieurs initiatives visant à reconstruire un climat de dialogue et de tolérance. Il intervint par exemple à la radio en langue italienne de New York, WOV, s’efforçant de traiter un sujet délicat sans créer de nouveaux malentendus, soulignant que les Hispaniques n’étaient en rien différents des autres groupes. Il fit de la publicité autour d’une réunion organisée par la Harlem Legislative Conference, réunissant des hommes politiques et des leaders progressistes blancs, noirs et hispaniques. Il expliqua aux élèves que « les cœurs humains battent de la même façon partout dans le monde21 ».

  • 22 LCP, b. 78, f. 8, « Block Studies », 1935.

18L’émeute témoigna de façon tragique du mal qu’avait le quartier à affronter la transition ethnique, et d’autres la suivirent pendant la guerre. Mais l’activité de la BFHS concernait aussi les besoins élémentaires les plus évidents pour les habitants. Elle accorda beaucoup d’attention au problème du logement, à partir d’une analyse permanente de la situation, menée avec une méthode unissant valeurs pédagogiques et engagement social. en 1935, une enquête fut consacrée aux Block Studies. Elle occupe tout un fascicule des Leonard Covello Papers22. Pour d’autres années, l’on trouve d’autres documents dans d’autres fascicules, avec même un certain nombre de cartes de grande qualité montrant la répartition des groupes ethniques et les taux de mortalité. À mon sens, les Block Studies sont un document des plus significatifs, car ils montrent la disposition des maisons, des commerces, des activités sociales pour chaque pâté de maison, avec souvent des indications sur les habitudes et les modes de vie de la population. Bien entendu, tous les documents n’ont pas le même intérêt : certains se limitent à une liste d’activités, d’autres ajoutent une carte dessinée à la main ou comportent un petit essai riche d’observations. Ils nous offrent alors un témoignage sur la perception de la Little Italy d’Harlem par ses jeunes habitants ou par les élèves d’une High School qui était en son centre. De ce point de vue, on est frappé par l’attitude critique de certains documents envers l’aspect des rues, des maisons et parfois des gens, comme si les adolescents avaient d’une certaine façon intériorisé la volonté de rénovation animant alors les réformateurs engagés dans le combat pour les constructions publiques, comme on le verra plus loin.

  • 23 Ibid. Cf. également N. Venturini, Neri e italiani ad Harlem. Gli anni Trenta e la guerra d’Etiopia(...)
  • 24 LCP, b. 78, f. 8, « Block Studies », 1935.

19Nous pouvons citer certains de ces témoignages. Étudiant le pâté de maisons situé entre les 115e et 116e rues et les Première et Deuxième avenues, c’est-à-dire en fait le cœur du Harlem italien, Felice De Cicco énumère avec soin banque, club, laboratoire d’analyses médicales et saloon où les gens se réunissent en fin d’après-midi pour déguster des plats italiens et boire, mais aussi « parler de l’actualité, en particulier celle concernant l’Italie ». Rappelons que 1935 est l’année de l’agression italienne contre l’Éthiopie. Un autre élève, Notarfrancesco, dans son rapport sur le secteur de la 112e rue, rapporte avoir entendu parler avec enthousiasme de la guerre, avec bien entendu des commentaires tous favorables au duce, « symbole de toutes les activités humanitaires, disaient-ils23 ». Tous les propriétaires de ces établissements, et aussi des commerces (fromages, fleurs, plomberie, cigares, boulangerie, Candy Store proposant la presse) étaient italiens, mais on notait que des Juifs tenaient un garage et une quincaillerie, et des Allemands un Candy Store ainsi qu’un atelier de couleurs ; les Allemands étaient d’ailleurs les seuls locataires non italiens dans le bloc24.

20Dans le rapport sur la 112e rue, deux élèves anonymes rapportaient dans les termes suivants :

  • 25 Ibid.

Nous y rencontrons les vieux immigrés qui sont arrivés en Amérique il y a vingt ou trente ans, pleins d’énergie, décidés à travailler, à gagner de l’argent, à réussir. Et nous trouvions les nouveaux citoyens nés d’un mélange de sangs italiens, actifs, travailleurs, loyaux envers les deux pays, Italie et États-Unis, la patrie de leurs parents et la terre nouvelle découverte par Christophe Colomb. Nous y rencontrons aussi le Juif industrieux, qui a trouvé parmi les italiens la perspective d’une vie aisée en vendant des marchandises directement importées d’Italie25.

  • 26 Ibid.

21John Murati, à propos du bloc compris entre les 105e et 106e rues, et les Deuxième et troisième avenues, trouvait une distribution équilibrée entre commerces italiens et juifs, avec la traditionnelle laverie chinoise et quelques Allemands. Les noms des locataires révélaient des origines italiennes, mais aussi allemandes, juives, hongroises et hispaniques, avec quelques irlandais comme était d’ailleurs irlandaise la St. Cecilia Parochial School tenue par des religieuses. En conclusion, « rien de spécifique quant à la race italienne ne peut être repéré, et le secteur a exactement l’allure de tous ceux de la ville où vivent des ouvriers, et en particulier de ceux caractérisés par un mélange de nationalités26 ».

  • 27 Ibid.

22Au contraire, Amedeo D’Aureli, pour le bloc délimité par les 108e et 109e rues et les Première et Deuxième avenues, énumérait de nombreux magasins typiques (dont celui ne vendant que des produits laitiers italiens, mozzarella, ricotta, provola, etc.), mais aussi une librairie vendant des livres italiens « du genre compréhensible par la classe ouvrière italienne » et où l’on trouvait aussi « une grande quantité de portraits de la Vierge Marie, de Jésus-Christ, de divers saints, de Mussolini, de Balbo et d’autres personnages importants. » Pour mesurer combien nous sommes loin de cette époque, il vaut la peine de noter que l’élève décrit des aliments comme « caractéristiques de l’Italie méridionale », en insistant sur une pizzeria et en précisant qu’on y sert la « pizza », c’est-à-dire un « pie with cheese and tomato », une spécialité des Méridionaux27.

23Le travail des élèves contribua sans doute à la réalisation de quelques grandes cartes en couleurs, de qualité professionnelle, indiquant la répartition des différents groupes ethniques du quartier, avec pour les lieux de culte des croix catholiques et orthodoxes, ainsi que des étoiles de David.

  • 28 LCP, b. 12, f. 11, L. Covello, « Radio Address- Housing », 24 mars 1939.

24Par ailleurs, l’activité de Leonardo Covello et de la BFHS n’allait pas se limiter à l’enseignement et à la recherche, mais devait se diriger vers l’engagement direct. Dans un discours radiodiffusé par WOV et remontant à mars 1939, Leonardo Covello présenta les initiatives du East Harlem Committee de la Harlem Legislative Conference28. Il annonça son intention de parler en faveur d’une meilleure qualité du logement dans le quartier, destiné à demeurer un secteur résidentiel selon les conclusions du Mayor’s Committee on City Planning de 1937.

25Ainsi, le principal problème de la communauté était de loger de nombreuses familles à bas revenus. Peu après sa fondation en 1934, la BFHS avait créé un comité pour étudier la question, avec des enseignants, des élèves, des parents et des représentants de la communauté, tous soucieux d’améliorer la vie à East Harlem, y compris en demandant de nouveaux locaux pour l’école. Après l’approbation de ce dernier projet en novembre 1938, la High School s’était sentie encouragée à croire possible aussi l’obtention d’un complexe d’habitations locatives dans le secteur contigu, près du fleuve, pour concrétiser le slogan « une nouvelle école pour une nouvelle communauté » inventé par les élèves et adopté par le Housing Committee unifié avec celui de la Harlem Legislative Conference.

26En mars 1938, une manifestation populaire avait eu lieu pour demander une amélioration des logements, avec pétition au maire et création d’un comité présidé par le jeune avocat edmond Contento et se réunissant chaque semaine au Friends and Neighbors Club de la BFHS. Le comité avait recueilli plus de 1 000 signatures sur une pétition pour un ensemble à loyers modérés près de la East River drive, en se finançant par la vente de 5 000 épinglettes et en diffusant chez les principaux commerçants du quartier des affiches consacrées à l’initiative. En somme, tout avait été essayé pour assurer un logement décent aux familles ayant longtemps vécu dans les vieux Tenements du secteur, où deux graves incendies avaient éclaté peu auparavant, tuant quatre enfants.

  • 29 Ibid.

27Submergé par les protestations de gens qui lui demandaient d’agir sans délai, le comité avait décidé d’appeler à un défilé revendicatif pour le samedi 25 mars 1939, de la BFHS jusqu’à une salle publique où se tiendrait une réunion. Y participèrent des syndicats, des associations citoyennes et des sociétés de secours mutuel, avec à leur tête des hommes politiques comme Vito Marcantonio et Oscar Garcia rivera. Leonardo Covello conclut en rappelant aux auditeurs : « Par votre présence, vous pouvez aider le mouvement pour un meilleur logement et une protection adéquate de la population d’East Harlem contre les incendies29. »

  • 30 LCP, b. 70, f. 26, « Annual Report – East Harlem Council of Social Agencies », 1940-1941.

28Son discours s’insérait dans une série d’initiatives auxquelles le Housing Committee de la High School et Leonardo Covello lui-même participaient activement, comme le montre par exemple un document postérieur du East Harlem Council of Social Agencies, dont les responsables de section, parmi lesquelles Miriam Sanders, l’épouse de Vito Marcantonio, étaient toutes des femmes, souvent assistantes sociales. Avec Leonardo Covello, le comité avait impulsé la création d’un journal, le East Harlem News, et avait suivi avec attention les travaux de construction des East River Houses qui, comme on le verra, avaient couronné les efforts collectifs du quartier, même si elles n’avaient pas vraiment répondu aux attentes de la communauté. Le comité se promettait en particulier de s’occuper du mécanisme de sélection des locataires, et d’organiser des programmes récréatifs avec le Settlement House local30.

  • 31 LCP, b. 78, f. 8, « Block Studies », 1935.

29Avant de poursuivre par une brève étude des East River Houses, je voudrais revenir sur la question des conditions de vie dans le quartier, qui avaient beaucoup retenu l’attention des élèves de la BFHS, auteurs des Block Studies et de travaux ultérieurs. Ainsi, T. E. Croake, décrivant la zone du croisement de la 103e rue et de Lexington Avenue, décrit des maisons « du vieux modèle brownstone au Sud, ou en briques rouges au Nord, dans un assez bon état ; mais en s’approchant du fleuve, elles se détérioraient toujours davantage, jusqu’à sembler presque trop dégradées pour qu’on y vive ». Dans ce secteur, les groupes étaient très mélangés entre italiens, Juifs, Noirs et Portoricains. L’élève notait que les enfants d’âge préscolaire qui jouaient dans la rue semblaient propres et bien élevés, et que Noirs et Blancs jouaient ensemble ; mais on voyait aussi des adultes dormant sur des matelas posés dans les escaliers de secours extérieurs. De nombreux magasins étaient à l’abandon, et la zone semblait en déclin31.

30Une étude anonyme de la zone située entre les 118e et 125e rues et entre la troisième avenue et le fleuve, offre une image très négative, aux limites du préjugé, indiquant que les maisons étaient entassées et qu’en sortait un fleuve de déchets et d’abominables vieux papiers, avec de mauvaises odeurs. On décrivait des maisons aux portes ouvertes, avec des chaises sur les escaliers, pendant que les « inévitables linges » pendaient aux fenêtres.

  • 32 Ibid.

31Les logements étaient sales, bourrés d’enfants et de vieilles femmes qui « gesticulaient et criaient en d’innombrables dialectes32 ».

32Un élève anonyme rapportait que la zone située entre les 102e et 103e rues et les Deuxième et troisième avenues présentait un grand mélange de nationalités, attesté également par l’existence d’une Little Rock Baptist Church et d’une Alleluja Church, fréquentées par des Noirs. Soulignant l’âge et le mauvais état des maisons, il indiquait que les locataires avaient souvent changé au cours des trente dernières années :

  • 33 LCP, b. 78, f. 8, « Block Studies », 1935.

Les italiens, du fait desquels à l’origine la zone était appelée Little Italy, se sont déplacés de l’autre côté de Harlem River ou bien dans le Bronx. Harlem réclame indubitablement l’attention des leaders qui représentent les citoyens de cette partie de New York, à l’abandon mais intéressante. J’espère que ma voix sera écoutée, un jour, par notre gouvernement33.

33Une première réponse à ce jeune homme arriva avec la construction des East River Houses, inaugurées en 1941, mais elle ne fut que partielle par rapport aux besoins de East Harlem, les constructions publiques obéissant, comme nous le verrons, à des critères techniques bureaucratiques et politiques pas toujours conformes aux attentes de la population. L’activisme de la communauté et de la BFHS en faveur du logement populaire cherchait en effet des interlocuteurs politiques au sein d’un mouvement réformiste qui voyait justement, dans la médiocrité des bâtiments et des quartiers, une source de malaises sociaux et en particulier de délinquance juvénile, négligeant leur cause première, la pauvreté des habitants. Mais cette contribution n’a pas pour but de polémiquer contre les conceptions des réformateurs de l’époque, qui lancèrent la saison des complexes de logements populaires, laquelle culmina avec l’Urban Renewal des années 1960, certainement fort loin de leurs projets pour rendre vie aux communautés pauvres grâce à la construction d’immeubles modernes, sûrs, équipés d’un matériel innovant d’hygiène et de chauffage, et de jardins pour les jeux d’enfants : bref, de remplacer la crasse et les dangers propres aux Tenements par des conditions de vie acceptables et saines.

  • 34 R. Plunz, A History of Housing in New York City. Dwelling Type and social Change in the American M (...)
  • 35 P. Marcuse, « The Beginnings of Public Housing in New York », Journal of Urban History, n° 4, 1986 (...)

34La construction de Public Housing s’inscrit dans le cadre d’une loi votée au niveau de l’état, en 1934, et créant la new York City Housing Authority (NYCHA), première structure publique de l’histoire américaine consacrée aux problèmes de logement. En 1937 une loi fédérale institua l’United States Housing Authority, destinée à créer une structure fédérale permanente pour construire des habitations à loyer modérés34. Pour le principal spécialiste du sujet, Peter Marcuse, il s’agissait dans les années 1930 de maisons non pas de mauvaise qualité, mais construites selon les normes de la classe moyenne, avec des loyers accessibles pour des familles à bas revenus, excluant cependant les couches sociales les plus marginalisées : pour avoir accès au Public Housing, il fallait qu’au moins un adulte actif soit citoyen américain, et les chômeurs n’étaient pas pris en compte35.

  • 36 Ibid.
  • 37 R. Plunz, A History, op. cit., p. 226.

35Du point de vue de l’organisation, les principales innovations de ces structures étaient dues au rôle jouées par les femmes dans les mouvements lié au logement et dans l’administration de la NYCHA : les projets prévoyaient des centres sociaux, des crèches et des écoles maternelles, des dispensaires, des espaces collectifs à l’intérieur et à l’extérieur36. Mais les décisions sur les projets étaient prises en fonction de critères fixes, sans tenir compte des particularités des quartiers : on suivait des normes de pointe quant à la taille des pièces, à la quantité d’air et de lumière, avec pour les appartements des règles uniformes, utilisables n’importe où. Excluant le rapport au territoire, une telle approche ne pouvait qu’entrer en collision avec les attentes d’East Harlem. De fait, la participation des communautés était déconseillée « parce que les habitudes des futurs résidents étaient considérées comme influant de façon négative sur les projets37 ».

  • 38 R. A. Caro, The Power Broker. Robert Moses and the Fall of New York, New York, Vintage, 1975.

36On peut dire que ces présupposés sont confirmés par les modalités de préparation du projet d’East River Houses, malgré l’activité développée dans le quartier, laquelle fit d’abord tenir le projet de Public Housing pour un succès collectif. Le projet de East River Houses représenta une innovation importante, car ce fut le premier programme high-rise de la NYCHA, c’est-à-dire avec des bâtiments de plus de six étages ; treize autres ensembles devaient suivre dans le quartier, tandis que tous les vieux immeubles étaient destinés à la démolition. Ainsi, aujourd’hui, le tiers d’East Harlem est occupé par des constructions publiques ou conventionnées de l’après-guerre, correspondant à l’image de la Tower in the Park, clairement marquées par l’action politique et l’inspiration de robert Moses38. Dans les années 1950 et 1960, cette conception de l’Urban Renewal allait modifier le paysage urbain américain, en aboutissant à la disparition virtuelle des vieux quartiers ethniques et de leurs réseaux commerciaux, associatifs et de solidarité. Là aussi, East River Houses représente un tournant.

  • 39 NYCHA Papers (New York City Housing Authority Archives, Fiorello La Guardia Community College, Que (...)

37En tant que projet, East River Houses présente un autre aspect digne d’être noté : il donne directement sur le fleuve, juste a côté de Franklin d. Roosevelt drive, entre les 100e et 105e rues, avec l’élimination des rues transversales et la création d’un Superblock, situé non loin du Thomas Jefferson Park et des nouveaux locaux de la BFHS, comme pour répondre aux demandes locales exprimées à travers le East Harem Housing Committee avec la participation de BFHS et la Harlem Legislative Conference. L’emplacement permettait de profiter au mieux de la splendide vue sur le fleuve, et du soleil, grâce à la disposition des immeubles en diagonale. De plus, par un pont piétonnier à hauteur de la 103e rue, on pouvait accéder au parc voulu par robert Moses à Ward’s Island. Les travaux, commencés en mars 1940, furent achevés très vite, de sorte que tout l’ensemble était habité au 28 mai 194139.

  • 40 East River Houses. Public Housing in East Harlem, NYCHA, NYC, juillet 1941.
  • 41 NYCHA papers, B. 0054C7, f. 14, tenant Selection rating System, circa 1940.
  • 42 NYCHA Papers, B. 0054D6, f. 4, Didisheim à Swope, 26 mai 1941.

38La NYCHA prépara une brochure documentaire, intéressante par sa présentation des données, mais aussi par son langage et son iconographie. Le ton du texte oscille entre triomphalisme et paternalisme. East River Houses était qualifié de moderne, de confortable, d’hygiénique et d’attirant, alors que le quartier était défini comme « un des secteurs les plus sordides de la ville40 ». Mais on s’aperçoit en réalité, que seule une minorité des habitants d’East River Houses vint du quartier, ce qui allait provoquer une grande déception chez des « acteurs sociaux » tels que Leonardo Covello et Vito Marcantonio. Au total, seules 32 % des familles vinrent d’East Harlem, car parmi les critères d’attribution le logement occupé auparavant comptait beaucoup. De fait, dans 72 % des cas les locataires habitaient auparavant des logements classés comme substandard, maisons construites avant 1901, dangereuses et surpeuplées, avec des pièces sans fenêtres, sans eau courante ni équipement sanitaire41. Nous pouvons noter en outre que 17,8 % des chefs de famille étaient nés en Italie ; un total de 38,3 % était né à l’étranger, même si l’on n’atteignait les 4 % dans aucun autre groupe ethnique, ce qui semble confirmer une prédominance italienne. Il ne faut pas oublier que parmi les familles considérées comme nées aux États-Unis, figurent les Portoricains. En outre, contrairement aux habitudes de la NYCHA, quelques Noirs avaient été acceptés. Dans l’ensemble, il s’agissait de familles plutôt jeunes avec, sur 3815 habitants, 34,4 % de moins de seize ans42.

39En tous cas, d’autres aspects de la vie passée des nouveaux locataires échappaient aux statistiques de la NYCHA, et sont décrits en détail dans la brochure :

  • 43 East River Houses…, op. cit., p. 11.

Sauf dans les souvenirs des locataires, il n’existe pas de données sur les milliers de cafards, de souris, de rats, de poux et autres parasites qui prospèrent entre les murs lépreux et dans les planchers pourrissant des Tenements décrépis. On ne peut pas non plus faire le catalogue des vitres cassées et des stores faussés à travers lesquels passe l’air froid, les murs croulants et les plafonds suintant d’humidité par temps de pluie, et les longs couloirs sombres aux balustrades graisseuses au toucher43.

  • 44 Ibid, p. 10-15.
  • 45 Ibid., p. 10, 16-17.

40À l’inverse, la description des nouveaux bâtiments confirme le changement qualitatif vécu par la communauté : « Les familles d’East River Houses vivent dans des appartements chauffés à la vapeur, avec des salles de bains et des cuisines modernes […] l’eau chaude sur l’évier et au moins une fenêtre pour chaque pièce ; depuis les appartements on accède à des ascenseurs, des incinérateurs de déchets […] des structures récréatives intérieures et extérieures, des terrains de jeux à l’intérieur de l’ensemble44. » De plus, « chaque appartement dispose de l’équipement de base considéré comme nécessaire à un niveau de vie décent ». De fait, les cuisines étaient équipées de réfrigérateurs, de cuisinières à gaz, d’un évier et de placards. Dans les caves étaient accessibles des buanderies communes et des resserres, et des locaux étaient prévus pour les structures de la communauté. Même les jardins n’avaient pas été oubliés, et leurs arbres garantissaient « de brillantes couleurs d’automne45 ».

  • 46 NYCHA papers, B. 0054D7, F. 5, S. Isaacs à G. Swope, 22 et 24 juillet 1941 ; G. Swope à S. Isaacs, (...)
  • 47 P. Marcuse, « The beginnings », op. cit., p. 382-383.

41La sélection des locataires ne tenait pas seulement compte des revenus et de la composition des familles, qui faisaient que seulement 358 familles du quartier remplissaient les conditions, tandis que maintes familles nombreuses, où les enfants travaillaient, apparaissaient comme ayant de trop hauts revenus et furent donc exclues46. D’autres conditions étaient liées aux housekeeping habits des demandeurs, c’est-à-dire à leur capacité à s’occuper de leur maison, vérifiée par l’inspection de leur domicile par les fonctionnaires de la NYCHA. C’étaient donc surtout aux femmes de répondre à des conditions presque impossibles à remplir dans les vieux Tenements. De plus, les logements étaient destinés aux seules familles nucléaires typiques, excluant les parents célibataires, les veufs ou les divorcés47.

42L’appareil iconographique de cette brochure consacré aux East River Houses renforce le tableau tracé par la documentation, en opposant la vie du nouvel ensemble à l’East Harlem à travers une série de photographies exemplaires. On y trouve de typiques images d’immigrés avec les enfants dans les rues, les intérieurs sombres et décrépis, l’immanquable série de linges sur les cordes tendues entre les fenêtres des Tenements. À l’inverse, les photographies du nouvel ensemble montraient des intérieurs lumineux et impeccables, des cuisines à gaz modernes, et à l’extérieur de vastes cours avec des secteurs équipés de jeux. Mais l’image la plus frappante est peut-être celle des habitants, qui apparaissent comme propres et ordonnés, à la différence de ceux d’East Harlem, débraillés et mal peignés, comme pour souligner que la différence était due à l’environnement et non aux individus.

  • 48 East River…, op. cit., p. 3-10, 17.

43En fait, d’autres parties de cette brochure essayaient de réhabiliter l’ancien quartier. Elles montraient sa vitalité et son activité : enseignes en différentes langues, églises, synagogues et pizzerias, au milieu desquelles émergeaient aussi les noms de ses habitants les plus illustres, Fiorello La Guardia, Vito Marcantonio et Leonard Covello. Elles soulignaient aussi que les immigrés, même handicapés par leur manque de fonds et leur ignorance de l’anglais, étaient parvenus à trouver du travail et à « fonder de grandes familles respectables malgré un habitat répugnant48 ». Dans ces observations se reflète une conception presque pédagogique de la fonction du logement populaire, pour laquelle un habitat sain devrait remédier de façon automatique aux pathologies sociales. N’est certainement pas étrangère à cette vision l’attitude paternaliste, très subtilement discriminatoire, vis-à-vis des habitants de l’ensemble et, de façon plus générale, de ceux du quartier où il était construit.

44Pour conclure cette présentation, on peut dire que la transformation d’East Harlem à la fin des années 1930 ne correspondait sans doute pas à la vision sociale et pédagogique inspirant Leonardo Covello et sa High School, telle qu’on peut la déduire des sources. Leur activisme en phase avec la communauté obtint quelques résultats importants, comme la construction des nouveaux locaux de la BFHS et celle d’East River Houses, mais elle ne réussit pas à agir sur les forces pilotant le changement. Le Public Housing ne résolut pas les problèmes de logement dans le quartier, et n’hébergea qu’une petite partie de ses habitants. Le manque de logements décents, outre aux vifs conflits avec les Portoricains, malgré les initiatives en faveur de la coexistence inter-culturelle, conduisit un grand nombre d’italiens à quitter le quartier en profitant de la mobilité sociale liée à la période de la guerre.

  • 49 Pour d’autres informations et des photographies de l’auteur, cf. N. Venturini, « Nascita di un com (...)

45De ce fait, aujourd’hui, il ne reste presque rien de la florissante Little Italy de l’avant-guerre. En parcourant les rues venant du Black Harlem, on ressent nettement le passage d’une communauté à une autre, avec les enseignes des commerçants et des cafés-restaurants, les différentes musiques inondant la chaussée, les odeurs, les couleurs et les accents hispaniques. Dans certaines rues il y a encore de petits groupes de Tenements, et il n’est pas rare qu’un mur de briques porte encore une inscription italienne désormais ternie. Vue du pont piétonnier traversant le fleuve, East River Houses apparaît comme la matérialisation des dessins et des maquettes des années 1930. Mais ce n’est plus un géant se détachant sur le ciel, entouré par un assemblage compact d’immeubles vieux et sombres. Aujourd’hui, il apparaît comme un housing project plutôt petit, d’une taille qui semble plus humaine et plus vivable que les immenses complexes de tours qui l’encadrent et se multiplient en direction du nord le long des rives de la Harlem River. Vus des cours ponctuées de grands arbres feuillus, les bâtiments semblent extraordinairement semblables aux photographies prises au moment de leur inauguration. Ces cours et les jardins sont remplis de passants, le plus souvent afro-américains. Harlem et East Harlem n’ont pas l’allure inquiétante que l’on associe souvent à leur nom, mais, aussi bien aujourd’hui qu’il y soixante-dix ans, on a la sensation d’être très loin du reste de Manhattan49.

Notes

1 G. Meyer, Vito Marcantonio, Radical Politician, Suny Press, 1989. A. Mann, La Guardia : a Fighter against his Times, Chicago, University of Chicago Press, 1959.

2 Cf. Harlem Housing, rédigé par le Citizens Housing and Planning Council of New York, en collaboration avec le Committee on Interracial Problems in Housing, 1939.

3 Leonard Covello Papers (LCP), Historical Society of Pennsylvania, auparavant déposés au Balch Institute for Ethnic Studies, Philadelphie, b. 73, f. 18, « Committee on neighborhood Health Development, Department of Health, City of New York », s. d.

4 LCP, b. 41, f. 4, L. Covello, « Curriculum Committee, Subcommittee on Cultural Problems, tentative Report », 22 novembre 1943.

5 LCP, b. 79, f. 18, « Population trends, East Harlem 1930-1940 », s. d.

6 L. Covello, The Heart is the Teacher, New York, McGraw Hill, 1958, p. 1-45.

7 J. Puckett, « Leonard Covello and the American Community School », article inédit, cité avec la permission de l’auteur.

8 LCP, b. 53, f. 2, L. Covello, « Summary of purpose by the principal », 1938 ; LCP, b. 75, f. 16, « What East Harlem needs. Intercultural Education speech », s. d.

9 L. Covello, The Heart, op. cit., p. 182.

10 J. Puckett, op. cit., p. 23-31.

11 N. Montalto, A History of the Intercultural Education Movement, 1924-1941, New York, Garland Publishing Company, 1982, p. 130-148.

12 LCP, b. 75, f. 16, « What East Harlem Needs », s. d.

13 LCP, b. 18, f. 10, L. Covello, « The Community Centered School », chapitre 3, s. d.

14 LCP, b. 52, f. 20, « Meeting of the racial committeee of the CAC », 30 mars 1938.

15 LCP, b. 52, f.13, « Report on experiment on intercultural education », 1939.

16 LCP, b. 52. f. 20. « Questionnaire », s. d.

17 LCP, b. 52, f. 13, « Report… », doc. cit.

18 Ibidem.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 LCP, b. 11, f. 17, L. Covello, « radio talk WOV », 30 octobre 1938 ainsi que « Letter to the students of BFHS », 26 octobre 1938. Cf. aussi, L. Venturini, « Leonard Covello and Intercultural Education at Benjamin Franklin High School in the 1930’s », Italian American Review, volume 9, n° 1, printemps-été 2002, p. 73-110.

22 LCP, b. 78, f. 8, « Block Studies », 1935.

23 Ibid. Cf. également N. Venturini, Neri e italiani ad Harlem. Gli anni Trenta e la guerra d’Etiopia, Rome, Lavoro, 1990.

24 LCP, b. 78, f. 8, « Block Studies », 1935.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 LCP, b. 12, f. 11, L. Covello, « Radio Address- Housing », 24 mars 1939.

29 Ibid.

30 LCP, b. 70, f. 26, « Annual Report – East Harlem Council of Social Agencies », 1940-1941.

31 LCP, b. 78, f. 8, « Block Studies », 1935.

32 Ibid.

33 LCP, b. 78, f. 8, « Block Studies », 1935.

34 R. Plunz, A History of Housing in New York City. Dwelling Type and social Change in the American Metropolis, New York, Columbia University Press, 1990.

35 P. Marcuse, « The Beginnings of Public Housing in New York », Journal of Urban History, n° 4, 1986, p. 334-352.

36 Ibid.

37 R. Plunz, A History, op. cit., p. 226.

38 R. A. Caro, The Power Broker. Robert Moses and the Fall of New York, New York, Vintage, 1975.

39 NYCHA Papers (New York City Housing Authority Archives, Fiorello La Guardia Community College, Queens), B. 0066A2, f. 28, « Summary of development of projects », s. d. Cf. aussi Nycha Eighth Annual Report, 1941.

40 East River Houses. Public Housing in East Harlem, NYCHA, NYC, juillet 1941.

41 NYCHA papers, B. 0054C7, f. 14, tenant Selection rating System, circa 1940.

42 NYCHA Papers, B. 0054D6, f. 4, Didisheim à Swope, 26 mai 1941.

43 East River Houses…, op. cit., p. 11.

44 Ibid, p. 10-15.

45 Ibid., p. 10, 16-17.

46 NYCHA papers, B. 0054D7, F. 5, S. Isaacs à G. Swope, 22 et 24 juillet 1941 ; G. Swope à S. Isaacs, 23 juillet 1941. Stanley Isaacs présidait le Borough de Manhattan et Gerard Swope était le nouveau président de la NYCHA.

47 P. Marcuse, « The beginnings », op. cit., p. 382-383.

48 East River…, op. cit., p. 3-10, 17.

49 Pour d’autres informations et des photographies de l’auteur, cf. N. Venturini, « Nascita di un complesso di edilizia popolare a New York : East River Houses », Storia urbana, n° 75, 1996, p. 53-83.

Auteur

Éric Vial (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540