Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Troisième partie. Identité nationale et métissages culturels

Mussolini à East Harlem : police fasciste et identité italo-américaine

Fraser M. Ottanelli
Traduction de Éric Vial

Texte intégral

  • 1 Cité in M. J. Goodman, The Evolution of Ethnicity : Fascism and Anti-fascism in the Italian-Americ (...)

1En juin 1927, dans une note aux représentants diplomatiques de son pays à travers le monde entier, Mussolini indiquait que « les dix millions d’Italiens dispersés dans les différents pays étrangers représentent une force d’une immense importance ». Selon lui, ces communautés à l’étranger « parviendront à considérer leur patrie lointaine non plus comme un doux souvenir, mais comme une réalité tangible1 ». Ces phrases illustrent la volonté du gouvernement fasciste de promouvoir, dans l’intérêt du régime, des liens plus étroits entre l’Italie et les émigrants de première et deuxième génération, y compris ceux devenus citoyens de leur pays d’adoption.

  • 2 P. Guillen, « Le rôle politique de l’immigration italienne en France dans l’entre-deux-guerres », (...)
  • 3 P. R. Fanesi, « Italian Antifascism and the Garibaldine Tradition in Latin America », in Italian W (...)

2Peu de temps après s’être emparées de la péninsule, les autorités fascistes lancèrent une campagne globale, concertée et bien financée, pour établir leur contrôle sur leurs concitoyens expatriés, gagner leur appui et, en même temps, réprimer les antifascistes et leurs activités. Opérant tant à travers leurs consulats avec l’aide des faisceaux locaux appuyés par une multitude de publications, qu’une foule d’organisations pro-fascistes, charitables, religieuses, sportives, éducatives et d’anciens combattants, ces autorités cherchèrent à donner une définition de l’italianité qui mêlait le sentiment émergeant de l’identité nationale et la glorification du régime fasciste. Leurs efforts eurent des résultats divers. Ainsi en France, les tentatives mussoliniennes pour enrégimenter la communauté Italienne se heurtèrent à l’engagement antifasciste du mouvement ouvrier local et aux tensions croissantes entre les gouvernements de Paris et de Rome, dues aux revendications territoriales du second sur Nice, la Corse et la Tunisie, ainsi qu’à ses liens de plus en plus étroits avec l’Allemagne nazie. Confrontés au choix entre l’allégeance à l’Italie fasciste et celle au pays où ils vivaient, beaucoup d’Italiens de France préférèrent souligner la coupure entre l’Italie « officielle » fasciste et la « vraie Italie » des travailleurs émigrés antifascistes partageant les idéaux démocratiques de leurs camarades français et désireux d’aider ces derniers dans le combat contre l’ennemi commun, le fascisme. L’appui au régime vint d’un groupe bien plus limité, fait de membres des professions libérales, de boutiquiers, de petits patrons, d’employés d’entreprises Italiennes, du corps diplomatique, des missions catholiques, et non des ouvriers2. De même, en argentine, l’opposition au fascisme permit aux migrants de concilier les liens avec leur lieu de naissance et l’identité nationale du pays d’accueil3.

  • 4 G. Salvemini, Italian fascist Activities in the United States, New York, rééd., Staten Island, 197 (...)
  • 5 J. P. Diggins, Mussolini and Fascism : the View from America, Princeton, 1972, p. 77-110 ; P. V. C (...)

3Si dans ces deux pays l’antifascisme devenait l’idéologie dominante parmi les Italiens et le moyen pour eux de combiner leur identité d’origine et celle de citoyens antifascistes du pays d’adoption, Mussolini bénéficia en revanche d’un accueil bien plus favorable dans les Petites Italies des États-Unis. Gaetano Salvemini a beaucoup influencé l’explication par les historiens de la forte identification des italo-américains à l’Italie fasciste. Écrivant à la veille de Pearl Harbour, il estimait que, marginalisés par des Anglo-nativistes qui les regardaient de très haut, les considérant comme des inférieurs, des « Dagoes », des « Wops », maints italo-américains acceptaient l’image idéalisée d’une « Italie nouvelle », moderne, impériale, redoutée, qui nourrissait un sentiment de fierté ethnique face à la société américaine4. Plus de trente ans plus tard, cette vision salveminienne d’un appui des Italo-américains à Mussolini pour des raisons moins idéologiques que psychologiques, en réaction à un sentiment d’infériorité par rapport à la société d’accueil, fut reprise et diffusée par John Diggins et Phil Cannistraro. Tous deux mirent en avant une différence entre la politique du fascisme et son attractivité culturelle, conception largement partagée par d’autres historiens5.

  • 6 M. J. Goodman, The Evolution of Ethnicity…, op. cit., p. 6.
  • 7 Ibid., chapitre 2 et p. 148-165.

4Au début des années 1990, Madeline Goodman chercha, selon sa propre expression, à « compliquer » cette vision longtemps acceptée des relations entre Italo-américains et fascisme, en montrant combien en réalité « politique et culture se mélangeaient dans les années 1920 et 19306 ». elle expliquait comment les fonctionnaires fascistes Italiens, aiguillonnés par leurs représentants diplomatiques aux États-Unis, avaient fabriqué une définition « culturelle » de l’italianité combinant amour du pays et soutien à Mussolini, faisant ressortir, implicitement, que tous les « vrais » Italiens étaient favorables au fascisme et que s’en prendre à celui-ci était « anti-Italien ». En même temps, le régime insista sur le lien entre sa construction de l’italianité et l’interprétation dominante de l’américanisme, fournissant ainsi une définition de l’identité italo-américaine bien au goût des autorités américaines7.

  • 8 S. Luconi, la « diplomazia parallela », in Il regime fascista e la mobilitazione politica degli it (...)
  • 9 D. R. Gabaccia, F. M. Ottanelli, « Diaspora or International Proletariat ? Italian Labor Migration (...)
  • 10 P. D’Agostino, Rome in America. Transnational Catholic Ideology from the Risorgimento to Fascism, (...)

5Ces dernières années, différents travaux ont été menés à partir de cette connection entre appui à Mussolini et développement d’une identité ethnique. Stefano Luconi a décrit très en détail la façon dont le régime fasciste a mené ce qu’il a qualifié de « diplomatie parallèle », pour pousser l’électorat italo-américain à soutenir des lois bénéficiant à l’Italie8. Dans un travail commun, donna Gabaccia et moi-même avons montré comment l’incorporation des travailleurs Italiens dans les grands syndicats par le biais d’organisations à base ethnique avait fait se développer une identité à trait d’union, telle qu’un grand nombre de gens, même syndiqués, étaient réceptifs aux messages de Mussolini9. Plus récemment, Peter D’Agostino a étudié la façon dont, suite au traité du Latran rétablissant en 1929 d’étroites relations entre le Vatican et l’État Italien, soutenir Mussolini devint aussi une affirmation de catholicisme italo-américain10.

6Dans la présente contribution, j’apporte un élément nouveau dans la discussion sur les origines et la nature de l’appui à Mussolini et à son régime chez les Italiens des États-Unis. J’attire en particulier l’attention sur les moyens significatifs utilisés par les autorités Italiennes pour faire sentir leur présence répressive dans la communauté émigrée, avec l’accord et même l’appui actif des agences gouvernementales américaines. Les activités de la police fasciste Italienne opérant des deux côtés de l’atlantique, combinées avec une xénophobie et un anti-radicalisme très courants au sein des autorités municipales, locales et fédérales, impliquaient de grands risques pour les italo-américains à critiquer ouvertement le régime, avertissement bien compris dans les Petites Italies de tous les États-Unis.

  • 11 Pour des études récentes sur les changements de nature de l’État-nation, cf. L. Basch, n. G. Schil (...)

7L’attention à la présence coercitive de l’État fasciste dans la vie de ses citoyens et de leurs descendants dans un pays étranger élargit notre compréhension des pratiques politiques transnationales du gouvernement Italien de l’entre-deux-guerres ainsi que de leur impact sur le développement de l’identité italo-américaine. Les efforts des institutions officielles pour enrégimenter les migrants de première et deuxième générations reposaient sur une définition nouvelle et élargie de l’identité nationale, non plus limitée aux personnes vivant dans les frontières de l’État-nation mais enveloppant tous ceux qui étaient originaires d’Italie, où qu’ils résident. Ainsi, l’attention à ce processus historicise ce que, dans les débats sur les migrations contemporaines, les sciences sociales définissent comme une « déterritorialisation » des états-nations11.

  • 12 Le travail le plus complet sur les origines et la structure de l’appareil répressif fasciste est d (...)

8Le déchaînement de la violence fasciste contre les organisations ouvrières et paysannes et contre les partis de gauche, à partir de 1921, fit fuir leur domicile à des milliers d’Italiens, responsables politiques ou simples militants de base dont les opinions et les actes mettaient leur vie en danger et rendaient problématiques leurs possibilités de gagner leur pain. Au milieu des années 1920, la plupart des opposants au régime étaient ou en prison ou en exil forcé. La consolidation d’un système totalitaire impliquait la possibilité d’en identifier, surveiller et écraser les ennemis, en Italie et à l’étranger. Aussi, la capacité répressive de l’État Italien fut-elle fortement augmentée, rationalisée et financée. Au centre de cet effort, on trouve la création en 1926 d’une division de police politique, ou Polpol, créée spécialement pour surveiller les activités antifascistes et coordonner tant la récolte d’informations que la répression. Arturo Bocchini, chef de la police de 1926 à sa mort en 1940, supervisait directement cette Polpol, en rendant compte chaque jour à Mussolini. Les fonctionnaires de police affectés à ce service furent sélectionnés avec soin sur leurs capacités spécifiques et leur connaissance des groupes « subversifs ». Pour mener ses activités, l’organisation bénéficia aussi d’effectifs et d’un budget conséquents12.

  • 13 M. Canali, Le spie…, op. cit., chap. 1 ; M. Franzinelli, I tentacoliop. cit., chap. 5 ; cité in (...)

9Pour enquêter sur un mouvement dont la nature était devenue globale, et le réprimer, le régime dépêcha des fonctionnaires de police dans les pays où les Italiens antifascistes étaient présents et actifs de manière significative. En France, leur principal centre d’activité, des policiers agirent à partir des bureaux des consulats de Paris, Marseille, Toulon, Nice, Lyon, Chambéry et Nancy. D’autres étaient en poste en Suisse, opérant sous couverture diplomatique à berne, Zurich et Lugano. Il en allait de même en argentine, en Australie, en Belgique. À la fin des années 1920, Arturo Bocchini pouvait affirmer que la Polpol avait établi des centres de « surveillance politique » au sein des représentations diplomatiques Italiennes dans le monde entier13.

10Les agents en poste à l’étranger devaient identifier les antifascistes Italiens, collecter des informations sur eux, et de façon générale leur mener la vie dure. Ils devaient aussi enquêter sur les mouvements de fonds, de matériel de propagande et de responsables entre organisations antifascistes en exil et groupes en Italie même. Enfin, ils devaient contribuer à orienter les autorités locales contre les ennemis du régime. Dès qu’un émigré attirait l’attention des autorités Italiennes, la première étape pour la Polpol était d’en déterminer l’identité complète (l’identité réelle s’il vivait sous pseudonyme), le lieu de naissance et la dernière résidence en Italie. Puis elle faisait appel en Italie aux fonctionnaires de police locaux pour toutes informations sur ses activités avant son départ, sur ses amis et sa parentèle restés sur place. Ceux-ci étaient souvent mis sous surveillance et leur courrier ouvert avec discrétion. Une fois cette tâche accomplie directement ou à travers leurs réseaux d’informateurs, les agents de la Polpol mettaient les intéressés aussi sous surveillance. Celle-ci dura en général jusqu’au début de la Seconde guerre mondiale, parfois au-delà.

  • 14 Sur le CPC, cf. Associazione nazionale perseguitati politici italiani antifascisti, Antifascisti n (...)

11Toute information recueillie était ponctuellement transmise au ministère de l’intérieur et complétait un dossier individuel du Casellario politico centrale, ou CPC. Sur la couverture de chacun, les autorités portaient un bref portrait physique et des données biographiques générales, lieu et date de naissance, profession, lieu d’habitation, couleur politique. Ces dossiers sont d’épaisseur variée. Certains ne contiennent que quelques feuillets, d’autres sont remplis de documents confidentiels et de rapports de police, d’imprimés divers et souvent de copies de lettres privées14.

12Les autorités fascistes tenaient les États-Unis pour vitaux en tant que partenaire économique et que source de crédits. De bonnes relations avec les milieux politiques et économiques américains, et le contrôle de l’importante communauté Italienne du pays étaient donc considérés comme essentiels pour l’intérêt national. Dans ce contexte et pour développer une image « respectable » de l’Italie, fondée sur une apparence de stabilité, les autorités fascistes commencèrent une campagne énergique afin de s’assurer la sympathie de l’opinion et d’éradiquer sentiments et activités antifascistes dans la communauté émigrée.

  • 15 Consul Axerio à ambassadeur, 24 novembre 1925, « Attività dei sovversivi, 1925-1926 », Pos A63, bu (...)
  • 16 Ambassadeur d’Italie à Benito Mussolini, 3 juillet 1926, et ambassadeur d’Italie à Consul Axerio, (...)

13Au milieu des années 1920, les fonctionnaires Italiens en poste aux États-Unis s’occupèrent de plus en plus de l’accroissement des activités antifascistes. À la fin de 1925, le consul général à new York, Axerio, se plaignait à ses supérieurs, car si les autorités policières locales étaient coopératives et désireuses de réprimer ces activités dans les lieux publics, on ne pouvait compter sur elles pour surveiller les ennemis du régime. les autorités consulaires, indiquait-il, n’avaient ni les capacités ni les moyens de mener des enquêtes et de répondre aux demandes d’informations de plus en plus nombreuses envoyées par la police Italienne ainsi qu’au flot d’indications non sollicitées, envoyées de tout le pays par des sympathisants italo-américains au sujet d’activités subversives et de complots contre le régime. Du fait de cette situation globale, Axerio insistait pour que la police Italienne nomme à new York un fonctionnaire pour prendre en charge « la surveillance de nos subversifs15 ». Cette proposition eut un effet immédiat et Mussolini lui-même ordonna la création d’un Ufficio riservato, secret au consulat de new York16.

  • 17 Mauro Canali, Le spie…, op. cit., p. 44 et 53 ; ambassadeur d’Italie à Benito Mussolini, 3 juillet (...)

14En lien avec cette création, la Polpol délégua à new York un de ses agents les meilleurs et les plus expérimentés, Umberto Caradossi. Il avait un solide passé d’activité contre les ennemis du régime, d’abord à Naples puis à Marseille où il était en poste depuis 1923. Désormais, il devait diriger et coordonner la collecte des informations sur les adversaires du régime, sur leur activité aux États-Unis, et évaluer ces informations. Toutes celles ainsi réunies étaient envoyées par valise diplomatique aux autorités du ministère de l’intérieur, à Rome17.

  • 18 « Caradossi Umberto », personale di Pubblica sicurezza fuori servizio, versamento 1957, busta 244, (...)
  • 19 Sur la police fasciste Italienne et sa surveillance des ennemis du régime aux États-Unis, cf. F. O (...)

15Agissant sous couverture diplomatique, avec seulement quelques consuls de carrière dans les principales villes américaines connaissant sa mission réelle, Umberto Caradossi dirigea l’Ufficio riservato de sa création à l’été 1941, où il lui fut ordonné, comme aux autres agents du gouvernement Italien, de quitter le pays18. Il devint un acteur-clé de la campagne du régime fasciste contre ses ennemis aux États-Unis. Il dirigeait un vaste réseau d’informateurs au sein des communautés Italiennes (gérant leurs propres réseaux plus limités), et d’éléments infiltrés dans les organisations antifascistes. Pour ces activités, il lui était essentiel de bénéficier de l’assistance active des autorités américaines, municipales, locales ou fédérales, et aussi des organisations nativistes et anti-radicales avec qui il échangeait des informations et complotait pour intimider les opposants au régime, voire pour détourner les enquêtes sur des actes terroristes commis par des italo-américains fascistes contre leurs adversaires19.

  • 20 « Caradossi Umberto », dossier cité.

16Umberto Caradossi mena ses missions avec une impitoyable efficacité et une grande discrétion, camouflant sa vraie mission pour protéger les autorités Italiennes de toute accusation potentiellement gênante d’interférence dans les affaires américaines. Grâce à ses efforts, ces mêmes autorités recevaient un fort flux d’informations sur toutes les principales organisations italo-américaines ouvrières et radicales, leurs leaders et leurs militants. À la fin des années 1930, la police Italienne avait actualisé ou ouvert un total approximatif de 6 000 dossiers actifs, sur autant d’italo-américains fichés comme affiliés aux partis subversifs réputés dangereux pour l’ordre et la sécurité publics. Umberto Caradossi fut maintes fois félicité pour son action et reçut en particulier le titre honorifique de Commendatore della corona d’Italia, attribué par le roi Victor Emmanuel III. La meilleure preuve de son succès fut sa capacité à cacher ses fonctions réelles de membre de la Polpol jusqu’à ce qu’il soit finalement dénoncé par le Martello de Carlo Tresca en janvier 194120.

  • 21 Ambassadeur d’Italie à benito Mussolini, 3 juillet 1926, « attività sovversivi, 1925-1926 » Pos A6 (...)
  • 22 Dans une lettre de 1926 adressée à Mussolini, l’ambassadeur d’Italie considérait que new York, à e (...)

17Pour contrôler et inquiéter les italo-américains, un schéma bien déterminé était suivi. après l’identification individuelle d’émigrants comme antifascistes actifs, ou d’une façon ou d’une autre comme critiques envers l’Italie et son maître, leurs parents et amis en Italie faisaient l’objet d’intimidations, étaient menacés de perdre leur emploi et subissaient des perquisitions domiciliaires. Dans plusieurs cas, des membres de la proche famille vivant encore en Italie, épouses et enfants compris, se virent refuser le passeport permettant de partir aux États-Unis rejoindre l’être aimé. Dans un rapport à Mussolini, l’ambassadeur écrivit que les armes les plus efficaces pour faire taire l’opposition étaient les pressions sur les annonceurs et les compagnies travaillant avec l’Italie, pour leur interdire toute aide aux antifascistes et à leurs activités, ainsi que l’usage ciblé du refoulement contre des « subversifs » émigrés21. Les fonctionnaires Italiens en poste sur place notaient que non seulement la peur de l’expulsion réduisait au silence les chefs du mouvement, mais avait aussi l’effet d’une douche froide contre toute critique hostile au gouvernement. Les milliers d’Italiens entrés aux États-Unis dans les années 1920 et 1930 y étaient particulièrement vulnérables. Pour tourner les lois américaines discriminatoires sur l’immigration et les restrictions fascistes, beaucoup s’étaient enrôlés dans la marine marchande Italienne puis avaient sauté des bateaux dans les ports des États-Unis. Les « déserteurs maritimes » y devinrent l’épine dorsale de l’antifascisme Italien, surtout communiste. Désormais, leur statut de clandestins en Amérique et de « déserteurs » en Italie, avec parfois des condamnations par contumace allant jusqu’à cinq ans de prison, les mettait dans une situation précaire22.

  • 23 Consulat de New York à ministère de l’intérieur, 9 septembre 1930, Vice-consul à Los Angeles à l’a (...)
  • 24 Lettre de Mussolini in « Deportazione sovversivi, 1926-1927 », Ambasciata Washington, Pos a 63, Bu (...)

18Ces conseils furent mis en application sans délai. Des antifascistes italo-américains en vue virent leur citoyenneté d’origine révoquée et leurs biens en Italie confisqués. Dans le cas d’Arturo Giovannitti et de Pietro Allegra, tous deux citoyens américains, des partisans du régime, haut placés, exercèrent des pressions directes sur leurs employeurs aux États-Unis et les firent licencier. Les entrepreneurs italo-américains vendant des produits fabriqués en Italie étaient prévenus qu’ils ne bénéficieraient pas de permis d’exportation à moins de manifester leur appui aux activités pro-fascistes, voire de les financer23. Enfin, Mussolini donna instruction au consulat Italien de new York de fournir aux services américains de l’immigration les noms et adresses de tout migrant clandestin politiquement actif, qui serait ensuite arrêté et refoulé en Italie. On a trace de nombreux cas d’immigrants ayant subi ce destin24.

19La coopération entre fonctionnaires Italiens et américains contre les Italo-américains ennemis du régime fonctionna à maints niveaux. Comme on l’a vu, fonctionnaires Italiens et polices locales établirent des liens informels pour échanger des informations et réprimer l’activité des « subversifs ». S’y ajoutaient des accords institutionnels formels entre représentants de haut rang des deux gouvernements. Établie avant même la Première guerre mondiale autour d’une convergence d’intérêts face aux activités anarchistes, cette collaboration atteignit de nouveaux sommets après l’arrivée de Mussolini au pouvoir. Dans le climat politique des années 1920, les autorités fédérales exprimèrent de façon répétée leur sympathie pour le régime fasciste, car il restaurait « la loi et l’ordre » en Italie et était un allié dans le combat contre l’expansion de l’idéologie communiste révolutionnaire. En cohérence avec tout cela, elles manifestèrent leur bonne volonté pour harceler et persécuter les antifascistes italo-américains comme de dangereux révolutionnaires.

  • 25 N. Pernicone, « Il caso Greco-Carrillo. Un episodio della lotta tra fascismo e antifascismo negli (...)

20Au début de 1923, Gelasio Caetani, à peine nommé ambassadeur à Washington, rencontra le sous-secrétaire d’État W. l. Hurley et J. Edgar Hoover, alors numéro deux du Fbi, pour coordonner les efforts communs destinés à faire taire la gauche italo-américaine. Quelques mois seulement plus tard, après une note de l’ambassade au département d’État dénonçant l’activité antifasciste de plusieurs « agitateurs syndicaux Italiens notoires » dont Carlo Tresca, les autorités américaines tentèrent d’abord de faire taire ce dernier en saisissant plusieurs numéros de son journal, Il Martello, sous des prétextes futiles. Puis après une rencontre entre le secrétaire d’État Charles evans Hughes, le postmaster general, l’attorney general et le district attorney de new York, Carlo Tresca fut arrêté pour la diffusion par voie postale d’un numéro du Martello comportant une publicité pour le contrôle des naissances. En décembre suivant, il fut jugé pour violation des lois fédérales contre l’obscénité et condamné à un an au pénitencier fédéral d’Atlanta25.

  • 26 Ibid., p. 118, 124. Cf. aussi ambassadeur d’Italie à Benito Mussolini, 3 juillet 1926, « Attività (...)
  • 27 Cité par J. P. Diggins, Mussolini and Fascism, op. cit., p. 118-119.
  • 28 Ambassadeur à Benito Mussolini, 2 et 22 septembre 1927, consul à Philadelphie à ambassade, 14 sept (...)

21Ce procès et cette condamnation mirent en évidence la collusion entre fonctionnaires gouvernementaux Italiens et américains. Sous la pression des défenseurs des libertés civiles, le gouvernement recula et après quatre mois de prison, Carlo Tresca fut gracié par le président Calvin Coolidge. Après ce fiasco embarrassant, les autorités fédérales se mirent à agir avec davantage de prudence. Dans plusieurs conversations avec des diplomates Italiens, de hauts fonctionnaires du département d’État, comme le sous-secrétaire William J. Castle Jr, chef du bureau « Europe » ou de l’administration Collidge en général, réitérèrent leur appui au gouvernement en place à Rome et leur hostilité aux organisations « subversives » et à leur propagande antifasciste. Mais quoi qu’il en soit, ils se sentaient aussi forcés d’insister sur les limites posées à leur liberté d’action par les garanties constitutionnelles protégeant les libertés de parole et de presse26. Dans une note pour l’ambassade d’Italie à Washington, l’assistant attorney general Charles Tuttle se plaignait de ne pouvoir « en aucune façon […] vous aider à poursuivre en justice et à étouffer cette sorte de propagande27 ». La responsabilité d’accéder aux demandes des diplomates Italiens échut aux organismes gouvernementaux locaux comme les autorités postales et la police, qui surveillaient la presse antifasciste et firent des descentes dans les bureaux de journaux comme Il Nuovo Mondo et la Stampa Libera. Pour éviter de paraître s’ingérer dans les affaires intérieures américaines, avec la mauvaise image qui en aurait immédiatement découlé, l’ambassade déploya une très grande discrétion dans ses demandes d’intervention auprès des autorités américaines. En 1926, après qu’un groupe d’Italiens de plusieurs communes de Pennsylvanie orientale se soit réuni et ait sollicité la reconnaissance de l’État pour créer la lega antifascista di Jessup, l’ambassadeur intervint avec succès pour appuyer des demandes répétées, tant de responsables fascistes italo-américains locaux que de fonctionnaires romains, dont une protestation officielle fut transmise aux autorités de l’État. Mais c’est de façon officieuse qu’il choisit d’approcher le département d’État, lequel promit une enquête28.

  • 29 Ambassadeur de Martino à Mussolini, 1er mars 1927, « Movimento antifascista estero : Stati Uniti » (...)

22En 1926, sur informations de l’ambassadeur, les autorités américaines arrêtèrent comme clandestins le responsable socialiste Vincenzo Vacirca, à qui fut imposée l’exorbitante caution de 50 000 dollars, et Vittorio Vidali, militant communiste de premier plan, connu aux États-Unis sous le nom de Enea Sormenti. L’ambassadeur télégraphia à ses supérieurs à Rome que l’arrestation de « Sormenti » en particulier « constitue en elle-même sévère avertissement pour antifascistes et aura profonde répercussion dans l’élément ouvrier Italien. Très nombreux en effet parmi ouvriers antifascistes sont entrés illégalement États-Unis et menace d’être découverts par autorités police est la plus grave qui puisse leur être adressé29 ».

  • 30 New York Times, 23 avril 1932.

23Comme l’ambassadeur Caetani et son successeur de Martino l’avaient prédit, la perception de la force, de la pénétration et de l’omniprésence des moyens de répression Italiens aux États-Unis dépassa de loin leur objectif réel. Le mythe de la police secrète fasciste fut même renforcé et amplifié par le New York Times qui, dans un reportage spécial intitulé « le fascisme admet l’existence de l’OVRA » fournit une estimation très exagérée de ses effectifs globaux, supposés être de 30 000 volontaires30. Son influence sembla colossale, d’où des réactions de peur et de prudence dans la communauté immigrée.

24Pour l’Italie, des historiens ont avancé que la nature totalitaire du régime fasciste empêche d’affirmer, comme d’aucuns l’ont fait, que Mussolini bénéficia d’un large consensus dans la péninsule durant les années 1930. Je discute le fait que le même phénomène ait véritablement joué sur les première et deuxième générations d’Italiens aux États-Unis. De toutes façons, pour domestiquer les italo-américains, le régime ne pouvait utiliser les mêmes lois répressives et les mêmes contrôles officiels qu’en Italie. Aux États-Unis, sur les conseils de diplomates de carrière comme Caetani et de Martino, les autorités fascistes pourchassèrent donc leurs critiques de manière sélective mais délibérée, avec des moyens frappant les italo-américains là où ils étaient le plus vulnérables. Mais en même temps, elles misèrent sur des tactiques qui ne heurtaient jamais ouvertement la souveraineté du pays d’accueil. Mussolini n’aurait pas pu étendre réellement son réseau au-delà de l’atlantique sans la complicité des autorités américaines pour qui le dictateur Italien était un allié très convenable pour le combat commun contre le « bolchevisme international ». En conclusion donc, les menaces combinées liées à la coopération entre Italie et Amérique pour étouffer les « activités subversives », au sens le plus large, étaient un message clair adressé à tous les italo-américains : il leur était recommandé, dans leur identité « à trait d’union », de placer l’appui au régime fasciste d’un côté, et l’acceptation de la définition conservatrice de l’américanité de l’autre.

Notes

1 Cité in M. J. Goodman, The Evolution of Ethnicity : Fascism and Anti-fascism in the Italian-American Community, 1914-1945, Ph. D., Carnegie Mellon University, 1994, p. 67.

2 P. Guillen, « Le rôle politique de l’immigration italienne en France dans l’entre-deux-guerres », in Pierre Milza (dir.), Les Italiens en France de 1914 à 1940, Rome, École française de Rome, 1986, p. 323-341 ; C. Wiegandt-Sakoun, « Le fascisme italien en France », ibid., p. 431-469 ; L. Couder, « Les Italiens dans la région parisienne dans les années 1920 », ibid., p. 501-546 ; E. Témime, « Les Italiens dans la région marseillaise pendant l’entre-deux-guerres », ibid., p. 547-575  ; R. Schor, « Les Italiens dans les Alpes-Maritimes, 1919-1939 », ibid., p. 577-607 ; G. Noiriel, « L es immigrés italiens en Lorraine pendant l’entre-deux-guerres : du rejet xénophobe aux stratégies d’intégration », ibid., p. 623-629 ; R. Damiani, « Les Italiens dans le Nord et le Pas-de-Calais entre 1919 et 1939 », ibid., p. 633 -659 ; P. Videlier, « L es Italiens dans la région lyonnaise », ibid., p. 661-669 ; P. Guillen, « L’antifascisme facteur d’intégration des Italiens en France dans l’entre-deux-guerres » in L’emigrazione socialista nella lotta contro il fascismo, (1926-1939), sous la dir. de A. Ventura, Firenze, 1982, p. 209-220.

3 P. R. Fanesi, « Italian Antifascism and the Garibaldine Tradition in Latin America », in Italian Workers of the World : Labor Migration and the Formation of Multiethnic States, sous la dir. de D. R. Gabaccia et F. M. Ottanelli, Urbana et Chicago, 2001, p. 163-177.

4 G. Salvemini, Italian fascist Activities in the United States, New York, rééd., Staten Island, 1977, p. XXIX-XXX.

5 J. P. Diggins, Mussolini and Fascism : the View from America, Princeton, 1972, p. 77-110 ; P. V. Cannistraro, « Fascism and Italian Americans », in Perspectives in Italian Immigration and Ethnicity, sous la dir. de S. M. Tomasi, New York, 1977, p. 5 1-66. Pour des exemples d’autres travaux dans une perspective similaire, cf. V. M. L Ombardi, « Italian-American Workers and the Response to Fascism », in Pane e Lavoro : the Italian American Working Class, sous la dir. de G. E. Pozzetta, Toronto, 1980, p. 141-157 ; P. J. Gallo, Old Bread, New Wine : A Portrait of the Italian-Americans, Chicago, 1981, p. 222-223  ; P. A. Bean, « Fascism and Italian American Identity. A Case Study : Utica New York », Journal of Ethnic Studies, été 1989, p. 101-119 ; S. G. Pugliese, « The Culture of Nostalgia : Fascism in the Memory of Italian-Americans », Italian American Review, hiver 1996-1997.

6 M. J. Goodman, The Evolution of Ethnicity…, op. cit., p. 6.

7 Ibid., chapitre 2 et p. 148-165.

8 S. Luconi, la « diplomazia parallela », in Il regime fascista e la mobilitazione politica degli italo-americani, Milano, 2000, passim.

9 D. R. Gabaccia, F. M. Ottanelli, « Diaspora or International Proletariat ? Italian Labor Migration and the Making of Multiethnic States, 1815-1939 », Diaspora, printemps 1997, p. 61-84.

10 P. D’Agostino, Rome in America. Transnational Catholic Ideology from the Risorgimento to Fascism, Chapel Hill et London, 2004, 3e partie.

11 Pour des études récentes sur les changements de nature de l’État-nation, cf. L. Basch, n. G. Schiller, Nations Unbound :Transnational Projects, Postcolonial Predicaments, and Deterritorialized Nation-States, Amsterdam, 1997, passim ; S. J. Malher, « Theoretical and Empirical Contributions Toward and Research agenda on Transnationalism », in Transnationalism from Below, sous la dir. de M. P. Smith et L. E. Guarnizo, new brunswick, 2002, p. 64-100 ; N. N. Sorensen, « Narrating Identity across Dominical Worlds », ibid., p. 241-269.

12 Le travail le plus complet sur les origines et la structure de l’appareil répressif fasciste est dû à M. Canali, Le spie del regime, Bologna, 2004, chapitre 1. Cf. aussi M. Franzinelli, I tentacoli dell’OVRA : agenti, collaboratori e vittime della polizia politica fascista, Torino, 1999, chapitres 1 et 3. Et enfin, R. Canosa, I servizi segreti del Duce : I persecutori e le vittime, Milano, 2000, chapitre 3.

13 M. Canali, Le spie…, op. cit., chap. 1 ; M. Franzinelli, I tentacoliop. cit., chap. 5 ; cité in M. Canali, op. cit., p. 59.

14 Sur le CPC, cf. Associazione nazionale perseguitati politici italiani antifascisti, Antifascisti nel Casellario politico centrale, Roma, 1988, passim ; e. Franzina, « L’emigrazione schedata. Lavoratori sovversivi all’estero e meccanismi di controllo poliziesco tra fine secolo e fascismo », in Gli italiani fuori d’Italia : gli emigrati italiani nei movimenti operai dei paesi d’adozione, 1880-1940, sous la dir. de B. Bezza, Milano, 1983, p. 773-829 ; P. C. Masini, « Biografie di sovversivi‚ compilate dai prefetti del Regno d’italia », Rivista storica del socialismo, n° 13-14, IVe année, mai-décembre 1961, p. 573-623 ; F. Ramella, « Biografia di un operaio antifascista : ipotesi per una storia sociale dell’emigrazione politica », in P. Milza, op. cit., p. 385-406 ; E. Vial, « le Casellario politico centrale, source pour l’histoire de l’émigration politique », ibid., p. 155-167. Les dossiers du CPC sont conservés à l’Archivio centrale delle Stato (ACS) à Rome.

15 Consul Axerio à ambassadeur, 24 novembre 1925, « Attività dei sovversivi, 1925-1926 », Pos A63, busta 15, « Ambasciata Washington » (classement provisoire), Archivio storico ministero degli Affari esteri (ASMAE), Rome.

16 Ambassadeur d’Italie à Benito Mussolini, 3 juillet 1926, et ambassadeur d’Italie à Consul Axerio, 10 juin 1926, « Attività sovversivi, 1925-1926 » Pos A63, busta 15, « Ambasciata Washington », ASMAE. Rome.

17 Mauro Canali, Le spie…, op. cit., p. 44 et 53 ; ambassadeur d’Italie à Benito Mussolini, 3 juillet 1926, et ambassadeur d’Italie à Consul Axerio, 10 juin 1926, « Attività sovversivi, 1925-1926 », Pos A63, busta 15, « Ambasciata Washington », ASMAE.

18 « Caradossi Umberto », personale di Pubblica sicurezza fuori servizio, versamento 1957, busta 244, fascicolo 1453, ACS ; « Sistemazione del personale », 26 janvier 1928, new York, Personale II, 6, ASMAE ; et ministero degli affari esteri, Ambasciate, legazioni e consolati del Regno d’Italia all’Estero, Rome, ministero degli Affari esteri, 1928 à 1939.

19 Sur la police fasciste Italienne et sa surveillance des ennemis du régime aux États-Unis, cf. F. Ottanelli, « Fascist informant and Italian American Labor Leader : the Paradox of Vanni Buscemi Montana », The Italian American Review, n° 7, printemps-été 1999, p. 104-116.

20 « Caradossi Umberto », dossier cité.

21 Ambassadeur d’Italie à benito Mussolini, 3 juillet 1926, « attività sovversivi, 1925-1926 » Pos A63, busta 15, « Ambasciata Washington », ASMAE. Cf. aussi Umberto Caradossi à ambassadeur, 25 juillet 1926, ibid.

22 Dans une lettre de 1926 adressée à Mussolini, l’ambassadeur d’Italie considérait que new York, à elle seule, comptait plus d’un millier de « subversifs » entrés de façon illégale aux États-Unis en « désertant » des navires Italiens (ambassadeur d’Italie à Benito Mussolini, 3 juillet 1926, « Attività sovversivi, 1925-1926 », Pos A63, busta 15, « Ambasciata Washington », ASMAE). Cf. aussi fascicolo 695/2, enea Sormenti (alias Vittorio Vidali) « Il movimento comunista italiano negli Stati Uniti-Alcune note necessarie », s. d., [1928], Archivio del Partito comunista, Fondazione Gramsci, Rome.

23 Consulat de New York à ministère de l’intérieur, 9 septembre 1930, Vice-consul à Los Angeles à l’ambassadeur d’Italie à Washington, 17 septembre 1930, Consulat de San Francisco à l’ambassade d’Italie à Washington, 24 juillet 1931, in « Giovannitti Arturo », Casellario politico centrale (CPC) 2439, ACS ; Consulat de New York au ministère de l’intérieur, 31 décembre 1926, Prospero De Nobile à ministère de l’intérieur, 9 mars 1927, in « Allegra Pietro », CPC 69 ; S. Luconi, Diplomazia parallela…, op. cit., p. 67-68.

24 Lettre de Mussolini in « Deportazione sovversivi, 1926-1927 », Ambasciata Washington, Pos a 63, Busta 15, ASMAE. Sur le refoulement d’antifascistes hors des États-Unis, cf. « Capodieci Tobia », CPC 1033 ; « Baldassarre Giuseppe », CPC 1895 ; « Dapello Giovanni », CPC 1617 ; « Estradizione di Lionello Orciani, 1924-1925 », Pos C2, busta 68, ASMAE. Sur le retour forcé en Italie de Giuseppe Machnig et de Giordano Finillich, cf. préfecture de Trieste à Intérieur, 12 juillet 1926, « Movimento antifascista internazionale, Stati Uniti », PS 1926, busta 102, ACS.

25 N. Pernicone, « Il caso Greco-Carrillo. Un episodio della lotta tra fascismo e antifascismo negli Stati Uniti », Storia contemporanea, août 1996, p. 618-619 ; J. P. Diggins, Mussolini and Fascism…, op. cit., p. 117.

26 Ibid., p. 118, 124. Cf. aussi ambassadeur d’Italie à Benito Mussolini, 3 juillet 1926, « Attività sovversivi, 1925-1926 » Pos A63, busta 15, « Ambasciata Washington » ; Umberto Caradossi à ambassadeur, 25 juillet 1926, ibid.

27 Cité par J. P. Diggins, Mussolini and Fascism, op. cit., p. 118-119.

28 Ambassadeur à Benito Mussolini, 2 et 22 septembre 1927, consul à Philadelphie à ambassade, 14 septembre 1927, « Lega Antifascista di Jessup. Suo riconoscimento giuridico da parte dello stato della Pensylvania, 1926-1927 », Pos A63, busta 17, ambasciata Washington, ASMAE.

29 Ambassadeur de Martino à Mussolini, 1er mars 1927, « Movimento antifascista estero : Stati Uniti », PS 1927, busta 148, aCS ; De Martino à Affaires étrangères, 20 octobre 1926, « Deportazione sovversivi, 1926-1927 » Pos A63, busta 15, ambasciata Washington, ASMAE.

30 New York Times, 23 avril 1932.

Auteur

Éric Vial (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540