Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Deuxième partie. Les Petites Italies au miroir de la diversité italienne

Un « bout d’Italie » en Allemagne ? L’immigration italienne dans la Ruhr depuis 1955

Yvonne Rieker
Traduction de Bruno Groppo

Texte intégral

  • 1 C. Giordano, « Die italienische Minderheit », in C. Schmalz-Jacobsen, G. Hansen (dir.), Ethnische (...)
  • 2 Y. Rieker, « Ein Stück Heimat findet man ja immer ». Die italienische Einwanderung in die Bundesre (...)

1Le modèle des « Little Italies », dans le sens de quartiers urbains à caractère italien avec une infrastructure marquée par des groupes d’immigrés et dotés d’un réseau culturel et social dense, ne correspond pas aux conditions de vie des immigrés italiens dans la République fédérale allemande (RFA)1. Je voudrais le montrer en prenant l’exemple de l’immigration italienne dans la Ruhr – une région caractérisée jusque dans les années 1980 par les mines et l’industrie lourde. Cet article repose sur une vaste étude historico-culturelle sur les italiens en RFA, réalisée à partir d’archives, de données socioéconomiques et sociologiques et d’interviews en forme d’histoires de vie2.

2Les conditions de vie des italiens dans la Ruhr dépendent à la fois des cadres généraux de la migration et des spécificités de la constellation transalpine dans le bassin de la Ruhr. Nous proposons d’analyser ici cette conjonction particulière, à travers une approche thématique des facteurs économiques, sociaux, politiques et culturels qui ont influé sur le processus migratoire et sur les modalités d’installation, ce qui conduira à s’interroger sur l’absence de quartiers ethniques italiens.

L’hétérogénéité de l’emploi italien dans la Ruhr

  • 3 S. Haug, Soziales Kapital und Kettenmigration. Italienische Migranten in Deutschland, Opladen 2000 (...)

3Durant les dernières décennies, la part des Italiens dans la population en Allemagne s’est maintenue constante aux alentours de 600 000 personnes. Sur les 571 900 italiens vivant en Allemagne en 1994, 144 327 résidaient dans le Land Nordrhein-Westphalie (NRW), qui inclut la Ruhr avec des villes comme Duisburg, Orberhausen, Essen, Gelsenkirchen, Bochum et Dortmund. Le Nordrhein-Westphalie n’était devancé, en chiffres absolus, que par le Land Baden-Württemberg, suivi, à distance, par la Bavière et la Hesse. En pourcentage, la présence italienne était la plus forte en Bade-Württemberg (avec 1,72 %), devant la Sarre (avec 1,67 %) et la Hesse (avec 1,23 %). Le pourcentage était de 0,81 % en Nordrhein-Westphalie et de 0,7 % dans l’ensemble de l’Allemagne3.

  • 4 D. Thränhardt, « Die eingewanderten “Ausländer” im Ruhrgebiet », in J.-P. Barbian, L. Heid (dir.), (...)

4Dans la Ruhr même, les Italiens ne représentent actuellement qu’un tout petit groupe d’environ 30 000 personnes, soit à peu près 5 % de toute la population italienne en Allemagne. Fin juin 1992, sur les 37 377 salariés italiens travaillant en Nordrhein-Westphalie, 7 347 (19,7 %) vivaient dans la Ruhr. en revanche, la Ruhr accueillait 25 % des salariés étrangers de ce Land, et jusqu’à 32 % dans le cas des Turcs4. Toutefois dans la Ruhr, beaucoup d’italiens sont des travailleurs autonomes, principalement dans le secteur de la gastronomie, ou sont membres d’une entreprise familiale, et ne figurent donc pas parmi les salariés.

5Le pourcentage relativement petit des italiens dans la population de la Ruhr est dû, entre autres, au fait que la crise structurelle de l’activité minière dans la Ruhr a coïncidé avec la phase haute de l’immigration italienne. En octobre 1956, moins d’un an après l’entrée en vigueur de l’accord italo-allemand pour le recrutement de main-d’œuvre, le gouvernement italien, après la catastrophe minière survenue à Marcinelle en Belgique qui avait fait aussi des victimes italiennes, avait suspendu le recrutement de travailleurs italiens pour l’industrie minière allemande. L’embauche d’italiens dans cette branche ne recommença que l’été de l’année suivante. Quelques mois plus tard, cependant, débuta dans la Ruhr une crise minière, qui entraîna la fermeture de nombreuses mines et une forte réduction des effectifs.

  • 5 Botschaft der BRD in Rom an das Auswärtige Amt (Ambassade de RFA à Rome au ministère des Affaires (...)
  • 6 Rapport d’activité d’Antonio Cucè (Caritas essen), janvier 1959, Archiv des Deutschen Caritas-Verb (...)
  • 7 Der Kohlenbergbau in der Energiewirtschaft der Bundesrepublik Deutschland im Jahre 1994, Essen/Köl (...)

6Cela rendit encore moins attractif pour les migrants italiens le travail dans les mines, déjà peu aimé5. De plus, comme le constatait en 1959 Antonio Cucé, travailleur social de Caritas (organisation d’assistance liée à l’évêché catholique d’Essen), de nombreux italiens furent licenciés en raison de la crise6. Le nombre des italiens dans les mines de charbon était passé de 2 840 en 1957 à 3 944 en 1960 ; mais dix ans plus tard on n’en comptait plus que 958, en 1980, 834 et à peine 477 en 1990. Par rapport au total des étrangers occupés dans cette branche, le pourcentage des Italiens tomba de 33,1 % à 2,2 % entre 1960 à 1990, et par rapport à l’ensemble, lui aussi en diminution rapide, des travailleurs de cette branche, il passa de 0,9 % à 0,45 %7. Aussi, la plupart des italiens qui immigrèrent dans la Ruhr trouvèrent du travail non dans les mines, mais dans les petites et moyennes entreprises, en particulier du bâtiment et de la métallurgie. N’étant pas concentrés dans les grandes entreprises de l’industrie lourde, ils habitaient de façon dispersée, et n’étaient pas regroupés dans certaines villes de la Ruhr ou certains quartiers.

  • 8 Pour la région de Stuttgart, C. Giordano, « Zwischen Mirabella und Sindelfingen », Schweizerische (...)
  • 9 S. Haug, Soziales Kapital, p. 182 et 299, tab. A-2.

7En revanche, autour de Stuttgart, la capitale du Bade-Württemberg, et à Wolfsburg, en basse-Saxonie, les immigrés italiens se concentrèrent autour des usines des constructeurs automobiles établis dans ces localités, Mercedes-benz (aujourd’hui Daimler-Chrysler) et Volkswagen (VW)8. Cela fut à l’origine d’une cohésion sociale plus étroite et de réseaux sociaux plus étendus, mais n’aboutit pas à la formation de « Little Italies » séparées. en 1994, Stuttgart avait 15 700 habitants italiens, qui représentaient 2,65 % de la population totale de la ville (592 000 personnes). La région de Stuttgart était également attractive pour les immigrés italiens en raison de sa relative proximité avec l’Italie et de son climat relativement doux. Avec 6 300 italiens sur 127 700 habitants, Wolfsburg atteignait 4,93 % de population italienne9, ce qui était lié au recrutement ciblé d’italiens par le groupe Volkswagen.

L’absence de quartiers ethniques italiens structurés

8Les immigrés italiens arrivèrent en Allemagne à partir de l’accord italo-allemand de recrutement de 1955. Les premiers étaient sélectionnés par les autorités allemandes, à la demande d’agriculteurs ou d’entreprises qui souffraient déjà d’un manque de main-d’œuvre ; puis après quelques années, la majorité des immigrés italiens arriva en Allemagne par des chaînes migratoires, c’est-à-dire par l’intermédiaire de parents et d’amis déjà installés dans ce pays.

  • 10 Entretien avec Giuseppe et Gina Ventura (nés respectivement en 1938 et 1947), Gelsenkirchen, 9 fév (...)
  • 11 La situation du logement des travailleurs étrangers et de leurs familles resta difficile jusqu’aux (...)

9Les conditions d’habitation des Italiens dans la Ruhr pendant ces premières années font l’objet d’appréciations très variées dans les entretiens que j’ai eus avec des immigrés italiens. Ainsi, Giuseppe Ventura se souvient d’un « camp pour travailleurs immigrés » où il avait dû vivre au début : « Ce n’était pas bien. Il y avait à coup sûr cent personnes, sinon davantage. On dormait à quatre dans une chambre. C’étaient des gens que je n’avais jamais vus avant10. » L’absence d’intimité et de possibilités d’isolement, qui prédominait dans ces baraques d’habitation construites spécialement pour les immigrés d’Italie et d’autres pays méditerranéens, était ressentie comme très désagréable par la plupart de leurs occupants. Pour cette raison, beaucoup d’entre eux cherchaient rapidement une chambre indépendante ou un petit appartement, difficiles à trouver, compte tenu de la situation encore très tendue du marché du logement dans les premières années de la République fédérale11.

  • 12 Entretien avec Rosaria et Luciano Lo Cascio (nés en 1949 et 1942), Bochum, 19 mai 1999.

10Les premiers immigrés italiens étaient presque tous des hommes, jeunes pour la plupart. Au fil des ans, toutefois, arrivèrent de plus en plus souvent les épouses ou même des familles entières avec enfants : on recherchait donc de plus en plus des logements plus grands. Les immigrés essayaient de trouver, dans la mesure du possible, une location à proximité de parents ou au moins de personnes qu’ils connaissaient et qui venaient des mêmes lieux d’origine. Rosaria Lo Cascio témoigne à propos des premières années 1960 à Bochum, dans la Ruhr : « Auparavant c’était bien. Au début nous avons vécu tous dans une maison, ma tante, mes cousins et cousines, la nièce de ma tante. C’est pourquoi au début, l’Italie ne m’a pas vraiment manqué12. »

  • 13 Sur les migrations en provenance d’Italie après 1945, avec des informations statistiques significa (...)

11Le chiffre annuel des immigrants italiens en Allemagne atteint son maximum en 1965 avec 273 690 personnes. Dans les années suivantes, le nombre des immigrants venant d’Italie baissa fortement ; en même temps, de nombreux immigrés italiens rentraient chez eux dans le Sud ou quittaient la République fédérale pour s’installer dans des pays comme la Belgique et la France13. Cette fluctuation élevée se répercuta sur les réseaux sociaux de l’immigration, qui devenaient moins denses, d’autant plus que les italiens qui restaient en Allemagne s’habituaient de plus en plus aux conditions locales et ne cherchaient plus nécessairement à vivre en compagnie d’autres Italiens.

L’immigration italienne en Allemagne au xxe siècle : une histoire discontinue

  • 14 R. Del Fabbro, Transalpini. Italienische Arbeitswanderung nach Süddeutschland im Kaiserreich 1870- (...)

12L’emploi de main-d’œuvre italienne a une longue tradition en Allemagne. Elle remonte aux débuts de l’ère moderne, quand des artisans d’art, des musiciens, des commerçants, des fabricants de souricières, des castrats, mais aussi des enfants du Tessin travaillant comme ramoneurs, franchissaient les Alpes pour venir en Allemagne. À l’époque industrielle, en raison des lois d’immigration américaines de plus en plus restrictives, les italiens émigrèrent aussi en nombre croissant vers l’Europe occidentale et septentrionale, et donc vers l’empire allemand, où ils trouvaient du travail, surtout dans le bâtiment, les tuileries et les mines. Dès les premières années du xxe siècle, on constate, pour une partie de ces migrants, une tendance vers une immigration permanente, au lieu d’une immigration temporaire/saisonnière. Cette tendance se caractérisait par une mobilité géographique en diminution, des possibilités accrues d’emploi dans des activités industrielles non saisonnières et par une présence croissante des familles. Toutefois, cette évolution fut stoppée par la Première guerre mondiale et ne continua pas pendant la République de Weimar, économiquement instable14.

  • 15 C. Bermani, S. Bologna, b. Mantelli, Proletarier der « Achse ». Sozialgeschichte der italienischen (...)

13L’Allemagne national-socialiste, en raison du manque de main-d’œuvre provoqué par sa politique de réarmement pour la préparation de la guerre, s’efforça à partir de 1937 d’attirer des travailleurs italiens. Il y eut à une certaine époque jusqu’à 270 000 civils italiens travaillant dans l’Allemagne nazie, d’abord dans des conditions relativement privilégiées. Le renversement de Mussolini en 1943 et le passage du roi d’Italie et du maréchal Badoglio dans le camp des Alliés furent ressentis par beaucoup d’Allemands et surtout par les dirigeants nazis comme une trahison ; aussi, les quelques 600 000 prisonniers de guerre italiens déportés en Allemagne et les quelques 100 000 travailleurs civils italiens transformés en travailleurs forcés furent particulièrement mal traités dans la phase finale du régime national-socialiste15. Il n’est donc pas étonnant qu’après la fin de la guerre, la plupart des travailleurs forcés italiens, une fois libérés, n’aient pas voulu rester en Allemagne. Dans ce contexte, les « mauvais » souvenirs d’Allemagne jouèrent après 1945 un rôle non négligeable dans la mémoire collective des Italiens. Pour cette raison, l’accord italo-allemand de recrutement de 1955 fut contesté dans l’opinion publique italienne et rejeté surtout par la gauche politique.

Vivre « en suspens »

  • 16 S. Haug, Soziales Kapital, op. cit., p. 304, tab. A-6 ; calculs personnels.
  • 17 F. Romero, Emigrazione e integrazione, op. cit.

14Dans l’ensemble, de 1964, année à partir de laquelle on dispose de chiffres exacts, à 1996 près de 3 070 000 italiens immigrèrent en RFA, et 2 892 000 la quittèrent16. Ces chiffres ne permettent pas de savoir combien de migrants firent des allers et retours entre l’Italie, l’Allemagne et éventuellement d’autres pays17. D’après les histoires de vie que j’ai recueillies en interviewant des immigrés italiens, plusieurs interviewés décidèrent provisoirement d’essayer de recommencer leur vie dans leur Sud natal, mais au bout de quelques mois ou de quelques années, après avoir cherché inutilement (dans la plupart des cas) un travail dans le Mezzogiorno, ils revinrent en Allemagne.

  • 18 Informationen zur politischen Bildung, 1994, cahier 201, p. 3. À cette date, 31,2 % des Italiens v (...)
  • 19 Enquête représentative de l’institut fédéral pour la formation professionnelle (Bundesinstitut für (...)

15Au fil des années, la durée de séjour des Italiens en RFA augmenta considérablement. Dès 1982, elle dépassait dix ans pour 55 % d’entre eux18. À cette tendance correspondait une disposition de plus en plus grande à s’établir même durablement en RFA. Si, selon une enquête de 1979, 45 % des personnes interrogées appartenant encore à la première génération d’immigrés voulaient absolument revenir en Italie, en 1989 ils n’étaient plus que 8 % à vouloir rentrer19. Parfois ce désir de retour était avant tout une manière d’exprimer symboliquement le lien avec le pays d’origine.

  • 20 U. Boos-Nünning, « Ausländische und deutsche Jugendliche auf dem Weg zu einer multikulturellen Ges (...)

16La migration en forme d’aller et retour entre l’Italie et l’Allemagne, et plus encore la longue hésitation de nombreux italiens quant au pays pour lequel se décider durablement, influèrent sur les projets de vie, non seulement de la première génération d’immigrés, mais également, en large mesure, de la deuxième. À la place de l’orientation vers le retour, de plus en plus remise en cause par cette génération, s’installa chez beaucoup une certaine désorientation. En réalité, l’immigration italienne en RFA se caractérisa pendant longtemps par cette indécision durable, une migration sans décision d’immigrer, un état de « suspension » et une certaine instabilité du séjour20.

  • 21 Sur la directive n° 15 de la CEE, cf. J.-d. Steinert, Migration und Politik. Westdeutschland-Europ (...)

17La cause principale de la migration en forme d’aller et retour, particulièrement fréquente chez les italiens en Allemagne, était la politique de libre circulation appliquée à l’époque par la Communauté économique européenne (Cee, aujourd’hui union européenne, eu) : conformément à la directive Cee n° 15, à partir du 16 août 1961 les ressortissants d’un État-membre pouvaient, s’ils disposaient d’un document d’identité valable, s’établir dans n’importe quel autre État de la Cee21. Cela apparut rapidement dans les chiffres enregistrés par l’office fédéral du travail (Bundesanstalt für Arbeit), l’autorité chargée de réguler l’immigration, concernant les italiens venant en RFA. Désormais, seules les crises économiques et non pas des limitations juridiques, posèrent des limites à cette migration en va-et-vient.

Acceptation et sympathie de la société allemande à l’égard des immigrés italiens

  • 22 J. Petersen, « Das deutschsprachige Italienbild nach 1945 », in Quellen und Forschungen aus italie (...)
  • 23 Die Zeit, 4 avril 1957.

18Les immigrés italiens profitèrent, d’une certaine manière, du « regard touristique » de beaucoup d’Allemands sur l’Italie, regard qui commença à émerger dans les années 195022. Les principaux attributs de cette attirance pour l’Italie étaient le soleil et la mer, le chant et la musique, le vin et la gastronomie, l’amour et la joie de vivre, la beauté du paysage et le charme des villes anciennes. S’y ajoutait parfois la référence, typique de la bourgeoisie cultivée, à l’Italie comme berceau de la culture de l’Antiquité et de la Renaissance. Ces images de l’Italie ne s’appliquaient pas tellement au sud du pays, néanmoins le regard touristique fut appliqué à la plupart des immigrés italiens, qui étaient le plus souvent méridionaux. Ainsi, en 1957 l’hebdomadaire Die Zeit titra « Chianti sur le Rhin » un article sur les travailleurs italiens dans la partie occidentale de la Ruhr23, même s’il était peu vraisemblable que les mineurs méridionaux italiens auxquels l’article faisait référence aient bu effectivement ce vin toscan. L’auteur s’enthousiasmait toutefois à l’idée qu’on pourrait bientôt trouver dans la Ruhr prolétaire quelque chose de la « bella maniera di vivere ».

19Tout compte fait, la passion allemande pour l’Italie facilita jusqu’à aujourd’hui l’acceptation et la sympathie de beaucoup d’Allemands pour les immigrés italiens. Ces stéréotypes positifs remplacèrent les clichés négatifs, présents au début de l’immigration italienne, même dans la Ruhr, sur les italiens « traîtres » qui, en 1943, avaient abandonné à son sort l’armée allemande après la chute de Mussolini, ou sur les ouvriers de tendance communiste sur lesquels on ne pouvait pas compter.

  • 24 U. Mehrländer, C. Ascheberg, J. Ueltzhöffer, Situation der ausländischen Arbeitnehmer und ihrer Fa (...)
  • 25 Ibid., p. 167 et 445.

20En conclusion, l’intégration sociale des immigrés italiens dans la société allemande peut être considérée comme extrêmement réussie. Des sondages représentatifs effectués en 1985 et en 1995 ont abouti au même résultat, montrant que c’étaient surtout les hommes italiens – par comparaison avec les autres groupes d’immigrés – qui épousaient des femmes allemandes24. Des résultats analogues concernaient la composition des cercles d’amis. Comparée avec 1980 et 1985, l’ampleur des contacts avec des compatriotes pendant le temps libre avait diminué en 1995 aussi bien chez les Grecs, les Turcs et les ex-Yougoslaves vivant en Allemagne que chez les Italiens. 58 % de tous les interrogés déclaraient qu’ils se voyaient au moins une fois par semaine avec des Allemands. Il y avait néanmoins des différences considérables entre les nationalités. Les italiens, avec 69 %, se trouvaient clairement au sommet. Même dans les reportages des médias, ils se sentaient beaucoup moins défavorisés que, par exemple, les Grecs ou les Turcs25, et se considéraient plutôt comme un groupe accueilli positivement par la majorité de la société.

Les difficultés d’intégration des immigrés italiens à l’école et au travail

  • 26 B. Von Breitenbach, Italiener und Spanier als Arbeitnehmer in der Bundesrepublik Deutschland, Münc (...)
  • 27 Ibid., p. 22.
  • 28 B. Von Breitenbach, Italiener und Spanier, p. 72 et 130. K. Manfrass, « die Beziehungen zwischen d (...)

21La plupart des immigrés italiens dans la Ruhr, et dans la RFA en général, étaient originaires de la campagne. Leurs pères, et eux-mêmes, avaient travaillé dans le sud de l’Italie pour la plupart comme manœuvres ou comme ouvriers agricoles sans terre. Beaucoup d’entre eux avaient quitté l’école sans avoir terminé les cinq années du primaire26. D’après un sondage représentatif effectué en 1967, à peine 20,4 % des italiens travaillant alors en Allemagne avaient reçu une formation professionnelle27. Le niveau d’instruction et de formation professionnelle des immigrés italiens était donc largement au-dessous du niveau allemand comparable, mais inférieur aussi à celui des immigrés portugais, espagnols, yougoslaves, grecs et turcs. Le facteur déterminant de ce déficit était le fait que les travailleurs italiens plus qualifiés trouvaient de bonnes positions dans le nord, alors même que depuis 1961 les Italiens, en tant que ressortissants d’un État membre de la Cee, pouvaient entrer librement en Allemagne. Aussi, dans leur cas, la sélection effectuée par les commissions de recrutement allemandes, qui essayaient d’embaucher de préférence des travailleurs qualifiés, ne jouait pas du tout le même rôle que dans les autres pays, qui ne devinrent pas membres de la Cee avant les années 1980 – comme le Portugal, l’Espagne et la Grèce – ou qui ne sont pas encore membres de l’union européenne, comme la Turquie et l’ex-Yougoslavie28. La force d’attraction de l’industrie nord/italienne et la position privilégiée de l’Italie, en tant qu’État membre de la Cee, expliquent la qualification relativement faible et la position professionnelle subalterne des immigrés italiens en RFA.

  • 29 D. Thränhardt, R. Dieregsweiler, B. Santel, Ausländerinnen und Ausländer in Nordrhein-Westfalen. D (...)

22Pour ce qui est des caractéristiques centrales de l’emploi des étrangers en Allemagne, les italiens ne se distinguent pas fondamentalement des immigrés venant des autres anciens pays de recrutement. On ne peut plus parler aujourd’hui d’une marginalité professionnelle générale de ces immigrés, puisqu’ils occupent souvent des postes essentiels dans l’industrie, que le pourcentage d’ouvriers qualifiés est à peu près le même chez eux que dans la population active allemande, et que leur rétribution moyenne n’est pas inférieure à celle des salariés allemands, même si elle n’atteint pas la rétribution moyenne de tous les habitants. Il n’en reste pas moins, toutefois, que les salariés étrangers occupent, beaucoup plus souvent que les Allemands, des travaux non ou peu qualifiés et qu’ils sont beaucoup moins représentés dans les métiers d’employés. La fonction publique leur est encore presque complètement fermée. On constate que même les travailleurs étrangers les plus jeunes sont concentrés dans la fabrication industrielle et dans les activités de transformation, particulièrement touchées par la rationalisation et les licenciements. en outre, les étrangers, et avec eux la majorité des italiens, sont représentés plus que proportionnellement dans des métiers où il y a un niveau de bruit élevé, de fortes émissions de produits toxiques et qui exigent un effort physique important ; les travailleuses étrangères, quant à elles, sont surreprésentées dans des métiers mal rétribués du secteur des services, comme le ménage et le nettoyage29.

  • 30 H. D. Von Loeffelholz, « Ausländische Selbständige in deutschland unter besonderer Berücksichtigun (...)
  • 31 Zentrum für Türkeistudien (dir.), Ausländer in der Bundesrepublik Deutschland. Ein Handbuch, Oplad (...)
  • 32 D. Thränhardt, « Inklusion und Exklusion : die Italiener in Deutschland », in R. Alborino K. Pölzl(...)

23Le pourcentage des travailleurs indépendants est plus élevé chez les italiens que dans la moyenne des groupes étrangers et vient en seconde position après les Grecs : dans cette catégorie, sont probablement représentées de manière plus que proportionnelle, des personnes venant du nord et du centre de l’Italie30. On estime qu’entre 1974 et 1992 le nombre des travailleurs indépendants italiens en Allemagne est passé de 12 000 à environ 36 00031. Il s’agit, en grande partie, d’entreprises familiales dans le secteur de la gastronomie. Dans leur grande majorité, toutefois, les Italiens en RFA ont un travail salarié dans la production industrielle et le bâtiment, et ensuite dans les services et le commerce32.

  • 33 D. Thränhardt, « Inklusion und Exklusion », op. cit., p. 27. Bundesministerium für Forschung und T (...)
  • 34 M. Granato, Bildungs und Lebenssituation, op. cit., p. 73. b. Von Breitenbach, Italiener und Spani (...)
  • 35 D. Thränhardt, R. Dieregsweiler, B. Santel, Ausländerinnen und Ausländer, op. cit., p. 108. S. Ben (...)

24Comparés à la moyenne des autres groupes étrangers, les italiens s’en tirent aussi mal – du moins dans les années 1970 et 1980 – pour ce qui est du revenu net que pour la progression professionnelle intra-et intergénérationnelle. Une étude publiée en 1979 par le ministère fédéral de la Recherche et de la Technologie montre, certes, qu’avec le temps une grande partie des manœuvres avait atteint le niveau d’ouvrier non qualifié (angelernt), mais aussi que seuls 6 % des Italiens qui avaient commencé à travailler comme manœuvres étaient devenus ouvriers qualifiés. Le pourcentage moyen des ouvriers qualifiés chez les Italiens était de 16 %, le plus bas comparé à ceux des pays de recrutement33. Selon une autre enquête représentative, en 1989 le pourcentage de jeunes italiens travaillant comme manœuvres ou comme ouvriers non qualifiés était à peu près le même que dans la génération de leurs pères34. Si l’on y ajoute comme indicateur supplémentaire le chômage, la position relative des Italiens sur le marché allemand du travail s’est même détériorée. En 1992 dans le Land Nordrhein-Westphalie, dans lequel est située la Ruhr, le chômage atteignait 16,9 %35.

  • 36 B. Von Breitenbach, Italiener und Spanier, op. cit., p. 28.
  • 37 Ibid., p. 57.

25La formation scolaire des jeunes italiens vivant en Allemagne s’est améliorée au cours des décennies. Alors qu’en 1979 presque la moitié d’entre eux quittait l’école sans un diplôme, en 1989 ils n’étaient plus que 10 % dans ce cas, les filles obtenant des résultats bien meilleurs que les garçons36. Toutefois le retard des immigrés italiens dans le domaine scolaire demeure particulièrement évident aujourd’hui encore37.

L’influence de l’individualisme, de la différenciation sociale et du système social allemand

26L’intégration et l’acculturation ont modifié au cours des années les expériences de vie des immigrés italiens et donc la vision qu’ils ont d’eux-mêmes et de leur entourage social. Anna Manzini, née en 1954 à Piazza Armerina dans la province d’Enna, ressent ce changement comme une perte. Elle se réfère surtout à ses enfants :

  • 38 Entretien avec Anna et Mario Manzini (nés tous les deux en 1954), Essen, 6 mars 1999.

Avant, on venait nous chercher chaque dimanche avec un bus, il y avait des fêtes et nous y collaborions. […] Aujourd’hui ce n’est plus ainsi à la Mission (catholique), parce que la plupart des italiens sont intégrés et chacun vit pour soi, pour ainsi dire. On ne s’intéresse plus à la communauté. Maintenant il y a des discothèques, etc. Les jeunes veulent voir autre chose. Je voudrais dire que je le regrette beaucoup. Nous avions beaucoup de bals, de soirées musicales, sans payer de billet d’entrée. Aujourd’hui l’entrée est payante, aujourd’hui on ne se soucie que des affaires, notre culture est fichue. Je vis ici depuis 34 ans, et lentement ma culture disparaît38.

  • 39 Ibid.

27Dans les réunions organisées par la Missione cattolica italiana ou dans les fêtes privées, la famille se retrouvait ensemble ; mais ses enfants allaient sans elle à la discothèque. Ses fils, constate Anna Manzini, ont d’autres idées, sur la manière de passer le temps libre, que lorsqu’elle était jeune. Davantage de temps libre, davantage d’individualisme impliquent, selon elle, un affaiblissement du lien familial chez la seconde génération. Comme ce temps libre utilisé individuellement exige des ressources financières plus importantes, cela crée un écart, qu’on ne voyait pas dans les fêtes communes d’autrefois, entre les immigrés italiens aisés et les plus pauvres. Intégrer à ses représentations mentales cette différenciation sociale – qui se manifeste par exemple dans l’ascension de tel ou tel immigré au rang de travailleur indépendant qui a réussi – peut être considérée aussi comme la réalisation d’une certaine intégration. Mario, le mari d’Anna, décrit ainsi cette alternative : dans l’intégration, tu gagnes quelque chose et en même temps tu perds quelque chose. Ou bien tu dois aller chaque jour dans le ghetto des Italiens, ou bien tu restes là. Et là, as-tu ta culture39 ?

  • 40 P. Ginsborg, Italy and its Discontents. Family, Civil Society, State : 1980-2001, New York Basings (...)

28La tendance à l’individualisme a été renforcée par l’intégration des Italiens dans l’État social allemand. En Italie méridionale, des relations étroites de parentèle et de clientélisme ont été jusqu’à aujourd’hui une composante importante de la sécurité sociale. L’absence de protection sociale oblige à développer la solidarité à l’intérieur de la famille. Dans une situation de chômage toujours élevé, la recherche d’un travail présuppose l’insertion dans des réseaux clientélistes, qui peuvent être de nature politique40. en Allemagne au contraire, compte tenu de l’existence d’un système étatique d’assurance-chômage, d’assurance-maladie, de retraite, et de placement des demandeurs d’emploi, construire et entretenir ce genre de réseaux de relations était beaucoup moins important. Beaucoup d’immigrés italiens que j’ai interviewés considèrent cela comme un avantage, puisqu’on peut ainsi choisir librement ses amis et prendre ses distances en cas de controverses à l’intérieur de la famille sans devoir craindre des dommages sociaux.

La faiblesse des organisations italiennes en Allemagne

  • 41 C. Martini, Italienische Migranten in Deuschland. Transnationale Diskurse, Berlin, 2001, p. 122. C (...)

29Les organisations tournées vers l’intégration sociale, et vers la protection des intérêts des travailleurs italiens en Allemagne, ont rarement été fondées par les immigrés eux-mêmes. Les diverses institutions œuvrant à l’échelle du pays entier sont présentes aussi parmi les italiens de la Ruhr : la Caritas une association catholique chargée d’une mission sociale et ecclésiale ; les possibilités de représentation des intérêts et d’engagement personnel dans le cadre syndical ou à l’intérieur des entreprises ; l’activité pastorale de la Missione cattolica italiana en Allemagne ; les organisations liées aux partis politiques italiens, qui avaient créé des structures affiliées en Allemagne, et les Patronati des syndicats italiens – rattachés eux aussi aux différents secteurs politiques italiens qui avaient implosé dans les années 1990 –, qui servaient surtout de centres de consultation en matière de droit social ; l’ACLI (Associazione cattolica lavoratori italiani), une organisation ayant à la fois un caractère ecclésial et de classe ; enfin, les clubs régionaux et locaux (Circoli), les associations professionnelles et de catégorie, les associations s’occupant des loisirs41.

  • 42 Y. Rieker, « Ein Stück Heimat findet man ja immer », op. cit., p. 83-98 et 121-142.
  • 43 M. Kissler, J. Eckert, « Multikulturelle Gesellschaft und Urbanität. Die soziale Konstruktion eine (...)
  • 44 B. Von Breitenbach, Italiener und Spanier, op. cit., p. 112.

30Pourtant, les témoignages d’immigrés italiens vivant dans la Ruhr (comme ailleurs) en Allemagne montrent indiscutablement une chose : ni la Caritas, ni la Missione cattolica italiana, ni les syndicats ou autres organisations et associations, en dépit de l’aide qu’ils avaient pu apporter, n’avaient une influence déterminante sur l’intégration sociale de ces personnes. Les contacts et les expériences sur le lieu de travail, avec les voisins, et la socialisation scolaire dans le cas des plus jeunes, étaient beaucoup plus importants pour une réorientation de l’existence, souvent liée à des sentiments d’éloignement42. En général, les centres de la Caritas n’étaient consultés que lorsque les immigrés se trouvaient dans une situation d’extrême détresse et qu’ils ne pouvaient plus faire appel aux relations familiales traditionnelles. Cette réticence peut s’expliquer par l’absence d’une « culture des groupes secondaires » en Italie méridionale même, à ses conséquences dans le contexte migratoire et à l’inexistence du sentiment d’un « nous » au-delà de la famille43. Le peu de disponibilité à s’organiser, constaté partout à propos des italiens en RFA, correspond à ce tableau. Une estimation datant de 1980 évalue à 6 % le nombre d’italiens intégrés à une organisation : ce pourcentage inclut non seulement les membres d’associations, mais aussi le regroupement de trois membres d’une même famille44.

  • 45 B. Von Breitenbach, Italiener und Spanier, op. cit., p. 117. P. Kammerer, « Some Problems of Itali (...)
  • 46 B. Von Breitenbach, Italiener und Spanier, op. cit., p. 112 und 114 s.

31Les possibilités d’organisation disponibles étaient d’ailleurs peu susceptibles de favoriser le dépassement du familialisme et du clientélisme. Historiquement prédominent en effet des structures d’organisation paternalistes, ou orientées selon des intérêts, très divergents et conflictuels, entre les groupements politiques du pays d’origine, ou d’autres décidés à promouvoir l’intégration (dans le sens plutôt d’une assimilation) dans le pays de résidence. On a dit que les Patronati syndicaux et les ACLI, qui étaient les plus susceptibles de jouer un rôle d’intermédiaires dans le domaine sociopolitique entre le pays d’origine et le pays de résidence, restaient relativement sans influence. Une association d’immigrés italiens indépendante et au-dessus des partis, pouvant se considérer comme la représentante des intérêts généraux de cette minorité en Allemagne et comme une sorte de « courroie de transmission » entre l’Italie et l’Allemagne, n’arrivait que difficilement à voir le jour dans ces conditions45. On comprend alors pourquoi la Federazione dei azssociazioni italiane degli emigrati in Germania (FAIEG), rassemblement d’associations italiennes familiales et de parents d’élèves en Allemagne, qui réclamait initialement des classes régulières en italien, puis un système scolaire bilingue pour les enfants italiens, n’eut guère d’influence sur les immigrés et ne compta que peu d’inscrits46.

32Il faut toutefois se garder de jugements unilatéraux empreints de volontarisme. il faut considérer les conditions de vie des immigrés italiens, venus pour la plupart du Mezzogiorno, qui se caractérisaient par une migration en va-et-vient considérable, une moyenne d’âge peu élevée, une culture très limitée et, dans les régions méridionales d’origine, une profonde méfiance à l’égard des réseaux sociaux fonctionnant hors de la famille ; il faut également tenir compte du fait que parmi les immigrés, le clivage entre les italiens du nord et ceux du sud ainsi qu’entre les ouvriers et les intellectuels, n’a jamais été vraiment surmonté. Dès lors, on ne s’étonnera pas qu’ils aient été peu disposés à s’organiser. Cette structure particulière d’organisation a cependant contribué à faire en sorte que jusqu’à aujourd’hui, l’intégration insuffisante des immigrés italiens dans le domaine économique et dans celui de la formation n’a pu être résolue.

Synthèse et perspectives

33Si l’on récapitule ce qui vient d’être dit, on comprend pourquoi, dans la Ruhr, ne se sont pas formées des communautés italiennes pouvant être définies comme des « Little Italies ». La spécificité régionale consiste avant tout dans la grande hétérogénéité des postes de travail, peu liés aux grandes entreprises, des immigrés italiens, et par conséquent dans l’absence de quartiers à dominante italienne. S’y ajoutent d’autres facteurs, qui ont influé sur la situation des immigrés italiens non seulement dans la Ruhr, mais dans la RFA dans son ensemble : une immigration italienne au xxe siècle caractérisée par de multiples ruptures plutôt que par des processus continus ; une grande indécision, chez les immigrés, sur la question de rester en Allemagne ou de rentrer au pays, indécision qui faisait obstacle à la formation de relations stables dans les quartiers où ils habitaient ; une acceptation relativement élevée des immigrés italiens de la part des Allemands, qui a favorisé leur intégration sociale et a empêché qu’ils se referment sur eux-mêmes ; l’érosion des réseaux familiaux et clientélistes par l’individualisme croissant, la différenciation sociale et les prestations sociales distribuées par l’État ; enfin, l’intégration insuffisante des immigrés italiens dans le domaine scolaire et professionnel, ainsi que les divisions multiples au sein du monde associatif italien en Allemagne ont rendu impossible la formation d’une conception dominante de la représentation des intérêts italiens en Allemagne.

34Malgré tout, les immigrés italiens en Allemagne se considèrent italiens aujourd’hui encore, cinquante ans après l’accord de recrutement italo-allemand. Les contenus et la signification de cette Italianità, en tant que construction identitaire des immigrés italiens n’en ont pas moins subi des changements importants sur lesquels nous nous arrêterons pour finir.

35En s’adaptant à la vie dans une société industrielle, les immigrés italiens des deux sexes ont pris, du même coup, une certaine distance par rapport à leur lieu d’origine. Cette évolution n’entraîne pas, toutefois, une orientation exclusive vers le pays d’immigration, mais permet aussi l’identification avec l’Italie en tant que « pays natal ». De cette manière, du fait de leur émigration, les migrants surmontent le campanilismo et les immigrés venant du Mezzogiorno ne deviennent « italiens », dans le sens de se considérer totalement italiens, qu’en Allemagne. Dans quelques interviews, on souligne, par exemple, l’importance de passer des vacances en Italie. Toutefois, on ne veut plus aller dans les localités d’origine, souvent reculées et peu attrayantes du point de vue touristique, d’autant plus qu’on n’y a presque plus de famille ou de connaissances, mais on préfère aller à Rimini ou à Taormina, où il est possible de mieux se reposer.

36Dans les entretiens, on constate aussi qu’on ressent avec orgueil le rapprochement positif de la RFA avec l’Italie, ce qui facilite une manière de symbiose culturelle. Si l’Allemagne devient « plus italienne », alors on peut y rester en ayant la conscience plus tranquille, sans trahir son pays natal. C’est ce qu’exprime Livia Martino, née en 1953 à Trappeto en Sicile :

  • 47 Entretien avec Livia Martino (née en 1953), Düsseldorf, 3 mai 1999.

Alors personne en Allemagne ne connaissait les artichauts. Ici, ils étaient des fruits exotiques. Mais aujourd’hui on trouve tout ici. C’est pourquoi, je dis, on ne peut plus se sentir mal ici, parce que ici nous avons aussi un bout d’Italie dans les magasins, et il y a tellement de locaux. On rencontre toujours un bout de pays natal. Maintenant ici à Düsseldorf, nous avons aussi la promenade au bord du Rhin. C’est très beau. Et les locaux. Avant, il n’y avait pas de tables ni de sièges dehors ; maintenant, il y en a depuis des années. Cela aussi est un bout d’Italie, telle que nous la connaissons47.

37Le migrant qui n’envisage plus de rentrer au pays trouve ainsi un nouvel attachement sentimental à l’Italie « terre des origines » qui ne se réduit plus à son lieu de naissance. Un « style de vie italien » peut devenir ainsi un « bout de pays natal », qui pour Livia Martino se matérialise peut-être dans la promenade au bord du Rhin construite il y a quelques années à Düsseldorf.

  • 48 Cette évolution se dessina très tôt. « En 1962/1963, deux tiers environ des italiens, résidant dan (...)
  • 49 D. Hoerder, « Ethnische Gruppen in multikulturellen Gesellschaften : Kulturveränderung oder Kultur (...)

38Parallèlement, les objectifs de l’émigration sont peu à peu modifiés. La plupart des immigrés envisageaient au début un séjour de quelques années, pendant lequel ils voulaient s’acheter une voiture, payer une dot et financer une construction dans le lieu d’origine en Italie méridionale. Dans la décennie suivante, on s’orientait déjà, peut-être, vers la construction d’une maison plus grande ou vers un aménagement intérieur relativement coûteux ; et à la fin, le retour envisagé était ultérieurement repoussé, pour ne pas compromettre les chances de formation et professionnelles des enfants en Allemagne48. Chaque nouveau renvoi renforçait, consciemment ou non, le processus d’acculturation, ajoutant une nouvelle couche à la construction identitaire des immigrés italiens49. On le voit dans les réflexions de Patrizia Lagana, née en 1957 à Monteiasi, dans la province de Taranto :

  • 50 Entretien avec Patrizia Lagana (née en 1957), Essen, 2 février 2000.

Souvent je pense que… je ne sais pas comment le dire. Vraiment, je suis triste parfois, si j’y pense. Je peux dire que c’est une sensation à moi, un sentiment étrange, puisque je me demande souvent ce que je suis vraiment. Je suis une européenne, ça je le sais, mais une européenne divisée à moitié, une moitié ici et une là-bas. Je me trouve très bien en Allemagne. Il ne me manque rien. En Italie aussi je me trouve bien, mais voilà ce qui me provoque une sensation désagréable quand je vais en Italie : je me sens étrangère, et cela me fait un peu mal. Et alors je me demande souvent : qu’est-ce que tu es ? Allemande, je ne le suis pas. Italienne, je suis italienne, mais après beaucoup d’années je ne me sens pas bien, même si j’y suis allée tous les ans. Mais entre-temps je me sens étrangère dans mon pays natal50.

39Pour Patrizia Lagana, la phase de rapprochement avec la société allemande est terminée depuis longtemps, et désormais le centre de sa vie se situe en RFA. Et cela, justement, lui provoque un sentiment de culpabilité à l’égard de l’Italie, à laquelle elle se sent très liée émotionnellement.

  • 51 S. Di Carlo, « Differenze culturali e identità : una ipotesi di interpretazione », in Antonio und (...)
  • 52 Interview avec Livia Martino (née en 1953), düsseldorf, 3 mai 1999.

40Pour résumer ces visions ambivalentes, on peut dire que l’intégration reste, pour les immigrés et aussi pour leurs enfants, un projet, qui a certes une direction, mais qui ne trouve aucune conclusion définitive. Et certainement cette ambivalence et l’indécision entre l’Allemagne et l’Italie ont influé aussi sur les perspectives de vie des immigrés qui ont eu moins de succès en RFA que mes interlocuteurs, qui ont fait plus souvent l’aller-retour entre leur pays d’origine et le pays d’immigration et qui à la fin ont peut-être décidé de retourner définitivement en Italie méridionale. Tous ces immigrés, hommes et femmes, ont développé des identités individuelles qui ne sont pas une simple addition de parts « italiennes » et « allemandes », mais qui, en combinant ces éléments selon différentes variantes, créent une nouvelle conscience de soi et de nouveaux rêves51. Chez nous, au village, la mer est tellement belle, dit Livia Martino en riant, très, très belle. Elle me manque beaucoup. Düsseldorf et la mer, ce serait vraiment parfait52. D’une certaine manière, pour les immigrés venant du Sud de l’Italie les deux sociétés, celle d’origine et celle d’immigration, sont à la fois, avec des accentuations différentes pour chaque personne, « bien à eux » et « étrangères ».

Notes

1 C. Giordano, « Die italienische Minderheit », in C. Schmalz-Jacobsen, G. Hansen (dir.), Ethnische Minderheiten in der Bundesrepublik Deutschland. Ein Lexikon, München, 1995, p. 229-242.

2 Y. Rieker, « Ein Stück Heimat findet man ja immer ». Die italienische Einwanderung in die Bundesrepublik, Essen, 2003. Sauf indication contraire, les informations suivantes se réfèrent à ce livre. Cf. aussi, « Gli emigrati dal Sud Italia in Germania : allo stesso tempo parte integrante e stranieri. La prospettiva delle storie di vita », Studi emigrazione, XLIIe (42) année, p. 367-382 ainsi que R. Sala, « Italiani in Germania : tra avvicinamento e disagio », Studi emigrazione, XLIIe année p. 806-821.

3 S. Haug, Soziales Kapital und Kettenmigration. Italienische Migranten in Deutschland, Opladen 2000 p. 180-182, 299, 302 ainsi que tab. A-5.

4 D. Thränhardt, « Die eingewanderten “Ausländer” im Ruhrgebiet », in J.-P. Barbian, L. Heid (dir.), Die Entdeckung des Ruhrgebiets. Das Ruhrgebiet in Nordrhein-Westfalen 1946-1996, Essen 1997, p. 379-397, p. 382.

5 Botschaft der BRD in Rom an das Auswärtige Amt (Ambassade de RFA à Rome au ministère des Affaires Étrangères de RFA), 16 novembre 1956, Botschaft der BRD…, 4 mars 1957, Ambasciata d’Italia, Verbalnote (Note verbale), 30 juin 1957, Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes (archives politiques du ministère des Affaires étrangères) 961.

6 Rapport d’activité d’Antonio Cucè (Caritas essen), janvier 1959, Archiv des Deutschen Caritas-Verbandes (archives de la Caritas allemande), Freiburg, 380 211 059, fascicule 101.

7 Der Kohlenbergbau in der Energiewirtschaft der Bundesrepublik Deutschland im Jahre 1994, Essen/Köln, 1995, p. 40 ; calculs personnels.

8 Pour la région de Stuttgart, C. Giordano, « Zwischen Mirabella und Sindelfingen », Schweizerische Zeitschrift für Soziologie, Heft 2, 1984, p. 437-465. M.-L. Gentileschi, « I lavoratori italiani indipendenti a Stoccarda », Studi emigrazione, XVe année, 1978, p. 325-360. « La collettività italiana di Stoccarda », Studi emigrazione, XIVe année, 1977, p. 247-281. Pour Wolfsburg, cf. A. Von Oswald, « Der Arbeitseinsatz der “Gastarbeiter” im Volkswagenwerk 1962-1974/5 », in K. Dominik M. Jünemann, J. Motte et A. Reinecke (dir.), Angeworben – eingewandert – abgeschoben. Ein anderer Blick auf die Einwanderungsgesellschaft Bundesrepublik Deutschland, Münster 1999, p. 83-101. « Volkswagen, Wolfsburg und die italienischen “Gastarbeiter” 1962-1975. Die gegenseitige Verstärkung des Provisoriums », Archiv für Sozialgeschichte, XLIIe année, 2002, p. 55-79.

9 S. Haug, Soziales Kapital, p. 182 et 299, tab. A-2.

10 Entretien avec Giuseppe et Gina Ventura (nés respectivement en 1938 et 1947), Gelsenkirchen, 9 février 1999.

11 La situation du logement des travailleurs étrangers et de leurs familles resta difficile jusqu’aux années 1970. Cf. sur ce point, Bundesanstalt für Arbeit, Erfahrungsbericht 1969/Ergebnisse der Repräsentativuntersuchung vom Herbst 1968, p. 58-63.

12 Entretien avec Rosaria et Luciano Lo Cascio (nés en 1949 et 1942), Bochum, 19 mai 1999.

13 Sur les migrations en provenance d’Italie après 1945, avec des informations statistiques significatives, cf. F. Romero, Emigrazione e integrazione europea 1945-1973, Roma 1991.

14 R. Del Fabbro, Transalpini. Italienische Arbeitswanderung nach Süddeutschland im Kaiserreich 1870-1918, Osnabrück 1996. A. Wennemann, Arbeit im Norden. Die Italiener im Rheinland und in Westfalen des späten 19 und frühen 20 Jahrhunderts, Osnabrück 1997.

15 C. Bermani, S. Bologna, b. Mantelli, Proletarier der « Achse ». Sozialgeschichte der italienischen Fremdarbeit in NS-Deutschland 1937 bis 1943, Berlin, 1997. G. Hammermann, Zwangsarbeit für den « Verbündeten ». Die Arbeits und Lebensbedingungen der italienischen Militärinternierten in Deutschland 1943-1945, Tübingen 2002. Pour un panorama général, avec également des textes sur le travail forcé des Italiens, cf. U. Herbert (dir.), Europa und der « Reichseinsatz ». Ausländische Zivilarbeiter, Kriegsgefangene und KZ-Häftlinge in Deutschland 1938-1945, Essen 1991.

16 S. Haug, Soziales Kapital, op. cit., p. 304, tab. A-6 ; calculs personnels.

17 F. Romero, Emigrazione e integrazione, op. cit.

18 Informationen zur politischen Bildung, 1994, cahier 201, p. 3. À cette date, 31,2 % des Italiens vivaient en RFA depuis 10-15 ans, 14,4 % depuis 15-20 ans, 10,3 % depuis plus de 20 ans.

19 Enquête représentative de l’institut fédéral pour la formation professionnelle (Bundesinstitut für Berufsbildung), 1979 et 1988/1989, citée par M. Granato, Bildungs und Lebenssituation junger Italiener. Berichte zur beruflichen Bildung, Heft 171, Berlin und Bonn 1994, p. 68.

20 U. Boos-Nünning, « Ausländische und deutsche Jugendliche auf dem Weg zu einer multikulturellen Gesellschaft ? », in Jugend und Erziehung am Ende der 80er Jahre, dirigé par Landesinstitut für Schule und Weiterbildung, Soest 1989, p. 34-40, p. 40. M. Granato, Bildungs, op. cit., p. 70. D. Thränhardt, « Inklusion und Exklusion : die Italiener in Deutschland », in R. Alborino K. Pölzl (dir.), Italiener in Deutschland. Teilhabe oder Ausgrenzung, Freiburg 1998, p. 15-46, p. 20.

21 Sur la directive n° 15 de la CEE, cf. J.-d. Steinert, Migration und Politik. Westdeutschland-Europa-Übersee 1945-1961, Osnabrück 1995, p. 318-326.

22 J. Petersen, « Das deutschsprachige Italienbild nach 1945 », in Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, vol. 76, 1996, p. 455-495.

23 Die Zeit, 4 avril 1957.

24 U. Mehrländer, C. Ascheberg, J. Ueltzhöffer, Situation der ausländischen Arbeitnehmer und ihrer Familienangehörigen in der Bundesrepublik Deutschland, Bonn 1996, p. 438.

25 Ibid., p. 167 et 445.

26 B. Von Breitenbach, Italiener und Spanier als Arbeitnehmer in der Bundesrepublik Deutschland, München und Mainz 1982, p. 57. U. Mehrländer, Beschäftigung ausländischer Arbeitnehmer in der Bundesrepublik Deutschland unter spezieller Berücksichtigung von Nordrhein-Westfalen, Opladen 1972, p. 24.

27 Ibid., p. 22.

28 B. Von Breitenbach, Italiener und Spanier, p. 72 et 130. K. Manfrass, « die Beziehungen zwischen der Bundesrepublik und den einzelnen Herkunftsländern im Zeichen der Arbeitskräfte wanderung », in R. Lohrmann, K. Manfrass (dir.), Ausländerbeschäftigung und internationale Politik. Zur analyse transnationaler Sozialprozesse, München, 1974, p. 255-334, p. 317. Sur les possibilités d’ascension sociale pour les travailleurs qualifiés en Italie du Nord, cf. P. Ginsborg, A History of Contemporary Italy. Society and Politics 1943-1988, London, 1990, p. 235-239.

29 D. Thränhardt, R. Dieregsweiler, B. Santel, Ausländerinnen und Ausländer in Nordrhein-Westfalen. Die Lebenslagen der Menschen aus den ehemaligen Anwerbeländern und die Handlungsmöglichkeiten der Politik, Landessozialbericht, vol. 6, Düsseldorf, 1994, p. 80-82, 87, 111, 155 et 158-160.

30 H. D. Von Loeffelholz, « Ausländische Selbständige in deutschland unter besonderer Berücksichtigung der italienischen Selbständigen », in R. Alborino, K. Pölzl (dir.), Italiener in Deutschland, op. cit., p. 180-192.

31 Zentrum für Türkeistudien (dir.), Ausländer in der Bundesrepublik Deutschland. Ein Handbuch, Opladen 1994, p. 175.

32 D. Thränhardt, « Inklusion und Exklusion : die Italiener in Deutschland », in R. Alborino K. Pölzl (dir.), Italiener in Deutschland, op. cit., p. 15-46, p. 26-33. U. Mehrländer C. Ascheberg, J. Ueltzhöffer, Situation der ausländischen, op. cit., p. 74-77, tableau 43.

33 D. Thränhardt, « Inklusion und Exklusion », op. cit., p. 27. Bundesministerium für Forschung und Technologie, « Probleme der Ausländerbeschäftigung », Integrierter Endbericht, juillet 1979 p. 94. D. Von Delhaes-Guenther, Internationale und nationale Arbeitskräftewanderungen : eine Analyse der süditalienischen Außenmigration, Saarbrücken/Fort Lauderdale, 1984, p. 210.

34 M. Granato, Bildungs und Lebenssituation, op. cit., p. 73. b. Von Breitenbach, Italiener und Spanier, op. cit., p. 56 et 130. A. Cavalli-Wrodel, Schicksale italienischer Migrantenkinder. Eine Fallstudie zur Schul – und Familiensituation, Weinheim, 1989, p. 164. Die zweite Generation der italienischen Einwanderer in die Bundesrepublik Deutschland. Eine Diskussionsveranstaltung in der Universität Bremen im Rahmen der Italienischen Kulturtage vom 4 bis 13 Juni 1982. Tagungsberichte n° 8, Bremen, 1983, p. 6 et 13.

35 D. Thränhardt, R. Dieregsweiler, B. Santel, Ausländerinnen und Ausländer, op. cit., p. 108. S. Bender, W. Seifert, « Zuwanderer auf dem Arbeitsmarkt : Nationalitäten und geschlechtsspezifische Unterschiede », in Zeitschrift für Soziologie, n° 25, Heft 6, 1996, p. 473-495, p. 484.

36 B. Von Breitenbach, Italiener und Spanier, op. cit., p. 28.

37 Ibid., p. 57.

38 Entretien avec Anna et Mario Manzini (nés tous les deux en 1954), Essen, 6 mars 1999.

39 Ibid.

40 P. Ginsborg, Italy and its Discontents. Family, Civil Society, State : 1980-2001, New York Basingstoke, 2003, p. 68-82.

41 C. Martini, Italienische Migranten in Deuschland. Transnationale Diskurse, Berlin, 2001, p. 122. C. Giordano, « Die italienische Minderheit », op. cit., p. 238.

42 Y. Rieker, « Ein Stück Heimat findet man ja immer », op. cit., p. 83-98 et 121-142.

43 M. Kissler, J. Eckert, « Multikulturelle Gesellschaft und Urbanität. Die soziale Konstruktion eines innerstädtischen Wohnviertels aus figurationssoziologischer Sicht », in Migration. A European Journal of International Migration and Ethnic Relations, 1990, p. 43-79, p. 68.

44 B. Von Breitenbach, Italiener und Spanier, op. cit., p. 112.

45 B. Von Breitenbach, Italiener und Spanier, op. cit., p. 117. P. Kammerer, « Some Problems of Italian Immigrants’ Organisations in the Federal Republic of Germany », in R. Ostow J. Fijalkowski, Y. M. Bodemann, H. Merkens (dir.), Ethnicity, Structured Inequality, and the State in Canada and the Federal Republic of Germany, Frankfurt am Main, 1991, p. 185-197, p. 195. C. Martini, Italienische Migranten in Deutschland, op. cit., p. 128.

46 B. Von Breitenbach, Italiener und Spanier, op. cit., p. 112 und 114 s.

47 Entretien avec Livia Martino (née en 1953), Düsseldorf, 3 mai 1999.

48 Cette évolution se dessina très tôt. « En 1962/1963, deux tiers environ des italiens, résidant dans un camp de logement pour italiens d’une entreprise de construction de Munich, avaient l’idée, presque stéréotypée et unanime, de rester deux ou trois ans et de rentrer ensuite définitivement en Italie. […] en général, ils voulaient rester jusqu’au moment où ils auraient épargné “assez” d’argent, suffisamment pour remettre à neuf leur maison, financer une construction, payer une dot, améliorer le niveau de vie de leur famille. Rarement on épargnait en vue d’objectifs à long terme : construction d’une maison, instruction scolaire, ouverture d’un magasin. » (U. Kurz, « Partielle Anpassung und Kulturkonflikt. Gruppenstruktur und Anpassungsdispositionen in einem italienischen Gastarbeiter-Lager, in Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, XVIIe année, 1965, p. 814-832, p. 820).

49 D. Hoerder, « Ethnische Gruppen in multikulturellen Gesellschaften : Kulturveränderung oder Kulturerhalt ? », in C. Harzig, N. Räthzel (dir.), Widersprüche des Multikulturalismus, Hamburg/Berlin, 1995, p. 61-70.

50 Entretien avec Patrizia Lagana (née en 1957), Essen, 2 février 2000.

51 S. Di Carlo, « Differenze culturali e identità : una ipotesi di interpretazione », in Antonio und Serena Di Carlo (dir.), Luoghi dell’iIdentità. Dinamiche culturali nell’ esperienza di emigrazione, Milano, 1986, p. 28-43.

52 Interview avec Livia Martino (née en 1953), düsseldorf, 3 mai 1999.

Auteur

Bruno Groppo (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540