Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Deuxième partie. Les Petites Italies au miroir de la diversité italienne

Petites Italies en Union Soviétique

Elena DunDovich et Francesca Gori
Traduction de Antonio Bechelloni

Texte intégral

  • 1 Cette contribution reprend sous une forme légèrement modifiée le chapitre 1 de E. Dundovich et F. (...)

1L’origine des petites Italies présentes dans l’entre-deux-guerres sur le territoire soviétique se situe à l’intersection de l’utopie et du travail, et c’est là son trait spécifique1. Ce furent en effet ces deux éléments, à la base de deux flux migratoires, qui aboutirent à la constitution, à des moments différents, d’abord de la communauté italienne de Crimée et ensuite de celle dite des « politiques ».

  • 2 Parmi les italiens actifs dans le commerce, les mariages mixtes étaient plus fréquents, alors qu’i (...)

2Au début des années 1920, dans le sud de la Russie, et en particulier dans les villes de Kerč et de Mariupol’, habitaient les descendants d’une petite communauté italienne installée là à partir de la fin du xviiie siècle. La vague migratoire remontait à deux périodes distinctes. Quelques italiens, surtout des commerçants génois originaires du royaume de Piémont-Sardaigne, étaient arrivés avant la guerre de Crimée, alors qu’après 1860 un grand nombre de marins et d’agriculteurs – viticulteurs, fruiticulteurs, maraîchers – s’était dirigé depuis les Pouilles, notamment depuis Bisceglie et Trani, vers les côtes de la Mer noire pour acheter des terres vendues à bas prix par le tsar : d’où le caractère éminemment rural de la communauté constituée au fil du temps. Les marins génois et leurs descendants étaient propriétaires de leurs bateaux sur lesquels ils transportaient des marchandises dans les ports de la Mer d’Azov et de la Mer noire, depuis Taganrog jusqu’à Odessa. D’autres travaillaient sur des bateaux russes, mais, contrairement aux paysans qui avaient presque tous gardé la nationalité italienne, beaucoup avaient pris la nationalité russe d’abord, soviétique ensuite, car la loi ne permettait pas aux étrangers de travailler dans la marine marchande2. Dans les années de la révolution bolchevique, surtout entre 1917 et 1919, quelques italiens qui avaient conservé leur nationalité d’origine décidèrent de rentrer en Italie. Ainsi en 1919, deux croiseurs italiens firent escale à Sébastopol où ils prirent à bord 100 à 150 italiens, venus pour la plupart de Crimée.

  • 3 Sur Kerč, cf. aussi G. Vignoli, « Gli italiani in Ucraina, Russia, Kazachistan », in Gli italiani (...)
  • 4 Y habitaient des Grecs, arrivés dans les années 1870 depuis la Crimée musulmane, des Ukrainiens, d (...)

3En dehors de Ker3, il y avait une importante communauté italienne à Mariupol’, une petite ville multi-ethnique4 située sur la Mer d’Azov dans la région de Doneck, où quelques familles italiennes, comme les Gerbulini, les Pignone, les Galleano, les Pellegatti, les Sanguinetti, les Merello, les De Martino, s’étaient installées depuis 1820. Les premiers colons italiens avaient été le plus souvent des capitaines de bateau qui, en passant par Mariupol’pour leur négoce, avaient eu l’intuition de l’importance que la ville prendrait du point de vue commercial et avaient aussitôt décidé de s’y établir. Bien que dépourvus de moyens dans leur immense majorité, les colons italiens se distinguèrent bientôt par leur habilité en contribuant à la prospérité du commerce avec les autres ports de la Mer d’Azov et de la Mer noire, notamment dans le secteur de l’exportation vers l’Italie du blé et du charbon du Donec, et en créant quelques maisons de commerce connues dans toute la région.

  • 5 Même à 12 km d’Essentuki, il y avait une petite colonie agricole dénommée Italiana, devenue ensuit (...)

4Après 1850, d’autres villes de la Mer d’Azov, surtout Berdjansk et Taganrog, prirent de l’importance et concurrencèrent Mariupol’. Cela poussa une partie des italiens, devenus riches entre-temps, à revenir en Italie ou à déménager dans les villes voisines où se trouvaient d’autres micro-communautés italiennes. Ainsi à Odessa, dès 1797 on comptait 800 italiens, soit 10 % de la population totale. Il s’agissait pour la plupart de commerçants et de marins napolitains, génois et livournais, auxquels s’ajoutèrent ensuite des artistes et des techniciens, des artisans, des pharmaciens et des enseignants. Le flux migratoire se poursuivit au siècle suivant et il ne prit fin que vers les années 1870. À partir de la colonie d’Odessa, les italiens essaimèrent vers Nikolaev, Teodosia, Taganrog et Berdjansk. À Teodosia notamment, dès le début du xixe siècle se forma une colonie italienne de petites dimensions, mais influente, et dont les membres étaient dans leur majorité d’origine génoise. Le Caucase fut une autre région d’établissement d’italiens : selon le recensement de 1926, ils étaient 92 à vivre à Tbilissi où, comme dans les autres villes, ils se consacraient pour la plupart au commerce et à l’artisanat ou étaient de petits chefs d’entreprise ; on trouvait parmi eux des sculpteurs, des tapissiers, des peintres en bâtiment ou des peintres tout court. D’autres s’établirent à Bakou, Batumi, Novorossijsk, Vladikavatz, Machunceti et en Adaristan, où ils construisirent une centrale hydroélectrique à la fin des années 19105. D’après un calcul approximatif, au moins 3 000 Italiens vivaient après la Grande Guerre sur la fertile terre de Crimée.

5L’émigration politique italienne en URSS, en revanche, fut un phénomène beaucoup plus tardif. Elle commença au tout début des années 1920, fut caractérisée par un nombre plus réduit d’émigrants – les Italiens qui parvinrent en terre soviétique dans l’entre-deux-guerres et s’y établirent furent entre 250 et 300 – et par une forte connotation politique et idéologique.

6Nombreux furent les italiens qui se réfugièrent en union soviétique pour échapper à la répression fasciste. Les deux tiers environ des émigrants étaient inscrits au Parti communiste d’Italie (PCI) – évidemment, beaucoup d’entre eux avaient été auparavant socialistes – une dizaine appartenaient au Parti socialiste italien et à peu près autant étaient anarchistes ; le reste étant composé d’antifascistes, au sens le plus général du mot, qui n’avaient la carte d’aucun parti.

7Certains étaient persécutés simplement pour leurs opinions. D’autres, recherchés pour des délits politiques, avaient réussi à fuir avant leur arrestation et avaient été condamnés par contumace ; d’autres encore, arrêtés et condamnés par le Tribunal spécial, décidèrent, une fois purgée leur peine, de quitter l’Italie où, en raison de leur casier judiciaire, ils n’arrivaient même plus à trouver de travail. Quelques-uns de ceux qui émigrèrent de façon clandestine en union soviétique fuyaient l’Italie car ils étaient recherchés à la suite de leur rôle dans des événements qui, à l’époque, avaient fait beaucoup de bruit. Ainsi, Ernani civalleri et Lino Manservigi avaient pris une part active à l’occupation des usines à Turin en 1920. Ils étaient sous le coup d’un mandat d’arrêt, recherchés, et pour les soustraire à l’arrestation, le PCI avait décidé l’année suivante de les envoyer à Moscou comme délégués au IIIe congrès de l’internationale communiste ou Komintern.

8Les italiens qui émigrèrent en union soviétique n’étaient pas tous recherchés par la police ou persécutés. Pour un petit nombre d’entre eux, en effet, une forte motivation de nature idéologique était à l’origine du départ. Il ne s’agissait pas tant de trouver en union soviétique un refuge, que d’offrir sa contribution à la construction d’une société plus juste en travaillant à l’édification du socialisme ou bien en étudiant dans les écoles du Parti. Enfin, les mythes de l’URSS et du bolchevisme exercèrent même une fascination puissante sur quelques italiens émigrés aux États-Unis, souvent inscrits au Parti communiste américain.

9Plus rares, en revanche, furent ceux qui partirent en union soviétique pour des raisons purement économiques. Ce flux migratoire, en réalité très mince (pas plus de quelques dizaines de personnes), se concentra surtout dans la période suivant la crise de 1929 et se poursuivit jusqu’en 1935, comme d’ailleurs le flux des « politiques ». Après cette date, les autorités soviétiques furent de plus en plus réticentes à accorder des visas d’entrée aux étrangers. Ceux qui étaient allés en union soviétique dans l’espoir d’échapper aux effets désastreux du crack de la Bourse de Wall Street sur la plupart des pays européens, trouvèrent une union soviétique lancée dans le gigantesque effort des plans d’industrialisation et dans la collectivisation forcée de l’agriculture. Ce qui, pour tout le monde – immigrés compris – signifiait une vie de privations et de sacrifices.

10Avec l’arrivée de Hitler au pouvoir et les premiers signes tangibles d’une politique allemande expansionniste mettant en cause l’ensemble du vieil ordre européen, Staline décida de fermer progressivement les frontières aux étrangers. Le courant migratoire vers l’union soviétique, en provenance d’Italie et des autres pays européens, se tarit progressivement à partir de 1935-1936. Parmi les tous derniers italiens arrivés en territoire soviétique avant que les frontières ne soient définitivement fermées, on compte quelques ouvriers spécialisés envoyés en URSS par la maison Scaini et coli, chargée par le gouvernement soviétique de construire des installations d’accumulateurs électriques. Dès la moitié des années 1920, en effet, s’était établi un dense réseau d’échanges industriels entre l’union soviétique et l’occident, Italie comprise.

  • 6 L’organisation internationale de secours aux combattants de la révolution (Meždunarodnaja organiza (...)

11Tous ceux qui prirent la route en ces années-là durent faire face à un certain nombre de problèmes d’ordre logistique et organisationnel. Pour la plupart, ils s’expatriaient de manière illégale, avec de faux passeports et l’aide économique du PCI. Ils allaient surtout en France, en Belgique, en Allemagne et au Luxembourg, destinations typiques de tous les antifascistes italiens de cette période. Après un séjour plus ou moins long dans ces pays en raison des difficultés à trouver du travail ou parce qu’ils étaient recherchés, y compris à l’étranger, à cause de leur activité politique, ils partirent à nouveau en union soviétique ; ce fut souvent avec l’appui du PCI et l’aide économique du Secours rouge international qui prit en charge les frais de voyage et intervint au moins pour une cinquantaine d’émigrés italiens6. D’autres, mais c’était une minorité, partirent pour l’union soviétique directement depuis l’Italie. Le voyage pouvait avoir lieu par la mer jusqu’aux ports de la Mer noire ou au nord, jusqu’à Leningrad, ou encore par la terre, en train, mais c’était là la solution la plus dangereuse à cause des multiples frontières à franchir et par conséquent des vérifications d’identités plus nombreuses.

12Les émigrés politiques italiens ne furent pas seuls à décider de chercher refuge en union soviétique. Des Suisses, des Allemands, des Français, des Autrichiens et des gens d’autres nationalités empruntèrent le même chemin. Ils ne fuyaient pas tous un régime oppressif comme les italiens, mais étaient également attirés par l’utopie incarnée par le nouveau modèle de vie politique et sociale en cours d’expérimentation en URSS. Le gouvernement bolchevique dut par conséquent gérer l’afflux de ces nouveaux immigrés, ce qui n’était pas une mince affaire. Où les loger ? Comment leur trouver un emploi ? Et, surtout, comment les contrôler ? En ce qui concernait l’organisation bureaucratique des différentes émigrations, la tâche fut confiée aux bureaux de l’internationale communiste et notamment à sa Section des cadres. À ses côtés intervenaient tant la MOPR que les représentants des partis communistes de la Troisième internationale (responsables de leurs actes devant son comité exécutif), lesquels collaboraient pour trouver aux émigrés un logement, un travail ou un institut auprès duquel les former en matière politique.

13Le Moscou des années 1920 se transforma ainsi en un tourbillon de rencontres, d’expériences, d’arrivées et de départs. Les cadres dirigeants des partis communistes se succédaient dans les organismes de l’internationale – Antonio Gramsci lui-même habita Moscou de mai 1922 à décembre 1923 – les permanents étaient envoyés à Moscou ou à Leningrad dans les écoles du Parti. c’étaient soit des écoles militaires, comme la internacionalnaja Škola ou École de Pétrograd, sorte d’académie militaire de second rang rattachée au commissariat à la Guerre ou l’institut politico-militaire Tolmačëv, transformé ensuite en véritable académie militaire, ou encore des établissements rattachés directement à l’IC, les prétendues « écoles internationalistes » : l’École internationale léniniste (ELI) fondée en 1926 ou l’université communiste des minorités nationales de l’occident (Zapada) ; créée en 1921, elle n’accueillit d’abord que les minorités occidentales de l’URSS mais à partir de 1926, elle fut ouverte aux communistes de toutes nationalités. Enfin, les permanents des partis étrangers pouvaient aussi être envoyés à l’université communiste des travailleurs d’orient (Kutv) où étudiaient les immigrés en provenance des pays d’Asie, ou à l’université Sun-Yat-Sen pour les cadres venus de chine et d’Extrême orient. Les migrants de base, souvent pourvus d’un faible niveau d’instruction, avaient la possibilité de fréquenter des cours du soir ou du dimanche institués par les organisations du Parti.

14Une fois arrivés en URSS, les émigrés politiques avaient obligation de faire enregistrer leur présence auprès des organes de la MOPR et de se rendre chez le représentant du PCI à Moscou. L’anketa, c’est-à-dire le questionnaire qu’ils remplissaient et l’autobiographie qu’ils étaient censés rédiger pour retracer leur passé politique, étaient remis à la Section des cadres de l’internationale et soigneusement conservés dans ses archives.

  • 7 E. Dundovich, F. Gori, E. Guercetti, « L’emigrazione italiana in URSS : storia di una repressione  (...)

15Les dirigeants de partis d’une certaine importance logeaient à l’hôtel Lux, alors que les autres étaient provisoirement installés à la « Maison des émigrés », qui, créée par la MOPR aux alentours de 1923, fonctionna jusqu’en 19307. Elle était gérée comme un hôtel de pur style soviétique : à chaque étage, une dežurnaia (surveillante) contrôlait la bonne marche des affaires et épiait le comportement des hôtes. De nombreux émigrés politiques de différentes nationalités arrivés en URSS par l’intermédiaire de la MOPR y vécurent quelque temps. Le plus souvent, ils n’y restaient pas plus que deux mois, logés et nourris mais sans assistance médicale, en attendant que la MOPR leur trouve un travail. Une fois qu’ils étaient casés professionnellement, il revenait à leur nouvel employeur de trouver un logement pour eux et leurs familles. Généralement, mais la règle tolérait des exceptions, on logeait à la « Maison des émigrés » les réfugiés politiques communistes qui excipaient de mérites particuliers ou qui s’étaient illustrés dans le travail clandestin.

16Bien entendu, tous les émigrés italiens ne pouvaient pas rester dans la capitale. Ils étaient triés et envoyés par la MOPR dans un grand nombre de villes où l’on construisait de nouvelles usines et de nouveaux complexes industriels, ou là où ceux-ci fonctionnaient déjà : Odessa, Novorossijsk, Rostov-sur-le-Don. Beaucoup travaillèrent dans la célèbre usine Selmaš, construite au début des années 1920 pour produire des machines agricoles. D’autres furent envoyés à Bakou, à Kerč où, lors de la collectivisation, vit le jour le kolkhoze Sacco e Vanzetti ; ou encore à Gorki où, avec l’aide de techniciens américains, le premier établissement de construction automobile avait été créé dans le cadre du premier plan quinquennal.

17Parfois, le lieu de destination était choisi à partir de l’exigence de transfert des émigrés là où il y avait le plus besoin de main-d’œuvre. Avec le temps, cependant, on adopta la pratique consistant à éloigner de Moscou ceux des italiens auxquels le PCI ne pensait pas pouvoir faire confiance. C’est seulement après une certaine période d’« amendement » qu’ils pouvaient être à nouveau autorisés à vivre dans la capitale.

  • 8 Ibidem, p. 192-195.
  • 9 La dépendance était tellement étroite que le groupe dirigeant du PCI en Italie lui-même finit par (...)
  • 10 E. Dundovich, F. Gori et E. Guercetti (dir.), Reflections on the Gulag with a documentary Appendix (...)

18Une fois arrivés dans ces nouvelles villes soviétiques, les antifascistes italiens trouvèrent souvent un repère social et politique dans les « clubs des émigrés ». À Gorki, ils se retrouvaient au club de l’usine automobile et à Odessa, au club international des marins. Un interclub des marins existait également à Mariupol’et à Novorossijsk. À Kerč enfin, on créa un club italien auprès du kolkhoze Sacco et Vanzetti. Tous dépendaient du club de Moscou qui les surveillait étroitement et dont le comité choisissait les dirigeants locaux. Les rapports avec les clubs locaux, plus étroits avec Gorki, Kerč et Odessa qu’avec d’autres villes, étaient surtout épistolaires, mais les occasions d’échanges des visites ne manquaient pas. Les groupes locaux, y compris celui de Leningrad, rendaient toujours compte de leur activité au club de Moscou8 qui, à son tour, gardait le contact avec le groupe dirigeant du Parti, d’abord en Italie puis, après 1926, en France9. Dirigé par un comité généralement formé de neuf membres temporaires et un président, le club de Moscou avait une activité très intense : son but principal était d’« examine(r) et illustre(r) toutes les mesures prises par le Parti communiste et par le gouvernement soviétique10 ». Compte tenu du fait que les émigrés, surtout arrivés depuis peu, ne parlaient pas le russe, on préférait les occasions de rencontres et les réunions où les thèmes pouvaient être expliqués et abordés en italien. C’est justement pour contourner ce problème non négligeable de langue qu’en 1925, on décida de créer un « journal vivant » qui devait être lu à haute voix tous les lundis soir.

  • 11 L’antique ville de Sergev, appelée, depuis 1992, Posad comme autrefois, a été des siècles durant l (...)

19À Moscou, dès 1923, les émigrés avaient créé une « coopérative » dirigée par Anselmo Marabini. Ses activités étaient pour l’essentiel économiques : la vente de bicyclettes italiennes en URSS passait par elle, comme celle de fourrures à la maison italienne Rizzini. On lui avait aussi confié l’exploitation d’une colonie agricole, dénommée Vannini, à 70 km à nord-est de Moscou, dans la petite ville de Sergev11 où de nombreux communistes italiens allèrent travailler dans les années 1920.

20Le Club de Moscou et les groupes qui lui étaient rattachés n’étaient pas seulement un lieu de rencontre politique et de réunion (et aussi d’affrontements personnels, car dans des communautés aussi réduites, dissensions et antipathies personnelles ne manquaient pas), ils remplissaient également des fonctions organisationnelles. Ils assuraient par exemple le maintien des contacts entre les directeurs des écoles du Parti et le PCI pour organiser les groupes italiens d’étude. Ils suggéraient également au comité exécutif du Parti des modalités de l’envoi de nouveaux camarades en fonction des places disponibles, s’assuraient du début des cours, désignaient les noms des camarades que l’on pouvait faire repartir parce qu’ils avaient terminé leurs cours ou avaient été amnistiés en Italie. Dans les années 1920 enfin, et ce n’était pas une fonction secondaire, c’était par l’intermédiaire du club des émigrés que l’on obtenait l’inscription au Parti communiste d’Union soviétique.

21Le Club occupait donc une place centrale dans les rapports entre émigration et PCI. Ce dernier poursuivait trois objectifs fondamentaux en ce domaine : obtenir le tableau le plus exhaustif possible des antifascistes arrivés en URSS, surveiller leur comportement politique et les soustraire à l’influence des consulats italiens réouverts après 1923, année de la reconnaissance diplomatique de l’URSS par l’Italie.

22Dans les années 1920, les émigrés italiens eurent une vie sans doute peu confortable mais certainement intéressante. Ils étaient libres de voyager, non seulement à l’intérieur de l’URSS mais aussi à l’étranger, et dans certains cas le PCI lui-même les rappelait en Italie pour un travail militant. C’était une des raisons qui fait que, par exemple, presque tous les cours des écoles du Parti en URSS ne duraient qu’un an. Le club lui-même préconisa à plusieurs reprises auprès du PCI une politique de retour de tous les réfugiés politiques pour lesquels les causes les ayant obligés à émigrer n’existaient plus.

  • 12 cf. aussi F. Bigazzi, G. Lehner, Dialoghi del Terrore, Firenze, Ponte alle Grazie, 1991. A. Agosti(...)

23Un premier tournant dans l’histoire de l’émigration italienne en URSS se situe à coup sûr en 1926. D’abord, si jusque-là un grand nombre d’émigrés avaient espéré pouvoir bientôt rentrer en Italie, la promulgation des lois d’exception fascistes mit fin à toute illusion dans ce sens. Le PCI lui aussi fut parfaitement conscient de ce changement de perspectives. Au départ, il avait adopté une attitude assez restrictive par rapport au problème de l’émigration vers l’union soviétique. Jusqu’en 1926, son comité exécutif avait pris nettement ses distances avec l’idée de créer une émigration politique « stable » en URSS. Mais après la fascisation du régime, cette rigidité initiale fut tempérée par la nécessité de trouver un refuge, y compris en URSS, pour de nombreux émigrés politiques. En parallèle, dès le début des années 1920, s’affirma la pratique de les y envoyer non seulement pour les mettre à l’abri, mais parfois aussi pour punir ceux qui n’étaient plus considérés comme des éléments sûrs12.

  • 13 G. Vacca, Gramsci a Roma, Togliatti a Mosca. Il carteggio del 1926, Torino, Einaudi, 1999, p. 34-4 (...)

241926 fut aussi l’année où se consomma la rupture entre Joseph Staline et Amadeo Bordiga. L’émigration politique en URSS fut sûrement affectée par la grave division qui apparut dans le Parti le 22 février, avec un dur affrontement verbal entre les deux hommes13. Un véritable contentieux vit alors le jour entre le PCI et l’internationale communiste par l’intermédiaire de PalmiroTogliatti, alors représentant italien auprès de cette dernière : fallait-il envoyer Amadeo Bordiga à Moscou pour travailler à son comité exécutif ?

  • 14 D. Corneli, Il dramma dell’emigrazione italiana in Unione Sovietica, Tivoli, 1980, p. 15-28.

25Dans les années 1920, puis en 1930, lors de l’autre grande crise qui traversa le PCI et qui se solda par l’expulsion d’Alfonso Leonetti, Pietro Tresso et Paolo Ravazzoli, les émigrés politiques italiens abordaient librement les thèmes faisant débat dans le Parti, et les affrontements furent nombreux14. Certains émigrés prirent parfois des positions en désaccord avec la ligne officielle du PCI et de la VKP (b). Chaque mot, commentaire ou critique fut soigneusement enregistré et gardé en mémoire : la position personnelle d’un grand nombre d’émigrés se trouva compromise à jamais par le simple fait d’avoir exprimé librement leur opinion des années plus tôt.

26Trois ans après, avec la victoire de Staline au sein du groupe dirigeant du Parti et le lancement du premier plan quinquennal, les conditions de vie de l’ensemble de la population empirèrent de façon draconienne, et celles des étrangers vivant en URSS firent de même. L’écart alla croissant entre les italiens. D’un côté, ceux qui jouissaient du statut d’émigré politique, coiffés par la MOPR dont ils recevaient des aides et des subventions et grâce à laquelle ils bénéficiaient d’une carte permettant d’acheter des produits dans des magasins spéciaux mieux approvisionnés et obtenant aussi plus facilement le renouvellement de leur permis de séjour ; de l’autre ceux qui ne bénéficiaient pas de cette position privilégiée.

  • 15 Sur le changement dans la vie des émigrés, cf. le témoignage de P. Piccioni in Compagno Silenzio. (...)
  • 16 Avec le kolkhoze arménien, le kolkhoze Sacco et Vanzetti était connu pour son niveau élevé de prod (...)
  • 17 « La Russia vista dai contadini italiani espulsi dal paese di Kerč », in Popolo d’Italia, 12 septe (...)
  • 18 L’instituteur était même rétribué par les organes locaux du Parti.

27La vie changea pour ceux qui vivaient dans les campagnes comme pour ceux qui résidaient dans les villes15. À Kerč, les italiens créèrent un kolkhoze modèle et lui donnèrent le nom de Sacco et Vanzetti ; le club de Moscou en prit bientôt le parrainage, y envoyant des camarades tenir conférences et réunions. On y envoya aussi des machines agricoles et, grâce à l’intervention de Moscou, on attribua au kolkhoze 120 hectares supplémentaires de terre à cultiver, sur un total de presque 1 000 hectares16. Le lien étroit avec Moscou, qui se maintint jusqu’en 1935 lorsque le club fut dissous – le kolkhoze passa sous le contrôle direct des organisations locales de la VKP (b) – entraîna cependant de nombreuses complications à l’heure où le contrôle du régime soviétique sur chaque manifestation de la vie sociale et politique du pays se faisait de plus en plus étroit. Une des tâches des militants communistes se rendant alors à Kerč était de convaincre les italiens de venir travailler dans le kolkhoze et aussi de commencer par exercer une surveillance plus étroite sur leur conduite politique. L’action du PCI était contrecarrée par le consul italien d’Odessa, qui durant ces mêmes années encourageait le rapatriement des jeunes italiens en leur proposant de revenir faire leur service militaire en Italie, en contrepartie de promesses d’avantages matériels17. Mais la présence du PCI trouvait un terrain favorable du fait du lien entre la vie de la communauté italienne et du kolkhoze d’une part et les organes locaux du Parti de l’autre. c’était en effet le comité local de la VKP (b) qui était censé donner son aval tant à l’instituteur devant enseigner à l’école des enfants italiens (où, au début des années 1930, l’on commença à enseigner uniquement en russe) qu’aux représentants envoyés à Kerč par le club de Moscou pour surveiller le travail et aussi les humeurs de la communauté italienne18.

  • 19 G. Kessler, « The Passport System and State control over Population Flows in the Soviet union, 193 (...)

28Si, dans les campagnes, la vie se transforma avec la collectivisation, pour les Italiens vivant dans les villes, la situation commença à changer après deux événements dont l’un était lié directement à cette collectivisation et l’autre à l’évolution de la politique de Staline tributaire des modifications de la situation internationale. Le 27 décembre 1932, le Politburo adopta un décret obligeant les citoyens de plus de seize ans résidant dans un certain nombre de villes – Moscou, Leningrad, Char’kov, Kiev, Minsk, Rostov et Vladivostok et la mesure fut, courant 1933, étendue à d’autres centres urbains – à demander un passeport et à le faire enregistrer par la police, s’ils voulaient obtenir leur permis de résidence (propiska) et trouver du travail. Ceux que l’on surprenait sans passeport dans des localités où ce système était en vigueur étaient punis d’une amende pouvant aller jusqu’à 100 roubles. Le 14 janvier 1933, le décret entra en vigueur, avec en annexe une partie secrète spécifiant les catégories auxquelles passeport et propiska devaient être a priori refusés : éléments non productifs, kulakì, autrement dit paysans aisés, lišency (citoyens privés de droits), ceux qui avaient des antécédents pénaux et même les réfugiés étrangers ne jouissant pas du statut d’émigré politique19. La mesure visait pour l’essentiel à empêcher la population de se déverser dans les villes pour échapper à la famine et à la misère des campagnes. Mais pour les étrangers, il s’agissait d’un changement fondamental : ceux qui n’étaient pas émigrés politiques étaient privés de la possibilité de travailler et de vivre dans les grands centres urbains ; les émigrés politiques, en revanche, pouvaient obtenir un passeport, mais cela signifiait perdre définitivement la nationalité italienne et devenir, à tout point de vue, des citoyens soviétiques. Ce décret suscita de vives discussions au sein du club des émigrés de Moscou, car beaucoup ne voulaient pas prendre la nationalité soviétique, car ils savaient que cela impliquait de ne plus jamais pouvoir rentrer en Italie.

  • 20 Pour une analyse fine de ces changements, cf. M. Lewin, The Making of the Soviet Union. Essays in (...)
  • 21 La proverka fut tout de suite suivie, dans la première moitié de 1936, par une restitution des car (...)
  • 22 H. H. Shröder, « Upward social Mobility and Mass Repression : the Communist Party and Soviet Socie (...)
  • 23 B. A. Starkov, « Narkom Ežov », in J. A. Getty et R. T. Manning (dir.), Stalinist Terror, New Pers (...)

29Tout cela coïncida avec un autre tournant important dans la politique intérieure soviétique, destiné lui aussi, à avoir des répercussions sur la vie des italiens : en 1933, le groupe dirigeant stalinien décida de procéder dans le parti à une čistka (nettoyage), qui frappa même les italiens, à partir du moment où ils avaient adhéré au VKP (b). La čistka était une réaction à l’éclatement brutal de la structure sociale, entraîné par la collectivisation forcée qui avait contraint un grand nombre de paysans à abandonner les campagnes et à s’établir dans les centres urbains en quête de travail20. Les transformations en cours ne tardèrent pas à frapper de manière inattendue et incontrôlée le Parti bolchevique lui-même. En deux ans, en 1929 et 1930, les nouveaux inscrits atteignirent les deux millions. Cette augmentation, qui modifia en profondeur la composition sociale du Parti, imposa une réorganisation des organes de base, mais, en dépit des efforts prodigués, il s’avéra quasiment impossible de contrôler avec efficacité une organisation ayant connu une expansion aussi rapide. Le Parti dut même admettre son incapacité à enregistrer les nouveaux inscrits. Dans ces conditions, la čistka apparaissait comme le seul moyen de faire face à l’immense confusion qui s’était créée. Presque en même temps, on approuva aussi l’idée d’une proverka,à savoir une vérification des cartes de parti, qui démarra en mai 193521. En vertu de ces mesures, on éloigna de la VKP (b) quelque 1 600 000 inscrits22 en l’espace de deux ans, alors que, dans le même laps de temps, l’admission de nouveaux membres fut très limitée et discontinue. De façon indiscutable, les deux révisions avaient été programmées dans le but principal de mettre une fin à la confusion créée par les nouvelles inscriptions du début des années 1930. Il est tout aussi certain, cependant, qu’au fur et à mesure que le temps passait, toute l’opération prit une connotation politique bien nette. Surtout, la čistka, qui à ses débuts visait plutôt les inscrits inactifs et incapables, se transforma bientôt en outil redoutable pour frapper les opposants, et cela tout particulièrement après l’assassinat de Kirov et la campagne lancée contre le groupe de Zinoviev et Kamenev23. Ce n’est pas un hasard si les archives du Komintern sur les émigrés politiques italiens font état du nombre d’individus qui avaient été l’objet de la čistka, en d’autres termes qui avaient été, ne serait-ce que temporairement, exclus du Parti bolchevique.

  • 24 S. Pons, Stalin e la guerra inevitabile, 1936-1941, Torino, Einaudi, 1995.
  • 25 C’est ainsi que les Soviétiques définissaient les communautés formées de descendants d’émigrés de (...)

30En outre, la montée d’Hitler au pouvoir et auparavant l’occupation de la Mandchourie par le Japon, persuadèrent Staline du danger d’une guerre sur deux fronts et, par conséquent, de la vulnérabilité militaire du pays et aussi de celle, politique, de son propre leadership24. Depuis, la xénophobie qui, de façon plus ou moins voilée, avait toujours caractérisé le régime, éclata au grand jour. Dès les années 1920, avaient été étiquetés comme dangereux tous ceux qui, en raison justement de leurs liens avec l’étranger, pouvaient représenter une sorte de « cinquième colonne ». Au début, cependant, cette catégorie d’ennemis ou plutôt d’ennemis potentiels était relativement peu étendue et les occasions avaient été nombreuses où, au contraire, les « nationalités de la diaspora » de plus vieille date avaient été « utilisées » pour miner politiquement les États limitrophes ou même, plus simplement, pour faire de la propagande autour des succès obtenus dans le pays des Soviets25. Après 1933, les « nationalités de la diaspora » et tous les étrangers, Italiens compris, vivant en URSS devinrent « l’ennemi ». L’assassinat de Kirov, en décembre 1934, ne fit qu’aggraver cette situation.

31Les années les plus sombres de l’histoire de la communauté italienne en URSS s’approchaient à grands pas. De 1935 à 1939, de nombreux émigrés, hommes et femmes, furent internés dans les camps les plus tristement célèbres du système concentrationnaire soviétique, et dans d’autres moins connus, disséminés dans les régions les plus éloignées de l’immense territoire russe. Dans les camps du nord-ouest (Vorkuta, Uchta-Pečora, Inta, Viatka, les îles Solovki) et des régions centrales (Karaganda ou Krasnoiarsk), dans les lagers de Sibérie nord-orientale, lieux de désolation et de mort, disparurent au moins 100 des quelque 140 Italiens tombés victimes de la terreur stalinienne. Au total, on a pu trouver trace de leur présence dans 27 camps dans lesquels ils furent emprisonnés, et dans 19 localités de relégation ou lieux de déportation.

32Beaucoup d’autres ne parvinrent jamais ni aux camps de transit ni à plus forte raison aux destinations finales : quelque 110 Italiens, en effet, notamment dans les années de la Grande Terreur, (1937-1938), périrent fusillés tout de suite après leur arrestation, souvent sans le moindre procès. Nombre de corps reposent dans les fosses communes de Butovo ou de la Kommunarka aux environs de Moscou, découvertes il y a seulement quelques années.

  • 26 C’est ce qui ressort d’une recherche de longue haleine dans les archives ex-soviétiques, dont les (...)
  • 27 Les quelque 500 biographies des italiens de déportés Kerč ont pu être reconstituées grâce aux rech (...)

33Dans l’ensemble, quelque 1020 italiens firent l’objet de formes diverses de répression au sens large entre 1919 et 195126 : exécutions, internement en camp de concentration, relégation, déportation, privation de droits civils, perte du travail, marginalisation. Au moins 110 furent exécutés, 140 condamnés aux travaux forcés, une cinquantaine fit l’expérience de la relégation. En outre, en l’état actuel des recherches, il est avéré que plus de 550 membres de la communauté italienne des villes de Kerč et de Mariupol’furent déportés en 1942 dans le nord du Kazakhstan, en tant que citoyens soviétiques de nationalité italienne et ce parce que l’Italie était alors en guerre avec l’URSS27.

Notes

1 Cette contribution reprend sous une forme légèrement modifiée le chapitre 1 de E. Dundovich et F. Gori, Italiani nei lager di Stalin, Bari, Laterza, 2006. Nous remercions l’éditeur Laterza pour en avoir autorisé la publication dans le présent volume.

2 Parmi les italiens actifs dans le commerce, les mariages mixtes étaient plus fréquents, alors qu’ils étaient presque inconnus dans les familles de paysans et de marins. La langue, cependant, fut petit à petit abandonnée mais non les traditions culinaires, ni les contes de fées et les chansons. cf. V. F. Šišmarev, « Ital’janskaija emigracija v XIX », in Romanskie poselenija na juge Rossii, Leningrad/Moskva, Nauka, 1975, p. 167.

3 Sur Kerč, cf. aussi G. Vignoli, « Gli italiani in Ucraina, Russia, Kazachistan », in Gli italiani dimenticati. Minoranze italiane in Europa, Milan, Giuffré, 2000. D. Corneli, Lo stalinismo in Italia e nell’emigrazione antifascista, Tivoli, Quinto libro, 1981, p. 25-34.

4 Y habitaient des Grecs, arrivés dans les années 1870 depuis la Crimée musulmane, des Ukrainiens, des russes, des Bulgares, des Allemands et des italiens.

5 Même à 12 km d’Essentuki, il y avait une petite colonie agricole dénommée Italiana, devenue ensuite Verbljudogoskaja. En amont, un appel publié en Italie en 1896, offrant des parcelles de terre gratuites aux personnes prêtes à se lancer dans la culture des vignes et des arbres fruitiers. Quelques familles originaires de Latisana, Côme, Milan, et du Tessin, répondirent à l’appel et au début du xxe siècle, 100 familles environ s’établirent dans cette localité : cf. V. F. Šišmarev, « Ital’janskaija emigracija… », op. cit., p. 168-171.

6 L’organisation internationale de secours aux combattants de la révolution (Meždunarodnaja organizacija pomošči borcam revoljucii, MOPR), connue hors d’union soviétique sous le nom de Secours rouge international (SRI), avait été créée à la fin de 1922 en application d’une décision du IVe congrès de l’internationale communiste. Le Sri voulait offrir une aide matérielle, juridique et morale aux prisonniers politiques, aux émigrés politiques et à leurs familles, ainsi enfin qu’aux familles des révolutionnaires tombés ; et cela sans considération de leur parti d’appartenance. En 1932, le Sri comptait 70 sections nationales pour un total de quelque 14 millions de personnes (9,7 étaient affiliées à la MOPR de l’URSS, dont la contribution au fond d’aide aux victimes de la terreur contre-révolutionnaire était la plus importante). Fin 1937, la direction de la MOPR fut transférée de Moscou à Paris. Au début de la Seconde Guerre mondiale, son activité internationale fut interrompue, mais la section soviétique survécut jusqu’en 1947 : cf. W. J. Chase, Enemies within the Gates ? The Comintern and the Stalinist Repression, 1934-1939, New-Haven, London, Yale University Press, 2001, p. 106-108 et 113-134.

7 E. Dundovich, F. Gori, E. Guercetti, « L’emigrazione italiana in URSS : storia di una repressione », in E. Dundovich, F. Gori et E. Guercetti, Gulag, storia e memoria, Milano, Feltrinelli, 2004, p. 192.

8 Ibidem, p. 192-195.

9 La dépendance était tellement étroite que le groupe dirigeant du PCI en Italie lui-même finit par s’en plaindre. Le 13 février 1925, dans une lettre adressée au Groupe des émigrés, il faisait remarquer que « […] il nous semble que dans le développement de votre activité, vous vous souciez de soumettre à notre décision même les moindres questions à caractère organisationnel que vous êtes censés résoudre vous-mêmes sur place sans attendre des décisions de notre part que la plupart du temps nous ne sommes même pas en mesure de prendre en suffisante connaissance de cause », ibid., p. 193.

10 E. Dundovich, F. Gori et E. Guercetti (dir.), Reflections on the Gulag with a documentary Appendix on the Italian Victims of Repression in the USSR, Annali della Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, Anno XXXVII, 2001, Milan, Feltrinelli, 2003, p. 538.

11 L’antique ville de Sergev, appelée, depuis 1992, Posad comme autrefois, a été des siècles durant le plus grand centre religieux de toute la Russie en raison de la présence d’un monastère très célèbre connu sous le nom de « Trojce-Sergeeva Lavra », fondé au xive siècle par Sergueï de Radone.

12 cf. aussi F. Bigazzi, G. Lehner, Dialoghi del Terrore, Firenze, Ponte alle Grazie, 1991. A. Agosti, L. Brunelli, « I comunisti italiani nell’URSS, 1919-1943 », in M. Ilardi et A. Accornero (dir.), Il Partito comunista italiano. Struttura e storia dell’organizzazione 1921-1979, Annali della Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, Anno XXI, 1981, Milano, Feltrinelli, 1982, p. 1007-1028.

13 G. Vacca, Gramsci a Roma, Togliatti a Mosca. Il carteggio del 1926, Torino, Einaudi, 1999, p. 34-41.

14 D. Corneli, Il dramma dell’emigrazione italiana in Unione Sovietica, Tivoli, 1980, p. 15-28.

15 Sur le changement dans la vie des émigrés, cf. le témoignage de P. Piccioni in Compagno Silenzio. Una vedova italiana del Gulag racconta, Milano, Leonardo, 1989, p. 51.

16 Avec le kolkhoze arménien, le kolkhoze Sacco et Vanzetti était connu pour son niveau élevé de productivité.

17 « La Russia vista dai contadini italiani espulsi dal paese di Kerč », in Popolo d’Italia, 12 septembre 1937.

18 L’instituteur était même rétribué par les organes locaux du Parti.

19 G. Kessler, « The Passport System and State control over Population Flows in the Soviet union, 1932-1940 », Cahiers du monde russe, avril/décembre 2001, n° 42/234, p. 477-504.

20 Pour une analyse fine de ces changements, cf. M. Lewin, The Making of the Soviet Union. Essays in the social Theory of interwar Russia, New York, Pantheon Books, 1985.

21 La proverka fut tout de suite suivie, dans la première moitié de 1936, par une restitution des cartes du Parti à ceux qui avaient passé avec succès les contrôles prévus. Les historiens occidentaux considèrent cette dernière étape comme particulière et parlent par conséquent de trois opérations de révision menées par le comité central. Les historiens soviétiques en revanche parlent de deux campagnes d’épuration, en présentant comme une séquence unique la vérification et la redistribution des cartes. Cf. B. Unfried (B.), « Kritik und Selbskritik » in B. Studer, B. Unfried, Der stalistische Parteikader, Identitätstiftende Praktiken und Diskurse in der Sowietunion der dreissiger Jahre, Köln/Weimar/Wien, Böhlau Verlag, p. 122-248.

22 H. H. Shröder, « Upward social Mobility and Mass Repression : the Communist Party and Soviet Society in the Thirties », in N. Lampert et G. T. Rittersporn (dir.), Stalinism : its Nature and Aftermath, London Macmillan, 1992, p. 161-167.

23 B. A. Starkov, « Narkom Ežov », in J. A. Getty et R. T. Manning (dir.), Stalinist Terror, New Perspectives, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 24-28.

24 S. Pons, Stalin e la guerra inevitabile, 1936-1941, Torino, Einaudi, 1995.

25 C’est ainsi que les Soviétiques définissaient les communautés formées de descendants d’émigrés de l’époque tsariste. La communauté la plus connue et la plus nombreuse était peut-être celle des Allemands de la Volga. cf. T. Martin, The Affirmative Action Empire. Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, Ithaca-London, Cornell University Press, 2001.

26 C’est ce qui ressort d’une recherche de longue haleine dans les archives ex-soviétiques, dont les résultats peuvent être consultés on line sur le site internet, www-gulag-italia-it. Les notices biographiques des victimes italiennes de la terreur d’État soviétique qu’on y présente ont été publiées également dans la seconde partie de E. Dundovich, F. Gori et E. Guercetti (dir.), Reflections on the Gulag, op. cit.

27 Les quelque 500 biographies des italiens de déportés Kerč ont pu être reconstituées grâce aux recherches dans les archives de Sinfiropolis et au précieux témoignage livré par Margherita Le conte. Le chiffre global fut cependant certainement plus important.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540