Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Deuxième partie. Les Petites Italies au miroir de la diversité italienne

Italiens et Arméniens de la Drôme (1918-1939)

Jean-Luc Huard

Volltext

  • 1 La Drôme occupe la soixantième place dans l’accueil des étrangers en 1926 selon G. Mauco, Les étra (...)

1La Drôme n’est pas un grand département d’immigration1. Elle n’est ni industrielle, ni réellement agricole, nous ne sommes pas ici dans le Nord et l’Est de la France avec ses mines de charbon ou dans le Sud-Ouest du pays avec son agriculture. C’est un lieu de passage comme le montre, à titre d’anecdote, la brève venue du duc de Valentinois, César Borgia, le fils du pape Alexandre VI, à la fin du xve siècle. L’appartenance du Valentinois et du diois aux Borgia n’a pas fait de la région une grande terre d’immigration transalpine. Cependant, des Italiens sont installés ici depuis des années, voire des siècles.

2Au début du xxe siècle la présence d’étrangers dans le département est attestée par les recensements. Avant la Première guerre mondiale, le recensement de 1911, montre qu’ils ne représentent que 0,75 % de la population totale, relevant de 27 nationalités : Belges, Suisses, allemands, Espagnols… et Italiens. Les Transalpins sont les plus nombreux et représentent plus de 70 % des étrangers du département. Les pertes humaines dues à la Grande Guerre entraînent de nouvelles vagues d’immigration, surtout à partir du milieu des années 1920. En 1921, le taux d’étrangers dans le département est toujours inférieur à 1 % mais les différents recensements indiquent que ce taux a doublé en 1926 et triplé dix ans plus tard. Parmi la quarantaine de nationalités représentées sur le territoire drômois figurent des Polonais et des arméniens, nouveaux arrivants dans le département. Les Italiens sont toujours majoritaires mais les réfugiés arméniens deviennent de plus en plus nombreux au point de devenir numériquement le second groupe d’étrangers de la Drôme et le premier à Valence. Ces deux groupes vont s’accroître et vivre ensemble, principalement dans les villes de Valence et de romans, mais vont-ils former deux communautés distinctes dans des quartiers ethniques différents avec une « petite Italie » et une « petite Arménie », regroupant chacune de ces deux « colonies » comme les appelait alors la préfecture de la Drôme ? Une approche comparée permet de mieux caractériser chaque communauté dans son milieu d’accueil.

Des structures démographiques différentes

3Le nombre d’Italiens est en constante augmentation entre 1911 et 1936, sauf dans l’immédiat après-guerre. Plusieurs Italiens ont en effet rejoint l’armée italienne et tous ne sont pas revenus des combats, d’autres sont restés dans leur pays d’origine ou sont revenus en France et dans la Drôme. Entre 1911 et 1926 le nombre d’Italiens a pratiquement doublé pour atteindre 3 586 personnes auxquelles il faut ajouter plus de 900 Italiens naturalisés français.

4L’originalité du département est l’arrivée massive d’arméniens. Aucun n’est installé dans la région avant la guerre mais leur nombre augmente de 16 à 1236 personnes entre 1921 et 1926. dix ans plus tard, 2640 arméniens, dont 441 naturalisés, sont présents dans le département.

Étrangers, Italiens et Arméniens installés dans la Drôme d’après les listes nominatives de recensements

Étrangers, Italiens et Arméniens installés dans la Drôme d’après les listes nominatives de recensements

5Hormis la différence quantitative, il est à noter que chez les Transalpins, il y a plus d’hommes que de femmes, en particulier dans la tranche d’âge de 21 à 65 ans (200 hommes en plus) en 1926. Cette différence s’accroît en 1936 avec 700 hommes. Cependant, il y a parité pour les groupes de 1 à 20 ans et les plus de 65 ans. Cette différence entre les classes de 21 à 65 ans s’explique par le fait que des hommes viennent d’abord travailler seuls avant d’être rejoints par leurs familles. Ce schéma ne correspond pas à celui des arméniens. En 1926 il y a plus de femmes que d’hommes. L’écart est cependant faible : 10 femmes de plus. En revanche, les plus de 65 ans sont quasiment absents et le nombre d’enfants est très important, avec 500 enfants pour 700 adultes. Dix ans plus tard cette tendance s’inverse et les hommes deviennent plus nombreux que les femmes, les enfants de 1926 ayant grandi.

6Le nombre plus élevé de femmes chez les arméniens s’explique par les massacres de 1915 d’hommes de plus de 20 ans. De nombreux enfants ont transité par les orphelinats de Grèce, du Liban et de Syrie avant de venir en France. Une des premières associations arméniennes fondées à Valence concerne d’ailleurs ces orphelins et a pour nom les Orphelins majeurs. Elle a été créée en 1928.

Deux motivations différentes

7Comme partout en France, les plus nombreux, près d’un quart des Transalpins, sont les Piémontais natifs de Biella, de Cuneo et des environs de Turin. Plus de 15 % émigrent de Lombardie, principalement de Cismon, de Grappa ou encore de San Giovanni Bianco près de Bergame et de Vénétie, plus particulièrement de Trévise et de Vicence. Les autres arrivent des Marches (régions de Pesaro et de Fossombrone) et de Toscane (régions de Lucques, de Pise et d’Arezzo). À partir du milieu des années 1920, des Frioulans d’Udine et de Pordenone s’ajoutent à ces émigrants. Très peu d’Italiens arrivent du Mezzogiorno et seules quelques familles émigrent de Campanie, de Basilicate (Maratea) et de Sicile. La plupart des Transalpins émigrent pour trouver des conditions de vie meilleures qu’en Italie mais quelques-uns quittent leur pays afin de fuir le régime fasciste de Mussolini.

Régions de provenance en Italie.

8Les Piémontais transitent en général par Modane. C’est dans cette ville, au pied du col du Mont Cenis, que des Italiennes, embauchées en Italie pour travailler dans les soieries du sud de la Drôme, prennent les cars affrétés par ces entreprises. D’autres Transalpins viennent par Nice et Marseille avant de remonter la vallée du Rhône jusqu’à Montélimar, Valence et Romans.

  • 2 Appelé par les Arméniens, Kharpert.

9C’est ce dernier trajet que suivent les arméniens. Exilés d’abord au Proche-Orient et en Grèce, ils quittent leurs premiers refuges à cause des difficultés de la vie, principalement pour les États-Unis et la France. Débarqués dans le port phocéen, ils arrivent ensuite à Valence en s’arrêtant souvent au gré des emplois trouvés sur leur chemin. La plupart des arméniens viennent de l’Anatolie orientale, des provinces de Kharpout2 et de Malatia. D’autres sont natifs de Constantinople, d’angora, de Brousse et de Cilicie.

Régions d’origine des Arméniens recensés dans la Drôme en 1936 d’après les listes nominatives de recensement

Régions d’origine des Arméniens recensés dans la Drôme en 1936 d’après les listes nominatives de recensement
  • 3 Le traité de Lausanne en 1924 – il annule celui de Sèvres qui devait créer un Etat pour les Arméni (...)

10Une première constatation s’impose. Si les Italiens connaissent une immigration de proximité et ont toujours la possibilité de revenir dans leur pays, ce n’est pas le cas des arméniens. En effet, le retour chez eux est interdit ; une inscription le stipulant étant souvent apposée sur les passeports des exilés. Les arméniens sont des apatrides, des réfugiés, qui ont dû quitter leur pays pour des raisons politiques et qui n’ont d’autres États que ceux qui les accueillent, même si, dans l’entre-deux-guerres, certains pensent encore retourner en Anatolie3.

Entre dispersion et regroupement, des modalités d’installation différentes

11Les Italiens et les arméniens se dispersent dans plusieurs communes du département qui en compte 378. Si les Transalpins sont disséminés dans 152 d’entre elles en 1926 puis dans 206 en 1936, les arméniens se regroupent dans 29 puis 33 communes. dans les deux cas, le travail est un facteur déterminant dans le choix du lieu d’installation.

  • 4 Y compris quelques hommes.

12Pour les Transalpins, on distingue plusieurs groupes socioprofessionnels. L’un est constitué par les Italiennes venues travailler dans la soie comme fileuses et tisseuses. Elles se retrouvent dans les moulinages situés dans la moitié sud du département : Crest, Aouste sur Sye, Taulignan, Livron… et surtout Saillans où 66 Italiennes travaillent dans les établissements Naëf. Elles sont logées dans des « dortoirs-couvents » et n’ont, en principe, pas le droit de sortir. En 1911, 28 % des actifs4 ont un emploi dans les soieries ; il n’y en a plus que 3 % en 1936 : la crise du textile est passée par là. La fin des contrats, les licenciements et la fermeture des moulinages n’ont pas entraîné un départ des Italiennes vers les villes du département. Peu s’installent en effet définitivement dans la Drôme et sans doute retournent-elles en Italie une fois sans travail. Seules quelques-unes restent, en particulier celles qui se marient avec des Français.

  • 5 P. Hanus, « Le traiettorie spaziali degli emigranti bergamaschi » in Carbonai e boscaioli. L’emigr (...)
  • 6 P. Hanus, op. cit., p. 254 et recensements de 1931 et 1936 de Saint-Jean-en-Royans.

13Un autre groupe comprend les bûcherons et charbonniers. Ils travaillent dans les villages disséminés dans le massif du Vercors. Ils exercent leur métier à Bouvante, dans le Royans et dans le diois. Pour ces travailleurs de la forêt, « l’aventure de l’émigration se décline de deux manières : un mouvement passager et souvent cyclique correspondant au temps de la saison, qui se termine par un retour au pays natal, et un second mouvement conçu comme définitif, en vue d’une intégration progressive au pays d’accueil5 ». Pour beaucoup, le retour au pays est effectif mais certains, après un bref retour au pays, reviennent vivre définitivement dans le Vercors, telle la famille Locatelli. Le père est arrivé en 1909, accompagné de ses deux fils, Louis et Gaspard. Après quelques campagnes d’été dans la forêt, ils regagnent l’Italie en 1914. En 1922, Louis revient définitivement dans le Vercors avec sa famille. Leur périple dans le Vercors les emmène dans diverses communes iséroises de la région pour finalement s’installer dans la Drôme à Saint-Jean-en-Royans où ils rejoignent la centaine d’Italiens qui y demeurent. Ils y sont encore en 19366.

  • 7 À Bouvante, les travaux sont dirigés par un ingénieur arménien, un des très rares qui ne soit pas (...)

14Ces deux premiers groupes professionnels illustrent la mobilité des Italiens. Ils vont d’une commune à l’autre, d’une soierie ou d’un chantier forestier ou de charbonnage à un autre. Cela se vérifie aussi par la présence d’Italiens sur des chantiers particuliers comme la construction de barrages, par exemple celui de Châteauneuf-sur-Isère, qui recrutent aussi des Espagnols et même des Chinois, ainsi que ceux de Pizançon et de Bouvante7.

Chantier forestier du Grand Creux, Saint-Agnan-en-Vercors vers 1920. Coll. famille Rovarino.

  • 8 Enquête sur les étrangers occupés dans l’agriculture dans la Drôme au 1er décembre 1926. Archives (...)

15Certains sont agriculteurs. En 1926, les propriétaires, les fermiers et les métayers représentent 68 % des exploitants étrangers. Par contre, les ouvriers agricoles ne représentent que 45 % de leurs homologues étrangers8. Ils s’installent principalement dans les villages de la Drôme provençale, entre Montélimar et le Vaucluse, et aux alentours de Valence et de romans, ce qui contribue à leur dispersion.

16Le dernier groupe comprend les manœuvres, les ouvriers et les artisans. Ils résident pratiquement tous en ville : Saint-Jean-en-Royans, Montélimar. C’est à romans et à Valence que se concentrent les Italiens ; 10 % des Transalpins demeurent dans ces deux villes. Ce sont surtout des maçons et des cimentiers qui représentent 20 % de la population active italienne en 1936. De nombreuses entreprises de travaux publics sont italiennes. Citons les Baïetto, les Molinari et les Zumaglini à romans, les Passera à Valence, entreprises qui embauchent autant de Français que d’Italiens. À romans, la chaussure et la chapellerie recrutent aussi des étrangers, principalement des Italiens.

  • 9 ADD 56 J 404. C’est Antranik Nalbandian qui a souligné la phrase : « Elles préfèrent les grandes v (...)
  • 10 D’où leur réputation d’artisans et de commerçants.

17Quant aux arméniens, ils trouvent, dès leur arrivée dans la Drôme, du travail dans les mêmes entreprises de moulinage que les Italiens mais ils cherchent très rapidement à rejoindre Valence. Au contraire des Italiens, c’est dans les villes qu’ils s’installent. Un recruteur arménien, Antranik Nalbandian, répond en 1927 ainsi à M. rey, patron d’une soierie de Crest qui se plaint de ne plus avoir d’ouvrières en soie chez lui : « Malgré les recherches que j’ai faites, je n’ai pas pu trouver jusqu’ici des ouvrières connaissant travailler la soie et consentant de venir travailler à la campagne ; elles préfèrent les grandes villes, c’est une maladie chez mes compatriotes9. » Le travail de la soie et surtout l’agriculture, pourtant la principale occupation des arméniens avant le génocide de 1915, n’attirent guère ; c’est dans l’industrie qu’ils cherchent des emplois. Ils travaillent comme manœuvres dans les entreprises de Valence, de romans et de Montélimar, communes qui regroupent 89 % des arméniens. À partir de la crise économique des années 1930, ils subissent, plus que les autres étrangers, la loi de 1932 sur le contingentement des étrangers dans les entreprises françaises. Que faire alors ? Ne pouvant, comme les Italiens, retourner chez eux, ils gagnent alors difficilement leur vie comme artisans, petits commerçants et marchands ambulants10.

  • 11 Yves Lequin (dir.), Histoire des étrangers et de l’immigration en France, Paris, Larousse, 1992, p (...)

18« C’est au cœur des villes que s’individualisent des quartiers étrangers […] parce que, évidemment, on profite de la médiocrité des loyers des zones de taudis que les Français évitent11. » Cette affirmation d’Yves Lequin est-elle valable pour les Italiens et les arméniens des trois plus grandes villes du département ?

19Dans la Drôme, treize communes comptent plus de 40 Transalpins et quatre en recensent plus de 100 : Crest, Montélimar, romans et Valence. Seules ces trois dernières villes hébergent plus de 100 arméniens, six en comptent entre 10 et 40. À romans, on retrouve pratiquement tous les étrangers, Italiens et arméniens, réunis dans la vieille ville entre l’Isère, le cours Bonneveaux et la place Jean Jaurès, en particulier dans les rues Saint-Nicolas, Bistours, Pêcherie… À Montélimar, tous les arméniens habitent dans la ville ancienne alors qu’on y trouve seulement un tiers des Italiens, les autres étant disséminés dans plusieurs quartiers périphériques de la ville.

  • 12 J.-L. Huard, « L’arrivée des Arméniens dans la Drôme, des années 1920 à 1940 », La Revue Drômoise, (...)

20À Valence, 23,5 % des Italiens demeurent dans la vieille et la basse ville. Les autres sont répartis dans plusieurs quartiers différents : Châteauvert, Polygone, Saint-Jacques, Valensolles… Ils sont embauchés par des entrepreneurs du bâtiment de nationalité ou d’origine italienne. Les arméniens se retrouvent dans deux quartiers, la vieille ville et Fontlozier, à la périphérie de la cité. Dans l’entre-deux-guerres, la vieille ville abrite près de 90 % de leur communauté. Ainsi, des rues deviennent complètement arméniennes, telles que la rue Balthazar Baro où, en 1936, 104 des 107 habitants sont des arméniens. La rue Bouffier est la rue des arméniens ; 266 y habitent dont 52 au seul n° 2412.

Plan Valence 1936 (Italiens et arméniens).

21Pourquoi cette installation massive en ville ? À quoi correspond la « maladie » dénoncée par Antranik Nalbandian ? D’une part, en raison du travail mieux payé que dans les campagnes et, d’autre part, pour répondre au désir pressant de rejoindre la famille et de se regrouper avec les arméniens déjà présents dans la ville. En dehors du travail, la volonté de vivre ensemble est déterminante dans le choix du lieu de l’habitat, au-delà des prix des loyers très accessibles dans ces quartiers à la limite de l’insalubrité à l’époque.

Un comportement individuel et associatif différent

22Compte tenu de l’implantation de ces groupes à romans et à Valence, on aurait pu s’attendre à trouver des quartiers italiens et arméniens. Mais y a-t-il une vie communautaire ?

  • 13 AD de l’Isère, 58 M 32.
  • 14 ADD 4 M 339.
  • 15 P. Videlier, « Les Italiens de la région lyonnaise », Les Italiens de France de 1914 à 1940, sous (...)
  • 16 Témoignage d’Elvio Segatto, de Romans.
  • 17 La Liberta, 28 juillet 1927, cité par E. Vial, Une organisation antifasciste en exil, la Ligue ita (...)
  • 18 E. Vial, « Le projet Marius Moutet de statut des étrangers et les exilés antifascistes italiens de (...)
  • 19 La Voce degli Italiani, 10 septembre 1937, cité par E. Vial, L’Union populaire italienne, une orga (...)
  • 20 Témoignage d’Antoine Plan qui fut, après guerre, secrétaire de la section du Parti communiste de l (...)

23Pour les Italiens, rien ne le confirme. Il n’y a pas de lieux de rencontre particuliers : très peu de commerçants, aucun regroupement, ni fanfares ni autres associations culturelles ou philanthropiques, comme il en existe à Grenoble par exemple13. Quelques rassemblements ont bien été créés à la fin des années 1920 et dans la décennie 1930 mais il s’agit de tentatives sans lendemain, comme la Société italienne de secours mutuel de romans et Bourg-de-Péage créée en 192614, ou une section fasciste à romans, dépendant de Lyon15. Cette dernière rencontre peu de succès et seules quelques familles y adhèrent pour envoyer leurs enfants en camps de vacances en Italie sur les bords de l’adriatique, plus par attrait de la gratuité totale que par idéologie16. Une section de la Ligue italienne des droits de l’homme, la LIDU, a certes été créée en 192717 mais « la section valentinoise de la LIDU a des difficultés à exister, […] elle semble végéter18 ». Elle n’a en fait regroupé que quelques personnes, tout comme l’union populaire italienne, l’UPI, fondée en 193719. Au Parti communiste drômois où une section étrangère existe, il n’y a que trois ou quatre Transalpins inscrits dans les années 193020.

Communes de la Drôme accueillant Italiens et Arméniens en 1936 d’après les listes nominatives de recensement.

  • 21 L’Église apostolique arménienne représente près de 90 % des Arméniens dans la Drôme, les 10 % rest (...)

24Cette vie associative, les arméniens l’ont voulue. La volonté de maintenir un lien communautaire très fort se concrétise par la création de nombreuses associations culturelles, sportives, philanthropiques et politiques dont la principale est l’union nationale arménienne (UNA), chargée dans ces années difficiles de réunir les arméniens et d’assurer le maintien de leurs traditions et coutumes. Cette association, fondée en 1927, est la plus importante de l’entre-deux-guerres. Il en existe une section à Valence et une à romans. Elle est très liée à l’Église apostolique, religion majoritairement pratiquée par les arméniens, bien que les Églises catholiques et protestantes y soient aussi représentées21. Pratiquement tous les arméniens sont membres d’une association. Partis politiques arméniens, associations de bienfaisance, groupes culturels ou sportifs, une trentaine d’associations sont fondées dans l’entre-deux-guerres à Valence. En prenant le cas de romans en 1931, on constate qu’environ 400 arméniens et autant d’Italiens y habitent. Il n’y a pourtant aucune association italienne alors que les arméniens en ont déjà créé trois ainsi qu’une équipe de football.

  • 22 Rapport du 3 janvier 1939 sur les étrangers par la gendarmerie de Valence destiné à la préfecture, (...)

25Ce maintien des coutumes se fait aussi par le biais des commerces qui sont pour les arméniens de véritables lieux de rencontre. À Valence comme à romans et Montélimar, les arméniens ont leurs épiceries, boucheries, boulangeries, restaurants, cafés, coiffeurs…, ce qui amène à dire par la brigade de gendarmerie de Valence que les arméniens « tendent à s’accaparer le commerce local de petite importance (maraîchers et forains principalement)22 ». Ces activités sont quasiment inexistantes chez les Italiens du département. Les Transalpins ne fréquentent pas plus les commerces tenus par des compatriotes que ceux tenus par des Français.

  • 23 Témoignage de M. Rolle, dont l’épouse, née Brero, est la fille d’un maçon venu travailler à Valenc (...)
  • 24 R. Bastide, « Les Arméniens de Valence », Revue internationale de sociologie, n° 1-2, janvier/févr (...)

26Les Italiens ne manifestent pas une volonté réelle de se regrouper. Les contacts se font d’abord entre les originaires de telle ou telle région. « À Livron, il y a des Italiens de plusieurs provinces mais nous ne nous recevons pratiquement jamais, même entre personnes d’une même région » commente un habitant de cette commune originaire de Montelabbate dans la province de Pesaro dans les Marches. Cette réflexion est partagée par M. Rolle de Valence : « Nous, les Italiens, on se serrait, on se fréquentait un peu. […] disons que c’était des réunions plutôt comme un apéritif23. » Il est vrai que l’Italie est unifiée depuis peu et le sentiment d’appartenance à une nation n’est pas encore répandu dans l’ensemble de la société italienne, d’autant plus que chaque région italienne a son propre dialecte. Un certain régionalisme existe donc chez les Italiens. Il se retrouve aussi chez les arméniens venant des différentes régions de Turquie. Ainsi, plusieurs associations dites « compatriotiques » rassemblent les arméniens de Kharpout, Malatia et d’autres villes d’Asie Mineure. En 1931, il en existe huit à Valence24.

Membres de l’association compatriotique « Société d’éducation de Malatia » devant la cathédrale de Valence en 1928. Coll. dioniso Kesmedjian.

27Cependant, ce « régionalisme » est d’une nature différente car chez les arméniens, le sentiment d’appartenance nationale est beaucoup plus important et ils se sentent avant tout arméniens et non pas originaires d’une région particulière d’Anatolie. Ce maintien de l’arménité est conforté par les nombreuses manifestations organisées par les associations et aussi lors des réunions entre familles. Le soir, des pièces de théâtre, des conférences, des spectacles de chants assurent le lien entre tous.

28Que ce soit à romans, Valence ou Montélimar, les Italiens ne se font pas remarquer. Ils sont invisibles car beaucoup d’entre eux sont là depuis longtemps dans la région et sont connus. Un Transalpin confirme cela en indiquant que « pour les Italiens, les étrangers ce n’est pas nous, ce sont les arméniens ». Un autre ajoute : « Beaucoup de drômois pensent la même chose ». Louis Passera, dont la famille est originaire de Brezzo de Bedero dans le Piémont, précise que « beaucoup de personnes originaires d’Italie ne parlent même plus la langue et ne cherchent pas à l’apprendre. Moi-même, je ne parle ni le Piémontais ni l’Italien. À l’école, je faisais tout pour cacher mes origines, je voulais apparaître comme français ». Comme lui, la plupart des Italiens souhaitent se fondre dans la société française.

29Pour les arméniens c’est l’opposé. À leur arrivée en France, plusieurs familles, celles originaires d’angora par exemple, ne parlent que le turc. Le rôle de l’Église apostolique est alors primordial et elle devient vite le ciment de la communauté valentinoise. C’est elle qui est à l’origine, avec l’UNA, de l’école arménienne qui permet aux nouveaux arrivants d’apprendre l’arménien pour que tous puissent se comprendre.

30Les Italiens cherchent à s’intégrer rapidement et les mariages mixtes sont de plus en plus nombreux : plus de 150 soit 16 % des familles en 1926. Les naturalisations suivent le même mouvement avec 255 en 1926 et un millier dix ans plus tard. Cette intégration se fait aussi chez les arméniens mais beaucoup plus lentement. Le premier mariage mixte est célébré en 1931, suivi seulement de onze autres dans l’entre-deux-guerres. En 1936, quelques 400 naturalisations sont enregistrées ; il ne s’agit pas d’adultes mais d’enfants dont les parents, ayant perdu tout espoir de retourner sur leurs terres natales, profitent de la loi de 1927 pour les naturaliser.

31Pourquoi un tel comportement, si différent de celui des Italiens drômois ? Il est dû avant tout aux raisons de leur venue en France : le génocide de 1915 et l’exil. Ce traumatisme, ancré profondément dans la mémoire collective arménienne, est un élément majeur de cette volonté de maintenir leur identité, de recréer une parcelle d’Arménie. Des éléments rappelant leur pays sont présents chez tous les arméniens. Tapis, drapeau, poignée de terre d’Anatolie, cafetière orientale (le djezvé) et autres plats ou cruches en cuivre décorent leurs logements et sont des rappels de leur origine.

Conclusion

32On ne peut donc parler de « petite Italie » dans aucune des villes du département et il n’y a pas de vie communautaire active. Les nouveaux arrivants venaient bien rencontrer les anciens mais leurs relations en restaient là. On est loin du cas grenoblois où les Italiens habitent le même quartier, ont de nombreuses boutiques et une vie associative.

  • 25 Enquête demandée par le préfet au commissariat central de la Drôme le 24 janvier 1939, suite à la (...)

33Pourtant, il existe une « petite Arménie » à Valence. Une enquête du commissaire spécial de la Drôme25 sur les étrangers de Valence donne des précisions sur le sentiment des autorités du département et montre que, si les Italiens se fondent rapidement dans la société française, ce n’est pas le cas pour les arméniens qui veulent garder leurs particularités, ce qui est évidemment contraire à la volonté républicaine d’assimiler les étrangers. Plusieurs questions sont posées notamment sur leurs regroupements ou non et sur leurs facultés d’adaptation et d’assimilation. Les réponses confirment l’invisibilité des Italiens et le rassemblement des arméniens en un même lieu.

Ils (les étrangers) n’ont pas tendance à se regrouper, sauf les arméniens, assez nombreux à Valence… Les Orientaux (les arméniens) ne s’adaptent que très difficilement. Les Latins s’assimilent avec aisance. L’assimilation est complète seulement chez les Italiens et quelques ex-autrichiens. Superficiel chez tous les autres… dans leurs associations, les réfugiés arméniens exercent principalement leur activité dans le but de secourir leurs compatriotes, mais ils maintiennent en même temps leur unité de race et leur sentiment national.

34Entre les deux guerres, les Italiens sont deux fois plus nombreux que les arméniens dans le département. Il est vrai que ces derniers se concentrent plus particulièrement à Valence. L’absence d’une « petite Italie » est-elle liée au nombre de personnes ? Non, car à Grenoble où il y a une « petite Italie » avec le quartier Saint-Laurent, il y a aussi une « petite Arménie ». Or la communauté arménienne ne compte guère plus de 550 personnes mais, comme à Valence, ils sont regroupés dans un même quartier et ont créé diverses associations et une école arménienne.

35La mémoire collective et la volonté de préserver leurs traditions, alors qu’ils n’ont plus de territoire (l’Arménie actuelle n’est pas réellement le leur), ont permis aux arméniens de créer cette « petite Arménie ». Pour les Italiens du département, les traditions proches des nôtres, la proximité du pays d’origine, la possibilité d’un retour rapide et la volonté de s’intégrer n’en ont pas permis une telle réalisation. La réflexion d’un Italien venu à Valence mais ayant séjourné dans l’Est de la France témoigne du manque de lien entre compatriotes. « Quand je suis arrivé à Valence, je l’ai tout de suite regretté. Ici, les Italiens ne se remarquent pas, il n’y a pas de vie communautaire et on ne se voit jamais. Ce n’est pas comme dans l’Est, on se rencontrait tout le temps, on faisait de la musique ensemble, on vivait ensemble. »

36Contrairement aux Italiens, les arméniens sont toujours très présents dans les villes. Ils ont leurs boutiques, leurs épiceries, leurs cafés (même les marchands ambulants de pizzas sont tenus par des arméniens). Les élus municipaux d’origine arménienne, quelle que soit leur couleur politique, assurent le lien entre la ville et les membres de la communauté. Ce sont eux, avec l’aide de plusieurs associations, une trentaine encore aujourd’hui, qui ont permis la réalisation d’un Centre du patrimoine arménien à Valence dans lequel la vie de la communauté est retracée. Si l’invisibilité des Italiens est une réalité, les arméniens sont toujours présents dans la mémoire collective des drômois de romans, de Valence et même de Montélimar aujourd’hui.

Anmerkungen

1 La Drôme occupe la soixantième place dans l’accueil des étrangers en 1926 selon G. Mauco, Les étrangers en France, étude géographique sur leur rôle dans l’activité économique, Paris, a. Colin, 1932, annexe, tableau 4, p. 564-565.

2 Appelé par les Arméniens, Kharpert.

3 Le traité de Lausanne en 1924 – il annule celui de Sèvres qui devait créer un Etat pour les Arméniens – puis la donation du sandjak d’Alexandrette à la Turquie en 1939, territoire où la population arménienne était encore nombreuse, sonnent le glas des espoirs arméniens d’un retour vers leur patrie. La seule terre arménienne est désormais alors l’Arménie soviétique.

4 Y compris quelques hommes.

5 P. Hanus, « Le traiettorie spaziali degli emigranti bergamaschi » in Carbonai e boscaioli. L’emigrazione bergamasca sulle Alpi occidentali dal diciannovesimo al vento secolo, Bergamo, Centro studi Valle Imagna, 2005, p. 251.

6 P. Hanus, op. cit., p. 254 et recensements de 1931 et 1936 de Saint-Jean-en-Royans.

7 À Bouvante, les travaux sont dirigés par un ingénieur arménien, un des très rares qui ne soit pas manœuvre.

8 Enquête sur les étrangers occupés dans l’agriculture dans la Drôme au 1er décembre 1926. Archives départementales de la Drôme (add), 6 Ma 7.

9 ADD 56 J 404. C’est Antranik Nalbandian qui a souligné la phrase : « Elles préfèrent les grandes villes. »

10 D’où leur réputation d’artisans et de commerçants.

11 Yves Lequin (dir.), Histoire des étrangers et de l’immigration en France, Paris, Larousse, 1992, p. 353.

12 J.-L. Huard, « L’arrivée des Arméniens dans la Drôme, des années 1920 à 1940 », La Revue Drômoise, Valence, n° 505, tome XCIV, septembre 2002, p. 341.

13 AD de l’Isère, 58 M 32.

14 ADD 4 M 339.

15 P. Videlier, « Les Italiens de la région lyonnaise », Les Italiens de France de 1914 à 1940, sous la direction de Pierre Milza, Rome, École française de Rome, 1986, p. 686.

16 Témoignage d’Elvio Segatto, de Romans.

17 La Liberta, 28 juillet 1927, cité par E. Vial, Une organisation antifasciste en exil, la Ligue italienne des droits de l’homme, de sa fondation à la veille des Fronts populaires, Thèse de doctorat, EHESS, p. 140.

18 E. Vial, « Le projet Marius Moutet de statut des étrangers et les exilés antifascistes italiens de l’entre-deux-guerres », Revue drômoise, n° 514, tome XCVI, décembre 2004, p. 326.

19 La Voce degli Italiani, 10 septembre 1937, cité par E. Vial, L’Union populaire italienne, une organisation de masse communiste en exil, de sa fondation à la Seconde guerre mondiale, mémoire d’Habilitation à diriger les recherches, IEP Paris, 1997, p. 301.

20 Témoignage d’Antoine Plan qui fut, après guerre, secrétaire de la section du Parti communiste de la Drôme.

21 L’Église apostolique arménienne représente près de 90 % des Arméniens dans la Drôme, les 10 % restant se partageant entre catholiques et protestants.

22 Rapport du 3 janvier 1939 sur les étrangers par la gendarmerie de Valence destiné à la préfecture, ADD 4 M 981. Ce rapport n’est pas très précis : ainsi, par maraîchers, il faut comprendre primeurs. Or il n’y a peu de primeurs chez les Arméniens, ce sont surtout les Espagnols qui exercent cette activité.

23 Témoignage de M. Rolle, dont l’épouse, née Brero, est la fille d’un maçon venu travailler à Valence en 1924, sur les relations entre Italiens avant la Seconde guerre mondiale. Cité par J. Abram, De la migration à une identité d’immigré : l’exemple de l’implantation italienne dans l’agglomération valentinoise au xxe siècle, mémoire de maîtrise, Université Pierre Mendès France, Grenoble, 1999-2000, p. 82.

24 R. Bastide, « Les Arméniens de Valence », Revue internationale de sociologie, n° 1-2, janvier/février 1931, p. 17.

25 Enquête demandée par le préfet au commissariat central de la Drôme le 24 janvier 1939, suite à la demande du ministère de la Justice (courrier du 15 novembre 1938), ADD 4 M 981.

Abbildungsverzeichnis

Titel Étrangers, Italiens et Arméniens installés dans la Drôme d’après les listes nominatives de recensements
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6583/img-1.png
Datei image/png, 23k
Bildunterschrift Régions de provenance en Italie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6583/img-2.png
Datei image/png, 263k
Titel Régions d’origine des Arméniens recensés dans la Drôme en 1936 d’après les listes nominatives de recensement
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6583/img-3.png
Datei image/png, 37k
Bildunterschrift Chantier forestier du Grand Creux, Saint-Agnan-en-Vercors vers 1920. Coll. famille Rovarino.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6583/img-4.png
Datei image/png, 1,1M
Bildunterschrift Plan Valence 1936 (Italiens et arméniens).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6583/img-5.png
Datei image/png, 1,3M
Bildunterschrift Communes de la Drôme accueillant Italiens et Arméniens en 1936 d’après les listes nominatives de recensement.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6583/img-6.png
Datei image/png, 602k
Bildunterschrift Membres de l’association compatriotique « Société d’éducation de Malatia » devant la cathédrale de Valence en 1928. Coll. dioniso Kesmedjian.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6583/img-7.png
Datei image/png, 1,1M

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540