Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Deuxième partie. Les Petites Italies au miroir de la diversité italienne

Perdus dans le paysage ? Le cas des Italiens du Sud-Ouest de la France

Laure Teulieres

Texte intégral

1Le Sud-Ouest est une des grandes régions d’immigration italienne en France. Cette présence trouve son origine au milieu des années 1920 quand, en quelques années, plus de 40 000 transalpins sont venus s’installer, par familles entières, comme travailleurs ou exploitants agricoles. Lors du recensement de 1936, l’effectif avait encore doublé et les italiens étaient devenus la première nationalité étrangère présente dans plusieurs départements d’Aquitaine (Lot-et-Garonne) ou de Midi-Pyrénées (Gers, Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne), devant les espagnols, traditionnellement très nombreux dans ces espaces frontaliers. Pourtant, malgré ce mouvement et la trace qu’il a laissé, il n’y a jamais eu à proprement parler de « Petite Italie » en pays de Garonne. D’où une interrogation en creux pour tenter de comprendre pourquoi ces émigrés, arrivés massivement et installés durablement, ont paru se fondre dans le paysage. Les éléments à analyser pour comprendre une telle situation devraient permettre d’éclairer, en négatif, ce qui fonde, agrège et fait perdurer un regroupement ethnique, ainsi que quelques-unes des conditions nécessaires pour l’inscrire dans un territoire et le rendre repérable à ce titre-là.

2Une des premières questions concerne le lien entre les réseaux d’émigration et les territoires communautaires. On sait que les chaînes migratoires dessinent une géographie originale, unissant des espaces par des liens réciproques souvent à l’échelle de deux régions voire de deux localités. Ceci détermine parfois la formation d’îlots de compatriotes de même origine régionale dans une commune, un hameau ou un quartier. Pour autant, le fait qu’un réseau d’émigration relie une zone de départ à une zone d’arrivée suffit-il à créer un territoire communautaire ?

  • 1 F. Micelli, « L’emigrazione friulana nel Sud-Ouest della Francia », La Trace, cahier du CEDEI, n° (...)

3Il y a eu, dans le Sud-Ouest comme ailleurs, des phénomènes tout à fait caractéristiques de chaînes migratoires d’italiens, parfois extrêmement spécifiques et localisées, avec transfert de village à village. On pourrait multiplier les exemples monographiques à ce sujet. En Lot-et-Garonne, l’arrivée initiale, en 1925, de 184 émigrés de Medea du Frioul à Castelculier a été bien étudiée1. En Tarn-et-Garonne, il y a le cas des Piémontais établis à Castelsarrasin sur la base d’une cooptation villageoise. Les premiers sont apparus à la fin de l’année 1921 et au début de 1922, venus spontanément de la province de Cuneo, guidés par des annonces qui avaient paru dans des journaux transalpins et qui indiquaient la France comme débouché aux émigrants de l’agriculture. À l’appel de deux pionniers, d’autres sont arrivés, toujours issus de la même zone, selon un mécanisme décrit alors dans un rapport :

  • 2 « Enquête sur la situation de la main-d’œuvre agricole italienne dans l’arrondissement de Castelsa (...)

Les propriétaires qui ont eu à pourvoir leurs fermes d’exploitants italiens ont eu recours aux bons offices des premiers arrivés, de ceux qu’ils voyaient à l’œuvre quotidiennement, et les ont chargé du recrutement qui s’est révélé, à l’usage, satisfaisant. Leur concours est rémunéré par une somme fixée à forfait et versée lorsque la famille des exploitants est installée dans une ferme à pourvoir2.

  • 3 D. Saint-Jean, Intégration ou assimilation des Italiens dans les campagnes toulousaines au xxe siè (...)

4Pareillement en Haute-Garonne où divers réseaux, amicaux, familiaux ou professionnels, apparaissent nettement lorsqu’on dessine la carte des communes d’origine des italiens installés dans un seul canton ou même parfois dans une unique commune : travailleurs du bâtiment originaires de Rocca di Bruzzo – Abruzzes – dans le canton de Saint-Gaudens, paysans lombards à Castera dans le canton de Cadours, briquetiers frioulans à Venerque dans le canton d’Auterive, italiens de Meolo – Venise – dans le secteur de Boulogne-sur-Gesse, etc.3. La question est donc de savoir pourquoi ces flux réticulaires si nettement constitués n’ont pas débouché sur la constitution de quartiers ethniques.

  • 4 P. Guillaume, « Démographie de la communauté italienne du Sud-Ouest dans l’entre-deux-guerres », i (...)
  • 5 J.-L. Molinie, « un siècle d’immigration à Nérac », Les Amis du Vieux Nérac, n° 11-12-13, 1990/199 (...)
  • 6 Cette appellation se retrouve dans d’autres régions de France à propos de quartiers concentrant le (...)

5L’interrogation mérite d’autant plus d’être posée qu’il a existé concomitamment, dans diverses bourgades méridionales, des secteurs repérés pour leur caractère ibérique. De façon générale, l’immigration espagnole connaît alors une forte implantation urbaine, avec d’importantes colonies présentes dans les grandes villes, notamment à Bordeaux4. D’où ces quartiers connus de tous : « Petite Espagne », comme au centre d’Auch, « Petit Madrid », comme à Nérac dès la fin du xixe siècle suite à la forte immigration espagnole dans le canton5, ou encore « village noir6 », tel celui de la rue Garrès à Toulouse, derrière les usines Latécoère. Sous l’image du ghetto insalubre et incontrôlable, de telles concentrations avaient mauvaise réputation et contribuaient à rendre souvent ces espagnols « indésirables ».

  • 7 A. Miszczak, D’hier à aujourd’hui : la communauté polonaise de Cagnac-les-Mines, 1920-2000, Maîtri (...)
  • 8 F. Bousquet, Les étrangers à Aubin et Cransac en 1931, Maîtrise, université de Toulouse-Le Mirail, (...)

6Il y eut aussi des exemples de quartiers polonais, visibles et identifiés comme tels, en relation avec les concentrations de mineurs polonais du Tarn – à Carmaux et Cagnac-les-Mines7 – ou de l’Aveyron – à Decazeville, Aubin et Cransac8. On peut évoquer en particulier les sites du baraquement des Homps à Cagnac ou de la cité des Bruyères à Carmaux. Ces lieux regroupaient des structures sociales ethniques propres à renforcer leur particularisme : école, fanfare, sociétés sportives et groupes folkloriques polonais ainsi que diverses cérémonies collectives, sans parler du pèlerinage communautaire au sanctuaire de Notre-Dame de la Drèche à Lescure-d’Albigeois. Ces remarques très générales appellent logiquement à développer une approche comparative en fonction des communautés ethniques. L’analyse des « Petites Italies » ne peut se faire qu’au regard des cas approchants : « Petite Espagne » ou cité polonaise, mais aussi « Petite Arménie », « quartier juif », voire récent « Chinatown ».

  • 9 « La main-d’œuvre étrangère dans le Sud-Ouest », L’Information régionale, n° 108, 29 octobre 1927.

7Durant l’entre-deux-guerres, ces quartiers ethniques font office de repoussoir pour la presse. Dans une perspective d’unité de la Nation, ils sont perçus comme autant de ghettos communautaires et rejetés comme tels par l’opinion, conservateurs, radicaux ou socialistes confondus. Les fortes concentrations d’étrangers suscitent l’inquiétude. C’est ce que résume un commentateur local dans l’Information régionale : « il ne faut surtout pas qu’ils constituent des groupements hétérogènes, isolés du milieu où ils vivent, formant des colonies insolidaires et irrémédiablement séparatistes9. » semblable vision des choses fait l’unanimité. Les quartiers ethniques sont assimilés aux îlots populeux et vétustes des centres ville, aux problèmes de logement insalubre ; on les dits porteurs de menaces, mœurs déviantes et délinquance. On soupçonne aussi l’enfermement culturel ou la dépendance religieuse à l’égard du clergé d’origine, dans le cas des Polonais surtout.

  • 10 L. Teulières, Immigrés d’Italie et paysans de France (1920-1944), Toulouse, Presses universitaires (...)

8En ce qui concerne les italiens du Sud-Ouest, quels sont donc les facteurs de dispersion et d’effacement ? Au titre des éléments favorisant la dissolution, on rappellera évidemment la singularité d’une immigration rurale, installée dans des campagnes en voie de dépopulation10. Le territoire méridional est en déprise au moment de l’arrivée de cette vague migratoire, et ce depuis le milieu du xixe siècle pour les cantons ruraux parmi les plus touchés. La population est en baisse avant même la Grande Guerre dans tous les départements d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées, à l’exception de la Gironde portée par l’expansion du port de Bordeaux. Le phénomène ne fait ensuite que s’accélérer : durant la décennie 1911-1921, les onze départements du Midi toulousain perdent 235 000 habitants.

9Un tel contexte démographique s’accompagne de campagnes en crise. Dans la vallée de la Garonne et sur son pourtour, en Lomagne comme dans le Volvestre, en Rouergue comme en Albret, la terre est sous-utilisée par une agriculture vieillissante. La valeur foncière décline à mesure que les friches s’étendent et qu’un nombre croissant de fermes se trouve à l’abandon. L’immigration transalpine se calque étroitement sur cet espace géographique. Dans son ouvrage de synthèse sur les campagnes toulousaines, Roger Brunet analyse ainsi le tropisme des italiens vers ces terres :

  • 11 R. Brunet, Les campagnes toulousaines. Étude géographique, Toulouse, Publications de la Faculté de (...)

Les bons terroirs sous-exploités par des familles paysannes sans héritier, ou sous l’autorité de bourgeois prêts à de nouveaux abandons, les attirèrent particulièrement : soit comme métayers, soit comme propriétaires exploitants. Généralement nanties d’un assez grand nombre d’enfants, les familles de métayers pouvaient prendre en charge les plus grandes bordes, notamment celles de la vallée de la Garonne et du nord du Gers11.

10L’épicentre du domaine d’implantation de cette vague migratoire correspond de ce fait au bassin central de la Garonne ; ses marges débordent vers les départements voisins en englobant au sud la portion occidentale du piémont pyrénéen, le Lauragais à l’est, le quercy et le Périgord au nord.

  • 12 « La Cocagne est finie », Il Mezzogiorno, n° 2, 17 octobre 1925.
  • 13 Sud-Ouest Dimanche, 18 mars 1984.
  • 14 P. Guillaume, « Démographie… », op. cit.
  • 15 S. Galli, « L’immigration italienne dans un village du Gers : modalité de pénétration d’un milieu  (...)

11Une des conséquences de ce contexte de départ est que la population italienne est caractérisée par une forte dissémination spatiale à la campagne. C’est précisément cette disponibilité de terrains où s’installer qui a le plus contribué à attirer les immigrants. Cela n’a d’ailleurs pas été sans susciter dans les premiers temps quelques fantasmes. Comme le relève un observateur italien, beaucoup de ses compatriotes sont venus « persuadés de trouver la Pampa argentine, l’agro romano, le Brésil ou la Patagonie. et, un peu par incompétence, un peu par l’habitude mentale qui s’est formée, un peu par les “informations”, ils ont fini par croire que le Sud-Ouest était un désert, mieux, une lande inexplorée12 ». Au sein même du monde rural, des témoignages concordants indiquent qu’il y a peu de concentrations villageoises d’immigrés. Ainsi que le rapportait dans un entretien l’écrivain Inès Cagnati, elle-même issue de cette vague migratoire, « au village, presque tous étaient français, alors que dans la campagne il y avait surtout des italiens13 ». C’est aussi ce que confirment les monographies locales dont on dispose. En Gironde en 1936, dans le canton de La Réole, « les italiens, peu nombreux dans le centre des villages, sont relégués dans les écarts14 » ; la situation est comparable du côté de Vic-Fezensac dans les coteaux gersois15.

  • 16 « Enquête sur la population de la France. Le département du Tarn-et-Garonne », L’Illustration, 23 (...)
  • 17 Enquête de 1951 sur les italiens agriculteurs en Lot-et-Garonne. Archives du bureau de l’INED, Arc (...)
  • 18 B. Poche, « sociologie de l’auto-référence. Quelques exemples européens », Espaces et sociétés, 19 (...)

12D’où des immigrés parsemés selon un mode d’habitat dispersé, vivant dans un relatif isolement spatial. À la fin des années 1920, un observateur décrit l’impression ainsi produite : « Les immigrés italiens sont ici retirés, silencieux, invisibles. Le fait est qu’on ne les voit pas. Pour les découvrir, il faut aller les chercher au fond de leurs campagnes. ils vivent entre eux, se marient entre eux, se mêlant peu à la population locale16. » C’est une caractéristique qui va perdurer. Encore au début de la décennie 1950, on trouve des notations similaires dans certains des rapports d’enquête diligentés par l’INED sur les paysans italiens du Lot-et-Garonne : « Va souvent veiller chez le patron pour apprendre mieux la langue, les fermes sont espacées et les voisins loin17. » Dans ces espaces de faible densité, l’immigré se trouve plongé dans un univers où l’interconnaissance régit les rapports à autrui, un monde où la dimension locale prime dans la construction de l’appartenance et où l’étranger est parfois celui du village voisin18.

  • 19 J. Bodei, Les étrangers à Pau en 1906 et 1921. Mémoire de Ter, université de Pau, 1986, p. 22.
  • 20 P. Guillaume, « Démographie… », op. cit.
  • 21 N. Scandella, « Les Italiens dans l’agglomération fuméloise (1920-1960) », in Étrangers en Aquitai (...)

13Quant à leur implantation urbaine, elle reste longtemps marginale et également disséminée. À l’intérieur même des agglomérations, la dispersion spatiale domine. Ainsi à Pau, en 1931, « les italiens sont très dispersés dans l’espace palois, leur nombre par rue ne dépasse pas souvent cinq personnes19 ». en 1936, dans la petite ville de La Réole, « il y a un regroupement dans quelques rues mais sans exclusion des autres ethnies, sans que l’on puisse parler de “Petite Italie” ou de ghetto20 ». D’où une visibilité limitée dans les villes, hors des agences consulaires et de quelques épiceries ou restaurants estampillés « italiens », et malgré plus tard nombre de commerces ou d’entreprises tenus par des immigrés, mais sans caractère ethnique affiché et fondus dans le tissu urbain. Il y a eu bien sûr quelques cas de concentrations urbaines, autour surtout de la main-d’œuvre ouvrière. Celles-ci sont cependant presque toujours limitées et mobilisent une population fluctuante. À Fumel dans le Lot, par exemple, la briqueterie occupe dès l’entre-deux-guerres des italiens, mais souvent de façon temporaire, en particulier tous ceux employés là en dépit de leur carte de « travailleur agricole21 ».

  • 22 F. Ramella, « L’émigration dans la mémoire des migrants : les récits oraux », in L’immigration ita (...)
  • 23 D. Saint-Jean, op. cit.

14Il faut aussi considérer l’existence de stratégies sociales qui ne poussent pas au regroupement communautaire, voire le contrarient. La première tient au primat d’une insertion rurale par acquisition de la terre et d’une forte volonté d’enracinement. Il faut revenir là aux motivations sociales et psychologiques des migrants : « Pour certains, la propriété d’une maison est un objectif fondamental parce qu’elle signifie la sécurité et la stabilité, l’insertion et l’enracinement. Pour y parvenir on fait de grands sacrifices. (C’est) un choix de sécurité et de stabilité, au détriment d’une stratégie de mobilité professionnelle et sociale pour les enfants22. » Si l’on considère les modalités de l’ascension sociale de ces italiens de l’agriculture, on doit souligner la valeur patrimoniale mais aussi symbolique et identitaire conférée à la terre dans la société rurale du moment. C’est d’ailleurs ce que met en avant la géographe ruraliste Dominique Saint-Jean au terme d’enquêtes de terrain et d’entretiens conduits auprès de cette population : « Dans le Sud-Ouest et pour beaucoup de paysans italiens installés dans cette région, l’achat de terre justifie l’immobilisation de ressources financières parce que sa valeur sociale prime sur la seule rationalité économique23. »

15Les territoires communautaires s’ancrent dans des fonctionnements sociaux qui les rendent nécessaires : solidarité et protection mutuelle, convivialité de « l’entre-soi », refuge linguistique, transactions et marché de l’emploi entre compatriotes, etc. Dans ces espaces méridionaux, l’ascension sociale des immigrés transalpins s’effectue avant tout au sein de l’univers paysan. Elle passe chez les ouvriers agricoles par des jeux de mobilité puisque nombre d’entre eux n’hésitent pas à changer de patron, et donc souvent de localité voire de département, à l’expiration de leur contrat. ils tentent ainsi d’assurer peu à peu leur situation. Ce mouvement qui intervient traditionnellement à la fin du mois de septembre est tout à fait visible dans les sources, notamment les dossiers de demande de naturalisation. Les italiens en métayage usent d’une solution comparable en changeant d’exploitation au gré de l’évolution de leur famille, ou pour améliorer leurs conditions de vie et de travail, d’autant qu’il y a alors beaucoup de métairies libres et que les baux sont annuellement renouvelables. Tout ceci contribue à une rotation et un brassage que l’on n’imagine pas a priori dans le cas d’émigrants implantés en milieu rural.

16Ce double effet, de mobilité résidentielle tactique pour progresser dans l’échelle des statuts et des conditions, puis d’enracinement dès que l’acquisition foncière est possible, explique pour beaucoup les modalités d’insertion territoriale des migrants. Certes, si on se place dans une perspective de moyenne durée, on constate qu’il y a eu un déplacement vers les agglomérations, petites et grandes, notamment pour les seconde et troisième générations. Mais cet exode rural n’a pas conduit non plus à l’émergence de territoires ethniques. L’accès à la ville est passé, entre autres, par les communes villageoises de banlieue dans le cadre d’une spécialisation professionnelle dans l’activité maraîchère. il n’est qu’à voir, dans les années 1940-1960, la place occupée par les italiens dans le marché du faubourg Arnaud Bernard à Toulouse, jusqu’au transfert de celui-ci en périphérie à l’occasion de la relocalisation du Marché d’intérêt national vers la barrière de Paris, à la sortie nord de la ville.

  • 24 R. Schor, « Italiens des villes – italiens des champs. L’accueil des immigrés italiens dans les Al (...)
  • 25 G. Marcel-Rémond, L’immigration italienne dans le Sud-Ouest de la France, Paris, Dalloz, 1928.

17L’analyse ne serait pas complète si on ne tenait pas compte des représentations collectives en ce domaine. Si le terme « Petite Italie » atteste avant tout d’un regard porté sur un groupe ethnique, ce n’est pas ce type de perception qui a prédominé dans le Sud-Ouest. Il n’y a pas eu cristallisation d’une représentation ethnicisée des italiens, malgré des manifestations avérées de xénophobie, que ce soit lors de la crise des années 1930 ou surtout ensuite durant la seconde guerre mondiale. L’accueil fait à cette population a été dans l’ensemble plutôt favorable parce qu’elle correspondait étroitement aux besoins socio-économiques locaux ; et l’idée d’une proximité « naturelle » entre latins s’est vite transformée en évidence pour expliquer cela. De fait, les italiens ont été vus dès leur arrivée comme assimilables, porteurs de vertus paysannes et doués d’équilibre familial, voués d’emblée à se fondre dans un creuset terrien et campagnard. Rien de comparable donc à la négativité associée ailleurs à leur présence dans les villes, en particulier dans le sud-est où l’expression de « péril italien » a fait florès dans les milieux professionnels, ouvriers comme patronaux, les partis politiques de droite et de gauche, et même les Pouvoirs publics24. On le sait, le terme de « Petite Italie » est exogène aux communautés qu’il désigne et a conservé jusqu’à récemment une connotation péjorative. Dès les années 1920, un observateur parle au contraire de la « greffe réussie » des italiens dans le Sud-Ouest25. L’expression est très fréquemment reprise par la suite pour caractériser cette immigration, notamment dans la presse. Nul doute qu’une telle représentation soit antinomique avec l’idée même de « Petite Italie », c’est-à-dire d’un foyer ethnico-national distinct et identifiable. Perdus dans le paysage, les italiens pouvaient mieux passer pour des étrangers acceptables et sembler assez spontanément conformes à un imaginaire de l’enracinement et de l’assimilation républicaine « à la française » extrêmement prégnant.

  • 26 C. Maltone, A. Buttarelli, la « petite Italie » de Blanquefort du Gers : histoire et mémoire (1924 (...)
  • 27 « Le problème rural dans le Sud-Ouest. Il nous faut une politique de peuplement de nos campagnes » (...)

18Au-delà de cette configuration d’ensemble, il faut cependant faire mention de rares cas d’implantation communautaire. Ceux-ci sont intervenus autour de formules d’émigration collective. Deux exemples, quantitativement tout à fait comparables, permettent de mettre en évidence des différences qualitatives déterminantes. Le cas emblématique concerne la communauté bergamasque de Blanquefort, dans le Gers, sur laquelle on dispose d’études détaillées26. Celle-ci regroupait seize familles d’agriculteurs, soit un total de 158 personnes venues en 1924 des environs de Bergame pour cultiver ensemble le vaste domaine du Bruka, l’un des plus grand du département. Les 500 hectares situés sur la commune de Blanquefort avaient été pris en fermage. Le groupe était organisé sous la direction de responsables catholiques de l’Opera Bonomelli et financé par une banque bergamasque, dans le souci d’entretenir le catholicisme et le patriotisme des émigrés. À l’image d’un village lombard, la colonie disposait de sa paroisse, de son école maternelle et de cours du soir dispensés par des sœurs missionnaires installées à demeure, d’une troupe de théâtre et d’une chorale, ainsi que d’autres structures associatives… Autant d’éléments qui lui donnaient un air d’authentique « Petite Italie » campagnarde. De là cette réputation négative qui transparaît clairement dans le grand quotidien radical : « est-il normal que de véritables îlots étrangers se constituent en pleine Gascogne ? […] si vous ne me croyez pas, allez visiter la commune de Blanquefort dans le Gers27 ! » Ces préventions sont d’autant plus vives que la colonie connaît la mainmise progressive du régime fasciste, jusqu’à ce que la formule collective soit liquidée au bout d’une dizaine d’années à cause de son échec financier. Au total, cette expérience au cœur de l’entre-deux-guerres apparaît marquée par le contexte politique de l’époque et par un volontarisme idéologique pour affirmer l’italianité. Voilà ce qui explique qu’elle ait pu être vue comme un bastion transalpin transposé en terre gasconne.

19Il est éclairant de comparer ce cas à celui de la colonie d’agro-foresterie de Losse dans les Landes. Au nord-est de Mont-de-Marsan, à proximité de Nérac (Lot-et-Garonne) et de Condom (Gers), celle-ci a été installée en 1950 par la société civile immobilière de Losse, une structure ad hoc patronnée et financée par l’Association nationale des anciens combattants d’Italie. Son but était de mettre en valeur un domaine acquis après la dévastation provoquée par les incendies de forêt de 1949 et le départ de tous les métayers français. 63 italiens, hommes, femmes et enfants, y ont été installés dès le début sur neuf exploitations, jusqu’à atteindre deux ans plus tard 109 personnes sur quatorze exploitations, dans des bâtiments déjà existants ou construits de neuf. Une étude de l’administration décrit très précisément la colonie :

  • 28 Étude des colonies étrangères des Landes, réalisée par le directeur départemental de la population (...)

Tous les membres sont affectés à des travaux agricoles et ont été recrutés chez les ruraux italiens déjà adaptés au milieu professionnel dans lequel ils sont appelés à vivre. Certains sont des anciens colons d’Abyssinie où ils ont contribué dans les régions de Harrar et d’Addis-Abeba à la mise en valeur des territoires occupés par l’État italien entre 1938 et la fin de la dernière guerre […] Les nouveaux immigrés ont bénéficié de l’aide financière d’une organisation paraissant disposer de capitaux importants. Défrayés de frais de transfert et de première installation, pourvus gratuitement des instruments de travail nécessaires, encouragés par la promesse de devenir assez rapidement propriétaires des terres, ils sont en outre conseillés et guidés par deux Délégués italiens à demeure, chargés de surveiller la mise en marche des exploitations et de faciliter les démarches administratives avec l’administration française28.

20Sur les 800 hectares du domaine, 120 ont été mis en pacage ou en culture (maïs, pomme de terre, etc.), les 680 autres ont été rendus à la sylviculture après dessouchage et débroussaillage des parcelles incendiées. Cent soixante têtes de bétail ont été acquises, partie pour faire de l’élevage et partie pour le trait. Dans leurs rapports, les autorités se montrent extrêmement confiantes quant à l’intégration de ces étrangers, du fait de l’excellente scolarisation des enfants et de l’insertion des parents dans le tissu socio-économique environnant : participation aux marchés locaux, bonne adaptation aux travaux forestiers propres à la région et soutien apporté au projet par l’union landaise, le syndicat des propriétaires sylviculteurs.

  • 29 Rapport des renseignements généraux des Landes sur les colonies étrangères du département, 27 nove (...)

21Il est intéressant de comprendre pourquoi l’expérience de Losse n’a pas débouché sur la constitution d’un pôle ethnique. Peut-on dire en ce sens qu’il s’agit d’une « Petite Italie » inaboutie ou avortée ? La dissolution est de fait bien rapide. Selon les témoins encore vivants, beaucoup d’émigrés sont repartis en Italie, parfois assez rapidement après l’arrivée, tandis que d’autres se sont dispersés en France. Les quatorze exploitations semblaient de prime abord suffisantes pour accueillir les familles destinées à les travailler. Dans ce terroir au sol assez pauvre, l’équilibre n’a cependant pas été durable : « Par la suite, certains de ces étrangers ont fait venir divers membres de leurs familles (fils, frères, etc.) et peu à peu la colonie s’est trouvée développée au point de ne pouvoir contenir dans les locaux mis à sa disposition. Bon nombre de familles se voient dans l’obligation de se disjoindre pour se fixer dans des exploitations hors du contrôle de l’association29. » Surtout, l’expérience s’inscrit dans le contexte des années 1950. C’est un projet économique certes collectif et très organisé, mais qui n’affiche aucune dimension idéologique et ne présente pas de caractère communautariste offensif. Il n’est donc pas repéré en tant que « Petite Italie », ne s’appuyant pas sur des mécanismes d’agrégation suffisants pour lui conférer semblable caractère.

  • 30 M. Rouch, « un village du Sud-Ouest dans l’entre-deux-guerres : la sociabilité des immigrés italie (...)

22Il reste à s’interroger sur les ressorts de la vie communautaire dans un tel contexte. Comment se sont malgré tout tissés ou maintenus des liens au sein de l’émigration ? Au travers de quels échanges et/ou institutions ? Au terme d’une enquête monographique au sein d’une petite bourgade du Lot-et-Garonne, Monique Rouch conclue que « la sociabilité entre italiens a été très forte malgré la dispersion de l’habitat […] Les deux aspects les plus frappants sont le durable “quant-à-soi” des communautés qui caractérise toute la période de l’entre-deux-guerres et la très active sociabilité des italiens entre eux. Disséminés dans la campagne mais nombreux, s’étant installés en famille, paysans restés paysans, les italiens ont gardé des habitudes de vie collective, d’autant plus que la réserve teintée d’indifférence ou d’hostilité des Français ne pouvait que les inciter au repliement30 ».

  • 31 Cf. notamment, enquête de 1951 sur les italiens agriculteurs en Lot-et-Garonne. Archives du bureau (...)

23Il est certain que la vie familiale et domestique fonctionne, ici comme ailleurs, à la façon d’un espace conservatoire. Les retrouvailles entre compatriotes revitalisent « l’entre-soi » communautaire. Les paysans se rendent visite pour jouer aux cartes, chanter ou passer les veillées, et surtout lors des rassemblements familiaux et des fêtes. Quant aux lieux de sociabilité, ils n’ont pas fait défaut, avec dans certains bourgs ruraux des commerces alimentaires, cafés ou restaurants italiens dont nombre d’encarts publicitaires de l’époque vantent, outre bien sûr la cuisine et les vins du pays, la décoration « dans le goût italien » ou l’atmosphère d’italianité. a contrario, l’agriculture imposait le partage de relations de travail et l’entraide avec les Français. Lors des grands travaux estivaux, moissons et dépiquages surtout, les voisins se retrouvaient toutes origines confondues pour travailler en commun et partager le repas, ce qui a incontestablement joué dans le sens d’un rapprochement de facto31.

24Faute d’un regroupement spatial bien marqué, seules de puissantes structures communautaires auraient peut-être pu donner un semblant d’image de « Petite Italie ». Le Sud-Ouest n’a pourtant pas été dépourvu d’organisations italiennes. Il y a eu d’abord, dans les années 1920, des tentatives pour structurer de façon spécifique le monde des paysans émigrés au travers d’associations professionnelles. Il s’agissait essentiellement de coopératives pour l’achat de semences et de matériel agricole fonctionnant grâce à des systèmes de prêts avant récolte. Certaines ont été d’obédience fasciste, tel les succursales du consorzio sous tutelle consulaire ou l’Association des agriculteurs italiens du Sud-Ouest destinée aux exploitants et propriétaires ; d’autres expériences associatives étaient, à l’opposé, d’inspiration antifasciste, comme à Agen dès 1925, ou encore comme le Consortium coopératif du Sud-Ouest monté à Toulouse en 1926, puis la ruche agricole à partir de 1927.

  • 32 C. Maltone, « Les associations fascistes italiennes dans le Sud-Ouest », in M. Rouch et C. Maltone(...)
  • 33 L. Teulières, « De l’exil à l’accompagnement d’une population migrante : l’engagement des antifasc (...)

25Quant aux tentatives d’encadrement politique, elles ont joué un temps leur rôle, à la marge cependant. La tutelle émanant du régime fasciste a été structurée comme dans les autres régions de France autour de l’institution diplomatique, les consulats de Toulouse et de Bordeaux relayés par des agences consulaires installées dans les villes moyennes. On trouve donc des sections actives de l’Association nationale des anciens combattants (ANCI) et du fascio, des locaux communautaires – les Case degli Italiani ouvertes à partir de 1928 à Agen, Toulouse, Montauban, puis Pau et Bayonne – des cercles sportifs, des animations pour la jeunesse italienne à l’étranger ainsi que des écoles du jeudi progressivement mises en place au cours des années 193032. L’impact de ces structures s’est trouvé inévitablement limité par les effets de la dispersion géographique de la colonie. Mais leur influence n’a pas été négligeable pour autant. Quant à l’encadrement antifasciste, dynamique un temps lui aussi – avec en particulier la LIDU et le très original syndicat des travailleurs de la terre italiens rattaché à la CGT – sa logique était antagoniste à l’idée même de « Petite Italie ». Contre tout repli nationaliste, elle visait à poser au contraire les cadres d’une insertion militante des émigrés dans la vie sociale et politique du pays d’accueil33. Non pas le retranchement sur l’identité d’origine, mais une collaboration franco-italienne à gauche et la solidarité au sein de la classe ouvrière et paysanne.

  • 34 L. Teulières, « Le pèlerinage des émigrés. Itinéraires de dévotion et missions catholiques italien (...)

26La structure communautaire la plus durable et, sans doute de ce fait la plus décisive, reste certainement la Mission catholique italienne. Elle a conservé jusqu’à ce jour un rôle fédérateur, agissant à la fois comme repère identitaire et comme relais social, surtout dans l’après-guerre. Grâce à une pastorale de proximité, où la tournée sur le terrain tenait une place très importante, les missionnaires rompaient l’isolement des émigrés en assurant entre eux un lien vivant. Malgré la dispersion dans les campagnes, ils ont ainsi fédéré une communauté spirituelle et un réseau relationnel. « La Mission », comme on la désigne simplement au sein de la colonie, orchestre les temps forts des rituels collectifs. Ces célébrations « à l’italienne » sont autant d’occasion d’une convivialité de « l’entre-soi » communautaire. Durant l’entre-deux-guerres, les « pèlerinages des émigrés » auprès de divers sanctuaires du Sud-Ouest ont servi de points de convergence, tout comme les déplacements collectifs à Lourdes34. Dans l’après-guerre, il y a eu aussi les mobilisations exceptionnelles autour des visites de la Vierge de Lorette, la « protectrice des immigrés », en 1950, et de celle de Fatima en 1960. Ces dernières années encore, la « fête de l’amitié » qu’organise chaque automne la Mission de Toulouse reste populaire au sein de la colonie. Autant d’événements qui participent au rassemblement et qui font naître des sortes de « Petites Italies » circonstancielles et éphémères.

27On comprend mieux dès lors, sur quel mode peut opérer de nos jours le retour de mémoire bien réel quant à l’histoire de cette immigration. Aucun quartier n’est là comme ex-Petite Italie pour servir d’appui ou d’élément d’identification aux immigrés et à leurs descendants. Face à ce non-lieu de mémoire ou tout au moins à l’absence de site mémoriel, la reviviscence s’opère plutôt autour de l’idée de réseau, notamment par la dynamique des jumelages intercommunaux entre France et Italie. Celle-ci est apparue clairement dans des communes péri/urbaines, ex-villages absorbés par les agglomérations et parfois de ce fait en mal d’identité. C’est là qu’on a vu émerger depuis la fin des années 1980 un renouveau de l’associationnisme italien, porteur de nouvelles manifestations et commémorations collectives, et vecteur d’échanges avec la Péninsule : rencontres sportives ou visites de chorales, initiatives scolaires, partenariats économiques, tourisme, etc. Au total, le fait de dispersion comme une des dimensions de l’expérience historique des italiens dans le Sud-Ouest français ne signifie pas que rien ne reste quant à la façon dont ils se sont approprié l’espace. S’il n’y a pas eu de réels équivalents de rues ou de quartiers communautaires, une mémoire perdure de leur apport à ce territoire et de la marque laissée sur le paysage. Entre le mythe d’émigrants ayant relevé l’agriculture méridionale et le souvenir qu’ils ont repeuplé bien des villages, des écoles ou des églises, des récits racontent encore comment les italiens ont fait corps avec le monde rural et ont ensemencé la société locale.

Notes

1 F. Micelli, « L’emigrazione friulana nel Sud-Ouest della Francia », La Trace, cahier du CEDEI, n° 2-3, novembre 1989, p. 19-24.

2 « Enquête sur la situation de la main-d’œuvre agricole italienne dans l’arrondissement de Castelsarrasin en avril 1923 », l’Express du Midi, 2 mai 1923.

3 D. Saint-Jean, Intégration ou assimilation des Italiens dans les campagnes toulousaines au xxe siècle, Thèse de doctorat de géographie, université Toulouse-Le Mirail, 1999.

4 P. Guillaume, « Démographie de la communauté italienne du Sud-Ouest dans l’entre-deux-guerres », in L’immigration italienne en France dans les années 20, Paris, Éd. du CEDEI, 1988, p. 175-180.

5 J.-L. Molinie, « un siècle d’immigration à Nérac », Les Amis du Vieux Nérac, n° 11-12-13, 1990/1991, p. 7-40. H. Delpont, Ernesta et Luigi Campolonghi. Immigration italienne et antifascisme en Albret, Nérac, Les Amis du Vieux Nérac, 1991, p. 29.

6 Cette appellation se retrouve dans d’autres régions de France à propos de quartiers concentrant les immigrés : O. Chavanon, « Où sont passés nos Villages Nègres ? », Revue européenne des migrations internationales, vol. 13, n° 1, 1997, p. 191-201. O. Chavanon, « La topographie oubliée des immigrés en terre française », Hommes et migrations, n° 1231, mai/juin 2001, p. 92-104.

7 A. Miszczak, D’hier à aujourd’hui : la communauté polonaise de Cagnac-les-Mines, 1920-2000, Maîtrise, université de Toulouse-Le Mirail, 2000. S. Sompayrac, La vie des immigrés polonais de Carmaux et de Cagnac-les-Mines : 1920-1980, Maîtrise, université de Toulouse-Le Mirail, 1981.

8 F. Bousquet, Les étrangers à Aubin et Cransac en 1931, Maîtrise, université de Toulouse-Le Mirail, 1973. M. Delpech, Les Polonais en Aveyron de 1921 à 1968, Maîtrise, université de Toulouse-Le Mirail, 1993.

9 « La main-d’œuvre étrangère dans le Sud-Ouest », L’Information régionale, n° 108, 29 octobre 1927.

10 L. Teulières, Immigrés d’Italie et paysans de France (1920-1944), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. Tempus, 2002.

11 R. Brunet, Les campagnes toulousaines. Étude géographique, Toulouse, Publications de la Faculté de Lettres et Sciences humaines de Toulouse, 1965, p. 418.

12 « La Cocagne est finie », Il Mezzogiorno, n° 2, 17 octobre 1925.

13 Sud-Ouest Dimanche, 18 mars 1984.

14 P. Guillaume, « Démographie… », op. cit.

15 S. Galli, « L’immigration italienne dans un village du Gers : modalité de pénétration d’un milieu », Cahiers d’anthropologie et de biométrie humaine, 1988, n° 3-4, p. 135-153.

16 « Enquête sur la population de la France. Le département du Tarn-et-Garonne », L’Illustration, 23 février 1929.

17 Enquête de 1951 sur les italiens agriculteurs en Lot-et-Garonne. Archives du bureau de l’INED, Archives nationales, CAC, 760138, art/17-TR 1279.

18 B. Poche, « sociologie de l’auto-référence. Quelques exemples européens », Espaces et sociétés, 1993, n° 70-71, p. 33-53. B. Poche, « Lorsque l’étranger cesse de l’être ou le pouvoir naturalisateur du local. Schizzi », Espaces et sociétés, janvier/juin 1985, n° 46, p. 121-127.

19 J. Bodei, Les étrangers à Pau en 1906 et 1921. Mémoire de Ter, université de Pau, 1986, p. 22.

20 P. Guillaume, « Démographie… », op. cit.

21 N. Scandella, « Les Italiens dans l’agglomération fuméloise (1920-1960) », in Étrangers en Aquitaine, Bordeaux, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1990, p. 327-369.

22 F. Ramella, « L’émigration dans la mémoire des migrants : les récits oraux », in L’immigration italienne en France…, op. cit., p. 123-128.

23 D. Saint-Jean, op. cit.

24 R. Schor, « Italiens des villes – italiens des champs. L’accueil des immigrés italiens dans les Alpes-Maritimes et dans le Sud-Ouest (1919-1939) », Recherches régionales, n° 1, janvier/mars 1982, p. 45-54. r. Schor, « Les étrangers dans la ville : le péril italien dans les agglomérations des Alpes-Maritimes de 1919 à 1939 », Annales de la Faculté de lettres de Nice, n° 25, 1975, p. 75-108.

25 G. Marcel-Rémond, L’immigration italienne dans le Sud-Ouest de la France, Paris, Dalloz, 1928.

26 C. Maltone, A. Buttarelli, la « petite Italie » de Blanquefort du Gers : histoire et mémoire (1924-1960), Bordeaux, Maison des Sciences de l’homme d’Aquitaine, 1993. J. Anglade, « Les Italiens : Cezare Zanetti, agriculteur à Blanquefort (Gers) », in La vie quotidienne des immigrés en France de 1919 à nos jours, Paris, Hachette, 1976, p. 47-64.

27 « Le problème rural dans le Sud-Ouest. Il nous faut une politique de peuplement de nos campagnes », La Dépêche, 7 août 1933.

28 Étude des colonies étrangères des Landes, réalisée par le directeur départemental de la population, année 1951. Archives départementales de la Haute-Garonne (AD HG), 2008/55.

29 Rapport des renseignements généraux des Landes sur les colonies étrangères du département, 27 novembre 1952, AD HG, 2008/55.

30 M. Rouch, « un village du Sud-Ouest dans l’entre-deux-guerres : la sociabilité des immigrés italiens à Monclar d’Agenais », in L’immigration italienne en France, op. cit., p. 255-269.

31 Cf. notamment, enquête de 1951 sur les italiens agriculteurs en Lot-et-Garonne. Archives du bureau de l’INED, AN, CAC 760138, art/17-TR 1279.

32 C. Maltone, « Les associations fascistes italiennes dans le Sud-Ouest », in M. Rouch et C. Maltone (dir.), Sur les pas des Italiens en Aquitaine au xxe siècle, Talence, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1998, p. 115-149.

33 L. Teulières, « De l’exil à l’accompagnement d’une population migrante : l’engagement des antifascistes au côté des paysans émigrés », in F. Boubia (dir.), Exil et migration, Caen, Cahiers de la MRSH, 2003, p. 37-48.

34 L. Teulières, « Le pèlerinage des émigrés. Itinéraires de dévotion et missions catholiques italiennes dans la France du Sud-Ouest », Le Mouvement social, février/mars 2005, n° 209, p. 53-70.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540