Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Deuxième partie. Les Petites Italies au miroir de la diversité italienne

Argenteuil : une Petite Italie antifasciste ?

Antonio Canovi

Texte intégral

  • 1 C’est une manière de désigner les originaires de Cavriago, commune située à 8 km de Reggio Emilia, (...)

1Selon Armando Pisi – émigré originaire de la province italienne de Reggio Emilia dans les années 1920 – l’accès à Mazagran, sur la colline entre Argenteuil et Sannois, était géré par les « Cuariàghìn1 » de manière un peu trop expéditive : « Si tu montrais le “permis de conduire antifasciste”, bien, sinon… » Se méfier ainsi de lui, qui pourtant, n’avait montré aucune sympathie pour le fascisme !

2Armando, installé en proche banlieue parisienne, entre Saint-Ouen et Clichy, n’a jamais vécu à Argenteuil mais, comme beaucoup d’italiens de la banlieue nord-ouest, il a fréquenté la communauté de Mazagran – accrochée au coteau argenteuillais entre Volembert et les Peupliers. Son témoignage laisse deviner qu’il ne s’agissait pas d’une « Petite Italie » comme les autres.

Préhistoire d’une « Petite Italie »

  • 2 A. Canovi, Argenteuil, creuset d’une Petite Italie. Histoire et mémoire d’une migration, Pantin, L (...)

3Si la colonie italienne d’Argenteuil acquiert son identité avec la migration antifasciste de l’entre-deux-guerres, son histoire commence bien avant2. Le territoire d’Argenteuil se situe à quelque 15 kilomètres de Paris, au nord d’une boucle de la Seine. Bien reliée à la capitale et riche en matériaux de construction, elle commence à faire figure de grande banlieue dès la seconde moitié du xixe siècle, et devient un pôle d’immigration. Pour ce petit bourg viticole, c’est l’heure des grandes transformations : des carrières de gypse (matière première du plâtre) prolifèrent sur la colline, de grandes industries sidérurgiques et mécaniques (Joly, Lorraine-Dietrich) s’installent le long de la Seine. La petite ville voit sa population doubler entre 1877 (8 784 habitants) et 1901 (17 424).

  • 3 « La grève des Carriers de Seine et Oise », Le Petit Journal, 21 avril 1909. Cité in A. Canovi, Ar (...)

4L’immigration étrangère se développe, en liaison avec l’exploitation du gypse. De 341 en 1877, les étrangers recensés dans la commune passent à 1 017 en 1891, sur un total de 13 305 habitants. Il s’agit surtout de Belges et d’italiens à côté d’une poignée de Suisses, dont la présence ancienne est liée à l’existence d’une place forte militaire, et de quelques Marocains qui ne sont mentionnés qu’épisodiquement. Les Belges ont constitué la première filière d’ouvriers des carrières. Les italiens, dont l’avant-garde est apparue dans les années 1880, sont dix ans plus tard, les plus nombreux. Comme les autres ouvriers, ils se regroupent sur les collines de gypse entre Argenteuil et Sannois, au lieu-dit Mazagran, loin du centre, sur les marges nord de la commune. Beaucoup d’entre eux travaillent dans les carrières ainsi que dans des entreprises liées à l’exploitation du gypse. Très tôt, les ouvriers italiens vont marquer la vie locale au-delà de leur importance quantitative, car ils se montrent actifs dans le mouvement syndical. Celui-ci prend justement naissance autour des gisements de gypse, à Argenteuil et dans le Val d’Oise. Lors de la grande grève qui paralyse les carrières de la région en 1909, la Fédération CGT établit son quartier général au restaurant franco-italien de Mazagran3. Ce type de syndicalisme s’étend ensuite aux entreprises auxquelles les italiens fournissent une main-d’œuvre plus jeune et aussi qualifiée.

  • 4 La Giustizia, 14 mai 1899.

5S’il est difficile de connaître le lieu de naissance des italiens d’Argenteuil avant la Première guerre mondiale, au moins a-t-on pu retrouver la trace, attestée dès les années 1890, de plusieurs ressortissants considérés comme subversifs outre-monts : quelques anarchistes du Cercle internationaliste, pourchassés en Italie, puis des ouvriers de conviction socialiste. Ainsi dès 1899, le Cercle socialiste de Cavriago fait état, dans La Giustizia, de l’existence d’« un groupe de camarades émigrés à Argenteuille (sic)4 ». La route Cavriago/Argenteuil a donc été ouverte très tôt et, bien avant l’épisode du fascisme, la tonalité est déjà celle du militantisme prolétarien. L’échange militant avec les autres ouvriers ne doit cependant pas faire illusion : l’époque est aux heurts xénophobes ainsi qu’aux rixes entre ouvriers, et la violence naturelle prêtée aux italiens mobilise la police locale, sur place comme dans la commune voisine de Sannois.

6Il reste que les bases d’un territoire sont posées. Territoire immigré rejeté sur les marges, dépourvu de tout, à mi-chemin entre le campement de chantier et le faubourg où poussent des pavillons de fortune. On voit apparaître les premiers cafés franco-italiens, des magasins d’alimentation « à l’italienne ». Musique, danse animent une vie ouvrière qui dépasse les limites d’une colonie longtemps modeste et très masculine (environ 400 personnes en 1919 selon la préfecture, dont un tiers de femmes). Les sociabilités italiennes contribuent à modeler une culture populaire où la lutte des classes tend à l’emporter sur la religion. À Mazagran, il ne sera jamais construit d’église. Au vu des archives locales, les italiens d’Argenteuil manifestaient une forte adhésion aux pratiques laïques de citoyenneté, liées à l’institution municipale, notamment les parrainages et les fêtes commémoratives. Si bien qu’en se transformant en territoire italien avec une identité reconnaissable, aimée ou redoutée selon les points de vue (c’est ainsi qu’avant même une école, s’installe un poste de gendarmerie !), Mazagran – Mazzagrande pour les émigrés – abandonne peu à peu son statut marginal.

L’hospitalité antifasciste

7Mais c’est surtout aux débuts de l’ère fasciste, dans les années 1920, que la communauté locale italienne va présenter une cohésion inhabituelle, par rapport non seulement aux autres courants migratoires, mais aussi aux Argenteuillais.

8La croissance du nombre de Transalpins est significative dès 1921, et, en 1931, ils sont plus de 3 000 pour l’ensemble de la commune. Celle-ci compte désormais plus de 70 000 habitants, et les italiens sont de loin les plus nombreux des quelque 14 000 étrangers d’Argenteuil. 1931 est l’année du pic de la présence étrangère en France. Celle-ci décroît ensuite sous l’effet de la crise. À Argenteuil, on ne recense plus que 6 840 étrangers en 1936. Mais les italiens sont toujours plus de 3 000. Encore, faut-il tenir compte du fait que le phénomène de l’émigration clandestine continue et que de plus on se situe désormais à une époque où les naturalisations sont nombreuses.

9Un tiers des italiens d’Argenteuil se concentre autour de Mazagran, dans ce qui fait figure de « foyer communautaire italien » : on y trouve à la fois des filières anciennes et stabilisées et d’autres plus récentes et plus mobiles, fluctuant au gré de la conjoncture économique et des aléas de la clandestinité. Mazagran devient en effet territoire d’accueil des antifascistes, prioritairement de ceux qui viennent de la région de Reggio Emilia. Cavriago fournit le plus gros contingent. Cela commence avec l’exil, en 1921, d’un important groupe de communistes, qui ne sont pas seulement des travailleurs masculins isolés, et parmi lesquels on compte également des familles. Parmi ceux-ci, se trouvent au moins sept conseillers municipaux destitués par le fascisme.

10La communauté s’enrichit de nombreux nouveaux venus et organise les liens de la clandestinité. Le critère de sélection est plus politique que régional, mais le jeu des réseaux et leur ancienneté instaure de facto une forme de double localisme, conforté par la vitalité de la Fratellanza reggiana, comme on le verra plus loin. L’antifascisme se fait langue communautaire, règle stricte, peu préoccupée de tolérance comme le soulignait le témoignage liminaire.

11La Petite Italie antifasciste de Mazagran, fermée aux fascistes et aux tièdes, est au contraire en phase avec l’histoire municipale. Au cours des années 1930, le mouvement ouvrier argenteuillais part à la conquête de la mairie, ce qui est chose faite en 1935. Les émigrés italiens ont alors apporté l’expérience directe de leur engagement antifasciste et participé à la campagne, tout comme à la vie municipale après la victoire. Les documents d’archives révèlent l’émergence à Argenteuil d’un pôle impressionnant d’activités liées à des formes de sociabilités politiques : dans les salles communales se tiennent des meetings avec des centaines de participants, où interviennent des orateurs tant français (Gabriel Péri est de la ville) qu’italiens, communistes ou socialistes, venus le plus souvent de Paris ou directement d’italie : c’est ainsi que passent les dirigeants en exil du niveau de Di vittorio, Buozzi, nenni, Cocchi. Le tout se conclut le plus souvent par de grandes nuits de bal. Les Cuariàghìn deviennent de vrais Argenteuillais : ils participent à l’action politique même s’ils n’ont pas le droit de vote, et aux sociabilités d’une époque pleine d’espoir. En même temps, le sport, en premier lieu le football et le cyclisme, comme partout en France, assume un rôle important dans la rencontre entre des groupes de jeunes, italiens ou franco-italiens.

  • 5 M.-C. Blanc-Chaléard, « Intégration et politique : les conseillers municipaux d’origine italienne (...)

12Argenteuil devient ainsi un des bastions de la ceinture rouge à la mode franco-italienne, comme il en fut plusieurs autour de Paris5. Elle fournit des volontaires français et italiens pour la guerre d’Espagne. on retrouvera la même chose durant l’occupation nazie, au cours de laquelle se multiplient les actes de désobéissance (par exemple pour fuir le Service du travail obligatoire) ou de résistance ouverte : c’est justement à Mazagran que trouve, un temps, refuge et soutien un groupe lié à l’Affiche rouge, dirigé par Rino Della negra, capturé et fusillé ensuite par l’occupant.

Les Reggiani de Cavriago et La « Fratellanza reggiana »

13Les Reggiani, issus de la filière migratoire en provenance de la province de Reggio Emilia, ont fait l’objet de nombreuses recherches depuis quelques années, notamment au sein du CEDEI. L’attention s’est portée avant tout sur le rôle et la longévité d’une association de caractère mutualiste, fondée dans les années 1930 dans l’environnement antifasciste de la région parisienne à l’époque du Front populaire et de l’Unione popolare italiana.

  • 6 L. Castellani, « La Fratellanza Reggiana : une association d’émigrants dans la guerre (1936-1946)  (...)
  • 7 L’association est née dans un café du xxe arrondissement de Paris, où les Reggiani étaient nombreu (...)

14Il s’agit de la Fratellanza Reggiana de Paris dont le rôle était assistantiel et festif sur fond de militantisme antifasciste et plus particulièrement communiste6. Si son aire de recrutement s’étend à toute la région parisienne7, avec aussi des « pointes » ailleurs, il faut cependant souligner combien la section d’Argenteuil a toujours eu un poids particulier, du fait de l’adhésion de nombreuses familles originaires de la région de Reggio Emilia et installées là. il existe à ce propos un document montrant bien les liens entre filières migratoires et politiques : quand, en 1939, tombe entre les mains fascistes l’organigramme complet de l’organisation communiste italienne en France, le seul siège stable d’une Fratellanza en dehors du siège central de Paris est celui d’Argenteuil. En examinant de plus près la liste des adhérents locaux de la fratellanza, établie à partir de ce document de 1939 ainsi que d’une vaste campagne de récolte de témoignages oraux, on relève l’importance d’un double réseau local lié d’abord à la commune de Cavriago ainsi qu’à de nombreux villages situés dans le piémont du Val d’Enza.

  • 8 Cf. la brochure du 50e anniversaire, parue en 1983 : R. Barazzoni (éd.), La Fratellanza Reggiana d (...)

15Il y a donc, au-delà même de la dimension régionale, un lien de type « campaniliste » au sein de cette Fratellanza où dominent les pôles symétriques de Cavriago et Argenteuil. La solidité de ce lien a-t-elle entretenu une culture communautaire « localiste » au sein de cette association, l’une des plus vivantes dans les décennies d’après-guerre et qui existe toujours aujourd’hui8 ? Ce n’est pas le sentiment qu’on peut avoir de nos jours. La permanence de cette filière dans le temps n’est pas passée par une transmission étroitement endogamique : qui a observé les activités sociales de la Fratellanza jusqu’aux années 1990, ne peut qu’être frappé par la coexistence de liens familiaux mais aussi amicaux assez variés, incluant des gens originaires d’autres régions et même d’autres pays, mais toujours liés au groupe par des sympathies politiques. Parmi les reggiani eux-mêmes, on compte une majorité de Français par naturalisation, et lors des retrouvailles, on mange, et on mange ensemble en continuant l’activité de la Fratellanza, des spécialités culinaires italiennes ainsi que des plats de cuisine française. Pourtant, pendant longtemps – au moins pour la première et la deuxième génération ; cela semble plus problématique pour les troisième et quatrième et ici, l’étude reste à mener – on a continué à se sentir « reggiano », tout en donnant un sens particulier à cette qualité : les reggiani attribuent une plus grande valeur à une intégration liée, non à une réussite économique (selon le canon mais aussi le stéréotype de l’émigrant italien) mais à l’implication dans la vie civique et politique. Dès le début, on a recherché pour diriger la Fratellanza des gens, certes d’une grande valeur professionnelle, mais aussi d’une forte « moralité » politique. Parmi les fondateurs de l’association, on retrouve des personnages de l’importance de Paolo Davoli et Angelo Zanti (revenus à Reggio Emilia pour prendre part à la Résistance et fusillés par les nazis au printemps 1945), Cesare Campioli (maire de Reggio Emilia à la Libération) ou de la fille de Zanti, Carmen, qui elle aussi résidait à Argenteuil avec la famille : elle devait devenir dirigeante de la Fédération mondiale des femmes et députée au parlement italien. L’identité régionale, inséparable de l’identité politique, a sans doute contribué à la longévité de la Fratellanza et à la nature du sentiment d’appartenance propre aux anciens de Mazzagrande.

Argenteuil, petite patrie internationaliste

16Si les réalités de la région de provenance ont donc conservé dans le temps un poids spécifique et ont certainement nourri des « us et coutumes » ainsi qu’une une riche sociabilité, elles n’ont cependant pas représenté un unique horizon de sens dans lequel s’inscrire. Les italiens d’Argenteuil n’ont ainsi jamais utilisé, dans le passé ou dans leurs débats récents, l’expression « Petite Italie ». On entendait plutôt résonner, avec une certaine dose d’orgueil chez les intéressés et d’ironie pour les autres, des noms du genre « Petit Cavriago » ou « Petite Reggio » ou des affirmations telles que « nous sommes de Mazzagrande ». L’objectif, au moins pour celui qui restait sur place, était de se faire accepter, mais à partir de ce qu’il était, sans oublier ni renier son propre itinéraire. La nouvelle réalité de Mazzagrande a suffisamment imprégné un demi-siècle pour être pleinement reconnue et trouver une place citoyenne, qui en fait une partie intégrante d’Argenteuil. Il s’agit d’un processus dans lequel l’identité politique municipale – les sociologues parleraient de subculture politique territoriale – assez marquée par l’expérience antifasciste, a constitué le plan de médiation original et fondateur entre une implantation composite et riche de différentes cultures (et d’abord entre les diverses régions italiennes) et le cadre commun de l’intégration républicaine.

17Mais comment ces Reggiani sont-ils devenus français ? Je voudrais signaler ici un écart avec le « canon » de l’intégration tel qu’on le rencontre dans de nombreuses études : si les immigrés italiens ont certes fréquenté l’école française, dans la mémoire récoltée à Argenteuil je n’ai pas retrouvé de discours emphatique sur cette expérience, à l’exception des anecdotes sur le rapport conflictuel avec les enfants français. En revanche, la mémoire collective, telle que je l’ai saisie, a eu tendance à se fixer avec une profusion de récits et d’anecdotes, sur la sphère politique, y compris quand il s’agissait de se souvenir d’une série de revendications très concrètes, liées aux services communaux. C’est le Parti communiste français, qui dans cette zone rassemblait le maximum de soutien, qui s’est fait l’interprète, certes à un niveau municipal de base, de ce « faire de la politique », vital pour les émigrés antifascistes et leurs descendants. De cette façon, on est devenu « d’Argenteuil » mais pas à proprement parler « transparent », ni « comme les autres ». Au moins dans le groupe originaire de Reggio-Emilia, que j’ai davantage étudié, j’ai rencontré la persistance d’une dualité dans les systèmes de référence, tout à la fois locaux et internationaux plus que républicains au sens strict : être bien intégré dans la société française et en même temps revendiquer sa propre origine « reggiana » (ou « cavriaghina » pour ceux de Cavriago) ; être d’Argenteuil aussi comme partie prenante du prolétariat communiste mondial. Sur ce dernier plan, ils sont en parfait accord avec la politique municipale communiste locale (comparable à celle de bien d’autres villes « rouges ») tellement préoccupée dans les années 1960 et 1970 d’établir des accords de solidarité, des jumelages, d’abord avec des villes de l’autre côté du rideau de fer, puis avec les pays du Sud.

18En somme, la « petite patrie antifasciste » d’Argenteuil s’est construite et a résisté tant qu’elle a su tenir ensemble les nombreux apports qui l’ont nourrie. Ceci a été vrai jusqu’aux années 1990, quand ce cadre de référence s’est effondré, soit dans les pratiques municipales (avec en premier lieu la manifestation d’une certaine dose de défiance vis-à-vis des nouvelles couches de migrants), soit à cause de l’effondrement de l’URSS et du cadre idéologique qui lui était lié. La mémoire s’est alors teintée d’une nostalgie quelque peu amère.

Les « Ritalies » dans le monde : expérience migratoire et construction mémorielle

19Au milieu de ces années 1990, quand j’ai commencé mes « exercices de reconnaissance » en me déplaçant entre les pavillons italiens qui, nombreux encore, ponctuent les restes de la vieille colline de gypse, j’ai rencontré quelque chose d’imprévu et, pour moi, d’inconnu. Ni l’humour, ni encore moins la fanfaronnade de celui qui vit à l’étranger une vie d’« aventures », pas plus que l’embarras mal dissimulé de celui qui ne veut pas confesser les adversités traversées comme clandestin… J’ai senti autre chose, une sorte de douleur spécifique, comme si on se consumait du fait de l’absence de reconnaissance de cette expérience migratoire, et ceci sur les deux versants : en tant qu’italiens ayant essayé de toutes les façons possibles de devenir Français pour se retrouver aujourd’hui dans une France qui s’est rangée à une pensée unique « assimilationniste », en tant que Reggiani ayant cultivé le rêve d’une patrie des ancêtres qui semble, avec les nouvelles générations, avoir disparu ou s’être dénaturée pour laisser place aux processus mercantiles de la mobilisation individualiste.

20Le paradoxe, pour les acteurs de cette épopée migratoire, est que leur expérience originale a peiné et peine à trouver une place dans l’histoire, au moment précis où l’Europe entière s’interroge sur l’identité du sujet migrant comme des communautés d’immigrés. Le nœud du problème tourne autour de ce que nous savons, ce que nous voulons retenir de l’expérience migrante, en terme de mémoire publique. Quand nos acteurs, et les nouvelles générations qui en sont héritières, restent en France, c’est pour toujours : ils sont Français et donc intégrés. Pourtant, s’ils retournent en Italie, c’est comme s’ils n’en étaient jamais partis : en effet, on les accueille alors en tant qu’« italiens du monde », comme si ceux-ci étaient immuables, sous toutes les latitudes.

  • 9 P. Milza, Voyage en Ritalie, Plon, 1993, 532 p.

21Mais les « Ritalies », pour reprendre la belle expression inventée en son temps par Pierre Milza9 (et jamais traduite, à ce qu’il me semble, en Italie), prennent forme en autant d’itinéraires qu’en ont tracé les trajets des migrants italiens : ma contribution sera entendue, je l’espère, comme une tentative pour sauvegarder la physionomie multiple et pluraliste de toutes les « Ritalies » ou « Petites Italies », quelle que soit la façon dont on veuille appeler le résultat – et celui-ci se conjugue au présent et non au passé – de l’expérience migratoire complexe qui a traversé la société italienne contemporaine.

Notes

1 C’est une manière de désigner les originaires de Cavriago, commune située à 8 km de Reggio Emilia, dans la partie haute de la plaine du Po.

2 A. Canovi, Argenteuil, creuset d’une Petite Italie. Histoire et mémoire d’une migration, Pantin, Le Temps des Cerises, 2000.

3 « La grève des Carriers de Seine et Oise », Le Petit Journal, 21 avril 1909. Cité in A. Canovi, Argenteuil, op. cit., p. 165.

4 La Giustizia, 14 mai 1899.

5 M.-C. Blanc-Chaléard, « Intégration et politique : les conseillers municipaux d’origine italienne en banlieue parisienne (1945-1970) », in M.-C. Blanc-Chaléard (dir.), Les Italiens en France depuis 1945, PUR, 2003, p. 173-190.

6 L. Castellani, « La Fratellanza Reggiana : une association d’émigrants dans la guerre (1936-1946) », in G. Perona (a cura di), Gli italiani in Francia, 1936-1946, Franco Angeli, Mezzosecolo, 9, 1994, p. 253-268.

7 L’association est née dans un café du xxe arrondissement de Paris, où les Reggiani étaient nombreux. Les parents de l’acteur Serge Reggiani, coiffeurs dans le IIIe arrondissement, en étaient membres.

8 Cf. la brochure du 50e anniversaire, parue en 1983 : R. Barazzoni (éd.), La Fratellanza Reggiana di Parigi. Cinquant’anni di fedelta alla terra d’origine, Ed. del Comune di Reggio Emilia.

9 P. Milza, Voyage en Ritalie, Plon, 1993, 532 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540