Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Deuxième partie. Les Petites Italies au miroir de la diversité italienne

Argenteuil : une Petite Italie antifasciste ?

Antonio Canovi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon Armando Pisi – émigré originaire de la province italienne de Reggio Emilia dans les années 1920 – l’accès à Mazagran, sur la colline entre Argenteuil et Sannois, était géré par les « Cuariàghìn1 » de manière un peu trop expéditive : « Si tu montrais le “permis de conduire antifasciste”, bien, sinon… » Se méfier ainsi de lui, qui pourtant, n’avait montré aucune sympathie pour le fascisme !

Armando, installé en proche banlieue parisienne, entre Saint-Ouen et Clichy, n’a jamais vécu à Argenteuil mais, comme beaucoup d’italiens de la banlieue nord-ouest, il a fréquenté la communauté de Mazagran – accrochée au coteau argenteuillais entre Volembert et les Peupliers. Son témoignage laisse deviner qu’il ne s’agissait pas d’une « Petite Italie » comme les autres.

Préhistoire d’une « Petite Italie »

Si la colonie italienne d’Argenteuil acquiert son identité avec la migration antifasciste de l’entre-deux-guerres, son histoire commence bien avant2. Le territoire d’Argenteuil se situe à quelq...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540