Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Deuxième partie. Les Petites Italies au miroir de la diversité italienne

La communauté « trentina » de Delle

Frédéric Spagnoli

Volltext

  • 1 P. Milza, Voyage en Ritalie, Paris, Plon, 1993, p. 429.
  • 2 A. Bechelloni, « Une Enquête sur l’immigration italienne de l’entre-deux-guerres en Franche-Comté  (...)

1Région méconnue en ce qui concerne les Italiens1, la Franche-Comté a accueilli une assez forte immigration aux caractéristiques très différentes : bûcherons du Haut/Doubs, ouvriers de la grande usine Peugeot ou des petites industries de Saint-Claude dans le Jura2. Nous allons aborder ici un autre aspect de cette présence en nous penchant sur le cas de la communauté « trentina » de la petite ville de Delle et de la chaîne migratoire qui s’est constituée avec le sud de la province de Trente, située au nord de l’Italie. Avant de commencer, nous tenons à préciser que nous ne traiterons que de petits nombres de migrants mais ils sont, selon nous, très caractéristiques. Dans un premier temps, avant d’entrer dans le vif du sujet, nous présenterons brièvement les deux extrémités de cette chaîne migratoire.

Le cadre général

  • 3 A. Franchini, « Paleoemigrazione (1500-1800) e gerghi di mestiere (1800-1900) in Trentino », in Em (...)
  • 4 C. Grandi, Verso i paesi della speranza : l’emigrazione trentina dal 1870 al 1914, Abano Terme, Fr (...)
  • 5 http ://www.statistica.provincia.tn.it/TrentinoInSchede/Default.htm consulté le 3 mai 2006.
  • 6 E. Vial, « In Francia » in Storia dell’emigrazione italiana, vol. 2  : Arrivi, sous la direction d (...)
  • 7 R. M. Grosselli, Contadini trentini (veneti e lombardi) nelle foreste brasiliane, Trento, PAT, 198 (...)
  • 8 J. Rainhorn, « “Petites Italies”, le mot et la chose », Petites Italies dans l’Europe du Nord-Oues (...)
  • 9 F. Massarotto Raouik, L’emigrazione trentina al femminile. Vol. 3 : Francia : Ai confini della mem (...)
  • 10 A. Cattoi, L’emigrazione trentina in Francia nel Novecento, tesi di laurea in storia contemporanea (...)

2Le Trentin, une des « Terres irrédentes », a connu une forte émigration pendant pratiquement un siècle, de 1870 à 1970. L’émigration n’est pas un phénomène nouveau pour les « Trentini » qui, comme d’autres habitants des alpes, pratiquent les migrations saisonnières depuis des siècles3. À partir de 1870 cependant, ces mouvements deviennent de plus en plus importants et pour des périodes de plus en plus longues. L’économie de la province est alors essentiellement agricole et traverse une crise profonde : trois grandes inondations entre 1868 et 1882, les maladies des vers à soie et des vignes ont dévasté la province. Les rares industries existantes ne sont que très peu développées. Peu de travail, beaucoup de bras. Au début du xxe siècle, quelques 15 000 Trentins partent chaque année de la province4. On estime ainsi qu’aujourd’hui environ 400 000 personnes descendent de personnes ayant quitté le Trentin de 1870 à 1970, soit presque la population actuelle de la province (497 546 habitants en 20045). Aux temps de l’empire austrohongrois, l’émigration s’effectue principalement outre-Atlantique (Brésil et États-Unis notamment) ou au sein de l’empire (Autriche, Bosnie…). Par contre, pendant l’entre-deux-guerres, les « Trentini » se dirigent entre autres vers la France, suivant en cela le comportement des Venètes6. Il est fort probable d’ailleurs que dans bien des statistiques françaises, ils aient été assimilés à ces derniers. Depuis une trentaine d’années, de nombreux travaux ont été réalisés sur l’émigration « trentina ». Cependant, la plupart de ces recherches sont consacrées au continent américain7, comme une grande partie des recherches menées en Italie8, et il n’existe à l’heure actuelle que deux travaux sur l’émigration « trentina » en France. Francesca Massarotto Raouik, dans son travail sur l’émigration féminine, consacre un volume à la France et plus particulièrement à la lorraine et au bassin houiller de Briey9. On recense également une thèse de « laurea » soutenue en 1993 et qui met en évidence la présence de Trentins sur tout le territoire français10.

  • 11 L’encyclopédie de la Franche-Comté, Besançon, sous la direction de J. Boichard, Éd. de la Manufact (...)
  • 12 M.-C. Juillard, Option des Alsaciens/Lorrains dans le Territoire de Belfort : 1871-1872, tome I, A (...)
  • 13 N. Abraham, L’immigration à Pontarlier durant l’entre-deux-guerres, Maîtrise d’histoire, Universit (...)

3Delle est une petite cité qui se situe dans le département du Territoire de Belfort – elle en est aujourd’hui la deuxième ville – au nord de la Franche-Comté. Delle est frontalière avec la Suisse et se situe à 15 kilomètres seulement de l’alsace et à 50 kilomètres de l’Allemagne. Elle n’a pas été rattachée à la France avant le xviie siècle et jusqu’à la guerre de 1870-1871 elle a fait partie du Haut-Rhin (alsace) avant de rester française au sein du Territoire de Belfort qui venait d’être créé. Comme le remarque L’Encyclopédie de la Franche-Comté, « au nord de la Franche-Comté, la frontière n’a joué qu’un rôle historique mais considérable11 » et la ville est depuis toujours un lieu de passage et un lieu d’accueil pour les étrangers, réfugiés ou migrants. Après l’armistice de 1871, pour fuir l’occupation allemande, de nombreuses entreprises alsaciennes se sont installées dans la région contribuant à son développement économique, notamment la Société alsacienne de constructions mécaniques qui deviendra Alstom. Les alsaciens sont alors identifiés dans les listes de recensement comme alsaciens ou allemands, ne devenant Français qu’après avoir opté pour la nationalité française12. De la même façon, les contacts avec la Suisse sont fréquents, contacts économiques et commerciaux, religieux, ou tout simplement familiaux. Delle connaît, comme d’autres parties de la Franche-Comté13, une forte immigration suisse aux xixe et xxe siècles.

  • 14 M. Bidaux, Tchie no vay l’Aedjoue (Chez nous vers l’Ajoie), Porrentruy, Éd. Le Jura, 1967, p. 48.

4Cet afflux de capitaux alsaciens et suisses permet à Delle de connaître un grand développement économique, surtout après la première guerre mondiale. Les besoins en main-d’œuvre étant très importants, les usines delloises ont besoin de bras qu’elles ont des difficultés à trouver en France. De 1 078 habitants en 1851, la commune passe à 3 261 en 1931, 4 065 en 1954 et 6 624 en 2004. La population est multipliée par six en l’espace de 150 ans. Maurice Bidaux, un historien local, résume cela en 1967 : « C’était, fin xixe siècle, un gros bourg rural à 75 %, le reste étant des familles d’artisans, de cheminots, de douaniers. Aujourd’hui, c’est une petite ville vivant en cité à 90 %. C’est le fief de l’industrie et du négoce14. »

L’origine du courant migratoire

  • 15 http ://www.comprensorioc10.tn.it/ consulté le 11 février 2006.

5C’est dans ce contexte à la fois particulier et caractéristique de la vieille Europe qu’a eu lieu, durant l’entre-deux-guerres et jusque dans les années 1950, une forte immigration en provenance du Trentin. Les migrants proviennent surtout des communes de Terragnolo, Trambileno et à moindre échelle de Vallarsa, situées dans le sud de la province aux environs de Rovereto, deuxième ville de la province après Trente. Entourées de montagnes, construites à flanc de coteaux au-dessus des deux branches du torrent, elles se caractérisent par une unité tant géographique qu’historique. Elles se trouvent dans deux vallées très similaires et très proches l’une de l’autre, les vallées du torrent Leno (« Vallarsa » et « Valle di Terragnolo »), à la frontière avec la province de Vicence. La population est aujourd’hui relativement faible, au 31 décembre 200315 : Terragnolo : 768 habitants ; Trambileno, 1279 et Vallarsa, 1393. Il ne s’agit pas de simples entités géographiques mais du regroupement de plusieurs « frazioni ». Ainsi Terragnolo compte 33 hameaux, Trambileno 19 et Vallarsa 25.

  • 16 B. Bais, Storia della Valle di Terragnolo, Mori, La Grafica, 1986, p. 30.
  • 17 G. Anzilotti Mastrelli, « I cognomi cimbri del comune di Trambileno nel roveretano », Archivio per (...)
  • 18 « Don Lorenzo Guetti a Terragnolo », Terragnolo notizie, Terragnolo, anno 1, n° 2, 1993, p. 10.
  • 19 Don Lorenzo Guetti, Statistica dell’emigrazione americana avvenuta nel Trentino dal 1870 in poi co (...)
  • 20 M. Eichta, Braunau-Katzenau-Mitterndorf 1915-1918 : il ricordo dei profughi e degli internati del (...)
  • 21 « La più disgraziata delle valli trentine », O. Brentari, Lettere dal Trentino, Trento, Disertori, (...)

6L’économie traditionnelle est de type agricole et sylvo-pastorale et les cultures et les zones habitées sont organisées et construites sous la forme de terrasses. La nature a profondément marqué ces deux vallées et son influence sur la vie quotidienne des habitants est très grande. À partir de la fin du xie siècle, ces villages furent colonisés par des paysans allemands venus de Bavière qui s’ajoutèrent aux populations latines déjà présentes ou avec lesquelles elles devaient se mêler plus tard16. Ces populations ont maintenu un certain dialecte allemand du haut Moyen Âge jusqu’au xixe siècle. Cette superposition entre la langue romane et la langue germanique se manifeste dans la toponymie de la vallée ainsi que dans les noms de famille17. Pour faire face à la crise économique, un système de coopératives (magasins, caisses rurales…) s’est développé dans les années 1890. Ce système existe encore aujourd’hui et demeure un des piliers de l’économie des vallées du Trentin. Le fondateur de la coopérative, Don Lorenzo Guetti, a été chapelain à Terragnolo de 1870 à 187818 et il a aussi été un des premiers à s’intéresser à l’émigration19. Durant la grande guerre, ces deux vallées situées à la frontière entre le Trentin autrichien et la province de Vicence Italienne ont été le théâtre de durs combats. Pour mémoire, Cesare Battisti a été capturé sur le mont Corno au-dessus de Trambileno. Dès 1915 et ce pendant près de trois ans et demi, les populations ont été évacuées dans des camps en Autriche (notamment à Mitterndorf20) en Bohème ou en Italie (Varazze, Celle ligure). À leur retour à la fin de la guerre, les populations désormais Italiennes ont trouvé leurs villages dans des conditions désastreuses : Ottone Brentari dans ses Lettere dal Trentino (1919) qualifiera Terragnolo de « la plus misérable des vallées trentines21 ». Ces trois communes ont connu une forte baisse de leur population au cours du xxe siècle, comme le montrent ces quelques chiffres pour Terragnolo : 2315 habitants en 1914, 1982 en 1951, 1227 en 1975 et 798 en 2003.

  • 22 D. Stoffella, Non è tutto oro quello che luccica : ricordi di emigrazione, Raossi, Comune di Valla (...)
  • 23 A. Gorfer, Le valli del Trentino, Trentino orientale, Calliano, Manfrini, 1977, p. 277.

7L’émigration a été très importante dans ces vallées. Elle s’est dirigée vers les Amériques : il y a ainsi des descendants de Trambileno près des chutes du Niagara aux États-Unis. Des enfants de Terragnolo sont devenus des entrepreneurs au Brésil ; João Pedro Stedile, un des leaders du mouvement des « Sans terre » au Brésil, est un descendant de la famille Stedile de Terragnolo, vers l’Océanie (Vallarsa-Myrtleford22 par exemple). Mais cette émigration s’est aussi tournée vers les territoires de l’empire austro-hongrois, vers l’Europe occidentale. Pour la France, outre la Franche-Comté, nous trouvons des « terragnoli » en Haute-Savoie et en Savoie, des « vallarsesi » à Saint-Étienne, « le village le plus peuplé de la Vallarsa » selon Aldo Gorfer23, des habitants de Trambileno dans le nord et en banlieue parisienne.

La construction du « Petit Trentin » de Delle

  • 24 Archives départementales du Territoire de Belfort (ADTB), 6M156.
  • 25 F. Poupeney, Les Austro-hongrois en Franche-Comté au xixesiècle : histoire d’une émigration, Besan (...)
  • 26 ADTB, Registres d’immatriculation des étrangers, 33 E Dépôt 1F2.
  • 27 Les hommes des images : l’épopée des gens du Tesino, du Trentin sur les voies du monde, Exposition (...)

8Les Trentins ne sont pas les premiers migrants « Italiens » à s’être installés à Delle. Nos recherches aux archives départementales, notamment dans les listes nominatives des recensements24, disponibles depuis 1836, nous permettent de retrouver la trace de migrants Italiens depuis 1872. Ainsi cette année-là, la commune compte 1326 habitants et 200 étrangers parmi lesquels 22 Italiens, parmi une grande majorité de Suisses et d’alsaciens. En 1881, la présence de bulletins individuels nous donne la possibilité d’identifier les provinces d’origine : il s’agit de celles de Côme (Lombardie) et de Novare (piémont). Nous retrouvons la trace de ces migrants jusqu’au dernier recensement effectué à la veille de la première guerre mondiale en 1911. Le Trentin était avant 1919 autrichien, ce qui rend les « Trentini » beaucoup plus faciles à repérer que les autres migrants Italiens. En effet, en raison de la situation politique particulière et surtout du contexte de l’époque, les sujets allemands et austro-hongrois étaient particulièrement surveillés jusqu’à la grande guerre. Il existe ainsi des enquêtes spécifiques sur leur présence, ce qui n’est pas le cas des habitants du Royaume d’Italie. Cependant, aucun autrichien provenant de la province du Tyrol et du cercle de Trente ne figure sur les listes de recensement, ou du moins ne reste durablement dans la commune avant la guerre. Dans son livre sur les Austro-Hongrois en Franche-Comté au xixe siècle, Fabienne Poupeney fournit une liste nominative des Austro-Hongrois de Franche-Comté25. Selon cette liste, aucun austro-Hongrois n’est recensé à Delle. Delle semble être à l’époque pour les Trentins un simple lieu de passage de la frontière, principalement pour des marchands ambulants et autres colporteurs provenant principalement de la vallée du Tesino26. Au cours des trois derniers siècles, les habitants de cette vallée ont parcouru le monde entier. En 1846, seules cinq villes en France possèdent des magasins tenus par ces marchands (aux côtés de villes telles qu’Amsterdam, Saint-pétersbourg ou Prague) : paris, Metz, Strasbourg, Toulouse et Besançon27. Peut-être ceux du magasin de Besançon passaient la frontière à Delle ?

  • 28 G. Grand, « 2 août 1914 : la mort du caporal Peugeot », Le Jura français, n° 131, juillet/septembr (...)
  • 29 Une histoire sans histoires : les relations entre le Territoire de Belfort et la République et can (...)
  • 30 ADTB, Registres d’immatriculation des étrangers, 33 E Dépôt 1F9.
  • 31 L’encyclopédie, op. cit., p. 65.

9Delle et ses environs ont beaucoup souffert de la grande guerre. La première victime française de cette guerre est décédée dans un village voisin : le caporal Jules André Peugeot est mort à Joncherey, 48 heures avant la déclaration officielle de guerre de l’Allemagne28. 1914-1918 marque une coupure dans l’activité économique29 qui affecte particulièrement l’immigration Italienne et, de ce fait, la majorité des Italiens quittent la commune. En décembre 1918, la liste nominative mensuelle de recensement des étrangers ne mentionne que des alsaciens-lorrains et des Suisses mais aucun Italien. Lors du recensement de 1921, le premier effectué après la première guerre mondiale, Delle compte 2555 habitants et 240 étrangers, parmi lesquels aucun « Trentini », 13 Italiens (lombards et piémontais) et 208 Suisses. C’est à partir de 1923 que les premiers « Trentini » arrivent30 et que la communauté « trentina » de Delle commence à se former. Le registre des immatriculations des étrangers nous fournit des renseignements sur les premiers arrivants à Delle. Il s’agit, comme dans bien d’autres cas, d’hommes seuls, âgés d’environ 20 à 40 ans, pour la plupart célibataires bien que quelques-uns soient déjà mariés et aient laissé leur femme au pays. Les métiers qu’ils déclarent désirer exercer en France sont caractéristiques de l’immigration Italienne : maçons, carriers… en outre, ils semblent arriver directement d’Italie. En effet, d’après les entretiens que nous avons pu réaliser, nous constatons que ceux qui viennent à Delle ne passent pas par Modane ou par les alpes françaises mais par la Suisse, arrivant par Bâle ou directement à Delle qui est depuis longtemps un carrefour important entre la France et la Suisse31. Au fil des années, la communauté s’agrandit. Lors du recensement de 1926, il y a dans la commune 2 870 habitants et 532 étrangers. Les Suisses constituent la majorité des allogènes puisqu’ils sont à cette date 424. Parmi les autres étrangers, 83 Italiens dont 32 de la seule province de Trente, soit près de 39 % de la communauté Italienne et 6 % des étrangers.

10Très vite, une certaine unité se dégage quant au lieu de départ. Même s’il y a d’autres « sources » comme Civezzano ou Zambana, près de Trente, plus au nord, les immigrés proviennent principalement des villages mentionnés plus haut, Terragnolo, Trambileno et Vallarsa. Contrairement aux premiers arrivants de 1923, il ne s’agit plus d’hommes seuls : progressivement, en effet, ce sont des familles entières qui arrivent, ce qui contribue à renforcer les liens entre ces vallées et Delle. Les métiers exercés demeurent ceux de 1923 : maçons, carriers… il n’y a en 1926 aucun chef d’entreprise d’origine « trentina » et quasiment tous les migrants travaillent dans l’entreprise de maçonnerie Dumaine ou dans l’entreprise Pellini (originaire de la province de Côme, son propriétaire est présent à Delle depuis longtemps et est à l’époque déjà naturalisé français). L’unité observée pour le lieu de départ se retrouve à l’arrivée. Ces premiers « Trentini » habitent pour la plupart dans le centre-ville. Sur les 32 recensés en 1926, 20 habitent dans une petite rue du centre-ville, la rue du général Schérer, dellois à l’origine de l’instauration du drapeau français. Il y a alors dans cette rue 148 habitants, 113 Français, 35 étrangers : 11 Suisses, 4 Italiens et 20 Trentins. Delle est à l’époque une ville en pleine expansion. Il n’y a ni rejet, ni ghettoïsation des Italiens, bien que ces derniers vivent dans les bâtiments parmi les plus pauvres et les plus vieux du centre-ville. Les Trentins se regroupent entre eux mais dès le départ, à l’exemple de la rue Schérer, ils vivent côte à côte avec les Suisses, les Français et les autres Italiens.

  • 32 M.-P. Jumeau, Aspects de la vie des immigrés italiens dans le district urbain du pays de Montbélia (...)
  • 33 M. Chevalier, Tableau industriel de la Franche-Comté 1960-1961, in Cahiers de géographie de Besanç (...)

11Delle continue d’accroître sa population et de même, l’immigration « trentina » continue. En 1931, il y a 3 274 individus et 728 étrangers, 80 « Trentini » plus 6 déjà naturalisés, et 90 Italiens venant d’autres provinces. Les Trentins représentent 47 % des Italiens et 11 % des étrangers. Les Suisses, au nombre de 531, demeurent largement en tête. Le nombre de familles devient toujours plus important et la communauté commence à se fixer dans la ville. On note la naissance des premiers enfants sur le sol français, à Delle exclusivement. Il y a très peu de mariages mixtes, lorsqu’il y a des mariages, ils ont lieu entre « Trentini » à Delle. D’après les listes de recensement, les registres d’immatriculations et les enregistrements de demande de cartes d’identité, il y a très peu de passages par d’autres endroits en France comme le bassin de Briey32. Delle demeure la première destination « connue » en France. La plupart des individus sont nés ou au Trentin ou à Delle. Nous assistons toutefois à une évolution concernant les métiers : en effet, s’il existe encore des maçons, des carriers chez Dumaine et Pellini, nous relevons beaucoup d’ouvriers employés dans les usines de Delle. Nous avons mentionné précédemment que Delle connaît au xxe siècle un fort développement industriel. La majeure partie des industries delloises sont nées de capitaux suisses, ce qui a fait dire à Michel Chevalier, ancien professeur de géographie à l’Université de Besançon, que Delle est une colonie industrielle de la Suisse33. En 1920 et en 1928, deux frères suisses créèrent à Delle deux usines spécialisées dans les isolants électriques et les fils isolés. Ces entreprises acquirent très rapidement une place privilégiée sur le marché français et international. Elles devinrent en peu de temps les deux plus grandes usines de Delle, employant plus d’un millier de personnes. Bien évidemment, elles attirent les migrants, proposant bien souvent de meilleures conditions de travail et de rémunération que les métiers de la construction.

  • 34 ADTB, Plan d’extension de la ville de Delle (1929-1938), 1T1.

12En ce qui concerne le logement, la rue Schérer demeure un endroit privilégié par les « Trentini » puisque sur les 32 étrangers de la rue, ils sont 21. Deuxième endroit privilégié : la rue du Château qui se situe juste à côté de la rue Schérer. Elle compte en 1931, 51 habitants dont 31 étrangers parmi lesquels 9 Suisses et 22 « Trentini » ; on notera de plus que sur les 22 « Trentini » de cette rue, 20 habitent au n° 11. Les agents recenseurs y ont relevé 4 foyers : 1 famille de 4 personnes (homme et femme, déjà mariés au Trentin), une de 3 personnes (homme et femme, également déjà mariés au Trentin), trois hommes seuls et enfin 2 familles de 5 personnes considérées comme un seul foyer. D’autres sont installés notamment grande Rue, c’est-à-dire juste à côté des rues Schérer et du Château. Très vite donc, l’immigration devient familiale et les prémices d’une ascension sociale commencent à prendre forme. En 1932, pour faire face à cette croissance rapide de la population, la municipalité commence à prévoir la construction de nouveaux quartiers à la périphérie de la ville34.

13En 1936, les chiffres suivent la même tendance : 3 282 habitants, 545 étrangers parmi lesquels 95 « Trentini » et seulement 65 Italiens venant d’autres provinces, soit près de 60 % des Italiens et 17 % des étrangers. Les Suisses sont toujours majoritaires : l’on en recense 370. Les « Trentini », s’ils habitent encore principalement dans la rue du Château et la rue Schérer, ont commencé à s’installer dans d’autres rues, en débutant par celles voisines. Des premiers mariages mixtes apparaissent, les premiers enfants français naissent, les naturalisations augmentent… quant aux métiers, de plus en plus travaillent dans les usines delloises, d’anciens maçons ont fondé leurs propres entreprises qui recrutent au « pays » ainsi qu’en Lombardie et dans le Frioul.

14En l’espace de moins de quinze ans, les « Trentini » sont devenus majoritaires parmi les Italiens de la ville. Une véritable chaîne migratoire s’est installée entre Terragnolo, Trambileno, Vallarsa et Delle et de manière plus générale entre le sud de la province de Trente et le sud du Territoire de Belfort. Après-guerre et plus particulièrement dans les années 1950 et même jusqu’au début de la décennie 1970, d’autres migrants arrivent, principalement des parents des familles déjà installées qui tentent l’aventure en France ; certains restent, d’autres partent. Des recherches sur les listes nominatives des recensements pour les villages environnants nous permettent d’identifier la présence de « Trentini » dans les communes voisines : bien souvent ce sont les mêmes que nous avions identifiés quelques années plus tôt à Delle. Petit à petit donc, les migrants s’intègrent à Delle et certains commencent à s’établir dans les villages aux alentours. Le fait de se déplacer dans un des villages voisins, plus calme que la ville de Delle et où, probablement, l’on pourra construire une maison, est lui aussi un des signes de l’ascension « géographique » et sociale des migrants.

L’intégration des migrants et leurs rapports avec les autochtones et les autres étrangers

  • 35 E. Vial, « L’Union populaire italienne entre Nord et Jura », in Petites Italies, op. cit., sous la (...)
  • 36 F. Rasera, « Dal regime provvisorio al regime fascista (1919-1937) », in Storia del Trentino. 6. L (...)
  • 37 ADTB, Registres d’immatriculation des étrangers, 33 E Dépôt 1F9 et Fichier de déclarations domicil (...)
  • 38 ADTB, Statistiques et mouvements des étrangers, arrivées et départs, 2J13.

15C’est pendant l’entre-deux-guerres que cette communauté s’est formée et cette période ne peut être abordée sans parler de la situation politique très particulière en Italie. On connaît ses répercussions en France avec paris qui devient la capitale de l’antifascisme. En ce qui concerne le Territoire de Belfort, nous avons relevé trois associations Italiennes. Tout d’abord, des antifascistes : vient en premier lieu l’Union populaire Italienne (Upi), qui possède dans le département cinq sections, dont une à Delle. Malheureusement, nous n’avons retrouvé aucune trace de cette section ou de ses membres aux archives départementales. Il est fort probable que les archives de cette section n’aient pas été conservées jusqu’à aujourd’hui mais on peut y voir aussi le signe d’une certaine transparence : pas de grosses manifestations à Delle et par conséquent pas de « gros » problèmes. Il est également possible que la création d’une section à Delle ait été encouragée par les militants et les élus français comme pour la section voisine de Beaucourt35. Vient ensuite la ligue Italienne des droits de l’homme (LIDU) qui possède une section à Belfort. Et enfin une organisation fasciste : l’association des anciens combattants Italiens, section de Belfort. Un rapport de 1939 nous signale que ses membres, surtout les dirigeants, sont considérés comme « suspects » mais aucun autre rapport de police ne mentionne de problèmes politiques ou sociaux. Il semble bien que l’immigration venue du Trentin ne soit pas ou très peu politique36. L’intégration semble s’être déroulée sans heurts dans la commune de Delle. Lorsque l’on consulte les registres d’immatriculations des étrangers ainsi que les demandes de cartes d’identité, deux motifs principaux expliquant la venue en France apparaissent : le travail (« pour y travailler » est-il écrit) et la famille (« pour rejoindre mon mari » par exemple37). Les « Trentini », contrairement à beaucoup de lombards ou de piémontais, sont restés dans la commune. Les registres de départs et d’arrivées38 signalent bien quelques déplacements dans d’autres villes (dans le pays de Montbéliard voisin, voire en lorraine ou dans le nord) mais après quelques mois, une année au maximum, on constate un retour à Delle. Il n’y avait jamais eu avant de Trentins pour une période assez longue, tout au plus quelques passages fin xixe-début xxe. De par sa position géographique, Delle possédait un avantage pour attirer les migrants, puisqu’il s’agissait de la première ville française traversée par eux. La croissance industrielle qu’a connue la commune et qui a commencé justement dans les années 1920 a été l’élément déterminant qui a fixé ces migrants ici. D’autres migrants du Trentin, particulièrement d’autres villages du sud de la province et même de Rovereto, sont présents dans d’autres communes du Territoire mais l’empreinte des Trentins n’est jamais aussi forte qu’elle ne l’est à Delle.

16Aujourd’hui, la rue Schérer et la rue du Château comptent encore une ou deux familles d’origine « trentina ». Mais nous sommes bien loin des années 1930. Les descendants des migrants occupent désormais d’autres rues dans la ville, surtout dans les nouveaux quartiers qui ont vu le jour entre les décennies 1950 et 1970. De même, lorsque l’on consulte aujourd’hui les pages blanches sur internet en faisant une recherche pour le Territoire de Belfort et pour la Franche-Comté sur les noms de famille relevés à Delle durant l’entre-deux-guerres, on ne retrouve des descendants de ces « Trentini » quasiment que dans le Territoire de Belfort et plus particulièrement aux environs de Delle. Les villes voisines de Belfort et Montbéliard ne possèdent pas en proportion autant de « Trentini ». Nous en sommes actuellement à la troisième ou à la quatrième génération et les liens avec le Trentin semblent demeurer vivaces par l’intermédiaire de voyages, de visites ; beaucoup reçoivent les revues Trentini nel Mondo et Trentino Emigrazione éditées par la Trentini nel Mondo et la province autonome, certains reçoivent même les organes d’information des communes de Terragnolo et Trambileno.

La question de l’associationnisme

  • 39 M. Amar, P. Milza, L’immigration en France au xxe siècle, Paris, A. Colin, 1990, p. 61.
  • 40 www.mondotrentino.net
  • 41 www.famiglietrentine.org
  • 42 www.trentininelmondo.it
  • 43 http ://www.trentininelmondo.it/circoli_mondo.aspx consulté le 4 mai 2006.

17L’essor industriel de Delle s’est poursuivi grosso modo jusqu’à la crise des années 1980, voire même jusqu’à la fin de cette décennie. De nombreux autres migrants sont ainsi arrivés dans la ville : Italiens du Sud après la Seconde guerre mondiale, Maghrébins, portugais et yougoslaves. Ceci rend la ville de Delle très cosmopolite. Les « Trentini » et leurs descendants font désormais figure de vieux Dellois. Aujourd’hui, la ville compte plus de cent associations parmi lesquelles des associations régionales (telle que l’amicale des Vosgiens) et des associations nationales (algériens, Marocains, Suisses). Mais nous ne relevons aucune association Italienne ou « trentina ». La seule association d’immigrés Italiens dans le Territoire de Belfort se trouve à Belfort : l’association des Italiens de Belfort, assez active, surtout depuis une quinzaine d’années, a même organisé à l’automne 1995 une exposition sur les immigrés Italiens. Cependant, aucune association n’existe spécifiquement à Delle et aux environs. D’autres chercheurs ont précédemment montré que les Italiens étaient peu enclins à la vie associative39, et donc a priori, ce manque d’association à Delle n’a rien de surprenant. Cependant, dans le cas du Trentin, cette constatation peut susciter bien des d’interrogations. En effet, dès les premiers moments de l’émigration, les « Trentini » ont essayé de s’organiser. Nous songeons notamment à l’Ufficio per la mediazione del lavoro de Rovereto, créé en 1905, qui fut une des premières structures à s’occuper des migrants. aujourd’hui, la province autonome de Trente dispose d’un Ufficio emigrazione40 qui propose un grand nombre d’activités pour les migrants et leurs descendants, des projets de solidarité aux programmes culturels sans oublier des projets d’aide au développement pour les descendants de Trentins en Amérique du Sud ou en Bosnie. Deux associations de migrants existent à l’heure actuelle, les Famiglie Trentine all’estero41 présentes en Suisse comme en Amérique du Sud et la Trentini nel mondo, plus importante42. Par l’intermédiaire d’un réseau de plus de 200 structures, les Circoli Trentini, cette dernière association est active dans le monde entier43.

18Grâce à l’appui de la province et à travers ces deux associations, un grand nombre de manifestations ont lieu chaque année. Ainsi, le 9 août 2003, une exposition sur l’émigration a été organisée à Terragnolo sous le titre « Con le valis… speranza e nostalgia ». Un film éponyme a été ensuite réalisé par la Trentini nel Mondo. Le 8 août 2004 a eu lieu, toujours à Terragnolo, une rencontre de tous les Circoli Trentini d’Europe. La date du 8 août a été choisie pour cette manifestation en tant que journée nationale du sacrifice du travail Italien dans le monde. Cette journée avait été instaurée en 2002 en commémoration de l’anniversaire de la tragédie de la mine de Marcinelle en Belgique, survenue le 8 août 1956.

  • 44 Idem.

19Or, il n’existe aucun Circolo Trentino à Delle et l’on peut supposer que si des « trentino-dellois » étaient présents à ces manifestations, ils ne l’étaient qu’à titre individuel. L’absence d’associations de migrants du Trentin à Delle et d’associations Italiennes provient, selon nous, de l’éloignement relatif des consulats de Besançon et de Mulhouse. Du fait de la position historiquement ambiguë du Territoire de Belfort, les Italiens de Delle ont été pendant l’entre-deux-guerres sous la juridiction de Mulhouse pour passer ensuite sous la responsabilité de la représentation consulaire de Besançon. Pour les représentants du gouvernement Italien, il était plutôt difficile d’encadrer ces migrants qui, somme toute, ne constituent pas une colonie très importante. De façon plus générale, la France ne compte que trois Circoli Trentini (Grenoble, paris et la lorraine), soit autant que la Bosnie-Herzégovine alors que l’argentine en compte 59, le Brésil 51, les États-Unis 1844.

  • 45 S. Castles, M. J. Miller, The Age of Migration : International Population Movements in the Modern (...)

20Dans un cadre plus global, ne s’agit-il pas d’un bon exemple du modèle de société à la française, tel que l’identifient les sociologues américains Stephen Castles et Mark J. Miller45 ? Ces sociologues distinguent en effet trois types d’appartenance à une société multiethnique, trois modèles de citoyenneté. Le premier modèle national est celui « populaire ou ethnique », caractéristique des pays « germaniques » (Allemagne, Suisse, Autriche…)

21Qui privilégie le droit du sang et où l’étranger reste étranger (les fameux « Gastarbeiter »). Le deuxième est celui dit « républicain » ou « unitaire » et concerne des pays tels la France, l’argentine, le Brésil où le droit du sol prime et où les naturalisations ont été ou sont encore encouragées. Le troisième modèle enfin est celui des pays anglo-saxons (États-Unis, Canada, Australie, Grande-Bretagne…) dans lesquels la société se veut multiculturelle et pluraliste, plusieurs communautés y vivant côte à côte.

  • 46 Entretien avec Madame M., réalisé le 27 décembre 2005 à Delle.
  • 47 A.-M. Pajera, Delle, présentation de la ville et essai d’histoire sociale, DES de géographie, Univ (...)

22En conclusion, la communauté « trentina » de Delle s’est formée assez rapidement pendant une quinzaine d’années entre les deux guerres mondiales. La proximité de la frontière et le développement industriel ont été les facteurs déterminants qui ont conduit les migrants à s’établir durablement à Delle. Il s’agit d’une immigration principalement motivée par des raisons économiques, le faible engagement politique et la quasi-absence d’associations actives sont la preuve du peu d’intérêt et/ou de l’indifférence pour ces questions. Il n’y a pas eu de ghettos, ni de gros problèmes avec les autochtones, les Suisses ou les autres Italiens. Tous déclarent s’être bien intégrés dans la ville et certains considérant même le Delle de l’époque comme une famille46. Cette idée se retrouve dans l’une des rares études universitaires consacrée à Delle, un mémoire de géographie de 197147.

23D’autres villes du Sud du Territoire ont également connu une immigration en provenance du Trentin, comme la ville de Beaucourt avec les villages de Brentonico et Folgaria, au sud de la province. Contrairement à d’autres régions françaises ou même à d’autres endroits de la Franche-Comté, les Italiens sont restés, pendant tout l’entre-deux-guerres, minoritaires par rapport aux Suisses. Ce n’est qu’après la Seconde guerre mondiale, lorsque l’immigration suisse se réduira, qu’ils deviendront la première communauté étrangère de Delle. Près de 70 ans plus tard, ces migrants se sont pleinement intégrés au point de devenir des vieux dellois d’origine Italienne. Il semble que le modèle d’assimilation/intégration à la française, que le creuset français aient parfaitement fonctionné. C’est l’un des principaux facteurs pour expliquer l’absence d’association « trentina » à Delle alors même que les contacts avec Terragnolo et Trambileno existent toujours.

Anmerkungen

1 P. Milza, Voyage en Ritalie, Paris, Plon, 1993, p. 429.

2 A. Bechelloni, « Une Enquête sur l’immigration italienne de l’entre-deux-guerres en Franche-Comté », Bulletin de liaison des archives de la région de Franche-Comté, Besançon, n° 17, novembre 1985/avril 1986, p. 3-8. J. Ponty, « Communautés italiennes du Doubs : les ouvriers de chez Peugeot, les bûcherons de la forêt de Mouthe », Italiens et Espagnols en France, 1938-1946, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 661-677. J. Ponty, « L a Franche-Comté, terre d’immigrations au xxe siècle », Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, Besançon, n° 38, 1996, p. 83-94. V. Rossi, « L’immigration italienne à Saint-Claude », Les Amis du vieux Saint-Claude, Saint-Claude, n° 17, 1994, p. 9-19.

3 A. Franchini, « Paleoemigrazione (1500-1800) e gerghi di mestiere (1800-1900) in Trentino », in Emigrazione : memorie e realtà, sous la direction de C. Grandi, Trento, Provincia autonoma di Trento (PAT), 1990, p. 423-436.

4 C. Grandi, Verso i paesi della speranza : l’emigrazione trentina dal 1870 al 1914, Abano Terme, Francisci, 1987, p. 143.

5 http ://www.statistica.provincia.tn.it/TrentinoInSchede/Default.htm consulté le 3 mai 2006.

6 E. Vial, « In Francia » in Storia dell’emigrazione italiana, vol. 2  : Arrivi, sous la direction de P. Bevilacqua, A. De Clementi et E. Franzina, Roma, Donzelli Editore, 2002, p. 138.

7 R. M. Grosselli, Contadini trentini (veneti e lombardi) nelle foreste brasiliane, Trento, PAT, 1986-1991. 4 volumes : Vincere o morire : Santa Catarina 1875-1900, 647 p. ; Colonie imperiali nella terra del caffè : Espirito Santo 1874-1900, 471 p. ; Dove cresce l’araucaria : dal Primiero al Novo Tyrol : Paranà 1874-1940, 337 p. ; Da schiavi bianchi a coloni : un progetto per le fazendas : São Paulo 1875-1914, 443 p. B. Bolognani, A courageous People from the Dolomites : the Immigrants from Trentino on USA Trails, Trento, PAT, 1981, 504 p. Il existe aussi un ouvrage sur l’émigration au Voralberg (Autriche) où 25 % de la population est aujourd’hui d’origine « trentina », Auswanderung aus dem Trentino Einwanderung nach Voralberg : die Geschichte einer Migrationsbewegung mit besonderer Berücksichtigung der Zeit von 1870/80 bis 1919, sous la direction de K. H. Burmeister et R. Rollinger, Sigmaringen, Thorbecke, 1995, 647 p. Ce livre a été traduit et complété en italien : Dal Trentino al Vorarlberg : storia di una corrente migratoria tra Ottocento e Novecento, sous la direction de C. Grandi, Trento, PAT, 1998, 735 p.

8 J. Rainhorn, « “Petites Italies”, le mot et la chose », Petites Italies dans l’Europe du Nord-Ouest, sous la direction de J. Rainhorn, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2005, p. 8.

9 F. Massarotto Raouik, L’emigrazione trentina al femminile. Vol. 3 : Francia : Ai confini della memoria, Trento, PAT, 1996, 122 p.

10 A. Cattoi, L’emigrazione trentina in Francia nel Novecento, tesi di laurea in storia contemporanea, Universita Bologna, 1992-1993, 216 p.

11 L’encyclopédie de la Franche-Comté, Besançon, sous la direction de J. Boichard, Éd. de la Manufacture, 1991, p. 65.

12 M.-C. Juillard, Option des Alsaciens/Lorrains dans le Territoire de Belfort : 1871-1872, tome I, A à K, Belfort, Cercle généalogique de la région de Belfort, 1996, 76 p. ; tome 2, L-Z, 1996, 70 p. ; tome 3, Par lieux de naissance, 73 p.

13 N. Abraham, L’immigration à Pontarlier durant l’entre-deux-guerres, Maîtrise d’histoire, Université de Franche-Comté Besançon, 1994. M. Bisoffi, Les Suisses et les Italiens du Haut-Doubs à Morteau, Maiche et Charquemont, 1906-1939, Maîtrise d’histoire, Université de Franche-Comté Besançon, 1996.

14 M. Bidaux, Tchie no vay l’Aedjoue (Chez nous vers l’Ajoie), Porrentruy, Éd. Le Jura, 1967, p. 48.

15 http ://www.comprensorioc10.tn.it/ consulté le 11 février 2006.

16 B. Bais, Storia della Valle di Terragnolo, Mori, La Grafica, 1986, p. 30.

17 G. Anzilotti Mastrelli, « I cognomi cimbri del comune di Trambileno nel roveretano », Archivio per l’Alto Adige, Firenze, anno 79, 1985, p. 22 9-238 ainsi que « I cognomi cimbri del comune di Vallarsa nel roveretano », Archivio per l’Alto Adige, Firenze, anno 88-89, 1994-1995, p. 297-319 ; et aussi, « I cognomi cimbri del comune di Terragnolo nel roveretano », Archivio per l’Alto Adige, Firenze, anno 90, 1996, p. 55-68. R. Bussolon, Insediamenti tedeschi nelle valli del Leno durante il Medioevo, tesi di laurea in storia medioevale, Università cattolica di Milano, anno 1955-1956, 110 p. G. Osti, Tracce tedesche nella toponomastica della Valle di Terragnolo, Terragnolo, Comune di Terragnolo, 1995, 94 p. ainsi que Tracce tedesche nella toponomastica di Trambileno, Rovereto, s. n., 1998, 63 p.

18 « Don Lorenzo Guetti a Terragnolo », Terragnolo notizie, Terragnolo, anno 1, n° 2, 1993, p. 10.

19 Don Lorenzo Guetti, Statistica dell’emigrazione americana avvenuta nel Trentino dal 1870 in poi compilata da un curato di campagna, Trento, Monauni, 1888, 31 p.

20 M. Eichta, Braunau-Katzenau-Mitterndorf 1915-1918 : il ricordo dei profughi e degli internati del Trentino / Braunau-Katzenau-Mitterndorf 1915-1918 : Erinnerung an die Fluchtlinge und Internierten des Trentino, seconde édition, Cremona, Persico, 2000, 285 p. C. Perini, Le vicende della popolazione di Terragnolo durante la guerra, Trento, Scotoni, 1930, 4 p. La Vallarsa e la sua gente : testimonianze della Grande Guerra, Raossi, Centro promozionale Vallarsa, 1982, 79 p.

21 « La più disgraziata delle valli trentine », O. Brentari, Lettere dal Trentino, Trento, Disertori, 1919, p. 39-42.

22 D. Stoffella, Non è tutto oro quello che luccica : ricordi di emigrazione, Raossi, Comune di Vallarsa, 1992, 94 p.

23 A. Gorfer, Le valli del Trentino, Trentino orientale, Calliano, Manfrini, 1977, p. 277.

24 Archives départementales du Territoire de Belfort (ADTB), 6M156.

25 F. Poupeney, Les Austro-hongrois en Franche-Comté au xixe siècle : histoire d’une émigration, Besançon, Éditions CGEFC, 2000, 187 p.

26 ADTB, Registres d’immatriculation des étrangers, 33 E Dépôt 1F2.

27 Les hommes des images : l’épopée des gens du Tesino, du Trentin sur les voies du monde, Exposition ONU, Genève, 13-23 octobre 1998, Genève, Nations Unies, 1998, p. 10. Pour de plus amples informations sur ce sujet, cf. E. Fietta Ielen, Con la cassella in spalla : gli ambulanti di Tesino, Ivrea, Priuli & Verlucca, 1987, 111 p.

28 G. Grand, « 2 août 1914 : la mort du caporal Peugeot », Le Jura français, n° 131, juillet/septembre 1971, p. 49-50. A. Monnier, « Le caporal Jules André Peugeot tué à la veille de la déclaration de guerre, le dimanche 2 août 1914 : petite chronique du temps passé », Horizons-Belfort, Belfort, n° 2, 1978, p. 25-30.

29 Une histoire sans histoires : les relations entre le Territoire de Belfort et la République et canton du Jura des traités de Westphalie à nos jours, Belfort, Archives départementales du Territoire de Belfort, 1990, p. 28.

30 ADTB, Registres d’immatriculation des étrangers, 33 E Dépôt 1F9.

31 L’encyclopédie, op. cit., p. 65.

32 M.-P. Jumeau, Aspects de la vie des immigrés italiens dans le district urbain du pays de Montbéliard durant l’entre-deux-guerres 1919-1939, Maîtrise d’italien, Université de Franche-Comté Besançon, 1986.

33 M. Chevalier, Tableau industriel de la Franche-Comté 1960-1961, in Cahiers de géographie de Besançon, n° 9, Annales littéraires de l’Université de Besançon, volume n° 57, Paris, Les Belles Lettres, 1961, p. 12.

34 ADTB, Plan d’extension de la ville de Delle (1929-1938), 1T1.

35 E. Vial, « L’Union populaire italienne entre Nord et Jura », in Petites Italies, op. cit., sous la direction de J. Rainhorn, p. 154.

36 F. Rasera, « Dal regime provvisorio al regime fascista (1919-1937) », in Storia del Trentino. 6. L’età contemporanea. Il Novecento, sous la direction de A. Leonardi et P. Pombeni, Bologna, Il Mulino, 2005, p. 121.

37 ADTB, Registres d’immatriculation des étrangers, 33 E Dépôt 1F9 et Fichier de déclarations domiciliaires, 1F10.

38 ADTB, Statistiques et mouvements des étrangers, arrivées et départs, 2J13.

39 M. Amar, P. Milza, L’immigration en France au xxe siècle, Paris, A. Colin, 1990, p. 61.

40 www.mondotrentino.net

41 www.famiglietrentine.org

42 www.trentininelmondo.it

43 http ://www.trentininelmondo.it/circoli_mondo.aspx consulté le 4 mai 2006.

44 Idem.

45 S. Castles, M. J. Miller, The Age of Migration : International Population Movements in the Modern World, Basingstoke, Palgrave Mac Millan, 2003, 338 p.

46 Entretien avec Madame M., réalisé le 27 décembre 2005 à Delle.

47 A.-M. Pajera, Delle, présentation de la ville et essai d’histoire sociale, DES de géographie, Université de Franche-Comté Besançon, 1971, p. 104.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540