Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Deuxième partie. Les Petites Italies au miroir de la diversité italienne

Les marbriers italiens du Vermont : Les « Petites Italies » de Proctor et de Barre1

Ilaria Brancoli Busdraghi
Traduction de Bénédicte Deschamps

Texte intégral

  • 1 . Cet article a pu voir le jour grâce à une bourse du Faculty Professional Development Fund du Midd (...)
  • 2 Proctor ayant été le point de départ de l’industrie du marbre dans le Vermont, nous avons choisi d (...)

1Les localités de Proctor et de Barre, dans le Vermont, ne sont pas très éloignées l’une de l’autre. Séparées par les Green Mountains, elles se trouvent toutes deux à proximité d’importantes ressources minérales (gisement de marbre à Proctor et de granit à Barre) qui, à partir des années 1880, transformèrent ces villages isolés d’un petit État de montagne en florissantes villes multiculturelles2. À la fois origine et fruit de cet essor, l’arrivée à Proctor et à Barre de nombreux migrants Européens, et notamment des Italiens, constitua l’un des facteurs clef de ce changement.

  • 3 E. Sori, L’emigrazione italiana dall’Unità alla seconda guerra mondiale, Bologna, Il Mulino, 1979, (...)

2Les Italiens, qui émigrèrent dans le Vermont entre 1880 et 1915, provenaient essentiellement de Carrare, en Toscane, et des vallées préalpines du Piémont et de la Lombardie. Ils se distinguaient de la majorité des immigrés italiens qui s’expatrièrent à la période de la grande migration et que Ercole Sori décrivait comme étant « très proches, au niveau professionnel, de simples pourvoyeurs de force musculaire3 ». Il s’agissait, en effet, d’artisans et d’artistes du marbre qui avaient hérité d’un savoir transmis de génération en génération. Quant ils s’installèrent dans le Vermont, ils importèrent non seulement ces compétences professionnelles qui les avaient poussé à émigrer, mais aussi des idéaux politiques et de fortes valeurs morales qui leur permirent de se forger une identité bien définie grâce à laquelle leur intégration dans la société américaine fut facilitée. Originaires de la même nation, et provenant du même milieu social, leur expérience varia considérablement selon qu’ils s’établirent à Proctor ou à Barre car ces villes s’avéraient très différentes malgré une activité économique et commerciale similaire.

  • 4 Paul Merzario, Adamocrazia. Famiglie di emigranti in una regione alpina, Bologna, Il Mulino, 2000, (...)

3Comme nous l’avons mentionné plus haut, les marbriers qui émigrèrent dans le Vermont, à l’époque de l’exode massif des Italiens, ne ressemblaient guère aux immigrés types de la péninsule. Pour nombre d’entre eux, émigrer n’était pas une expérience nouvelle : dans les vallées préalpines du Piémont et de la Lombardie, l’émigration avait, depuis le xiiie siècle, servi de remède aux difficultés économiques frappant la région. Les travailleurs qualifiés avaient coutume de partir sur les routes pour louer leur savoir faire le temps d’une saison, dans le sud de l’Italie, dans le bassin méditerranéen en général, en Europe centrale et en Europe du Nord. Ces hommes constituaient ce que Raul Merzario appelle « l’aristocratie de l’émigration4 ». Aux côtés des artisans de la soie, des dresseurs d’animaux et des ramoneurs, se trouvaient aussi de nombreux tailleurs de pierre. Dans ces vallées, les carrières de granit et de marbre offraient une alternative aux maigres ressources économiques fournies par les sols durs et ingrats des montagnes et des collines.

  • 5 P. Audenino, « The Paths of the Trade : Italian Stonemasons in the United States » International M (...)
  • 6 R. J. Vecoli, « The Italian Diaspora, 1876-1976 » in R. Cohen (dir.), The Cambridge Survey of Worl (...)

4Cette culture de la mobilité aux racines anciennes permit à ces travailleurs d’acquérir un savoir essentiel. À force de travailler dans la même branche, et d’appartenir très souvent à la même famille, ces artisans tissèrent des réseaux de connaissances et réussirent à contrôler en partie le marché du travail5. Pour ceux qui choisirent d’émigrer outre-Atlantique au tournant du siècle, ce savoir-faire se révéla extrêmement précieux. Comme le souligne Rudolph Vecoli, « en cherchant des marchés, des clients et du travail, ces précurseurs élaborèrent des itinéraires, des cartes mentales » dont se servirent ceux qui les suivirent6.

  • 7 L. et T. Mannoni, Marble, the History of a Culture, Genova, Sagep, 1984, p. 4.

5En Toscane, dans la zone de Carrare, l’extraction du marbre était une tradition millénaire, et l’art de couper, tailler, et sculpter la pierre se transmettait de père en fils. Malgré les risques liés à l’extraction et au travail du marbre, notamment en raison de l’adoption dans cette industrie de techniques anciennes et dangereuses, les tailleurs de pierre de la région étaient très attachés à leurs racines et n’envisageaient pas l’émigration comme une panacée. Les marbriers du Piémont, de la Lombardie et de la Toscane étaient instinctivement conscients de la valeur de leurs compétences qui faisaient partie d’une identité collective consolidée depuis le Moyen Âge par la création de corporations puis de syndicats du métier. Ces derniers étaient importants, non seulement au niveau individuel, mais aussi au niveau social : la solidarité observée en leur sein offrait aux travailleurs un filet de sécurité économique et culturel. En adhérant à ces organisations syndicales, les tailleurs de pierre faisaient preuve, à la différence d’une grande majorité d’Italiens, d’un engagement politique actif : Carrare était notamment l’un des centres les plus importants de l’anarchisme italien dont les idéaux avaient séduit les marbriers. Comme le rappellent Luciana et Tiziano Mannoni : « Par rapport à d’autres régions d’Italie, les marbriers de Carrare s’intéressèrent très tôt à la politique et, contrairement à la plupart des Italiens, ils avaient des positions bien définies sur l’Unité italienne. […] Ils détestaient les gouvernements d’oppression7. » On aurait pu arriver à des conclusions très semblables pour les travailleurs piémontais et lombards qui étaient essentiellement socialistes, mais aussi anarchistes et pour lesquels la participation à la vie politique de la vallée s’avéra un élément important dans leur décision d’émigrer. Fruit de leur activité politique, la presse de gauche publiait de nombreuses informations sur le processus migratoire sous la forme d’articles ou de lettres. Tous les aspects de l’expérience de la vie aux États-Unis s’y trouvaient évoqués : comment voyager, où trouver à se loger, où se procurer un travail. Solidarité et identité régionale constituèrent donc des éléments déterminants dans le parcours migratoire et dans l’installation outre-Atlantique des marbriers italiens.

6À la même époque, aux États-Unis et plus particulièrement dans le Vermont, la demande générale en tailleurs de pierre qualifiés augmenta, en raison de différents facteurs. La fin de la guerre de Sécession en 1865 marqua le début d’une phase d’urbanisation intense. De nouvelles villes apparurent, et les localités déjà existantes furent agrandies et modernisées. Le choix de la pierre, plutôt que du bois, pour la construction de la plupart des édifices, constitua l’une des caractéristiques nouvelles de ce développement urbain. L’expansion du réseau ferré, quant à lui, permit et même favorisa l’utilisation de grandes quantités de matériaux tels que le marbre et le granit. Grâce à l’achèvement des travaux de deux importantes lignes de chemin de fer, dans les années 1870, le petit État du Vermont se trouva relié non seulement à tout le réseau du Nord Est mais aussi au reste du pays et put ainsi devenir le principal fournisseur de marbre et de granit.

  • 8 . R. Gilmore, « The Vermont Marble Company : An Entrepreneurial Study, 1869-1939 », New England Soc (...)
  • 9 D. C. Gale, « A Marble City and a Marble Village », New England Magazine, June 1914, p. 199.

7Dans le Vermont, deux régions ont compté dans l’histoire de l’arrivée et de l’intégration des tailleurs de pierre italiens : d’une part, Proctor, Rutland et l’industrie du marbre, et de l’autre, Barre et l’industrie du granit. Les premiers pas de l’exploitation du marbre pour le marché local remontent à la fin du xviiie siècle lorsque la pierre n’était utilisée qu’à des fins décoratives pour des objets de petite taille. Ce n’est qu’un siècle plus tard que furent réunies les conditions qui permirent un rapide essor de l’industrie de la pierre. Dès le début des années 1800, plusieurs petites entreprises de marbre prospéraient à Sutherland Falls, Rutland et West Rutland. Les perrons, les rebords de fenêtres, les cheminées en marbre du Vermont devinrent une marque distinctive des maisons de nouvelle Angleterre et « les cimetières des États de l’Est se remplirent d’anges en pleurs, de colombes obèses et de lys sculptés8 ». Toutefois, dans la deuxième moitié du siècle, ces entreprises luttaient pour survivre et connaissaient les mêmes problèmes : elles étaient trop petites, leur matériel et leurs techniques étaient rudimentaires, le transport s’avérait compliqué car le Vermont était encore isolé, et elles manquaient de capitaux et de main-d’œuvre qualifiée. Dans les années qui suivirent, l’évolution technologique et le développement ferroviaire permirent d’envisager sérieusement l’extraction, la coupe, et la sculpture du marbre, comme une activité rentable et d’envergure nationale. Redfield Proctor fut l’homme qui comprit à la fois la portée de tous ces éléments et l’importance de chercher des débouchés au-delà des confins du Vermont. Avocat issu d’une famille yankee du Rutland, il avait participé à la bataille de Gettysburg, à la tête de la 15e brigade de volontaires du Vermont, lors de la guerre de Sécession. En 1869, Redfield Proctor fut nommé liquidateur judiciaire de Dorr & Meyers, entreprise de marbre en faillite. Son arrivée dans cette ville, qui devait être baptisée Proctor en 1882 en l’honneur des succès de ce même avocat, marqua un tournant dans l’histoire de l’industrie du marbre dans le Vermont. Redfield Proctor est toujours décrit comme un homme d’affaires dont la détermination et l’ambition étaient caractéristiques d’une époque qui vit naître de nombreux magnats. En 1914, David C. Gale, auteur d’un article sur Carrare et Proctor, le dépeignait en ces termes : « (Il) se persuada d’abord de la valeur du marbre américain, puis il entreprit de convaincre ses compatriotes. Il leur mit le marbre sous les yeux en toute occasion. Il en parlait tous les jours et en rêvait toutes les nuits. Avec une ténacité sans égale, il se jeta dans la bataille et en sortit vainqueur9. »

  • 10 Vermont Bureau of Publicity, Industrial Vermont : The Mineral, Manufacturing, and Water Power Reso (...)
  • 11 Ibid., p. 18.

8Les habitants du Vermont prirent conscience de la grande qualité de leur marbre et se mirent à en vanter les mérites : « Phidias ne sculpta pas ses immortelles statues dans un marbre plus beau que celui que l’on produit à l’ombre des Green Montains », affirmait le géologue chargé en 1914 de faire une étude géologique commanditée par l’État du Vermont10. À partir de 1880, la création de la Vermont Marble Company, grâce à différentes fusions et au rachat de plusieurs entreprises, permit à Redfield Proctor de devenir propriétaire de la quasi-totalité du marbre du Vermont et d’une compagnie qui contrôlait la production de la pierre de son extraction à la fabrication du produit fini. Ce point se révéla un atout fondamental dans la lutte de la Vermont Marble Company contre la concurrence étrangère à l’État. Le marbre du Vermont fut utilisé pour réaliser des dizaines de monuments à travers le pays, dont la Cour suprême et les Mémoriaux de Lincoln et de Jefferson. Situé à quelques kilomètres à l’ouest de Rutland, le petit village tranquille de Proctor devint ainsi le centre de l’industrie du marbre et se transforma en l’espace de quelques années en une ville multiethnique, siège d’une grande compagnie dont la position de monopole sur le marché américain lui permit de signer des contrats avec New York, Philadelphie, ou Washington DC. En 1912, ses carrières fournissaient quelque 45 % de la production nationale11.

  • 12 R. Burattini, Italians and Italo-Americans in Vermont, manuscrit inédit, Montpellier, Vermont Hist (...)

9Néanmoins, en 1880, bien qu’ayant surmonté les difficultés qui entravaient la croissance de son entreprise, il restait encore à Redfield Proctor à résoudre un problème crucial : trouver une main-d’œuvre qualifiée lui permettant de se lancer dans des projets encore plus ambitieux. Il avait besoin de tailleurs, de graveurs et de sculpteurs capables d’élaborer sur le papier et de réaliser dans la pierre des modèles plus raffinés et artistiques. Carrare était connu dans le monde entier pour la qualité de son marbre et pour la compétence de ses « hommes de pierre » dans l’art de couper, tailler et sculpter le marbre. Redfield Proctor établit des relations d’affaires avec Walto, Goody & Cripps, compagnie britannique qui avait des bureaux à Carrare et réussit, grâce à l’aide de ses associés, à persuader cinq tailleurs de pierre de se rendre aux États-Unis pour former des apprentis. Ces artisans émigrèrent dans le Vermont avec l’idée de travailler là-bas pendant quelques années, de profiter de l’augmentation de salaire qui leur était offerte, puis de retourner en Italie. Au début, aucun en effet ne fit venir sa famille. Quelques années suffirent à faire évoluer les choses : l’arrivée à Proctor en 1885 de la femme d’Oreste Bertagna, l’un des cinq marbriers, témoigne du fait que ces hommes avaient désormais dépassé le stade d’une expérience migratoire temporaire. En 1937, Roberto Burattini, auteur d’une étude intitulée Italians and Italo-Americans in Vermont, écrivait : « L a majorité arrivait avec l’intention de ne rester qu’une brève période, mais quand ils s’apercevaient que leur maison était belle et confortable, ils s’installaient pour de bon12. » Beaucoup d’autres artisans suivirent les cinq premiers qui avaient accepté l’offre initiale de Redfield Proctor, et une chaîne migratoire de tailleurs de pierre qualifiés fut ainsi établie, non seulement entre la Toscane et le Vermont, mais aussi à l’intérieur des États-Unis. Ceux qui choisissaient de s’installer dans le Vermont, qu’ils vinssent d’Italie ou d’autres villes productrices de pierre aux États-Unis, étaient en mesure de prendre une décision fondée sur des informations précises quant aux conditions de voyage, de vie et de travail.

10À Proctor et à Rutland, les artisans italiens travaillaient presque exclusivement dans les ateliers où le marbre était taillé, gravé et sculpté et poli. Ils effectuaient les dessins préparatoires, sculptaient le marbre et transmettaient leur savoir-faire artistique et manuel aux autres marbriers. Il était rare qu’on leur demandât de travailler dans les carrières à l’extraction de la pierre. Cette activité, beaucoup plus éprouvante et dangereuse, était généralement réservée aux immigrés polonais, irlandais et suédois qui étaient arrivés dans la région après les Italiens.

  • 13 Ibid., p. 10.

11Comme dans tant d’autres lieux des États-Unis et d’ailleurs, les Italiens avaient coutume de se regrouper dans un périmètre défini, où les personnes originaires d’une même région, voire d’une même ville, et parlant le même dialecte s’installaient les unes à côté des autres. Cette communauté de langue et de milieu d’origine, conjuguée à une certaine ressemblance entre le décor local et les paysages de leur terre natale, permit d’adoucir la vie de ces hommes et ces femmes qui avaient quitté l’Italie. « Pourquoi avez-vous choisi de quitter l’Italie pour venir vous enterrer ici dans un petit village de montagne éloigné des grandes villes et dépourvu du confort moderne ? » demanda Roberto Burattini à un tailleur de pierre italien. « L’homme sourit et répondit : “Mais en Italie, nous vivions dans un petit village pareil à celui-ci, alors nous vivons ici comme si nous étions chez nous”13. »

  • 14 G. Pisanelli cité par son fils Anthony in « 100 Years Later, Italians Celebrate Their Vermont Root (...)

12Une autre façon d’affirmer leur identité, tout en essayant de résoudre les multiples difficultés qu’ils pouvaient rencontrer, consistait à créer aux États-Unis des organisations calquées sur le modèle italien. La plus importante, l’Italian Aid Society Amongst the Italians naquit à Proctor en 1894. Cette association offrait assistance à ses membres et permettait aux Italiens – dans un premier temps exclusivement ceux qui étaient originaires de la province de Massa Carrara – de se réunir et d’organiser diverses activités dans une salle prévue à cet effet. Au sein de l’association, un comité spécifique fut chargé de monter une épicerie proposant des articles qui n’étaient pas disponibles dans les autres magasins : huile d’olive, pâtes, polenta, baccalà, et haricots secs. Toutefois, il ne faut pas sous-estimer le rôle de ce type d’organisation. Arrivé à Rutland en hiver 1909, par une journée si froide que les routes étaient gelées et qu’il lui fallut rouler au pas pendant presque tout le trajet, Geno Pisanelli disait de l’Italian Aid Society : « J’ai trouvé là un soutien qui m’a rappelé mon foyer et qui m’a aidé à garder unis mon âme et mon corps pendant que je m’accoutumais à la vie d’un endroit étrange et glacial14. »

  • 15 David C. Gale, A Marble, op. cit., p. 200.

13Cependant, dans une ville telle que Proctor, ces hommes habitués à exprimer leurs idées politiques ne trouvèrent que peu de lieux où affirmer leur engagement, en raison de la façon dont l’industrie du marbre se développa sous la houlette de Redfied Proctor. L’essor industriel de sa ville n’était pas sa seule préoccupation : il entendait aussi façonner la vie de ses employés. Sa compagnie, par exemple, louait et vendait des maisons à ses employés, gérait une coopérative et un hôpital, organisait les fêtes de Noël et le pique-nique du 4 Juillet, et distribuait les dindes de Thanksgiving. Redfield Proctor voulait que régnât sur le lieu de travail et en ville une harmonie qu’il se vantait d’être parvenu à instaurer, et cette approche paternaliste ne laissait pas de place à l’engagement politique ni à aucun débat de cette nature. Selon David Gale : « Chaque fois qu’il arrive qu’un employé devienne un agitateur et qu’il persiste à vouloir faire baisser le niveau de vie, il est remercié. La même règle s’applique à toutes les influences néfastes. Ce petit village n’a jamais fermé ses portes à ce qui pourrait contribuer au mieux-être social, mais il a toujours désapprouvé l’intrusion de toute organisation extérieure15. » Une telle attitude eut un grand impact sur la vie des travailleurs, qui durent soit renoncer à débattre de leurs idéaux politiques, – pourtant si fondamentaux pour eux – soit partir s’installer ailleurs. La localité de Barre, située de l’autre côté des Green Mountains, se révéla l’une des principales destinations choisies par ceux qui quittèrent Proctor.

14Les Italiens de Barre, notamment ceux qui travaillaient dans l’industrie du granit, vécurent une histoire très différente de celle leurs compatriotes de Proctor et de Rutland, en raison non seulement des conditions de leur installation là-bas, mais aussi de l’histoire spécifique de cette ville.

  • 16 Industrial Vermont, op. cit.
  • 17 Syndicat national des tailleurs de granit (NDT).
  • 18 K. Lane, « Old Labor Hall, Barre, Vermont : Preserving Working Class Icon », Labor’s Heritage, Spr (...)
  • 19 P. Demers, Labor and the Social Relations of the Granite Industry in Barre, Mémoire de maîtrise, G (...)

15Dès le début du xviiie siècle, la tribu Abekani utilisait les gisements de granit de Barre. Plus tard, les premiers colons britanniques employèrent la pierre pour construire moulins, fenêtres, encadrements de portes, perrons, cheminées, etc. En 1815, la première carrière fut ouverte à Millstone Hill, au-dessus de Barre. Le granit de ces carrières est de grande qualité car il contient très peu de fer et reste donc immaculé, même lorsqu’il est exposé aux éléments. Entre 1833 et 1837, la pierre produite par Millstone Hill servit à bâtir la Vermont State House de Montpelier. À cette époque, les blocs de granit étaient encore déplacés par des bœufs, à une vitesse approximative de six kilomètres par semaine. Les blocs de très grande taille, quant à eux, devaient attendre l’hiver, afin qu’on pût les acheminer plus rapidement en traîneaux. Déplacer cette matière première était une entreprise si risquée que l’on prédit lors de la construction de la Vermont State House que ce serait « le dernier bâtiment à être jamais édifié avec du granit de Barre16 ». D’autres contrats suivirent malgré tout mais, comme à Proctor et à Rutland, il fallut attendre l’achèvement des travaux du chemin de fer en 1875 pour que fût résolu le problème du transport et que Barre devînt plus facilement accessible aux travailleurs qualifiés dont l’industrie avait besoin. Le recrutement de cette main-d’œuvre spécialisée s’effectua de différentes façons : des publications telles que The Granite Cutters Journal faisaient l’inventaire des postes disponibles, l’information traversait les océans grâce aux articles et aux lettres, et l’American Emigration Company employait les travailleurs pour le compte des entreprises américaines. Les Écossais furent les premiers à émigrer à Barre en 1880. Ils venaient essentiellement de la région d’Aberdeen, dans le Nord de l’Écosse, où l’industrie du granit connaissait à l’époque une grave crise. Certains de ces hommes étaient tailleurs et sculpteurs, mais la plupart étaient maîtres carriers. Héritiers d’une forte tradition syndicale (Aberdeen faisait partie des communes du Royaume-Uni comptant le plus grand nombre d’habitants syndiqués), les immigrés écossais s’affilièrent, dès leur arrivée au Vermont, au Granite Cutters National Union (GCNU )17. Créée en 1886, la section de Barre du GCNU devint en 1900, lorsque Écossais et Italiens réunirent leurs forces, la plus importante des États-Unis, avec plus d’un millier de membres18. La présence des Écossais influença l’organisation de l’industrie du granit qui, au lieu d’être contrôlée par un seul propriétaire, se trouva répartie entre les mains d’une myriade de petits entrepreneurs (on en relevait plus d’une centaine dans les années 1890) pour lesquels c’était la compétence individuelle des tailleurs qui primait. Les Italiens arrivant directement d’Italie ou d’autres États où ils avaient travaillé dans les carrières trouvaient à Barre un environnement bien différent de celui de Proctor et de Rutland. Nombreux étaient ceux qui venaient de Proctor car bien que le marbre et le granit fussent des minéraux aux caractéristiques très différentes, passer de l’un à l’autre ne leur posait pas de difficulté majeure. En quittant Proctor pour Barre ils trouvaient non seulement un lieu de travail plus ouvert et des taches plus variées, mais aussi un espace où ils étaient autorisés et même encouragés à exprimer leur point de vue politique et à adhérer à une organisation syndicale. Comme le rappelle Paul Demers : « (A Barre), le travail n’était pas un moyen de subsistance, c’était un art de vivre19. » La ville se distinguait en effet par ses multiples ateliers, petits ou grands, où identité nationale, travail et politique étaient interdépendants, et tissaient entre les ouvriers des différents pays un lien qui transcendait l’appartenance nationale. Aussi, les socialistes et anarchistes italiens qui s’installèrent à Barre trouvèrent un terrain favorable à l’épanouissement de leurs convictions politiques et ils saisirent l’occasion de les défendre avec ferveur et opiniâtreté.

  • 20 Barre in Retrospect II, 1776-1995, Barre, The Friends of the Aldrich Public Library, 1995, p. 7.
  • 21 M. Pentucci, « Realtà e voci politiche nel contesto del fenomeno migratorio : gli anarchici di Bar (...)

16Dans ces années-là, Barre connut un rapide essor, passant de 2 000 habitants pendant les huit premières décennies du xixe siècle à 6 800 en 1890, 8 500 en 1900 et plus de 11 000 en 1910. De 1881 à 1893, furent construites 625 maisons, à raison d’une par semaine en moyenne pendant douze ans20. Le quartier italien, qui se développa au nord de la ville, prit le nom de « North End ». Maila Pentucci explique ainsi que « l’émigration massive de ces travailleurs qualifiés, […] favorisa la création […] à Barre d’une “communauté d’accueil” qui était une réplique parfaite de celle qu’ils avaient quittée21 ». Comme à Proctor et à Rutland, le riz, la polenta, les pâtes, le vin fait maison et la grappa ne pouvaient manquer sur les tables des Italiens de Barre. Les légumes et le raisin poussaient dans de petits jardins devant les maisons et les champignons que l’on laissait sécher au soleil devinrent partie intégrante du décor local. Les ingrédients nécessaires à la préparation des plats italiens étaient disponibles dans les boutiques que les Italiens (souvent originaires de la même région que les marbriers) avaient ouvertes à Barre. Le dimanche, de grands piques niques rassemblaient les Italiens de la ville autour de jeux, de musique, de chansons et de danses.

  • 22 22. C. Cianfarra, « Da New York a Barre (Appunti di viaggio) », Il Proletario, anno 5, n° 49, New (...)
  • 23 En 1998, le Socialist Labor Hall fut déclaré monument historique par le National Register of Histo (...)

17À Barre aussi, les immigrés italiens fondèrent diverses associations d’entraide et de loisirs, telles que la Mutual Aid Society, l’Italian Pleasure Club, l’orchestre Columbus et l’Italian Athletic Club. Toutefois, le lieu qui, plus que tout autre, symbolisait leur identité italienne et incarnait leurs idéaux politiques était le Socialist Labor Hall. Construit par les marbriers italiens, ce dernier ouvrit ses portes à la fin de 1900 et il s’élève encore aujourd’hui dans Granite Street. Camillo Cianfarra, qui fut l’un des rédacteurs en chef de l’hebdomadaire socialiste new-yorkais Il Proletario, décrit l’inauguration du bâtiment en ces termes : « Ce qui semblait d’abord impossible est désormais un fait accompli, puisque le Hall se tient maintenant là dans Granite Street, superbe édifice et magistrale synthèse de l’effort collectif de travailleurs unis et guidés par la lumière d’une idée comme la nôtre. Pour de nombreuses personnes, ce Hall ne voudra rien dire, pour d’autres il sera l’objet de quolibets, mais moi, quand je l’ai vu pour la première fois, il m’a parlé dans une langue emprunte d’une grande sagesse22. » Au centre de la vie de la communauté, le Hall permettait aux activités sociales et politiques des Italiens de s’épanouir. Dans la pièce centrale, au rez-de-chaussée, des bals hebdomadaires étaient organisés, le plus souvent dans le but de récolter des fonds pour les familles des nombreux tailleurs de pierre morts de silicose. Mariages, jeux de cartes, leçons d’anglais et bien d’autres activités trouvaient leur place dans ce bâtiment, dont les murs abritaient une coopérative et le jardin de derrière une boulangerie au four de briques23. C’était le lieu de réunion du GCNU, et le théâtre de débats passionnés entre socialistes et anarchistes. On compte, parmi les illustres invités conviés à ces rencontres, Luigi Galleani – dont la présence à Barre au début du xixe siècle fit de cette ville le centre de l’anarchisme aux États-Unis – Emma Goldman, Eugene Debs, Joseph Ettor, Arturo Giovannitti, Bill Haywood, ou encore Ann Burlak. Le Hall devint immédiatement le symbole de la communauté italienne et de son orientation politique. Au début de 1912, par exemple, les travailleurs du textile de Lawrence (Massachusetts) firent grève pour protester contre une réduction de salaire et demander l’amélioration de leurs conditions de travail. Malgré les tentatives d’intimidation de la part des employeurs et des autorités locales, la grève se poursuivit pendant des semaines et la situation des familles de grévistes devint critique. Au cours d’une réunion au Socialist Labor Hall, les tailleurs de pierre italiens manifestèrent leur solidarité en offrant un séjour à Barre – tous frais payés – aux « enfants de Lawrence ». Quand les trente-cinq enfants arrivèrent, ils furent conduits au Hall où les attendait une foule nombreuse autour d’un banquet dressé en leur honneur sous les deux tableaux de Karl Marx qui encadraient de part et d’autre la scène de la salle de réception. Tous les enfants furent photographiés et l’on vendit leur photo pour récolter des fonds au bénéfice des grévistes. Les activités organisées dans le Hall témoignaient ainsi des idéaux de solidarité qui animaient les Italiens. Elles étaient aussi la preuve que ces principes étaient appliqués au-delà du cadre restreint de la communauté de Barre et s’inscrivaient dans une perspective plus large.

  • 24 Anthony Pisanelli et Umberto Trinci, entretien mené par Yvonne Daley pour son article « 95 Years f (...)

18C’était aussi dans le Labor Hall que l’on célébrait l’une des fêtes les plus importantes, celle du « primo maggio », le Premier mai, jour que les habitants de Barre finirent par désigner sous le nom de Italian Labor Day. Souvent ces événements festifs se poursuivaient hors des murs du Hall, notamment sous la forme de parades musicales dans les rues. La différence entre Proctor et Rutland d’une part et Barre de l’autre se manifesta une fois de plus lors de ces célébrations. Le Premier mai 1909, fut inauguré à Proctor le Recreation Club, association dont la seule vocation était l’organisation de divertissements tels que des soirées, des concerts et des spectacles variés. L’article 2 de ses statuts était clair sur ce point : « L’objectif du Recreation Club est double : distraction et divertissement. Toute discussion relative au Travail et à la Politique ou à quelque sujet que ce soit qui puisse offenser les autres membres est formellement interdite. » Comme Anthony Pisanelli et Umberto Trinci, fils de deux tailleurs de pierre italiens de Carrare, le confièrent à une journaliste du Rutland Daily Herald : « (À Proctor, les Italiens) étaient moins engagés politiquement que les Italiens de Barre. Ils se consacraient complètement à leur famille. C’était elle qui leur importait vraiment24. » Certes, toutes ces organisations et ces activités ne suffisaient pas à faire oublier les souffrances de l’expérience migratoire. Toutefois, grâce à leur travail et à de telles initiatives, les tailleurs de pierre italiens se montraient capables, et ce à un stade encore précoce de leur intégration, de prendre une part active à la vie de Barre.

19La présence des marbriers italiens a joué un rôle important dans l’histoire du Vermont entre 1880 et 1915. Grâce à un savoir faire hérité de leurs ancêtres, ils ont contribué à l’essor de l’industrie de la pierre, lui donnant ses lettres de noblesse à un moment crucial de son développement, et sont devenus pour cela la fierté et l’orgueil de la région. Le jour de la commémoration du 100e anniversaire de l’Italian Aid Society le sénateur Jim Jeffords honora les immigrés italiens en ces termes : « L’héritage des Italiens, comme un fil tissé dans l’étoffe de notre société, resserre en bien des points les liens de notre communauté. »

20L’Italian Aid Society, le Socialist Labor Hall, l’Opera House, le Hope Cemetery de Barre et ses monuments funéraires, les grandes carrières de marbre et de granit sont autant d’éléments qui témoignent très concrètement de l’histoire de l’immigration italienne dans le Vermont. L’identité spécifique de cette région a été en partie forgée par la vie et le travail des immigrés italiens. C’est l’interaction de leur savoir faire, de leur héritage culturel, et de leurs qualités humaines qui ont caractérisé leur intégration et ont enrichi la société qui les a accueillis.

Notes

1 . Cet article a pu voir le jour grâce à une bourse du Faculty Professional Development Fund du Middlebury College. L’auteur tient à exprimer sa gratitude à ce dernier pour son indéfectible soutien financier et moral.

2 Proctor ayant été le point de départ de l’industrie du marbre dans le Vermont, nous avons choisi de mettre ici l’accent sur cette ville. Toutefois, l’histoire et le développement économique de Proctor sont indissociables de ceux de la localité voisine de Rutland.

3 E. Sori, L’emigrazione italiana dall’Unità alla seconda guerra mondiale, Bologna, Il Mulino, 1979, p. 32.

4 Paul Merzario, Adamocrazia. Famiglie di emigranti in una regione alpina, Bologna, Il Mulino, 2000, p. 33.

5 P. Audenino, « The Paths of the Trade : Italian Stonemasons in the United States » International Migration Review, n° 20, 4, Winter 1986.

6 R. J. Vecoli, « The Italian Diaspora, 1876-1976 » in R. Cohen (dir.), The Cambridge Survey of World Migration, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 114-115.

7 L. et T. Mannoni, Marble, the History of a Culture, Genova, Sagep, 1984, p. 4.

8 . R. Gilmore, « The Vermont Marble Company : An Entrepreneurial Study, 1869-1939 », New England Social Studies Bulletin, n° 14, 2, 1956, p. 234.

9 D. C. Gale, « A Marble City and a Marble Village », New England Magazine, June 1914, p. 199.

10 Vermont Bureau of Publicity, Industrial Vermont : The Mineral, Manufacturing, and Water Power Resources of the Green Mountain State, Montpellier, Capital City Press, 1914, p. 4.

11 Ibid., p. 18.

12 R. Burattini, Italians and Italo-Americans in Vermont, manuscrit inédit, Montpellier, Vermont Historical Society, 1937, p. 3.

13 Ibid., p. 10.

14 G. Pisanelli cité par son fils Anthony in « 100 Years Later, Italians Celebrate Their Vermont Roots », The Boston Sunday Globe, 26 juin 1994.

15 David C. Gale, A Marble, op. cit., p. 200.

16 Industrial Vermont, op. cit.

17 Syndicat national des tailleurs de granit (NDT).

18 K. Lane, « Old Labor Hall, Barre, Vermont : Preserving Working Class Icon », Labor’s Heritage, Spring/Summer, 1999, p. 50.

19 P. Demers, Labor and the Social Relations of the Granite Industry in Barre, Mémoire de maîtrise, Goddard College, Vermont, 1974, p. 15.

20 Barre in Retrospect II, 1776-1995, Barre, The Friends of the Aldrich Public Library, 1995, p. 7.

21 M. Pentucci, « Realtà e voci politiche nel contesto del fenomeno migratorio : gli anarchici di Barre, Vermont, e “Cronaca Sovversiva” » in C. Brusa et R. Ghiringhelli (dir.), Emigrazione e territorio : tra bisogno e ideale, Varese, Edizioni Lativa, 1995, p. 200.

22 22. C. Cianfarra, « Da New York a Barre (Appunti di viaggio) », Il Proletario, anno 5, n° 49, New York, 8 décembre 1900.

23 En 1998, le Socialist Labor Hall fut déclaré monument historique par le National Register of Historical Places. Il s’agit de l’un des rares monuments lies à l’histoire du mouvement ouvrier dont la valeur historique ait été ainsi reconnue. Ce bâtiment est désormais ouvert au public et continue d’être restauré grâce au travail de nombreux bénévoles et à des fonds récoltés essentiellement auprès de la population locale. Cette restauration se poursuit donc en conformité avec « la philosophie communautaire » qui avait constitué l’un des principes fondamentaux des bâtisseurs du Labor Hall en 1900. Cf. K. Lane, « Old Labor Hall », op. cit.

24 Anthony Pisanelli et Umberto Trinci, entretien mené par Yvonne Daley pour son article « 95 Years for Italian Aid Group », Rutland Daily Herald, 11 février 1989.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540