Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français, une langue pour réussir

 | 
Françoise Argod-Dutard

Annexes

Les manifestations culturelles

Odile Brunet, Martine Charles, Marc-Édouard Gautier, Marie-Annick Mainguy, Christine Morin, Élisabeth Paul, Élisabeth Verry et Céline Villalta

Texte intégral

1À l’occasion de chaque édition des Rencontres de Liré, des manifestations culturelles sont organisées par les Amis du Petit-Lyré et le musée Joachim Du Bellay, la ville d’Ancenis, l’association de la Turmelière, les associations culturelles et touristiques du canton de Champtoceaux, Scènes de pays dans les Mauges, le centre départemental de documentation pédagogique et les Archives départementales de Maine-et-Loire, la bibliothèque municipale d’Angers, l’association les Lyriades de la langue française, etc. Ce fut à nouveau le cas lors des 6es Rencontres.

Visite commentée de l’exposition « Dicomania, un millénaire de dictionnaires »

2La Bibliothèque municipale classée d’Angers conserve une quinzaine de manuscrits, de glossaires et de dictionnaires médiévaux en latin, grec, hébreu, français. Parmi eux se trouvent d’importants glossaires de l’époque carolingienne et un des trois plus vieux dictionnaires avec des entrées en langue française (copié dès le milieu du XVe siècle, près d’un siècle avant l’édition du Dictionnaire franco-latin de Robert Estienne). Elle conserve également une riche collection des grands dictionnaires imprimés de l’époque moderne et contemporaine. Pour mettre en valeur ce patrimoine, la bibliothèque municipale a organisé, en partenariat avec l’association Les Lyriades de la langue française, une exposition sur l’histoire des dictionnaires du IXe siècle à nos jours qui s’est tenue à la bibliothèque Toussaint de la fin avril à la mi-juillet 2012. Marc-Edouard Gautier, directeur-adjoint de la bibliothèque municipale classée d’Angers et conservateur de ses fonds anciens, et Jean Pruvost, professeur à l’université de Cergy-Pontoise, organisateur de la Journée internationale des dictionnaires, tous deux membres du conseil scientifique des Lyriades, ont été les commissaires de cette exposition. Les photographies et les contributions de Bryan Merrilees et d’Henriette Walter ont été particulièrement appréciées.

3Archiviste paléographe, conservateur d’État des bibliothèques, Marc-Édouard Gautier poursuit des recherches historiques en histoire et histoire de l’art de la fin du Moyen Âge sur lesquelles il a publié une vingtaine d’articles. Il a organisé plusieurs expositions, dont « À l’ombre des familles, 1 000 ans d’arbres généalogiques », dans laquelle étaient présentées les plus anciennes généalogies dessinées en France (catalogue : Mille ans d’histoire de l’arbre généalogique en France, Ouest-France, 2008). En 2009, il était le commissaire général de l’exposition Splendeur de l’enluminure. Le roi René et les livres qui rassemblait dans la Galerie de l’Apocalypse du château d’Angers les plus beaux manuscrits enluminés du roi René dispersés à travers toute l’Europe. Le catalogue de l’exposition, publié chez Actes sud, avait été récompensé de la 2e Médaille des Antiquités de la France par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

4La revue du Conseil régional des Pays de la Loire, 303 – Arts, Recherche et Créations, s’est associée à cette manifestation en consacrant son numéro d’avril 2012 au patrimoine linguistique et à la langue française :

« Chaque mot est comme un vaisseau : il semble d’abord clos sur lui-même, bien enserré dans la rigueur de son armature, mais il devient facilement un départ, il s’évade vers d’autres mots, d’autres images, d’autres désirs », écrivait Roland Barthes dans la préface du dictionnaire Hachette de 1980. Qui ne s’est jamais laissé porter au gré de ces vaisseaux ?
Vertige de la liste, paradoxe de ces successions de mots associés seulement par leurs rimes vers l’avant, les dictionnaires, glossaires, thésaurus ou lexiques ont une longue histoire qu’illustre abondamment le patrimoine linguistique de la région.
Outre ses imposants glossaires carolingiens, la bibliothèque municipale d’Angers conserve deux impressionnants manuscrits du milieu du XVe siècle qui comptent parmi les tout premiers dictionnaires à accorder la primauté au français. Ils ont déjà le format de nos Petit Larousse et Petit Robert, mais ils précèdent d’un siècle le premier dictionnaire imprimé avec des entrées en langue française. Leur structure révèle la fabrique du dictionnaire. Ils sont le clou de l’exposition « Dicomania » que présente en ce printemps la bibliothèque municipale d’Angers et qu’accompagne ce numéro 303. Lexicographes, chercheurs, conservateurs mais aussi iconographes et toponymistes rendent hommage, à travers des approches très diversifiées, à cette passion de la langue, des mots et des dictionnaires, illustrée par de nombreux Angevins, de Joachim Du Bellay et Gilles Ménage à l’association Les Lyriades, partenaire de ce numéro. (4e de couverture du no 120 de la revue 303)

Le spectacle de la Cie Chemins de traverse : « Ou sont-ils les poètes ? »

5Chemins de traverse, c’est la rencontre de deux parcours différents : celui d’une comédienne, Élisabeth Paul, et celui d’une musicienne, Céline Villalta. Les deux artistes ont un objectif commun, celui de faire se côtoyer le texte, poétique ou littéraire, et la musique, classique ou actuelle. C’est le point de départ de leur travail. Les mots peuvent être dits, rythmés, chantés, mis en scène, accompagnés d’un piano, d’une guitare ou d’un accordéon.

6Déjà, en mai 2010, à l’occasion des 5es Rencontres de Liré, le public réuni à Angers avait particulièrement apprécié leur spectacle : « Quand je laisse courir mes mains sur le piano… »

7Élisabeth Paul, comédienne, a suivi une formation au conservatoire d’Art Dramatique d’Angers avec Jean Guichard, puis à Paris, au cours de Jean-Laurent Cochet. Elle travaille également avec John Strasberg et participe à plusieurs créations théâtrales classiques et contemporaines. Elle enregistre pour Radio-France des pièces de théâtre et des romans. Passionnée de littérature, elle conçoit et interprète avec les compagnies 4 à 4, La voie des livres, le Bibliothéâtre, des spectacles et des lectures publiques créés à partir d’œuvres littéraires.

8Céline Villalta, musicienne de formation, a suivi des études au conservatoire de Bourges. Pianiste, accordéoniste et chanteuse, elle joue dans plusieurs groupes de rock, de chanson française, de folk… Elle crée des arrangements pour la chanson, compose pour le théâtre et travaille dans différentes compagnies (Les Passantes, Olivier Bodin, Le Tapis Franc, le Bibliothéâtre). En tant que compositrice, elle développe un travail sur la mise en musique de textes poétiques. Elle crée et interprète son tour de chant solo per Milena

9Le jeudi 26 avril, Élisabeth Paul et Céline Villalta ont présenté « Où sont-ils les poètes ? », un spectacle plein de poésie et de finesse. Mélangeant les disciplines, s’accompagnant de quelques notes de musique, les deux artistes ont mêlé leurs voix pour dire, jouer ou chanter les mots les plus tendres de nos chers poètes : Ronsard, Hugo, Allais, Queneau, Michaux et bien d’autres… Ce spectacle a été une véritable invitation à la redécouverte de la poésie.

Spectacle « Chanson gourmande » par Ty Zef

10Connaissez-vous la chanson gourmande ?

11Prenez une poignée de musiciens talentueux, une chanteuse d’exception, Marion Rouxin. Relevez leurs affinités musicales avec une pincée de swing, une pointe de rock et d’un zeste de mélodies colorées. Puis, vous mélangez l’électrique à l’acoustique et saupoudrez le tout d’une diversité de mots et vous aurez le spectacle, aux nombreuses saveurs musicales qui a été présenté le 27 avril, en partenariat avec le Théâtre Quartier Libre d’Ancenis.

Spectacle « Nout’rêve » par la Cie réunionnaise Pat’Jaune

12En conclusion de la journée du 28 avril, notre partenaire, Scènes de Pays dans les Mauges, a conduit le public et les intervenants des Rencontres à Champtoceaux, pour assister à un spectacle dépaysant et chaleureux donné par Cie réunionnaise Pat’Jaune.

13Originaires de la Plaine des Cafres, ces trublions ont su s’imposer dans le paysage musical de l’île avec plusieurs albums (Youl, Ti catoune, Larizé, La musique des « Hauts » de la Réunion).

14L’histoire du groupe remonte en 1987, où les trois frères Gonthier, Michel, François et Bernard, s’adonnent allègrement à la musique. Puis Claudine, la touche féminine du groupe, les rejoint et dote leur musique d’une rythmique à la caisse claire. C’est un mélange unique de danses d’antan (valses, polkas, scottish ou quadrilles importés par les premiers colons), de séga, tandis que le violon et le banjo rappellent la musique de Louisiane. Leurs rythmes sont entraînants, les paroles drôles et parfois émouvantes. Les textes relatent, avec tendresse et humour, des anecdotes de la vie quotidienne dans les Hauts de l’île de La Réunion.

15Un beau voyage musical coloré avec ces pétillants héritiers de la country.

Le chapitre d’intronisation dans la Confrérie des compagnons vignerons de Joachim Du Bellay

16La Confrérie des compagnons vignerons de Joachim Du Bellay est une association loi 1901, créée le 28 juillet 1975 à l’initiative du maire de Liré de l’époque, Bernard Chavanon, qui en fut le Grand Maître jusqu’à son décès en 1990.

17Les buts de l’association consistent à faire connaître, aimer et défendre les vins des coteaux de Loire ; honorer les arts et les lettres comme le faisait en son temps l’illustre Joachim Du Bellay ; encourager le tourisme et l’artisanat ; entretenir entre ses membres, et ceux appartenant à d’autres associations équivalentes, des sentiments d’amitié, d’entraide, d’honneur et de désintéressement

18La Confrérie comporte un conseil d’administration de 27 membres appelé Chapitre et un bureau appelé Petit Chapitre

19Lors de ses manifestations, à la Saint-Vincent, à la Virée des coteaux, au chapitre du Vin nouveau et tous les deux ans aux Lyriades, des cérémonies d’intronisations sont organisées pour faire connaître et exprimer la philosophie de la Confrérie en partageant amicalement des faits de vie des candidats impétrants.

20Au cours de ces manifestations solennelles, qui sont l’occasion de revêtir le costume traditionnel, des mets et vins des Coteaux de Loire sont dégustés et consommés, bien sûr avec la modération de bon aloi, dans une ambiance d’amitié fraternelle où l’on se délecte autant du vin que du verbe.

21Le 29 avril 2012, à l’occasion des 6es Rencontres de Liré, la Confrérie a accueilli trois nouveaux membres : Mmes Martine Charles, adjointe au maire d’Ancenis, vice-présidente déléguée des Lyriades en charge de la commission culturelle ; Véronique Marché, professeur de lettres, membre du comité pédagogique des Lyriades et Béatrice Pothier, professeur à l’université catholique de l’Ouest, membre des Lyriades.

Exposition « Les Angevins et le Canada »

22Tout au long des Rencontres, le public a pu admirer, à Angers puis à Liré, l’exposition des archives départementales de Maine-et-Loire, « Les Angevins et le Canada », réalisée sous la responsabilité de Mme Élisabeth Verry, directrice, qui l’a présentée devant M. Michel Robitaille, délégué général du Québec à Paris, le 28 avril 2012, au château de la Turmelière.

23Depuis plus de quatre siècles, de nombreux hommes et femmes issus des territoires de l’Ouest français ont tenté l’aventure outre-Atlantique, contribuant à écrire l’histoire du Nouveau Monde et en particulier celle du Canada. L’Anjou a grandement contribué à tisser les liens de cette histoire commune. Elle commence au temps des pionniers, dès la naissance de la Nouvelle-France. Les premiers Angevins sont des missionnaires, comme Jean Dolbeau ou René Goupil. Mais l’aventure la plus exceptionnelle est celle du Fléchois Jérôme Le Royer de la Dauversière, qui fait l’acquisition de l’Ile de Montréal en 1636 et organise depuis l’Anjou l’expédition qui fondera la ville. Par la suite, d’autres Angevins marquent l’histoire du Canada : des congrégations, notamment les Sœurs grises, fondées par l’Angevine Marguerite d’Youville ; des explorateurs, comme les Gaultier de la Vérendrye, originaires du Saumurois, qui s’avancent pour la première fois jusqu’aux Montagnes Rocheuses ; au XIXe siècle, des religieux encore, avec l’installation d’œuvres comme celle de Marie Hébert de la Rousselière, dont un boulevard de Montréal porte aujourd’hui le nom. L’Angevin Théodore Pavie fait en 1830 un voyage romantique dont il rapporte d’attachants carnets de récits et de dessins ; un siècle plus tard, l’écrivain René Bazin rapporte aussi notes et croquis de son voyage dans la vallée du Saint-Laurent. Et aujourd’hui, les liens se resserrent à nouveau par le partenariat qui unit la région de Montérégie-est, près de Montréal, avec le Conseil général de Maine-et-Loire.

24Ce sont tous ces moments d’histoire partagée, retracés par Mme Élisabeth Verry, qu’ont pu découvrir les spectateurs à l’occasion des 6es Rencontres de Liré d’avril 2012

Exposition de peinture à la chapelle des Ursulines

25La chapelle des Ursulines à Ancenis a une double vocation : l’accueil des expositions professionnelles et de quelques spectacles de la programmation du Théâtre Quartier Libre.

26À chaque exposition, des animations en lien avec le thème développé par l’artiste sont proposées : conférences et rencontres avec les artistes pour le public, ateliers d’art plastique pour les enfants, etc.

27De même, la communauté de communes du pays d’Ancenis organise des visites commentées pour les élèves du pays d’Ancenis afin de les sensibiliser à l’art. Dans le cadre des 6es Rencontres de Liré, une visite de l’exposition de peinture de Christine Morin a été organisée.

Mon travail se construit de toile en toile ; il bouge doucement, se modifie, se charge de sensations. Ce serait un univers, mon petit univers, que je donne à voir à travers ces formes et ces couleurs. Ce serait des histoires issues du monde qui m’entoure, des sensations de l’expérience, des projets de vision filtrés par la peinture qui met à plat, oblige à la distance, à la lenteur, au détachement.
Il en résulte des toiles abstraites.

(Texte de présentation de Christine Morin)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540