Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français, une langue pour réussir

 | 
Françoise Argod-Dutard

Annexes

Les activités pédagogiques de l’académie de Nantes

Jean-Luc Jaunet, Michel Gramain, Christophe Chauvet, Jean-Pierre Colignon, Jean-Luc Jaunet, Michel Gramain et Christophe Chauvet

Texte intégral

Les Lyriades-Jeunesse 2012 : un très bon cru

1Lors de ces vendanges 2012, nos amis vignerons des Coteaux de la Loire ont tous constaté que le raisin était beaucoup moins abondant que lors des années précédentes ; mais ils se sont vite réjouis de voir qu’il était, heureusement, de grande qualité et qu’il laissait attendre de fort jolis vins.

2Tout comme les vignes qui entourent le « petit Liré », les Lyriades-Jeunesse, au début du printemps, étaient porteuses d’assez peu de projets et puis, suite à on ne sait quelle embellie pédagogique, les propositions d’actions se sont multipliées, faisant finalement de cette année 2012 un grand millésime. Il y a en effet la quantité, comme on dit dans les chais, puisque cette édition a rassemblé près de 1 500 participants, une dizaine d’écoles, une quinzaine de collèges, deux lycées, dont un lycée professionnel et, pour la première fois, cette année, trois centres de formation d’apprentis, ceux de la CCI de Maine-et-Loire ; mais il y a aussi une belle qualité d’ensemble, une belle diversité que nous souhaiterions pouvoir faire apprécier, même si notre présentation, en voulant tout embrasser, se condamne à rester lacunaire et superficielle.

  • 1 Ce projet a rassemblé les écoles publiques du canton de Champtoceaux (écoles de Bouzillé, Liré,

3La chance des Lyriades-Jeunesse est de pouvoir s’appuyer, en premier lieu, sur des projets rassemblant des contingents importants d’élèves, avec un encadrement pédagogique attentif à renouveler et à stimuler, chaque année, l’intérêt des enfants et des jeunes à travers des propositions de travail séduisantes. Parmi ceux-ci, on peut citer le beau travail réalisé dans les classes maternelles de la circonscription de Cholet 31. À partir du thème retenu cette année, « art et littérature », les classes avec leurs enseignants et divers partenaires ont, tout au long de l’année, d’abord préparé et construit des ateliers destinés à être proposés lors des journées de rencontre du printemps. Ces « grands jours » ont constitué un moment fort de l’action puisque ce fut le temps du partage, des échanges, chaque classe présentant aux autres ce qu’elle avait élaboré et produit. Chaque jeune élève découvrait ainsi d’autres univers littéraires que celui qu’il avait construit avec les camarades de sa classe. Si on ne peut qu’être séduit par la richesse pédagogique de ce projet qui a concerné pas moins de 375 enfants de sept écoles publiques de la communauté de communes de Champtoceaux, on est tout aussi admiratif du vaste travail d’organisation et de logistique qui a permis les échanges entre toutes ces classes, avec l’élaboration des « feuilles de route » qui guidaient chacune dans le circuit des rencontres.

  • 2 Ont participé à cette action les collèges Jean Vilar d’Angers, Molière de Beaufort, François Villon
  • 3 L’organisation de cette manifestation doit beaucoup à Mme Jacqueline Branger, vice-présidente
  • 4 Collèges Georges Gironde (professeurs : Mme Nathalie Berthelot, Mme Isabelle Saralos, M. Jean-Marc (...)
  • 5 L’initiative de cette action, qui a mobilisé la Communauté de communes du Pays d’Ancenis, revient à (...)

4Du côté des collèges, un autre projet a mobilisé également beaucoup de jeunes2. Il s’agit du concours Lire et écrire l’Afrique en langue française3, co-organisé par Les Lyriades et le Salon de l’écrit, de l’édition et du livre africain d’Angers, en partenariat avec le centre départemental de documentation pédagogique de Maine-et-Loire. Il était proposé aux élèves de rédiger un texte racontant la rencontre avec un ou des personnages du livre africain qu’ils avaient lu et présentant les paroles échangées à cette occasion. Comme lors des éditions précédentes, plusieurs collèges ont répondu favorablement à cette invitation à écrire à partir du voyage dans d’autres cultures. Il faut ajouter à cette action, cette année, le parcours lecture-écriture conduit en partenariat avec le conseil général de Maine-et-Loire, qui a rassemblé des élèves de quatre collèges du département4, avec des propositions faisant la part belle aux arts de la parole (théâtre, conte, slam…), à la lecture et à l’écriture, imaginées, en lien avec les enseignants, par les intervenants de l’association Paq’la Lune. Le final de l’action a rassemblé la totalité des élèves concernés pour une performance collective, une sorte de mille-feuilles de voix, une polyphonie vocale du meilleur effet, avant la confrontation avec la dictée facétieuse imaginée par Jean-Pierre-Colignon, à laquelle ont également participé en nombre des élèves de troisième et de seconde des établissements d’Ancenis et des élèves de sixième, de cinquième et de quatrième de Champtoceaux5.

  • 6 Collège Clément Janequin d’Avrillé ; professeurs : Mme Blandine Frémondière, Mme Avenet.
  • 7 Mme Frémondière et Mme Avenet
  • 8 Parmi les professeurs ayant fait participer leurs classes à ce concours, il convient de mentionner (...)

5À côté de ces grands projets collectifs qui regroupent des dizaines, voire des centaines d’élèves, les Lyriades-Jeunesse 2012 ont aussi fédéré, comme lors des années antérieures, beaucoup d’« actions de classe » liées à l’engagement pédagogique individuel d’un professeur ou d’une petite équipe d’enseignants. On note en particulier la fréquence des réalisations mobilisant, en binômes, un professeur de français et un professeur d’arts plastiques ou d’arts appliqués. C’est une pratique maintenant bien installée, que le comité pédagogique des Lyriades-Jeunesse, à travers ses recommandations, a d’ailleurs toujours encouragée. Le mariage de l’écriture et des arts plastiques est en effet très fécond. L’interaction entre ces deux langages, ces deux modes d’expression, aboutit à une mise en valeur réciproque, particulièrement bien venue pour les productions écrites, souvent difficiles à exposer, à présenter. Nous avons un bon exemple de cette « monstration » avec les travaux réalisés par les élèves d’une classe de troisième6 dans le cadre d’une séquence pédagogique intitulée « Roméo et Juliette : un mythe encore vivant ? » Après avoir lu la pièce de Shakespeare, les collégiens ont été répartis en groupes, chacun choisissant un court passage de la pièce et mettant en parallèle diverses traductions qui en ont été proposées. Dans un second temps, chaque groupe a réalisé un dossier sur une des scènes qui lui était attribuée, avec la recherche et l’analyse de différentes versions modernes du mythe, qu’elles soient picturales, musicales ou cinématographiques. Pour terminer, les élèves, à partir de la scène de leur groupe, ont écrit individuellement une transposition qui pouvait porter sur le temps, l’espace ou les personnages. Afin de rassembler et présenter l’ensemble des recherches et des travaux, il a été imaginé en cours d’arts plastiques de réaliser huit livres-objets pop-up en forme de castelets, avec la représentation, grâce à un jeu coulissant de transparents, des huit scènes retenues : le bal, le balcon, le mariage, le duel, la nuit d’amour, le bannissement, la mort de Roméo et la mort de Juliette. L’ensemble de ces mini-théâtres a une force expressive et poétique tout à fait étonnante. La même équipe de professeurs7 a su aussi, toujours avec des élèves de troisième, susciter un élan créatif autour des mots du concours organisé par le ministère de l’Éducation nationale « Dis-moi 10 mots qui te racontent8 », empruntés cette année à l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau : « âme, autrement, caractère, chez, confier, histoire, naturel, penchant, songe, transports ». Après avoir travaillé sur l’étymologie et les différents sens des mots, après les avoir mis en texte dans un écrit poétique de leur composition, les élèves ont été invités à imaginer une « installation » permettant de les représenter plastiquement. C’est le motif de l’oiseau, de la grue voyageuse plus précisément, qui s’est peu à peu imposé et les élèves ont ainsi façonné dix origami-oiseaux de grande taille, portant chacun sous leurs ailes un des dix mots avec, pour chacun, une transcription dactylologique, une écriture en langue des signes ; le collège où est né le projet accueille en effet une Unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS) ouverte aux élèves sourds et malentendants. Les collégiens ont réalisé enfin la mise en voix de leurs textes en circulant parmi ces origami-oiseaux en formation de vol, belle manière de célébrer l’envol de la parole poétique.

  • 9 Professeur : M. Jean-François Frackowiak ; collège René Guy Cadou d’Ancenis.

6Toujours dans ce registre d’expression mêlant mots et réalisations plastiques, on peut évoquer le travail d’une classe de sixième9 qui a élaboré collectivement un dictionnaire de vocables homophones. Ont été choisis ceux qui sont les plus fréquents dans la langue française et aussi ceux qui constituent les pièges orthographiques les plus redoutables. Les élèves étaient invités à rédiger des phrases comportant d’abord un homophone, puis au moins deux, faisant apparaître clairement leurs sens respectifs et, si possible, jouant de manière plaisante avec l’emploi de chacun. Ce sont ces dernières phrases qui font office de définition dans le dictionnaire réalisé, les propositions avec un seul homophone jouant le rôle de phrases d’exemples dans le corps de l’article. Si un fichier électronique de ces travaux a été enregistré, la version papier avec son écriture manuscrite a été enrichie de dessins et d’illustrations permettant de mieux « lire » les différences entre les homophones présentés et, surtout, d’offrir une vue d’ensemble sur l’œuvre de la classe tout entière, dès lors objet de fierté collective.

  • 10 Le projet a réuni une professeure des écoles, Mme Solène Michel (école Sévigné d’Ancenis) et deux p (...)

7Nous retrouvons ce pont entre l’écrit et les arts plastiques dans un autre projet qui a eu l’originalité, aussi, d’établir une liaison entre une classe de CM1-CM2 et une classe de sixième de collège10. Tout est parti d’une exposition baptisée « Lire la Loire », présentée initialement à l’Hôtel du Département de Maine-et-Loire et accueillie ensuite dans les murs du collège. L’idée est alors venue aux enseignants de profiter de cette opportunité pour mettre en place un atelier d’écriture poétique réunissant des élèves de l’école primaire et des collégiens de sixième. C’est ainsi que, à partir du nom Loire et, éventuellement, de mots se rattachant au fleuve (crue, rive…), est née toute une série d’acrostiches poétiques qui ont été ensuite calligraphiés, illustrés et mis en page de belle façon pour une présentation d’ensemble, là aussi très réussie.

  • 11 Le projet a été mené au lycée professionnel Goussier de Rezé par Mme Denise Bougain-Péron, professe (...)

8Depuis Apollinaire, on connaît bien la force suggestive des calligrammes où le texte dessine sa propre image, boucle sur sa propre représentation, où mots et dessin se reflètent l’un dans l’autre. C’est cette inscription des mots dans une image, d’une image dans des mots que deux professeurs de français et d’arts appliqués11 ont proposée aux élèves d’une de leurs classes. Mais il ne s’agissait pas d’un simple jeu d’expression, du mariage de n’importe quelle image et de n’importe quels mots : l’enjeu était d’une importance plus grande pour les élèves puisque ces lycéennes étaient invitées à esquisser leur autoportrait, à se regarder dans un miroir fictif pour prendre conscience de la façon dont les autres la voient et dont elles se voient elles-mêmes. La qualité de l’accompagnement pédagogique, voire psychologique, a beaucoup fait pour la réussite de cette action d’autant que le support plastique choisi était une très belle œuvre, en accord parfait avec le projet. Le professeur d’arts appliqués avait en effet retenu une estampe de Kitagawa Utamaro, un peintre japonais du XVIIIe siècle, intitulée « Femme se fardant » qui mettait bien en scène le regard sur soi, qu’il soit celui des autres ou le sien propre. C’est sur les lignes de force de cette estampe représentant une femme de dos, avec le visage bien visible dans le miroir qu’elle tient face à elle, que les élèves ont disposé les mots qui représentaient le mieux pour elles leur « géographie intérieure ». Charge émotionnelle, qualité esthétique, réussite pédagogique, tout a concouru à faire de ce projet un temps fort des Lyriades-Jeunesse 2012.

  • 12 Cette proposition de travail départemental a été imaginée et formulée par Mme Laurence Dubreil, con (...)
  • 13 Projet de Mme Morgane Spagnol à l’école primaire de Liré.

9On peut avec les mots dire, peindre qui on est ; on peut aussi par le langage dire, inventorier l’endroit où on vit. C’est ainsi qu’une belle idée pédagogique, qui se souhaitait fédératrice pour le département de Maine-et-Loire12, a trouvé preneur dans au moins trois écoles, avec des déclinaisons personnalisées dans chacune. Il s’agissait, au départ, dans la perspective d’un travail d’enrichissement du lexique des élèves, de procéder dans la commune de l’école à des relevés de noms de rues, de lieux-dits, etc. et d’exploiter les matériaux recueillis. C’est ce qui a été fait dans une des écoles ayant adopté le projet avec une collecte des « mots de communes », la recherche de leur définition, voire une recherche historique quand cela s’avérait nécessaire. L’ensemble a abouti à la création d’un recueil présentant les mots retenus et les éclairages apportés sur chacun d’eux13.

  • 14 Projet de Mme Laurence Fournet-Génon à l’école élémentaire Les Jardins de Brissac-Quincé

10Une autre enseignante, dans une autre commune14, a couplé la collecte des noms de rues, de lieux insolites, etc., avec un travail de description des paysages de la région. Le projet a trouvé un heureux prolongement en arts visuels avec des réalisations de Land Art, (expression qu’on pourrait traduire par de l’art in situ dans un cadre naturel, pour rester, Lyriades obligent, dans le domaine de la langue française !).

  • 15 Projet de M. Vincent Terrien à l’école Clément Pellerin de La Regrippière.

11Dans un esprit semblable, enfin, les enfants de CE2, CM1 et CM2 d’une même école15 ont réalisé un circuit dans leur petite ville en collectant des objets, des bruits et en réalisant des prises de vues photographiques. Après un temps de mise en commun et d’échanges, les élèves, seuls ou en groupes, ont rédigé de petits textes d’accompagnement, qui ont été ensuite rassemblés dans des livres numériques, incluant photographies et sons et montrés en défilement sur ordinateurs au cours des expositions de valorisation du travail réalisé. C’est là une heureuse façon de renouveler et d’actualiser la notion d’objets-livres, en lui apportant notamment la dimension sensorielle supplémentaire de l’ouïe.

  • 16 L’action a mobilisé, entre autres personnes, Mme Christine Arriau El Fari, formatrice, Mme Servane (...)

12À côté des travaux réalisés dans les écoles, les collèges et les lycées, les Lyriades-Jeunesse ont été très heureuses d’accueillir cette année les premiers projets des apprentis des trois centres de formation de la Chambre de commerce et d’industrie de Maine-et-Loire, chaque centre élaborant ses propres perspectives de travail. Ainsi, l’établissement de Saumur16, dans la continuité d’une réflexion conduite en 2010-2011 autour du « Devoir de mémoire », a mis l’accent cette année sur l’éveil des apprentis aux réalités de l’esclavage, ses origines, son héritage, en lien avec l’histoire des DOM-TOM auxquels l’année 2011 a été consacrée au niveau national. Conférence, concert (avec la Cie réunionnaise Pat’Jaune qui a également assuré un des spectacles des 6es Rencontres), approches de la langue et de la poésie créoles ont permis d’anticiper sur le beau projet à venir : la création d’un spectacle théâtral inspiré d’une légende réunionnaise, associant travail sur l’écriture, expression musicale et corporelle.

  • 17 M. Michel Humbert.

13C’est aussi le lien entre pratiques d’écriture et action éducative que le centre de Cholet a exploré avec ses apprentis. Dans le cadre de la Quinzaine Développement durable programmée dans l’établissement et, notamment, des deux journées consacrées à la Lutte contre les discriminations, bâties en partenariat avec l’association Cité métisse, les formateurs ont aidé les jeunes à produire des textes sur cette thématique. Avec le concours d’un intervenant extérieur17, les jeunes ont pu ensuite réaliser la mise en forme de leurs productions en slams, qui ont été présentées avec succès à d’autres groupes, enregistrées et rassemblées dans un livret qui témoigne d’une grande variété dans l’inspiration comme dans l’écriture.

  • 18 Le projet a été réalisé par Mme Séverine Martin, formatrice, en collaboration avec Mme Marie-Floren (...)
  • 19 Action mise en œuvre par Mme Karen Peau, formatrice, en collaboration, là aussi, avec Mme Marie-Flo (...)

14L’établissement d’Angers18, lui, a fait porter ses efforts sur la pratique de la lecture et ses traces écrites avec un premier projet privilégiant le rapport des apprentis à la presse : repérage et lecture d’articles traitant de sujets de société, rencontres avec des journalistes et des personnes-ressources, l’ensemble donnant lieu à des comptes-rendus correspondants. Une autre formatrice19 s’est tournée, elle, vers les ressources du fond documentaire de l’établissement et de la bibliothèque municipale Toussaint d’Angers pour amener les jeunes à bâtir un parcours de lecture incluant un roman, une nouvelle, une BD et un article tiré d’une revue, professionnelle ou non. À l’aide d’une matrice qui leur est fournie, les apprentis sont ensuite conviés à rédiger une fiche-lecture et un petit résumé, travail qu’ils présentent ensuite oralement en classe et qui pourra, en fonction de sa qualité, alimenter le logiciel de gestion du fonds documentaire de l’établissement, voire celui du site de la bibliothèque municipale. La venue de bibliothécaires a d’ailleurs été envisagée pour des séances de lecture-plaisir d’une trentaine de minutes à partir de textes auparavant sélectionnés. Ces opérations ont le grand mérite d’aborder de front un des problèmes récurrents de la formation : le rejet ou l’évitement de l’imprimé par les jeunes, qu’ils soient élèves ou apprentis.

15Au terme de cette revue d’ensemble, nous avons bien conscience de n’avoir donné qu’une image approchée de l’immense travail réalisé par les enseignants et les formateurs à l’occasion de ces Lyriades-Jeunesse 2012. Chaque projet mériterait à lui seul de plus amples développements, une réflexion approfondie sur la démarche pédagogique, qui le sous-tend, une illustration concrète avec la reproduction, pour le moins, de quelques réalisations d’élèves. Pour combler beaucoup de ces manques, j’invite chacun à aller consulter, du moins pour ce qui concerne les actions menées en collèges et en lycées, le remarquable travail de présentation et de valorisation qu’en a fait M. Jean-Claude Valléjo, coordonnateur académique lecture, écriture, poésie, sur le site du rectorat de Nantes. Ces pages, auxquelles notre bilan emprunte souvent, sont accessibles depuis le site des Lyriades grâce au lien établi à la rubrique Lyriades-Jeunesse. Nous espérons qu’elles donneront, tout comme cette synthèse, qui inclut également les réalisations des écoles et des centres de formation d’apprentis, la forte envie de faire du travail sur la langue française un moment festif de pédagogie, une célébration heureuse de ses infinies richesses et de toutes les émotions et plaisirs qu’elle peut susciter.

Jean-Luc Jaunet

Plus de 1 200 élèves engagés dans des projets avec leurs enseignants

16Le comité pédagogique des Lyriades (créé en 2003 sur l’initiative de l’inspection académique de Maine-et-Loire et animé par le rectorat de Nantes) permet, grâce aux Lyriades-Jeunesse, que les Journées de la langue française s’ouvrent aux productions de tous les élèves, de l’école au lycée en passant par le collège et les centres de formations d’apprentis. C’est, pour les enseignants, l’occasion de donner aux projets pédagogiques qu’ils ont imaginés avec leurs classes une ouverture vers un public plus large, de donner à voir, à entendre, à connaître tout ce qui a été écrit, illustré, joué, lu, chanté, voire dansé…

17Écoles publiques du canton de Champtoceaux (49) : Rencontres littéraires des classes maternelles à la Turmelière les mardi 24 et jeudi 26 avril 2012 avec un point d’entrée : art et littérature. Projet coordonné par Mme Dubreil, conseillère pédagogique, (IEN Cholet 3).

18École Les Jardins de Brissac-Quincé (49) : Balade en Aubance. Description des paysages brissacois. Collection des noms des rues et des lieux insolites. Extension aux arts visuels - Land Art. Des CE1 avec Mme Fournet-Génon.

19École Charles Perrault de Liré (49) : Projet de lexique. Collecte des mots de la commune de Liré, recherche de définition de ces mots, recherche historique. Création d’un recueil de ces mots. Des CM1/CM2 avec Mme Spagnol.

20École Clément Pellerin de la Regrippière (44) : Le village de la Regrippière, source d’inspiration d’écrits. Travail autour du « devenir élève » avec deux classes de cycle 3. Cette action s’articule autour d’un projet de « productions d’écrits » sous forme d’un « carnet de voyage » dans la Regrippière. Des CE2/CM1/CM2 avec M. Terrien.

21Collège René Guy Cadou d’Ancenis (44) : Petit dictionnaire des homophones les plus courants et les plus piégeurs en orthographe, écrit par des élèves et pour des élèves. Des élèves de 6e avec M. Frackowiak.

22Collège René Guy Cadou d’Ancenis (44) : « Lire la Loire », écriture poétique d’acrostiches sur les mots de la Loire. Des élèves de 6e avec M. Frackowiak et Mme Favier (projet de liaison école/collège avec une classe de CM1-CM2 de l’école Sévigné d’Ancenis).

23Collège René Guy Cadou d’Ancenis (44) : Poèmes engagés, travail d’écriture en fonction de contraintes techniques, inscrit dans le cadre du concours national des Dix mots et adossé aux Lyriades. Présentation d’un recueil collectif. Des élèves de 3e avec Mme Rousseau.

24Collège Clément Janequin d’Avrillé (49) : « Dix origami-oiseaux » ; installation suspendue, chaque oiseau reprenant chacun un mot sous forme dactylologique (alphabet de la langue des signes), un travail d’écriture poétique et de mise en voix ayant été mené autour de ces mots dans le cadre du concours national des Dix mots. Des élèves de 3e avec Mme Frémondière et Mme Avenet.

25Collège Clément Janequin d’Avrillé (49) : Roméo et Juliette : un mythe encore vivant ? Présentation de huit castelets sous forme de livres pop-up, représentant chacun une scène importante de la pièce de Shakespeare ; comparaison de traductions et transpositions actuelles. Des élèves de 3e avec Mme Frémondière et Mme Avenet.

26Collège St-Joseph de la Pommeraye (49) : des élèves de 6e avec Mme Richard et Mme Bouvet ; Collège Pierre Mendès France de Saumur (49) : des élèves de 6e avec M. Legros et Mme Ferret ; Collège Georges Gironde de Segré (49) : des élèves de 6e SEGPA et 4e avec M. Legrand, Mme Berthelot et Mme Saralos ; Collège St-Joseph de Segré (49) : des élèves de 4e avec Mme Péchot et Mme Godonou :

275e étape, terme du parcours éducatif Langue française animé par la Compagnie PaQ’la Lune et soutenu par le Conseil général de M.-&-L. Elle croise les Lyriades à Angers le 27 avril 2012 avec un programme d’ateliers et une dictée spécialement préparée par J.-P. Colignon.

28Collège St-Benoît de Champtoceaux (49) : des élèves de 6e, 5e et 4e avec Mme Hérin ; Lycée Joubert-Maillard d’Ancenis (44) : des élèves de 3e pro, 2de pro et 2de générale avec Mme Alaïmo, Mme Bonneau, Mme Marché et M. Fouchard :

29Participation à distance et en simultanée à la dictée des collégiens (cf. projet précédent).

30Collège Jean Vilar d’Angers (49) : des élèves de 5e avec Mme Poulard ; Collège Clément Janequin d’Avrillé (49) : des élèves de 3e avec Mme Frémondière ; Collège Molière de Beaufort-en-Vallée (49) : des élèves de 4e avec Mme Cottier ; Collège François Villon des Ponts-de-Cé (49) : des élèves de 3e avec Mme Bourreau :

31Lire et écrire l’Afrique en langue française. Faire entrer les jeunes dans l’univers de la création littéraire. Ils seront amenés également à s’ouvrir à la grande diversité des cultures.

32Lycée professionnel Louis-Jacques Goussier de Rezé (44) : Comment travailler les compétences en français avec des élèves de CAP, natifs ou allophones, qui ont des difficultés à maîtriser la langue ? En leur apprenant à réfléchir à partir de leur autoportrait ! Réalisations sous forme de calligrammes. Des élèves de CAP ATMFC. (Assistant technique en milieu familial et collectif) avec Mme Bougain-Péron et Mme Vauzou.

33Centre de formation d’apprentis – CCI de M.-&-L. – établissement d’Angers (49) : Élaboration d’une revue de presse par les apprentis. Des BTS ADM & ADG avec M. Bensaadon, Mme Gaultier et Mme Martin.

34Centre de formation d’apprentis – CCI de M.-&-L. – établissement d’Angers (49) : Ateliers lecture à partir du fond documentaire propre à l’établissement et du prêt de la bibliothèque municipale Toussaint d’Angers. Des CAP vente et CAP coiffure avec M. Bensaadon, Mme Gaultier et Mme Peau.

35Centre de formation d’apprentis – CCI de M.-&-L. – établissement de Cholet (49) : Production de textes en slam sur la thématique des discriminations. Des CAP, bac pro et BP avec M. Tatin et M. Auger.

36Centre de formation d’apprentis – CCI de M.-&-L. – établissement de Saumur (49) : Langue et poésie créoles. Dans le cadre du projet d’action éducative (PAE) « Devoir de Mémoire » ; à l’origine orienté sur la Shoah (2010-2011), il a semblé primordial de poursuivre l’éveil des apprentis à des événements qui ont forgé l’Histoire de la France et du monde. Des CAP et bac pro avec Mme Dupont, Mme Arriau-El Fari et Mme Lelièvre.

Jean-Luc Jaunet et Michel Gramain

Le Parcours éducatif

37Le parcours lecture-écriture, conduit à l’initiative du conseil général de Maine-et-Loire, a croisé les Journées de la langue française le vendredi 27 avril, à Angers, à l’École nationale supérieure des arts et métiers. Deux cents collégiens se sont retrouvés pour la 5e étape du parcours éducatif sur la langue française, organisé par la Cie PaQ’la Lune pour quatre établissements de M.-&-L. Animée par des « comédiens/brigadiers », cette journée aura permis de présenter le résultat des ateliers d’écriture et de lecture à voix haute, mis en place pendant l’année dans les huit classes participantes. Une dictée a été organisée et simultanément relayée dans les établissements d’Ancenis et de Champtoceaux, sur un texte spécialement créé pour eux par Jean-Pierre Colignon, journaliste, « compositeur » et animateur de dictées, membre des Lyriades dont voici le texte (avec son autorisation) :

Des occupants insolites pour une maison extravagante
Construite de bric et de broc, entre autres avec des briques rouge foncé récupérées dans la banlieue d’Angers, voire, plus généralement, en Maine-et-Loire, cette baraque de plain-pied a tout d’une bicoque ! Elle dépasse à grand-peine les terrepleins fleuris de boutons-d’or et de coquelicots qui l’entourent.
La plupart des voisins affirment qu’elle est habitée par un cinéaste brésilien qui, lassé d’une épouse acariâtre qui lui faisait sans cesse des scènes à Rio, a préféré venir s’installer dans l’Hexagone. Auparavant, cette maisonnette aurait été occupée par diverses personnes excentriques, déjantées, qui s’y seraient succédé tous les six mois, depuis quelque cinq ans. On garde en mémoire, ainsi, un drôle de zozo plutôt zinzin collectionneur d’oriflammes déchirées, un fabricant de youyous et de chaloupes en ciment, un philatéliste un peu timbré, et aussi un astronome dégingandé toujours dans les nuages qui promenait tous les dimanches ses deux chows-chows dans son teuf-teuf cahotant quasi centenaire.
Peut-être accablée par le fait d’avoir hébergé tant de locataires drolatiques, notre cahute, telle la tour de Pise, prend de plus en plus un air penché… (Fin pour les collégiens réunis à Angers, Ancenis et Champtoceaux ; paragraphe supplémentaire pour les secondes d’Ancenis :
Les cinéphiles d’Ancenis ont invité le réalisateur sud-américain, pour la Saint-Jean, à venir parler des films d’animation, ce qu’il eût fait bien volontiers de six à sept, avec un regard neuf, sans une crise de sinusite aiguë. Ces cinéphages sont donc restés sur leur faim… Enfin, presque : un apiculteur féru de films d’aventure (s) a été requis dare-dare pour faire un exposé sur des westerns d’avant-guerre !
© Jean-Pierre Colignon, avril 2012.

Christophe Chauvet

Notes

1 Ce projet a rassemblé les écoles publiques du canton de Champtoceaux (écoles de Bouzillé, Liré,

Saint-Laurent, La Varenne, Champtoceaux, Saint-Christophe-la-Couperie, Drain) et a été conduit

par Mme Laurence Dubreil, conseillère pédagogique de la circonscription (CPC).

2 Ont participé à cette action les collèges Jean Vilar d’Angers, Molière de Beaufort, François Villon

des Ponts-de-Cé, St-Joseph de la Pommeraye, Clément Janequin d’Avrillé.

3 L’organisation de cette manifestation doit beaucoup à Mme Jacqueline Branger, vice-présidente

déléguée des Lyriades en charge de la communication et du mécénat.

4 Collèges Georges Gironde (professeurs : Mme Nathalie Berthelot, Mme Isabelle Saralos, M. Jean-Marc Legrand) et St Joseph (professeurs : Mme Catherine Péchot, Mme Claire Godonou) de Segré ; collège Pierre Mendès-France (professeurs : M. Benoît Legros, Mme Peggy Ferret) de Saumur et collège St Joseph (professeurs : Mme Marie-Claire Richard, Mme Marie-Clothilde Bouvet) de la Pommeraye.

5 L’initiative de cette action, qui a mobilisé la Communauté de communes du Pays d’Ancenis, revient à Mme Véronique Marché, professeur au Lycée Joubert d’Ancenis et à Mme Martine Charles, adjointe au maire d’Ancenis, en charge de la culture ; dans le canton de Champtoceaux, l’initiative en revient à Mme Chantal Sautier.

6 Collège Clément Janequin d’Avrillé ; professeurs : Mme Blandine Frémondière, Mme Avenet.

7 Mme Frémondière et Mme Avenet

8 Parmi les professeurs ayant fait participer leurs classes à ce concours, il convient de mentionner tout particulièrement Mme Christine Rousseau, professeur de français au collège René Guy Cadou d’Ancenis. En clôture d’une séquence consacrée à la poésie engagée, elle a invité ses élèves de troisième à écrire à leur tour un poème engagé n’excédant pas trente vers. Elle les a installés pour cela au centre de documentation et d’information (CDI), dans une atmosphère de « mise en condition poétique », tout en leur proposant aussi quelques contraintes précises. La pertinence et la qualité de sa démarche pédagogique ont été pleinement récompensées puisqu’un de ses élèves a été lauréat national du concours dans sa catégorie.

9 Professeur : M. Jean-François Frackowiak ; collège René Guy Cadou d’Ancenis.

10 Le projet a réuni une professeure des écoles, Mme Solène Michel (école Sévigné d’Ancenis) et deux professeurs du collège René Guy Cadou d’Ancenis : M. Jules Favier, professeur documentaliste, et M. Jean-François Frackowiak, professeur de français.

11 Le projet a été mené au lycée professionnel Goussier de Rezé par Mme Denise Bougain-Péron, professeur de français, en collaboration avec Mme Véronique Vauzou, professeur d’arts appliqués.

12 Cette proposition de travail départemental a été imaginée et formulée par Mme Laurence Dubreil, conseillère pédagogique de la circonscription de Cholet 3.

13 Projet de Mme Morgane Spagnol à l’école primaire de Liré.

14 Projet de Mme Laurence Fournet-Génon à l’école élémentaire Les Jardins de Brissac-Quincé

15 Projet de M. Vincent Terrien à l’école Clément Pellerin de La Regrippière.

16 L’action a mobilisé, entre autres personnes, Mme Christine Arriau El Fari, formatrice, Mme Servane Lelièvre, animatrice du centre de ressources, avec l’appui de Mme Louise-Marie Dupont, responsable pédagogique du centre.

17 M. Michel Humbert.

18 Le projet a été réalisé par Mme Séverine Martin, formatrice, en collaboration avec Mme Marie-Florence Gaultier, animatrice du centre de ressources, avec l’appui de M. Norbert Bensaadon, responsable pédagogique du centre.

19 Action mise en œuvre par Mme Karen Peau, formatrice, en collaboration, là aussi, avec Mme Marie-Florence Gaultier, animatrice du centre de ressources, et avec l’appui de M. Norbert Bensaadon, responsable pédagogique du centre.

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540