Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français, une langue pour réussir

 | 
Françoise Argod-Dutard

Le mot de la fin

Françoise Argod-Dutard

Texte intégral

1Les 5es Rencontres de Liré nous conviaient, en 2010, à une histoire de familles, celle du français et des langues d’Europe. En 2012, les journées de la langue française nous ont invités, sans sous-estimer les problèmes de coexistence et de choix, d’entente et de compromis qui existent entre les langues en contact, à porter un regard plus intérieur sur l’évolution du français, à partir d’un sujet qui résonne comme un défi à un moment où les échanges européens ou mondiaux imposent le partage des langues sous la domination de l’anglais, où se développent des langages sociaux nouveaux : comment la maîtrise de la langue française, dans un contexte mondialisé, socio-économique difficile, pourrait-elle permettre la réussite personnelle, sociale ou artistique ? La langue française elle-même est-elle en bonne position pour cela en France et dans la Francophonie ? Ce sont autant de questions que les Lyriades ont souhaité soulever pour ces Rencontres 2012, étant donné l’importance que revêtent la parole et l’écrit dans un monde où les illettrés n’ont pas disparu, où l’école est critiquée, où le travail est mal partagé alors que la réussite est jugée garante de la valeur de l’individu.

2Pour mieux prendre en compte les dimensions du sujet, il a semblé souhaitable d’abord de faire le point sur ce qu’on peut appeler la réussite de la langue française en France et dans la Francophonie. Sous la présidence de Daniel Maximin, écrivain, ancien commissaire général de l’année des Outre-mer, délégué général de l’action culturelle internationale des Outre-mer, excusé et représenté par M. Jean-Luc Jaunet, délégué académique honoraire à l’évaluation et à la pédagogie, représentant du recteur de l’académie de Nantes auprès des Lyriades, vice-président délégué des Lyriades, Claude-Gilbert Dubois, professeur honoraire de l’université de Bordeaux 3, a bien montré comment, aux XVIe et XVIIe siècles, la langue française avait été un facteur d’unification nationale, de renaissance des lettres et de valorisation sociale, tandis qu’Éric Francalanza, professeur à l’université de Brest, s’est attaché à réfléchir à l’éclat de la langue française au XVIIIe siècle. Christine Jacquet-Pfau, maître de conférences au Collège de France, a mis en évidence les conséquences, sur l’évolution de la langue, de la démocratisation du français au XIXe siècle, alors que Philippe Blanchet, professeur à l’université de Rennes 2, a insisté sur les problèmes qu’impliquait la position du français en contexte multilingue. C’est dire que la belle réussite du français jusqu’au siècle des Lumières semble compromise au début du XXIe siècle, notamment dans les pays d’Outre-mer, comme nous l’a bien expliqué Roland Brival, écrivain, critique littéraire, peintre et sculpteur. Enfin, il était nécessaire d’envisager, pour élargir la problématique proposée, la place et l’utilité du français au contact des autres langues dans la Francophonie : ce fut le propos des principaux représentants des organismes officiels du français dans le monde.

3C’est plus particulièrement aux questions éducatives qu’a été consacrée la deuxième partie de la réflexion. Sous la présidence de Françoise Argod-Dutard, professeur des universités, vice-présidente déléguée des Lyriades en charge du conseil scientifique, Geneviève Dubois, médecin, phoniatre et thérapeute du langage, a expliqué la genèse, chez le tout-petit, de la langue maternelle, alors que Béatrice Pothier, professeur à l’université catholique de l’Ouest, s’est attachée à montrer les difficultés du passage à l’écrit et à la langue sociale. Jean Pruvost, professeur à l’université de Cergy-Pontoise, a montré magistralement comment le dictionnaire pouvait être un outil éducatif indispensable. Ces questions ont été amplifiées par un séminaire pédagogique, dirigé par Michel Gramain, inspecteur d’académie-inspecteur pédagogique régional de l’académie de Nantes, consacré à la maîtrise de la langue à l’école et par une table ronde sur le même thème et, plus précisément, sur le rôle de l’école dans la formation et la réussite de l’élève ou de l’étudiant.

4Il était indispensable que le rôle de la langue française dans la vie sociale fasse l’objet d’une réflexion de la part d’acteurs et de chercheurs impliqués dans ce domaine et ce fut le propos de la troisième partie. Christian Laué, conseil en recrutement, a démontré, en soulignant le rôle de la précision du langage dans l’entretien de recrutement, combien une bonne maîtrise de la langue était un atout pour l’embauche des cadres dirigeants. L’incidence de la langue sur le plan professionnel a été également mise en évidence, après avoir été débattue et approfondie par deux tables rondes, l’une dédiée à la réinsertion et l’autre à l’insertion dans le milieu du travail. C’est plus largement à l’influence des questions de société qu’a été consacrée la deuxième partie de l’après-midi : Karine Berthelot-Guiet, professeur à l’université de Paris IV-Sorbonne, a analysé l’écriture et le pouvoir de la langue de la publicité tandis qu’un débat a mis en cause les incidences des medias sur la vie sociale et les modes de penser. Ce sont donc les aspects de la langue française, propres à influer sur la vie sociale et la réussite professionnelle, qui ont été mis en évidence.

5La langue, comme facteur de réussite artistique, a été au cœur de la quatrième partie. C’est le choix du français comme langue d’écriture qui a été évoqué, précisé et illustré avec conviction par l’écrivain Nimrod Bena, professeur à l’université d’Amiens. Cette langue singulière, véritable vecteur esthétique, est d’ailleurs souvent travaillée par les connotations, les références culturelles et les métissages de toutes sortes, comme l’a bien montré Nicolas Martin-Granel, chercheur associé à l’Item-CNRS. Cette spécificité a été précisément analysée sur le plan linguistique par Pauline Bruley, maître de conférences à l’université d’Angers. C’est à des questions plus largement génériques que les deux dernières communications ont donné cours, Catherine Douzou, professeur à l’université de Tours, mettant en évidence les apports du français littéraire au théâtre contemporain et Jean-Pierre Goudaillier, professeur à l’université de Paris-Descartes, s’intéressant aux dialogues de films. La table ronde, dirigée par Jean-Luc Jaunet, a complété cette réflexion en montrant les liens féconds entre langue littéraire et chansons.

6C’est grâce aux contributions d’un grand nombre de partenaires que ces journées ont pu avoir lieu et, tout d’abord, il convient de remercier très vivement nos hôtes, l’école nationale supérieure d’arts et métiers d’Angers (ParisTech), son directeur actuel mais aussi son ancien directeur, M. Marian Reszka, vice-président des Lyriades, qui nous accueille tout au long de l’année pour nos manifestations, et l’association de la Turmelière et son directeur qui nous ont si bien reçus à Liré.

7Nos remerciements vont également aux ministères de la Culture et de la Communication (DGLFLF-DRAC), de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, au conseil régional des Pays de la Loire, au conseil général de Maine-et-Loire, à la communauté de communes du canton de Champtoceaux, aux municipalités de Liré, d’Ancenis et d’Angers, au rectorat de Nantes, à l’inspection académique de Maine-et-Loire et au centre régional de documentation pédagogique des Pays de la Loire, à l’Académie française, à l’Alliance française, à la Chambre de commerce et d’industrie de Maine-et-Loire, à l’école nationale supérieure d’arts et métiers d’Angers, aux archives départementales et à la bibliothèque municipale Toussaint d’Angers, aux établissements d’enseignement supérieur d’Angers et à tous les éminents spécialistes de la langue française qui ont bien voulu enrichir de leurs réflexions, le thème proposé, véritable problématique linguistique, socio-économique et culturelle.

8Mais ces Rencontres n’auraient pas eu tant d’éclat sans le public, nombreux et divers, qui y a participé activement, à Angers comme à Liré, sans l’action de nos comités et des bénévoles d’Ancenis, de Liré, de Champtoceaux ou d’Angers. Grand merci aux uns et aux autres !

9Le comité pédagogique des Lyriades a permis l’engagement, tout au long de l’année scolaire, de l’enseignement secondaire et primaire, dans les multiples projets pédagogiques que nous avons pu découvrir lors de ces Rencontres, suivis par MM. Michel Gramain, inspecteur d’académie et inspecteur pédagogique régional de Nantes, Jean-Luc Jaunet, délégué du recteur auprès des Lyriades, viceprésident des Lyriades et responsable des Lyriades-Jeunesse et Jean-Claude Vallejo, coordonnateur académique poésie-lecture-écriture. Dans le cadre des Lyriades-Jeunesse a également eu lieu, cette année, la présentation des travaux des collégiens des ateliers de la 5e étape du parcours éducatif en langue française de quatre établissements de Maine-et-Loire à l’initiative du conseil général. Une dictée, enfin, composée par Jean-Pierre Colignon et réalisée simultanément dans les établissements secondaires d’Ancenis et de Champtoceaux, vendredi 27 avril, a donné lieu à des prix remis le jour même à Angers par Danièle Sallenave, de l’Académie française.

10Que soit aussi bien vivement remerciée la commission culturelle des Lyriades, en les personnes de Mmes Martine Charles, Marie-Annick Mainguy, Geneviève Paré, Odile Brunet, Cécile Hérissé, Pierrette Le Ny, Blandine Beaumont, Cynthia Vincent, Martine Boutreux, de MM. Olivier Bernard et Dominique Dahéron, qui n’ont cessé d’animer ces journées par des activités variées faisant de la langue française une fête des mots. Nous avons particulièrement apprécié, en semaine, à Angers, le spectacle poétique de la Cie Chemins de traverse et l’exposition de la bibliothèque municipale d’Angers Dicomania, organisée par Marc-Edouard Gautier, conservateur des fonds anciens, suivie d’une conférence de Jean Pruvost, professeur à l’université de Cergy-Pontoise, le vendredi à Ancenis, le spectacle « Chanson gourmande » par le collectif Ty Zef en partenariat avec le théâtre Quartier libre, le samedi à Champtoceaux, le spectacle « Nout’Rêve » par la Cie réunionnaise Pat’Jaune en partenariat avec Scènes de Pays dans les Mauges et le dimanche, à Liré, au château de la Turmelière, l’exposition « les Angevins et le Canada », sous la direction de Mme Elisabeth Verry, directrice des archives départementales de Maine-et-Loire, les animations de Christophe Botti, écrivain en résidence et le chapitre d’intronisation de quatre nouveaux membres dans la Confrérie des compagnons vignerons de Joachim Du Bellay. Mais il faut encore mentionner la 6e dictée des Lyriades, composée et lue par M. Jean-Pierre Colignon, le concours et l’atelier de mots croisés, organisés par l’association À La Croisée des mots, qui ont connu un grand succès, et encore bien d’autres activités qui ont permis, en somme, de faire du français une langue de fête, bien dans l’esprit de nos Rencontres.

11Je ne voudrais pas oublier notre conseil scientifique, d’un précieux secours pour choisir le programme et les intervenants qui nous ont donné à entendre des communications particulièrement brillantes, pleines de force et de vie, pour faire luire d’un nouvel éclat ces 6es Rencontres. Que soient tout particulièrement remerciés nos présidents de séance, nos soixante intervenants, ces écrivains et poètes, ces professeurs et chercheurs, ces journalistes et praticiens, tous spécialistes de la langue française, qui ont bien voulu nous parler de leur domaine de prédilection. Ils ont fait briller pour nous la langue française et montré qu’elle pouvait être facteur de réussite dans les grands domaines de la vie.

  • 1 Nous remercions tout particulièrement Mme Marie Bosselet qui a rassemblé les Annexes et retranscri (...)

12Toute ma gratitude va enfin aux organisateurs : MM. Dominique Brossier, président des Lyriades, Dominique Beaumon, délégué général, Bernard Staub, vice-président, Mmes Odile Brunet, secrétaire, Geneviève Paré, trésorière ; aux membres du bureau et à tous ceux qui les ont aidés, particulièrement Mme Pierrette Le Ny et M. Jean-François Ruguet ; aux organismes, aux partenaires et aux associations (Les Amis du Petit Lyré et le musée Joachim Du Bellay, la Turmelière, Scènes de Pays dans les Mauges, Mélodie, La Lyre et la Plume…) qui ont contribué à la réalisation de ces journées, tout particulièrement au CDDP de Maine-et-Loire et à Mme Marie Bosselet, assistante des Lyriades1 ; et tous ceux, de Liré, de Champtoceaux, d’Ancenis, d’Angers ou d’ailleurs, sans lesquels ces 6es Rencontres de Liré n’auraient pu voir le jour. Ils ont aidé notre association à orchestrer les éléments indispensables à leur réalisation, à convaincre les partenaires du bienfondé de notre projet.

13Tous nous ont permis de faire en sorte que ces 6es Rencontres de Liré puissent illustrer la langue française et défendre ses usages pour la réussite d’un humanisme bien compris dans une société plus harmonieuse.

Notes

1 Nous remercions tout particulièrement Mme Marie Bosselet qui a rassemblé les Annexes et retranscrit avec beaucoup d’application et de compétence les enregistrements des Rencontres sans lesquels une édition fidèle des propos tenus n’aurait pu avoir lieu.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540