Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Deuxième partie. Les Petites Italies au miroir de la diversité italienne

Chaînes migratoires régionales et communautés ethniques : l’émigration lombarde

Patrizia Audenino
Traduttore: Antonio Bechelloni

Testo integrale

L’historiographie sur l’émigration lombarde

  • 1 Pour l’aspect quantitatif de l’exode lombard, cf. G. Rosoli, Un secolo di emigrazione italiana, 18 (...)
  • 2 Sur l’« amnésie » lombarde dans le domaine du passé migratoire régional, cf. E. Sori, « Le Marche (...)
  • 3 R. Merzario, Il capitalismo nelle campagne. Strategie famigliari nella prima fase di industrializz (...)

1On a assisté dans ce début de millénaire à un foisonnement d’initiatives consacrées à l’émigration italienne. On ne peut cependant que s’étonner de la place limitée que la Lombardie y occupe ; ceci en dépit de la contribution qu’elle a donnée à l’exode italien à la fois par sa continuité dans le temps et par le nombre de ressortissants intéressés1. Contrairement à ce qui s’est passé avec les régions limitrophes comme la Vénétie, le Trentin et le Piémont, on n’a pas produit d’ouvrages de synthèse et les initiatives régionales ont fait totalement défaut dans le domaine de la recherche. Tant et si bien que l’on peut légitimement se demander si une telle « amnésie » par rapport au passé migratoire régional n’est pas imputable à une attention presque exclusive, encore que compréhensible, prêtée aux processus économiques et sociaux qui ont fait de cette région la plus riche et la plus prospère du pays2. Toutefois, la concomitance entre ces processus et l’importance du passé migratoire incite à s’interroger sur les rapports entre émigration et transformation de la société, et, partant, sur les caractéristiques de l’exode et des trajectoires parcourues dans les pays d’accueil par des gens venant de zones qui sont aujourd’hui parmi les plus prospères du pays. Dans ce sens, on pourrait étendre à nombre d’autres zones de la région ce qu’écrivait, en 1989, Raul Merzario au sujet du territoire de Côme : il est perçu et décrit comme une région riche, alors que « je pensais exactement le contraire c’est-à-dire que la région agricole de Côme était un territoire pauvre devenu riche3 ».

  • 4 L. Villari, Gli Stati Uniti d’America e l’emigrazione italiana, Milano, 1912, p. 216.

2Quant aux lieux de destination, faute de synthèses préalables sur les principales destinations de l’exode lombard, on peut tirer profit du fait que les Littles Italies, comme on avait coutume de désigner les quartiers italiens, étaient dès le début marquées par des composantes régionales bien visibles. On peut se référer à la remarque de Luigi Villari, formulée lorsque le flux d’immigrants italiens débarquant à New York battait son plein, selon laquelle chaque quartier paraissait habité exclusivement par les originaires d’une région donnée : « I ci nous ne rencontrons que des Siciliens, là il n’y a que des Calabrais, ou des gens venant des Abruzzes ; il y a même des rues où vous ne rencontrerez que des gens d’une seule et même commune4 » Ce modèle, qui s’est reproduit dans chaque localité d’accueil, permet de nos jours, de repérer la présence de Lombards dans les quartiers italiens, ainsi que de communautés au caractère exclusivement ou typiquement régional.

  • 5 F. Hermanin, Gli artisti italiani in Germania, II, Gli scultori, gli stuccatori, i ceramisti, Roma (...)

3Dans les recherches sur les communautés lombardes à l’étranger, il faut tout d’abord vérifier la manière dont elles ont été décrites par les observateurs de l’époque comme par les différents historiens, en tâchant de cerner leurs traits caractéristiques. À partir d’une telle analyse, on pourra comprendre si, quand et dans quelle mesure ces groupes et ces communautés se sont structurés et ont été perçus par la société d’accueil en tant que Little Italies. Pour cela, il faut puiser simultanément dans les travaux consacrés jusqu’ici aux groupes lombards d’émigrants italiens aux Amériques, en Australie et en Europe et dans ceux qui ont été consacrés aux zones de départ. Ces derniers ont été menés essentiellement à l’échelle locale ou provinciale, mais ils ont ciblé de préférence l’âge moderne ou le xxe siècle ; d’où les lacunes de nos connaissances sur des pans importants de l’exode du xixe siècle5. Les travaux existants nous permettent cependant de dresser d’ores et déjà une géographie migratoire régionale (carte 1) dans laquelle on peut aisément discerner quatre zones. La première, au nord-ouest, correspond à la zone des lacs, et se rattache à un bassin migratoire plus étendu comprenant des zones piémontaises et tessinoises limitrophes. Une deuxième zone se trouve dans le haut milanais, une troisième s’étend des vallées bergamasques à la Valteline et une quatrième, localisée dans la province de Mantoue, est commune aux provinces limitrophes de la Vénétie.

Carte 1 : Lombardia.

Carte 1 : Lombardia.

4Les parcours migratoires les plus fréquents de gens originaires de ces zones sont tout aussi diversifiés : ils établissent des liens entre chacune d’entre elles ainsi que quelques destinations privilégiées au-delà des Alpes et des océans, selon un modèle de chaîne migratoire commun à la majeure partie de l’exode italien. De quelle manière a-t-on décrit les communautés issues de ces courants migratoires ?

Parcours et communautés dans l’exode au-delà de l’Atlantique

  • 6 F. Hermanin, Gli artisti italiani in Germania, II, op. cit. E. Arslam (dir.), Arte e artisti lomba (...)

5En ce qui concerne les destinations européennes, privilégiées par l’émigration lombarde comme par celle des régions limitrophes de l’Italie septentrionale, il faut remarquer d’abord le nombre, somme toute réduit, de travaux consacrés à l’analyse de communautés sur la base de leur origine régionale. On peut rattacher cette lacune à un trait que les départs depuis la Lombardie partagent avec ceux effectués depuis les autres régions septentrionales : ils se caractérisent par leur caractère essentiellement saisonnier et temporaire, lié surtout aux métiers du bâtiment et du commerce forain, qui empruntent des itinéraires gravés au fil du temps dans la carte de l’Europe septentrionale et centrale. De ce point de vue, nous disposons de descriptions et d’analyses de collectivités lombardes installées dans les destinations principales de ces parcours, surtout pour ce qui est des xviie et xviiie siècles et dont la typologie relève des caractéristiques liés aux métiers qui ont motivé ces migrations6.

  • 7 J. Templeton, Dalle montagne al Bush…, op. cit., p. 28.

6Toutefois, quand, à partir des dernières décennies du xixe siècle, les communautés italiennes commencèrent à être identifiées comme de petites Italies, les premières qui furent reconnues et décrites, d’abord par les observateurs locaux puis par la recherche historique furent celles relevant de l’émigration au-delà des océans. À l’intérieur de cette dernière, les premiers peuplements reconnus comme presque exclusivement lombards sont à situer dans l’Australie occidentale. Ce furent en effet les communautés minières du Queensland qui virent la première formation de noyaux homogènes d’immigrés lombards, tous venus de la Valteline et de la province de Bergame. Quoi que, même dans ces zones, et notamment dans la province de Sondrio, l’émigration au-delà des océans ait choisi le plus souvent l’Argentine et les États-Unis, la partie centrale de la Valteline témoigna très tôt d’une préférence marquée pour la destination australienne. On a ainsi pu constater que presque les deux tiers des Italiens arrivés en Australie avant le début du xxe siècle étaient originaires de la province de Sondrio, et la moitié d’entre eux de la Valteline7. Leur présence fut décisive pour donner à la plus vieille communauté italienne d’Australie ses traits typiquement régionaux qui, sous l’étiquette commune de Lombards, comprenaient des gens originaires de la Valteline, de la province de Bergame et des Grisons italiens, notamment de la vallée de Poschiavo.

  • 8 Ibidem, p. 51.
  • 9 Ibid., p. 66-68.

7En 1871, 80 % des 1300 Italiens recensés par le Consul du Royaume d’Italie dans le Queensland venaient de l’Italie septentrionale, et plus de la moitié d’entre eux était des Lombards des provinces de Sondrio, de Bergame et de Côme8. L’émigration en direction de l’Australie avait fait un bond quantitatif en 1855 quand, en raison de la crise économique liée à la maladie de la vigne, les habitants de la Valteline, grâce à leurs contacts réguliers de travail avec la vallée de Poschiavo, avaient rencontré les agents d’émigration œuvrant dans cette zone à la recherche d’émigrants prêts à aller travailler dans les mines d’or du Victoria et du Nouveau Pays de Galles. La chaîne migratoire nouée si tôt et qui devait atteindre son pic de départs au cours des années 1880, suivit les déplacements successifs de l’industrie extractive australienne. Elle finit ainsi par se diriger vers les nouveaux gisements aurifères de l’Australie occidentale, où les émigrants lombards, trouvèrent à s’employer, en dehors de la mine, dans les travaux de chemins de fer et en tant que bûcherons. Mais la communauté la plus nombreuse resta dans le Queensland et put échapper au nomadisme grâce à l’industrie sucrière. Après un certain nombre d’années passées en tant que coupeurs, les émigrants lombards investirent leurs économies dans l’achat d’un domaine, souvent réunis en associations. Tant et si bien qu’en une zone précise, ils arrivèrent à posséder, en 1916, un tiers des plantations de canne à sucre, et en 1924 plus de 40 %. L’hostilité des autochtones, qui ici aussi estimaient que nos émigrants étaient « inassimilables », fut tellement marquée qu’elle eut droit à un reportage de l’envoyé spécial du Corriere della sera. Celui-ci, en 1925, décrivit la petite communauté de cultivateurs de canne à sucre du Queensland avec des expressions d’admiration pour le niveau d’aisance qu’elle avait atteint en comptant uniquement sur son ardeur à la tâche9.

  • 10 L. Furia, T. Austen, Un bergamasco chiamato « Charlie », Bergamo, Lediberg, 1990, p. 99-100.

8À l’origine de la préférence pour la destination australienne de la part des émigrants bergamasques, en revanche, il semble y avoir eu un circuit monétaire international : des mines de zinc de la vallée Seriana furent cédées en 1874 à des sociétés anglaises et belges, propriétaires également de mines dans l’Australie occidentale et les techniciens anglais travaillant en Italie suggérèrent aux mineurs d’aller travailler dans les mines d’or australiennes10. Une fois arrivés dans les agglomérations minières de l’Australie occidentale, ces derniers devinrent membres à part entière d’une communauté internationale, où la solidarité s’édifiait à partir d’une existence toute de sacrifices et de labeur. L’épisode d’un mineur, enterré vivant neuf jours durant dans une mine inondée en mai 1907 à Bonnievale, quelques kilomètres au nord de l’important centre minier de Coolgardie, et sauvé par les plongeurs grâce à un vaste réseau de soutien de toute la collectivité, nous éclaire sur les modalités de construction de cette société d’hommes. Bien que les Italiens en tant que groupe fussent isolés et méprisés, la communauté minière tout entière n’hésita pas à livrer un combat contre le temps pour sauver la vie de Modesto Varischetti dit « Charlie ».

  • 11 Ibidem, p. 242.
  • 12 Ibid., p. 143.

9En cette occasion, même pour l’opinion publique italienne, le bruit de l’événement mit sur le devant de la scène l’existence de la petite communauté de mineurs à l’autre bout de la terre, quand le Corriere della sera du 6 mai 1907 consacra un article à l’accident et La Domenica del Corriere du 19 occupa la couverture du magazine avec le sauvetage du mineur de Bergame11. Un autre mine de la zone, la Sons of Gwalia, dirigée pour un temps par le jeune ingénieur Herbert Hoover – futur président des États-Unis –, devait ultérieurement prendre le nom révélateur de « cimitero dei bergamaschi12 ».

Carte 2  : L’Australie occidentale avec les lieux cités dans l’article et le chemin de fer de 1907. L. Furia, T. Austen, Un bergamasco chiamato « Charlie », Storie di emigranti italiani nelle miniere d’oro del Western Australia, Bergamo, Lediberg, 1990.

Carte 2  : L’Australie occidentale avec les lieux cités dans l’article et le chemin de fer de 1907. L. Furia, T. Austen, Un bergamasco chiamato « Charlie », Storie di emigranti italiani nelle miniere d’oro del Western Australia, Bergamo, Lediberg, 1990.
  • 13 G. Pozzetta, « Le Mulberry District de New York City dans les années antérieures à la Première gue (...)

10Pour ce qui est des États-Unis, la présence lombarde a été repérée et décrite pour la première fois à New York en 1855, lorsque le recensement effectué cette même année comptait 968 Italiens, le plus souvent septentrionaux, parmi lesquels un nombre non précisé de gens originaires de la province de Pavie13. Dans les décennies suivantes, quand les arrivées depuis l’Italie augmentèrent à un rythme de plus en plus soutenu et les régions méridionales prirent le dessus par importance, nous trouvons la présence lombarde dans deux cas bien connus de migration liées au métier. Il s’agit de la communauté des tailleurs de pierre présente dans l’extraction et le travail du granit de la Nouvelle Angleterre, et de la communauté de tisserands réunis autour des établissements textiles de Paterson et de West Hoboken, dans le New Jersey.

  • 14 Il s’agit de l’Ethnic heritage Studies Project, lancé en 1978. Sur ce dernier, cf. dans ce même vo (...)
  • 15 R. Foerster, Italian Emigration of our times, Cambridge University Press, 1919.
  • 16 B. A. Wellington, History of the Granite industry of New England, 2 vol. Boston, National Associat (...)
  • 17 M. Tomasi, Like lesser Gods, Milwaukee, 1949 ainsi que « The Italian History in Vermont », Vermont (...)
  • 18 C. Brusa, « Barre Vermont : le Granite Center of the World et l’immigration italienne », I, in Lom (...)

11Les tailleurs de pierre et les sculpteurs arrivés après 1880 en provenance de Massa et de Carrara, et ensuite des vallées piémontaises et lombardes du Lac Majeur et de Côme, formèrent, dans les centres d’extraction du granit du New Hampshire et du Vermont, une communauté fondée sur des valeurs partagées de solidarité de classe et non seulement sur la provenance géographique commune. Leur histoire a été l’objet d’un des premiers exemples de reconstruction historique fondée sur la sollicitation de la mémoire14. Dans la ville de Barre, notamment, les artisans italiens s’agglomérèrent à une communauté immigrée formée d’Écossais, d’Irlandais, de Scandinaves et d’Espagnols, tous inscrits à la même association de métier, et concentrés physiquement dans ce quartier d’immigrés connu comme « the rough End ». La violence, cependant, était surtout liée à la passion politique, ce dont témoigne la publication dans cette ville du plus célèbre journal anarchiste de l’époque, Cronaca Sovversiva. Il est d’ailleurs probable que le sobriquet était, d’une manière ou d’une autre, lié à l’épisode dramatique qui coûta la vie au tailleur de pierre expérimenté Elia Corti, frappé accidentellement en 1903 au cours d’une rixe, à l’occasion d’un meeting de Giacinto Menotti Serrati au Socialist Hall. En revanche, l’importance des associations, des journaux et de la vitalité politique, sans parler de la qualité du travail de ces émigrants, avait attiré l’attention des observateurs américains de l’immigration italienne, pour lesquels il s’avérait l’impossible d’appliquer à ce groupe les stéréotypes déjà consolidés relatifs aux émigrants italiens15. Les tailleurs de pierre et les sculpteurs échoués à Barre étaient en effet décrits comme « des travailleurs spécialisés du nord du pays, ayant transféré leur travail du marbre italien au granit plus dur du Vermont ». On faisait remarquer que dans l’agglomération de Miltford (New Hampshire), un des nouveaux centres où l’on exploitait les carrières de marbre, sur huit maisons spécialisées dans l’extraction et le travail du granit, cinq appartenaient à des individus venant de la province de Côme, et une sixième à un Vénète16. Dans la mémoire collective de la ville, le Socialist Hall, l’important bâtiment inauguré en 1899, et le symbole du Socialist Labor Party – une main brandissant un marteau sculpté sur sa porte d’entrée – étaient destinés, bien plus que les rixes entre socialistes et anarchistes, à représenter la communauté. Devançant les reconstitutions et les analyses de la recherche contemporaine, l’écrivain italien Mary Tomasi devait rendre compte, quelques années plus tard, dès fin des années 1940, du vrai caractère de cette communauté, vivant comme une petite famille laborieuse d’artisans17. Avec la réappropriation du passé communautaire et de l’épopée malheureuse d’une génération tuée précocement par la silicose, celle-ci a ensuite recomposé les déchirures dues à l’exode et a réintégré l’histoire des tailleurs de pierre émigrés dans le Vermont dans la mémoire et l’histoire de leurs lieux de départ18.

  • 19 H. Gutman, Lavoro cultura e società in America nel secolo dell’industrializzazione 1815-1919, Bari (...)
  • 20 P. Sione, « Soria delle migrazioni e storia del movimento operaio : il caso dei tessili comaschi e (...)

12Le cas des tisserands de la province de Côme arrivés dans les villes du New Jersey n’est pas très différent. Notoirement, ils se sont regroupés dans des villes industrielles où le travail spécialisé était essentiellement l’apanage d’immigrés français et allemands autres que anglais, dont Herbert Gutman étudia jadis l’exceptionnelle force contractuelle19. Ce n’est que plus tard, cependant, que la recherche historique sur les communautés de métier des tisserands et des teinturiers de Paterson, protagonistes d’un âge de développement industriel frénétique et de saisons d’intenses luttes ouvrières, a remonté le fil des leurs origines piémontaises et lombardes et des traditions associatives qui allaient avec20. Dans ce cas aussi, il a été prouvé en effet à quel point les Italiens étaient tout aussi déterminés que les autres immigrés à défendre leurs prérogatives d’artisans. Les tisserands et les teinturiers originaires de Côme et de Biella (Piémont) étaient en effet arrivés en Amérique après la grande grève de Côme de 1888 à l’origine de laquelle il y avait eu justement l’effort de résister à la déqualification du travail, et après celles menées dans les filatures de Bielle tout au long des années 1870 et 1880 pour contrer l’avènement du métier mécanique. C’est pourquoi dès la décennie 1880, ils entrèrent dans les organisations des Knights of Labor et dans les associations locales des ouvriers de la soie, en donnant la priorité aux solidarités internes au métier par rapport aux solidarités nationales.

  • 21 G. R. Mormino, Immigrants on the Hill. Italian-Americans in St. Louis 1882-1892, Urbana and Chicag (...)
  • 22 G. Scotti, « La tradizione migratoria nel contado di Cuggione : Ercole Belloli, pioniere ed organi (...)
  • 23 J. C. Vismara, « Coming of the Italians to Detroit », Michigan Historical Magazine, 1918, p. 111-1 (...)
  • 24 M. Hall Ets Rosa, The life on an Italian Immigrant, University of Minnesota Press, Minneapolis, 19 (...)

13Pour rester toujours aux États-Unis, aux deux communautés que nous venons de mentionner il faut ajouter la Hill de Saint Louis, Missouri, dont l’histoire a été reconstituée par Gary Mormino21. La dynamique migratoire sous-jacente à la communauté italienne de Saint Louis, destiné à devenir dans les années 1890, l’aboutissement d’une longue chaîne migratoire, semble particulièrement éclairante. Mormino situe les départs pour les États-Unis dans un contexte de recours généralisé au travail temporaire à l’étranger de la part d’équipes d’hommes originaires d’un village de la province de Milan, Cuggiono. Depuis les années 1850, les départs de Cuggiono étaient organisés par un chef d’entreprise local, Ercole Belloli. C’est sous l’impulsion de celui-ci que les hommes de Cuggiono, après avoir pris part à la construction des chemins de fer en Espagne, avaient ensuite participé aux plus grands travaux publics de l’époque : du canal de Suez aux chemins de fer du Congo belge, aux axes routiers de l’empire ottoman entre Constantinople et la Bulgarie et enfin au tunnel du St. Gothard. Dans un service consacré à la campagne coloniale en Érythrée en 1896, un journal milanais faisait remarquer que les émigrants de la petite commune lombarde se trouvaient certainement sur les lieux : « Comment penser que les cuggionesi ignorent ce qui se passe en Afrique ! Vous trouverez ces paysans, peut-on dire, dans les coins de la terre les plus éloignés, vous le trouveriez même sur la lune, si on pouvait y avoir accès22. » C’est dans le cadre de ce recours bien connu au travail à l’étranger qu’en 1880 il y eut des départs aussi bien pour l’Argentine que pour les États-Unis, vers les mines de cuivre de Calumet dans le Michigan. Ce n’est qu’en raison d’un concours de circonstances fortuit que le deuxième groupe échoua à Détroit, où le noyau originaire de la communauté italienne fut formé de Lombards et de Piémontais23, alors que le groupe parti deux ans plus tard, en direction des mines d’Union dans le Missouri, semble être à l’origine de la communauté italienne de Saint Louis. Celle-ci est estimée être la communauté lombarde des États-Unis la plus nombreuse bien qu’elle soit le fruit d’un des nombreux épisodes de migration dans la migration et d’un parcours successif d’intégration heurtée avec les immigrés siciliens. L’église paroissiale de Saint Ambrose (qui évoque bien l’origine lombarde) et le football présidèrent au rapprochement. Les premiers pas de cette histoire bénéficièrent d’un témoin que les spécialistes de l’émigration italienne connaissent bien : il s’agit de Rosa Cassettari, protagoniste de la biographie la mieux connue et la plus étudiée d’une émigrante italienne en Amérique, dans un texte publié aux États-Unis en 1970 et traduit en italien en 200324.

Bergamasques en France

  • 25 A. Buttarelli, C. Maltone, La colonia agricola « S. Alessandro » a Blanquefort du Gers. Storia e m (...)

14Sur les nombreux parcours européens suivis au fil du temps par les émigrants lombards, la recherche a cerné récemment deux communautés bergamasques venues s’installer en France dans la décennie 1920 et qui présentent un certain nombre de traits communs significatifs. Il s’agit de la Cité Meyer, à Vernon, en Normandie, et de la Petite Italie de la colonie agricole Sant’Alessandro de Blanquefort du Gers, étudiée par Carmela Maltone et Aroldo Buttarelli25.

  • 26 Ibid, p. 186-187.

15Les deux expériences présentent nombre de traits communs mais aussi quelques différences significatives. En premier lieu, la Cité Meyer comme la colonie agricole de Blanquefort furent promues par l’initiative de l’Opéra Bonomelli et de son directeur bergamasque Agostino Vismara. Elles appartiennent à un projet quasiment contemporain de soutien et de canalisation de l’émigration originaire de la province de Bergame, et elles partagèrent donc quelques aspects prospectifs et culturels qui en marquèrent le caractère et même le destin. La cité Meyer, avec ses 80 familles, fut le résultat de la rencontre entre la tentative de trouver une situation pour les ouvriers textiles de la Val Seriana, mis sur le carreau par la crise irréversible de l’industrie séricole locale, et les besoins de main-d’oeuvre de la part de l’industriel français Nathan Meyer, qui était en passe d’installer un établissement pour la filature et le tissage du coton dans la ville de Vernon. La petite communauté fut bientôt rejointe par le curé d’un des villages d’origine des immigrés puis par un petit groupe de religieuses, chargées de gérer un pensionnat pour les orphelins et les ouvrières célibataires. Le nombre de ses institutions sociales fut remarquable. En peu de temps, en effet, virent le jour une société de secours mutuel, un magasin coopératif, une bibliothèque populaire, une équipe de football, une fanfare mais aussi un groupe de joueurs de mandoline. Tout cela était le fruit de l’activisme organisationnel du curé ainsi que de la politique sociale avisée du chef d’entreprise. L’expérience se termina par un échec, en raison de la crise économique générale, qui frappa la production à partir de 1931 et qui obligea Meyer à fermer l’usine en 1934 et à licencier la plupart des ouvriers. On notera cependant que la présence de la petite colonie italienne fut considérée avec suspicion par les autorités locales qui commencèrent par demander le départ des religieuses, et ensuite même du curé. On jugea que leur activité constituait un obstacle à l’apprentissage de la langue française de la part des immigrés et ce, finalement, en raison justement de l’activisme organisationnel intense. Ce dernier assurait l’autosuffisance mais aussi l’isolement de la communauté, ce qui était perçu comme un obstacle à l’assimilation et, pire encore, comme un véhicule potentiel de l’idéologie fasciste26.

  • 27 A. Buttarelli, C. Maltone, La colonia agricola…, op. cit., p. 99.
  • 28 Ibid., p. 142 et 184-185.
  • 29 D. Gabaccia, Italy’s many diasporas, London, UCL Press, 2000 (traduction italienne : Emigranti. Le (...)

16La colonie agricole de Breka, à Blanquefort du Gers, dont la formation suivit de quelques mois celle de la Cité Meyer, fut proposée et façonnée sur le modèle de celle-ci par les dirigeants de l’Opera Bonomelli en quête d’un reclassement des familles paysannes ayant subi la résiliation de leurs baux agricoles de la part les propriétaires terriens italiens. Elle put voir le jour grâce à la convergence entre le programme de repeuplement du sud-ouest français de la décennie 1920 et l’œuvre de soutien à l’émigration propre aux dirigeants bergamasques de la Bonomelli. En particulier, il y eut convergence entre les exigences d’un grand propriétaire terrien, le marquis de Scoraille, et celles de seize familles paysannes, qui s’installèrent dans un domaine de plus de quatre cents hectares. Ici aussi, à l’origine de l’échec de l’entreprise furent essentiellement des causes qui échappaient au contrôle des protagonistes comme la réévaluation de la lire, qui accrut dans des dimensions disproportionnées la dette des colons à l’égard du bailleur des fonds, le Piccolo Credito bergamasque, sans parler des erreurs d’ordre administratif, qui rendirent vaine la bonne réussite de l’activité agricole et de l’élevage, menées par les familles paysannes réunies pour un bail à ferme collectif. L’expérience de ces familles fut particulièrement pénible car elles durent se mesurer avec des conditions de vie matérielle nettement inférieures à celles qu’elles avaient laissées dans leur pays de départ, où toutes les habitations étaient fournies d’eau et d’électricité27. Mais surtout, ici aussi, la note dominante de l’histoire semble être l’isolement total par rapport à la communauté environnante, attesté par le fait qu’au terme de l’expérience, après huit ans de séjour ininterrompu en France, les membres de la colonie n’avaient pas appris le français. Il s’agissait, cependant, d’un isolement recherché et voulu, dans la mesure où il faisait partie d’un projet social visant à garder inchangés les caractères culturels d’origine des émigrants afin d’en sauvegarder les aspects moraux et religieux, tout comme la cohésion du groupe28. Paradoxalement, donc, ces deux cas d’émigration en France ont été caractérisés par un isolement et une diversité beaucoup plus accentués que ceux dont avaient fait l’expérience d’autres émigrés lombards dans le monde anglo-saxon, allant ainsi à l’encontre du modèle généralement admis de l’émigration italienne dans son ensemble29.

Communautés régionales et groupes professionnels

  • 30 M. Gandini, Questione sociale ed emigrazione nel mantovano 1873-1896, Mantoue, Associazione Mantov (...)

17Bien entendu, ce rapide survol n’épuise pas l’ensemble des communautés lombardes à l’étranger et encore moins la présence d’émigrés lombards dans les multiples destinations de l’exode italien. Au Brésil, par exemple, il est fait mention d’une Nuova Brescia fondée après 1902, ainsi que d’un courant migratoire prolongé dans le temps, de paysans et petits propriétaires de la province de Mantoue. Ce courant a fait l’objet d’un nombre important de travaux de recherche et il a donné lieu à l’établissement de liens intenses entre les communautés émigrées et la province d’origine30.

18Pour ce qui est de l’Argentine, nombreux sont les travaux qui ont mis l’accent sur une présence importante de l’émigration lombarde parmi les chefs d’entreprise et dans l’industrie manufacturière. Le rôle prépondérant occupé par les architectes, les entrepreneurs du bâtiment et les patrons d’industrie est attesté par le fait qu’à l’exposition de Milan de 1906, 34 % des chefs d’entreprise italiens en Argentine étaient originaires de la Lombardie.

19Ce que nous avons pu constater jusqu’ici permet cependant de noter que l’approche privilégiant la chaîne migratoire liée au métier s’est imposée comme étant la plus pertinente pour cerner les communautés d’origine lombarde. Cette approche a donné ses meilleurs résultats dans l’étude de certaines catégories : les ouvriers textiles de Côme dans le New Jersey, les tailleurs de pierre des provinces de Côme et de Varese dans la Nouvelle Angleterre, mais également les mineurs bergamasques en Australie, et même dans l’étude de la « Hill » de Saint Louis, dans le Missouri.

  • 31 Cf. notamment, P. Cannistraro, G. Meyer (dir.), The lost world of Italian-American radicalism, Wes (...)

20Les conséquences de cette typologie de l’exode ont été déterminantes pour la manière dont ces communautés se sont structurées. À Barre, dans le Vermont tout comme Paterson, dans le New Jersey, les Lombards côtoyaient d’autres groupes régionaux, comme les Piémontais, les Toscans et les Trentins, avec lesquels on mettait en place et on partageait les structures sociales et les institutions politiques d’une communauté d’immigrés appréciée pour la qualité de son travail mais marginalisée socialement et physiquement. Ni le quartier où vivaient les Italiens à Barre, ni la zone où les Italiens étaient les plus nombreux à Paterson, significativement, n’ont été considérées à proprement parler de Little Italies, mais plutôt de quartiers composites d’ouvriers immigrés. On est peut-être autorisé à penser que ce qui connotait ces quartiers n’était pas tellement leur caractère ethnique, mais plutôt leur caractère ouvrier et artisan. Dans les deux cas, enfin, les protagonistes avaient en commun une forte culture militante et des convictions politiques bien enracinées, à tel point que leur histoire représente un des exemples les plus connus de cette tradition socialiste et anarchiste que les immigrés italiens emportèrent au nouveau monde. Depuis longtemps déjà, la recherche qui leur a été consacrée a permis de mieux battre en brèche le lieu commun qui voulait que les Italiens fussent incapables de s’organiser, en raison de leur manque d’expérience du travail industriel31.

21Il en ressort que les mécanismes propres à la chaîne migratoire liée au métier, appuyés sur les nouvelles solidarités, et sur les liens communautaires tissés dans les pays d’accueil, semblent avoir permis un dépassement précoce de la dimension régionale et avoir facilité l’adoption d’identités nouvelles liées à l’expérience partagée du travail, à l’appartenance politique et de classe et au quartier ethnique.

  • 32 Pour la présentation de ces traits tels qu’ils apparaissent dans la tradition historiographique an (...)

22On peut dès lors se demander si, par rapport à l’expérience de ce groupe régional, les traits traditionnellement présentés comme propres aux Little Italies – des communautés refermées sur elles-mêmes, s’alimentant des flux ininterrompus de nouveaux arrivants assurés par les chaînes migratoires, réfractaires aux valeurs de l’individualisme et de la compétition32 – gardent leur pertinence. La réponse ne peut être que non. Paradoxalement, bien que de tels traits aient été historiquement repérés et décrits essentiellement comme propres à l’insertion des émigrés italiens dans le monde anglo-saxon, les cas qui s’en rapprochent le plus concernent les communautés bergamasques en France, caractérisées, il convient de le préciser, par l’arrivée simultanée de la colonie tout entière. Ici, cependant, l’isolement a été le résultat d’un projet migratoire précis, soutenu par l’Église et visant à protéger le groupe immigré des influences culturelles de la société environnante, dont on estimait qu’elles porteraient atteinte à l’intégrité religieuse originaire. Dans l’univers anglo-saxon en revanche nous avons pu constater un ancrage sur un territoire déterminé plus par des logiques de communautés de métier que par des rassemblements sur une base régionale ou villageoise. Les pratiques d’appropriation symbolique, à leur tour, semblent plus commandées par des appartenances et allégeances d’ordre politique et religieux que par des identités nationales ou ethniques.

  • 33 À cet égard, les analogies avec l’expérience piémontaise sont significatives. Cf. P. Audenino, P. (...)

23L’étude des communautés issues de l’émigration lombarde apparaît, donc, particulièrement utile pour cerner le rôle décisif joué par les compétences professionnelles et par la volonté de les préserver dans le façonnage des parcours, des modalités d’installation et finalement du rapport entre émigrant et société d’accueil33. La typologie des communautés s’appuyant sur la communauté de métier plus que sur la dimension régionale ou nationale contribue notamment à étayer l’idée que la petite Italie n’a été qu’une forme parmi beaucoup d’autres d’insertion de l’émigration italienne dans les sociétés d’accueil et qu’elle n’épuise aucunement la variété des formes d’installation temporaire ou d’intégration.

Note

1 Pour l’aspect quantitatif de l’exode lombard, cf. G. Rosoli, Un secolo di emigrazione italiana, 1876-1976, Roma, CSE R, 1978. Pour les frontières de la Lombardie, cf. A. Carera, « Questioni relazionali dell’area economica lombarda tra xviii e xix secolo : alcune chiavi di lettura », in F. Piola Caselli (dir.), Regioni alpine e sviluppo economico. Dualismi e processi d’integrazione, Milano, Franco Angeli, 2003, p. 69-86. B. Vigezzi, « La Lombardia moderna e contemporanea : un problema di storia regionale », in S. Pizzetti, Dallo stato di Milano alla Lombardia contemporanea, Milano, Cisalpina Goliardica, 1980.

2 Sur l’« amnésie » lombarde dans le domaine du passé migratoire régional, cf. E. Sori, « Le Marche nell’emigrazione italiana », in E. Sori (dir.), Le Marche fuori dalle Marche. Migrazioni interne e migrazioni all’estero tra xviii e xx secolo, tomes I-IV, Ancona, 1998, p. 37. On ne trouve aucune allusion au phénomène migratoire dans le volume consacré à cette région in Storia d’Italia : D. Bigazzi, M. Meriggi (dir.), La Lombardia, in Storia d’Italia. Le regioni dall’Unità a oggi, Torino, Einaudi, 2001.

3 R. Merzario, Il capitalismo nelle campagne. Strategie famigliari nella prima fase di industrializzazione nel comasco, Bologna, Il Mulino, 1989, p. 11.

4 L. Villari, Gli Stati Uniti d’America e l’emigrazione italiana, Milano, 1912, p. 216.

5 F. Hermanin, Gli artisti italiani in Germania, II, Gli scultori, gli stuccatori, i ceramisti, Roma, La libreria dello stato, 1935. E. Arslam (dir.), Arte e artisti lombardi, I, Architetti e scultori neluattrocento ; II Gli stuccatori dal Barocco al Rococò, Como, Società storica comense, 1959-1964. R. Canetta, Una fonte per lo studio della mobilità della popolazione nel Settecento : l’inchiesta del 1789 sull’emigrazione nella Lombardia austriaca, Bologna, CLUEB, I980 ainsi que « Città e campagna nell’esperienza demografica », in S. Zaninelli, vol. 1, Il difficile equilibrio agricolo-manifatturiero, Como, Camera di Commercio, Industria e Agricoltura, 1987, p. 479-574 et aussi, « Il perdurante divario tra risorse e popolazione », in ibidem, vol. II, La lunga trasformazione tra due crisi (1814-1880), même éditeur, 1988, p. 605-640. Du même, « Popolazione e industrializzazione », in ibidem, vol. III, L’affermazione industriale (1880-1914), 1989, p. 457-508. Raul Merzario, Il capitalismo nelle montagne, op. cit., p. 61 ainsi que, Adamocrazia. Famiglie di emigranti in una regione alpina (Svizzera italiana, XVIII secolo), Bologna, Il Mulino, 2000. C. Brusa, R. Ghiringhelli (dir.), Emigrazione e territorio : tra bisogno e ideale, vol. I e II, Varese, Lativa, 1995. J. Templeton, Dalle montagne al Bush. L’emigrazione valtellinese in Australia (1860-1960) nelle lettere degli emigranti, Tirano, Museo etnografico tiranese, 2005 (1re édit. 2001) ; Il pane degli altri. Emigrati ed immigrati nella provincia di Bergamo dalla fine dell’ottocento ai giorni nostri, Bergamo, Il filo di Arianna, Quaderni della biblioteca Di Vittorio, 1995. P. Antonini, G. Schiavi, Sotto altri cieli. Emigranti di ieri e immigrati di oggi a Onore, Bergamo, Il filo di Arianna, Calendario 3, 2004.

6 F. Hermanin, Gli artisti italiani in Germania, II, op. cit. E. Arslam (dir.), Arte e artisti lombardi, op. cit. M. Aymard, « La Sicile, terre d’immigration », in M. Aymard et alii, Les migrations dans les pays méditerranéens au xviie siècle et au début du xixe siècle, Publications des cahiers de la Méditerranée, 2, Nice, 1973. C. Peter, « O peratori prealpini all’estero : negozianti comaschi a Francoforte nel Settecento », in L. Mocarelli (dir.), Tra identità e integrazione. La Lombardia nella macroregione alpina dello sviluppo economico europeo (secoli xvii-xx), Milano, Franco Angeli, 2002, p. 195-210. J. F. Belhoste, « Le migrazioni dei fabbri bergamaschi nel Delfinato », in G. L. Fontana, A. Leonardi, L. Trezzi (dir.), Mobilità imprenditoriale e del lavoro nelle Alpi in età moderna e contemporanea, Milano, Cuesp, 1988, p. 47-54. G. S caramellini, « D er pundtner London : commercio, finanza e manifattura nel borgo e nel contado di Chiavenna nei secoli xvi-xix », ibidem, p. 239-268.

7 J. Templeton, Dalle montagne al Bush…, op. cit., p. 28.

8 Ibidem, p. 51.

9 Ibid., p. 66-68.

10 L. Furia, T. Austen, Un bergamasco chiamato « Charlie », Bergamo, Lediberg, 1990, p. 99-100.

11 Ibidem, p. 242.

12 Ibid., p. 143.

13 G. Pozzetta, « Le Mulberry District de New York City dans les années antérieures à la Première guerre mondiale », Storia Urbana, 16, Little Italies negli Stati Uniti fra Ottocento e Noveceneto, p. 15-16.

14 Il s’agit de l’Ethnic heritage Studies Project, lancé en 1978. Sur ce dernier, cf. dans ce même volume la contribution de I. Brancoli Busdraghi ainsi que P. Audenino, « Storie di pietra : gli scalpellini di Barre e l’Aldrich Public Library », in Movimento operaio e socialista, 9, 1986, p. 425-432.

15 R. Foerster, Italian Emigration of our times, Cambridge University Press, 1919.

16 B. A. Wellington, History of the Granite industry of New England, 2 vol. Boston, National Association of Granite Industries, 1913.

17 M. Tomasi, Like lesser Gods, Milwaukee, 1949 ainsi que « The Italian History in Vermont », Vermont History, vol. XXVIII, n° 1, janvier 1960.

18 C. Brusa, « Barre Vermont : le Granite Center of the World et l’immigration italienne », I, in Lombardia Nord Ouest, n° 1, 1992, p. 21-45, II, ainsi que n° 1, 1993, p. 27-43. C. Brusa (dir.), Quando in Valceresio si emigrava (1861-1915), Varese, Comunità montana Valceresio, 1990. P. Audenino, Un mestiere per partire. Lavoro, emigrazione e comunità in una vallata alpina, Milano, Franco Angeli, 1990, p. 111-134.

19 H. Gutman, Lavoro cultura e società in America nel secolo dell’industrializzazione 1815-1919, Bari, De donato, 1979, p. 141 sq. (1re édition originale : Work, culture and society in industrializing America, New York, Vintage Books, 1976).

20 P. Sione, « Soria delle migrazioni e storia del movimento operaio : il caso dei tessili comaschi e biellesi nel New Jersey (USA) 1880-1913 », in V. Blengino, E. Franzina, A. Pepe (dir.), La riscoperta delle Americhe. Lavoratori e sindacato nell’emigrazione italiana in America latina 1870-1970, Milano, Teti, 1994, p. 277-290. F. Ramella, « Reti sociali e mercato del lavoro in un caso di emigrazione. Gli operai italiani e gli altri a Paterson, New Jersey », Annali della fondazione G. Feltrinelli, 1997, p. 741-775. Rappelons que fut publié à Paterson depuis 1895 le journal La questione sociale, qui resta pour longtemps le porte-parole le plus influent de l’anarchisme italien aux États-Unis : M. Scavino, « Luigi Galleani », in M. Antonioli et alii (dir.), Dizionario biografico degli anarchici italiani, Pisa, BFS, 2003.

21 G. R. Mormino, Immigrants on the Hill. Italian-Americans in St. Louis 1882-1892, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 1986. Idem, « La collina sulla città : evoluzione di una comunità italo-americana di St Louis, 1882-1950 », in Storia urbana, 16, 1981, p. 97-124. Sur l’émigration à partir de cette région, cf. aussi E. Milani, « Victoria, Texas e Silton, Saskatchewan, l’altro aspetto del mito della ferrovia », in C. Brusa, R. Ghiringhelli (dir.), Emigrazione e territorio.. op. cit., vol. II, p. 259270. Idem, « L’esperienza lonatese nelle Americhe », Monate Pozzolo, Storia Arte e Società, Gavirate, Nicolini editore, 1985, p. 261-372.

22 G. Scotti, « La tradizione migratoria nel contado di Cuggione : Ercole Belloli, pioniere ed organizzatore del lavoro migrante », in Gli anonimi protagonisti della nostra storia. Gli emigranti italiani nel nuovo mondo. Il caso dell’alto milanese, Novara, Ecoistituto della valle del Ticino, 2005, p. 18. Le journal cité est La regione lombarda, 1er mars 1896.

23 J. C. Vismara, « Coming of the Italians to Detroit », Michigan Historical Magazine, 1918, p. 111-124. Je remercie Ernesto Milani de cette indication.

24 M. Hall Ets Rosa, The life on an Italian Immigrant, University of Minnesota Press, Minneapolis, 1970 (traduction italienne : Rosa. Vita di una emigrante italiana, Cuggiono, Ecoistituto della valle del Ticino, 2003). M. Parrino, « Breaking the silence : autobiographies of italian immigrant woman », in Storia nordamericana, V, 2, 1988, p. 137-158. A. De Clementi, « L’America di Rosa », in A. Arru, M. T. Chialant, Il racconto delle donne, Napoli, Liguori, 1990.

25 A. Buttarelli, C. Maltone, La colonia agricola « S. Alessandro » a Blanquefort du Gers. Storia e memoria (1924-1960), Bergamo, Istituto bergamasco per la storia della Resistenza e dell’età contemporanea, Associazione editoriale il filo di Arianna, 1995. R. Carpinteri Ragazzini, « Les immigrés bergamasques dans la cité Meyer de Vernon », in M. Colin (dir.), L’immigration italienne en Normandie de la IIIe République à nos jours, in Cahiers des Annales de Normandie, Caen, n° 28, Caen 1998, p. 173-192.

26 Ibid, p. 186-187.

27 A. Buttarelli, C. Maltone, La colonia agricola…, op. cit., p. 99.

28 Ibid., p. 142 et 184-185.

29 D. Gabaccia, Italy’s many diasporas, London, UCL Press, 2000 (traduction italienne : Emigranti. Le diaspore degli italiani dal medioevo a oggi, Torino, Einaudi, 2003).

30 M. Gandini, Questione sociale ed emigrazione nel mantovano 1873-1896, Mantoue, Associazione Mantovani nel mondo, Editore Sometti 2000 (1a edizione 1984). R. M. Grosselli, Vincere o morire. Contadini trentini (veneti e lombardi) nelle foreste brasiliane, Trento, Museo degli usi e dei costumi della gente trentina, 1986. G. Cavicchioli, L’esodo dalle campagne del mantovano, Mantova, Istituto mantovano per la storia del movimento di Liberazione, 1991. F. Arnoldi, 50 storie di bergamaschi nel mondo, Bergamo, s. d. A. Fappani, B. Falconi, Bresciani sulle rotte di Colombo, Brescia, Fondazione Civiltà Bresciana, 1994. Ouvrage collectif, Lombardi per il mondo. Milano, Regione Lombarda, Direzione Generale Cultura, 1997. E. Benatti, Brasile chiama… Mantova. Una manciata di semi sul terreno della memoria, Comitato Tricolore Italiani nel mondo… et alii, Bergamo, Tipografia Gamba, 1998.

31 Cf. notamment, P. Cannistraro, G. Meyer (dir.), The lost world of Italian-American radicalism, Westport CT, Praeger, 2003. D. Gabaccia, Italy’s many diasporas, op. cit. ainsi que « Worker Internationalism and Italian labor migration 1870-1914 », International Labor and Working-Class History, n° 45, printemps 1994, p. 63-79. R. Vecoli, « The Italian immigrants in the United States Labor movement from 1880 to 1929 », in B. Bezza, Gli italiani fuori d’Italia. Gli emigrati italiani nei movimenti operai dei paesi d’adozione 1880-1940, Milano, Franco Angeli, p. 257-306.

32 Pour la présentation de ces traits tels qu’ils apparaissent dans la tradition historiographique anglosaxonne, cf. J. Rainhorn, « Petites Italies, le mot et la chose » in J. Rainhorn (dir.), Petites Italies dans l’Europe du Nord-ouest, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2005, p. 7-18. R. Harney, « Italophobia : English speaking malady », Studi Emigrazione, marzo 1985, 77, p. 6-43.

33 À cet égard, les analogies avec l’expérience piémontaise sont significatives. Cf. P. Audenino, P. Corti, « La ricerca storico-bibliografica sull’emigrazione piemontese. Metodologia, itinerari di indagine, prospettive », in M. Reginato, P. Audenino, C. Corsini, P. Corti, « Emigrazione piemontese all’estero. Rassegna bibliografica », Quaderni della Regione Piemonte, Torino, 1999, p. 11-30. P. Corti, « L’emigrazione piemontese : un modello regionale ? », in Giornale di storia contemporanea, a. III, 2, dicembre 2000, p. 22 -41. D. Albera, P. Audenino, P. Corti, « L’emigrazione da un distretto prealpino : diaspora o plurilocalismo ? », in M. Tirabassi (dir.), Itinera. Paradigmi delle migrazioni italiane, Torino, Ed. della Fondazione Giovanni Agnelli, 2005, p. 185-209.

Indice delle illustrazioni

Titolo Carte 1 : Lombardia.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6573/img-1.png
File image/png, 178k
Titolo Carte 2  : L’Australie occidentale avec les lieux cités dans l’article et le chemin de fer de 1907. L. Furia, T. Austen, Un bergamasco chiamato « Charlie », Storie di emigranti italiani nelle miniere d’oro del Western Australia, Bergamo, Lediberg, 1990.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6573/img-2.png
File image/png, 107k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540