Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Deuxième partie. Les Petites Italies au miroir de la diversité italienne

« Petites Italies des notables italiens sur les Grands boulevards et dans le centre de Paris (1840-1925)1 »

Michel Dreyfus

Texte intégral

  • 1 Cette communication reprend, tout en l’approfondissant considérablement, mon article « Les Italien (...)
  • 2 Balzac, Histoire et physiologie des boulevards de Paris, 1844, cité par e. Hazan, L’invention de P (...)

La vie à Paris, sa physionomie a été en 1500 rue Saint-Antoine ; en 1600 à la Place royale ; en 1700 au Pont Neuf ; en 1800 au Palais Royal. Tous ces endroits ont été tour à tour les Boulevards ! La terre a été passionnée là, comme l’asphalte l’est aujourd’hui sous les pieds des boursiers, au perron de Tortoni2.

1De la restauration jusqu’à la fin du xixe siècle, les Grands boulevards ont été un espace de sociabilité et de culture, marqué par la présence de nombreux théâtres et de lieux de plaisir. Sans doute sait-on moins qu’ils ont aussi été le lieu privilégie de rencontre de la fraction aisée de la colonie italienne de la capitale avant que, à partir des années 1880-1890, elle ne se concentre dans le quartier tout proche de l’Opéra. La géographie ici n’est pas fortuite : ces notables se sont ainsi rassemblés dans le centre de Paris parce que ce groupe, sans être structuré, présentait cependant une certaine homogénéité sociologique ; il avait des caractéristiques fort différentes de celles de l’émigration italienne de masse qui a existé dans notre pays, de la veille de la Première guerre mondiale à la fin de la décennie 1960. L’histoire de cette colonie de notables s’est déroulée en deux étapes : alors que, de la décennie 1840 aux années 1880, les boulevards ont été le centre des lieux de divertissements, de rencontres et de mondanités, des Italiens y ont joué un grand rôle. Puis, à partir du tournant des années 1890 les boulevards, pas seulement celui des Italiens, et de façon plus générale le quartier de l’Opéra, voient une progression rapide des banques et des compagnies d’assurance. Dès lors, les activités dominantes de cette aire géographique se modifient assez profondément : du plaisir, on passe aux affaires. Dans cet espace délimité, un petit nombre d’émigrés italiens aisés continuent de tenir le haut du pavé. Il faut attendre le milieu de la décennie 1920 pour que cet état de choses change de façon définitive.

Les Italiens à Paris à partir du Second Empire

  • 3 P. Della Gattina, « La colonie italienne », in Paris Guide par les principaux écrivains et artiste (...)
  • 4 De son côté, R. Schor dans son Histoire de l’émigration en France de la fin du xixe siècle à nos j (...)
  • 5 Publié par L. Bamberger, in « La colonie allemande », Paris Guide, tome 2, op. cit., p. 1017-1042, (...)
  • 6 P. Milza, « L’émigration italienne à Paris jusqu’en 1945 », in Le Paris des étrangers, sous la dir (...)
  • 7 Madame J. Lambert, « Les étrangers à Paris », Paris Guide, tome 2, op. cit., p. 1009-1013.

2En 1867, les Italiens venus de l’ensemble de la Péninsule seraient, selon Petrucelli della Gattina3 qui, dans le Paris Guide publié la même année, dresse un tableau pittoresque de cette émigration à Paris, 70 000 pour toute la France – dont 27000 femmes – et environ 7 000 pour la seule capitale4. Selon le recensement effectué en 1866 et qui en totalise un peu davantage (7 900), les Italiens viendraient alors en cinquième position des colonies étrangères, derrière les Allemands (34 200), les Belges (33 000), les suisses (10 687) et les Anglais (9 106) mais devant les Hollandais (6 250), les Américains (4 400), les Polonais (4 294), les espagnols (2 536) et les russes (1 356)5. Dans le même ouvrage sont également évoquées les « Orientaux » ainsi que les « Bohémiens ou Tsiganes » : ces derniers sont estimés de 2 000 à 6 000 pour toute la France mais sans davantage de précision en ce qui concerne la capitale. Quoi qu’il en soit, les chiffres relatifs à la colonie italienne sont proches de ceux issus du premier recensement officiel qui, effectué en 1851, se sont élevés à 63 000Transalpins pour toute la France et 8512 à Paris : en dépit d’un léger tassement, ils ne varieront guère jusqu’aux débuts de la IIIe république, et sont également retenus par les historiens6. On notera enfin que les paysans sont également comptabilisés dans le Paris Guide comme étrangers dans la capitale puisqu’une courte notice leur est également consacrée7.

3Ces émigrés proviennent de toutes les régions d’Italie selon « des proportions différentes et pour des fonctions diverses… : mendiants à la harpe et au chalumeau des provinces méridionales, ouvriers en mosaïque et fabricants de statuettes en plâtre de la Toscane, charcutiers et ouvriers marbriers de l’Italie centrale, négociants de riz et de soie, garçons d’hôtels, confiseurs et même quelques banquiers d’Italie du Nord ». Boursiers, artistes, intrigants, chevaliers d’industrie et expatriés « pour cause de dettes qui se posent en exilés politiques » viennent également de toutes les régions italiennes, tout comme les savants, les hommes de lettres, les médecins et les professeurs. Ces 7 000 Italiens résidant à Paris appartiennent à toutes les couches de la société, « depuis le petit pouilleux jusqu’au Comte d’Aquila, oncle de l’ex-roi de Naples ». Toujours à en croire Petrucelli della Gattina, « le métier décide de la résidence ». En d’autres termes, la profession de ces émigrés permet de savoir grosso modo où réside et où se regroupe la fraction privilégiée de ces notables : les négociants, « ceux qui ont un établissement industriel », les artistes, les savants, les professeurs et les lettrés. Leur situation sociale détermine largement aussi l’aire géographique où ils vivent. Selon notre auteur, le tiers de ces émigrés habiterait Paris « d’une façon plus ou moins définitive », alors que les deux autres tiers, « beaucoup plus mobiles », seraient difficiles à localiser. Ceux qui forment l’élite – négociants, artistes, savants, professeurs, lettrés – constitueraient un petit groupe d’environ 2 000 personnes résidant au centre de Paris ou y exerçant leur activité.

  • 8 P. Milza, Voyage en Ritalie, Paris, Plon, 1993, 532 p., p. 67.
  • 9 P. Dalla Gattina, « La colonie italienne », op. cit., p. 1060.

4Ce tableau rejoint exactement celui dressé par Pierre Milza qui, jusqu’à la fin du second empire, distingue deux catégories de migrants : « Les girovaghi : gens du voyage, chanteurs et musiciens ambulants… praticiens des petits métiers de la rue et… les détenteurs d’un savoir faire professionnel hautement apprécié de la clientèle française : homme des vieux métiers du bâtiment, de l’ameublement, de la décoration, du vêtement, et de la parure aussi bien que représentants du monde des lettres de l’art et du spectacle8. » C’est cette seconde catégorie qui nous intéresse ici. Elle forme alors une colonie italienne réduite sur le plan numérique mais bien en vue ; particulièrement active dans ce que l’on appelle aujourd’hui le secteur tertiaire – professions intellectuelles, activités littéraires et artistiques, banques, commerces de luxe, tels que tailleurs, restauration de qualité, etc. – elle fait du centre de Paris, et d’abord des Grands boulevards, une véritable petite Italie. Toutefois cette formulation n’est jamais employée. Ainsi, « les artistes, les boursiers, les aventuriers, les nouveaux arrivés, les chanteurs, les hommes politiques à la semaine affectionnent plus ou moins les cafés riche et du Cardinal sur les boulevards9 ».

  • 10 L’entreprise Ruggieri, spécialisée dans la confection de feux d’artifice, existe toujours actuelle (...)
  • 11 « La colonie italienne », op. cit., p. 1061.

5À la fin du second empire, certains de ces émigrés – les docteurs Cerise, de l’Académie de médecine et animateur de la société de bienfaisance italienne créée en 1865, Fossati, l’abbé Castelli, l’ingénieur Bonelli, le musicien Rossini ou encore l’artificier Ruggieri10 – sont bien connus et ont leurs entrées dans la société parisienne. Mais ils semblent rester entre eux et ne soucient pas de constituer des « ganglions autour desquels la société italienne devrait se regrouper » : en effet, les Italiens de la capitale se fréquenteraient assez peu et ne forment pas un groupe délimité et cohérent. À cet état de choses, Petrucelli della Gattina avance deux explications. Tout d’abord, il n’existe pas de « salon italien » à Paris car aucune femme issue de la Péninsule ne cherche à en organiser. En effet, « la femme italienne est un meuble (sic) essentiellement privé d’usage domestique et non pas un objet de luxe et d’orgueil dont on se pare, qu’on expose, qu’on exploite quelques fois, qu’on aime voir briller et dont on est fier (sic) » : soumise en Italie, l’Italienne l’est également à Paris et incapable de jouer un rôle social, si minime soit-il. Ensuite, parce que l’Italien, « que ce soit par caractère ou par éducation, serait davantage attiré vers les réunions des places publiques ou les endroits publics – comme le café, le théâtre, la promenade circonscrite dans une petite enceinte – que vers le salon… ». Voilà pourquoi la majorité de ces Italiens serait disséminée dans toute la ville sauf lorsque « le cantonnement du travail qu’ils exercent ne les localise pas11 ». Dans ces conditions, seule la minorité privilégiée qui dispose de revenus suffisants provenant de sa profession ou de ses biens propres peut résider de façon stable et régulière au centre de Paris, tout en contractant des relations avec les français appartenant aux mêmes catégories sociales : ici, les relations de classe l’emportent sur l’origine nationale.

  • 12 Tel que le signor Garofoli qui dans Sans famille, d’H. Malot, exploite avec brutalité des enfants (...)
  • 13 « La colonie italienne », op. cit., p. 1060.
  • 14 J.-F. Dubost, La France italienne xviE-xviie siècles, Paris, Aubier, 1997, 524 p., p. 144.

6Toujours selon Petrucelli della Gattina, la majorité de ces Italiens exerçant les métiers les plus divers – mendiants12, ouvriers, artistes musiciens (« marchands de bémols »), domestiques aventuriers aux revenus incertains – n’a guère la possibilité de s’installer dans la capitale et moins encore de s’y enraciner durablement. À ce tableau, quelques exceptions : plâtriers et marbriers (« i carrarini ») se rencontreraient essentiellement autour de Montparnasse, les poêliers et fumistes (« fumisti o laghisti ») chériraient davantage les Batignolles, alors que quelques années plus tôt, les émigrés bourboniens (« i fedelini ») auraient cru déroger en habitant ailleurs que dans le faubourg Saint-Germain ; cette émigration bourbonienne hante pourtant le Café du Congrès, boulevard des Capucines et le Café Napolitain, boulevard des Italiens. Mais l’unité italienne lui portant un coup fatal, à partir de 1859-1860, il s’agit dès lors d’un groupe très réduit reposant pour l’essentiel sur une population âgée ; si ces émigrés disposent le plus souvent d’un certain revenu, ils semblent vivre entre eux et de façon assez marginale du reste de l’émigration italienne à Paris qu’ils « boudent plutôt qu’ils ne haïssent ». Par ailleurs, il n’y a dans la capitale ni orléanistes, ni légitimistes et les républicains pourraient se compter sur les doigts. Hormis ces quelques groupes, « les autres catégories de la population italienne à Paris n’ont pas de centre13 » où ils se retrouvent véritablement. Si, antérieurement, trois quartiers de la capitale – l’ouest de la rive gauche du quartier Saint-Séverin au faubourg Saint-Germain, le Louvre et le Marais – avaient acquis « une certaine coloration italienne entre 1550 et 156014 », il n’existait guère jusqu’alors de lieu privilégié de regroupement des Italiens à Paris.

La Petite Italie des Grands boulevards (1840-1890)

  • 15 Cf. notamment E. Hazan, L’invention de Paris, op. cit, « Les Grands boulevards », notamment p. 93- (...)
  • 16 E. Texier, tableau de Paris, 1852, cité par A. Fierro, Histoire et dictionnaire de Paris, Paris, r (...)
  • 17 A. Joanne, Le Guide parisien, Paris, Hachette, 1863 + annexes, p. 58.
  • 18 E. De La Bedollière, « Les Boulevards de la Porte Saint-Martin à la Madeleine », Paris Guide, op. (...)
  • 19 E. De La Bedollière, « Les Boulevards », op. cit., p. 1293.
  • 20 A. Fierro, Histoire, op. cit. p. 727.

7À cette dispersion généralisée existe pourtant à partir du début du xixe siècle une notable exception : pour la fraction privilégiée de ces émigrés, le mode de vie, où représentation et plaisirs jouent un rôle essentiel, contribue à les regrouper, à partir des années 1830-1840, dans le centre de Paris et en particulier sur les Grands boulevards. Si on écarte ce qui reste des Bourboniens et, sur un autre plan, poêliers et fumistes, il semble bien que les notables, comme ceux qui aspirent à l’être, composent une véritable petite Italie autour de cet espace mondain par excellence que deviennent alors les Grands boulevards15. Comme on le sait, c’est aux débuts du second empire que ces derniers prennent leur envol. En 1852 pour Edmond Texier, « les boulevards… sont devenus à leur tour le rendez-vous de l’univers, le point de ralliement de tous les peuples : forum cosmopolite ouvert à toutes les langues, centre merveilleux où aboutissent les chemins des cinq parties du monde16 ». en 1863, le boulevard des Italiens est défini comme « le rendez-vous principal de la fashion (sic) parisienne17 », le centre de « l’opulence et de l’aristocratie18 » et au même moment, le boulevard Montmartre apparaît comme « l’équateur du quartier élégant de Paris […] où s’épanouissent dans toute leur expansion la chaleur et la vie et où règne une animation qu’on ne trouve plus ailleurs19 ». Ces témoignages contemporains sont confirmés par les historiens de Paris les plus récents : ainsi, Alfred Fierro constate « l’essor exceptionnel, sous le second empire, de la section occidentale (des boulevards) et singulièrement du boulevard des Italiens, centre de tous les plaisirs de la vie mondaine, cafés, restaurants, spectacles20 ». Dès lors, s’opère une rencontre entre le boulevard triomphant et 1 000 à 2 000 notables italiens de la capitale.

  • 21 J. Hillairet, connaissance du vieux Paris, Paris, Éditions Princesse, 1956, p. 263. Adolphe Joanne(...)
  • 22 B. Centoraine, « Propriétaires et résidents », in Les Grands Boulevards, op. cit., p. 170.
  • 23 J. Hillairet, Connaissance du vieux Paris, op. cit., p. 263.
  • 24 Dans Les Comédiens sans le savoir, Béatrix, Histoire et physiologie des Boulevards de Paris, etc.
  • 25 Cité par E. De La Bédollière, « Les boulevards de la Porte Saint-Martin à la Madeleine », Paris Gu (...)
  • 26 E. Hazan, L’invention de Paris, op. cit., p. 101.
  • 27 J. Hillairet, Connaissance, op. cit., p. 264.

8Depuis le début du xixe siècle, ces boulevards accueillent plusieurs demeures prestigieuses, cafés et restaurants célèbres appartenant à des Italiens. À tout seigneur, tout honneur : citons d’abord le boulevard des Italiens, ouvert en 1680, et ainsi dénommé en raison de la proximité du Théâtre des Italiens, sur l’emplacement duquel se trouve aujourd’hui l’Opéra comique21. Vers 1840 y habite dans l’ancien hôtel de Montmorency le richissime marquis de Sommariva qui possède une très riche collection de peintres néo-classiques22. Au n° 22 de ce même boulevard, existe également, parmi les établissements les plus célèbres, celui créé en 1789 ou 1798 selon les sources, par le fameux glacier napolitain Velloni, le café Tortoni qui aurait eu « une réputation universelle23 ». en 1803, ce café est devenu la propriété de son premier garçon, Tortoni, qui en a fait un lieu de rencontre particulièrement recherché, à partir de la restauration – Balzac l’évoque à plusieurs reprises24. en 1826, M. de roquefort le présente dans ces termes dans son Dictionnaire des monuments de Paris : « Le Café de Paris et celui de Tortoni siègent dans la contre-allée que la mode a choisie depuis quelques années pour le rendez-vous des femmes les plus brillantes et des merveilleux de toute l’Europe25. » Tortoni poursuivra sa marche triomphale jusqu’aux débuts de la IIIe république : son « perron auquel on accède par trois marches sera l’un des lieux les plus célèbres du monde pendant cinquante ans. Tortoni (est) fréquenté par les dandys, les artistes – Manet y (est) tous les soirs – et les financiers26 ». Tout à côté, le marquis d’Hertford, marié avec l’Italienne Marie Fagniani, vit dans l’hôtel Brancas qu’il léguera à sa mort à l’Assistance publique27. Enfin, le sol de la galerie Vivienne, également proche et ouverte en 1828, est orné d’une superbe mosaïque réalisée par un certain M. Facchina : il se présente comme « mosaïste de l’Opéra » mais on ne sait à quelle date.

  • 28 N. Roqueplan, « Les théâtres », Paris Guide par les principaux écrivains de la France. Première pa (...)
  • 29 C. Hodak, « Le cirque parmi les théâtres », in Les Grands Boulevards, op. cit., p. 139-145.
  • 30 « Les boulevards et les avenues », Paris Guide, op. cit., p. 1300. s. Cueille, « La promenade sur (...)
  • 31 J. Hillairet, Connaissance du vieux Paris, op. cit., p. 263.
  • 32 Balzac, Gambara, in La Comédie humaine, tome X, Paris Gallimard, La Pléiade, 1979, p. 465. Le Comt (...)
  • 33 Notes sur Gambarra, La Pléiade, tome X, op. cit., p. 1453.
  • 34 A. Joanne, Paris illustré, op. cit., p. 505 et 506.

9De son côté, le boulevard Montmartre accueille le cirque d’Antonio Franconi. Né à Venise en 1783, Antonio Franconi fait ses débuts à Paris en 1793 sur le théâtre de la Montansier, place Louvois. Ses fils s’établissent en 1803 dans l’ancien jardin des Capucines près de la place Vendôme puis chassés de cet emplacement en raison du percement de la rue de la Paix en 1807, ils font construire un cirque rue du Mont Thabor avant de s’établir vingt ans plus tard boulevard du Temple28. Mais ils connaissent la faillite en 1833 ou 1836, selon les sources29, et sont alors rachetés par le Théâtre national. en 1829, lorsque Giacomo Rossini présente à l’Opéra Guillaume Tell, il habite au 10 boulevard Montmartre ; il aime également se rendre au restaurant réputé des Panoramas, rue Montmartre. Tout proches sont, de 1796 à 1823, les salons et jardins du café Frascati, situé à l’angle du boulevard Montmartre et de la rue richelieu30. Cet établissement a été créé par le glacier Garchi, sur le modèle de celui fondé par Frascati à Naples : à la fois tripot, restaurant et hôtel meublé, « ses jardins éclairés la nuit formaient une terrasse qui longeait le boulevard depuis la rue de richelieu jusqu’à proximité de la rue Vivienne ». On peut également y manger, danser, jouer, voir des feux d’artifice et aussi y trouver bonne fortune. Mais la suppression des maisons de jeu, le 1er janvier 1837, porte un coup fatal au café Frascati : il est alors remplacé par une maison de rapport que Balzac habite pour une brève période en 184031. Dans une de ses nouvelles, Gambarra, écrite trois ans plus tôt, Balzac y a d’ailleurs localisé des émigrés italiens dans la toute proche rue Froidmanteau32 ; cette rue, alors perpendiculaire à la rue Saint-Honoré, part de la Place du Palais-royal en direction de la seine33. en 1888, des concerts Frascati ont lieu tous les vendredis au 49 rue Vivienne et des bals y sont proposés cinq jours par semaine au 47 : ces manifestations sont-elles organisées par des descendants du célèbre glacier34 ?

  • 35 R. Burnand, Paris 1900, Paris, Hachette, 1951, 252 p., p. 40.
  • 36 Cité par A. Fierro, Histoire, op. cit., p. 727.

10Au tournant des années 1890, les Grands boulevards commencent à perdre de leur éclat. En 1900 existe toujours, tout proche de Tortoni, un café, le Napolitain, « que ses habitués tenaient pour le centre du monde ; le denier bastion de qui avait été le boulevard où se retrouvaient les naufragés de Tortoni35 ». Et en 1911, le journaliste Arthur Meyer constate, non sans mélancolie, dans Le Gaulois : « Mon pauvre boulevard… toi aussi, tu es un roi en exil… Le perron de Tortoni conduit à une boutique de chaussures36. » La fin de Tortoni symbolise en quelque sorte le déclin de la période glorieuse des Grands boulevards.

  • 37 C’est toujours le cas en 1888 selon A. Joanne, Guide illustré, op. cit., p. 688-689.
  • 38 P. Della Gattina, « La colonie italienne », op. cit., p. 1062. en 1888, il n’y a toujours pas d’ég (...)
  • 39 P. Della Gattina, « La colonie italiene », op. cit., p. 1062.
  • 40 S. D. Delesalle, Reflets de la vie sociale des Italiens en région parisienne d’après le quotidien (...)

11Durant cette première phase, ces établissements italiens jouent essentiellement un rôle d’accueil et de rencontre pour une minorité sociale aisée : si les Italiens ne sont pas les seuls, loin de là, à fréquenter Frascati ou Tortoni tout porte à penser, logiquement, que c’est là où aiment se retrouver leurs compatriotes de la bonne société. En effet, durant ces décennies, il n’existe pratiquement aucun lieu de rencontre pour les Italiens. en 1867, « les Italiens n’ont à Paris, ni école37 ni église nationale : les enfants fréquentent les écoles françaises. Les adultes ressentent peu le besoin de l’église en général et nullement celui d’une église italienne38 » ; de façon qui nous semble d’ailleurs discutable, Petrucelli della Gattina en conclut à « l’absence d’un sentiment religieux » de ces Italiens. Une telle lacune semble davantage plaider en faveur d’un manque de structuration et d’organisation des Italiens à Paris. La seule véritable institution relevée par notre auteur est créée en 1865, sous la forme d’une « société de bienfaisance italienne, à l’instar des sociétés anglaise et allemande et dont le docteur Cerise est le président ». Patronnée et financée par des notables français et étrangers parmi lesquels l’empereur et le roi d’Italie, cette société aurait, durant la première partie de l’année 1866, concouru à faire revenir dans leur pays 155 personnes en payant la moitié du prix de leur billet39. Ces chiffres restreints montrent les limites de cette institution qui existe toujours en 1920, plus que jamais dirigée par des notables, en particulier ceux issus de la Chambre de commerce franco-italienne. La société de bienfaisance possède alors un dispensaire au 92 boulevard de Courcelles (17e arrondissement) dans ses propres locaux40 mais nous ignorons si c’est là qu’elle a toujours résidé. Enfin, Petrucelli della Gattina mentionne l’existence d’un « service médical où plusieurs médecins français se sont enrôlés, établi dans les différents quartiers, qui soignent gratuitement les malades » mais sans davantage de précisions.

  • 41 A. Fierro, Histoire, op. cit., p. 279.

12Ainsi, les notables de la colonie italienne représentent un groupe très restreint ne dépassant pas 2 000 individus, grand maximum, sur les 1 825 000 personnes qui habitent Paris en 1866 ; ils ne sont sans doute guère davantage sur 2 906 000 qui y vivent en192141. Dérisoires par le nombre, ces Italiens ne le sont pas par leur surface sociale.

13À partir de la fin du xixe siècle, conséquences des transformations menées à bien par le baron Haussmann, l’aire géographique des Grands boulevards où se trouvent ces notables s’élargit peu à peu au Quartier de l’Opéra et se voit de plus en plus investie dans les affaires et le commerce de luxe. Ce changement n’altère pas fondamentalement la nature de cette petite Italie des notables : elle se déplace peu sur le plan géographique tout en s’organisant de façon plus cohérente au sein d’une multitude de petites associations.

Du plaisir aux affaires (1890-1925)

  • 42 L. Couderc, « Les Italiens », op. cit., p. 513.
  • 43 P.M ilza, « L’émigration italienne », op. cit., p. 62.

14Jusqu’en au milieu des années 1920 la fraction la plus aisée de la colonie italienne fait preuve d’une activité grandissante dans le secteur du tertiaire en débordant le cadre des Grands boulevards mais en restant dans le centre de Paris à proximité de ces derniers. Pour Laurent Couderc, ces notables seraient « quelques centaines42 ». Pierre Milza en évalue le nombre à un millier jusqu’à la fin des années 192043 ; en comptant femmes et enfants, sans doute sont-ils un peu davantage mais l’ordre de grandeur reste sensiblement le même. Beaucoup de ces émigrés travaillent dans le monde des affaires ou exercent une profession libérale. Une partie importante gagne sa vie dans les banques où ils seraient près de 500, en particulier dans les succursales des banques italiennes groupées dans le quartier de l’Opéra. Les commerçants de luxe – tailleurs, bottiers – constituent les gros bataillons de cette colonie. Ce groupe restreint de notables représente un véritable microcosme où relations personnelles et d’intérêts mais aussi rivalités et inimitiés sont inévitables. Dans ce milieu, tout le monde se connaît, se fréquente, s’apprécie ou se jalouse. Cette bourgeoisie d’industriels, de négociants et de professions libérales ainsi que la petite bourgeoisie enrichie dans le commerce et l’artisanat de luxe se livre à une course effrénée aux honneurs, aux décorations et aux distinctions : les présidences de sociétés de secours mutuels ou de bienfaisance sont ainsi particulièrement recherchées.

15Bien intégrée dans la société parisienne, cette petite Italie est capable de faire paraître plusieurs journaux et revues, tout en animant également, à partir de 1886, la Chambre de commerce franco-italienne et deux ans plus tard la Ligue franco-italienne, mise sur pied pour favoriser le rapprochement de la France et de l’Italie. À ce tableau, il faut ajouter un Comité des écoles, des organisations de bienfaisance, plusieurs sociétés de secours mutuels italiennes dont la plus ancienne est la Lira italiana ainsi que des associations d’Anciens combattants, la société Dante Alighieri, etc. Cette communauté a été décrite dans ses grandes lignes par Laurent Couderc, Pierre Milza, et Sophie-Dorothée Delesalle, aussi nous serons brefs à son égard. Toutefois, l’examen de son implantation géographique entraîne plusieurs remarques. Il révèle d’abord combien cette implantation s’inscrit en droite ligne dans la succession des notables de la monarchie de Juillet et du second empire. Il montre ensuite que si déplacement géographique il y a des Grands boulevards au quartier de l’Opéra, il est très limité.

  • 44 S. D. Delesalle, Reflets, op. cit., p. 25.
  • 45 Ibidem, p. 28.
  • 46 Ibid., p. 40.
  • 47 Ibid., p. 47 et 50.
  • 48 Ibid., p. 57.

16Les cartes établies par Sophie-Dorothée Delesalle à partir de l’examen du quotidien Don Quichotte pour l’année 1920, donc au terme de notre période, font clairement apparaître cette implantation géographique. La moitié des professions libérales – médecins, assureurs, détectives privés, etc. – est installée sur les Grands boulevards, ou elle en est toute proche44. La concentration des firmes italiennes implantées dans la capitale est encore plus frappante puisque 8 sur 12 se trouvent dans ce même quartier des Grands boulevards45 ; même chose en ce qui concerne les banques avec 6 sur 746. Une telle implantation reste élevée – 4 sur 8 – chez les artisans et les commerçants divers ainsi que dans le commerce alimentaire et les restaurants, dont le célèbre restaurant Poccardi (3 sur 8)47. La carte de l’ensemble des hôtels, bars et restaurants italiens existant alors à Paris est tout aussi éloquente : sur les 28 établissements tenus par des Italiens existant en 1920 dans Paris intra-muros, 15 se trouvent sur les Grands boulevards ou à leur proximité48.

  • 49 S. D. Delesalle, Reflets, op. cit., p. 52 et du même auteur Index détaillé du monde du Don Quichot (...)
  • 50 Ce dernier établissement fonctionnait encore il y a quelques années.
  • 51 S. D. Delesalle, Reflets, op. cit. ainsi que Index, op. cit., p. 117.
  • 52 A. Joanne, Paris illustré, op. cit., p. 61.

17Présentons ici quelques-uns de ces restaurants célèbres et leurs propriétaires. D’abord le restaurant Arrigoni, 23 passage de l’Opéra : en 1920, son propriétaire, Amilcare Arrigoni, est membre du Comité directeur de la Ligue franco-italienne, membre bienfaiteur de la société de secours mutuels La Stella italiana et membre influent de la fédération des industriels et commerçants en France et dans les colonies puisqu’il appartient à la commission chargée alors de réviser les statuts de cette organisation49. Situé à l’angle du boulevard des Italiens et du passage des Princes, le Savoia tenu par Léon Salvi est également un établissement de luxe. Plus connus encore sont les restaurants Poccardi, situés respectivement 9 boulevard des Italiens, 12-14 rue Favart et 36 rue saint-Marc50 : en 1920, Francesco Poccardi cumule les responsabilités et les honneurs dans une multitude d’organisations de bienfaisance, à la Ligue italienne, à la Chambre de commerce italienne, etc.51. Sur ce même boulevard existe en 1888 une pâtisserie, A la Milanaise52 et en 1920 on trouve au 135 boulevard de Sébastopol, tout proche, le café-restaurant de Luigi Monti, un restaurant franco-italien tenu par Cesare et Carlo Monteverdi au 85 de la rue richelieu, le restaurant de luxe Rizzi 32 avenue de l’Opéra, celui de Vincenzo Grossi, passage de Choiseul.

  • 53 S. D. Delesalle, Reflets, op. cit., p. 75 et 84.
  • 54 Ibidem, p. 102.

18En revanche, la prédominance géographique du centre de Paris se réduit sensiblement pour les activités autres que la restauration et le commerce. Sur 5 « organismes à vocation économique », deux résident dans notre zone géographique et sur les services d’assistance, un seul sur 553. Parmi les 19 sociétés de secours mutuels italiennes existant alors à Paris, 7 se trouvent dans la zone concernée54.

  • 55 E. Planta, A new Picture, op. cit., p. 351.
  • 56 Ibidem, p. 307 et 354.
  • 57 P. Albert, « Journaux et journalistes », in Les Grands Boulevards, op. cit., p. 202.
  • 58 E. de la Bédollière, « Les boulevards de la Porte Saint-Martin à la Madeleine », in Paris Guide, o (...)

19Un mot enfin sur les publications italiennes dans la capitale. en 1820, existe « une Athénée des étrangers, située 14 rue du Hazard richelieu » entre la place Louvois et le Palais royal. Des conférences et des concerts y sont donnés ; des salles de lectures y sont ouvertes toute la journée. On peut aussi y trouver des publications périodiques – journaux, revues – françaises et étrangères55 ; cet endroit est-il fréquenté par des Italiens ? À la même date, on trouve également trace d’un certain M. Galigliani, « Bookseller », donc libraire, au 18 de la rue Vivienne ; il semble avoir reçu des publications italiennes56. Sous la restauration, et la monarchie de juillet, parmi les grands cafés et restaurants des boulevards, le Napolitain et le Tortoni prennent « progressivement… la succession des cafés littéraires de la rive gauche et du Palais royal57 » : il est possible que certains aient reçu des publications étrangères. Sur le boulevard Montmartre existe, au moins jusqu’à la fin du second empire, une librairie internationale58 mais on ne sait si elle vend des journaux italiens.

  • 59 L. Berardi, « Les journaux étrangers à Paris », in Paris Guide, op. cit, tome 2, p. 1159-1160.
  • 60 L. Couderc, « Les Italiens », op. cit., p. 520. s. D. Delesalle, Reflets, op. cit., p. 120.

20Quoi qu’il en soit, à la fin du second empire, « après la guerre d’Italie et une occupation de Rome par les français qui n’a pas duré moins de seize années », L. Berardi s’étonne, dans Paris Guide, du fait que « les journaux de la Péninsule aient en France une clientèle presque aussi restreinte que celle des journaux allemands ». Il semble qu’à l’exception de L’opinione, La Nazione et L’Italie publiés à florence ainsi que La Perseveranza paraissant à Milan, il soit « difficile de trouver, même dans les établissements publics les mieux achalandés sous ce rapport un journal italien à Paris ». L’Opinione qui a défendu presque tous les ministères qui se sont succédé à Turin ou à florence depuis 1859 « …est un journal d’un libéralisme modéré à la fois très italien et très français ». La Perseveranza n’a plus les « bonnes correspondances » qu’elle a eues autrefois de Paris comme de Londres et de Berlin mais c’est elle qui publie les meilleurs articles de fond. Enfin, L’Italie est publié en langue française, ce qui explique pourquoi les feuilles de Paris lui font de larges emprunts ; en revanche, elle ne fournit que peu de renseignements venant de l’étranger59. À la fin du second empire, la presse italienne en France semble donc assez limitée mais elle connaît une certaine croissance à partir de la décennie 1880. Au terme de notre période est ouverte en novembre 1920 une librairie italienne, rue du Quatre septembre, sous la présidence d’honneur de l’ambassade d’Italie60 mais elle semble péricliter assez vite, sans doute en raison de la faiblesse de sa clientèle.

  • 61 M.-C. Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien (années 1880-1960). Une histoire d’intégrat (...)
  • 62 L. Couderc, « Les Italiens », op. cit., p. 529.

21Peu après la Première guerre mondiale, l’influence de ces notables sur l’ensemble de l’émigration italienne en France commence en effet à diminuer sensiblement. Émigrations économique et politique se conjuguent. Les immigrés, dont le nombre ne cesse d’augmenter depuis 1910, s’installent désormais dans le Nord et l’est de Paris, en particulier dans les XIe, XIIe, XVIIIe, XIXe et XXe arrondissements61 : l’émigration italienne se transforme alors en émigration de masse. À partir du milieu de la décennie 1920, les notables italiens apparaissent de moins en moins sur les Grands boulevards et dans le centre. Souvenir des périodes antérieures, la zone géographique comprise entre la rue de richelieu, la place de la Madeleine, le boulevard des Italiens et la rue de Rivoli jusqu’à la hauteur des Halles, constitue encore à plusieurs reprises un lieu de rencontre entre les Italiens de la capitale. Fait nouveau, elle est également un terrain d’affrontement entre fascistes et antifascistes. En septembre 1923, deux ouvriers fascistes de la première heure, Gino Jeri et Silvio Lombardi sont assassinés dans le quartier de la Madeleine. Quelques notables italiens, parmi lesquels Nicolas Grieco, grand bottier à la mode et propriétaire d’un magasin, 4 rue des Capucines, soutiennent plus ou moins ouvertement les tentatives du gouvernement de Mussolini visant à implanter dans cette décennie un réseau fasciste à Paris et acceptent de faire « un bout de chemin » avec Nicolas Bonservizi, l’initiateur de cette entreprise. Mais pour peu de temps car Nicolas Bonservizi est abattu le 20 février 1924 à la terrasse du restaurant Savoia, tout près de l’Opéra par le jeune anarchiste Ernesto Bonomini62. Dès lors, de plus en plus déphasée par rapport à ce qui se passe en Italie, cette communauté de notables, ou plutôt de ce qu’il en reste, cherche à se démarquer de toute récupération politique et choisit l’apolitisme. Après la seconde guerre mondiale, cette communauté de notables qui a fait du centre de Paris une petite Italie n’est plus qu’un lointain souvenir.

  • 63 Sur cette question, cf. la contribution de Caroline Douki dans cet ouvrage, p. 243 à 260.

22Il n’en reste pas moins que durant près d’un siècle, la partie la plus privilégiée des Italiens à Paris a été marquée par le poids d’une histoire fort ancienne et en particulier avec les débuts du théâtre des Italiens sous Louis XIV. Ces quelques notables se sont ensuite concentrés sur les Grands boulevards à l’heure de leur plus grande gloire et ont formé une petite Italie géographique autant que sociale : ici, les deux sont allés de pair. Cette communauté, qui a connu une existence durable, fut minoritaire au sein de l’émigration italienne dans la capitale. À partir des années 1880, elle chercha à se structurer et peu à peu, elle voulut être le porte-parole de cette émigration. Mais à partir de la fin de la décennie 1920, quatre facteurs devaient y mettre fin. Tout d’abord, la transformation des Grands boulevards, achevée dans les années 1880-1890, a introduit, on l’a vu, une première modification. Ensuite, la Grande Guerre a représenté une épreuve collective pour la plupart des colonies italiennes à l’étranger63 ; on ne voit pas pourquoi celle qui vivait au centre de la capitale aurait été épargnée. Les conséquences politiques de l’arrivée de Mussolini au pouvoir ont entraîné, comme on le sait, des changements profonds dans l’histoire d’une émigration qui depuis la veille de la Première guerre mondiale se transformait en une émigration de plus en plus massive, bien différente par sa composition sociologique. Il resterait enfin à voir si cette petite Italie de la capitale, sans doute alors sur le déclin, a également subi les conséquences de la crise économique des années 1930.

Notes

1 Cette communication reprend, tout en l’approfondissant considérablement, mon article « Les Italiens du Boulevard », qui figure dans l’ouvrage collectif, Les Grands Boulevards. Un parcours d’innovation et de modernité, publié sous la direction de B. Landau, C. Monod et e. Lohr, Action artistique de la Ville de Paris, 2000, 240 p., p. 157-161.

2 Balzac, Histoire et physiologie des boulevards de Paris, 1844, cité par e. Hazan, L’invention de Paris. Il n’y a pas de pas perdus, Paris, seuil, 2002, 462 pages, p. 93.

3 P. Della Gattina, « La colonie italienne », in Paris Guide par les principaux écrivains et artistes de la, France, deuxième partie, La vie, Paris, Lacroix, 1867, 2136 p., p. 1058-1065. Nous avouons notre ignorance sur cet auteur.

4 De son côté, R. Schor dans son Histoire de l’émigration en France de la fin du xixe siècle à nos jours (Paris, A. Colin, 350 p., p. 14) estime le nombre d’Italiens en France à 63 000 en 1851, 100 000 en 1866 et 165 000 en 1876. Selon le regretté L. Couderc, « Les Italiens de la région parisienne dans les années 1920 » (in Les Italiens en France de 1914 à 1940, sous la direction de P. Milza, Rome, École française de Rome, p. 501), les Italiens de Paris et de la région parisienne auraient été 50 000 en 1911.

5 Publié par L. Bamberger, in « La colonie allemande », Paris Guide, tome 2, op. cit., p. 1017-1042, p. 1028.

6 P. Milza, « L’émigration italienne à Paris jusqu’en 1945 », in Le Paris des étrangers, sous la direction de A. Kaspi et A. Marés, Paris, Imprimerie nationale, 1989, 406 p., p. 55.

7 Madame J. Lambert, « Les étrangers à Paris », Paris Guide, tome 2, op. cit., p. 1009-1013.

8 P. Milza, Voyage en Ritalie, Paris, Plon, 1993, 532 p., p. 67.

9 P. Dalla Gattina, « La colonie italienne », op. cit., p. 1060.

10 L’entreprise Ruggieri, spécialisée dans la confection de feux d’artifice, existe toujours actuellement.

11 « La colonie italienne », op. cit., p. 1061.

12 Tel que le signor Garofoli qui dans Sans famille, d’H. Malot, exploite avec brutalité des enfants dans le cadre d’un réseau de mendiants.

13 « La colonie italienne », op. cit., p. 1060.

14 J.-F. Dubost, La France italienne xviE-xviie siècles, Paris, Aubier, 1997, 524 p., p. 144.

15 Cf. notamment E. Hazan, L’invention de Paris, op. cit, « Les Grands boulevards », notamment p. 93-109.

16 E. Texier, tableau de Paris, 1852, cité par A. Fierro, Histoire et dictionnaire de Paris, Paris, robert Laffont, 1580 p., p. 727.

17 A. Joanne, Le Guide parisien, Paris, Hachette, 1863 + annexes, p. 58.

18 E. De La Bedollière, « Les Boulevards de la Porte Saint-Martin à la Madeleine », Paris Guide, op. cit., p. 1298.

19 E. De La Bedollière, « Les Boulevards », op. cit., p. 1293.

20 A. Fierro, Histoire, op. cit. p. 727.

21 J. Hillairet, connaissance du vieux Paris, Paris, Éditions Princesse, 1956, p. 263. Adolphe Joanne, Paris illustré, Paris, Hachette, 1888, 960 p., p. 489.

22 B. Centoraine, « Propriétaires et résidents », in Les Grands Boulevards, op. cit., p. 170.

23 J. Hillairet, Connaissance du vieux Paris, op. cit., p. 263.

24 Dans Les Comédiens sans le savoir, Béatrix, Histoire et physiologie des Boulevards de Paris, etc.

25 Cité par E. De La Bédollière, « Les boulevards de la Porte Saint-Martin à la Madeleine », Paris Guide, op. cit., p. 1298.

26 E. Hazan, L’invention de Paris, op. cit., p. 101.

27 J. Hillairet, Connaissance, op. cit., p. 264.

28 N. Roqueplan, « Les théâtres », Paris Guide par les principaux écrivains de la France. Première partie, La science, l’art, Paris, 1867, Lacroix, 902 p., p. 813. Cf. également « The Olympic Circus », in E. Planta, A new Picture of Paris or tne strangers’ Guide, London samel Leigh, 1820, 452 p., p. 386.

29 C. Hodak, « Le cirque parmi les théâtres », in Les Grands Boulevards, op. cit., p. 139-145.

30 « Les boulevards et les avenues », Paris Guide, op. cit., p. 1300. s. Cueille, « La promenade sur les boulevards », in Les Grands Boulevards, op. cit., p. 122-127.

31 J. Hillairet, Connaissance du vieux Paris, op. cit., p. 263.

32 Balzac, Gambara, in La Comédie humaine, tome X, Paris Gallimard, La Pléiade, 1979, p. 465. Le Comte Andrea Marcosini s’adressant au cuisinier Giardini « manifesta le désir de prendre habituellement ses repas en compagnie de quelques compatriotes ».

33 Notes sur Gambarra, La Pléiade, tome X, op. cit., p. 1453.

34 A. Joanne, Paris illustré, op. cit., p. 505 et 506.

35 R. Burnand, Paris 1900, Paris, Hachette, 1951, 252 p., p. 40.

36 Cité par A. Fierro, Histoire, op. cit., p. 727.

37 C’est toujours le cas en 1888 selon A. Joanne, Guide illustré, op. cit., p. 688-689.

38 P. Della Gattina, « La colonie italienne », op. cit., p. 1062. en 1888, il n’y a toujours pas d’église italienne à Paris, selon le Guide illustré d’A. Joanne.

39 P. Della Gattina, « La colonie italiene », op. cit., p. 1062.

40 S. D. Delesalle, Reflets de la vie sociale des Italiens en région parisienne d’après le quotidien parisien Don Quichotte (21 février-31 décembre 1920), Maîtrise, Paris 3, 1990, p. 80-81.

41 A. Fierro, Histoire, op. cit., p. 279.

42 L. Couderc, « Les Italiens », op. cit., p. 513.

43 P.M ilza, « L’émigration italienne », op. cit., p. 62.

44 S. D. Delesalle, Reflets, op. cit., p. 25.

45 Ibidem, p. 28.

46 Ibid., p. 40.

47 Ibid., p. 47 et 50.

48 Ibid., p. 57.

49 S. D. Delesalle, Reflets, op. cit., p. 52 et du même auteur Index détaillé du monde du Don Quichotte. La vie socio-culturelle de la communauté italienne en région parisienne au début des années 1920 d’après le quotidien de Luigi Campolonghi, Paris 3, CIRCE, vers 1991 p. 11-12.

50 Ce dernier établissement fonctionnait encore il y a quelques années.

51 S. D. Delesalle, Reflets, op. cit. ainsi que Index, op. cit., p. 117.

52 A. Joanne, Paris illustré, op. cit., p. 61.

53 S. D. Delesalle, Reflets, op. cit., p. 75 et 84.

54 Ibidem, p. 102.

55 E. Planta, A new Picture, op. cit., p. 351.

56 Ibidem, p. 307 et 354.

57 P. Albert, « Journaux et journalistes », in Les Grands Boulevards, op. cit., p. 202.

58 E. de la Bédollière, « Les boulevards de la Porte Saint-Martin à la Madeleine », in Paris Guide, op. cit., p. 1295.

59 L. Berardi, « Les journaux étrangers à Paris », in Paris Guide, op. cit, tome 2, p. 1159-1160.

60 L. Couderc, « Les Italiens », op. cit., p. 520. s. D. Delesalle, Reflets, op. cit., p. 120.

61 M.-C. Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien (années 1880-1960). Une histoire d’intégration, École française de Rome, 2000.

62 L. Couderc, « Les Italiens », op. cit., p. 529.

63 Sur cette question, cf. la contribution de Caroline Douki dans cet ouvrage, p. 243 à 260.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540