Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français, une langue pour réussir

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. La langue française, un atout pour la vie sociale

La langue des médias et ses pouvoirs sur la vie et la communication sociale1

Yvan Amar, Habib Ben Salha, Jean-Pierre Colignon, Jean Huchet et Joanna Nowicki

Texte intégral

  • 1 Synthèse des échanges qui se sont déroulés le jeudi 26 avril à 17h à l’École nationale supérieure (...)
  • 2 et métiers d’Angers entre le public et les intervenants sous la direction de Jean-Pierre Colignon.

1[Jean-Pierre Colignon]2 Au sortir de la 2nde Guerre mondiale, le Conseil national de la Résistance a indiqué à la presse qu’elle devait informer honnêtement, qu’elle devait instruire et qu’elle devait distraire. Si la presse informe honnêtement, continue-t-elle à instruire quand elle se borne à écrire de façon à ne fâcher personne, à n’offusquer aucun lecteur, à ne choquer aucun téléspectateur ou auditeur. Est-ce qu’elle respecte encore son devoir d’instruire, de participer au développement de la langue française alors que, dans toutes les rédactions, les journalistes se disent obligés de réduire le vocabulaire utilisé s’ils veulent être compris des lecteurs ? Que penser de cette réalité ? Est-ce que l’on peut lutter ? Est-ce que l’on doit lutter ou est-ce que l’on doit, effectivement, abaisser la connaissance du vocabulaire pour se mettre au niveau de la population ?

Le pouvoir d’instruire

  • 3 Jean Huchet, attaché à la rédaction en chef du journal Ouest-France, est responsable du service Pr (...)

2[Jean Huchet]3 Ouest-France, pour sa part, se préoccupe à sa manière de ce problème. Son objectif principal, c’est que les jeunes, quand ils deviendront adultes, aient envie de s’informer aux meilleures sources pour pouvoir exercer leur devoir de citoyens en pleine connaissance de cause. C’est pour cela que ma fonction principale est précisément d’organiser des événements ou des opérations en lien avec l’Éducation nationale pour expliquer aux élèves (des écoles primaires, des collèges ou des lycées) comment on fabrique l’information, ce que sont les métiers de l’information, comment on travaille et ce qu’est un article, pourquoi on l’écrit, comment on l’écrit afin de les inciter à lire un journal et de leur en fournir les clefs et les codes pour mieux pénétrer le monde de l’information et leur donner envie, plus tard, de s’informer.

  • 4 Yvan Amar est producteur à Radio-France depuis 1987. Longtemps professeur de français, il continue (...)

3[Yvan Amar]4 Je m’occupe des émissions sur la langue française à RFI qui s’adresse à un public dont le français n’est pas la langue première (entre 85 et 90 % des auditeurs). Aussi, l’attention aux problèmes de langue parmi les auditeurs est-elle différente de ce qu’elle peut être parmi les auditeurs des autres radios. En effet, RFI se doit d’instruire en particulier en langue française. La première motivation des auditeurs qui écoutent RFI, c’est l’information, la deuxième, contrairement aux autres radios, ce n’est pas le divertissement, etc., c’est la langue française. Il y a beaucoup d’auditeurs de RFI qui écoutent cette radio pour mieux parler le français, pour l’entretenir et l’améliorer. Je suis chargé d’une petite émission quotidienne de trois minutes sur un mot et d’un magazine plus long, « La place des mots », qui dure une demi-heure chaque jour.

  • 5 Habib Ben Salha est professeur à la faculté des Lettres, des arts et des Humanités de Manouba, che (...)

4[Habib Ben Salha]5 Je produis à RTCI une émission radiophonique qui a maintenant vingt ans et qui s’appelle « Intersignes ». Il s’agit d’inviter les Français, les Européens qui viennent en Tunisie, les auteurs, les chercheurs, les physiciens, les philosophes, les prix Goncourt. Dans mon émission « un couffin plein de bouquins un dimanche matin », je présente des livres de langue arabe, langue française, langue anglaise depuis dix ans. C’est aussi une manière d’instruire.

Le pouvoir d’enrichir le vocabulaire

5[Jean-Pierre Colignon] Le pouvoir des médias s’exerce de façon importante sur les dictionnaires et les mots utilisés, adoptés ou mis à la mode. Est-ce pour autant que les médias jouent aussi un rôle majeur par l’introduction d’un vocabulaire varié ? Est-ce qu’on peut appeler vocabulaire varié l’emploi de ce qu’on appelle les clichés ? Il y a un débat au sein des rédactions entre ceux qui rejettent les clichés et qui vont essayer de varier le vocabulaire et les autres, comme Bruno Frappat qui disait qu’il était normal d’utiliser des clichés car ils étaient compris de tous. C’est une question qui mérite d’être posée.

6[Yvan Amar] Est-ce qu’il faut vraiment parler en clichés ? Cela peut avoir une relative force poétique, parce que les clichés font images, mais en même temps, le figement empêche qu’on pense, c’est quelque chose de plaqué : ce qu’on appelle en linguistique les expressions lexicalisées. Et ce qui fige la langue, de temps en temps, a tendance à figer la pensée.

  • 6 Joanna Nowicki est professeur en sciences de l’information et communication dans le département de (...)

7[Joanna Nowicki]6 Il faut inventer un style personnel. Un conformisme linguistique scolaire majeur existe en France. On n’apprend pas aux jeunes un style personnel, un vocabulaire personnel, des idées personnelles. Ils reproduisent des clichés de pensée, par une sorte de conformisme d’idée, une sorte de paresse intellectuelle. Or, avoir des clichés intellectuels, c’est très grave dans une démocratie. Je trouve que le cliché est peut-être encore plus dangereux quand on a l’impression qu’on le détourne parce qu’on ne pense plus du tout, on est uniquement dans le calembour.

8[Jean-Huchet] À la rédaction de Ouest-France, on se pose aussi ce problème. Mais l’unique consigne que l’on pourrait donner à un journaliste, chez nous, c’est « tu écris pour être lu, ça ne sert à rien d’écrire si personne ne lit ton article ». La première question que l’on se pose donc est quels sont les obstacles à la lecture de l’article ? Nous estimons effectivement que l’utilisation des tics d’écriture et des clichés est un obstacle à la lecture et à l’accès à l’information. Aussi donnons-nous comme consigne à nos collègues de faire la chasse à ces tics d’écriture, à ces expressions toutes faites, d’autant plus que nous avons un service d’étude qui interroge en permanence un panel de cinq mille lecteurs de nos articles : il en ressort que, de plus en plus, la jeune génération ne comprend pas le sens de ces tics d’écriture et de ces expressions toutes faites comme « anguille sous roche », par exemple, facile pourtant à utiliser pour un journaliste. Il vaut donc mieux dire la même chose avec des mots plus simples, pour faire passer le message. La deuxième chose à éviter c’est le supposé connu : des sigles, des mots, des expressions qui requièrent une culture que tout le monde n’a pas. Utiliser l’expression « Grenelle de l’environnement », c’est faire référence à 1968, aux fameux accords de Grenelle que les jeunes ignorent.

Le pouvoir de créer de nouvelles expressions

9[Jean-Pierre Colignon] Voilà donc une perte de culture générale qui prive un journaliste ou un écrivain de l’emploi de références ou d’allusions littéraires : personne ne saura ce que veut dire, par exemple, « c’était un grand Nemrod » ou « manger la grenouille ». Est-ce utile, normal, acceptable de détourner, pour captiver l’attention du lecteur, des expressions, en disant par exemple « il ne faut jamais deux loups dans le marigot ». Est-ce qu’on peut aller jusque-là ? Est-ce qu’on peut créer en déformant ? Qu’est-ce qui l’emporte : le fait critiquable de déformer ou l’esprit d’inventivité ?

10[Yvan Amar] Est-ce que cela fait réfléchir ou pas ? Je crois qu’on ne peut pas isoler la question de l’utilisation d’une expression de l’ensemble de l’information que l’on est en train de transmettre. Si, effectivement, il se trouve que j’écris un article dans lequel je vais pouvoir me permettre une certaine inventivité, parce que je ne suis pas dans du factuel pur, des articles pour décrire une ambiance, un état, une situation, je peux me permettre d’être inventif, d’essayer d’introduire des images, puisque le but n’est plus de donner des faits mais de faire sentir des choses.

11[Habib Ben Salha] Je crois qu’il y a des moments où les médias aussi peuvent créer ou inventer. Je l’ai fait personnellement en créant le mot « mpatrimoine » que j’ai utilisé tout au long d’un article spécial du quotidien de la Presse sur le patrimoine, un mot qui oublie l’héritage de la mère et cela a fait rire toute la Tunisie. Plus sérieusement, je crois que l’écriture, c’est la griffe, le style.

12[Joanna Nowicki] Peut-on alors accepter des expressions bizarres dans une langue ? Les écrivains polonais, tchèques, hongrois, serbes, croates qui écrivent en français ont effectivement un style particulier qui vient de leur langue, de leur imaginaire qui est différent. Si c’est compréhensible, si c’est imagé, si c’est bien dit, si ce n’est pas blessant pour la langue, c’est merveilleux. C’est au contraire très fatigant pour le lecteur d’avoir dans les publications un texte platement conforme aux règles de lisibilité.

13[Habib Ben Salha] Mais il faut aussi prendre en compte la spécificité de l’écriture journalistique : c’est une écriture de l’urgence qui réagit aux événements présents ce qui aboutit parfois à des expressions lapidaires, bien reçues par les uns mais mal comprises par les autres. Je pense à Kateb Yacine qui a inventé l’expression « frères monuments » pour « frères musulmans » ce qui lui a valu par la suite de subir des actes agressifs.

Le pouvoir d’attirer le lecteur

14[Jean Huchet] Dans l’urgence, en effet, l’inventivité, la créativité, le langage fleuri peuvent passer au second plan parce que l’urgence est de produire ses 80 lignes. Le risque est donc d’avoir des textes stéréotypés, interchangeables. Ouest-France en est parfaitement conscient. Aussi le journal a-t-il lancé deux enquêtes, l’une en 1989 et l’autre en 2001, sur la lecture du journal auprès de milliers de lecteurs : ils ont lu le quotidien devant nos enquêteurs, et pour chaque page, ils ont dit ce qu’ils lisaient, ce qu’ils avaient lu ou non, etc. Nous nous sommes aperçus qu’effectivement les lecteurs glissaient sur des articles stéréotypés de même longueur, même début, même fin, etc. En 1989, à Rennes, par exemple, on a noté qu’il y avait, dans un exemplaire moyen d’Ouest-France, 410 entrées offertes aux lecteurs qui n’en avaient lu que 39, voire 16 seulement, si l’on excepte les articles qui ne comportaient qu’un titre et une photo.

15Le journal a donc travaillé sur les titres, les accroches, la longueur et le vocabulaire du texte. Une même enquête auprès d’un lectorat semblable, dans les mêmes zones de vie, a montré un progrès : 53 entrées consultées et 24 articles lus. Ce travail de diversification, nous l’avons imposé à toute la rédaction : éviter l’article passe-partout, le papier plat, remplacer cela par des clefs pour comprendre, des alinéas en gras qui en résument en trois mots le contenu, substituer à un article une infographie… l’objectif étant de diversifier au maximum les genres, les styles, les formes, de façon à ce que le lecteur trouve de la variété et donc de la créativité pour pouvoir entrer dans le journal par la porte qui lui plaît.

16[Joanna Nowicki] Il en est de même dans la rédaction d’une revue scientifique, mais accessible au grand public. Pour en faciliter la lecture, nous demandons des textes plus courts : à peu près 10 000 signes, ce qui est très bref pour des articles scientifiques. Beaucoup de collègues universitaires, habitués à des articles plus développés, s’en plaignent. Mais comme personne aujourd’hui ne veut lire un article plus long, la pensée doit être condensée, sans que cela enlève le sérieux scientifique du texte. L’aspect positif, c’est qu’il y a effectivement beaucoup moins d’appareillages, d’éléments jargonnants ou de langue de bois scientifique, incompréhensible pour le lectorat non averti. Ce dialogue entre l’auteur et le lecteur d’aujourd’hui a donc changé : nous lisons autrement, nous sommes plus pressés, nous sommes plus impatients, nous sommes des lecteurs différents.

17[Yvan Amar] Je voudrais juste ajouter un exemple personnel qui va dans le même sens : j’ai dû réduire à 5 000 signes un article qui en comportait 8 000 et, honnêtement, la version abrégée était meilleure : je n’avais enlevé que des enflures, que des inutilités ou des formules. Car, il faut bien en convenir, l’écriture dans l’urgence est responsable de beaucoup de clichés ou d’allusions qui agissent comme des ressorts dans la tête de celui qui doit écrire vite sans choquer.

Le pouvoir d’informer

18[Jean-Pierre Colignon] Une fois les transformations réalisées, quel parti a été adopté ? Donner l’information en condensé ou faire simplement du teasing dans la titraille, amorcer, attirer le lecteur, pour donner l’information réelle, sérieuse seulement après ?

19[Jean Huchet] D’après les études que nous avons faites sur les parcours de lecture dans une page de journal, c’est la photo majeure, qui attire le lecteur. Mais la deuxième entrée principale après la photo, c’est effectivement le titre qui peut être informatif ou incitatif. Pour nous, c’est le titre informatif qui prime parce que, si le titre ne comporte pas les deux ou trois mots-clefs qui donnent l’information, le lecteur impatient ne va pas comprendre de quoi il s’agit mais, s’il a du temps, quel que soit le titre, il va « entrer dans l’article ».

20[Habib Ben Salha] Mais quand les mots sont trop simples, ils peuvent aussi devenir suspects dans les pays où la censure cherche des sens cachés. J’ai connu en tant que journaliste ce genre de mésaventure et j’ai eu pour cette raison des chroniques censurées.

Le pouvoir des médias sur la langue française

21[Jean-Pierre Colignon] Pour terminer, je voudrais poser deux questions à tout le monde. D’abord, que pensez-vous de cette citation d’un écrivain et journaliste japonais qui a renoncé à écrire dans la presse en s’expliquant ainsi : « j’estime que si un auteur ne peut plus être iconoclaste, provocateur ou simplement libre de choisir les expressions qui répondent à sa pensée, il ne peut plus assumer son rôle social ». Ensuite, est-ce que les médias ont une influence, ont une importance quant à la diffusion, quant au rôle de la langue française ?

22[Yvan Amar] À la première question, je réponds oui et ce n’est pas la peine d’en dire plus. Est-ce que les médias ont un rôle sur la langue française ? Oui, évidemment, et je crois que cela n’a pas toujours été le cas parce qu’en effet, les médias ont beaucoup plus d’importance aujourd’hui que jadis, parce que l’illettrisme a reculé d’abord, et ensuite parce que les médias passent beaucoup par l’image. Il y a des articles qui multiplient les clichés, se font racoleurs en cherchant, par exemple, à utiliser un certain nombre d’expressions qui font jeunes. L’écrit joue en effet sur l’oral et l’oral sur l’écrit. Mais il y a une dialectique entre ces deux façons de s’exprimer qui change considérablement actuellement. Il est sûr qu’une façon, a priori décontractée de s’exprimer dans la presse écrite, joue sur le langage qu’on entend, et qu’en même temps, cette presse essaie de récupérer des mots qui sortent et qui sont à la mode.

23[Joanna Nowicki] Je voudrais aussi souligner le rôle important que joue la presse dans la diffusion d’un jargon anglicisant. J’en veux pour preuve un article lu récemment : « Le jargon du management se banalise dans l’entreprise ». Il était truffé de mots tels que management, deadline, reporting, brainstorming, feetback, offshoring, top down, etc. qui auraient pu être traduits car ils ont tous leur équivalent en français, mais ne l’ont pas été par paresse d’abord et ensuite par snobisme et manque de temps. J’adore l’anglais, je le parle avec plaisir mais je pense qu’il faut faire attention à cette mode jargonnante qui est à éviter pour la compréhension mais aussi pour la beauté des langues. Les médias sont responsables de cela et je ne le dis pas par nationalisme français.

24[Jean Huchet] Je pense que les médias influencent forcément la langue d’une certaine manière. Mais, j’aurais tendance à dire qu’en ce qui concerne Ouest-France , cela joue dans les deux sens. D’une part, dans nos articles, nous donnons très souvent la parole aux citoyens, que ce soit des élus, des experts, des représentants d’administrations, que ce soit de simples citoyens qui expriment des problèmes : nos articles sont donc truffés de citations de personnes qui s’expriment dans leur langue à elles sans que soit modifiée leur façon de parler. Nos articles comportent donc beaucoup de langage parlé dans la société. D’autre part, les journalistes localiers (je rappelle que pour Ouest-France, ce sont 550 journalistes dont plus de 400 sur le terrain, du matin au soir dans les rues, les quartiers), sont au contact permanent de l’expression usuelle des gens. Ils n’entendent pas un langage châtié, ils n’entendent pas un langage d’universitaires ou de grammairiens. Ils entendent la langue du paysan, de l’ouvrier, etc. Et, bien entendu, c’est aussi à ces gens que nous nous adressons quand nous écrivons nos articles : il y a une sorte de porosité entre la société et les journalistes et donc le journal. Pour moi, l’influence est vraiment réciproque.

25[Habib Ben Salha] Je suis tout à fait d’accord avec mes collègues, la langue se fait dans la rue. J’étais à Gabès où l’on vend du henné. Les marchands de henné utilisent la langue française pour promouvoir leur produit. Alors, le premier marchand a écrit « henné de luxe », le deuxième « extra luxe », le troisième « extra luxe de luxe ». Alors je leur ai dit : « mais enfin, ce n’est plus français ». Et de répondre « mais quel français ? Moi je ne connais pas la langue française, c’est extra luxe de luxe de luxe ». Je crois que le marchand a raison, on utilise les signes du monde, toutes les couleurs du monde pour faire le monde.

26[Yvan Amar] Si l’on parle de jargon anglicisant, il faut savoir ce qu’est un mot anglais et un mot français. Si « marketing » est français, le mot « mercatique » n’a jamais pris. Dire que deadline, c’est du snobisme, je pense que oui, dire que marketing est un mot anglais, non. Brainstorming est lui aussi intégré. Si je ne comprends pas bottom up et top down, ce n’est parce que c’est de l’anglais, c’est parce je ne m’y connais pas en marketing. Le mot « remue-méninges », inventé dans les années 1950, n’a jamais pris parce qu’on y sent une pointe d’ironie. Il n’y a donc pas de vrai lexique sur lequel s’appuyer pour la traduction ou non d’un mot.

Le pouvoir des mots dans les médias

27[Le public] Certains tics de langage des journalistes sont innocents, mais d’autres un peu moins. Par exemple, le mot « héros » s’est généralisé pour désigner un acteur et non pas le personnage d’un film. Le mot « séquence » a pris un sens particulier dans la dernière campagne électorale. France Inter a annoncé, pour prendre un autre exemple, un « spectaculaire accident de train aux Pays-Bas », qui a, malheureusement, fait un mort et une dizaine de blessés !

28[Jean-Pierre Colignon] Votre remarque comporte d’abord un aspect qui porte sur l’évolution de l’acception des mots, qui me semble naturelle. Prenez « protagoniste » : normalement, ce mot doit être employé au singulier, pour parler de l’unique personnage important d’un événement ou d’une pièce de théâtre. On ne devrait jamais dire « des protagonistes ». C’est un mot très courant dans la langue et personne n’y verra, à part des puristes très poussiéreux, une faute de français. Il y a beaucoup de mots comme cela qui évoluent, qui changent, qui s’affaiblissent ou qui prennent un sens tout à fait différent, et pourquoi pas ?

29[Le public] Je voulais simplement dire que j’approuvais tout à fait ce qu’a dit Mme Nowicki concernant l’abus d’anglicismes. Et je suis désolée de constater que France Culture donne dans ce travers et nous parle des showrooms, des think tank. Pourquoi ne pas dire une salle d’exposition ou un cercle de réflexion ? Les équivalents en français existent, pourquoi ne pas les utiliser ? Et je crois aussi qu’il y a là une grosse part de snobisme, entretenue par les journalistes.

30[Jean-Pierre Colignon] Effectivement, on est souvent contraint d’accepter les anglicismes ou les anglo-américanismes dans certains domaines tels que les sciences, les médias et les sports, parce qu’il n’y a pas, ou pas encore, d’équivalence en français. Pour proposer des équivalents français, il faut se référer aux « commissions de terminologie ». Il y en a une, en principe, par ministère, plus une commission plus générale. Les va-et-vient entre ces différentes commissions, la commission générale et l’Académie française, aboutissent, en moyenne, à des démarches qui durent de 14 à 16 mois. Pendant ce temps, les anglicismes ont largement le temps de s’implanter, surtout s’ils plaisent à une certaine tranche de la population, les jeunes, les médiatiques, etc. Il y a heureusement des procédures d’urgence qui permettent de proposer des termes français beaucoup plus rapidement. Sinon, effectivement, vous avez raison, il y a des anglicismes parfaitement inutiles qu’on pourrait tout à fait remplacer par des termes français, dès lors que ces termes français sont corrects et compris de l’ensemble du lectorat ou de l’auditorat.

31[Joanna Nowicki] La défense contre le macaronisme, c’est le plurilinguisme, et le vrai cosmopolitisme avec des gens qui parlent plusieurs langues. Mélanger les langues, c’est de l’inculture alors que parler plusieurs langues avec un bel accent, c’est une véritable élégance.

32[Jean Huchet] Il faut quand même se rappeler qu’au XIXe siècle, une partie du monde parlait français. Comment voulez-vous, aujourd’hui que, dans des compagnies internationales où vont travailler des milliers de collaborateurs de nationalités différentes, on parle français ? Il faut bien un langage commun. Il s’avère que, comme les entreprises dominantes sont des entreprises anglo-saxonnes, l’anglais est devenu la langue majeure. Pensez que lorsqu’une entreprise écrit un courrier à un associé japonais, polonais ou brésilien, sa seule façon de se faire comprendre, c’est d’avoir avec lui un langage commun, aujourd’hui l’anglais. Il faut l’admettre au même titre qu’il fallait admettre qu’au XVIIIe siècle, c’était le français, et que, peut-être au XXIIe siècle, ce sera le chinois.

33[Joanna Nowicki] Je suis descendante d’une famille francophone de l’Est, mes ancêtres parlaient français parce que c’était chic dans les siècles passés et c’est pour cela que je parle français. Mais, quand nous faisions ces macaronismes français en polonais, nous étions punis dans nos familles parce que ce n’était pas du tout élégant de mélanger les langues. Et pour préserver le polonais élégant, dans la famille polonaise, on mettait une pièce dans des tirelires chaque fois qu’un enfant disait des russissismes, des germanismes ou des francicismes, des macaronismes : les familles surveillaient et on était puni. Chaque langue a son génie et on était prié de garder le génie de chaque langue en propre, c’est-à-dire qu’on parlait français, allemand, anglais mais correctement. Je suis tout à fait d’accord pour parler anglais dans les entreprises où cela est nécessaire, mais quand on passe au français, on passe au français. On ne mélange pas les dead line avec le déjeuner, on ne dit pas qu’on va faire un lunch quand on va déjeuner. Je pense que c’est de l’inculture linguistique. Les pays de l’Europe centrale ont survécu linguistiquement parce que les familles ont surveillé que les Tchèques parlaient tchèque et pas allemand, parce qu’ils ne se sont pas laissé germaniser. Et nous, nous parlons polonais parce que nous avons combattu la russification. Si vous, vous ne faites pas attention, vous allez parler le globish au lieu de parler français.

34[Yvan Amar] Vous parlez de lunch et vous dîtes qu’on devrait dire déjeuner. Mais si vous prenez un brunch, vous n’aurez pas d’autres mots français à utiliser comme équivalent. Un brunch, c’est une contraction entre le breakfast et le lunch. De temps en temps, il y a des mots qui se souviennent de leur origine. Quand on dit « hara-kiri », ce n’est pas la même chose que de dire suicide.

35[Le Public] Vous avez commencé par dire que les médias devaient informer honnêtement, instruire et distraire. Or du matin au soir, on entend les mêmes mots, les mêmes expressions qui se répètent en boucle. Évidemment, j’écoute plutôt Inter et France Culture. À la télé, c’est encore pire. Coluche disait « il y a beaucoup de monde qui regarde », c’est peut-être cela le problème. Dans un monde où nous savons que les grandes entreprises, les grandes sociétés économiques et maintenant les partis politiques ont des communicants qui savent quoi dire, comment le dire et comment le faire dire, pourquoi finalement les journalistes se font-ils, d’une certaine façon, les valets de ces communicants ? J’ai l’impression qu’ils se contentent de répéter ce que les communicants leur ont transmis et d’autre part qu’en est-il d’instruire ? Moi, ce qui m’a particulièrement choquée, il y a quelques années, ce sont les « frappes chirurgicales ». Quand un journaliste ose répéter cela, je me pose des questions quant à la déontologie elle-même des journalistes.

36[Jean-Pierre Colignon] Il est un peu normal pour des rédactions de radios qui ont des bulletins toutes les demi-heures, de répéter les mêmes textes, parce que les personnes qui vont écouter à 7h ne sont pas forcément les mêmes que celles qui vont écouter à 8h. Les reportages du Tour de France sont un bon exemple de cette répétition que vous avez soulignée.

  • 7 Ces échanges croisés se sont terminés par la conclusion de Jean-Pierre Colignon : il a remercié se (...)

37[Jean Huchet] Vous avez soulevé une question qui est très importante concernant le rôle des communicants. C’est vrai que depuis quelques années, on les a vus envahir la presse avec des kits, des objets tout prêts. Remarquons d’abord qu’ils emploient eux-mêmes des journalistes qui connaissent nos façons de travailler et que les autres journalistes se montrent très vigilants. En général, on ne s’intéresse pas aux produits des communicants. Nous préférons travailler directement auprès des interlocuteurs, mener nos propres enquêtes, mais nous n’utilisons jamais les « prêts-à-porter » que nous transmettent les communicants7.

Notes

1 Synthèse des échanges qui se sont déroulés le jeudi 26 avril à 17h à l’École nationale supérieure d’arts

2 et métiers d’Angers entre le public et les intervenants sous la direction de Jean-Pierre Colignon.

Jean-Pierre Colignon, correcteur d’imprimerie, d’édition, puis de presse, a été durant une vingtaine d’années chef du service correction du journal Le Monde. Depuis 2002, il est rédacteur, auteur de chroniques langagières, et de critiques de livres (langue française), et, au sein de la direction générale des rédactions, conseiller linguistique pour l’ensemble des journaux du groupe Le Monde. À ce titre, il représente le Monde au sein de trois commissions ministérielles de terminologie (ministère de la Culture et de la Communication, ministère des Affaires étrangères, ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie) et auprès de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France) ; il répond aux questions de langue française des lecteurs, des internautes. Jean-Pierre Colignon a publié quelque trente livres, la quasi-totalité traitant de la langue française, de son orthographe… quelques-uns d’autres domaines : histoire, cinéma, tourisme, etc. Il est enseignant, formateur et/ou moniteur en écoles de formation et en universités. Durant toute la durée des Dicos d’or de Bernard Pivot, Jean-Pierre Colignon a été membre du Jury national de cette animation ludo-culturelle. Depuis plus de vingt ans, il organise lui-même pour des villes, des associations, des Salons du livre, des Journées de la langue française comportant différentes activités et/ou des dictées. Aujourd’hui, il conçoit, organise ou coorganise, et anime plus de 20 dictées par an ainsi que toutes les épreuves du Championnat d’orthographe et de langue française du Maroc, créé en 2005. Administrateur de l’association Défense de la langue française, Jean-Pierre Colignon est par ailleurs membre de l’Académie de Bretagne et des Pays-de-la-Loire (siège à Nantes).

3 Jean Huchet, attaché à la rédaction en chef du journal Ouest-France, est responsable du service Presse École. L’essentiel de sa carrière s’est déroulé dans ce journal. Localier, chef des informations maritimes, puis des missions de développement des nouvelles technologies pour la rédaction, il est devenu responsable Internet avant d’occuper ses fonctions actuelles. Il tient, par ailleurs, une chronique sur l’histoire des noms de lieux dans Dimanche Ouest-France depuis 6 ans et sur la langue et l’orthographe dans la lettre interne de la rédaction depuis une dizaine d’années.

4 Yvan Amar est producteur à Radio-France depuis 1987. Longtemps professeur de français, il continue à s’occuper des émissions sur la langue à Radio-France Internationale. Producteur à France-Culture, il a successivement produit des émissions musicales thématiques (la prison, le train, l’enfant prodige, le Mississippi…) des portraits-enquêtes (Gil Evans, Thelonious Monk, Art Tatum…), des magazines d’actualité musicales (Un Poco agitato, Laissez-passer, l’Oreille d’un sourd…). Et pendant quatorze ans, il a organisé le concert de jazz de France-Culture, Transcontinentales.

5 Habib Ben Salha est professeur à la faculté des Lettres, des arts et des Humanités de Manouba, chef du Laboratoire des Littératures Maghrébines, francophones, comparées, auteur d’une série de travaux consacrés à la littérature maghrébine et producteur d’une émission radiophonique Intersignes et d’une émission à la télévision Ponts et Passerelles.

6 Joanna Nowicki est professeur en sciences de l’information et communication dans le département de Lettres Modernes à l’université de Cergy-Pontoise. Au sein du groupe de recherche CRTF, elle dirige le pôle « Anthropologie culturelle de l’Europe et la Francophonie de l’Est ». Elle est également membre du comité de rédaction de la revue Hermès et est impliquée depuis sa création dans les travaux de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS. Ses publications portent sur les relations Est/Ouest, l’imaginaire collectif européen, l’identité des confins et la cohabitation culturelle.

7 Ces échanges croisés se sont terminés par la conclusion de Jean-Pierre Colignon : il a remercié ses partenaires de table de « leurs interventions variées, toujours intelligentes et ludiques » et le public de « son écoute attentive et de ses questions pertinentes ».

Auteurs

Journaliste, attaché à la rédaction en chef d’Ouest-France, responsable presse-école et journal des lycées

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540