Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Première partie. Le modèle américain revisité

Les « Petites Italies » de Buenos Aires entre quotidienneté et représentation (1885-1904)

Fernando J. Devoto
Traduction de Antonio Bechelloni

Texte intégral

1La concentration dans un espace urbain spécifique d’un groupe de personnes originaires du même pays peut être traitée à partir de plusieurs approches. Au risque d’apparaître schématique, on peut établir une distinction entre les approches privilégiant les dimensions quantitatives du phénomène et celles qui, au contraire, tentent de cerner l’imaginaire social, associé à des concentrations, réelles ou supposées, de personnes dans certains secteurs d’une ville.

2Quelle que soit l’approche choisie, il convient, au préalable, de rappeler quelques évidences. En premier lieu, les villes ne se conforment pas toutes au même modèle de développement urbain et de distribution de la population. Ensuite, les groupes d’individus qui présentent des niveaux variés de concentration n’ont pas tous les mêmes dimensions, la même cohésion ni des traits pourvus d’un degré comparable de différenciation par rapport à d’autres groupes humains. Dans le cas où les frontières de ces groupes sont définies de façon variable, la distance sociale et donc leur visibilité, peut aussi varier considérablement. Ces précisions ont pour but de rappeler que l’étude de cas proposée ici présente des traits irréductibles et spécifiques qu’il est bon d’avoir à l’esprit si on la compare à d’autres groupes humains situés dans des réalités urbaines différentes.

  • 1 J. Scobie, Buenos Aires del centro a los barrios, Buenos Aires, Solar/Hachette, 1974.

3Un troisième problème est celui de l’échelle spatiale d’observation. Quel espace physique permet d’étudier le mieux l’interaction sociale ? Ici, les problèmes sont de deux ordres : le choix de l’échelle et les sources disponibles. Pour ce qui est du premier, nous avons au moins deux options possibles : les quartiers portant un nom et coïncidant grosso modo avec les divisions administratives (et celles-ci à leur tour avec les paroisses) et le pâté de maisons, l’ensemble de logements se trouvant le long d’une rue entre deux autres rues qui la traversent1. La première échelle permet de réaliser des études comparées plus précises sur la base des données fournies par les recensements. La seconde, en revanche, bien que plus pertinente pour étudier des liens sociaux forts, doit être explorée grâce à des sources nominatives (telles que les domiciles figurant sur les listes des membres de sociétés de secours mutuel) dont la représentativité par rapport à l’ensemble des Italiens est sujette à caution. Par ailleurs, dans ce dernier cas, les images ou les représentations prennent largement le dessus par rapport aux phénomènes sociaux ou urbains. La combinaison des deux échelles semble donc le choix le plus judicieux. Toutefois, dans la mesure où nous nous proposons de comparer des indicateurs empiriques avec des perceptions sociales, nous nous bornerons à l’échelle des quartiers, voire même d’unités plus grandes que les divisions administratives, puisque ce n’est qu’à cette échelle que les problèmes peuvent être efficacement cernés.

4Notre but est de présenter une analyse dynamique de la présence des Italiens dans la ville de Buenos Aires, à partir de ces deux dimensions. Nous examinerons trois moments – 1855, 1887 et 1904 – et nous nous arrêterons sur des secteurs ou des quartiers de la ville qui, caractérisés par une présence italienne significative, sont également marqués par deux dynamiques très différentes. L’un est le quartier La Boca considéré « typiquement » italien ; et l’autre, Balvanera, où la visibilité italienne est beaucoup moindre.

La ville de Buenos Aires et les Italiens dans la deuxième moitié du xixe siècle

  • 2 Archivo General de la Natión, Censo de población de la ciudad de Buenos Aires de octubre 1855, céd (...)
  • 3 A. Taulad, Los planos más antiguos de Buenos Aires, Peuser, 1940.

5Notre point de départ est la ville de Buenos Aires en 1855, année du premier recensement de la population de la ville, effectué selon des critères relativement modernes2. À cette date, Buenos Aires est la capitale de l’état indépendant de Buenos Aires (formé par la province du même nom), qui est séparé des treize autres provinces regroupées dans la Confederación Argentina, avec la ville de Paraná comme capitale. Buenos Aires compte alors 91 000 habitants. La majorité occupe un ensemble de pâtés de maisons regroupés autour du port et de l’actuelle Plaza de Mayo (appelée alors Plaza de la Victoria) ainsi que de l’axe qui, partant de là, va vers l’ouest, le long de l’ancienne route royale qui relie Buenos Aires à l’intérieur de la future Argentine pour culminer dans le Haut Pérou, la Bolivie actuelle. L’occupation de l’espace est cependant discontinue car il y a de grandes villas et un grand nombre de terrains vagues dans le périmètre de la ville. La carte de Aymez (carte 1), quoi que légèrement postérieure et concernant une ville qui a accru sa population et son équipement, reste une des meilleures de l’époque ; elle montre bien ce processus3. Comme on peut le constater, il existe quelques noyaux isolés, au sud (Barracas al Norte) et au sud-ouest (La Boca) de la ville.

  • 4 G. Masse, Reinterpretación del fenómeno immigratorio y su incidencia en la conformación socio-demo (...)

6En 1855, Buenos Aires est déjà une ville bien plus grande que les autres cités du territoire actuel de l’Argentine. Elle a grandi de façon soutenue pendant la première moitié du xxe siècle, au rythme de l’expansion provinciale de l’économie reposant sur l’élevage (d’abord bovin, ensuite ovin) et du commerce d’importation et d’exportation qui approvisionne la majeure partie de l’actuel territoire argentin : elle est en effet son port naturel d’entrée et de sortie. Cette croissance économique a entraîné une augmentation parallèle de la population, grâce à l’apport de la nouvelle immigration européenne. Le recensement de 1855 montre bien cette évolution. Les étrangers représentent 36 % de la population. Le recensement qui mesure le nombre d’années de résidence dans la ville, permet de suivre la séquence d’arrivée de ces étrangers. Toutefois, l’estimation reste imprécise, car elle surestime les arrivées les plus récentes, moins affectées par le phénomène des retours et par la mortalité plus basse que lors des arrivées précédentes. En ce sens, le moment des arrivées massives d’étrangers coïncide avec les vingt-cinq ans précédents (1830-1855)4.

7Ceux que le recensement enregistre alors comme Italiens (même si le royaume d’Italie n’existe pas encore) sont 10 000, soit 11 % de la population globale. Ils dépassent largement les deux groupes d’étrangers suivants : les Français (7 %) et les Espagnols (6 %). Cette population « italienne », à prédominance masculine – 263 hommes pour 100 femmes – est pour l’essentiel originaire des provinces de l’ancienne République de Gênes, dans une proportion supérieure à 80 %.

8Dès cette période, le modèle d’insertion des Italiens dans l’espace est celui d’une relative dispersion. On les trouve dans les douze arrondissements de la ville. L’arrondissement où ils sont le plus nombreux est celui de Montserrat qui, à lui seul, compte 12,5 % des individus originaires de la péninsule recensés dans la ville. En revanche, en termes de proportion d’Italiens par rapport au nombre global d’habitants de chaque arrondissement, celui dans lequel leur présence est la plus importante, est celui de Barracas al Norte (28,7 %).

9La dispersion des Italiens peut être imputée à plusieurs facteurs liés aux chaînes migratoires et aux caractéristiques du peuplement d’une ville dans laquelle existent de nombreux espaces libres et où le prix des terrains est assez bas. Il faut également signaler la dispersion des Italiens sur le plan socioprofessionnel. La plupart sont artisans dans des secteurs variés : bâtiment (7 % de tous les Italiens), secteur alimentaire ou menuiserie (4 % pour chacun). De nombreux Italiens sont aussi agriculteurs et fermiers agricoles (4 %), commerçants de détail (7 % de l’ensemble) et de gros (1,5 %) de la ville ; notons enfin quelques rares membres de professions libérales et des enseignants (0,5 %). Si l’activité professionnelle influe, au moins partiellement, sur la façon dont on se situe dans l’espace, la diversité socioprofessionnelle, ainsi que les facteurs mentionnés plus haut aident à comprendre cette dispersion.

10Pour importante que puisse être la dispersion, comme le montre le recensement, une zone de la ville est considérée comme « typiquement » italienne, ou mieux génoise : il s’agit de La Boca, incluse dans l’arrondissement de Barracas al Norte où les Italiens y constituent à peu près la moitié des 1 500 habitants de l’arrondissement. Sur ces 750 Italiens, 94 % environ sont originaires de la Ligurie, proportion bien supérieure aux autres quartiers de la ville. Qui plus est, 25 % viennent d’une seule petite ville de la côte ligurienne, Varazze et 15 % de plus d’une autre petite ville, Recco. Cette présence ligurienne s’explique par plusieurs raisons. Tout d’abord, comparés à l’ensemble des Italiens et de la population, les originaires de Ligurie y sont relativement plus nombreux que dans le reste de la ville. Ensuite, l’installation des Liguriens dans cette zone a coïncidé avec son premier peuplement. Quelques sources signalent la présence de certaines activités maritimes liées au mouillage de navires dès le xviiie siècle, mais la véritable occupation de l’espace remonte à l’arrivée des Génois. Ces derniers ont développé un ensemble d’activités liées à la navigation dans les rivières du bassin du Plata : patrons de bateaux et membres de leurs équipages, constructeurs et réparateurs de bateaux, entrepôts maritimes et commerce de fruits et légumes, pour ne citer que les principales. Cette présence découle enfin du type de construction en bois et tôle qui reproduisait celles en usage sur la côte ligurienne, tout en s’adaptant aux contraintes d’un sol nondable. Ces facteurs donnent une grande cohésion au groupe ligurien de La Boca et accentuent sa visibilité.

  • 5 Abattoirs où l’on sale ensuite la viande (NDT).
  • 6 F. Devoto, « Los orígenes de un barrio italiano en Buenos Aires a mediados del siglo xix », en el (...)

11Plusieurs facteurs contribuent à l’installation des Liguriens à La Boca. Située au confluent de la petite rivière du Riachuelo avec le Rio de la Plata, La Boca constitue un lieu privilégié pour les activités maritimes à faible tirant d’eau, car le Riachuelo est le seul abri naturel se prêtant au mouillage et à la réparation de petits navires sur les berges de la ville. Mais il présente aussi un inconvénient majeur : cette zone basse et soumise à des inondations fréquentes a la réputation d’être insalubre en raison des miasmes provenant du Riachuelo émanant des saladeros5 installés en amont qui y déversent tous leurs déchets6.

12Un élément de l’insertion de La Boca dans le cadre de la ville doit être souligné. La Boca se trouve à moins de 2 km de l’ancienne Plaza de la Victoria, centre de la ville, mais c’est une zone isolée des autres peuplements de l’arrondissement de Barracas al Norte vers l’Ouest comme du centreville situé au nord-ouest. Quelques terrains vagues étendus la séparent des premiers et le caractère impraticable, par temps de pluie, d’un tronçon du Camino Nuevo – qui relie les derniers contreforts de San Telmo à La Boca – la coupe du second. Par ailleurs, La Boca est isolée puisque la première ligne de diligences établissant un contact régulier n’est pas mise sur pied avant 1855 ; de plus, elle est dépourvue de la plupart des institutions caractérisant les autres quartiers de la ville. Il n’existe ni église (la première chapelle date de 1859 et les paroissiens doivent aller jusqu’à San Telmo) ni association volontaire connue. La première école communale est créée en 1855, le tribunal du juge de paix en 1870 et l’Église (San Juan Evangelista) en 1872. Les rares rues existantes, si on peut les appeler ainsi, ne sont pas pavées – le goudron apparaît pour la première fois sur la vieille route en 1867 – et jusqu’en 1855 elles sont dépourvues de nomenclature officielle ; la présence de l’État ne s’exprime que par l’existence de la Capitainerie du Port.

13En revanche, dans d’autres quartiers de la ville les Italiens en tant que tels ont une visibilité nettement moins marquée, parce que, tout en étant parfois, comme à Montserrat ou San Miguel, plus nombreux qu’à la Boca, leur poids sur l’ensemble de la population est respectivement de l’ordre de 9,3 % et 13 %. Quant au quartier de Balvanera, à l’ouest de la ville, les Italiens y résidant représentent 6,1 % de l’ensemble des Italiens et 10,4 % des habitants de l’arrondissement. Dans ce dernier, les Liguriens constituent à leur tour 74 % des Italiens, soit une proportion moins importante qu’à La Boca. De même, dans le quartier de Balvanera, les Liguriens ont des origines diverses selon des proportions différentes, si on les compare à ceux de La Boca. Ceux venus de Varazze et de Recco sont pratiquement absents alors que l’on peut constater une présence significative d’originaires de Chiavari et de Lavagna. Par ailleurs, dans cette zone, les Italiens semblent très présents dans un autre type d’activité, celle des maraîchers. Investis dans la production de fruits et légumes, ils figurent également parmi les commerçants au détail et de gros de ces denrées, en particulier sur les marchés d’approvisionnement et de commercialisation du quartier.

14Concluons sur cette première période, par deux remarques. Si les Italiens se répartissent de façon variée dans l’espace urbain, on peut en dire autant en ce qui concerne les niveaux régionaux et locaux, ou villageois. Dans ce sens, si l’on examine des zones géographiques d’origine distinctes, les modèles d’installation sont différents. Ainsi, à l’échelle d’une commune, alors que les Italiens originaires de certaines communes (Varazze) sont très concentrés en un seul quartier, ceux issus d’une autre commune, (Chiavari) se répartissent dans tous les arrondissements de la ville. Ceci incite à travailler avec les fiches originales du recensement qui pourtant ont été peu exploitées par les chercheurs ; pour Buenos Aires, elles ne sont pas disponibles avant 1895. Même quand elles existent – c’est le cas pour les recensements de 1869 et 1895 – elles ne portent pas l’indication de la commune et de la région d’origine des immigrants.

1887, moment de transition

  • 7 G. Bourdé, Urbanisation et immigration en Amérique Latine, Buenos Aires/Paris, Aubier, 1974.
  • 8 Censo general de la población, edificación, comercio e industria de la ciudad de Buenos Aires, Cap (...)

15En 1887, la population de la ville se multiplie par quatre et atteint le chiffre de 433 000 habitants. Cette année est aussi celle de l’expansion administrative de la ville qui va bientôt devenir la capitale fédérale de l’Argentine ; on lui annexe alors les villages proches de Belgrano et de Flores. Après quoi la dimension spatiale, multipliée par quatre sur le plan administratif, fait de Buenos Aires une des plus grandes agglomérations urbaines au monde (190 km2)7. Il subsiste d’énormes espaces vides, notamment la zone du sud-est et une bonne partie des zones récemment incorporées, qui préfigurent l’expansion ultérieure de la cité. Au recensement de 1887, avant l’incorporation des nouvelles zones, il y a 89 habitants à l’hectare alors qu’en 1869, ils étaient 43,5. L’élargissement ramène ce chiffre à 23,6, très inégalement repartis car de nombreux espaces sont vides8. Ce sont cependant ces derniers qui vont rendre possible la poursuite d’une expansion horizontale qui sera à son tour conditionnée par la forme prise par le peuplement comme par le type de constructions. La ville grandit à partir du centre grâce à une succession de lotissements spéculatifs installés dans les zones périphériques qui, allant de pair avec l’expansion du réseau de transports urbains, font naître de nouveaux quartiers. Toutefois, le vieux centre se transforme aussi à son tour en se déplaçant vers le nord de la ville, au fur et à mesure du déménagement des élites vers des zones nouvelles et de la construction du nouveau port (1888) le long de la ville. Par ailleurs, le type de construction – des maisons basses d’un seul étage et, plus rares, de deux – explique aussi cette rapide dilatation spatiale.

  • 9 Ibid., t. II.

16La croissance de la population est impressionnante pendant les trente ans, ou à peine plus, séparant les deux recensements et elle le sera également pendant les deux décennies suivantes. L’immigration soutient cette augmentation spectaculaire en se maintenant à des niveaux élevés tout au long de la période. En 1887 les étrangers représentent 53 % de la population9 et comme toujours, les Italiens constituent le principal apport. Le pic est atteint en 1887 : les Italiens, à eux seuls, totalisent 32 % des habitants de la ville. On pourrait soutenir que toute la ville de Buenos Aires est une « petite Italie », surtout si on tient compte du fait que parmi les adultes, en particulier les hommes, les Italiens représentent la majorité de la population de la ville.

  • 10 Archivio Storico Ansaldo (Genova), Fondo Ferdinando Perrone, b. 8, f. 1.
  • 11 Référence au XX Septembre 1870, date d’entrée des troupes du Royaume d’Italie dans la Rome papale (...)

17Plusieurs tableaux récapitulatifs du recensement montrent que ce poids quantitatif va de pair avec une présence très forte dans la plupart des groupes socioprofessionnels. Les Italiens regroupent 52 % des commerçants de la ville, 57 % des « artisans et industriels » et même 20 % des médecins10 ; ils sont donc très visibles dans l’espace urbain. Des témoins de l’époque se souviennent ainsi que lors du 20 septembre11, date de la fête nationale des Italiens, la ville, couverte de drapeaux, traversée par des défilés, regorgeant de manifestations de rue, pleine d’odeurs, de saveurs et de sons propres à la péninsule, semble une ville italienne.

18La dispersion des pionniers, le poids du nombre, la très grande diversification socioprofessionnelle et la réussite sociale relative qui permet de quitter en peu de temps les quartiers du centre-ville pour obtenir de meilleurs loyers dans les quartiers nouveaux ou devenir propriétaire sont autant de raisons qui expliquent l’insertion des Italiens dans l’ensemble des quartiers de la ville. La proportion des Italiens y est naturellement variable. Les données disponibles ne permettent pas de mesurer le phénomène avec une précision suffisante pour établir des comparaisons, la délimitation des arrondissements du recensement ayant changé plusieurs fois entre 1855 et 1904, mais elles suffisent pour apprécier approximativement la situation dans les quartiers étudiés. La Boca (arrondissement n° 20) a diminué son poids relatif puisqu’il ne réunit plus que 7,7 % de tous les Italiens de la ville. Les arrondissements n° 7, 8 et 9 correspondant à la zone de Balvanera, mais sur la base de délimitations différentes de celles de 1855 et de 1904, réunissent 13,5 % des Italiens. Parfois, comme à La Boca, les Italiens regroupent 41 % de l’ensemble des habitants et dans les arrondissements n° 7, 8 et 9, ils sont 34 %. Ainsi dans une ville où tous les arrondissements accueillent des Italiens, La Boca reste le seul où ils y occupent une place majeure, suivi par Balvanera. Par ailleurs, l’examen de la distribution des commerçants italiens, dont dépend beaucoup, on l’a vu, la « visibilité » d’un quartier, montre que 14 % se trouvent à la Balvanera et 9 % à La Boca. Quand aux « artisans et industriels », 2 % résident à Balvanera et 9 % dans La Boca.

  • 12 G. Rosoli, Las organizaciónes católicas y la immigración italiana en Argentina, in F. Devoto, G. R (...)
  • 13 Bien qu’à proprement parler, il ne s’agissait pas d’une église ethnique, elle s’était considérée d (...)
  • 14 S. Baily, « Las sociedades de ayuda mutua y el desarrollo de una comunidad italiana en Buenos aire (...)
  • 15 Centre-ville (NDT).
  • 16 100 anni del Circolo Italiano, Buenos Aires, Buenos Aires, Frigerio, 1974. Settanta anni di vita d (...)

19Les institutions ethniques sont une autre composante de cette visibilité. Elles sont d’une grande variété, notamment de type mutualiste dans les deux quartiers, avec un avantage pour La Boca. Depuis 1876, les Salésiens marquent la présence d’un clergé italien sous forme de deux paroisses, San Juan Evangelista à La Boca puis en 1878, celle de San Carlos, à l’ouest de Balvanera, à Almagro12. Cependant beaucoup d’institutions italiennes majeures parmi les plus emblématiques – les deux sociétés de secours mutuel Unione e Benevolenza et la Nazionale Italiana, la vieille Église Mater Misericordiae13 et le Fascio Massonico Italiano – se trouvent dans l’arrondissement n° 13 de Montserrat14. Ces organismes forment le coeur de la présence institutionnelle italienne et de son élite dirigeante, même si l’élite sociale et économique se trouve ailleurs : le Circolo Italiano est installé depuis 1901 sur la calle Florida dans la zone connue comme centro15 où le sont également les principales institutions économiques, Banco y Camera Italiana di Commercio. Tout ceci renforce cette impression de dispersion que nous avons déjà évoquée16. Par ailleurs, la présence des Italiens dans l’arrondissement de Montserrat est moins importante en chiffres, absolus et relatifs, par rapport à celle de cet autre groupe immigré que sont les Espagnols.

201887 est un moment de transition dans la vie de Buenos Aires ainsi que dans le mode d’insertion des Italiens dans la ville. C’est un pic du point de vue du poids des Italiens dans la population globale et aussi une date charnière dans leurs passages de certaines zones de la ville à d’autres : c’est alors que la vieille zone de La Boca perd son poids relatif et absolu. La dispersion l’emporte désormais même si dans les deux zones où la présence italienne est la plus importante, La Boca et Balvanera, la première continue à monopoliser une « visibilité » italienne bien supérieure à celle de son déclin numérique.

1904 : naissance de la métropole

21En 1904, date du troisième recensement de la ville de Buenos Aires, celle-ci a poursuivi sa prodigieuse croissance. Elle compte alors 951 000 habitants. Le territoire de la ville s’est largement étendu tout en laissant des zones non occupées, notamment le sud-ouest de la ville et les zones contiguës aux limites administratives. Néanmoins, le modèle d’expansion reste le même que celui de la période précédente : des rayons concentriques depuis le centre de la ville, une extension plus horizontale que verticale. Le recensement de 1904 reflète bien les grandes restructurations de l’espace urbain central, liées partiellement à la création du parc immobilier de l’appareil administratif d’un État en pleine croissance ainsi qu’à un projet de « modernisation » ou d’européanisation : les deux tendent à gommer les traits coloniaux de la ville. Le centre a été complètement réorganisé, notamment avec la construction de la Avenida de Mayo reliant le palais présidentiel de la Plaza de Mayo au nouveau bâtiment monumental du Congrès qui sera bientôt inauguré. L’apparition, à la fin du xixe siècle, des tramways électriques, réduit aussi les distances dans la ville.

  • 17 Censo general de edificación, Comercio e Industrias de la Ciudad de Buenos Aires, Buenos Aires, Co (...)

22La ville ayant poursuivi son expansion horizontale, la densité d’habitants par hectare (51) y est bien moindre que celle des principales capitales européennes (Paris, 340 ; Berlin, 285 ; Londres, 145) ; elle est comparable, voire légèrement supérieure à celle des grandes villes nord-américaines (New York, 46 ; Chicago, 36), investies par un processus de croissance rapide fondé sur l’immigration17. Elle est également légèrement supérieure à la densité de 1887. La densité est un indicateur significatif permettant de réfléchir au type et à l’intensité des liens sociaux.

23En 1904, les étrangers représentent 45 % des habitants de la ville. Dans ce contexte, les 230 000 Italiens de Buenos Aires constituent 24 % de la population, soit une diminution relative par rapport à l’ensemble des habitants et l’ensemble des étrangers. On a affaire aux mêmes modèles d’insertion, dispersés dans l’espace urbain mais ils présentent des niveaux différenciés de concentration au sein des vingt sections dans lesquelles est maintenant divisée la ville (carte 2). 8,7 % des Italiens vivent dans l’arrondissement n° 4 (San Juan Evangelista, quartier de La Boca) et autant dans l’arrondissement n° 8 (San Cristobal nord, contigu à Balvanera, inclus jadis administrativement dans ce quartier) ; 8,1 % habitent dans l’arrondissement n° 3 (Santa Lucia, Barracas contigu à La Boca), 8 % dans l’arrondissement n° 9 (Balvanera ouest), 7, 5 % dans l’arrondissement n° 19 (Pilar, quartier nord limitrophe à Balvanera) et 5,3 % dans l’arrondissement n° 10 (Balvanera sud). Les Italiens sont donc dispersés dans les zones nouvelles contiguës au riche nord, dans le sud, relativement appauvri, ainsi que dans les autres zones relativement nouvelles du centre/ouest de la ville.

24Le tableau ne change guère si l’on examine la proportion d’Italiens sur l’ensemble des habitants de chaque arrondissement. Les Italiens représentent 32,7 % de la population à La Boca (4e arrondissement), 32,2 % à Balvanera sud (10e arrondissement), 29,6 % dans le 8e arrondissement (San Cristobal), 27,7 % à Balvanera ouest (9e arrondissement), 24,1 % à Barracas (3e arrondissement), et au Pilar (19e arrondissement) 19,6 %. La proportion d’Italiens à La Boca tend à baisser, tout en restant cependant la plus élevée à l’échelle de l’arrondissement.

25Si l’on observe les choses au-delà des limites artificielles des subdivisions territoriales établies par le recensement, il semble évident que les Italiens se concentrent dans deux zones de la ville. L’une se trouve au sud (La Boca et Barracas, 3e et 4e arrondissements), où vivent 38 532 Italiens, soit 16,9 % du total des Italiens qui composent 26,5 % de la population. L’autre réside au centre/ouest (San Cristobal, Balvanera ouest et Balvanera sud), notamment dans les 8e, 9e et 10e arrondissements où habitent 50 267 Italiens, 22 % des Italiens de la ville correspondant à 29,6 % de la population globale. Ainsi, que l’on compare le sud et le segment du centre/ouest, ou La Boca (3e) et une partie de l’ancienne Balvanera (8e-9e-10e) ou enfin des arrondissements spécifiques, le poids relatif des Italiens est du même ordre. Le recensement de 1904 permet également de mesurer la densité de la population par pâté de maisons, c’est-à-dire la zone comprise entre quatre rues, soit généralement 100 m x 100 m, dans le cadre du plan régulier en damier de la ville avec des rues se croisant en angles droits. Or, il y a 125 Italiens pour chaque pâté de maison dans la partie de Balvanera considérée (8e-9e-10e arrondissements) et 104 à La Boca ; cette proportion est encore plus élevée pour la zone du centre/ouest si l’on considère seulement les 3e et 8e arrondissements (163 Italiens par pâté de maison).

26D’autres données livrent un profil précis de chaque zone. À La Boca, la proportion de propriétaires italiens (1807) sur l’ensemble des habitants italiens du quartier est de 9,7 % alors que dans les 8e-9e-10e arrondissements, elle s’élève à 10,1 %. Comparables entre elles, ces données doivent être relativisées : on remarque en effet que dans le quartier de La Boca, la proportion de maisons en bois et non en pierre est plus élevée et même que le nombre de maisons de locataires (conventillos) est plus important. Ces indicateurs montrent que les zones du centre/ouest présentent un aspect assez homogène. Une autre façon d’aborder le sujet serait de mesurer la stabilité relative de chacun des ensembles italiens, à partir des indices de masculinité : 1,4 à La Boca et 1,2 à Balvanera, ce qui correspond aux résultats fournis par d’autres sources. La Boca se convertit en un lieu de première insertion pour un grand nombre d’Italiens récemment arrivés alors que Balvanera, aboutissement des mobilités secondaires, présente des composantes familiales plus stables.

  • 18 E. Zuccarini, Il lavoro degli italiani nella Repubblica Argentina, Buenos Aires, La Patria degli I (...)
  • 19 Banco de Italia y Rio de la Plata, Cien años ál servicio del país, 1872-1972, Buenos Aires, Friger (...)

27D’autres éléments suggèrent que l’axe de la présence italienne dans la ville a changé. Le plus important est l’existence d’un nouvel hôpital italien, centre des institutions communautaires. En 1889, le Comité directeur de l’hôpital décide d’acquérir un terrain pour le construire dans la zone d’Almagro, limitrophe vers l’ouest de Balvanera : les Italiens y poursuivront ensuite leur expansion. L’hôpital sera inauguré en 190118. En 1910, ce sera au tour de la plus importante banque italienne d’Argentine, d’ouvrir une de ses premières succursales dans le 10e arrondissement, ancienne section de Balvanera sud, intitulée désormais barrio del Once19.

  • 20 E. Zuccarini , Il lavoro, op. cit.

28Aux côtés des institutions ethniques, d’autres contribuent à construire les images relatives à l’« ethnicité » d’un quartier. Dans ces institutions qui répondent à des besoins multiples, un groupe particulier peut occuper une position dominante : tel est le cas des marchés de viande. En 1893, un marché de ce type voit le jour à Balvanera : dans son conseil d’administration et chez ses colporteurs, les Italiens, notamment ceux issus de Ligurie, occupent une position dominante. Un an plus tard, un originaire de Chiavari, Davide Spinetto, met sur pied, dans une autre zone de Balvanera, un marché de fruits, légumes et produits alimentaires, le Mercado de Buenos Aires. En 1890, près du lieu où s’installera Davide Spinetto, a pris naissance le Teatro Doria où sont donnés des opéras bon marché et se produisent des cirques ; il disparaîtra mais sera remplacé au même endroit par le Teatro Marconi qui offrira des spectacles analogues. Dans les deux cas, impresarios, spectacles et public seront souvent italiens20. Enfin, les Salésiens, déjà présents comme on l’a vu à Almagro, à l’ouest de cette zone, célébreront le cinquantenaire de leur congrégation en construisant une nouvelle église (Maria Auxiliadora), dont la première pierre sera posée en 1900.

29Bien entendu, dans le quartier de La Boca les institutions italiennes se multiplient, notamment les sociétés de secours mutuel. Pourtant, le quartier est en perte de vitesse par rapport à la ville en pleine modernisation. Et ceci pour plusieurs raisons. D’abord, le déclin du trafic fluvial de cabotage, et donc des activités annexes, suite à l’extension du chemin de fer, qui réorganise toute la circulation économique de l’Argentine. Ensuite, la mise en service du nouveau port, construit en contrefort le long de la ville et qui détrône La Boca de sa place centrale pour les activités maritimes d’outremer. Joue enfin le fait de ne pas avoir trouvé de solution au problème des inondations récurrentes du quartier, ce qui diminue la valeur de la propriété immobilière.

30Au tournant du siècle, les Italiens continuent de se déplacer et ils le feront ensuite vers l’ouest, le long de l’axe représenté par l’avenida Rivadavia. Cette zone résidentielle fait preuve d’un dynamisme bien plus grand que celui du quartier de La Boca, transformé, suite à la présence de nombreux immeubles de location, en lieu de première installation de nombreux immigrants à leur arrivée, mais lieu de transit pour la majorité d’entre eux. Mais cette présence italienne dans le cœur géographique de la ville ne trouvera pas une présence adéquate dans son imaginaire.

Les quartiers ethniques dans le quotidien social et dans les imaginaires collectifs

  • 21 H. Otero, A. Pellegrino, « Sharing the City : Residence Patterns and Immigrant Integration in Buen (...)

31Les éléments présentés ici suggèrent plusieurs conclusions. La première est que le caractère dominant de la présence italienne dans Buenos Aires apparaît dans la majorité des quartiers de la ville. À cela plusieurs raisons. Joue d’abord le poids du nombre. Tout au long des recensements utilisés comme de ceux qui ont été laissés – 1869, 1887, 1895, 1904 – la présence italienne ne descend jamais au-dessous de 24 % ; elle atteint un niveau de près de 32 % en 1887. Ce poids montre que les Italiens ne se sont pas installés seulement dans une ou deux enclaves de la ville. Le deuxième facteur résulte du premier : cette présence ne s’est pas concentrée en un seul moment mais elle s’est poursuivie tout au long de la période et a accompagné la croissance de la ville. Des vagues successives d’immigrants italiens ont contribué à renforcer cette présence en favorisant des modèles d’installation différents. Troisième facteur, la ville et l’immigration se sont développées de façon simultanée mais différente des autres villes où les Italiens arrivaient dans un espace urbain consolidé ou tout au moins structuré. Il convient enfin de prendre en considération les caractéristiques de l’occupation de l’espace urbain à Buenos Aires : expansion horizontale liée à l’existence d’un grand nombre de terrains libres – à des prix relativement modestes dans les nouveaux quartiers – d’où résultait, on l’a vu, une basse densité par pâté de maison ainsi que des phénomènes importants et relativement rapides de mobilité secondaire. L’existence de zones nouvelles vers lesquelles pouvaient déménager les locataires (avec des loyers moins chers ou des conditions d’habitation meilleures) ou les propriétaires, a aussi favorisé ce modèle d’installation dispersée, montré par les recensements, instantanés inadéquats à rendre compte des dynamiques sociales21.

  • 22 Dans le Haut Molise, actuellement province de Isernia.
  • 23 S. Baily, Immigrants in the Lands of Promise. Italians in Buenos Aires and New York City, 1870 to (...)

32Ce qui précède ne doit pas non plus occulter le fait que, pour dispersée qu’elle ait pu être, la distribution des Italiens n’était pas uniforme. Sur ce point, il faut réfléchir à cette notion d’Italiens. Si, en tant que tels, ils présentent des modèles de dispersion sur le territoire, on ne peut en dire autant aux échelles régionales et surtout communales. De ce point de vue, certains groupes, très ramifiés grâce au rôle des chaînes migratoires et à la cohésion d’un leadership villageois, étaient assez concentrés. Le cas des immigrés originaires de Agnone22 résidant dans le quartier du Carmen (7e arrondissement, San Nicolás) montre une réalité différente23. Le changement d’échelle explique ces résultats.

33En revanche, il faut dire qu’au-delà de l’omniprésence italienne dans toute la ville, certains quartiers étaient considérés italiens. Nous avons expliqué pourquoi dans les cas de La Boca et la zone de Balvanera. Mais une autre distinction se fait jour. Aux yeux d’un certain nombre d’Italiens qui étaient alors censés faire des choix stratégiques, le présent et même le futur se trouvaient dans la zone de Balvanera ; c’était là le centre de la vie communautaire, en termes quantitatifs et même pour un grand nombre d’activités économiques. C’est là que se dirigeaient les fondateurs du nouvel Hôpital et aussi les entrepreneurs italiens du Banco de Italia y Rio de la Plata. En revanche, à l’extérieur, cette zone ne fut jamais considérée comme une petite Italie. Du point de vue de l’imaginaire social, seule La Boca avait été et serait l’unique quartier italien de Buenos Aires, bien au-delà du fait que son importance numérique ne cessait de diminuer. Plusieurs remarques s’imposent ci. La première est que La Boca était le quartier où l’insertion était la plus ancienne ; sa perte de poids relatif apparaît dans les données quantitatives mais bien plus lentement dans les perceptions. En d’autres termes, on a affaire ici à des processus sociaux se déroulant à des vitesses différentes, à la variation sur les temps de l’histoire, évoquée par Fernand Braudel. Les univers imaginaires changent à un rythme plus lent que les transformations sociales quotidiennes et l’expérience concrète des gens. La seconde remarque, liée à la précédente, concerne les traits extérieurs et les stéréotypes. La Boca était et devait l’être pour longtemps un quartier ethnique car il était le premier à avoir été perçu comme tel : en effet, il était ou il était devenu tipico. La « visibilité » vient ici de l’accumulation de lieux communs au fil du temps (« lieu des Italiens ») ajoutés à plusieurs facteurs extérieurs : forme des logements ou activité économique particulière, ici les activités maritimes.

  • 24 J. L. Borges, « El congreso », in Obras completas, Buenos Aires, Emecé, 1989, tome II, p. 20-32. E (...)

34Il ne faut pas exclure enfin que le phénomène ait été lié à une autre question. Le succès économique et l’ascension sociale des Italiens, si évidents à s’en tenir aux données des recensements, ne correspondaient jamais complètement à l’« image » que se faisaient des Italiens les élites, intellectuelles et sociales, argentines. Comme l’ont signalé deux écrivains fort différents, Jorge Luis Borges et Ernesto Sábato, être italien ne fut jamais prestigieux à Buenos Aires24. La Boca était une zone relativement pauvre, avec de nombreux inconvénients et qui plus est, marginale dans la ville. La zone de Balvanera était bien davantage une zone « typique » des nouvelles classes moyennes émergentes. On ne peut dire pour autant qu’elle n’était pas associée à l’immigration, mais cette image était plus proche du stéréotype des enfants des immigrants que des immigrants eux-mêmes. La Boca était aussi le quartier de l’anticléricalisme d’abord, du socialisme – en 1904 y fut élu le premier député socialiste d’Amérique – puis de l’anarchisme. Bien qu’il y eût autant d’Italiens dans l’Église ou dans l’Armée argentines, une longue tradition les associait exclusivement à ces composantes, sur le plan de l’imaginaire.

35Avec le temps, les historiens, eux aussi réceptacles de bien des images mythiques jaillissant des sources qu’ils consultent et les véhiculant avec les œuvres qu’ils écrivent, réitèrent ces images en leur conférant une durée dans le temps. Découvrir que les choses, une fois examinées à partir des chiffres nus des recensements, étaient différentes n’inverse pas nécessairement le tableau. Cette expérience nous rappelle seulement que si les images, les préjugés et les stéréotypes ne structurent pas les dynamiques sociales, ils influent néanmoins sur elles. Elle nous rappelle aussi que la complexité du processus historique se révèle parfois dans la tension entre « réalités » et « représentations ».

Notes

1 J. Scobie, Buenos Aires del centro a los barrios, Buenos Aires, Solar/Hachette, 1974.

2 Archivo General de la Natión, Censo de población de la ciudad de Buenos Aires de octubre 1855, cédulas censales.

3 A. Taulad, Los planos más antiguos de Buenos Aires, Peuser, 1940.

4 G. Masse, Reinterpretación del fenómeno immigratorio y su incidencia en la conformación socio-demográfica de la ciudad de Buenos-Aires en el siglo xix, tesis de Maestría en Demografia Social, Universidad Nacional de Luján, 1992.

5 Abattoirs où l’on sale ensuite la viande (NDT).

6 F. Devoto, « Los orígenes de un barrio italiano en Buenos Aires a mediados del siglo xix », en el Boletín del Instituto de Historia Argentina y Americana Dr. E. Ravignani, 3e série, n° 1, 1989, p. 93-114.

7 G. Bourdé, Urbanisation et immigration en Amérique Latine, Buenos Aires/Paris, Aubier, 1974.

8 Censo general de la población, edificación, comercio e industria de la ciudad de Buenos Aires, Capital Federal de la República Argentina, Buenos Aires, Compania Sudamericana de Billetes de banco, 1889, tomo I, p. 121-123.

9 Ibid., t. II.

10 Archivio Storico Ansaldo (Genova), Fondo Ferdinando Perrone, b. 8, f. 1.

11 Référence au XX Septembre 1870, date d’entrée des troupes du Royaume d’Italie dans la Rome papale (NDT).

12 G. Rosoli, Las organizaciónes católicas y la immigración italiana en Argentina, in F. Devoto, G. Rosoli (dir.), La immigración italiana en la Argentina, Buenos Aires, Biblos, 1986.

13 Bien qu’à proprement parler, il ne s’agissait pas d’une église ethnique, elle s’était considérée depuis le milieu du xixe siècle et avant la présence salésienne, comme l’Église italienne de Buenos Aires.

14 S. Baily, « Las sociedades de ayuda mutua y el desarrollo de una comunidad italiana en Buenos aires, 1858-1918 », Desarrollo Económico, n° 84, 1984, p. 490-491.

15 Centre-ville (NDT).

16 100 anni del Circolo Italiano, Buenos Aires, Buenos Aires, Frigerio, 1974. Settanta anni di vita della Camera di Commercio Italiana nella Repubblica Argentina (1884-1954), Buenos Aires, Netta Hnos., 1955.

17 Censo general de edificación, Comercio e Industrias de la Ciudad de Buenos Aires, Buenos Aires, Compañia general de Billetes de banco, 1960.

18 E. Zuccarini, Il lavoro degli italiani nella Repubblica Argentina, Buenos Aires, La Patria degli Italiani, 1910.

19 Banco de Italia y Rio de la Plata, Cien años ál servicio del país, 1872-1972, Buenos Aires, Frigerio Artes Gráficas, 1972.

20 E. Zuccarini , Il lavoro, op. cit.

21 H. Otero, A. Pellegrino, « Sharing the City : Residence Patterns and Immigrant Integration in Buenos Aires and Montevideo », in S. Baily, E. Miguez (dir.), Mass Migration to Modern Latin America, Wilmington, Jaguar Books, 2003, p. 81-112.

22 Dans le Haut Molise, actuellement province de Isernia.

23 S. Baily, Immigrants in the Lands of Promise. Italians in Buenos Aires and New York City, 1870 to 1914, Ithaca and London, Cornell UP, 1999. R. Gandolfo, « Notas sobre la elite de una comunidad emigrada en cadena : el caso de los agnoneses », in Estudios Migratorios Latinoamericanos, n° 8, 1988, p. 137-155.

24 J. L. Borges, « El congreso », in Obras completas, Buenos Aires, Emecé, 1989, tome II, p. 20-32. E. Sabato, Sobre héroes y tumbas, Buenos Aires, Fabril, 1961.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540