Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Première partie. Le modèle américain revisité

Quartiers italiens et Petites Italies dans les métropoles canadiennes

Bruno Ramirez
Traduction de Éric Vial

Texte intégral

  • 1 Caffé Italia, Montréal, réalisé par P. Tana, Montréal, Prod. ACPAV, 1985. Pour une excellente synt (...)

1Dans le documentaire intitulé Caffé Italia, Montréal, Carmine De Angelis, jeune enseignant né à Montréal de parents italiens, dit : « Quand je vais dans la Petite Italie, pour moi c’est comme rentrer dans une espèce de musée ; je regarde, j’observe, je m’assois prendre un café – mais ce que je vois ne correspond pas à ma réalité personnelle. C’est quelque chose qui fait partie d’un autre temps, d’une autre époque. » Son épouse, Marta Bonato, dont l’interview s’entrecroise avec la sienne, est plus ambiguë quant à son état d’esprit face à cet espace socioculturel que tous deux appellent « Petite Italie ». D’un côté, elle refuse de s’identifier à l’image de l’italianité qui, pour elle, se dégage des rues, des cafés, des boutiques. De l’autre, elle affirme ne pas pouvoir se passer de s’y rendre de façon régulière. « J’aime aller m’asseoir dans un bar italien, savourer l’arôme du café, faire mes courses au marché Jean-Talon, acheter les journaux italiens… Cette sorte d’attirance que j’éprouve est même devenue plus forte avec les années1. » Aux États-Unis, les observateurs des phénomènes interculturels auraient défini Carmine et Marta comme des « Week-end ethnics ». À Montréal, comme nous le verrons, les choses sont beaucoup plus complexes.

2Nous sommes alors en 1984 et, non sans déchirures, plus que toute autre dans l’histoire de la présence italienne à Montréal, la génération de Carmine et de Marta vit les transformations en cours dans son groupe d’origine et dans les rapports entre la minorité italo-canadienne et l’ensemble de l’univers urbain. C’est peut-être la première génération à pouvoir exprimer ses problèmes d’identité. Et les évolutions historiques et démographiques la contraignent à le faire au moment où cette partie de la ville cesse d’être un simple « quartier italien » pour devenir « la Petite Italie de Montréal ». Une composante historique, symbolique, culturelle majeure se cache derrière cet apparent paradoxe, passé en grande partie inaperçu chez les chercheurs, peut-être parce qu’il était considéré comme une « normal occurrence » dans une métropole en continuelle expansion territoriale et démographique, connue de plus pour son dynamisme culturel. Ce paradoxe apparent mérite d’être « déconstruit », en le plaçant au cœur des réflexions qui suivent.

  • 2 Sur le Canada, cf. R. Harney, « Toronto’s Little Italy, 1885-1945 » in Little Italies in North Ame (...)

3Commençons par une précision conceptuelle. Ce que l’historiographie appelle « quartier italien » est un phénomène urbain observable de manière empirique, quelque chose que les historiens ont pu reconstituer depuis les premières enclaves résidentielles jusqu’au moment où la présence italienne est sinon statistiquement majoritaire, du moins dominante dans l’espace social, économique et culturel2.

  • 3 R. Harney, « Ambiente and Social Class in North American Little Italies », Canadian Review of Stud (...)

4Comme on le sait, à partir des années 1920, la sociologie urbaine d’abord, puis l’histoire traditionnelle, l’anthropologie et enfin la nouvelle « histoire sociale » des années 1970 et 1980, ont étudié la formation de tels quartiers, leurs articulations spatiales, institutionnelles et culturelles, et, pour citer Robert Harney, l’« ambiente » qui les caractérisait3. Dans cette acception empirico-urbaine, et si l’on porte son regard sur l’ensemble de l’Amérique du Nord, dans les grandes villes et les métropoles, il s’est rarement agi d’un seul quartier italien, mais plutôt de plusieurs. Montréal et Toronto, les deux principales métropoles canadiennes qui, à elles deux, ont reçu presque la moitié de tous les Italiens ayant immigré dans le pays, sont loin de constituer des exceptions.

  • 4 Pour une tentative récente que l’on doit considérer comme fondamentale pour la compréhension de ce (...)

5Il est plus difficile d’établir quand et comment ces « quartiers » ont été définis ou connus comme des « Petites Italies » et quelles significations furent données à cette expression4, car dans ce cas nous avons affaire à une définition qui est avant tout une construction sociale et découle moins de données statistiques que de dynamiques symboliques. De fait, aujourd’hui, à Montréal et à Toronto, existent plusieurs quartiers qui, sur le plan démographique et spatial, correspondent à la définition des « quartiers italiens », mais à une seule « Petite Italie ».

  • 5 J. Boissevain, The Italians of Montreal : Social Adjustment in a Plural Society, Ottawa, 1971. Dan (...)

6En examinant un plan de Montréal à la fin de la première grande vague d’immigration interrompue par la Grande Crise, on peut observer plusieurs concentrations d’habitants. Elles justifient l’appellation de « quartiers italiens » dans la mesure où au besoin élémentaire d’occuper des logements économiquement accessibles et proches de parents et d’amis5, s’est ajoutée la présence d’une série de « services » (paroisse, commerces d’alimentation, sociétés de secours mutuel, lieux de distraction, organismes d’assistance) facilitant les rapports interindividuels entre résidents italiens et favorisant la reproduction de formes de sociabilité et de comportements culturels.

  • 6 R. Breton, « Institutional Completeness of Ethnic Communities and the Personal Relations of Immigr (...)
  • 7 Le quartier en question est délimité au sud par la rue Beaubien et au nord par la rue Jean-Talon. (...)
  • 8 B. Ramirez, Les premiers Italiens, op. cit., p. 59-62.
  • 9 Témoignage de Costanzo D’Amico, in B. Ramirez, Les premiers Italiens, op. cit., p. 118.

7Mais un de ces quartiers se détache par l’importance de sa concentration résidentielle, et surtout parce qu’il a été le premier noyau permanent ayant rapidement atteint ce que le sociologue Raymond Breton a qualifié de « complétude institutionnelle6 ». Situé à la limite nord de la ville, dans un district connu sous le nom « Mile-End », il représente pour nombre de résidents italiens une alternative au premier quartier apparu dans une zone mal famée du centre-ville7. Dès le début du xxe siècle, l’attrait principal de ce nouveau secteur pour les nouveaux venus découle de la large disponibilité de lots à bas prix et de terrains aux alentours. Cela permet de poursuivre et souvent de concrétiser le rêve de devenir propriétaire de la demeure familiale et de disposer d’une arrière-cour, qui, même petite, permettait de cultiver un potager8. Selon les mots d’un des premiers habitants, « à cette époque, dans ce quartier, il n’y avait que des champs – très peu d’édifices. Beaucoup d’Italiens ont commencé à venir ici. Il y en avait qui s’achetaient des lots, mais beaucoup venaient dans ce quartier parce qu’ils pouvaient se faire un jardin9 ».

8Dans le même temps, le quartier est intégré à un réseau de transports publics (tramways) facilitant l’accès aux lieux de travail dans la ville.

Ménages italiens à Montréal en 1901.

Ménages italiens à Montréal en 1901.

Source : Répertoire d’adresses de la ville de Montréal (Lovell), 1901.

Ménages italiens à Montréal en 1921.

Ménages italiens à Montréal en 1921.

Source : Répertoire d’adresses de la ville de Montréal (Lovell), 1921.

  • 10 B. Ramirez, « Los Molisanos y la formaciòn de la comunidad italiana de Montreal, 1900-1930 », Estu (...)

9Depuis 1910, la concentration de résidents italiens a atteint un niveau justifiant la création de la première paroisse spécifique, Notre-Dame-dela- Défense. Autour d’elle, évoluent une série d’institutions d’éducation, d’assistance et de loisirs, et des fêtes qui en font un moteur essentiel de la sociabilité du quartier10. La densité de l’habitat favorise aussi l’implantation progressive d’un réseau de commerce et de services « ethniques », ainsi que la naissance d’une petite classe d’entrepreneurs sensibles aux préférences de leurs compatriotes en matière de consommation. Enfin, durant les années 1930, est construite une imposante Maison d’Italie. Celle-ci hébergera les bureaux de diverses sociétés de secours mutuel et d’associations civiques, devenant ainsi le centre névralgique de la vie associative de la ville.

  • 11 C. Baily, « The Social Structure of the Italian and Ukrainian Immigrant Communities in Montreal, 1 (...)

10Durant l’entre-deux-guerres, tel un fleuve qui voit converger différents affluents, le quartier du Mile-End a un rôle moteur pour l’italianité montréalaise, et fonctionne comme « référence fondamentale » de la population italienne résidant dans d’autres secteurs11. Il conserve ce rôle pendant une bonne partie du second après-guerre, quand un flux bien plus important d’immigrants italiens arrive dans la ville.

  • 12 J. Boissevain, The Italians, op. cit., p. 3-5.

11La première enquête scientifique sur la présence italienne à Montréal, menée en 1965 par l’anthropologue hollandais Jeremy Boissevain, montre que pas moins de cinq paroisses se sont ajoutées aux deux précédemment existantes, et que le nombre de quartiers abritant de fortes concentrations de résidents italiens s’est multiplié dans les mêmes proportions. La population des fidèles des nouveaux quartiers, au total, est de loin supérieure à celle de Notre-Dame-de-la-Défense, mais le quartier du Mile-End a conservé son rôle de centre institutionnel et symbolique pour l’ensemble de la population italienne de la métropole12. Dans bien des cas même, la formation de ces nouveaux pôles est la conséquence du déplacement d’Italiens abandonnant leurs anciennes implantations pour chercher ailleurs des conditions de logement plus convenables : on se trouve donc confronté au processus plus ample de « suburbanisation » caractérisant alors de vastes zones de l’Amérique du Nord.

  • 13 F. Hawkins, Canada and Immigration : Public Policy and Public Concern, Montréal, 2e ed., 1988. B. (...)

12De plus dans ces années-là, l’immigration italienne entre dans une phase de déclin, jusqu’à cesser virtuellement au début des années 1970. Cela fait partie d’un phénomène plus vaste qui touche d’autres flux en provenance d’Europe et qui marque le début d’une notable réorganisation des mouvements de population vers le Canada ; ce phénomène découle en grande partie de la libéralisation des politiques d’immigration, laquelle ouvre la porte à de nouveaux courants venus d’Asie, du Moyen-Orient, de l’Amérique centrale et des Caraïbes13. Le quartier du Mile-End est loin d’être épargné par cette nouvelle situation. De fait, il connaît un net renouvellement de sa population. e nombreux Italiens qui y résidaient sont désormais décédés ou ont déménagé ailleurs, ouvrant ainsi la voie à l’installation de nouveaux groupes ethniques. Mais dans de nombreux cas, leurs « établissements », transmis à leurs enfants ou transférés à d’autres compatriotes, survivent et l’ossature institutionnelle reste, sinon intacte, du moins en état de marche.

  • 14 J. E. Zucchi, Italians in Toronto : Development of a National Identity, 1875-1935, Kingston and Mo (...)

13Un processus analogue d’implantation urbaine et de distribution résidentielle a lieu à Toronto dans la même période. Partant de leur quartier de première arrivée (« The Word »), caractérisé par la surpopulation et par des logements précaires et malsains, les Italiens se déplacent vers de nouveaux pôles résidentiels au nord et au nord-ouest du territoire de la ville ; rapidement l’un de ces nouveaux quartiers, qui sera connu sous le nom de « College Street », va s’imposer face aux autres comme centre principal des activités communautaires14. Il conserve ce rôle durant tout l’après-guerre, même lorsque des processus de recomposition démographique, semblables à ceux rencontrés dans le « Mile-End », amènent de nombreux Italiens vers des pôles résidentiels de la banlieue de Toronto tandis que s’installent de nouvelles minorités. Mais cela n’empêche pas le quartier de conserver une structure commerciale et de services tout à fait adéquate aux besoins de la population italienne du lieu, et des secteurs voisins.

  • 15 Pour une tentative d’analyse historico-comparatiste des implantations italiennes dans les villes d (...)

14Il est important de souligner que, contrairement à ce qui s’est passé dans de nombreux quartiers italiens d’autres métropoles nord-américaines au cours de l’après-guerre, le secteur du Mile-End comme celui de College Street ne sont que peu ou pas touchés par les projets de rénovation urbaine transformant à l’époque le visage des villes du continent, ce qui leur a permis de conserver un tissu résidentiel et commercial plus ou moins intact15.

  • 16 Pour la valeur heuristique du concept de « reconnaissance » et ses significations les plus larges (...)

15Si dans les années suivantes, comme nous le verrons, ces deux quartiers sont reconnus par le public comme les « Petites Italies » de Montréal et de Toronto, ce développement n’est pas qu’une donnée interne à l’histoire des deux communautés italo-canadiennes. Dans cette perspective, il devient en effet nécessaire d’élargir notre regard à l’ensemble du paysage urbain dont ces deux quartiers étaient partie intégrante, et en particulier à l’évolution des rapports entre minorité italienne et Canadiens de souche, francophones ou anglophones. Dans les deux contextes métropolitains, en effet, se greffèrent des processus de reconnaissance agissant aussi sur l’espace urbain, et influant en particulier sur l’émergence des deux Petites Italies comme manifestation d’une territorialisation positive de l’italianité16.

16Malgré leur statut marginal sur le plan économique et professionnel, et l’image prédominante de « communautés repliées sur elles-mêmes », à la fin de la seconde vague migratoire terminée au début des années 1970, les Italiens étaient devenus, aussi bien à Montréal qu’à Toronto, la plus grosse minorité parmi les communautés dites « allophones », c’est-à-dire issues de l’immigration et d’origine autre que française ou anglo-saxonne.

  • 17 K. Mac Roberts, Misconceiving Canada : The Struggle for national Unity, Toronto, 1997, chapitre 5. (...)
  • 18 R. Harney, « Frozen Wastes : The State of Italian Canadian Studies », in Perspectives in Italian I (...)

17Leur croissance numérique, tout comme celle des autres minorités immigrées, coïncidait avec une période d’intenses débats identitaires dans la société civile canadienne, conduisant en 1971 à la promulgation par le gouvernement fédéral de la politique du multiculturalisme. Celle-ci représentait un geste indubitablement important, et visait à promouvoir la reconnaissance des cultures immigrées et de leur statut d’égalité dans la société canadienne. Mais au-delà de sa charge rhétorique et de ses bonnes intentions, le multiculturalisme répondait surtout à une rationalité politique, en vue d’une gestion harmonieuse de la diversité culturelle du pays17. En effet, la reconnaissance conférée par cette politique aux groupes minoritaires restait en grande partie formelle, et s’appuyait sur une connaissance très limitée, par le public, de la réalité des différentes minorités ethnoculturelles, qui n’étaient jusqu’alors en aucune façon prioritaires dans les milieux scientifiques. Cette insuffisance de connaissances apparaissait comme particulièrement problématique, voire embarrassante, en ce qui concerne une minorité comme les Italiens, dont la présence dans les deux métropoles était importante et qui, pour beaucoup de Canadiens, représentait l’incarnation même de l’altérité immigrée18. Dans ces conditions, les années 1970 et 1980 prennent une signification historique particulière : elles ont en effet montré à quel point les parcours d’une vraie reconnaissance ont été liés à des programmes étatiques et dans quelle mesure ils ont au contraire été tracés par la lente et difficile interaction entre groupes sociaux dans les différents spaces où peuvent jouer la société civile et la culture ; et cela jusqu’à la production de connaissances favorisant des ouvertures réciproques et posant ainsi les bases pour la forme de cosmopolitisme particulière au Canada.

18À Montréal, plus qu’à Toronto, de tels parcours se sont dénoués sur un terrain complexe du fait de la conjoncture politique et culturelle spécifique caractérisant le Québec de ces années-là.

  • 19 P.-A. Linteau, « The Italians of Québec : Key Participants in Contemporary Linguistic and Politica (...)

19La croissance du nombre des Italiens et leur présence dans les différentes sphères de la société civile du Québec vient en effet coïncider avec une des principales mutations politiques et culturelles de l’histoire récente du Canada, l’affirmation d’un sentiment national parmi les francophones de la Province et la construction d’un mouvement politique dont l’objectif final était l’indépendance de celle-ci. Dans cette perspective de transformation politique radicale, la revendication intermédiaire la plus importante était la « francisation » du régime linguistique local, objectif qui a occupé plusieurs gouvernements locaux depuis la fin des années 1960. Et ce fut en plein dans ce climat d’affirmation identitaire que les Italiens émergèrent comme le groupe allophone s’opposant le plus à ces politiques linguistiques, dans la mesure en particulier où elles insistaient sur l’obligation pour les enfants d’allophones de fréquenter les écoles francophones. L’opposition des Italiens mobilisa une bonne partie de leur réseau associatif, et explosa finalement en 1969 dans les rues de Saint-Léonard, commune de la banlieue de Montréal, quand des centaines de parents italo-québécois se heurtèrent à des militants nationalistes19.

20De ce fait, aux stéréotypes culturels en grande partie négatifs qui avaient accompagné le groupe italien tout au long de l’après-guerre, s’ajoutait maintenant le fait d’être perçu comme une entrave au projet indépendantiste et, pour beaucoup de Québécois, comme un allié, conscient ou non, de leurs principaux adversaires politiques, le gouvernement fédéral et la puissante minorité anglo-saxonne pro-fédéraliste de la province.

21Ce sont là les principales dynamiques politiques et culturelles dominant les rapports entre majorité francophone québécoise et minorité italienne au moment où le mouvement indépendantiste accède au pouvoir provincial. Ces rapports subirent une nouvelle détérioration lors de la première réforme politique entreprise par le nouveau gouvernement « péquiste » (épithète créée à partir du Parti québécois), l’instauration d’un nouveau régime linguistique (loi 101, « Charte de la langue officielle »). Les Italiens – comme les autres groupes allophones – n’auront alors d’autre choix que de respecter le nouvel ordre linguistique et, qu’ils le veuillent ou non, de se soumettre à ses règles en matière de scolarisation.

  • 20 Autant de façons d’être québécois, Plan d’action à l’intention des communautés culturelles, Québec (...)

22Dans les années suivantes, l’on assiste à la convergence de deux mouvements qui auront un impact déterminant sur l’image publique des Italiens et la perception de cet espace ethnique connu de plus en plus comme la « Petite Italie » de Montréal. De maintes façons, ils fournissent la trame principale d’un « processus de reconnaissance » de l’altérité italienne. Le premier est la promulgation d’une politique culturelle reflétant une authentique tentative du nouveau gouvernement pour orienter, voire impliquer, les minorités allophones dans le projet indépendantiste. La concrétisation de cette politique est confiée à un nouveau ministère créé pour l’occasion, le ministère des Communautés culturelles et de l’Immigration. Il est dirigé par un poète et ancien journaliste jouissant d’une solide estime dans la population, Gérald Godin, lequel, soit dit en passant, fait preuve d’une sensibilité exceptionnelle face à l’œuvre émergente de jeunes poètes italo-québécois20. Sans aucun doute, beaucoup de programmes lancés par le ministère visaient à concurrencer les programmes fédéraux existant déjà dans le cadre du multiculturalisme. Mais dans le même temps ils exprimaient une volonté claire de mieux faire connaître la réalité de ces communautés.

  • 21 P. Anctil, « L’actualité émigrante au petit écran : la série Planète à Radio-Québec », Questions d (...)

23La plus singulière de ces initiatives, du fait de son rôle dans la création d’un « savoir public », est la Série Planète, lancée en 1979 par la chaîne de télévision publique provinciale Radio-Québec. Celle-ci, en effet, a invité de jeunes réalisateurs allophones, dont certains font leurs premières armes sur le petit écran, et leur fournit les moyens de réaliser une série de courts documentaires, de 27 minutes, en leur donnant toute liberté quant au choix des sujets. Les minorités répondant à l’appel sont regroupées en douze « communautés », et l’initiative donne lieu au total à pas moins de 68 films, diffusés hebdomadairement durant les deux années suivantes21. Pour la première fois dans l’histoire de la télévision québécoise, le public, ou au moins la « tranche » la plus engagée du point de vue culturel, peut « découvrir » une part importante de la réalité humaine, sociale et culturelle cachée derrière ces enclaves ethniques éparpillées sur le territoire des métropoles. Six de ces documentaires sont consacrés à la communauté italienne, et confiés à deux jeunes réalisateurs italo-montréalais, Nicola Zavaglia (2) et Paul Tana (4) qui, par la suite, s’affirmeront dans les milieux cinématographiques du Québec. Ils traitent par exemple des difficiles conditions de travail et d’existence des premiers manœuvres italiens dans les chantiers de construction des chemins de fer, de la situation de la femme italienne dans l’économie industrielle et familiale de Montréal, des ambivalences des jeunes de la seconde génération face à la fermentation identitaire et culturelle des Franco-québécois. Avec le recul, sans nul doute, cette série a marqué le début d’une nouvelle sensibilité des médias de la province par rapport à la diversité ethnoculturelle qui caractérise toujours davantage l’univers urbain, et en particulier celui de Montréal.

24Dans cette conjoncture de découverte et d’ouverture à l’altérité ethnoculturelle, un événement en tous points extérieur au contexte québécois présenté jusqu’ici joue un rôle notable pour fixer le territoire ethnique des Italiens sur la carte mentale montréalaise. Il s’agit de la victoire italienne au championnat du monde de football, à l’été 1982. Même si, dans pratiquement tous les quartiers italiens du Canada et d’ailleurs, on a assisté au même moment à des scènes de liesse, le Mile-End fut littéralement envahi par des milliers d’Italiens et d’autres, comme en réponse à un mot d’ordre implicite. Parmi les multiples drapeaux tricolores, beaucoup de banderoles et de pancartes amenées là et exhibées par les manifestants comportaient les mots « Petite Italie », comme si l’exploit héroïque de l’équipe italienne avait servi à mettre en valeur un quartier déjà connu du public comme expression de l’italianité montréalaise. La présence de nombreuses équipes de télévision a contribué à multiplier ces images de façon exponentielle et, ensuite, les reportages des quotidiens locaux les ont diffusées davantage encore. Depuis, les médias audiovisuels ou imprimés ont fait référence de façon régulière à ce quartier comme à la « Petite Italie », accentuant ainsi sa signification symbolique dans le paysage ethnoculturel plus large de la cité.

25L’autre évolution est l’arrivée, dans le paysage public, d’une nouvelle génération d’Italo-québécois, nés sur place de parents immigrés ou immigrés en bas âge, ainsi que l’impact, même indirect, de leurs créations pour une meilleure connaissance de leur ethnie. Il faut dire tout de suite que dans le passé, le discours tenu par l’élite italienne immigrée pour valoriser son groupe vis-à-vis de la société canadienne s’était appuyé, de façon tout à fait hagiographique, sur l’épopée glorieuse des navigateurs italiens, découvreurs des Amériques et du Canada, et, en alternance, sur les success stories de certains d’entre eux comme démonstration des qualités intrinsèques du peuple italien. Ces discours avaient produit et véhiculé une mémoire artificielle du groupe, purement instrumentale, avec des visées politiques. Cette mémoire, en d’autres termes, ne provenait pas de l’expérience réelle des immigrés, et leur parlait peu ou pas du tout dans leurs tentatives pour s’adapter au « nouveau monde », leurs efforts d’apprentissage d’une vie pluri-culturelle, ou leurs efforts et ceux de leurs enfants pour donner un sens à une existence à réinventer.

26Mais maintenant, la génération des Carmine et des Marta, après avoir acquis les instruments intellectuels nécessaires en fréquentant les colleges universitaires et, de plus en plus, les universités locales, se lançait dans une œuvre de création théâtrale, littéraire, cinématographique. L’un de ses résultats était de faire tomber le « voile du silence » qui avait enveloppé leurs pères et leurs mères, et empêché la société québécoise de percevoir « les Italiens » au-delà des stéréotypes en vigueur jusque-là.

  • 22 B. Ramirez, « Il Canada, l’immigrazione, e il multiculturalismo. Genesi di una storiografia », Stu (...)

27Quelques années plus tard, la New Immigration History, certes dans sa variante canadienne, a fait des rapports de continuité entre les sociétés de départ et d’arrivée un de ses principaux axiomes, en utilisant de multiples sources venant de l’une et de l’autre, en élaborant des techniques « longitudinales » et de « jumelage » pour reconstituer les transferts non seulement des populations de tel village ou de telle province, mais aussi des traditions, des usages, des mentalités, ainsi que leur rôle dans les processus d’adaptation22. Entre-temps, cette continuité, mêlée de ruptures émotives, était rendue publique par le travail de création de poètes, de narrateurs, de dramaturges et de cinéastes s’inspirant de l’expérience migratoire des couches paysannes et prolétariennes dont la plupart d’entre eux était issue.

  • 23 J. Pivato, Italian-Canadian Writers : a preliminary Survey, Ottawa, 1988. Quêtes. Textes d’auteurs (...)

28Dans la majorité des cas, il s’est agi d’expressions artistiques, soumises, bien entendu, aux canons de l’esthétique mais en même temps génératrices de connaissances. En cela, elles ont exprimé une volonté de se mettre en avant qui, indépendamment des mérites artistiques des œuvres, met en scène des personnages réels, parfois poussés par leurs rêves, parfois confrontés à des drames personnels, mais toujours placés dans des situations existentielles dans lesquelles les lecteurs ou les spectateurs ne peuvent pas ne pas se reconnaître ou du moins avec lesquelles ils ne peuvent pas ne pas s’identifier, comme du reste dans toutes les œuvres exprimant des valeurs humaines universelles. En outre, dans la mesure où cette activité créatrice répondait aussi à un besoin identitaire chez leurs auteurs, la « matière première » dont ils s’inspiraient devint nécessairement biographique, c’est-à-dire fournie par le « vécu migratoire » personnel de leurs parents, ou de leurs familles, ou de leurs connaissances, ou de gens du même village, et aussi par la variété de leurs itinéraires personnels et les ambiguïtés qu’ils nourrissaient quant au sentiment « d’appartenance23 ».

  • 24 M. Micone, Triologia : gens du silence, Addolorata, déjà l’agonie, Montreal, VLB, 1996. S. Sherry, (...)

29Dans le même temps, ces œuvres, en français ou en anglais, s’adressaient au public québécois et revendiquaient de façon indirecte un « droit de citoyenneté artistique ». De fait, la reconnaissance et l’appréciation positive ne tardèrent pas à venir. Signalons en particulier, du fait de leur réception par les milieux culturels et le grand public montréalais, l’œuvre théâtrale de Marco Micone et celle, cinématographique, de Paul Tana. Le premier perça en 1979 avec sa pièce, Gens du silence, tableau dramatique de la condition quasi subculturelle dans laquelle, selon l’auteur, sombraient les immigrés italiens. L’œuvre suscita un grand intérêt dans les milieux culturels et fut vite intégrée au patrimoine théâtral du Québec. Dans les années suivantes, Marco Micone a approfondi sa recherche dramaturgique avec deux autres pièces au travers desquelles émergent les principaux éléments de ce qu’il devait appeler une « culture émigrante24 ».

30Une plus grande visibilité a été donnée à la réalité sociale et culturelle des Italiens, en partie du fait de la nature même du média, par l’œuvre du cinéaste Paul Tana. En 1985 son film Caffé Italia, Montréal fut présenté au festival annuel du cinéma québécois, « Les rendez-vous du cinéma québécois ». Il s’agit d’un documentaire montrant la présence italienne à Montréal depuis les premières arrivées dans la ville. Fondé en grande partie sur une recherche historique originale, le film fait aussi un large usage de témoignages, dont certains émanent d’immigrants arrivés avant la Grande Guerre. Ils sont complétés par du matériel d’archives et des scènes de fiction à travers lesquels sont traités quelques moments particulièrement importants de l’histoire des Italiens de Montréal. L’œuvre obtint le prix du meilleur film produit au Québec dans l’année, et fut tout de suite reconnue par les principaux médias, non seulement pour sa valeur artistique mais aussi pour ce qu’elle révélait quant à la réalité italienne et pour les connaissances apportées.

  • 25 The Gazette, 26 septembre 1985.
  • 26 Le Devoir, 21 septembre 1985 ; les italiques sont de l’auteur du présent article.
  • 27 Télé, 3/10 mai 1986.
  • 28 La Presse, 30 avril 1986, p. A5 ; les italiques sont de l’auteur du présent article.

31Deux des quotidiens de Montréal, de fait, soulignèrent l’impression de découverte que le film faisait naître chez le spectateur. Pour le premier, c’était « a unique and revealing Look at the Italo-Montreal Experience25 », tandis que la critique cinématographique du Devoir, Francine Laurendeau, s’émerveillait du fait que « plus on fouille le sujet, plus on se rend compte de sa foisonnante richesse » ; elle ajoutait que « l’immigrant de Caffé Italia se raconte avec une dignité souriante qui force le respect26 ». Selon un autre critique, Luc Perrault, le film avait su lever le voile recouvrant le passé et le présent du groupe italien : « Le passé revit. Et le présent s’éclaire dans ces témoignages, dont certains très émouvants, disent la difficile intégration de ces nouveaux venus27. » Mais ce fut Gérald Leblanc qui sut le mieux exprimer la valeur politico-culturelle du film, en l’insérant dans le contexte des tensions ayant caractérisé dans le passé les rapports entre Italiens et Canadiens français. Après avoir constaté que « on retrouve dans Caffé Italia de merveilleuses images de cet apport italien à la vie montréalaise… », il ajoutait : « fait par les Italiens, ce film pourrait constituer un début important dans la réconciliation entre ces deux composantes de la communauté montréalaise28 ».

  • 29 Pour une appréciation plus ample sur l’œuvre de P. Tana, cf. F. Salvatore et A. G. Migdal, Le ciné (...)

32Le film, dont les séquences initiales et finales se déroulent au cœur du Mile-End, dans un café/bistrot dont le vrai nom est justement « Caffé Italia », ainsi que dans les rues avoisinantes, a été régulièrement rediffusé par les chaînes locales, et a contribué de façon notable à fixer la localisation de la « Petite Italie » dans l’espace public montréalais29. Dans le même temps, de jeunes écrivains italo-québécois avaient déjà commencé une production poétique et romanesque, et l’un d’entre eux, Fulvio Caccia, a obtenu en 1994 la plus haute reconnaissance littéraire canadienne, le Prix du Gouverneur général, pour son recueil de poésie Aknos.

33Il faut souligner ici que Toronto aussi, dont la population italo-canadienne est trois fois supérieure à celle de Montréal, ressent dans ces années-là l’impact positif d’œuvres de création d’auteurs italo-canadiens, surtout dans le domaine de la poésie et du roman. Mais il me semble permis de supposer que cet impact a été moins large et que la reconnaissance de la part des milieux culturels anglo-saxons a été plus lente.

  • 30 B. Ramirez, « Les études ethniques et le multiculturalisme au Canada : vers des nouvelles perspect (...)
  • 31 Nous pensons à la reconnaissance qui a été accordée, à la suite de leur succès critique et commerc (...)

34Bien que cette hypothèse mérite une analyse plus approfondie, il semble clair que dans les deux cas, les mécanismes de réception de l’altérité n’ont pas fonctionné de la même façon. Et très probablement, y a contribué la tendance du multiculturalisme canadien à mettre l’accent sur l’essentialisme dans les phénomènes ethniques ou, ici, dans les productions culturelles. Cela s’est manifesté dans la tendance des institutions culturelles à classer les œuvres d’auteurs de souche immigrée comme des « ethnic Works » (« ethnic Literature » ; « ethnic Cinema », etc.). Malgré la rhétorique égalitaire du multi-culturalisme, une telle attitude cachait une propension à la hiérarchisation et ne pouvait que conduire à une marginalisation des œuvres30. Ce fut le cas dans un premier temps, avant que la « logique du marché » n’intervienne pour équilibrer la situation et sanctionner une reconnaissance effective31.

35Il est vrai que, par rapport au Canada anglophone, l’ouverture à l’altérité immigrante s’est manifestée avec un certain retard au Québec francophone, en grande partie du fait de l’absorption des énergies sociales et culturelles par les aspirations nationalitaires et la lutte pour la reconnaissance que les Franco-québécois eux-mêmes ont dû mener. Mais une fois l’altérité vue et perçue comme faisant partie intégrante de l’univers spécifique de Montréal, l’accent a été mis moins sur ses caractères essentialistes et plus sur sa nature dynamique ainsi que sur son potentiel interactif. Déjà, dans les premiers énoncés du ministère des Communautés culturelles, le terme « ethnic » et ses dérivés ont été presque bannis et remplacés par l’expression « interculturalité », qui devait mettre l’accent sur le caractère dynamique des rapports entre cultures et sur la dimension de réciprocité impliquée par une telle interaction.

  • 32 P. L’Hérault, « L’intervention italo-québécoise dans la reconfiguration de l’espace identitaire qu (...)

36Ces commentaires pourraient sembler abstraits, mais l’expérience de la revue culturelle Vice Versa, à Montréal, aide à mettre en lumière la spécificité du contexte offert par cette ville. Fondée en 1984 par de jeunes intellectuels et artistes italo-montréalais, cette revue se voulait une forme d’intervention critico-culturelle au sens le plus large de l’expression. Dès son premier numéro, la ligne éditoriale était de publier des textes, non seulement en italien mais aussi en français et en anglais, formule qui en fait fonctionna et caractérisa la revue jusqu’à sa disparition en 1996. Plus pertinent pour notre propos est le fait qu’elle obtint la collaboration d’artistes et d’écrivains du Québec francophone, parmi les plus connus, créant autour d’elle un climat d’échanges et de reconnaissance réciproque qui eut, dans la conjoncture politico-culturelle délicate déjà présentée, un rôle notable dans la diffusion de l’image et de la perception positive de l’italianité dans les milieux culturels montréalais32.

37Malgré les différences historiques et culturelles entre les deux villes, différences qui de toute façon sembleraient assez limitées si l’on faisait la comparaison avec la situation de l’italianité dans le contexte urbain des États-Unis, les processus de reconnaissance ont eu, tant à Montréal qu’à Toronto, un rôle essentiel dans la reconfiguration symbolique de l’espace urbain et l’émergence des « Little Italies » comme marqueurs positifs de l’italianité. Et dans la mesure où cette reconnaissance a été réelle, l’on pourrait ajouter que, pour maints habitants des deux villes, l’existence d’une « Piccola Italia » dans leur univers métropolitain répondait à une nécessité de territorialisation de l’italianité et de perception de cet espace urbain comme une composante essentielle du cosmopolitisme de leur cité.

38Naturellement, mettre l’accent sur cette attitude positive vis-à-vis de l’italianité ne doit pas conduire à une vision idéalisée des dynamiques interculturelles plus générales à l’œuvre dans les deux métropoles canadiennes. Un autre article serait nécessaire pour analyser les implantations des nouvelles populations asiatiques, antillaises ou africaines, et les images que ces quartiers ont fait naître dans l’opinion publique.

  • 33 . M. El Yamani, « La construction médiatique du “Bronx” de Montréal » in Le quartier Côte-des-Neige (...)

39En réalité, les attitudes envers les Italiens en tant qu’ethnie acceptée et reconnue semblent encore plus « positives » parce qu’elles contrastent souvent avec une vision sinon négative du moins ambivalente de ces groupes de couleur arrivés dans les trente dernières années. Et par voie de conséquence, au moins dans le cas de Montréal, il est facile d’opposer une image valorisée de la « Piccola Italia » et celle, négative, qui s’est construite autour du quartier Côte-des-Neiges, le lieu de plus grande concentration de ces nouvelles populations, connu par beaucoup comme « le Bronx de Montréal33 ».

Conclusion

40Une recherche plus approfondie mettrait sans nul doute en lumière les mécanismes institutionnels mis en route durant les trente dernières années et ayant conduit à la consécration publique d’une « Petite Italie » de Montréal et d’une « Toronto’s Little Italy ». Ces mécanismes se sont concrétisés par des « gestes publics » comme de nouveaux noms de rues, l’inauguration de plaques commémoratives avec cérémonies publiques, des festivals « italiens », l’inclusion des deux Petites Italies dans les guides touristiques officiels des deux provinces et, à Montréal, la reconnaissance de la paroisse Notre-Dame-de-la-Défense comme « patrimoine historique » du Québec.

41Les réflexions présentées ici ont au contraire voulu privilégier les dynamiques symboliques qui ont accompagné la transformation des anciens « quartiers italiens » en « Petites Italies » ou « Little Italies ». Il s’agit, bien entendu, d’une symbolique complexe et souvent cachée, tout comme les parcours de l’altérité dans un paysage ethnoculturel en continuelle mutation. Cette symbolique, en outre, reflète la variété des fonctions acquises par ces espaces. Pour certains, qu’il s’agisse des Marta et des Carmine ou de tant d’autres Italo-canadiens, leur fréquentation satisfait un désir de mémoire – un appui sur le passé de leurs parents ou de leur peuple qui a encore un sens pour eux dans un univers identitaire en recomposition perpétuelle. En même temps, pour de nombreux Canadiens anglophones ou francophones, être conscients de l’existence de ces lieux représente l’aboutissement d’un processus de reconnaissance de l’altérité « italienne » difficilement réversible dans les perspectives culturelles et politiques du pays. Et parmi eux, il y a naturellement ceux qui fréquentent ces endroits soit pour le plaisir de consommer des produits et des services appartenant désormais à leurs pratiques culturelles, soit pour chercher un contact, même éphémère, avec une Italie imaginaire.

Notes

1 Caffé Italia, Montréal, réalisé par P. Tana, Montréal, Prod. ACPAV, 1985. Pour une excellente synthèse historique sur l’immigration et la présence italienne au Canada, cf. F. Sturino, « Italians », in Encyclopedia of Canada’s Peoples, sous la direction de R. Magosci, Toronto University of Toronto Press, 1999, p. 787-832. Cf. aussi B. Ramirez, Les Italiens au Canada, Ottawa, brochure n° 14, « Les groupes ethniques au Canada », 1989.

2 Sur le Canada, cf. R. Harney, « Toronto’s Little Italy, 1885-1945 » in Little Italies in North America, ed. by R. Harney et V. Scarpaci Toronto, 1981, p. 41-62. B. Ramirez, Les premiers Italiens de Montréal : naissance de la Petite Italie du Québec, Montréal, 1984. J. Zucchi, « Italian Hometown Settlements and the Development of an Italian Community in Toronto, 1875-1935 », in Gathering Place : Peoples and Neighbourhoods of Toronto, 1834-1945, ed. by R. Harney, Toronto, MHSO, 1985, p. 121-146. J. Zucchi, Italians in Toronto : Development of a National Identity, 1875-1935, Kingston et Montreal, 1988.

3 R. Harney, « Ambiente and Social Class in North American Little Italies », Canadian Review of Studies in Nationalism, vol. 2, 1975, p. 208-224.

4 Pour une tentative récente que l’on doit considérer comme fondamentale pour la compréhension de cette problématique, cf. D. Gabaccia, « Global Geography of “Little Italy” : Italian Neighbourhoods in Comparative Perspectives », Modern Italy, vol. 11, n° 1, februray 2006, p. 9-24.

5 J. Boissevain, The Italians of Montreal : Social Adjustment in a Plural Society, Ottawa, 1971. Dans cette enquête de terrain menée à Montréal dans les années 1960, J. Boissevain a relevé que plus de la moitié des Italiens de son échantillon avaient choisi d’habiter dans le même édifice où habitaient des familiers ou des parents, ou à cinq minutes de ceux-ci.

6 R. Breton, « Institutional Completeness of Ethnic Communities and the Personal Relations of Immigrants », American Journal of Sociology, vol. 70, n° 2, 1964, p. 193-205.

7 Le quartier en question est délimité au sud par la rue Beaubien et au nord par la rue Jean-Talon. Les limites est et ouest sont marquées, respectivement, par la rue Saint-Denis et la rue Saint-Urbain. Il faut signaler que depuis peu, le nom de « Mile-End » a été progressivement appliqué à un district situé immédiatement au sud du territoire dont nous parlons ici.

8 B. Ramirez, Les premiers Italiens, op. cit., p. 59-62.

9 Témoignage de Costanzo D’Amico, in B. Ramirez, Les premiers Italiens, op. cit., p. 118.

10 B. Ramirez, « Los Molisanos y la formaciòn de la comunidad italiana de Montreal, 1900-1930 », Estudios migratorios latinoamericanos, XV, n° 44, 2000, p. 37-56.

11 C. Baily, « The Social Structure of the Italian and Ukrainian Immigrant Communities in Montreal, 1935-37 », M. A. thesis, Sociology, McGill University, 1939.

12 J. Boissevain, The Italians, op. cit., p. 3-5.

13 F. Hawkins, Canada and Immigration : Public Policy and Public Concern, Montréal, 2e ed., 1988. B. Ramirez, « La immigración y la politica inmigratoria en Canada en los siglos XIX y XX : del imperio a la globalisación », Estudios migratorios latinoamericanos, XVIII, n° 53, 2004, p. 43-74.

14 J. E. Zucchi, Italians in Toronto : Development of a National Identity, 1875-1935, Kingston and Montréal, p. 34-67.

15 Pour une tentative d’analyse historico-comparatiste des implantations italiennes dans les villes du Canada et des États-Unis, cf. B. Ramirez, « Decline, Death, and Revival of “Little Italies” : The Canadian and US Experiences Compared », Paper presented at the 2006 Meeting of the Canadian Historical Association, York University.

16 Pour la valeur heuristique du concept de « reconnaissance » et ses significations les plus larges dans les récents débats philosophiques, cf. en particulier C. Taylor, « The Politics of Recognition, » in Multiculturalism and the Politics of Recognition, ed. by A. Gutmann, Princeton, 1992. P. Ricœur, Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock, 2004.

17 K. Mac Roberts, Misconceiving Canada : The Struggle for national Unity, Toronto, 1997, chapitre 5. B. Ramirez, « Canada, Immigration and Multiculturalism : Genesis of a Policy, 1950-1971 », in Europe, its Borders and the Others, ed. by L. Tosi, Naples, 2000, p. 141-164.

18 R. Harney, « Frozen Wastes : The State of Italian Canadian Studies », in Perspectives in Italian Immigration and Ethnicity., ed. by S. M. Tomasi, New York, 1977. B. Ramirez, « La recherche sur les Italiens du Québec », Questions de culture, n° 2, 1982, p. 103-112.

19 P.-A. Linteau, « The Italians of Québec : Key Participants in Contemporary Linguistic and Political Debates », in Arrangiarsi : The Italian Immigration Experience in Canada, ed. by R. Perin et F. Sturino, Toronto, 1989, p. 179-208.

20 Autant de façons d’être québécois, Plan d’action à l’intention des communautés culturelles, Québec, 1980. M. Pâquet, Tracer les marges de la cité : étranger, immigrant et État au Québec, 1627-1981, Montréal, 2005, p. 214. S. Taschereau, « Un ministère en quête d’identité : entrevue avec M. Gérald Godin, », Quaderni Culturali, Montréal, n° 2, I, 1982.

21 P. Anctil, « L’actualité émigrante au petit écran : la série Planète à Radio-Québec », Questions de culture, n° 2, 1982, p. 55-80.

22 B. Ramirez, « Il Canada, l’immigrazione, e il multiculturalismo. Genesi di una storiografia », Studi Emigrazione, n° 101, mars 1991, p. 49-58.

23 J. Pivato, Italian-Canadian Writers : a preliminary Survey, Ottawa, 1988. Quêtes. Textes d’auteurs italo-québécois, édité par F. Caccia et A. D’Alfonso, Montréal, Guernica, 1983.

24 M. Micone, Triologia : gens du silence, Addolorata, déjà l’agonie, Montreal, VLB, 1996. S. Sherry, « Speaking with Authority : the Theatre of Marco Micone » Canadian Literature, n° 106, Fall, 1985, p. 57-63.

25 The Gazette, 26 septembre 1985.

26 Le Devoir, 21 septembre 1985 ; les italiques sont de l’auteur du présent article.

27 Télé, 3/10 mai 1986.

28 La Presse, 30 avril 1986, p. A5 ; les italiques sont de l’auteur du présent article.

29 Pour une appréciation plus ample sur l’œuvre de P. Tana, cf. F. Salvatore et A. G. Migdal, Le cinéma de Paul Tana, Montréal, Balzac-Le Goriot, 1997.

30 B. Ramirez, « Les études ethniques et le multiculturalisme au Canada : vers des nouvelles perspectives », Revue internationale d’études canadiennes, n° 3, printemps 1991, p. 171-181.

31 Nous pensons à la reconnaissance qui a été accordée, à la suite de leur succès critique et commercial, à des artistes « minoritaires » anglophones, tels le réalisateur Atom Egoyan et le romancier Nino Ricci.

32 P. L’Hérault, « L’intervention italo-québécoise dans la reconfiguration de l’espace identitaire québécois », in Italies imaginaires du Québec, édité par C. Fratta et É. Nardout-Lafarge, Montréal, Fides, 2003. L. Tassinari, « La ville continue. Montréal et l’expérience trans-culturelle de Vice Versa », Revue internationale d’action communautaire, vol. 21, n° 61, 1989, p. 57-61.

33 . M. El Yamani, « La construction médiatique du “Bronx” de Montréal » in Le quartier Côte-des-Neiges à Montréal, édité par D. Meintel et V. Piché, Paris, L’Harmattan, p. 29-52.

Table des illustrations

Titre Ménages italiens à Montréal en 1901.
Légende Source : Répertoire d’adresses de la ville de Montréal (Lovell), 1901.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6563/img-1.png
Fichier image/png, 315k
Titre Ménages italiens à Montréal en 1921.
Légende Source : Répertoire d’adresses de la ville de Montréal (Lovell), 1921.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/6563/img-2.png
Fichier image/png, 396k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540