Version classiqueVersion mobile

Le français, une langue pour réussir

 | 
Françoise Argod-Dutard

3e partie. La langue française, un atout pour la vie sociale

La maîtrise du français et d’autres langues, facteur de bonne intégration et de promotion dans l’entreprise ?

Odile Canale, Odile Challe, Catherine Hénaff, Jean Marcel Lauginie, François Renaud et Claude Truchot

Note de l’éditeur

Synthèse suggérée par les échanges entre les auteurs et le public au cours de la table ronde qui a eu lieu le mardi 24 avril 2012 à 18 heures au centre de formation d’apprentis Pierre-Cointreau de la Chambre de commerce et d’industrie de Maine-et-Loire, 132 avenue de Lattre de Tassigny, à Angers. Elle a été introduite par Éric Groud, Dominique Brossier, Anne Lebeugle et Samira El Alaoui. Éric Groud, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Maine-et-Loire, après un accueil chaleureux des participants, a dit tout l’intérêt que représente pour l’entreprise la maîtrise du français et d’autres langues avant d’adresser ses remerciements aux Lyriades. Le président des Lyriades de la langue française, après s’être adressé à M. le président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Angers, à Mme la représentante de la mairie d’Angers, à Mme la conseillère régionale, à M. le maire de Liré et au public, a remercié le Centre national de documentation pédagogique (CNDP) pour l’aide apportée à la confection du livret d’accompagnement, l’ENSAM pour son accueil fidèle et tous les partenaires des Lyriades depuis 1999 : « la Délégation générale à la langue française et aux langues de France que nous considérons comme notre tutrice, avec la DRAC des Pays de la Loire en accompagnement ; la région des Pays de la Loire, dont le soutien n’a jamais manqué et qui renouvèle régulièrement les conventions qui nous lient ; le département de Maine-et-Loire qui, dès le départ, a compris la portée du binôme économie et culture, qui a favorisé notre arrivée à Angers, sans pour autant oublier nos origines liréennes, qui nous fait profiter des initiatives du conseil général comme celles des archives départementales ou, cette année, du parcours éducatif en direction des élèves des collèges du département ; la ville d’Angers, qui après quelques années d’observations très bienveillantes, doit prendre maintenant toute la place qui lui revient dans le pilotage de notre association d’intérêt général ; la Chambre de commerce et d’industrie, un symbole essentiel qui donne sens à notre démarche. Il y aurait bien d’autres remerciements à faire en direction, par exemple, des universités, des structures indépendantes, des associations diverses, des personnes physiques qui nous regardent avec amitié. Mais, doit-on faire des remerciements à des amis qui ont compris que nous étions tous responsables, à un titre ou à un autre, de l’entretien, de la promotion et de l’illustration de la langue française ? » Anne Lebeugle, représentante de la mairie d’Angers, après les adresses et remerciements d’usage, a fait part de son sentiment personnel concernant la place de la langue française dans la cité. Samira El Alaoui, représentante de la région des Pays de la Loire, a rappelé que la politique culturelle mise en place dans cette région visait à permettre l’existence d’une vie culturelle accessible à tous, et ce, sur l’ensemble du territoire régional. La langue devait donc y jouer un rôle essentiel.

Texte intégral

  • 2 Odile Canale, chef de la mission Emploi et diffusion de la langue française à la DGLFLF, après la p (...)

1[Odile Canale]2 La maîtrise du français et des autres langues dans les entreprises est une problématique relativement nouvelle, notamment pour une institution comme la Délégation générale à la langue française et aux langues de France. Elle n’a cessé de prendre de l’ampleur depuis plusieurs années, que ce soit dans les entreprises sous l’angle de la formation professionnelle, que ce soit dans les études qui sont consacrées à cette question. Nous avons, à la Délégation générale, mené, en 2007, une enquête avec le centre de l’étude et de l’emploi, sur la question des langues dans l’entreprise et, à la suite des résultats de cette étude, organisé un colloque qui s’appelait « Le français, une langue pour l’entreprise », en décembre 2007. L’implication des pouvoirs publics et, en tout cas, du gouvernement, sur ces questions est donc relativement récente. Les acteurs eux-mêmes dans l’entreprise, portent intérêt à la maîtrise du français, notamment les syndicats qui, depuis plusieurs années, prennent conscience de ce problème et sont très actifs. L’Europe se préoccupe également de cette question : plusieurs études ont été menées ces dernières années sur ce point. L’une d’entre elles a établi, pour la première fois au niveau européen, que les entreprises qui pratiquent le multilinguisme sont les entreprises les plus compétitives, et qu’au contraire, celles qui sont monolingues sont moins performantes. L’Europe organise également des colloques, des séminaires, etc. Une grande étude européenne est en cours (Claude Truchot vous en parlera sans doute) : à côté d’un volet éducatif et concernant les media, figure un volet entreprise. Un grand syndicat, la CGC, a très récemment organisé une journée sur la question des langues dans l’entreprise. C’est donc un sujet au cœur des préoccupations actuelles. Mais il peut également être source de contentieux puisque, depuis quelques années, les entreprises qui ne respectent pas le droit des salariés à travailler en français en France, dans les entreprises françaises, peuvent être lourdement condamnées. Les salariés et les syndicats qui les représentent ont donc bien conscience qu’ils peuvent actionner ce levier quand ils se trouvent face à des manquements caractérisés entraînant stress et souffrance au travail, voire menaçant leur sécurité. En fait, deux séries de questions appellent plus particulièrement l’attention : d’une part, quelles sont les compétences attendues dans l’entreprise par l’employeur et comment la maîtrise du français et d’autres langues permet-elle de mieux réussir dans l’entreprise ? D’autre part, comment la maîtrise du français et d’autres langues permet-elle de mieux faire réussir l’entreprise au plan international ?

La langue dans l’entreprise

  • 3 ronde dont elle était présidente.

2[Jean Marcel Lauginie]3 Le monde de l’entreprise, le monde des affaires bruissent sans cesse d’expressions nouvelles, de termes nouveaux : gagnant-gagnant / cradle to cradle / crowdsourcing / PEP / DEPS / discompteur / SWAP / échange financier / externalisation / GRC / business angel / business plan / plan d’affaires / mercatique / groupe de pression / turn over/ trend / voyagiste / crédit toxique et subprime / to big to fail… ils sont plus de 5 000 et chaque semaine en apporte une dizaine ! Quel champ d’action extraordinaire pour les amoureux des mots, pour les couples professeurs-élèves en formation initiale et professeurs-personnel de l’entreprise en formation continue !

3Comment traiter cette langue française pour en faire un atout pour la réussite de l’entreprise ? Nous nous élevons ainsi d’un échelon, le but suprême étant la réussite de l’entreprise et de son personnel. Cet objectif est commun à l’élève, futur entrepreneur, ainsi qu’à l’entrepreneur actuel et à son personnel. Il s’agit donc d’exprimer cet objectif commun dans la langue de l’élève et dans la langue de l’entreprise. La langue devient l’outil essentiel, le premier moyen, le moyen de base pour rapprocher les points de vue, pour se comprendre : la langue au service de l’élève, la langue au service de l’entreprise avec le rôle des professeurs de toutes les disciplines pour maîtriser et faire aimer le français (et les autres langues), et dégager des règles d’or.

4La langue permet à l’élève d’exprimer son identité, d’exprimer ce qu’il est :

  • seule la langue maternelle permet d’exprimer ce que l’on est. Les yeux des élèves pétillent quand ils découvrent cette vérité ;

  • une autre langue pour exprimer son identité restera toujours incomplète, approximative.

5C’est l’illusion savamment entretenue par les tenants d’une seule langue mondiale : le mythe de la monolangue. Même l’anglais a échoué dans cette mission que certains prétendaient lui donner : le résultat pour la langue anglaise est catastrophique, il n’y a plus une langue anglaise mais une multitude de « mondialais », remarquable néologisme (construit à partir de « mondial » et « anglais ») cité par le Secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, pour évoquer le « globish ».

6La langue permet à l’élève de connaître sa langue maternelle :

  • Bonheur de l’élève de redécouvrir qu’une langue c’est un vocabulaire + une grammaire + un style.

  • Bonheur de découvrir qu’avec 300 mots on est pauvre tandis qu’avec 3 000 mots c’est le début de la richesse ! Ce sont les mailles du filet pour connaître la réalité. C’est déjà un premier aspect de l’efficacité de sa langue.

7Découvrons les autres aspects.

8Elle lui permet de mesurer son efficacité :

9– Respecter l’autre, son partenaire, est la clé et l’avenir de toute relation d’échange et donc de son efficacité, grâce à la maîtrise de sa langue d’une part et en apprenant, en découvrant la langue de son partenaire d’autre part.

10Maîtriser sa langue, c’est s’assurer d’être compris par son partenaire, première forme du respect qu’on lui doit. Mais comment ?

  • En pratiquant l’étymologie (on peut se reporter à la 4e partie des sujets du Mot d’Or sur notre site www.apfa.asso.fr où les exemples sont puisés dans le monde des affaires) ;

  • En améliorant son orthographe (les Dictées du Mot d’Or de Jean-Marc Chevrot sur notre site www.apfa.asso.fr, centrées elles aussi sur le monde des affaires, sont précieuses) ;

  • En pratiquant l’analyse et la synthèse : exigence rappelée par Alain Bentolila à la page 22 de son dernier livre « Au tableau, Monsieur le Président ! Pour une école républicaine » publié chez Odile Jacob (janvier 2012) ;

  • En améliorant son style (ce point relève plus du « français des affaires » traité dans notre 2e partie).

11Apprendre, sinon avoir la volonté de découvrir la langue de l’autre. Là aussi, les yeux pétillent quand notre interlocuteur sent qu’on s’intéresse à sa langue, à sa culture, c’est-à-dire qu’on le respecte. Et cela devient possible grâce aux avancées de la recherche sur l’intercompréhension en langues (Association pour la promotion de l’intercompréhension des langues, APIC, présidée par Françoise Ploquin, courriel : contacts. apic@gmail.com et site www.apic.onlc.fr). L’intercompréhension en langues, cette façon d’être désinhibé par rapport aux langues étrangères, est un bon exemple de cette pédagogie de la graine souhaitée par Alain Beaudot (« considérons les élèves comme des graines et non comme de la terre. La graine est un projet ; la terre n’est que son matériau »), pour conclure cette 1re partie sur l’élève, futur entrepreneur.

12Quelle est-elle cette langue de l’entreprise ? C’est la langue des acteurs de la vie économique, c’est la langue du monde des affaires, c’est le français des affaires.

13Comment se forme-t-il, ce français des affaires ? Comme le prix, le français des affaires se forme au point de rencontre de la langue des offreurs et de la langue des demandeurs. C’est une langue sous influence, l’influence des différents environnements de l’entreprise dont l’environnement institutionnel qui a acquis depuis 40 ans une importance essentielle dans la fabrication du français des affaires : ce sont plus de 2 300 termes, remarquablement définis, qui sont venus irriguer le vaste monde des affaires. Cette remarquable production terminologique d’enrichissement de la langue française est un gage d’efficacité, pourquoi ? C’est tout le problème du mitage de la langue des affaires.

14Pour s’imprégner des risques du mitage de la langue des affaires, il suffit de relire l’éditorial de la Lettre no 11, dont voici un extrait, de Loïc Depecker, président créateur de la Société française de terminologie [www.laterminologie.fr] : « Une langue qui n’a pas les mots pour désigner les réalités nouvelles est condamnée à emprunter. »

15À force d’emprunter, une langue finit par manquer de termes. Il y a « mitage », effritement de la langue, puis basculement d’une langue dans une autre : ne pouvant s’exprimer complètement dans sa langue, on passe à la langue empruntée. Cela s’observe aujourd’hui en Scandinavie. Certaines disciplines n’y sont, à divers niveaux, enseignées qu’en anglais. C’est la « perte de domaine ». Cela a failli arriver en France pour l’économie et les finances, qui ont été préservées grâce au « grand effort de néologie de la Commission de terminologie du ministère de l’Économie et des Finances, créée en 1970 ».

16Cet effort de création terminologique doit continuer, dans l’intérêt même de l’entreprise, pour éviter :

  • La perte de la communication avec le grand public : l’épisode des « subprimes » est dans tous les esprits (la crise aurait-elle été aussi profonde si « subprime » avait été traduit, comme on le lit dans la presse actuellement, par « crédit toxique » ?) ;

  • La perte de marchés relevant de l’espace économique francophone ;

  • La perte de marchés relevant des autres aires linguistiques non anglophones.

17Diffuser dans l’entreprise la terminologie nouvelle, efficacement fabriquée, est un gage de réussite, de compréhension de l’entreprise par ses parties prenantes et par le grand public.

18Prenons quelques exemples :

  • Une belle évolution : les termes anglais et franglais recensés par Pierre Agron en 1971 avaient déjà un équivalent en 1987 (Actes de la 1re Journée du français des affaires « Management, Mercatique, Francophonie » du 28 octobre 1987, à consulter sur notre site www.apfa.asso.fr dont le lexique en ligne présente en 2012 plus de 4 800 termes).

  • Un exemple emblématique : la mercatique avec les 33 termes de sa famille (dépliant hors série de la collection du vocabulaire des affaires de l’APFA, de décembre 2011).

  • Les contes terminologiques de Jean-Marc Chevrot, au cœur de l’épreuve internationale des Mots d’Or, remarquables reflets des avancées terminologiques dans le monde des affaires (à retrouver sur le site de l’APFA)

19Comment connaître les composantes du français des affaires ?

20Pour le vocabulaire, il convient d’étudier la terminologie de l’entreprise à partir des termes et des néologismes de pointe, en balayant les différents secteurs de l’entreprise. Pour cela, un bon support vient de sortir, de 16 pages seulement : « Économie et gestion, français des affaires » des 2 300 termes de l’entreprise parus au Journal officiel (termes recommandés et obligatoires pour les services de l’État et ses établissements publics), publié par l’APFA au SCÉRÉN-CRDP du Centre [www.crdp.ac-orleans-tours.fr].

21Pour la grammaire : aucune différence avec la langue générale.

22Quant au style, il est concis, bref, clair, efficace.

23On constate donc que la langue est un outil de réussite tant pour l’élève que pour l’entreprise avec des entrées communes qui sont autant de règles d’or dégagées par les professeurs pour maîtriser et faire aimer la langue française (et les autres langues). Il leur faut convaincre de la richesse et de l’efficacité de chaque langue maternelle, convaincre de la nécessité de continuer à connaître sa langue et la langue de son interlocuteur, encourager la motivation, tant en formation initiale qu’en formation continue par :

  • une pédagogie de la passion avec ses composantes : l’initiative, la responsabilité, la disponibilité ;

  • une pédagogie de l’écoute : tenir compte de l’autre en appliquant la démarche de la mercatique avec sa composante l’adaptabilité ;

  • une pédagogie de l’erreur : « privilégier l’erreur » avec sa contrepartie la ténacité ;

  • une pédagogie du réel : l’environnement est notre humus, notre or pédagogique (il faudrait fuir la pédagogie dite « à trous » qui consiste à compléter des documents ou à cocher des réponses) ;

  • une pédagogie des mots nouveaux nécessaires, la dernière venue des pédagogies de la motivation.

24Pour cela, il conviendrait de participer à la semaine de la langue française et de la Francophonie (3e semaine de mars), aux Lyriades et également aux Mots d’Or de la francophonie (article paru dans la Revue 303 de la Région des Pays de la Loire, no 120 de 2012, « Patrimoine linguistique », page 94), nés en 1988, qui se sont adressés d’abord aux élèves et aux étudiants (en économie et gestion, et en français des affaires) avec l’épreuve internationale de Jean-Marc Chevrot (plus de 600 000 candidats en 25 ans dans 54 pays), puis aux entreprises avec un Jury annuel dès 1989 (citons, par exemple, les lauréats de 2007, Jean Burelle, président du Medef international ; de 2009, Romain Maison, viticulteur ; de 2011, Arnaud Sannier, créateur de l’enseigne « Le marché d’à côté ») et au grand public, avec la Dictée de Jean-Marc Chevrot, depuis 2003.

25Quel avenir pour la langue française dans l’entreprise ? Un avenir prometteur passe par une pédagogie du butinage, de la créativité et de la diffusion terminologiques pour plus de compréhension entre les partenaires au travail et dans l’échange afin d’accroître, sur le moyen et le long terme, la réussite des entreprises francophones. Et pourquoi ne pas se lancer dans une belle synthèse qui serait le nid fécond de la langue française pour cette réussite des entreprises francophones : la sensibilisation à l’action terminologique dans chaque entreprise (ou au moins dans chaque Chambre de commerce et d’industrie) comme cela a lieu au Québec depuis la loi 101 d’août 1977 ? La création de services de veille terminologique (SVT), avec des spécialistes de l’écoute terminologique active, les veilleurs terminologiques en entreprise (VTE), à l’image des services terminologiques dans les entreprises québécoises, du Comité du vocabulaire d’IBM-France (devenu Centre de francisation) qui nous a offert, dès 1955, le très heureux « ordinateur », ou encore la récente Commission de Terminologie d’AXA-Assistance dont le but est de « clarifier les termes et les définitions », est une riche voie d’avenir tant pour la langue française que pour l’entreprise et le monde des affaires.

La formation langagière en entreprise

  • 4 François Renaud, responsable pédagogique du Centre de langue française (CELAF) à la direction des r (...)

26[François Renaud]4 La Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP) est un établissement public qui représente les intérêts des entreprises de Paris et de sa région auprès des pouvoirs publics, qui accompagne les entreprises, depuis leur naissance jusqu’à leur cession, en incluant le développement à l’international de certaines, qui œuvre également à travers des parcs d’exposition, par exemple, à l’attractivité de la région Ile-de-France ; c’est une institution enfin qui forme les collaborateurs dont les entreprises ont besoin. L’enseignement à la CCIP occupe à peu près les 2/3 du budget et des personnes qui y travaillent (3 500 personnes en tout). Il s’agit de la formation initiale des étudiants des grandes écoles (HEC, ESCP Europe), des écoles technologiques, de toutes les formations depuis le CAP jusqu’au doctorat dans différentes branches, des secteurs qui intéressent les entreprises parisiennes et, annuellement, de la formation continue auprès de 30 000 personnes dans les différents établissements des services de la CCIP. Dans le domaine du français, la chambre de commerce et d’industrie de Paris propose depuis cinquante ans des certifications qui visent à établir les compétences d’une personne, dont le français n’est pas la langue maternelle, à s’exprimer et à travailler avec le français dans tel ou tel secteur d’activité. Ce sont des diplômes de français professionnel, français des affaires, français du tourisme, de l’hôtellerie, français du secrétariat, français médical… L’évaluation des certifications constitue donc une part importante, sans parler du test d’évaluation de français qui est, lui, un outil d’évaluation en français général, non spécifique à un domaine professionnel. La formation des formateurs d’ingénierie en français à visée professionnelle, en français de spécialité ou en français professionnel, concerne aussi la CCIP.

27Quelles sont les compétences qui sont attendues par les entreprises en ce qui concerne le français ? La réponse est à géométrie variable, cela dépend du point de vue où l’on se place. Si l’on considère un domaine économique, par exemple l’hôtellerie et le tourisme, les affaires au sens général, on peut définir a priori un certain nombre de compétences et de situations de communication qui sont transversales à plusieurs métiers, qui sont valables pour un grand nombre de collaborateurs de nombreuses entreprises du domaine, et à partir desquelles on va produire des programmes de formation ou des outils de certification pour le français de l’hôtellerie et du tourisme, ou pour le français des affaires. Si on se place au niveau de l’entreprise, cela relève essentiellement d’une politique de ressources humaines. Si on se place du point de vue du collaborateur, on entre alors dans une définition très précise et très circonstanciée des besoins, des attentes de l’entreprise vis-à-vis du collaborateur. Les organismes certificateurs, les méthodologues peuvent communiquer avec les institutions qui représentent les entreprises pour définir les besoins transversaux liés à un domaine. Lorsqu’il s’agit d’établir les attentes de l’entreprise vis-à-vis d’un collaborateur particulier, le cas varie d’une entreprise à l’autre, mais, dans la majorité des entreprises auxquelles on a affaire à la CCIP, il s’agit plutôt des PME, l’entreprise manque d’outils qui lui permettent d’évaluer véritablement ce qu’elle attend des compétences en langue de son collaborateur. Lorsque ces entreprises viennent vers nous, elles nous signalent une difficulté, un problème de langue chez un collaborateur : « voilà, il faudrait qu’il améliore son français, il faudrait qu’il sache mieux écrire ». Le plus souvent, on en reste à peu près là dans la demande initiale. Je pense que ce que la chambre de commerce et d’industrie de Paris, ainsi que d’autres organismes de formation peuvent faire, c’est accompagner l’entreprise, mettre à sa disposition des outils de définition et d’analyse des besoins concernant un groupe de collaborateurs ou un collaborateur particulier qui permettront d’établir un diagnostic, d’identifier quelles sont les situations de communication dans le milieu professionnel auquel le collaborateur doit se préparer, et pour lesquelles il doit être équipé langagièrement. Quel est le niveau actuel de ce collaborateur en français général, en français de spécialité ? Quelles sont les contraintes de l’entreprise par rapport à la formation de ce collaborateur ? De combien de temps et de combien d’argent dispose-t-on ? En analysant tous ces aspects, l’organisme peut faire une proposition de programme et de formation qui va se concentrer sur les outils langagiers, et ce ne sont pas seulement les outils lexicaux ou grammaticaux, les outils dont le collaborateur doit être doté pour pouvoir agir efficacement dans telle ou telle situation professionnelle. On propose donc un diagnostic, un programme, une mise en œuvre ensuite, avec des pédagogies qui peuvent varier d’une institution à l’autre. En ce qui nous concerne, on pense qu’une approche de type actionnelle, c’est-à-dire une approche pédagogique qui met l’apprenant en situation d’utiliser la langue comme au travail, est une manière sans doute plus efficace de lui faire acquérir les éléments dont il a besoin. C’est une approche/partage : il ne s’agit pas d’apprendre la conjugaison d’un verbe au présent ou au passé composé, il ne s’agit pas d’apprendre l’imparfait du subjonctif, il s’agit de présenter son parcours de formation ou son CV. Pour décrire son parcours de formation, on a besoin d’utiliser des temps du passé. L’apprentissage de l’imparfait ou du passé composé, qui est d’ailleurs indispensable, se fera dans le but d’agir, de faire quelque chose avec la langue. Et on pense qu’acquérir des outils langagiers, à travers une contextualisation et une mise en situation de réemploi immédiat pour réaliser une tâche proche ou équivalente à celles qu’on réalise dans le monde quotidien professionnel, est un moyen plus efficace de progresser. Enfin, il y a l’évaluation de la formation qui demande qu’on vienne observer, en situation d’utilisation effective, le collaborateur qui a appris quelque chose. Et c’est sur ce point qu’on doit porter davantage ses efforts, parce que c’est extrêmement difficile à réaliser dans le suivi des formations auprès des publics d’entreprise.

La communication dans l’entreprise

  • 5 Catherine Hénaff est secrétaire générale du Syndicat national des sociétés d’assistance (SNSA), apr (...)

28[Catherine Hénaff]5 J’appartiens au monde de l’entreprise mais plus spécifiquement à un monde opérationnel : la création de la commisssion de terminologie au sein d’AXA-Assistance en 2005 a répondu à la demande de nos partenaires sociaux à l’issue d’un dialogue social et tout le travail effectué l’a été paritairement.

29Il y a en effet un problème de compréhension des uns et des autres dans l’entreprise. Des termes nouveaux apparaissent avec une vitesse impressionnante, le monde du travail se spécialise de plus en plus, la dimension temps, aujourd’hui, est quelque chose de fondamental et la problématique de l’entreprise, c’est la circulation de l’information, et d’une manière générale, la communication interne. Elle ne peut être efficiente que si l’information est parfaitement comprise, sans laisser place à aucune ambiguïté, ceci tant au niveau de l’émetteur, c’est-à-dire généralement l’entreprise, qu’à celui du destinataire de l’information qui va se trouver être le salarié, d’une manière générale. Comme sujet central, il y a donc la compréhension de chacun dans l’entreprise, des attentes de cette dernière, des consignes, des directives et ceci est loin d’être évident parce que, de plus en plus, il convient de sécuriser l’information : il faut que nous ayons une compréhension commune. Or on sait qu’un certain nombre de mots ne sont pas compris de la même manière par tous. Quand on est dans une société à culture orale et quand on est obligé d’aller très vite malgré de gros enjeux, humains, économiques et sociaux, le risque d’erreur et d’anomalie peut se produire assez rapidement. La normalisation peut prévenir l’ambiguïté. Nous nous sommes donc très vite retrouvés confrontés à une problématique : nous avons des mots qui sont issus d’une culture différente, nous avons de nombreux pays qui sont représentés au travers de nos salariés (une dizaine de nationalités différentes), il y a vingt-neuf pays dans lesquels nous travaillons, nous avons des collaborateurs qui parlent jusqu’à huit langues et appartiennent à des générations différentes. Aussi est-il complexe pour l’entreprise de faire redescendre l’information. Nous avons donc décidé de créer ce qu’on a appelé une commission de terminologie. Le terme peut sembler aride mais en fait, il est avant tout pragmatique et opérationnel.

30Il s’agit de rassembler un certain nombre de personnes qui ont soit une connaissance soit une expertise. Ils se réunissent dans le cadre d’une commission pour répondre aux interrogations, aux attentes opérationnelles en termes de terminologie, de vocabulaire, voire de traduction. Nous avons voulu, par cette initiative, créer ce qu’on appelle une culture d’entreprise qui soit avant tout déculpabilisante : les salariés doivent pouvoir exprimer leur incompréhension éventuelle lors d’une réunion et la voir résolue soit par une explication claire issue d’une discussion, soit par un renvoi à la commission de terminologie. C’est donc quelque chose de tout à fait opérationnel, qui n’est pas comme les commissions logement, les commissions formation qui se réunissent tous les trois mois, tous les six mois, etc., c’est une commission qui se réunit quand il y a un besoin ponctuel et qui apporte une réponse, la plus précise possible sur le terme, sur le mot, sur la phrase, de manière à ce que chacun dans l’entreprise n’ait plus de notions floues sur des sujets qui seront évoqués et qui reviennent de manière récurrente dans des situations un petit peu complexes. La commission de terminologie a donc pour vocation de clarifier tout cela. La question de la langue est avant tout un problème d’efficacité opérationnelle : l’employeur doit avoir la quasi certitude que le message transmis est le bon, qu’il ne sera pas déformé, qu’il sera parfaitement compris par les collaborateurs.

31Mais reste encore une problématique de dialogue social à considérer. Je prendrai le cas des informaticiens à qui l’on confie une traduction parce qu’ils savent l’anglais. D’une part c’est une responsabilité qui leur pèse, d’autre part leurs équivalences sont parfois ambiguës : bank holiday correspond uniquement à des jours de fermeture des banques en Grande-Bretagne mais au Brésil, au Sénégal, en Argentine, faut-il choisir bank holiday, legal holiday, paid holiday ? C’est celui qui a une langue mentalement anglaise qui pourra le dire. La logique sera de rechercher l’authenticité, l’esprit que l’on veut traduire. On va donc se resituer dans le contexte et qui mieux que la personne de langue maternelle peut le faire ? Le principe est le respect de l’origine, de l’étymologie, du contexte et de ce que l’on voudra traduire, et ce ne sera pas sans conséquences au niveau économique, peut-être au niveau juridique et pénal. Ça veut donc dire que le respect de la langue, quelle qu’elle soit, passe par un souci de précision, de rigueur, quasi scientifique, qui oblige véritablement à déterminer le message que l’on veut donner, la consigne que l’on veut faire appliquer. On s’aperçoit alors que l’on a fait appel à un informaticien au lieu de s’adresser à un traducteur.

32Mais il est vrai aussi, qu’on n’appelle plus les traducteurs si on baigne dans le globish. Les traductions peuvent être alors tout à fait inadéquates et le problème se trouve déporté. C’est ainsi que nous nous sommes rendus compte que les problématiques linguistiques avaient des incidences sur les conditions de travail. Elles sont source d’anxiété, source de problèmes et source aussi de difficultés à évoluer au sein de l’entreprise : on n’ose pas dire qu’on ne parle pas bien l’anglais ou l’allemand ou l’espagnol ou l’italien, voire qu’on a quelques difficultés en français. Cela peut être préjudiciable à l’entreprise. Nous avons donc pensé qu’il fallait arriver à trouver un niveau d’adéquation pour les besoins linguistiques quels qu’ils soient, le besoin opérationnel et la réalité de la situation, car on part souvent d’idées préconçues : si quelqu’un a un bac + 4 ou + 5, il est censé être bilingue. Or il n’en est rien. Il assurera avec ennui des activités de B + 2 et ne développera pas forcément une expertise au niveau linguistique parce que ce n’est pas sa spécialité. On arrivera à une situation où le taux de rotation sera relativement important dans l’entreprise et où il y aura des difficultés à trouver un candidat. Pour ce faire, nous avons recours à un outil qui est assez simple, le cadre européen des références linguistiques. Et depuis, cela va beaucoup mieux, parce qu’on s’est aperçu que, par cette grille – cet auto-diagnostic qui fait une différence entre la dimension parlée et la dimension écrite –, automatiquement, le cadre descendait d’un cran, et que le niveau d’exigence était moins fort.

Le français d’entreprise

  • 6 Odile Challe, docteur habilité à diriger des recherches (Paris-Sorbonne), est maître de conférences (...)

33[Odile Challe]6 Je ne suis pas cadre d’entreprise mais ma formation et mes goûts m’ont portée vers l’enseignement du français d’entreprise. Avec une formation littéraire, je suis partie donner des cours de français en Allemagne (lycée) et on m’a demandé d’ouvrir un cours sur l’entreprise pour des adultes. Je me suis donc retrouvée devant des adultes qui suivaient des cours le soir, qui avaient déjà un travail dans l’entreprise et qui voulaient travailler le français, le français d’entreprise. Je leur ai demandé pourquoi et ils ont répondu qu’ils voulaient monter en grade, qu’ils commerçaient avec des Français et qu’ils avaient envie de s’exprimer dans cette langue. Quand je suis revenue en France, on m’a contactée à la chambre de commerce pour créer un certificat pratique et puis un stage, le premier stage, pour des professeurs de français du monde entier, qui étaient spécialistes d’un poète du Moyen Âge et qui devaient ouvrir un cours dans une business school en septembre : c’était vraiment les amener de l’amour de la littérature aux besoins de l’entreprise. Il m’est arrivé aussi de faire une formation de gestion à Paris-Dauphine, cette université qui traite de l’économie, des matières, de l’informatique, qui développe des modèles financiers, qui s’occupe des nouvelles technologies et de la sociologie des réseaux sociaux. Depuis 1985, je suis entourée de producteurs de discours sur l’économie, d’intervenants qui sont des dirigeants d’entreprise. Il est très intéressant dans des tables rondes qui parlent de la mondialisation, de l’Europe, de la monnaie européenne, de voir que certains surfent sur l’anglais avec une aisance un petit peu snobe, et que d’autres spécialistes mettent un soin particulier à soigner la langue française.

34Si j’ai été recrutée à Dauphine c’est parce qu’on voulait aider les doctorants étrangers qui cherchent à devenir des professionnels à venir faire des thèses en France sur des sujets pointus. Ce qu’ils cherchent, c’est à s’épanouir, à préciser les thèmes, les idées qu’ils veulent transmettre, qui ne sont pas forcément françaises mais empreintes de leur culture, de leur vision du monde, des réseaux et de la communication. Ils maîtrisent l’anglais mais ça ne leur suffit pas. Il y a donc une valeur ajoutée qu’ils viennent chercher. Ils vont peut-être faire leur thèse en anglais, ils vont peut-être communiquer en anglais dans leur jeune petite entreprise, sur l’informatique mais ils recherchent aussi une certaine qualité.

35Un autre exemple que je voudrais prendre est celui de Renault, implanté au Japon, avec l’expérience de Nissan. Il y a une fondation Renault qui a été portée par des managers, des dirigeants qui ont voulu s’implanter dans un pays asiatique. On a fait venir en France des jeunes qui avaient des formations littéraires et qui voulaient trouver un travail autre que l’enseignement. Ils sont passés par la Sorbonne, Dauphine et se sont initiés au management. Trouver un stage chez Renault a été le mode d’évaluation de leur formation : il fallait qu’ils se vendent, qu’ils arrivent à convaincre. S’ils n’avaient pas tout à fait la maîtrise de la langue française, ce n’était pas grave. S’ils arrivaient à s’exprimer, à raconter le potentiel de leur personnalité avec la richesse de leur culture initiale, c’était l’essentiel : ce seraient des cadres qui pourraient s’adapter à différents contextes.

36La langue française est une des sources, non pas seulement de précision (puisque par exemple, la langue de la loi n’est pas trop précise pour que le juge ait le libre arbitre pour l’interpréter), mais de valeur économique, parce que l’on est vraiment dans le management. L’être humain est un animal parlant, les écrits se multiplient, l’oral peut être très marquant dans une entreprise et important pour les relations. C’est donc une façon d’agir, une façon de donner ou de relever des décisions et une façon de s’entendre, donc de s’épanouir et de se valoriser dans une entreprise. Alors, si on aime son travail, la retombée économique est indéniable. L’entreprise va forcément y trouver un gain parce que quelqu’un qui est motivé sera plus productif.

37Mais vous me direz que la langue française est très souvent mise à mal par l’anglais. Je crois que c’est fini maintenant, on dépasse un petit peu ce stade. L’anglais banal est l’anglais de communication mais, quand on parle de communication interne et que l’on veut monter dans la hiérarchie d’une entreprise, ou pour sa promotion propre même en changeant d’entreprise, ce n’est pas une langue, ce n’est pas l’anglais, ce n’est pas l’anglais et le français, c’est l’accueil de la culture de l’autre et à travers les autres langues qui est important. Car les langues sont des ouvertures sur la façon de voir le monde. Et finalement, dans une entreprise, on ne fait pas ses classes mais on fait ses preuves. Et pour faire ses preuves, la langue ou les langues sont des outils d’expression de soi-même et, pour l’entreprise, un outil de rentabilité.

38La France doit être un pays qui innove, c’est comme cela que l’économie survit. Pour innover, faut-il avoir recours à des noms anglais ? Non. Si on innove, c’est avec des termes français qui se vendent bien mieux en Chine, par exemple. Autrement dit, pour se démarquer, la langue, et la langue française particulièrement, est un moyen de vendre et d’innover. Maintenant, il reste à innover en management. Si le management est uniquement vu de façon uniforme, dans toutes les entreprises, dans tous les pays, uniquement avec un schéma de management, on ne s’adapte pas au local. Or, les cultures sont individualisées. Aussi le respect des autres passe-t-il par un management général, souple, adapté, adaptable.

La gestion des langues dans l’entreprise

39[Claude Truchot] Je voudrais partir d’un fait réel qui a été raconté, lorsque je participais à un séminaire, par un cadre d’un grand constructeur français d’automobiles. Sollicité par un concurrent, Opel, filiale de General Motors, qui souhaitait développer un véhicule de marque européenne mais sous sa propre dénomination, il a désigné une équipe de spécialistes de très bon niveau pour aller négocier. Il avait été décidé que la négociation se passerait en anglais. Opel a envoyé deux Britanniques, c’est-à-dire des anglophones. Que s’est-il passé ? Les Britanniques ont manipulé la réunion à leur propre avantage au détriment du constructeur français qui a très mal vécu cette expérience. On peut en tirer une conclusion, de prime abord, qui consisterait à dire que les gens de chez Renault ne parlent pas assez bien l’anglais, sauf que vous avez beau bien apprendre une langue étrangère, vous ne la maîtriserez jamais aussi bien que quelqu’un dont c’est la langue maternelle. Alors qu’aurait dû faire en réalité Renault ? C’est dire que cette réunion aurait lieu en français et en anglais avec l’aide d’interprètes traducteurs dans le domaine de la construction automobile. Il y a d’excellents interprètes traducteurs qui auraient fait parfaitement le travail et les gens de Renault auraient tout à fait été à la hauteur parce que ce sont d’excellents techniciens qui ont été envoyés et qui auraient pu s’exprimer, alors qu’ils n’ont pas pu réellement amener l’essentiel de leurs compétences dans la négociation.

40Ce que l’on peut dire, c’est que l’internationalisation des entreprises, souvent complexe avec, par exemple, des entreprises étrangères qui travaillent en France, des entreprises françaises qui ont des filiales à l’étranger, entraine de plus en plus de questions de langue. Alors comment gérer ces questions ? Malheureusement, la plupart des entreprises vont avoir une langue véhiculaire, c’est la langue anglaise. L’exemple que je viens de donner montre que ce n’est pas nécessairement la meilleure solution. Je ne veux pas dire par là que la langue anglaise n’est pas utile mais, entre le fait d’être une langue utile et le fait de considérer que l’utilité de cette langue, c’est ce qu’on appelle, dans ce cas-là, le tout anglais, et bien il y a un écart considérable. Cet écart considérable devrait être occupé par les autres langues et en particulier par le français. C’est tout à fait possible à condition de gérer les questions de langues. C’est ce qui a été bien souligné par plusieurs exemples fournis précédemment. Tous ceux qui nous ont été exposés sont des cas de gestion de langues. Ainsi la commission de terminologie d’AXA-Assistance est un exemple de prise en charge par une entreprise de manière explicite de la question des langues. Leur gestion, dans ce cas précis, est véritablement intégrée à la structure de l’organisation. Mme Hénaff, la DRH, y a joué le rôle d’un cadre dirigeant qui a véritablement pris cela en compte, avec des salariés représentants des personnels qui, eux aussi, ont pris cette question en compte dans le dialogue social, comme ceci a été bien souligné. On a donc là une véritable prise en charge du problème. La question de la formation aussi, est intégrée, bien entendu, dans ces questions de gestion linguistique de l’entreprise.

41On pourrait parler de la communication interne aussi. Il est tout à fait aberrant actuellement que de plus en plus d’entreprises demandent ou imposent à leurs salariés de travailler, en France, avec du matériel informatique qui est dans une langue étrangère, en fait en anglais. Cela ne sert strictement à rien et cela n’occasionne que des difficultés. Quand on vous dit « écoutez, vous avez-là un pack Microsoft en anglais, débrouillez-vous avec ! », on ajoute à la difficulté informatique la difficulté linguistique. Je cite cet exemple parce que c’est par l’informatique qu’arrive de plus en plus l’usage d’une langue étrangère, l’anglais pour ne pas la nommer, dans le fonctionnement interne de l’entreprise. L’exemple de la gestion des compétences linguistiques au sein de l’entreprise, l’usage du cadre européen commun de référence pour les langues du conseil de l’Europe, utilisé par AXA-Assistance, les tests mis au point et toutes les formes de recensement de ressources et de compétences linguistiques, mis en évidence par la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, tout ceci, c’est un champ spécifique, comme l’est également la communication externe. Si toutes les entreprises françaises ont un site en français et un site en anglais, est-ce suffisant ? Si on veut véritablement s’implanter, il faut avoir des sites qui soient adaptés aux langues des clients, qu’il faut connaître pour discuter avec eux. Tout ceci fait partie d’une gestion des langues. J’ai parlé précédemment de la nécessité d’avoir recours à des traducteurs interprètes. La traduction est un élément extrêmement important de la gestion linguistique d’une entreprise. On pourrait reprendre ce qu’a dit l’écrivain italien Umberto Eco à propos de la traduction : « La langue de l’Europe c’est la traduction. » Pourquoi ne pas faire de la traduction la langue de l’entreprise. Dans les cas d’entreprises internationales, ce serait un objectif tout à fait louable.

Le poids de l’anglais

42[Odile Canale] J’ai envie de réagir spontanément, notamment à l’intervention d’Odile Challe, parce que cela m’a rappelé la fameuse journée avec la CGC dont on a parlé et qui a été un événement important. Claude Truchot a évoqué le cas de Renault, et j’ai tout de suite pensé à un témoignage d’un cadre de l’entreprise Alcatel Lucent qui, lors de cette réunion, nous a expliqué que lorsqu’il y a eu la fusion, les Français qui négociaient avec les Américains, avaient une très bonne connaissance de l’anglais, mais ont eu des difficultés à suivre quand les Américains ont commencé à accélérer le débit : la négociation a tourné alors à leur avantage. Le deuxième point qui m’a beaucoup frappée parmi tant d’autres témoignages, c’est celui de ces salariés qui sont venus nous expliquer que désormais les évaluations, dans les grandes entreprises, se faisaient en anglais alors même que les personnes, les cadres n’en étaient pas informés, c’est-à-dire qu’ils ne pouvaient pas préparer leurs entretiens d’évaluation et qu’ils se retrouvaient devant un fait accompli : évidemment, ce n’était pas à leur avantage. Quand on pense à ces exemples qui sont d’une grande violence, j’ai envie de me faire l’avocat du diable ou peut-être la mouche du coche et de dire : est-ce qu’on n’idéalise pas un peu trop la situation ? Les écoles de commerce, notamment les plus prestigieuses, n’ont qu’une idée en tête, c’est mettre en place des enseignements en anglais, et ça c’est vraiment une tendance avec laquelle, à la DGLFLF, on ne peut pas lutter alors que la loi dit que la langue des services publics, de l’enseignement, est le français. C’est une tendance lourde qui se multiplie et de plus en plus d’universités vont dans cette voie.

Résonances : francais, anglais et formation multilingue

La formation en anglais

43[Le Public] Nous devons avoir des collaborateurs multiculturels, qui ont une capacité à découvrir le monde, à connaître l’autre, à connaître d’autres environnements. Plus ils maîtriseront de langues, avec un niveau relativement satisfaisant, plus ils auront cette faculté de comprendre l’autre, qui vit sur d’autres continents, qui a d’autres modes de vie, qui a d’autres modes de consommation. Si le jeune doit maîtriser parfaitement la langue française et sa culture pour contribuer à l’exporter, il n’est pas honteux qu’il apprenne l’anglais.

44[Claude Truchot] Il me semble qu’il ne faudrait pas confondre deux choses. D’une part, les formations qui ont pour objectif d’ouvrir véritablement, comme vous l’avez bien souligné, l’esprit et la formation vers différentes cultures et les formations actuellement de plus en plus développées en Europe, qui sont fondées sur la seule langue anglaise. En France, cela concerne essentiellement les écoles de management et certaines écoles d’ingénieurs, mais dans la plupart des pays européens, cela concerne aussi les formations universitaires. Les étudiants natifs du pays y suivent dans la seule langue anglaise des formations qui sont calquées en général, pour des raisons de concurrence, sur le modèle anglo-saxon et qui ne correspondent pas à toutes nos traditions universitaires en France ou en Allemagne. En revanche, il y a d’excellents exemples d’écoles de commerce qui ont négocié un certain nombre de partenariats avec différents établissements : les étudiants peuvent aller d’un établissement à un autre et avoir ainsi un diplôme en plusieurs langues. Voilà une véritable ouverture tout à fait recommandable. Mais la formation « tout en anglais » n’est malheureusement pas une formation qui ouvre l’esprit, c’est une formation qui le referme sur une seule culture, sur une seule forme de management qui, d’ailleurs, est de plus en plus imposée, qui ne correspond pas nécessairement à la manière dont on souhaite faire des affaires.

L’anglais et la communication en entreprise

45[Le public] J’aimerais connaître les formations continues en langue française qu’on peut prévoir dans l’entreprise pour la communication. Par ailleurs, je voulais juste faire remarquer que dans les institutions européennes il y a des interprètes pour reprendre le mauvais anglais que parlent les étrangers et le traduire en bon anglais. Très souvent, dans différentes commissions des institutions européennes, des Français, par exemple, s’expriment en anglais ou en globish alors qu’ils ont des interprètes à leur disposition, qu’ils pourraient s’exprimer beaucoup mieux et de manière beaucoup plus claire en français et être traduits. La langue de l’Europe, c’est bien la traduction.

46[Catherine Hénaff] Pour intervenir souvent au niveau de la Commission européenne, je sais qu’on n’a pas toujours des traducteurs, ni des documents bien traduits : on décide alors de laisser tomber la mauvaise traduction et on reprend l’anglais. Le problème c’est que, lorsqu’on écrit en français au niveau de la communauté européenne, sur des sujets véritablement d’importance, on vous répond : « traduisez en anglais ». De plus, les traducteurs souvent n’arrivent même pas à traduire ce qui se dit parce que c’est très au-delà de ce que peut être un anglais correct.

47S’agissant d’AXA-Assistance, deux éléments nous ont guidés dans notre action : le souci de clarifier le besoin en langue, d’où le recours au cadre européen et ensuite la volonté de clarifier tout ce qui est ambigu, un néologisme, un emprunt, un terme incorrect ou intraduisible. Dans ce cas, on fait une véritable recherche. Le collaborateur, grâce à cette commission de terminologie, va exprimer son besoin sans inquiétude puisque la culture d’entreprise le lui permet, et dire : « voilà, je n’ai pas compris tel propos, tel terme, telle phrase, j’en demande la traduction ». Aujourd’hui on ne fait plus d’impasse sur le sens, on dit qu’on a le droit de comprendre, de poser une question, d’avoir une réponse claire et précise. C’est respecter la langue française, et parallèlement la langue anglaise, espagnole ou allemande, que d’avoir une traduction qui soit correcte, que d’avoir une explication précise. C’est véritablement un besoin dans toutes les entreprises qui n’est pas exprimé parce qu’on n’ose pas le faire.

48Une autre manière de perturber la communication qui n’a pas été évoquée jusqu’ici est l’envahissement progressif des échanges par des mots anglais qui font bien. La plupart du temps, le terme n’est pas adéquat ou est employé à contresens. Donner une consigne à quelqu’un qui doit faire un dépannage mécanique ou transmettre des consignes médicales et qui travaille en trois huits, dans un langage aussi approximatif, peut être très dommageable.

Du français aux autres langues

49[Le public] Je voudrais vous faire part d’un exemple personnel qui conduit à une autre réflexion sur la langue de l’entreprise. À l’issue de la présentation d’un projet scientifique technologique lourd, en français, par le représentant d’une équipe de chercheurs, d’ingénieurs à un entrepreneur financeur, curieusement, l’industriel dit au présentateur : « pourriez-vous répéter en français ? » Je me suis demandé alors si la compréhension était une question de culture, une question de vocabulaire, d’ordonnancement des mots. Finalement j’ai fait le traducteur et a priori on a compris l’objet du projet puisque la décision financière été prise : l’expression que j’ai utilisée devait être, sans doute, entièrement sous-tendue par la finalité et la volonté de l’emporter…

50[Odile Challe] Un autre exemple pourra être éclairant : un de mes collègues me racontait qu’il animait une séance de réflexion avec un groupe d’experts en télécom à Bruxelles. La séance se tient en anglais, elle dure une heure et demie. Il pose la question : « qui parle français autour de la table ? » Tout le monde. Alors on recommence la réunion en français : elle a duré deux heures et demie et les décisions prises ont été durables parce que la langue française, outil de précision et de clarté, était partagée par tous. Je voudrais aussi ajouter que je suis persuadée qu’un enfant qui apprend bien la langue française apprendra d’autant mieux un bon anglais. Lorsqu’on travaille sur le français de spécialité, il est très intéressant de voir qu’à une technicité élevée, ce sont les termes spécialisés qui sont nécessaires. Mais il est important qu’ils soient portés par des mots généraux. La langue de spécialité est un prolongement de la langue générale. Les spécialistes, étudiants, doctorants, ingénieurs étrangers… connaissent les termes techniques et la difficulté pour eux, c’est la phraséologie, c’est la façon d’argumenter, c’est la façon de convaincre, c’est la façon même de communiquer, tout simplement. Un Allemand, par exemple, met le verbe à la fin et un Français met un marqueur temporel et local au début de la phrase avec inversion du sujet si nécessaire, aussi faut-il être à l’écoute de l’autre et de sa différence culturelle. C’est donc la phraséologie, presque le style, et le choix des mots qui priment parfois avec leurs nuances. C’est par là qu’on entre en contact avec de nouvelles cultures qu’on se fait admettre et apprécier aussi par ses supérieurs et ses amis.

  • 7 Voir en particulier l’ouvrage de Pierre Escudé et Pierre Janin sur l’intercompréhension, Clé intern (...)

51[Le public] Lorsque l’on possède bien sa langue, en effet, il est facile d’en apprendre d’autres, de les intégrer. J’en veux pour preuve le cas d’une jeune fille qui a fait un master de documentation à l’université catholique de l’Ouest à Angers et qui a été recrutée par la banque européenne à Luxembourg. Le premier critère de sélection a été de rédiger une synthèse de documents et ensuite de réussir un entretien oral, en français, langue des institutions européennes. Titulaire d’un master, elle maîtrisait l’anglais et l’espagnol, avait fait du grec. Après son recrutement, on lui a dit « ici à la banque, vous parlez français, anglais et espagnol. Il serait bien que vous ayez quelques ouvertures en allemand… » Cela fait donc quatre ans que cette personne est au Luxembourg, parle toujours très bien les langues qu’elle maîtrisait déjà mais commence maintenant à rédiger en allemand, apprend l’italien et entend le luxembourgeois. Voilà donc quelqu’un de littéraire, passionné par sa propre langue qui a pu entrer dans un secteur professionnel autre que l’enseignement. L’initiative de cette banque qui favorise le brassage des cultures est particulièrement intéressante et on voit par là qu’il est très important de bien connaître sa langue et de bien la défendre. L’intercompréhension, c’est aussi cela7.

Notes

2 Odile Canale, chef de la mission Emploi et diffusion de la langue française à la DGLFLF, après la présentation des intervenants et les remerciements d’usage, a posé la problématique de cette table

3 ronde dont elle était présidente.

Jean Marcel Lauginie, agrégé des techniques économiques de gestion, président créateur de l’association Actions pour promouvoir le français des affaires (APFA – Le Mot d’Or), sous le patronage de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF), de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et de l’Union internationale de la Presse francophone (UPF), est également membre de la commission spécialisée de la terminologie et de la néologie commerciales, économiques et financières au ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie.

4 François Renaud, responsable pédagogique du Centre de langue française (CELAF) à la direction des relations internationales de l’enseignement de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, est spécialiste de la langue française en contexte professionnel.

5 Catherine Hénaff est secrétaire générale du Syndicat national des sociétés d’assistance (SNSA), après avoir été directrice des ressources humaines d’Axa-Assistance où elle a été amenée à mettre en place une commission de terminologie.

6 Odile Challe, docteur habilité à diriger des recherches (Paris-Sorbonne), est maître de conférences en sciences du langage à l’université Paris-Dauphine et chercheur à Dauphine recherche Management. Ses travaux portent sur le français de l’entreprise, des technologies et sur le discours de l’innovation.

7 Voir en particulier l’ouvrage de Pierre Escudé et Pierre Janin sur l’intercompréhension, Clé international, avril 2010.

Auteurs

Chef de la mission emploi et diffusion de la langue française à la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, ministère de la Culture et de la Communication
Maître de conférences à l’université de Paris-Dauphine
Secrétaire générale du syndicat national des sociétés d’assistance (SNSA), ancienne DRH d’Axa-assistance
Président de l’association « Actions pour promouvoir le français des affaires et les langues partenaires » (Apfa-Les mots d’or)
Responsable pédagogique du Centre de langue française de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris
Professeur émérite de l’université Marc-Bloch de Strasbourg

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search