Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français, une langue pour réussir

 | 
Françoise Argod-Dutard

2e partie. Comment mieux maîtriser la langue française pour réussir ?

Conclusion1

Françoise Argod-Dutard, Jean-Pierre Colignon, Geneviève Dubois, Joanna Nowicki et Béatrice Pothier

Texte intégral

  • 1 Synthèse suggérée par les échanges entre le public et les intervenants.

1[Françoise Argod-Dutard] Cette deuxième partie a montré combien la langue de la mère et la langue du père pouvaient avoir d’importance sur les habiletés langagières de l’enfant, que l’école a ensuite la charge de développer. Aussi le troisième chapitre a-t-il rendu compte des préoccupations des enseignants qui cherchent à améliorer leur pédagogie et le dernier chapitre a-t-il permis au lecteur de réfléchir à de nouvelles méthodes pour mieux répondre aux besoins des futurs professionnels que sont les élèves.

2Reste que l’image des mots et leur sens, que décrivent si bien les dictionnaires présentés par Jean Pruvost, sont difficiles à intégrer par les jeunes. Un problème demeure : celui de l’orthographe et de la langue écrite.

L’orthographe et la langue écrite

3[Jean-Pierre Colignon] J’ai participé la semaine dernière sur France Inter à un débat sur l’orthographe avec François de Closets, Alain Bentolila et Michel Buttet, un enseignant qui représentait l’association « Sauver les lettres ». Tout le monde – y compris François de Closets, à ma grande surprise – est tombé d’accord pour dire qu’il y avait une régression dans le niveau de l’orthographe constaté actuellement. Cet enseignant précisait qu’il y avait un déficit de 800 heures dans l’enseignement du français pour la totalité du cursus primaire. De plus, la formation des professeurs des écoles n’est plus ce qu’elle était, on a également réduit très largement le nombre d’heures qui leur sont données, et puis le recrutement est un peu bizarre… Ce dont je peux témoigner c’est que, pendant des années et des années, des responsables d’IUFM sont venus me voir pour me demander comment il fallait enseigner l’orthographe, le français aux futurs professeurs.

4Mon expérience est celle de quelqu’un qui, depuis de nombreuses d’années, intervient au sein de toutes les rédactions de la presse quotidienne régionale et enseigne à des jeunes qui ont le bac (ou bac + 1 ou bac + 2) et qui veulent devenir journalistes. Je constate un retard d’au moins quatre ans, non seulement pour le niveau des étudiants en orthographe mais, ce qui est beaucoup plus grave, pour la culture générale. Si on n’a pas de culture, on ne peut pas maîtriser la ponctuation et la syntaxe. C’est donc une question à revoir. Est-ce que cela sera revu ? Je n’y crois pas trop car tout le monde semble jeter l’éponge et dire que maintenant, c’est perdu. On n’a pas fait l’effort nécessaire quand il le fallait. Il faudrait redonner beaucoup plus d’heures aux enseignants, mieux les former. Cela me semble impossible.

5[Béatrice Pothier] Tout dépend de la cause et de la conséquence de la mauvaise orthographe que l’on déplore. Est-ce que ce n’est pas parce que, effectivement, on a donné moins de compléments à l’élève sur ce qu’on lui demande de maîtriser qu’il a une mauvaise orthographe ? Ce ne sont pas les jeunes de maintenant qui sont moins bons, mais effectivement, c’est peut-être leur scolarité. L’orthographe est aussi une espèce de politesse : je ne vais pas à un entretien destiné à recruter un président en jean et en basket. Ce n’est pas rendre service aux jeunes que de leur faire croire qu’il n’y a plus de code. Il y a des codes, et ils se situent aussi bien dans le vestimentaire que dans l’orthographe.

6[Joanna Nowicki] Je dirige un master en ingénierie éditoriale et communication, qui donne un métier aux étudiants en lettres et qui a un certain succès : on est en train de pénaliser beaucoup de jeunes qui n’ont pas une bonne orthographe et qui n’ont pas les codes issus de leur famille : ce sont généralement des jeunes femmes. On a beau leur donner un cursus en deux ans, si elles n’ont pas véritablement une bonne orthographe et une belle expression française, les employeurs, que sont les entreprises éditoriales ou de communication, ne veulent pas d’elles. J’ai été obligée de faire un test à l’entrée de ce master, un test d’orthographe et d’expression française qui est plus discriminant et plus difficile que pour l’entrée dans un master de recherche. La majorité des jeunes qui se présentent dans ce master, constitue justement le produit de l’école d’aujourd’hui qui ne leur apprend plus l’orthographe. Le critère d’employabilité de ces jeunes, c’est l’orthographe, la capacité d’écrire. Il y a des métiers où le code est absolument essentiel : on n’arrive pas en cours en basket, en buvant et en mangeant : ça ne passe plus dans les entreprises éditoriales. Il y a donc un comportement à réintroduire à l’université et que le milieu familial et la société doivent initier.

Le rôle de la compréhension

7[Le Public] Est-ce que la compréhension de la langue n’est pas également perdue ? Si on soumettait à une polytechnicienne une phrase du genre « cette fourmi traverse l’étroit jardin », est-ce qu’elle serait capable d’en donner les différents sens ?

8[Geneviève Dubois] Effectivement ce peut être une opération compliquée qui peut avoir des répercussions sur l’orthographe. Je voudrais citer un exemple à ce sujet, parce que j’ai fait aussi des statistiques et étudié avec une équipe de thérapeutes une phrase de test que nous avions dictée à un certain nombre d’adolescents : « les œufs qu’achète la crémière ne pèsent pas lourd ». Et il y a eu quantité de fautes d’orthographe vraiment étonnantes. Alors, nous avons pris le temps de demander aux adolescents qui avaient fait des fautes ce qu’ils avaient compris, ce que voulait dire cette phrase pour eux ? Il y a eu un certain nombre d’erreurs : il y a d’abord eu la confusion phonétique : les œufs/les yeux. « Les yeux cachette la crémière », « qu’achète » écrit comme une « cachette ». Alors qu’est-ce que cela voulait dire ? Je me souviens d’un adolescent qui m’a dit : « voilà, il y a une fille, elle avait une frange, la frange lui tombait sur les yeux alors ça lui cachait les yeux, du coup elle ne pouvait pas voir ». L’autre confusion phonétique, portait sur « cassette » où « ch » était confondu avec « ss ». « Les œufs cassette la crémière ne pèsent pas lourd ». Pour expliquer cette orthographe, voilà ce qui m’avait été dit « on veut faire une crème, on casse des œufs dans la crémière ». J’ai demandé ce qu’était la crémière : « c’est un plat, comme la saucière ». L’autre erreur était d’écrire fermière : « les œufs qu’achète la fermière ne pèsent pas lourd ». Voilà quelques exemples de non-compréhension, mais motivés par des explications fournies et argumentées.

Le langage, de la famille à la société

9[Francoise Argod-Dutard] L’image des mots est importante parce que c’est une image de soi-même, une image qui reflète l’acquisition qu’on a pu avoir du langage que l’on transmet à la société. Elle nous renvoie à l’apprentissage de la langue dans la famille, à l’acquisition que l’on a pu avoir de la langue écrite à l’école et aussi aux influences que l’environnement a pu exercer sur nos manières de nous exprimer : presse, medias audio-visuels, Internet… Le langage, d’abord moyen d’expression, outil pour dire et décrire, se modèle en effet au contact de la société pour devenir un moyen d’agir, pour s’insérer ou se réinsérer dans la vie professionnelle et sociale, un moyen de mieux vivre. Ce sera plus précisément le sujet de la troisième partie qui suit.

Notes

1 Synthèse suggérée par les échanges entre le public et les intervenants.

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540