Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Première partie. Le modèle américain revisité

« Petites Italies » ou « Petits Villages » ? La dimension spatiale du Campanilismo

Stefano Luconi
Traduction de Bénédicte Deschamps

Texte intégral

  • 1 . Cf. l’invective de Dante Alighieri : « Serva Italia, di dolore ostello, / nave sanza nocchiero in (...)
  • 2 . L. Manconi, « Campanilismo », in Bianco, rosso e verde : L’identità degli italiani, sous la dir. (...)

1Bien que le concept de nation italienne remonte au moins au Moyen Âge, le processus qui conduisit à l’unification politique de la péninsule ne débuta pas avant la moitié du xixe siècle et ne s’acheva qu’après la fin de la Première guerre mondiale1. Au cours de la lente transformation politique de l’Italie, la plupart des habitants de cette terre eurent le temps de cultiver un sentiment d’appartenance régionale, provinciale et même locale. Une telle attitude – mieux connue sous le nom de campanilismo (« esprit de clocher » en italien) – mena la population à ne se sentir attachée qu’à sa ville d’origine, ou comme l’indique l’expression italienne, au territoire couvert par la cloche du village. Même après l’avènement du Royaume d’Italie en 1861, l’idée que le tout jeune état italien ne fût rien d’autre qu’une entité hostile se limitant presque exclusivement à collecter des impôts et à enrôler les jeunes gens dans l’armée contribua à freiner l’épanouissement chez les italiens d’un sentiment d’appartenance nationale dans la deuxième moitié du xixe siècle2.

  • 3 J. Pellegrino, « An Effective School of Patriotism », Studies in Italian American Social History, (...)

2Les immigrés italiens à l’étranger éprouvaient des sentiments similaires, à la remarquable exception de quelques exilés politiques qui avaient fui le tumulte du Risorgimento et dont la conscience nationale était exacerbée3.

  • 4 Cité dans P. H. Williams, South Italian Folkways in Europe and America, New Haven, Yale UP, 1938, (...)
  • 5 G. Preziosi, Gl’italiani negli Stati Uniti del Nord, Milano, Lib. Editrice Milanese, 1909, p. 61.
  • 6 J. Schinto, Huddle Fever, 1995, cité dans Don’t Tell Mama ! The Penguin Book of Italian American W (...)
  • 7 F. M. Malpezzi, W. M. Clements, Italian-American Folklore, Little Rock, Augustus, 1992, p. 27-35.

3Issus de régions très différentes, les italiens qui émigrèrent aux États-Unis entre la fin du xixe siècle et le milieu des années 1920 – c’est-à-dire à la période des grandes vagues migratoires – avaient du mal à se définir en tant que membres d’une même minorité ethnique au début de leur séjour dans le nouveau monde. En fait, la plupart de ces personnes s’identifiaient à leur village natal plutôt qu’à leur pays d’origine. Ainsi que le soulignait un immigré de la Campania, « pour moi, comme pour les autres, l’Italie est le petit village où j’ai été élevé4 ». Des traditions et des dialectes très divers ainsi que des rivalités et des animosités locales séparaient les immigrés italiens qui se regroupaient en fonction de leurs origines régionales. Giovanni Preziosi soutenait que les italiens importaient dans leur pays d’adoption leurs querelles locales qui n’étaient pas sans rappeler les anciennes luttes médiévales5. L’écrivain Jeanne Schinto rappelle notamment que les immigrés installés à Greenwich (Connecticut) mais originaires de castel Grande et de castel Franco, deux villages voisins de Benevento, « sont restés attachés aux rivalités provinciales dans leur travail et leurs loisirs pendant des décennies6 ». Effectivement, les italiens issus de localités différentes avaient tendance à éviter tout contact entre eux alors que ceux qui provenaient du même village, de la même province ou de la même région tendaient à se regrouper7.

  • 8 J. Andreozzi, « The Order Sons of Italy in America », in Guide to the Records of the Order Sons of (...)
  • 9 Transcription d’un entretien avec Saverino Verna, Records of the Works Progress Administration Eth (...)
  • 10 H. J. Gans, The Urban Villagers, New York, Free Press, 1962, p. 116. Statuto della società di bene (...)
  • 11 « Active Fraternal Life of Little Italy », Providence Journal, 21 décembre 1919.
  • 12 R. P. Lynch, Federal Hill Case Study, Warren, New England Neighborhood Revitalization Center, 1978 (...)
  • 13 Works Progress Administration, Rhode Island : A Guide to the Smallest State, Boston, Houghton Miff (...)

4Au début, les conditions préalables à l’adhésion à de nombreux clubs ethniques Italo-américains illustraient parfaitement tant l’attachement de ces sociétés à une identité intra-nationale que les divisions qui en découlaient. Depuis sa fondation en 1905, l’Order Sons of Italy (ordre des fils de l’Italie), l’une des associations italo-américaines les plus importantes et influentes des États-Unis, accueillit en son sein tout individu d’ascendance italienne, quel que soit son lieu de naissance ou celui de ses parents dans la péninsule8. Toutefois, la plupart des sociétés de bienfaisance et des associations fraternelles n’admettaient initialement que les immigrés originaires d’une région, d’une province ou même d’un village bien précis et fermaient leurs portes aux natifs de tout autre lieu. Par exemple, jusqu’au milieu des années 1930, à Philadelphie, seuls les immigrés provenant des Abbruzes et leurs descendants pouvaient adhérer à l’Unione Abruzzese tandis que seuls les italiens issus du village de Castrogiovanni et de la province de Caltanisetta étaient autorisés à devenir membres de la Società di Mutuo Soccorso fra Castrogiovannesi e Provinciali9. De la même façon, l’accès à l’Augusta Society de Boston était réservé aux natifs de Augusta et à leurs enfants, celui de l’Ateleta Beneficial Association de Pittsburgh aux seuls immigrés provenant du village d’Ateleta et à leur filiation, et celui de la Fratellanza Abruzzese de Providence aux seuls Abruzzesi10. À Providence justement, en 1919, presque 70 % des organisations italo-américaines sélectionnaient leurs membres sur la base de leur ascendance régionale, provinciale ou locale11. Ces clubs portaient le nom soit des villages dont leurs membres étaient issus, comme c’était le cas de la Società di Cittadini di Pico, soit de leur saint patron comme en témoigne l’existence de la Società San Rocco et de la Società San Enaclia. Les affaires étaient aussi menées en langue dialectale12. Encore en 1937, les auteurs d’un guide du Rhode Island rédigé dans le cadre du Federal Writers’Project remarquaient que les associations italo-américaines de Providence « reflétaient la vieille désunion historique de l’Italie13 ».

  • 14 J. Barton, Peasants and Strangers : Italians, Rumanians, and Slovaks in an American City, 1890-195 (...)
  • 15 A. A. Bernardi, Italia randagia attraverso gli Stati Uniti, Torino, Bocca, 1913, p. 315.
  • 16 Circular letter by S. Giordano, Providence, 29 août 1904, G. Zambarano Papers, b. 2, Rhode Island (...)

5Certains de ces clubs étaient les succursales d’organisations mères existant dans les villages d’origine. Par exemple, la Sons of Labor Association de cleveland était une annexe de la société du même nom à Militello Rosmarino14. De même, à Chicago, la Società Operaia di Scontrone était une branche de l’organisation éponyme établie à Scontrone15. Même les noms de clubs choisis en l’honneur de grands personnages italiens pouvaient être trompeurs et cacher un attachement fondamental aux racines régionales spécifiques des adhérents de ces organisations. Par exemple, au début du xxe siècle, la Società Guglielmo Marconi n’admettait que des membres originaires de l’île d’Ischia16.

  • 17 J. S. MacDonald, L. D. MacDonald, « Migration, Ethnic Neighborhood Formation, and Social Networks  (...)
  • 18 I. A. Glazier and R. Kleiner, « Analisi comparata degli emigranti dall’Europa meridionale e orient (...)
  • 19 R. F. Harney, « Boarding and Belonging », Urban History Review, 7, 2, octobre 1978, p. 8-37. Sur l (...)
  • 20 R. N. Juliani, « The Origin and Development of the Italian Community in Philadelphia », in The Eth (...)
  • 21 J. Lopreato, Italian Americans, New York, Random House, 1970, p. 40. V. Yans-McLaughlin, Family an (...)

6Les immigrés originaires de régions différentes se tenaient à l’écart les uns des autres non seulement dans le cadre de la vie sociale mais aussi au niveau du logement. Ainsi, le campanilismo façonnait aussi les lieux d’implantation. Dans les décennies qui suivirent l’exode massif des italiens outre-atlantique, les chaînes migratoires dont le fonctionnement reposait sur l’organisation de réseaux locaux ou familiaux jouèrent un rôle déterminant dans le parcours des migrants qui se rendirent dans le nouveau monde. Ceux qui se trouvaient déjà aux États-Unis faisaient venir leurs parents ou leurs voisins restés au pays et se chargeaient de leur trouver un logement à leur arrivée17. Ainsi, plus de 60 % des italiens qui vinrent aux États-Unis en 1910 avaient traversé l’océan pour rejoindre des membres de leur famille ou des relations18. Les pensions – institutions auxquelles s’en remettaient de nombreux célibataires de sexe masculin – accueillaient principalement des hommes originaires du même village que les familles qui tenaient ces maisons19. Même les établissements plus grands – souvent rattachés à des restaurants italiens – étaient gérés en fonction de leur appartenance régionale ou provinciale. À Philadelphie, par exemple, Palumbo’s recevait des hôtes provenant des Abruzzes en général, alors que Corona di Ferro ouvrait ses portes aux natifs des provinces de Chieti et de Pescara20. Quand les immigrés pouvaient enfin se permettre de louer un appartement ou une maison, ils restaient souvent dans le voisinage immédiat de leurs anciens logeurs, et se préparaient à leur tour à héberger d’autres parents, amis, ou pensionnaires qui ne tarderaient pas à les rejoindre21.

  • 22 G. C. Speranza, « The Italians in Congested Districts, » in The Italian in America : The Progressi (...)
  • 23 L. Villari, Gli italiani negli Stati Uniti d’America e l’emigrazione italiana, Milano, Treves, 191 (...)
  • 24 M. Maffi, Gateway to the Promised Land, New York, New York UP, 1995, p. 109-110. S. L. Baily, Immi (...)

7Par conséquent, les immigrés issus d’un même village ou de la même province finissaient par se rassembler et former un quartier à part à l’intérieur même des zones d’implantation italienne des différentes localités urbaines. Le regroupement des immigrants en fonction de leur appartenance locale était évident pour les visiteurs. Comme le soulignait Gino Speranza, dans le new York du tournant du xxe siècle, « chaque rue possède sa propre région d’Italie, Elisabeth Street est revendiquée par les Siciliens de l’ouest, Catherine Street et Monroe Street par les Siciliens de l’est, Mulberry par les napolitains, Bleeker par les Génois, MacDougal par les italiens du nord22 ». Quelques années plus tard, le consul d’Italie, Luigi Villari, observait aussi que « certains quartiers ne sont habités que par des immigrés d’une région donnée. Il se trouve une rue où il n’y a que des Siciliens, une autre où il n’y a que des calabrais, et une troisième que des natifs des Abruzzes. il existe même des rues où ne vivent que les personnes originaires d’une seule et même ville : une “colonie” d’habitants de Sciacca par ici, une autre de San Giovanni in Fiore par là, une autre encore de cosenza ailleurs23 ». Enfin, new York accueillit des concentrations d’Italiens venus d’Avigliano à East Harlem, de natifs de Cinisi à Manhattan, et de calabrais à Mulberry Street. Les Siciliens de Gotham’s connaissaient aussi ces divisions. Ceux de la province de Messina résidaient dans les 17e et 18e circonscriptions alors que ceux de la province de Palerme habitaient dans la 19e circonscription entre la 40e et la 86e rues24.

8Ce phénomène ne touchait pas que new York. Dans son étude de 1924 sur la présence italienne à new York, le prêtre catholique Gioacchino Maffei affirmait ainsi :

  • 25 G. Maffei, L’Italia nell’America del Nord, Valle di Pompei, Sicignano, 1924, p. 46-47.

Les italiens vivent en groupe avec des personnes issus de leur village, avec leurs parents et leurs amis dans des rues bien définies situées les unes à côté des autres. comme ils viennent de différentes villes d’Italie, on peut trouver des sections lombarde, piémontaise, génoise, napolitaine, calabraise, sicilienne, etc. ces quartiers conservent un caractère très régional où la population nourrit des sentiments d’appartenance encore plus locale, qui se manifestent essentiellement par des animosités, des antipathies, et toutes ces mesquineries si désespérément typiques de nos paysans immigrés25.

  • 26 E. C. Sartorio, Social and Religious Life of Italians in America, Boston, Christopher, 1918, p. 18
  • 27 J. Addams, Newer Ideals of Peace, New York, Macmillan, 1907, p. 67.

9Par ailleurs, Enrico C. Sartorio, prêtre lui aussi mais officiant à Boston pendant la Première guerre mondiale, soulignait qu’ » au cœur de la ville la plus proche, on pouvait trouver dans la colonie italienne des îlots sicilien, calabrais, napolitain, ou des Abruzzes, tous situés à proximité les uns des autres et tous avec leurs propres traditions, coutumes, et dialecte26 ». La travailleuse sociale Jane Addams se montrait encore plus radicale lorsqu’elle évaluait la tendance des immigrants italiens à se regrouper à Chicago, remarquant ainsi comment ces derniers s’efforçaient de remplir « la totalité d’un immeuble avec des personnes du même village27 ».

  • 28 M. A. Gertrude, « Italian Immigration into Philadelphia », Records of the American Catholic Societ (...)
  • 29 P. Militello, Italians in America, Philadelphia, Franklin, 1973, p. 2. R. N. Juliani, The Social O (...)

10Quant à Philadelphie, qui disputa longtemps à Chicago le titre de ville américaine à la plus forte population italienne après new York, M. Agnes Gertrude soutenait qu’il « s’agissait d’un phénomène connu de quiconque fréquentait les italiens que de trouver à l’extrémité d’un quartier de la ville un îlot peuplé de personnes originaires d’un petit village d’Italie alors que du côté opposé habitaient ceux d’une autre localité28 ». En fait, on pouvait identifier une multiplicité d’enclaves locales à l’intérieur du quartier italo-américain le plus étendu du Sud de Philadelphie. Par exemple, alors que ceux qui arrivaient de la province calabraise de Cantazaro résidaient à Ellsworth Street, les immigrants des Abruzzes vivaient entre la 8e rue et Fitzwater Street. Toutefois, le quartier des natifs des Abruzzes manquait lui aussi d’unité. Ceux qui venaient de Tollo se rassemblaient dans la 8e rue et dans Fitzwater Street, ceux de Torricella Peligna se regroupaient à l’intersection de Fitzwater Street et de Delhi Street. Là encore, le même phénomène affectait les Siciliens. Les immigrants de caccamo élisaient domicile entre la 6e rue et carpenter Street. Ceux de Casa di Siracusa s’installaient le long de South Sixth Street, et ceux de Giarre choisissaient de s’établir entre la 11e rue et catherine Street29.

  • 30 R. J. Vecoli, « The Formation of Chicago’s “Little Italies’” », in Migration across Time and Natio (...)

11Le schéma d’implantation était identique à Chicago. Pionniers de l’émigration italienne dans cette ville, les Génois résidaient dans le Near North Side, à l’endroit où se rejoignent le fleuve Chicago et son affluent du nord, et ils s’ingéniaient à empêcher les italiens issus d’autres régions que la Ligurie d’emménager dans ce district. Les natifs de la province de Salerno s’établissaient au sud du Loop : ceux qui venaient du village de Ricigliano vivaient à Plymouth court ainsi que dans le district de Armour Square, et ceux de Sernarchia prenaient leurs marques le long de Sherman Street. D’autres quartiers étaient emblématiques de cette division intra-nationale : au croisement de Archer Avenue, Clark Street et la 20e rue étaient réservées aux immigrés originaires de Termini Imerese, Peoria Street à ceux de la province de Potenza, Townsend Street à ceux de Bagheria et Milton Street aux autres de siciliens de Sambuca-zabat30.

  • 31 R. Scartezzini, R. Guidi et A. M. Zaccaria, Tra due mondi : L’avventura americana tra i migranti d (...)
  • 32 J. E. Smith, Family Connections : A History of Italians and Jewish Immigrant Lives in Providence, (...)
  • 33 F. A. Ianni, « The Acculturation of Italo-Americans in Norristown, Pennsylvania, 1900 to 1950 », T (...)

12Les enclaves régionales et locales firent aussi leur apparition dans les petites localités et dans les villes de taille moyenne. Dans les premières décennies du xxe siècle, le North End de Boston, comprenait un quartier génois à Ferry court, près de North Street et de Fulton Street ainsi qu’une colonie d’immigrants venus de Lapio, petit village de la province d’Avellino, qui se concentraient entre endictt Street et Thatcher Street et dans les environs31. De même, le district de Federal Hill à Providence abritait deux enclaves distinctes des natifs provenant d’une part de Frosolone et d’autre part de Pietravairano32. À Norristown, en Pennsylvanie, les immigrés des Marches se rassemblaient dans leur propre quartier pendant que les Siciliens du village de Sciacca occupaient un autre district33.

  • 34 G. R. Mormino et G. E. Pozzetta, The Immigrant World of Ybor City : Italians and Their Latin Neigh (...)
  • 35 J. Y. Dickinson, « Aspects of Italian Immigration to Philadelphia », Pennsylvania Magazine of Hist (...)
  • 36 P. Palazzi, WPAES, roll 3, 24 juillet 1940.
  • 37 J. Barton, Peasants and Strangers, op. cit., p. 58-59.
  • 38 G. R. Mormino, Immigrants on the Hill : Italian Americans in St. Louis, 1882-1982, Urbana, Univers (...)
  • 39 V. Yans-McLaughlin, Family and Community, op. cit., p. 75.
  • 40 C. F. Ware, Greenwich Village, 1920-1930, Boston, Houghton Mifflin, 1935, p. 155.

13Chaque groupe intra-national parlait son propre dialecte, fêtait le saint patron de son village d’origine et gardait ses traditions. Par exemple, dans le quartier sicilien du Ybor city district de Tampa en Floride, les immigrés originaires du village de Contessa Entellina « préservaient leur propre dialecte et de nombreuses coutumes particulières34 ». Les nouveaux arrivants offraient aussi leur clientèle aux boutiques et magasins du quartier qui étaient eux-mêmes gérés par des commerçants issus du même village en Italie. C’était là notamment que les immigrés pouvaient trouver les denrées alimentaires traditionnelles qui étaient soit spécialement confectionnées aux États-Unis pour satisfaire le goût européen de cette clientèle spécifique, soit directement importées de leur région d’origine dans la péninsule35. Certes, parler le dialecte facilitait les conversations d’affaires. De plus, le localisme exacerbé des immigrés italiens conduisait ces derniers à se méfier de toute personne extérieure à leur famille ou au cercle très restreint de leurs compatriotes. En effet, tenter de faire des affaires avec clients issus d’autres horizons géographiques signifiait généralement s’exposer à des conflits ou au moins à des malentendus découlant du climat de méfiance réciproque et de la barrière linguistique36. L’endogamie était la règle. Ainsi, dans le Cleveland du début du xxe siècle, environ 80 % des natifs des Abruzzes et de la Sicile se mariaient avec des personnes originaires de leurs régions respectives et de préférence avec des conjoints venant du même village37. Le régionalisme façonnait aussi les mariages à St Louis. Jusque dans les années 1930, les Lombards et les Siciliens choisissaient rarement leurs promises hors de leur région d’origine38. De même, dans la décennie 1920 à Buffalo (État de New York), au moins 1/5e des mariages étaient célébrés entre des personnes issues du même village et le pourcentage d’unions conclues entre compatriotes de la même région était encore plus élevé39. Comme caroline F. Ware l’expliquait à la fin des années 1930, chez les Italo-américains, « les relations sociales informelles […] se limitaient presque complètement à la fréquentation de personnes de la même ville ou de la même province40 ».

  • 41 A. Ferro, « Continuità e trasformazione dell’identità etnica : Studio etnografico degli italo-amer (...)
  • 42 R. N. Juliani, « The Parish as an Urban Institution : Italian Catholics in Philadelphia », Records (...)
  • 43 G. R. Mormino, Immigrants on the Hill, op. cit., p. 154.
  • 44 F. Morelli to G. B. Scalabrini, cité in S. M. Tomasi, Piety and Power : The Role of Italian Parish (...)

14Même l’Église catholique, à laquelle appartenaient la plupart des immigrés italiens, ne parvint pas à souder la communauté autour de valeurs transcendant les divisions locales. Le regroupement des immigrés en îlots conduisait souvent ces derniers à fréquenter des paroisses distinctes. À Chicago, par exemple, l’église de l’Assomption était la paroisse des Génois, tandis que St. Philip Benizzi était avant tout l’église des Siciliens. De même, à Boston, les natifs de Sciacca, qui vivaient près de la zone portuaire, allaient prier à St Calogero, alors que ceux de Mineo, qui résidaient à Hanover Street, se rendaient à Ste Agrippine41. À Philadelphie, un nombre important de paroissiens ligures et piémontais fréquentait Ste Marie Madeleine des Fous, dont les italiens du sud avaient été rejetés et avaient choisi de se réunir à l’église notre Dame du Bon conseil42. En effet, les fractures régionales n’épargnaient pas non plus les fidèles. Ainsi, à St Louis, les Siciliens ignoraient St Ambroise parce que les Lombards étaient réputés contrôler paroiss43. Les Génois du quartier de Five Points, à new York, refusaient de se mêler aux paroissiens originaires d’Italie du sud. Comme le mentionnait un prêtre local, « ils ne voulaient pas d’eux dans l’église, ils ne voulaient pas de leurs statues, de leurs fêtes, ni de quoi que ce soit d’autre qui vînt d’eux44 ».

  • 45 U. M. Pesaturo, The Italo-Americans in Rhode Island, Providence, diffusion privée, 1936, p. 40.
  • 46 R. Basso, History of Roseto, Pennsylvania, Easton, Tanzella, 1952, p. 7-29.
  • 47 C. Bianco, The Two Rosetos, Bloomington, Indiana UP, 1974, p. 59.

15Par ailleurs, les petites villes rurales attiraient souvent des immigrés issus d’une seule et même province, ou d’un seul et même village. Dans le Rhode Island, par exemple, c’était le cas des localités de Natik où s’étaient installés les natifs de Fornelli, de Knightsville qui avait accueilli les immigrés originaires d’Itri, et de West Barrington qui avait ouvert ses portes aux Italiens du Benevento45. En Pennsylvanie, Roseto n’était presque peuplé que d’immigrés provenant du village des Pouilles de Roseto Valforte46. L’absence d’interaction significative avec des Italiens d’autres régions permit à ces immigrés de préserver leur identité intra-nationale plus longtemps que ce ne fut le cas pour d’autres Italo-américains. Par conséquent, au début des années 1970, les Rosetani de la troisième génération considéraient encore leur attachement aux Pouilles comme constitutif de leur identité et voyaient dans les Italiens du nord, une « race » distincte de grands blonds aux yeux bleus semblables aux WASP47.

  • 48 W. De Marco, Ethnics and Enclaves : The Italian Settlement of the North End of Boston, Ann Arbor, (...)
  • 49 P. V. Cannistraro and G. Rosoli, « Fascist Emigration Policy in the 1920s », International Migrati (...)
  • 50 I. Child, Italian or American ? The Second Generation in Conflict, New Haven, Yale UP, 1943.
  • 51 C. M. Sterba, Good Americans : Italians and Jewish Immigrants during the First World War, New York (...)
  • 52 R. A. Varbero, « Philadelphia’s South Italians and the Irish Church : A History of Cultural Confli (...)
  • 53 P. H. Williams, South Italian, op. cit., p. 13.
  • 54 J. P. Cosco, Imaging Italians : The Clash of Romance and Race in American Perception, 1880-1910, A (...)
  • 55 « Il raduno delle associazioni prelude una nuova era », Italian Echo, 23 mars 1934. Sur la discrim (...)
  • 56 F. Saracco, journal inédit, années 1930, F. Saracco Papers, BIC.
  • 57 D. Noyes, « From the Paese to the Patria », in Studies in Italian American Folklore, sous la dir. (...)

16Le cas de Roseto, en tant que tel, était une exception. William De Marco soutient que l’esprit de clocher était largement répandu dans le North end de Boston entre 1880 et 193048. Toutefois, à la fin des années 1930, la plupart des Italo-américains avaient abandonné leur identité régionale et avaient élaboré une conscience ethnique fondée sur leur ascendance nationale commune. Un certain nombre de facteurs ont contribué à cette transformation. La mise en place des lois de 1921 et 1924 fixant des quotas d’immigration ainsi que les mesures adoptées par le gouvernement fasciste contre l’émigration endiguèrent l’afflux massif d’immigrés en provenance d’Italie, afflux qui avait jusque-là permis au campanilisme de perdurer grâce à l’arrivée de vagues successives de paesani issus des villages d’origine des Italo-américains déjà établis aux États-Unis49. Les quartiers Italo-américains virent l’émergence d’une seconde génération, née et éduquée aux États-Unis, qui avait du mal à se sentir concernée par les antagonismes interrégionaux et les rivalités mesquines qui avaient conduit ses aînés à ne se regrouper qu’en fonction de leur origine locale commune50. L’entrée de l’Italie dans la Première guerre mondiale, et plus tard, les effets de la politique étrangère agressive de Benito Mussolini ainsi que la publicité accordée aux prétendus accomplissements du régime fasciste favorisèrent le développement du nationalisme parmi les immigrés italiens, et encouragèrent un nombre croissant d’entre eux à être fiers de leur pays d’origine plutôt qu’à s’identifier au village de leurs ancêtres51. Par ailleurs, les Italo-américains furent convaincus de dépasser leurs anciennes rancœurs régionales afin de s’affirmer au sein des paroisses et de normaliser les rapports conflictuels qu’ils entretenaient avec une Église catholique dont la hiérarchie, essentiellement constituée de prélats d’origine irlandaise, ne faisait nulle différence entre les fidèles du nord et du Sud lorsqu’elle stigmatisait la foi emprunte de superstition des Italiens et l’absence de contribution de ces derniers au denier du culte52. Enfin, les Américains blancs d’origine protestante et anglo-saxonne ainsi que les membres des autres minorités ethniques restaient généralement hermétiques aux différences régionales et provinciales qui opposaient les italiens. Comme le rappelait la sociologue Phyllis H. Williams à la fin des années 1930, « un immigré arrivant dans ce pays peut être – et est souvent – associé à un quartier dont la culture lui est tout aussi étrangère que celle des Américains de vieille souche eux-mêmes53 ». L’élite blanche américaine, en particulier, prenait généralement de haut les immigrés italiens à la peau souvent sombre venus d’un pays prétendument sous-développé qui parlaient un anglais médiocre, s’entassaient dans des immeubles insalubres, avaient une propension au crime, vivaient d’expédients et occupaient essentiellement des emplois de domestiques ou d’ouvriers non – ou peu – qualifiés54. Le racisme anti-italien qui résulta de tels préjugés convainquit la plupart des Italo-américains qu’ils devaient resserrer les rangs et dépasser leurs rivalités internes s’ils souhaitaient combattre plus efficacement la discrimination, défendre leurs droits, et pouvoir tenir tête avec succès aux autres communautés ethniques55. Fustigeant le fractionnalisme intra-national qui divisait ses compatriotes, Francesco Saracco, membre de la Società di Mutuo Soccorso e Beneficienza Unione Calabrese de Philadelphie soutenait ainsi au milieu des années 1930 que « l’on ne peut pas plus tresser une guirlande avec une seule fleur que l’on ne peut gagner une bataille avec des soldats isolés. Ce n’est qu’en restant unis que les soldats peuvent être forts, combattre et se protéger56 ». Le fait que, pendant les années 1930, l’Order Sons of Italy in America ait commencé à intégrer un certain nombre de clubs Italo-américains aux noms évocateurs de leur attachement régional et que d’autres associations aient assoupli leur politique d’adhésion afin d’inclure en leur sein tout italien quel que soit son lieu de naissance, met en évidence l’émergence d’une identité italienne, qui avait fait défaut à beaucoup d’immigrés à leur arrivée aux États-Unis57.

  • 58 R. C. Freeman, « The Development and Maintenance of New York City’s Italian-American Neighborhoods (...)
  • 59 M. Soldati, America primo amore, 1935, rééd. Palermo, Sellerio, 2003, p. 65.
  • 60 M. Taddei, Strade d’America, Milano, Ceschina, 1935, p. 21.
  • 61 F. Cavaioli, « Ethnic Population Patterns on Long Island », in Ethnicity in Suburbia, sous la dir. (...)
  • 62 V. Yans-McLaughlin, Family and Community, op. cit., p. 60.

17Toutefois, en raison du déclin de l’immigration italienne, et de la tendance générale des Italo-américains à maintenir une grande stabilité dans leur lieu de résidence notamment au moment difficile de la dépression économique des années 1930, la disparition du campanilisme ne provoqua pas, dans un premier temps, de changement significatif dans la façon dont les Italiens organisaient volontairement leurs quartiers en les divisant en îlots régionaux58. L’émergence d’une conscience nationale italienne n’était pas suffisante en soi pour provoquer une redistribution des logements chez les Italo-américains. Ainsi, Mario Soldati, qui passa deux ans à new York entre 1929 et 1931, soulignait que la répartition des habitations italo-américaines était identique à celle du début du siècle, les nouveaux venus de la même province s’installant les uns à côté des autres59. De même, deux ans plus tard, Mario Taddei pouvait encore remarquer l’existence d’un « coin napolitain » dans le district de Mulberry Street à New York60. Ce fut essentiellement la désertion des centres villes, dans les années qui suivirent la Seconde guerre mondiale, qui mit un terme aux divisions intra-nationales dans les quartiers italiens et permit aux résidents issus de régions différentes de se mélanger dans les banlieues résidentielles américaines61. Ainsi le renouveau urbain des années 1950 fit-il tomber les cloisons provinciales des quartiers du West Side de la ville de Buffalo dans l’état de New York62.

  • 63 J. Krase, « America’s Little Italies : Past, Present, and Future », in Italian Ethnics : Their Lan (...)
  • 64 A. Bernardy, Passione italiana sotto cieli stranieri, Firenze, Le Monnier, 1931, p. 182.
  • 65 Sur cette littérature, cf. M. S. Garroni, « Little Italies », in Storia dell’emigrazione italiana  (...)
  • 66 R. F. Harney, J. V. Scarpaci, « Introduction », in Little Italies in North America, sous la dir. D (...)
  • 67 R. N. Juliani, « The Italian Community of Philadelphia », in Little Italies, op. cit., p. 95-96.
  • 68 D. Candeloro, Chicago’s Italians : Immigrants, Ethnics, Americans, Charleston, Arcadia, 2003, p. 1 (...)
  • 69 A. M. Martellone, Una Little Italy nell’Atene d’America : La comunità italiana di Boston dal 1880 (...)

18Si l’on tient compte à la fois de l’attachement durable des immigrés italiens à leur région d’origine et de la création d’enclaves locales dans les villes adoptives de ces derniers, on peut raisonnablement s’interroger sur la validité des termes « Petite Italie » en tant que catégorie d’analyse permettant d’étudier l’expérience des immigrés italiens, du moins aux États-Unis. Le sociologue Jerome Krase rappelle que le quartier italo-américain est « le produit d’un stéréotype63 ». La « Petite Italie » aussi. En effet, dès 1931, Amy A. Bernardy remarquait en fine observatrice que les termes « Petite Italie » manquaient de précision puisque sous une dénomination si large se cachaient en réalité des « Petite Venise », « Petite Naples », et « Petit Palerme »64. Pour plus de commodité, une expression relativement courte telle que celle-ci, peut être utilisée pour éviter de recourir à des circonlocutions encore plus tortueuses. Toutefois, cette notion ne saurait rendre compte de la multiplicité des allégeances et des divisions régionales au sein des soi-disant communautés italo-américaines. Les termes « Petite Italie » masquent tout autant la réalité qu’ils ne la dévoilent. L’immigration italienne aux États-Unis a fait l’objet de nombreuses études dont les approches et les perspectives variées ont été fréquemment examinées et réévaluées. Néanmoins, les implications théoriques de l’utilisation inadéquate des termes « Petite Italie » ont été négligées65. Il est intéressant de remarquer que dans l’introduction du premier livre à rassembler une série d’articles sur les « Petites Italies », R. F. Harney et J. V. Vincenza défendent l’idée d’une hétérogénéité des villes nord-américaines. Pourtant, leur conception d’une mosaïque ethnique ne dépasse pas celle de quartiers séparés habités par des minorités de même nationalité telles que les Italo-américains et leurs enfants66. Par ailleurs, bien que certains auteurs ayant participé à cet ouvrage reconnaissent que les soi-disant quartiers italo-américains n’étaient en fait qu’un patchwork de colonies dont une grande majorité de résidents provenait du même village en Italie, ils ne pouvaient s’abstenir de recourir à l’expression « Petite Italie » pour désigner ces zones d’implantation67. Plus de vingt ans plus tard, une étude sur les italiens de Chicago utilisait encore pour définir les enclaves régionales et intra-régionales des Siciliens et des génois de cette ville les termes « Petite Italie68 ». Cette terminologie a aussi séduit les historiens italiens, comme en témoigne un ouvrage essentiel d’Anna Maria Martellone qui recourt elle aussi à l’expression « Petite Italie » pour décrire la communauté italo-américaine du North End, à Boston69.

  • 70 R. Gambino, Blood of My Blood : The Dilemma of the Italian Americans, 1974, Toronto, Guernica, 200 (...)
  • 71 G. Russo, I cugini di New York (da Brooklyn a Ground Zero), Milano, Scheiwiller, 2003, p. 102.
  • 72 D. R. Gabaccia, « Peopling “Little Italy” », in The Italians of New York : Five Centuries of Strug (...)
  • 73 F. X. Femminella et J. S. Quadagno, « The Italian-American Family », in Ethnic Families in America(...)
  • 74 T. Hershberg et al., « A Tale of Three Cities : Blacks, Immigrants, and Opportunity in Philadelphi (...)
  • 75 C. Golab, Immigrant Destinations, Philadelphie, Temple UP, 1977, p. 112.
  • 76 R. N. Juliani, Building Little Italy : Philadelphia’s Italians Before Mass Migration, University P (...)
  • 77 Pour une remise en question du concept d’homogénéité des enclaves ethniques en général, cf. H. Chu (...)

19Richard Gambino soutenait autrefois que « les quartiers italo-américains étaient effectivement des regroupements de villes du Mezzogiorno transplantées et comprimées dans les agglomérations urbaines saturées du nouveau monde70 ». Mais presque aucun historien ne pourrait aujourd’hui adhérer aux propos de Giovanni Russo selon lesquels « les petits villages d’Italie du sud étaient reconstruits au cœur de la métropole américaine71 ». Il n’est bien évidemment pas inexact que les quartiers ethniques « ne furent jamais l’équivalent culturel économique ou social d’un village transplanté à new York » ou dans une autre ville américaine et que les « petites italies » finissaient par « mélanger les italiens » dont l’origine régionale, le dialecte et les coutumes étaient différents72. Toutefois, il est aussi indéniable que, comme le soulignent Francis X. Femminella et Jill S. Quadagno, « il n’y eut jamais de Petite Italie qui fût purement et exclusivement italienne. Les communautés immigrées italiennes n’étaient jamais composées de plus de 65 % d’Italiens, elles étaient toujours mélangées73 ». Ainsi, en 1930, les Italo-américains de Philadelphie vivaient dans des quartiers dont 38 % des habitants en moyenne étaient d’ascendance italienne74. Pourtant, bien que caroline Golab ait montré qu’ » aucun groupe d’immigrés de la ville n’a jamais complètement eu le monopole d’un quartier donné75 », il est généralement admis qu’au moins le sud de Philadelphie accueillit une « Petite Italie76 ». on peut donc raisonnablement s’interroger sur les raisons pour lesquelles, dans la littérature relative à cette question, il suffisait de la présence de deux tiers, voire même d’un seul tiers, de résidents Italo-américains dans un espace délimité pour que l’on appelle ce quartier « Petite Italie », alors que la présence d’une concentration analogue de calabrais ou de Siciliens dans une enclave de même type ne pouvait justifier que l’on parle de « Petite Calabre » ou de « Petite Sicile »77.

  • 78 I. Zangwill, Melting Pot, New York, Macmillan, 1909.
  • 79 « Little Italy on Parade », New York Times, 22 septembre 1891. « Rioting in “Little Italy” », ibid (...)
  • 80 Sur l’attitude de J. Riis vis-à-vis des immigrés italiens, cf. W. Boelhower, « Pushcart Economics  (...)
  • 81 C. Mc Leod, The Heart of the Stranger, op. cit., p. 67, 70, 98, 163, 168, 183.

20Comme le « melting pot78 » d’Israël Zangwill, le concept de « Petite Italie » correspond moins à une dénomination scientifique qu’à une image impressionniste et accrocheuse héritée des écrits de journalistes et de reporters du xixe siècle tels que Jacob Riis et véhiculée dans certaines pièces de théâtre du début du xxe siècle comme Little Italy : A Tragedy in One Act, de Horace B. Fry ou bien encore The Heart of the Stranger : A Story of Little Italy d’Anna Christian Rudd, pseudonyme de Christian McLeod79. ces travaux ont non seulement contribué à la diffusion d’un certain nombre de stéréotypes concernant les immigrés italiens, mais aussi posé comme acquise l’existence de quartiers italiens cohérents, construits depuis l’arrivée de groupes importants de migrants italiens aux États-Unis et définis à la fois par l’origine nationale de leurs résidents et par le lien de ces derniers à leur patrie natale80. Il est à noter que le peu de mots italiens prononcés par les personnages de Rudy – figlio mio (mon fils), figlia mia (ma fille), signorina (mademoiselle), diavolo (diable), orecchi di prete (oreilles de prêtre), misericordia (miséricorde) – sont toujours orthographiés en italien standard et non en dialecte81.

  • 82 D. R. Gabaccia, F. M. Ottanelli (dir.), Italian Workers of the World : Labor Migration and the For (...)
  • 83 A. Paparazzo (dir.), Calabresi sovversivi nel mondo : L’esodo, l’impegno politico, le lotte degli (...)

21Comme les nouveaux venus italiens étaient loin de partager un quelconque sentiment d’appartenance nationale, il serait opportun que les historiens dépassent le stade des généralisations terminologiques faciles et s’intéressent à l’importance du campanilisme dans l’expérience italo-américaine, aussi d’un point de vue sémantique. Bien que le localisme ait été un trait essentiel de l’exode des italiens, la littérature sur l’immigration italienne s’est progressivement tournée vers le transnationalisme comme outil conceptuel pour explorer les réseaux reliant les italiens au-delà des frontières et des divisions géographiques82. Toutefois, même les études consacrées à la vision résolument internationale du monde défendue par certains migrants italiens (c’est-à-dire la solidarité ouvrière), se sont parfois appuyées sur une approche au moins régionale. C’est notamment le cas d’un récent ouvrage sur l’émigration de gauche calabraise83. Il reste à espérer que la terminologie utilisée pour définir les zones d’implantation des immigrés d’origine italienne reflétera de façon appropriée les comportements régionalistes qui ont conditionné l’émergence de ces quartiers et ont donné un sens à la vie de leurs habitants.

  • 84 S. Campailla, « Little Italy », in Il sogno italo-americano : Realtà e immaginario dell’emigrazion (...)
  • 85 J. Krase, « America’s Little Italies », op. cit., p. 180.
  • 86 W. Sollors, Beyond Ethnicity : Consent and Descent in American Culture (New York, Oxford UP, 1986. (...)

22En se référant au district de Mulberry Street du new York d’aujourd’hui, Sergio Campailla nomme « Petite Italie » un lieu dont lui-même admet qu’il est une preuve vivante de l’assimilation des Italo-américains dans la société américaine84. Le sociologue Jerome Krase démontre que, suite à l’installation des descendants des immigrés dans les banlieues résidentielles et à la réhabilitation de leurs anciennes zones d’implantation en centre-ville, les termes « Petite Italie » correspondent, dans l’environnement urbain actuel, à des quartiers qui « n’auront d’autre existence possible dans le futur que sous la forme de “Disneyland ethnique” ou peut-être de ruines semblables à celles de Pompéi85 ». En d’autres termes, chaque fois qu’ils n’ont pas été détruits par de nouveaux projets urbains, les quartiers qui abritaient jadis de vraies personnes dans de vraies habitations sont devenus des attractions pour touristes en quête de lieux au parfum ethnique. Néanmoins, les termes employés pour décrire de tels quartiers restent les mêmes. Dans ce contexte, on pourrait facilement avancer que le concept de « Petite Italie » est, tout comme la notion d’ethnicité86, une construction sociale et culturelle, dont le sens a évolué au fil du temps. On peut alors suggérer que l’idée d’une cohésion reposant sur une origine nationale commune fut plaquée sur ce qui n’était en réalité qu’un patchwork de différents groupes scindés en fonction de leur appartenance régionale. Or, ces divisions constituaient la dimension initiale de la répartition spatiale des immigrés de la Péninsule dès leur arrivée aux États-Unis, aspect que toute référence à une origine nationale commune ne peut qu’occulter.

Notes

1 . Cf. l’invective de Dante Alighieri : « Serva Italia, di dolore ostello, / nave sanza nocchiero in gran tempesta, / non donna di provincie, ma bordello ! », Purgatoire VI, p. 76-78.

2 . L. Manconi, « Campanilismo », in Bianco, rosso e verde : L’identità degli italiani, sous la dir. De G. Calcagno, Roma/Bari, Laterza, 2003, p. 36-42. Pour une excellente étude de cas, cf. L. Carle, La patria locale : L’identità dei Montalcinesi dal xvi al xx secolo, Venizia, Marsilio, 1996.

3 J. Pellegrino, « An Effective School of Patriotism », Studies in Italian American Social History, sous la dir. de F. Cordasco, Totowa, Rowan and Littlefield, 1975, p. 84-104. F. Durante, Italoamericana : Storia e letteratura degli italiani negli Stati Uniti, 1776-1880, Milano, Mondadori, 2001, p. 201-237.

4 Cité dans P. H. Williams, South Italian Folkways in Europe and America, New Haven, Yale UP, 1938, p. 17.

5 G. Preziosi, Gl’italiani negli Stati Uniti del Nord, Milano, Lib. Editrice Milanese, 1909, p. 61.

6 J. Schinto, Huddle Fever, 1995, cité dans Don’t Tell Mama ! The Penguin Book of Italian American Writing, sous la dir. de R. Barreca, New York, Penguin, 2002, p. 493.

7 F. M. Malpezzi, W. M. Clements, Italian-American Folklore, Little Rock, Augustus, 1992, p. 27-35.

8 J. Andreozzi, « The Order Sons of Italy in America », in Guide to the Records of the Order Sons of Italy in America, sous la dir. de J. Andreozzi, St. Paul, Immigration History Research Center, 1989, p. 7-14.

9 Transcription d’un entretien avec Saverino Verna, Records of the Works Progress Administration Ethnic Survey, 1938-1941, « Italians in Pennsylvania », roll 3, Pennsylvania State Archives, Harrisburg, (ci-après WPAES) ; « Regolamento », 9, Papers of the Società di Mutuo Soccorso fra Castrogiovannesi e Provinciali, b. 1, f. 1, Balch Institute Collection, Historical Society of Pennsylvania, Philadelphie (BIC).

10 H. J. Gans, The Urban Villagers, New York, Free Press, 1962, p. 116. Statuto della società di beneficienza Ateleta, University of Pittsburgh 16, 32, Ateleta Beneficial Association Papers, Archives of Industrial Society. « Per la Fratellanza Abruzzese », L’Eco del Rhode Island, 16 juillet 1910.

11 « Active Fraternal Life of Little Italy », Providence Journal, 21 décembre 1919.

12 R. P. Lynch, Federal Hill Case Study, Warren, New England Neighborhood Revitalization Center, 1978, p. 2. J. P. Colangelo, « Italians in Providence, 1900-1930 », Thesis, Brown University, 1974, p. 83-84.

13 Works Progress Administration, Rhode Island : A Guide to the Smallest State, Boston, Houghton Mifflin, 1937, p. 99.

14 J. Barton, Peasants and Strangers : Italians, Rumanians, and Slovaks in an American City, 1890-1950, Cambridge, Harvard UP, 1975, p. 60.

15 A. A. Bernardi, Italia randagia attraverso gli Stati Uniti, Torino, Bocca, 1913, p. 315.

16 Circular letter by S. Giordano, Providence, 29 août 1904, G. Zambarano Papers, b. 2, Rhode Island Historical Society, Providence.

17 J. S. MacDonald, L. D. MacDonald, « Migration, Ethnic Neighborhood Formation, and Social Networks », Millbank Memorial Fund Quarterly, 42, 1, janvier 1964, p. 82-97. E. Franzina, Gli italiani al Nuovo Mondo : L’emigrazione italiana in America, 1492-1942, Milano, Mondadori, 1995, p. 292-294.

18 I. A. Glazier and R. Kleiner, « Analisi comparata degli emigranti dall’Europa meridionale e orientale attraverso le liste passeggeri delle navi statunitensi », Altreitalie, 7, janvier/juin 1992, p. 119, 125.

19 R. F. Harney, « Boarding and Belonging », Urban History Review, 7, 2, octobre 1978, p. 8-37. Sur les siciliens d’Elizabeth Street à New York, cf. D. R. Gabaccia, From Sicily to Elizabeth Street : Housing and Social Change among Italian Immigrants, 1880-1930, Albany, State University of New York Press, 1984, p. 80-82.

20 R. N. Juliani, « The Origin and Development of the Italian Community in Philadelphia », in The Ethnic Experience in Philadelphia, sous la dir. de J. E. Bodnar, Lewisburg, Bucknell UP, 1973, p. 239-240.

21 J. Lopreato, Italian Americans, New York, Random House, 1970, p. 40. V. Yans-McLaughlin, Family and Community : Italian Immigrants in Buffalo, 1880-1930, Ithaca, Cornell UP, 1977, p. 59-60, 64-69, 73-74.

22 G. C. Speranza, « The Italians in Congested Districts, » in The Italian in America : The Progressive View, 1891-1914, sous la dir. de L. F. Tomasi, New York, Center for Migration Studies (ci après CMS), 1978, p. 238.

23 L. Villari, Gli italiani negli Stati Uniti d’America e l’emigrazione italiana, Milano, Treves, 1912, p. 216.

24 M. Maffi, Gateway to the Promised Land, New York, New York UP, 1995, p. 109-110. S. L. Baily, Immigrants in the Lands of Promise : Italians in Buenos Aires and New York City, 1870-1914, Ithaca, Cornell UP, 1999, p. 127-128.

25 G. Maffei, L’Italia nell’America del Nord, Valle di Pompei, Sicignano, 1924, p. 46-47.

26 E. C. Sartorio, Social and Religious Life of Italians in America, Boston, Christopher, 1918, p. 18.

27 J. Addams, Newer Ideals of Peace, New York, Macmillan, 1907, p. 67.

28 M. A. Gertrude, « Italian Immigration into Philadelphia », Records of the American Catholic Society of Philadelphia, 58, 2, juin 1947, p. 190.

29 P. Militello, Italians in America, Philadelphia, Franklin, 1973, p. 2. R. N. Juliani, The Social Organization of Immigration : The Italians in Philadelphia, New York, Arno, 1980, p. 168-172, 178-182. N. V. De Leo, « A Look at the Early Years of Philadelphia’s Little Italy », Pennsylvania Folklife, 45, 1, automne 1995, p. 36.

30 R. J. Vecoli, « The Formation of Chicago’s “Little Italies’” », in Migration across Time and Nations, sous la dir. de I. A. Glazier and L. De Rosa, New York, Holmes & Meier, 1986, p. 287-301.

31 R. Scartezzini, R. Guidi et A. M. Zaccaria, Tra due mondi : L’avventura americana tra i migranti di fine secolo, Milano, Angeli, 1994, p. 212-224.

32 J. E. Smith, Family Connections : A History of Italians and Jewish Immigrant Lives in Providence, Rhode Island, 1900-1940, Albany, State University of New York Press, 1985, p. 132-133.

33 F. A. Ianni, « The Acculturation of Italo-Americans in Norristown, Pennsylvania, 1900 to 1950 », Thèse de doctorat, Pennsylvania State College, 1952, p. 129-133. J. Downs, « Procession Carries on Sicilian Traditions », Philadelphia Inquirer, 25 août 1994, C2.

34 G. R. Mormino et G. E. Pozzetta, The Immigrant World of Ybor City : Italians and Their Latin Neighbors in Tampa, 1885-1985, Urbana, University of Illinois Press, 1987, p. 83.

35 J. Y. Dickinson, « Aspects of Italian Immigration to Philadelphia », Pennsylvania Magazine of History and Biography, 90, 4, octobre 1966, p. 463.

36 P. Palazzi, WPAES, roll 3, 24 juillet 1940.

37 J. Barton, Peasants and Strangers, op. cit., p. 58-59.

38 G. R. Mormino, Immigrants on the Hill : Italian Americans in St. Louis, 1882-1982, Urbana, University of Illinois Press, 1986, p. 72-74.

39 V. Yans-McLaughlin, Family and Community, op. cit., p. 75.

40 C. F. Ware, Greenwich Village, 1920-1930, Boston, Houghton Mifflin, 1935, p. 155.

41 A. Ferro, « Continuità e trasformazione dell’identità etnica : Studio etnografico degli italo-americani a Boston », in M. Pretelli et A. Ferro, Gli italiani negli Stati Uniti del xx secolo, Roma, Centro studi emigrazione, 2005, p. 210.

42 R. N. Juliani, « The Parish as an Urban Institution : Italian Catholics in Philadelphia », Records of the American Catholic Historical Society of Philadelphia, 96, 1986, p. 49-65.

43 G. R. Mormino, Immigrants on the Hill, op. cit., p. 154.

44 F. Morelli to G. B. Scalabrini, cité in S. M. Tomasi, Piety and Power : The Role of Italian Parishes in the New York Metropolitan Area, 1880-1930, New York, CMS, 1975, p. 128.

45 U. M. Pesaturo, The Italo-Americans in Rhode Island, Providence, diffusion privée, 1936, p. 40.

46 R. Basso, History of Roseto, Pennsylvania, Easton, Tanzella, 1952, p. 7-29.

47 C. Bianco, The Two Rosetos, Bloomington, Indiana UP, 1974, p. 59.

48 W. De Marco, Ethnics and Enclaves : The Italian Settlement of the North End of Boston, Ann Arbor, UMI Research Press, 1981.

49 P. V. Cannistraro and G. Rosoli, « Fascist Emigration Policy in the 1920s », International Migration Review, 13, 4, hiver 1979, p. 683-689. M. S. Finkelstein, « The Johnson Act, Mussolini and Fascist Emigration Policy : 1921 -1930 », Journal of American Ethnic History, 8, 1, automne 1988, p. 38-55.

50 I. Child, Italian or American ? The Second Generation in Conflict, New Haven, Yale UP, 1943.

51 C. M. Sterba, Good Americans : Italians and Jewish Immigrants during the First World War, New York, Oxford UP, 2003, p. 133-152. S. Luconi, La « diplomazia parallela » : Il regime fascista e la mobilitazione politica degli italo-americani, Milano, Angeli, 2000, p. 62-84. M. Pretelli, « La risposta del fascismo agli stereotipi degli italiani all’estero », Altreitalie, n° 28, janvier/juin 2004, p. 48-65.

52 R. A. Varbero, « Philadelphia’s South Italians and the Irish Church : A History of Cultural Conflict », in The Religious Experience of Italian Americans, sous la dir. de S. M. Tomasi, Staten Island, American Italian Historical Association (ci après AIHA), 1975, p. 31 -52. J. A. Varacalli, « The Changing Nature of the “Italian Problem” in the Catholic Church of the United States », Faith and Reason 12, 1, mars 1986, p. 39, 44-53.

53 P. H. Williams, South Italian, op. cit., p. 13.

54 J. P. Cosco, Imaging Italians : The Clash of Romance and Race in American Perception, 1880-1910, Albany, State University of New York Press, 2003.

55 « Il raduno delle associazioni prelude una nuova era », Italian Echo, 23 mars 1934. Sur la discrimination anti-italienne, cf. B. Deschamps, « Le racisme anti-italien aux États-Unis (1880-1940) », in Exclure au nom de la race (États-Unis, Irlande, Grande-Bretagne), sous la dir. de M. Prum, Paris, Syllepse, 2000, p. 59-81.

56 F. Saracco, journal inédit, années 1930, F. Saracco Papers, BIC.

57 D. Noyes, « From the Paese to the Patria », in Studies in Italian American Folklore, sous la dir. de L. Del Giudice, Logan, Utah State UP, 1993, p. 150. « Programma ricordo della Loggia Piave n° 364 », L. Cipolla Papers, b. 1, f. 1, Immigration History Research Center, University of Minnesota, transcriptions d’entretiens avec S. Verna, S. Diorio, C. Erminio, and F. Ragozzino, WPAES, roll 3. G. Castruccio to the Italian ambassador, Chicago, 16 juillet 1935, Records of the Ministry of Popular Culture, b. 447, f. « Propaganda italiana a Chicago », ACS, Roma.

58 R. C. Freeman, « The Development and Maintenance of New York City’s Italian-American Neighborhoods », in The Melting Pot and Beyond : Italian Americans in the Year 2000, sous la dir. de J. Krase et W. Egelman, Staten Island, AIHM, 1987, p. 223 -235. A. La Ruffa, Monte Carmelo : An Italian-American Community in the Bronx, New York, Gordon and Breach, 1988, p. 18-19.

59 M. Soldati, America primo amore, 1935, rééd. Palermo, Sellerio, 2003, p. 65.

60 M. Taddei, Strade d’America, Milano, Ceschina, 1935, p. 21.

61 F. Cavaioli, « Ethnic Population Patterns on Long Island », in Ethnicity in Suburbia, sous la dir. de S. J. La Gumina, Garden City, Nassau College Press, 1980, p. 15-25. S. J. La Gumina, From Steerage to Suburbs : The Long Island Experience, Staten Island, CMS, 1988. R. N. Juliani, « Identity and Ethnicity : The Italian Case », in The Columbus People, édité par L. F. Tomasi, P. Gastaldo et T. Row, Staten Island, CMS, 1994, p. 56.

62 V. Yans-McLaughlin, Family and Community, op. cit., p. 60.

63 J. Krase, « America’s Little Italies : Past, Present, and Future », in Italian Ethnics : Their Languages, Literatures, and Lives, sous la dir. de D. Candeloro, F. L. Gardaphe et P. A. Giordano, Staten Island, AIHA, 1990, p. 170.

64 A. Bernardy, Passione italiana sotto cieli stranieri, Firenze, Le Monnier, 1931, p. 182.

65 Sur cette littérature, cf. M. S. Garroni, « Little Italies », in Storia dell’emigrazione italiana : Arrivi, sous la dir. de P. Bevilacqua, A. De Clementi et E. Franzina, Roma, Donzelli, 2002, p. 212-223.

66 R. F. Harney, J. V. Scarpaci, « Introduction », in Little Italies in North America, sous la dir. De R. F. Harney et J. V. Scarpaci, Toronto, Multicultural Society of Ontario, 1981, p. 1-6. Ce volume a connu un grand succès en Italie : les chapitres de G. W. Pozzetta (New York), de R. N. Juliani (Philadelphie), de J. V. Scarpaci (Baltimore), de G. Mormino (St. Louis), et de L. Iorizzo (Oswego), ainsi que l’introduction de R. F. Harney et J. V. Scarpaci, ont été traduits dans un numéro spécial de Storia Urbana, 5, n° 16, juillet/sptembre 1981, p. 3-145.

67 R. N. Juliani, « The Italian Community of Philadelphia », in Little Italies, op. cit., p. 95-96.

68 D. Candeloro, Chicago’s Italians : Immigrants, Ethnics, Americans, Charleston, Arcadia, 2003, p. 16-34.

69 A. M. Martellone, Una Little Italy nell’Atene d’America : La comunità italiana di Boston dal 1880 al 1920, Napoli, Guida, 1972.

70 R. Gambino, Blood of My Blood : The Dilemma of the Italian Americans, 1974, Toronto, Guernica, 2000, p. 110.

71 G. Russo, I cugini di New York (da Brooklyn a Ground Zero), Milano, Scheiwiller, 2003, p. 102.

72 D. R. Gabaccia, « Peopling “Little Italy” », in The Italians of New York : Five Centuries of Struggle and Achievement, sous la dir. de P. V. Cannistraro, New York, New York Historical Society and J. D. Calandra Italian American Institute, 1999, p. 49.

73 F. X. Femminella et J. S. Quadagno, « The Italian-American Family », in Ethnic Families in America, sous la dir. de C. H. Mindel et R. W. Habenstein, New York, Elsevier, 1976, p. 83.

74 T. Hershberg et al., « A Tale of Three Cities : Blacks, Immigrants, and Opportunity in Philadelphia, 1850-1880, 1930, 1970 », in Philadelphia : Work, Space, Family, and Group Experience in the Nineteenth Century, sous la dir. de T. Hershberg, New York, Oxford UP, 1981, p. 479-480.

75 C. Golab, Immigrant Destinations, Philadelphie, Temple UP, 1977, p. 112.

76 R. N. Juliani, Building Little Italy : Philadelphia’s Italians Before Mass Migration, University Park, Pennsylvania State UP, 1998.

77 Pour une remise en question du concept d’homogénéité des enclaves ethniques en général, cf. H. Chudacoff, « A New Look at Ethnic Neighborhoods : Residential Dispersion and the Concept of Visibility in a Medium-Sized City », Journal of American History 60, 1, juin 1973, p. 76-93. K. Conzen, « Immigrants, Immigrant Neighborhoods, and Ethnic Identity : Historical Issues », ibid., 66, 3, décembre 1979, p. 603-615.

78 I. Zangwill, Melting Pot, New York, Macmillan, 1909.

79 « Little Italy on Parade », New York Times, 22 septembre 1891. « Rioting in “Little Italy” », ibid., 19 mars 1894. J. A. Riis, How the Other Half Lives, 1890, rééd. Cambridge, Belknap Press of Harvard UP, 1970, p. 21, 36, 106. H. B. Fry, Little Italy : A Tragedy in One Act, New York, R. H. Russell, 1902. C. Mc Leod, The Heart of the Stranger : A Story of Little Italy, New York, Revell, 1908.

80 Sur l’attitude de J. Riis vis-à-vis des immigrés italiens, cf. W. Boelhower, « Pushcart Economics : The Italians in New York », in Public Space, Private Lives : Race, Gender, Class, and Citizenship in New York, 1890-1929, sous la dir. de W. Boelhower et A. Scacchi, Amsterdam, VU Press, 2004, p. 97-110.

81 C. Mc Leod, The Heart of the Stranger, op. cit., p. 67, 70, 98, 163, 168, 183.

82 D. R. Gabaccia, F. M. Ottanelli (dir.), Italian Workers of the World : Labor Migration and the Formation of Multiethnic States, Urbana, University of Illinois Press, 2001. D. R. Gabaccia, F. Iacovetta (dir.,) Women Gender and Transnational Lives : Italian Workers of the World, Toronto, University of Toronto Press, 2002.

83 A. Paparazzo (dir.), Calabresi sovversivi nel mondo : L’esodo, l’impegno politico, le lotte degli emigrati in terra straniera, 1880-1940, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2004. Cf. aussi B. Cartosio, « Sicilian Radicals in Two Worlds », in In the Shadow of the Statue of Liberty, édité par M. Debouzy, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1988, p. 127-138.

84 S. Campailla, « Little Italy », in Il sogno italo-americano : Realtà e immaginario dell’emigrazione negli Stati Uniti, sous la dir. de S. Martelli, Napoli, Cuen, 1998, p. 49-64.

85 J. Krase, « America’s Little Italies », op. cit., p. 180.

86 W. Sollors, Beyond Ethnicity : Consent and Descent in American Culture (New York, Oxford UP, 1986. W. Sollors (dir.), The Invention of Ethnicity, New York, Oxford UP, 1989. K. N. Conzen et al., « The Invention of Ethnicity : A Perspective from the USA », Journal of American Ethnic History, 12, 1, hiver, 1992, p. 3-41.

Auteur

Bénédicte Deschamps (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540