Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Première partie. Le modèle américain revisité

Paris, New York : deux « Petites Italies » dans l’entre-deux-guerres

Éléments pour une comparaison transatlantique

Judith Rainhorn

Testo integrale

1Se pencher sur la notion de « Petite Italie » dans la diversité des espaces de la diaspora italienne introduit d’emblée une perspective comparative, riche d’enseignements et de questions nouvelles. Territoire borné et identifié comme le lieu d’appartenance de migrants liés par une origine commune dans un espace dit d’accueil, les « Petites Italies » que le présent volume tente de mettre en perspective permettent de ré-interroger, dans une démarche critique, l’idée de l’existence d’une « communauté » immigrante soudée, et de poser la question de ce qui constitue spécifiquement l’espace investi par elle. Assez paradoxalement, c’est à leur terme, au moment où elles se délitent dans le vaste mouvement de transformation des deux métropoles qui les ont accueillies, que cet article envisage la comparaison de deux « Petites Italies » à Paris et à new York. Probablement autant que ses voies d’élaboration et de fonctionnement, les modes de dissolution des espaces investis par les migrants transalpins éclairent en effet l’histoire du corps à corps entre les hommes et les lieux. Si l’ampleur de l’espace investi, la densité de l’habitat migrant, les réseaux d’information, les solidarités familiales et professionnelles ou de logement qui existent au sein des migrants, l’utilisation commune des ressources humaines et économiques qu’offre la situation migratoire sont à coup sûr des éléments déterminants de la constitution d’une « Petite Italie », il semble également que la disparition des frontières autour des groupes d’origine nationale éclaire la nature du rapport entre les migrants et les espaces qu’ils ont investis. La comparaison transatlantique entre deux espaces d’implantation des migrants italiens à Paris et à new York permet ainsi de mettre en lumière le fait que le contexte urbain et la nature des groupes de migrants aboutissent à la fois à un certain nombre de formes communes de concentration des italiens et de marquage de l’espace local, mais également à des pratiques d’appropriation symboliques différentes de la part des migrants à Paris et à new York.

2En deux décennies, du milieu de l’entre-deux-guerres au lendemain de la Seconde guerre mondiale, les espaces investis par les migrants italiens dans les périphéries Nord-Est de Paris et de new York changent radicalement de visage. Les deux « Petites Italies » de La Villette et d’East Harlem, parmi les plus vastes et les plus peuplées à la fin des années 1920, ne gardent, vingt ans plus tard, que quelques traces, quelques sédiments déposés par la grande vague migratoire italienne qui a, désormais, pris un autre chemin, celui de la banlieue. avec une remarquable simultanéité à Paris et à new York, la période de l’entre-deux-guerres est d’abord celle de l’apogée de la présence italienne en termes numériques, ainsi qu’un moment de stabilisation, d’intégration à la vie sociale et politique française et américaine, une sorte d’âge d’or de l’italianité des quartiers d’immigrants parisien et newyorkais. Cependant, les conditions économiques et politiques difficiles qui caractérisent les années 1930 en font également une période de remise en question de certains acquis des migrants, notamment en matière économique et professionnelle, ainsi qu’une période d’intenses bouleversements dans le processus d’enracinement lentement entamé depuis la fin du siècle précédent. Période de stabilisation donc, mais aussi amorce d’une seconde étape majeure dans le chemin des migrants dans la ville. À Paris comme à new York, derrière l’âge d’or, le processus de dissolution des « Petites Italies » a commencé.

La Villette : le tranquille chemin des maisonnées italiennes vers la banlieue

  • 1 Malgré le sursaut de l’année 1930, la seconde décennie de l’entre-deux-guerres voit entrer sur le (...)
  • 2 Le terme d’« héritage immatériel » est la traduction de l’Eredità immateriale, titre italien de l’ (...)

3Si le milieu de l’entre-deux-guerres constitue l’apogée de la présence italienne, les années 1930 apparaissent comme le temps d’un déclin relatif, sous l’effet conjugué de la crise économique en France – qui freine ou diffère certains départs – et de la mise en place par le régime fasciste d’une politique destinée à enrayer l’émigration des italiens1. Après une période de sédentarisation incontestable au cours des trois premières décennies du xxe siècle, l’intense mobilité et le nomadisme, y compris à l’échelle locale, caractérisent un nombre croissant de parcours de migrants italiens. Dans le quartier de La Villette, à Paris, la tendance à l’exode depuis l’espace de première implantation, sensible depuis le milieu de la décennie 1920, est désormais bien visible : les enfants des primo/migrants, eux-mêmes nés dans le Nord-Est parisien, endossent alors fréquemment l’ » héritage immatériel » de la migration et empruntent à leur tour les chemins de la mobilité2. Dans ce mouvement qui s’amorce à la charnière des années 1920-1930, c’est la banlieue, en pleine expansion, qui bénéficie de la majorité de ces transferts de population d’origine parisienne, en même temps qu’elle attire, par la croissance de ses nouvelles « Petites Italies », une population récemment immigrée qui vient directement s’installer au-delà des frontières parisiennes : simultanément, la banlieue accueille donc une partie importante du nouveau flux migratoire et devient le lieu de seconde implantation de ceux qui sortent de l’enclave italo-parisienne de La Villette.

  • 3 Annuaire statistique de la Ville de Paris de 1925-1926, Paris, 1927, p. 448. Les italiens sont à S (...)
  • 4 Voir J. Rainhorn, Paris, New York : des migrants italiens, années 1880-années 1930, Paris, CNRS Éd (...)

4Cet exode vers la banlieue ne fait d’ailleurs qu’accompagner la tendance forte, sensible au sein des classes populaires parisiennes à cette époque, à quitter la ville-centre, au gré des premières politiques efficaces de logement à destination des salariés modestes et des classes moyennes. En cela, les migrants italiens, en butte aux crises xénophobes qui poussent une partie des étrangers à rechercher une moindre visibilité dans l’espace urbain, suivent par conséquent le mouvement général de la population de la capitale. Alors que les trois quarts d’entre eux demeuraient à Paris intra muros à la veille de la Première guerre mondiale (1911), la proportion est inversée au début des années 1930 : 70 % de la population italienne de la région parisienne vit désormais au-delà des anciennes fortifications. Ainsi, Aubervilliers (3 600 italiens en 1931), Saint-Denis (2 000), Bagnolet (1 400), Pantin (1 000) ou encore La Courneuve (600) font désormais figure de nouveaux horizons italiens3. Toutes communes avec lesquelles La Villette entretient des liens puissants depuis fort longtemps, si l’on en croit les liens unissant les ouvriers transalpins des raffineries et des usines à gaz de part et d’autre des fortifs dès la fin du xixe siècle – lors des grandes grèves du début de la décennie 1880 notamment –, qui témoignaient déjà de l’existence d’une puissante continuité urbaine entre le quartier de La Villette et les communes de banlieue limitrophes4.

  • 5 Les sources permettant la reconstitution de l’itinéraire des membres de plusieurs maisonnées cioci (...)
  • 6 Sur la démarche ayant permis la reconstitution de ces maisonnées, cf. J. Rainhorn et C. Zalc, « Co (...)
  • 7 Sur la notion de finistère, voir P.-A. Rosental, « Maintien/rupture : un nouveau couple pour l’ana (...)

5L’utilisation croisée de plusieurs sources nominatives d’origine diverse5 permet de reconstituer les itinéraires individuels et collectifs de quelques maisonnées originaires de l’Italie centrale et méridionale (Ciociaria) comptant chacune plusieurs dizaines de membres, installées à La Villette entre la fin du xixe siècle et la veille de la Seconde guerre mondiale et dont la présence a incontestablement « fabriqué » la Petite Italie villettoise au tournant du siècle6. En ce qui concerne ces dizaines de Transalpins solidement implantés autour du bassin de La Villette depuis trois à cinq décennies, le bilan est clair. À partir de 1925 environ, une grande part d’entre eux quitte massivement l’espace d’implantation initiale à destination des communes d’Aubervilliers, de Pantin et de La Courneuve, qui jouent chacune, dans cette noria migratoire à l’échelle locale, des rôles différents : espaces de passage, sas ou finistères de la migration italienne dans le Nord-Est parisien7. il est d’ailleurs probable que la pression exercée par l’arrivée de la nouvelle vague d’immigrants en provenance de la péninsule qui déferle sur la région parisienne et, plus particulièrement encore sur le quartier de La Villette, incite les plus anciennement implantés à partir vers des espaces moins congestionnés, de l’autre côté de la « zone », là où des liens anciens les unissent à la population transalpine locale, là, enfin où le nombre d’italiens installés justifie, par exemple, l’ouverture de boutiques d’alimentation, marqueurs visuels et olfactifs de l’italianité du quartier, qu’il soit urbain ou banlieusard.

6Ce qui pourrait apparaître comme une fuite hors de la Petite Italie prend ainsi plutôt la forme d’un essaimage sans véritable modification du cadre de vie, de l’environnement urbain et humain, du paysage quotidien des italiens : il n’y a pas de trace de volonté de déracinement hors des frontières du groupe d’origine. D’autant qu’il est extrêmement difficile, voire périlleux, d’établir un lien entre le déplacement géographique des migrants vers la banlieue et une quelconque mobilité sociale ascendante, surtout dans une période marquée par la récession économique et la précarisation de nombre de migrants. En ce qui concerne les petits entrepreneurs originaires de la Ciociaria, la plupart de ceux qui migrent vers Aubervilliers et La Courneuve sont inscrits au registre du commerce en tant que marchands ambulants de quatre saisons, de fruits ou de fleurs, et se caractérisent par un statut économique et professionnel particulièrement précaire. Pour eux, l’exode banlieusard ne correspond probablement en rien à une stabilisation professionnelle : la plupart continue d’ailleurs de vendre sa marchandise sur les marchés, comme au cours de la décennie précédente.

7Si la migration massive des italiens méridionaux à destination des communes de la banlieue Nord-Est ne fait guère de doute, entraînant par ricochet la fuite de la majorité de leurs compari vers les mêmes espaces, le mouvement semble cependant moins net pour les autres migrants transalpins. L’observation de quelques itinéraires résidentiels d’italiens originaires du nord de la péninsule aboutit à un constat de grande diversité, sous laquelle on peine à distinguer des tendances globales, Lombards, Piémontais et Toscans s’étant d’ailleurs toujours caractérisés, à l’échelle locale, par une forte tendance à la dispersion et à la fusion dans le milieu environnant. ainsi, la dissolution rapide de la « Petite Italie » villettoise au cours des années 1930 est essentiellement liée au départ des méridionaux dont les traditions sociales, les pratiques matrimoniales et religieuses, les solidarités familiales et villageoises semblaient, plus que toutes autres, résister à une présence séculaire sur le sol parisien et constituaient les frontières symboliques de l’espace marqué par les migrants, constamment entretenu par l’arrivée de dizaines d’originaires des mêmes villages qui ont permis la réactivation des liens sociaux jusqu’au milieu de l’entre-deux-guerres.

  • 8 . A. Rouquet, La Villette, vie d’un quartier de Paris, Paris, Éditions du Cygne, 1930, p. 9-10.

8Désormais, dans les années 1930, la noria migratoire apporte son lot d’hommes nouveaux aux abords du bassin de La Villette : italiens de la vague migratoire la plus récente, bien sûr, mais également Juifs russes, polonais, puis allemands, arméniens, Espagnols et, enfin, travailleurs algériens et marocains qui donnent au Nord-Est parisien une nouvelle touche d’étrangeté : La Villette, ce « pays bizarre aux confins de Paris […], aussi étrange que les quartiers pouilleux de Djibouti », peut-on lire vers 19308. Ainsi, alors que les italiens constituent plus de la moitié des étrangers de papier autour du bassin de La Villette, ce sont désormais les Maghrébins qui leur volent la vedette, en matière d’étrangeté ressentie. Et cette nouvelle identification du quartier ne fait probablement qu’accélérer le processus d’exode des anciens migrants italiens, dont il ne reste, au lendemain de la guerre, que quelques sédiments. Une noria qui fonctionne donc sans heurts, à l’image de la mixité ethnique qui a prévalu à La Villette depuis la fin du xixe siècle.

L’extinction du Harlem italien : une citadelle assiégée

9La paisible dissolution de la « Petite Italie » villettoise, liée tout à la fois à la fusion dans l’espace de mixité du quartier d’implantation originelle et à l’essaimage de la population migrante vers de nouveaux horizons banlieusards n’a que peu d’écho sur l’autre rive de l’atlantique, tant le cas newyorkais témoigne du caractère conflictuel et douloureux de cette disparition. Le processus entamé est pourtant incontestablement similaire. Avec une remarquable simultanéité, le Harlem italien, la plus importante des « Petites Italies » new-yorkaises en superficie comme en nombre d’habitants, est le théâtre d’un phénomène centrifuge similaire à celui qui affecte la périphérie de la capitale française. Selon un mouvement initié au lendemain de la Première guerre mondiale, Manhattan perd chaque année plusieurs dizaines de milliers d’habitants, tandis que les autres boroughs de la métropole, en particulier le Bronx et le Queens, connaissent une expansion extrêmement rapide. Dans ce processus, les anciens immigrants italiens ne sont pas en reste. Surtout, la diminution du turn-over migratoire en raison de l’arrêt brutal de l’immigration italienne aux États-Unis à partir de l’instauration des quotas en 1921 et, plus encore, en 1924, rend plus aisée qu’à Paris la mesure de cet exode dans la seconde partie de l’entre-deux-guerres. East Harlem se couvre alors de pancartes « bail à céder » et « appartement à louer », qui font bientôt concurrence aux simples enseignes commerciales. En 1930, le quart du parc immobilier d’East Harlem est vacant et, à la fin de la même décennie, il ne reste que 4 000 Juifs russes des 128 000 résidant en 1920 dans le quartier, tandis que les italiens ont vu 30 000 d’entre eux quitter cet espace pour d’autres horizons migratoires.

10Comme dans la région parisienne, ce sont au premier chef les banlieues et les espaces urbains périphériques qui bénéficient de l’exode de la population de Manhattan. Cette période voit la naissance de vastes programmes immobiliers destinés aux classes moyennes, notamment à Brooklyn et dans le Bronx, attirant ceux des immigrants et de leurs enfants qu’une ascension sociale, même modeste, autorise à quitter le quartier d’implantation originelle. Dans ce mouvement général, la plupart des familles italiennes d’East Harlem semblent se contenter, selon les témoignages du temps, d’exils peu lointains : ils s’installent majoritairement dans le Bronx et dans le quartier d’Astoria (Queens), immédiatement de l’autre côté du pont qui enjambe la Harlem River, une implantation qui correspond probablement à la volonté de sortir d’un cadre urbain fortement dégradé tout en demeurant relativement proche de la Petite Italie semi-séculaire, en ce qu’elle recèle de services d’utilisation quasi-quotidienne fortement teintés d’italianité (commerces de proximité) mais également d’habitudes familiales et sociales (clubs, associations, etc.).

  • 9 Il y a là un élément de convergence avec la situation parisienne, où ce sont essentiellement des A (...)

11La noria migratoire est ici également à l’œuvre. Les nombreux espaces résidentiels et commerciaux abandonnés par ceux des italiens quittent le quartier sont partiellement investis par les nouvelles vagues d’immigrants qui s’installent à East Harlem, essentiellement portoricains et noirs américains, dont il est d’ailleurs remarquable que ni les uns ni les autres ne sont étrangers au regard de la loi américaine9. À cette époque, en effet, on estime qu’environ 1 000 Portoricains s’installent à East Harlem chaque mois : en 1940, ils sont environ 30 000 dans le quartier, tandis que le Harlem noir, initialement implanté à Central Harlem, au nord-ouest de l’espace italien, vient peu à peu grignoter celui-ci par l’expansion de sa superficie.

12Contrairement à La Villette, cependant, où la mixité a toujours prévalu, la mise en péril de la domination écrasante de la population d’origine italienne, en raison de l’exode progressif de ses membres et de l’arrivée de nouvelles vagues de population dans le quartier, semble fissurer l’édifice social de la « Petite Italie » Harlemite. Ainsi, si les italiens demeurent majoritaires en tant que groupe d’origine nationale dans la partie la plus orientale du quartier, les noirs américains le sont désormais au nord de la 112e rue, tandis que l’embryon du Spanish Harlem est perceptible, coincé entre l’implantation italienne et Central Park autour de la 96e rue.

  • 10 « Italian Gang Battles Puerto Ricans : Nine Held after Skirmish in Harlem », The Harlem Home News, (...)

13Ces nouvelles conditions contraignent les italiens à redéfinir les frontières du quartier. Entre la vieille Little Italy et le nouveau Barrio en formation, la ligne de démarcation consiste en ce que les habitants du voisinage appellent alors la « Grande Muraille de Chine », solide mur de maçonnerie construit sur Park avenue pour soutenir les voies ferrées, percé d’ouvertures en arcades sous lesquelles passent les rues transversales. C’est précisément dans les alentours immédiats de cette frontière qu’ont lieu la majorité des affrontements entre italiens et Portoricains à la fin des années 1930, témoins du conflit que suscite la nouvelle délimitation des territoires respectifs des deux groupes. En octobre 1938, ces conflits atteignent une ampleur inédite, des centaines de jeunes des deux groupes d’origine se livrant à de véritables batailles rangées malgré l’intervention de la police qui demeure impuissante. initié parce qu’une cinquantaine de jeunes Portoricains ont traversé Park avenue à hauteur de la 105e rue – « frontière mythique entre les deux quartiers » selon le Harlem Home News –, mais aussi, selon d’autres sources, en raison d’un conflit à propos des faveurs des jeunes filles du quartier, l’affrontement, à coup de jets de bouteilles, de pierres et de briques arrachées aux cheminées et lancées depuis les toits des immeubles, se solde par un blessé grave (un « italien » de 16 ans a le poumon transpercé), une soixantaine d’arrestations, quatre condamnations à de lourdes peines d’amende et des centaines de vitrines de commerces portoricains brisées10.

  • 11 The Young Savages, film de John Frankenheimer (1961), met en scène les rapports souvent conflictue (...)

14Les émeutes urbaines entre groupes de jeunes de différentes origines émaillent l’histoire d’East Harlem de la fin des années 1930 au début de la décennie 1950 et contribuent, une fois de plus, à la détérioration de l’image du quartier aux yeux mêmes de ses habitants. Celles qui mettent aux prises italiens et Portoricains sont les plus récurrentes11. Mais il s’en trouve également entre italiens et noirs (1941), noirs et Juifs russes (1944), affrontements souvent violents qui sont le témoin de l’existence de véritables territoires ethniques bornés, et de la difficulté éprouvée par le groupe italien d’assister à sa dilution progressive face aux nouvelles vagues d’immigrants qui investissent le quartier qu’ils se sont approprié depuis un demi-siècle.

  • 12 « Sinatra at Franklin », 23 octobre 1945, Leonardo Covello Papers (Philadelphie), MSS 40, VI, 54/1 (...)

15Parmi les italiens, par conséquent, ceux qui demeurent à East Harlem alors même que l’exode est amorcé, sont donc très probablement, en grande majorité, ceux qui n’ont pas la possibilité économique de partir et qui s’en trouvent ainsi doublement affectés. Quelques initiatives isolées tentent de résoudre le conflit : en octobre 1945, par exemple, Frank Sinatra, l’un des symboles de la « fierté ethnique » (ethnic pride) des italo-américains, est invité au Collège Benjamin Franklin, bastion de l’italianité d’East Harlem sous la houlette du pédagogue Leonardo Covello, et y fait un discours, non dénué d’une certaine mièvrerie, prônant la tolérance entre groupes ethniques et s’opposant à la délinquance des gangs12. Mais l’édifice social du Harlem italien semble définitivement fissuré, et la décennie qui suit la Seconde guerre mondiale ne fait qu’entériner sa dissolution. Au recensement de 1950, la population du quartier, en nette diminution globale, est dominée par les Portoricains (41 %) et les noirs américains (38 %), les individus d’origine italienne n’en constituant plus qu’une petite minorité (13 %). Le Harlem italien est désormais devenu le Harlem hispanique et noir.

Conclusion

16Un phénomène de noria migratoire est incontestablement à l’œuvre dans les deux « Petites Italies » parisienne et new-yorkaise, dans des proportions différentes, qui sont le reflet de l’histoire de l’immigration en France et aux États-Unis. L’ascension socio-économique que connaissent certaines familles d’origine étrangère, sur une, deux, voire trois générations, contribue certainement à ce processus géographique, mais elle demeure cependant extrêmement modeste, au regard des mesures qui ont été tentées : à new York comme à Paris, les années 1930, période de crise et de régression sociale à bien des égards, constituent pour le moins un moment de pause dans le très lent phénomène de l’ascension socio-économique des migrants.

  • 13 Magazine Fortune, New York, mai 1934, édition spéciale consacrée à l’Italie fasciste.

17Celui-ci n’est pourtant pas seul en cause, dans la transformation des quartiers considérés : il existe également un processus horizontal, simple déplacement géographique de la résidence, qui intervient pour des motifs qui demeurent souvent obscurs aux historiens, en ce qu’ils participent de l’aventure et des choix individuels. La combinaison de ces deux mouvements accélère la noria résidentielle au sein de l’espace urbain. il convient nécessairement de garder à l’esprit, à ce propos, la différence essentielle qui distingue la nature des banlieues américaines et françaises, au cours du premier xxe siècle. alors que la fuite vers les périphéries new-yorkaises correspond bien souvent à la volonté de s’extraire d’un centre-ville dégradé et congestionné et qu’elle est donc essentiellement le fait de ceux qui ont la possibilité financière de participer à ce mouvement, la croissance de la proche banlieue parisienne, sans contredire ce modèle global – certains italiens ont alors l’occasion de se construire un petit pavillon à Aubervilliers ou Saint-Denis –, peut également être synonyme de relégation et de ségrégation des classes populaires et laborieuses. Dans les deux espaces, cependant, le départ vers la banlieue signifie à la fois la recherche d’un cadre d’habitat moins dégradé et à la volonté de quitter l’espace de première implantation dans l’agglomération, évocateur du passé migratoire. Là comme ici, également, ce mouvement centrifuge accompagne la dynamique générale des populations des métropoles concernées. Ainsi, le départ des italiens de La Villette vers la banlieue Nord-Est et celui de leurs compatriotes d’East Harlem vers les espaces périphériques du Grand new York témoignent également de l’adaptation des anciens immigrants et de leurs enfants au mouvement global de la ville, de la fusion des modes d’habiter migrants et locaux : ces déménagements attestent du fait que ces italiens sont en quelque sorte devenus des Parisiens et des new-yorkais. Comme l’écrit un journaliste américain en 1934, témoin de cette transformation des migrants italiens et, surtout, des nouvelles générations, « Wops are unwopping themselves », c’est-à-dire « les Ritals se dé-ritalisent » en mettant à bas les frontières et en quittant leur espace d’implantation originelle13.

  • 14 À ce sujet, cf. le texte fondamental de L. Wirth, Le Ghetto, Grenoble, Presses universitaires de G (...)

18Phénomènes concomitants, donc, de part et d’autre de l’atlantique, mais pas similaires, et pas seulement en raison d’un effet de taille des groupes concernés. À new York, l’ampleur, bien sûr, mais également la diversité du groupe et l’absence de domination d’un élément régional, voire villageois, sur les autres, semblent souder les individus d’origine italienne au sein d’une « Petite Italie », micro-société complète, avec ses institutions, ses centres politiques et religieux, ses multiples lieux de sociabilité, son élite et ses bas-fonds, le poids de son petit commerce, enfin, qui participe du maintien de l’ethnicité à l’échelle locale. Autour du groupe italien, d’autres groupes, irlandais d’abord, Juifs russes ensuite, puis noirs américains et Portoricains, tentent de bâtir des édifices similaires. Dans cet archipel du nord de Manhattan, les enclaves ethniques se heurtent les uns aux autres et construisent des « Grandes Murailles de Chine » matérielles et symboliques, entourant des isolats sociaux fondés en grande part sur l’origine. L’empiétement des uns sur les autres sous l’effet de la noria migratoire devient, dans ce contexte, une question de survie du groupe, de compétition inter-ethnique qui explique les heurts violents entre communautés qui émaillent la fin des années 193014.

  • 15 J. Rainhorn, « Enclaves et creusets matrimoniaux à Paris et à New York. Perspective comparée de de (...)

19Nulle muraille à La Villette entre des groupes ethniques définis comme tels. ici, le territoire est, à l’échelle de l’histoire migratoire parisienne, une enclave microscopique de méridionaux au sein d’un espace marqué avant tout par la mixité et la diversité, accueillant des italiens dispersés, d’autres étrangers, des migrants provinciaux et des Parisiens de longue date. Entre ces mondes, l’interpénétration est constante. Alors que les frontières – notamment en matière matrimoniale et relationnelle15 – de l’enclave des Ciociari demeurent tangibles jusque dans les années 1930, La Villette apparaît moins comme un isolat urbain que comme un creuset humain, dont la mixité demeure l’une des caractéristiques fondamentales tout au long du premier xxe siècle, et dont la dissolution participe d’un mouvement global de « périphérisation » de la population urbaine, mais ne donne lieu à aucun conflit territorial.

20Ainsi, si de Paris à Londres, de Chicago à Marseille, de la Ruhr à new York, où qu’ils se retrouvent, les migrants se rassemblent, mettant en œuvre des pratiques quotidiennes de collaboration, de solidarité, de maximisation des ressources, les formes de ces regroupements, l’ampleur numérique, l’étendue, la pérennité, enfin, de tels regroupements varient. La comparaison des territoires migrants dans la diversité des temporalités et des lieux cherche ainsi à éclairer les conditions d’apparition, les modes de structuration et de déstructuration de ces espaces migrants. Ces espaces aux contours souvent indécis n’accueillent jamais la totalité des migrants du lieu et ne sont pas non plus hermétiquement clos : moins vastes, moins denses, moins visibles peut-être, dans la ville française que dans la métropole américaine, les regroupements de migrants n’en sont pas moins porteurs de marqueurs objectifs de l’appartenance immigrante, d’images territoriales identifiées, ou encore d’une mémoire collective à questionner. Parce que le concept nord-américain de « Petite Italie » a migré jusque chez nous, traversant l’atlantique dans le sens inverse des migrants d’autrefois, la comparaison franco-américaine semble particulièrement riche d’enseignements et de questionnements. Pour toutes ces raisons, il importe de mettre les « Petites Italies » sur l’établi du chercheur.

Note

1 Malgré le sursaut de l’année 1930, la seconde décennie de l’entre-deux-guerres voit entrer sur le territoire français trois fois moins de Transalpins que la décennie précédente, tandis que le nombre de retours passe d’environ 53 % entre 1921 et 1930 à 84 % au cours de la décennie suivante. Cf. Istat, Sommario di statistiche storiche dell’Italia, 1861-1975, Rome, 1976.

2 Le terme d’« héritage immatériel » est la traduction de l’Eredità immateriale, titre italien de l’ouvrage de G. Levi, Le Pouvoir au village (Paris, 1989, éd. originale Turin, 1985). Plusieurs auteurs ont montré récemment l’importance de l’héritage de cette tradition migratoire, qui se traduit par la propension sensible des enfants de migrants à migrer eux-mêmes davantage que les enfants issus de familles sédentaires. Cf. notamment J. Bourdieu, G. Postel-Vinay, P.-A. Rosental, « Migrations et transmissions intergénérationnelles dans la France du xixe et du début du xxe siècle », Annales HSS, juillet/août 2000, n° 4, p. 749-789.

3 Annuaire statistique de la Ville de Paris de 1925-1926, Paris, 1927, p. 448. Les italiens sont à Saint-Denis moins nombreux toutefois que les Espagnols (2 700).

4 Voir J. Rainhorn, Paris, New York : des migrants italiens, années 1880-années 1930, Paris, CNRS Éditions, 2005, p. 61-65 notamment. Cette continuité a également été mise en évidence par A. Faure, « L’industrie à Paris : La Villette », in Le xixe arrondissement. Une cité nouvelle, sous la direction de J. M. Jenn, Paris, Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, archives de Paris, p. 91-112.

5 Les sources permettant la reconstitution de l’itinéraire des membres de plusieurs maisonnées ciociare sont notamment les listes nominatives des Recensements de 1926 et 1936 (ADP, 2 MI LN 1926/8384 et 86-88, 2 MI LN 1936/86-89), les Registres des baptêmes de la paroisse Saint-Jacques/Saint-Christophe-de-La-Villette (archives de Paris, Collection de l’archevêché, 5650-5659), les dossiers de mariage religieux et les registres de visite des malades de la Conférence Saint-Vincent-de-Paul (archives de l’archevêché de Paris, paroisse Saint-Jacques/Saint-Christophe, 1C et 5C, 1904-1935), le Registre du commerce du département de la Seine, 1919-1942 (ADP, D33U3), les dossiers individuels de surveillance policière du Casellario politico centrale conservés à l’Archivio centrale dello Stato de Rome.

6 Sur la démarche ayant permis la reconstitution de ces maisonnées, cf. J. Rainhorn et C. Zalc, « Commerce à l’italienne. Immigration et activité professionnelle à Paris dans l’entre-deux-guerres », Le Mouvement social, n° 191, avril/juin 2000, p. 49-68, ainsi que J. Rainhorn, Paris, New York : des migrants italiens (années 1880-années 1930), Paris, CNRS Éditions, 2005, 234 p., passim.

7 Sur la notion de finistère, voir P.-A. Rosental, « Maintien/rupture : un nouveau couple pour l’analyse des migrations », Annales ESC, n° 6, 1990.

8 . A. Rouquet, La Villette, vie d’un quartier de Paris, Paris, Éditions du Cygne, 1930, p. 9-10.

9 Il y a là un élément de convergence avec la situation parisienne, où ce sont essentiellement des Algériens qui viennent s’installer à La Villette. Les Portoricains, quoique hispanophones, sont devenus citoyens américains en 1917 (Jones Act) et, comme tels, ne sont pas soumis aux quotas d’immigration instaurés au début des années 1920.

10 « Italian Gang Battles Puerto Ricans : Nine Held after Skirmish in Harlem », The Harlem Home News, 7 octobre 1938 ; « Youth Lies Near Death after Knifing by Gang at Harlem Racial Deadline », idem, 8 octobre 1938.

11 The Young Savages, film de John Frankenheimer (1961), met en scène les rapports souvent conflictuels entre les différents groupes ethniques d’East Harlem à la fin des années 1930 : Burt Lancaster – dans un rôle partiellement autobiographique –, fringant policier d’origine irlandaise né à East Harlem, mène l’enquête à propos du meurtre d’un jeune Portoricain par trois « italiens », dont l’un s’avère être le fils de l’ancienne petite amie du policier, à l’époque (1910) où irlandais et italiens se côtoyaient dans le quartier. Le film mêle intrigue policière et dilemme sentimental, mettant en scène la succession des différentes strates ethniques à East Harlem au cours de la première moitié du xxe siècle.

12 « Sinatra at Franklin », 23 octobre 1945, Leonardo Covello Papers (Philadelphie), MSS 40, VI, 54/16, 5 p.

13 Magazine Fortune, New York, mai 1934, édition spéciale consacrée à l’Italie fasciste.

14 À ce sujet, cf. le texte fondamental de L. Wirth, Le Ghetto, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1980 (édition originale, Chicago, 1928) et la lecture qu’en fait C. Rhein in « Le Ghetto de Louis Wirth : forme urbaine, institution et système social », in La ville des sciences sociales, sous la direction de B. Lepetit et C. Topalov, Paris, Belin, 2001, p. 111-149.

15 J. Rainhorn, « Enclaves et creusets matrimoniaux à Paris et à New York. Perspective comparée de deux expériences de mixité matrimoniale au sein de l’émigration italienne », Les migrations au scalpel, in Annales de démographie historique, 2002, n° 2, p. 79-99.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540