Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Première partie. Le modèle américain revisité

L’invention de la « Petite Italie » de New York

Donna Gabaccia
Traductor: Bénédicte Deschamps

Texto completo

  • 1 http ://www.italianamericans.com/messages/Feb2004-Sept2004/3979.html consulté le 5 juillet 2005. C (...)
  • 2 R. F. Harney and J. V. Scarpaci (dir.), Little Italies in North America, Toronto, The Multicultura (...)
  • 3 J. Krase, « Seeing Ethnic Succession in Little Italy : Change despite Resistance », Modern Italy, (...)

1Les termes « Petite Italie » (Little italy) ne sont pas du goût des italo-américains qui les trouvent parfois humiliants1. Il en va différemment des historiens. En Amérique du Nord, les spécialistes donnent à presque tous les quartiers italiens des villes du canada et des États-Unis le nom de « Petite Italie2 ». Dans l’esprit des nombreux touristes qui visitent New York chaque année, en revanche, « Little Italy » désigne seulement le quartier de Mulberry Street qui abrite une myriade de restaurants aux plats riches en sauce tomate et dont les rues accueillent au mois de septembre un festival de plusieurs jours en l’honneur de San Gennaro, le saint patron de Naples. Ceci est encore vrai aujourd’hui même si, comme le rappelle le sociologue Jerome Krase, la Petite Italie de Mulberry Street n’est désormais rien de plus qu’un parc d’attraction ethnique. Le caractère italien du lieu est commercial et vise tout particulièrement à attirer les touristes qui viennent chercher là nourriture, divertissement, nouveauté, ou nostalgie3.

  • 4 C. Cocks, Doing the Town : The Rise of Urban Tourism in the United States, 1850-1915, Berkeley, Un (...)
  • 5 D. R. Gabaccia, « Global Geography of « Little Italy » : Italian Neighbourhoods in Comparative Per (...)
  • 6 R. Harney, « Italophobia : English Speaking Malady » Studi Emigrazione, 22, 77, mars 1985, p. 6-43

2L’objet de cette contribution est de démontrer que l’apparition à New York de l’expression « Petite Italie » d’une part, et l’émergence du tourisme urbain de l’autre – notamment la quête d’un genre particulier de « danger sans risque » à la fois dans les quartiers immigrés voisins et dans les représentations qui en étaient faites dans la littérature – sont des phénomènes intimement liés car issus d’une fusion linguistique complexe opérée voilà plus d’un siècle4. Les territoires qui accueillirent une forte population italienne il y a cent ans étaient nombreux – peut-être même une majorité - à porter alors un autre nom que « Petite Italie », ce qui est d’ailleurs encore le cas aujourd’hui. Dans un précédent article, j’ai suggéré que l’on avait recours aux mots « Petite Italie » pour désigner essentiellement les implantations en territoire urbain et non les villages miniers ou agricoles qui sont pourtant tout aussi vivaces, ni même les chantiers éphémères mais qui regroupaient de nombreux travailleurs italiens, ces fameux golondrini encore appelés « oiseaux de passage ». Par ailleurs, les termes « Petite Italie » n’étaient presque utilisés que dans le monde anglophone5. Mon hypothèse était que l’apparition des termes « Petite Italie » aux États-Unis, la diffusion relativement limitée de ces mots d’un point de vue géographique, et la réticence des différentes nations à forte immigration italienne à les adopter sont autant d’éléments qui plaident en la faveur de l’idée que cette terminologie est née de la curieuse italophobie des anglophones, italophobie d’ailleurs tout aussi curieusement fondée sur les principes de catégorisation raciale alors en vigueur6.

  • 7 G. Pozzetta, « The Mulberry District of New York City : The Years before World War One », in R. Ha (...)
  • 8 J. Higham, « The Re-Orientation of American Culture in the 1890s » in J. Weiss (dir.), The Origins (...)
  • 9 W. Fuller Taylor, The Economic Novel in America Chapel Hill, University North Carolina Press, 1942 (...)

3Ici, mon argumentation devient plus complexe. Certes, l’invention de la « Petite Italie » de New York a contribué à populariser une image racialisée et assez négative de la criminalité des immigrés italiens et de l’insalubrité de la vie dans les taudis. Mais, dès leur invention, les termes inclurent aussi une connotation positive de fascination, de nouveauté, de romance et de risque, communément associée aux voyages à l’étranger. La ville de New York, en raison de sa taille et de sa forte population immigrée, « tient depuis longtemps une place particulière dans l’histoire des italiens d’Amérique7 ». L’immigration massive des italiens à New York coïncide aussi avec un moment crucial de l’histoire croisée de l’immigration, des dynamiques de classe et de la culture des élites américaines8. Des années 1880 aux années 1920, le débat sur l’élévation morale des pauvres fut de plus en plus associé à une réflexion prétendument plus scientifique sur la réforme de l’environnement urbain, ou la limitation de l’immigration des populations dites « racialement inférieures ». Les « visites amicales », effectuées à l’époque par Jacob Riis et d’autres réformateurs, conduisirent à la rédaction de rapports de police, à la venue d’enquêteurs, et enfin à la mise en place de centres sociaux. Dans la décennie 1890, les quartiers de taudis des grandes villes devinrent ce que le spécialiste de littérature Walter Fuller Taylor appelait « un nouveau champ littéraire » pour les romanciers. Les romans issus de cette vague contribuèrent à mettre en marche – pour reprendre les mots de Catherine Cocks – « l’esthétisation de la pauvreté » et la « romantisation » des minorités ethniques, au moment précis où un nombre croissant d’américains issus de la classe moyenne se convertissaient au tourisme urbain9. Ces touristes urbains s’intéressaient peu à l’élévation morale des pauvres ou à la réforme. L’invention de la « Petite Italie » de New York coïncide avec une quête de nouvelles formes de distraction et d’amusement comportant un zeste de danger.

Invention et lieu d’implantation des Petites Italies

  • 10 New York Times, 21 octobre 1886. L’analyse systématique du contenu du Times est désormais facilité (...)

4Les New-yorkais semblent avoir commencé à utiliser les termes « Petite Italie », au milieu des années 1880, à peu près au moment où Jacob Riis commença à écrire sur le quartier de Mulberry Bend, dans le cadre de son travail de reporter au New Evening Sun. Au moins est-il établi que, dans le New York Times, la première occurrence des mots « Petite Italie » – dans leur sens actuel de quartier occupé par des italiens – remonte à 188610.

  • 11 Le Mulberry District dont parle G. Pozzetta était borné au sud par Worth Street, au nord par East (...)
  • 12 G. Meyer, « Italian Harlem : America’s Largest and Most Italian Little Italy », http ://www.mibarr (...)

5Aujourd’hui, l’expression Little Italy nous est si familière que nous avons du mal à imaginer que d’autres termes puissent la remplacer. Or, il se trouve que les New-yorkais ont recours à une infinité d’expressions pour qualifier les zones d’implantation italienne : colonies italiennes, quartiers, districts, et communautés. Il est particulièrement surprenant de constater que lorsque le New York Times se réfère aux espaces urbains investis par les italiens, il ne fait appel à presque aucune des expressions si populaires aujourd’hui. Par exemple, les références aux « quartiers » italiens étaient extrêmement rares avant 1900 et jusqu’en 1910, elles n’apparaissaient que dans les annonces immobilières. De la même façon, les mots « communauté italienne » qui constituent la deuxième expression la plus fréquemment utilisée pour désigner les Petites Italies, étaient pratiquement inconnus avant 1900 et rarement usités avant 1920. Par ailleurs, avant 1900, il était bien plus courant de parler de l’émergence des colonies italiennes dans la ville que des Petites Italies. L’historien George Pozzetta, qui a consacré une étude au territoire qu’il a choisi de nommer « Mulberry District », savait que ce quartier portait de nombreux autres noms tels que « New Italy », « The bend », ou « bowery colony ». Or il est intéressant de remarquer qu’il n’utilise pas une seule fois les termes « Petite Italie » pour désigner le « Mulberry District » alors que son article faisait partie d’un ouvrage intitulé Les Petites Italies en Amérique du Nord11. Mes recherches permettent d’expliquer les réticences de George Pozzetta. Pour les New-yorkais, la Petite Italie ne se trouve pas le long de Mulberry Street, mais plutôt une dizaine de kilomètres plus au nord, à Harlem. En 1886, le premier journaliste du New York Times à recourir à l’expression se sentit obligé de préciser à ses lecteurs que la « Petite Italie » était « un territoire qui s’étendait de la 110e à la 112e rue, et de la 1re à la 2e avenue ». Le métro aérien de New York avait rallié Harlem en 1880, juste après l’arrivée dans cette partie de la ville des premiers immigrés en provenance d’Italie du Sud. Le territoire de la Petite Italie connut une expansion aussi rapide que l’accroissement de sa population. En 1930, 89 000 italiens s’étaient installés avec leurs enfants dans l’Italian Harlem, dont le périmètre était borné au sud par la 96e rue, au nord par la 125e, à l’ouest par Lexington avenue et à l’est par l’East River. Cette zone constituait la plus forte concentration de population d’origine italienne de New York12. Dans les années 1880, les journalistes du New York Times qui utilisaient les termes Petite Italie le faisaient toujours entre guillemets. Cette pratique qui a perduré jusqu’au milieu du xxe siècle laisse entendre que l’expression avait été empruntée à d’autres mais malheureusement pour les historiens, les journalistes en question ne révélèrent jamais leurs sources.

  • 13 D. Gabaccia, D. Hoerder et A. Walascek, « Emigration and Nation-Building during the Mass Migration (...)
  • 14 M. Choate, « From Territorial to Ethnographic Colonies and Back Again : The Politics of Italian Ex (...)

6L’inventeur de l’expression « Petite Italie » reste inconnu mais on peut raisonnablement imaginer qu’il s’agit d’une personne extérieure au quartier et non de l’un de ses habitants italiens. Au moins depuis la décennie 1850, et fréquemment dans les années 1870, les italiens cultivés d’Italie et des États-Unis préféraient le terme « colonia » (colonie) pour définir les zones où résidaient ceux qu’ils appelaient les « Italiani all’estero » (Italiens de l’étranger13). Les plus optimistes des écrivains italiens rêvaient même à une « più grande italia » (une plus grande Italie) susceptible de diffuser la culture italienne grâce à l’impérialisme démographique des immigrés14.

7Souvent pauvres et illettrés, les immigrés étaient d’improbables ambassadeurs de la culture italienne. La majeure partie d’entre eux ne parlait pas italien mais plutôt un dialecte incompréhensible aux natifs d’une autre région. En raison de leur attachement bien connu à leur région ou à leur village d’origine, les humbles migrants italiens – dont l’identité nationale resta encore fragile pour la plupart jusqu’au xxe siècle – n’étaient guère susceptibles d’avoir eux-mêmes choisi d’appeler leur nouvel environnement « la colonia » ou « piccola italia ».

  • 15 E. H. Chapin, Humanity in the City New York, De Witt & Davenport, Publishers, 1854. Cf. aussi T. A (...)

8De nombreux visiteurs se rendaient dans les quartiers défavorisés où s’installaient les immigrés mais il est peu probable que l’un d’entre eux soit l’inventeur des termes « Petite Italie ». Le fait d’appeler les quartiers de Manhattan en fonction de l’origine nationale, « raciale », ou ethnique de ses résidents n’était peut-être pas un phénomène complètement nouveau, mais il restait relativement rare, avant la deuxième moitié du xixe siècle. Aussi, les cartes urbaines dressées par les « visiteurs bien intentionnés » et les réformateurs des quartiers de taudis de New York rendaient compte de la géographie urbaine d’une façon incroyablement imprécise et n’offraient aucun précédent clair sur ce point. Par exemple, au début des années 1850, les articles aux allures de sermons écrits par le révérend E. H. Chapin sur la pauvreté au sud de Manhattan ne mentionnaient Five Points qu’en passant, et sous les traits d’un quartier déjà mal famé et peuplé d’immigrés indigents (surtout des irlandais et des allemands) au sein de la 6e circonscription15.

  • 16 S. Nadel, Kleindeutschland : Ethnicity, Religion, and Class in New York city, 1845-80, Urbana, Uni (...)
  • 17 New York Daily Times, 24 mai 1854, p. 8.

9Il est exact que les contemporains germanophones faisaient parfois référence à la Kleindeutschland (Petite Allemagne) de New York, dans les années 1850. Toutefois, selon Stanely Nadel, ils utilisaient le terme pour décrire l’intégralité de la métropole « germano-américaine » de la ville. Les New-yorkais anglophones traduisaient rarement Kleindeutschland par « Petite Allemagne » et n’appliquaient cette dénomination à aucun quartier immigré spécifique16. Une fois, en 1854, vint-il à l’esprit d’un reporter du New York Times de déclarer que « Greenwich Street était la Petite Allemagne d’hier », en raison de l’arrivée récente de nombreux immigrants vêtus de chemises bleues17. Jusqu’au xxe siècle, la plupart des New-yorkais appelaient les quartiers où se regroupaient les immigrés allemands soit « Germantown » (littéralement « germanoville ») soit, comme le remarque Stanely Nadel et comme cela est confirmé par le New York Times, « Dutchtown » (« Néerlandoville ») ou « Dutch Hill » (« la colline des Hollandais »).

  • 18 Pour l’unique référence à la « Petite Irlande, » cf. « The Wild Irishman », New York Times, 21 déc (...)
  • 19 Cf. la série d’articles du 4 au 6 mars 1880, qui commençait par « Miscellaneous City News : Chinam (...)
  • 20 . L. Brace, The Dangerous Classes of New York and Twenty Years’Work Among Them New York, Wynkoop & (...)

10Il est vain de chercher dans les pages des journaux ou dans les manuscrits des réformateurs une quelconque référence à des Petites Irlandes, Écosses, ou angleterres18. Les rédacteurs du New York Times commencèrent à parler de « Chinatowns » en 1860, mais ce fut seulement en 1880 que parut le premier article mentionnant une « Chinatown » à New York19. En 1872, Charles Loring Brace (pasteur protestant et auteur de The Dangerous Classes of New York) proposait dans ses écrits une carte des lieux d’implantation des groupes ethniques plus concrète que celles de ses prédécesseurs, notamment car il fournissait au lecteur les adresses et les circonscriptions précises des écoles techniques et des écoles de réforme fondées par la Children’s Aid Society20. c. L. Brace évoquait les « petits mendiants » de la 1re circonscription, les « repaires » de la 4e, les chiffonniers « de la zone est de la ville » (la 11e circonscription et, dans une certaine mesure, également la 16e), Dutch Hill (quartier de taudis du « East 40’s » essentiellement occupé par les immigrés irlandais), « Misery Row » dans le West Side (19e rue) et « les petits vagabonds » et les gavroches (étrangers) de Corlear’s Hook. Les italiens apparaissent également sur la carte dressée par c. L. Brace, car le Pasteur avait dépêché un collègue italophone, a. E. Cerqua, dans le quartier de Five Points où vivaient « les petits joueurs d’orgue de barbarie », principalement originaires de Ligurie. Cependant, a. E. Cerqua décrivit Five Points comme une « colonie » italienne. Or, à l’époque de c. L. Brace, une grande partie de Harlem (où était située la Petite Italie après 1886) était encore la campagne. Les zones se trouvant à l’ouest de l’ancienne 14e circonscription – qui abrite aujourd’hui la Petite Italie de Mulberry – étaient occupées par des New-yorkais de souche mais sans le sou que c. L. brace qualifiait de personnes « de couleur ». Dix ans plus tard, Jacob Riis utilisait encore les termes « Vieille Afrique » pour désigner cette zone.

  • 21 Le récit de la vie de J. Riis par lui-même se trouve dans The Making of an American, New York, Mac (...)
  • 22 Sur Jewtown and « Old Africa, », cf. J. Riis, « How The Other Half Lives – Studies Among The Tenem (...)

11Comme on peut l’imaginer, Jacob Riis n’est pas non plus l’inventeur de la Petite Italie de New York. Jacob Riis, lui-même immigré danois, faisait tous les jours la navette entre sa maison de Brooklyn et les quartiers pauvres de Manhattan. Il était très sensible aux changements démographiques qui affectaient les quartiers de New York qu’il visitait. Mais Harlem se trouvait bien éloigné de son secteur de prédilection du sud de Manhattan21. Il avait établi son quartier général dans les commissariats bordant Elizabeth Street, Mulberry Street et MacDougal Street et, comme les autres reporters de la police, il identifiait puis enquêtait sur les lieux connus sous les noms de « Poverty Gap » (fossé de la pauvreté), « Bandit’s Roost » (perchoir du bandit), « Hell’s Kitchen » (cuisine de l’enfer), « the bloody Sixth » (le Sixième sanglant) et « Pig Market » (marché du Porc), dans le but d’informer les lecteurs de la classe moyenne. Bien que Jacob Riis n’ait jamais évoqué cette question, il semble presque certain que lui et ses confrères, à la différence de E. H. Chapin et C. L. Brace, aient emprunté les noms de ces quartiers à cette langue de la rue, apparemment pittoresque et vernaculaire, qu’utilisaient leurs informateurs. À l’exception de quelques cas isolés mais remarquables car nés d’une « racialisation » prévisible (Jewtown, Chinatown, « Petite Afrique »), ces noms n’étaient pas particulièrement liés à l’origine ethnique ou nationale des habitants de ces quartiers22. Au moins l’une de ces dénominations, qui désignait le ghetto juif par les termes « Pig Market » (alors que l’on n’y trouvait pas de porc), attire l’attention sur le caractère sournois et quelque peu hostile de l’humour véhiculé par la langue locale.

  • 23 Le premier article à décrire cette Petite Allemagne est « Glen Island and Rockaway : Large Crowds (...)
  • 24 N. Brouwer, « Harbor Master, » South Seaport Museum Magazine, 1997, consulté le 20 juillet

12Alors pourquoi des informateurs locaux se sont-ils soudain tournés vers un marqueur de nationalité tel que « Petite Italie » dans le milieu des années 1880 ? Je crois qu’ils se sont inspirés d’une source très évidente mais aussi très surprenante, appliquant au quartier éloigné de Harlem une expression – « Petite Allemagne » – que l’on trouvait sur les lèvres des New-yorkais anglophones au début de la décennie 1880. Cette Petite Allemagne-là n’était pas un quartier immigré surpeuplé, mais au contraire une station balnéaire de banlieue, créée par John H. Starin, capitaine de port de New York. À l’époque, J. H. Starin souhaitait mettre en place des parcours d’excursions pour ses sorties en bateau à Glen Island, dans le détroit de Long Island, le long de la côte de New Rochelle dans le comté de Westchester. Cette station de Glen Island apparut fréquemment dans les journaux de New York entre 1881 et 1884, puis encore en 1886. Tous les ans, J. H. Starin ouvrait une nouvelle attraction à Glen Island : la première fut une pagode chinoise, suivie en 1882 d’une « Petite Allemagne », qu’un reporter du New York Times décrivit comme une « structure d’allure fantastique, fermée sur trois côtés et ouverte sur les autres » dont l’architecture était « semblable aux petites auberges que l’on trouvait dans certaines régions du pays natal23 ». La Petite Allemagne offrit ensuite aux plaisanciers un Biergarten, un pavillon musical, des balançoires, et des animaux en cage. Selon le biographe de J. H. Starin, Norman Bouwer, « Glen Island allait devenir une alternative élégante à la canaillerie de Coney Island24 ».

13La Petite Allemagne avait le goût d’une lointaine destination pour qui recherchait plaisir, divertissement, spectacle et nouveauté. En un mot, la Petite Allemagne de J. H. Starin était un parc d’attraction ethnique. Si les références à la Petite Italie de Harlem, comme celles au « Pig Market » juif, naquirent sous la forme de plaisanteries de rue, elles comportaient probablement aussi – comme c’est souvent le cas dans l’humour – un certain ressentiment chez les New-yorkais des classes populaires. Or, à l’instar de la station balnéaire de Glen Island, les quartiers immigrés de New York attiraient une nouvelle population de « touristes » de classe moyenne, comme en témoigne clairement l’apparition, au milieu des années 1880, de publications débattant du « slumming » (activité consistant à visiter des taudis).

Le « slumming » dans la Petite Italie

  • 25 J. Riis développa l’article qu’il publia en 1889 dans Scribner’s pour en faire How the Other Half (...)

14Vers la moitié des années 1880, les visiteurs des quartiers immigrés de New York se mirent à changer. Longtemps, un terrain de travail stimulant pour les évangélistes protestants et les réformateurs tels que E. H. Chapin et c. L. Brace, ces quartiers devinrent le centre d’intérêt de reporters spécialisés de la police comme Jacob Riis qui, à la fin des années 1880, décrivit les conditions de vie des pauvres aux lecteurs de la classe moyenne25. De plus en plus, les quartiers immigrés de New York semblaient offrir à ces derniers un spectacle, un exotisme romantique et un zeste de danger et de criminalité cachée, tout près de chez eux. La Petite Italie de Harlem finit par être représentée comme l’une des zones d’implantation italienne à la fois les plus excitantes et pittoresques de la ville et les moins dangereuses.

  • 26 Cf. S. Koven, Slumming and C. Cocks, Doing the Town, op. cit.
  • 27 Editorial, New York Times, 24 juillet 1884, p. 4.
  • 28 « Slumming in this Town : A Fashionable London Mania Reaches New York, Slumming Parties to be the (...)
  • 29 « Undesirable Immigration », New York Times, 21 juin 1884, p. 4.

15La pratique connue sous le nom de « slumming » a été plus d’une fois étudiée par les spécialistes du tourisme urbain26. Pour la classe moyenne des sociétés urbanisées et industrialisées anglo-américaines, réforme, élévation morale des pauvres et goût de l’aventure se combinaient dans le « slumming ». Le débat sur le « slumming » commença dans le New York Times en 1884, et les rédacteurs de ce journal se montraient critiques sur ce point. Au début, les journalistes suggéraient que « les sociétés britanniques et roumaines où se développaient les quartiers pauvres » encourageaient l’exportation des « déchets humains » européens vers le nouveau monde27. Les articles suivants mélangeaient des reportages critiques sur la royauté européenne qui visitaient les quartiers les plus pauvres du sud de Manhattan (probablement en quête de divertissement immoral) et des commentaires méprisants sur des philanthropes qui se rendaient dans les taudis déguisés en réformateurs. Le même journaliste du New York Times qualifiait le « slumming » de « manie londonienne à la mode » qui venait d’arriver à New York, et remarquait que la célèbre actrice Lillie Langtry avait « fait une virée nocturne dans les hauts lieux du East Side dans le Bowery28 ». Cependant, à la fin des années 1880, en raison de l’incroyable popularité des travaux de Jacob Riis sur les bas fonds, il était devenu impossible de réduire le « slumming » à une nouvelle façon patricienne « de tuer le temps29 ». Le « slumming » était devenu partie intégrante de la réforme sociale.

  • 30 J. Riis, The Making of an American, op. cit., chapitre 10.
  • 31 « Feast-Days in Little Italy » The Century, n° 58, 4 août 1899, p. 491-500. Cf. aussi R. Orsi, Mad (...)
  • 32 18 juillet 1905, p. 2.

16À la fin de sa vie, Jacob Riis reconnaissait à l’occasion qu’il avait fait partie de ces visiteurs de taudis, et une fois au moins, il utilisa le terme « slumming » pour évoquer les multiples facettes de son travail de reporter de la police, enquêteur social, réformateur et photographe30. Jacob Riis ne voyait évidemment pas ses écrits comme un divertissement ou une source d’inspiration pour le tourisme urbain. Néanmoins, il avait été opérateur pour un spectacle de lanterne magique dans les années 1870, et sa décision d’inclure des photographies d’habitants de taudis dans ses publications journalistiques tient vraisemblablement une part déterminante dans le succès de ces ouvrages. Le récit le plus important et le plus lu de son incursion dans la Petite Italie de Harlem se lit comme un guide touristique des spectacles religieux locaux. Il s’agit d’un article somptueusement illustré, consacré aux pittoresques festivals des quartiers italiens qui fut publié dans The Century en 1899. Ici, Jacob Riis offre l’une des premières représentations graphiques du désormais célèbre festival annuel de la 115e rue31. Au tournant du siècle, les reporters se rendaient fréquemment à Harlem pendant cette fête estivale. En 1905, le New York Times publia un article intitulé : « Panique provoquée par le feu chez les fidèles italiens, procession de Notre-Dame du Mont carmel dispersée dans la confusion, les hommes piétinent les femmes, cohue finalement contenue mais une noyade crée un nouvel affolement – Puis deuxième alerte au feu32. » Les habitants des rues misérables qui assistaient à l’événement, essentiellement pour voir défiler les pénitents aux pieds nus, les porteurs de cierges, et la statue de la Madone couverte d’argent et de bijoux et pour admirer les feux d’artifice qui accompagnaient le tout, avaient probablement éprouvé cette année-là des sensations plus fortes qu’ils ne l’auraient souhaité.

  • 33 E. Ingersoll, Handy Guide to New York, 11th ed. Cité par C. Cocks, op. cit., p. 197.
  • 34 « Little Italy’s Fete Day : A Feast of Our Lady of Mount Carmel Celebrated, Many Thousands Take Pa (...)
  • 35 « “Little Italy’s” Fete Day », New York Times, 17 juillet 1909, p. 3.

17Ainsi, à cette époque, même les plumes jadis réfractaires du New York Times, commençaient à décrire les quartiers déshérités tels que celui de la Petite Italie comme des destinations touristiques. En 1891, l’un des rédacteurs des guides Rand McNally, Ernest Ingersoll, avait déjà incité les touristes à se rendre à Mulberry Street en leur expliquant qu’il « était difficile de croire qu’il ne s’agissait pas de Naples33 ». Les journalistes du New York Times établissaient des liens encore plus concrets en affirmant que Notre-Dame du Mont carmel était la sainte patronne de Naples34. Un reportage du 17 juillet 1909 sur le festival de la Madone du carmel remarquait même que « la Petite Italie de Harlem ressemblait au Coney Island d’hier35 ». Un tel article contribuait à faire de la Petite Italie – sinon un véritable parc d’attraction ethnique (puisque beaucoup d’immigrants italiens y vivaient effectivement) – du moins un lieu où trouver plaisir, danger sans risque, et émotions fortes.

  • 36 JFF, « Romance vs. Reality », New York Times, 23 mai 1899, p. 6.

18De plus, quelles que fussent les intentions de Jacob Riis, nous savons aussi que certains lecteurs considéraient ses publications comme des guides touristiques. Et tous n’étaient pas satisfaits de ce qu’ils y trouvaient. En 1899, un lecteur mécontent répondant aux initiales de JFF confiait ainsi aux fidèles du New York Times qu’il avait lu que « l’on pouvait discerner humour et pittoresque » dans « les colonies italiennes et juives » de New York. Il se plaignait que des auteurs tels que Jacob Riis « regardassent la réalité à travers des lunettes roses ». « À la place de l’humour », continuait-il avec irritation, « j’ai découvert la saleté, et à la place du pittoresque une misère noire ». JFF s’indignait fortement d’avoir aperçu dans les rues de Harlem des enfants complètement dévêtus, et il voyait dans la Petite Italie « une pieuvre de sensualité » dont la marche devait être arrêtée36.

  • 37 Les termes qui semblent aujourd’hui les plus neutres ou les plus positifs notamment « communauté » (...)

19Alors que JFF redoutait la sensualité de la Petite Italie, d’autres avaient peur de la criminalité, de la crasse, et de la maladie. Pour les New-yorkais des années 1880 et 1890, tout reportage sur la Petite Italie (et sur les quartiers où résidaient les italiens ou d’autres immigrés, quelle que soit leur dénomination) comportait son lot de commentaires négatifs. Dans les fichiers informatisés du New York Times disponibles sur le serveur de Proquest, il est facile de suivre le fil des débats consacrés au crime (en cherchant les mots « mafia » ou « maffia » et « main noire ») ou à la maladie (en repérant les termes « typhoïde », « choléra », « varicelle », « saleté », ou « insalubre ») dans des articles sur Little Italy, Mulberry Bend, ou encore sur les districts, « colonies », communautés ou quartiers italiens37.

  • 38 New York Times, 27 juillet 1888, p. 8.

20Les New-yorkais lisaient très fréquemment des informations relatives à l’insalubrité et à la maladie dans les articles consacrés à Mulberry Bend. Pourtant, au début, un nombre surprenant de reportages sur la Petite Italie de Harlem adoptait un ton compatissant, tout en incitant clairement les lecteurs à visiter les taudis. En 1888, un article intitulé « Pauvres fils de la radieuse Italie : comment on profite d’eux ici et à l’étranger » rapportait que les 8 000 immigrés qui vivaient dans la Petite Italie de Harlem étaient en fait issus « de la meilleure classe sociale38 ».

  • 39 S. Koven, Slumming, op. cit., p. 273.

21Dès sa naissance, la Petite Italie apparut comme un lieu de criminalité associé toutefois à des crimes dont non seulement les américains se trouvaient relativement protégés mais qui de surcroît amusaient ces derniers. Le tout premier article à utiliser les termes « Petite Italie » pour désigner Harlem était intitulé : « abattu par sa femme. Le revolver met fin aux problèmes domestiques d’un italien. » Comme le titre le laisse entendre, les menaces de la main noire ou de la mafia contre l’ordre établi américain n’avaient rien à voir avec la criminalité de la Petite Italie. Les crimes commis là-bas relevaient du triste dénouement d’histoires romantiques et dramatiques d’épouses ou d’amants en fuite, et de coups de couteaux échangés entre immigrés. il est difficile de ne pas conclure que la Petite Italie devint ce que Seth Koven appela (dans son étude sur le « slumming » à Londres) « un espace sexué », habité par des immigrés qui étaient fascinants bien qu’également un peu effrayants dans leur quête éperdue d’amour, de justice privée, et de vengeance39.

  • 40 Probablement une mauvaise transcription du prénom Epifanio.
  • 41 New York Times, 23 septembre 1907.

22Les reportages sur les crimes commis dans la Petite Italie conservaient un ton étonnamment léger. En 1907, un article dont le titre évocateur – « Poignardé à mort dans un accès de jalousie » – alléchait les lecteurs ne racontait en fait que la tumultueuse vie amoureuse du tailleur Episanio accara40 et les commérages qui fusèrent après que le corps de l’italien fut retrouvé lacéré de multiples coups de couteau41. Non seulement le tailleur venait de passer la bague au doigt à la jeune sœur de sa défunte épouse mais il se peut même qu’il ait provoqué la vengeance d’une autre belle et non moins jeune mariée qu’il avait courtisée. Le journaliste du New York Times, se laissant aller à la spéculation, remarquait que « si un homme frappait un corps de trente-deux coups de couteau, c’était qu’il devait être en proie à une terrible passion ». Ces articles relevaient davantage de l’opéra bouffe ou des livrets de Verdi et de Puccini que des reportages ou de la littérature sur la mafia qui fleurit ensuite au xxe siècle. Rien de surprenant, alors, que les écrivains n’aient pas tardé à offrir à la classe moyenne américaine leur propre moyen, encore plus sûr, de visiter la Petite Italie : les lecteurs de ces œuvres de fiction qui prenaient les bas quartiers pour décor pouvaient tranquillement rester chez eux.

La Petite Italie, source d’inspiration littéraire

  • 42 W. D. Howells, « Doorstep Acquaintance », The Atlantic Monthly 23, 13 8, avril 1869, p. 484-493, c (...)

23L’illusion bien commode selon laquelle on pouvait visiter la Petite Italie comme un touriste visitait Naples – de façon concrète, en se réjouissant à l’avance tout en restant toujours conscient des risques – était apparue dans la littérature américaine bien avant que les journalistes n’aient découvert la pratique du « slumming ». William Dean Howells, qui avait été consul des États-Unis à Venise (et qui écrivit plusieurs livres sur l’Italie), publia en 1869, dans Atlantic Monthly un récit, « Doorstep Acquaintance », qui constitue l’un des premiers textes où furent associés – quoi que de façon des plus idiosyncrasiques – les mots « Petite » et « Italie ». Dans son récit, W. D. Howells raconte avoir trouvé dans Ferry Street, à boston, un quartier « où vivent tant d’italiens que l’on pourrait imaginer le trouver sous des cieux plus cléments ». Dans les pages suivantes, une mendiante se présente à sa porte avec une lettre de référence la dépeignant sous le jour d’une immigrée venue gagner en Amérique assez d’argent pour repartir ensuite en Italie. Accueillie en italien, elle répond favorablement à l’offre de repas qui lui est faite, moment que W. D. Howells décrit chaleureusement comme « un instant où ils avaient ensemble recréé une Petite Italie42 ». W. D. Howells était probablement le premier (et peut-être le plus doué) des écrivains américains que le souvenir des voyages en Italie avait poussés à aller visiter les taudis des quartiers italiens des villes américaines, y compris la Petite Italie de New York.

  • 43 S. Koven, Slumming, op. cit., p. 95.
  • 44 C. L. Brace, The Dangerous Classes, p. 160-165.

24Comme Seth Koven le remarque dans son travail sur Londres, le « slumming » rendait la distinction entre vrai reportage et fiction assez floue. S. Koven décèle ainsi dans les écrits des évangélistes britanniques une propension « à faire circuler les mêmes histoires entre les œuvres de fiction et les rapports des philanthropes43 ». Aux États-Unis, les portraits que l’on brossait des habitants des taudis étaient très révélateurs de cette tendance. En 1870, Charles Loring Brace avait déjà présenté à ses lecteurs des portraits très compatissants et pour le moins sentimentaux (voire improbables pour les observateurs d’aujourd’hui) des enfants des rues. C. L. Brace comprenait parfaitement que le romanesque était le genre littéraire le plus efficace et dans The Dangerous Classes of New York, il avait même introduit « un incident romantique dans une école technique » et des « scènes » se déroulant parmi les pauvres44.

  • 45 J. Riis, Children of the Tenements, New York, Macmillan, 1903. Ce volume, comme la plupart des pub (...)

25À l’instar de c. L. Brace qui avait tendance à prendre les habitants des taudis pour des protagonistes de pièces de théâtre, Jacob Riis incluait lui aussi des portraits de personnages déshérités dans ses principaux écrits, à commencer par la longue description d’une page qu’il fait d’un aveugle anonyme dans son célèbre article de 1889, « How the Other Half Lives » (comment vit l’autre Moitié). En mobilisant ses compétences littéraires pour susciter la sympathie envers ses personnages, J. Riis s’exposa aux critiques de ceux qui, comme JFF, se plaignaient que l’on idéalisât les pauvres. Les critiques ne découragèrent pas J. Riis. Bien au contraire, on observe une évolution frappante de ses écrits dans les années 1890 période à laquelle le journaliste abandonna les enquêtes sociales sur le logement et les quartiers favorisés des grandes villes pour se consacrer aux récits personnels de personnages précis tels que Paolo’s Awakening (pour choisir l’histoire d’un immigré italien). Dans son introduction à The Children of the Tenements (recueil de courts portraits publié en 1904), J. Riis se sentit obligé de défendre le caractère authentique de son travail. Il affirmait ainsi que s’il lui arrivait parfois de réorganiser la chronologie des événements dans ses portraits, en revanche il racontait l’histoire de vrais enfants, de vraies personnes qu’il avait vraiment rencontrées. J. Riis clamait qu’il était encore un journaliste, et que bien qu’on lui ait demandé d’écrire « un roman sur l’East Side », cela ne l’intéressait nullement45.

  • 46 N. Hapgood, « The Promotion of Cadet Norcross », The New England Magazine 21, 4 décembre 1896, p. (...)

26D’autres le firent pour lui. La Petite Italie devint source d’inspiration littéraire dans les années 1890, presque au moment où J. Riis commença à publier ses portraits sentimentaux. Dans une nouvelle publiée par Norman Hapgood en 1896, The Promotion of Cadet Norcross, un miséreux attiré par une femme lieutenant dans l’armée du salut, suit cette dernière dans la Petite Italie de Harlem. Là, avant d’observer les actes de conversion inspirés par la présence de cette femme à une réunion pour le renouveau de la foi, le malheureux se laisse d’abord distraire par un rassemblement de protestation contre la condamnation de Maria Barbara (une immigrée italienne qui a vraiment existé et qui avait assassiné son amant) organisé dans un théâtre, puis par un dîner à base de « macaroni et de vin californien » dans un restaurant du coin46. L’auteur de la nouvelle devint ensuite le réacteur en chef de Collier’s Magazine, où il publia des textes à la fois littéraires et journalistiques qui avaient en commun l’intention de dénoncer les injustices sociales.

  • 47 H. B. Fry, Little Italy, A Tragedy in One Act, New York, R. H. Russell, 1902.

27Plus importante était la courte pièce de théâtre d’Horace B. Fry intitulée Little Italy qui fut produite pour la première fois en 1898 à Chicago, puis en 1902, 1904 et 1928 à New York47. Avec, dans le rôle titre, l’illustre vedette de théâtre Minnie Maddern Fiske dont le talent était reconnu des deux côtés de l’atlantique, « Little Italy » affichait le désir d’une Amérique arrogante de montrer sa connaissance de la culture et la langue italiennes alors que dans ses Petites Italies imaginaires elle ne faisait que reproduire certains des thèmes abordés dans les journaux.

  • 48 H. B. Fry, « Little Italy, Incidental Music from the Tragedy », New York, Hegley, Haviland & co., (...)
  • 49 En français dans le texte (NDT).

28« Little italy » était, selon l’auteur, une « tragédie domestique » et « une page de plus à porter aux courtes annales de la pauvreté », phrase qui semblait tout droit sortie d’un livre de J. Riis ou de booth. Selon les indications de mise en scène, l’action de la pièce se déroule dans la Petite Italie, où vit une famille dans « un salon sordide » au troisième étage d’un immeuble qui en comprenait quatre sur la 6e avenue. L’histoire est celle de Fabio, un boulanger qui a épousé, grâce à un mariage arrangé, une deuxième femme plus jeune, Giulia (à qui il promet amour et protection pour sa fille, Gioa). Le troisième personnage est l’ancien amant de Giulia, un chanteur de rue napolitain, Michele (joué par Tyron Power dans la production de Chicago). La vie de Giulia manque visiblement de romantisme : dans la scène d’ouverture de la pièce, son mari lui annonce que le cheval de la boulangerie est blessé et Giulia sait que cela signifie qu’elle peut dire adieu à sa promenade dominicale en carriole à central Park. Pour simplifier un peu les événements qui s’ensuivent dans cette très courte pièce, Giulia meurt ensuite en essayant de fuir son appartement et son mari pour rejoindre son amant qui a fait soudain sa réapparition dans les rues de la Petite Italie et qui s’est représenté devant elle en lui chantant l’une de ses chansons préférées (la musique de Little Italy fut aussi publiée48). Le fait que Little Italy ait partagé l’affiche avec un vaudeville, Divorçons49, suscita de savoureux commentaires sur les différences de classe dans le domaine amoureux. Alors que les personnages sophistiqués de Divorçons résolvaient leurs désaccords conjugaux en se séparant, les immigrés de la Petite Italie les réglaient en menaçant de poignarder leur conjoint pour finalement y mettre fin grâce à une mort mélodramatique mais accidentelle survenue dans un monte-plat.

29À l’image des habitants des taudis qui se pressaient dans les restaurants italiens au début du xxe siècle, le dramaturge Horace Fry exprimait dans sa pièce sa désapprobation d’une culture américaine tournée vers le commerce et dépourvue de passion (culture incarnée ici par l’impassible immigré Fabio, boulanger soucieux de s’américaniser). Horace Fry attribuait des valeurs vitales quoique dangereuses aux immigrés italiens qui résistaient à l’américanisation. Il ne pouvait échapper à aucun spectateur que ni son mariage, ni son installation aux États-Unis ne rendaient Giulia heureuse. Dans la scène d’ouverture, Giulia explique à son boulanger de mari qu’elle ne souhaite pas devenir américaine, lui rappelant que même les américains préfèrent vivre en Italie. Comme Howells avant lui, Horace Fry utilise aussi les termes « Petite Italie » pour mettre en lumière son cosmopolitisme. Il commence la pièce par un dialogue rédigé dans un italien standard qui était typique des touristes, quoique excessivement guindé. Les spectateurs ne risquaient pas d’entendre dans cette Petite Italie fictive le dialecte napolitain que parlaient en fait les immigrés de Harlem. De plus, quand les immigrés de Little Italy parlaient anglais, ils le faisaient dans une langue grammaticalement parfaite, bien qu’avec des intonations des faubourgs. Horace Fry semblait mieux connaître l’Italie et l’italien que la Petite Italie. Pour ne citer qu’un exemple, contrairement à ce qu’il avance, il n’y avait pas de 6e avenue dans la Petite Italie de Harlem.

  • 50 H. W. Thomas, The Last Lady of Mulberry : A Story of Italian New York, New York, D. Appleton, 1900 (...)

30L’amour, l’art, la musique et la passion – avec son potentiel de violence – se trouvaient dans les meilleurs et les pires exemples des romans populaires écrits au début du xxe siècle et ayant pour décor les quartiers déshérités. Last Lady of Mulberry, œuvre d’Henry Wilton Thomas aux qualités littéraires médiocres et largement influencée par le darwinisme social, tout comme The Heart of the Doctor : A Story of the Italian Quarter, roman au contenu plus charitable et à l’intrigue plus complexe de Mabel G. Foster, mêlaient comédie, romanesque et morceaux choisis en italien standard50. H. W. Thomas (qui publiait ses histoires dans les magazines à sensation des deux côtés de l’atlantique) faisait le portrait de ritals contents d’eux-mêmes dont l’anglais se voulait l’équivalent de celui des personnages incarnant la plèbe élisabéthaine dans le théâtre de Shakespeare. Dans le roman qu’elle a consacré au North End de boston, M. G. Foster singeait, au contraire, le parler de la rue à la fois des immigrés italiens et des bougres de Nouvelle Angleterre. Identités cachées et amours secrètes (parfois ridicules et mélodramatiques) constituaient les indispensables artifices dont les auteurs usaient et abusaient pour que les lecteurs les suivent dans les méandres de la vie des immigrés.

  • 51 S’il eût jamais un auteur de ce nom, j’ai été incapable de repérer la moindre information le conce (...)
  • 52 Bowery Billy and the Missing May Queen, or, Bianca, the Belle of Little Italy, 80, 27 avril 1907.

31Les garçons avaient aussi droit à leurs histoires de quartiers pauvres sous la forme d’un hebdomadaire illustré au rabais intitulé Bowery Billy. Les aventures de Billy, « un enfant détective », étaient censées avoir été rédigées par un privé du nom de John R. Conway et furent publiées entre 1905 et 1907 par la Winner Library Company de New York51. On décrivait Bowery Billy sur chaque couverture illustrée comme « un aventureux petit poulbot dont la carrière au milieu des chausse-trappes et des taudis des grandes villes l’expose à des mystères qu’il doit élucider ». Alors que la plupart des aventures de Bowery Billy liées au thème de l’immigration se passaient dans le sud de Manhattan (où Billy rencontra des « ritals », un musicien ambulant italien, et un traître brasseur de bière de la « Petite Allemagne »), les efforts de Billy pour sauver Bianca, Reine de Mai disparue de la Petite Italie, le menèrent au contraire à Harlem52. Le point culminant du récit est atteint pendant le festival du Premier mai près de central Park, lorsque échoue la tentative d’enlèvement de Bianca par l’assassin du père de cette dernière. Bien que Bianca l’immigrée ne fût âgée que de onze ans, le récit vantait déjà sa beauté. De façon quelque peu opportune, la petite fille parlait aussi l’anglais, soi-disant parce que son père appartenait « aux meilleures classes de la société », mais plus probablement parce que l’auteur ne connaissait pas un mot d’italien. Dans les mystères de Bowery Billy, l’auteur s’attache moins à rendre avec précision le dialecte des immigrés qu’à retranscrire le parler populaire de ses lecteurs anglophones, y compris celui de l’un des camarades de Billy qui s’exclame régulièrement « Pas possible ! » et « Vingt-deux ! » au moment approprié.

  • 53 « A Story of Little Italy », New York Times, 7 octobre 1906, p. 3.
  • 54 Cf. par exemple « An Appeal for the Children », New York Times, 13 mai 1899, p. 8.

32Pour cet épisode dans la Petite Italie, l’auteur de Bowery Billy s’était largement inspiré d’une nouvelle à l’eau de rose – A Story of Little Italy – qui avait été publiée l’année précédente dans l’édition dominicale du New York Times53. L’auteur, resté anonyme, y contait aussi les aventures d’une belle petite immigrée italienne et de son prétendu enlèvement, en prenant soin également de retranscrire toutes les discordances de l’argot américain, mais en saupoudrant le tout de phrases toutes faites en italien. A Story of Little Italy, qui passait pour une œuvre de fiction, avait vraisemblablement été écrite par Anna C. Ruddy, travailleuse sociale qui connaissait Harlem au moins aussi bien que Jacob Riis semblait connaître les habitants de Mulberry Bend au sud de Manhattan. D’origine canadienne, Anna C. Ruddy avait fondé en 1898 le centre social East Harlem Garden. Il lui arrivait d’adresser au New York Times des lettres visant à attirer l’attention du journal sur les problèmes rencontrés par les enfants des immigrés de Harlem54. Insuffler aux enfants l’amour de la nature grâce à un jardin, était l’un des objectifs pour lesquels était célèbre l’East Harlem Garden. Ce thème devint d’ailleurs récurrent dans les romans d’Anna C. Ruddy, comme en témoigne la nouvelle qu’elle publia en 1906, Story of Little Italy.

  • 55 New York, Fleming H. Revell Co., 1908.

33Si Jacob Riis refusa de reconnaître que ses écrits relevaient de la fiction, Anna C. Ruddy ne prétendit jamais que Heart of the Stranger, A Story of Little Italy, le roman qu’elle publia en 1908 sous le pseudonyme de Christian McLeod, fut autre chose55. Anna C. Ruddy ne chercha jamais à mettre en avant son expérience dans la Petite Italie et ne demanda pas non plus qu’on accordât plus de crédit à ses histoires parce qu’elle était travailleuse sociale à Harlem. Pourtant, comme les dernières publications de Jacob Riis, Heart of the Stranger est rempli de photographies des enfants des rues. Dans le livre d’Anna C. Rudy, on voit grandir les enfants à l’intérieur des quartiers défavorisés, entourés par des travailleurs sociaux (qui sont les autres protagonistes du roman) grâce auxquels ils se construisent et contre lesquels ils se révoltent. Ces enfants sont résolument plus rigides que ceux dépeints par Jacob Riis, mais leur ressemblent tout de même. Ils ont notamment en commun d’être chacun porteur d’un message moral dont les deux auteurs les ont investis de force. Chez A. C. Ruddy, en particulier, les garçons se retrouvent tous contraints, par un enchaînement d’étranges rebondissements, de choisir entre le bien et le mal. Leur choix influence de façon prévisible le reste de leur vie. Un garçon potentiellement vertueux, poussé par les tortueuses exigences de l’intrigue, devient anarchiste pour périr immédiatement dans l’explosion d’une bombe de sa fabrication. Heart of the Stranger offrait au lecteur deux idylles parallèles entre deux travailleurs sociaux et deux anciens gamins des rues qui s’étaient amendés. Les enfants des quartiers pauvres étaient destinés non seulement à devenir protestants et à se marier mais aussi à mettre au monde un enfant qui porterait le nom de leur ancien ami déchu, l’anarchiste.

34Les romans ayant pour décor les quartiers pauvres en disaient plus long sur leurs auteurs américains et sur leurs lecteurs de la classe moyenne que sur la vie des immigrés de la Petite Italie de New York. Dans ce sens, de tels ouvrages ne constituaient probablement pas les meilleurs outils de formation au tourisme urbain. Ils permirent néanmoins à leur lectorat américain d’en apprendre davantage sur les quartiers défavorisés de New York et firent basculer un genre littéraire aux visées éducatives et moralistes dans une autre dimension culturelle où le divertissement, le romanesque et la passion – et son potentiel de violence – étaient étroitement liés aux immigrés italiens.

Conclusion

35La Petite Italie de New York changea de lieu d’implantation aux cours du xxe siècle, mais certaines associations gardèrent leur siège au même endroit alors que d’autres subirent de très importantes transformations. La Petite Italie avait été inventée dans les années 1880, période de changement démographique qui vit l’arrivée massive de nouveaux immigrés au sein de quartiers jadis déserts de Manhattan. Au début, elle paraissait bien éloignée du quartier de Mulberry Street décrit par Jacob Riis. Des références épisodiques à la Petite Italie de Mulberry Street firent leur apparition dans le New York Times dès la première décennie du xxe siècle mais les reportages effectués, du moins pour le compte de ce journal, laissent supposer que la Petite Italie actuelle, celle de Mulberry Street, ne devint un « parc d’attraction ethnique » – c’est-à-dire un lieu d’excursion pour touristes en quête de « danger sans risque » – que beaucoup plus tard. Ce n’est que dans les années 1950 que les articles relatifs à la Petite Italie de Mulberry Street se firent plus nombreux que ceux consacrés à la Petite Italie de Harlem, précisément au moment où Harlem se mit à accueillir de plus en plus de Noirs et de Portoricains. Peut-être que le Harlem noir – autre destination choisie depuis les années 1920 par les touristes urbains en mal de plaisir – parut finalement trop dangereux pour être sans risque.

36Il est clair que, dans la décennie 1950, le déplacement de la Petite Italie dans le sud de Manhattan ne fut accompagné d’aucune nouvelle vague migratoire en provenance d’Italie. Au contraire, la population italienne de Mulberry Street, comme celle de la Petite Italie de Harlem, déclina rapidement pendant cette décennie. Toutefois, le New York Times multiplia les références à la Petite Italie de Mulberry Street et finit, dans les années 1960 par en parler quatre fois plus que de la Petite Italie de Harlem. Cette « nouvelle » Petite Italie du sud de Manhattan n’était pas implantée de façon exclusive dans le quartier de Mulberry Bend évoqué par Jacob Riis. Ce dernier avait été démoli lors d’un plan de rénovation de la ville et l’on avait construit Columbus Park en lieu et place des Tenements que l’on avait déjà rasés bien avant le tournant du siècle. L’actuel « parc d’attraction ethnique » de Mulberry Street s’étend bien plus au nord de celui qu’avait imaginé et tenté de réaliser Jacob Riis. il faut regarder avec beaucoup d’attention pour découvrir, entre les épiceries chinoises, les cafés pour jeunes cadres branchés et les appartements réhabilités des Tenements de la 4e circonscription de New York, une trace des immigrés italiens de la classe ouvrière qui s’entassèrent autrefois à Mulberry et dans les rues voisines.

37Malgré le déclin de la population italienne de cette zone, le New York Times des années 1960 continua à imaginer que la Petite Italie du sud de Manhattan était un quartier authentiquement italien habité par une active communauté. En effet, la popularité du terme « communauté » pour définir le quartier italien remonte à cette décennie. À mesure que la présence des italiens autour de Mulberry Street continuait de se raréfier et que de nouveaux immigrés chinois s’installaient dans les Tenements laissés vacants, le nombre d’articles publiés par le New York Times sur la Petite Italie doubla, puis atteignit des sommets dans les années 1980 pour finalement chuter brutalement à partir de ce moment-là.

38Alors que le lieu d’implantation de la Petite Italie s’était déplacé, cette dernière continua d’être associée au crime et au divertissement sous la forme de spectacle romantique et religieux. Le tourisme urbain à destination de Mulberry Street se poursuivit, tout comme la Petite Italie resta source d’inspiration littéraire. Pourtant, au cours des transformations de la Petite Italie, il est indéniable qu’évolua aussi la perception que les américains avaient du danger sans risque et des plaisirs que la Petite Italie pouvait leur procurer. À mesure que les immigrés quittaient la Petite Italie, les historiettes aux accents d’opéra dans lesquelles les immigrés s’abandonnaient à l’amour et aux crimes passionnels cédèrent le pas à des récits, beaucoup plus effrayants, imaginatifs et facilement adaptables au cinéma, de mafia, parrains et hommes de main. Les festivals demeurèrent une attraction fondamentale pour les touristes de la vraie vie mais les plaisirs de la bouche, des restaurants, et de la table prirent de plus en plus d’importance.

39Comme la Petite Italie et les habitants nomades originaires du pays qui lui prêta son nom, les notions de danger sans risque et de tourisme urbain ont évolué au cours du siècle dernier. Si l’on devait étudier méthodiquement la façon dont s’opère la transition entre les romans d’amour et de crime ayant pour toile de fond les quartiers pauvres du début du xxe siècle et les livres et films sur la mafia de notre époque, les étapes de cette transformation nous en apprendraient davantage sur les millions d’américains et de lecteurs anglophones qui continuent de chercher une Petite Italie même là où il n’y a plus d’italiens. Si, en revanche, on souhaite mieux comprendre les immigrés italiens qui donnèrent vraiment son nom à la Petite Italie, il est préférable de se tourner vers d’autres sources, d’autres romans et d’autres méthodologies.

Notas

1 http ://www.italianamericans.com/messages/Feb2004-Sept2004/3979.html consulté le 5 juillet 2005. Cf. la réponse de Tony (mise en ligne le 10 août 2004) à « Rob » dans laquelle Tony demande à Rob : « S’il te plait arrête d’utiliser les termes “Little Italy” pour désigner la communauté italo-américaine en général. » Rob répondit, « Je suis désolé mais je ne trouve pas du tout que les termes “Little Italy” soient désobligeants. Ils décrivent un quartier où vivent les Italiens/Italo-américains. Quels meilleurs mots trouver pour définir cet endroit ? Je sais que lorsque j’entends ces termes, ils me donnent envie de visiter ce quartier. »

2 R. F. Harney and J. V. Scarpaci (dir.), Little Italies in North America, Toronto, The Multicultural History Society of Ontario, 1981.

3 J. Krase, « Seeing Ethnic Succession in Little Italy : Change despite Resistance », Modern Italy, vol. 11, n° 1, février 2006, p. 79-95.

4 C. Cocks, Doing the Town : The Rise of Urban Tourism in the United States, 1850-1915, Berkeley, University of California Press, 2001, chap. 6. S. Koven, Slumming : Sexual and Social Politics in Victorian London Princeton, Princeton University Press, 2004. Bien que C. Cocks et S. Koven se réfèrent tous deux aux tensions/attractions qui existent entre sécurité et danger, je suis particulièrement redevable sur ce point à une discussion récente sur les dynamiques culturelles associant les Blancs de la classe moyenne des banlieues résidentielles et la jeunesse noire des ghettos. Cf. M. Stephens, « Safe Danger & Virtual Slumming : Gangsta Rap, Grand Theft Auto & Ghetto Tourism », Popmatters,17 juin 2005, consulté le 23 juillet 2005.

5 D. R. Gabaccia, « Global Geography of « Little Italy » : Italian Neighbourhoods in Comparative Perspective », Modern Italy, vol. 11, n° 1, février 2006, p. 9-24.

6 R. Harney, « Italophobia : English Speaking Malady » Studi Emigrazione, 22, 77, mars 1985, p. 6-43.

7 G. Pozzetta, « The Mulberry District of New York City : The Years before World War One », in R. Harney and J. V. Scarpaci, Little Italies, op. cit., p. 7-40, p. 7.

8 J. Higham, « The Re-Orientation of American Culture in the 1890s » in J. Weiss (dir.), The Origins of Modern Consciousness Detroit, Wayne State University Press, 1965.

9 W. Fuller Taylor, The Economic Novel in America Chapel Hill, University North Carolina Press, 1942, p. 79. C. Cocks, Doing the Town, op. cit., p. 174 et 195.

10 New York Times, 21 octobre 1886. L’analyse systématique du contenu du Times est désormais facilitée par les possibilités de recherche bouléenne de la version complètement digitalisée (elle commence en 1851) et qui est disponible sur le site de ProQuest (Historical Newspaper Series).

11 Le Mulberry District dont parle G. Pozzetta était borné au sud par Worth Street, au nord par East Houston Street, à l’est par Bowery Street et Broadway à l’ouest. À l’exception des directeurs de l’ouvrage, les autres auteurs de Little Italies in Norht America partageait les réticences de G. Pozzetta. Étrangement, dans un livre sur les Petites Italies, on trouve peu de références à des quartiers spécifiques appelés « Petite Italie ».

12 G. Meyer, « Italian Harlem : America’s Largest and Most Italian Little Italy », http ://www.mibarrio org/italian_harlem. htm ; consulté le 25 août 2005.

13 D. Gabaccia, D. Hoerder et A. Walascek, « Emigration and Nation-Building during the Mass Migrations from Europe » in N. Green et F. Weil (dir.), The Politics of Emigration, à paraître, University of Illinois Press.

14 M. Choate, « From Territorial to Ethnographic Colonies and Back Again : The Politics of Italian Expansion, 1890-1892 », Modern Italy, vol. 8, n° 1, 2003, p. 65-75.

15 E. H. Chapin, Humanity in the City New York, De Witt & Davenport, Publishers, 1854. Cf. aussi T. Anbinder, Five Points : The Nineteenth Century New York City Neighborhood that Invented Tap Dance, Stole Elections, and Became the World’s Most Notorious Slum, New York, Free Press, 2001.

16 S. Nadel, Kleindeutschland : Ethnicity, Religion, and Class in New York city, 1845-80, Urbana, University of Illinois Press, 1990.

17 New York Daily Times, 24 mai 1854, p. 8.

18 Pour l’unique référence à la « Petite Irlande, » cf. « The Wild Irishman », New York Times, 21 décembre 1879, p. 4. De manière significative, le journaliste précise que bien que beaucoup pensent que « la Petite Irlande est un endroit dangereux pour un étranger », en fait, les invectives violentes et avinées des Irlandais ne « voulaient rien dire ».

19 Cf. la série d’articles du 4 au 6 mars 1880, qui commençait par « Miscellaneous City News : Chinamen Coming East ; The Car-Load which Arrived in this City Yesterday », New York Times, 4 mars 1880, p. 8. Selon l’article, Chinatown longeait la partie sud de Mott Street.

20 . L. Brace, The Dangerous Classes of New York and Twenty Years’Work Among Them New York, Wynkoop & Hallenbeck, 1872. Au xixe siècle, la création des « industrial schools » écoles techniques était la réponse des associations de bienfaisance américaines au développement du paupérisme dans les agglomérations urbaines. Ces institutions – dont le rôle fut souvent ambigu – accueillaient des enfants indigents afin de les « réformer » autant que de les former. Note du traducteur.

21 Le récit de la vie de J. Riis par lui-même se trouve dans The Making of an American, New York, Macmillan, 1901. Cf. aussi J. B. Lane, Jacob A. Riis and the American City Port Washington, NY, Kennikat Press, 1974.

22 Sur Jewtown and « Old Africa, », cf. J. Riis, « How The Other Half Lives – Studies Among The Tenements », Scribner’s Magazine, 6 décembre 1889, p. 651, 660.

23 Le premier article à décrire cette Petite Allemagne est « Glen Island and Rockaway : Large Crowds at Both Popular Resorts Yesterday », New York Times, 3 juillet, 1882, p. 8. Les reportages continuèrent tout au long des étés 1882 et 1883. Certains parurent en 1884. Une nouvelle série d’articles rythma l’été très chaud de 1886, quelques mois avant la première apparition des termes « Little Italy » dans le New York Times.

24 N. Brouwer, « Harbor Master, » South Seaport Museum Magazine, 1997, consulté le 20 juillet

2005, http ://www.southstseaport.org/magazine/articles/1997a-02.shtm.

25 J. Riis développa l’article qu’il publia en 1889 dans Scribner’s pour en faire How the Other Half Lives : Studies among the Tenements of New York, New York, Charles Scribner’s Sons, 1890.

26 Cf. S. Koven, Slumming and C. Cocks, Doing the Town, op. cit.

27 Editorial, New York Times, 24 juillet 1884, p. 4.

28 « Slumming in this Town : A Fashionable London Mania Reaches New York, Slumming Parties to be the Rage this Winter – Good Districts to Visit – Mrs. Langtry as a Slummer », New York Times 14 septembre 1884, p. 4.

29 « Undesirable Immigration », New York Times, 21 juin 1884, p. 4.

30 J. Riis, The Making of an American, op. cit., chapitre 10.

31 « Feast-Days in Little Italy » The Century, n° 58, 4 août 1899, p. 491-500. Cf. aussi R. Orsi, Madonna of 115th Street : Faith and Community in Italian Harlem, 1880-1950, New Haven, Yale University Press, 1985.

32 18 juillet 1905, p. 2.

33 E. Ingersoll, Handy Guide to New York, 11th ed. Cité par C. Cocks, op. cit., p. 197.

34 « Little Italy’s Fete Day : A Feast of Our Lady of Mount Carmel Celebrated, Many Thousands Take Part, Houses too Cramped to Shelter Guests from Other Cities – Scenes in Church and Street », New York Times, 17 juillet 1900, p. 12.

35 « “Little Italy’s” Fete Day », New York Times, 17 juillet 1909, p. 3.

36 JFF, « Romance vs. Reality », New York Times, 23 mai 1899, p. 6.

37 Les termes qui semblent aujourd’hui les plus neutres ou les plus positifs notamment « communauté » étaient plus souvent associés à la criminalité que Mulberry Bend ou Little Italy.

38 New York Times, 27 juillet 1888, p. 8.

39 S. Koven, Slumming, op. cit., p. 273.

40 Probablement une mauvaise transcription du prénom Epifanio.

41 New York Times, 23 septembre 1907.

42 W. D. Howells, « Doorstep Acquaintance », The Atlantic Monthly 23, 13 8, avril 1869, p. 484-493, citation p. 484.

43 S. Koven, Slumming, op. cit., p. 95.

44 C. L. Brace, The Dangerous Classes, p. 160-165.

45 J. Riis, Children of the Tenements, New York, Macmillan, 1903. Ce volume, comme la plupart des publications de J. Riis, était somptueusement illustré.

46 N. Hapgood, « The Promotion of Cadet Norcross », The New England Magazine 21, 4 décembre 1896, p. 502-508.

47 H. B. Fry, Little Italy, A Tragedy in One Act, New York, R. H. Russell, 1902.

48 H. B. Fry, « Little Italy, Incidental Music from the Tragedy », New York, Hegley, Haviland & co., 1899.

49 En français dans le texte (NDT).

50 H. W. Thomas, The Last Lady of Mulberry : A Story of Italian New York, New York, D. Appleton, 1900. M. G. Foster, The Heart of the Doctor. A Story of the Italian Quarter, Boston, Houghton, Mifflin, 1902.

51 S’il eût jamais un auteur de ce nom, j’ai été incapable de repérer la moindre information le concernant. Winner Library publia à la même époque et dans un format identique la collection encore plus somptueuse de Red Raven dans laquelle on trouvait des récits de pirates et de boucaniers.

52 Bowery Billy and the Missing May Queen, or, Bianca, the Belle of Little Italy, 80, 27 avril 1907.

53 « A Story of Little Italy », New York Times, 7 octobre 1906, p. 3.

54 Cf. par exemple « An Appeal for the Children », New York Times, 13 mai 1899, p. 8.

55 New York, Fleming H. Revell Co., 1908.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540