Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le français, une langue pour réussir

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. La langue française : expansion historique et enjeux contemporains

La relation du français avec les langues traditionnelles dans les pays de l’Outre-mer

Roland Brival

Texte intégral

1Je voudrais vous faire part, en artisan de la langue, de ma rencontre avec le français à travers l’expérience de ma propre culture. Aux Antilles, il s’agit en quelque sorte d’une rencontre particulière entre une langue et une « non-langue ». D’abord désertes, les Antilles connurent une première vague d’émigration, celle des Arawaks, un peuple d’Amérique du Sud qui possédait déjà un stade culturel assez avancé, puisque ces peuplades avaient une écriture, le marcorix, qui s’inscrivait avec des pointes de coquillages sur des écorces d’arbres. Elles pratiquaient la danse, la poésie, illustrées en particulier par la célèbre reine Anacaona. Arriva ensuite une deuxième implantation, celle des Espagnols. Une première rencontre avec une langue étrangère, à vocation dominante, eut donc lieu. Ensuite, vinrent les Français, qui ont constitué le groupe le plus important. Ils firent place à une population d’indigènes amenés d’Afrique, qui parlent trente, quarante ou cinquante langues différentes. Il n’y a donc pas de langue unitaire dans ce pays, et cette langue va se forger au fur et à mesure des besoins de la communication entre le « maître » et « l’esclave ». Comment se crée le créole à partir de ces éléments ? Il s’agit d’une « non-langue », mais en même temps d’une non-langue qui se fonde sur un bassin linguistique. C’est dire que les Antillais ne vont pas être simplement confrontés au français, ils vont l’être aussi à l’espagnol, à l’anglais, et à toutes les langues qui correspondent à ces peuples européens, navigateurs, explorateurs, et qui ont eu le destin que l’on sait.

2Face à tout cela, l’esclave va sentir le besoin de s’approprier une identité, une langue. On assiste alors à une expérience quasi unique dans les annales de l’Histoire, c’est-à-dire à la fabrication, à partir du néant, d’un peuple qui sera ensuite assimilé à une race, à une culture, à tout ce qu’on voudra, mais qui n’est qu’une fabrication totalement artificielle. Les Antillais ne sont pas supposés exister. Ils existent parce que l’esclavage a eu lieu. À partir de là, pour construire l’identité d’un peuple, on part du degré zéro. On ne part pas d’une langue établie qui serait une langue morte ou vivante. On part d’une situation de fermeture totale face à un paysage. L’esclave africain qui arrive ne connaît pas le nom de la mer ou celui de la montagne. Il est dans une situation catastrophique parce qu’il se rend compte que sa langue n’a plus de sens dans la mesure où ses compatriotes ont été séparés de lui, justement pour éviter les assemblages et les agrégats. Donc, il va falloir qu’il s’invente quelque chose et ce peuple va se construire de lui-même à partir d’emprunts à toutes les langues qui l’entourent et même aux langues africaines dont il pourra se souvenir. Le créole est une langue totale qui va se construire à partir du degré zéro, parce que, pour le colon, expliquer à l’esclave toute une série d’expressions du langage, qui servent à véhiculer les émotions et les pensées du quotidien, n’a aucun intérêt. Les Antillais vont devoir apporter un territoire, une cosmogonie avec les mêmes réflexes que ceux des hommes des premiers temps. Avant d’arriver à la communication, la langue sert à apprivoiser le silence et il nous a fallu inventer un vocabulaire qui servirait également à nous approprier le registre du paysage qui s’offrait là devant nous, de telle sorte que nous puissions, petit à petit, nous rassurer, nous établir dans une communication harmonique avec ce paysage. Nous sommes partis de là pour nous construire, partis de ce mouvement du son, en relation avec un mot, qu’il s’agira d’établir, et partis aussi de la nécessité d’une communication quotidienne pour pouvoir alimenter nos relations dans le monde où nous vivons.

3Dès lors, ce créole et ce français, comment vont-ils s’établir ? Le français est d’abord la langue du maître, le créole celle de l’esclave dominé. Mais, au fur et à mesure que les rapports commencent à s’installer, il se produit une espèce de détournement. L’esclave a un pouvoir que le maître n’a pas. Et ce pouvoir dont nous disposons est celui d’une langue. Il faut donc bien comprendre l’importance que cette langue a eue dans son émergence, dans son fonctionnement à travers toute l’histoire de ces Caraïbes, à travers cette histoire coloniale dont nous ne sommes pas tout à fait sortis, pour des conséquences et des raisons que vous pouvez imaginer. À partir de là s’installe un rapport de conflit entre le créole qui est la langue secrète de l’esclave et le français qui est la langue globale, mais qui n’inclut pas la transmission d’un certain nombre de choses, d’un monde, d’une culture particulière qui, si elle est nommée aujourd’hui avec des mots différents (ceux du créole, puis ceux de l’africain), persiste néanmoins dans les conceptions et les manières d’être.

4À la libération des esclaves en 1789, en 1848, si on prend une perspective historique, apparaît un mot très important : la francisation. La République, avec l’école publique, le français, l’apprentissage de la grammaire… va tenter de franciser des populations devenues libres. Mais le français n’a pas suffi à nous rendre égaux, aussi va-t-il falloir imaginer des armes supplémentaires pour pouvoir accéder à cette égalité. Et c’est ce rapport que Césaire définit sous un vocable absolument merveilleux, celui d’« armes miraculeuses ». Ce sont les armes des mots qui justement nous ont permis, à partir du travail qui a été mis en place par les intellectuels de la négritude, de pouvoir nous asseoir à la table du monde et de partager le même langage avec toute l’humanité. Mais il fallait pour cela s’autoriser l’audace, le risque de s’installer dans la langue du maître, et non seulement de s’y installer mais de la démonter, d’aller en chercher les racines les plus profondes pour pouvoir la maîtriser.

5De nos jours, la langue créole et le français se placent dans des rapports différents. Le créole est une vraie langue qui a une grammaire, une écriture… le créole qui était notre secret ne l’est plus. Nous avons maintenant des langues qui sont égales l’une face à l’autre. Alors est née la créolité : les Antillais ont leur style mais que racontent-ils au fil de leurs livres ? Des clichés qui s’accumulent les uns avec les autres pour donner à la réalité une espèce d’image exotique mais qui est encore pire que celle que nous avions auparavant. Nous voilà maintenant relégués au bout du terrain, on ne peut pas, avec la créolité, aborder l’Irak, aborder le monde, aborder la planète. On ne peut parler que de ce retour vers un secret que l’on aurait souhaité garder mais que l’on n’a plus et qui devient un fantasme linguistique, fantasme qui s’installe dans l’ambiguïté politique qui consisterait à vouloir se donner une indépendance et une identité personnelle. Alors ce petit jeu dans lequel les écrivains de la créolité sont entrés est en train, par la force des choses, de décroître, de perdre de l’importance. Et j’en suis ravi parce qu’effectivement, une fois que l’on a lu un de ces livres, en lire un deuxième est un processus répétitif : même vocabulaire, mêmes types de phrases et mêmes types de situations.

6Mais ce qui est certain, c’est qu’en ce qui me concerne, au bout de quinze romans publiés, je n’ai toujours pas voulu céder à cette tentation. Mais, pour arriver à quelque chose de cohérent, il faudrait commencer à analyser les orientations d’une langue et, notamment comparer les cultures orales et les cultures écrites. Les langues ne se posent pas simplement dans leur rapport de fonctionnement, elles se posent aussi dans leur rapport de suggestion. Qui parle ? Et dans l’intention de dire quoi ? Et comment ? Dans le monde de l’oralité, la parole est l’étalon-valeur de l’homme, la parole est dite, elle est donnée, et donc, l’homme est devant vous. Ça, c’est une civilisation, et elle n’est pas à rejeter dans le monde du passé. Nous pourrions donc nous retrouver aujourd’hui face à la coexistence pacifique de deux cultures et de deux civilisations : celle de l’oralité et celle de l’écrit. Nous devrions penser un peu plus souvent à l’intérêt que présente la langue traditionnelle par ses intentions et ses résonances dans le temps présent. C’est ce que voudrait évoquer le poème Les Mots que j’ai écrit et enregistré au salon littéraire de Taïwan, où la France était l’invitée d’honneur, et qui a donné lieu à une animation avec des musiciens :

Les mots qui dansent au bord de la frontière / et qui nous font rêver de portes et de
couloirs inexplorés comme autant de passages vers un autre côté que l’ on cherche
du monde /
les mots / caravelles légères et vacillantes au rythme de la marée des vents et de l’ondoiement des courants / les mots / sentinelles avancées de nos rêves / les mots /
fracassants meurtriers dérisoires / ensablés dans le naître et le mourir /
les mots chapelets et chapelles de sens dont nul ne sait la profondeur d’ énigme ou les fragiles labyrinthes /
les mots ni trop savants ni trop aveugles /
les mots capables de traverser les murs et les barreaux de la prison des sens / les mots car sans eux qui serions-nous ? / poussière sable à jamais silence balayé /
les mots / car sans eux qui verrions-nous ? / qui serions-nous ? / qui pourrions-nous ? /
les mots dont l’absence est pire que la fragile essence / les mots de sel / les mots piments / les mots sacrés / les mots / ce qui fait l’homme / l’homme unique non séparé non partagé non détruit /
les mots d’avance / les mots d’excuse / les mots de la colère ou du pardon / les mots dont la salive sueur de la langue est seule à connaître la trace / les mots de l’innocence / les mots de l’assassin / les mots du juge ou du bourreau / les mots tendres du tortionnaire / les mots cruels de l’amante / les mots du fils en révolte /
les mots de la tendresse soudaine qui s’expose à découvert dans le champ miné de nos certitudes ou de nos égarements /
les mots sans fin / les mots sans fuite / les mots sans visage les mots sans usage /
les mots silex /
les mots coquilles vides ou pleines suivant le sens du ciel / les mots qui disent tout mais ne savent rien / les mots qui savent tout mais ne disent rien / les mots qui
s’échappent soudain de nos lèvres et disparaissent vers l’ inouï /
les mots qui telle une buée peuvent soudain rendre opaque le miroir du monde et n’offrir à nos yeux impatients que le reflet tronqué de nos peurs /
les mots qui nous empêchent mais sans qui pourtant rien ne serait possible / les mots à double lame / les mots à double face / les mots à double langue /
les mots qui à jamais nous trahiront mais dont seuls dépendent à jamais nos espoirs
de salut / les mots...

Auteur

Écrivain, critique littéraire, peintre et sculpteur

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540