Version classiqueVersion mobile

Le français, une langue pour réussir

 | 
Françoise Argod-Dutard

1re partie. La langue française : expansion historique et enjeux contemporains

L’expansion politique et son instrument linguistique dans la France des xvie et xviie siècles

Claude-Gilbert Dubois

Texte intégral

  • 1 Ronsard, « Responce aux injures /…/ » (1563), v. 1037, dans Discours. Derniers vers, Paris, Garnier (...)
  • 2 Mot attribué à Louis XIV lorsqu’il prend en mains propres le gouvernement de la France, en 1660.

1« Vous estes tous yssus de la grandeur de moy », disait le monarque des lettres, Ronsard, à la foule bigarrée de ses imitateurs1. Un siècle plus tard, un autre monarque, pour mettre fin aux bigarrures de la Fronde, des Parlements et des courtisans ambitieux, dira « L’État c’est moi2 ». Le « moi » du Prince est « un », comme celui de la République qui est « une », mais, contrairement à la République, il est divisible. Il se divise en une Trinité à trois faces : les trois « moi » du « moi » monarchique « un » sont, toujours uns, mais réunis en une triple unité, « Un roi, une foi, une loi ». Unicité de la tête gouvernante, uniformité des consciences, unité de la réglementation pour obtenir une unité de comportement. Tel est le rêve que porte en lui l’idéal de monarchie absolue et de droit divin, qui verra, après quelques péripéties dramatiques, son irrésistible ascension jusqu’au temps d’apogée apollinien d’un Roi-soleil, le quatorzième Louis de ce nom.

  • 3 Ronsard, « Responce aux injures /…/ », v. 1039, op. cit., ibid.

2« Vous estes mes ruisseaux, je suis vostre fontaine », disait encore Ronsard3. Ainsi se définissent les « sources », celles qui donnent naissance au pouvoir aussi bien qu’au maniement, en vue de posséder le savoir, autre pouvoir, de la langue.

  • 4 Louis Aragon, « Plus belle que les larmes » (1942), dans Les Yeux d’Elsa, Paris, Seghers, 1964, p.  (...)

Ingres de Montauban dessina cette épure
Le creux de son épaule où s’arrête altéré
Le long désir qui fait le trésor d’une eau pure
À travers le tamis des montagnes filtré4.

  • 5 La Fontaine, « Le Héron », Fables, VII, 4.

3La langue française du Roi, de la Cour, des élites et des experts aspire à ce rêve d’être coulante et transparente comme l’eau qui coule de la cruche, peinte par Ingres, dans « La Source » ou celle qu’évoque La Fontaine dans la fable : « L’onde était transparente ainsi qu’aux plus beaux jours5. » Mais la réalité de la langue, ou plutôt des langues, que parlent les Français, ceux d’en bas, les gens du peuple, ceux de populations pas encore bien éduquées, et même de peuplades pas encore bien civilisées, ce n’est pas cela :

  • 6 Louis Aragon, op. cit., ibid.

Le grand tournoi des noms de villes et provinces
Jette un défi de fleurs à la comparaison ;
Qui se perd dans la trace amoureuse des Princes
Confond dans son objet le rêve et la raison6.

4Il conviendra donc de ne pas confondre le rêve et la raison, la langue française recueillie « dans la trace amoureuse des Princes », qui n’est qu’un rêve inaccessible, sans écoles encore instituées pour les petites gens, même si elle se prétend pétrie de raison et si des tailleurs de haute couture en ont fait un habit de Cour, avec des parements tracés sur les principes des discours de la Méthode. C’est là une langue pour Princes et Princes des lettres, c’est leur habit de parade. Ce ne sont pas là les traces, erres et fumées de la bête aux abois, de ces peuples aux semelles de boue et aux toits de chaume et de roseaux, qui constituent le corps de la France, son autre image, dont l’apparence princière et courtisane n’est que la vêture apprêtée, celle qu’évoque Ronsard en des temps troublés

  • 7 Ronsard, « Continuation du discours des miseres [...] », (1562), v. 323, 328-329, op. cit., p. 90.

M’apparut tristement l’idole de la France […].
Son sceptre lui pendait, et sa robe semée
De fleurs de lys estoit en cent lieux entamée7.

5Puisque nous sommes dans la métaphore du corps et de l’habit, nous allons filer la comparaison, en empruntant des lambeaux d’histoire de la langue française, comme autant de morceaux rapiécés du tissu historique, au cours de ces deux siècles, ou à peu près, qui vont de 1492 à 1694. Il était une fois un habit d’Arlequin, dépenaillé et ouvrant à tous les vents ses carrés de tissu multicolores. C’était la langue parlée des Français. Je vais vous dire comment des couturiers de haute facture en ont fait un habit de Cour, une tenue d’apparat, parlée sous les plafonds lambrissés et dorés des palais royaux, qui a été bien utile pour asseoir le pouvoir du Grand-Prêtre du Temple de la Cité du Soleil, et en imprimer la marque, en les impressionnant, sur d’autres cours d’Europe.

  • 8 C’est une forme rare d’un verbe obsolète de la vieille langue.

6Je prendrai pour date originelle celle de 1492, parce qu’elle est facile à retenir en raison des événements mondiaux majeurs qui s’y sont produits. Mais, en ce qui concerne la France, ces événements peu lui chaillent8. Peu lui importent – du moins pas encore – ni la découverte de l’Amérique ni le refoulement des Maures de Grenade, ni l’éparpillement des Juifs ibériques en Europe. Ce qui la concerne, c’est la découverte de l’Italie. La grande affaire française, c’est le passage des Alpes et l’arrivée des troupes royales françaises de l’autre côté, la traversée de Milan, de Florence et de Rome jusqu’à la prise de Naples, revendiquée par le roi de France, par Charles VIII, en 1494. C’est l’Italie qui est notre fontaine, c’est de la grandeur d’elle que la France nouvelle, celle de la Renaissance, va être issue.

7Pour date terminale, nous prendrons celle, elle aussi symbolique, de 1694, parce que c’est l’année de la première édition du Dictionnaire de l’Académie française, présenté au Roi avec force louanges. En 1492, c’est l’aventure italienne et l’entrée en France d’articles d’importation (la culture de la Renaissance italienne qui pénètre alors massivement) et en 1694, c’est la sortie massive hors de France vers l’étranger d’un article d’exportation (le français qui se répand alors en Europe). Entre ces deux bornes, nous allons assister à une ascension irrésistible, quoique parfois circonstanciellement entravée, d’une langue française fortement élaborée pour de hauts services.

  • 9 Nous renvoyons, pour plus de compléments, à nos études antérieures sur le sujet : « Les triangles d (...)
  • 10 Genèse, 11, 4.
  • 11 Ibid., 10, 31.
  • 12 Ibid., 10, 8.
  • 13 Ibid., 11, 9.

8Entre ces deux dates en effet, il s’est produit un phénomène de développement durable, à la fois politique et linguistique, que j’appellerai l’« Antibabel ». Le mythe de Babel, tel qu’il est raconté dans la Genèse, a en effet une double signification. La première, la plus importante, mais souvent occultée, est d’ordre politique9. C’est l’histoire, ratée, de la constitution d’un grand empire, monarchique, centralisé et hiérarchisé. « Les hommes », nous est-il dit, se rassemblèrent en un seul endroit et entreprirent d’y construire un immeuble unique, qui s’élèverait jusqu’au ciel10. Le ciel, autre empire à roi et à gouvernement unique, qui estime avoir autorité sur son troupeau d’humains, réagit aussitôt. Ce que veut en effet le roi du ciel, c’est une expansion de ses tribus humaines, diversifiées, sur la surface de la terre « selon leurs clans et leurs langues, d’après leurs pays et leurs nations11 ». Ce que veut le roi de la terre, qu’on appellera plus tard Nemrod12, c’est une concentration de populations unifiées et uniformisées, qui partent à la conquête du ciel, à partir d’une tour-immeuble à étages où chacun a sa place déterminée par sa hauteur, son degré d’élévation. Le conflit est inévitable. Il se fait néanmoins en relative douceur, car le roi du ciel a choisi pour instrument de conquête, non les armes conventionnelles et de destruction massive, ce qu’il a souvent fait, mais plus subtilement l’arme linguistique. Il brouille la communication en parasitant les codes et en introduisant des virus dans la machine à donner des ordres. C’est de la guerre informatique. Le résultat en est une impossibilité de communiquer, et le roi du ciel peut réaliser son programme durable d’expansion horizontale et diversifiée de l’humanité « sur toute la face de la terre13 ».

9Ce à quoi nous assistons, dans l’histoire politique et linguistique de la France des XVIe et XVIIe siècles, c’est exactement au contraire, que l’on peut aussi appeler, si l’on veut, complémentaire, « antibabel » ou « métababel ». Nous partons de la multiplicité des langues. Une multiplicité d’idiomes couvre les territoires du Royaume : des incursions, venues des zones étrangères proches, de dialectes germaniques, au nord et à l’est, italiques et ibériques au sud-est et au sud ; d’autres sont des traces de langues plus anciennes, le breton ou le basque. La langue latine, importée par les soldats romains, investie par les langues des Barbares, s’est elle-même diversifiée en deux groupes, oïl et oc, qui eux-mêmes sont disparates. Il en va également ainsi si l’on considère la hiérarchie sociale et les parlers techniques des corporations, tout y est particulier et propre à chacun « selon son clan », sa région, sa profession et sa position sociale. Il ne reste guère que le latin comme langue d’échange, mais cette langue à portée restreinte, rongée par l’usage et sa diversification, artificiellement rénovée par les humanistes, perd encore de sa diffusion avec l’arrivée des Réformateurs religieux. Chacun parle selon sa tribu, sa région, son clan, sa caste, sa profession, et quelquefois son clocher, car les différences d’intonation sont aussi différentes que le son des cloches de chaque village.

10Sur cette bigarrure, un certain nombre de nettoyeurs, de rapetassiers et de recouseurs, vont marquer leur effort pour constituer un tissu qui s’efforce d’être uni, à défaut d’être unique, mais qui n’occupe qu’une place restreinte – la plus haute, il est vrai – dans le tissu social. C’est ce français élaboré qu’on appellera « l’habit de Cour ». Il se distingue en partie de la « tenue de ville » des bourgeois, qui se voudront bientôt « gentilhommes » et découvriront, comme Monsieur Jourdain, ce qu’est la prose en prenant des leçons de syntaxe. Il se distingue aussi, bien sûr, des haillons des paysans – les rustres, les rats des champs – dont La Bruyère se demande s’ils ont encore quelque chose d’humain.

  • 14 L’Édit de Nantes, signé par Henri IV, pouvait paraître en son temps comme un signe de volonté royal (...)

11Cette entreprise d’unification linguistique va de pair, ou plutôt est l’un des instruments d’une politique qui va dans le même sens. Il y a une volonté d’uniformisation des règlements administratifs : c’est la loi. Un effort persévérant pour unifier les consciences – c’est la foi – aux résultats contestables, mais en 1694, on peut dire, comme l’ont pensé les détenteurs du pouvoir, qu’après la Révocation de l’Édit de Nantes, l’affaire des Réformes antérieures était close14. Enfin il n’y a qu’un Roi, qui, en outre, a pris soin de s’arranger avec le Roi du ciel pour qu’il n’y ait pas de concurrence – c’est le droit divin – et régner, comme l’astre unique du Soleil règne sur le monde unique des astres, dans le monde post-copernicien, en vertu de l’Unicité du créateur suprême, qui délègue hiérarchiquement son pouvoir depuis le haut de la pyramide versaillaise du Roi-Pharaon jusqu’au sol. Elle est retrouvée, l’éternité de l’unicité, de la terre alliée au ciel, sur une base contractuelle et hiérarchisée, de ceux de la terre arable et de ceux du soleil régalien.

12Tout est donc apparemment réussi, on a pu élever dans la Cour de ce nouveau Louvre qu’est la Cour de Versailles une grande pyramide transparente, où chaque caste a sa place dans un ordre vertical, et chaque région son emplacement sur le sol carrelé du territoire.

  • 15 On trouvera des compléments d’information dans notre étude « Les académies et groupes assimilés à l (...)

13Par quels moyens a-t-on pu construire cette « Antibabel », qui est aussi une nouvelle tour de Babel, inversée, puisque, partant de la disparité, elle s’achève par un effort partiellement réussi vers l’unité ? Cette tour s’élève jusqu’au trône en direction du ciel, et de là joint le ciel par le fil invisible qui relie le roi temporel au roi céleste par le droit divin. Nous nous limiterons, sur le plan linguistique, à trois moyens principaux qui ont tous les trois leurs répondants sur le plan politique : il s’agit en premier lieu de l’activité de cercles d’experts de la langue ou de réunions d’écrivains, qui aboutit, après divers autres essais, à la création de l’Académie française en 163515. Le second moyen est la stimulation donnée par des groupes littéraires créatifs, dans le sens de la normalisation et de la formalisation, qui n’arrivent cependant pas à éliminer complètement leurs adversaires, libertaires et indépendants. Le troisième moyen, qui n’est qu’un effet des précédents, est une série de décrets et d’ordonnances qui instituent le bon usage d’une langue commune, unique et codifiée, pour l’enregistrement des actes administratifs et juridiques. Le tout, ou le résultat, est la constitution d’une langue d’élite, nationale et internationale, dont l’usage se répandra considérablement au XVIIIe siècle dans la diplomatie et les Cours d’Europe.

La marche vers la création d’une « Académie française »

  • 16 Essais, II, 12, éd. Villey-Saulnier, p. 501 et 552.
  • 17 Ibid., III, 8, p. 922.
  • 18 « Ainsi, une réunion privée devenait compagnie officielle, et les hommes […] allaient avoir un obje (...)

14Dans sa première édition des Essais, en 1580, Montaigne utilise deux fois le mot « Académie16 ». Ces occurrences renvoient à la maison-mère de toutes les Académies, celle qui fut fondée par Platon en l’an-388 dans les jardins d’Académos à Athènes, et fut par cinq fois restaurée, en gardant son nom d’Académie, dans l’Antiquité. Dans l’édition de 1588, caractérisée par un certain nombre d’ajouts ou « allongeails », le sens du mot s’étend : « De nostre temps, les Italiens en retiennent quelques vestiges, à leur grand profit, comme il se voit par la comparaison de nos entendemens aux leurs17. » L’Italie en effet est, au temps de Montaigne, une pépinière d’« Académies ». La plus notable fut celle qui fut instituée par Cosme de Médicis (dit l’Ancien) et dirigée par Marsile Ficin, à Careggi, près de Florence, jusqu’en 1492, date de la mort de Laurent le magnifique. Il y en eut bien d’autres, comme l’Accademia fiorentina ou Società di eloquenza, créée par Cosme Ier, le 23 février 1541. Simultanément sont fondées l’Accademia di disegno, créée par Vasari, et l’Accademia della Crusca, dont le but était de maintenir la pureté de la langue littéraire élaborée par les grands novateurs florentins, Dante, Boccace et Pétrarque. Cette Académie servit plus tard de modèle, pour son objectif, aux ambitions de l’Académie française. En France même, il existait des groupes semblables, même si le nom d’« Académie » n’était pas utilisé, comme le Consistori del gay saber, créé à Toulouse en 1324, qui prit ensuite le nom de Compagnie des Jeux Floraux et ne devint « Académie » qu’en 1692. En France même, deux groupes prirent le nom d’« Académie » : l’Académie créée par Jean-Antoine de Baïf en 1570, qui reçut l’aval de Charles IX, et l’Académie du Palais, initiée par Guy Du Faur de Pibrac et Christophe de Thou, qui fonctionna à partir de 1571. Au début du XVIIe siècle, le mouvement de concertation de lettrés en vue de la constitution d’une langue officielle reprend. Richelieu profite de l’occasion, et à partir du groupe qui s’est constitué autour de Valentin Conrart, il forme l’Académie Française, en 1635, clairement placée sous l’autorité de l’État18.

15Le principe d’officialisation de l’activité liée au statut et à la forme de la langue, qui avait été celui de Cosme à Florence, ou de la Papauté à Rome, où les autorités politiques avaient suivi une entreprise privée, s’est ainsi progressivement installé en France. Mais avec la création de l’Académie Française, c’est la première fois que l’État prend l’initiative de reconnaissance et donne lui-même l’impulsion, accordant ainsi aux travaux l’estampille d’une entreprise nationale, avec l’autorité qui s’attache à ce statut. Cette officialisation, qui suppose épuration, formalisation et codification, semble ainsi créer une « langue officielle » (comme il existait déjà une « histoire officielle » sous la plume des historiographes royaux) ne va pas sans résistances. D’un côté, la langue officialisée est « mise en rolle » par des dictionnaires et des grammaires, ainsi que des arts de rhétorique, mais parallèlement d’autres formes d’usage restent vivantes, que l’on retrouve par exemple dans les répliques provinciales ou paysannes du théâtre de Molière.

La créativité littéraire

  • 19 Il s’agit de l’interview accordé à Guy Bechtel, le 27 novembre 1958, dans lequel Céline énonce la p (...)

16Lorsque les auteurs français se furent penchés sur les œuvres de leurs correspondants italiens, en avance de quelques siècles sur leur propre culture, ils trouvèrent là les bases de cette forme de classicisme qu’on peut appeler « renaissant », et les œuvres d’artistes plagiaires et imitateurs, procédant par excroissances et dérives des modèles classiques, que l’on peut considérer comme une forme de « maniérisme » et qui n’a plus rien de classique. Toute la littérature française du XVIe siècle va se faire porteuse de ces deux courants, importés simultanément, et nourrissant deux formes de créativité littéraire, différentes de nature et d’orientation, mais pas forcément incompatibles. D’un côté, l’esthétique de La Joconde, qui inspire Vinci et le classicisme raphaélien, et ses équivalents littéraires, de l’autre la cornucopia ou le déversoir hémorragique et logorrhéique des créateurs d’une luxuriance d’effets de plume. Deux formes de style et d’usage de la langue que Louis-Ferdinand Céline définira comme une opposition entre Rabelais et Amyot19.

17Dans une première génération, qui arrive à maturité vers 1530, on trouve d’un côté les jeux compliqués de grande rhétorique, et de l’autre ce que Boileau, qui l’appréciait, appelle « l’élégant badinage » de Marot et de l’école marotique, et couvrant l’ensemble de sa grandeur épico-burlesque, l’œuvre de Rabelais, joyau, comme une lanterne gothique, d’un maniérisme formel, aussi savant que populaire, dans des tournures et des pirouettes qui tiennent du spectacle de foire et des exhibitions de cercle d’érudits, et en même temps porte-parole d’un réformisme religieux, moral et pédagogique, d’autant plus tempéré qu’il est tenu en partie sous le boisseau ou sous le buisson des excroissances stylistiques de surface.

18Une deuxième génération, celle de 1560, voit l’entrée massive de la culture renaissante – à la fois italienne (pétrarquisante) et antique (platonisante) –, mais elle n’échappe ni aux contournements et compressions mallarméens de l’expression, comme chez Maurice Scève, ni aux affèteries du pétrarquisme, plus tard renié, puis restauré, comme dans les œuvres magistrales de Du Bellay et de Ronsard qui associent l’élégance classique des nymphes de Jean Goujon, et les enluminures maniéristes des graveurs de la première École de Fontainebleau.

  • 20 « L’invention du realitätprinzip […] », Le Parcours des « Essais », Paris, Aux Amateurs de Livres, (...)

19Une troisième génération, vers 1590, voit le triomphe d’un maniérisme de Cour, assagi et doux-coulant, comme chez Desportes, et d’un baroquisme emporté et grandiose, comme chez d’Aubigné. En ce temps-là surgit à nouveau une grande œuvre orchestrale, les Essais de Montaigne, dont l’écriture « à sauts et à gambades », nouvelle émergence d’un maniérisme intellectuellement élaboré, sert de support à une pensée, qui marque l’apogée d’un humanisme savamment composé, à la manière d’une via media, d’un chemin de sérénité dans la tempête, aussi proche des dosages épicuriens de la dynamique du plaisir que de la résistance stoïcienne aux obstacles, en somme le realitätprinzip que théorisera plus tard Sigmund Freud20.

  • 21 Ce mode de rhétorique est, entre autres, défini par Pascal, comme des « pensées sans ordre, mais no (...)

20L’histoire de la littérature française du XVIIe siècle retrouve cet entrelacement de forces contraires, enlacées comme les serpents d’un caducée. On appellera l’une de ses branches classique-baroque, qui trace une ligne majestueuse et de plus en plus vigoureuse, de Malherbe à Boileau, et l’autre, baroque-maniériste, avec ses excroissances que furent la préciosité, le burlesque, le roman-fleuve épicosentimental, et les écarts hors de la ligne droite, que l’on observe même chez les plus grands, dans l’œuvre de Corneille ou de Molière. Il n’empêche qu’une ligne d’évolution littéraire prédominante est tracée tout au long de cette époque, et que les œuvres calquent leurs attributs sur les principes, dont le principal est celui de l’unité, divisible en trois sur la scène dramatique (la règle dite des « trois unités ») ou invisible, mais toujours présente, dont témoigne cet « ordre du coeur » défini par Pascal, comme une persévérance dans l’idée démonstrative, recouverte par les méandres du raisonnement entravé par des digressions voulues, des transgressions contrôlées, pour « y revenir toujours », dans les principes de rhétorique exposés dans les Pensées21.

21On constatera donc que les voies de codification du style, dans la pensée officielle qui suit les injonctions du pouvoir, vont dans le sens de l’unification, qui est aussi celle de la langue et celle de l’administration royale. Cette emprise ne se fait pas sans résistance, mais les résistances sont elles-mêmes liées à une caste d’artistes et d’intellectuels à la voix de plus en plus fluette, et qui ne reprendront force qu’avec le déclin du pouvoir centralisé. Mais le moment n’en est pas encore venu en 1694.

La voie royale : édits, ordonnances et manifestes

  • 22 Première édition séparée : La Grant monarchie de France, composée par Messire Claude de Seyssel,
  • 23 Paris, 1519, 4o ; 68 ff. Le texte a fait l’objet d’une nouvelle édition, en 1541, à Paris, 8o, 162 (...)

22Tout au long du XVIe siècle, le goût des lettres et de la culture commence à être inculqué par les précepteurs qui ont en charge les jeunes aristocrates, dont les pères sont généralement plus férus d’armes que d’arts. On peut retenir, agissant auprès de la royauté au début du XVIe siècle, le nom de Claude de Seyssel, qui fut à la fois un lettré humaniste, traducteur d’œuvres antiques, et diplomate au service de la Couronne. Il a compris l’importance que revêtait le véhicule linguistique, aussi bien dans la diffusion des volontés du Prince que pour la formation d’un sentiment que l’on peut déjà appeler « national ». La Grant Monarchie de France22, texte qui sert à l’origine d’introduction à une traduction, développe l’idée du renforcement du pouvoir central par l’unification du véhicule de communication. Les édits royaux de 1490, 1510 sous Louis XII, et de 1535 sous François Ier, vont dans ce sens, confirmant une ligne déjà tracée sous Charles VII, avec l’ordonnance de Montils-les-Tours, qui incitait à rédiger en français les coutumiers régionaux23.

  • 24 Livre de Poche », 2002, p. 113-117.

23L’avènement de François Ier, dont Montaigne dit qu’il « embrassa les lettres et les mit en crédit, recherchant avec soin l’accointance des hommes doctes24 » accélère l’impulsion centralisatrice et uniformisatrice de la langue du Roi et de la Cour. L’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) impose, dans ses articles 110 et 111, l’usage du français comme langue juridique, afin d’écarter toute ambiguïté, comme il s’en est produit avec l’usage d’un latin mal régulé :

  • 25 Texte cité par Mireille Huchon, op. cit., p. 131-132.

Afin qu’il n’y ait cause de doubter sur l’intelligence desdictz arrestz / ordonnons/ de prononcer et expedier tous actes en langaige françoys, et pour ce que telles choses sont souventesfoys advenues sur l’intelligence des motz latins contenuz es dictz arrestz, nous voulons que doresnavant tous arrestz ensemble toutes aultres procedures soyent prononcez, enregistrez et delivrez en langaige maternel françoys, et non aultrement25.

  • 26 Vaugelas, Remarques sur la Langue françoise, utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire (...)

24Il n’y eut plus tellement lieu par la suite de légiférer sur la langue officielle et sur son usage. Les initiatives, d’ordre plutôt stylistique, partent de cercles ou de personnes privées versées dans l’art des lettres, dont les désirs se trouvent confirmés par l’opinion, et éventuellement garantis, surtout au cours du XVIIe siècle, par un « bon usage », dont la valeur fut énoncée par Vaugelas, avec ses Remarques sur la langue française (1647), qui en devint le porte-parole principal26.

  • 27 Sur le rôle qu’ont pu avoir sur la création d’un français littéraire la Deffence, les principes d’é (...)

25La Deffence et illustration de la langue françoise (1549) est sans doute un manifeste d’école, qui prend place dans une lignée d’« arts de rhétorique » ou d’arts poétiques, comme celui de Sebillet, qui l’a immédiatement précédée. Son intérêt, plus général, est de proposer le français comme langue d’expression artistique, avec des recettes pour l’adapter et l’enregistrer de manière à le mettre au rang des grandes langues de culture27.

  • 28 On trouvera la liste des principaux manifestes poétiques du xvie siècle, de l’Art de rhétorique de (...)

26On notera ainsi la parution sériée d’une succession d’« arts poétiques » (Peletier du Mans, Scaliger, Ronsard, Laudun d’Aigaliers, Vauquelin de la Fresnoye, Deimier) qui sont le témoignage d’un intérêt de plus en plus marqué pour peaufiner la langue française28. Le cas le plus étonnant fut sans doute celui de Malherbe, dont la doctrine ne fut pas publiée (les Commentaires sur Desportes, qui la contiennent en remarques ponctuelles, rédigés vers 1605, sont restés manuscrits). Néanmoins il réussit, par le seul fait de son autorité, à entraîner à ses côtés des disciples constituant une véritable épine dorsale du « bon usage » et régentant pour ainsi dire le goût des « honnêtes gens ». Malherbe a réussi à se présenter ainsi comme le maître de l’art d’écrire qui atteindra son apogée, par une explicitation de la théorie, avec l’Art poétique de Boileau.

27Parfois les observations des experts du langage vont à l’encontre du langage de la Cour. C’est le cas des Dialogues du nouveau langage italianisé d’Henri Estienne (1579) qui s’insurge contre les italianismes qui sévissent au temps de Catherine de Médicis et d’Henri III. Par contre, en 1647, c’est la Cour qui fournit, selon Vaugelas, le modèle principal du bon usage, ce que reprend le Père Bouhours, avec ses Nouvelles remarques […] de 1571. C’est que la Royauté, et son lieu de premier d’exercice, la Cour, se sont converties à cet usage, déjà sensible dans les Recherches de la France du très gallophile et gallican Étienne Pasquier, au lieu de se faire le réceptacle des modes étrangères, comme au temps des reines italiennes. C’est le français désormais qui cherche à s’imposer aux Cours étrangères, amorçant une politique de conquête linguistique qui portera ses fruits dans toute l’Europe des Cours au XVIIIe siècle.

28La conclusion, qui se veut un simple bilan de cette irrésistible ascension de la langue française, au cours de la période 1492-1694, pourrait se limiter à l’énonciation de la dédicace que font au Roi les Académiciens, lors de la présentation de leur Dictionnaire, en 1694, car tout y est contenu :

  • 29 Cité par Mireille Huchon, op. cit., p. 176.

La supériorité de vostre Puissance l’a desja renduë (la langue française) la Langue dominante de la plus belle partie du monde. Tandis que nous nous appliquons à l’embellir, vos armes victorieuses la font passer chez les Étrangers. Nous leur en facilitons l’intelligence par nostre travail, et vous la leur rendez necessaire par vos Conquestes ; et si elle va encore plus loin que vos Conquestes, si elle se voit aujourd’huy establie dans la pluspart des Cours de l’Europe, si elle reduit, pour ainsi dire, les Langues des Païs où elle est connuë à ne servir presque plus qu’au commun du Peuple, si enfin elle tient le premier rang entre les Langues vivantes, elle doit moins une si haute destinée à sa beauté naturelle, qu’au rang que vous tenez entre les Rois et les Heros29.

29Néanmoins cette inféodation de la vie de la langue aux organismes décisionnaires et dominants de la vie politique, pose quelques questions sur les possibilités futures de vulgarisation et d’internationalisation de cet idiome élaboré et réservé.

30Il s’agit d’une langue réservée aux élites. Ce statut de fait explique les difficultés d’insertion dans les milieux populaires ou professionnels français, et encore plus étrangers. Elle reste une marque d’élévation sociale et culturelle, et ne peut fonctionner qu’en cercles restreints (lettrés, écrivains, diplomates, cours princières).

31Elle est perçue, dans les pays étrangers, comme une langue qui reste nationale, malgré ce que Rivarol et quelques autres ont pu écrire sur son « universalité », et de ce fait se heurte aux nationalismes ou aux sentiments identitaires des autres nations européennes, surtout lorsque la présence française est perçue comme guerrière ou ennemie (ce qui arrivera, notamment en Allemagne, dès la fin du XVIIIe siècle et s’accélérera sous la Révolution et l’Empire).

32Avec l’affaiblissement politique de la France consécutif à la chute de l’Empire, il faudra trouver d’autres véhicules linguistiques internationaux. On n’en trouvera pas, malgré tous les essais de langues internationales, notamment les langues factices de la fin du XIXe et du XXe siècle. Après la Deuxième guerre mondiale, l’anglais, ou plutôt l’américain technique, basique et utilitaire, prendra logiquement, la place vacante que le français, trop aristocratique, trop bien conformé, trop esthétique, n’a pas pu prendre dans les milieux populaires et professionnels de l’économie aujourd’hui mondialisée. Cela n’a jamais été son rôle.

Notes

1 Ronsard, « Responce aux injures /…/ » (1563), v. 1037, dans Discours. Derniers vers, Paris, Garnier-Flammarion, 1979, p. 150.

2 Mot attribué à Louis XIV lorsqu’il prend en mains propres le gouvernement de la France, en 1660.

3 Ronsard, « Responce aux injures /…/ », v. 1039, op. cit., ibid.

4 Louis Aragon, « Plus belle que les larmes » (1942), dans Les Yeux d’Elsa, Paris, Seghers, 1964, p. 84.

5 La Fontaine, « Le Héron », Fables, VII, 4.

6 Louis Aragon, op. cit., ibid.

7 Ronsard, « Continuation du discours des miseres [...] », (1562), v. 323, 328-329, op. cit., p. 90.

8 C’est une forme rare d’un verbe obsolète de la vieille langue.

9 Nous renvoyons, pour plus de compléments, à nos études antérieures sur le sujet : « Les triangles de Babel », dans Phréatique, no 83, 1997, p. 20-29, repris avec variantes dans Le Défi de Babel, Paris, Desjonquières, 2001, p. 56-71, Origines du langage, Paris, Le Seuil, 2007, p. 143-164 et à nos Mythologies de l’Occident, Paris, Ellipses, 2007, chap. III, « Les mythes politico-linguistiques ».

10 Genèse, 11, 4.

11 Ibid., 10, 31.

12 Ibid., 10, 8.

13 Ibid., 11, 9.

14 L’Édit de Nantes, signé par Henri IV, pouvait paraître en son temps comme un signe de volonté royale de réconciliation des esprits, après un demi-siècle d’affrontements. Il n’y eut pas de réconciliation, mais une simple tolérance sans cesse contestée. L’Édit de Fontainebleau (1585), signé par Louis XIV, qui révoque l’Édit de Nantes, a été pris au nom de la réunification des consciences. Une réunification effectuée par la force, qui n’a pas non plus été acceptée, comme l’attestent les révoltes qui ont suivi. Cf. Thierry Wanegffelen, L’Édit de Nantes, Paris, UGE, 1998, coll. « Livre de Poche ».

15 On trouvera des compléments d’information dans notre étude « Les académies et groupes assimilés à l’époque de Montaigne », à paraître dans le Bulletin de l’Académie Nationale des Sciences, Arts et lettres de Bordeaux, en octobre 2012. Sur la formation de l’Académie française, cf. Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française, tome III, chap. V, Paris, Armand Colin, 1966, p. 31-42.

16 Essais, II, 12, éd. Villey-Saulnier, p. 501 et 552.

17 Ibid., III, 8, p. 922.

18 « Ainsi, une réunion privée devenait compagnie officielle, et les hommes […] allaient avoir un objet précis et un rôle défini : réglementer et gouverner la langue », Ferdinand Brunot, op. cit., chap. cit., p. 32.

19 Il s’agit de l’interview accordé à Guy Bechtel, le 27 novembre 1958, dans lequel Céline énonce la phrase devenue célèbre : « Rabelais, il a raté son coup ». Le texte a été reproduit, entre autres, dans Romance Quarterly, vol. 39 (1992).

20 « L’invention du realitätprinzip […] », Le Parcours des « Essais », Paris, Aux Amateurs de Livres, 1989, p. 187-194.

21 Ce mode de rhétorique est, entre autres, défini par Pascal, comme des « pensées sans ordre, mais non pas peut-être dans une confusion sans dessein : c’est le véritable ordre, et qui marquera toujours mon objet par le désordre même » (Pensées, éd. Lafuma, Paris, Delmas, 1952, no 44 Pyrrhonisme).

22 Première édition séparée : La Grant monarchie de France, composée par Messire Claude de Seyssel,

23 Paris, 1519, 4o ; 68 ff. Le texte a fait l’objet d’une nouvelle édition, en 1541, à Paris, 8o, 162 ff.

Mireille Huchon, Histoire de la langue française, Paris, Librairie Générale Française, coll. « Le

24 Livre de Poche », 2002, p. 113-117.

Essais, II, 12, éd. cit., p. 438-439.

25 Texte cité par Mireille Huchon, op. cit., p. 131-132.

26 Vaugelas, Remarques sur la Langue françoise, utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire (Paris, 1647), édition en fac-similé, Genève, Droz, 1934-1936 (3 vols.). Sur la notion de « bon usage », Ferdinand Brunot, op. cit., chap. IV, « la théorie du bon usage » et VII « Vaugelas ».

27 Sur le rôle qu’ont pu avoir sur la création d’un français littéraire la Deffence, les principes d’écriture qu’elle expose, ainsi que les œuvres des poètes de la Pléiade, voir notre étude : « La Pléiade, une poétique nouvelle /…/ », Le Français, des mots de chacun, une langue pour tous, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2007, p. 267-278.

28 On trouvera la liste des principaux manifestes poétiques du xvie siècle, de l’Art de rhétorique de Jean Molinet, jusqu’à l’Académie de l’art poétique de Pierre de Deimier (1610) dans notre Poésie du XVIe siècle, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1999, p. 215-216.

29 Cité par Mireille Huchon, op. cit., p. 176.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search