Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Petites Italies dans le monde

 | 
Marie-Claude Blanc-Chaléard
, 
Antonio Bechelloni
, 
Bénédicte Deschamps
, 
et al.

Introduction

Marie-Claude Blanc-Chaléard

Texte intégral

  • 1 Le Centre d’études et de documentation sur l’émigration Italienne, créé en 1983, a largement contr (...)
  • 2 Témoin l’événement majeur que constitue la publication de l’ouvrage collectif : P. Bevilacqua, A. (...)

1En explorant depuis un quart de siècle les traces de l’émigration italienne vers la France, le CEDEI1 a pris part au récit d’une odyssée planétaire, celle des natifs de la péninsule, partis depuis le milieu du xixe siècle à la recherche d’une vie meilleure et laissant aujourd’hui quelque 60 millions de descendants de par le monde, pour l’essentiel en Europe et aux Amériques. Le mouvement des hommes est retombé et l’histoire a pris le relais, aux États-Unis d’abord, puis en Italie même et dans tous les anciens pays d’accueil. L’heure est aux synthèses comparatives du côté des chercheurs, à la quête mémorielle pour les Italiani nel mondo, à la reconnaissance de leur place dans l’identité et le rayonnement de l’Italie d’hier et d’aujourd’hui2.

  • 3 Les études de territoires urbains sont nombreuses et ne peuvent être citées ici. Pour les comparai (...)
  • 4 Le colloque « les Petites Italies dans le monde » s’est tenu à Paris, du 8 au 10 septembre 2005, à (...)
  • 5 Même si les premières thèses relevant de cette thématique ont porté précisément sur les territoire (...)
  • 6 Cette journée, organisée conjointement par le CEDEI et l’université de valenciennes, a eu lieu en (...)
  • 7 Les lecteurs anglophones reconnaîtront les débats abordés lors du colloque de Perth (juillet 2003) (...)
  • 8 En soulignant aussi notre dette à l’égard de l’article de Donna Gabaccia, cité note 6.

2Le présent ouvrage « les Petites Italies dans le monde » s’inscrit dans ce moment de bilan et de comparaison internationale. Donna Gabaccia, historienne des Italiens aux États-Unis, en avait, la première, suggéré l’idée. De fait, si en Amérique du nord les Little Italies ont constitué très tôt un objet privilégié de recherche, repris dans les travaux sur les métropoles latino-américaines, il n’en fut pas de même ailleurs, notamment pour les colonies européennes3. Cet ouvrage est donc le fruit d’une rencontre attendue autour d’un sujet qui a beaucoup évolué et réservait quelques surprises4. La publication, faite en français grâce aux traductions assurées par les membres du CEDEI, est une invitation à renforcer les échanges intercontinentaux autour des nouvelles thématiques suscitées par les migrations italiennes, mais aussi à saisir tout l’intérêt de l’approche par les territoires immigrés dans la ville, un peu en marge jusqu’ici dans l’histoire de l’immigration en France5. L’histoire des « Petites Italies » commence en effet dans l’espace concret de territoires urbains. Enclaves immigrées, ou « sas » de première installation plus perméables, ces territoires ont constitué le cadre resserré d’une vie communautaire, qui s’y est organisée et consolidée avant de s’effacer, les héritiers de la colonie se dispersant peu à peu. Le succès contemporain de l’expression contraste avec cet effacement. « Petite Italie », Little Italy ou Piccola Italia, l’expression est devenue très populaire dans toutes les langues. Elle célèbre de manière universelle les lieux de mémoire du passé italien d’émigration. Quelle place dès lors pour les historiens ? Dans le livre issu d’une rencontre antérieure sur les petites Italies dans l’Europe du Nord-Ouest, Judith Rainhorn dit bien l’oscillation entre « le mot et la chose6 ». La réflexion sur le sens de la formule, sur les représentations qu’elle a véhiculées au cours du temps, traverse l’ensemble des textes7. En écho à l’analyse de Valérie Foucher et Stéphane Dufoix qui, en fin d’ouvrage, proposent en sociologues d’en interroger les usages, commençons par explorer le parcours de l’expression « Petites Italies8 ».

Des Little Italies aux « Petites Italies »

  • 9 Guillemets et majuscules ne semblent guère obéir à des règles strictes. Nous avons respecté dans l (...)

3« Petites Italies », l’expression française se met plutôt entre guillemets9. Elle fait surgir des images proches de celle la rue Sainte-Anne de Nogent sur-Marne, dont François Cavanna a fait, avec son livre les ritals, la plus célèbre « petite Italie » de France :

En tournant le coin de chez Sentis, pour enfiler la rue Sainte-Anne, on plonge brusquement dans un monde qui n’a rien à voir, un monde régi par des mots qui n’existaient pas l’instant d’avant, de l’autre côté de la ligne : minestra, poulainte, nonna, chantier… Un monde d’odeurs puissantes et chaleureuses, de cris, de galopades, de caniveaux croupissants, de frénétiques chasses aux rats, de grands-mères aux fenêtres entre deux géraniums (Cavanna, Les Ritals, Poche, p. 208).

  • 10 P. Milza et M.-C. Blanc-Chaléard, Le Nogent des Italiens, Paris, autrement, 1995, 150 p.

4Tout est là : un coin de ville à part, où se vit une vie différente, apparemment coupée du reste de la cité ; la saleté du ghetto, la chaleur de l’entre-soi, la douceur du souvenir. L’histoire d’une chaîne migratoire, qui unit depuis 1870 le Val Nure (Piacenza) aux bords de Marne, confirme la mise en place d’un territoire spécifique, produit d’une microsociété10. Pourtant, on chercherait en vain l’expression dans Les Ritals, et les héritiers de la vieille colonie ne l’utilisent guère. La formule n’est pas d’ici, elle a mis du temps à traverser l’atlantique et n’a sans doute pas trouvé le chemin de Nogent.

  • 11 Terme injurieux par lequel on stigmatisait les Italiens (macaroni ou rital version américaine).
  • 12 R. Harney, « Italophobia ; English speaking malady », Studi Emigrazione, 22, 77, mars 1985, p. 6-4 (...)
  • 13 P. Gobetti, « Little Italy », La Rivoluzione Liberale, 6 septembre 1925 ; cité et présenté par E. (...)

5À New York, où elle est née, l’expression Little Italy, a émergé dès les premières installations d’Italiens. Valérie Foucher et Stéphane Dufoix, comme donna Gabaccia, en relèvent les premières apparitions dès les années 1880 dans la presse et la littérature locales, pour désigner les deux concentrations de Manhattan, celles de Mulberry Street et d’East Harlem. Sans doute transposée de Little Germany, elle n’en a pas la connotation familière, liée à l’appropriation d’un territoire. « Little Italy » n’est pas venu des Italiens, mais renvoie à l’image péjorative que les new yorkais se font de ceux qu’ils appellent les « Wops11 », infréquentables habitants de quartiers sales et mal famés. Robert Harney, souvent cité, a perçu dans cette assignation la marque du mépris anglo-saxon pour ces immigrés latins catholiques12. Ce type de représentation va coller durablement aux rues investies par les émigrés. En 1925, Piero Gobetti, journaliste antifasciste, s’y réfère pour qualifier le quartier italien de Saffron Hill : « un des plus sordides de Londres […où se continue] la longue tradition de misère de la vie italienne13 ». « Little Italy » n’en est pas moins très tôt ambivalente. Pour certains « Wasps » bien policés, ces quartiers véhiculent, selon donna Gabaccia, leur part de rêve, entre insolite et passion amoureuse. Ils alimentent une littérature où le romanesque le dispute au frisson du « danger sans risque ». Et sous la plume d’Amy Bernardy, intellectuelle américaine au service de l’association Dante Alighieri, les Piccole Italie (la version italienne est en soi une mutation) sont autant une catégorie descriptive qu’un espace identitaire renvoyant à l’amour de la patrie, souvent d’ailleurs la petite patrie telle que « Piccola Venezia », « Piccola Napoli » (Maddalena Tirabassi). L’appropriation de l’expression par la masse des émigrés, dont on ignore le moment et les processus, se fait évidemment avec ce sens.

6Quoi qu’il en soit, au début du xxe siècle, on trouve des Little Italies (ainsi nommées) un peu partout dans les villes des États-Unis et du Canada, où les quartiers italiens ont grossi à grande allure. Ce cadre originel a fourni les contours de l’objet, produit d’une société où les métropoles connaissaient une croissance hors du commun, sous l’effet de l’immigration. La Little Italy commence par une concentration italienne numériquement importante, exclusive ou dominante, avec à la clé, un marquage fort de l’espace et une organisation communautaire (Judith Rainhorn, Nadia Venturini). les chiffres de croissance énoncés par Fernando Devoto et Luigi Biondi montrent que, autant que Montréal ou Toronto, Buenos aires et Sao Paulo répondent à cette définition. Une originalité des métropoles sud-américaines tient cependant au fait que pendant leur phase de croissance initiale au xixe siècle, les Italiens ont représenté une part majoritaire de la population.

  • 14 W. F. Whyte, Street Corner Society, The Social Structure of an Italian Slum, publié pour la premiè (...)
  • 15 On en trouvera d’abondantes références bibliographiques dans les contributions de ce livre.

7Rien d’étonnant donc à ce que très tôt dans le nouveau monde, et singulièrement en Amérique du nord, on ait pris l’habitude de considérer l’immigration à travers le prisme de la ville et de ses quartiers communautaires. Telle fut la démarche de l’école de Chicago (années 1920 à 1950), dont l’influence a longtemps marqué la recherche nord-américaine. Et telle fut celle de la nouvelle histoire de l’immigration, qui se développe aux États-Unis dans la décennie 1970, tout en prenant ses distances avec un discours jugé assimilationniste. Suivant le chemin pionnier de W. F. Whyte14, les spécialistes de l’immigration sont ainsi allés chercher dans les territoires urbains les racines de l’histoire et de l’identité italo-américaines15. On ne s’interroge pas encore sur la distinction entre « Little Italy » (le mot) et quartier italien (la chose).

  • 16 G. Mauco, Les Étrangers en France, Paris, a. Colin, 1932.
  • 17 M. halbwachs, « Chicago, expérience ethnique » (1932), in Y. Grafmeyer et I. Joseph, L’École de Ch (...)
  • 18 Nom donné au « pays » aux émigrés installés en Amérique.

8En Europe, les émigrés italiens du xixe siècle se concentrent en de multiples colonies qui ne sont pas moins misérables ni moins rejetées qu’outre-Atlantique. Mais, péjorative ou familière, la référence à des petites Italies n’existe pas. En France, le terme courant était celui de « colonie italienne ». Dans l’entre-deux-guerres encore, on n’en utilise pas d’autre, dans les rapports de police comme dans les études de type scientifique comme celle de Georges Mauco16. Les quartiers urbains pèsent peu dans l’immigration d’alors, même si en 1932 Maurice Halbwachs, impressionné par l’école de Chicago, s’interroge sur le devenir d’un éventuel Paris « multi-ethnique17 ». De leur côté, les immigrés ne semblent pas connaître l’expression. Si aucune recherche précise ne peut encore l’étayer, il semble bien que « Petite Italie » n’ait fait son apparition que dans le dernier quart du xxe siècle. À Montreuil, grande commune de banlieue parisienne, les Italiens, nombreux entre les deux guerres, vivaient éclatés en de multiples micro-territoires s’ignorant les uns les autres. Dans les années 1960, plusieurs de ces territoires commencèrent à s’auto-désigner comme « Petite Italie ». On peut imaginer que, les voyages au pays s’étant développés après la Seconde guerre mondiale, la formule des « américains18 » rencontrés à cette occasion s’est popularisée. Elle était alors devenue moins péjorative. La migration des mots s’est faite au moment où les douleurs de la ségrégation s’apaisaient.

  • 19 La formule revient souvent dans les témoignages.

9La situation actuelle relève d’une troisième étape. L’aventure achevée, les souffrances oubliées, le temps est à la nostalgie et à une vision anesthésiée, voire héroïsée de l’émigration italienne, et les Petites Italies apparaissent comme les ports d’attache de l’aventure planétaire. Maddalena Tirabassi parle d’« icônes ». Du côté des sociétés d’accueil où on les regardait comme « des moins que rien19 », les Italiens sont devenus un modèle d’assimilation réussie, dont on célèbre avec nostalgie la sociabilité et la chaleur de la vie communautaire. Du côté de l’état italien où le passé d’émigration est désormais valorisé, le souvenir des Piccole Italie réalise dans l’ordre symbolique et mémoriel le rêve avorté des nationalistes d’avant 1914 évoqué par Antonio Bechelloni (« des petites Italies au service d’une plus grande Italie ») et dont on sent l’influence dans les rapports d’enquête d’Amy Bernardy. Sans oublier la double fonction de folklore touristique et de ressourcement culturel de quartiers « réels », entretenus ou reconstruits comme Little Italies, dont le plus connu demeure celui de Mulberry Bend de Manhattan.

  • 20 G. Noiriel, La tyrannie du national. Histoire du droit d’asile en Europe, Paris, Calmann-Lévy, 199 (...)
  • 21 J. Rainhorn (dir.), Petites Italies dans l’Europe du Nord-Ouest, op. cit.

10L’usage fait par les chercheurs a également contribué à banaliser la formule. Il y a un paradoxe en Europe entre le recours fréquent à la référence « petites Italies » et la rareté des recherches historiques sur les quartiers italiens, comparables à celles portant sur les grandes villes américaines. Lorsque l’histoire de l’immigration a pris son essor en France dans les années 1980, ce n’est pas par la ville et ses quartiers qu’on a abordé la question de l’étranger, mais par la nation et l’état20. On pourrait y voir une spécificité républicaine. Les contributions au livre Petites Italies dans l’Europe du Nord-Ouest21 montrent que les territoires urbains ne sont pas non plus très étudiés dans les pays voisins. Sans doute, comme le rappellent plusieurs articles de la deuxième partie, l’objet est-il plus rare dans la « vieille Europe » : la diversité des formes de migration, un processus d’urbanisation moins radical, ont conduit à une grande variété des modes d’implantation, où le territoire urbain communautaire ne fut guère dominant et dont la taille fut toujours plus modeste qu’aux Amériques (Judith Rainhorn). Il reste que le lien communautaire se manifeste souvent avec force, en dehors même de tout territoire nettement défini, et dès lors, la tentation est grande de parler de « Petite Italie ».

Quatre temps pour un nouveau regard

11On l’aura compris, les Tenements sordides, l’entre-soi bruyant et odorant, les boutiques italiennes, les processions, les associations, tout ce qui fit le monde concret des quartiers italiens, constituent un décor un peu jauni pour la recherche contemporaine. L’ancienne thématique des quartiers y est abordée par d’autres chemins, où sont questionnées les représentations et la mémoire.

  • 22 D. Gabaccia, Italy’s many Diasporas, Londres, UCL Press, 2000.

12Cette mutation problématique est sensible dans la première partie, où se trouve revisité le « modèle américain ». Toutes les contributions concernent des grandes villes où des quartiers ont été désignés comme Little Italies. Les historiens mettent en question l’usage de la formule, en croisant les échelles et interrogeant l’évolution dans la durée. Stefano Luconi rappelle la force du campanilisme : de même que parler d’« Italiens » n’a guère de sens pour une population qui vit à l’heure des groupes villageois ou micro-régionaux, la désignation comme Little Italy d’un quartier entier apparaît pure construction venue du dehors. Seule vaut une lecture à l’échelle de la rue ou de l’îlot, où sont les véritables solidarités du quotidien. Fernando Devoto et Bruno Ramirez opèrent un découplage entre « quartiers italiens » (au pluriel) et « Petite Italie », titre réservé à un seul d’entre eux, pour des raisons qui relèvent essentiellement de l’imaginaire collectif. À Buenos aires, il s’agit de la Boca. Dès le début du xxe siècle, ce n’est plus la plus forte concentration d’Italiens, mais c’est la plus ancienne, avec une image durablement conforme à l’idée pitoyable qu’on se fait de l’immigré. À Montréal, le titre revient au secteur de Mile-End, beaucoup plus tardivement, et cette fois sur un mode très positif : alors que les Italiens ont quitté le quartier, le parfum du passé lui donne son identité, à un moment où la seconde génération devient nostalgique et où le Québec découvre l’interculturalité.la deuxième partie se propose de situer le phénomène « petite Italie » dans le formidable essaimage des Italiens à l’échelle des continents (priorité est donnée ici à l’Europe), ainsi qu’à l’échelle régionale ou locale. Dans la diversité qui conduisit donna Gabaccia à inventer un pluriel pour le titre de son essai, Italy’s many diasporas22, l’objet perd de sa visibilité. La diversité s’inscrit d’abord dans la durée, avec les temps successifs du périple italien que l’on retrouve en filigrane dans la série des contributions. Celle de Michel Dreyfus, qui présente les grands boulevards « italiens » d’avant « les petites Italies », rappelle l’immigration urbaine de qualité qui a précédé l’immigration de masse dans certaines villes européennes, notamment Paris. De la fin du xixe siècle à 1914, le grand mouvement vers La Merica (où se bousculent contadini-prolétaires et ouvriers plus qualifiés comme les marbriers lombards, toscans et piémontais vers le Vermont) laisse en retrait les courants qui vont nourrir les nombreuses colonies européennes dont celles d’Argenteuil ou de la villette donnent l’exemple. L’entre-deux-guerres, période de stabilisation en Amérique du nord, est marqué par une grande poussée vers la France, France des villes et de la grande industrie, mais aussi France des champs et des départements aux activités dispersées (Sud-ouest, Drôme, territoire de Belfort). L’émigration politique fait alors proliférer les petites Italies antifascistes (Argenteuil) tandis qu’une improbable colonie se constitue en Union Soviétique (Elena Dundovitch et Francesca Gori). la dernière phase, après 1945, se caractérise par la priorité donnée à la circulation dans la Communauté européenne, avec l’attraction croissante de l’Allemagne et de nouvelles stratégies d’installation (Yvonne Rieker). Force est de constater que bien souvent, la dispersion est la loi : Italiens « perdus dans le paysage » des campagnes toulousaines (laure Teulières), peu enclins au regroupement communautaire ou à la vie associative dans les villes de la Drôme (Jean-Luc huard), pressés de quitter les foyers collectifs pour se trouver une chambre en ville dans la Ruhr (Yvonne Rieker). On retient de tout cela qu’en dépit de son pouvoir de suggestion, la référence aux Petites Italies n’épuise pas la richesse des modes d’installation et d’adaptation explorés par les émigrés transalpins.

13Parallèlement, plusieurs textes de cette partie convergent autour de ce qui apparaît comme une dimension majeure de l’histoire des migrations italiennes et explique en partie la référence extensive aux Little Italies : les chaînes migratoires. De toute l’Italie et à toute période, ont été tendus vers le monde ces fils multiples à la fois ténus et incroyablement solides, source de vie communautaire autour d’un territoire social spécifique, pas toujours urbain et rarement étendu à un quartier entier. Le plus souvent, ces chaînes migratoires prennent leur source sur le territoire d’un village ou d’une vallée. La petite Italie fonctionne sur la base du double localisme, Vallarsa-Valle di Terragnolo/delle (Frédéric Spagnoli) ou Cavriago/Argenteuil (Antonio Canovi), souvent renforcé par une dimension professionnelle (les maçons de Nogent-sur-Marne) ou politique (les communistes de Cavriago). Les filières ne sont pas toujours aussi simples et le cas des marbriers du Vermont propose un autre schéma. les marbriers viennent de plusieurs régions d’Italie du nord. Or, ce ne sont pas les solidarités régionales qui sont déterminantes mais les solidarités de classe nouées au sein de l’espace économique d’accueil. Cela s’exprime dans la différenciation entre les deux villes d’installation, Proctor, ville des entrepreneurs et Barre, ville ouvrière (Ilaria Busdraghi, Patrizia Audenino).

  • 23 P.M ilza, Voyage en Ritalie, Plon, 1995, 532 p.

14Un point important émerge ici, quant à la nature des Petites Italies. Au-delà des petites Siciles, petites Naples ou des territoires plus intimes, qui semblent enracinés dans la terre des origines, les territoires italiens de l’émigration appartiennent d’abord à l’espace d’accueil. Dans le cadre étranger auquel ils doivent s’acclimater, les migrants vivent dans des sociétés recomposées où se mêlent les origines, où se modifient les frontières sociales et où se transforment les identités. Les souvenirs de François Cavanna, cités plus haut, sont ceux d’un enfant de Nogent-sur-Marne, né et élevé dans le milieu italo-nogentais, qui ne connaissait ni le val Nure ni même l’Italie. C’est ce point de vue que Pierre Milza a étendu à la France entière en inventant le terme « Ritalie23 ». Les « Petites Italies » sont des Ritalies urbaines. Et il n’est pas interdit de retrouver l’école de Chicago en prêtant à ces territoires intégrés à la ville (et singulièrement à la grande ville), les vertus d’une alchimie particulière.

15Les textes réunis dans la troisième partie montrent que l’alchimie joue dans plusieurs sens, entre identification à la nation italienne et métissages culturels avec le milieu d’accueil. Le chemin qui va du campanilisme à l’identité nationale est depuis longtemps exploré par l’historiographie sur l’émigration italienne. La question est implicite dans la problématique des Little Italies, entre assignation et appropriation. La désignation collective d’un « tout » italien, confortée par l’identification administrative à la nationalité italienne, la logique de rapprochement qu’impose le rejet dans lequel tous les émigrés sont confondus, finit par faire naître ce sentiment d’appartenance à la nation que le royaume d’Italie peine à inculquer à ses ressortissants. Caroline Douki va plus loin, en montrant comment des choix concrets et positifs se précipitent autour d’un événement fort, la Première guerre mondiale. Les Italiens de Glasgow finissent par former une vraie communauté patriotique. Comme on le sait, cette tendance se renforce après la guerre avec le fascisme (aux États-Unis souvent) et son envers, l’antifascisme (plutôt dans les métropoles françaises et argentines). Fraser Otanelli souligne en même temps l’ambivalence de l’engagement patriotique : s’enthousiasmer pour Mussolini à East Harlem, c’est aussi se présenter en bons citoyens américains anticommunistes. De même à Argenteuil, les communistes de Cavriago sont en phase avec la majorité municipale et comptent parmi les héros résistants de la commune. Le chemin singulier de la nation italienne explique sans doute que la dimension politique soit à sa manière un marqueur original de l’identité communautaire en milieu urbain.

  • 24 On peut toutefois regretter l’absence de contribution sur la vie religieuse, mal connue notamment (...)
  • 25 Voir par exemple, P. Milza et M.-C. Blanc-Chaléard, Le Nogent des Italiens, op. cit., p. 48 sq.

16Le chemin vers la nation italienne n’est pas exclusif de celui vers l’invisibilité dans l’espace d’accueil. L’étude comparative de Judith Rainhorn rappelle que des deux côtés de l’atlantique, Little Italies ou « petites Italies » ont connu une trajectoire menant de la visibilité ethnique à l’effacement dans l’espace urbain où les descendants suivent la trajectoire résidentielle des autres habitants de niveau social comparable. Si l’étude des processus sociaux semble marquer le pas dans la recherche contemporaine (à l’exception d’une plus grande attention portée aux femmes dans l’étude de Mônica Raisa Schpun), la vie culturelle fait l’objet de plusieurs contributions qui apportent un regard inédit sur la place des colonies italiennes dans la culture urbaine24. À travers les exemples du cinéma à Sao Paulo (Mônica Raisa Schpun) et à New York (Patricia Hidiroglou), de la radio de Scranton (Bénédicte Deschamps), on touche du doigt les interactions entre comportement communautaire et culture urbaine de masse. Les Italiens (comme les Juifs à New York) s’introduisent dans l’art populaire et nouveau qu’est le cinéma, y reçoivent en retour une transformation de la conscience d’eux-mêmes, modelée sur l’image imposée par la société d’accueil ; de son côté, la radio qu’on leur destine à Scranton finit par dépasser le cadre communautaire et évolue vers un public diversifié. Ces transformations réussies via les voies nouvelles de la culture contrastent avec les difficultés rencontrées par Leonardo Covello dans son projet d’école destiné à apaiser les tensions ethniques au sein d’East Harlem. On ne retient pas moins de tout cela l’aptitude des émigrés italiens à participer au devenir culturel des cités, prouvée ailleurs par leur rôle dans le bal musette parisien25. Il ne s’agit pas seulement d’assimilation, selon la voie unique tracée par les sociétés d’alors, il s’agit de contribution à la transformation du milieu de vie.

17Ce métissage porteur d’invisibilité contraste avec la longévité des « Petites Italies » comme objets de représentation et comme lieux de mémoire. Dans la dernière partie, plusieurs auteurs rappellent que dès le début, ces quartiers ont constitué un enjeu, un support commode pour les discours savants ou politiques sur la place des migrants dans la nation en devenir. Amy Bernardy s’affligeait de leur misère grossière, mais percevait dans l’attachement à la terre natale un signe de patriotisme prometteur (Maddalena Tirabassi). Les nationalistes des années 1900 ont cru que les Petites Italies porteraient au cœur des grandes villes du monde la revanche de la nation prolétaire, avant de désespérer de ces masses indigentes (Antonio Bechelloni). De son côté, Paola Corti décrit les clichés véhiculés par les photographies de Little Italies, côté américain (saleté, détresse des enfants), mais aussi italien, avec une famille omniprésente, donnant l’illusion d’une continuité sociale au-delà de l’atlantique. Les Little Italies, qui sont en effet des communautés complètes, avec des femmes et des enfants, rassurent face à la réalité plus inquiétante des migrations d’hommes, birds of passage déracinés.

  • 26 La communauté italo-nogentaise s’était en apparence complètement dissoute dans la banlieue environ (...)

18Les enjeux contemporains sont mémoriels et culturels dans un contexte social et politique apaisé. L’heure est aux reconstructions identitaires. Cela s’inscrit dans la pierre des monuments construits par et pour les Italo-australiens (Loretta Baldassar). Longtemps chargés d’exhiber l’altérité des origines (les lions à l’entrée de la maison), ils apportent aujourd’hui leur touche dans la référence collective aux pionniers australiens. Dans une grande fresque de synthèse, Emilio Franzina suit la trace des reconstructions à travers l’histoire et la littérature. Plus généralement, la mise en scène de l’altérité culturelle autour du thème des « Petites Italies » sonne positivement après une assimilation consommée. la foule qui réinvente « la petite Italie » de Mile End à Montréal en fêtant la victoire italienne au quartier à la coupe du monde de football en 1982 (Bruno Ramirez), comme les retrouvailles des Italiens de Nogent avec la rue Sainte-Anne26 participent de ce même mouvement, où se mêlent besoin de racines, valorisation mondiale de l’« ethnicité » et fierté d’appartenir à une culture à nouveau reconnue.

19Cette nouvelle vie n’a rien d’anecdotique, rappellent Valérie Foucher et Stéphane Dufoix. Les appartenances « ethno-culturelles » réactivées, voire inventées, pèsent dans les sociétés contemporaines, notamment dans celles qui doivent beaucoup à l’immigration et que l’on rencontre dans ce livre. Les « Petites Italies », territoires organisés, dans des villes faciles à situer et à nommer, ont offert pendant plusieurs décennies un cadre stable au passage de quantité de migrants. On peut comprendre leur succès contemporain comme lieux privilégiés de la mémoire collective.

Notes

1 Le Centre d’études et de documentation sur l’émigration Italienne, créé en 1983, a largement contribué à jouer un rôle de premier plan dans la recherche sur l’histoire des migrants italiens en France. Il est à l’origine de nombreux colloques et publications (voir http ://cedei.univ-paris1.fr/).

2 Témoin l’événement majeur que constitue la publication de l’ouvrage collectif : P. Bevilacqua, A. De Clementi, E. Franzina (dir.), Storia dell’emigrazione italiana, Roma, Donzelli, 2 vol. (Partenze, 2001, 701 p. ; Arrivi, 2002, 847 p.).

3 Les études de territoires urbains sont nombreuses et ne peuvent être citées ici. Pour les comparaisons en Amérique du nord, voir par exemple les travaux de R. F. Harney, « Ambiente and Social Class in North American Little Italies » Canadian Review of Studies in Nationalism, vol. 2 (1975), p. 208-224. R. Harney et V. Scarpacci (ed.), Little Italies in North America, Toronto, 1981. Pour ce qui concerne la comparaison à l’échelle de tout le nouveau monde (New York, Buenos aires, essentiellement, mais aussi Toronto, San Francisco, Sao Paolo), les travaux de Samuel l. Baily ont ouvert la voie. Cf. Immigrants in the Lands of Promise, Cornell University Press, 1999.

4 Le colloque « les Petites Italies dans le monde » s’est tenu à Paris, du 8 au 10 septembre 2005, à la Maison d’Italie (Paris 14e).

5 Même si les premières thèses relevant de cette thématique ont porté précisément sur les territoires italiens. M.-C. Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien. Une histoire d’intégration (années 1880-1960), Rome, école française de Rome, 2000. J. Rainhorn, Paris, New York : des migrants italiens, années 1880-années 1930, Paris, CNRS éditions, 2005.

6 Cette journée, organisée conjointement par le CEDEI et l’université de valenciennes, a eu lieu en mai 2004. Si les horizons explorés ici sont plus larges – de Toronto à Sydney et de Buenos Aires à Moscou – les deux ouvrages sont complémentaires. J. Rainhorn (dir.), Petites Italies dans l’Europe du Nord-Ouest. Appartenances territoriales et identités collectives à l’ère de la migration italienne de masse (milieu du xixe-fin du xxe siècle), valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes/Les Belles Lettres, 2005, p. 7-18.

7 Les lecteurs anglophones reconnaîtront les débats abordés lors du colloque de Perth (juillet 2003), en partie publiés dans la revue la revue Modern Italy, vol. 11, n° 1, february 2006, avec une introduction problématique de D. Gabaccia, « Global Geography of “Little Italy” : Italian Neighbourhoods in Comparative Perspectives ».

8 En soulignant aussi notre dette à l’égard de l’article de Donna Gabaccia, cité note 6.

9 Guillemets et majuscules ne semblent guère obéir à des règles strictes. Nous avons respecté dans l’édition les choix fort divers des auteurs.

10 P. Milza et M.-C. Blanc-Chaléard, Le Nogent des Italiens, Paris, autrement, 1995, 150 p.

11 Terme injurieux par lequel on stigmatisait les Italiens (macaroni ou rital version américaine).

12 R. Harney, « Italophobia ; English speaking malady », Studi Emigrazione, 22, 77, mars 1985, p. 6-43.

13 P. Gobetti, « Little Italy », La Rivoluzione Liberale, 6 septembre 1925 ; cité et présenté par E. Vial, « La Little Italy londonienne vue par Piero Gobetti (1925) », in Petites Italies dans l’Europe du Nord-Ouest, J. Rainhorn, op. cit., p. 71.

14 W. F. Whyte, Street Corner Society, The Social Structure of an Italian Slum, publié pour la première fois en 1943, réédité aux États-Unis en 1959, 1981, 1993. Traduit en italien : Little Italy, Uno slum italo-americano, Bari, laterza, 1968, ainsi qu’en français : Street Corner Society, La structure sociale d’un quartier italo-américain, Paris, La Découverte, 1996.

15 On en trouvera d’abondantes références bibliographiques dans les contributions de ce livre.

16 G. Mauco, Les Étrangers en France, Paris, a. Colin, 1932.

17 M. halbwachs, « Chicago, expérience ethnique » (1932), in Y. Grafmeyer et I. Joseph, L’École de Chicago, naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, 1984, p. 279-327.

18 Nom donné au « pays » aux émigrés installés en Amérique.

19 La formule revient souvent dans les témoignages.

20 G. Noiriel, La tyrannie du national. Histoire du droit d’asile en Europe, Paris, Calmann-Lévy, 1991 ; P. Weil, La France et ses étrangers, Calmann-lévy, 1991 (Édition refondue Gallimard/Folio, 2004).

21 J. Rainhorn (dir.), Petites Italies dans l’Europe du Nord-Ouest, op. cit.

22 D. Gabaccia, Italy’s many Diasporas, Londres, UCL Press, 2000.

23 P.M ilza, Voyage en Ritalie, Plon, 1995, 532 p.

24 On peut toutefois regretter l’absence de contribution sur la vie religieuse, mal connue notamment pour les colonies européennes.

25 Voir par exemple, P. Milza et M.-C. Blanc-Chaléard, Le Nogent des Italiens, op. cit., p. 48 sq.

26 La communauté italo-nogentaise s’était en apparence complètement dissoute dans la banlieue environnante et la rue Sainte-Anne avait été débaptisée. Le livre de François Cavanna, suivi d’un téléfilm, le travail historique que nous avons mené avec Pierre Milza (Le Nogent des Italiens, op. cit.) ont servi de déclencheur à un mouvement de reconnaissance qui fait se multiplier depuis les manifestations sur les Italiens et qui a conduit à rebaptiser la rue Sainte-Anne.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540