Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques au stade

 | 
André Gounot
, 
Denis Jallat
, 
Benoît Caritey

Troisième partie. Utilisations par les régimes politiques

Semaine coloniale et quinzaine impériale (1941-1942)

L'évolution de l'intégration de l'Empire dans l'idéologie vichyste à travers deux manifestations coloniales et sportives

Nicolas Bancel

Texte intégral

1La semaine coloniale et la quinzaine impériale demeurent les manifestations coloniales phares du régime de Vichy. Mobilisant d'énormes moyens de propagande, elles visent en priorité la jeunesse, en France et dans l'Empire. Pourquoi tenter de comparer ces deux manifestations, relativement proches, et organisées, sous les auspices du régime, par pratiquement les mêmes institutions ? D'une part parce que malgré les similitudes organisationnelles, politiques et idéologiques de ces deux manifestations, l'une est réalisée dans les territoires nord-africains, l'autre en métropole même — ouvrant quelques perspectives sur l'évolution idéologique du régime quant aux relations métropole-colonies ; d'autre part car les modalités des rencontres sportives, colonne vertébrale de ces deux événements, sont significativement modifiées.

  • 1 Bancel N., Blanchard P., Geryereau L., Images et colonies, Bdic-Achac/Syros, 1993, 304 p.

2L'étude comparative peut ainsi se révéler heuristique, et ce sur trois plans. Le premier est la mise au jour d'un système de propagande coloniale — qui existe certes depuis la fin du xixe siècle et a été, au cours des années 1920, « étatisé1 » — mais s'articule ici, de manière originale, avec la propagande en faveur des activités physiques déployée par Vichy. Le second concerne les significations politiques des rencontres sportives au cours de la semaine coloniale et de la quinzaine impériale, dans la mesure où elles métaphorisent — comme l'attestent les nombreux discours qui les légitiment — les relations métropole-colonies telles que Vichy veut les montrer. Le troisième plan tient aux valeurs idéologiques qui sont mises en avant et surtout à la conception plus générale de la nation du régime, qui opère selon nous une redéfinition du cadre national.

3Il faut revenir tout d'abord au contexte général pour bien se pénétrer de l'enjeu représenté par la première manifestation, la semaine coloniale.

  • 2 Paxton R. O., La France de Vichy. 1940-1944, Paris, Seuil, coll. « Points histoire », 1999 [1976], (...)
  • 3 Beltran A., La vie des entreprises sous l'Occupation, Paris, Belin, 2000, 464 p.
  • 4 Comme l'analyse cette brochure officielle revenant sur la semaine coloniale et annonçant la quinza (...)

4L'Empire constitue pour Vichy l'élément central de sa « grandeur » : soumis aux conditions politiques drastiques de l'armistice imposé par l'Allemagne, qui annihile ou limite brutalement les aires de souveraineté régaliennes de l'État, notamment dans sa politique internationale2, pressuré par les réparations en valeur ou en nature qui affaiblissent considérablement l'économie nationale3, l'Empire demeure pour le régime le dernier vestige d'une puissance et d'un rayonnement international désormais caducs4. En 1940, l'Empire est par ailleurs menacé directement, d'abord par l'éventualité de ralliement de certains territoires encore sous son autorité à la France libre — le précédent de l'AEF et de quelques territoires isolés rend cette hypothèse probable — ensuite, mais à plus longue échéance, par un débarquement des alliés dans l'une ou l'autre des possessions impériales. Les territoires du Maghreb sont capitaux du point de vue géostratégique : leur proximité en fait des bastions potentiels d'une « reconquête » pour les alliés. Il faut donc s'assurer de leur stabilité, à la fois du point de vue militaire, mais aussi sur le plan socio-politique, car l'Empire représente un atout incontestable vis-à-vis de l'Allemagne, dans la perspective de l'intégration de la France à la « nouvelle Europe ».

  • 5 On lira à ce sujet, Lemaire S., La propagande coloniale (1859-1962), thèse, Institut européen de F (...)
  • 6 Blanchard P., Nationalisme et colonialisme, ibid.
  • 7 La Ligue maritime et coloniale (LMC) organise ainsi de nombreux concours de création de jeux colon (...)

5En France même, on assiste à l'intensification de la propagande coloniale. Les principaux organismes de propagande coloniale, en l'occurrence l'agence économique des colonies, mais aussi le ministère de l'information du régime qui crée dans cet objectif une cellule coloniale5 mais aussi les différentes associations du « lobby colonial » demeurées fidèles au Maréchal et largement financées par Vichy — au premier rang desquelles la Ligue maritime et coloniale et le comité France-Empire6, ont redoublé d'efforts depuis 1940 pour transmettre une fibre impériale encore vacillante à leurs contemporains7. L'un des axes majeurs de cette propagande impériale est la conquête de la jeunesse. Dans cet objectif, l'agence économique des colonies va multiplier les dispositifs pédagogiques dans les foires et expositions coloniales — plus d'une centaine sont organisées dans les principales villes de la zone libre, mais aussi de la zone occupée, entre 1940 et 1943 — en recourant systématiquement à la production de brochures pédagogiques et à la publication ponctuelle de livres et illustrés pour enfants. La semaine coloniale s'inscrit ainsi dans ce contexte et constitue une tentative de rapprocher symboliquement la métropole de ses colonies, tout en faisant la démonstration de l'attachement tout particulier qu'inspire le Maghreb français au régime. La quinzaine impériale reprend ce principe, mais en inversant la démarche : ce ne sont plus les athlètes français qui parcourent l'Algérie, la Tunisie et la Maroc, mais des sportifs de ces trois territoires qui se déplaceront en France.

L'organisation

  • 8 Gay-Lescot J.-L., Sport et éducation sous Vichy (1940-1944), Presses universitaires de Lyon, 1998, (...)

6La semaine coloniale va être l'occasion de concevoir une opération de propagande originale, qui articule à la fois la mobilisation par le sport et les activités physiques — sur lesquels Vichy a bâti une large part de son action vers la jeunesse8 — et une propagande coloniale plus classique, qui vise également ce public. Les deux faces de cette propagande ont deux visées : d'une part redresser le sentiment patriotique chez de jeunes Français soupçonnés sans relâche par Vichy d'avoir été contaminés par le « régime des partis », l'effritement des valeurs traditionnelles mais aussi d'avoir subi les effets néfastes d'une désagrégation de l'autorité (parentale, scolaire, institutionnelle, politique...) ; d'autre part redonner le goût de l'effort physique — qui doit forger les « races fortes », goût supposé miné, au même titre et corollairement que celui du « devoir » et du « sacrifice » envers la nation. Le fait que ces deux manifestations — semaine coloniale et quinzaine impériale — soient explicitement tournées vers la promotion de la puissance impériale concrétise une mutation en gestation de longue date, à savoir le rapprochement du nationalisme hexagonal d'avec sa version coloniale.

7Fers de lance de cette promotion de l'Empire à travers les activités physiques, la semaine coloniale et la quinzaine impériale vont donc mobiliser l'ensemble des institutions liées à la politique coloniale et à la formation de la jeunesse. Manifestations impériales, elles sont placées sous la tutelle des institutions de propagande de l'État : l'agence des colonies dans les deux cas, avec la participation des antennes locales de l'agence dans les territoires français du Maghreb pour la semaine coloniale, le ministère des Colonies, le SIID (Service intercolonial d'information et de documentation) et la cellule coloniale du ministère de l'Information. Le Gouvernement général de l'Algérie, les services des protectorats marocain et tunisien relaient sur place les directives du ministère des Colonies.

8Pour les deux manifestations, on note le rôle prépondérant de la LMC, qui coordonne les réseaux du lobby colonial, et notamment, pour la semaine coloniale quelques-unes des principales associations de défense des intérêts coloniaux, telles que l'union coloniale française, l'institut colonial et le comité de l'Indochine. On retrouve un semblable dispositif avec la quinzaine impériale, à la différence qu'est créé pour l'occasion le comité de l'Empire français, fusion de l'union coloniale française, de l'institut colonial et du comité de l'Indochine et le comité France-Empire. La Ligue maritime et coloniale conserve une influence certaine sur l'organisation proprement pédagogique des deux manifestations puisqu'elle contrôle la totalité des programmes de conférences destinées aux scolaires. D'autre part, le CGEGS mobilise tous les moyens mis à sa disposition (informations vers la presse, brochures), pour participer à l'éclat de cette manifestation, en tentant de donner le maximum de relief aux rencontres sportives organisées à cette occasion et sous son autorité.

  • 9 ANSOM, AFOM, Carton 608.

9La publicité des deux manifestations est assurée par une campagne de presse systématique : la mise au pas de l'ensemble de la presse permet une couverture servile des événements, pendant et après les événements. Ainsi, la quasi-totalité des journaux de la zone libre, une majorité de journaux de la zone occupée et de l'Afrique du Nord publie les articles et les communiqués préparés par l'agence économique des colonies et le SIID, alors que la radio (en France et dans les territoires du Maghreb), fait l'objet également d'une intense mobilisation autour de la manifestation, sur le même principe. Des numéros spéciaux des journaux de La Ligue maritime et coloniale, de Compagnons, La Légion, Jeunesse de France, etc. sont consacrés à ces manifestations9. Le CGEGS dirige l'information vers les principaux journaux sportifs, qui annoncent l'événement et le relateront dans le détail, à savoir L'Auto et le Miroir des sports, alors que sa revue Éducation générale et sports participe également à la publicité de l'événement.

  • 10 ANSOM, AFOM, Carton 618.
  • 11 AFOM, carton 411bis.

10Comme pour toutes les autres grandes manifestations coloniales, les chambres de commerce sont également mobilisées, de même que les grandes compagnies coloniales encore en activités. Elles sont chargées, en coordination avec le comité d'organisation, d'exemplariser la modernisation économique coloniale sous contrôle métropolitain comme de fournir tous les produits coloniaux qui serviront à l'élaboration des vitrines de présentation, dans les différentes expositions comme pour l'achalandage du train-exposition. À ce dispositif classique se superpose la mobilisation impérative de l'ensemble des recteurs d'académies : en Algérie, au Maroc et en Tunisie pour la semaine coloniale, en métropole pour la quinzaine impériale10 et par l'appel aux enseignants, informés par plusieurs circulaires de la tenue des deux manifestations. Les maîtres et professeurs sont ainsi encouragés à proposer un cours préparatoire à la quinzaine impériale (nous n'avons pas retrouvé semblable directive pour la semaine coloniale) et, surtout, dans les deux cas, à accompagner leurs classes aux différentes manifestations proposées, avec comme point d'orgue les rencontres sportives. Les milliers de conférences organisées par la LMC dans les établissements primaires et secondaires, sont, quant à elles, implicitement obligatoires11. Un concours de devoir sur le thème de l'Empire est organisé dans les écoles et lycées, de même que, dans le cas de la quinzaine coloniale, un concours de timbre et de jeux coloniaux.

11À cette mobilisation directe des scolaires s'ajoute la demande formulée aux principaux mouvements de jeunesse de servir de relais à la propagande des deux manifestations. Enfin, tout un programme d'articles d'annonces de la semaine coloniale puis de la quinzaine impériale et de numéros spéciaux de journaux destinés aux jeunes est mis en place. Pour la quinzaine impériale, une collection complète de brochures de propagande est également éditée, de même qu'une dizaine de films de propagande sont transférés de la zone occupée et seront présentés systématiquement. Dans les deux cas, plusieurs dizaines de milliers d'affiches, plusieurs centaines de milliers de tracts sont réalisés, dans chaque ville, à l'occasion de la manifestation. Enfin, des émissions radiophoniques sont préparées sous les auspices de l'agence économique des colonies.

  • 12 Lemaire S., op. cit.

12On constate donc que, dans les deux cas, les dispositifs d'organisation et de propagande des deux manifestations sont proches. Dans les deux cas, l'ensemble des institutions publiques est mobilisé pour assurer la réussite de l'entreprise. Tout au plus peut-on noter que dans le cas de la semaine coloniale, ce sont les relais coloniaux du pouvoir central qui sont impliqués en lieu et place de ceux-ci. Cette organisation n'est cependant pas commune, dans sa complexité, mais aussi parce qu'elle permet une confusion entre les intérêts proprement étatiques représentées ici par le ministère des Colonies et ses différentes institutions, le CGES et le ministère de l'Éducation, avec ceux, censés être plus autonomes, des associations coloniales. Cependant, cette configuration est très commune dans l'entre-deux-guerres, qui voit de très nombreuses manifestations coloniales associer les institutions étatiques et les nombreuses associations et institutions promouvant les intérêts coloniaux12. Non, ce qui marque plus certainement l'organisation des deux manifestations est un tropisme fasciste : la volonté d'enrôler toutes les institutions de la société civile, et, dans ce cas en particulier, les médias, ainsi que les structures éducatives de manière à assurer le succès d'une manifestation de masse dans laquelle la jeunesse est appelée à jouer un rôle central. C'est en ce sens que la semaine coloniale et la quinzaine impériale peuvent être qualifiées sinon de démonstrations totalitaires, en tout cas de manifestations à visées totalisantes. Se concrétise ainsi, dans la forme même de l'organisation, l'obsession nationalitaire du régime : fusionner tout le corps social à travers l'État et ses initiatives, créer une communauté nationale enfin réunie au-delà des intérêts divergents et des clivages sociaux. Nous allons approfondir, sous l'angle de l'anthropologie politique, les significations de ces deux manifestations. Mais on peut déjà remarquer qu'elles substantialisent l'interpénétration métropole/empire en faisant la démonstration du lien indéfectible de l'une avec l'autre, à travers la double fécondation qui se concrétise ici : d'abord la tournée de Borotra au Maghreb, puis la venue d'athlètes coloniaux en métropole. Et le sport joue un rôle central : dans un contexte où les rapports métropole-Empire sont fondés sur une asymétrie structurelle (l'hégémonie de la métropole), où les rapports sociaux sont largement déterminés par la question de la race (inégalités politiques, juridiques, économiques fondées institutionnellement entre colons et colonisés), le sport est la médiation idéale pour mimer un ersatz d'égalité entre les représentants (sportifs) des colonisés et des métropolitains.

Les fastes de la semaine coloniale et de la quinzaine impériale

  • 13 Frankiel S., La triple illusion. La tournée de Jean Borotra en Afrique du Nord relaté par L'Auto. (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Planche J.-L., Meynier G., Genèse du nationalisme algérien, université Paris VII, 1985, 168 p. ; S (...)
  • 16 Frenkiel, op. cit.

13La tournée des près de 150 sportifs français durant la semaine coloniale est rythmée par les rencontres entre les équipes de la métropole et les équipes des territoires colonisés, qui s'affrontent au cours de matchs de football, de rugby, de volley, de basket-ball, d'escrime, d'aviron, de water-polo, de tennis, de natation et de rencontres d'athlétisme. Borotra a vu grand : Rabat, Casablanca, Marrakech, Meknès, Fez, Oran, Alger, Constantine, Bône et Tunis13 accueillent successivement ces compétitions. La tournée permet à une démonstration de force du régime : toutes les rencontres sportives donnent lieu à une multitude de manifestations officielles, qui doivent démontrer l'unité de la métropole et de l'Empire. Borotra rencontre ainsi systématiquement les plus hautes autorités coloniales (civiles et militaires), mais aussi — et surtout — les représentants politiques et religieux des colonisés. Les mouvements de jeunesse (Scouts de France) et bien entendu les responsables sportifs des fédérations sont également représentés. Rencontres officielles, et largement relatées par la presse14, qui permettent de faire la démonstration à la fois de la cohérence de l'administration des colonies, de la vigueur du principe d'autorité (Borotra, en tant que représentant du gouvernement, est au centre de toutes ces manifestations), mais aussi de l'adhésion large des « populations indigènes » au régime colonial. La dimension symbolique de ces manifestations en marge des rencontres sportives s'inscrit dans le discours sur l'« union des races » cher à Vichy, sorte de transposition de l'union sacrée et de l'obsession de refondation de la communauté nationale, ici étendue au domaine colonial. Cette « union des races » se manifeste également par les nombreux bains de foules — abondamment photographiés — que prend Borotra, serrant indistinctement les mains des « indigènes » et des Européens. Il est par ailleurs entouré d'enfants maghrébins qu'il entraîne systématiquement à sa suite. Borotra multiplie également les cérémonies officielles : hommage au Maréchal Lyautey, fête pour l'anniversaire du Maréchal Pétain, levée aux couleurs, etc. Il s'agit de rendre hommage aux grands « bâtisseurs d'Empire », figures notoires d'édification du régime, et de réaffirmer l'assise et l'autorité des institutions coloniales. Ces démonstrations prennent un sens particulier dans le contexte de l'année 1941 : l'unité de l'Empire (déjà largement amputé par les défections de plusieurs territoires) est fragile : les Forces françaises libres ne font pas mystère de leur ambition de reprendre coûte que coûte le contrôle des coloniales, par ailleurs, les possessions françaises font l'objet de nombreuses revendications — italiennes et espagnoles notamment — et l'on sait enfin que l'Allemagne pourrait être amenée, en fonction des circonstances, à « reprendre en main » les colonies si celles-ci devenaient une menace. Toutes ces manifestations officielles sont donc traversées d'un principe d'affirmation : celle de l'autorité de l'État (métaphorisée ici en la personne de Borotra) sur le domaine impérial. Incidemment, elles doivent aussi prouver que les velléités autonomistes des territoires colonisés (tout le Maghreb français est marqué par l'émergence de ces mouvements durant l'entre-deux-guerres15) sont abolies face à l'union de toutes les populations (colons/colonisés) dans le projet impérial vichyssois. Enfin, cette tournée met en scène identiquement ce principe d'affirmation, malgré les statuts différents des trois territoires. D'un point de vue de la géographie symbolique de l'Empire, cela signifie que l'Algérie, la Tunisie et le Maroc sont traités sur un pied d'égalité, mais aussi d'uniformité, comme si, en dernière analyse, ces trois territoires fusionnaient en un grand « Maghreb français », lui-même partie prenante de l'ensemble national. Enfin, la puissance créatrice de la nation tutélaire s'affirme par l'inauguration de plusieurs stades, et la promesse de la construction de nombreux autres, afin que les colonies du Maghreb profitent au même titre que la métropole des efforts consentis pour l'éducation physique de la jeunesse16.

14Pour ce qui concerne la quinzaine impériale, on note un dispositif approchant. De la même manière que toutes les autorités et notabilités coloniales ont été mobilisées dans les manifestations officielles de la semaine coloniale, chaque étape de la quinzaine impériale — à Lyon, Toulouse et Marseille, voit le ban et l'arrière-ban des autorités locales assister aux cérémonies d'ouverture des rencontres sportives, accompagnés des 80 athlètes coloniaux sélectionnés (20 pour l'AOF, 20 pour la Tunisie, 20 pour le Maroc, 20 pour l'Algérie) et les athlètes des sélections régionales qu'ils sont amenés à rencontrer. De la même manière, les mouvements de jeunesse et les responsables sportifs des fédérations sont conviés aux cérémonies, à ceci près que quelques mouvements maréchalistes groupusculaires (Jeunes France, la ligue des jeunes de France et de l'Empire, les jeunes du Maréchal), faibles ou inexistants en Afrique du Nord, sont représentés durant la quinzaine.

  • 17 Ce train exposition — placé sous l'égide de l'agence des colonies et de la LMC —, sera utilisé ens (...)
  • 18 Blanchard P., Boëtsch G., op. cit.

15Pour la métropole, un effort particulier a été consenti en faveur de la propagande coloniale stricto sensu. En effet, un train-exposition à la gloire des réalisations de la « mission civilisatrice » de la France dans ses colonies, réalisé en 1941 à l'occasion de la semaine coloniale mais qui ne parcourt alors que des villes de la métropole, accompagne pas à pas la tournée17 de la quinzaine. Ce train-exposition, composé de cinq wagons thématiques, réalisés par la LMC sous l'égide de l'agence des colonies, est animé par une série de conférences réalisées par la LMC. Il poursuivra son parcours, itinérant dans plusieurs dizaines de villes françaises jusqu'en 1944, touchant pour moitié un public scolaire18.

  • 19 ANSOM, Carton 509.
  • 20 Girardet R., L'idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, La Table Ronde, 1972, 332 p. ; Banc (...)

16On comprend aisément que la propagande coloniale se soit faite plus intense lors de la quinzaine impériale. Pour des raisons conjoncturelles d'abord, devant la montée des périls en ce début d'année 1942, qui menace la stabilité de l'Empire19 et rend de plus en plus plausible un débarquement allié en Afrique du Nord. D'autre part, la propagande allemande en direction des mouvements autonomistes du Maghreb français s'est notoirement intensifiée, faisant craindre la défection d'une partie des élites politiques en faveur du grand Reich. Mais surtout, le système de propagande a eu pour objectif essentiel, depuis ses prémices, de convaincre les Français d'adhérer à l'idée impériale20. La quinzaine impériale offre ainsi un cadre idéal à une grande démonstration de la vitalité coloniale.

  • 21 Lebovics H., La vraie France. Les enjeux de l'identité culturelle, Paris, Belin, 2000, 240 p. ; vo (...)
  • 22 Quoique cet aspect de l'idéologie de Vichy n'ait fait l'objet d'aucun ouvrage, on retrouve cette q (...)
  • 23 Citron S., Le mythe national. L'histoire de France en question, Paris, Éditions ouvrière, 1987, 31 (...)

17Pourtant, la symbolique change. Outre le fait que cet « aller-retour » entre les colonies du Maghreb et la France témoigne de la double fécondation métropole-colonies et affirme le caractère organique du lien colonial, la similitude des cérémonies d'une rive à l'autre de la Méditerranée démontre que la Tunisie, le Maroc, l'Algérie et l'AOF font partie, au même titre que les provinces françaises, de la nation. La symétrie des deux manifestations est à cet égard démonstrative que le discours de Vichy sur le « sol », à savoir la richesse et l'enracinement historique des provinces comme lieux des « petites patries » qui composent la France21, englobe également les colonies. C'est là un point tout à fait fondamental, car si on a écrit sur l'idéologie terrienne de Vichy22, bien peu de chercheurs se sont penchés sur une dimension essentielle — et qui apparaît ici — soit le fait que Vichy opérationnalise la « digestion » par la droite et la droite-extrême, durant tout l'entre-deux-guerres, de la dimension coloniale de la nation. Ce qui aboutit à un schéma idéologique, métaphorisé à travers la semaine coloniale et la quinzaine impériale, qui voit l'espace national, jusqu'alors conçu comme pratiquement intangible et immémorial23, se fondre avec l'espace colonial, pour former les nouveaux contours de l'espace national.

18Évidemment, ce qui vaut pour les terres ne vaut pas pour les hommes, et si les territoires coloniaux sont inclus dans la nation à égalité de dignité avec les provinces, l'inégalité structurelle entre colons et colonisés, qui fonde le régime colonial, demeure. C'est précisément là qu'interviennent, du point de vue de l'idéologie politique, les rencontres sportives.

Le rôle des rencontres sportives

  • 24 La part des manifestations sportives — la plus importante — représentant plus de 25 % du total, AN (...)
  • 25 Michaël A., « Sportif pour mieux servir la France », dans Arnaud P., Gros P., Saint-Martin J.-P., (...)
  • 26 Bancel N., « La formation d'une jeunesse coloniale ? Propagande impériale et régénération sous Vic (...)
  • 27 Voir la très intéressante thèse de Bolz D., Pratiques et spectacles sportifs en Italie fasciste et (...)
  • 28 « [Ils] n'avaient pas de plus farouches supporters que les basketteurs, et quand Lapointe tentait (...)

19Nous l'avons dit, en dehors des manifestations officielles et des démonstrations de la propagande coloniale annexes aux tournées, le cœur et la raison d'être de la semaine coloniale et de la quinzaine impériale demeurent l'affrontement sportif24. Ceux-ci sont l'occasion pour toutes les délégations de prêter le serment de l'athlète25, qui consiste pour les sportifs à jurer fidélité au Maréchal Pétain et à la mère patrie. Inutile ici de rappeler les attendus idéologiques de ce serment, qui manifeste la volonté d'une « mise au pas » de la sphère sportive, constamment soupçonnée par Vichy, surtout pour ce qui concerne le sport professionnel, de véhiculer les pires exemples pour la jeunesse (vénalité, tricherie, individualisme, idolâtrie des champions26), de même qu'il s'inscrit dans le mimétisme fasciste du régime, notamment par rapport aux grandes démonstrations sportives de l'Italie fasciste et de l'Allemagne nazie27. Le serment, dans le contexte de rencontres sportives mettant aux prises des équipes métropolitaines et coloniales, a cependant trois particularités. La première est qu'il réunit des athlètes métropolitains issus de la zone libre et de la zone occupée. On peut donc affirmer que la nation, dans son intégrité territoriale, est symboliquement recréée28. La seconde est que les délégations coloniales se soumettent de concert avec les délégations métropolitaines. L'unité de la nation est donc étendue à l'Empire lui-même, indiquant clairement la souveraineté de Vichy sur ses possessions impériales.

  • 29 Gay-Lescot J.-L., op. cit.
  • 30 « Tous, cette fois, acceptaient de marcher au pas. On dira, laissez défiler les militaires, c'est (...)

20La troisième est que la cérémonie du serment place sur un même plan l'ensemble du mouvement sportif de métropole et des colonies, mais aussi des hommes qui n'ont absolument pas le même statut (soit des « citoyens français de statut musulman » pour certains athlètes algériens, de sujets coloniaux pour les ressortissants de l'AOF, du Maroc et de Tunisie et de citoyens français pour les métropolitains). La dimension symbolique de la cérémonie — outre l'acte d'allégeance, est donc bien de mettre tous les participants sur un pied d'égalité, d'assurer l'« union des races », là où, en métropole, le serment de l'athlète métaphorisait l'abolition des classes29. Le décorum est grandiloquent, agrémenté du fameux salut lors du serment — là encore un mime de la tradition fasciste (mais qui entretient l'ambiguïté avec le salut olympique), et les délégations qui défilent devant Borotra dans un ordre tout militaire30 ajoutent encore à l'uniformisation des participants.

21Enfin, le principe d'égalité entre colons et colonisés est également rempli par les rencontres elles-mêmes : tous sont égaux, quelle que soit la condition de chacun, devant le jugement sportif. On ne peut cependant interpréter l'organisation de ces compétitions sportives comme le signe d'un égalitarisme soudain du régime. En fait, ces compétitions renvoient à une transformation du nationalisme — dont Vichy, véritable nébuleuse, représente peu ou prou l'ensemble des tendances — qui intègre désormais le domaine colonial comme partie du territoire français. C'est pourquoi il est logique que le régime fasse de l'Empire, plus que tout autre gouvernement avant lui, le prolongement naturel de la nation. Le régime de Pétain cherche ainsi à transmettre à la jeunesse une foi où le patriotisme se confond avec la défense de l'Empire et d'autre part à convaincre cette jeunesse des vertus régénérantes de l'aventure outre-mer. Plus profondément encore, Vichy instrumentalise ce modèle pour répondre à son obsession de la communauté et de l'unité nationale. Ainsi, afin de lutter contre les oppositions sociales ou politiques susceptibles de diviser le corps social, Vichy propose une métaphore, ou plutôt un mirage : l'union des colons et des colonisés dans les activités physiques et la promotion d'un « égalitarisme sportif », qui renvoie au désir du régime de voir l'ensemble des Français unis, en métropole, autour du Maréchal.

  • 31 Anonyme, « Le voyage de M. Borotra — Les écoliers d'Alger ont eu la primeur du "Grand Serment de l (...)
  • 32 ANOM, AFOM carton 575.
  • 33 Ainsi, à propos de l'engagement des athlètes dans la défense de la Plus grande France : « En nous (...)

22Ces cérémonies visent explicitement à édifier la jeunesse. Pour ce faire, nous l'avons vu, les rectorats ont été mobilisés, et, à chaque étape, ce sont des milliers de scolaires qui viennent assister aux rencontres. Nous ne disposons pas, à ma connaissance, de chiffres précis. On note cependant qu'à Alger, 5 000 scolaires sont présents d'après l'Auto31, près de 3 000 à Bône, plus de 10 000 à Lyon32. Je n'ai pas retrouvé les chiffres pour les autres étapes de la semaine et de la quinzaine, et, quoique ceux dont on dispose soient probablement surestimés, on mesure cependant l'effort qui a été consenti en direction des scolaires. Quoi qu'il en soit, dans le grand mouvement de consolidation de la « Nation-Empire », les sportifs33 se doivent d'être au premier rang et des exemples pour la jeunesse. Le patriotisme autoritaire de Vichy est désormais étendu à l'Empire lui-même :

  • 34 Quinzaine impériale. Serment de l'athlète. Vichy, 17 mai 1942, ANSOM, AFOM, 575.

« Tous les compétiteurs unis et fraternels lutteront pour le même idéal, celui que résume ces mots : un Drapeau, un Empire. [...] Cette France d'Outre-mer, c'est cette France coloniale, ce sont ces portions diverses et magnifiques de notre patrimoine national, enrichi de siècle en siècle par l'ardente et généreuse volonté de nos marins, de nos soldats, de nos colonisateurs34. »

  • 35 Deville-Danthu B., Le sport en noir et blanc : Du sport colonial au sport africain dans les ancien (...)
  • 36 Le fait que des équipes provinciales affrontent des territoires d'Afrique du Nord et d'AOF (du Sén (...)

23Mais le plus intéressant dans ces mobilisations sportives est la composition des équipes. En effet, durant la semaine coloniale, ce sont les différentes « équipes de France » qui rencontrent les équipes indigènes de chaque territoire. Cette nouveauté est tout à fait remarquable, en ce sens que ce dispositif place à égalité de dignité équipes métropolitaines et coloniales, reconnaissant en quelque sorte comme légitime la comparaison, et donnant un caractère « national » aux équipes coloniales. Cette configuration rompt avec la ségrégation jusqu'alors en vigueur, qui voulait que les équipes nationales de la métropole ne rencontrent pas d'équipes représentant un territoire35, pour des raisons symboliques et politiques. Symboliques, car la victoire d'une équipe territoriale sur une équipe nationale pouvait être perçue comme un renversement métaphorique du rapport de puissance entre la métropole et les colonies — mettant également fin de manière allégorique à la domination de « l'homme blanc » ; politiques car on craint évidemment une cristallisation nationaliste autour des pratiques physiques, potentiellement favorables aux mouvements autonomistes. Je n'ai pas d'explication à cette configuration pour le moins originale, et peut-être n'y en a-t-il tout simplement pas. En effet, on retrouve dans le cas de la quinzaine impériale une organisation différente (mais néanmoins novatrice) puisque les équipes des différents territoires coloniaux affrontent des équipes provinciales, renvoyant à l'incorporation symbolique des territoires coloniaux dans le grand ensemble national36.

24Pourquoi ce changement ? Là encore, les archives ne livrent pas, à ma connaissance, la clé du mystère. Mais on peut cependant bâtir quelques hypothèses. La première, quelque peu triviale, est que les premières rencontres de la semaine coloniale ont vu la domination le plus souvent écrasante des équipes métropolitaines. Il fallait sans doute rééquilibrer un peu les affrontements, et il est probable que des équipes de provinces étaient susceptibles d'être du même niveau que les équipes coloniales. La seconde est que les responsables du CGES ont pu mesurer le danger politique de rencontres entre équipes métropolitaines et territoriales. Le risque est évidemment beaucoup moins grand avec des équipes locales et, du coup, comme nous l'avons vu, les territoires prennent leur place dans l'édifice impérial. La troisième est que la quinzaine impériale est beaucoup plus cohérente d'un point de vue d'idéologie politique, entre les cérémonies officielles, la propagande coloniale et les rencontres elles-mêmes, puisque toutes postulent à la fusion du national avec le colonial. C'est probablement à l'intersection de ces trois hypothèses que se trouve la vérité historique.

Conclusion

25La semaine coloniale et la quinzaine impériale offrent l'exemple de deux manifestations coloniales et sportives à visées politiques. Le point de vue adopté ici — celui d'une anthropologie politique de ces manifestations, permet de dégager quelques éléments convergents importants. Tout d'abord, l'organisation met dans les deux cas en œuvre l'ensemble des institutions publiques susceptibles d'y participer, de même que les principales associations du lobby colonial, en métropole et au Maghreb français, au premier rang desquelles la LMC. Dans les deux cas, la mise en scène de la souveraineté politique de Vichy sur son Empire se déploie aux travers de cérémonies officielles convenues, en dehors et à l'intérieur des stades mobilisés pour les tournées. L'investissement du régime dans ces manifestations coloniales et sportives témoigne d'une articulation originale entre propagande coloniale et sportive au service de l'idéologie du régime, soulignant le rôle central dans la reformulation du nationalisme par Vichy de la dimension coloniale, peu explorée par les historiens. La symbolique spatiale qui se dégage en effet de la semaine coloniale et de la quinzaine impériale, apparaît ainsi comme une régénération réciproque de la métropole et de son Empire (et c'est pourquoi l'une et l'autre de ces manifestations, se déroulant successivement dans le Maghreb français et en métropole, sont complémentaires), et, plus encore, comme une inclusion dans l'ensemble proprement national de l'espace colonial. Cette figure politique s'adosse à l'obsession de la formation d'une communauté nationale/coloniale censée subsumer les clivages (ici : sociaux, politiques et, surtout, entre colons et colonisés), grâce à la métaphore égalitaire autorisée par les rencontres sportives. À cette fonction de rassemblement autour du régime — les manifestations miment maladroitement les grandes réunions fascistes, s'ajoutent quelques schèmes fondateurs de l'idéologie du régime : le principe d'autorité et de souveraineté de Vichy, l'ordonnancement de toutes les « forces vives » de la nation autour de son projet de refondation politique et sociale, la primauté du collectif, la régénération par l'effort physique. Comparativement, elles se différencient cependant par les rencontres sportives proprement dites, puisqu'aux équipes nationales métropolitaines choisies pour la semaine coloniale, on préfère finalement des équipes provinciales, affrontées aux équipes des territoires. On a évoqué plusieurs hypothèses pour expliquer ce changement. Une dernière est plausible, qui renvoie à ce processus d'inclusion des territoires coloniaux à la nation. En effet, placer les territoires coloniaux sur le même plan que les provinces, c'est, d'une certaine manière, les considérer comme des provinces eux-mêmes, à égalité de dignité. La vigueur de l'idée des « petites patries » dans l'idéologie du régime, comme substrat d'une nation diverse mais unie, enracinée de manière immémoriale dans l'histoire et les « terroirs », peut-être le signe que l'incorporation des colonies à l'espace national confère à celles-ci, par amalgame, la qualité historique réservée jusqu'alors aux régions : l'éternité de leur présence au sein de l'espace national.

Notes

1 Bancel N., Blanchard P., Geryereau L., Images et colonies, Bdic-Achac/Syros, 1993, 304 p.

2 Paxton R. O., La France de Vichy. 1940-1944, Paris, Seuil, coll. « Points histoire », 1999 [1976], 475 p. ; Azéma J.-P., Wiervorka O., Vichy. 1940-1944, Paris, Librairie académique Perrin, 2004, 374 p. ; Azéma J.-P., La France des années noire, tomes 1 et 2, Paris, Seuil, coll. « Points histoire », 2000 ; Dreyfus F.-G., Histoire de Vichy, Paris, Fallois, 892 p.

3 Beltran A., La vie des entreprises sous l'Occupation, Paris, Belin, 2000, 464 p.

4 Comme l'analyse cette brochure officielle revenant sur la semaine coloniale et annonçant la quinzaine impériale : « La France seule en Europe, n'est qu'une pièce démonétisée sur l'échiquier du vieux continent. Grâce à son Empire qui restaure en elle les notions de forces extériorisées et de permanente influence, elle est sur le plan mondial une pièce qui a encore une valeur que nul ne peut négliger. Par l'Empire, elle conserve sa chance de compter parmi les grandes nations ; par lui, elle garde la possibilité d'apporter la contribution la plus féconde au relèvement de l'Europe ruinée par la guerre. Lorsque le moment sera venu des négociations décisives de la paix, notre action pourra faire valoir ses droits de puissance "impériale". [...] Franchissons les mers pour retrouver dans ces terres fraternelles, riches d'une civilisation sœur de la nôtre, le sens de la grandeur et de la fierté, l'eau lustrale des renaissances et les sèves vigoureuses qui fécondent le présent et préparent les moissons futures », ANSOM, carton 566. La brochure s'intitule « L'Empire, notre meilleure chance », Lyon, 1942.

5 On lira à ce sujet, Lemaire S., La propagande coloniale (1859-1962), thèse, Institut européen de Florence, 2000, 734 p. ; Blanchard P, Nationalisme et colonialisme. Idéologie coloniale, discours sur l'Afrique et les Africains de la droite nationaliste française des années 30 à la révolution nationale, Doctorat nouveau régime en histoire contemporaine, université Paris I, 807 p., annexes ; Blanchard P., Boëtsch G., « La révolution impériale. Apothéose coloniale et idéologie raciale », dans Bancel N., Blanchard P., Gervereau L., Images et Colonies. Iconographie et propagande coloniale sur l'Afrique française de 1880 à 1962, Paris, Bdic/Achac, Syros, 1993, p. 186-220.

6 Blanchard P., Nationalisme et colonialisme, ibid.

7 La Ligue maritime et coloniale (LMC) organise ainsi de nombreux concours de création de jeux coloniaux, de timbres coloniaux, de rédactions, etc., entre 1941 et 1943. De même, l'agence économique des colonies va multiplier les dispositifs pédagogiques dans les foires et expositions coloniales — plus d'une centaine sont organisées dans les principales villes de la zone libre, mais aussi de la zone occupée, entre 1940 et 1943 — en recourant systématiquement aux conférences sur la colonisation, à la production de brochures pédagogiques et à la publication ponctuelle de livres et illustrés pour enfant.

8 Gay-Lescot J.-L., Sport et éducation sous Vichy (1940-1944), Presses universitaires de Lyon, 1998, 189 p.

9 ANSOM, AFOM, Carton 608.

10 ANSOM, AFOM, Carton 618.

11 AFOM, carton 411bis.

12 Lemaire S., op. cit.

13 Frankiel S., La triple illusion. La tournée de Jean Borotra en Afrique du Nord relaté par L'Auto. 11 avril 1941-18 mai 1941, mémoire de maîtrise, université Paris XI-Orsay, 2003, 173 p.

14 Ibid.

15 Planche J.-L., Meynier G., Genèse du nationalisme algérien, université Paris VII, 1985, 168 p. ; Stura B., Algérie, Maroc : histoires parallèles, destins croisés, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002, 195 p. ; Stora B., Histoire de l'Algérie coloniale (1830-1954), Paris, La Découverte, 1991, 126 p. ; Rivet D., Le Maghreb à l'épreuve de la colonisation, Hachette Littérature, 2002, 460 p. Pour une vue synthétique, Thobie J., Meynier G., Coquery-Vidrovitch C., Ageron C.-R., Histoire de la France coloniale, Paris, 1990, 650 p.

16 Frenkiel, op. cit.

17 Ce train exposition — placé sous l'égide de l'agence des colonies et de la LMC —, sera utilisé ensuite dans le cadre de la propagande coloniale, parcourant plus de 100 villes jusqu'en 1944. Essentiellement destiné à l'édification des scolaires, il accompagnera également certaines expositions coloniales locales.

18 Blanchard P., Boëtsch G., op. cit.

19 ANSOM, Carton 509.

20 Girardet R., L'idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, La Table Ronde, 1972, 332 p. ; Bancel N. et al., Images et Colonies, op. cit. ; Bancel N., Blanchard P., Delabarre F., Images d'Empires, Paris, La Documentation française/De la Martinière, 1997, 324 p.

21 Lebovics H., La vraie France. Les enjeux de l'identité culturelle, Paris, Belin, 2000, 240 p. ; voir également Chanet J.-F., L'école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier-Montaigne, 1996, 430 p.

22 Quoique cet aspect de l'idéologie de Vichy n'ait fait l'objet d'aucun ouvrage, on retrouve cette question chez pratiquement tous les spécialistes de la période.

23 Citron S., Le mythe national. L'histoire de France en question, Paris, Éditions ouvrière, 1987, 318 p.

24 La part des manifestations sportives — la plus importante — représentant plus de 25 % du total, ANOM, AFOM carton 575.

25 Michaël A., « Sportif pour mieux servir la France », dans Arnaud P., Gros P., Saint-Martin J.-P., Terret T., Le sport et les Français pendant l'Occupation, Paris, L'Harmattan, Tome 1, 2002, p. 71.

26 Bancel N., « La formation d'une jeunesse coloniale ? Propagande impériale et régénération sous Vichy, l'exemple de la quinzaine impériale », dans Arnaud P. et al., Le sport et les Français pendant l'occupation, 1940-1944, Paris, L'Harmattan, coll. « Espaces et Temps du sport », t. 1, 2002, p. 129-146.

27 Voir la très intéressante thèse de Bolz D., Pratiques et spectacles sportifs en Italie fasciste et en Allemagne nazie, Doctorat nouveau régime, université Strasbourg II-Marc Bloch, 2005, 486 p.

28 « [Ils] n'avaient pas de plus farouches supporters que les basketteurs, et quand Lapointe tentait de passer 1 m 965 en hauteur, footballeurs et ruggers, mêlés, côte à côte, retenaient leurs souffles de la même manière... [...]. Sportifs de zone occupée et de zone libre ont appris à se connaître et à s'aimer. » Georges Février, « Sans longs adieux... Les athlètes de la tournée en Afrique du Nord sont rentrés chez eux », L'Auto, 10-11 mai 1941, p. 1, cité par Frenkiel S., op. cit., p. 44.

29 Gay-Lescot J.-L., op. cit.

30 « Tous, cette fois, acceptaient de marcher au pas. On dira, laissez défiler les militaires, c'est leur affaire. Mais c'est une erreur de prendre le défilé militaire pour une simple parade. La marche du fantassin, avec sa cadence rapide, correspond sans doute au "tempo" du jeune français. [...] Les sportifs [...] se sont complus trop longtemps dans la conscience de leur inutile supériorité. Ils se sont trop longtemps contentés d'avoir raison en silence. Ils se sont trop longtemps bornés à un prosélytisme discret et comme honteux. Maintenant, s'ils veulent forcer les portes de l'avenir, s'ils veulent proclamer la vérité dont ils sont dépositaires, s'ils veulent passer à l'action, il faut qu'ils se décident à marcher au pas cadencé. » quinzaine impériale. Serment de l'athlète, Vichy, 17 mai 1942.

31 Anonyme, « Le voyage de M. Borotra — Les écoliers d'Alger ont eu la primeur du "Grand Serment de l'Athlète" », L'Auto, 30 avril 1941, p. 1, cité par Frenkiel S., op. cit., p. 12.

32 ANOM, AFOM carton 575.

33 Ainsi, à propos de l'engagement des athlètes dans la défense de la Plus grande France : « En nous maintenant dans le sillage de ce passé, serviteur d'une même croyance, unis dans le plus bel acte de foi, dominés par la présence haute et pure d'une flamme commune, animés du même esprit — cet esprit que rien ne peut détruire, de la même hardiesse lucide et de la même pensée exaltante de SERVIR, nous pourrons, d'un même pas léger, d'un même cœur ardent et généreux, d'une même volonté farouche et agissante, contribuer à la rénovation de la Grande France, l'aider à jouer demain un grand rôle dans l'Europe et dans le monde régénéré », brochure de propagande, AFOM, ANSOM, Carton 627.

34 Quinzaine impériale. Serment de l'athlète. Vichy, 17 mai 1942, ANSOM, AFOM, 575.

35 Deville-Danthu B., Le sport en noir et blanc : Du sport colonial au sport africain dans les anciens territoires français d'Afrique occidentale, Paris, L'Harmattan, coll. « Espaces et temps du sport », 2000, 543 p.

36 Le fait que des équipes provinciales affrontent des territoires d'Afrique du Nord et d'AOF (du Sénégal) est significatif : « Ainsi, chacune de nos provinces d'Outre-mer est considérée comme une province de France. » quinzaine impériale. Serment de l'athlète. Vichy, 17 mai 1942, ANSOM, AFOM, 575.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540