Version classiqueVersion mobile

La France en Chine de Sun Yat-sen à Mao Zedong, 1918-1953

 | 
Nicole Bensacq-Tixier

Troisième partie. 1946-1953 : La fin d’un siècle de présence française en Chine

Chapitre X. Le traité du 28 février 1946 et ses conséquences en Chine et Indochine

Texte intégral

1Lorsque les relations avec la Chine reprennent leur cours normal après la défaite du Japon, la France possède encore vingt postes, dont les quatre concessions qu’elle s’est engagée à remettre à la Chine, en échange du retrait de ses troupes au Tonkin. Le temps presse. Les militaires français en Indochine s’impatientent, notamment le maréchal Leclerc, et poussent à la conclusion rapide du traité. Il est enfin signé le 28 février 1946 et est suivi, le 1er mars, par les accords des états-majors des deux camps pour les détails techniques. Outre l’ambassadeur Jacques Meyrier, un nouveau personnel entre en fonction, dans sa grande majorité issu du cadre complémentaire créé à la Libération pour récompenser les services rendus dans les Forces Françaises Libres ou dans la Résistance. En raison du contexte politique nettement conditionné par l’influence croissante des communistes, ces agents vont avoir fort à faire, non seulement pour les négociations relatives à la remise des concessions, mais aussi pour maintenir les intérêts français encore importants en Chine. Mais surtout, en Indochine où une situation de plus en plus insurrectionnelle se met en place, qui vise à l’élimination totale de la puissance colonisatrice.

Renouvellement du personnel diplomatique et consulaire

Le nouvel ambassadeur et le rappel des agents en poste sous l’occupation japonaise

2Jacques Meyrier, désigné le 28 octobre 1945, arrive à Chongqing dans les premiers jours de janvier 1946. Ce choix n’est pas fortuit. Meyrier est en effet un diplomate très expérimenté qui a une parfaite connaissance de la Chine et a donné, dans le passé, de solides preuves de sa fermeté et de ses capacités. Il a en effet vécu plus de dix ans dans ce pays, notamment au consulat général de Shanghai, dans le contexte difficile des années 1920-1930 (voir supra, première partie, chapitre II, quatrième paragraphe). Après avoir assumé, par la suite, des missions importantes, et occupé à Alger puis à Paris, les fonctions de directeur politique d’Afrique-Asie et directeur général des Affaires administratives, il est élevé à la dignité d’ambassadeur, et désigné en cette qualité à Chongqing, en remplacement du général Pechkoff, appelé au Japon au mois de décembre auprès de Mac Arthur. Quelque douze ans après son départ de Shanghai, le 5 janvier 1946, le nouvel ambassadeur pose à nouveau le pied sur le sol de Chine, sur le terrain d’aviation de Kunming.

3Lors de son arrivée à Chongqing, capitale provisoire du gouvernement nationaliste, son installation est loin de lui convenir. Les bâtiments dévolus au représentant de la France ne ressemblent en rien au confortable consulat général de Shanghai qu’il a jadis occupé. La guerre est passée par là. Le 12 janvier, il écrit à Pierre Gilbert :

« Nous voici arrivés à Chongqing. Le choc est rude. Nous nous attendions au pire ; mais c’est encore bien pire que ça. L’installation de l’ambassade est effroyable. La résidence de l’Ambassade consiste en quatre chambres aux planchers disjoints et branlants et aux murs lépreux. Les meubles sont d’affreux bois vernissé, tous dépareillés et plus ou moins démolis ; fauteuils défoncés et boiteux, tapis sales et déchirés, rideaux de cotonnade délavée ; comme linge, deux nappes raccommodées et six draps ; pas d’eau courante, ni chaude, ni froide ; des odeurs "suis generis" dans les cabinets de toilette ; bref, un logement qu’une famille de garde d’écurie accepterait avec peine. Complétant le tout, un éclairage tellement faible qu’il faut partout, à partir de cinq heures, vivre aux bougies ! C’est sinistre. Les agents disposent également d’une chambre (sauf le conseiller qui a le privilège d’en avoir deux) ; salle de bain commune (sans eau naturellement), repas en popote dans des réfectoires de casernes. Nous avons de la chance de pouvoir les conserver. C’est seulement, je dois le dire, l’attrait du traitement important dont ils bénéficient qui les retient. »

  • 1 MAE Asie-Océanie 1944-1972, volume 2, Ambassade (janvier1946-30 avril 1946), lettre du 12 janvier (...)

4Cependant, Jacques Meyrier affirme que tout cela ne le décourage nullement, et qu’il compte employer son traitement à l’amélioration de son logement : « J’ai toujours préféré vivre avec confort et suivant mon rang, plutôt que d’amasser des économies. Je compte en faire autant ici1. » Il n’en aura guère le temps…

5En même temps que l’ambassadeur, un nouveau personnel se met en place, dans le courant de l’année 1946, et vient se joindre à celui déjà arrivé après la fin des hostilités. Les cinq derniers pour 1945, étant deux consuls de 1re classe, Jean Filliol au consulat général de Shanghai et Pierre Bouffanais à celui de Kunming, deux secrétaires d’Extrême-Orient de 2e classe, Paul Viaud à Canton et Georges Perruche à Mukden (ce dernier n’a pu rejoindre ce poste en raison des événements), enfin un consul-adjoint, Gabriel Van Laethem au consulat de Shanghai. Excepté Bouffanais, prisonnier en Allemagne durant toute la guerre, tout comme leurs collègues arrivés avant eux, ces quatre agents ont fait partie des Forces Françaises Libres, Paul Viaud et Jean Filliol ont répondu à l’appel du général de Gaulle dès juin 1940…

6Au début de l’année 1946, les autorités chinoises notifient au gouvernement français leur désir de ne plus voir le personnel diplomatique et consulaire qui a été en poste sous l’occupation japonaise. Le 27 janvier 1946, le ministère demande à Jacques Meyrier d’avertir le responsable du bureau diplomatique de Pékin, Roland de Margerie, qu’il prenne ses dispositions pour rentrer en France, dès que possible, ainsi que tous ses collaborateurs. Le bureau diplomatique de Pékin est transformé en bureau consulaire de l’ambassade de France, encore à Chongqing. Les départs s’organisent dès le début du mois de janvier, y compris pour les particuliers. Après la fille de l’ambassadeur Henri Cosme et Madame Arsène-Henry, la veuve de l’ancien ambassadeur à Tokyo, évacuées par un avion américain, le père Teilhard de Chardin est l’un des tout premiers à quitter la Chine (suivi de près par le père Leroy). Le 3, il déjeune une dernière fois à l’ambassade de France, avant de s’envoler pour Shanghai, d’où il est ensuite évacué sur la France. C’est ensuite au tour de Roland de Margerie, après la démission du général de Gaulle. Grâce à l’obligeance des généraux américains, qui lui proposent de rentrer par la voie aérienne ou maritime, il s’embarque avec sa famille sur un navire des États-Unis à destination de San Diego et de San Francisco, où il doit récupérer des papiers personnels, puis passe par New York, Washington et Londres, avant de rejoindre enfin la métropole.

7Comme l’a exigé le gouvernement nationaliste, pratiquement tous les agents français des postes diplomatiques et consulaires sont rapatriés. Les premiers évacués sont les plus malades, notamment Lucien Colin et Marc Duval qui quittent la Chine après avoir effectué 23 ans de leur carrière dans ce pays. Les autres le sont en fonction des places disponibles sur les bateaux. Pour la plupart de ces agents, c’est une page d’une très longue histoire qui se tourne, après plusieurs années passées en Chine : 40 ans pour Pierre Crépin, 35 ans pour David Rhein et Fernand Roy, 26 ans pour Jean-Pierre Dubosc, 17 ans pour Georges Cattand et Albert Cadol, 16 ans pour Charles Renner, 15 ans pour Jules Beauroy et Pierre Salade, suivis par Serge Lebocq, 14 ans, etc.

8À Pékin, le 1er mai 1946, Arnaud d’Andurain, remet le service à Georges Perruche, secrétaire d’Extrême-Orient de 2e classe, chargé de la direction du nouveau bureau consulaire. Georges Bonmarchand, qui doit être rapatrié comme ses autres collègues, est autorisé cependant à rester jusqu’en juin. À 62 ans, cet agent n’a pratiquement plus de famille ni de biens en France. Sa seule richesse est son « épouse » japonaise et l’enfant qu’elle lui a donné, il y a 18 mois. En raison des circonstances politiques, Bonmarchand n’a pu régulariser sa situation, un mariage avec une japonaise aurait été plutôt malvenu, en temps de guerre avec ce pays. Après la défaite du Japon, sa femme et son fils ne peuvent rester en Chine et sont rapatriés dans leur pays d’origine au mois d’avril. Obligé de regagner la France en juin 1946, il ne pourra les retrouver qu’en 1951 !

9Le consul de Canton, Philippe Simon, sur le point de partir comme ses autres collègues à la fin du mois de mars après 19 ans de carrière en Chine, voit son retour très compromis. Convoqué devant un tribunal, il est accusé de collaboration avec les Japonais et jeté en prison. Il sert en fait de bouc émissaire. Simon ne doit sa délivrance qu’aux efforts de son successeur, le consul Paul Viaud, et du nouvel ambassadeur Jacques Meyrier, Jules Médard, malgré ses 39 ans de séjour, sera l’un des derniers à être rapatrié : bloqué à Hoihow depuis 1939, il ne quittera la Chine que le 31 décembre 1946.

10Cependant, faute de personnel suffisant et surtout qualifié, un certain nombre d’agents du gouvernement de Vichy sont autorisés à prolonger leur séjour pour seconder les arrivants, et les faire bénéficier de leurs compétences et de leurs longues années d’expérience. Robert Germain (26 ans de Chine), qui était au service de Roland de Margerie, puis du baron Fain, demeure quelque temps encore à Shanghai, à la demande du nouveau consul général, Jean Filliol, qui insiste vivement pour le garder. Malgré ses coupables tendances pour la boisson, c’est un des meilleurs sinologues de la carrière. Filliol demande également à Marcel Chaloin, Fernand Roy et Olivier de Sayve de rester auprès de lui, tous ces agents étant fort utiles pour régler les problèmes de rétrocession, en raison de leur expérience. Mais Jean Filliol ne reste que sept mois à Shanghai. Très malade, il doit être rapatrié en mai, en même temps qu’Olivier de Sayve, Pierre Mollard et Pierre Royère, qui ont tous les trois huit ans de séjour. Marcel Chaloin est rapatrié en juin, après vingt-deux ans de bons et loyaux services. Jacques Baeyens qui remplace Jean Filliol demande à garder encore Robert Germain, seul interprète à Shanghai connaissant parfaitement la langue chinoise. Autorisé à rentrer en congé au mois de juillet, Germain reprend son service à Shanghai à la fin de l’année, au grand dam du gérant, Gabriel Van Laethem, qui se plaint de la conduite de ce collaborateur constamment sous l’emprise de l’alcool et de moins en moins présent à son poste. Jacques Meyrier obtient son rappel, mais sa carrière n’est pas pour autant terminée, comme on le verra par la suite…

Retour en Chine d’anciens agents et arrivée d’agents du cadre complémentaire

11D’autres agents déjà rentrés en France sont au contraire rappelés en Chine. Joseph Siguret, secrétaire d’Extrême-Orient de 1re classe, est rappelé dès septembre 1945, et nommé à Tianjin en décembre 1945, en remplacement de Georges Cattand, Jean-Pierre Dubosc revient en octobre 1946 à Pékin, pour diriger le Centre sinologique qu’il a contribué à mettre sur pied en 1941. André Guibaut est de retour à Chongqing, en qualité de deuxième conseiller, après sa mission culturelle de juin à décembre 1944. Jean-Baptiste Georges-Picot est également rappelé, et est chargé du consulat de Longzhou et Nanning ; il arrive à son poste le 1er janvier 1946, et y demeure jusqu’en octobre 1947. Édouard Hutte, à Pékin en 1943 puis à Nankin en 1944, est à nouveau de retour dans cette ville en 1948, chargé de l’emploi de deuxième secrétaire auprès de l’ambassadeur Jacques Meyrier, « C’est le seul interprète breveté des langues orientales parlant couramment le chinois qui est disponible », signale la direction d’Asie. Robert Jobez, ancien directeur de la police de la concession de Shanghai, passé au service du colonel Tutenges puis de Jacques Coiffard et enfin du général de Gaulle à Londres, est rappelé, le 19 août 1946, au consulat de Hong Kong, en remplacement de Pierre Saintes et y restera jusqu’en 1951. Le grand sinologue Léon Jankélévitch reviendra également en Chine à la fin de l’année 1948 pour diriger le consulat de Hankou.

12De nouveaux agents arrivent tout au long de l’année 1946. Pratiquement tous font partie du cadre complémentaire et se sont brillamment distingués durant la guerre. Cyril Lebas de Plumetot, intégré dans le cadre en octobre 1945, est nommé à Hankou le 24 novembre 1945, et prend son poste le 19 avril 1946. Ayant rejoint les Forces Françaises Libres en février 1941, il a été successivement à Londres puis dans le Pacifique, avant de participer au débarquement sur les côtes normandes dans une unité américaine.

13Loïc Le Bideau, chargé le 4 septembre 1945 du consulat d’Amoy, vient remplacer Albert Cadol, bloqué depuis 1942, et arrive à son poste le 17 février 1946. Cet ex-professeur a rejoint les Forces Françaises Libres d’Accra, mais a été capturé au large des côtes tunisiennes, et interné à Bizerte puis en Sicile, avant d’être hospitalisé dans un établissement italien. Libéré, il a été intégré dans le cadre, le 1er juin 1945, avant d’être désigné, le 4 septembre 1945, pour le consulat d’Amoy.

14Michel Bertin est appelé le 22 janvier 1946 à l’ambassade de Chongqing, en remplacement de Pierre Pelen. Après avoir tenté, sans succès, le concours des Affaires étrangères avant la guerre, il a servi comme lieutenant au Trente et unième bataillon de chars de combat, sous les ordres du colonel de Gaulle. Fait prisonnier le 20 juin 1940, il a été détenu en captivité à Münster, en Westphalie, jusqu’en avril 1945.

15Laurent Giovangrandi, chargé des fonctions de deuxième secrétaire à Chongqing, en remplacement de Jacques Dastugue de Buzon (nommé consul-adjoint), a rejoint les Forces Françaises Libres, au mois de novembre 1942, en qualité d’officier-interprète de réserve et du chiffre (ORIC), avant de travailler pour l’état-major à Alger puis à Paris. Il arrive à son poste le 1er juillet. Jean Sekutowicz, désigné le 11 avril 1946 comme deuxième secrétaire à Nankin, prend ses nouvelles fonctions le 30 août. Ayant rejoint les Forces Françaises Libres dès juillet 1940, il s’est engagé dans les fusiliers marins, et a rendu de brillants services dans la Marine.

16Michel Bréal, nommé le 17 juin 1946 au bureau de Pékin, a été l’un des premiers à répondre à l’appel du général de Gaulle et à passer en Angleterre. Il fait partie du premier corps expéditionnaire en Afrique, participe aux opérations contre Dakar et au Cameroun. Promu capitaine, il est chargé par le général de Gaulle d’organiser puis de diriger le service de l’Information de l’Afrique Française Libre à Brazzaville. Après une année passée à Londres, en février 1943, il est rattaché au Cabinet du général de Gaulle à Alger puis à Rabat. Le 1er janvier 1944, il est rappelé à Londres, pour y préparer le débarquement. Revenu à Paris fin août 1944, en novembre il est nommé Directeur des Services étrangers de l’Agence France-Presse et fin octobre 1945, est intégré au ministère des Affaires étrangères. Chargé des fonctions de premier secrétaire au bureau de Pékin, en remplacement d’Andurain de Maytie, il prend son service, le 3 novembre, des mains de Georges Perruche.

17Henri Gennatas, appelé le 20 mai 1946 à Nankin, est à son poste le 12 décembre 1946. Arrivé en Chine en compagnie de son épouse, de ses trois petits garçons de 9, 5 ans et 6 mois, de leur nurse et de son beau-père correspondant de France-Illustration, faute de logements à Nankin, il est obligé de laisser toute sa famille à Shanghai. Titulaire d’une thèse en théologie protestante, après l’armistice il fait partie des cadres des Chantiers de jeunesse. Il organise le sabotage systématique des départs pour le STO en Allemagne, favorisant la fuite de plus de 2000 jeunes gens qui rejoignent les maquis des Basses et Hautes Alpes. Sous le nom de Marc-André Richemont, il participe à de nombreux coups de main. Recherché par la Gestapo, il est condamné par contumace, en octobre 1943, par le tribunal de Dignes. Caché à Marseille, il est responsable pour la résistance du ROP (recrutement, Organisation, propagande), et du NAP (noyautage des Administrations publiques). En juin 1944, il rejoint Alger, et est nommé directeur du Service de liaison entre le ministère de l’Intérieur et l’Assemblée consultative. Revenu à Marseille avant la libération, il devient directeur de cabinet du Commissaire de la république de cette région. Recommandé par Henry Frenay, il est admis dans le cadre et, le 16 avril 1945, est nommé consul suppléant, chargé des fonctions d’attaché d’ambassade à Berne, avant d’être appelé en Chine.

18Le jeune Charles Buyck, qui est nommé attaché de consulat à Nankin, a passé le concours spécial, en tant qu’engagé volontaire. Jeune comptable à la Bourse avant la guerre, il s’engage en mai 1940, et est élève-pilote au Bataillon de l’air à Pau puis à Salon de Provence, avant d’être démobilisé. Il s’évade le 10 juillet 1943, se fait prendre en Espagne, est incarcéré à la prison de Barbastro jusqu’au 30 juillet, puis est mis au service du CFLN à Madrid. Après avoir réussi le concours, il est secrétaire-adjoint et, le 1er février 1946, nommé attaché de consulat à Nankin, à la disposition de Meyrier. Il prend ses fonctions le 4 juin 1946.

19Pour l’heure, en ce début d’année 1946, les agents qui sont présents en Chine et prennent en charge les postes des anciennes concessions, vont devoir s’atteler aux négociations consacrant leur rétrocession définitive. La première tâche de l’ambassadeur est de conclure un nouveau traité, dont la finalité essentielle est de mettre un terme à l’occupation du Tonkin par les troupes chinoises, et de définir de nouveaux rapports avec l’Indochine. En échange, la France accepte de régler définitivement la remise des concessions, et d’accorder d’autres avantages concernant le chemin de fer du Yunnan, le port de Haiphong, et le statut des Chinois au Tonkin.

Le traité du 28 février 19462

Les préliminaires

Les négociations du général Salan et de l’ambassadeur Jacques Meyrier

20Comme on l’a vu plus haut, depuis plusieurs mois, Hô Chi Minh est entré en pourparlers avec Jean Sainteny, commissaire de la République. Le général Leclerc attend beaucoup de ces entrevues, et compte sur un accord rapide avec le leader vietminh, pour permettre aux troupes françaises de revenir à Hanoi. Mais les discussions n’avancent guère, Hô Chi Minh se refusant à toute compromission, de peur de passer pour un traître aux yeux de ses compatriotes. Il faut aussi l’accord de Chiang Kai-shek pour le retrait des troupes chinoises du Tonkin. Étant donné la nature des enjeux, l’ambassadeur Jacques Meyrier n’est pas seul. Les militaires d’Indochine ont un rôle de la plus haute importance. Et plus particulièrement le général Salan, nouveau « Commandant des troupes françaises d’Indochine du Nord et des troupes françaises repliées de Chine », arrivé à Saigon le 17 décembre. Il est accompagné d’Achille Clarac, nommé conseiller du Haut Commissaire en Indochine, et de François Bloch-Lainé, le conseiller financier. « Préparer la rentrée de la France au Tonkin. Tout faire pour éviter une guerre entre la France et la Chine », telle est la mission assignée à Salan par le général de Gaulle.

21Accompagné du colonel Crépin, qui a été également en poste à Tianjin, et du colonel Legrand, il atterrit à Kunming le 5 janvier, juste après l’ambassadeur Meyrier. La base de transit de Kunming est le centre où sont regroupés et hébergés tous les ressortissants français évacués d’Indochine avant leur rapatriement en métropole. Elle dépend entièrement du Haut-commissariat de l’Indochine, le consul Pierre Bouffanais, responsable du consulat de cette ville qui a succédé à Jean Royère, n’ayant qu’un rôle d’appoint dans toutes ces opérations. Le 7 mars, le commandant Guillermaz, attaché militaire de l’ambassade, vient accueillir le général Salan à sa descente d’avion à Chongqing. Dès le lendemain matin, l’ambassadeur Jacques Meyrier et son conseiller Jean Daridan reçoivent le général. Salan veut connaître des dirigeants nationalistes le rythme précis du départ des troupes chinoises, les grandes lignes de leur repli, et compte bien leur proposer son propre plan pour le retour des troupes françaises au Tonkin. Le diplomate, qui a déjà une longue expérience des tractations avec les Chinois, tempère le militaire : « Nous aurons des moments pénibles et désagréables, mais nous devons aboutir. » Le général commence à avoir un petit aperçu du bien-fondé de ces avertissements, lorsque, dans l’après-midi, il expose les buts de sa mission à son homologue chinois Zheng Kaimin. Ce dernier l’écoute, impassible, puis son discours terminé, le prie de consigner par écrit tout ce qu’il vient de lui exposer… et d’attendre.

  • 3 Lin Hua, Chiang Kai-shek, De Gaulle contre Hô Chi Minh, Vietnam 1945-1946, chapitre V, p. 139 et s (...)

22Meyrier et le général Salan ne font que reprendre les négociations déjà bien engagées depuis le mois d’août 1945 par le général Pechkoff (supra, chapitre VIII, quatrième paragraphe). Un premier dossier concernant l’entretien des troupes chinoises en Indochine a été traité par le conseiller financier François Bloch-Lainé, les Chinois demandant 70 millions de piastres par mois, les Français ne voulant en accorder que 45 (après avoir débuté à 15, puis 30 millions)3. Le reste des discussions porte sur le retrait des troupes chinoises. Sur les treize notes envoyées par Pechkoff aux autorités chinoises, une seule a reçu une réponse écrite du gouvernement nationaliste, à l’instigation du général Wedemeyer : celle du 14 août 1945, acceptant le principe du retour en Indochine des forces françaises réfugiées au Yunnan. Le 10 octobre suivant, sous prétexte de rendre une visite de courtoisie à Chiang Kai-shek, l’amiral Thierry d’Argenlieu est venu à Chongqing pour tenter de faire avancer les discussions en cours. Le généralissime a promis alors que tout serait entrepris pour assurer le retrait des troupes d’occupation, affirmant même son désir de voir la France et la Chine collaborer sur un plan beaucoup plus étendu que le problème de l’Indochine. Le 27 octobre, Chiang Kai-shek ordonne au Yuan exécutif de régler le problème financier avec la totale approbation de son président, T.V. Song, de retour de France. Un compromis est trouvé, portant sur 60 millions de piastres, que la France espère bien faire payer par les Japonais.

23Après la visite de l’amiral Thierry d’Argenlieu, une commission sino-française est constituée à Hanoi, avec du côté français, Jean Sainteny, Commissaire de la république pour le Tonkin et le Nord Annam, secondé par Léon Pignon. À la fin du mois de novembre 1945, les pourparlers aboutissent à un mémorandum qui doit être la base du futur traité diplomatique. Comme on l’a vu dans la partie précédente, le gouvernement national réplique par un contre-projet, dont la plupart des termes sont jugés inacceptables par le gouvernement du général de Gaulle. Une période de demi-stagnation suit ce premier échange. Lorsque les pourparlers reprennent au début de l’année 1946, sous l’égide de Meyrier et de Salan, les bases sont déjà bien préparées. Mais tout n’est pas si simple, d’autant que des incidents surviennent en Chine même et en Indochine, qui mécontentent vivement les Chinois, et risquent de ralentir, une fois de plus, les négociations.

  • 4 MAE Asie-Océanie 1944-1972, Chine, volume 318, Exterritorialité -Juridiction (novembre 1945-janvie (...)

24Le 12 janvier, Meyrier informe Salan qu’il y a eu de violentes manifestations à Shanghai contre les Français, au cours desquelles des Chinois auraient été molestés. Le nouveau consul général de Shanghai, Jean Filliol, a pris l’initiative de faire rapatrier certains de ses compatriotes accusés de collaboration avec les Japonais, pour les soustraire à la justice chinoise avant l’abolition officielle de l’exterritorialité4. Cette décision unilatérale suscite la colère des autorités de Shanghai et de Chongqing qui considèrent cette abolition acquise depuis 1943 (voir infra chapitre XI, troisième paragraphe, Shanghai). Ces incidents mettant en péril les négociations, Meyrier demande la suspension du tribunal consulaire de Shanghai jusqu’à leur conclusion et, pour calmer les esprits, décide d’étendre cette fermeture à tous les autres postes, à compter du 21 janvier. Il remet une note verbale à T.V. Song en ce sens. Au même moment, des troubles se produisent en Indochine, nécessitant le retour de Salan. Au nord, une crise économique, aggravée par des inondations, a entraîné une disette et la révolte de la population, qui s’en prend aux Français, multipliant les agressions contre eux à Hanoi. Haiphong est également en effervescence. Dans l’après midi du 12 janvier, Salan sollicite une entrevue auprès du général Zhou Zhirou (Chow Chih-jou) afin qu’il facilite son départ. Le 16, nouvelle entrevue avec un autre haut responsable militaire, le général Kong, pour lui demander si le retour des troupes françaises réfugiées au Yunnan est enfin autorisé. Il n’obtient qu’une réponse dilatoire, sous prétexte, qu’en raison de la présence d’éléments vietminhs dans le secteur de Lai Chau, les troupes françaises ne peuvent passer par le Tonkin…

  • 5 Salan Raoul général, Mémoires, tome 1, quatrième partie, « La fin d’un empire », chapitre VIII.

25Le 17 janvier, Jacques Meyrier doit remettre ses lettres de créance à Chiang Kaishek, à 10 heures, et demande à Salan de l’accompagner5. Assistent également à cette cérémonie, le conseiller Jean Daridan, les attachés de l’Air et de la Marine, le commandant Guillermaz et le personnel économique et culturel de l’ambassade. Le généralissime les reçoit dans son yamen, en haut d’un escalier. Une grande porte coulissante ferme cet édifice entouré d’orangers, de cerisiers et de citronniers nains. Jacques Meyrier s’avance seul, en tête ; derrière lui, viennent Salan, flanqué de Jean Daridan à sa droite, et de Guillermaz à sa gauche. Les autres suivent, formant le dernier rang. Ils montent les escaliers, la porte s’ouvre, laissant apparaître au fond, debout sur une petite estrade, le généralissime en grand uniforme avec toutes ses décorations. Il est entouré de ses officiers généraux et amiraux, tout aussi chamarrés, et des mandarins de sa maison, vêtus de somptueuses robes. L’ambassadeur fait trois pas, suivi de sa suite qui en fait autant. Tout le monde s’arrête. Puis à nouveau trois pas, et nouvel arrêt. Trois pas encore, et le représentant de la France se trouve à deux mètres de Chiang Kai-shek, auquel il adresse alors un grand salut. Cette formalité accomplie, il déplie un long parchemin, et lit ses lettres de créances vantant l’amitié séculaire des deux pays, énonçant les voeux du chef du gouvernement de la France à la noble Chine qui s’est battue pour l’indépendance du monde libre. Le document passe ensuite entre les mains du responsable du Wai Kiao-pou, Wang Shijie, qui en fait la traduction. Chiang émet trois sons : « Ro ! Ro ! Ro ! » (c’est du moins la traduction rapportée par le général Salan !). Tous les Français inclinent la tête. Le généralissime remercie, en usant sensiblement des mêmes termes que l’ambassadeur. La délégation française salue de nouveau, avant de se retirer en suivant le même processus qu’à l’arrivée, mais cette fois, à reculons, et en faisant bien attention à ne pas marcher sur ceux qui sont derrière. Puis tout le monde se retrouve sur le perron. Le généralissime vient les y rejoindre avec sa suite, et la scène est immortalisée par une photo. Suit une réception dont Madame Chiang Kai-shek fait les honneurs, fort belle dans sa tunique chinoise, apprécient en connaisseurs tous ces messieurs. Une avalanche de pâtisseries est servie, auxquelles les invités goûtent à peine, accompagnées de vin doux et d’alcool de riz.

26Un peu plus tard, à 17 heures, Salan rencontre le général Shang Chen, directeur du bureau des Affaires extérieures, qui lui promet la relève prochaine des troupes françaises pour permettre aux armées chinoises de se rendre en Mandchourie. Deux jours plus tard, le 19, nouvelle concertation entre Meyrier, Daridan et Salan, les diplomates tentant toujours de modérer le côté trop abrupt du militaire. Pour gagner du temps, il ne faut pas brusquer les choses et surtout ne pas montrer aux responsables chinois la trop grande impatience des Français de revenir au Tonkin, lui fait-on savoir. Le général Carton de Wiard, représentant de Churchill, leur apporte une aide précieuse, en intervenant auprès de Chiang Kai-shek pour savoir quand ses troupes évacueraient l’Indochine. Ce dernier ayant répondu dans quatre ou cinq semaines, de l’avis du général anglais, cela est fort improbable car le généralissime n’est pas suivi par ses subordonnés. Il n’a pas tort, comme les Français vont rapidement le constater. Le colonel Li de l’état-major de Chongqing, interrogé par eux, avoue que rendre l’Indochine leur est extrêmement désagréable, « comme la Mongolie et le Tibet, l’Indochine fut chinoise pendant des siècles et est un des satellites de la Chine », précise-t-il.

27Avant son retour en Indochine, Salan multiplie les rencontres, non seulement avec les responsables militaires de Chongqing, mais aussi avec les Américains qui lui promettent des navires pour l’évacuation des soldats chinois du Tonkin. Le général français a beau insister pour avoir des dates précises, même s’il réussit à obtenir quelques notes écrites, les militaires s’en tiennent à de simples promesses. Le 27 janvier, Meyrier et Salan reçoivent du renfort, en la personne d’Achille Clarac, représentant du Haut Commissariat pour l’Indochine. Clarac connaît bien les dirigeants chinois, puisqu’il a déjà été en poste à Chongqinq, conseiller du général Pechkoff de 1944 à juin 1945. Comme Meyrier, c’est un diplomate de carrière.

Après le retour de Salan en Indochine, le général Leclerc exige la conclusion rapide du traité

28Salan ayant été enfin autorisé à rejoindre l’Indochine, le 2 février prend congé de l’ambassadeur et du colonel Crépin, les laissant poursuivre les négociations, et s’envole pour Kunming. À son arrivée, le lieutenant-colonel Robert Quilichini, en poste dans cette ville, lui donne une lettre que lui a remise, le 26 janvier, le commandant supérieur des troupes du Yunnan, de la part de Chiang Kai-shek. Dans ce message, expédié deux jours plus tôt, le généralissime donne l’ordre aux autorités militaires de Kunming de permettre le retour au Laos des soldats français réfugiés au Yunnan depuis mai 1945, et de leur apporter toute leur aide à cet effet. C’est une victoire de bon augure pour la suite des négociations. Un premier contingent regagne le Laos, après presque un an de séjour forcé en Chine, soit trois mille six cents hommes, dont mille cinq cents Européens.

29Après s’être entretenu avec le général Lu Han à Kunming, Salan quitte la Chine et s’envole de Mengzi le 6 février. Arrivé à Hanoi, il rencontre l’adjoint de Lu Han, Ma Ying, et lui fait part de ses entretiens à Chongqing et des promesses qui lui ont été faites. Le Chinois répond que, pour sa part, il n’a pas encore reçu d’ordre précis. L’entretien tourne court. Le militaire français, pourtant mis au parfum par Meyrier, n’est pas au bout de ses peines. Il rejoint Leclerc à Saigon, après avoir demandé à Sainteny, Pignon et Répiton-Preneuf (chef d’état-major de Leclerc), d’accélérer les négociations avec Hô Chi Minh, puis revient à Hanoi pour y rencontrer Lu Han, revenu au Tonkin. Comme son adjoint, le général chinois lui répète toujours le même refrain : il lui est impossible d’agir sans ordre direct de Chiang Kai-shek,..

30Pendant ce temps à Saigon, Leclerc, qui piaffe d’impatience, pousse Jacques Meyrier et le colonel Crépin à hâter la conclusion des négociations, quitte à céder sur des points de détail de moindre importance, sans attendre l’avis de Paris. Il est même prêt à parler d’indépendance avec Hô Chi Minh. D’autant que le 18 février, Sainteny vient à Saigon lui annoncer que le leader vietminh est sur le point de traiter. Il accepte le retour des Français, si ces derniers admettent le statut de « self-government » au Vietnam, terme employé à bon escient pour éviter celui d’indépendance. L’occasion est trop belle, il faut battre le fer quand il est chaud. Le 20 février, le gouvernement du socialiste Félix Gouin approuve le projet d’accord, et accepte que le Vietnam ait un gouvernement autonome au sein d’une Fédération indochinoise et d’une Union française. Le 24 février, Hô Chi Minh constitue un gouvernement d’union avec les autres partis politiques. De plus, un argument d’une tout autre nature motive l’impatience de Leclerc : les gros transports de troupes ont besoin d’une très forte hauteur d’eau pour venir à quai à Haiphong. Seules les marées des 27 février, 6 et 18 mars seront suffisantes. Après, il sera trop tard et le débarquement devra être ajourné sine die. De plus, la saison des pluies approche, il n’y a donc plus de temps à perdre. À cet effet, le 26 février, Leclerc envoie son chef d’état-major, le lieutenant-colonel Paul Répiton-Preneuf à Chongqing pour presser Meyrier et les autres négociateurs d’en finir. Après une série d’échanges de lettres, le 28 février 1946 Jacques Meyrier et la délégation chinoise conduite par Liu Kai, vice-ministre des Affaires étrangères, se rencontrent deux fois seulement et ont pour mission de mettre au point le projet de traité déjà élaboré au mois de novembre précédent. Les points litigieux sont finalement laissés de côté…

31Le 28 février 1946, à 16 heures, Meyrier signe avec le ministre des Affaires étrangères Wang Shijie le texte qui consacre la rétrocession définitive des concessions françaises. En contrepartie de l’abandon de l’exterritorialité et du retour des concessions, la Chine accepte de retirer ses troupes du Tonkin dès que les troupes françaises auront pris la responsabilité du Nord de l’Indochine :

« La relève des troupes chinoises stationnées en Indochine au nord du 16e parallèle commencera entre le 1er et le 15 mars, et devra être terminée au plus tard le 31 mars. Les États-majors chinois et français se mettront d’accord pour fixer les modalités d’exécution de cette opération. »

32Les autorités chinoises donnent en même temps leur accord pour le réarmement des troupes françaises de la citadelle d’Hanoi. Salan prévient immédiatement le secrétaire du général Ma Ying qui fait répondre, une fois de plus, qu’il n’a pas reçu d’ordres précis à ce sujet. À Chongqing, les négociations d’état-major doivent reprendre le 1er mars pour étudier les détails techniques du retrait des troupes chinoises d’Indochine.

La rétrocession des concessions et les clauses relatives aux Chinois en Indochine6

  • 6 MAE Asie-Océanie 1944-1972, Chine-France, Accords de Chongqing, Traité du 28 février, volume 316 ( (...)

33En ce qui concerne la rétrocession des concessions, les nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur le 8 juin suivant. C’est véritablement la fin du régime de l’exterritorialité. Le gouvernement français et ses représentants ne pourront plus exercer la juridiction française sur le territoire chinois, les autorités et les ressortissants de la France seront désormais soumis à celle du gouvernement chinois, conformément aux principes du droit international (article 2). La France renonce également à tous ses droits sur le quartier diplomatique de Pékin, et sur les concessions de Shanghai, Tianjin, Hankou et Canton, désormais placées sous l’autorité exclusive du gouvernement de Chongqing (articles 3 et 4). Les droits et titres concernant les propriétés immobilières appartenant à des Français ne doivent pas être remis en cause, mais l'exercice de ces droits est soumis aux lois et règlements chinois. En revanche, les ressortissants français auront la possibilité d’acquérir et de posséder des biens immobiliers dans toute la Chine et ils pourront également voyager, résider et se livrer au commerce partout dans le pays. Les consuls seront en mesure de communiquer avec leurs nationaux, leur rendre visite et les conseiller ; inversement ces derniers rencontreront leurs représentants à leur convenance. En cas d’arrestation de l’un des leurs, les consuls devront en être immédiatement informés et pourront, dans les limites de leur circonscription, prendre contact avec lui…

34Sur la demande de l’une des deux parties, des négociations seront ouvertes pour la conclusion d’un traité d’amitié, de commerce et de navigation, ainsi que d’une convention consulaire d’établissement. Les anciens traités relatifs aux ports sont annulés. Désormais, les bateaux français sont autorisés à venir librement dans tous les ports, rades et eaux territoriales de Chine ouverts à la navigation maritime. En revanche, la France renonce au droit qu’elle tenait des traités, de faire entrer des bateaux de guerre dans les ports chinois, ainsi qu’à la nomination de citoyens français dans la Poste chinoise. Tous les tribunaux du gouvernement français devant être fermés, les ordonnances, mandats jugements et autres actes des tribunaux français seront considérés comme chose jugée et, si nécessaire, exécutés par les autorités chinoises. Si le plaignant ou le demandeur en fait la demande, les causes pendantes seront jugées par les tribunaux chinois qui appliqueront la loi que les tribunaux français auraient appliquée.

35En définitive, pour les Français, la perte des garanties liées à l’exterritorialité est compensée par le fait que le nouveau traité les assimile aux ressortissants chinois, en leur donnant les mêmes droits, et en leur imposant aussi les mêmes obligations. En théorie seulement. La réalité sera quelque peu différente comme le pressent déjà le consul général de Shanghai, Jean Filliol :

« Il est à craindre que les Français de Chine et leurs entreprises ne se heurtent bientôt aux pires difficultés […] le comportement des autorités chinoises dans la concession française de Shanghai, avant même que n’ait été ratifié l’accord franco-chinois, n’est pas de nature à inspirer un optimisme exagéré… »

36De plus, la suppression de la concession prive de leur emploi tous les employés de la municipalité et de la police française, soit trois cent quatre-vingt-quatre agents, célibataires ou chefs de famille, ce qui va être la source de graves problèmes. Pour l’heure, dans chaque concession, il s’agit de désigner les personnalités françaises, souvent un agent du ministère, qui vont participer aux comités chargés de la liquidation. Il est stipulé que les résolutions des Commissions de liquidation seront prises seulement après accord, à la fois des délégués chinois, et des conseillers étrangers. En cas de litige, l’affaire sera référée au Wai Kiao-pou et aux ambassades. Comme on va le voir, ces principes ne vont être guère respectés dans la plupart des cas.

37Les accords restants portent sur les conditions d’établissement des Chinois en Indochine : ils continueront à jouir des mêmes droits, privilèges et exemptions qu’ils possèdent déjà, et seront soumis, en matière de procédure légale et d’administration de la justice, au même traitement que les Français. Ils pourront voyager, résider, se livrer à des entreprises commerciales industrielles et minières, acquérir et posséder des biens dans les mêmes conditions des nationaux des pays tiers les plus favorisés (titre I, articles 1 à 4). Le titre II porte sur le transit commercial, et stipule que le gouvernement français réservera dans le port de Haiphong une zone spéciale, comprenant les entrepôts, emplacements et quais nécessaires au libre transit des marchandises en provenance ou à destination de la Chine. Le contrôle douanier de cette zone sera exercé par les douanes chinoises. Tout le reste, notamment sécurité et hygiène, étant laissé à l’administration française. Les marchandises à destination ou en provenance de Chine et transportées en chemin de fer en Indochine, seront exemptées de tous droits ou taxes (articles 1 à 3). Les échanges commerciaux entre Chine et Indochine seront réglés par un accord commercial sur la base de la nation la plus favorisée (titre III). Le titre IV est relatif au Chemin de fer de l’Indochine et du Yunnan et annule l’accord conclu le 29 octobre 1903. La propriété de la section du chemin de fer de l’Indochine et du Yunnan, située en territoire chinois entre Kunming et Hekou, sera transférée au gouvernement chinois par rachat anticipé, avec tout le matériel et les installations. Le gouvernement français avancera le montant de l’indemnité due pour ce rachat, qui sera déterminée par une commission mixte franco-chinoise. Il ne sera remboursé qu’en fonction des réparations payées par le gouvernement japonais, au titre des sommes réclamées par le gouvernement chinois pour les pertes subies à la suite de l’arrêt du fonctionnement du chemin de fer et de la fermeture du port de Haiphong en juin 1940, due à l’intervention japonaise, etc. Dans la lettre suivante, la France consent à avancer à la Chine, à partir du 1er septembre 1945, un montant mensuel de soixante millions de piastres indochinoises pour les dépenses de l’armée chinoise en Indochine. Les sommes avancées seront mises à la charge du Japon.

38Après avoir bien arrosé l’événement avec force bouteilles de champagne, le ministre des Affaires étrangères Wang Shijie déclare le lendemain avec satisfaction [qu’ayant terminé sa mission internationale au Tonkin où les Français s’engagent à assurer l’ordre public et à protéger les ressortissants chinois, la Chine décide de retirer ses troupes et se félicite d’avoir assuré l’ordre et la sécurité dans sa zone d’occupation pendant les six derniers mois. Elle éprouve de la sympathie pour le mouvement d’indépendance vietnamien et espère voir se régler les litiges des différentes parties du Vietnam de manière équitable et pacifique. Le règlement des problèmes vietnamiens est non seulement bénéfique pour le peuple vietnamien, mais encore il constituera une excellente référence pour les problèmes similaires dans le reste du monde].

39L’ambassadeur français fait montre de beaucoup plus de sobriété et de modération, et pour cause… Il se borne à déclarer que « l’esprit de compréhension dont ont fait preuve les deux parties est une garantie de collaboration sino-française dans la reconstruction de l’après-guerre ». Reste aux représentants des deux états-majors à reprendre les discussions pour négocier les modalités techniques du départ des troupes chinoises. Lu Han, responsable des troupes yunnanaises au Tonkin, se trouve à Chongqing lors de la signature du traité, mais il n’y participe pas. En revanche, il assiste au deuxième plénum du sixième congrès du Guomindang. Au cours de cette réunion, l’aile droite aurait demandé de prolonger le séjour des troupes chinoises au Vietnam, reflétant en tout point l’opinion des généraux chinois partisans d’une occupation permanente, et avant tout celle de Lu Han. Sa présence à Chongqinq à ce moment précis est-elle bien le fruit du hasard ?

  • 7 MAE Asie-Océnie 1944-1972, Chine, volume 208, Relations France -Chine nationaliste (février 1946-a (...)

40La presse shanghaïenne s’en mêle. Elle ne fait évidemment aucun commentaire sur l’abandon de l’exterritorialité promis depuis 1943, mais fait un accueil très réservé pour tout ce qui concerne les clauses relatives à l’Indochine. De nombreux articles soulignent les sympathies du peuple chinois pour les Vietnamiens et leurs aspirations à l’indépendance, espérant que la France, conformément à ses traditions de liberté, fera droit à leurs demandes en leur accordant une autonomie absolue : « Les Français doivent comprendre que le colonialisme d’autrefois est actuellement révolu… Ils doivent trouver immédiatement une évolution équitable et pacifique au problème indochinois, afin de prouver qu’ils renoncent définitivement à leur ancienne politique coloniale et favorisent le développement de bonnes relations officielles sino-françaises » (Chen Jen Pao du 4 mars 1946)7. Les journaux insistent également sur la bonne volonté de la Chine qui accepte de retirer ses troupes du Tonkin.

41Ces dispositions sont loin d’être approuvées par l’opinion publique, et surtout par les généraux chinois de Hanoi et de Saigon, qui refusent de reconnaître les accords signés par Meyrier, À commencer par Lu Han lui-même. Les militaires sont très hostiles au retour des Français, de même que les résidents chinois du Sud Vietnam. Ling Qihan, responsable de la Délégation chinoise en Indochine, demande le report du retrait des troupes, après des incidents survenus au Laos. Du 3 septembre 1945 au 11 janvier 1946, onze Chinois auraient trouvé la mort, plus de trois cents auraient été blessés, huit seraient portés disparus, neuf auraient été internés…Pendant ce temps, à Saigon, le général Leclerc attend toujours, sa patience ayant atteint son extrême limite.

Les négociations des états-majors du 1er mars et leurs conséquences : ambiguïtés du traité du 28 février

  • 8 Ce mot aurait été rapporté par Paul Mus dans son ouvrage Viet-nam, p. 85, inRuscio Alain, op. cit. (...)

42Les discussions qui reprennent au matin du 1er mars entre les représentants des états-majors pour fixer les détails techniques de la relève, s’avèrent beaucoup plus délicates que les précédentes. Les deux partis discutent de la date du débarquement, du réarmement des internés français de la citadelle d’Hanoi et de la protection des nationaux chinois. À la demande des Français, les paragraphes aussitôt agréés, sont envoyés sur le champ aux responsables militaires chinois à Hanoi. Paul Répiton-Preneuf, s’emballant un peu vite, câble à Leclerc que la flotte peut partir : l’accord des Chinois a été obtenu et la signature est prévue dans la soirée, lui fait-il savoir. Leclerc n’attend pas plus longtemps. Trente-cinq bateaux avec 21 000 hommes s’ébranlent, faisant voile en direction de la baie d’Along. L’opération Bentré est lancée. Mais surprise ! Dans la soirée, à Nankin, le général Qin Dechun, qui avait pourtant longuement discuté la veille avec le colonel Crépin, ne se présente pas, et les documents restent sans signature. Très inquiet, le colonel alerte Jacques Meyrier. L’ambassadeur rencontre à deux reprises le vice-ministre des Affaires étrangères qui lui confirme que les accords du 28 février seront bien exécutés. Le 3 mars, par prudence, le colonel Crépin conseille à Leclerc de reporter d’un jour le débarquement des troupes. Finalement, le débarquement est autorisé pour le 6 mars. Il est temps, car depuis la veille, la flotte est déjà dans la baie d’Along, avec Leclerc à bord du Triomphant. Le général, au comble de l’impatience, a l’intention de débarquer à n’importe quel prix. Sur ses injonctions, Sainteny reçoit l’ordre de signer le projet d’accord du 20 février avec Hô Chi Minh qui hésite, conscient du risque de perdre son indépendance avec l’arrivée des Français à Hanoi. Son accord est déterminant. Juste avant l’arrivée de la flotte française à Haiphong, Sainteny promet de reconnaître le Vietnam comme un « Etat libre et autonome », et de respecter les résultats du référendum sur l’unification du pays, qui doit avoir lieu au printemps en Cochinchine. Pour finir, il ajoute que les unités françaises seront relevées dans cinq ans par l’armée vietnamienne. Le 6 mars à l’aube, le chef d’état-major du général Lu Han court avertir Ho Chi Minh que la flotte arrive. Le leader vietminh se décide à signer l’accord proposé par Jean Sainteny. Hô Chi Minh aurait déclaré : « Plutôt flairer la crotte des Français que manger toute notre vie celle des Chinois. » Dès leur arrivée, au mois de septembre, les troupes d’occupation chinoises se sont en effet comportées comme de véritables hordes sauvages, pillant et rançonnant les populations du Tonkin8. En échange de la reconnaissance par la France de la République démocratique comme un état libre, avec son gouvernement, son parlement, son armée et ses finances, tout en restant au sein de la Fédération indochinoise et dans l’Union française, Hô Chi Minh accepte le retour de 15 000 soldats français au Tonkin, jusqu’en 1951. Des conversations doivent se poursuivre en Indochine, puis en France, pour étudier et mettre au point les détails techniques. Ayant vaincu les réticences du leader vietminh, les Français arrivent également à un compromis avec les Chinois : les bateaux français peuvent venir mouiller à Haiphong, mais sans que les troupes débarquent ! Des ordres écrits doivent être donnés à Haiphong de ne pas tirer sur les Français. Salan affirme même à Lu Han que le débarquement ne commencera que le 7.

43Pendant ce temps, la flotte française avance lentement vers Haiphong. Mais en dépit des ordres donnés, vers 9h45, des coups de feu partent de la côte, en provenance des troupes chinoises, aidées de soldats vietminhs. Malgré les consignes de Leclerc de ne pas riposter, le général Valluy fait tirer le canon qui touche les dépôts de munitions. Tout explose. Trente-deux morts sont à déplorer du côté français, dix-neuf du côté chinois. Des négociations s’engagent entre le général Wang à Haiphong et le général Valluy, relayé par l'amiral Auboyneau dans la nuit du 6 au 7 mars. Finalement, le 7 mars, un premier contingent de soldats français est autorisé à débarquer à Haiphong, le reste étant cantonné dans des secteurs fixés par les Chinois, aux deux extrémités de la ville. Hô Chi Minh tente de calmer les siens, qui ont le sentiment d’avoir été livrés aux troupes françaises.

44Le 13 mars, Leclerc presse le colonel Crépin, toujours à Chongqing depuis début janvier, de signer au plus vite l’accord avec l’état-major chinois, ce qui aurait dû être fait le 1er mars. Les responsables militaires, sous la contrainte de Chiang Kai-shek, signent enfin, à 13 heures, le texte relatif aux « dispositions concernant les principes généraux de la relève des troupes chinoises par les troupes françaises en Indochine au nord du 16e Parallèle ». La relève doit se faire entre le 1er et le 31 mars. Le 18 mars, Leclerc entre enfin dans Hanoi, à la tête d’une colonne de mille hommes et de deux cents véhicules. Le drapeau tricolore flotte à nouveau sur la ville. Le 22, Leclerc et Giap passent en revue les troupes françaises et vietnamiennes. Le soir, Lu Han donne une grande réception, et en compagnie de Hô Chi Minh, souhaite la bienvenue aux Français. L’amiral Thierry d’Argenlieu, de retour en Indochine, désapprouve les accords du 6 mars, qu’il qualifie de « Munich indochinois », et entre en désaccord avec Leclerc qui en est l’initiateur. Lors de la réception de Hô Chi Minh sur le bateau-amiral l’Emile Bertin le 24 mars, le libérateur de Paris est écarté des discussions par Thierry d’Argenlieu, qui propose au leader vietminh l’envoi d’une délégation à Paris. Thierry d’Argenlieu prétend jouer sa propre partition. Le 26 mars, le Docteur Nguyên Van Tinh, polytechnicien formé en France, est désigné comme chef du gouvernement provisoire de la République de Cochinchine, alors que les accords du 6 mars prévoyaient un référendum pour fixer le sort de la province. Malgré cet incident, la relève des troupes chinoises se poursuit et est achevée dans les principales villes, Hanoi, Haiphong, Hué et Tourane le 31 mars. Il reste cependant encore quelques divisions, la Quatre-vingt treizième au Laos qui part le 14 avril, et le gros de la Soixantième et de la Cinquante-troisième qui sont les plus rétives à quitter le Vietnam.

La mission du général Juin et la dégradation de la situation en Indochine

Mission du général Juin (15-24 avril) et ratification des accords du 28 février

  • 9 MAE Asie-Océanie 1944-1972, Chine-France nationaliste volume 209, Rapport du général Juin 25 mai 1 (...)

45Cette mission est désignée dès la conclusion des accords du 28 février9. Le général Alphonse Juin, chef de l’état-major français, est envoyé en Chine, officiellement pour « apporter à la Chine le salut de la France et pour resserrer les liens d’amitié entre les deux pays ». Le consul André Nègre doit l’accompagner, ainsi que quatre officiers et le fils du ministre de la France d’Outre-mer, Marius Moutet. L’ambassadeur Jacques Meyrier est chargé de le seconder. Selon certains journaux, Juin serait officieusement envoyé pour servir d’arbitre entre le général Leclerc et Thierry d’Argenlieu. D’autres insinuent qu’il vient pour signer un accord avec le Vietminh, ce que le Quai d’Orsay dément formellement par un télégramme du 6 mars à l’ambassade de Chongqing. Sur les conseils de Jacques Meyrier, la mission est reportée au 15 avril :

« Si la mission du général Juin avait été de nature à hâter ou à faciliter de quelque façon que ce soit les opérations de relève, j’aurais été le premier à demander qu’elle vienne en Chine d’extrême urgence. Je n’ai pas, personnellement, la moindre objection à ce que la mission soit effectuée immédiatement, mais je persiste à penser qu’elle se serait déroulée dans une ambiance meilleure et aurait eu des résultats plus profitables si elle avait été retardée jusqu’à la fin de la relève. »

46L’ambassadeur et le Quai d’Orsay tiennent à faire prévaloir les buts politiques et diplomatiques de cette visite :

« Je vous rappelle que cette mission a le caractère exclusif d’une manifestation d’amitié de la France avec la Chine, écrit le ministre des Affaires étrangère à Meyrier le 3 avril, le chef des forces armées françaises vient, après la victoire commune, apporter aux armées chinoises victorieuses et à leurs chefs, le salut et les félicitations de l’armée française. »

  • 10 MAE Asie Océanie 1944-1972, Chine, volume 2 (1er janvier-30 avril 1946), télégramme de Meyrier, 27 (...)

47En réalité, le général tient à se rendre compte, sur place, des résultats des accords passés avec les Chinois et les Vietnamiens, et de la situation réelle des forces françaises en Indochine. De plus, il doit faire coïncider son séjour à Chongqing avec le retour du général Marshall, attendu pour le 15 avril (Marshall est revenu en mars à Washington pour mettre au point un programme d’aide économique à la Chine, après les accords de janvier avec les communistes). Le général Juin compte sur son aide matérielle pour l’évacuation des troupes chinoises du Tonkin. Mais avant tout autre chose, le général souhaite rencontrer son homologue chinois, le chef d’état-major He Yingqin, seul maître des décisions pour la relève et l’évacuation des troupes chinoises. Ce dernier est à Nankin, et en son absence, Juin n’obtient absolument rien des autres généraux, qui préfèrent rester sur une prudente réserve. En revanche, il trouve un accueil plus favorable auprès de Chiang Kai-shek. En compagnie de Jacques Meyrier, il rencontre le généralissime qui invite les deux hommes à passer le week-end dans sa résidence. Jacques Meyrier organise à son tour une grande réception à l’Ambassade (en prévision de ces festivités, il a pris soin de se faire envoyer de Paris dix caisses de champagne et ses malles d’uniformes qui sont arrivées dans le propre avion du maréchal10). Des Légions d’honneur sont remises aux personnalités chinoises et autres, qui ont participé aux accords du 28 février. Chiang Kai-shek reçoit la cravate de Commandeur, de même que le général anglais Carton de Wiard, qui a prêté assistance à l’ambassade de France dans les négociations. Le général Juin confère lui-même la Grand Croix au ministre des Affaires étrangères, le docteur Wang Shijie,

48Au cours de ses entretiens avec Meyrier et Juin, le généralissime réaffirme à plusieurs reprises son plus vif désir de voir les liens d’amitié se resserrer entre les deux pays, et l’espoir que la France et la Chine se comporteront désormais en partenaires associées au sein du conseil des Nations Unies. Il affirme en même temps sa volonté de mettre en œuvre les accords du 28 février et d’évacuer le Tonkin, malgré l’opposition d’une grande partie des militaires qui refusent de partir, alléguant que ces accords n’empêcheront pas une nouvelle agression sur les frontières méridionales. Malgré le traité, quelque 180 000 soldats chinois n’ont pas encore quitté le Tonkin, pas plus que les 30 000 Japonais que les Chinois ont désarmés. Mais Chiang Kai-shek, dont le but est d’éliminer les communistes, n’est pas du tout d’accord avec les militaires. Il préfère en effet réserver ses meilleures troupes pour reconquérir la Mandchourie et tout le Nord de la Chine que les Rouges ont réinvestis après le départ des Japonais, avec l’aide des Soviétiques.

49Le gouvernement chinois ayant décidé de regagner son ancienne capitale Nankin fin avril, Jacques Meyrier profite de la venue du général Juin pour déménager une partie des affaires de l’ambassade. Le 17 avril, la presque totalité des archives et du chiffre prennent le chemin de Nankin dans l’avion du général qui n’est autre que le Skymaster, offert par le président Truman au général de Gaulle. Le 21 avril, Meyrier quitte Chongqing avec le général Juin, à destination de Pékin dans un premier temps. Meyrier et Juin sont accueillis très chaleureusement, dès leur arrivée à l’aéroport, par les autorités chinoises de l’ancienne capitale du Nord, le général Li Zongren, directeur du Quartier général de la Commission des affaires militaires, le général Sun Lianzhong, commandant en chef de la Onzième zone de guerre et le général Xiong Bin, maire de Pékin :

« Au cours des réceptions données les jours suivants par ces trois personnalités à notre délégation, de nombreux "Kan-pei" furent portés à l’amitié franco-chinoise et à la prospérité des deux pays. À l’issue d’un banquet qu’il donna au Palais d’Été, le maire de la ville eut la délicate attention de convier ses hôtes à une promenade en barque sur le lac, suivie d’une visite à la Fontaine de Jade. »

50Au bureau de l'ambassade, Meyrier et Juin sont reçus par Georges Perruche et Arnaud d’Andurain, qui organisent une réception en leur honneur, en y conviant la communauté française de Pékin :

  • 11 MAE Asie-Océanie 1944-1972, volume 209, Perruche mai 1946.

« Les Français de Pékin, qui n’ont pu jusqu’ici que reprendre un contact bien imparfait avec leur patrie, ont été très heureux de voir arriver à la fois sur le premier avion français venant directement de Paris depuis la Libération, leur ambassadeur et la mission dirigée par le général Juin. Lors de la réunion où ils furent conviés à l’ambassade pour y être présentés au général et à M. Meyrier, M. d’Andurain prononça une courte allocution11. »

51Puis, le 24 avril, les deux hommes gagnent Nankin, où ils rencontrent le général He Yingqin, chef d’état major de l’armée chinoise. Entre-temps, le jour de Pâques, de graves incidents ont éclaté à Hanoi, mettant aux prises soldats français et chinois, à la suite d’une banale collision entre deux véhicules militaires. Une patrouille chinoise, arrivée sur les lieux, tire sur la foule, semant une panique indescriptible. Après la venue de renforts français, les Chinois se retranchent dans les maisons en continuant à tirer, tandis que la garnison chinoise de Hanoi se répand en ville, et fait feu sur tout ce qui bouge, patrouilles, civils et militaires. Au total, on déplore douze morts et trente blessés du côté français, du côté annamite sept tués et quatorze blessés. Le général Juin et Meyrier rencontrent le général He Yingqin le surlendemain de ce tragique incident. Le chef d’état-major, qui fait partie de l’aile la plus extrémiste et nationaliste du Guomindang, avoue avoir été, dès l’origine, défavorable aux accords concernant l’Indochine. Il reproche à la France les facilités accordées aux Japonais dans la colonie durant la guerre, et fait valoir les droits nouveaux que s’est acquis la Chine en pacifiant le Tonkin et en y désarmant les Nippons, grâce à son effort militaire. Un autre grief est fait au gouvernement français : celui d’avoir traité avec Hô Chi Minh, suspect aux yeux des autorités de Chongqing, qui craignent de voir s’installer sur leurs arrières un gouvernement vietnamien communiste. Juin et Meyrier tentent de persuader le chef d’état-major que la présence de la France et de ses forces en Indochine est au contraire de nature à garantir la sécurité de ses arrières, au moment où le gouvernement nationaliste a fort à faire en Chine du Nord avec les Rouges. He Yingqin concède que Chiang Kai-shek a fini par le persuader, et donne sa parole de soldat qu’il poursuivra loyalement l’exécution des accords du 28 février. À Chongqing, Juin a eu également le temps de voir le général Marshall qui l’a assuré de tout son appui pour faire évacuer le Tonkin, et notamment par la fourniture de bateaux pour le transport des troupes. Fort des assurances qui lui ont été données par le chef d’état-major chinois et Chiang Kai-shek, Juin se rend à Hanoi pour y rencontrer le général Lu Han. Ce dernier finit par céder, et accepte d’évacuer Hanoi. Fidèle à sa promesse, le général Marshall met à disposition ses navires pour évacuer les dernières troupes chinoises du Tonkin. Ces opérations seront terminées au mois de septembre 1946.

52Après cette preuve de bonne volonté manifestée par les autorités nationalistes, les relations semblent au beau fixe entre la France et le gouvernement de Chiang Kaishek. Dès le retour du général Juin, le président du Gouvernement provisoire, Félix Gouin, le ministre des Affaires étrangères, Georges Bidault, celui de l’Economie et des Finances, André Philip, et de la France d’outre-mer, Marius Moutet, présentent à l’Assemblée nationale le projet de loi les autorisant à ratifier et à mettre en exécution les accords du 28 février. Il est approuvé le 25 avril 1946. Le 8 juin, la France et la Chine procèdent à Nankin à la cérémonie d’échange des ratifications. Le gouvernement chinois a attaché un soin spécial à la présentation et à la reliure des textes portant la signature du généralissime. Il n’en est pas de même pour le gouvernement français, au grand désappointement de son représentant Jacques Meyrier chargé de cette tâche, et qui dénonce ces faits dans une lettre du 11 juin. Le document envoyé de Paris est arrivé à Nankin dans un état lamentable : les textes n’étaient pas reliés, leur expédition par valise n’avait visiblement fait l’objet d’aucun soin particulier, les sceaux en étaient brisés :

« Et pour finir, conclut-il, en dépit des efforts faits ici avec des moyens de fortune, j’ai dû remettre au ministre des Affaires étrangères des documents à peine présentables. Il est superflu d’insister sur la mauvaise impression qu’a produite au Wai Kiao la présentation déficiente de textes aussi importants. »

  • 12 MAE Asie-Océanie 1944-1972, volume 208, Chine nationaliste-France (février 1946-avril 1952), Meyri (...)

53Ce malaise passé, les autorités chinoises n’en tiennent pas rigueur aux Français. Pour preuve, le 8 août 1946, Jacques Meyrier fait savoir que le Wai Kiao-pou accepte avec plaisir l’invitation du gouvernement français à l’exposition cinématographique de Cannes, et a désigné Zhou Ke, ainsi qu’un agent de son ambassade à Paris12. En outre, le 10 octobre à Paris, est organisée dans le grand amphithéâtre et le grand salon de la Sorbonne, une soirée de gala pour célébrer la fête nationale chinoise. Enfin, à la fin du mois de décembre, les étudiants chinois de Nankin font parvenir au président de la République français un émouvant message, évoquant le sort commun subi par les deux pays :

« En Chine comme en France, pendant ces longues années de guerre, la consigne était celle des premiers soldats de la Révolution française " Vivre libre ou mourir ". Nos deux pays vivront libres. »

54Le président le transmet aux étudiants français. Mais, parallèlement en Indochine, divers événements vont peu à peu compromettre tous ces résultats positifs à la fin de l’année 1946.

Dégradation de la situation en Indochine et conséquences en Chine

  • 13 Sur le détail de ces négociations voir Jean Sainteny, Histoire d’une paix manquée, 1943-1947, Alai (...)

55Malgré les résultats satisfaisants de la mission du général Juin et les preuves de bonne volonté du gouvernement nationaliste, ces dispositions favorables sont rapidement gâchées, et l’accord du 6 mars, conclu par Hô Chi Minh, rendu caduc par suite de l’opposition des communistes intransigeants en Indochine, et des manœuvres du Haut commissaire Thierry d’Argenlieu. Ce dernier, totalement hostile aux accords du 6 mars, veut rétablir la position de la France par la force, et éliminer Hô Chi Minh et ses partisans qu’il accuse de fourberie. L’amiral est appuyé par la droite, les administrateurs, les militaires et les colons. Pour l’heure, après l’échec de la Conférence de Dalat (17 avril au 11 mai)13, le 31 mai, Hô Chi Minh s’envole pour la France, en compagnie du général Salan, comme cela a été prévu lors des accords du 6 mars.

56Pendant ce temps, le 1er juin 1946, au mépris des engagements pris, Thierry d’Argenlieu suscite une république sécessionniste en Cochinchine. Georges Bidault ordonne à Salan de tenir le leader vietminh à l’écart de cette fâcheuse nouvelle jusqu’à son arrivée à Paris. Mais lors de l’escale de leur avion au Caire, Hô Chi Minh l’apprend par les journaux et par les écoutes radio de ses services. Il est évidemment furieux. De plus, à leur arrivée, il n’y a plus de gouvernement, le cabinet de Félix Gouin vient de tomber et, au lieu d’atterrir à Paris, ils sont déroutés sur Biarritz. Le 24 juin, Georges Bidault forme un nouveau gouvernement. Le leader vietnamien soupçonne les dirigeants français de lui avoir tendu un piège. Jean Sainteny, venu lui aussi en métropole, a beaucoup de mal à le calmer. Une conférence s’ouvre le 6 juillet à Fontainebleau. Il n’y aura pas plus d’entente qu’à Dalat, d’autant que Thierry d’Argenlieu convoque une deuxième conférence dans cette ville, fin juillet, sans y convier les représentants du gouvernement de Hanoi. Le problème de la Cochinchine constitue la principale pierre d’achoppement sur laquelle aucune des deux délégations ne veut céder. Le délégué de Hô Chi Minh, Pham Van Dong, crie à la trahison, attaquant la politique de la France au Vietnam, proteste contre la république autonome de Cochinchine et réclame la nationalisation de tous les biens français. La délégation vietnamienne claque la porte, quitte Paris le 13 septembre et s’embarque le 16 pour Haiphong.

57Après l’échec de la conférence de Fontainebleau, c’en est déjà presque fini des rapports franco-vietnamiens. Hô Chi Minh, resté en France, cherche cependant la conciliation et rencontre Georges Bidault, Marius Moutet et Maurice Thorez (qui lui affirme que le parti communiste reviendra au pouvoir en novembre). Le 14 septembre, Hô accepte de signer un modus vivendi : la république du Vietnam s’engage à favoriser la reprise des activités économiques françaises au nord, et reconnaît aux ressortissants français les mêmes droits qu’à ses nationaux. De son côté, la France s’engage à mettre fin aux hostilités en Cochinchine et au sud Annam, à partir du 30 octobre.

58Le leader vietminh repart le 19 septembre. Le général Giap, s’inspirant de Mao, forme une armée dotée d’une stricte discipline et établit une étroite coopération avec la population. Les accords du 14 septembre prévoient un contrôle des importations et exportations, en accord avec les autorités françaises et vietnamiennes. Mais comme Hanoi se dérobe, Saigon décide que le 15 octobre le contrôle sera uniquement français. Le gouvernement de Hanoi réagit violemment contre cette décision. En Cochinchine, le Vietminh s’empare du pouvoir, ainsi qu’en Annam et au Tonkin. Le 13 novembre, Thierry d’Argenlieu vient à Paris pour obtenir l’autorisation d’utiliser la force. Le 23 novembre, le Comité interministériel pour l’Indochine lui donne son feu vert. Mais le 28 novembre 1946, le cabinet Bidault démissionne. Blum, qui a formé un nouveau gouvernement le 12 décembre, se déclare partisan d’une politique d’accord avec le Vietminh, sur la base de l’indépendance. Le 18 décembre, le conseil des ministres décide de faire partir Marius Moutet pour l’Indochine. Mais il est déjà trop tard. Le lendemain, la guerre d’Indochine commence véritablement.

59En réalité elle a déjà débuté fin novembre à Haiphong, à la suite d’une banale histoire de contrebande. Le 23 novembre, le port est aux mains des Français, qui font tirer des obus sur la population en fuite, la prenant pour des colonnes militaires, faisant de nombreuses victimes. Le 15 décembre 1946, Hô Chi Minh adresse un message à Blum lui demandant d’ordonner aux Français d’évacuer Haiphong et Lang Son, et de cesser leurs opérations en Cochinchine et au sud-Annam. Mais la censure à Saigon bloque ce message, qui parvient en France seulement le 26 décembre. Hô Chi Minh n’ayant pas de réponse, en conclut que Blum ne veut rien entendre. À Hanoi, les 17 et 18 décembre, des Français sont massacrés. C’est l’escalade. Le 19, le bruit se répand que les Français attaquent Hanoi. Le soir, à 20 heures, les Vietnamiens ripostent, et font sauter l’usine électrique, plongeant toute la ville dans le noir. À 21 heures 30, Giap donne l’ordre d’attaquer sur tous les fronts, à Hué, Tourane, Bacninh. Le 20 décembre à l’aube, les Français contre-attaquent, occupent à 16 heures la résidence de Hô Chi Minh, et le 21, sont maîtres de Hanoi. Ce même jour, le chef vietminh entre dans la clandestinité avec son armée portée à 60 000 hommes par Giap, et se réfugie dans les montagnes du Nord, d’où pendant huit ans il va mener une lutte sans merci contre les troupes françaises, jusqu’à leur anéantissement.

60Cette situation de guerre a des répercussions en Chine, et brise l’embellie qui a suivi l’évacuation des troupes chinoises. Cette dégradation est beaucoup plus flagrante au niveau de la population que des dirigeants. Très fortement influencés en sous main par les communistes, les Chinois de la rue manifestent une hostilité de plus en plus marquée envers les Français présents sur leur territoire. Malgré ce climat de haine entretenu par leurs homologues chinois, les révolutionnaires vietnamiens ne rencontrent guère de succès auprès de Chiang Kai-shek. Après l’échec d’une première tentative, le 25 mars 1946, pour obtenir l’aide du gouvernement chinois contre les Français, le 25 décembre, des nationalistes vietnamiens réfugiés en Chine, récidivent et annoncent la formation d’un « gouvernement national vietnamien » qui fera appel à la Chine et aux États-Unis pour mettre fin au conflit qui vient d’éclater. Le 17 février 1947, est fondé à Nankin le « Front de l’Union Nationale du Vietnam ». Les réfugiés espèrent retourner dans leur pays avec l’aide des nationalistes chinois. Mais il est trop tard. Chiang Kai-shek est engagé dans la guerre contre les communistes et refuse d’intervenir, préférant maintenir sur sa frontière sud une bonne entente avec la France, dans laquelle il voit une alliée sûre contre les Rouges. Pourtant les points de friction ne cessent de se multiplier entre les deux pays, et les engagements liés au traité du 28 février, bien difficiles à mettre à exécution.

Difficultés pour la mise en œuvre du traité du 28 février

Mise en place des Commissions14

  • 14 MAE Asie-Océanie 1944-1972, volume 251 (décembre 1944-décembre 1955), Liquidation des concessions.

61Le plus gros du travail, le transfert de tous les biens immobiliers, a déjà été accompli, en juin et juillet 1943, lors de la remise des concessions par le gouvernement de Vichy aux autorités de Nankin. En prévision de cette rétrocession, les représentants français ont à ce moment trouvé un subterfuge pour conserver le maximum de ses propriétés à la France. D’importants lots, jusque-là inscrits au nom des municipalités des concessions, ont été transférés sur les registres fonciers au nom de l’État français, représenté par ses consulats ou divers organismes. Le gouvernement français va refuser de revenir sur ces cessions. Au terme du nouveau traité, c’est à la date seulement de l’échange des ratifications que la rétrocession des concessions doit prendre effet. Il est expressément stipulé à l’article 5 que tous les droits de propriété légitimes existant à cette date seront sauvegardés. Mais certaines créances sont beaucoup plus contestables, notamment les indemnités de licenciement et de rapatriement promises aux anciens agents des municipalités. À Tianjin, Canton et Hankou, les employés municipaux les ayant déjà perçues, cela ne pose pas problème. Mais ce n’est pas le cas de ceux de Shanghai, qui n’ont reçu ni prime de licenciement, ni prime de rapatriement, une somme ayant été versée globalement à un fonds de garantie et de rapatriement. Les seules indemnités qu’ils peuvent réclamer sont les compléments de traitements, insuffisamment payés en 1943, avec les frais de maladie et les congés, déduction faite des sommes déjà touchées par les employés municipaux de la municipalité chinoise. L’ensemble de ces négociations va donner lieu à toute une série de chicanes de la part des Français qui, jusqu’au bout, tentent de défendre, pierre par pierre, piastre par piastre, l’édifice bien chancelant de leurs avoirs et possessions en Chine.

62À Shanghai, le premier consul-adjoint Gabriel Van Laethem, assisté du consul suppléant Henri Gennatas, est chargé de la préparation des dossiers qui doivent être présentés à la Commission de liquidation, et de l’élaboration des thèses pour le maintien du prestige culturel de la France. Dans le cadre de la liquidation, est créé un bureau provisoire sous la responsabilité du second consul adjoint, Guy Toffin, chargé d’examiner et de régler le cas de chaque ex-employé, et d’assurer leur rapatriement et leur subsistance. Fort de son expérience, en juillet 1946, Gabriel Van Laethem est ensuite désigné comme conseiller français avec le baron de Courseules, directeur de la Banque de l’Indochine, pour prendre part aux travaux du Comité de liquidation de la concession française, présidé par le maire de Shanghai. Les négociations commencent en octobre 1946, et vont donner lieu à des difficultés sans nombre, en raison des multiples litiges au sujet de la restitution de certains immeubles. Pour les conseillers français, compte tenu des bénéfices considérables que les municipalités retirent des améliorations et investissements faits depuis quatre-vingts ans par l’administration française, il serait juste que l’Etat français conserve la propriété des établissements affectés à des œuvres françaises : le Collège français, l’Institut Pasteur et les bâtiments consulaires. Mais les discussions poursuivies sur ces questions au sein des commissions n’aboutissent guère, les représentants chinois demeurant inébranlables.

63À Hankou, le consul Lebas de Plumetot est le seul Français. Il est invité à participer pour la première fois aux travaux du Comité de liquidation, lors de sa quatrième séance du 28 novembre 1946 à la mairie de Hankou. Ce comité présidé par le maire de la ville, est composé de cinq conseillers : le consul de France, le frère du maire, l’ex-ministre de Chine au Chili, un ancien secrétaire de la police municipale française et une ancienne élève de la faculté des Lettres de Paris. Il faut y ajouter un secrétaire-interprète, autrefois étudiant à l’Aurore, et propriétaire de plusieurs terrains sur la concession française. Les Chinois réclament la restitution de l‘école franco-chinoise, de deux immeubles de la rue Joffre qui abritaient les officiers français, de la cité Lypang, de la butte de tir, de la cité Kong Te Li et d’un terrain appartenant au Cercle gaulois. Ils réclament, en outre, une somme de trois millions de dollars CRB appartenant à la municipalité française qui, selon eux, auraient dû être reversés depuis juin 1943 à la municipalité chinoise. Lebas de Plumetot réussit à faire abandonner le terrain du Cercle gaulois, arguant, qu’étant propriété d’une société privée, il ne peut être revendiqué par la municipalité chinoise. Quant à l’école franco-chinoise et aux deux immeubles de la rue Joffre, Lebas affirme qu’ils appartiennent à l’Etat français, et ne peuvent être restitués. Mais les Chinois refusent de voir la différence entre municipalité et État français : pour eux il n’existe qu’une seule catégorie de « propriété publique ». Lebas cherche également à soustraire la cité Lypang, remise au Centre Français le 30 avril 1943, avant la rétrocession du 5 juin. En échange, il est prêt à céder sur la butte de tir, sans valeur selon lui. Mais le chef de la police, qui fait partie de la Commission, confirme que la cité appartenait bien à la municipalité française, et qu’elle servait de dépôt pour la pompe à incendie municipale. Le 18 juin 1947, le président de la Commission de liquidation notifie à Lebas son intention de faire occuper, le 20 juin, la butte de tir, la cité Lypang et l’école franco-chinoise.

64À Tianjin, Roger Meffreys, chargé des fonctions de consul suppléant sous les ordres de Joseph Siguret, le 21 octobre 1946, est désigné au titre de conseiller français avec deux autres compatriotes dont Ullman, bijoutier et président de la Chambre de Commerce. Meffreys a pour consigne de sauvegarder les biens immobiliers acquis par l’État français : le bâtiment du consulat, acheté à une maison de commerce en avril 1871, l'immeuble de l’ancien Cercle français, remis au Centre français par la municipalité le 30 octobre 1932, et l’École française, cédée à ce même Centre, le 6 septembre 1940. Sont également concernées les propriétés acquises par transfert au cours des négociations pour la rétrocession de la concession, en avril-mai 1943 : la caserne Contai (ancienne caserne du Corps d’Occupation), remise par la municipalité française à l’État français le 8 avril 1943, la caserne de la rue Dillon (ancien poste central de la police française) et le terrain Pasteur, transférés au Centre français par la municipalité, le 12 mai 1943. Le terrain Pasteur a été ensuite revendu illégalement en décembre 1943 à un Chinois, avec l'accord de l’ambassade (qui a récupéré le produit de la vente), mais sans avoir été entériné par le Conseil d’administration municipale. L’ambassadeur Jacques Meyrier conseille à Meffreys de trouver un compromis pour pouvoir garder ce terrain et la caserne Contai, en acceptant de laisser aux Chinois la caserne Dillon qui ne présente qu’un intérêt médiocre.

65Enfin à Canton, deux Français participent à la Commission de liquidation. Le conseiller officiel est G. Doat, directeur de l'agence locale de la Banque de l’Indochine, assisté du consul Paul Viaud. Selon les déclarations de ce dernier, à première vue, la tâche semble être beaucoup plus facile que pour les autres concessions. Les intérêts en jeu sont très modestes. De plus, toutes les liquidations en numéraire et matériel ayant été faites lors de la rétrocession de juin 1943, les deux négociateurs n’ont aucune déclaration, ni réclamation à formuler. Ils contestent seulement un simple détail : l'obligation édictée par le nouveau traité de fournir les traductions en chinois et les photocopies des titres de propriété, en raison des dépenses élevées que cela va entraîner ; alors qu’il a été stipulé que les changements éventuels de titres de propriété devront être faits sans frais. « Je dois préciser que mes interlocuteurs chinois ont dans l'ensemble, témoigné d’une satisfaisante compréhension, et il est déjà acquis que les délais d’enregistrement primitivement fixés à un mois, seront prorogés », précise le consul. La première séance a lieu le vendredi 7 mars, à 15 heures, à la municipalité de Canton, sous la présidence du maire. Outre les membres chinois de la commission, Viaud et Doat y retrouvent les consuls d’Angleterre et de Suisse ainsi que le conseiller britannique. Comme on va le voir, la liquidation des biens de l’ancienne concession française ne va pas être aussi simple que le laisse prévoir Paul Viaud ; des litiges vont apparaître, certaines propriétés n’ayant pas été déclarées.

Année 1947 : multiplication des difficultés et échec des Commissions de liquidation, sauf à Hankou et Canton15

  • 15 MAE Asie-Océanie 1944-1972, ibid., volume 251, Liquidation des concessions.

66Au conflit d’Indochine, qui repart au mois de décembre 1946, vient s’ajouter, au mois de mars 1947, l’incident des Paracels, mettant directement le gouvernement français aux prises avec le gouvernement de Chongqing. Ces événements se répercutent sur le travail des commissions de liquidation qui n’avancent guère, chaque camp restant résolument sur ses positions. Les Français ne sont pas en reste, qui par un tenace acharnement procédurier, tentent de préserver les dernières miettes de leurs avantages. Ce climat conflictuel contribue à tendre à nouveau les relations entre la France et la Chine. D’autant que, début mai 1947, le gouvernement Ramadier renvoie les ministres communistes et, au mois de juin, accepte le plan d’aide du général Marshall accordé à seize pays d’Europe. Les Soviétiques et leurs alliés, considérant ce plan comme la volonté des USA d’établir sa domination économique et politique sur l’Europe, qualifient les gouvernements signataires de « valets de l’impérialisme américain ». Pour apaiser les tensions, le directeur d’Asie Philippe Baudet (ancien consul en Chine), d’accord avec l’ambassadeur Jacques Meyrier, propose un aménagement d’ensemble des litiges en cours. Le but essentiel est d’assurer à la France la neutralité bienveillante du gouvernement de Nankin dans la question d’Indochine. Tout d’abord, une avance de dix millions de piastres est consentie à la Chine, à valoir sur les soixante millions d’indemnités réclamées et obtenues par le traité du 28 février pour les dommages subis par ses nationaux en Indochine.

67On cherche ensuite une solution à l’affaire des Paracels, vieux conflit qui dure depuis quinze ans, voire plus. En 1938, pour se prémunir contre l’avance japonaise et en accord avec Nankin, un détachement français a occupé cet archipel, situé à cinq cents miles à l’est de Hué. Après la défaite du Japon, le Haut commissariat en Indochine reçoit l’ordre de reprendre l’occupation, mais l’opération doit être ajournée. En effet, quand une frégate française se présente devant l’île Boisée, elle y trouve déjà installée une troupe chinoise. Un détachement français décide alors de débarquer sur un autre point de l’archipel, dans l’île Pattle, et d’en prendre possession. Le gouvernement de Nankin proteste contre cette occupation, affirmant que les îles sont maintenant sous sa souveraineté. Il en fait une affaire nationale et une question de prestige. Mais le gouvernement français refuse de céder et de faire évacuer l’île Pattle. Chiang Kai-shek convoque Jacques Meyrier et le prie d’attirer l’attention du gouvernement français sur la nécessité d’éliminer ce point de friction dangereux. Cette question des Paracels a déjà été évoquée au XIXe siècle lors de la conquête du Tonkin, et déjà des polémiques s’élevaient pour dénoncer le manque d’intérêt de cette possession pour la France. Jacques Meyrier et Philippe Baudet sont d’accord pour souligner qu’il existe un danger réel à maintenir ouverte cette question.

68Il faut en finir également avec la liquidation des concessions. À Shanghai comme à Tianjin et Hankou, deux questions sont âprement discutées : la discrimination entre les propriétés municipales qui doivent revenir à la Chine, et les propriétés de l’État et d’organismes français qui doivent rester à la France. S’y ajoute, en plus, le règlement des indemnités, pensions frais de voyages des anciens employés hérités des administrations françaises par les municipalités chinoises. Par suite d’une certaine imprévoyance des municipalités précédentes, les positions juridiques françaises ne sont pas toujours très claires et donc peu crédibles. En raison du problème majeur de l’Indochine, il faut absolument dénouer ces difficultés. La Chine possède un avantage sur la France par les possibilités de pression qu’elle peut exercer, soit sur le terrain indochinois, soit au sein des organismes des Nations Unies. Si les relations s’enveniment pour la concession de Shanghai ou le problème des Paracels, le gouvernement de Nankin cèdera à l’opinion publique chinoise qui réclame une intervention en Indochine. Le gouvernement de Chiang Kai-shek, affaibli par ses difficultés internes, est sous la pression de sa population, violemment xénophobe et anti-française. Et surtout très influencée en sous-main par le parti communiste. Malgré ces risques, le gouvernement français s’entête et continue à tergiverser. De l’avis de ses représentants, pour les Paracels, abandonner sans négociation équivaudrait à une faiblesse. Il faut négocier à tout prix, notamment avec l’avance promise de 10 millions de piastres. Une autre solution serait d’échanger les droits sur les Paracels contre une consolidation des propriétés en litige à Shanghai, et accessoirement à Tianjin. Si l’abandon des Paracels est inévitable, alors il faut demander un droit de pêche et un emplacement pour construire un phare, ainsi que le droit d’exploiter le guano pour une société mixte franco-annamite (on ignore encore à cette époque que le sous-sol recèle des gisements pétroliers qui ne seront exploités qu’à partir des années 1980)…

69Le 30 juin 1947, la Commission de liquidation de Hankou est dissoute unilatéralement par le maire, sans l’accord de Lebas. Malgré la protestation officielle du représentant français, le maire décide que la cité Lypang, la butte de tir et l’école franco-chinoise sont dorénavant propriétés municipales. Quant au statut du Cercle gaulois et de F ex-cité Kong Te Li ainsi que le règlement des dettes de la municipalité, c’est le Wai Kiao-pou qui tranchera. De toute façon, une partie de la cité Lypang est déjà occupée depuis le mois de mars. L’autre partie l’est en juillet, et est transformée en commissariat de police. Une sentinelle en garde l’entrée principale. Le 30 juin, tous les locataires sont sommés de cesser leurs rapports avec le consul de France, et de renouveler immédiatement leur bail avec la municipalité chinoise sous peine d’expulsion immédiate. L’école franco-chinoise et la butte de tir ne sont pas encore occupées, mais leurs locataires ont reçu les mêmes instructions que ceux de la cité Lypang.

70Face à ces menaces, au mois de juillet 1947 le gouvernement français fait savoir qu’il refuse de revenir sur tous les actes de transfert de biens immobiliers effectués par vente, échange ou donation, antérieurement à la date où l’administration municipale des concessions a cessé ses pouvoirs. Le 3 juin 1943 pour Tianjin, Hankou et Canton, le 31 juillet pour Shanghai. En revanche « dans un geste d’amitié », le gouvernement français annonce qu’il est prêt à consentir à abandonner « gracieusement » certains immeubles. À Shanghai, la caserne dite « Bernez-Cambot », le quartier du Marcaire, la poudrière dite Bridou et l’ancienne villa du commandant Fabre seront cédées en pleine propriété. Le cimetière de Pasienjo et le cimetière de Lokawei seront donnés en affectation perpétuelle à l’école franco-chinoise des Frères maristes, qui occupe l’immeuble de l’ancienne route Stanislas Chevalier et du Père Robert. À Hankou, la France consent à faire abandon des immeubles de la cité Lypang et de la butte de tir. Mais ces concessions viennent trop tard puisque, à Hankou, les autorités chinoises ont déjà commencé à occuper la cité Lypang, et ont fait savoir qu’il en sera de même pour la butte de tir. Le 9 août, Paul Viaud à Canton, signale que la deuxième séance de la Commission de liquidation a eu lieu le 15 juillet. Les dispositions arrêtées prévoient la mise sous séquestre pour le 15 septembre des propriétés des ex-concessions qui n’auront pas été déclarées à cette date. Contrairement aux premières déclarations optimistes de Paul Viaud, trois propriétés posent en effet problème, la maison du docteur et celle du vice-consul et le jardin du consulat. Les palabres vont se prolonger jusqu’au début de l’année 1948.

71À Tianjin, la caserne Dillon est occupée de force par l’armée chinoise. Les locataires qui y habitent, sont « invités » à déménager dans l’immeuble attenant au consulat. Renaud Sivan, premier conseiller qui remplace provisoirement Meyrier à l’ambassade de Nankin, d’accord avec le consul Joseph Siguret, propose de ne pas contester l’occupation de la caserne pour pouvoir conserver l’immeuble consulaire. Pour sauvegarder cette dernière propriété, Siguret la fait occuper presque entièrement par des organisations ou des ressortissants français, notamment la Chambre de Commerce. Il se propose de louer les Godowns qui en dépendent à des commerçants français. De l’avis de Siguret, l’ensemble du Compound forme maintenant un tout avec le consulat, et se trouve ainsi mieux protégé et à l’abri de toute emprise des autorités chinoises. Siguret déclare qu’il est temps de faire un choix entre les propriétés que la France veut garder et est à même de défendre, et celles qu’elle est prête à abandonner de plein gré, avant que les Chinois s’en emparent par la force, comme ils ont commencé à le faire dans toutes les concessions. À Shanghai, il est également question de 180 000 dollars qui ont été bloqués par la municipalité française.

72Le 25 février 1948, Jacques Meyrier convoque Lebas à Nankin, pour examiner avec lui les conditions d’un accord avec la Commission de liquidation de Hankou. Finalement, à la veille de son départ, le 14 juin 1948 Lebas obtient que l’avant-projet, qui avait été déjà approuvé par les autorités municipales, soit transformé en un projet d’accord. Dans l’après-midi, le texte est présenté à Lebas pour qu’il y appose sa signature. Mais un simple changement de paragraphe modifie substantiellement une clause du texte, initialement approuvée par les deux parties. Une dernière démarche permet enfin de remettre les choses au point, et d’obtenir l’accord et la signature du maire. La cité Lypang et la butte de tir sont restituées à la Chine. L’ancienne caserne Jeanne d’Arc lui sera également remise, mais sous forme de don par la France, et aux conditions suivantes. Le terrain et les bâtiments continueront d’être affectés à l’usage de l’école franco-chinoise. Le curriculum scolastique devra se conformer aux règlements du ministère de l’Instruction publique, mais les autorités municipales ne feront aucune objection à ce que des cours de français y soient organisés, et à ce que l’enseignement de l’école soit dirigé par les frères maristes. Les anciennes habitations des officiers français, pour lesquelles le gouvernement français a prouvé ses droits, resteront en sa propriété. Le terrain du Cercle gaulois, pour lequel le consul a fourni également des documents officiels prouvant qu’il appartient à des résidents français, sera restitué au consulat de France. Enfin, les autorités municipales reconnaissent, en principe, qu’une « obligation » envers les anciens employés municipaux du cadre étranger pourra être à la charge du gouvernement chinois. Mais elles s’opposent à ce que le montant des sommes payables, dépasse l’indemnité de licenciement et les frais de rapatriement de cinq employés subalternes. En fait, les deux parties n’arrivent pas à s’entendre sur ce montant, et c’est surtout ce dernier point qui, ajouté à l’avant projet par Lebas sur les suggestions de Jacques Meyrier, posait problème. Au terme de force palabres, Lebas obtient enfin un accord. Dès le lendemain 15 juin, il quitte Hankou et remet le service du consulat à Charles de Dianous. Le 22 juin, le texte est approuvé par son supérieur Jacques Meyrier.

73À Canton, la Commission de liquidation se réunit à nouveau le 8 avril 1948, pour discuter la propriété de la maison du vice-consul, celle du docteur et le jardin du consulat, dont la donation a été faite en 1930 par la municipalité française de Shameen à l’État français, qui l’a entérinée par un décret présidentiel. Est également concerné le terrain de la Marine, cédé par le gouvernement général de l’Indochine en 1935. Paul Viaud absent, se fait représenter par le jeune secrétaire d’Extrême-Orient Antoine Wolf. Le jardin du consulat est le point le plus litigieux. Après la réunion du 8 avril et la réception du compte-rendu, le jeune Wolf expose au président de la Commission que « l’attitude de ses membres repose sur une fausse interprétation du traité de renonciation à l’exterritorialité signé par la France et ne saurait résister à l’examen juridique, car notre droit de propriété est incontestable ». Mais, avoue Meyrier au ministre des Affaires étrangères, « il ne faut pas nous dissimuler que nos droits sur le " jardin du consulat " présentent deux aspects délicats ». Ledit jardin est, en fait, l’ancien jardin de la concession française, et n’est pas compris dans l’enceinte du consulat, dont il est séparé par une rue. S’il a été clôturé par une grille en 1932, il continue à être fréquenté, sur autorisation du consul, par les enfants des résidents étrangers de la concession. La revendication des Chinois, affirmant qu’il s’agit d’un bien du domaine public dissimulé sous un titre de propriété privée, n’est pas dénuée de tout fondement. Le titre de propriété du jardin comprend, en outre, les rues et le quai qui le bordent, qui, eux, appartiennent bien au domaine public. Cela est incontestable, souligne Meyrier. Il estime que si les Français veulent conserver le jardin, ils doivent rendre à la municipalité chinoise les parcelles affectées aux voies publiques (les rues et le quai). Il n’en est pas question, rétorque Jacques Baeyens, directeur d’Asie-Océanie et ancien consul à Shanghai. Le 29 juillet, il ordonne à Meyrier de ne rien céder, ni sur les deux maisons, ni sur le terrain de la Marine, ni sur le jardin du consulat. Ce jardin est une propriété privée, affirme t-il, accessible seulement aux invités du consul. Quant à la rue et au quai qui le bordent, ils sont inclus dans le terrain donné par la municipalité à l’Etat, et ne font partie, ni en fait, ni en droit, du domaine public. Il s’agit seulement d’une tolérance de passage, accordée par le consul pour la commodité des résidents, que les délais de prescription n’ont pas encore transformé en servitude. Il convient donc de faire clairement comprendre aux autorités chinoises que l’ensemble du terrain est bien propriété française, et qu’il est impossible de leur abandonner le jardin.

74Cependant, par un geste gracieux et de bonne volonté, le gouvernement français accepterait de rendre le passage qui a été bénévolement ouvert au public par son représentant. Jacques Baeyens recommande en outre à Meyrier de prévenir de cette décision la Grande-Bretagne qui aura à résoudre un problème identique. Faux, répond Pierre Royère, qui remplace Paul Viaud à Canton au mois de juillet. Jacques Meyrier, auquel il soumet son point de vue, est de son avis. Les Anglais ont beaucoup moins à perdre que les Français. Le terrain de sport leur appartenant est déjà passé aux mains des Chinois, et la cession du jardin de la municipalité anglaise à l’État, est considérée par les Chinois comme frauduleuse, la municipalité anglaise ayant continué à l’entretenir. Toutes ces subtilités de mauvais aloi n’aboutissent évidemment à rien. Pour finir, les autorités chinoises ne reconnaissent à la France que la propriété de l’hôtel consulaire et celle de la maison du vice-consul, construites sur deux lots d’un seul tenant.

75Sauf pour Hankou et Canton, ces chicaneries ne seront toujours pas réglées lors de l’arrivée des communistes. À ces discussions de marchands de tapis qui exaspèrent les Chinois, viennent s’ajouter divers incidents en Indochine ou sur la frontière, qui dressent encore plus la population contre les Français. Le 27 novembre 1947, la presse répand la rumeur qu’une fillette chinoise a été violée par un soldat français à Hanoi. Les étudiants de l’université de Pékin manifestent devant l’ambassade de France. Le consul Pierre Bouffanais signale des manifestations analogues à Kunming, alors que le Haut Commissaire en Indochine n’a pas confirmé les faits. Un peu plus tard, Henri Brionval à Longzhou, fait savoir que, le 13 février 1948, deux avions français ont mitraillé un village à proximité de Binh, ont fait quatre blessés (dont deux graves), et causé la perte de bétail et de nombreux dommages matériels. À nouveau, le 28 février, des avions français dans leur chasse contre des bandes sino-vietminhs, mitraillent par erreur un autre village près de Shima, faisant cinq morts, cinquante blessés et détruisant six maisons. La presse chinoise monte en épingle toutes ces bavures. L’exaspération des populations ne cesse de croître contre la présence française, attisée par les communistes dont la progression devient extrêmement rapide.

Avancée des communistes16

  • 16 Pour tous ces événements, voir Guillermaz, Histoire du parti communiste, op. cit.

76Comme on l’a vu plus haut, Chiang Kai-shek a été contraint par les États-Unis de faire cause commune avec les communistes. Un accord de cessez-le-feu a été signé le 10 janvier 1946, imposé par la mission du général Marshall, suivi, le 13, d’un arrêt général des hostilités. Marshall se rend en mars à Washington pour mettre au point un programme d’aide économique à la Chine. Mais après son départ, le 11 mars, les nationalistes, forts de l’appui d’une importante mission de conseillers américains, de l’aide matérielle accordée aux trente-neuf divisions et de l’apport de huit cents millions de dollars de surplus militaires libérés par la fin des opérations dans le Pacifique, en profitent pour tenter de mettre la main sur la Mandchourie, malgré les avertissements des Américains. L’accord du 10 janvier 1946 laissait prévoir en effet que le gouvernement nationaliste était libre de faire mouvoir ses troupes au sud du Yangzi et en Mandchourie.

77S’appuyant sur ce droit, le gouvernement de Chongqing pousse ses divisions le long des grands axes de communication, et notamment vers Changchun. Le 23 mai, ils en délogent les troupes rouges, qui avaient investi la ville depuis le 18 avril, trois jours après le départ des Soviétiques. Les communistes se replient dans les campagnes et les petites localités, préférant éviter tout engagement auquel ils sont dans l’incapacité de faire face dans l’immédiat. Les armées de Chiang Kai-shek s’avancent ensuite vers l’est, en direction de Jilin, et vers le nord, en direction de Harbin. Le 7 juin, Marshall obtient une trêve de quinze jours pour trouver une solution, envisageant même un partage de la Mandchourie entre nationalistes et communistes. Les négociations reprennent, mais chacun reste sur ses positions. La trêve expire le 30 juin. Au mois de juillet, la Huitième armée, la Quatrième armée nouvelle et les forces démocratiques de Mandchourie, prennent le nom d’Armée Populaire de Libération, et sont réunies sous le commandement unique de Zhu De,

78Durant l’été 1946 et jusqu’au printemps 1947, l’initiative appartient aux troupes gouvernementales qui remportent de nombreuses victoires, notamment en Chine centrale où les forces du Guomindang réussissent à éliminer les communistes. Forts de leurs succès, les nationalistes restent sourds aux conseils du général Marshall, tandis que les Rouges se déchaînent contre les États-Unis, au prétexte qu’ils favorisent leurs adversaires. Le 5 octobre 1946, conscient de son impuissance à ramener la conciliation entre les deux partis, Marshall demande son rappel. Le 11 octobre, le gouvernement de Chongqing décide de convoquer l’Assemblée nationale pour le 12 novembre, et fait des propositions aux communistes qui rejettent les huit points proposés. Le général Marshall quitte la chine le 6 janvier 1947, et est relevé à l’été 1947 par le général Wedemeyer, réputé pour son hostilité envers les communistes.

79Ce même mois de janvier 1947, Lin Biao tente une offensive en Mandchourie, et prive la capitale, Changchun, d’électricité et d’eau pendant plusieurs jours. Mais c’est un succès sans lendemain. Malgré le départ du général Marshall, quelques tentatives de conciliation ont encore lieu. Le 16 janvier, Chiang Kai-shek propose l’envoi à Yan’an d’une mission chargée de négocier. Refus des communistes. Le 10 mars 1947, tous les contacts sont rompus. Le 15 mars, le généralissime annonce au Comité central du Guomindang la rupture définitive et sa décision de poursuivre la guerre. Le 19 mars, ses troupes s’emparent de Yanan sans combattre. Mao Zedong et les siens ont déjà évacué leur base, attirant les armées gouvernementales toujours plus loin. Les communistes se divisent en deux groupes. Mao et Zhou Enlai dirigent les opérations du nord-est du Shanxi, et ne vont cesser de harceler les nationalistes égarés en Chine du Nord. Liu Shaoqi et Zhu De gagnent le nord-ouest de la province, qui va devenir un de leurs principaux centres d’action. Commence alors une lutte sans merci entre troupes du Guomindang et troupes Rouges.

80Jusqu’à l’été 1947, les communistes, manquant de moyens, n’essaient pas de conserver les villes et les voies de communication et de tenir sur des fronts continus. Mais ils gardent ou reprennent le contrôle des campagnes. Cependant, peu à peu, la situation commence à s’inverser. En Mandchourie, après ses échecs de janvier, Lin Biao reprend ses attaques en mai, forçant les nationalistes à resserrer leur dispositif autour des grandes centres, Pékin, Tianjin, Mukden, Changchun, qu’ils s’efforcent de tenir. À l’été 1947, trois groupes communistes parviennent à s’infiltrer en Chine centrale. Liu Bocheng, venu du sud du Hebei avec sept colonnes, franchit la ligne de chemin de fer du Lunghai, à l’est de Kaifeng. Un autre groupe mené par Chen Geng, venant du Shanxi sud, franchit le Fleuve Jaune à l’est de Luoyang, et s’installe sur le Kinhan et à l’ouest de cette voie. Un troisième groupe avec Chen Yi, venu du Shandong, franchit la ligne du Tsinpu, au nord de Xuzhou, et s’installe dans le Henan, au sud de Kaifeng, isolant les villes du Lunghai. Ces trois groupes (150 000 hommes chacun), s’étalent entre les trois axes ferroviaires du Tsinpu, du Lunghai et du Kinhan, et organisent les populations de ces régions où ils s’étaient déjà implantés pendant la guerre contre le Japon. Le 27 septembre, trois jours après la chute de sa capitale Jinan, tout le Shandong est aux mains des communistes. Non seulement l’effet moral est considérable, mais plus de 100 000 hommes et un matériel important pris aux troupes de Chiang Kai-shek, passent aux mains des Rouges. Les opérations se reportent alors sur la région de Xuzhou, où se trouve concentré le gros des forces gouvernementales.

81Dès lors, l’initiative stratégique passe aux communistes. Ils se réinstallent en Chine centrale, entre le Fleuve Jaune et le Yangzi, et parviennent à rompre les lignes de communications des nationalistes en Chine du Nord et en Mandchourie. Les armées du Guomindang s’efforcent de tenir les grandes villes Pékin, Tianjin, Mukden, Changchun. Bien que solidement armées et équipées par les Américains, elles commencent à lâcher prise. Réparties sur vingt zones de pacification, elles se retrouvent dans une position purement défensive. Le 7 avril 1948, Chen Geng prend Luoyang, important centre qui commande la liaison entre le Shanxi et le Henan. Peng Dehuai attaque à l’ouest du Shanxi, et reprend Yanan le 24 avril. Victoire symbolique qui redonne le moral à toutes les troupes rouges, malgré encore quelques revers. La bataille de Kaifeng est l’une des plus importantes par l’importance des effectifs mis en jeu. Chen Yi avec 200 000 hommes fait face à un nombre égal de nationalistes. Il prend la ville le 22 juin, mais se retire trois jours après. Même si la victoire n’est pas définitive, la prise de Kaifeng prouve aux communistes qu’ils sont désormais capables de livrer de grandes batailles et surtout de les gagner, malgré l’infériorité de leur matériel et de leur équipement.

82En Mandchourie, après les échecs de l’année 1947, les opérations reprennent au printemps 1948. Jilin est prise le 9 mars, Changchun et Mukden sont complètement isolées et doivent être ravitaillées par air. Le 12 septembre 1948, Lin Biao porte ses efforts sur Jinzhou, centre de communication entre Mukden et la Grande Muraille. 100 000 nationalistes capitulent le 15 octobre 1948, une armée entière étant passée à l’ennemi. Le 20 octobre, les Rouges s’emparent de la capitale Changchun, abandonnée l’avant-veille par les troupes du Guomindang. Puis c’est au tour de Mukden, où se trouve Laurent Giovangrandi. Ce dernier qui était à Nankin, a accepté de différer son congé à la demande de Meyrier, et a pris provisoirement la direction du consulat le 25 août, en attendant l’arrivée de Louis Sekutowicz, titulaire du poste. En raison des circonstances, Giovangrandi est forcé de rester à Mukden. Il assiste donc à l’investissement de la ville par les communistes, le 2 novembre. Plus de trente divisions nationalistes bien équipées sont complètement anéanties. Une bonne part des hommes et du matériel passe aux communistes. Au terme d’une année de guerre civile, les armées du Guomindang ont perdu trois fois plus d’hommes (780 000 pertes) que l’Armée Populaire de Libération (300 000 tués et blessés) En Mandchourie, Lin Biao avec 700 000 hommes contre 470 000 nationalistes, a détruit leur armée en moins de trois mois. Toute la Mandchourie est aux mains de l’Armée Populaire de Libération qui, libérée de ce côté-là, entreprend la conquête de la Chine du Nord.

83En revanche, en Indochine, en cette fin d’année 1947, la répression de la rébellion de l’opposition vietminh semble en bonne voie, si l’on se fie à la déclaration du 14 mai, faite au Figaro par le ministre de la Guerre, Paul Coste-Floret : « J’estime qu’il n’y a plus désormais de problème militaire en Indochine. Le succès de nos armes est complet. » C’est sans doute parler un peu vite…

Notes

1 MAE Asie-Océanie 1944-1972, volume 2, Ambassade (janvier1946-30 avril 1946), lettre du 12 janvier à Gilbert.

2 MAE Asie-Océanie 1944-1972, volume 316 (janvier1946-mars 1947), Accords de Chongqing, Traité du 28 février ; volume 208, Chine-France (février 1946-avril 1952).

3 Lin Hua, Chiang Kai-shek, De Gaulle contre Hô Chi Minh, Vietnam 1945-1946, chapitre V, p. 139 et suivantes.

4 MAE Asie-Océanie 1944-1972, Chine, volume 318, Exterritorialité -Juridiction (novembre 1945-janvier1949) voir les différentes dépêches de janvier 1946 à ce sujet.

5 Salan Raoul général, Mémoires, tome 1, quatrième partie, « La fin d’un empire », chapitre VIII.

6 MAE Asie-Océanie 1944-1972, Chine-France, Accords de Chongqing, Traité du 28 février, volume 316 (janvier1946-mai 1947), volume 317 (février 1946-avril 1952).

7 MAE Asie-Océnie 1944-1972, Chine, volume 208, Relations France -Chine nationaliste (février 1946-avril 1952).

8 Ce mot aurait été rapporté par Paul Mus dans son ouvrage Viet-nam, p. 85, inRuscio Alain, op. cit., chapitre V, p. 98.

9 MAE Asie-Océanie 1944-1972, Chine-France nationaliste volume 209, Rapport du général Juin 25 mai 1946 (p. 271), différentes dépêches de Meyrier et du ministre des Affaires étrangères de mars à avril 1946. Voir aussi Lin Hua, Chang Kai-shek, De Gaulle contre Hô Chi Minh, op. cit., p. 271-273.

10 MAE Asie Océanie 1944-1972, Chine, volume 2 (1er janvier-30 avril 1946), télégramme de Meyrier, 27 mars 1946.

11 MAE Asie-Océanie 1944-1972, volume 209, Perruche mai 1946.

12 MAE Asie-Océanie 1944-1972, volume 208, Chine nationaliste-France (février 1946-avril 1952), Meyrier 8 août 1946.

13 Sur le détail de ces négociations voir Jean Sainteny, Histoire d’une paix manquée, 1943-1947, Alain RUSCIO, Les communistes français et la guerre d’Indochine, 1944-1954 ; Édouard Krieg, La tragédie indochinoise, op. cit.

14 MAE Asie-Océanie 1944-1972, volume 251 (décembre 1944-décembre 1955), Liquidation des concessions.

15 MAE Asie-Océanie 1944-1972, ibid., volume 251, Liquidation des concessions.

16 Pour tous ces événements, voir Guillermaz, Histoire du parti communiste, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search