Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques au stade

 | 
André Gounot
, 
Denis Jallat
, 
Benoît Caritey

Deuxième partie. Expressions idéologiques

L'Olympiade populaire de Barcelone 1936 : entre nationalisme catalan, « esprit olympique » et internationalisme prolétarien

André Gounot

Texte intégral

1L'Olympiade populaire, dont la tenue fut empêchée par l'éclatement de la Guerre civile d'Espagne, était conçue comme manifestation anti-fasciste et pacifiste s'opposant aux Jeux olympiques de Berlin. C'était un projet associé dès sa naissance à des intentions politiques évidentes. Il mettait en jeu différentes organisations sportives mais constituait aussi un enjeu pour la « grande politique », correspondant aux intérêts de la politique extérieure soviétique et aux options des gouvernements de front populaire espagnol et catalan. Initiée par l'Internationale rouge sportive (1RS) qui œuvrait comme organisation auxiliaire de l'Internationale communiste (IC ou Komintern selon l'abréviation russe), l'Olympiade populaire devint une entreprise dans laquelle 1'Esquerra republicana de Catalunya (ERC), le parti au pouvoir dans la province autonome de Catalogne, prît une position dominante. Autant dire que pour analyser ce projet, il faudra tenir compte de ses dimensions internationale, nationale et régionale tout en essayant de démêler ce qui relève de l'histoire des mouvements sportifs et ce qui correspond à des interventions de partis et de gouvernements.

  • 1 L'ISL représentait le camp socialiste du sport travailliste. Une troisième (et dernière) Olympiade (...)
  • 2 La première Spartakiade internationale eut lieu à Moscou en 1928, tandis que la deuxième, à Berlin (...)
  • 3 Voir notamment Espagne M., « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèses 17, (...)
  • 4 Eisenberg C., « Kulturtransfer als historischer Prozess. Ein Beitrag zur Komparatistik », Kaelble (...)
  • 5 Les archives du Comité d'organisation de l'Olympiade populaire ayant disparu, il manque toute trac (...)
  • 6 Ce regard ne correspond pas à une comparaison systématique entre deux ou plusieurs événements de l (...)

2On peut supposer que l'agencement de l'Olympiade populaire prend appui sur un double système de référence de ses organisateurs : d'une part, ceux-ci nourrissent leur discours de renvois apologétiques à l'olympisme et à ses valeurs (supposées ou réelles), d'autre part, ils entretiennent des rapports étroits (personnels et/ou idéels) avec le mouvement sportif ouvrier international. Or, ce dernier a établi sa propre culture festive sportive, avec les Olympiades ouvrières de l'Internationale sportive de Lucerne (ISL) à Francfort en 1925 et à Vienne en 1931 d'une part1, et les Spartakiades internationales de l'IRS d'autre part2, les deux se présentant comme des alternatives ouvrières aux Jeux olympiques. Examiner la part des appropriations et des transformations relève à la fois de l'histoire des transferts culturels et de la comparaison historique. Parfois opposées de manière artificielle3, ces deux approches peuvent être complémentaires, ne serait-ce que dans la mesure où la comparaison est nécessaire pour repérer les ressemblances entre deux phénomènes ou deux événements, et pour désigner ainsi des transferts culturels potentiels4. À défaut de sources probantes à ce sujet5, il est requis de s'exprimer seulement en termes de probabilités sur les influences qu'a pu connaître le projet de l'Olympiade ; le regard comparatif, adopté ici6, servira surtout à mieux mesurer le poids de la conjoncture politique ainsi que l'importance des mouvements impliqués et de leurs idéologies, supposant que les intentions politiques spécifiques se traduisent par un infléchissement de certaines constantes de célébrations festives du monde sportif.

  • 7 Rejetant le « cosmopolitisme » auquel il assimile « l'internationalisme prolétarien » et estimant (...)
  • 8 Avec J. MacAloon, « This Great Symbol. Pierre de Coubertin and the Origins of the Modern Olympic G (...)

3L'analyse s'attachera plus particulièrement à deux aspects centraux, envisagés comme indicateurs probables de différences dans le cadre de manifestations sportives internationales : la place du national et l'importance de la performance sportive. En effet, l'olympisme semble marqué par une ambiguïté permanente entre son caractère international voire internationaliste (au sens de Mauss7) et le nationalisme sportif qu'il favorise objectivement, entre l'idée que « l'essentiel est de participer », conforme à une volonté universaliste, et la devise Citius, altius, fortius exprimant la valeur accordée aux performances réalisées par des athlètes courant sous les couleurs de leurs nations8. Les célébrations internationales du mouvement sportif ouvrier ont voulu proposer un modèle différent en mettant en avant l'idée de l'internationalisme prolétarien ainsi qu'une vision du sport où la compétition et les performances ne jouent qu'un rôle mineur. Il s'agira d'examiner en détail comment l'Olympiade populaire se positionne par rapport à ces aspects, selon les déclarations de ses acteurs d'abord, et à travers son programme et ses éléments de mise en scène ensuite.

La genèse du projet et l'alliance entre communistes et républicains de gauche autour de l'« olympisme »

L'émergence de l'Olympiade populaire comme élément d'actions de l'Internationale rouge sportive

  • 9 Sur la naissance du Front populaire en Espagne voir Hermet G., La guerre d'Espagne, Paris, Seuil, (...)
  • 10 Durgan A., « The Catalan fédération and the international communist movement », Centenaire Jules H (...)

4À l'été 1935, le VIIe congrès de l'Internationale communiste confirme et officialise la politique des fronts populaires9. C'est l'expression d'un tournant important : entre 1928 et 1934, les activités communistes reposaient sur la tactique « classe contre classe », autrement dit sur la lutte la plus acharnée contre les socialistes présentés comme les « ennemis principaux du prolétariat » ; désormais, le but est de s'associer avec ceux-ci et également avec des organisations de la « gauche bourgeoise » ou de la « bourgeoisie progressiste » selon les termes utilisés par l'IC, en vue de lutter plus efficacement contre la menace fasciste. Les conditions de réalisation de la politique communiste sont loin d'être idéales en Espagne, où le parti communiste (PCE) joue encore un rôle marginal, même s'il a surmonté sa crise la plus grave du début des années 193010. Cependant, devant l'accentuation des conflits sociaux et politiques, les partis de gauche conviennent d'une alliance pour les élections parlementaires du 16 février 1936, où le Frente popular remporte la victoire. Le cabinet est confié aux républicains de gauche, qui ont obtenu la majorité des voix ; leur leader Manuel Azaña devient chef du gouvernement. Le même scénario se produit en Catalogne où l'Esquerra republicana, parti non-marxiste proche aussi bien des couches moyennes que de la classe ouvrière, prend les rênes du pouvoir.

  • 11 Malgré un certain rapprochement entre les deux Internationales et quelques actions communes, l'uni (...)
  • 12 La FCDO adhère officiellement à l'IRS en 1934. C'est la seule organisation sportive ouvrière en Es (...)

5Les principes de collaboration entre socialistes et communistes puis de constitution de fronts populaires contre le fascisme pénètrent dans le monde du sport travailliste par l'intermédiaire de l'Internationale rouge sportive. Dès l'été 1934, celle-ci propose la fusion avec l'Internationale sportive ouvrière socialiste (ISOS — nom adopté en janvier 1928 par l'Internationale sportive de Lucerne11), avant d'inviter ses sections nationales à œuvrer en faveur d'un regroupement de toutes les organisations sportives se réclamant de l'antifascisme. Ces directives concernent, entre autres, la Federación cultural y deportiva obrera (FCDO), fondée en 1931 à Madrid et comptant près de 10 000 membres12.

  • 13 Internationale Sportrundschau. Zeitschrift für Theorie und Praxis der Körperkultur (revue de l'Int (...)
  • 14 Constituée en janvier 1934, la section catalane de la FCDO ne regroupe que quelques associations. (...)

6Quelques semaines seulement après la victoire du Front populaire, des comités de sport populaire se constituent dans plusieurs régions d'Espagne13 dont la Catalogne, où le sport travailliste ne connaît pourtant qu'un faible rayonnement14. En revanche, la Catalogne a assisté au cours des années

  • 15 Nagel K. J., « Katalonien zwischen 1898 und 1923 », Geschichte und Gesellschaft 20, 1994, p. 349-3 (...)

71920 et surtout après la constitution de la IIe République en avril 1931, à la formation de nombreux groupes sportifs amateurs ne s'inscrivant ni dans le cadre organisationnel du mouvement sportif ouvrier, ni dans celui des fédérations sportives officielles. Ils sont pour l'essentiel attachés à des associations culturelles et de loisir populaires (souvent proches de l'Esquerra republicana) ou à des institutions relevant de différentes formes d'organisation du monde du travail (syndicats, bourses du travail, associations corporatives et coopératives). Loin de se fonder sur une logique d'appartenance et d'idéologie de classe, ces structures réunissant des employés, des artisans et des ouvriers se réfèrent autant à la culture populaire qu'au nationalisme catalan15.

  • 16 Cf. Pujadas X. et Santacana C., L'altra olimpiada. Barcelona'36, Barcelona, Llibres de l'Index, 19 (...)
  • 17 « Abschrift des Briefes des Comité Catalan pro Esport Popular, Barcelona vom 22 April 1936 », RGAS (...)
  • 18 Il s'agit plus précisément de Jaume Ramon Mercader i del Rio (de son vrai nom Ramón López), milita (...)

8La plate-forme idéologique du Comitè català pro Esport popular (CCEP), très semblable à celle de l'Internationale sportive ouvrière socialiste, est bâtie sur l'opposition à toutes tendances militaristes et mercantilistes, sur la priorité donnée à un sport de masse à vocation surtout hygiénique, ainsi que, d'une manière plus générale, sur la volonté de défendre les libertés démocratiques16. Si les républicains de gauche sont majoritaires au sein du CCEP17, le PC garde une influence grâce à la présence active de militants communistes. On peut évoquer Lluís Otín, membre du Secrétariat du CCEP, et, en tant que membre du Comité exécutif, Ramon Mercader, plus connu pour avoir assassiné Léon Trotski en 194018.

  • 19 « 14.1.36. Abschrift. Vertraulich. Entwurf der Beschlüsse des VII. Exekutiv-Plenums des Internatio (...)
  • 20 « Resolution des Sekretariats der Sportintern über die weiteren Aufgaben in Spanien », sans date [ (...)

9L'Internationale rouge sportive lance au début de l'année 1936 l'idée de « jeux sportifs populaires » qui doivent se dérouler en été dans plusieurs pays comme manifestations contre « l'Olympiade hitlérienne » de Berlin19. Mais c'est uniquement à la Federación cultural y deportiva obrera que l'IRS demandera de donner une dimension internationale à ces jeux et, plus particulièrement, d'inviter une représentation soviétique20. Sans doute, cette priorité s'explique par la victoire toute fraîche du Front populaire en Espagne et par les perspectives de développement du sport ouvrier et populaire dans ce pays.

  • 21 Gounût A., « Sport und Inszenierung des sozialistischen Aufbaus : das Projekt der Weltspartakiade (...)
  • 22 Qui accorde d'ailleurs une importance accrue aux relations sportives internationales au cours des (...)

10Notons aussi que le gouvernement soviétique et l'IRS avaient un moment envisagé d'organiser à Moscou, en été 1936, une grande manifestation sportive internationale en signe d'opposition aux Jeux de Berlin21. Dans le contexte des fronts populaires et de l'orientation de la politique extérieure soviétique, depuis 1934, vers une entente avec les pays démocratiques de l'Europe occidentale, la tenue d'une telle manifestation, en dehors du territoire de l'URSS et avec une connotation « moins communiste », devait paraître plus adaptée. Dans tous les cas, eu égard à la fonction de l'IRS comme instance sportive de l'Internationale communiste et à la subordination de cette dernière aux intérêts du gouvernement soviétique, on peut affirmer que la suggestion d'organiser une manifestation internationale contre les Jeux olympiques sous régime national-socialiste était en concordance avec la politique extérieure de l'URSS22.

  • 23 Barcelone est à cette époque la ville espagnole la plus avancée en matière de sport, et la Catalog (...)
  • 24 Dans une lettre adressée le 22 avril 1936 à l'IRS, le CCEP confirme à nouveau la préparation d'une (...)
  • 25 Ce mode de fonctionnement se voit aussi au niveau local, à travers la composition du Comité de sou (...)

11La fédération sportive ouvrière espagnole sollicite le CCEP pour organiser cet événement à Barcelone, sans doute en raison de l'importance à la fois du monde ouvrier et des pratiques sportives en Catalogne23, peut-être aussi à cause de la valeur symbolique de cette ville qui avait terminé deuxième dans la procédure de candidature pour les Jeux olympiques officiels de 1936. Le 3 avril, à travers une interview avec Lluís Otín, Mundo obrero (organe du Parti communiste espagnol) annonce publiquement le projet d'une « contre-olympiade ». L'appellation « Olympiade populaire » apparaît pour la première fois dans l'édition du 20 avril de « Sportrundschau — Pressenachrichten », bulletin de presse de l'IRS24. Pour des raisons tactiques, les communistes resteront discrets sur leur implication réelle sans pour autant renoncer à occuper des positions stratégiques (mais non pas de direction) dans les structures organisationnelles25.

Un événement républicain et catalan

  • 26 Pujadas X. et Santacana C., op. cit., p. 133-135 ; Miravitlles J., Episodis de la guerra civil esp (...)
  • 27 Cf. Sportrundschau — Pressenachrichten, n° 16, 10 juin 1936.
  • 28 Bosch A., Barcelona i l'olimpisme, L'Avenc. revista d'historia, n° 92, avril 1986, p. 32-39.

12Dans la préparation et la propagation de l'événement, l'Esquerra republicana de Catalunya prend une position dominante. À la tête du comité d'organisation figurent trois parlementaires de l'ERC : Josep Antoni Trabal (président), Jaume Miravitlles (secrétaire) et Pere Aznar (vice-président). Quant au rôle de président d'honneur, il est rempli par le président de la Catalogne, Lluís Companys. Le ministre de la Culture Victor Gassol est désigné comme chargé spécial de l'Olympiade populaire26. L'implication du pouvoir politique se traduit également par l'attribution d'une subvention s'élevant à 100 000 pesetas (comme celle donnée par la ville de Barcelone), ou encore la mise à disposition d'avions faisant la publicité de l'événement en volant avec l'inscription « Olimpiada Popular27 ». Le gouvernement espagnol accorde quant à lui la somme de 250 000 pesetas tout en décidant de ne pas soutenir l'envoi d'une délégation aux Jeux olympiques de Berlin28.

  • 29 Ces aspects sont soulignés par Victor Gassol dans Olimpiada Popular de Barcelona. Press Service, n (...)
  • 30 Bosch A., op. cit., Pujadas et Santacana, op. cit., p. 46 et 98-99.
  • 31 Miravitlles, op. cit., p. 36-37.

13À côté de son profond antifascisme, la gauche républicaine a d'autres raisons, idéelles et pragmatiques, de souscrire au projet de l'Olympiade. D'abord, elle noue des relations d'affinité avec le sport populaire pour lequel l'Olympiade fournit une occasion de s'affirmer ; inversement, l'événement permet au gouvernement catalan d'afficher ses ambitions dans le domaine de l'éducation de la jeunesse29. Ses rapports avec le mouvement olympique officiel ne sont pas au mieux depuis la décision du Comité international olympique d'attribuer les Jeux olympiques de 1936 à Berlin, aux dépens de Barcelone. Celle-ci aurait dû être prise lors de la session du CIO du 25 au 27 avril 1931 à Barcelone, mais fut reportée en raison de l'absence de la plupart des membres du CIO (seulement 19 sur 67 étaient venus). Parmi les absents, certains ont peut-être craint des incidents suite à la proclamation de la IIe République espagnole le 14 avril, même si le renversement de la monarchie s'est effectué de manière pacifique. Le changement de régime a par ailleurs conduit des représentants du mouvement olympique espagnol, et plus particulièrement le baron de Guëll, membre du CIO, à retirer leur soutien à la candidature de Barcelone. Finalement, Berlin a obtenu les Jeux après un vote par courrier dont le résultat fut plus tranché que prévu : 43 voix pour Berlin et seulement 16 pour Barcelone (plus 8 abstentions30). Comme l'a indiqué Jaume Miravittles31, certains membres de son parti ont ressenti ce résultat comme un signe d'hostilité à l'égard des nouvelles constellations politiques en Espagne, ce qui a favorisé leur adhésion à l'idée d'une contre-olympiade.

  • 32 Cf. Poblet J. M., Historia de l'Esquerra republicana a Catalunya, Barcelona, Dopesa, 1976.
  • 33 OPB. Press Service, n° 7 (juin 1936) ; La Humanitat, 18 et 19 juillet 1936.
  • 34 « Manifeste de l'Olympiade populaire », RGASPI, 537/II 67.

14Dans tous les cas, l'Olympiade populaire offre une opportunité, du point de vue de l'ERC, de renforcer l'identification de la population au pouvoir en place, non seulement à cause de son caractère de grande fête internationale, mais aussi et surtout en tant que moyen d'expression d'une identité nationale catalane dont l'ERC se pose comme défenseur32. C'est notamment dans ce sens qu'un programme de folklore est élaboré (sous la direction du ministre de la Culture) ; il obtient une telle importance que l'événement finit par s'intituler officiellement « Olimpiada popular — Semana popular del Deporte y del Folklore33 ». C'est moins une concession aux communistes que le reflet de l'idéologie de l'ERC quand libération nationale et internationalisme prolétarien sont juxtaposés, comme dans cette formule du manifeste de l'Olympiade : « Le peuple glorieux de Catalogne a lutté pendant des siècles contre l'oppression sociale et nationale. Ce peuple qui a su et sait lutter pour sa libération accueillera fraternellement les masses laborieuses des autres pays34 [...]. »

Le rapprochement sportif entre communistes et républicains de gauche autour de l'idée olympique

15Le sens de l'Olympiade est présenté de manière largement identique dans la revue de l'IRS « Internationale Sportrundschau » et dans l'organe de l'ERC « La Humanitat ». La convergence des discours sportifs républicain et communiste se construit en premier lieu autour d'une appréciation positive de l'œuvre de Pierre de Coubertin et d'une identification de l'olympisme à la paix, à l'universalisme et à l'antifascisme. Les déclarations du Comité d'organisation sont particulièrement consensuelles quand elles avancent que l'intention de l'Olympiade populaire est de perpétuer les principes olympiques « les plus nobles » :

  • 35 L'Humanité. Organe central du parti communiste (SFIC), 12 mai 1936.

« Les Jeux olympiques de Berlin ont le but de propager l'esprit du national-socialisme, de l'esclavage, de la guerre et de la haine raciale. L'Olympiade populaire de Barcelone, au contraire, veut défendre le véritable esprit olympique qui reconnaît l'égalité des races et des peuples et estime que la paix est la meilleure garantie pour l'éducation saine des sportifs et de la jeunesse de toutes les nations35. »

  • 36 « Manifeste de l'Olympiade populaire », RGASPI, 537/II 67.
  • 37 Archives municipales de Barcelone.

16Ces propos sont répétés dans le manifeste de l'Olympiade qui établit que celle-ci « a faite sienne l'idée et l'esprit olympiques ; elle veut réaliser cette grandiose initiative sous le signe de la Fraternité des hommes et des peuples36 ». Vision soulignée également par l'affiche officielle37 qui présente, sous forme de dessin minimaliste, trois personnes de couleurs de peau différentes (rouge, noir, jaune) portant ensemble, bras tendus et manches retroussées, un drapeau dont la couleur blanche exprime le fond pacifiste. En rouge, est marquée sur le drapeau l'inscription « Olimpiada Popular ». La première lettre est détachée et forme un grand cercle auquel on peut associer l'idée d'intégration et de communauté. En bas à gauche, on aperçoit le blason de la ville et l'indication « Barcelona, 19-26 de juliol 1936 ». Cette symbolique n'est pas éloignée de celle du drapeau olympique, conçu dès 1914 et utilisé pour la première fois en 1920, avec ses cinq cercles de couleurs différentes qui s'imbriquent, signalant l'harmonie et l'unité des différents continents autour du sport.

  • 38 Par « sport bourgeois », les dirigeants du mouvement sportif ouvrier entendaient toutes les organi (...)
  • 39 Sport (revue de la Fédération sportive et gymnique du Travail, Paris), n° 7, 15 novembre 1933.
  • 40 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 117.

17L'idéalisation des « valeurs olympiques » (supposées ou réelles) correspond à une certaine tradition des interprétations du sport émanant des républicains de gauche — qui avaient soutenu, rappelons-le, la candidature de Barcelone aux Jeux olympiques officiels. Par le mouvement sportif ouvrier communiste, ces derniers étaient par contre présentés jusqu'en 1934 comme étant représentatifs d'un sport « bourgeois38 » perverti, mercantile, chauvin et, somme toute, radicalement opposé à la vision d'un « sport sain au service des travailleurs39 ». Le ton est sensiblement différent dans la « résolution sur la question de la lutte contre l'Olympiade hitlérienne » que l'IRS présente à sa conférence de Prague en mars 1936 : « Pendant l'action contre l'Olympiade hitlérienne, il s'agit d'organiser, avec toutes les fédérations et organisations, des manifestations en faveur de la défense de l'idée olympique progressiste et de la liberté du sport40. »

  • 41 L'implication de l'organisation communiste est telle que le siège de ce comité à Paris est identiq (...)
  • 42 Annoncée dans l'édition du 11 mars 1936 de Mundo obrero et réalisée peu après (Sportrundschau — Pr (...)

18Par ailleurs, l'Internationale rouge sportive est à l'origine de la création en décembre 1935 du « Comité international pour la défense de l'idée olympique » dont le but est de coordonner les mouvements d'opposition aux Jeux de Berlin41. La FCDO a initié de son côté la fondation d'un Comité español de Defensa del Espiritu olímpico en mars 193642.

  • 43 Le Conseil supérieur de la culture physique annonce l'envoi à Barcelone de sportifs soviétiques pe (...)

19Le changement des attitudes communistes à l'égard de l'olympisme et, plus généralement, du sport « bourgeois », correspond à un double intérêt. D'abord, une attitude modérée envers les autres organisations du champ sportif s'impose dans le cadre de la politique des fronts populaires. Ensuite, l'Union soviétique envisage de plus en plus sérieusement depuis 1935 son apparition sur la « grande scène » sportive internationale. D'ailleurs, l'envoi d'une équipe performante à l'Olympiade populaire43 se justifie d'autant plus pour les autorités soviétiques que cet événement — qui s'annonce rapidement comme ayant une certaine envergure — tente premièrement d'intégrer les organisations sportives les plus diverses et deuxièmement d'associer sport de masse et sport de haut niveau.

  • 44 Le Peuple (quotidien du Parti ouvrier belge), 1er juillet 1936 ; Miravitlles, op. cit., p. 58-59.
  • 45 D'après les indications de Miravitlles, op. cit., p. 55-59 et Pujadas et Santacana, op. cit., p. 1 (...)

20Ces options ne sont pas sans poser des problèmes idéologiques à l'Internationale sportive ouvrière socialiste : d'une part, celle-ci continue de considérer les principes du sport de haut niveau et des Jeux olympiques comme incompatibles avec la pensée marxiste, d'autre part, elle revendique toujours une séparation stricte entre le sport travailliste et les autres mouvements sportifs, allant jusqu'à poser comme une des conditions pour une éventuelle fusion avec l'IRS la suspension des rencontres entre équipes soviétiques et équipes « bourgeoises ». Reconnaissant l'importance de l'Olympiade comme manifestation de masse contre le fascisme, l'ISOS finit toutefois par encourager la participation de toutes ses sections nationales44. Cette décision contribue au taux élevé de sportifs ouvriers parmi les participants étrangers inscrits à l'Olympiade45.

  • 46 OPB. Press Service, n° 7 (juin 1936) ; Sport, 8 juillet 1936.
  • 47 Décision prise le 18 juin. Cf. OPB. Press Service, n° 6 (juin 1936).
  • 48 La Humanitat, 12 juillet 1936.

21Le nombre d'inscriptions (environ 4 000 sportifs espagnols et 2 000 étrangers46) dépasse d'ailleurs les attentes des organisateurs qui sont conduits à allonger la durée initialement prévue de l'événement en avançant de trois jours la cérémonie d'ouverture. La date finalement retenue est celle du 19 au 26 juillet 193647. Une semaine avant l'événement, les organisateurs calculent en outre avec plus de 20 000 hôtes qui seront à héberger, spectateurs et sportifs confondus48.

Conception et programme

L'autodétermination des peuples comme principe affiché

  • 49 Des associations juives d'Anvers et de Paris avec près de 150 sportifs. Cf. OPB. Press Service,(...)
  • 50 D'après Le Populaire (quotidien du Parti socialiste français),8 juillet 1936 ; Sport, 16 juillet 1 (...)
  • 51 Une équipe de Hongrois exilés à Paris (OPB. Press Service, n° 7, juin 1936).

22L'admission de délégations « nationales » à l'Olympiade populaire fait abstraction de la question d'existence d'un État reconnu par le droit international, ce qui s'explique en tout premier lieu par la différence entre le statut officiel de la Catalogne (intégrée à l'Espagne) et l'idée largement répandue dans cette province d'un « État-Nation catalan ». Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes devient alors un message fort au regard de la liste des délégations : on y trouve premièrement les provinces espagnoles où le nationalisme et le séparatisme sont une composante politique particulièrement importante (la Catalogne, le Pays Basque et la Galicie), deuxièmement des représentations de peuples soumis au colonialisme : l'Algérie, le Maroc espagnol et le Maroc français. En réponse à l'antisémitisme violent propagé en Allemagne national-socialiste, les organisateurs appuient également l'inscription de deux délégations juives, l'une composée d'émigrants49, l'autre apparaissant sous le nom de « Palestine ». Les États officiels représentés, au nombre de 18, sont50 l'Espagne, la France, le Portugal, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique, le Danemark, la Suède, la Norvège, la Suisse, la Tchécoslovaquie, la Hongrie51, la Grèce, l'Union soviétique, le Canada, les États-Unis ainsi que, par l'intermédiaire de quelques sportifs émigrés, l'Allemagne et l'Autriche.

  • 52 Terme utilisé de manière systématique par les organisateurs pour toutes les délégations inscrites.
  • 53 Il s'agissait plus précisément de la « question finlandaise ». Cf. Ueberhorst H., Von Athen bis Mü (...)
  • 54 L'ISL a toléré l'existence d'une section autonome du territoire de l'Alsace et de la Moselle (la F (...)

23Les critères pour l'inscription des « nations participantes52 » n'évoquent qu'en superficie un certain parallèle avec la notion de « géographie sportive » que Pierre de Coubertin a introduite lorsque le CIO était confronté à la question de concordance obligatoire entre données géopolitiques officielles et nations (peuples) représentées aux Jeux olympiques de Stockholm en 191253. L'idée d'une « géographie sportive » était destinée à souligner l'autonomie du mouvement olympique et à lui donner une certaine souplesse de décision en face de problèmes politiques. Quant au mouvement sportif ouvrier international, il a accordé une certaine place aux particularismes régionaux, ethniques ou confessionnels, mais ceci également de manière plutôt pragmatique et sans jamais les mettre en avant54. Les organisateurs de l'Olympiade populaire, par contre, érigent l'autodétermination des peuples en un principe intouchable tout en transformant sa revendication en réalité symbolique provisoire.

Sport de masse et sport de haut niveau

  • 55 Sport, 17 juin 1936.
  • 56 Sport, 24 juin 1936.

24Le terme « Olympiade populaire » repose en principe sur la fusion de deux éléments historiquement dissociés : en effet, pour ce qui concerne les participants, les Jeux olympiques ne sont destinés ni aux couches populaires ni à la masse des pratiquants, mais bien à l'élite sportive (qui, à l'origine, se recoupe fortement avec l'élite sociale) des différentes nations investies dans la compétition. À Barcelone, par contre, tous les sportifs ont le droit de participer, indépendamment d'ailleurs de leur statut d'amateurs ou de professionnels. En dehors des inscriptions de fédérations et d'associations, les participations à titre individuel sont également acceptées55. La structuration des épreuves se fait selon trois niveaux d'excellence pour les sports individuels ; d'après la même logique, les sports collectifs opposent, dans trois différentes catégories, des équipes représentant des nations, des régions et des municipalités. De cette manière, le principe de performance qui détermine la sélection des élites sportives nationales aux Jeux olympiques, n'est pas appliqué de la même manière exclusive à l'Olympiade populaire, sans pour autant être entièrement rejeté. Ainsi, les matchs entre sélections nationales sont prévus à Barcelone, et les « championnats internationaux », synonymes de 1er niveau d'excellence, limitent le nombre de participants à trois par nation pour chaque sport individuel comme le font les Jeux olympiques56.

  • 57 OPB. Press Service, n° 7 (juin 1936).

25Les organisateurs espèrent retrouver à Barcelone les athlètes de haut niveau qui, pour diverses raisons, ne vont pas à Berlin : à côté des meilleurs athlètes d'Espagne et d'Union soviétique, les sportifs ayant décidé de boycotter Berlin et ceux qui ont raté de peu la sélection dans l'équipe olympique. Défendant en cela une idée largement répandue dans les milieux du sport officiel mais aussi en Union soviétique, celle de la corrélation étroite entre hautes performances et sport de masse, les organisateurs soulignent cependant que les prestations de l'élite des participants ont comme vocation principale de mieux propager l'idée du sport populaire. Par ailleurs, l'Olympiade resterait principalement une manifestation de masse57.

  • 58 Internationaler Arbeitersport. Zeitschrift für Fragen der internationalen revolutionären Arbeiters (...)
  • 59 Cf. Nitsch F. « "Wir erlebten, wie Frieden sein kann". Die 1. internationale Arbeiter-Olympiade 19 (...)

26Le principe de catégories d'excellence avait déjà été envisagé pour la Spartakiade internationale à Berlin en 1931 puis pour la Spartakiade mondiale à Moscou58. C'est la libre inscription, collective ou individuelle, aux compétitions sportives qui constitue une nouveauté. Les participants aux compétitions des Spartakiades internationales et des Olympiades ouvrières étaient sélectionnés par leurs fédérations, et leur nombre était ainsi réduit. Le caractère de masse, élément fort notamment des Olympiades ouvrières, ressortait des mouvements d'ensemble des gymnastes, des théâtres et chorales de masse et des défilés. Ainsi, plus de 100 000 sportifs ouvriers se seraient joints au défilé à travers les rues de Francfort lors de la Ire Olympiade ouvrière en 1925. Mais le nombre de participants aux compétitions s'est limité à 1 10059.

  • 60 Cf. OPB. Press Service, n° 5, juin 1936 ; L'Humanité, 18 juillet 1936 ; L'Auto, 19 juillet 1936.
  • 61 La Humanitat, 18 juillet 1936.

27Signalons que les participants aux Olympiades ouvrières de Francfort puis de Vienne (1931) étaient tous membres de l'ISL, les sections de l'Internationale rouge sportive ayant été exclues. Aux Spartakiades de l'IRS en 1928 à Moscou et en 1931 à Berlin, les adhérents de l'organisation socialiste étaient explicitement invités (dans le cadre du « front unique par la base »), mais la direction de l'ISL leur interdit la participation. L'Olympiade populaire rompt radicalement avec toute sorte de sectarisme. Il s'agit non seulement de la première manifestation sportive à laquelle sont inscrites les sections des deux Internationales sportives ouvrières, mais aussi du premier événement auquel entendent participer, aux côtés des sportifs ouvriers, des équipes représentant le mouvement sportif « bourgeois ». La composition de la représentation française (de loin la délégation étrangère la plus importante, avec près de 1 200 sportifs) reflète sans doute le mieux le caractère rassembleur de l'Olympiade populaire. Les sportifs de la Fédération sportive et gymnique du Travail y sont largement majoritaires, mais les fédérations « bourgeoises » d'athlétisme, de rugby, de lutte et d'haltérophilie sont également représentées, tout comme la Fédération féminine française de gymnastique et d'éducation physique, l'Union française des œuvres laïques d'éducation physique (UFOLEP) et l'Office du sport universitaire60. Il convient également de souligner que toutes les fédérations sportives de Catalogne accordent leur soutien à l'Olympiade61.

  • 62 OPB. Press Service, n° 6, juin 1936 (« Tout particulièrement en Espagne, la femme est loin d'être (...)
  • 63 OPB. Press Service, n° 5, juin 1936. À Berlin, l'athlétisme féminin ne recouvrit que six disciplin (...)
  • 64 OPB. Press Service, n° 5, juin 1936. Selon L'Auto du 18 juillet 1936, la délégation française ne c (...)

28Une forte présence féminine est souhaitée avec insistance, non pas dans une optique d'émancipation du prolétariat (qui ne se réduit pas au genre masculin) défendue par le mouvement sportif ouvrier international, mais selon une vision d'émancipation féminine telle qu'elle était plutôt répandue dans les milieux bourgeois. Comme l'indique le bulletin du Comité d'organisation : « Particularly in Spain is woman far from being free. That sport, and above all sport of a general, popular character, is one of the best and most important means of achieving women's freedom, cannot be open to doubt62. » Le programme de Barcelone prévoit des compétitions féminines en athlétisme (9 disciplines), natation, basket-ball et tennis, ainsi que des démonstrations gymniques63. Le nombre de sportives inscrites reste cependant en dessous des attentes64. Mentionnons aussi que l'Olympiade populaire prévoit, comme l'avaient fait au préalable les Olympiades ouvrières et les Spartakiades internationales, la participation active d'enfants, en leur réservant des compétitions de natation, un tournoi de basket-ball et également des démonstrations gymniques.

  • 65 La Humanitat, 18 juillet 1936.
  • 66 Ni dans le programme officiel ni comme sport de démonstration. Cf. Lennartz K., « Vergessene Spiel (...)
  • 67 Sur l'évolution du programme sportif voir OPB. Press Service, n° 5, n° 6 et n° 7 (juin 1936) ; Spo (...)

29Le programme définitif des compétitions comporte 15 sports : football, rugby, handball, basket-ball, tennis, pelote basque, tennis de table, athlétisme, cyclisme, natation, canoë, boxe, lutte, haltérophilie, tir65. Seul le tennis de table n'avait pas encore fait d'apparition aux Jeux olympiques66, alors que le rugby et la pelote basque n'avaient pas figuré dans les programmes des Olympiades ouvrières et des Spartakiades, n'étant pratiqués que dans certaines fédérations sportives ouvrières. La boule et le base-ball apparaissent provisoirement dans le programme sportif de l'Olympiade populaire67. En fait, celui-ci n'est pas fixé de manière unilatérale par les organisateurs mais résulte en large partie de propositions soumises par les différentes fédérations participantes. Il ne repose pas sur des conceptions théoriques précises vis-à-vis des pratiques sportives mais reflète plutôt, avec son caractère improvisé, l'esprit du sport populaire tel qu'il s'est développé en Catalogne.

  • 68 Devant la menace fasciste, les deux Internationales sportives ouvrières ont encouragé ce type de p (...)

30Par rapport aux grandes fêtes sportives ouvrières internationales de 1931, le programme sportif de Barcelone se distingue surtout par une absence notoire : celle de concours de Wehrsport (terme allemand difficile à traduire en français, revêtant le double sens de « sport de défense » et de « sport para-militaire »)68. En effet, ce type de concours aurait été non seulement en décalage par rapport au motif pacifiste de l'Olympiade, mais aussi par rapport aux caractéristiques du sport populaire catalan.

Le programme culturel et la cérémonie d'ouverture

  • 69 Sur les concours d'art aux Jeux olympiques cf. Stanton R., The Forgotten Olympic Art Competitions. (...)
  • 70 OPB. Press Service, n° 7, juin 1936.

31La liaison étroite entre sport, art et culture qu'entend établir l'Olympiade populaire peut suggérer une réception du modèle des Jeux olympiques. Lors de sa conférence en 1906, le CIO avait décidé d'intégrer dans le programme olympique des concours d'architecture, de sculpture, de peinture et de littérature où pouvaient être présentées des œuvres faisant référence à l'idée olympique. Ces concours artistiques — à l'issue desquels des médailles étaient attribuées au même titre que pour les trois premiers des compétitions sportives — ont eu lieu pour la première fois à l'occasion des Jeux olympiques de Stockholm en 191269. Dans le cadre de l'Olympiade populaire, la commission d'art prépare des expositions de peinture, de sculpture et de photographies de même qu'un concours de littérature, avec comme directive aux artistes de faire allusion aux valeurs du sport populaire ou de « remettre des œuvres traitant des thèmes sociaux à partir d'un point de vue progressiste70 ». La Humanitat annonce dès le 18 juillet qu'un prix littéraire sera attribué à un texte sur « l'importance de la femme dans le sport », un autre à une contribution au thème de la natation.

  • 71 OPB. Press Service, n° 7, juin 1936 ; Miravittles, op. cit., p. 56.
  • 72 Paroles publiées dans Miravitlles, op. cit., p. 63.
  • 73 Sur l'hymne des Jeux olympiques de Berlin cf. Höfer A., Der Olympische Friede. Anspruch und Wirkli (...)

32L'« Hymne à l'Olympiade populaire », dont la musique est composée par Hanns Eisler71, célèbre la rencontre sportive sous les signes de la paix, de la joie et de la fraternité72. Au niveau des thèmes et des contenus, les paroles de l'écrivain catalan Josep M. de Sagarra présentent de nombreuses analogies avec l'hymne des Jeux olympiques de Berlin, ce qui n'est certainement pas dû à une éventuelle réception littéraire mais à la référence commune (même si c'est avec des intentions distinctes) à l'idée olympique de la paix73. On peut cependant relever une différence significative : alors que les derniers vers de Sagarra expriment le souhait « que tous les peuples deviennent plus grands et plus libres », l'hymne des Jeux de Berlin n'utilise à aucun endroit le terme de « liberté ».

  • 74 Le stade de Montjuic, avec une capacité d'accueil de 72 000 spectateurs, fut construit pour l'Expo (...)

33L'hymne de l'Olympiade remplace en quelque sorte le chant de l'Internationale qui accompagne habituellement les cérémonies des grandes fêtes sportives ouvrières, et donne son propre leitmotiv à l'événement de Barcelone, à l'image des compositions qui ont agrémenté un certain nombre de Jeux olympiques depuis 1896. Contrairement aux Olympiades ouvrières et aux Spartakiades internationales, aucune représentation de théâtre de masse à thème politique n'est prévue à Barcelone, ni d'ailleurs de défilé du stade vers la ville comme à Francfort puis à Vienne. Par contre, le programme de l'Olympiade accorde une importance majeure aux spectacles de musique et de danse. De nombreux groupes de folklore de différents pays et régions sont attendus, rassemblant en tout 3 000 personnes qui se joindraient aux sportifs lors du défilé d'ouverture de l'Olympiade au grand stade de Montjuic74 — signe le plus évident de la juxtaposition du sport et de la culture.

  • 75 Alkemeyer T., Körper, Kult und Politik. Von der'Muskelreligion' Pierre de Coubertins zur Inszenier (...)

34Le défilé serait suivi de courts discours de bienvenue du secrétaire et du président du Comité d'organisation (respectivement Jaume Miravitlles et Josep A. Trabal), puis du maire de Barcelone Carles Pi i Sunyer, avant que le président de la Catalogne Lluis Companys n'ouvre officiellement l'Olympiade. Cet ordre des intervenants est aussi significatif que l'absence de discours de représentants du gouvernement espagnol ou d'organisations sportives internationales. L'ouverture par le personnage remplissant d'un point de vue catalan le rôle de « chef de l'État » correspond d'ailleurs (consciemment ou inconsciemment) au protocole olympique tel qu'il a été retenu par Pierre de Coubertin75.

  • 76 OPB. Press Service, n° 7, juin 1936.
  • 77 La Humanitat, 16 juillet 1936.

35Par la suite, cinq chorales de Barcelone chanteraient Juny et Els segadores (les faucheurs), l'hymne de la Catalogne composé par Lluís Millet i Pages (1867-1941). Viendrait alors un intermède sportif dont le sens principal est de faire ressortir le caractère de masse de la manifestation76 : une course internationale de relais 20 fois 500 mètres entre équipes représentant des villes et une démonstration de gymnastique éducative par 1 000 gymnastes77. Alors que les mouvements d'ensemble des gymnastes constituent un élément « classique » des fêtes sportives ouvrières (et, bien entendu, des fêtes proposées par des fédérations gymniques), l'idée du relais inter-municipal comme partie intégrante de la cérémonie d'ouverture semble nouvelle.

  • 78 Portail Culture Pyrénées-Méditerrannée (www.euroregion-epm.org) consulte le 6 juin 2006.

36Toujours selon le programme tel qu'il paraît le 18 juillet dans La Humanitat, après des danses présentées par deux groupes catalans, un dernier discours serait prononcé par le ministre de la Culture catalan pour annoncer en apothéose le « Grand festival nocturne de folklore », divisé en trois parties : un chant choral exécuté par mille Barcelonais d'abord, des concerts de six groupes catalans de folklore ensuite, et enfin, des danses catalanes suivies par le spectacle de La Patum, fête populaire née dans la ville catalane de Berga tenant son nom du rythme lancinant des tambours accompagnant le cortège carnavalesque78.

  • 79 Arbeiter-Turn-Zeitung (revue de l'Arbeiter-Turn- und —Sportbund, Leipzig), 29 juillet 1931.
  • 80 Alkemeyer, Körper, Kult und Politik, p. 202.

37Aucun « serment des participants » n'est prévu, ni de type ouvertement politique comme à Vienne en 1931 (serment sur la volonté à concourir à la libération de la classe ouvrière79), ni sur « l'esprit olympique » comme aux cérémonies d'ouverture des Jeux olympiques (depuis Anvers 1920). De la même manière, aucune flamme à vocation symbolique n'est allumée ; cet élément avait été introduit lors des Jeux d'Amsterdam en 1928 et copié par ailleurs à l'Olympiade ouvrière de Vienne. Enfin, il manque tout signe évident de la prédominance de l'esprit international ou internationaliste. Aux grandes manifestations du sport travailliste, par contre, l'incantation de L'Internationale rappelle à un moment voulu que le rassemblement se fait autour de l'idéal de l'internationalisme prolétarien, et la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques inclut (depuis 1920) l'arrivée solennelle dans le stade du drapeau avec les cinq cercles, symbole de l'internationalisme olympique, qui est ensuite hissé au-dessus des drapeaux des nations participantes80.

  • 81 Cf. MacAloon J., « Olympic Games and the Theory of Spectacle in Modern Societies », idem (dir.), R (...)

38L'ouverture de l'Olympiade populaire, où l'arrangement rituel prend finalement assez peu de place, revêt en premier lieu le caractère d'une fête-spectacle mettant en valeur la culture et l'identité de la Catalogne. Les groupes de folklore étrangers participent au défilé, mais ne contribuent pas aux présentations. On peut de ce point de vue établir un certain parallèle avec l'ouverture des Jeux olympiques à Los Angeles en 1932 qui a donné lieu à un spectacle visuel et musical avec 3 000 acteurs mettant en scène l'histoire des États-Unis. L'accentuation d'une mythologie nationale dans le cadre festif des Jeux olympiques constitue d'ailleurs un fait nouveau, repris et amplifié en 1936 à Berlin81.

  • 82 Kirsch H. C., Der Spanische Bürgerkrieg in Augenzeugenberichten, Düsseldorf, Karl Rauch Verlag, 2e(...)
  • 83 Le Peuple, 22 juillet 1936.

39Une autre innovation des Jeux de Los Angeles concerne la cérémonie de remise des médailles, où les vainqueurs montent sur le podium et où le drapeau de leur pays est hissé, ce qui renforce l'idée de représentation sportive de la nation, déjà soulignée depuis 1908 par l'entrée des sportifs derrière les drapeaux de leurs nations lors de la cérémonie d'ouverture. Le programme de Barcelone ne donne pas de détails sur le défilé ; on peut cependant supposer que les drapeaux des nations étrangères participantes auraient été absents — de la même manière qu'aux Olympiades ouvrières et aux Spartakiades internationales — alors que le drapeau catalan aurait flotté dans le stade, à côté de celui de l'Espagne. En tout cas, suite au soulèvement des troupes de Franco au Maroc, le 17 juillet, Lluís Company ordonne de garder en place ces deux drapeaux, alors qu'il indique aux spectateurs de renoncer aux drapeaux rouges et aux chants révolutionnaires afin d'éviter tout ce qui pourrait être considéré comme une provocation par les adversaires politiques82. Les nombreux participants et visiteurs étrangers arrivés dès le 18 juillet assistent cependant le lendemain matin aux premières batailles sanglantes de la Guerre civile d'Espagne. Deux jours plus tard, la décision de renoncer à la tenue de l'Olympiade est prise83.

Conclusion

40Le projet de l'Olympiade populaire s'inscrit tout d'abord dans une configuration politique européenne où la gauche, provisoirement unie, s'oppose aux mouvements et régimes fascistes. Mais au cours des trois mois de préparation, l'Olympiade se dessine progressivement comme une tribune internationale permettant l'affichage de la culture et de la revendication d'indépendance nationale catalanes. Elle reproduit à sa manière le jeu subtil entre nationalisme et internationalisme si caractéristique du mouvement olympique officiel. Le « pays organisateur », qui n'est pas, en l'occurrence, un État officiellement reconnu, est d'autant plus facilement mis en avant que l'internationalisme prolétarien incarné par le sport travailliste, composante idéologique et organisationnelle importante de l'Olympiade, va à l'encontre de toute symbolique soulignant les identités nationales des États représentés.

  • 84 Ces notions n'ont pas été définies de manière précise par le mouvement olympique. C'est justement (...)

41La combinaison entre une certaine ouverture idéologique, concomitante d'absence de discours renvoyant à la notion de lutte des classes, et l'enracinement dans une culture politique de gauche, fondée en tout premier lieu sur l'antifascisme, a sans aucun doute contribué au rayonnement du projet. Aussi, ses propagateurs s'appuient avec succès sur une notion suffisamment vague pour être utilisée dans différents sens : celle de « l'idée olympique », de « l'esprit olympique » ou encore de « l'olympisme84 ». En effet, l'Olympiade de Barcelone se pose à la fois comme manifestation de protestation contre les Jeux olympiques « hitlériens » de Berlin et comme projet de défense d'un « esprit olympique » confondu essentiellement avec l'idée d'égalité des races et des peuples et la coexistence pacifique des nations. Mais c'est au même « pacifisme olympique » que les Jeux de Berlin doivent une partie de leur réussite propagandiste.

  • 85 Par rapport aux Spartakiades internationales, cette différenciation semble moins nette dans la mes (...)

42Le trait distinctif le plus fort de l'Olympiade populaire relève des principes de participation reposant à la fois sur l'idée d'autodétermination des peuples, sur l'unité des sportifs antifascistes (au-delà des clivages politiques et organisationnels) et sur la juxtaposition de sport de masse et de sport de haut niveau. Son programme et les éléments de sa cérémonie d'ouverture correspondent à un choix aussi éclectique que partiel de pratiques établies par le mouvement olympique et le mouvement sportif ouvrier international, auquel s'ajoutent quelques ingrédients contribuant à la spécificité de la manifestation et à la transmission de ses intentions. C'est la prégnance du nationalisme catalan et l'absence de messages politiques clairement identifiables au mouvement ouvrier qui fait que l'arrangement symbolique de l'Olympiade est finalement plus proche (tout en restant différent) de celui des Jeux olympiques de Los Angeles que des Olympiades ouvrières — résolument internationalistes — du sport travailliste d'obédience socialiste85. L'implication forte du gouvernement rapproche également l'Olympiade populaire des Jeux olympiques officiels — que les républicains de gauche auraient en réalité souhaité accueillir à Barcelone. Cependant, malgré — ou justement à cause de — ses ressemblances diverses, ce projet indissociable de la conjoncture politique de 1936 semble avant tout se caractériser par son particularisme, ceci à tel point qu'il serait sans doute difficile de le classer à l'intérieur d'une typologie des manifestations sportives, quels qu'en soient les critères retenus.

Notes

1 L'ISL représentait le camp socialiste du sport travailliste. Une troisième (et dernière) Olympiade ouvrière a eu lieu à Anvers en 1937. Pour une vue d'ensemble des Olympiades ouvrières voir Teichler H. J., « Der Friedensidee unter den Völkern dienen. Die Internationale Arbeiter-Olympiaden von Frankfurt/ M. (1925), Wien (1931) und Antwerpen (1937) », Sporthistorische Blätter, n° 7-8, 2000, p. 189-195.

2 La première Spartakiade internationale eut lieu à Moscou en 1928, tandis que la deuxième, à Berlin en 1931, ne put se dérouler qu'en partie, ayant été officiellement interdite par le ministre de l'Intérieur de la Prusse. La « Spartakiade mondiale », annoncée pour 1933 à Moscou puis reportée dans un premier temps à 1934 fut annulée, probablement pour des raisons de politique extérieure. Mais son programme avait déjà été établi en détail et participe ainsi des expériences et compétences dont disposent les dirigeants de l'IRS, et plus particulièrement Andrés Martin, membre de l'exécutive de l'IRS et secrétaire de la section espagnole, chargé de l'organisation technique de l'Olympiade populaire. Sur l'IRS et ses Spartakiades voir Gounot A., Die Rote Sportinternationale 1921-1937. Kommunistische Massenpolitik im europäischen Arbeitersport, Münster, LIT Verlag, 2002 ; Gounot A., « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communisme », Cahiers d'Histoire, n° 88, 2002, p. 59-76.

3 Voir notamment Espagne M., « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèses 17, 1994, p. 102-121.

4 Eisenberg C., « Kulturtransfer als historischer Prozess. Ein Beitrag zur Komparatistik », Kaelble Hartmut et Schriewer Jürgen (dir.), Vergleich und Transfer. Komparatistik in den Sozial-, Geschichtsund Kulturwissenschaften, Frankfurt/New York, Campus, 2003, p. 399-411.

5 Les archives du Comité d'organisation de l'Olympiade populaire ayant disparu, il manque toute trace des débats et des processus de décision concernant le programme sportif et culturel et les aspects cérémoniels. On doit aussi noter l'absence de sources sur l'Olympiade populaire aux archives du Parti communiste espagnol à Madrid. En revanche, des documents internes de l'IRS donnent d'importants éclairages sur la naissance et le sens du projet de l'Olympiade populaire. Ceux-ci se trouvent dans le fonds 537 (« Sportintern, 1921-1937 ») aux archives sociales et politiques de la Fédération de Russie (Rossiiskii gosudarstvennyj arkhiv sotsial'no-politicheskoi istorii, RGASPI), à Moscou. Nous avons également consulté des documents publiés et non publiés émanant de l'ISL à la Friedrich-Ebert-Stiftung (Bonn), Archiv der sozialen Demokratie (fonds « Internationale sportive ouvrière socialiste [J. Devlieger] 1924-1936 »). Les périodiques mentionnés en notes de bas de page ont été consultés dans différentes bibliothèques à Barcelone, Madrid, Paris, Bruxelles et Berlin.

6 Ce regard ne correspond pas à une comparaison systématique entre deux ou plusieurs événements de la même période historique ; il se dirige plutôt vers des éléments généraux constitutifs des Jeux olympiques et des manifestations sportives ouvrières internationales, prenant en compte le double système de référence des organisateurs de l'Olympiade que nous avons évoqué. Sur la méthodologie comparative, nous avons consulté notamment Kaelble H., Der historische Vergleich. Eine Einführung zum 19 und 20 Jahrhundert, Frankfurt a.M./New York, Campus, 1999 ; Haupt H.-G., Kocka J. (dir.), Geschichte und Vergleich. Ansätze und Ergebnisse international vergleichender Geschichtsschreibung, Frankfurt a.M./New York, Campus, 1996 ; Kaelble H., Schriewer J. (dir.), Vergleich und Transfer. Komparatistik in den Sozial-, Geschichts- und Kulturwissenschaften, Frankfurt a.M./New York, Campus, 2003.

7 Rejetant le « cosmopolitisme » auquel il assimile « l'internationalisme prolétarien » et estimant que « inter-nation, c'est le contraire d'a-nation », Mauss définit l'internationalisme comme « l'ensemble des idées, sentiments et règles et groupements collectifs qui ont pour but de concevoir et diriger les rapports entre les nations et entre les sociétés en général » (Mauss M., « La nation et l'internationalisme », idem, Œuvres, Cohésion sociale et division de la sociologie, vol. 3, Paris, Les Éditions de Minuit, 1969, p. 626-634). Sur l'ancrage du mouvement olympique dans un mouvement plus large, à la fin du xixe siècle, de constitution d'organisations internationales reflétant l'existence des nations tout comme la prégnance des nationalismes voir Hargreaves J., « Olympism and Nationalism : Some Preliminary Consideration », International Review for the Sociology of Sport 27, 1992, p. 119-133 ; Hoberman J., « Toward a Theory of Olympic Internationalism », Journal of Sport History 22, 1995, n° 1, p. 1-37.

8 Avec J. MacAloon, « This Great Symbol. Pierre de Coubertin and the Origins of the Modern Olympic Games », Chicago/London, The University of Chicago Press, 1984, p. 271 ; et Alkemeyer T., « Die Wiederbegründung der Olympischen Spiele als Fest einer Bürgerreligion », Gebauer G. (dir.), Olympische Spiele — die andere Utopie der Moderne. Olympia zwischen Kult und Droge, Frankfurt, Surhrkamp, 1996, p. 80 ; nous estimons que les Jeux olympiques de l'ère moderne sont, dès leur introduction, à la fois reflet et vecteur d'une représentation idéalisée d'un monde régi par la rivalité entre nations.

9 Sur la naissance du Front populaire en Espagne voir Hermet G., La guerre d'Espagne, Paris, Seuil, 1989, p. 70-88 ; Broué P., Histoire de l'Internationale communiste. Paris, Librairie Arthème Fayard, 1997, p. 675-678 ; pour une perspective internationale Alexander M. S. et Graham H, The French and Spanish Popular Fronts. Comparative Perspectives, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; Wolikow S. et Bleton-Ruget A., Antifascisme et nation. Les gauches européennes au temps du Front populaire, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1998.

10 Durgan A., « The Catalan fédération and the international communist movement », Centenaire Jules Humbert-Droz, Actes du colloque sur l'Internationale communiste, La Chaux-de-Fonds, 25-28 septembre 1991, La Chaux-de-Fonds, Fondation Jules Humbert-Droz, 1992, p. 287. En 1931, le PCE ne compte que 7 810 membres, dont seulement 450 en Catalogne. Cf. « Situación de la organización del Partido comunista de España », sans date (1931), Archivo historico del Partido comunista de España, Madrid.

11 Malgré un certain rapprochement entre les deux Internationales et quelques actions communes, l'unité organisationnelle ne sera jamais réalisée.

12 La FCDO adhère officiellement à l'IRS en 1934. C'est la seule organisation sportive ouvrière en Espagne, le Parti socialiste n'ayant pas pris d'initiatives dans ce domaine.

13 Internationale Sportrundschau. Zeitschrift für Theorie und Praxis der Körperkultur (revue de l'Internationale rouge sportive), 1936, p. 101, 171.

14 Constituée en janvier 1934, la section catalane de la FCDO ne regroupe que quelques associations. En 1935, elle obtient cependant le statut d'une fédération sportive ouvrière autonome, selon la même logique qui avait conduit l'IC à accorder en 1932 l'autonomie organisationnelle (assez théorique au regard des structures centralistes du mouvement communiste international) au Parti communiste catalan. Cf. Catalunya Roja. Organ del Partit comunista de Catalunya, 1er février, 21 juin et 26 juillet 1934 ; Internationale Sportrundschau, 1935 (décembre), p. 502.

15 Nagel K. J., « Katalonien zwischen 1898 und 1923 », Geschichte und Gesellschaft 20, 1994, p. 349-363.

16 Cf. Pujadas X. et Santacana C., L'altra olimpiada. Barcelona'36, Barcelona, Llibres de l'Index, 1990. p. 121-134.

17 « Abschrift des Briefes des Comité Catalan pro Esport Popular, Barcelona vom 22 April 1936 », RGASPI 537/II 67.

18 Il s'agit plus précisément de Jaume Ramon Mercader i del Rio (de son vrai nom Ramón López), militant de la Juventud comunista depuis 1931. Cf. Martínez de Sas M. T. et Pages i Blanch P (dir.), Diccionario biografic del moviment obra alspaïses catalan, Edicions de la Universitat de Barcelona, Publicaciono de l'Abadia de Montserrat, 2000, p. 894-895.

19 « 14.1.36. Abschrift. Vertraulich. Entwurf der Beschlüsse des VII. Exekutiv-Plenums des Internationalen Verbandes der Arbeiter- und Bauernsportorganisationen », RGASPI, 537 I 44 ; Internationale Sportrundschau, 1936, p. 117.

20 « Resolution des Sekretariats der Sportintern über die weiteren Aufgaben in Spanien », sans date [mars 1936], RGASPI, 537 I 218.

21 Gounût A., « Sport und Inszenierung des sozialistischen Aufbaus : das Projekt der Weltspartakiade in Moskau (1931-1934) », Malz A., Rohdewald S. et Wiederkehr S. (dir.), Sport zwischen Ost und West. Beiträge zur Sportgeschichte im 19 und20 Jahrhundert, Osnabrück, Fibre, 2007, p. 75-91.

22 Qui accorde d'ailleurs une importance accrue aux relations sportives internationales au cours des années 1930.

23 Barcelone est à cette époque la ville espagnole la plus avancée en matière de sport, et la Catalogne, région industrielle principale de la péninsule ibérique, compte un tiers de la population ouvrière urbaine du pays.

24 Dans une lettre adressée le 22 avril 1936 à l'IRS, le CCEP confirme à nouveau la préparation d'une fête sportive sous le nom « d'Olympiade populaire » tout en demandant un renforcement de la collaboration avec l'IRS. Cf. « Abschrift des Briefes des Comité Catalan pro Esport Popular vom 22 April 1936 », RGASPI, 537 II 67. Cette lettre fait référence à une autre, envoyée précédemment du CCEP à l'IRS, ce qui explique pourquoi l'IRS a pu annoncer officiellement la tenue de l'Olympiade populaire dès le 20 avril.

25 Ce mode de fonctionnement se voit aussi au niveau local, à travers la composition du Comité de soutien de l'Olympiade populaire établi dans la ville catalane de Reus. Dans son comité de propagande, la vice-présidence appartient au Partit comunista català (alors que la Juventuts d'Estat català assure la présidence), et la fonction de trésorier est occupée par un représentant du Secours rouge international, une des nombreuses structures auxiliaires du Komintern (composition du comité indiquée par Pujadas X. et Santacana C., op. cit., p. 165).

26 Pujadas X. et Santacana C., op. cit., p. 133-135 ; Miravitlles J., Episodis de la guerra civil espanyola. Barcelona, Portic, 1972, p. 38 et 51-52 ; La Humanitat (quotidien de l'Esquerra republicana de Catalunya), 18 juillet 1936. Miravitlles a adhéré à l'ERC en 1934 après avoir été militant du Parti communiste puis un des leaders du Bloc Obrer i Camperol (organisation marxiste à tendance trotskiste). Cf. Martinez de Sas et Pages i Blanch, op. cit., 2000, p. 913-914.

27 Cf. Sportrundschau — Pressenachrichten, n° 16, 10 juin 1936.

28 Bosch A., Barcelona i l'olimpisme, L'Avenc. revista d'historia, n° 92, avril 1986, p. 32-39.

29 Ces aspects sont soulignés par Victor Gassol dans Olimpiada Popular de Barcelona. Press Service, n° 6, juin 1936 (cet organe sera cité dès à présent sous le nom « OPB. Press Service ») et par Trabal (La Humanitat, 14 juillet 1936).

30 Bosch A., op. cit., Pujadas et Santacana, op. cit., p. 46 et 98-99.

31 Miravitlles, op. cit., p. 36-37.

32 Cf. Poblet J. M., Historia de l'Esquerra republicana a Catalunya, Barcelona, Dopesa, 1976.

33 OPB. Press Service, n° 7 (juin 1936) ; La Humanitat, 18 et 19 juillet 1936.

34 « Manifeste de l'Olympiade populaire », RGASPI, 537/II 67.

35 L'Humanité. Organe central du parti communiste (SFIC), 12 mai 1936.

36 « Manifeste de l'Olympiade populaire », RGASPI, 537/II 67.

37 Archives municipales de Barcelone.

38 Par « sport bourgeois », les dirigeants du mouvement sportif ouvrier entendaient toutes les organisations sportives officielles aux échelles nationale et internationale, comme par exemple la Fédération française de football, la FIFA, et — aussi et surtout — le CIO.

39 Sport (revue de la Fédération sportive et gymnique du Travail, Paris), n° 7, 15 novembre 1933.

40 Internationale Sportrundschau, 1936, p. 117.

41 L'implication de l'organisation communiste est telle que le siège de ce comité à Paris est identique de celui du Bureau occidental clandestin de l'IRS. Cf. « Zur gegenwärtigen Lage der Sportbewegung und der Perspektiven ihrer weiteren Entwicklung, 9 Januar 1937, von C. Aksamit », RGASPI, 537/I 219. Sur les activités officielles du « Comité international pour la défense de l'idée olympique », voir Brohm J.-M., Jeux olympiques à Berlin, Bruxelles, Éditions Complexe, 1983, p. 70-80.

42 Annoncée dans l'édition du 11 mars 1936 de Mundo obrero et réalisée peu après (Sportrundschau — Pressenachrichten, n° 8, 19 mars 1936).

43 Le Conseil supérieur de la culture physique annonce l'envoi à Barcelone de sportifs soviétiques performants dans toutes les disciplines. Cf. Sportrundschau — Pressenachrichten, n° 16, 10 juin 1936.

44 Le Peuple (quotidien du Parti ouvrier belge), 1er juillet 1936 ; Miravitlles, op. cit., p. 58-59.

45 D'après les indications de Miravitlles, op. cit., p. 55-59 et Pujadas et Santacana, op. cit., p. 192-202.

46 OPB. Press Service, n° 7 (juin 1936) ; Sport, 8 juillet 1936.

47 Décision prise le 18 juin. Cf. OPB. Press Service, n° 6 (juin 1936).

48 La Humanitat, 12 juillet 1936.

49 Des associations juives d'Anvers et de Paris avec près de 150 sportifs. Cf. OPB. Press Service, n° 7 (juin 1936) ; Sport, 16 juillet 1936.

50 D'après Le Populaire (quotidien du Parti socialiste français),8 juillet 1936 ; Sport, 16 juillet 1936.

51 Une équipe de Hongrois exilés à Paris (OPB. Press Service, n° 7, juin 1936).

52 Terme utilisé de manière systématique par les organisateurs pour toutes les délégations inscrites.

53 Il s'agissait plus précisément de la « question finlandaise ». Cf. Ueberhorst H., Von Athen bis München. Die modernen Olympischen Spiele, der olympische Gedanke, der deutsche Beitrag, München/ Berlin/Frankfurt a.M., Bartels & Wernitz, 2e édition, 1971, p. 24-25.

54 L'ISL a toléré l'existence d'une section autonome du territoire de l'Alsace et de la Moselle (la Fédération sportive du Travail d'Alsace et de Lorraine, FSTAL) et de quatre sections de la Pologne (une de la minorité ukrainienne, une autre de la minorité allemande, une juive, et enfin une polonaise) même si elle aurait préféré des fédérations nationales uniques. L'IRS a accueilli la FSTAL après son exclusion, pour raisons politiques, de l'ISL en 1929, puis la FCDO de Catalogne, en 1935.

55 Sport, 17 juin 1936.

56 Sport, 24 juin 1936.

57 OPB. Press Service, n° 7 (juin 1936).

58 Internationaler Arbeitersport. Zeitschrift für Fragen der internationalen revolutionären Arbeitersportbewegung (revue de l'Internationale rouge sportive), 1932, p. 26.

59 Cf. Nitsch F. « "Wir erlebten, wie Frieden sein kann". Die 1. internationale Arbeiter-Olympiade 1925 », Hauk G. et Teichler H. J. (dir.), Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, Berlin-Bonn, Dietz, 1987, p. 205-206.

60 Cf. OPB. Press Service, n° 5, juin 1936 ; L'Humanité, 18 juillet 1936 ; L'Auto, 19 juillet 1936.

61 La Humanitat, 18 juillet 1936.

62 OPB. Press Service, n° 6, juin 1936 (« Tout particulièrement en Espagne, la femme est loin d'être libre. Il est hors de doute que le sport, et avant tout les activités sportives générales, de caractère populaire, constituent l'un des meilleurs et des plus importants moyens de réaliser la liberté des femmes »).

63 OPB. Press Service, n° 5, juin 1936. À Berlin, l'athlétisme féminin ne recouvrit que six disciplines.

64 OPB. Press Service, n° 5, juin 1936. Selon L'Auto du 18 juillet 1936, la délégation française ne compta qu'environ 10 % de femmes.

65 La Humanitat, 18 juillet 1936.

66 Ni dans le programme officiel ni comme sport de démonstration. Cf. Lennartz K., « Vergessene Spiele bei den Olympischen Spielen », Gounot A., Niewerth T. et Pfister G. (dir.), Welt der Spiele. Politische, soziale und pädagogische Aspekte, Proceedings of the 2nd ISHPES Congress, Part II, Sankt Augustin, Academia, 1996, p. 118-128.

67 Sur l'évolution du programme sportif voir OPB. Press Service, n° 5, n° 6 et n° 7 (juin 1936) ; Sport, 24 juin, 8 et 16 juillet 1936 ; Le Populaire, 18 juillet 1936.

68 Devant la menace fasciste, les deux Internationales sportives ouvrières ont encouragé ce type de pratiques. À Vienne, les concours de « Wehrsport », opposant des équipes de neuf personnes, furent composés d'un triathlon (course de 100 m, saut en longueur et lancer de massue), de concours de tir, de courses d'obstacles et de relais associant course à pied et cyclisme. Le programme de la Spartakiade internationale de Berlin prévoyait une variante ouvrière du pentathlon moderne, avec ces cinq disciplines : nage libre, course cycliste, lancer de massue, tir de petit calibre et course de cross-country. Cf. Gounot A., « Communisme "offensif" contre socialisme "défensif" ? Le mouvement sportif ouvrier européen et la perspective de la guerre civile, 1919-1934 », Communisme, Revue d'études pluridisciplinaires, n° 78-79, 2004, p. 83-104.

69 Sur les concours d'art aux Jeux olympiques cf. Stanton R., The Forgotten Olympic Art Competitions. The Story of the Olympic art Competitions of the 20th Century, Victoria, Trafford Publishing, 2001 ; Kramer B., In search of the lost champions of the Olympic art contests, Journal of Olympic History 12 (2), 2004, p. 29-34.

70 OPB. Press Service, n° 7, juin 1936.

71 OPB. Press Service, n° 7, juin 1936 ; Miravittles, op. cit., p. 56.

72 Paroles publiées dans Miravitlles, op. cit., p. 63.

73 Sur l'hymne des Jeux olympiques de Berlin cf. Höfer A., Der Olympische Friede. Anspruch und Wirklichkeit einer Idee, Sankt Augustin, Academia, 1994, p. 165-166.

74 Le stade de Montjuic, avec une capacité d'accueil de 72 000 spectateurs, fut construit pour l'Exposition universelle de 1929. À part la cérémonie d'ouverture, les principales compétitions de l'Olympiade populaire devaient avoir lieu dans ce stade (qui avait été proposé comme lieu central dans le cadre de la candidature de Barcelone pour les Jeux olympiques de 1936 et qui, sous forme modernisée, a accueilli les Jeux olympiques de 1992).

75 Alkemeyer T., Körper, Kult und Politik. Von der'Muskelreligion' Pierre de Coubertins zur Inszenierung von Macht in den Olympischen Spielen von 1936, Frankfurt/New York 1996, p. 201. Toutefois, à Los Angeles en 1932, c'est le vice-président Charles Curtis qui ouvre les Jeux.

76 OPB. Press Service, n° 7, juin 1936.

77 La Humanitat, 16 juillet 1936.

78 Portail Culture Pyrénées-Méditerrannée (www.euroregion-epm.org) consulte le 6 juin 2006.

79 Arbeiter-Turn-Zeitung (revue de l'Arbeiter-Turn- und —Sportbund, Leipzig), 29 juillet 1931.

80 Alkemeyer, Körper, Kult und Politik, p. 202.

81 Cf. MacAloon J., « Olympic Games and the Theory of Spectacle in Modern Societies », idem (dir.), Rite, Drama, Festival, Spectacle. Rehearsels toward a Theory of Cultural Performance, Philadelphia, Institute for the Sudy of Human Issues, 1984, p. 250-254 ; Alkemeyer, Körper, Kult und Politik, p. 205.

82 Kirsch H. C., Der Spanische Bürgerkrieg in Augenzeugenberichten, Düsseldorf, Karl Rauch Verlag, 2e éd., 1967, p. 81 (témoignage de Miravittles).

83 Le Peuple, 22 juillet 1936.

84 Ces notions n'ont pas été définies de manière précise par le mouvement olympique. C'est justement leur caractère polysémique qui contribue à leur succès. Cf. Lenk H., « Olympische Idee -Vieldeutigkeit einer sprachlichen Form als Ursache ihrer sozialen Wirksamkeit », Olympisches Feuer 13, 1963, n° 1, p. 22-28 ; Höfer, op. cit., p. 30-34.

85 Par rapport aux Spartakiades internationales, cette différenciation semble moins nette dans la mesure où celles-ci ont exprimé le culte communiste de l'Union soviétique.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540