Version classiqueVersion mobile

Les politiques au stade

 | 
André Gounot
, 
Denis Jallat
, 
Benoît Caritey

Première partie. Prégnances des identités nationales

Les concours de ski au début du xxe siècle sous l'angle de la nationalisation culturelle

Quelques jalons pour une approche comparée entre la Suisse et la France

Yves Morales

Texte intégral

  • 1 La démarche de Pierre Rosanvallon représente un modèle utile qui inspire une partie de ce texte. R (...)
  • 2 Lang S., Le Ski et autres sports d'hiver, Paris, Larousse 1967, p. 28-29.
  • 3 Eisenberg C., « Kulturtransfer als historischer Prozess. Ein Beitrag zur Komparatistik », Kaelble, (...)
  • 4 C'est le risque, nous semble-t-il, d'une lecture rapide de Elias N., Dunning E., Quest for Excitem (...)
  • 5 Les configurations sont envisagées sous l'angle de réseau d'interdépendances assimilable à un équi (...)

1L'une des principales difficultés de l'histoire des sports consiste à produire de l'intelligibilité comparative. Or, il nous paraît important de rendre compte des spécificités nationales ou locales et de lutter en même temps contre la perception illusoire d'un phénomène continu et homogène de diffusion de la culture sportive1. C'est, en quelque sorte un problème d'optique. Si la focale de l'objectif est trop ouverte, elle empêche de percevoir la profondeur de champ et tous les plans se confondent. C'est ce qu'il advient lorsque l'histoire du ski, par exemple, n'est appréhendée qu'à partir du seul critère de la modernité dans la propagation des concours sur les massifs montagneux. Si le ski n'est pensé qu'à travers l'image du sport moderne, son histoire se limite à celle d'une rupture fondamentale, commencée en Norvège vers 1830 par les défis que se lancent les jeunes gens d'Ostherdal et de Télémark en courses d'endurance et en sauts à ski2. Dans cette perspective, la réflexion se borne à observer comment cette modalité de pratique se propage sur les montagnes d'Europe entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle et à dresser l'inventaire de manifestations festives hivernales analogues à celles proposées en Norvège. De ce point de vue, l'Allemagne puis la Suisse jouent un rôle précurseur dans l'arc alpin avant que la France ne propose à son tour des concours similaires mettant en évidence une forme de transfert culturel3. L'historien finit dans ces conditions par se contenter d'une posture philosophique, engagée sous l'angle d'un processus de civilisation4 et prend le risque de réactiver une rhétorique du progrès lorsqu'il se limite à souligner cette rupture fondatrice pour la société moderne que représente la compétition sportive. Mais il devient du même coup difficile d'appréhender finement les mécanismes qui permettent la diffusion des nouvelles formes de pratiques et l'adaptation éventuelle des modes d'engagement aux spécificités nationales. Le seul critère de l'entrée dans la modernité du monde industriel, qui s'applique aux nations scandinaves, suisses, allemandes et françaises, ne suffit pas. Pour mieux comprendre la complexité des échanges culturels il faut rendre compte des configurations5 singulières dans lesquelles des réinterprétations s'opèrent selon les contextes politiques nationaux. Bref, les discours universalistes qui accompagnent la diffusion des sports d'hiver occultent parfois la réflexion sur les modes différenciés de diffusion culturelle tant les aspects communs semblent l'emporter sur les particularités. À l'inverse, si la focale de l'objectif est trop étroite, si elle suit par exemple les seuls changements institutionnels et les trajectoires des acteurs dominants dans chaque pays impliqué, alors les enjeux qui accompagnent la propagation des sports d'hiver sur l'ensemble des massifs montagneux, et donnent de la cohérence aux processus d'homogénéisation culturelle observés, deviennent illisibles. De toute évidence, les divergences et les controverses sur la scène française et internationale au sujet de la diffusion des pratiques hivernales, de la définition des règlements et des modèles techniques privilégiés, prennent leur véritable sens dans l'implicite mais aussi dans la mise en œuvre contextualisée : à savoir que derrière les débats, les formes d'organisation des pratiques et l'expression des conceptions techniques, se cachent toujours d'un point de vue symbolique, mais aussi de façon parfois très tangible, des enjeux sociaux, culturels, économiques et politiques.

  • 6 À partir des archives privées du Club alpin français disponibles à Paris, des archives du Club alp (...)

2Notre projet consiste ainsi à analyser, sous l'angle d'un regard comparatif, la diffusion des manifestations sportives hivernales en France et en Suisse en nous attachant plus précisément à l'organisation et à la mise en scène des concours de ski6. Observe-t-on des singularités liées aux systèmes politiques en place ou aux cultures nationales dominantes en matière de développement des pratiques corporelles ? L'essor du ski répond-t-il aux mêmes enjeux et aux mêmes processus quelles que soient les nations concernées ? En quoi le contexte international influe-t-il sur l'institution sportive ? Autant de questions qui visent à comprendre le poids des facteurs idéologiques dans la propagation des sports d'hiver et à observer l'influence des configurations sociales et politiques sur les formes de pratiques privilégiées.

Premières initiatives

  • 7 Goksior M., Von der Lippe G., Mo K., Winter games warm tradition., academia verlag — sankt Augusti (...)
  • 8 H, « Les courses de skis en Norvège », L'illustration, 9 mars 1895.
  • 9 De Coubertin P, « Les Jeux du Nord à Stockholm », Revue Olympique, avril 1901, p. 17-24 ; voir aus (...)

3Les premiers concours de ski sont organisés dans les pays nordiques7. Un grand prix de ski a été couru en Norvège le 12 février 18798 et quelques années plus tard, en 1901, la première édition des Jeux du Nord a lieu à Stockholm, sous l'impulsion de membres suédois du Comité international olympique appartenant à l'Association centrale suédoise pour la promotion des sports fondée en 1897. Le compte-rendu enthousiaste de Pierre de Coubertin paru dans la Revue Olympique, d'avril 1901, témoigne de l'intérêt que le mouvement sportif accorde aux sports utilitaires, tels que le ski, dès lors qu'ils développent la « ...culture de l'effort qui n'est le propre d'aucune race9 ». Pour autant, le fait d'initier des confrontations internationales avec les spécialistes scandinaves dans des activités presque inconnues reste difficilement envisageable même si l'idée n'est pas totalement écartée :

  • 10 Ibid.

« Ce sera toujours là un des drawbacks de ces Jeux du Nord ; l'Angleterre, l'Allemagne, la Hollande, la Russie, pour ne point parler des terres plus méridionales, auront grand peine à fournir des champions capables de lutter avantageusement contre ceux de la Suède, de Norvège et de Finlande. Ce n'est pas du reste un motif suffisant pour ne pas accepter la bataille10. »

  • 11 Nansen F., « L'introduction du ski en Europe centrale », Revue du Ski, n° 5, 1er mai 1930.
  • 12 Thudichum G., « Les skis norvégiens et nos Alpes », L'écho des Alpes, 1896 ; Paulcke W., « Eine Be (...)

4Il convient immédiatement de souligner le fait que, dès 1896, des concours de ski sont proposés en Europe centrale : en Allemagne à Todtnau dans la Forêt-Noire et en Autriche à Murzuschlag11. Ces manifestations rassemblent des concurrents militaires et civils. Des courses de ski sont également organisées en Italie, en 1898, et impliquent les sciatore des troupes alpines. La confédération suisse ne reste pas à l'écart de ce secteur de pratique. Le ski est diffusé dans ce pays depuis les années 1880-1890 par plusieurs membres du Club alpin qui, comme Georges Thudichum ou Wilhelm Paulcke, mettent en évidence la facilité d'emploi des skis norvégiens12. Les ski-club de Glaris (fondé en 1893) et de Bern (créé le 23 novembre 1900) sont à l'origine des premières courses suisses de ski organisées les 19 janvier et 9 février 1902. Ces manifestations inaugurent un engagement sportif qui prend aussitôt de l'ampleur avec la création, le 24 novembre 1904, de l'Association suisse des clubs de ski (ASCS ou SSV : Schweizerischer Ski-Verband). Elle a pour but :

  • 13 « Statuts de l'Association suisse des clubs de ski, SSV », Ski, organe officiel de l'Association s (...)

« 1) L'union des clubs suisses de skis en vue de développer ce sport en Suisse par l'institution des courses centrales, de cours et de rendez-vous généraux ; 2) l'exploration des montagnes en hiver ; 3) le développement des aptitudes physiques de la jeunesse suisse et la formation des skieurs pour l'armée ; 4) l'établissement de rapports entre les associations suisses et étrangères qui poursuivent le même but, et la défense des intérêts des skieurs13. »

  • 14 « Ski-clubs und Alpen-Club », Ski, organe officiel de l'Association suisse des clubs de ski, 16 dé (...)
  • 15 « Règlement du concours de l'Association suisse des clubs de ski, SSV », Ski, organe officiel de l (...)

5L'orientation annoncée, bien que soulignant d'étroites relations avec le monde militaire, est avant tout sportive. Cette perspective conduit d'ailleurs cette jeune institution à prendre ses distances vis-à-vis du Club alpin suisse14. Le projet annoncé par l'ASCS repose sur une forte volonté de rassembler l'ensemble des clubs de ski suisses dans une œuvre commune favorable au développement physique de la jeunesse à travers un engagement en compétition. Ce groupement associatif coordonne les différents concours et informe les skieurs à travers une publication commune : Ski, organe officiel de l'Association suisse des clubs de ski. Chaque année l'ASCS propose un concours commun afin d'effectuer des classements et d'attribuer des titres (ou maîtrises15) aux champions suisses et étrangers.

  • 16 Morales Y., « L'influence de l'armée dans la diffusion des sports d'hiver en France entre la fin d (...)
  • 17 Capitaine Clerc, Rapport sur les expériences à ski effectué dans les environs de Briançon par le 1 (...)
  • 18 Clerc cite l'ouvrage de F. Nansen qui évoque ces concours et la presse en parle depuis plusieurs a (...)
  • 19 Dans son Manuel d'Alpinisme publié en 1904, le CAF consacre un chapitre de trente pages aux sports (...)

6Au tournant du siècle, la France reste relativement en retrait par rapport à ce nouveau mouvement sportif. Le ski y est pourtant connu, notamment parmi les alpinistes, les amateurs d'excursions et l'armée16. Mais son succès d'estime ne débouche pas immédiatement sur la création de groupements spécialisés dans ce domaine, à l'exception du rocher-club dauphinois créé en 1895 et de quelques sections de skieurs du CAF, dont les membres s'engagent cependant essentiellement dans une forme excursionniste de pratique. L'intérêt d'utiliser les concours de ski à des fins de propagande est exprimé en 1902, pour la première fois en France semble-t-il, par le capitaine Clerc qui œuvre parallèlement pour la création d'une école de ski militaire à Briançon17. Sa proposition s'inspire directement des concours de ski norvégiens et suisses, dont il a connaissance, mais elle reste lettre morte18. L'Union des sociétés françaises de sports athlétiques — qui fédère la plupart des groupements sportifs et notamment les clubs de patinage — ne s'engage pas dans l'organisation du ski, sport de montagne où seuls les sociétaires du Club alpin français semblent s'investir. Progressivement, les réticences initiales des dirigeants du CAF à l'égard du ski sportif vont s'effacer. Son efficacité comme moyen de locomotion justifie finalement cette modalité de pratique et, en 1904, la propagation du ski intègre le programme d'action de cette institution19. D'autres enjeux expliquent également cet intérêt. Ainsi, dans L'encyclopédie des sports modernes illustrés, publiée en 1905, Auguste Robin insiste particulièrement sur le rôle fondamental que peut jouer le ski du point de vue de l'hygiène publique :

  • 20 Robin A., « Le Ski & le Tobogganningg », Moreau P, Voulquin G. (dir.), Les sports modernes illustr (...)

« En Autriche, en Suisse, sur toute l'étendue de la chaîne alpine, le nouveau sport est de plus en plus pratiqué. En maintes localités il devient positivement populaire, et des courses annuelles provoquent une heureuse émulation chez les jeunes montagnards, qui abandonnent leur précédente vie de marmotte pour se fréquenter de villages en villages, quelle que soit l'abondance des neiges ; c'est l'hygiène du grand air remplaçant l'étouffante promiscuité d'hiver dans les chalets20. »

  • 21 Nommée pour l'organisation du premier concours international de ski du CAF, prévu au Lautaret (Mon (...)
  • 22 « Sports d'hiver », La Montagne, 20 février 1906, p. 82.
  • 23 « Skis et raquettes », La Montagne, 20 mars 1906, p. 132.
  • 24 « L'hiver sportif », La Montagne, 20 octobre 1908, p. 198.
  • 25 Ibid.

7Son appel semble être entendu par le CAF qui se dote en 1906 d'une commission des sports d'hiver21 dont l'ambition se porte sur la vulgarisation du ski, cette bicyclette des neiges, qui représente à la fois un « exercice sain et un moyen de transport rapide22 ». Le développement des sports d'hiver dans certains pays voisins a indéniablement démontré le succès du tourisme hivernal. En Suisse, ce sont de véritables fêtes hivernales qui s'organisent et attirent chaque année un public de plus en plus nombreux. Aussi, pour les dirigeants du CAF, il devient urgent de réagir : « Organisons des champs d'excursions, des concours et des fêtes, et le public n'aura plus lieu d'aller chercher ailleurs ce qu'il peut trouver chez nous23. » « Distraction et plaisir24 » pour les uns, « exercice salutaire et fortifiant25 » pour d'autres, les concours internationaux de ski semblent pouvoir répondre pleinement à la nouvelle entreprise. Les épreuves de ski du Mont Genèvre organisées par le CAF et l'armée en février 1907 débutent ainsi cette nouvelle campagne de promotion sportive.

  • 26 « Appel aux ski-clubs de la Suisse et à tous les amis des sports d'hiver », Alpiner Wintersport, 1 (...)
  • 27 Gounot A., « Les mouvements gymniques en France et en Allemagne, 1871-1914. Repères pour une histo (...)
  • 28 Anderson B., L'imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Paris, La (...)
  • 29 Pociello C., Les cultures sportives, Paris, Vigot, 1988 ; voir aussi, le dossier « Culture : la co (...)
  • 30 Foucault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.
  • 31 Mauss M., « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1960.

8Les orientations contrastées de la Suisse et de la France du point de vue de la forme prise par l'institutionnalisation des sports d'hiver interrogent d'emblée le concept de transfert culturel et la logique d'acculturation des populations qui en découle. Au-delà des décalages observés dans le temps, les formes de légitimation divergent manifestement selon les groupements concernés : en Suisse l'ACS, en France, le CAF. Certes, les deux institutions se rejoignent sur l'utilité du ski pour développer le tourisme et sur l'intérêt de renforcer les aptitudes physiques des pratiquants mais elles se différencient quant aux modes d'implication des pratiquants. En France, la justification politique, économique et sociale prend une dimension cruciale qui correspond bien aux ambitions cafistes d'encadrement des populations. La référence à la mère Patrie fait immédiatement partie des procédures de légitimation utilisées. En Suisse, c'est un esprit « libre de politique de clocher... essentiellement sportif... zélé coopérateur à l'union prochaine de tous les ski-clubs de la Suisse26 » qui est mis en avant et qui justifie la création d'une fédération spécialisée dans ce domaine. Mais pour comprendre comment le ski interfère avec la politique sans pour autant se confondre avec elle, il faut moins s'attarder sur les discours généraux que sur les modalités de diffusion des pratiques et sur les formes techniques privilégiées selon les populations visées. Nous rejoignons parfaitement ici les bases théoriques utilisées par André Gounot27 à partir du concept de nationalisation culturelle en considérant que la propagation du ski, en France comme en Suisse, remplit une fonction décisive dans le processus de nationalisation de la vie quotidienne et des habitudes des populations concernées. Ainsi, la question de l'utilité publique, constamment énoncée aux débuts du développement des sports d'hiver, participe-t-elle à l'inscription des populations dans un projet social et politique cherchant à inculquer des comportements civiques dont les critères peuvent varier selon le pays concerné. Et l'on peut mieux saisir l'intérêt du concept de nationalisation culturelle quand on part d'un sens plus large de la notion de culture. Cette notion est envisagée ici sous l'angle d'un réservoir d'images28 favorables à la fabrication de nouvelles références collectives29. De ce point de vue, la diffusion du ski n'échappe pas au quadrillage des corps révélé par Michel Foucault30 et les processus observés montrent combien les gestes, même les plus naturels ou les plus proches de la nature, sont le résultat de normes collectives intériorisées31.

Des préoccupations distinctes

  • 32 Christopher Hugues tend à affirmer que le nationalisme suisse naît avec les fêtes jubilaires de 18 (...)
  • 33 Dr Weber L., « Korrespondezen, SAC (Genève), section des Skieurs », AlpinerWintersport, 1er janvie (...)

9De toute évidence, la mise en forme institutionnelle des sports d'hiver répond en écho aux préoccupations civiques des différents pays concernés. Comme nous l'avons souligné, l'Association suisse des clubs de ski, fondée le 24 novembre 1904, cherche à promouvoir l'organisation de championnats sportifs. Cette orientation accompagne une logique de fédéralisation visant à encourager une plus grande union entre les skieurs membres de la confédération suisse. Cette ambition, dont on pourrait dire qu'elle participe à l'établissement feutré d'un nationalisme suisse32 est mise en avant par le ski-club de Bern dès la création du journal Alpiner Wintersport en 1903 à travers l'espoir de « .resserrer les liens qui doivent unir les skieurs welches avec leurs émules de la Suisse allemande33 ». L'idée est d'ailleurs régulièrement affirmée :

  • 34 « Avis », Alpiner Wintersport, 12 février 1904.

« Nous tenons à dire expressément que notre journal ne traite aucun genre de politique locale, qu'au contraire les votes de toutes les stations et clubs alpins sans distinction de langue ni de lieu seront bien accueillis et que nous souhaitons cordialement la bienvenue au concours de nos confrères romands34. »

  • 35 En 1910, l'Allemand est la langue maternelle de 73 % de la population suisse, le français de 20 % (...)
  • 36 « Wir hoffen, dass der ski in diesem Rahmen sich recht viele freunde erwerben wird, um mit der Zei (...)
  • 37 « Statuts de l'Association suisse des clubs de ski — SSV », Correspondances générales — Supplément (...)
  • 38 Anderson B., op. cit.
  • 39 Ibid., p. 245.
  • 40 Dans un tout premier temps, les catégories des skieurs civils et des skieurs de l'armée ne sont pa (...)

10Dans la revue Ski, organe officiel de l'Association suisse des clubs de ski, qui publie des articles en allemand, pour la plus grande part, mais aussi en français35, voire en anglais, le lien d'amitié est alors pensé comme le socle indispensable de l'organisation fédérale36. Par ailleurs, l'article 6 des statuts de l'ASCS prévoit que le comité central présidant cette association soit composé de trois membres dont l'un doit appartenir à la Suisse romande, tandis que l'article 11 prévoit que le grand concours annuel de ski soit organisé alternativement en Suisse orientale et en Suisse occidentale37. Cette autonomisation proclamée vis-à-vis d'une politique politicienne n'exclut pas la mise en place d'une structure associative qui possède une indéniable dimension civique. D'une certaine manière, le cadre associatif unioniste privilégié répond en écho à la structure de l'État confédéral. Il s'inscrit dans une perspective combinant un fonctionnement démocratique et une idéologie libérale tout en réactualisant le rapport entre l'individuel et le collectif. Bref, le fédéralisme sportif, par le respect des règles communes, par l'apprentissage de la concurrence loyale et par le dépassement de soi, reflète les formes prises par le lien social. L'ASCS devient un relais éducatif qui diffuse des normes de comportement accompagnant la politique de l'État. L'analyse de l'institution sportive, par l'approche relationnelle, met donc bien en évidence le processus de diffusion des représentations liées à l'appartenance à la nation telles que l'a révélée l'étude de Bénédict Anderson sous l'angle des communautés imaginées38. Elle confirme l'idée selon laquelle le nationalisme suisse se situe dans une dernière vague des nationalismes européens où les nations peuvent désormais s'imaginer à travers un langage culturel commun sans nécessairement disposer d'une communauté linguistique39. On peut rappeler également que l'ASCS intègre également les skieurs issus de l'armée. Dès les premiers concours organisés par cette fédération, les courses de ski sont ouvertes aux militaires et les palmarès témoignent d'ailleurs d'une forte implication qui confirme l'importance géostratégique de ce mode de locomotion pour la défense des frontières40.

  • 41 « Avis », dans Correspondances générales — Supplément officiel de Ski, organe de l'ASCS, 10 novemb (...)
  • 42 « Mittel-Europäischer Ski-Verband — Fédération des associations de clubs de ski de l'Europe centra (...)

11On voit bien que la logique sportive engagée en Suisse promeut un universalisme culturel qui permet d'associer dans une même problématique deux perspectives dont l'une met l'accent sur la communion entre les peuples et le neutralisme politique, tandis que l'autre privilégie la continuité de la fonction rituelle et symbolique par l'expression identitaire nationale et l'insistance sur l'unité du territoire. Les premiers concours de ski, tels que celui d'Adelboden, du 13 au 15 février 1904, associent les groupements étrangers et les ski-clubs suisses dans une confrontation internationale inédite : Ski-Club de Schwarzwald, Ski-Club of Great-Britain, Akademisher Ski-Club München, Osterreichischer Alpen-Club, Italianischer Alpen-Club, Ski-Club Adelboden, Davos, Glaris, Engelberg, Zürich, etc. Or, le pendant de la logique confédérale et de la neutralité suisse s'observe dans les liens étroits qui unissent la Suisse alémanique et l'Allemagne. Les frontières sont poreuses et les représentants de l'ASCS souscrivent à la fondation, à Munich en novembre 1905, d'une Fédération des associations des clubs de ski d'Europe centrale (FACSEC)41. Celle-ci n'intègre en réalité que les skieurs d'Allemagne, d'Autriche et de Suisse qui transposent désormais dans le domaine du sport les relations politiques cordiales qui unissent ces pays. Le mouvement associatif s'y est rapidement étendu et semble justifier un groupement fédéral plus vaste qui rassemble des skieurs partageant pour partie la même langue et une nouvelle forme de culture physique commune. En février 1906, la FASCEC comprend 60 clubs et 6 000 membres. L'Allemagne dispose du plus important contingent (13 clubs, 3 000 membres), la Suisse compte 32 sociétés de skieurs et environ 2 000 membres tandis que l'Autriche possède 15 clubs pour 1 000 adhérents42.

  • 43 Selon l'analyse des annuaires du CAF et du Touring Club de France.
  • 44 Par exemple, le Dr Chevrot, « Recherches sur la dépopulation des campagnes et moyens de la combatt (...)
  • 45 Allen J. B., « French skiing : the way to national health, 1890's-1939 », Terret T. (dir.), Sport (...)

12Au moment où les skieurs suisses, allemands et autrichiens initient un regroupement international de skieurs, la France en est encore à ses balbutiements du point de vue de l'institutionnalisation des sports d'hiver. Entre 1903 et 1906, le mouvement associatif s'engage à peine dans l'ensemble de ses régions montagneuses même si, chaque année, le nombre des pratiquants augmente43. De nombreux notables insistent sur l'intérêt économique et social du ski et demandent qu'un effort de propagande soit rapidement accompli pour développer le tourisme hivernal et lutter ainsi contre les facteurs de dépopulation des zones d'altitude44. L'exemple militaire s'avère également crucial. Les montagnes représentent des espaces géostratégiques sensibles particulièrement propices à la diffusion des discours idéologiques. Répondant en écho au développement des troupes militaires à ski allemandes, autrichiennes et italiennes, la création de l'école de ski de Briançon en 1903 valide l'utilité pratique et patriotique du ski45. L'armée française apporte ainsi une importante caution à une activité qui quitte la seule référence aux sports de loisir et aux divertissements bourgeois pour gagner en légitimité politique. Il convient, sur ce point, de rappeler le lien puissant au début du xxe siècle qui unit dans l'hexagone les pratiques corporelles, l'éducation et l'ardeur républicaine. Depuis le traité de Francfort, le 10 mai 1871, la France affirme un désir de revanche associé à une volonté de rassembler les populations. Comme le rappelle, à propos des pratiques alpines, Georges Casella en 1913 :

  • 46 Casella G., L'Alpinisme, réédition Slatkine, Genève 1980, p. 31, (1re édition : 1913). Signalons a (...)

« L'alpinisme est né de nos revers. Au lendemain des désastres de 1870-1871, nos grands patriotes s'émurent. Ils sentirent que la France devait commencer par donner une éducation plus virile à ses futurs défenseurs si elle voulait reprendre sa place au premier rang des nations européennes. Ils se dirent qu'il fallait prendre l'enfant sur les bancs de l'école et lui donner de bonne heure, avec une instruction très solide, l'amour de son pays, et tout ce qui est nécessaire pour faire un bon soldat : le sentiment du devoir, l'habitude de la discipline et une grande vigueur physique46. »

  • 47 Capitaine Rivas, Petit Manuel du Skieur, Briançon, Imp. Paul Vollaire, 1906, p. ii.
  • 48 Morales Y., « Le Jura régénérant ou la valeur hygiénique des sports d'hiver », Terret T. (dir.), o (...)

13Le rapprochement du CAF avec l'armée est donc indispensable et toutes les initiatives sont bonnes pour populariser le ski en participant à une œuvre qui prend une portée nationale. L'idée est d'ailleurs clairement exprimée dans le Manuel de Ski du capitaine Rivas publié en 1906 : « L'armée des Alpes a besoin de skieurs et ce n'est pas en deux saisons d'exercices que nous pouvons les obtenir, car un skieur réellement apte à un service de guerre doit avoir grandi et vécu sur des skis47. » Les dirigeants du CAF vont rapidement admettre que la promotion du patin à neige passe par l'organisation d'épreuves susceptibles de provoquer une large émulation. Les concours de ski se prêtent au spectacle qui attire les foules, donc à la généralisation et à la popularisation d'activités qui ont commencé par être confidentielles et réservées à une élite sociale. Pour cette institution touristique, le ski est d'abord un moyen de faire découvrir et aimer la montagne mais sa propagation représente également l'enjeu du redressement économique et social des populations des zones montagneuses, ce qui traduit une indéniable visée nationaliste48. On retrouve l'ensemble de ces arguments rassemblés dans le discours ostentatoire du président de cette commission, Henry Cuënot, pour lequel :

  • 49 Cuënot H., « Le ski en 1909-1910 », La Montagne, 20 mai 1910, p. 279-280.

« [...] Le ski n'est pas seulement un sport parmi les plus nobles, permettant de mettre en valeur les qualités essentielles d'élégance et de hardiesse qui sont l'apanage de notre race : c'est aussi, par l'esprit d'initiative et de décision que sa pratique suppose et développe, une école d'énergie ; c'est pour ces populations de la montagne souvent sans relation, même entre deux vallées voisines, quand, l'hiver venu, règne la mort blanche, la circulation rendue possible, la vie renouvelée par la joie du mouvement, c'est, pour tous ceux qui ont là-bas la charge d'une profession (facteurs, douaniers...), son exercice devenu plus facile et plus fécond ; c'est pour nos alpins, sur la frontière, par la vitesse obtenue, par la plus grande facilité de déplacement réalisée, une garantie, comme une arme nouvelle. De là l'élément moralisateur, le rôle social et patriotique du ski ; de là aussi notre intervention nécessaire : en contribuant puissamment à vulgariser l'usage du ski, nous remplissons, une fois de plus, un devoir qui nous incombe, — un devoir envers la montagne en hiver, — une partie de notre tâche statutaire qui est résumée si heureusement dans la devise que porte notre écusson : "Pour la Patrie, par la Montagne49 !" »

14Le processus s'engage donc dans une réflexion résolument utilitariste. Sous forme de concours, le ski apparaît comme une animation attractive qui peut également servir à moraliser et à rassembler les populations autour de l'idéal républicain, participant ainsi au maintien de la cohésion sociale. En d'autres termes, le ski représente un remède contre les maladies d'une société montagnarde qui souffre de graves carences économiques et sociales.

  • 50 Merle R., Histoire du ski dans le Briançonnais, Gap, Ophrys/Alpes et midi, 1989, p. 23-50.
  • 51 D'après l'annuaire du Club alpin français, Ski français, 1924-1949, XXVe anniversaire de la Fédéra (...)
  • 52 La Montagne, 1907, n° 10, p. 431 et n° 12, p. 579-580.
  • 53 « Sports d'hiver — Règlement du concours international de Ski », La Montagne, 20 novembre 1906, p. (...)

15Le concours international de ski du Mont Genèvre débute cette campagne de promotion50. Il est organisé du 9 au 12 février 1907. Son programme comprend des épreuves de fond, de saut et de style et arrêt. L'armée est associée au CAF pour cette manifestation. Les skieurs militaires sont les plus nombreux. D'autres sportsmen s'engagent également, notamment des étrangers, qui donnent à l'événement son caractère international. Quelques suisses s'inscrivent, notamment Frédéric Iselin vainqueur de la course internationale de fond amateur. Deux Norvégiens, Durban Hansen et Harald Smith, sont invités afin d'assurer la qualité du spectacle sportif. Un effort considérable de publicité est réalisé dans la presse nationale et les périodiques régionaux. Le CAF obtient même une réduction de 50 % sur les tarifs de chemins de fer afin d'attirer les spectateurs. Ils seront 5 00051 venus assister le dimanche à ce nouveau concours, dont l'une des principales ambitions est de concurrencer les stations de sports d'hiver étrangères en montrant que la France « ...du Lautaret au Montgenèvre est une magnifique région naturelle, douée d'un climat presqu'italien, bien supérieur à celui de Davos et surtout de Grindelwald52 ». S'agit-il d'une compétition sportive au sens strict ? Pas exactement ! Certes, le CAF emprunte le modèle de la confrontation sportive et prévoit un règlement relativement précis53. Le spectacle des coureurs et des sauteurs est évidemment un élément crucial pour la réussite de l'opération et les performances des skieurs norvégiens ajoutent encore à l'intérêt de cette manifestation. Mais l'objectif des organisateurs n'est pas centré sur l'amélioration des résultats sportifs. Ce concours n'est qu'un prétexte, une vaste mise en scène ou, plus précisément, une opération de propagande visant à développer le tourisme hivernal tout en satisfaisant aux impératifs géopolitiques de défense de la Patrie. Deux formules, illustrant clairement les ambitions du CAF, ornent les arcs de triomphe de neige dressés pour l'occasion au Mont Genèvre. L'une des banderoles, côté français, rappelle l'explicite devise du CAF : Pour la Patrie, par la Montagne, l'autre banderole, côté italien, met l'accent sur l'esprit confraternel et sur les qualités d'accueil des stations françaises : l'amour de la Montagne abaisse les frontières. La présence des troupes italiennes renforce le caractère symbolique de l'événement dans cette confrontation amicale des militaires français avec leurs homologues d'un pays membre de la triple alliance, à un moment où les relations avec cette nation semblent se détendre. Les Alpini l'emportent en présence des autorités militaires françaises représentées par le général Galliéni. Mais la presse s'évertue surtout à relever l'aspect fraternel que les sports de montagne cherchent à promouvoir.

  • 54 Dr Tissot R., « Concours international de ski du Club alpin français au Mont Genèvre », Ski, organ (...)
  • 55 Ibid.

16L'article publié par le docteur Tissot dans la revue Ski donne un aperçu très intéressant sur la façon dont cette manifestation est perçue en Suisse. L'auteur témoigne lui aussi de l'entente cordiale qui règne durant le concours mais il insiste particulièrement sur l'atmosphère nationaliste qui se dégage de l'événement : « Les soldats des deux nations dont les fortifications sur les crêtes se regardent si menaçantes, se tendent les mains ; les chasseurs alpins et soldats de la ligne fraternisent avec les Alpini. La Marseillaise et la Marcia Réale retentissent et la montagne fait écho aux deux impartialement54. » Un peu plus loin, il renchérit : « Aux sons de La Marseillaise et de la Marcia Reale tout le monde se leva. J'ai dû penser à notre hymne national et au phlegme avec lequel il est généralement accueilli chez nous. Il est vrai qu'il n'est pas à nous seul, que nous devons le partager avec trois autres nations. Le Bernermasch et la Mastralia électrisent davantage55. » Pour résumer ses impressions, le docteur Tissot constate enfin que :

  • 56 Ibid., p. 127.

« Ce premier concours de ski du Club alpin français, qui avait plutôt l'aspect d'un meeting cordial entre les troupes de frontière de la France et de l'Italie que le caractère pur d'un rendez-vous de sportsmen a soulevé en France un intérêt colossal pour les sports d'hiver. [...] Après avoir démontré qu'ils possèdent un esprit de sport développé au point de réunir leurs soldats pour un jeu paisible et un travail commun sérieux au centre de leurs fortifications, nous espérons rencontrer bientôt les Français et les Italiens sur les champs de sport des autres pays56. »

17Ces propos illustrent parfaitement les divergences entre la Suisse et la France du point de vue des significations accordées aux premiers concours internationaux de ski. Si les skieurs suisses privilégient une optique de performance, marquée par l'idéologie du progrès et l'engagement individuel, les skieurs français sont plutôt orientés vers un système de référence valorisant l'œuvre nationale de rassemblement patriotique.

  • 57 « Règlement des concours de ski », La Montagne, 20 novembre 1908, p. 217-218.
  • 58 « Affiliation des Sociétés de sports alpins au Club alpin français », La Montagne, 20 janvier 1909 (...)
  • 59 Ibid., p. 57.
  • 60 « Chronique du CAF », La Montagne, 20 mars 1907, p. 140.
  • 61 Bourgeois L., Solidarité, Colin, 1912 (1re édition 1896).
  • 62 Rémond R. (dir.), Pour une histoire politique, Paris, 1989 et plus particulièrement la contributio (...)

18Le premier concours de ski organisé par le Club alpin français lui donne une réelle légitimité institutionnelle dans ce domaine de pratique. C'est ainsi qu'« une entente avec l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA), en date du 9 décembre 1907, confère au CAF le patronage exclusif du ski et de la raquette57 ». Il engage alors un programme de concours annuels sur les différentes stations de montagne : Chamonix (1908), Morez (1909), Cauterets (1910), Le Lioran (1911), Chamonix (1912), Gérardmer (1913) et Chamonix (1914). On assiste ainsi à un tour de France des massifs montagneux dans des manifestations qui offrent des épreuves spécifiquement nationales et des épreuves internationales ouvertes aux skieurs étrangers. Parallèlement, le Club alpin français prend conscience de la nécessité de coordonner et de contrôler le ski. À partir de janvier 1909, il débute une large politique d'affiliation des ski-clubs, considérant que le moment est venu de grouper tous les efforts et d'apporter aux petites sociétés qui se multiplient « ...la bienfaisance de son action générale58 ». Il se présente désormais comme un relais éducatif actif au service de la République mettant en œuvre ce que les dirigeants nomment joliment : « Un joug fait de devoir pour le Club alpin français et de droits pour ces pupilles59. » L'argumentaire renvoie à l'objectif d'assurer une plus grande cohésion sociale et repose sur l'idée qu'« .en faisant faire du ski à la jeunesse, vous ferez de braves et vaillants citoyens60 ». Ces idées rejoignent certaines perspectives politiques du radicalisme qui animent nombre de dirigeants selon lesquels les principes du solidarisme doivent s'appliquer dans le domaine des sports d'hiver. Inspirée par Léon Bourgeois61, cette doctrine accorde un rôle capital à l'éducation qui crée en chacun l'être social, c'est-à-dire un associé de la société humaine. Le citoyen est à l'égard de la communauté française assimilable à un débiteur. En raison de cette dette sociale, il n'est plus l'être absolument libre du système politique établi. Sur les terrains de neige, comme sur d'autres terrains, l'association est le remède62.

  • 63 « Appel en faveur de la fondation d'un comité central suisse pour le développement du sport », Alp (...)
  • 64 Ibid.

19Au même moment, les groupements suisses de ski semblent proposer un modèle d'organisation plus libéral et moins sensible à la rhétorique solidariste. En 1907 l'ASCS lance un vibrant appel : « En faveur de la fondation d'un comité central suisse pour le développement du sport63. » Les modèles suédois et norvégiens sont donnés en exemple, et l'on admire des pays qui « .ont reconnu l'importance économique du sport pour leur contrée64 ». Le plaidoyer se poursuit d'ailleurs sous l'angle de la métaphore économique :

  • 65 Ibid.

« Le sport comporte la vie, l'activité. L'activité apporte le gain dans tous les domaines de notre réseau industriel. De nouvelles sources surgissent. Dans notre pays gisent encore d'immenses trésors inexploités que le sport précisément mettra en pleine valeur. C'est de l'or que notre soleil, de l'argent que notre glace et notre neige du diamant. C'est à nous de nous baisser, c'est à nous de moissonner65. »

  • 66 F. Le Play, [1806-1882], économiste français, auteur d'importantes enquêtes et monographies sur le (...)
  • 67 Voir « Pierre de coubertin la réforme sociale par l'éducation et le sport », Les Études Sociales, (...)

20La conception exprimée s'inscrit clairement dans ce courant idéaliste néolibéral qui conjugue l'idée d'un progrès infini avec celle d'un accroissement des richesses et la conviction inébranlable dans l'efficacité de ce modèle économique comme facteur d'amélioration sociale. Il faut d'ailleurs admettre que certaines réflexions issues du mouvement sportif, en France comme en Suisse, s'inscrivent dans cette logique et rejoignent, en partie, les thèses de l'économiste social Frédéric Le Play66. Dans le discours de Coubertin, par exemple, le sport est perçu comme un facteur de progrès qui doit participer à la recherche de l'équilibre entre les classes dirigeantes et les exécutants. Ces deux catégories d'individu, constitutives de toute organisation sociale, doivent apprendre à vivre ensemble et la réforme sociale67 passe par une quête commune d'harmonie.

Les concours lieux d'édification des populations

  • 68 Agulhon M., Marianne au combat, l'imagerie et la symbolique républicaine, Paris, Flammarion, 1989.

21Pour mieux comprendre les différentes conceptions des manifestations de sports d'hiver et leur degré de rapprochement avec le politique, il convient de poursuivre l'analyse à travers la manière dont s'opérationnalisent les discours dans les mises en scène retenues, ce qui donne à réfléchir sur les processus de socialisation à l'œuvre dans les formes d'engagement privilégiées. L'exemplarité de ces concours n'est pas liée aux seules évolutions des participants. Elle s'accompagne d'un certain nombre d'actions, de rituels qui ont valeur de symboles et instruisent également les spectateurs en jouant sur les imaginaires sociaux68. La forme des concours de ski confirme l'idée que le lien avec l'idéologie nationaliste peut être plus ou moins affiché, les mises en scène informant plus spécifiquement sur les sentiments que souhaitent inspirer ces épreuves aux populations.

  • 69 Veblen T., Théorie de la classe de loisir, Trad. Paris, Gallimard, coll. « NRF », 1970. (1re éd., (...)
  • 70 Seger C., Grand hotel, Shauplaz der litteratur, Abdilungen, Bölau, 2005.

22La Suisse organise des manifestations hivernales en patinage et toboganning depuis la fin du xixe siècle. Dans les stations « d'hivernage » de Davos ou encore de Saint-Moritz, les sports d'hiver s'affirment d'emblée comme un élément de distinction de ce que l'on pourrait appeler à la suite de Thorstein Veblen : la classe des loisirs69. Lorsque le ski est ajouté au programme des festivités, c'est sous l'angle du divertissement — qui favorise par exemple les courses de ski-joering — et sous l'angle de la compétition qui valorise les hommes d'action capables de maîtriser la technique et d'en assurer la transmission70. Ainsi la formation en ski proposée par l'ASCS en 1906 vise clairement l'excellence sportive :

  • 71 « Cours de ski de l'ASCS », Correspondance générale — Supplément officiel du Ski, organe de la FA (...)

« Le but du cours est de former les meilleurs skieurs de chaque club de l'Association, pour en faire de véritables maîtres de courses. [...] Ils doivent arriver à posséder le don de l'enseignement et la technique nécessaire pour servir de maîtres et d'exemples de leurs clubs. C'est ainsi que la Suisse obtiendra à la fois partout où il existe des clubs, faisant partie de notre association, ses propres maîtres pour former la jeunesse71. »

  • 72 Terme emprunté à Onfray M., [...] La politique du rebelle — traité de résistance et d'insoumission (...)
  • 73 « Aux clubs de ski de l'ASCS », Correspondance générale — Supplément officiel du Ski, organe de la (...)
  • 74 Magnus R., De la Frégéolière R., Les sports d'hiver, Paris, Laffitte, 1911.

23Ces discours mettent en avant des attitudes que l'on pourrait considérer comme participant à une mystique « de droite72 », c'est-à-dire délibérément élitistes et tendant à affirmer la suprématie légitime des intérêts d'un petit nombre vis-à-vis de la masse. Le cas du ski se différencie, néanmoins, du patinage et du toboganning dans la mesure où l'ASCS favorise la popularisation de ce sport utilitaire en diffusant la logique du progrès par le record ou l'exploit auprès des montagnards. Des cours de ski sont ainsi proposés gratuitement à la jeunesse habitant les zones de montagne73. Il faut souligner également que les concours de l'ASCS accueillent des participants venus de différents pays et empruntent à la logique sportive l'idée d'un universalisme des pratiques tandis que les discours affirment une relative neutralité vis-à-vis des préoccupations de politique extérieure. C'est ainsi que les manifestations proposées prennent très tôt une dimension internationale. Le libéralisme anglo-saxon influe indéniablement sur l'évolution de ces sports dans la mesure où la Suisse apparaît comme un lieu de villégiature en grande partie colonisé par les Anglais. Plusieurs clubs de sports d'hiver implantés en Suisse sont des clubs anglais créés et administrés par des Anglais. Il en va ainsi du ski-club of Great-Britain créé vers 190374. C'est donc dans la confédération suisse que ce modèle sportif de manifestations hivernales est le plus développé d'Europe centrale, dans un pays qui du point de vue politique affirme une certaine neutralité et qui, d'un point de vue économique, valorise les échanges commerciaux.

  • 75 Chambat P., « Les vitrines de la République. Uniformes, défilés, drapeaux dans les fêtes de gymnas (...)
  • 76 « Les fêtes de gymnastique à Morez », Le Patriote Morézien, 10 septembre 1904.
  • 77 « Les Fêtes internationales de Ski — Constitution du Comité local », Le Patriote Morézien, 28 nove (...)
  • 78 « Chronique du CAF — Congrès des sports d'hiver », La Montagne, 20 février 1909, p. 135-142.
  • 79 Bourdieu P., « Les rites comme actes d'institution », Actes de la recherche en sciences sociales, (...)
  • 80 « Les Fêtes internationales de Ski — Constitution du Comité local », Le Patriote Morézien, 28 nove (...)

24C'est un autre sentiment qu'inspirent les sports d'hiver en France. Nul doute qu'il y ait obstination initiale du Club alpin français à lier capital humain et matrice républicaine dans l'organisation des concours internationaux. La présence des drapeaux, des arcs de triomphe et autres calicots n'a pas seulement un but décoratif : elle reflète la déontologie qui marque ces manifestations en poursuivant l'œuvre d'unification nationale débutée à l'école de la République. On relève d'ailleurs de nombreuses similitudes entre les concours de ski et les fêtes républicaines de gymnastique et la comparaison est d'autant plus flagrante que ce sont parfois les mêmes dirigeants qui organisent ces différents événements75. C'est le cas à Morez en 1909 où l'on découvre que le président du Comité d'organisation du concours international, Ernest Perrad, a fait également partie du Comité d'organisation de la Fête fédérale de gymnastique qui s'est déroulée dans cette localité en septembre 190476. Jules Odobey, président de la Société de tir, Victor Cretin, ex-président de la société musicale l'Espérance et Léon Chavin, président de la société de gymnastique la Morézienne, participent également à l'organisation de cette manifestation77. Les Comités de patronage constitués à l'occasion des concours internationaux témoignent particulièrement de l'intérêt manifesté par les instances publiques et politiques du pays. En 1907, au Mont Genèvre, les généraux Galliéni, Pontavice, De Heussey et Laude, apportent leur soutien aux organisateurs et confortent l'intérêt que l'armée porte à cette manifestation. En 1908, on note la présence du sous-préfet de Bonneville et du sénateur de Savoie. En 1909, le ministre des Affaires étrangères Pichon, le général Florentin, les sénateurs et députés du Jura, le préfet, les conseillers généraux, le sous-préfet, les maires etc., apportent leur caution à l'événement78, etc. Bref, la présence des autorités publiques et les discours vibrant de patriotisme transforment manifestement le spectacle sportif en rites d'institution79. À cette occasion, comme l'exprime la presse : « Les ressentiments politiques sont oubliés. Tous les cœurs vibrent à l'unisson pour un même idéal80. »

  • 81 Cette polémique apparaît dans les colonnes du Ski —feuille de correspondance de l'ASCS en 1912.

25Les épreuves proposées dans les concours sont sensiblement les mêmes en Suisse et en France. Il s'agit principalement des courses de fond et du saut à ski qui magnifient l'endurance et le courage des skieurs. Le saut à ski est particulièrement apprécié à la fois pour la hardiesse dont font preuve les concurrents mais également pour l'élégance des sauts. Il faut noter cependant que la Suisse inaugure les premières courses de slalom en descente vers 1911-1912. La polémique qui s'en suit traduit les débuts d'une controverse entre deux modèles opposés. L'un, moderniste, qui privilégie la maîtrise technique mais aussi la dimension spectaculaire des épreuves de descente et l'autre, plus traditionnel, qui valorise le ski utilitaire tout terrain facilement réinvestissable en cas de conflit armé81. Cette controverse ne concerne pas encore la France avant-guerre tant le CAF reste profondément attaché à une forme de pratique utilitaire.

  • 82 « Assemblée des délégués de l'ASS à Olten, le 25 octobre 1908 », Ski — feuille de correspondance d (...)
  • 83 Rosanvallon P., op. cit., p. 110.
  • 84 Capitaine Bernard, « Le Ski », La Revue du Touring-Club de France, avril 1907, p. 161.
  • 85 Chambat P., op. cit., 1987.
  • 86 « Les Fêtes internationales de ski », Le Patriote Morézien, 12 décembre 1908.

26L'exemplarité des concours n'est cependant pas liée aux seules évolutions physiques des participants. La mise en œuvre institutionnelle participe fortement à la socialisation des populations. En proposant de véritables championnats de ski sur le modèle classique du sport de compétition, l'Association suisse des clubs de ski, met moins en évidence l'appareil idéologique qui accompagne l'événement sportif. Certes, le ski peut participer à l'éveil d'une conscience nationale, mais ce processus s'engage à travers le succès d'audience que peuvent apporter les grands événements sportifs et la comparaison des résultats entre les nations concurrentes. Ainsi, le développement de l'individu, au point de vue de la force et de la maîtrise acquises dans la pratique sportive, représente une finalité suffisamment sérieuse pour rendre les autres justifications subséquentes. Les objectifs de régénération, d'hygiène publique, d'éducation morale ou d'union nationale peuvent être accolés au ski mais les effets deviennent indirects et s'effacent derrière les impératifs de la compétition. Le caractère éducatif et normatif du sport est alors directement valorisé tandis que la mise en scène devient plus neutre. Le spectacle du sport et les exploits réalisés sont au cœur de chaque événement. Ainsi, les manifestations de sports d'hiver et les championnats de ski n'impliquent pas systématiquement la présence de personnalités politiques. En 1908, inquiets par la mise en scène festive que les stations de sports d'hiver tentent d'imposer, les délégués de l'ASCS demandent d'ailleurs qu'une décision soit prise « tendant à rendre les courses moins pompeuses. L'assemblée estime que l'organisation des courses est affaire des clubs82 ». Seuls les rubans de fêtes de couleur rouge et blanc vendus aux spectateurs pour leur donner le droit d'assister aux concours traduisent la dimension particulière de l'événement en inaugurant l'ère du spectacle sportif dans ce domaine. C'est évidemment dans une optique différente que s'engagent les concours internationaux du Club alpin français. Le défilé des skieurs s'organise systématiquement avant le début des épreuves. Il s'effectue généralement au son de la fanfare, accompagné parfois de chants patriotiques. Les activités des skieurs, même si elles échappent en partie aux ordonnancements rigoureux de la gymnastique, les rejoignent sur de nombreux points. Elles disposent d'un mode similaire de réquisition qui donne une certaine unité aux modèles de pratiques diffusés et représentent autant d'affirmation d'une identité transcendante marquant les consciences collectives. La montagne forme les forts ! peut-on lire sur des arcs de triomphe édifiés à l'occasion des concours. La fête hivernale, ainsi conçue, agit directement sur les représentations collectives. En rejoignant la formule de Pierre Rosanvallon, elle consiste : « Au sens propre du terme à rendre présente manifeste, l'existence d'une totalité que l'avènement masque ordinairement. [...] Sacrement de la fusion et de l'unité nationale. La fête rend visible l'unité du peuple83. » La cohésion nationale sort ainsi renforcée par le spectacle des sports d'hiver mais elle ne dérive pas mécaniquement en ardeurs revanchardes. Les dirigeants mettent d'ailleurs systématiquement en avant une certaine complémentarité entre la logique patriotique et le développement du tourisme. Pour le capitaine Bernard, les montagnards ayant effectué leur service à l'École normale de Ski devraient, d'ailleurs, à leur retour chez eux, non seulement enseigner « ...l'usage du ski selon les bons principes84 » mais aussi trouver des emplois de guides ou porteurs au service des visiteurs étrangers. Bref, chaque concours de sports d'hiver n'est pas seulement une vitrine de la République85, il représente également une vaste opération de propagande qui doit mettre en valeur le caractère accueillant des régions. Tout est affaire d'équilibre ! Le second concours international de ski (1908 à Chamonix) est ainsi dénoncé par le secrétaire du CAF, Henri Dunod comme ayant accordé trop d'importance à la logique commerciale : « Le concours, presque uniquement organisé par les hôteliers de la ville, a donné à cette manifestation un caractère mercantile que le CAF veut à tout prix éviter86. »

27Pour parfaire l'évocation des concours, il faut également parler de la réunion qui rassemble les officiels lors du banquet de clôture. L'espace manque pour développer cet aspect, retenons toutefois l'ambiance de fête qui se dégage de ce moment convivial pouvant réunir jusqu'à plusieurs centaines de convives et l'esprit patriotique qui anime souvent les discours des dirigeants français. Comme le souligne, par exemple, avec emphase le lieutenant Gélinet à l'issue du VIIe concours international de ski à Gérardmer en 1913 :

  • 87 « Le VIIe concours international de ski — impression d'un skieur », La Montagne, mars 1913.

« Le sport, c'est un fait admis par tous aujourd'hui est la meilleure arme que nous puissions donner à la jeunesse pour lui permettre de se défendre contre les tentations malsaines : c'est le meilleur moyen de nous conserver une race saine et forte87. »

28C'est une dimension nettement moins protocolaire qui se dégage de l'évocation débridée du banquet reproduit dans la revue Ski, à l'occasion des VIIIe courses nationales suisses de ski à Klosters en 1912 :

  • 88 « VIIIe courses nationales suisses de ski Klosters, les 2 et 3 mars 1912 », Ski —feuille de corres (...)

« Les jolies chansons qu'assis sur le dossier d'une chaise débite ce parisien munichois, père de neuf petits négrillons et de combien d'autres créatures blanches qui signe Luther et qui n'a rien d'un réformateur. Ce sont des productions semblables, auxquelles succèdent des chœurs, des valses lentes et du whisky-soda sans beaucoup de soda qui prolongent les soirées [...].
J'ignore pourquoi le souvenir des fins de banquet manque en général de précision et pourquoi leur lendemain est dépourvu de fraîcheur aux tempes. Cette amnésie momentanée et cette chaleur passagère88... »

  • 89 Voir à ce sujet Noiriel G., « Un concept opératoire : l'habitus national dans la sociologie de Nor (...)

29Ainsi, nous admettrons que produire la nation, c'est d'abord agir sur des leviers qui gouvernent le lien social : l'organisation de l'espace, le protocole retenu, la mesure des aptitudes, la mémoire festive, la figure de l'étranger, produisent dans l'imagination des hommes le sens d'une appartenance à un idéal plus large. Dans le domaine des sports d'hiver, cette vision du monde social est relayée, au sein des clubs affiliés, par l'impératif d'une adhésion des populations montagnardes. Extension des chaînes d'interdépendance, intégration de nouvelles normes de comportement, régulation des activités sociales, tels sont les facteurs modifiant les relations entre l'individu et le collectif en participant à la diffusion d'un habitus national89 dans toutes les régions où s'implante le ski. Certes, nous conviendrons que les modèles de sociabilité diffusés par le biais des sports d'hiver rencontrent le politique sans se substituer à lui. Mais la dimension socialisatrice reflète des idéaux et des modèles de vie collective qui éclairent l'histoire politique et montrent combien la frontière est étroite entre le politique et le social.

Une autonomisation sportive internationale sous contraintes

  • 90 Étude de la revue Ski, Organe officiel de la Fédération des associations de clubs de ski de l'Euro (...)
  • 91 « Une Union internationale des sociétés de ski », La Montagne, 20 février 1909, p. 110.
  • 92 Ibid.
  • 93 « Une Union internationale des sociétés de ski, première conférence », La Montagne, 20 décembre 19 (...)

30Compte tenu des conceptions divergentes observées dans le champ des sports d'hiver, il n'est pas surprenant de constater des difficultés du point de vue de l'unification sportive internationale durant cette période. Soulignons immédiatement que la tension politique franco-allemande n'engage pas le CAF à rejoindre la Fédération des associations de clubs de ski d'Europe centrale90. Par contre, l'idée d'une Union internationale des sociétés de ski est favorablement accueillie91. Elle révèle l'intention d'homogénéiser un secteur sportif dispersé institutionnellement et géographiquement. Les problèmes liés à l'amateurisme, à l'unification des règlements, à l'élaboration des calendriers des grandes manifestations, etc., sont au cœur des débats92. Une conférence est programmée à Zurich le 1er septembre 1909 sous l'égide de la Fédération des associations de ski d'Europe centrale. Ce congrès, qui réunit la plupart des pays intéressés, se solde par un échec. Les nations présentes considèrent en effet que « ...cette création en est encore actuellement prématurée93 ».

  • 94 Le Congrès international regroupe donc 8 « fédérations » de ski : Norvège, Allemagne, Autriche, Su (...)

31Il faut y voir les conséquences de modalités d'organisation divergentes selon les pays, l'influence d'une situation politique tendue entre certaines nations mais aussi la crispation face à la volonté d'hégémonie des Scandinaves dont les Jeux du Nord constituent la référence en matière de sports d'hiver. En 1910, une seconde tentative à l'initiative des pays nordiques se révèle plus décisive. Elle jette les bases d'un congrès international de ski se réunissant périodiquement pour définir les règles universelles de ce sport. Huit fédérations y adhèrent parmi lesquelles se trouvent la Suisse et la France94. Il serait cependant faux de croire que ce congrès débouche sur une véritable structure fédérale internationale comme c'est le cas dans d'autres sports tels que le patinage sur glace depuis 1892. Il convient immédiatement de souligner qu'aucune initiative n'est prise en matière d'organisation de compétitions de ski en Europe centrale. Outre le poids de l'hégémonie scandinave, cette situation s'explique par la difficulté à établir des échanges culturels entre les différents pays européens dans des zones montagneuses géostratégiques durant cette période de forte tension internationale. En 1912, l'Association des clubs de ski d'Europe centrale est d'ailleurs dissoute.

Conclusion

32L'analyse a montré que les concours de ski organisés avant 1914 donnent des indications utiles sur les systèmes de valeurs privilégiés dans les différents pays concernés et répondent en écho aux tensions internationales. À partir des éléments étudiés, il apparaît que « l'affichage » des intentions politiques est particulièrement important dans les concours de sports d'hiver organisés en France tandis que la Suisse reste plus modérée de ce point de vue. La mise en scène des sports d'hiver est ainsi plus ou moins théâtralisée selon les enjeux politiques qui animent les groupements sportifs et les acteurs institutionnels. Elle laisse, en fonction des nations impliquées, une place plus ou moins grande aux symboles militaires et aux injonctions idéologiques. Bref, si les modes de mobilisation des populations utilisés en France et en Suisse prennent des formes divergentes et s'écartent parfois en apparence du système politique, les processus se rejoignent dans une dialectique associant l'importance du plaisir apporté par le mouvement en plein air et sa légitimation sociale et politique. Le ski devient ainsi la politique continuée par d'autres moyens. Autrement dit, la dimension symbolique de l'événement sportif lui permet de produire un effet tout aussi efficace sur les représentations collectives touchant à la société et au fondement du pouvoir légitime sans cesser d'apparaître comme distinct des pratiques politiques proprement dites.

Notes

1 La démarche de Pierre Rosanvallon représente un modèle utile qui inspire une partie de ce texte. Rosanvallon P., L'État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.

2 Lang S., Le Ski et autres sports d'hiver, Paris, Larousse 1967, p. 28-29.

3 Eisenberg C., « Kulturtransfer als historischer Prozess. Ein Beitrag zur Komparatistik », Kaelble, Schriewer, Vergleich und Transfer, p. 399-411. Voir aussi Espagne M., « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèses, 17,1994, p. 102-121.

4 C'est le risque, nous semble-t-il, d'une lecture rapide de Elias N., Dunning E., Quest for Excitement, Sport and Leisure in the Civilising Process, Basil Blackwell, 1986 — Trad. française : Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

5 Les configurations sont envisagées sous l'angle de réseau d'interdépendances assimilable à un équilibre de tensions entre des parties (groupes ou individus) d'un ensemble. De là émergent, par exemple, des principes d'organisation des sociétés ; cf. Elias N., ibid. Nous retiendrons également certaines limites fixées à ce concept : voir Deschaux J.-H., « Sur le concept de configuration : quelques failles dans la sociologie de Norbert Elias », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 99, 1995, p. 293-313.

6 À partir des archives privées du Club alpin français disponibles à Paris, des archives du Club alpin suisse et des revues de l'Association suisse des clubs de ski dont les fonds sont déposés à la bibliothèque centrale de Zürich.

7 Goksior M., Von der Lippe G., Mo K., Winter games warm tradition., academia verlag — sankt Augustin, 1996.

8 H, « Les courses de skis en Norvège », L'illustration, 9 mars 1895.

9 De Coubertin P, « Les Jeux du Nord à Stockholm », Revue Olympique, avril 1901, p. 17-24 ; voir aussi « Les jeux du Nord à Kristiana », Revue Olympique, février 1903, p. 13-14. Tirés de Pierre De Coubertin, Textes choisis, Tome II, CIO, Zurich, Weidmann, 1986, p. 311-319.

10 Ibid.

11 Nansen F., « L'introduction du ski en Europe centrale », Revue du Ski, n° 5, 1er mai 1930.

12 Thudichum G., « Les skis norvégiens et nos Alpes », L'écho des Alpes, 1896 ; Paulcke W., « Eine Besteigung des Oberalpstock (3 330 m) mit norwegishen Schneeschuhen », Alpina, bulletin officiel du Club alpin suisse, 15 février 1896.

13 « Statuts de l'Association suisse des clubs de ski, SSV », Ski, organe officiel de l'Association suisse des clubs de ski, 10 novembre 1905.

14 « Ski-clubs und Alpen-Club », Ski, organe officiel de l'Association suisse des clubs de ski, 16 décembre 1904.

15 « Règlement du concours de l'Association suisse des clubs de ski, SSV », Ski, organe officiel de la Fédération des associations de clubs de ski de l'Europe centrale, 10 décembre 1905, p. 51.

16 Morales Y., « L'influence de l'armée dans la diffusion des sports d'hiver en France entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle », Ludica 10, 2004, p. 27-46.

17 Capitaine Clerc, Rapport sur les expériences à ski effectué dans les environs de Briançon par le 159e régiment d'infanterie de Briançon au cours des hivers 1900-1901 et 1901-1902, 1902, p. 85.

18 Clerc cite l'ouvrage de F. Nansen qui évoque ces concours et la presse en parle depuis plusieurs années.

19 Dans son Manuel d'Alpinisme publié en 1904, le CAF consacre un chapitre de trente pages aux sports d'hiver.

20 Robin A., « Le Ski & le Tobogganningg », Moreau P, Voulquin G. (dir.), Les sports modernes illustrés. Encyclopédie sportive illustrée, Paris, Larousse, 1905, p. 279-285.

21 Nommée pour l'organisation du premier concours international de ski du CAF, prévu au Lautaret (Mont Genèvre) du 9 au 12 février 1907 et dont le règlement paraît en novembre 1906 : « Règlement du concours international de ski », La Montagne, 20 novembre 1906, p. 527-528.

22 « Sports d'hiver », La Montagne, 20 février 1906, p. 82.

23 « Skis et raquettes », La Montagne, 20 mars 1906, p. 132.

24 « L'hiver sportif », La Montagne, 20 octobre 1908, p. 198.

25 Ibid.

26 « Appel aux ski-clubs de la Suisse et à tous les amis des sports d'hiver », Alpiner Wintersport, 1903, p. 1.

27 Gounot A., « Les mouvements gymniques en France et en Allemagne, 1871-1914. Repères pour une histoire comparée », La Comune Eredità dello Sport in Europa., Atti del 1° Seminario Europeo di Storia dello Sport, Rome, CONI, 1997, p. 390-396.

28 Anderson B., L'imaginaire national. Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996 (traduction de Imagined communities, London, Verso, 1983).

29 Pociello C., Les cultures sportives, Paris, Vigot, 1988 ; voir aussi, le dossier « Culture : la construction des identités », Sciences Humaines, n° 110, novembre 2000, p. 22-63.

30 Foucault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

31 Mauss M., « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1960.

32 Christopher Hugues tend à affirmer que le nationalisme suisse naît avec les fêtes jubilaires de 1891, Hugues C., Switzerland, New-York, Praeger, 1975.

33 Dr Weber L., « Korrespondezen, SAC (Genève), section des Skieurs », AlpinerWintersport, 1er janvier 1904.

34 « Avis », Alpiner Wintersport, 12 février 1904.

35 En 1910, l'Allemand est la langue maternelle de 73 % de la population suisse, le français de 20 % et l'Italien de 4 % : Anderson B., op. cit., p. 244.

36 « Wir hoffen, dass der ski in diesem Rahmen sich recht viele freunde erwerben wird, um mit der Zeit seine hochgestellte Aufgabe voll und ganz zu lösen » — « An die Leser », Ski, organe officiel de l'Association suisse des clubs de ski, décembre 1904.

37 « Statuts de l'Association suisse des clubs de ski — SSV », Correspondances générales — Supplément officiel de Ski, organe de l'ASCS, 10 novembre 1905.

38 Anderson B., op. cit.

39 Ibid., p. 245.

40 Dans un tout premier temps, les catégories des skieurs civils et des skieurs de l'armée ne sont pas séparées mais, à partir de 1907, des épreuves spécifiques sont proposées aux militaires.

41 « Avis », dans Correspondances générales — Supplément officiel de Ski, organe de l'ASCS, 10 novembre 1905.

42 « Mittel-Europäischer Ski-Verband — Fédération des associations de clubs de ski de l'Europe centrale », Correspondances générales — Supplément officiel de Ski, organe de l'ASCS, 16 février 1906 ; voir aussi Dunod H., « Le ski au début de 1907 », La Montagne, 20 février 1907, p. 53-63.

43 Selon l'analyse des annuaires du CAF et du Touring Club de France.

44 Par exemple, le Dr Chevrot, « Recherches sur la dépopulation des campagnes et moyens de la combattre », Rapport présenté par M. le Docteur Chevrot, conseiller général, Lons-le-Saunier, L. Declume, 1906, p. 127.

45 Allen J. B., « French skiing : the way to national health, 1890's-1939 », Terret T. (dir.), Sport et santé dans l'histoire, Sankt, Augustin, Academia Verlag, 1999, p. 319-326. Drouet Y., Le ski aux frontières... Les conditions de possibilité de l'importation du ski en France (1872-1913), Thèse de doctorat STAPS, université Paris-sud — XI-centre scientifique d'Orsay, 2004.

46 Casella G., L'Alpinisme, réédition Slatkine, Genève 1980, p. 31, (1re édition : 1913). Signalons au passage que le CAF a obtenu la reconnaissance d'utilité publique le 31 mars 1882.

47 Capitaine Rivas, Petit Manuel du Skieur, Briançon, Imp. Paul Vollaire, 1906, p. ii.

48 Morales Y., « Le Jura régénérant ou la valeur hygiénique des sports d'hiver », Terret T. (dir.), op. cit., p. 309-318.

49 Cuënot H., « Le ski en 1909-1910 », La Montagne, 20 mai 1910, p. 279-280.

50 Merle R., Histoire du ski dans le Briançonnais, Gap, Ophrys/Alpes et midi, 1989, p. 23-50.

51 D'après l'annuaire du Club alpin français, Ski français, 1924-1949, XXVe anniversaire de la Fédération française de Ski, Imp. Durand G., 1950.

52 La Montagne, 1907, n° 10, p. 431 et n° 12, p. 579-580.

53 « Sports d'hiver — Règlement du concours international de Ski », La Montagne, 20 novembre 1906, p. 527-532.

54 Dr Tissot R., « Concours international de ski du Club alpin français au Mont Genèvre », Ski, organe officiel de la Fédération des associations de clubs de ski de l'Europe centrale, 22 mars 1907, p. 124.

55 Ibid.

56 Ibid., p. 127.

57 « Règlement des concours de ski », La Montagne, 20 novembre 1908, p. 217-218.

58 « Affiliation des Sociétés de sports alpins au Club alpin français », La Montagne, 20 janvier 1909, p. 51.

59 Ibid., p. 57.

60 « Chronique du CAF », La Montagne, 20 mars 1907, p. 140.

61 Bourgeois L., Solidarité, Colin, 1912 (1re édition 1896).

62 Rémond R. (dir.), Pour une histoire politique, Paris, 1989 et plus particulièrement la contribution de Rioux J.-P., « L'association en politique », p. 87-120.

63 « Appel en faveur de la fondation d'un comité central suisse pour le développement du sport », Alpinisme et sports d'hiver, 1907, p. xx.

64 Ibid.

65 Ibid.

66 F. Le Play, [1806-1882], économiste français, auteur d'importantes enquêtes et monographies sur le monde ouvrier. Il influence le courant Chrétien social. Le Play F., La réforme sociale en France, Tours, Mame, 1864.

67 Voir « Pierre de coubertin la réforme sociale par l'éducation et le sport », Les Études Sociales, n° 137, 1er semestre 2003.

68 Agulhon M., Marianne au combat, l'imagerie et la symbolique républicaine, Paris, Flammarion, 1989.

69 Veblen T., Théorie de la classe de loisir, Trad. Paris, Gallimard, coll. « NRF », 1970. (1re éd., Theory of the leisure class, 1899).

70 Seger C., Grand hotel, Shauplaz der litteratur, Abdilungen, Bölau, 2005.

71 « Cours de ski de l'ASCS », Correspondance générale — Supplément officiel du Ski, organe de la FA SEC, 5 janvier 1906, p. 72.

72 Terme emprunté à Onfray M., [...] La politique du rebelle — traité de résistance et d'insoumission, Paris, 1998.

73 « Aux clubs de ski de l'ASCS », Correspondance générale — Supplément officiel du Ski, organe de la FASEC, 16 février 1906, p. 189.

74 Magnus R., De la Frégéolière R., Les sports d'hiver, Paris, Laffitte, 1911.

75 Chambat P., « Les vitrines de la République. Uniformes, défilés, drapeaux dans les fêtes de gymnastique en France (1879-1914) », Arnaud P. (dir.), Les Athlètes de la République, Toulouse, Privat, 1987, p. 259-269.

76 « Les fêtes de gymnastique à Morez », Le Patriote Morézien, 10 septembre 1904.

77 « Les Fêtes internationales de Ski — Constitution du Comité local », Le Patriote Morézien, 28 novembre 1908.

78 « Chronique du CAF — Congrès des sports d'hiver », La Montagne, 20 février 1909, p. 135-142.

79 Bourdieu P., « Les rites comme actes d'institution », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 43, juin 1982, p. 58-63.

80 « Les Fêtes internationales de Ski — Constitution du Comité local », Le Patriote Morézien, 28 novembre 1908.

81 Cette polémique apparaît dans les colonnes du Ski —feuille de correspondance de l'ASCS en 1912.

82 « Assemblée des délégués de l'ASS à Olten, le 25 octobre 1908 », Ski — feuille de correspondance de l'ASCS, 2 octobre 1908.

83 Rosanvallon P., op. cit., p. 110.

84 Capitaine Bernard, « Le Ski », La Revue du Touring-Club de France, avril 1907, p. 161.

85 Chambat P., op. cit., 1987.

86 « Les Fêtes internationales de ski », Le Patriote Morézien, 12 décembre 1908.

87 « Le VIIe concours international de ski — impression d'un skieur », La Montagne, mars 1913.

88 « VIIIe courses nationales suisses de ski Klosters, les 2 et 3 mars 1912 », Ski —feuille de correspondance de l'ASCS, 15 mars 1912, p. 306.

89 Voir à ce sujet Noiriel G., « Un concept opératoire : l'habitus national dans la sociologie de Norbert Elias », Penser avec, penser contre — Itinéraire d'un historien, Paris, Belin, 2003, p. 171-188.

90 Étude de la revue Ski, Organe officiel de la Fédération des associations de clubs de ski de l'Europe centrale, années 1905-1913.

91 « Une Union internationale des sociétés de ski », La Montagne, 20 février 1909, p. 110.

92 Ibid.

93 « Une Union internationale des sociétés de ski, première conférence », La Montagne, 20 décembre 1909, p. 716.

94 Le Congrès international regroupe donc 8 « fédérations » de ski : Norvège, Allemagne, Autriche, Suisse, Suède, Bohème, le ski-club de Grande-Bretagne et la Commission des sports d'hiver du CAF.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search